Version classiqueVersion mobile

Ludna et Asa Paulini

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Catherine Coquidé
, 
Richard Tenu

Résumé

Texte intégral

1Les itinéraires routiers signalent au nord de Lugdunum et sur la route vers le nord, les étapes routières de Ludna et d’Asa Paulini, localisées à Saint-Georges-de-Reneins et à Anse. Un peu délaissées par la recherche au profit de la capitale des Gaules, ces deux étapes ont fait, ces dernières années, l’objet de nouveaux travaux dans le cadre de fouilles programmées ou préventives, dont les résultats sont présentés dans ce volume.

2À Saint-Georges-de-Reneins, le site de Ludna, dont les vestiges sont très dégradés, est construit sur la colline de Patural, au sud du village actuel. Ludna apparaît comme un petit bourg traversé par la route. Il comportait, dès le début du Ier siècle ap. J.-C., des îlots d’habitations, sans doute de type « maisons longues », auxquelles succède un premier entrepôt. Un sanctuaire à vocation régional est également aménagé. Durant le dernier tiers du Ier siècle, la superficie du bourg est doublée par la construction d’une importante terrasse artificielle bordée par la voie. Sur cette terrasse, des bâtiments sont édifiés, notamment de nouveaux entrepôts d’un type différent, des « greniers aériens » (granaria, horrea pensilia). La présence de ces structures de stockage est évidemment liée à la route, mais aucun carrefour routier n’a pu être mis en évidence. De plus, le marais de Boitrait, qui passe au pied de la colline de Patural, n’est pas en eau à l’époque romaine et la Saône coule à plus d’un kilomètre du bourg. Les traces d’occupation rencontrées sur ses rives et dans les terres basses évoquent l’exploitation d’un terroir fertile plutôt que l’aménagement d’une zone de gué ou d’embarquement.

3À Anse, au nord de la ville actuelle, le versant du Val de Saône a été densément occupé à partir de l’ouverture de la voie, à l’époque d’Auguste. Les fouilles et diagnostics archéologiques récents ont mis au jour un hameau et un carrefour routier à La Fontaine, un établissement sans doute lié à la voie à La Citadelle, ainsi qu’une villa à Bancillon. On en suit l’évolution jusqu’au haut Moyen Âge ; un oratoire, puis un cimetière y sont alors aménagés. Au sud-ouest, le site principal est la villa de La Grange du Bief, mise au jour plus anciennement et plus mal connue. L’ampleur de la résidence est remarquable ; un nymphaeum, puis des thermes, sont construits dans les jardins, en contrebas de la demeure. Des tombes y sont aménagées à la fin de l’Antiquité.

4Dans la ville même, la muraille de l’enceinte romaine du Bas-Empire est encore partiellement en élévation. C’est une forteresse de petite superficie qui reste mal datée. On a longtemps dit, à tort, qu’elle protégeait une partie d’un « vicus ». Il s’agit plutôt, sans doute, d ‘ un point de concentration de marchandises, à proximité peut-être d’un chenal qui la relierait à la Saône et d’un carrefour entre la voie de Lyon vers le nord et une route qui met en communication les vallées de la Saône et de la Loire. Les prospections subaquatiques ont montré que la rive de la Saône était fréquentée, mais n’ont pas trouvé de vestiges de gué.

5Les deux étapes routières auraient donc eu aussi, peut-être successivement, une fonction de stockage de denrées, en marge d’un bourg à Ludna et, à Anse, au cœur d’un agréable suburbium de Lyon occupé par des résidences et des exploitations agricoles.

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search