Version classiqueVersion mobile

Ludna et Asa Paulini

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Catherine Coquidé
, 
Richard Tenu

Conclusion générale

Jean-Claude Béal

Texte intégral

1De Ludna à Asa Paulini, une documentation considérable, amassée depuis dix ans, est venue enrichir des dossiers plus anciennement ouverts et en ouvrir d’autres, sans pour autant offrir toutes les réponses et épuiser le sujet.

  • 1 À signaler la découverte, peu pertinente, d’une monnaie gauloise dans la fouille de la partie orie (...)

2Des certitudes sont acquises. À Ludna, une occupation laténienne, dont la nature reste mal définie, est attestée sur la colline de Patural, et s’inscrit dans une trame, certes encore lâche, de sites laténiens sur les deux rives de la Saône jusqu’à Mâcon. À peine entrevu, le comblement d’un fossé en marge de l’emprise des fouilles paraît témoigner d’une fréquentation des années 40-20, antérieure à la construction de l’îlot septentrional. À Anse, en revanche, on cherche encore vainement les témoins d’une occupation immédiatement antérieure à l’époque impériale1 et aux premières constructions de La Citadelle et de Bancillon ou même de La Grange du Bief, alors que des sites des IIe et Ier siècles av. J. -C. sont connus à Quincieux, à quelques kilomètres au sud-est (De Klijn, Motte, Vicherd 1996 : 271-272), ou, un peu plus loin au sud-ouest, à Chessy (Walker 1981 : 290-292 ; Guichon 2011) et à Lentilly (Teysonnière, Bruyère 2011).

3Sur les deux territoires en tout cas, l’ouverture de la voie est un fait majeur associé au développement des constructions, celles, au moins, du quartier urbain de l’îlot septentrional à Ludna, de l’établissement de bord de voie à La Citadelle et de la villa de Bancillon à Anse. Au-delà de la concomitance observée, c’est un épisode structurant de ces deux territoires.

4Sur la chronologie de cette voie de Lyon vers le nord, de nouveaux jalons sont désormais posés. La construction en est datée du changement d’ère à Anse, alors que ce qu’on en connaît à Saint-Georges-de-Reneins paraît un peu plus récent, mais l’hypothèse de l’existence d’un tracé antérieur détruit ne peut être écartée. Plus au nord, les données récemment réunies (Kasprzyk, Nouvel 2011 : 27) montrent que l’ouverture de différents tronçons est datable de l’époque julio-claudienne ; mais ils sont encore peu nombreux. Nous n’avons mis nulle part en évidence l’existence d’un tracé préromain.

5D’un point de vue technique, le mode de construction de la voie présente d’assez fortes différences entre Saint-Georges-de-Reneins et Anse. D’un côté, un noyau de blocs exogènes recouvert d’épandages sableux et gravillonneux succède à une lentille de gravier, pour mieux asseoir le tronçon de voie auquel la terrasse des horrea est adossée ; de l’autre les noyaux successifs sont faits d’éclats de calcaire de 0,10 à 0,20 m de côté issus de ramassages locaux.

6L’inscription du tracé dans la topographie reste encore lacunaire, tant dans la région de Villefranche-sur-Saône qu’au sud du bourg d’Anse actuel. À Ludna, on a vainement cherché un carrefour avec des axes qui partiraient vers l’ouest ou vers l’est. À Anse, un embranchement vers l’ouest inattendu a été mis en évidence à La Fontaine, associé à un groupement d’habitats. Près d’Anse existait sans doute aussi dès le Haut-Empire une croisée de la voie de Lyon vers le nord et d’une voie vers la partie occidentale du territoire des Ségusiaves et la vallée de la Loire. L’étude des céramiques manifeste ce lien, mais l’inscription de cet axe vers l’ouest dans la topographie reste à découvrir, et le lieu même du carrefour peut être déporté vers l’ouest.

7Enfin, la liaison entre le réseau terrestre et le réseau fluvial est certainement plus difficile qu’il n’y paraît, notamment à Ludna ; elle a pu être facilitée à Anse lors de l’ouverture – qui reste hypothétique – d’un chenal aboutissant à l’enceinte, s’il ne la précédait pas.

8Des équipements sont liés à l’ouverture de la voie. C’est, à Ludna, le cas de l’entrepôt septentrional puis, en marge de l’agglomération, des horrea pensilia méridionaux, quelque fonction qu’on leur prête, dans un espace selon nous public. À Anse, l’établissement de La Citadelle apparaît comme un relais isolé au bord de la voie, distinct du hameau et du carrefour de La Fontaine. Puis fut créée l’enceinte de Château Vieux, dont il nous a paru qu’il fallait la considérer aussi comme un équipement routier public, un point protégé de convergence de marchandises, assumant à cet égard la même fonction que les entrepôts de Ludna, à une date plus récente mais encore flottante. Peut-être le même rôle est-il d’abord assuré par le bourg de Ludna, puis par l’enceinte d’Anse, de contribuer, par la voie de terre puis aussi par la voie d’eau, à l’approvisionnement de la métropole lyonnaise, ou d’une part spécifique de sa population.

9Mais, en l’état actuel de ce que nous savons, les convergences de réseaux n’ont pas engendré le développement d’une agglomération antique du Haut-Empire à l’emplacement actuel du bourg d’Anse.

  • 2 Pline le Jeune (Lettres II, 17), décrivant l’environnement de sa villa du Laurentin, évoque la sui (...)

10Par ailleurs, à la différence de ce qu’on observe à Ludna, la création de la route met Anse à quelques heures de Lugdunum, et en fait un lieu de villégiature, non pas une ville mais une relative concentration d’amples habitats isolés2, pour quelques gros propriétaires qui nous apparaissent à travers quelques-unes de leurs constructions ostentatoires, à la Grange du Bief et, dans une moindre mesure, à Bancillon et sans doute au-delà encore vers le nord, ou à travers certains des éléments de leur sépulture.

11Cette situation leur a peut-être permis, joignant le profitable à l’agréable, de contrôler au Haut-Empire l’activité commerciale. On se souvient de la silhouette que, de ces personnages, esquissent leur épigraphie funéraire ou le décor de la mosaïque aux proues de bateaux ; elle concorde avec ce que les sources épigraphiques et iconographiques nous montrent d’autres notables, d’Igel à Cabrièresd’Eygues, pour rester dans l’espace gallo-romain (Béal 2006-2007).

12Mais cette situation privilégiée disparut sans doute avec la construction de l’enceinte qui remettait entre les mains de la puissance publique la gestion de tout ou partie des flux de marchandises : l’apparition du toponyme Asa Paulini dans l’Itinéraire d’Antonin témoigne sans doute de l’établissement d’une étape routière fortifiée « à la rivière de Paulinus ». Cette étape, rappelons-le, est absente de la Table de Peutinger.

13Évidemment, notre connaissance de ces territoires reste encore lacunaire. À Ludna, notre connaissance est limitée à la partie orientale de l’agglomération, où l’érosion du site nous prive d’informations sur l’évolution du bourg au-delà du Ier s. ap. J. -C., et particulièrement sur son devenir au Bas-Empire, alors que les terres basses sont bien fréquentées, et plus encore sur la transition avec le haut Moyen Âge : on constate qu’aux IXe et Xe siècles « Reneins » apparaît, dans un contexte tout différent. De plus, si la présence de structures de stockage est avérée, leur dénombrement est encore problématique. Enfin, l’identification du site laténien recouvert par les remblais de la terrasse artificielle des horrea et celle de l’espace enclos dont nous avons à peine et tardivement aperçu le fossé sont autant de questions pendantes. À Anse, l’occupation du versant septentrional du Val de Saône n’est pas complètement connue, et celle du Val d’Azergues, mal engagée par les destructions opérées autrefois à La Grange du Bief, reste largement à faire. Plus encore, si nous avons pu rassembler quelques données concernant la datation de l’enceinte et des premières traces de son occupation, ces informations sont très partielles sur cet édifice majeur ; l’histoire récente de la rivière même et de son rapport éventuel à l’enceinte reste, nous l’avons dit, à l’état d’hypothèse. Ce volume constitue donc un rapport d’étape, à l’heure où le lecteur en referme la dernière page et où le voyageur reprend sa route vers Lugdunum.

Notes

1 À signaler la découverte, peu pertinente, d’une monnaie gauloise dans la fouille de la partie orientale de Saint-Romain en 1984 (Chinal, Donné 1988, n° 4 : 12, fig. n° 3) ; elle est identifiée comme séno-carnute par D. Frascone.

2 Pline le Jeune (Lettres II, 17), décrivant l’environnement de sa villa du Laurentin, évoque la suite tantôt continue, tantôt interrompue des toits des demeures, qui lui rappelle une succession de villes. Nous remercions E. Dumas d’avoir attiré notre attention sur ce texte qui décrit assez bien la concentration non urbaine d’habitats isolés qu’on rencontre ici.

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search