Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Alpara DARA Ludna et Asa Paulini Chapitre 3. Le faciès économique ...

Ludna et Asa Paulini

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Catherine Coquidé
, 
Richard Tenu

Chapitre 3. Le faciès économique de Ludna et d’Anse : les données des céramiques et des monnaies

C. Batigne Vallet et D. Frascone

Texte intégral

1Les fouilles menées à Ludna et à Anse ont mis au jour des structures et du mobilier qui permettent de mieux comprendre les modes de vie et les activités pratiquées sur les différents sites au fil du temps. En accordant ici une place privilégiée aux données des céramiques et des monnaies, nous chercherons à mieux comprendre l’insertion de ces sites dans des réseaux à plus longue distance.

3.1. CÉRAMIQUES ANTIQUES DE SAINT-GEORGES-DE-RENEINS ET D’ANSE (C. Batigne Vallet, Chr. Bonnet, E. Cellard, R. Delage, K. Giry, A. Tripier avec la collaboration d’A. Horry)

2Treize lots céramiques issus des fouilles réalisées sur les communes d’Anse et de Saint-Georges-de-Reneins/Ludna ont été retenus. Chacun d’eux offre une image des principales céramiques employées dans cette petite région, à un moment ou à un autre, depuis le Ier siècle av. J.-C. jusqu’au VIe siècle ap. J.-C. Les lots sélectionnés sont ceux pour lesquels les attributions de datation semblent assurées : il s’agit parfois d’ensembles clos, ou, le plus souvent, d’ensembles d’US dont la position dans la succession stratigraphique est suffisamment claire. Aussi, certaines périodes de fréquentation des sites ne sont pas illustrées parce que le mobilier est trop mal conservé, trop indigent ou bien parce que la datation est trop incertaine. Par exemple, le milieu du Ier siècle ap. J.-C. et la période qui couvre la seconde moitié du IIe siècle et une partie du IIIe siècle, notamment, ne sont qu’évoqués pour le site de Ludna, les ensembles étant trop ténus ou contenant trop de mobilier résiduel pour être présentés dans ce chapitre. Pour cette présentation, volontairement synthétique, des céramiques utilisées dans la région, nous décrivons le mobilier céramique de quatre ensembles de Saint-Georges-de-Reneins, puis celui de neuf ensembles provenant de la zone d’Anse, en suivant un ordre chronologique. Les arguments ayant permis de proposer une datation pour ces ensembles sont issus de la confrontation entre éléments externes tels que l’analyse stratigraphique et les monnaies, et informations intrinsèques aux céramiques elles-mêmes, fines essentiellement.

3Notre connaissance des céramiques régionales est déjà bien avancée. Les céramiques utilisées à Lyon (Rhône), à Mâcon (Saône-et-Loire) et à Roanne (Loire) durant l’Antiquité sont suffisamment bien décrites et identifiées aujourd’hui pour révéler des différences entre ces trois sites de consommation : certaines catégories techniques n’existent pas sur chacun de ces trois points de référence ; celles qui leur sont communes ne sont pas forcément attestées dans les mêmes proportions ; les céramiques de cuisine montrent, à certaines périodes, des répertoires morphologiques propres à chaque micro-région.

4Aussi, dès la première campagne de fouilles réalisée à Ludna en 2003, avons-nous souhaité nous associer aux travaux de J.-Cl. Béal dans le but de développer la connaissance céramologique de cette région, où ce site apparaissait comme un nouveau jalon pour la compréhension de la consommation régionale. Puis, le développement du PCR « Anse et Ludna (Rhône) : deux agglomérations antiques et leur territoire » fournissait, à partir de 2008, le cadre à un complément de recherches mené sur l’étape routière d’Anse pour mieux caractériser la céramique de cette zone comprise entre Lyon au sud, Mâcon au nord et Roanne à l’ouest : nous souhaitions y décrire les différents répertoires morphologiques. Le travail réalisé autour des bassins d’Anse et de Saint-Georges-de-Reneins a donc suscité le développement d’une nouvelle recherche régionale, encore en cours aujourd’hui.

5Une présentation approfondie du faciès céramique de la région ne pouvait être développée dans cet ouvrage visant à faire l’histoire de l’occupation antique des deux territoires. Cela aurait nécessité la présentation détaillée de tous les ensembles céramiques, y compris d’autres lots, dont l’étude est parfois encore en cours. Les ensembles céramiques exploités ici sont ceux auxquels nous avons pu accéder dans un premier temps. Ils sont essentiellement présentés à titre d’arguments chronologiques. Ils offrent aussi une illustration des conclusions d’ordre économique et culturel auxquelles nous sommes arrivés aujourd’hui.

6Chaque ensemble chronologique est exposé de manière très concise : la somme des fragments, ou NR (Arcelin, Tuffreau-Libre 1998) et l’estimation du Nombre Minimum d’Individus (NMI) sont indiquées en premier lieu, sachant que le NMI correspond à l’estimation du nombre d’objets calculé à partir des bords comptabilisés après une recherche de collages. Les proportions des catégories au sein de chaque ensemble sont toujours présentées en NMI. Les tableaux de comptage détaillés ne pouvaient être présentés, faute de place ; ils seront développés dans la publication consacrée aux faciès céramiques de la région, qui est en préparation.

7Les illustrations sont à l’échelle 1/3. Le travail de dessin et de DAO a été réalisé grâce à la contribution d’E. Bayen, F. Pont et B. Rambault (Inrap), et de C. Ybard, T. Amraoui, A. Billaux, E. Decombe, E. Gorgerin et N. Touati (université Lumière Lyon 2).

3.1.1. LES ENSEMBLES CÉRAMIQUES DE SAINT-GEORGES-DE-RENEINS

3.1.1.1. Saint-Georges-de-Reneins I : 10 av. J.-C.-15 ap. J.-C. (fig. 453)

8Le premier ensemble de céramiques que nous présentons pour le site de Ludna provient du sondage 07.1. Il a fait l’objet d’un mémoire de recherche de Master 1 préparé à l’université Lumière Lyon 2 en 2008 par A. Tripier, et a été publié en 2009 (Tripier, Cellard 2009).

9Ce sondage est localisé dans la partie septentrionale de la colline où les vestiges de plusieurs bâtiments superposés ont été mis au jour. Trois états ont été identifiés pour cette première phase chronologique mais ce sont les apports de remblais formant la terrasse artificielle destinée à supporter le bâtiment 886 qui ont fourni le mobilier présenté ici. Cet ensemble, constitué de 4 134 NR pour 454 NMI, est composé d’un tiers de céramiques fines et de deux tiers de céramiques communes.

10Les céramiques peintes représentent 40 % des individus de céramiques fines, suivies des sigillées de type italique, avec un tiers des bords. Les premières sont exclusivement composées de bols « de type Roanne » (no 1), ou Périchon 16 (Périchon 1974). Les secondes se partagent entre des formes du Service I de Haltern et des formes assimilées au Service II, et sont accompagnées d’un bol à relief en applique et d’un bol de type Haltern 12 (no 2 à 6). Deux estampilles sur sigillée sont recensées : l’une est la marque de IVNIVS, portée sur des vases datés de la période 10 av.-10 ap. J.-C. (OCK, 1000) ; l’autre émane de THYRSVS (no 5), « potier » en activité à Arezzo dans les vingt dernières années du Ier siècle av. J.-C. (OCK, 2120), qui s’illustre aussi durant la période augustéenne classique dans l’atelier lyonnais de La Muette (Genin, Lasfargues, Picon 1996 : fig. 49). Un seul individu en sigillée peut attester une production gauloise : il s’agit d’un vase de type Dragendorff 29, issu de Lezoux, qui peut avoir été produit dès la phase 2, c’est-à-dire dans la première décennie du Ier siècle ap. J.-C. (Bet, Delor 2000 : 463). Les imitations de sigillées offrent essentiellement des types du Service II (no 7), accompagnés de quelques types assimilés au Service III (Desbat, Savay-Guerraz 1986 : 92). La céramique à parois fines est composée exclusivement de récipients en pâte non calcaire : des fragments de gobelets tardo-républicains de type Rippenbecher, des éléments de gobelets d’Aco de production augustéenne, probablement lyonnaise, et portant une frise qui peut être associée à PHILARCVRVS CAVIVS (Genin et al. 1996 : 72), ainsi que des restes de bols hémisphériques de production lyonnaise (no 8) et de gobelets de type « Beuvray » (no 9) vraisemblablement produits à Saint-Romain-en-Gal (Desbat, Savay-Guerraz 1986, pl. 7, no 17-20). Il est à noter que la céramique Terra Nigra est assez bien illustrée (no 10) et qu’un fond de plat porte une estampille rectangulaire sur deux registres : OFICIO/AVOT. Quelques vestiges de céramique engobée proviennent probablement des ateliers augustéens de Saint-Romain-en-Gal (Desbat, SavayGuerraz 1986). Les lampes sont rares mais nous comptons une lampe à têtes d’oiseau, de type Dressel 4, attestée dans des niveaux tardo-épublicains et augustéens de Lyon, ainsi qu’un fragment de lampe à volutes, fréquente durant le règne d’Auguste (no 11).

Fig. 453 - Saint-Georges-de-Reneins, ensemble I. 1 : céramique peinte. 2 à 6 : sigillée de type italique. 7 : imitation de sigillée. 8, 9 : céramique à parois fines. 10 : Terra Nigra. 11 : Lampe. 12, 13 : céramique commune tournée grise. 14 : céramique grise fine. 15, 16 : céramique commune claire calcaire. 17, 18 : amphores (dessins et mise au net : A. Tripier).

11La céramique commune est composée majoritairement de céramique tournée grise. Le pot à col côtelé (no 12) domine dans cette catégorie, comme cela a été démontré pour les ensembles lyonnais postérieurs aux années 40 av. J.-C. (Desbat 2005, pl. 9, no 31, 32 ; Genin 1997 : 17, pl. 3, no 6 ; Batigne Vallet 2001 : 38, fig. 1, no 3, 4, 7). Nous recensons aussi des jattes à bord rentrant et des marmites à lèvre débordante plate inspirées du type Halt. 56, couramment répertoriées à Lyon sous les règnes d’Auguste et de Tibère (Desbat, Laroche, Mérigoux 1979, pl. IV, no 2 ; Batigne Vallet 2001 : 38, fig. 2, no 7). Des marmites à lèvre débordante moulurée (no 13), évoquent des types enregistrés fréquemment à Mâcon dès la première moitié du Ier siècle ap. J.-C. (Barthèlemy, Lamoine 2000, fig. 6, no 14, 15) et plus rarement dans les fosses tibériennes de Roanne (Genin, Lavendhomme 1997, pl. 28, no 4). Parmi les céramiques grises fines (no 14), que nous préférons inventorier parmi les céramiques communes à partir du règne d’Auguste, nous recensons surtout des types connus en céramique tournée grise (pots à col côtelé, pots à épaule carénée, jattes à bord rentrant). Au sein des céramiques communes claires calcaires, les cruches à lèvre striée de type Halt. 45 sont abondantes même si elles sont accompagnées de variantes (no 15). Elles sont répandues en Italie et dans une grande partie des provinces gauloises durant le règne d’Auguste, tout comme le pot à provisions de type Halt. 62 ou le mortier à bord en bandeau, de type Halt. 59 (no 16). Des céramiques à revêtement interne rouge pompéien (VRP) sont également répertoriées ; des inclusions de baguettes noires dans la pâte évoquent les productions de Campanie (Peacock 1977 ; Chiosi 1996).

  • 1 Nous remercions chaleureusement J. Tremoleda qui a bien voulu observer ce tesson et nous faire part (...)

12Les amphores sont représentées par quelques formes d’origines variées : un pilon d’amphore de type Dressel 1B, un départ d’anse d’amphore Halt. 70, un fond de type Oberaden 74, deux bords d’amphores de type Dr. 20 précoce à lèvre en amande (no 17) et un bord se rapportant à une amphore qui peut appartenir à un type Dr. 28 mais plus sûrement à un type Dr. 7/111 (no 18).

13Les céramiques utilisées durant le règne d’Auguste à Ludna relèvent donc d’un approvisionnement varié. Les céramiques communes sont très probablement locales, même si aucun atelier de production n’est connu. Les céramiques fines, en revanche, ont été produites à Lyon, à Vienne, en Gaule du Centre, peut-être en Étrurie septentrionale et en Campanie. Les amphores proviennent d’Italie campanienne, de Bétique, de Marseille et peut-être du bassin oriental de la Méditerranée. Si les catégories de céramiques répertoriées dans cet ensemble augustéen sont les mêmes qu’à Lyon et à Mâcon, il faut noter l’importance que prennent ici les céramiques peintes. Elles représentent également une bonne partie de la vaisselle de Mâcon (Barthèlemy, Lamoine 2000 : 204, tableau 5), mais elles sont largement concurrencées par les sigillées et les imitations de sigillées dans les salles à manger de Lugdunum (Genin 1993, fig. 6, fig. 7 ; Genin 1994, fig. 2). Quant aux céramiques de cuisine, leur répertoire morphologique montre une nette parenté avec celui de Lyon, pour les types très courants comme les pots à col côtelé, mais aussi avec celui de Mâcon, pour les types plus spécifiques comme les marmites à lèvre débordante moulurée.

3.1.1.2. Saint-Georges-de-Reneins II : 15-40 ap. J.-C. (fig. 454)

14Cet ensemble de céramiques provient du sondage 06.3 de la fouille de Saint-Georges-de-Reneins. Il a été recueilli dans une US de remblaiement déposée préalablement à la construction de la voie antique afin de stabiliser le terrain et de rehausser le niveau de circulation. Cet ensemble, constitué de 3 561 fragments pour 416 bords, a fait l’objet d’un mémoire de recherche de Master 1 soutenu à l’université Lumière Lyon 2 en 2008 par E. Cellard et a été publié en 2009 (Tripier, Cellard 2009). Il est constitué d’un tiers de céramiques fines et de deux tiers de céramiques communes.

15La composition de la famille des céramiques fines est quasiment identique à celle de l’ensemble augustéen présenté plus haut : la moitié des bords est constituée de céramiques peintes, avec des bols de type Roanne (no 1), alors que les sigillées de type italique représentent un bon tiers des NMI. Celles-ci appartiennent surtout à des types du Service II de Haltern (no 2), dont un bol de FONTEIANVS, qui provient très vraisemblablement de l’atelier lyonnais de la Muette (Genin et al. 1996 : 199 ; Genin 1993 : fig. 9, fig. 23, 207, 208), mais aussi à des types du service IC et IB (3), types qui apparaissent à Lyon dans l’horizon daté des années 15 av.-15 ap. J.-C. (Genin 1997 : 17). Des sigillées de Gaule du Sud sont répertoriées, avec un Ritterling 1, un Drag. 24/25 et un Drag. 29 (no 4). Par ailleurs, la céramique Terra Nigra représente 13 % des céramiques fines (no 5) et les céramiques engobées occupent 8 % des bords (no 6). Les céramiques à parois fines sont composées de tessons à pâte non calcaire – gobelet de type Aco, vase de type « Beuvray » et bol hémisphérique à surface granitée – mais nous comptons aussi des fragments de pot ou gobelet à pâte calcaire (no 7), qui correspondent probablement aux premiers produits lyonnais de cette catégorie technique, issus de l’atelier de la Butte et dont le début de la production est daté du règne de Tibère (Bertrand et al. 1997 : 7).

16Parmi les céramiques communes de cet ensemble, les céramiques tournées grises sont très bien représentées. Le pot à col côtelé (no 9) est ici moins abondant que le pot à épaule carénée (no 10). Celui-ci n’est pas nouveau ; il est également fort bien attesté à Mâcon depuis la période augustéenne (Barthèlemy, Lamoine 2000 : 205, fig. 6, no 10 à 12), et c’est d’ailleurs le type de pot le plus utilisé à Lugdunum durant le règne de Tibère (Batigne Vallet 2001 : 43). Les jattes à bord rentrant sont bien illustrées (no 11), accompagnées du type à lèvre moulurée (no 12), déjà recensées dans l’ensemble augustéen de Ludna et également fréquentes à Mâcon durant la période pré-augustéenne (Barthèlemy, Lamoine 2000 : 199, fig. 2, no 14). Un nouveau type de pot est enregistré dans cet ensemble : il possède un col côtelé et une lèvre aplatie moulurée (no 13, 14), et correspond à un modèle de pot catalogué à Mâcon dès la période augustéenne (Barthèlemy, Lamoine 2000 : 205, fig. 6, no 13). Les céramiques communes claires en pâte calcaire ne sont guère différentes de celles qui apparaissent dans l’ensemble I (no 15) : les cruches possèdent une lèvre striée ou un bord mouluré. Enfin, quelques céramiques communes grises en pâte kaolinitique sont recensées (no 16).

Fig. 454 - Saint-Georges-de-Reneins, ensemble II. 1 : céramique peinte. 2, 3 : sigillées de type italique. 4 : sigillée de Gaule du Sud. 5 : Terra Nigra. 6 : céramique engobée. 7 : céramique à parois fines en pâte calcaire. 8 à 14 : céramique commune tournée grise. 15 : céramique commune claire calcaire. 16 : céramique grise kaolinitique. 17 à 19 : amphores (dessins et mise au net : E. Cellard).

17Nous comptons des amphores originaires de la péninsule ibérique (no 17, 18) et des amphores lyonnaises (no 19), de type 3A (Desbat, Dangréaux 1997 : 77).

18Les céramiques de cet ensemble II de Ludna relèvent donc d’un approvisionnement semblable à celui du précédent. L’introduction des sigillées de Gaule du Sud et des céramiques à parois fines en pâte calcaire est à prendre en considération, car elle est le signe d’une évolution dans la chronologie : la période correspond au règne de Tibère et aucun type appartenant exclusivement à la période claudienne n’est enregistré. Le répertoire des céramiques communes montre, tout comme dans l’ensemble I augustéen, une communauté avec la batterie de cuisine lyonnaise pour ce qui est des pots à cuire, et pour les types à épaule carénée en particulier. Ce répertoire est également proche de celui du Mâconnais, qui utilise abondamment les pots à épaule carénée mais qui contient aussi des pots, nouveau ici, à col côtelé et lèvre moulurée. Seule la jatte à bord rentrant et lèvre moulurée peut être aussi apparentée au catalogue ligérien, qui accueille ce type dans les fosses correspondant à l’Horizon 8, daté des années 30-70 (Genin, Lavendhomme 1997 : 110, pl. 42, no 3 à 6).

3.1.1.3. Saint-Georges-de-Reneins III : dernier tiers du Ier siècle ap. J.-C. (fig. 455)

19Le troisième lot céramique présenté est un ensemble clos provenant du remplissage d’un creusement, US 1228 (US 1227-1229 ; sondage 07.2), qui comprend 1 153 fragments de céramiques, pour 80 NMI. Les céramiques fines représentent un tiers des bords, contre deux tiers pour les céramiques communes.

20Les sigillées de Gaule du Sud occupent la moitié des céramiques fines. Les bords appartiennent à des types dont la production débute durant la première moitié du Ier siècle, avec une bonne représentation des Ritt. 12, quelques Drag. 29, moins de Drag. 27, de Drag. 18 et de Ritt. 14A (no 1 à 3). Les estampilles observées émanent de productions du Ier siècle, avec AQUITANVS, PRIMVS et SABINVS, ou de céramiques produites à partir du dernier tiers du Ier siècle, comme PONTVS (Genin 2007, fig. 173). Les céramiques à parois fines, qui sont des productions de Gaule du Centre, atteignent un tiers des bords des céramiques fines : les gobelets sont décorés grâce à une projection de « chamotte » ou ornés d’épingles et de lunules réalisées à la barbotine (no 5, 6), objets dont le début de la production est généralement daté des années 70 (Bet, Gras 1999 : 22).

21La famille des céramiques communes rassemble surtout des objets gris. Les pots à col côtelé sont abondants (no 7), accompagnés de types nouveaux : jattes à bord rentrant et gorge externe (no 8), jattes à col évasé et lèvre déversée (no 9), marmites tripodes carénées à col et lèvre déversée (no 10). Ces trois types sont répertoriés parmi le mobilier de Mâcon dès le milieu du Ier siècle ap. J.-C. (Lamoine 2001 : 6, pl. 3, no 5, 8, 18). Nous enregistrons aussi des opercules, des mortiers à collerette et lèvre en bourrelet (no 11) et des cruches à bord en bandeau mouluré (no 12) en céramique commune claire en pâte calcaire. La céramique tournée rouge est rare : elle est représentée ici par un pot à col et lèvre moulurée réalisé dans une pâte argileuse orange claire et porte un engobe micacé (no 13). Ce type de pot apparaît à Roanne/Rodumna à partir des fosses de l’Horizon 8 (Genin, Lavendhomme 1997, pl. 50, no 14) et devient très fréquent durant la première moitié du IIe siècle (Genin, Lavendhomme 1997, pl. 96, no 2 à 4). Un plat en céramique VRP provient probablement du centre de la Gaule.

22Nous recensons une amphore à huile de type Dr. 20 dont le profil correspond à ceux rencontrés entre le dernier tiers du Ier siècle et le premier quart du IIe siècle (Silvino 2001 : 334, fig. 4, no 7 à 9). Une amphore vinaire gauloise fait référence au type Gauloise 5, qui se développe durant le dernier tiers du Ier siècle. Une autre amphore gauloise appartient vraisemblablement au type lyonnais 3B (no 14), produit à Lyon dès le milieu du Ier siècle ap. J.-C. et bien présent durant la période flavienne (Desbat, Dangréaux 1997 : 77, 88).

23La variété des productions céramiques de cet ensemble montre que le site de Ludna s’approvisionne dans des régions très diverses, comme cela a déjà été noté pour les ensembles antérieurs. Les céramiques fines du centre et du sud de la Gaule prennent ici beaucoup d’importance avec les céramiques à parois fines et les sigillées. À côté des pots à col côtelé, très communs à Lyon et Mâcon, le répertoire des céramiques de cuisine s’enrichit de modèles nouveaux, en particulier pour les jattes et les marmites, qui adoptent des types très fréquents à Mâcon/Matisco à partir du milieu du Ier siècle ap. J.-C. Seul un pot en pâte rouge fait référence à la batterie de cuisine ligérienne.

3.1.1.4. Saint-Georges-de-Reneins IV : céramiques d’importation du milieu du IIe siècle ap. J.-C. (fig. 456)

24Le quatrième ensemble céramique provient du comblement d’une fosse (US 657 ; sondage 05.1) découverte en 2005, et fouillée pour moitié seulement. Son remplissage (US 493) ne montre aucune stratigraphie et semble avoir été effectué en une seule fois. Il est essentiellement composé de fragments de céramiques (2 128 fragments pour 270 individus), dont une grande partie porte des traces d’incendie, mais comprend aussi quelques clous et des fragments de terre brûlée qui évoquent des cloisons en clayonnage. Les céramiques fines sont très bien représentées, avec 60 % des individus recensés, et sont illustrées par des sigillées pour 99 % des bords.

25Presque tous les fragments de céramiques sigillées portent des traces de feu, attestant leur regroupement dans un même lieu incendié, et leur observation révèle que le bris est intervenu avant l’incendie. Le corpus des formes et les caractéristiques morphologiques des vases, mais également la série des estampilles et des décors, montrent que ce lot est particulièrement homogène. L’estimation du nombre d’objets s’élève à 140 NMI. Le répertoire des céramiques sigillées se compose de neuf types différents, qui se répartissent au sein de trois classes morphologiques : coupelles, assiettes/plats et coupes. Les premières, qui représentent plus de la moitié du lot, sont surtout des types Drag. 33 (no 1, 2). Le corpus des assiettes/plats, qui constitue un tiers des NMI, est largement composé d’assiettes Lez. 54/55 (no 3, 4). La dernière classe morphologique, celle des coupes, qui ne représente que 10 % des NMI, ne comporte que des vases moulés hémisphériques de type Drag. 37 (no 5), dont les décors peuvent être rattachés, pour l’essentiel, à deux groupes stylistiques : CATVSSA I et CINNAMVS. Le corpus des estampilles compte seulement 6 noms pour 46 occurrences, qui sont apposées essentiellement sur 3 formes différentes, les coupelles Drag. 33, les assiettes Lez. 54 et les assiettes Lez. 43 : AVCELLA I, COMPRINNVS, AVENTINVS II, SENILA, puis BELINICCVS, IVLLINVS.

Fig. 455 - Saint-Georges-de-Reneins, ensemble III. 1 à 4 : céramique sigillée. 5, 6 : céramique à parois fines. 7 à 10 : céramique commune tournée grise. 11, 12 : céramique commune claire calcaire. 13 : céramique commune tournée rouge. 14 : amphore (dessins et mise au net : C. Batigne Vallet et A. Tripier).

26L’ensemble des céramiques communes est composé de céramiques communes claires en pâte calcaire pour presque deux tiers, et de céramiques tournées rouges, pour un tiers. Aucune ne présente de traces d’utilisation et aucun fragment ne porte les stigmates d’incendie. Les céramiques communes claires calcaires sont surtout des mortiers à collerette et lèvre en bourrelet (no 6, 7), variante « à collerette anguleuse » observée par C. Laroche dans la région Rhône-Alpes à partir du milieu du IIe siècle et au cours du IIIe siècle (Laroche à paraître). Les céramiques tournées rouges se répartissent entre marmites (no 8, 9) et plats (no 10, 11). La pâte de cette production ne ressemble pas à celle du pot à col et lèvre moulurée recueilli dans l’ensemble III précédent, mais le répertoire morphologique des récipients et la présence d’engobe micacé évoquent davantage les productions de l’atelier de La Ferté (Saône-et-Loire), datées de la seconde moitié du IIe siècle (Joly 1996 : 276, no 6), et observées aussi à Lyon et à Saint-Romain-en-Gal à la fin du IIe siècle et au IIIe siècle (Bonnet et al. 2003, fig. 18, no 10, fig. 39, no 252, fig. 19, no 2 ; Leblanc 2003, fig. 16, no 9), ou plus particulièrement celles de l’atelier plus éloigné de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), datées du IIe siècle également (Card 2008 : 221, fig. 24, no 87 à 90).

27Tous les indices convergent pour attribuer une origine lézovienne au lot de sigillées. Les caractéristiques techniques, à cause de l’action néfaste du feu sur les vases, n’apportent ici qu’une contribution modeste et seules quelques pièces présentent encore des aspects de vernis – rouges plutôt brillants – et une composition de pâte – couleur saumon avec une répartition relativement homogène des nodules carbonatés – qui permettent de rattacher ces objets aux productions calcaires du IIe siècle et plus particulièrement aux pièces lézoviennes produites entre 140 et 190. La confrontation de l’ensemble des fourchettes chronologiques obtenues à l’issue de l’analyse des estampilles, décors et, dans une moindre mesure, du répertoire des formes, met clairement en évidence le fait que cet ensemble n’a pu se constituer avant 150. Sur cette base, la proposition la plus vraisemblable s’inscrit au sein d’une fourchette chronologique d’une vingtaine d’années, entre 150 et 170. En effet, cette limite correspond à la fin probable de l’activité de la plupart des potiers identifiés et marque le début des modifications de répertoire et d’officines dominantes dont le lot de la fosse ne rend pas compte.

Fig. 456 - Saint-Georges-de-Reneins, ensemble IV. 1 à 5 : sigillée de Lezoux. 6, 7 : céramique commune claire calcaire. 8 à 11 : céramique commune tournée rouge (dessins et mise au net : R. Delage et C. Batigne Vallet).

28La standardisation des types, l’uniformité des catégories et les traces de feu arguent en faveur d’un mobilier destiné à la vente – ou à la redistribution – et non pas issu d’un contexte domestique. Sont donc réunies dans un local à vocation commerciale des céramiques contemporaines provenant des ateliers de Lezoux pour les sigillées, probablement de la vallée du Rhône pour les mortiers, et de Bourgogne pour les céramiques rouges à engobe micacé, dont on observe ici les premiers témoins sur le site. Aucune production potentiellement locale n’est associée.

3.1.2. LES ENSEMBLES CÉRAMIQUES D’ANSE

3.1.2.1. Anse I : 15 av. J.-C.-15 ap. J.-C. (fig. 457)

29Un premier ensemble céramique ansois provient des fouilles de 2006 réalisées sur le site de La Citadelle. Il correspond à sa première fréquentation et regroupe des céramiques retrouvées dans le comblement d’un four probablement domestique (US 18, et sa chambre de chauffe) et de deux fosses-cendriers adjacentes. Ce très petit ensemble rassemble 110 fragments pour 16 NMI.

30Les céramiques fines sont composées de sigillée de type italique, avec un vase appartenant au Service IC de Haltern (no 1). La céramique Terra Nigra est illustrée par un plat de type Menez 33 ou Menez 6/10, et les céramiques à parois fines par un gobelet de type « Beuvray », produit vraisemblablement à Saint-Romain-en-Gal (no 2). Des céramiques peintes sont attestées par un vase de type « bol de Roanne » (no 3).

31Parmi les céramiques de cuisine, la céramique tournée grise, majoritaire, est représentée par trois pots à col côtelé (no 4 à 6), types très courants, comme cela a été dit plus haut, à Lyon et à Mâcon, et une jatte à lèvre épaissie décorée (no 7), telle qu’il en existe quelques-unes dans la région Rhône-Alpes à cette période augustéenne (De Klijn 1991, fig. 2, no 4). La céramique grise fine compte une jatte à bord rentrant (no 8) et la céramique non tournée une marmite à lèvre débordante moulurée (no 9), type observé dans les fosses roannaises datées entre 15 et 30 ap. J.-C. (Genin, Lavendhomme 1997, pl. 28, no 4). La céramique tournée rouge offre un pot à lèvre débordante moulurée (no 10), type fréquent à Rodumna dès les niveaux correspondant à l’Horizon 6, soit dans les années 10 av.-15 ap. J.-C. (Genin, Lavendhomme 1997 : 109, pl. 18, no 23, 24). La céramique commune claire calcaire comprend deux mortiers à bord en bandeau, inspirés du modèle italique Halt. 59 (no 11).

32Les amphores sont essentiellement représentées par des fragments de panses. Trois origines sont dénombrées : la péninsule ibérique, la Gaule et l’Italie, avec des conteneurs à huile et à saumures de types Dr. 20 et Dr. 7/11 (no 12). Des panses d’amphores de Lyon et d’amphores vinaires de la région de Marseille ont aussi été repérées.

33Le site ansois est donc approvisionné par de multiples ateliers dès la période augustéenne : ateliers italiques, lyonnais, viennois et situés dans la vallée de l’Allier pour les céramiques fines. Une bonne partie des céramiques communes est peut-être locale. Les céramiques de cuisine de cet ensemble s’apparentent à un faciès assez commun en région Rhône-Alpes et à Mâcon, avec des pots à col côtelé et des jattes à lèvre décorée. Toutefois, quelques éléments le rapprochent du contexte roannais, avec deux types morphologiques qui appartiennent au faciès ligérien, d’une part, et avec la présence d’une céramique tournée rouge, d’autre part. Contrairement au mobilier céramique lyonnais augusto-tibérien, cette céramique tournée rouge ne reproduit pas les types italiques mais laisse s’exprimer un répertoire régional.

3.1.2.2. Anse II : 15-40 ap. J.-C. (fig. 458)

34Le second lot céramique retenu permet d’illustrer le mobilier utilisé à Anse entre les années 15 et les années 40 ap. J.-C. Il correspond à un ensemble découvert lors des fouilles de La Citadelle en 2006 et provenant d’une fosse-dépotoir (US 32), composé de 421 fragments pour 38 NMI.

35Les céramiques fines sont plus diversifiées que dans l’ensemble augustéen d’Anse. La céramique peinte provenant de Roanne et probablement de Saint-Romain-en-Gal (no 1) est suivie de la céramique Terra Nigra, avec les plats Menez 6/10 et Menez 33. Parmi les sigillées, deux plats de type italique appartenant aux Services I et II de Haltern (no 2, 3) sont associés à une coupe de type Drag. 29a originaire des ateliers de Gaule du Sud (no 4), qui atteste une évolution chronologique par rapport à l’ensemble précédent. Quelques fragments de panse présentent les caractéristiques des sigillées précoces des ateliers de Gaule centrale. Un vase en imitation de sigillée (no 5) et des fragments de vases engobés rouges sont attribuables aux ateliers de Saint-Romain-en-Gal.

36Les céramiques communes livrent une majorité de céramiques tournées grises. Elles sont composées de pots à col côtelé, de pots à épaule carénée (no 6), de jattes à lèvre moulurée et décorée (no 7), de marmites à lèvre débordante plate apparentées au type Halt. 56 (no 8). Le pot à lèvre moulurée (no 9), en revanche, qui a déjà été reconnu parmi le mobilier de Roanne pour la phase précédente, est encore le type de pot majoritaire durant l’Horizon 7, daté 15-30 ap. J.-C. (Genin, Lavendhomme 1997, pl. 27, no 1 à 3). Nous enregistrons aussi un couvercle appartenant à une production italienne de céramiques VRP, une cruche en pâte claire calcaire à bandeau mouluré et un pot à lèvre moulurée en céramique tournée rouge (no 10), catégorie technique et type morphologique dont on a déjà noté l’importance dans le mobilier ligérien dès le début du Ier siècle ap. J.-C.

Fig. 457 - Anse, ensemble I. 1 : sigillée de type italique. 2 : céramique à parois fines. 3 : céramique peinte. 4 à 7 : céramique commune tournée grise. 8 : céramique grise fine. 9 : céramique non tournée. 10 : céramique commune tournée rouge. 11 : céramique commune claire calcaire. 12 : amphore (dessins et mise au net : C. Batigne Vallet, C. Bonnet et B. Rambault).

37Parmi les amphores, les fragments d’origine hispanique sont bien représentés et sont accompagnés de conteneurs gaulois, fabriqués dans la région lyonnaise ou marseillaise. Nous recensons aussi une anse d’origine italique de type Dr. 2/4.

38Les ateliers de Saint-Romain-en-Gal et de Roanne conservent donc alors une bonne place sur le marché ansois avec la céramique peinte, malgré l’arrivée des sigillées de Gaule du Centre et du Sud. L’approvisionnement à longue et moyenne distance montre, comme origines principales, la péninsule ibérique, la région de Marseille et celle de Lyon. Le mobilier de cuisine offre un répertoire typologique identique à celui de l’ensemble augustéen, commun avec ceux de Mâcon et de Lyon. Il présente toutefois des caractéristiques propres aux céramiques ligériennes, avec un éventail morphologique typique et des récipients en céramique tournée rouge qui ne sont pas des répliques de vases italiques, comme à Lugdunum, mais des éléments d’une batterie de cuisine spécifique.

3.1.2.3. Anse III : milieu du Ier siècle ap. J.-C. (fig. 459)

39Le troisième ensemble céramique provenant d’Anse est constitué d’un cumul d’US correspondant à la première occupation du bâtiment C du site de Bancillon, fouillé en 2008. Il est composé de 450 fragments de céramiques pour 44 NMI, au sein desquels les céramiques fines sont très bien représentées.

Fig. 458 -Anse, ensemble II. 1 : céramique peinte. 2 à 4 : sigillée. 5 : imitation de sigillée. 6 à 9 : céramique commune tournée grise. 10 : céramique commune tournée rouge (dessins et mise au net : C. Batigne Vallet, C. Bonnet et B. Rambault).

40Celles-ci sont composées essentiellement de sigillées, dont la majorité provient des ateliers de Gaule du Sud. Les types les plus fréquents sont produits à partir du règne de Tibère : Drag. 24/25, Drag. 27, Drag. 18, Drag. 15/17 et Drag. 29 (no 1, 3 à 5). Les vases de type Ritt. 12B (no 6) et Drag. 33A sont vraisemblablement produits à partir des années 40 (Genin 2007 : 327 et 328). La coupelle de type Drag. 33A (no 2) porte une estampille GALLIO, se rapportant au « potier » GALLVS, et répertoriée à un exemplaire parmi les productions de l’atelier de la Graufesenque (Genin 2007 : 206, no 191.5). Dans la catégorie des céramiques Terra Nigra, nous comptons un plat Menez 6/1 (no 7). Les céramiques à parois fines comprennent des fragments de vases réalisés uniquement en pâte calcaire, qui portent un revêtement sablé et qui proviennent probablement des ateliers lyonnais.

41La céramique culinaire à pâte grise est toujours la plus abondante au sein des céramiques communes, avec le pot à col côtelé (no 8), qui est le type le plus largement répandu à Lyon et à Mâcon, comme cela a déjà été rappelé. La marmite tripode carénée à col et lèvre déversée (no 9) et la jatte évasée à bandeau (no 10) constituent ici deux types nouveaux. La marmite a été recensée dans l’ensemble de Ludna daté du dernier tiers du Ier siècle ap. J.-C. : elle apparaît parmi le mobilier mâconnais à partir des années 50. La jatte évasée à bandeau, en revanche, est répertoriée dans la Loire dès les années 30-70 (Genin, Lavendhomme 1997, pl. 37, no 13, pl. 42, no 14 à 16, pl. 54, no 18). Le pot à col et lèvre moulurée en céramique commune tournée rouge est une nouvelle variante du pot à lèvre moulurée répertorié dans les ensembles précédents (no 11), et qui a également été recensé à Ludna dans l’ensemble daté du dernier tiers du Ier siècle ap. J.-C. Nous avons aussi signalé que ce type apparaît dans les fosses de Rodumna datées des années 30. La céramique commune claire calcaire offre une cruche à lèvre en bourrelet (no 12) et une cruche à bandeau évasé mouluré (no 13), ainsi qu’un pot de stockage à deux anses (no 14) à lèvre à gorge interne.

42En ce qui concerne les amphores, tous les fragments identifiés proviennent de conteneurs ibériques, avec des amphores à huile de type Dr. 20.

Fig. 459 - Anse, ensemble III. 1 à 6 : sigillée. 7 : Terra Nigra. 8 à 10 : céramique commune tournée grise. 11 : céramique commune tournée rouge. 12 à 14 : céramique commune claire calcaire (dessins et mise au net : C. Bonnet et E. Bayen).

43Les céramiques fines sont donc désormais majoritairement originaires de la Gaule du Sud, même si quelques gobelets sont aussi issus des ateliers lyonnais. Les importations d’huile de Bétique en amphore de type Dr. 20 sont les seuls témoins des importations méditerranéennes. Les pots en céramique commune grise sont identiques à ceux qui sont utilisés à la même période à Lyon ou à Mâcon, alors que le nouveau type de marmite, carénée, est propre au faciès mâconnais et que la jatte évasée à bord formant un bandeau n’est recensée que dans les fosses de Roanne. Les céramiques tournées rouges, dont la pâte est souvent d’une teinte orange clair, présentent un type également répertorié à Roanne dans des niveaux contemporains.

3.1.2.4. Anse IV : fin du Ier siècle et début du IIe siècle ap. J.-C. (fig. 460)

44Le quatrième ensemble susceptible d’illustrer le mobilier utilisé à Anse correspond à un dépotoir installé dans la fosse d’accès du four à chaux fouillé en 2008 sur le site de Bancillon. Plus important que les lots précédents, cet assemblage comprend 1 045 fragments de céramiques pour 122 NMI. Les céramiques fines occupent 20 % des bords, les céramiques communes en représentent les trois quarts, et les amphores 4 %.

45La moitié des céramiques fines est constituée de vases en sigillée. Les vases de Gaule du Sud sont les plus nombreux, avec une forte proportion de coupelles flaviennes de type Drag. 35/36 (no 1), accompagnées de plats de type Drag. 18 et de vases hémisphériques Drag. 37. La sigillée de Gaule centrale est deux fois moins abondante. Elle est illustrée par des coupelles de type Drag. 33 (no 2), Drag. 36 et Lez. 42, ainsi que par des vases moulés de type Drag. 37. Tous les tessons de sigillées de Gaule centrale sont couverts d’un revêtement non grésé caractéristique des productions du Ier siècle cuites en mode A, même si des types comme le Lez. 42 sont généralement plus courants au IIe siècle (Bet, Delor 2000 : 469-470). La deuxième grande catégorie de vaisselle fine est la céramique peinte, avec de nombreux bols de type Roanne (no 3), dans une variante plutôt ouverte, propres à la fin du Ier siècle (Grand 1995). Les quelques fragments de vases en céramique à parois fines rassemblent trois productions distinctes : un gobelet en pâte calcaire et revêtement sablé qui pourrait provenir de Lyon, un gobelet à engobe brun et décor d’épingles du centre de la Gaule et un gobelet de type Beuvray, provenant des ateliers viennois s’il est en position résiduelle, ou bien des ateliers du centre de la Gaule.

46La céramique tournée grise est encore majoritaire au sein de la famille des céramiques communes, même si le taux élevé de céramique tournée rouge contribue à caractériser cet ensemble. Les pots sont toujours très nombreux. Au sein des céramiques tournées grises, le pot à col côtelé (no 4, 5) est le mieux représenté, accompagné de pots à épaule carénée. Les marmites tripodes carénées, apparues vers le milieu du Ier siècle, sont assez bien représentées (no 6, 7). Les quelques jattes dénombrées possèdent un bord en bandeau, qui est parfois mouluré (no 8, 9) : elles se rapportent au type apparu dans l’ensemble ansois précédent et font référence au mobilier roannais évoqué alors. Les couvercles présentent un profil à lèvre simple ou à lèvre formant un bandeau, mais sont souvent munis d’un sillon inférieur, ce qui est très courant également dans la batterie de couvercles ligériens. Parmi les céramiques tournées rouges, nous enregistrons essentiellement des pots à col et lèvre moulurée (no 10, 11), dont il a déjà été question plus haut, flanqués de marmites, dont la plupart possède un col et une lèvre débordante moulurée (no 12), ou, plus rare, un bord à collerette (no 13). Ces deux types correspondent à la morphologie des marmites enregistrées dans les fosses de Roanne dès la période augustéenne (Genin, Lavendhomme 1997, pl. 14, no 11, 13, 14). Nous comptons aussi une jatte à lèvre débordante large (no 14), modèle proche de celui qui appartient au répertoire morphologique des ateliers roannais en activité entre 30 et 70 (type 2.8 de Fr. Dumoulin ; Dumoulin 1997 : 89 à 93). L’ensemble recèle trois cruches à lèvre à collerette, qui sont des types recensés à Roanne à partir du début du IIe siècle (Genin, Lavendhomme 1997, pl. 88, no 9), mais aussi une cruche de grandes dimensions à bord en bandeau (no 15). Ces objets évoquent certaines cruches produites à Roanne dès la fin du Ier siècle, qui possèdent une pâte orange pâle très épurée et que nous nommons « céramique orange fine » pour les distinguer des céramiques communes claires façonnées avec une pâte calcaire (Genin, Lavendhomme 1997 : 103).

Fig. 460 - Anse, ensemble IV. 1, 2 : sigillée. 3 : céramique peinte. 4 à 9 : céramique commune tournée grise. 10 à 15 : céramique commune tournée rouge. 16 : céramique commune claire kaolinitique (dessins et mise au net : C. Bonnet et E. Bayen).

47La céramique commune claire calcaire comprend deux cruches à bord en bourrelet et un mortier à collerette. Un autre mortier, à collerette plaquée contre la panse, semble façonné dans une pâte kaolinitique revêtue d’un engobe orange (no 16).

48Les amphores sont surtout des types vinaires originaires de Gaule (type Gauloise 4) et nous recensons aussi une amphore hispanique à saumures de type Dr. 7/11.

49À la fin du Ier siècle et au début du IIe siècle ap. J.-C., les céramiques fines proviennent donc de Gaule du Sud et de Gaule centrale. Les céramiques communes sont peut-être locales, notamment les céramiques tournées grises, dont le répertoire est identique à celui des céramiques utilisées dans le Mâconnais. En revanche, les céramiques tournées rouges, qui sont assez abondantes ici, respectent un répertoire qui est propre aux cuisines ségusiaves.

3.1.2.5. Anse V : seconde moitié du IIe siècle (fig. 461)

50Le site des Carrières offre un ensemble de céramiques qui peuvent être datées de la seconde moitié du IIe siècle ap. J.-C. Elles sont réparties dans plusieurs US trouvées à l’emplacement du bâtiment B. Nous présentons ici l’ensemble des céramiques provenant d’US correspondant à la deuxième période de fréquentation de ce secteur : un niveau de sol (US 34/26), une démolition qui le recouvre (US 22/18) et une fosse la recoupant (US 17). Des collages entre ces US, ainsi qu’une très grande ressemblance de composition nous autorise à regrouper le mobilier en une seule phase chronologique, que nous datons de la deuxième moitié du IIe siècle. Ce mobilier (Billaux 2009) est composé de 104 NMI pour 728 fragments, les céramiques fines étant particulièrement bien représentées, avec 44 % des individus.

51Les sigillées de Gaule du Centre occupent les deux tiers des individus de céramique fine, et les céramiques métallescentes l’autre tiers. Les sigillées sont essentiellement illustrées par des vases moulés de type Drag. 37 (no 1), dont plusieurs sont attribués aux groupes stylistiques PATERNVS II et IIB, que l’on peut dater 160-190. Un vase moulé de type Drag. 30 est attribué au groupe DOECCVS, et daté 170-190 (no 2). Les coupelles de type Drag. 33 et les assiettes de type Lez. 43A sont assez bien représentées, accompagnées de types uniques : un Lez. 89, un Lez. 44, un Déch. 72 à décor excisé, et un mortier Lez. 97/Curle 21 (3, 4, 5, 6, 7). Les céramiques métallescentes possèdent un vernis noir parfois peu grésé et peu adhérent, attestant une phase de production correspondant aux céramiques dites métallescentes de « première génération », datées de la seconde moitié du IIe siècle, 160-170 plus exactement. Il s’agit, pour une moitié, de pots à lèvre oblique proches du type Lez. 305, et, pour l’autre, de vases moulés de type Déch. 68 (no 8 à 11). Les décors identifiables semblent pouvoir être attribués au groupe décoratif PATERNVS IIA.

52Les céramiques communes sont représentées majoritairement par des productions tournées rouges. Le plat à cuire à bord rentrant, très généralement tripode, est le type le plus fréquent (no 12, no 14). Celui-ci est bien connu des cuisines roannaises à partir du milieu du IIe siècle (Genin, Lavendhomme 1997 : 136). Il est essentiellement accompagné de pots à col et lèvre moulurée et de jattes à bandeau mouluré ou saillant, dont il a déjà été question dans l’ensemble précédent. Un des couvercles possède une lèvre épaissie à sillon inférieur (no 13) et nous avons déjà signalé qu’il s’agit d’une des caractéristiques du mobilier culinaire ligérien. Les céramiques tournées grises sont massivement illustrées par le pot à col et lèvre en bourrelet, plus ou moins épais (no 15). Ce type, et celui qui possède une lèvre en gros bourrelet en particulier, est répertorié à Mâcon et à Lyon dans des ensembles datés de la seconde moitié du IIe siècle et du début du IIIe siècle (Lamoine 2001 ; Batigne Vallet 2001 ; Bonnet et al. 2003).

53Les amphores sont quasiment inexistantes : seize fragments proviennent de la péninsule ibérique et quelques autres de la Gaule.

54Ainsi le site des Carrières est-il approvisionné exclusivement par les céramiques fines de Gaule du Centre. En ce qui concerne les céramiques de cuisine, le répertoire des céramiques tournées rouges, alors très abondantes, épouse parfaitement et même exclusivement celui des productions ligériennes de Roanne. Les céramiques communes tournées grises, moins abondantes, présentent une variété morphologique bien moindre : elles sont dominées par les pots, dont les plus caractéristiques possèdent un col et une lèvre formant un gros bourrelet.

3.1.2.6. Anse VI : IIIe siècle (fig. 462)

55Pour illustrer le mobilier céramique utilisé à Anse durant le IIIe siècle, nous pouvons exploiter un ensemble d’US correspondant à la phase d’extension maximale de l’établissement fouillé en 2007 à La Citadelle. Cet ensemble totalise 84 individus, pour 978 fragments, au sein desquels les céramiques fines représentent un tiers du NMI et les céramiques communes les deux tiers.

56Les deux tiers des céramiques fines appartiennent aux céramiques métallescentes, ce qui est un signe d’évolution chronologique par rapport à l’ensemble précédent. L’autre tiers des bords appartient aux sigillées gauloises, toutes originaires de Gaule du Centre. Parmi les premières, prédominent les coupelles hémisphériques (Desbat, Godard 1999, fig. 4, no 10-11), les coupes à bandeau et les coupes carénées ansées à décor de barbotine (Bet, Gras 1999, type Lez. 317 et 302), types bien attestés dans des contextes lyonnais datés de la fin du IIe siècle et du IIIe siècle (no 1 à 4). Les gobelets à col tronconique sont moins abondants (no 4). Les sigillées sont illustrées par des vases moulés de types Drag. 37, des coupelles de type Lez. 14/15 (Drag. 35/36) et des coupes Lez. 43A et Lez. 56.

Fig. 461 - Anse, ensemble V. 1 à 7 : sigillée. 8 à 11 : céramique métallescente. 12 à 14 : céramique commune tournée rouge. 15 : céramique commune tournée grise. 16 : amphore. (dessins et mise au net : A. Billaux, C. Ybard).

57Quelques individus de sigillée claire B rhodanienne ont été identifiés, notamment deux coupes appartenant au type Desbat 5 (no 6), produit à partir du début du IIIe siècle (Desbat 1988 ; Desbat 2002). Nous avons aussi recensé quelques récipients en céramique à revêtement argileux (CRA) d’origine indéterminée.

58Les céramiques tournées grises sont ici majoritaires au sein des céramiques de cuisine. Le pot est la forme la plus abondante, avec le type évoqué sur le site des Carrières, à col et lèvre en gros bourrelet le plus souvent (no 7). Dans cette même catégorie, nous collationnons aussi un pot à lèvre verticale et sillons externes (no 8) et des marmites à lèvre horizontale et gorges supérieures, telles qu’il en existe à Lyon et à Vienne dans des ensembles datés du IIIe siècle (Leblanc 2007, fig. 96, no 55 ; Godard 1995, fig. 15, no 115). Des marmites carénées à col et lèvre déversée (no 9, 10) ont aussi été répertoriées : elles ressemblent à celles qui apparaissent dans les ensembles mâconnais postérieurs au milieu du Ier siècle mais il est possible qu’il s’agisse plutôt d’un modèle de jatte appartenant à la céramique dite « allobroge » (Laroche 2003, fig. 1, no 6 ; Cantin, Laroche, Leblanc 2009), qui atteindrait, avec Anse, un des points de diffusion les plus occidentaux. Dans la catégorie des céramiques tournées rouges, nous enregistrons quelques plats à bord rentrant. Une cruche (no 11) pourrait appartenir à la catégorie des céramiques orange fines. Ce modèle est bien répertorié à Roanne dans les fosses de l’Horizon 11, daté 150-180 (voir Genin, Lavendhomme 1997, pl. 103).

Fig. 462 - Anse, ensemble VI. 1 à 5 : céramique métallescente. 6 : sigillée claire B. 7 à 10 : céramique commune tournée grise. 11 : céramique pâle fine (dessins et mise au net : C. Bonnet et E. Bayen).

59Cet ensemble VI montre donc un approvisionnement venant massivement de Gaule du Centre pour les céramiques fines, à quelques exceptions près. Parmi les céramiques communes, les céramiques grises révèlent des caractéristiques identiques à celles de plusieurs vases gris de Lyon, de Mâcon et de Vienne, et incluent, comme dans ces dernières villes, quelques rares productions de céramiques dites « allobroges ».

3.1.2.7. Anse VII : seconde moitié du IIIe siècle (fig. 463)

60La fosse 316 est un dépotoir qui coïncide avec la deuxième phase d’occupation de l’établissement fouillé en 2007 à La Citadelle et qui permet de proposer un ensemble de céramiques qui peut être daté de la seconde moitié du IIIe siècle. Il est composé de 982 fragments qui représentent 89 individus, au sein desquels la céramique commune est surreprésentée, avec 82 % des bords. La vaisselle de table est essentiellement composée de céramiques métallescentes, de sigillées claires B et de CRA de type savoyard. Avec seulement cinq individus, les sigillées gauloises sont désormais minoritaires. La sigillée claire B regroupe des coupes de types Desbat 15 et 14, des fragments de gobelets de types 50 et 67 et des fragments de médaillons d’appliques illisibles. La céramique métallescente offre deux coupes à bandeau et un gobelet à bord déversé. Deux coupes de types Lamb. 45 et Lamb. 3/8 pourraient être classées parmi les CRA savoyardes (Pernon, Pernon 1990) tandis que nous comptons aussi un bord de plat de type Hayes 50 (no 1) en sigillée africaine C (Hayes 1972).

61La céramique commune est composée, pour les deux tiers, de céramiques tournées grises. Ce sont essentiellement des pots, et le modèle à col et lèvre en gros bourrelet, dont il a déjà été question, est le plus prisé (no 2, 3, 4). Trois pots présentent une lèvre verticale à sillons sur la face externe (no 5, 6), deux autres pots montrent une lèvre oblique (no 7, 8), un dernier possède une lèvre quadrangulaire à gorge supérieure (no 9). Nous recensons des plats à bord rentrant (no 10, 11) et des marmites carénées à col et lèvre en bourrelet (no 12). Les céramiques tournées rouges sont constituées de pots à col et lèvre en bourrelet ou à lèvre moulurée et de plats à bord rentrant.

62Les amphores sont rares ; nous recensons un bord d’amphore de type Dr. 20 de Bétique.

63Les céramiques fines sont donc alors originaires de trois régions principales : centre de la Gaule, vallée du Rhône et Savoie. Les céramiques communes sont essentiellement des pots, gris pour la majorité, qui se rapprochent davantage des répertoires mâconnais et lyonnais, voire viennois, que de celui que développent les ateliers ligériens.

Fig. 463 -Anse, ensemble VII. 1 : sigillée africaine C. 2 à 12 : céramique commune tournée grise (dessins et mise au net : C. Bonnet et E. Bayen).

3.1.2.8. Anse VIII : fin IIIe siècle-début IVe siècle (fig. 464)

64Un nouvel ensemble ansois (Chenaie 2010) permet d’aborder le mobilier domestique utilisé durant la fin du IIIe siècle ou le début du IVe siècle. Il est issu du site de La Grange du Bief et appartient à une épaisse couche de démolition, la couche 3, recouvrant les murs arasés du bâtiment H, dans la zone du nymphée. Cet ensemble VIII est composé de 8 051 fragments pour 461 NMI, mais contient une petite quantité de mobilier résiduel (mobilier protohistorique) et quelques fragments plus tardifs, médiévaux. Les céramiques de cuisine sont très majoritaires, avec 82 % des bords.

65Les céramiques fines sont constituées, pour une petite moitié, de sigillées, qui proviennent majoritairement de Gaule du Centre. Le type majoritaire est le vase hémisphérique de type Drag. 37, dont certains décors renvoient aux groupes stylistiques de CINNAMVS, PATERNVS II et IVSTVS. Nous comptabilisons ensuite des assiettes Lez. 54 (no 1) et des coupelles Drag. 33 (no 2). L’autre moitié des céramiques de table est constituée de céramiques métallescentes, de céramiques à parois fines, de sigillées claires B et de CRA. Les premières proviennent en grande quantité des ateliers lézoviens, même si nous recensons quelques objets issus probablement des ateliers de Trèves et peut-être de Gueugnon. Ce sont essentiellement des gobelets à col tronconique, de type Lez. 307 (no 4) mais nous comptabilisons aussi des pots de type Déch. 72 à décor barbotiné (no 5) ou excisé (no 6) et un exemplaire de pot de type Déch. 68 à décor moulé. Les sigillées claires B sont représentées, notamment, par des pots de type Desbat 65 et Desbat 69. Nous notons aussi une céramique grise fine à décor excisé (no 7). La bonne représentativité des CRA savoyardes permet de proposer une progression chronologique par rapport à l’ensemble précédent, qui a été daté de la seconde moitié du IIIe siècle.

66Les céramiques de cuisine sont surtout des céramiques tournées rouges, qui présentent une pâte de couleur plutôt orangée, qui peut être grossière ou fine. Les pots ne représentent qu’un tiers des bords et ce sont essentiellement des types à col et lèvre moulurée (no 8), déjà fréquemment enregistrés, ou bien des pots à lèvre déversée (no 9). Les marmites, assez nombreuses, appartiennent à trois types fréquents dans les ensembles ligériens des IIe et IIIe siècles : le type à lèvre déversée munie d’une gorge supérieure (no 10), le type à lèvre oblique (no 11) et le type caréné à lèvre débordante à gorge supérieure (no 12). Ces deux formes sont accompagnées de plats, de couvercles et de pichets. Au sein des céramiques tournées grises, les pots dominent le répertoire morphologique, avec plus de la moitié des bords. Ceux-ci ne sont pas façonnés sur les mêmes modèles que les pots cuits en mode A et ce sont surtout des vases à col et lèvre en gros bourrelet qui sont recensés (no 13), accompagnés de quelques objets à lèvre déversée ou à lèvre verticale (no 14), déjà recensés dans les ensembles ansois. Les marmites présentent des types à col et lèvre déversée ou moulurée.

Fig. 464 -Anse, ensemble VIII. 1 à 3 : sigillée. 4 à 6 : céramique métallescente. 7 : céramique grise fine excisée. 8 à 12 : céramique commune tournée rouge. 13, 14 : céramique commune tournée grise (dessins et mise au net : C. Batigne Vallet).

67Les amphores, rares, proviennent de Gaule et d’Afrique essentiellement, ainsi que de la péninsule hispanique.

68Cet ensemble VIII est donc composé de céramiques produites dans le centre de la Gaule, dans la vallée du Rhône, en Savoie et à Trèves, pour les céramiques fines, mais aussi en Afrique pour quelques amphores. Les céramiques communes montrent deux groupes qui se distinguent par leur répertoire morphologique et par leurs caractéristiques techniques : les céramiques rouges, majoritaires, font directement référence au répertoire des ensembles ligériens, et les céramiques communes tournées grises, renvoient au faciès mâconnais surtout, mais aussi lyonnais et viennois.

3.1.2.9. Anse IX : Ve et VIe siècles (fig. 465)

69Quelques fragments de céramiques recueillis à Anse sont datés des Ve et VIe siècles et sont issus d’US appartenant à la période 3 de la fouille 2007 de La Citadelle (152 fragments pour 24 NMI) ; cet ensemble est complété pour cette présentation par quelques tessons contemporains découverts en 1995 place des Frères-Fournet, dans la zone de Château Vieux.

70La céramique fine du site de La Citadelle ne comprend que deux bords de CRA, trop lacunaires pour être identifiés. Les fragments de céramique fine retrouvés place des Frères-Fournet appartiennent à la catégorie des CRA de type Luisantes issus des ateliers de Portout, et dont la grosse période de production est située fin IVe et Ve siècle : un bord appartient au type Lamb. 1/3 et porte un décor de rinceaux réalisé à l’engobe (no 1) ; un autre objet se rapporte au type Lamb. 40 (no 2).

71Les céramiques communes de La Citadelle sont surtout des pots en céramique tournée grise. Ils possèdent une lèvre de section triangulaire (no 3), ou à bord rappelant le modèle en bandeau court (no 4, 5, 6) dit de « première génération » (Horry 2000). Ils font aussi référence au type répertorié sur l’atelier de Sevrey (Saône-et-Loire) sous le type POT2 (Delor-Ahü, Simonin 2005 : 278-279, fig. 24). Un gobelet cylindrique montre un bord vertical marqué d’un sillon externe (no 7). Les céramiques cuites en mode A s’apparentent à la catégorie des céramiques dites « bistres », caractérisées en Bourgogne (Mani 2004) et possédant des bords en bandeau court, munis d’une gorge interne (no 8 à 11). Dans le sondage de la place des Frères-Fournet, nous recensons un pot à bord en bandeau court (no 12) appartenant à cette catégorie, qui fait directement référence au type de pot P1 de Sevrey (Delor-Ahü, Simonin 2005 : 267, fig. 15). Il est accompagné de deux objets cuits en mode A mais dont l’aspect renvoie plus aux productions antiques qu’aux céramiques bistres : un mortier à collerette épaisse et courte (no 13) et un pot à lèvre épaissie et sillon en haut de panse (no 14). Nous enregistrons aussi un pot à bord évasé et lèvre à bourrelet crochu, en céramique tournée grise (no 15), appartenant à un type retrouvé en grande quantité dans les niveaux d’abandon du site de l’Hôtel de Gadagne (Lyon) datés du début du Ve siècle (Batigne Vallet, Lemaître 2008 ; Batigne Vallet, Lemaître, Schmitt 2010), et identifié au sein de l’atelier de la ZAC Charavay, daté de la deuxième moitié du IVe siècle (Lascoux, Batigne Vallet 2003).

72Pour ce lot datant de l’Antiquité tardive, les rares céramiques fines sont probablement originaires de Savoie. Certaines céramiques communes ont peut-être été produites à Lyon, pour les pots gris notamment, mais aussi très certainement dans la région chalonnaise, en particulier pour les récipients en céramique « bistre ».

Fig. 465 -Anse, ensemble IX. 1, 2 : céramique à revêtement argileux de type Luisante (place des Frères-Fournet). 3 à 7 : céramique tournée grise (La Citadelle). 8 à 11 : céramique « bistre » (La Citadelle). 12 : céramique « bistre » (place des Frères-Fournet). 13, 14 : céramique commune tournée rouge (place des Frères-Fournet). 15 : céramique tournée grise (place des Frères-Fournet) [dessins et mise au net : C. Bonnet, E. Bayen, C. Batigne Vallet].

3.1.3. CÉRAMIQUES ANTIQUES DE LUDNA ET D’ANSE : ÉLÉMENTS DE RÉFLEXION

73Les céramiques recueillies dans les habitats des deux bassins étudiés appartiennent à des catégories bien connues dans les agglomérations antiques publiées dans la région.

74Pour les besoins de la table, ce sont les céramiques peintes, les Terra Nigra, les sigillées de type italique puis gauloises, essentiellement, qui procurent bols, plats et coupes. Les gobelets sont fournis par les céramiques à parois fines puis les céramiques métallescentes.

75Dans les cuisines, les céramiques culinaires de couleur grise sont majoritaires, cette préférence correspondant à un modèle hérité des goûts et des habitudes techniques celtes. Le pot à cuire est le récipient le plus utilisé, accompagné de la jatte, puis de la marmite à partir de la fin du Ier siècle ap. J.-C. Les céramiques communes claires réalisées en pâte calcaire fournissent des petits vases à provisions, des cruches et des mortiers dont la morphologie est très banale au Ier siècle av. et au Ier siècle ap. J.-C. Elles ne sont jamais très importantes mais leur taux est au plus fort vers le milieu du Ier siècle ap. J.-C. et décline à partir de la seconde moitié du IIe siècle. Les amphores dénombrées attestent le même éventail de denrées et les mêmes quantités que dans la plupart des agglomérations moyennes de la région.

76Toutefois, l’estimation quantifiée des catégories et l’observation des répertoires morphologiques permettent d’affiner cette analyse locale pour replacer l’ensemble d’Anse et Ludna dans un contexte régional.

3.1.3.1. Un groupe homogène qui se distingue du mobilier de Lyon/Lugdunum

77Les céramiques domestiques utilisées dans les secteurs de Saint-Georges-de-Reneins et d’Anse se ressemblent à plusieurs égards, en tout cas pour la période où les points de comparaison sont possibles, et se démarquent, par leur approvisionnement, de la capitale tout proche, Lugdunum. En effet, non seulement les catégories de céramiques de table recensées dans les deux bassins n’y connaissent pas la même représentation, mais le répertoire morphologique des céramiques communes présente la particularité de se référer simultanément à plusieurs faciès régionaux.

78Ainsi, dans les ensembles qui couvrent la période qui va de 10 av. J.-C. à 15 ap. J.-C., les catégories de céramiques utilisées pour la consommation des mets sont analogues, avec, en particulier, la céramique peinte, originaire des ateliers de Roanne et de Vienne, qui est majoritaire. Elle est plus abondante que la sigillée de type italique, produite à Lyon ou en Étrurie septentrionale, que la Terra Nigra et que les autres productions vraisemblablement viennoises comme la céramique engobée, la céramique à parois fines de type Beuvray et les imitations de sigillée. Les sigillées de La Graufesenque et les céramiques à parois fines de Lyon intègrent les ensembles à partir du règne de Tibère. Si les productions sigillées de Gaule du Centre sont discrètes au Ier siècle, les céramiques à parois fines lézoviennes deviennent plus abondantes que les céramiques à parois fines lyonnaises à partir des années 70. À Anse, c’est au IIe siècle que les sigillées de Lezoux sont massivement utilisées pour la table, où elles sont accompagnées de céramiques métallescentes de même origine à partir du milieu du siècle.

79Ce tableau grossièrement brossé pour l’ensemble des deux bassins ne correspond pas au schéma enregistré 30 km plus au sud, dans les habitats de Lugdunum, qui sont approvisionnés par des productions locales ou sub-locales jusqu’au début du IIe siècle. Ainsi, durant la période augustéenne, les tables de la capitale sont considérablement mieux équipées en céramique sigillée de type italique qu’en céramique peinte et qu’en Terra Nigra (Genin 1994 ; Genin 1993, fig. 6 et fig. 7 ; Genin 1997 : 26), et durant la seconde moitié du Ier siècle, les sigillées sudgauloises dominent, accompagnées des céramiques à parois fines de production lyonnaise, qui ne sont pas concurrencées par les productions lézoviennes. En revanche, l’importance de la céramique peinte est également notée sur les sites augustéens de Mâcon (Barthèlemy, Lamoine 2000 : 204). La consommation de céramiques domestiques de la micro-région semble assez proche également de celle de Roanne durant les dernières années du Ier siècle av. J.-C. et même jusqu’au milieu du IIe siècle ap. J.-C. (Genin, Lavendhomme 1997 : 72 ; Genin 1997 : 28).

  • 2 Étude réalisée dans le cadre de l’ACR « Céramiques de cuisine d’époque romaine en Rhône-Alpes et da (...)

80L’autre trait particulier noté à la fois à Anse et à Ludna concerne le répertoire morphologique des céramiques de cuisine, faisant référence simultanément à plusieurs faciès régionaux. En effet, certains récipients ont la même forme que ceux qui sont utilisés à Mâcon, d’autres ressemblent au mobilier de cuisine roannais, alors que d’autres encore sont identiques à certains vases utilisés à Lyon et parfois à Vienne. Si ces derniers correspondent plutôt, en fait, à des types assez courants dans toute la région Rhône-Alpes et parfois au-delà, types que l’on pourrait qualifier de « génériques », les autres, en revanche, sont empruntés aux répertoires caractéristiques des aires mâconnaise et ligérienne. L’étude des céramiques communes du Mâconnais et du département de la Loire réalisée récemment dans le cadre d’une ACR2 nous permet, en effet, d’affirmer qu’il existe, dans ces deux zones géographiques, deux faciès de consommation constituant chacun un répertoire propre, exempt d’intrusions externes (Batigne Vallet 2010). À l’inverse, les deux sites étudiés dans le cadre de ce PCR recèlent tous deux des récipients se référant à la fois au faciès mâconnais et au faciès ligérien. En outre, il faut préciser que les premiers correspondent plutôt aux récipients en céramiques tournées grises et que les seconds se rapportent aux céramiques communes tournées rouges. Cette double influence ressentie dans le répertoire de la batterie de cuisine peut probablement être expliquée par la situation géographique de la zone étudiée, ancrée sur un axe double de circulation, fluvial et terrestre.

3.1.3.2. Les mobiliers céramiques d’Anse et de Ludna : des distinctions significatives ?

  • 3 La supériorité des céramiques culinaires cuites en mode A dans plusieurs ensembles ansois postérieu (...)

81Les deux bassins montrent de grandes ressemblances quant à leur approvisionnement en catégories céramiques domestiques et à son évolution, ainsi qu’en ce qui concerne le répertoire des céramiques de cuisine, qui relève conjointement de deux faciès régionaux. Par ces deux points précis, les ensembles céramiques des deux étapes routières constituent une entité qui se différencie assez aisément de celle des habitats de Lugdunum, en particulier. Toutefois, une observation fine des formes et des pâtes des céramiques communes recueillies à Anse et à Ludna permet de faire le constat que les deux agglomérations montrent des disparités, significatives des modalités de l’approvisionnement en céramiques de cuisine. La répartition des catégories techniques, tout d’abord, est différente : si l’on constate une prédominance des céramiques tournées grises et l’introduction progressive des céramiques tournées rouges dans toutes les batteries de cuisine, conformément à ce que l’on connaît dans l’ensemble de la région Rhône-Alpes et au-delà, cette apparition se fait beaucoup plus tôt à Anse qu’à Ludna3. Ensuite, si la précocité des céramiques rouges au sein des ensembles d’Anse peut relever du schéma d’approvisionnement de Roanne, où ce phénomène a été consigné par M. Genin, il convient également de mettre l’accent sur la forte représentation du répertoire morphologique ligérien au sein des ensembles céramiques ansois. En effet, si l’on a remarqué que quelques récipients appartenant au faciès ligérien sont recensés à Ludna dès les niveaux augustéens, ils sont beaucoup plus fréquents sur les sites d’Anse, dès la même période. Aussi, il conviendrait d’en conclure que le mobilier d’Anse est davantage influencé par le mobilier de cuisine utilisé à Roanne et dans les autres sites localisés dans la vallée du fleuve, que ne l’est celui de Saint-Georges-de-Reneins, celui-ci possédant un mobilier de cuisine essentiellement conforme à ce qui est utilisé à Mâcon. Or, une observation des pâtes céramiques révèle qu’il ne s’agit pas seulement d’une influence mais que les cuisines d’Anse bénéficient d’importations de récipients façonnés probablement dans l’actuel département de la Loire. En effet, la plupart des céramiques tournées rouges du site de Saint-Georges-de-Reneins arborent des couleurs soutenues et des pâtes riches en dégraissant minéral, probablement naturel, assez semblables à celles qui sont observables à Mâcon et sur les autres sites de la vallée de la Saône aux Ier et IIe siècles, alors que les pâtes des céramiques culinaires rouges d’Anse montrent le même aspect que celles des céramiques retrouvées sur les sites localisés dans le département de la Loire, le long du fleuve : les couleurs sont toujours assez pâles, rose ou orange, les textures fines ou grossières. Ce sont des céramiques dont les pâtes contiennent très probablement de la kaolinite, que nous avons souvent nommées « céramiques orange grossières » ou « céramiques orange fines », en fonction de leur granulométrie, les premières comprenant plutôt des pots, des jattes et des marmites, les secondes des cruches. Il semble que l’argile calcaire n’ait pas été exploitée dans cette région, faute d’affleurement disponible, et que toutes les céramiques aient été façonnées avec une argile non calcaire, de nature plus ou moins kaolinitique et de granulométrie variable. Pour la fabrication des cruches, élaborées d’ordinaire avec des pâtes calcaires épurées, les potiers de cette région ont utilisé une argile kaolinitique faiblement dégraissée, comme dans les ateliers de Roanne, par exemple (Dumoulin 1997 : 88, type 1.7).

82Un échantillon de céramiques communes du IIe ou IIIe siècle est fourni à Saint-Georges-de-Reneins par un remblai de fouilles anciennes, retrouvé en 2004 dans le sondage 04.7 réalisé à l’emplacement supposé du four de potiers découvert en 1930. L’ensemble est composé de grands fragments de céramiques communes grises et rouges, les premières semblant être plus abondantes que les secondes et les deux catégories montrant la même pâte argileuse. Les types produits relèvent des deux faciès en jeu dans la micro-région : des pots à col et lèvre en gros bourrelet, des jattes à col évasé et des jattes tronconiques à lèvre effilée et bord en bandeau mouluré connus dans la zone de Mâcon, et des marmites à bord à collerette, particulièrement abondants à Roanne. Cet échantillon amène donc la preuve que des récipients appartenant au faciès ligérien sont produits à Ludna. Toutefois, seule la découverte d’un ensemble conséquent permettrait de caractériser le faciès de consommation du site pour cette période.

83Il convient d’insister, pour conclure, sur le fait que, malgré la proximité de la micro-région étudiée avec Lugdunum, elle n’est pas massivement approvisionnée par les productions céramiques urbaines dans les premiers temps, mais semble plus directement reliée aux bassins du Mâconnais et de la proche vallée de la Loire. Rappelons aussi que le répertoire du mobilier de cuisine de l’agglomération de Ludna est, de manière générale, tourné vers la vallée septentrionale de la Saône, alors que la céramique de cuisine d’Anse, pourtant plus près de Lyon, semble, en partie mais très tôt, acheminée depuis la partie occidentale du territoire des Ségusiaves (actuel département de la Loire), à laquelle on peut supposer que la station est reliée par un axe de circulation terrestre.

3.2. ANSE ET LUDNA : LE REGARD DU NUMISMATE (D. Frascone)

84Le matériel pris en compte dans cette étude provient de fouilles plus ou moins récentes effectuées à Anse et à Ludna, des fonds du musée de Saint-Georges-de-Reneins et du château des Tours à Anse et, pour la majeure partie, de données assez bien localisées issues de prospections sur les deux rives de la Saône (collection privée P. O.). Il a fait l’objet d’un catalogue exhaustif qui sera publié par ailleurs. À partir de ce corpus assez large et numériquement important, trois axes d’étude ont été privilégiés. Il s’agit tout d’abord de préciser l’éventail chronologique des deux grands secteurs (Ludna et Anse) et également de tenter d’analyser, pour la période tardive, les courants de circulation. Un paragraphe particulier sera en outre consacré à une monnaie de Septime Sévère frappée à Périnthe (Thrace) dont nous tenterons d’expliquer la présence ici.

3.2.1. LE SECTEUR DE LUDNA (fig. 466 et 4674)

  • 4 Tous les graphiques proposent en abscisse le terminus post quem (TPQ) des monnaies avec des écarts (...)

85Parmi les monnaies provenant des fouilles de Ludna (2003-2009), 75 % sont antérieures au 2e quart du Ier siècle ap. J.-C., dont 10 % sont antérieures à la fin du 3e quart du Ier siècle av. J.-C.

86Les monnaies des trésors et celles du musée de Ludna à la mairie de Saint-Georges-de-Reneins, dont il semble que la majeure partie provienne de ces dépôts, sont frappées entre 150 et 280, à quelques exceptions près, dont les plus anciennes ne sont pas antérieures au règne d’Auguste.

87Les monnaies de prospection offrent un éventail chronologique beaucoup plus large, mais il faut remarquer que celles postérieures à 300 constituent 57 % de ce numéraire peu représenté dans les fouilles ou dans les trésors (2 monnaies sur les 60 retrouvées dans les fouilles sont datées du IVe siècle).

88Cette disparité peut en partie s’expliquer soit par le fait que les niveaux les plus récents du site fouillé ont pu être dégradés par l’érosion et éventuellement par des actions anthropiques, soit que l’agglomération ait été abandonnée assez tôt, les nouvelles occupations se situant alors entre la voie de Lyon vers le nord et la Saône. En ce qui concerne les trésors, l’absence de numéraire tardif s’explique évidemment par le fait qu’ils correspondent à une période très précise, la crise des années 250-280.

89Même si plusieurs secteurs ont fourni des monnaies tardives, l’un d’entre eux se distingue par la quantité de numéraire de la fin du IVe siècle qu’il recelait, celui de Boitrait. Les prospections ont en effet permis d’y mettre au jour un lot important, couvrant toute la durée du IVe siècle.

  • 5 La seule période non représentée est la seconde moitié du IIIe siècle qui correspond à une période (...)
  • 6 En particulier un demi-as de la Colonia Lepida (Région de Saragosse – Tarraconaise) pour les duumvi (...)

90L’agglomération de Ludna, au regard des données numismatiques, semble avoir été établie très précocement, sans doute lors de la mise en place des grandes structures viaires sous Agrippa et, peut-être même antérieurement. Cependant, si le numéraire du Ier siècle est bien présent, celui postérieur au règne de Claude est très rare, notamment sur la zone fouillée. Le site de Boitrait pourrait pour sa part avoir survécu à la partie haute de Ludna. On peut noter également que, dans la même collection privée, le mobilier numismatique issu des prospections menées sur le territoire de Montmerle-sur-Saône, dans l’Ain, en face de Saint-Georges-de-Reneins, comporte une série, certes faible numériquement (17 monnaies dont 5 du Ier siècle av. J.-C., 2 du Ier siècle ap. J.-C., 4 du IIe, 2 de la 1re moitié du IIIe et 4 du 2e quart du IVe siècle5), mais couvrant toute la durée de l’Empire, avec des frappes également très précoces6, comme c’est le cas dans les fouilles de Ludna.

3.2.2. LE SECTEUR D’ANSE (fig. 468)

  • 7 Suivant cette logique, doit-on considérer que l’abondance de monnaies de la fin du Ier siècle av. J (...)

91Le corpus des monnaies de fouille d’Anse est complémentaire de celui de Ludna (fig. 469). En particulier, la période s’étendant du règne des Flaviens à la fin du IIe siècle, très peu représentée voire absente des lots de Ludna (fouille et prospections comprises), est fort bien documentée dans le secteur d’Anse. Les périodes suivantes (IIIe et IVe siècles) sont dans la continuité de la période précédente avec un numéraire important dénotant une occupation continue. En revanche, les monnaies de la première moitié du Ier siècle sont rares. Les monnaies les plus anciennes se placent plutôt sous le règne de Tibère et il semble bien que le règne d’Auguste et la période antérieure, correspondant à la construction des grandes voies d’Agrippa dont celle de Lyon vers le nord qui traverse les deux bassins, ne soient pas représentés ici, Asa Paulini ayant pu n’être développé que postérieurement. L’absence de monnaies du début du Ier siècle peut éventuellement s’expliquer par le fait que l’occupation étant continue, les monnaies les plus anciennes ont progressivement disparu du circuit d’échanges7.

92Les données numismatiques permettent de dater le développement de l’occupation aux alentours du milieu ou du 3e quart du Ier siècle et cette occupation semble perdurer de manière continue jusqu’à la fin du IVe siècle. Au-delà, le numéraire ne peut être un élément chronologique fiable, les monnaies des Ve-Xe siècles étant quasi inexistantes dans la région.

3.2.3. LES FRAPPES DU IVe SIÈCLE : LES COURANTS DE CIRCULATION (fig. 470)

93L’ensemble des données numismatiques de cette période est regroupé ici, car il ne paraît pas très opportun de raisonner sur des courants de circulation concernant des ateliers éloignés de plusieurs centaines de kilomètres en dissociant des ensembles géographiques aussi rapprochés que le sont les bassins d’Anse et Ludna. Au total, sur 57 monnaies de cette période, 32 (56,14 %) étaient suffisamment lisibles pour que le lieu de frappe en soit connu. Parmi elles, 14 semblent avoir été frappées à Lyon (43,75 %), 7 en Arles (21,87 %), 6 à Rome (18,75 %), 2 probablement à Aquilée (6,25 %) [ces attributions sont plus incertaines], 1 à Siscia et 1 à Trèves (3,12 %).

94La présence d’une majorité de frappes lyonnaises et arlésiennes est logique ainsi que celles de Rome. Pour les frappes de Siscia et Aquilée (provenant d’ateliers plus lointains), leur caractère marginal répond à un schéma habituel. La seule interrogation concerne les frappes trévires, en général assez bien représentées et dont un seul exemplaire a été observé ici.

95En revanche, l’observation de monnaies de prospection retrouvées sur la rive gauche de la Saône (et appartenant à la collection privée P. O. ; 28 dont 23 avec marques d’ateliers lisibles), si elle confirme la prépondérance des frappes lyonnaises (14 monnaies), fait apparaître une proportion moindre des monnaies d’Arles (2 exemplaires soit 8,69 %) et de Rome (aucune en l’occurrence pour la capitale de l’Empire) et une présence mieux marquée des monnaies de Trèves (4 exemplaires soit 17,38 %). Ticinum, Thessalonique et Siscia sont chacune représentées par une monnaie (soit 4,35 %).

96Les lots ne sont certes pas suffisamment importants pour que les conclusions émises ici soient incontestables. Néanmoins, la voie vers le Léman et vers le Rhin par laquelle la circulation s’effectue depuis la Germanie vers Lugdunum passe à l’est de la Saône et favorise éventuellement l’arrivée du numéraire trévire sur cette rive. La voie de Lyon vers le nord dessert cependant Mâcon puis Chalon-sur-Saône, où deux voies se séparent, la voie de l’Océan vers le nord et une autre en direction de Trèves, vers le nord-est. Il faudrait disposer de lots plus conséquents pour affiner ces observations.

Fig. 466 - Répartition chronologique des monnaies trouvées et conservées à Saint-Georges-de-Reneins : site de Ludna, partie du trésor de Boitrait, autres découvertes conservées au musée de Ludna (graphique : D. Frascone).

Fig. 467 - Répartition chronologique des monnaies provenant de prospections locales et conservées dans la collection privée P. O. (graphique : D. Frascone).

Fig. 468 - Répartition chronologique et par secteur des monnaies trouvées dans la région d’Anse en fouille (La Grange du Bief, La Citadelle, Les Carrières) ou en prospection (les Fourches à Limas, La Petite Gonthière à Anse, route de Graves à Anse, les terres basses à Ambérieux) [graphique : D. Frascone].

Fig. 469 - Comparaison des chronologies des monnaies des corpus des régions d’Anse et de Ludna (graphique : D. Frascone).

Fig. 470 - Proportion des monnaies des différents ateliers sur chaque rive de la Saône (graphique : D. Frascone).

97En revanche, le numéraire provenant d’Arles ou de Rome passe d’abord par Lyon empruntant ensuite la voie de Lyon vers le nord pour desservir les secteurs concernés par cette étude, les bassins d’Anse et de Ludna.

3.3. ÉLÉMENTS D’UN CATALOGUE NUMISMATIQUE (D. Frascone)

3.3.1. LA MONNAIE DE PÉRINTHE À L’EFFIGIE DE SEPTIME SÉVÈRE (fig. 471)

Lieu de découverte : Saint-Georges-de-Reneins, lieu-dit Boitrait (prospection).

no Inventaire 0138 ; no Collection 830 ; Métal : Alliage cuivreux ; Diamètre : 39 mm.

Grand bronze de Septime Sévère (193-211) frappé à Périnthe en 196 ap. J.-C.

A/Buste cuirassé et lauré de Septime Sévère à droite.

98Légende : ΣΥ[·Κ] ·Λ·CΕΠ·CΕΥΗΡΟC·Π

99R/Femme (Tutela), debout à gauche, tenant dans sa main droite un temple tétrastyle, et dans sa main gauche, une corne d’abondance sur laquelle est placé un autre temple. Dans le champ à gauche sur deux lignes : AKTI-A, dans l’autre champ à droite : Π[YΘIA].

100Légende : ΦIΛAΔEΛΦEIA·ΠEPINΘI[ΩN NEΩKOPΩN·]

(Grand bronze ou médaillon frappé en Thrace par les cités associées de Philadelphie et de Périnthe).

Référence bibliographique : Moushmov 1912, no 4499.

101Cette monnaie frappée en Thrace est assez singulière dans la région et sa présence s’explique difficilement au premier abord.

  • 8 Histoire Auguste, Sévère VIII, 12-13 : « Il avait envoyé une légion occuper la Grèce et la Thrace p (...)
  • 9 Hérodien III, 7, 2 : « Quand l’armée de Sévère fut parvenue en Gaule, des escarmouches eurent lieu (...)
  • 10 Après sa victoire sur Niger, Septime Sévère repasse par Byzance, comme le dit Hérodien (III, 6, 9)  (...)
  • 11 Si l’on prend en considération la date d’origine de ces jeux (582 av. J.-C.) et leur tenue tous les (...)

102Mais, si l’on se réfère aux faits historiques, on peut y voir un lien avec la campagne de Septime Sévère contre Pescennius Niger8 qui s’est déroulée, entre autre, dans cette région puis celle qui fut menée, en Gaule, contre Clodius Albinus. Un militaire ayant participé à ces deux campagnes successives a pu rapporter ce témoignage de la première campagne et a peut-être pris part, ensuite, aux batailles de Septime Sévère contre Clodius Albinus à proximité de Lyon9. La frappe a probablement été effectuée postérieurement à la prise de Byzance et au don de ses possessions à Périnthe, en 196 ap. J.-C. selon Dion Cassius et Hérodien10. Cette transmission des biens de Byzance peut être illustrée par les deux temples que tient la déesse, l’un dans la main droite, l’autre au sommet de la corne d’abondance tenue de la gauche ainsi que par le terme ΝΕΩΚΟΡΩΝ signifiant « gardien du temple » placé après le nom des deux cités. Cette titulature existait sur les frappes hellénistiques réalisées à Périnthe, associées, souvent à des représentations en buste ou en pied d’Héraklès. Par la suite, sous l’empire romain, jusqu’aux frappes sévériennes, les légendes du revers mentionnaient uniquement le nom de la ville, ΠΕΡΙΝΘΙΩΝ. Ce retour en arrière est sans doute lié aux événements évoqués précédemment et cette légende perdure jusqu’à la fin des frappes de la ville dans les années 260. En revanche, les mots dans le champ (ΑΚΤΙΑ ΠΥΘΙΑ) font référence aux jeux pythiques dont aucune source ne semble évoquer l’organisation durant la période couverte par ces événements militaires et dont l’appellation durant l’empire est Ροµαια Πυθια et non plus Ακτια Πυθια11.

Fig. 471 - Monnaie de Périnthe à l’effigie de Septime Sévère (cliché : D. Frascone).

3.3.2. QUELQUES MONNAIES DE FOUILLE DE LUDNA DE CHRONOLOGIE PRÉCOCE

103Les onze monnaies décrites ci-dessous proviennent des fouilles de Ludna. Elles permettent de mettre en évidence l’occupation précoce l’agglomération, couvrant tout le Ier siècle av. J.-C. ; la présence de la monnaie 07.91 est remarquable.

Inv. : 07.91 (fig. 472).

Prov. : hors contexte.

Victoriatus rogné au nom de CROT frappé entre 211 et 208 dans un lieu incertain.

A/Tête laurée de Jupiter à droite ; anépigraphe.

R/Victoire couronnant un trophée ; entre les deux les lettres CROT

À l’exergue, illisible ici, [ROMA]

104L’ensemble étant rogné et usé, peu d’éléments apparaissent mais l’attribution est quasi certaine en raison de la présence de la totalité des lettres au revers ainsi que des bras de la victoire et des armes (lances) qui dépassent en haut du bouclier du trophée.

Référence bibliographique : Crawford 1989, no 92/1a : 182.

Fig. 472 - Victoriatus au nom de CROT (cliché : D. Frascone).

Inv. : 07.17 (fig. 473).

Prov. : sond. : 07.2, US 1229.

Denier « serratus » (denticulé) de Ti. Claudius Nero frappé à Rome en 79 av. J.-C.

A/Buste de Diane à droite, un arc et un carquois sur l’épaule ; devant SC

R/Victoire sur un bige à droite, tenant une palme et les rênes de la main gauche et une couronne de la droite.

Dessous, marques de contrôle LX (XII) ? ; à l’exergue, TI. CLAVD [TI. F/AN]

Référence bibliographique : Crawford 1989, no 383 : 398.

Fig. 473 - Denier de Ti. Claudius Nero (cliché : D. Frascone).

Inv. : 07.3 (fig. 474).

Prov. : sond. 07.2, US 1210.

Quinaire d’argent de Marc Antoine frappé à Éphèse ou dans un atelier oriental en 39 av. J.-C. ( ?).

A/III VIR [R P C]

Tête de la Concorde à droite, voilée et diadémée.

R/M ANTON C CA [ESAR (IMP)]

Deux mains croisées autour d’un caducée.

Référence bibliographique : Crawford 1989, no 529-4a ou 4b : 532.

Fig. 474 - Quinaire d’argent de Marc Antoine ( ?) [cliché : D. Frascone].

Inv. : 07.97 (fig. 475).

Prov. : sond. 07.1, US 1303.

Demi-dupondius de Lyon frappé vers 38 ou 36 av. J.-C. (?).

A/Tête nue d’Octave à droite ; Légende rétrograde [IMP CAE] SAR DIV [IF DIVI IVLI] ?

R/Proue d’un bateau, à droite. [COPIA] (?) à l’exergue.

Référence bibliographique : Crawford 1989, vol. 1, no 514 ou 515 : 151.

Fig. 475 - Demi-dupondius de Lyon (?) [cliché : D. Frascone].

Inv. : 07.38 (fig. 476).

Prov. : sond. 07.1, US 1316.

Demi-dupondius de Nîmes frappé entre 27 et 15 av. J.-C. (20 et 10 av. d’après RIC) comme l’atteste la représentation du crocodile dont la mâchoire supérieure semble pourvue de dents en haut et en bas, ce qui apparaît plutôt dans les productions les plus anciennes.

A/Tête nue d’Auguste à droite ; [IM] P/[DIV]I F

R/[COL] NEM ; crocodile et palme.

Référence bibliographique : RIC I, rev. no 157 : 51 (?).

Fig. 476 - Demi-dupondius de Nîmes (?) [cliché : D. Frascone].

Inv. : 07.88 (fig. 477).

Prov. : sond. 07.1, US 1234.

Sesterce du triumvir monetalis C. Gallius Lupercus (16 av. J.-C.) frappé à Rome.

A/OB/CIVIS/SERVATOS ; couronne civique.

R/C GALLIVS C F LVPERCVS IIIVIR AAA FF autour de SC

Référence bibliographique : RIC I, rev. no 377 : 70 ; Cohen 1880, 434 ; BMC 171.

Fig. 477 -Sesterce C. Gallius Lupercus (cliché : D. Frascone).

Inv. : 06.11 (fig. 478).

Prov. : Sd 06.10, hors contexte.

Quadrans d’Auguste frappé à Lyon entre 15 et 10 av. J.-C.

A/Tête laurée à droite. Légende : IMP - CAESAR (du haut à gauche au haut à droite).

R/Aigles aux ailes éployées de face, tête à gauche. AVGVSTVS

Référence bibliographique : RIC I, rev. no 227 p. 57.

Fig. 478 - Quadrans C. Gallius Lupercus (cliché : D. Frascone).

Inv. : 06.13 (fig. 479).

Prov. : Sd 06.3, US 713.

Quadransou semis frappé à Trèves ou à Lyon (?) vers 10 av. J.-C. (?) [d’après RPC vol. I].

A/Tête masculine (Apollon) diadémée à droite.

R/Taureau chargeant à gauche. GERMANVS (en haut) INDVTILLI L (à l’exergue).

Référence bibliographique : RIC I, rev. no 249 : 58 ; RPC vol. I no 506 : p. 149.

Fig. 479 - Quadrans ou semis de GERMANVS (cliché : D. Frascone).

Inv. : 06.9 (fig. 480).

Prov. : Sd 06.1, US 611.

As d’Auguste frappé à Rome pour le triumvir monetalis Volusus Valerius Messalla en 6 av. J.-C.

A/Tête nue à droite. [CAESAR AVGVST PONT MAX TRIBV] NI-C POT (du bas à gauche vers le bas à droite, les lettres C POT se trouvant décalée en bas à gauche, avant le début de la titulature.

R/Légende « S. C » et légende circulaire [V]OLVSVS V[ALER MESSA]L IIIVIR AAAF [F]

Référence bibliographique : RIC I, rev. no 441 : 76, var. de Giard 1988, no 738 à 748 : 130-131.

Fig. 480 - As d’Auguste pour Volusus Valerius Messalla (cliché : D. Frascone).

Inv. : 06.2 (fig. 481).

Prov. : Sd 06.3, US 700.

Denier d’Auguste frappé à Lyon entre 2 av. et 4 ap. J.-C. (?).

A/Tête laurée à droite ; CAESAR AVGVSTVS – DIVI F PATER PATRIAE

R/Caius et Lucius Césars debout de face, vêtus de la toge, tenant chacun un bouclier rond et une haste ; simpulum à gauche, lituus à droite.

Légende : C. L. CAESARES à l’exergue ; AVGVSTI F COS DESIG PRINC IVVENT

Référence bibliographique : RIC I, rev. no 207 : 55 et Giard 1988, no 1648 à 1657.

Fig. 481 -Denier d’Auguste (cliché : D. Frascone).

Inv. : 05.14 (fig. 482).

Prov. : sond. 05.1, hors contexte.

As d’Auguste frappé à Lyon entre 10 et 14 ap. J.-C.

A/Tête laurée à droite. Légende : [C]AESAR AVG[VSTVS] DIVI F PATER [PATRIAE] ?

R/Autel de Lyon

Légende : [R] OM ET AVG

Référence bibliographique : RIC I, rev. no 233 : 58 ; Giard 1988, no 1715 à 1721 : 233.

Fig. 482 -As d’Auguste (cliché : D. Frascone).

3.3.3. QUELQUES MONNAIES TARDIVES AVEC MARQUES D’ATELIERS DES PROSPECTIONS DE BOITRAIT (COLLECTION PRIVÉE P. O.)

105L’inventaire ci-dessous regroupe quelques monnaies de prospections trouvées à Boitrait, dans les terres basses de Saint-Georges-de-Reneins (fig. 138). Elles mettent en évidence la variété des lieux de frappes représentés dans la deuxième moitié du IVe siècle ap. J.-C.

Inv. no 40 (fig. 483).

Maiorina réduite de Constance Galle césar probablement frappée en Arles entre le 18 août 353 et l’hiver 354.

A/Buste drapé, cuirassé, tête nue de Constance Galle à droite. DN C [ONSTANT-IVS NOB] CAES ou DN C [ONSTANTI-VS NOB] CAES

R/Soldat debout à gauche, tenant bouclier de la main gauche, perçant de sa lance un ennemi tombé de son cheval. Dans le champ, à gauche, D ( ?).

[FE]L TEMP REPARATI[O]//à l’exergue [P, S ou T CON] ?

Référence bibliographique : RIC VIII, no 217 ou 218 : 219.

Fig. 483 - Maiorina de Constance Galle césar (cliché : D. Frascone).

Inv. no 016 (fig. 484).

Maiorina réduite de Julien II césar (355-360) frappée en Arles (2e officine).

A/Buste drapé et cuirassé, tête nue, de Julien II à droite.

DN IVLIANVS NOB CAES

R/Soldat debout à gauche, tenant un bouclier de la main gauche, perçant de sa haste et poussant du pied un ennemi tombé de son cheval, levant les yeux et tendant le bras gauche à terre.

[FEL TEMP] RE-PARAT[IO]//lettre M dans le champ à gauche, (S) CON à l’exergue.

Référence bibliographique : var. de RIC VIII no 273-274 : 224 (ce type, regroupant la titulature de l’avers et la césure de la légende du revers n’est pas répertorié).

Fig. 484 -Maiorina de Julien II césar (cliché : D. Frascone).

Inv. no 035 (fig. 485)

Maiorina réduite de Constance II (337-361) frappée à Lyon (1re officine) entre le 6 novembre 355 et 361.

A/Buste diadémé de Constance II à droite.

DN CO[NSTANTIVS] PF AVG

R/L’empereur debout à gauche, vêtu militairement, tenant un globe de la main droite et une haste renversée de la main gauche.

SPES REI-PVBLI[C]E//à l’exergue, MPLG

Référence bibliographique : RIC VIII, no 201 : 194 (?).

Fig. 485 -Maiorina de Constance II (cliché : D. Frascone).

Inv. no 12 (fig. 486).

Nummus de Jovien (363-364) frappé entre le 27 juin 363 et le 17 février 364 dans la 1re officine de Rome.

A/Buste diadémé, drapé et cuirassé de Jovien à droite.

D[N IOVIA]-NVS PF AVG

R/Couronne encadrant légende sur quatre lignes.

VO[T] V MV.LT X//à l’exergue, VRB. ROM. P

Référence bibliographique : RIC VIII, no 333.

Fig. 486 -Nummus de Jovien (cliché : D. Frascone).

Inv. no 130 (fig. 487).

Nummus de Valentinien Ier (364-375) frappé dans la 2e officine de Lyon entre 367 et 375.

A/Buste drapé, cuirassé et diadémé de Valentinien Ier à droite.

DN VAL[ENTINI]-ANVS PF AVG

R/Valentinien Ier debout à droite, détournant la tête à gauche, vêtu militairement, tenant de la main gauche le labarum chrismé, et de la droite, un captif agenouillé.

[GL]ORIA RO-MANORV[M]//dans le champ, à gauche, O, à droite F/II ; à l’exergue, [LV]GS ( ?).

Référence bibliographique : RIC IX, no 20a : 46.

Fig. 487 - Nummus de Valentinien Ier (cliché : D. Frascone).

Inv. no 014 (fig. 488).

Nummus de Valens (364-378) frappé en Arles entre 364 et 378.

A/Buste diadémé, drapé et cuirassé de Valens à droite.

[DN VALEN]-S PF AVG

R/Empereur debout à droite, vêtu militairement, tenant le labarum chrismé de la main gauche, et de la main droite les cheveux d’un captif agenouillé.

[GLORIA]RO-MANORVM//à l’exergue, [S ou P CO]N

Référence bibliographique : RIC IX, no 7d : 64 ou 16b ou 18b : 66.

Fig. 488 - Nummus de Valens (cliché : D. Frascone).

Inv. no 010 (fig. 489).

Nummus de Valens (364-378) frappé en Arles (2e officine) entre 367 et 378.

A/Buste diadémé, drapé et cuirassé de Valens à droite.

DN VALEN-S PF AVG

R/Valens debout à droite, vêtu militairement, tenant le labarum chrismé de la main gauche et de la main droite les cheveux d’un captif agenouillé.

GLORIA RO-MANORVM//à l’exergue, SCON

Référence bibliographique : RIC IX, no 16b ou 18a : 66.

Fig. 489 - Nummus de Valens (cliché : D. Frascone).

Inv. no 008 (fig. 490).

Nummus de Valens (364-378) frappé à Rome (3e officine) entre 364 et 375.

A/Buste diadémé, drapé et cuirassé de Valens à droite.

DN VALEN-S PF AVG

R/Victoire marchant à gauche, tenant une couronne de la main droite.

SECVRITAS REIPVBLICAE//à l’exergue, RTERTIA

Référence bibliographique : RIC IX, no 17b : 120 ou 24b : 121.

Fig. 490 - Nummus de Valens (cliché : D. Frascone).

Inv. no 006 (fig. 491).

Nummus de Valens (364-378) frappé à Rome (3e officine) entre 367 et 378 (plutôt 367-375 ?).

A/Buste diadémé de Valens à droite.

DN VALEN-S PF AVG

R/Victoire marchant à gauche, tenant une couronne de la main droite et une palme de la main gauche.

SECVRITAS REIPVBLICAE//à l’exergue, SMწRT

Référence bibliographique : RIC IX, no 24b : 121 ou 28b : 122 (marque d’atelier type xv : 115).

Fig. 491 -Nummus de Valens (cliché : D. Frascone).

Inv. no 019 (fig. 492).

Nummusde Gratien (367-383) frappé en Arles (3e officine) entre 367 et 375.

A/Buste drapé, cuirassé et coiffé d’une couronne diadémée perlée de Gratien à droite.

DN GRATIANVS AV [GG AVG]

R/Empereur debout de face, tête à gauche, tenant le labarum de la main droite et s’appuyant sur un bouclier de la gauche.

[GLORIA NO]-VI SAECVLI//point dans le champ à gauche (?) et (T) CON à l’exergue ou TCON ou TCON. sans marque dans le champ (?).

Référence bibliographique : RIC IX, no 15 : 66.

Fig. 492 -Nummus de Gratien (cliché : D. Frascone).

Notes

1 Nous remercions chaleureusement J. Tremoleda qui a bien voulu observer ce tesson et nous faire part de son appréciation.

2 Étude réalisée dans le cadre de l’ACR « Céramiques de cuisine d’époque romaine en Rhône-Alpes et dans le sud de la Bourgogne (Ier s. av.-Ve s. ap. J.-C.) : morphologie, techniques et approvisionnement » (Batigne Vallet [dir.] à paraître), qui a porté sur un ensemble de neuf sites inédits localisés dans le département de la Loire. Les résultats de cette étude confirment l’existence d’un faciès ligérien homogène le long du fleuve depuis Sail-les-Bains au nord jusqu’à Sainte-Agathe-la-Bouteresse, au sud.

3 La supériorité des céramiques culinaires cuites en mode A dans plusieurs ensembles ansois postérieurs à la seconde moitié du IIe siècle ne peut pas être considérée comme une particularité locale, faute d’ensemble de comparaison contemporain à Ludna.

4 Tous les graphiques proposent en abscisse le terminus post quem (TPQ) des monnaies avec des écarts de 25 ans. Les dates de frappe peuvent en effet être très variées et un graphique par année de frappe ou par règne d’empereur ne permettrait pas de visualiser de la même façon les fluctuations chronologiques. Une monnaie frappée en 10 ap. J.-C., par exemple, sera placée dans le TPQ de l’année 0. Deux monnaies frappées en 126 et 145 seront comptabilisées pour le TPQ 125. Une monnaie frappée en 155 sera prise en compte pour le TPQ 150.

5 La seule période non représentée est la seconde moitié du IIIe siècle qui correspond à une période de crise pour laquelle le numéraire est souvent rare individuellement mais plutôt regroupé dans des trésors comme celui de Boitrait, par exemple.

6 En particulier un demi-as de la Colonia Lepida (Région de Saragosse – Tarraconaise) pour les duumviri C. BALBO et L. PORCIO frappé entre 40 et 27 av. J.-C. (ou entre 44 et 36 ?), mais surtout un quinaire de Marcus Porcius Cato frappé à Rome en 89 av. J.-C.

7 Suivant cette logique, doit-on considérer que l’abondance de monnaies de la fin du Ier siècle av. J.-C. et du début Ier siècle ap. J.-C. s’explique par l’abandon (momentané ?) du site ?

8 Histoire Auguste, Sévère VIII, 12-13 : « Il avait envoyé une légion occuper la Grèce et la Thrace pour empêcher Pescennius de les prendre, mais Niger tenait déjà Byzance et, désireux d’occuper aussi Périnthe, il tua un grand nombre de soldats ; aussi fut-il déclaré ennemi public, en même temps qu’Aemilianus » (trad. : Chastagnol 1994 : 321).

9 Hérodien III, 7, 2 : « Quand l’armée de Sévère fut parvenue en Gaule, des escarmouches eurent lieu dans différents secteurs, mais la dernière se produisit à Lyon, cité puissante et prospère, où Albinus s’était enfermé et se maintenait après avoir envoyé son armée au combat » (trad. : Roques 1990 : 92).

10 Après sa victoire sur Niger, Septime Sévère repasse par Byzance, comme le dit Hérodien (III, 6, 9) : « Il envoya de surcroît des troupes pour assiéger Byzance, car la ville lui restait fermée depuis que les généraux de Niger y avaient trouvé refuge (elle fut prise plus tard par la famine et la cité entière fut détruite ; privée de ses théâtres, de ses bains et de tout ce qui lui donnait de l’éclat et de la valeur, Byzance fut alors accordée, en guise de présent, aux Périnthiens afin qu’ils en devinssent maîtres, comme Antioche l’avait été aux habitants de Laodicée) » (trad. : Roques 1990 : 91). Voir aussi Dion Cassius, LXXIV, 14 (An 949 de Rome, Domitius Dexter consul II et Valerius Messala consul I/196 ap. J.-C.) : « Les Byzantins donc, bien que malgré eux, rendirent la ville aussitôt […]. Quant à Sévère, qui était alors en Mésopotamie, il eut une si grande joie de la prise de Byzance qu’il dit à ses soldats : “Nous avons enfin pris Byzance aussi.” Il priva cette ville de sa liberté et de ses droits politiques ; après lui avoir imposé un tribut et confisqué les biens des citoyens, il fit don de la ville et de son territoire aux Périnthiens qui la traitèrent comme une bourgade, en usant à son égard avec toute sorte d’insolences. » (trad. : Gros, Boissée 1870).

11 Si l’on prend en considération la date d’origine de ces jeux (582 av. J.-C.) et leur tenue tous les quatre ans, ils auraient pu avoir lieu en 194 ou 198.

Table des illustrations

Légende Fig. 453 - Saint-Georges-de-Reneins, ensemble I. 1 : céramique peinte. 2 à 6 : sigillée de type italique. 7 : imitation de sigillée. 8, 9 : céramique à parois fines. 10 : Terra Nigra. 11 : Lampe. 12, 13 : céramique commune tournée grise. 14 : céramique grise fine. 15, 16 : céramique commune claire calcaire. 17, 18 : amphores (dessins et mise au net : A. Tripier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 454 - Saint-Georges-de-Reneins, ensemble II. 1 : céramique peinte. 2, 3 : sigillées de type italique. 4 : sigillée de Gaule du Sud. 5 : Terra Nigra. 6 : céramique engobée. 7 : céramique à parois fines en pâte calcaire. 8 à 14 : céramique commune tournée grise. 15 : céramique commune claire calcaire. 16 : céramique grise kaolinitique. 17 à 19 : amphores (dessins et mise au net : E. Cellard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 455 - Saint-Georges-de-Reneins, ensemble III. 1 à 4 : céramique sigillée. 5, 6 : céramique à parois fines. 7 à 10 : céramique commune tournée grise. 11, 12 : céramique commune claire calcaire. 13 : céramique commune tournée rouge. 14 : amphore (dessins et mise au net : C. Batigne Vallet et A. Tripier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 456 - Saint-Georges-de-Reneins, ensemble IV. 1 à 5 : sigillée de Lezoux. 6, 7 : céramique commune claire calcaire. 8 à 11 : céramique commune tournée rouge (dessins et mise au net : R. Delage et C. Batigne Vallet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 457 - Anse, ensemble I. 1 : sigillée de type italique. 2 : céramique à parois fines. 3 : céramique peinte. 4 à 7 : céramique commune tournée grise. 8 : céramique grise fine. 9 : céramique non tournée. 10 : céramique commune tournée rouge. 11 : céramique commune claire calcaire. 12 : amphore (dessins et mise au net : C. Batigne Vallet, C. Bonnet et B. Rambault).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 458 -Anse, ensemble II. 1 : céramique peinte. 2 à 4 : sigillée. 5 : imitation de sigillée. 6 à 9 : céramique commune tournée grise. 10 : céramique commune tournée rouge (dessins et mise au net : C. Batigne Vallet, C. Bonnet et B. Rambault).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 459 - Anse, ensemble III. 1 à 6 : sigillée. 7 : Terra Nigra. 8 à 10 : céramique commune tournée grise. 11 : céramique commune tournée rouge. 12 à 14 : céramique commune claire calcaire (dessins et mise au net : C. Bonnet et E. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 460 - Anse, ensemble IV. 1, 2 : sigillée. 3 : céramique peinte. 4 à 9 : céramique commune tournée grise. 10 à 15 : céramique commune tournée rouge. 16 : céramique commune claire kaolinitique (dessins et mise au net : C. Bonnet et E. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 461 - Anse, ensemble V. 1 à 7 : sigillée. 8 à 11 : céramique métallescente. 12 à 14 : céramique commune tournée rouge. 15 : céramique commune tournée grise. 16 : amphore. (dessins et mise au net : A. Billaux, C. Ybard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 462 - Anse, ensemble VI. 1 à 5 : céramique métallescente. 6 : sigillée claire B. 7 à 10 : céramique commune tournée grise. 11 : céramique pâle fine (dessins et mise au net : C. Bonnet et E. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 463 -Anse, ensemble VII. 1 : sigillée africaine C. 2 à 12 : céramique commune tournée grise (dessins et mise au net : C. Bonnet et E. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 464 -Anse, ensemble VIII. 1 à 3 : sigillée. 4 à 6 : céramique métallescente. 7 : céramique grise fine excisée. 8 à 12 : céramique commune tournée rouge. 13, 14 : céramique commune tournée grise (dessins et mise au net : C. Batigne Vallet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 465 -Anse, ensemble IX. 1, 2 : céramique à revêtement argileux de type Luisante (place des Frères-Fournet). 3 à 7 : céramique tournée grise (La Citadelle). 8 à 11 : céramique « bistre » (La Citadelle). 12 : céramique « bistre » (place des Frères-Fournet). 13, 14 : céramique commune tournée rouge (place des Frères-Fournet). 15 : céramique tournée grise (place des Frères-Fournet) [dessins et mise au net : C. Bonnet, E. Bayen, C. Batigne Vallet].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 466 - Répartition chronologique des monnaies trouvées et conservées à Saint-Georges-de-Reneins : site de Ludna, partie du trésor de Boitrait, autres découvertes conservées au musée de Ludna (graphique : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 467 - Répartition chronologique des monnaies provenant de prospections locales et conservées dans la collection privée P. O. (graphique : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 468 - Répartition chronologique et par secteur des monnaies trouvées dans la région d’Anse en fouille (La Grange du Bief, La Citadelle, Les Carrières) ou en prospection (les Fourches à Limas, La Petite Gonthière à Anse, route de Graves à Anse, les terres basses à Ambérieux) [graphique : D. Frascone].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 469 - Comparaison des chronologies des monnaies des corpus des régions d’Anse et de Ludna (graphique : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 470 - Proportion des monnaies des différents ateliers sur chaque rive de la Saône (graphique : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 471 - Monnaie de Périnthe à l’effigie de Septime Sévère (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 472 - Victoriatus au nom de CROT (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Légende Fig. 473 - Denier de Ti. Claudius Nero (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 474 - Quinaire d’argent de Marc Antoine ( ?) [cliché : D. Frascone].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Légende Fig. 475 - Demi-dupondius de Lyon (?) [cliché : D. Frascone].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 476 - Demi-dupondius de Nîmes (?) [cliché : D. Frascone].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 477 -Sesterce C. Gallius Lupercus (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 478 - Quadrans C. Gallius Lupercus (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 479 - Quadrans ou semis de GERMANVS (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 480 - As d’Auguste pour Volusus Valerius Messalla (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 481 -Denier d’Auguste (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 482 -As d’Auguste (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 483 - Maiorina de Constance Galle césar (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 484 -Maiorina de Julien II césar (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 485 -Maiorina de Constance II (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 486 -Nummus de Jovien (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 487 - Nummus de Valentinien Ier (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 488 - Nummus de Valens (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 489 - Nummus de Valens (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 490 - Nummus de Valens (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 491 -Nummus de Valens (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 492 -Nummus de Gratien (cliché : D. Frascone).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3795/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search