Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Alpara DARA Ludna et Asa Paulini Chapitre 2. Le dossier d’Asa Paulini

Ludna et Asa Paulini

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Catherine Coquidé
, 
Richard Tenu

Chapitre 2. Le dossier d’Asa Paulini

Texte intégral

Fig. 142- Carte des zones de fouilles de la région d’Anse (fond actuel) : 1 : La Fontaine, la Citadelle, Bancillon (développement : fig. coul. 3) ; 2 : Château Vieux (développement : fig. 338) ; 3 : Les Carrières (développement : fig. 368) ; 4 : La Grange du Bief (développement : fig. 432) ; 5 : Saint-Romain (développement : fig. 439) ; 6 : les terres basses de Bourdelan d’Anse (développement : fig. 443) ; 7 : les terres basses du sud (développement : fig. 448) [DAO : M. Lagrange].

2.1. ASA PAULINI, TOPONYMIE ET HISTORIOGRAPHIE (J.-Cl. Béal)

2.1.1. LE NOM ANTIQUE D’ANSE

1Le nom antique d’Anse est connu par une seule mention textuelle, dans l’Itinéraire d’Antonin, œuvre de littérature géographique dont la rédaction n’est pas antérieure à l’extrême fin du IIIe siècle (Arnaud 1993). À dix lieues de Lyon, en effet, l’Itinéraire d’Antonin mentionne une étape d’« Asa Paulini » si l’on suit les meilleurs manuscrits, alors même qu’existent quelques variantes « Assa », « Pulini », ou « Pauli » (Parthey, Pinder 1848, Cuntz 1929). On y a reconnu le site d’Anse dès le XVIe siècle. L’Itinéraire de Macquenoise, sur lequel figure le nom d’Asa Paulini, est, quant à lui, rappelons-le, une œuvre postérieure à l’Antiquité.

2De ce texte, on a voulu rapprocher une mention épigraphique (ANSENS), figurant sur deux rondelles de plomb monétiformes, l’une sans provenance connue (Blanchet 1904), l’autre provenant de Lyon (Dissard 1905, no 772 : 125). C. Jullian (1924 : 70) voyait en outre dans ces objets « des jetons d’entrée à des jeux » et en concluait qu’« Anse était comme Alésia et d’autres bourgades un rendez-vous de spectacles et, partant, un sanctuaire et un lieu de marché ». Mais ces objets semblent avoir eu des fonctions diverses, souvent difficiles à définir (Turcan 1987 : 51-65). Il n’est notamment pas démontré qu’ils aient servi de ticket d’entrée dans les édifices de spectacle (Turcan 1987 : 56). Par ailleurs, le passage, au cours de l’Antiquité, de la forme Asa à la forme Ansa pose des problèmes phonétiques qu’A. Blanchet (1904) soulignait déjà, et, après, lui J. Guey et P.-M. Duval (1960 : 83, note 3). C’est en fait au Moyen Âge que la forme Asa est nasalisée en Ansa : au Xe siècle, les formations adjectivales hésitent encore entre Asensis, Assensis et Ansensis (Feuillet, Guilhot 1985 : 65).

3Le sens du toponyme est assez clair. Sa deuxième partie est un nom propre latin de personne, en position de complément de nom au génitif. En revanche, C. Jullian (1924 : 70) avait pressenti dans Asa un nom commun en rapport avec l’eau, mais c’est au prix d’une fausse citation que Morel (1925 : 15) lui fait dire qu’il signifierait « thermes, bains, greniers de villes, quelque construction en somme importante et significative ». Pour les linguistes actuels, la forme celtique *axsa, à l’origine d’hydronymes comme l’« Asse », le Rieu d’« As », l’« Aze », « Laz » désigne plus précisément la « rivière » (Delamarre 2003 : 431). Le toponyme signale donc une étape routière à « la Rivière de Paulinus ».

4L’usage de nommer une étape routière par un nom propre de rivière est attesté ailleurs : on connaît par exemple Blesa-Bliesbrück (Moselle), sur la Blies (Petit, Mangin 1994 : 174), Larga-Largitzen (Haut-Rhin), sur la Largue (Petit, Mangin 1994 : 165), Masava-Mesves (Nièvre), sur le ruisseau du Mazou (Petit, Mangin 1994 : 55). D’autres étapes au passage d’une rivière sont désignées par la mention ad fluvium (à la rivière de…) suivi du nom du cours d’eau placé en apposition ad fluvium Angitulam, ad fluvium Sabutum (Itinéraire d’Antonin, 105, 5). Aussi, à voir la localisation actuelle d’Anse, au bord de l’Azergues, est-il tentant de supposer que « la Rivière de Paulinus » soit cette rivière, dans le nom de laquelle on a d’ailleurs pensé retrouver le radical * axsa (Perraud 1965 : 19, note 20).

5Mais si des toponymes composés d’un nom commun suivi d’un nom de personne au génitif peuvent indiquer l’auteur ou le propriétaire d’un aménagement ou d’une construction « Au pont d’Aefidius » (Ponte Aefidii, Itinéraire d’Antonin, 121, 1), « Au pont d’Aenus » (Ponte Aeni, Itinéraire d’Antonin, 236, 2), « À l’étang de Felix » (Ad lacum Felicis, Itinéraire d’Antonin, 246, 1), « À la villa de Faustinus » (villa Faustini, Itinéraire d’Antonin, 474, 5), l’attribution d’un cours d’eau naturel à une personne n’est pas attestée : on peut donc se demander si l’asa de Paulinus n’est pas un bief ou un canal plutôt qu’une rivière naturelle, éventuellement un chenal mettant en communication l’enceinte de Château Vieux et la Saône. On notera, sans pouvoir conclure, que, parmi les Paulini attestés en Gaule, existe Tib. Claudius Paulinus, gouverneur de la province de Lyonnaise au début du IIIe siècle (Wuilleumier 1948 : 18).

2.1.2. LA NATURE DU SITE D’ASA PAULINI : HISTORIOGRAPHIE

6Plusieurs fonctions ont été successivement assignées à Asa Paulini. Cl. Bellièvre, N. Chorier, et A. Bernard lui ont d’abord attribué un rôle défensif : poste avancé de Lyon pour Cl. Bellièvre (1846 : 74-75), Asa, associée à un palais d’Auguste, est, pour N. Chorier (1661 : 255) un camp chargé d’assurer la sécurité de Lyon – et d’assurer à l’empereur la fidélité de la ville –, tandis qu’A. Bernard (1858 : 100-101) évoque la défense de la ville contre les soulèvements locaux ou les incursions des barbares.

7A. Steyert (1895 : 149), qui croit encore bon de rappeler la vieille hypothèse selon laquelle Asa serait synonyme d’ara (Greppo 1841 : 416 ; Serrand 1845 : 1) considère Asa Paulini comme « un gîte d’étape » (une « mansion » dit Serrand 1845 : 26) entre Lyon et Ludna, construit en un endroit « inhabité et remarquable seulement par un autel qu’un riche gallo-romain, nommé Paulin, y avait érigé ». C. Jullian (1924 : 70-72) est sans doute le premier à voir dans Asa Paulini une agglomération, comportant à ses yeux des lieux de spectacle, de culte, de commerce, et dépendant d’un propriétaire domanial local ; ignorant l’existence des vestiges de la Grange du Bief, il localise la résidence de ce propriétaire au Haut-Empire « très probablement sur les coteaux de gauche (vers Lucenay) ou de droite (vers Billy) ». Le bourg serait devenu une forteresse au IVe siècle, et un point d’appui du cursus publicus, « forteresse postale », toujours dans la dépendance d’un « seigneur d’Anse » qui finirait par y établir sa résidence et le centre de son domaine.

8S. Walker (1981 : 308-309), distingue le « vicus » de la villa de la Grange du Bief, tandis que, pour J. Gruyer (1984 : 301) et R. Tenu (Lavagne, Tenu 1985 : 155) les vestiges de la Grange du Bief font partie du « vicus » peut-être mis en état de défense « au moment où les envahisseurs venus de l’est devinrent menaçants » (Gruyer), si bien qu’on y construisit un « castellum » susceptible d’abriter « non pas une cité populeuse, mais seulement une garnison (Gruyer 1984 : 321).

9À l’inverse, M. Leglay (1976) considère, certes, Asa Paulini comme une station à la croisée de voies terrestres et fluviales ; mais il la localise à la Grange du Bief, donnant à la villa une fonction de relai, de mansio, sans le dire explicitement, propriété peut-être d’un Paulinus, et signalant la construction d’un « castellum » à l’est du site au Bas-Empire. Pour H. Lavagne enfin (Lavagne, Tenu 1985 : 166), le site de la Grange du Bief a toutes les caractéristiques d’une villa, mais il n’entre pas dans le débat de son rapport avec Asa Paulini.

10On le voit, une des questions de fond pour Asa Paulini est bien celle du rapport entre la mention textuelle et les vestiges archéologiques, celle de l’existence – ou non – d’un habitat groupé, et celle des rapports entre les différents groupes de vestiges connus dans le territoire d’Anse, dont le nombre s’est accru ces dernières années.

11On peut distinguer dans la topographie de la région d’Anse une première zone, au nord du bourg actuel d’Anse, incluant le versant et le pied du chaînon jurassique qui court de Limas vers Marcy : ce sont successivement, du nord au sud, un petit habitat groupé à La Fontaine, où la voie de Lyon a pu être étudiée, et deux établissements à Bancillon et à La Citadelle qui y ont été fouillés et que nous présenterons d’abord. Puis nous aborderons le dossier de l’enceinte romaine de Château Vieux à Anse même, et ensuite ceux de La Carrière et de la Grange du Bief qui donnent au sud-ouest d’Anse, sur la vallée de l’Azergues. Enfin, après une rapide synthèse sur les tombes anciennes connues entre le quartier de Saint-Romain et le bourg d’Anse, nous verrons ce qu’on peut dire de l’occupation dans les terres basses d’Anse, au nord et au sud du cours actuel de l’Azergues.

2.2. ANSE : LE VERSANT NORD, SYNTHÈSE GÉOMORPHOLOGIQUE ET IMPACT ANTHROPIQUE (O. Franc)

12Le versant localisé entre Bancillon et La Fontaine a fait l’objet de plusieurs investigations dans le cadre de l’archéologie préventive (fig. 143 ; fig. coul. 2, ANS. 11, ANS. 16 et ANS. 15 et fig. coul. 3). Au travers de leurs résultats stratigraphiques compilés et résumés, nous tentons de reconstituer l’histoire sédimentaire de ce versant depuis la fin des temps glaciaires jusqu’à l’époque moderne grâce à l’interférence des occupations humaines, car celles-ci sont des marqueurs stratigraphiques importants et l’homme un agent morphogène non négligeable. Cette étude tente donc de répondre, du point de vue géomorphologique, à la problématique de l’impact du mode d’occupation des sols sur l’environnement, et réciproquement du milieu sur l’homme, en considérant les effets produits, c’est-à-dire principalement l’accumulation et, par défaut, l’érosion des sédiments. Ces phénomènes sont déclenchés par trois facteurs évolutifs principaux qui sont ici la pente, le climat et l’action de l’homme. Il faut donc comprendre en premier lieu les paramètres physiques en présence, et leur origine, puis identifier les ruptures d’équilibre.

Fig. 143- Le versant au nord d’Anse, de Bancillon à La Citadelle (cliché : Y. Montmessin).

2.2.1. HÉRITAGES GÉOLOGIQUE ET GÉOMORPHOLOGIQUE

13Le coteau Lachassagne-Limas (347 m) au pied duquel s’étend la ville d’Anse (175 m) correspond aux terrains calcaires secondaires du Beaujolais reposant sur les roches métamorphiques de la bordure orientale du Massif Central (fig. 4). Dominant la plaine alluviale de la Saône à 169 m, il accuse une pente de plus de 20 %, s’atténuant à 10 % en pied de versant. Ce chaînon calcaire, qui est aussi la bordure occidentale du fossé d’effondrement bressan (graben), a subi les contrecoups de la tectonique alpine tertiaire, à l’origine d’un certain nombre de failles (failles normales verticales s’inclinant légèrement vers l’est) provoquant aussi la formation de diaclases. Ainsi, les bancs de calcaires apparaissent débités et ont été la proie d’une altération physico-chimique importante (Rapport Rousselet 2007) et de l’érosion. Cette altération correspond à la décarbonatation des calcaires, qui aurait débuté à l’Éocène, il y a environ 50 millions d’années d’après D. Baize (1991 : 279), et aboutit à une épaisse couche d’argile mêlée d’oxydes de fer (ce qui explique les couleurs brun orangé), que l’on retrouve surtout en bas de pente. L’empreinte tertiaire est donc essentiellement tectonique et pédologique, les affleurements de brèche oligocène étant très résiduels sur le chaînon calcaire, et ceux du Pliocène cantonnés en rive gauche de la Saône. Au Quaternaire les glaciations sont à l’origine de dépôts lacustres, éoliens et torrentiels. Au Riss notamment, la masse glaciaire atteint Saint-Georges-de-Reneins (Astrade 2005 : 57) et, à Fourvière, barre la vallée de la Saône. Outre l’épandage morainique de la Dombes, on observe ainsi la formation de plusieurs lacs et de leurs dépôts corrélatifs reconnus en Bresse jusqu’à 260 m d’altitude (Astrade 2005 : 58). Ils sont supposés avoir été déblayés localement par les différents ravinements postérieurs dus aux phases d’incision de la Saône notamment celle de Saint-Cosme (environ 200 000 ans), celle de l’inter Riss-Würm et celle du Bölling-Alleröd reconnue en plusieurs points dans la basse vallée de la Saône (Bravard 1997, 2002). Le dernier dépôt d’origine glacio-lacustre (seulement individualisé en Bresse du nord vers 195-200 m d’altitude (Astrade 2005 : 60) appartient au Riss récent (110 000 ans). Au Würm, comme le front glaciaire stationnait 25 km à l’est, l’influence est principalement périglaciaire. Des dépôts fluvio-lacustres, dus à un barrage fluvial par le Rhône, sont connus à Lyon-Vaise pour cette période (vers 17 500 BP) [Bravard, Verot-Bourrely, Franc 1997], et l’Azergues, affluent ayant construit un important cône de déjection barrant la Saône à l’Atlantique (Bravard 2002 : 96), l’avait peut-être déjà fait antérieurement. D’autres preuves périglaciaires sont matérialisées par d’importants cônes de déjection au débouché du massif du Beaujolais, par des dépôts de lœss principalement sur la Dombes et par le transport d’une charge de fond grossière par la Saône. Le niveau de 175-180 m, « la terrasse de Villefranche », correspond à cette charge, 8-10 m au-dessus du fond actuel. Cette terrasse est datée de la fin de l’ère glaciaire, mais antérieure au maximum du Würm (soit de 40 000 ans environ) [Astrade 2005 : 63].

14Depuis la récession glaciaire totale il y a environ 10 000 ans, le cours de la rivière se fixe pratiquement tel qu’il est aujourd’hui. C’est du moins ce qui a été démontré pour le secteur Anse-Villefranche, où la berge actuelle de la Saône est restée quasiment fixe depuis le Néolithique (5000 ans BP), deux chenaux enserrant encore la terrasse du Bourdelan jusqu’à 8000 ans BP (Bravard 1990, 1991). Avec cette histoire géologique récente (quaternaire), on comprend donc que la Saône, à part la terrasse caillouteuse de Villefranche, würmienne, n’a pu laisser sur ses marges, et en particulier sur le versant du Beaujolais, de terrasses de même type, plus anciennes. Seuls des dépôts fluvio-lacustres pourraient être identifiables (puisqu’ils ont atteint 260 m d’altitude en Bresse), mais altérés, sous les colluvions récentes. Or, la carte géologique de Villefranche-sur-Saône (Monjuvent, Mouterde, Loranchet de Montjamont 1973) est muette quant à la présence de dépôts fluvio-lacustres sur le versant de Bancillon-La Fontaine. D’après elle, les occupations humaines reposent sur des « éboulis fixés » (E) ou sur un cône de déjection würmien (Jy) sus-jacents aux calcaires marneux et siliceux du Bajocien supérieur (j1). À la lumière de toutes nos investigations dans ce secteur, plutôt que d’« éboulis fixés » nous évoquerons des colluvions limono-argileuses et un cône de déjection rissien, en plus du cône würmien.

15Cette histoire géologique explique non seulement les formes du paysage mais aussi les ressources du terroir. On doit, par exemple, l’abondante source de La Fontaine à la faille est-ouest qui met en contact les terrains du Bathonien (j2) et du Bajocien supérieur (j1), selon l’hypothèse de M. Meyssonnier (Meyssonnier 1989 : 84). De plus, ces terrains calcaires sont karstifiés et ont pu donner naissance, par le passé, à des résurgences ; en témoigne, par exemple, la grotte de Saint-Trys, « fragment de cours d’eau hypogé nord-sud, avec traces de creusement en cours forcé, siphon et galeries latérales d’alimentation » (Corbel 1948). Ces résurgences pourraient elles-mêmes être à l’origine de formations travertineuses, découpées plus tard en pierre de tuf pour la villa de la Grange du Bief, par exemple. Enfin, les formations du Bathonien et du Bajocien supérieur sont siliceuses et ont pu fournir du silex à la Préhistoire (Rapport Bressy 2007), tandis que les différentes roches affleurantes sont autant de matériaux de construction : grès et gypse du Trias (t), calcaires blancs de l’Hettangien (I1-2), calcaires à gryphées du Sinémurien (I3-5), calcaires oolithiques blancs à jaunâtres ou pierre de Lucenay du Bathonien (j2).

2.2.2. RECONSTITUTION PALÉOGÉOGRAPHIQUE ET OCCUPATIONS HUMAINES

16Les résultats stratigraphiques compilés des opérations archéologiques le long du versant Bancillon-La Fontaine (fig. coul. 2, ANS. 11, ANS. 16 et ANS. 15) permettent de reconstituer et revoir l’histoire des dépôts sédimentaires. Les études géoarchéologiques ayant principalement accompagné les fouilles de La Citadelle (ANS. 16), ce site devient la principale référence de ce point de vue.

17Topographiquement, l’ensemble des emprises explore le sous-sol depuis le (premier) sommet, appelé « le plateau », jusqu’au pied de versant, c’est-à-dire « la pente ou le versant », en débordant sur « le replat », ou « bas de versant », en pente progressivement plus douce et dominant la plaine alluviale de la Saône de 10 m (fig. 144 et 145). Cette topographie s’explique en partie par la géologie dont les grandes lignes sont brossées dans le paragraphe précédent. Mais il est nécessaire de regarder plus en détail pour comprendre l’interaction anthropique.

2.2.2.1. Le plateau et le versant

18Tout d’abord l’effet « plateau » est dû à un talweg d’origine périglaciaire de direction sud-ouest- nord-est puis ouest-est quand il rejoignait la Saône (fig. coul. 3 : talweg 1). Si aujourd’hui une canalisation enterrée occupe son fond, ses écoulements ne sont pas pérennes. Il en va de même pour le deuxième talweg au nord, sur l’emprise de la ZAC de La Fontaine (talweg 2).

Fig. 144- Anse, profil topographique en travers du Val de Saône au droit des sites archéologiques de La Citadelle (profil : O. Franc ; DAO : C. Coquidé).

Fig. 145- Anse, vue vers le nord-est depuis le bord du « plateau » sur la ZAC de La Citadelle (cliché : équipe de fouille).

19Le rocher calcaire (blanc crème à jaune), très diaclasé (fig. 146), est sub-affleurant sur près des deux-tiers du versant avant de plonger brutalement selon une faille probable déterminant le rebord du fossé bressan, si bien que le « replat » constituerait un premier compartiment effondré et avancerait sa limite occidentale. En effet, les prospections profondes à la pelle mécanique ont parfois atteint un substrat calcaire mais dont le faciès en plaquettes émoussées évoque plutôt les dépôts du cône de déjection constituant le substrat du replat d’après la carte géologique. Cette interprétation paraît plus plausible.

20L’abrupt résultant de la faille est maintenant colmaté suivant la pente d’équilibre, par des colluvions limono-argileuses. Remarquons, d’ores et déjà, que le bâti gallo-romain puis alto-médiéval s’est fondé dans ces colluvions juste en deçà de l’affleurement rocheux, au bas du versant (fig. coul. 3). Indubitablement, ce choix d’implantation est dû à la lithologie car bien que diaclasé le rocher calcaire en amont reste très dur (fig. 219). La topographie n’est pas non plus complètement défavorable malgré cette pente de 24 % en amont, dans la mesure où le bas de versant aboutissant sur le « replat » domine encore la plaine de Saône de 15 m, même si ce n’est plus vraiment perceptible aujourd’hui à cause des constructions. Outre ces raisons, d’autres causes, économiques ou politiques, sont bien sûr à prendre en considération.

21Pourquoi trouve-t-on alors de nombreuses structures fossoyées médiévales sur le substrat du plateau ? En dépit des apparences, la lithologie sur le plateau n’est pas défavorable à l’implantation des zones d’ensilage médiéval, car celles-ci sont creusées dans le substrat caillouteux plus meuble d’un cône de déjection, comportant même des couches sableuses (fig. 147).

22Ce premier cône de déjection composé de plaquettes calcaires émoussées ou de blocs aplatis (n’atteignant jamais le stade du galet) et de rares silex, dans une matrice sablo-limoneuse jaune carbonatée, occupe la partie sommitale du versant et même le premier tiers de celui-ci au sud du premier talweg (entre les ZAC La Citadelle et La Fontaine), sur une épaisseur inconnue. Sa limite nord est abrupte et il est alors relayé par des dépôts lités d’argiles et de sables jaunes, non carbonatés, d’obédience très vraisemblablement fluvio-lacustre. Une telle altitude (219 m) peut être atteinte par les lacs du Riss (Astrade 2005 : 63), c’est pourquoi il est vraisemblable de rapporter l’ensemble, cône et argiles fluvio-lacustres, à cette période glaciaire. Ses dépôts limoneux jaunes à précipitations carbonatées (pseudomycelium), se retrouvent parfois en contrebas, et ont pu être confondus avec des lœss.

Fig. 146- Anse, section dans le rocher calcaire diaclasé affleurant du versant (cliché : O. Franc).

Fig. 147- Anse, La Citadelle : silo médiéval installé sur les alluvions sableuses et caillouteuses du cône de déjection rissien sur le « plateau » (cliché : équipe de fouille).

2.2.2.2. Le replat en bas de versant

23Le cône würmien s’est épanché en aval, en dessous de la faille calcaire, et constitue le substrat vraisemblable du replat, ou bas de versant, comme en témoigne les quelques excavations profondes qui l’ont atteint entre 1,20 m et 4 m de profondeur lors des sondages (Rapport Coquidé et al. 2001). Cette topographie inégale (plus profond vers le versant – 180 m d’altitude –, moins à l’est – 184,30 m) permet d’envisager une sorte de gouttière, où les sédiments déposés sont plus épais, entre le cône et le versant. Un semblable épandage caillouteux calcaire semble s’être formé au débouché du deuxième talweg, soit au bas du versant de La Fontaine, où une cote à 185,77 m a été relevée (Rapport Remy, Coquidé 2001). Un lac accompagne également ce cône comme semble en témoigner des dépôts argilo-sableux (mais sans litage visible) observés par deux fois à la loupe binoculaire (Rapport Réthoré, Franc 2003, Rapport Hénon 2004) et montrant l’omniprésence de minéraux de quartz, émoussés à roulés, et l’absence de calcite. En provenance du talweg peuvent s’interstratifier des lentilles caillouteuses remaniant des silex taillés du Paléolithique supérieur (Rapport Coquidé et al. 2001), témoignant d’une présence humaine ancienne sur le coteau.

24Ainsi le replat qui court au pied du coteau calcaire du Beaujolais est dû non seulement à la coalescence des cônes de déjection würmiens mais aussi à une terrasse fluvio-lacustre probablement contemporaine de celle de Lyon-Vaise. Entre les deux périodes glaciaires du Riss et du Würm, le système hydrologique lié à la Saône s’est donc abaissé d’au moins 40 m.

2.2.2.3. L’impact anthropique

25Jusqu’aux premières occupations pré- et protohistoriques en place, on ne sait trop quel est le fonctionnement sédimentaire du versant. Des apports colluviaux argileux, très rarement caillouteux, alimentés par les argiles de décarbonatation, sont possibles à son pied mais ils ne sont pas distincts des apports fluvio-lacustres antérieurs. En revanche, une pédogenèse de type sol brun lessivé (Bertran et al. 1998), aboutissant à la différenciation d’un horizon A1, brun (ancien humus), et d’un horizon inférieur dit Bt, orangé (enrichi en argiles et en oxydes de fer), est le témoin de la stabilité du paysage avec développement de la forêt climacique de type chênaie caducifoliée.

26L’omniprésence du chêne est attestée dans les spectres anthracologiques des premières structures gallo-romaines vers 20-10 av. J.-C. alors que ceux-ci se diversifient rapidement après, suite à la pression anthropique sur le milieu (Rapport Coquidé et al. 2009, fig. 303). Si la chênaie est encore dense à l’arrivée des Gallo-romains, cela veut dire que l’impact protohistorique (Néolithique moyen à final : Rapports Coquidé et al. 2001, Remy, Coquidé 2001, Hénon 2004, Bouvier et al. 2011 ; Bronze ancien : rapport Hénon 2004 ; Bronze final 1 : Rapport Remy, Coquidé 2001 ; Hallstatt C : Rapport Bouvier et al. 2011) sur le milieu fut moindre, sans doute à cause de la faible extension de ces occupations. Mais des éclaircissements de la forêt sont tout de même envisageables comme en témoignent les micro-modifications du sous-sol observées en lames minces (Rapport Coquidé et al. 2009) et la présence de colluvions protohistoriques : Rapport Coquidé, Giry 2006) avec quelques ruissellements épisodiques plus concentrés, visibles sur près d’un mètre de hauteur sur le replat de La Fontaine (Rapport Lurol 2001). L’érosion consécutive à ces périodes anté-historiques reste donc une réalité, entraînant souvent la disparition de l’horizon A1, mais elle n’explique pas seule l’indigence des sites. Enfin, les modifications observées ne permettent pas de préciser les impacts respectifs de l’homme et du climat car ces occupations ne sont pas bien datées et surtout se répartissent à différents points du versant et du bas de pente. Quoi qu’il en soit, ces événements dépendent plus du milieu et d’impacts anthropiques ponctuels, que de changements climatiques globaux.

27Sauf exception, les occupations antiques s’installent sur le même sol que les protohistoriques. Des colluvions, en général de 0,40 m d’épaisseur, s’intercalent en effet par endroits sur le bas de versant mais leur présence n’est pas uniforme. Ainsi que le montrent les différentes fouilles, les premiers travaux antiques datent de l’époque augustéenne autour du changement d’ère et consistent en des défrichements et des aménagements du bas de versant avec notamment un chemin de desserte perpendiculaire à la pente (fig. 328, US 80). Les ruissellements s’y canalisent aussitôt en d’épaisses couches de sables fins mais on observe aussi une loupe de glissement dans le talus ainsi que des colluvions. L’accumulation d’autres sables fins de ruissellement a également été observée sur la voie majeure qui court sur le replat en contrebas.

28Si l’impact anthropique est le facteur déclenchant, notons que ces aménagements s’inscrivent au changement d’ère dans une période un peu humide, en tout cas de recrudescence hydrologique, mise en évidence sur le Rhône (Salvador et al. 2002) et reconnue comme accentuée par l’homme : on parle de « forçage anthropique » (Berger et al. 2008). Le substrat des sites de La Citadelle et de Bancillon enregistre l’accumulation de dépôts colluviés au cours des premières décennies du Ier siècle ap. J.-C. (fig. 274). Alors que la période allant de la fin du Ier siècle au IIIe siècle paraît plus stable en terme de milieu (fig. 275), on constate entre la fin du IVe siècle et le début du haut Moyen Âge un nivellement des surfaces en bas de versant (fig. 148) et une refonte du patrimoine foncier. Ces remaniements d’origine anthropique précèdent de peu ou accompagnent des dépôts de pente ruisselés. Leur occurrence peut également être corrélée à une crise hydrosédimentaire polyphasée qui se manifeste dans la région par une prédominance de la torrentialité dans les petits bassins-versants, à la charnière entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (Berger et al. 2008 : 131).

Fig. 148- Anse, vue du bas de versant à Bancillon (chemins du Ier siècle, colluvions antiques tardives et drains des XIIIe-XVe siècles) [cliché : équipe de fouille].

29Consécutif à l’abandon du secteur de La Citadelle, un liseré caillouteux ruisselé emballant un mobilier des Ve-VIIe siècles recouvre le sommet érodé des murs avant d’être colmaté par des colluvions de pente (fig. 193 ; Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007). Plus au sud dans le secteur de Bancillon, où l’occupation adopte divers faciès mais reste pérenne jusqu’aux XIIe et XIIIe siècles, ces colluvions s’épandent localement et recouvrent finalement les vestiges. Partout massives et caillouteuses, elles sont le produit de petites coulées boueuses successives alors qu’aucun phénomène de tri n’indique des ruissellements concentrés majeurs. Ainsi, la pleine période de recrudescence hydro-climatique du « petit âge glaciaire » (XVe-XIXe siècles) n’est pas décelée dans les suites stratigraphiques étudiées, la végétation en place (des haies protégeant les cultures et/ou des sols non dénudés ?) ne laissant pas de prise à une érosion incisive mais seulement aréolaire. Toutes les occupations sont finalement recouvertes sous 0,30 à 0,60 m de colluvions limono-argileuses brunes à nombreuses plaquettes calcaires éparses renfermant du mobilier archéologique.

2.2.2.4. Le versant à la limite nord d’Anse

30Six cents mètres plus au nord sur le même versant, les opérations de diagnostics de Bel Air et La Logère (fig. coul. 2, sites ANS. 17 et POM. 4) confirment l’ampleur des phénomènes observés précédemment, à quelques nuances près (Rapports Coquidé, Franc 2010 et Coquidé, Franc, Gianola 2011). La stratigraphie se décline en un ensemble argileux compact de base (ensemble I), composé de formations très anciennes stériles, souvent assez peu enfouies et un ensemble limono-argileux (ensemble II), souvent anthropisé, atteignant 1,50 m d’épaisseur au plus.

31L’ensemble I est composé d’argiles très compactes, jaune-gris orangé à brun orangé dont les couleurs s’expliquent là comme ailleurs par les oxydes de fer et la texture par la parenté avec les argiles de décarbonatation érodées depuis le haut de versant. Dans ces épais dépôts argileux de bas de pente, s’insèrent des décharges caillouteuses en plaquettes de calcaires jaunes (jusqu’à 10 cm de long) et en cailloux siliceux résiduels isolés qui semblent appartenir à un nouveau cône de déjection würmien dont une de ses ravines affleure à l’amont de l’emprise.

32La stratigraphie d’Anse Bel Air-La Logère, jusqu’ici conforme aux formations déjà évoquées, a révélé des formations plus anciennes inédites, comme des alluvions sableuses (à 186,95 m d’altitude) d’une paléo-Saône recoupant des argiles probablement glacio-lacustres. Ces dépôts ainsi que le cône sont enfouis sous les colluvions argileuses périglaciaires massives, additionnées localement de sables d’inondation de Saône (à 184,30 m sur la partie basse).

33L’ensemble II se compose de limons argileux jaune-brun clair, pelucheux, homogène à part quelques plaquettes calcaires émoussées, éparses, et plus rarement de la terre cuite architec-turale. Cet ensemble se développe peut-être plus nettement qu’ailleurs dès que des vestiges s’y interstratifient lors de la période historique et il recouvre les vestiges gallo-romains au moins en bas de pente. Les travaux importants de terrassement antique ne sont pas étrangers à ces processus de ruissellement qui se signalent parfois par des petites poches jaunes de limons légèrement sableux. Un mobilier protohistorique, une nouvelle fois remanié, s’insère en bas de versant sur la frange ouest de l’emprise, au sein du développé stratigraphique antique ou historique et illustre des processus d’érosion anciens.

2.2.3. EN CONCLUSION

34Les grandes lignes de l’histoire sédimentaire naturelle du versant d’Anse entre les sites de Bancillon et Bel Air sont acquises à la fin de la période glaciaire sous la forme d’alluvions sableuses de Saône, d’allu-colluvions caillouteuses des cônes de déjections puis de colluvions argileuses massives. La suite n’est que réajustements des profils d’équilibre par phénomènes gravitaires, parfois instantanés, suite aux impacts anthropiques. En effet, malgré la tentative de les raccorder à des fluctuations climatiques connues, les mouvements de sédiments ne se déclenchent que parce qu’il y a eu transformation du milieu par l’homme. Les zones dénudées sont sensibles à l’érosion quelle que soit la période climatique dans laquelle s’est produit le défrichement, et il est bien vain de chercher d’autres concordances surtout sur un versant, très mauvais enregistreur naturel de ces fluctuations. De plus, la part anthropique dans les apports de terre divers (mise en place de remblais, de murs en matériaux périssables, de podiums, etc.) est difficile à évaluer. De même pour l’arasement des structures utilisant la pierre, la récupération humaine est peut-être plus importante que l’érosion naturelle. Enfin, phénomène souvent négligé, la bioturbation se charge de faire disparaître par homogénéisation sur place les traces de sol piétiné ou de terre battue.

2.3. ANSE, LA FONTAINE : RÉSEAU VIAIRE ET HABITAT (P. CONJARD-RÉTHORÉ)

  • 1 Les travaux ont été principalement menés avec la collaboration d’E. Thévenin sur le terrain, M. Chi (...)

35Au nord du bourg d’Anse, le secteur de La Fontaine (fig. 142, no 1, fig. coul. 2, ANS. 15 ; fig. coul. 3) se caractérise par la présence d’un vallon perpendiculaire au Val de Saône, en bordure duquel s’est installé un château dont l’origine remonte vraisemblablement au XVe siècle. La route de Pommiers (D70) se greffe sur la D306, ancienne RN6, au débouché de ce vallon. Le hasard d’une opération de diagnostic archéologique1 a permis de mettre au jour, en 1999, un segment de voie antique longeant l’actuelle D306 (fig. 149). Ce segment de voie a été interprété comme la voie majeure reliant Lyon au nord de la Gaule (Rapport Réthoré, Bonnet 1999). Un chemin antique, perpendiculaire à cette grande voie, a également été mis en évidence, au niveau de l’actuel rond point sur la D306 donnant accès à la route de Pommiers.

  • 2 Laffite et al. 2009 : 17 : l’auteur mentionne des voies principales qui atteignent des largeurs de (...)

36Cette opération a aussi été l’occasion de vérifier la présence d’un habitat antique qui se développe dans le vallon sur quelque 300 m. Ces observations ont été précisées, en 2000, par une phase d’évaluation complémentaire ouverte sur une superficie de 400 m2 à l’emplacement d’un bassin de rétention, à proximité du rond-point de la D306 (Rapport Lurol 2001). L’axe est-ouest a été retrouvé associé à une seconde zone de bâti qui se développe de part et d’autre du chemin. Les deux secteurs bâtis, distants de 140 m, ne correspondent peut-être pas à une même entité (fig. 149). La quarantaine de murs mise au jour révèle un bâti dense, orienté globalement nord-sud et bien conservé. Une ou deux assises d’élévation sont préservées côté ouest et jusqu’à sept, côté est (fig. 150). L’emprise de ces deux secteurs est bien cernée grâce à deux opérations de diagnostic complémentaires au nord et sud-ouest qui se sont révélées négatives (Rapport Remy, Coquidé 2001 et Rapport Bleu, Treffort, Boissy 2004).

2.3.1. LE GRAND AXE DE CIRCULATION RELIANT LYON AU NORD DE LA GAULE

37Le segment de voie antique observé en 1999 se situe à quelque 1,5 km, au nord de l’actuel bourg d’Anse et 3 km au sud de la ville de Villefranche (fig. 149). Un peu plus au sud, au lieu-dit La Citadelle, un sondage ouvert en 2001 au cours d’un autre diagnostic a confirmé l’observation de cette voie (Rapport Coquidé et al. 2001). L’assiette de celle-ci occupe une position de replat en bas de coteau (185 m) et domine d’une dizaine de mètres la plaine alluviale de la Saône dont le lit majeur coule à moins d’un kilomètre à l’est. La voie longe l’actuelle D306, révélant ici une certaine pérennité de l’axe de circulation desservant la capitale des Gaules.

  • 3 Pour P.-M. Duval (cité dans Frascone 1999 : 23), « la largeur officielle [des voies] était de treiz (...)

38Ce segment de voie a été observé dans neuf sondages, sur une longueur de 177 m. La plus grande largeur identifiée pour cette voie est de 8,30 m, ce qui peut paraître un peu étroit au regard des largeurs de voie communément observées en d’autres régions, notamment dans le nord est de la Gaule2. Pourtant, cette voie a été recoupée par une tranchée dont la longueur de 50 m aurait permis d’appréhender l’ensemble de ses aménagements s’ils avaient été de plus ample envergure. Un fossé bordier, notamment, était attendu et n’a pas été rencontré sur le site de La Fontaine. Cette largeur de 8,30 m correspond néanmoins à un schéma classique3. Elle comprend d’ouest en est, un petit fossé latéral, une bande de roulement centrale et à l’est, un simple aménagement de la déclivité naturelle du terrain qui sert d’exutoire aux eaux de ruissellement. La chaussée elle-même est en partie bombée. Un alignement de blocs de calcaire qui semblent correspondre aux umbones communs à la construction des voies, a pu être observé seulement dans la partie la plus septentrionale de la voie.

Fig. 149- Anse, La Fontaine : plan de situation des deux zones de bâti observées en 1999, à l’ouest, puis en 2000, à l’est (DAO : équipe de fouille).

2.3.2. ORGANISATION DE LA VOIE

39Deux coupes transversales de la voie ont été relevées à 106 m d’intervalle. Elles montrent une érosion de la voirie liée à la pente sud-nord de la construction. Ainsi, au sud, à proximité du cimetière municipal, la terre végétale recouvre une voie dont ne subsistent que les premières strates sur une trentaine de centimètres d’épaisseur (le niveau de sol actuel se situe à 187 m). En revanche, au nord, à l’approche du vallon de La Fontaine, le recouvrement sédimentaire important (60 cm) a mieux protégé la construction (le niveau de sol actuel se situe à 185 m). Les deux mètres de dénivelé observés sur les 177 m linéaires reconnus du sud au nord, ont suffi pour que certains des niveaux antiques aient disparu. Cependant, plus que l’érosion, le positionnement topographique de la voie semble avoir influé sur son mode de construction et la vision que nous pouvons en avoir actuellement.

40Les différentes coupes menées sur la voie n’ont donc pas toutes offert la même qualité d’information. Ceci est encore plus vrai pour le sondage ouvert sur le site de La Citadelle qui a livré un autre type de données : seule la succession de trois fossés situés à l’ouest de la voie a été mise au jour sans que puisse être nettement identifiée la bande de roulement (fig. 151 et coul. 21). Sur le site de La Fontaine, la coupe de la tranchée 7, la plus au sud, a permis d’appréhender cette voie dans sa largeur la plus complète (fig. 152, coupe 3). En revanche, du fait de l’érosion, le développement stratigraphique est limité aux premiers niveaux de la voie. À l’inverse, la coupe la plus septentrionale, dans le sondage 8, a permis d’observer l’amplitude totale de la stratigraphie sur 1,70 m d’épaisseur, mais pas la largeur de la voie (fig. 152, coupe 2). Or celle-ci semble avoir fluctué d’un état à l’autre. C’est aussi ce que montre le sondage de La Citadelle où la succession de fossés observés montre des recoupements s’éloignant d’est en ouest. Ainsi, les largeurs globales de cette voie ne pourront pas être données pour chaque état.

Fig. 150- La Fontaine : vue de l’un des murs dégagés lors de l’opération conduite en 2000 : jusqu’à sept assises d’élévation sont préservées côté ouest (cliché : équipe de fouille).

2.3.2.1. La voie dans le secteur du vallon de La Fontaine

41Dans sa partie la mieux conservée, au plus proche du vallon de La Fontaine (fig. coul. 17), trois grands états ont pu être distingués, à l’intérieur desquels différentes phases d’utilisation ont été perçues (fig. 152 et coul. 20).

42Ainsi les premiers dépôts sont-ils constitués de sables argileux de couleur brun à gris, marqués par des strates d’indurations ferriques indiquant un phénomène d’hydromorphie sans doute lié à une certaine stagnation de l’eau sous la voie. Un niveau de limons argilo-sableux de couleur brun à jaune, homogène et compact, lui succède et sert d’assiette à la voie (US 71).

43Un premier empierrement de 0,35 m d’épaisseur servant de drain (nucleus) est épandu sur les limons argilo-sableux. Il est constitué de blocs calcaires de modules variés (de 0,10 à 0,20 m de diamètre) ne présentant pas d’organisation particulière (US 70). Les espaces vides sont colmatés par des sédiments d’infiltration constitués d’argiles et sables fins de couleur brun clair. Sur ce drain est installée une recharge de 0,12 m de graviers de rivière (gravier centimétrique), dans une matrice de sables de couleur grise bien compactée (US 69). Ces graviers constituent vraisemblablement le premier niveau de circulation de la chaussée.

44À l’ouest, là où la structure risquait de subir la pression de la pente, un alignement de gros blocs de calcaire épannelés (de 0,40 à 0,60 m x 0,40 à 0,50 m), assimilables à des umbones, enserre le radier à la base de la voie (fig. 152, coupe 1). Il permet sans doute aussi d’atténuer la poussée de la pente et les infiltrations. Cette bordure de pierres de gros gabarit n’apparaîtra plus lors des réfections de la voie. N’ayant pu être recoupé lors du diagnostic, cet aménagement n’est pas observable sur les relevés des deux coupes transversales de la voie, mais apparaît sur le relevé longitudinal et les photographies (fig. 152 et 153).

Fig. 151- Anse, La Citadelle : coupe des fossés à l’ouest de la voie (relevé et mise au net : C. Coquidé ; localisation de la coupe : fig. 327).

Fig. 152- Coupes de la voie majeure dans le sondage no 7, dans le sondage 8, dans la tranchée 7 : pour la localisation des coupes, voir la fig. 149 (DAO : équipe de fouille).

Fig. 153- Détail des blocs formant la bordure de la voie majeure dans le sondage no 7, vue vers l’est (cliché : P. Réthoré).

45Une seconde recharge de graviers de même type, mais englobés dans une matrice de sable de couleur beige claire, apparaît comme une phase de réfection de la chaussée (US 68). Une dépression observée sur 1,10 m de large pour une profondeur de 0,38 m, à l’ouest de la chaussée, peut correspondre à une rigole ou à un fossé latéral à fond plat (US 66).

46Des sables argileux de couleur brun clair, très compacts, viennent recouvrir en fines couches la chaussée et comblent le fossé (US 67). Ils marquent soit une phase de non-entretien de la voie durant laquelle le fossé n’est pas curé, soit une phase érosive brutale du versant où les colluvions ont colmaté très rapidement la structure.

47Les sables et argiles de couleur jaune, très compacts, qui se déposent ensuite sur une trentaine de centimètres d’épaisseur, marquent bien, quant à eux, une intense activité érosive du versant. Celle-ci est à l’origine d’un réaménagement complet de la voie qui reprend le mode de construction de l’état précédent (US 65, 64, 63 et 62).

48Les blocs calcaires de mêmes modules que le drain du premier état sont étalés sur une épaisseur moindre, n’excédant pas 0,20 m (US 65). Le compactage de la surface de roulement est cette fois plus important, car les graviers de la recharge constituant la bande de roulement viennent colmater les interstices vides entre les blocs calcaires. La seconde recharge du niveau de circulation est, comme la précédente, constituée de graviers de rivière ronds et fins (0,5 à 3 cm de diamètre), dans une matrice de sable de couleur beige clair épaisse de 8 à 10 cm. Ces graviers s’étalent au-delà de l’emprise de la chaussée, sur les colluvions sous-jacentes. Ce phénomène peut être dû à une pollution des niveaux environnant la voie du fait des passages et de la dégradation progressive de la chaussée, ou bien à une volonté d’aménager ainsi un bas-côté. Cette phase de réfection se caractérise du côté ouest par son élargissement de la chaussée (0,70 m) et l’ajout d’un bas-côté de même largeur. Aucun caniveau latéral n’est, cette fois, observé, mais le sondage qui devait permettre d’appréhender cet état n’a pu être ouvert sur une longueur suffisante. Un niveau de sables de couleur jaune, très compact, vient sceller l’ensemble de la voirie indiquant une nouvelle phase de colluvionnement du versant (US 62).

49Le troisième état de réfection connaît un nouvel apport de blocs calcaires identiques à ceux des drains précédents. Son épaisseur n’est plus que de 0,15 m. La matrice de limons sableux qui enveloppe ces blocs est mêlée des graviers de rivière qui marquent le niveau de circulation de la chaussée. Cette nouvelle recharge de graviers ne dépasse pas cette fois l’emprise de la chaussée sur une épaisseur d’une dizaine de centimètres au centre de la chaussée pour quelques centimètres sur les côtés (US 50). Une seconde recharge de graviers de rivière de plus gros modules que les apports précédents (2 à 8 cm de diamètre mêlés à une matrice de limons sableux de couleur brune) marque une phase de réfection (US 49). Elle est très dégradée. Des traces de labours, perceptibles dans les sédiments supérieurs, viennent la déstructurer.

50Un bas-côté est aménagé avec un apport de cailloutis et de fragments de tuiles dans une matrice de limons sableux de couleur brun clair (US 61).

51L’assiette de cette réfection reprend grossièrement celle du second état.

2.3.2.2. La voie dans le secteur du cimetière municipal

52Si le sondage 8, à proximité du vallon de La Fontaine, montre bien ces trois états de réfection de la voirie, en revanche, au sud, à proximité du cimetière, le scénario donné par la coupe de la tranchée 7, diverge malgré un rythme équivalent de trois états d’occupation (fig. 152). Les niveaux géomorphologiques observés sous la voie restent les mêmes : des limons argileux de couleur brun à gris, homogènes et très compacts, auxquels succèdent des limons argilo-sableux de couleur brun à jaune, homogènes et compacts à rares charbons de bois et nodules de terre cuite (US 71 en S 8, US 16 en T 7).

53C’est dans ce niveau sédimentaire naturel que deux ornières, larges de 24 cm à l’ouverture pour 10 cm de profondeur, espacées de 1,40 m, ont pu être observées. Elles permettent d’en visager l’usage de ces sédiments pour établir la piste primitive. Ce niveau de circulation avec ses ornières est scellé par des limons sablo-argileux de couleur jaune résultant d’une phase de colluvionnement du versant. Cette phase érosive semble équivalente à celle qui recouvre le premier état de voirie observé au nord, à proximité du vallon (US 16 = US 67). Cette similitude permettrait éventuellement d’associer cette première piste au premier état construit du segment de voie observé dans le sondage 8.

54Une recharge de graviers de rivière de modules irréguliers (0,5 à 3 cm de diamètre) dans une matrice de sable de couleur beige clair, épaisse de 6 à 8 cm est directement épandue sur les colluvions (US 14). Curieusement, on n’observe pas la mise en place préalable d’un radier de cailloutis drainant sous la recharge de graviers. Il demeure alors difficile d’associer cette première recharge de graviers à l’un ou l’autre des états observés dans le sondage situé près du vallon. Si l’on suit simplement la chronologie relative, il s’agirait du deuxième état de réfection de la voie.

55Un radier de blocs calcaires de modules irréguliers (de 10 à 25 cm de diamètre) d’une épaisseur de 20 cm, ne présentant pas d’organisation particulière marque un troisième état de réfection de la voie (US 13). Les blocs sont liés par une gangue de limons argilo-sableux de couleur brun à roux. La surface de circulation associée à ce drain a disparu. Ces derniers niveaux se situent aujourd’hui directement sous la terre végétale.

2.3.3. ANALYSE GÉNÉRALE

56La comparaison entre les coupes des deux sondages de référence apparaît délicate. Elle l’est encore plus avec le segment de voie observé sur le site de La Citadelle. Distant d’une centaine de mètres seulement, ils ne présentent pas du tout le même faciès stratigraphique même si certains éléments de comparaison peuvent être proposés. Déjà, trois états d’occupation sont bien identifiables dans chacun des sondages. Certains des matériaux constituant la voie ainsi qu’une des phases de colluvionnement apparaissent identiques. Cependant, faute de modes de construction similaires la comparaison paraît impossible à conduire jusqu’au bout.

57Peut-on considérer que l’emploi systématique de drains dans la zone proche du vallon soit lié justement à une situation topographique de zone humide nécessitant un drainage rendu inutile lorsque le niveau de la voie s’élève de 2 m, une centaine de mètres plus au sud ? Il est tentant de le croire, car, en revanche, la phase de colluvionnement que l’on observe sur les premiers niveaux de voirie, apparaît, elle, identique d’un secteur à l’autre. C’est elle qui sert alors de fil conducteur et valide la comparaison.

58Ce cas montrerait ainsi qu’il n’y a pas de règle de construction stricte et que c’est le contexte environnemental qui prime avec un souci d’économie de moyens.

59De même, contrairement à ce qui est souvent admis, la déclivité du secteur de vallon de la zone de La Fontaine n’a pas reçu d’aménagement permettant de maintenir à une même altitude la bande de roulement. Si les différents niveaux observés d’un secteur à l’autre présentent bien des différences dans les apports de remblais, c’est avant tout pour maintenir la chaussée hors d’eau plus que pour égaliser la déclivité topographique. La pente naturelle est sans doute atténuée mais reste présente.

60Si la chronologie relative révèle trois états d’occupation distincts bien marqués, il n’est pas évident d’en proposer une datation absolue. L’observation s’est faite essentiellement sur des coupes de terrain généralement pauvres en artefacts, le contexte viaire demeurant sans doute un des plus indigents en matériel anthropique. Néanmoins, on peut retenir quelques éléments qui offrent des jalons chronologiques intéressants, quoiqu’imprécis.

61Ainsi, le premier niveau sédimentaire observé sous la voie dans la tranchée 7 était-il percé d’une fosse contenant vingt-cinq fragments de céramique non tournée. Il peut s’agir d’un gros vase de stockage de la période gallo-romaine précoce. Dans un niveau sédimentaire équivalent, mais dans un autre sondage, ont été recueillis des fragments de céramique commune grise tournée, et des parois d’amphore hispanique non identifiée plus précisément.

62Si l’on considère l’ensemble de ces informations, la voie semble s’installer sur des niveaux de la fin du Ier siècle av. J.-C. ou du début du Ier siècle ap. J.-C. Cet axe de circulation s’implante donc autour du début de notre ère, dans une zone déjà occupée par l’homme. Le reste de la stratigraphie n’a livré aucun autre élément qui permette de situer dans le temps les deux états d’occupation suivants.

63En revanche, quelques incinérations ont été reconnues aux abords de la voie et donnent des repères très sommaires, eux aussi, mais compatibles avec ce premier calage chronologique. Trois fosses de dépôts secondaires de crémation ont été mises au jour. Ces fosses ont été repérées le long de la voie. Une seule a été fouillée.

64Dans le sondage S 26, une fosse a été observée sous l’un des états de la voie, en bordure est, et une autre a été mise au jour dans le sondage S 6 sur son bord ouest. La troisième, qui a été fouillée, se situe dans le sondage S 25 à 15 m du bord ouest de la voie. Elle donne l’extension maximale repérée pour cette nécropole. La chronologie relative de ces fosses a été mal appréhendée, de sorte qu’il demeure impossible actuellement de les associer à l’un ou l’autre des états de la voie. Toutefois, il semble plus vraisemblable de les associer à son premier état.

65La fouille d’une de ces fosses a montré qu’il s’agissait bien de dépôts de crémation. Elle a été réalisée en effectuant des prélèvements sédimentaires tous les 20 cm, par quart, en cotations NGF, qui n’ont pas pu être exploités par un anthropologue. La forme extérieure de ces fosses est globalement carrée. Celle fouillée mesurait 1 x 1 m. À l’intérieur de cette fosse un dépôt circulaire de charbon de bois pratiquement pur, de 0,70 m de diamètre sur une vingtaine de centimètres d’épaisseur, est localisé dans l’angle sud-est de la fosse. Le niveau supérieur du dépôt se trouve à 185,12 m d’altitude, son niveau inférieur à 184,88 m. La fosse semble avoir été écrêtée. Le dépôt cendreux contenait du mobilier de l’époque augustéenne sans dépasser le début de la première moitié du Ier siècle. Il comportait dix-huit fragments de céramique, dont une ou deux assiettes en terra nigra, un fragment de céramique plombifère à décor de godrons verticaux et un fragment de vase en verre de couleur bleu sombre. L’ensemble du mobilier a été brûlé sur le bûcher funéraire. Aucun dépôt secondaire d’objets n’était présent dans la fosse. La datation de cette incinération se situe aux alentours du début de notre ère, ce qui concorde avec la mise en place du premier niveau de la voie.

66Y a-t-il eu une voie primitive un peu plus ancienne ? Cette proposition paraît bien sûr envisageable, même si elle ne peut être validée par cette opération de diagnostic. C’est aussi la proposition de D. Frascone pour le segment de cette même voie fouillée à Vaise (Frascone 1999 : 36). La stratigraphie montre ici que le premier niveau de circulation de la voie s’est installé sur des niveaux déjà fréquentés au Ier siècle av. J.-C., sans que les quelques fragments de céramiques présents dans les niveaux antérieurs à la voie permettent une datation bien précise.

67La coupe stratigraphique la plus complète du site de La Fontaine et celle de La Citadelle indiquent d’autre part que la bordure occidentale de la voie a évolué dans le temps, permettant de vérifier que cet axe de circulation n’était pas totalement statique. De même que l’axe actuel de la D306 longe, à l’est, l’axe antique, une voie de circulation plus précoce a pu exister dans ce même secteur, peut-être sous l’actuelle départementale, puisque les sondages à l’ouest de la voie antique n’en ont pas révélé la trace.

2.3.4. UN AXE DE CIRCULATION SECONDAIRE

68Un axe secondaire s’ouvre à la perpendiculaire de la voie majeure pour gagner à l’ouest le coteau en direction de Pommiers. Il dessert un ensemble de bâtiments qui seront analysés plus loin. Un sondage ouvert lors du diagnostic de 1999 a permis de mettre en évidence au moins quatre recharges de remblais, épaisses de six à dix centimètres chacune, ayant constitué la chaussée d’un chemin large de 2,40 à 2,90 m et dont l’entraxe a légèrement évolué dans le temps. L’empattement général de cette voie mesure plus de 4,60 m (fig. 154, coupe 5).

Fig. 154- Anse, La Fontaine : plan du bâti sondé en 2000 ; coupes 4 et 5 de la voie secondaire (DAO : équipe de fouille).

69Le premier état observé est marqué par la présence de limons argilo-sableux de couleur beige à roux formant un léger dôme de 2,30 m de large (US 83) surmontés d’une recharge d’éclats calcaires constituant vraisemblablement la première chaussée (US 82). Tout comme cela a été constaté sur la voie majeure, ce premier chemin disparaît sous des colluvions marquant vraisemblablement une intense phase érosive (US 76).

70Le chemin réapparaît sous forme d’un simple lit constitué de matériaux hétérogènes tels, graviers, éclats calcaires et fragments de tuiles, épais de 4 à 10 cm. Ils sont étalés à plat sur 2,60 m de large (US 81). Cette recharge est décalée d’1,30 m au sud du chemin initial.

71Une troisième recharge de limons sableux de couleur beige à jaune est apportée pour former un nouveau terre-plein bombé d’une dizaine de centimètres d’épaisseur (US 80), surmonté d’une recharge de fragments de tuiles formant une nouvelle chaussée qui, cette fois, se décale d’un peu moins d’un mètre vers le nord (US 81). De nouveaux limons sableux (US 75 et 78) correspondent vraisemblablement à une nouvelle phase érosive venue colmater le troisième état de la chaussée.

72Le quatrième et dernier état de voirie observé est constitué par le creusement des colluvions issues d’une deuxième phase érosive. Un fossé, large de 1,30 m pour une profondeur de 14 cm, est creusé au sud, tandis qu’au nord ces colluvions suivent la déclivité naturelle du vallon. Le dôme ainsi marqué est recouvert de scories de fer qui constituent le dernier revêtement de la chaussée. Le fossé latéral sud est comblé de façon volontaire par un apport de blocs calcaires de taille moyenne (10 cm).

73Ce tronçon de chemin s’est révélé riche en matériel anthropique : fragments d’objets métalliques non identifiables, fragments de céramique. Cependant, aucun de ces artefacts n’a pu être prélevé en stratigraphie. L’ensemble du matériel associé à ce sondage a été recueilli lors du décapage mécanique, sans repère stratigraphique précis. Ainsi, les datations livrées par la céramique vont de la fin du Ier siècle au deuxième quart du IIe siècle ap. J.-C.

74Ce même axe est-ouest a pu être observé lors de l’opération d’évaluation complémentaire conduite en 2000 en amont du creusement d’un bassin de rétention d’eau à proximité de l’actuel rond-point faisant la jonction entre la D306 et la D70 conduisant à Pommiers (Rapport Lurol 2001). Comme il a été observé en 1999, quatre états de construction sont mis en évidence dans une coupe de terrain dont la stratigraphie « en sapin » est caractéristique de l’aménagement des bas-côtés de voie (fig. 154, coupe 4). Seul le bas-côté nord de cette voie, a été relevé par les archéologues. Cette stratigraphie montre un premier état antérieur au bâti. Mais, à partir du second état, la voie s’inscrit entre deux murs qui marquent les façades de deux bâtiments se développant au nord et au sud de l’axe. Ce chemin possède alors une largeur de 4,68 m.

2.3.5. LE BÂTI

75Ce bâti est scindé en deux noyaux distants de 140 m. Cependant ces deux entités sont contemporaines et sont datées de façon large du Haut-Empire. Tout comme pour la voirie, il est possible que quatre états d’occupation se soient succédé. Mais en l’absence de fouille, les rapports des deux diagnostics s’en sont tenus à distinguer deux grandes périodes d’occupation à travers le recoupement des structures et leur mode de construction.

76Dans les deux zones explorées, deux modes de construction ont été individualisés. Le premier bâti se distingue par des murs de blocs de calcaires équarris liés par un mortier de chaux de couleur blanc-beige à blanc-gris, et par des gros blocs de taille en chaînage d’angle. Ce type de bâti se retrouve dans les deux zones explorées. Le second se distingue par un liant d’argiles et moellons plus grossiers (fig. coul. 18). Cependant, une analyse de l’ensemble des murs selon leurs orientations et leur mode de construction permet de distinguer quatre cas de figure qui peuvent correspondre à autant d’états :

  • des murs au liant de mortier de chaux et sables gris à beige sont orientés à NL 12 ° E. Les murs ainsi orientés ne se retrouvent que dans la zone étudiée en 1999. Ils semblent pouvoir se rapporter au premier état d’occupation, soit au début du Ier siècle ;

  • dans la même zone, des murs suivant cette orientation à NL 12 ° E mais dont le liant est constitué de limons argileux. Ils sont postérieurs aux premiers ;

  • des murs construits avec un liant en mortier de chaux et sable gris à beige sont orientés nord-sud (NL O °). Ils se retrouvent dans les deux zones de diagnostic ;

  • des murs dont le liant est constitué de limons argileux sont orientés à NL O °, ont été mis au jour dans le secteur le plus à l’est étudié en 2000.

77Notons que, pour un même état, les deux modes de construction (liant de mortier et liant de terre) peuvent être utilisés de façon concomitante. Pourtant, la chronologie relative les distingue presqu’à chaque fois, les liants à la terre venant toujours dans un second temps, comme remodelage du premier bâti. La chronologie absolue ne donne pas plus d’information. Aucun sol en lien avec chaque type de mur n’a pu être daté sur les deux zones explorées. Néanmoins, d’une façon générale, la céramique mise au jour sur la zone bâtie située à l’ouest conduit à une datation plus précoce (début du Ier siècle), que celle en lien avec la zone bâtie la plus à l’est, qui semble ne se mettre en place qu’au milieu du Ier siècle. Cette information pourrait conforter l’observation faite dans les stratigraphies de la voie secondaire qui permet de vérifier que celle-ci apparaît avant la création du bâti situé le plus à l’est. Ce chemin desservirait sans doute, dans un premier temps, la zone bâtie ouest. Celle-ci se situe cependant à quelque 140 m de l’axe de la grande voie, et le lien entre voie et bâti ne semble pas direct. De plus, si l’on prolonge de façon théorique l’axe est-ouest, il se dirige vers le flanc sud du vallon à une quinzaine de mètres au nord de la zone bâtie ouest, donc sans lien direct entre bâtiments et chemin. En revanche, le noyau bâti situé le plus à l’est s’organise lui, autour du chemin secondaire est-ouest. Il semble correspondre à une extension de la zone bâtie à partir du milieu du Ier siècle. Cette chronologie reste cependant très fragile. Le mobilier est trop indigent pour offrir une preuve irréfutable.

78En l’état de la documentation, il est illusoire d’essayer de donner une fonction aux différents bâtiments mis au jour. D’une part, aucun plan de bâtiment complet n’a été dégagé. D’autre part l’organisation générale, trop segmentée par une exploration en tranchées, nous échappe.

79Les indices internes n’apportent guère plus de réponses. Aucun élément en lien avec une activité artisanale n’a été observé. Si, dans son dernier état, la chaussée découverte dans le secteur oriental est constituée de scories métalliques, aucune forge n’a cependant été identifiée. Les deux zones présentent des sols de terre battue et des foyers domestiques comparables, quadrangulaire (1 x 0,75 m), avec une sole constituée de dalles de terre cuite délimitée par des dalles de calcaires et des briques posées sur chant (fig. coul. 19). Une canalisation construite à l’aide d’imbrices et une amenée d’eau en mortier de tuileau complètent les aménagements domestiques. Plusieurs seuils constitués de grosses dalles de calcaires taillées ont été observés. Plus spécifique, un seuil constitué de deux dalles de calcaire avec glissière centrale de 3 m de long peut correspondre à une ouverture de boutique à rideau de bois (fig. 155). C’est sans doute le seul indice d’une activité commerciale sur le site. Or, celle-ci ne se situe pas dans la zone la plus proche de la grande voie, mais au contraire dans la zone la plus à l’ouest. Le bâti de cette zone se caractérise par une aire de cailloutis damés dont les limites n’ont pu être cernées. Cette surface caillouteuse est installée sur un radier de blocs calcaires (modules de 0,05-0,20m). Elle est postérieure au premier état. S’agit-il d’une cour, d’une place, ou d’une rue ?

80Comme on le voit, l’habitat de « La Fontaine » est complexe. L’examen des coupes montre une stratigraphie qui peut se développer sur près de 1,50 m. Le mobilier, relativement fréquent, date des débuts du Ier siècle au IIe siècle ap. J.-C. avec une éventuelle réoccupation autour des IVe et Ve siècles ap. J.-C.

81Un premier noyau de bâtiments s’étire d’est en ouest en fond de vallon sur 300 m de longueur, à proximité d’un axe de desserte secondaire qui occupe le flanc sud du vallon permettant d’accéder à l’intérieur des monts, vers Pommiers depuis le grand axe de la voie reliant Lyon. Un second noyau habille cet axe est-ouest en s’appuyant dans un second temps, contre l’axe de circulation majeur.

82Cet ensemble de constructions ainsi que des incinérations observées mais non étudiées le long de la voie principale constitue-t-il le premier bourg d’Asa Paulini, que l’on voit apparaître en fond de vallon, un peu en recul de la voie au tout début du Ier siècle ? Ce premier bâti ne semble pas être organisé sur le même axe que la grande voie, comme s’il avait une autonomie propre. De ces bâtiments d’abord un peu excentrés par rapport à la grande voie, un second noyau se rapproche dans le courant du Ier siècle. L’évolution de ce bâti semble se faire au même rythme que celle de la voirie, ponctuée de reprises multiples après chaque grande phase d’érosion du coteau qui le domine.

Fig. 155- La Fontaine : seuil à glissière (cliché : équipe de fouille).

2.4. ANSE, L’ÉTABLISSEMENT DE LA CITADELLE (C. Coquidé avec des contributions de Chr. Bonnet, M. Cabanis, Th. Caparros, I. Figueiral, O. Franc, C. Galtier, K. Giry, A. Horry, D. Lalaï, D. Mazuy, A. Mélo, P. Verdin)

  • 4 Les diagnostics et les fouilles (Inrap) ont été menés avec la collaboration d’E. Bayen, P. Constant (...)

83Au lieu-dit La Citadelle (fig. coul. 2, site ANS. 16 ; fig. coul. 3, fig. 142) a été fouillé4 sur la moitié de sa superficie un établissement de 4 104 m2, soit 76 m nord-sud sur 54 m est-ouest en moyenne, occupant un bas de versant pentu entre les cotes 193 et 183 m (fig. 156 et 157). Le site apparaît dans les années 20 à 10 av. J.-C., est à son apogée au IIe siècle, avant de subir de profonds remaniements à la fin du IIIe siècle. Il s’agit alors d’un ensemble réparti en trois secteurs, une zone résidentielle au nord à partir de laquelle se développent deux ailes est et ouest encadrant un espace ouvert. La proximité avec les abords de la voie majeure est remarquable puisque la limite orientale de l’établissement se confond avec des structures linéaires, fossés et murs, dont les tracés dépassent largement le cadre local. Si la rupture apparue au milieu du IIIe siècle est fatale à l’organisation générale de l’établissement, des réaménagements apparemment modestes mais dont l’ampleur réelle nous échappe sont en place au IVe siècle. Le terme villa, pour être commode, s’ajuste in fine difficilement à ce faciès ; un cadre de vie peu caractéristique, une répartition des espaces originale et des productions agricoles mal définies permettront d’envisager d’autres hypothèses.

84C’est à la fin du IVe siècle que s’efface l’aile orientale, traversée par un fossé dont le tracé concerne également le site mitoyen de Bancillon. Au Ve siècle, la construction d’un nouvel édifice témoigne d’une occupation structurée de courte durée. Celle-ci livre un faciès original dont l’organisation s’appuie en partie sur l’aile occidentale du bâti antique. Les traces d’habitat disparaissent entre le VIe et le VIIe siècle pour laisser la place à un espace agricole d’où ont longtemps émergé les ruines de certains des édifices datant des premiers siècles de notre ère.

Fig. 156- Anse, La Citadelle. Plan général du site du Ier aux VIe-VIIe siècles, hors chemins (levées topographiques : S. Couteau, V. Vachon ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé, M. Guyon).

Fig. 157- La Citadelle. Coupe synthétique du versant (relevés : C. Coquidé, O. Franc ; DAO : B. Rambault, C. Coquidé).

85Les deux premières parties de notre contribution exposent les données par période, d’abord celle de la croissance et du développement de l’établissement antique, suivis d’une déstructuration progressive du bâti dès la fin du IIIe siècle (période 1). L’organisation du site est totalement modifiée aux Ve -VIe siècles, cette partie du versant étant abandonnée dès le VIIe siècle (période 2). La troisième partie, synthétique, rappelle les grandes lignes de cette mutation et met en valeur les principales caractéristiques ainsi que les interrogations portées par chacune des occupations.

2.4.1. UN ÉTABLISSEMENT DE BORD DE VOIE, DE 20-10 AV. J.-C. À LA FIN DU IVE SIÈCLE AP. J.-C. (PÉRIODE 1)

86La première partie présente la croissance et la stabilisation du site durant les trois premiers siècles de notre ère. L’exposé des cadres matériels et environnementaux de cette période d’expansion – mobiliers, productions et milieu – est présenté à la suite. Le troisième chapitre détaille la mutation du IIIe siècle et l’oubli progressif de ce que fut l’établissement originel.

2.4.1.1. Un fonctionnement optimum sur trois siècles (états 1 à 3)

Le site d’époque augustéenne (état 1, 20-10 av. J.-C.- début du Ier siècle ap. J.-C.)

87La mise en place du site lors de la période augustéenne semble répondre à un projet qui ne doit rien au hasard et dont les principales lignes préfigurent déjà l’établissement des Ier et IIe siècles.

Un schéma préétabli ?

88L’hypothèse d’une trame initiale formalisant les cadres d’implantation de l’établissement, voire les abords de la voie majeure, peut être envisagée. En effet, deux fossés isoclines orientés à 7 ° vers l’est et distants d’environ 55 m signalent la première emprise de l’homme sur ce territoire (fig. 158) et préfigurent la largeur du futur établissement, hors un décalage de quelques mètres vers l’ouest (US 28 : l. : 0,70 m – prof. min. : 0,25 m ; US 131 : l. : 0,95 à 1,30 m – prof. : 0,40 à 0,55 m).

89Les comblements limono-argileux des fossés sont issus du substrat et ne livrent que peu de traces de ruissellements et aucune inclusion notable. Les limites de creusement, difficilement perceptibles, supposent un environnement encore relativement peu anthropisé et stable. Les derniers comblements de la section nord du fossé occidental (US 131) livrent néanmoins des fragments de tegulae et de nombreuses esquilles de calcaire. Ces déchets de taille sont probablement en relation avec la construction d’un bâti situé, au plus près, sous la berme au nord-est et dont la mise en place efface au moins partiellement les anciennes limites.

90Un troisième fossé est-ouest dont le comblement comporte en revanche un peu de charbon de bois et de terre cuite (US 2 : l. : 1,50 m ; prof. : 0,60 m) est sans doute à associer à cette phase.

Les traces d’un secteur résidentiel au nord

91Le secteur nord figure le point originel de l’occupation et en restera l’épicentre. À l’époque augustéenne, diverses structures occupent ainsi les marges sud d’un bâti encore confiné hors de l’emprise au nord et dont le mobilier, céramiques et enduits peints, révèle le caractère résidentiel. On note ainsi la présence d’un four domestique (US 18), recoupé par une fosse d’extraction dont le dernier usage est celui d’un dépotoir (US 32), et une fosse empierrée (US 95).

92Le four (fig. 159 et 160) présente un accès latéral, avec une chambre de chauffe en forme de cloche excavée dans le substrat limono-argileux (diam. à la base : 1,20 m). La fosse d’enfournement d’une cinquantaine de centimètres de profondeur a un plan subcirculaire (diam. : 1,20-1,40 m). Un élargissement rectangulaire tapissé de nodules de charbon de bois est observé à l’emplacement de l’alandier et suppose une structure de soutènement disparue (L. : 0,95 m ; l. : 0,55 m). Il s’agit là du profil commun d’une structure de combustion dédiée à la préparation des aliments. Pourtant, un fragment de support de sole en terre cuite, de forme conique, a été rencontré dans le comblement de la chambre de chauffe. Cet élément implique la présence occasionnelle d’une plateforme surélevée, peut-être utilisée lors de la cuisson de vases en terre cuite.

Fig. 158- La Citadelle. Plan général à la période 1 – état 1 : de 20-10 av J.-C. au début du Ier siècle ap. J.-C. (DAO : C. Coquidé).

Fig. 159- La Citadelle, période 1 – état 1 : four US 18 (relevés et DAO : M. Guyon).

Fig. 160- La Citadelle, période 1 – état 1 : four US 18, vue d’ensemble (cliché : équipe de fouille).

93La large fosse 32 (fig. 161) est sans doute à l’origine une fosse d’extraction (L. min. : 6,50 m ; l. approx. : 3,5 m ; prof. : 0,50 m). Elle oblitère les comblements supérieurs du four et montre un plan très irrégulier. Aucun niveau de sol n’y est perceptible à l’exception d’un dépôt de fond gris peu anthropisé. Le comblement principal se compose d’un niveau de démolition indiquant la destruction de pièces d’un certain niveau de confort : fragments de céramiques, tegulae, colonne et angle de porte ou de fenêtre stuqués, sol en terrazzo, enduits peints blancs ou colorés. Le volume et le pendage ouest-est de ce dépotoir suggèrent le nettoyage d’un édifice construit à l’aide de cloisons en brique crue ou à pans de bois localisé vers l’amont au nord-ouest.

Fig. 161- La Citadelle, période 1 – état 1 : fosse US 32 (relevés : M. Guyon ; DAO : M. Guyon, C. Coquidé).

94L’étude des enduits peints permet de restituer un décor qui suit le courant pictural augustéen entre 20 et 10 av. J.-C. (fig. coul. 23). En effet, selon Th. Caparros (Rapport Coquidé, Giry 2006 : 22-23 et 72-73), « les quelques éléments-clefs montrent d’évidentes affinités avec le troisième style pompéien. Le décor le plus caractéristique (fragments 5 à 7) constitué d’un filet triple sur un fond monochrome jaune trouve de nombreuses correspondances, en Italie bien sûr, mais surtout dans la région lyonnaise où de nombreux exemples ont déjà été découverts. À Saint-Romain-en-Gal et à Vienne, les réalisations de ce style, dit à candélabre, sont assez nombreuses. Les points communs remarquables sur plusieurs de ces décors, qu’il s’agisse des filets triples ou des autres motifs, permettent de rapprocher le lot ansois de ces peintures augustéennes (Le Bot, Bodolec 1984, Desbat 1984). À Lyon, sur les hauteurs de Fourvière, les fouilles du pseudo-sanctuaire de Cybèle ont permis d’exhumer des décors similaires, à filets triples, de facture équivalente, et bien datés vers 20 av. J.-C. Mais c’est de la fouille de la rue des Farges que provient la peinture la plus proche. Il s’agit du décor de la pièce B2bis (Le Bot, Bodolec 1984 : 36 ; Desbatet al. 1984 : 44) : le schéma de composition, dont la réalisation est datée vers 10 av. J.-C., présente de nombreux points communs avec les quelques éléments découverts à Anse : sous-plinthe, plinthe, grands champs monochromes avec panneaux limités par des filets triples d’encadrement. Bien que peu nombreux, les fragments clefs présentent des caractéristiques bien datables, entre 20 et 10 av. J.-C. (Caparros 2003 : 460) : ombre portée sur le fragment no 3, qui trahit la présence d’une corniche de podium ou d’une corniche sommitale à denticules. Dans l’un ou l’autre cas, ce type de décor issu des corniches en trompe-l’œil du deuxième style disparaît à la fin du règne d’Auguste. D’autres éléments, comme les filets simples présents sur les fragments no 8 à 11, ont également une facture augustéenne ».

95Par ailleurs, le mobilier céramique issu de cette même fosse 32, qui constitue l’ensemble II étudié plus loin par Chr. Bonnet (voir p. 362-363), est datable des années 15-30 ap. J.-C. L’association de ces deux indices chronologiques permet de proposer, pour le ou les espaces concernés, une mise en place dans les années 20-10 av. J.-C. et un abandon vers 15-30 ap. J.-C., soit une utilisation de 25 à 50 ans.

96Une large fosse de plan quadrangulaire (US 95 : diam. min. : 3,50 m ; prof. : 0,90 m) apparaît en limite d’emprise nord-ouest (fig. 158) Son comblement final se compose uniquement de centaines de petits blocs calcaires d’une dizaine de centimètres de côté et de rares tegulae fragmentées (diam. du dépôt de pierres : 2,30 m). L’homogénéité de ce dernier niveau indique une phase de construction à proximité, en direction du nord.

Évolution du bâti au cours du Ier siècle et au début du IIe siècle

97L’ensemble du secteur nord connaît de fréquents remaniements au cours du Ier siècle ap. J.-C. (fig. 162). Un premier édifice apparaît sur l’emprise au nord-ouest. Il se compose de trois pièces mitoyennes (A1 à A3) ouvrant vers l’est (état 2a). Un recouvrement colluvial colmate ce premier bâti avant la reconquête du secteur, d’abord illustrée par la mise en place d’un sol. Bientôt remblayé, cette zone voit une brusque et forte expansion du bâti (état 2b). Face à lui, plusieurs édifices plus légèrement fondés et un premier axe de circulation nord-sud occupent l’espace laissé vacant au sud.

Fig. 162- La Citadelle. Plan général à la période 1 – état 2a : en noir, vestiges de la première moitié du Ier siècle ap. J.-C. ; en grisé, vestiges du Ier siècle mal phasés (DAO : C. Coquidé)

Un premier bati au nord (etat 2a : pieces A1 a A3)

98Trois pièces de 4 m, 3 m, puis de nouveau 4 m de large forment un ensemble cohérent et équilibré (fig. 163) au nord-ouest de l’emprise. Les murs maçonnés, bien que peu fondés, sont de facture soignée. Le mobilier associé à un niveau de construction formé de plaquettes calcaires indique une mise en place lors de la première moitié du Ier siècle ap. J.-C. (US 13).

99Un dépôt limoneux orangé similaire au substrat (US 110) vient entièrement colmater ces espaces. La succession de passées plus ou moins gravillonneuses témoigne d’un ou de plusieurs épisodes torrentiels favorisés par le défrichement. En dépit de la présence de quelques rares tessons, ce recouvrement est presque stérile et l’anthropisation du secteur semble encore relativement limitée. Les murs en sont largement déstabilisés et des matériaux calcaires de parfois 0,30 m de côté (US 191) s’épandent sur le périmètre (fig. 163 et 164).

Fig. 163- La Citadelle, période 1 – état 2a : pièces A1 à A3. À gauche, le bâti avant recouvrement par la colluvion US 110, puis la mise en place d’un fossé nord-sud ; à droite, pose de sols de stabilisation suivi de l’exhaussement du secteur (relevés : D. Lalaï ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

Fig. 164- La Citadelle, période 1 – état 2a : effacement des pièces A2 et A3 par la colluvion US 110 (cliché : équipe de fouille).

100C’est lors de cette phase, marquée par l’instabilité du milieu, qu’une rupture de pente nord-sud apparaît sur la limite orientale du décapage (US 60). Cette dénivelée, peut-être un fossé de drainage, a fragilisé l’ensemble des sols à venir et est à l’origine de travaux de stabilisation localisés lors des phases suivantes.

L’expansion du secteur nord à la fin du Ier siecle

101Le premier signe de reconquête du secteur nord prend la forme d’un sol de calcaire pilé (US 98) et d’une dépression comblée de tegulae (US 101). Cette re-expansion d’abord modeste prend par la suite des proportions imposantes. On observe d’abord la mise en place d’un remblai limoneux organique brun noir d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur qui nivelle et exhausse l’ensemble du secteur (US 97). L’abondant mobilier céramique et les deux monnaies qui l’accompagnent datent ce dépôt de la charnière du Ier et du IIe siècle ap. J.-C. Une tige plate repliée (une charnière) et une applique à tenon quadrangulaire (L. : 22 mm ; l. : 16 mm) en alliage cuivreux s’y associent. Un sol caillouteux d’aspect soigné fondé sur un radier de blocs stabilise l’apport et matérialise un sol de cour (A4), ouvrant vers le nord et l’est (US 99) [fig. 163].

Un nouveau bâtiment au nord-ouest (état 2b)

102Le bâtiment qui apparaît à la fin du Ier siècle ou au début du IIe siècle est de plan rectangulaire avec une façade orientée au sud (fig. 165). Couvrant 71 m2 de surface utile, hors galerie (L. : 9,20 m ; l. : 7,70 m), il se compose de plusieurs pièces (fig. 166) La pièce majeure (A5), ouvrant au sud sur un couloir et sa galerie (A6 et A7), est bordée à l’est par un bassin arasé (A8). Ce dernier est prolongé par la pièce A 9, laquelle sera partiellement occultée par un second bassin plus arasé encore (A10), dénotant ainsi plusieurs phases de construction.

Fig. 165- La Citadelle. Plan général à la période 1 – état 2b. En noir, vestiges de la fin du Ier siècle et du début du IIe siècle ap. J.-C. ; en grisé, vestiges du Ier siècle mal phasés (DAO : C. Coquidé).

Fig. 166- La Citadelle, période 1 – état 2b : plan et coupe du nouveau bâtiment nord-ouest (pièces A4 à A10) [relevés : E. Bayen ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé].

103Ce bâti est très érodé, largement oblitéré par la construction à venir des pièces C et F à l’amont et par l’érosion de la pente à l’aval. Il ne conserve que peu de traces de ses aménagements. La pièce centrale A5 (L. : 6,50 m ; l. : 5,20 m ; soit 32 m2) est de plan quadrangulaire. Ses murs sont de facture hétérogène, associant aléatoirement blocs, tegulae ou mortier. Il est probable que, à l’instar du mur oriental démonté lors de la construction de la future pièce C, les maçonneries conservées ne soient pas les structures originelles de cet espace et aient été fortement remaniées au cours du IIe siècle. Cette pièce est longée au sud par un couloir de 2,50 m de large (A6 : 19 m2) dont l’extrémité orientale conserve un sol (US 100) formé d’un dense cailloutis (fig. 167). Ce couloir est prolongé d’une galerie ou d’un avant toit large de 0,80 m dont la façade s’appuie sur un solin de pierre (A7).

104Côté est, trois pièces desservent l’espace A5 (A8, A9 puis A10). A8 est un bassin de plan carré, de 1,60 m de côté, dont l’assiette est excavée dans le remblai limono-argileux du couloir A9. Son sol en béton hydraulique (US 108 : ép. : 0,08 m) se situe donc en contrebas des niveaux de circulation (arasés) des pièces A9 et A10. Une monnaie très faiblement usée, émise entre 81 et 96, a été incluse à la base de ce béton au centre de l’espace. Le couloir A9 qui fait suite au nord (L. : 4,20 m ; l. : 1,80 m) ne présente aucun aménagement particulier.

105Un second bassin, A10, très érodé, s’installe plus tardivement en oblitérant la partie nord du couloir A9 (L./l. : 1,15/1,20 m). Le fond est plus haut que celui d’A8, mais reste inférieur aux niveaux de circulation d’A9. Le béton hydraulique (US 58) est de piètre qualité, délité, directement posé sur la colluvion US 110. On y observe une recharge, ponctuelle, l’épaisseur totale du sol atteint 0,10 m au maximum.

Un espace non vacant au sud

106Au sud, quelques arguments stratigraphiques ou ensembles mobiliers permettent de rattacher certains vestiges au Ier siècle sans qu’on puisse les associer à l’une ou l’autre des phases de l’état 2. Tous restent confinés au cœur de ce qui sera bientôt l’espace central de l’établissement. Et si l’alignement ouest peut être dû à un biais de lecture imposé par les emprises, la structure finale de l’établissement se dessine peu à peu.

Fig. 167- La Citadelle, période 1 – état 2b : angles est des pièces A6 et A7, sol US 100 (cliché : équipe de fouille).

107• Des ornières et des limites parcellaires côté est Une série de vestiges mineurs occupe une large zone côté est (fig. 165). La conservation des structures les plus ténues à cet endroit est due à l’implantation des radiers de la future chaussée et il est probable que, sur des secteurs moins protégés, d’autres aient été totalement érodées.

108Une quinzaine de petites fosses, trous de poteaux ou pieux (fig. 168) apparemment inorganisés livrent des comblements variés, avec ou sans calage, et se mêlent à trois foyers fortement excavés de plan rectangulaire (US 31, 46 et 56). Longs de 0,90 à 1 m, ils sont fort peu larges (0,40 à 0,50 m). Leur profondeur maximale est de 0,30 m et leurs parois sont très rubéfiées. L’étroitesse du profil limite la surface de cuisson tandis que la profondeur recherchée implique le confinement du foyer. Aucun indice ne permet d’identifier la fonction dévolue à ce profil particulier de foyer (éventuellement des feux de signalement en bordure de chemin ?).

109Parmi ces vestiges, plusieurs ornières (US 125 : l. : 0,30 m ; prof. : 0,05-0,08 m) entraînant les enduits peints déposés dans la fosse US 32 matérialisent le passage d’une première circulation nord-sud alors que le dépotoir et son niveau de démolition sont encore faiblement colmatés.

110À une douzaine de mètres plus à l’est (fig. 165), deux fossés puis deux murs vont se succéder sur un même faisceau de 2 m de large. Il est vraisemblable qu’au moins l’une de ces structures installées très bas sur la stratigraphie, soit déjà en place au début de notre ère. Il s’agit soit du fossé US 12 (l. : 1 m min. ; prof. : 0,30 m), soit du fossé US 14 (l. : 0,50 m ; prof. : 0,25 m). Leur tracé s’aligne déjà avec les murs et fossés courant sur le côté est du site de Bancillon dès le Ier siècle. Cette limite linéaire nord-sud, dont la portée dépasse largement le cadre de chacun des établissements et parallèle à l’axe routier majeur, matérialise la marge orientale de l’établissement.

111• Des édifices légers côté ouest La grande proximité de certains de ces édifices entre eux indique probablement un phasage dont les rythmes nous sont inac cessibles. La variété des modes de construction révèlent des bâtiments d’aspect fort différent sans doute dévolus à des usages particuliers.

112Ainsi, à quelques mètres au sud du secteur nord, observe-t-on un espace muré A11 (fig. 165 et 169), dont les solins sont peu compacts, composés de blocs et de cailloutis. Il se développe sur 9 m du nord au sud et sur au moins 4,50 m d’est en ouest avant d’être totalement arasé côté amont où il interfère avec la future aile ouest. Les solins indiquent sans doute un espace clos de murs, éventuellement non couvert (un espace de culture protégé ?).

113Un édifice A12, de 5 m sur 4 m de côté, implanté sur poteaux, est presque mitoyen au sud (fig. 170). Les onze supports plantés dessinent deux nefs (une grange ?) et livrent exclusivement un mobilier du Ier siècle. La fouille révèle des profils irréguliers, parfois doubles, dont les profondeurs sont variables.

114Une vingtaine de mètres plus au sud (fig. 165), une large fosse à fond plat (US 30), de 3 m de diamètre, sert de dépotoir de matériaux de construction et livre un chargement de gros blocs, à peine équarris. Ceux-ci, de taille parfois imposante (côté jusqu’à 0,80 m), sont associés à de nombreuses tegulae, un limon argileux assez fin colmatant les interstices.

Fig. 168- La Citadelle, période 1 – état 2 : trous de poteaux et foyers au sud du secteur nord (relevés : équipe de fouille ; DAO : M. Guyon, C. Coquidé).

115À quelques mètres au sud-ouest, un dernier édifice (A13), d’au moins 6,50 sur 1,50 m de côté, est recoupé par l’édifice I de l’état 3 (fig. 171) et préfigure le solide bâti de l’aile ouest de l’établissement. L’édifice A13 est fondé beaucoup plus légèrement, sur un solin composé de dallettes de calcaire soigneusement agencées, et apparaît très arasé.

L’établissement à son apogée (état 3, IIe-IIIe siècles)

116Le IIe siècle correspond à l’emprise maximale de l’établissement qui atteint au moins 80 m du nord au sud pour 55 m d’est en ouest, soit 4400 m2. Deux ailes se sont développées à partir du secteur nord et encadrent un espace central à présent entièrement clos (fig. 172).

117L’érosion de la pente a emporté la plupart des dépôts liés à l’occupation. Seuls les espaces partiellement décaissés ont permis la conservation de certains aménagements, aucun de ces niveaux n’étant conservé sur le groupe formé par les édifices E à I.

Le secteur nord

118Le secteur nord reste densément bâti, de nouveaux édifices se superposant au bâtiment nord-ouest. Bien que réalignée sur l’aile ouest, la pièce principale de l’ancien bâtiment nord-ouest est conservée (C). Un large édifice en léger débord extérieur (B) occupe à présent l’angle nord-ouest de l’établissement et se distingue par sa taille et l’originalité de ses aménagements. Ces nouvelles pièces se connectent au secteur nord situé hors emprise par un espace de cour (J) dont le sol ne dépasse pas la limite sud de la pièce C.

Fig. 169- La Citadelle, période 1 – état 2 : bâtiment A11 (relevés : F. Isnard, C. Coquidé ; DAO : E. Bayen).

Fig. 170- La Citadelle, période 1 – état 2 : bâtiment A12 (relevés : A. Frécon ; DAO : E. Bayen).

Fig. 171- La Citadelle, période 1 – état 2 : bâtiment A13 (relevés : A. Frécon ; DAO : E. Bayen).

Fig. 172- La Citadelle. Période 1 – état 3 : plan général des vestiges aux IIe et IIIe siècles (DAO : C. Coquidé).

119• Un imposant bâtiment de stockage (B)

120L’espace B (L. : 10,80 m ; l. : 5,80 m, soit 62,60 m2) est l’édifice le plus imposant du site (fig. 173). Situé à l’angle nord-ouest de l’établissement, son grand côté occidental déborde de l’alignement amont des pièces de l’aile ouest. La qualité de sa construction et son encaissement côté pente ont contribué à sa conservation : l’angle nord-ouest est encore en élévation sur 1,25 m au moment de la fouille (fig. 175).

121Les deux murs nord et ouest sont larges de 0,60 m (les fondations n’ont pu être atteintes). Leur élévation se compose d’un petit appareil relativement régulier posé sur lits de mortier gris. Des ressauts intérieurs, de hauteurs différentes et larges de 0,10-0,15 m, contrebutent les poussées des colluvions. Les murs est et sud, arasés, sont moins larges (l. : 0,45-0,55 m) et paraissent moins fondés (H. conservée : env. 0,20 m).

122Le bâtiment B est isolé des espaces qui lui sont mitoyens (murs doublés au sud avec l’espace C ; espaces ouverts au nord, à l’ouest et à l’est). Alors que les niveaux de circulation sont conservés, un seul seuil apparaît côté nord (l’éventualité d’un autre seuil reste néanmoins envisageable côté est où le parement en place atteint tout juste le premier niveau de circulation). Cet accès, large de 1 m, est marqué par un à-plat souligné sur un côté d’une rainure nord-sud. On y accède depuis l’intérieur par une plateforme composée de calcaire pilé (US 175 : l. : 0,80 m ; H. : 0,20 m). Cette banquette, qui s’installe sur le sol (US 93) et court sur toute la largeur décapée de la pièce, est le dernier avatar d’un aménagement rendu nécessaire par l’encaissement du bâtiment à cet endroit. Ce passage débouche sur un chemin secondaire caillouteux à forte déclivité, qui longe le bâtiment sur son petit côté nord.

123Les aménagements intérieurs révèlent deux phases distinctes : la première livre deux fosses aussi insolites qu’imposantes auxquelles semble s’associer ou succéder un travail de traitement des céréales. La seconde phase efface totalement la première et revêt un profil plus commun.

124Dans une première phase en effet, deux larges et profondes fosses quadrangulaires s’installent au cœur de l’espace B (fig. 173) au cours du IIe siècle ap. J.-C. Une orientation légèrement divergente d’avec les murs matérialise peut-être un premier état de bâti totalement oblitéré par celui qui nous est parvenu.

Fig. 173- La Citadelle, période 1 – état 3 : la phase 1 du bâtiment B (relevés : E. Bayen, C. Galtier, C. Coquidé ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

Fig. 174- La Citadelle, période 1 – état 3 : la phase 2 du bâtiment B (relevés : E. Bayen, C. Galtier, C. Coquidé ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

Fig. 175- La Citadelle, période 1 – état 3 : angle nord-ouest du bâtiment B (cliché : équipe de fouille).

125Les contraintes techniques (bermes et modules de la mini-pelle) ont limité l’étude de ces structures. La fosse sud (US 213) n’a pu être étudiée qu’aux trois quarts, un quart seulement pour la fosse nord (US 167). Elles sont comblées de divers matériaux de construction et reçoivent chacune un à deux conduits verticaux (fig. 176 et 177) dont la fonction et les modalités de mise en place restent à déterminer. L’exploration partielle des vestiges implique que d’autres conduits ont pu exister. Ces deux fosses, de mises en place similaires, n’en comportent pas moins quelques différences au niveau des comblements ou du profil des conduits :

    • 5 Les blocs, de forme cubique, sans aucune marque de levage et de taille moyenne (jusqu’à 40 cm de cô (...)

    la fosse sud US 213 : le creusement de cette fosse est imposant : L. : 3,80 m ; l. : 3 m ; prof. : 2,50 m. Son comblement est hétérogène et totalement inorganisé. Il se compose de limon meuble, de graviers et de nombreux blocs hétérométriques, dont certains sont issus d’une carrière de calcaire blanc à rosé, substrat non présent sur l’emprise mais repéré sur le versant5. Ce remblai sommaire et instable accueille deux conduits verticaux de plan quadrangulaire pour l’un, subcirculaire pour l’autre (US 220 : côtés : 0,40 m ; US 221 : diam. : 0,30 m ; entraxe inférieur à 1 m). Leurs profils restent réguliers sur les deux tiers inférieurs de la fosse, soit sur près de 2 m de hauteur, et leurs parois ont été renforcées par rubéfaction ainsi que par quelques blocs hétérométriques grossièrement liés au mortier (en surface) ;

  • la fosse nord US 167 : cette fosse (L. : 4 m ; l. min : 1,60 m ; prof. min. : 2,40 m) présente un comblement également composé de limon brun et de larges blocs mais elle leur associe des éléments provenant du démantèlement et de l’incendie d’une structure de terre et de bois (des plaques limoneuses rubéfiées, du mortier en amas ou pulvérulent, du gravier, du charbon de bois, peu de tegulae). Au centre, un négatif de conduit (US 174 : diam. min. : 1 m), beaucoup plus large que ceux de l’US 213, est bordé, en surface, de petits blocs non liés. Cet aménagement disparaît 0,50 m plus bas.

126L’alignement des fosses et des cheminées a conduit certains de nos collègues à soulever l’hypothèse d’une presse à raisin dont l’un ou l’autre des creusements accueillerait soit les jumelles, soit le ou les contrepoids.

127Le profil des vestiges pose néanmoins quelques problèmes techniques. La mise en forme fragile des parois ainsi que le rapport largeur/profondeur et l’entraxe des cheminées US 220 et US 221 ne sont pas adaptés à d’éventuelles contraintes ou poussées mécaniques. En revanche, leur étroitesse et leur régularité s’adapteraient à un mouvement vertical. Dans cette optique, la présence de fosses permettant le mouvement d’axes ou de contrepoids reste possible, bien que, dans ce dernier cas, des masses compactes paraissent d’un usage plus aisé.

128Par ailleurs, le comblement hétérogène de la large fosse US 213 ne pourrait assurer une base solide pour la presse elle-même (à moins que celle-ci ne s’éloigne des jumelles). Cette restriction peut être levée si la maie et son support s’appuient sur une base large, de type coffrage. Ici, l’évasement du haut du profil de chacune des fosses US 167 et 213 ne contredit pas la présence d’une superstructure semi-enterrée. L’aménagement du rocher, affleurant à cet endroit, aurait néanmoins suffit à assurer la stabiliser d’un mécanisme.

129Quoi qu’il en soit, le volume décaissé (environ 7,5 m3 par fosse) au travers un substrat rocheux compact implique un investissement non négligeable. Si la profondeur requise pour les axes verticaux est peut-être à l’origine de la mobilisation d’un tel cubage, la mise en forme de deux étroits conduits sur 2,50 m de profondeur implique un savoir-faire particulier dédié à un mécanisme de grande taille.

130L’étude du sédiment conservé dans ces conduits est venue enrichir ce dossier complexe, sans permettre toutefois de conclure.

131En effet, l’abandon de la fosse sud s’est accompagné du dépôt d’un sédiment gris extrêmement pulvérulent (US 219) dans les conduits où on relève également la présence d’objets entiers ou de bonne taille (des forces, une spatule, un large tesson de sigillée). Ce fait indique que ce niveau a été mis en place lors de la phase d’abandon du mécanisme, sans que l’on puisse toutefois certifier qu’il soit en lien avec son fonctionnement.

132L’identification du sédiment US 219 pouvait contenir une partie de la réponse. Après les archéologues, neuf spécialistes de l’environnement, des matériaux organiques ou rocheux se sont penchés sur le prélèvement. L’analyse par diffraction aux rayons X a permis de favoriser la piste organique.

Fig. 176- La Citadelle, période 1 – état 3 : coupes des fosses US 167 et 220 du bâtiment B (relevés : E. Bayen, C. Galtier, C. Coquidé ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

  • 6 N. Cantin (UMR 5138, MOM, Lyon). Rapport réalisé après la rédaction du rapport de fouille et non re (...)

133« L’analyse par diffraction X du sédiment s’effectue sur poudre et révèle principalement la présence de quartz, un peu de felspath sodique (albite), et de la calcite en faible quantité. Tout cela met en évidence une composition banale terreuse, qui n’apporte aucune réponse sur la particularité du sédiment. Le côté” organique” serait plus prometteur. En effet, les observations les plus intéressantes ont été faites à la loupe binoculaire. On voit de petites baguettes blanches allongées (fibreuses) déjà distinguées à l’œil nu : des fragments de végétaux ( ?), ainsi que de très nombreuses petites baguettes noires de végétaux carbonisés6. »

  • 7 N. Cantin, puis P. Mille (Inrap Rhône-Alpes).

134C’est suite à la prise de divers clichés (fig. coul. 24) réalisés à la binoculaire puis au microscope7 que l’identification des phytolithes a été effectuée. L’US 219 est ainsi composée à 92 % de céréales décomposées (de l’orge ?), une matrice exceptionnelle à l’origine des caractéristiques inhabituelles du sédiment.

  • 8 P. Verdin. Analyse réalisée après la rédaction du rapport de fouille et non reprographié.

135« L’assemblage de phytolithes issu de cet échantillon contient 92,2 % de phytolithes de Poacées (graminées). Dans cet assemblage, 10,1 % des phytolithes proviennent de glumes (enveloppe des grains) de graines de type orge (type Hordeum). Et 4,3 % proviennent de squelettes siliceux (phytolithes de cellules en connexion) de graminées (des feuilles, des glumes [orge] et des tiges) portant les stigmates de l’action du tribulum (planche à dépiquer) [Anderson 1999, Khedhaier et al. 2003]. Cette hypothèse reste fragile sans la présence de lames de cet outil. L’assemblage comporte aussi 23,8 % de phytolithes de squelettes siliceux (de tiges, de l’épiderme et des glumes) issus de la décomposition (effet de dépôt massif de restes de plantes) des restes végétaux sur place, en l’occurrence attribuable à l’orge pour ce qui concerne les phytolithes des glumes. Il est à noter la présence de restes indicateurs d’humidité : spicules d’éponge (2,9 %) et concentricystes (0,7 %) [algues microscopiques marqueurs d’eutrophisation]. Ce dépôt a probablement dû pourrir sur place quelque temps, sans être mis à l’abri de l’humidité. […] Les résultats de cette analyse ont montré la présence d’un niveau ou d’une zone de stockage de céréales dont les phytolithes ont été bien conservés (effet de dépôt massif)8. »

136L’US 219, homogène et pulvérulente sur toute la hauteur du dépôt, indique que les végétaux étaient sans doute déjà très fragmentés lors de l’enfouissement, volontaire ou par infiltration, dans les conduits.

Fig. 177- La Citadelle, période 1 – état 3 : ouvertures des conduits US 220 et 221 (cliché : équipe de fouille).

137Cet aménagement singulier de la phase 1 n’a trouvé, à ce jour, aucun point de comparaison. En revanche, la deuxième phase du bâtiment B (fig. 174) est beaucoup moins originale.

138Le colmatage des deux fosses précédentes est finalisé par la pose d’un lit de petits blocs (US 112). Dès la fin du IIe siècle ou dès le début du IIIe siècle, une série de sols recouvrent les 62 m2 de l’espace intérieur. La matrice de ces niveaux de circulation compactés est une terre battue (US 93) qui inclut fréquemment de très petits fragments de blocs calcaires, de céramiques, de tegulae et de charbon de bois. Des recharges ponctuelles, plus limoneuses ou graveleuses, atténuent peu à peu le pendage ouest-est du sol originel. Un radier de blocs disposés en hérisson est mis en place au centre de l’espace et supporte un dernier niveau de circulation ou une cloison (US 126).

139Peu d’éléments viennent éclairer l’utilisation du bâtiment B lors de la phase 2. Au niveau des sols observés, l’hypothèse d’un grenier semble compromise par l’encaissement des murs nord et ouest ainsi que par le double mur du côté sud, ces dispositions limitant les possibilités d’aération. Le seul passage observé ouvre au nord. Large de 1 m et situé 0,70 m au dessus du niveau de circulation de la phase 2, il est d’un accès aisé pour les bêtes ou pour un matériel encombrant. Seul le côté oriental, arasé et ouvrant sur une cour intérieure, pourrait révéler d’autres seuils.

140Des aires rubéfiées non aménagées occupent l’espace central ou l’angle sud-ouest et indiquent l’usage de foyers éventuellement mobiles (US 9 et 53). Deux poteaux localisés sur les angles ouest figurent les montants verticaux d’un aménagement de hauteur ; aucun pendant n’a été relevé aux angles opposés. Le volume et le soin apporté à la construction du bâtiment B pourraient indiquer un espace de stockage de type hangar, surmonté, éventuellement, d’un niveau surélevé (un grenier ?).

141• Un espace non résidentiel (pièce C)

142Au cours du IIe siècle, le bâtiment nord-ouest est détruit. Le couloir A6 et la galerie A7 disparaissent sous la pièce F côté sud, les pièces A8 à A10 localisées plus à l’est disparaissent. Seule la pièce principale (A5), dont le nouveau mur oriental s’aligne à présent à la fois sur la façade de l’aile ouest et sur l’espace B, survit et devient la pièce C (fig. 172). L’arasement du mur est de A5 (US 111) livre quelques fragments d’enduits, de tubuli et une sépulture de chien.

  • 9 D. Lalaï, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007, annexe 5 : 38-42.

143« L’individu repose sur le flanc gauche, la tête au nord. Les pattes sont repliées sous le corps. Cette disposition de l’animal pourrait suggérer un certain soin apporté à l’enfouissement. Les soudures épiphysaires des vertèbres correspondent à un individu adulte de plus de 2 ans. Le sexe demeure indéterminé et la longueur totale de l’humérus (GL : 157,7 mm) permet d’estimer une hauteur au garrot de 53 cm (Koudelka 1885). Enfin aucune trace n’est visible sur les ossements et la cause de la mort reste inconnue9. »

144Le nouvel espace C (fig. 178) est moins large que le précédent (L. : 6,50 m ; l. : 4,60 m, soit près de 30 m2). Il est également plus isolé. La pièce C jouxte la pièce B sans communiquer, deux murs mitoyens séparant clairement ces deux espaces. Un niveau de circulation plan est établi par enlèvement du substrat côté amont déchaussant ainsi le mur ouest et effaçant toute trace des occupations antérieures. Le parement de l’élévation sud est lissé, conférant à l’endroit un aspect soigné, unique sur l’ensemble des élévations conservées du site (fig. 179) ; aucune trace d’enduit n’est relevée. Ailleurs, les fondations sont hétérogènes mêlant sans doute état ancien et reconstruction. Les blocs sont irrégulièrement agencés, des tegulae fragmentées se mêlent aux blocs de calcaire. Le niveau de circulation en place est un fin limon argileux gris (US 204) dont le mobilier céramique indique le IIIe siècle.

145On note de nombreux aménagements internes, peut-être en partie hérités de la période précédente. C’est du moins ce que semblent indiquer certaines variations d’axes ou des coupures brutales réalisées dans la structure de vestiges en contact avec un mur (US 196). L’une des plus petites pièces de l’état 3 rassemble ainsi une plateforme empierrée (US 198), trois foyers (US 196, US 193, US 211) dont deux sont aménagés, une fosse de plan angulaire (206), une banquette maçonnée et quelques poteaux. La plateforme US 198 (fig. 180), localisée à l’angle nord-ouest de la pièce, est constituée de blocs et de briques fragmentées liés au mortier. Mesurant à l’origine 1,15 m de long sur 0,90 m de large, la plateforme s’élargit pour atteindre une longueur de 1,40 m et une largeur 1,20 m. Bien que la réfection soit d’une facture beaucoup moins régulière, l’ensemble garde une bonne cohésion. Au final, la hauteur conservée est de 0,40 m.

146Un large foyer (US 196) construit à l’aide de briques et de tegulae (L. min. : 1,70 m ; l. min. : 1,10 m ; H. : 0,10 m ; surf. : 1,80 m2) jouxte la plateforme US 198 à l’est (fig. 181). Son axe et le réajustement de ses côtés nord et ouest indiquent qu’il a connu un réaménagement majeur au contact du mur et lors de la réfection de la plateforme. La structure est fondée sur un tapis de fragments de tuiles disjoints disposés dans un limon argileux brun orangé. La sole se compose d’un pavage de tegulae soigneusement agencées et montre un pendage ouest-est marqué (aucune trace d’enduit d’étanchéité ne signale la présence d’un bassin). Tandis que d’autres fragments de terre cuite forment une bordure à l’est et au sud, un empilement de briques l’isole du mur nord. Des traces de chauffe sont visibles sur le limon sous-jacent et sur la sole. Si la rubéfaction n’est pas très marquée, l’usure et le délitage des tuiles indiquent un usage répété. Cet aménagement est abandonné et remplacé par une banquette terreuse (US 203) contenue par un muret au sud. Un fragment de colonnette en calcaire est mis au jour à cet endroit, dans le niveau d’abandon de la pièce.

147Deux autres foyers sont identifiés dans cet espace (fig. 178). Le premier (US 193 : côtés : 0,90 m), dans l’angle nord-est de la pièce C, est d’une facture moins complexe que le précédent. Il est fondé sur une base limono-charbonneuse et comporte une sole et des bordures de tegulae. Le second est une simple trace rubéfiée (US 211 : côtés : 1 m) située au centre de la pièce. Diffuse et quadrangulaire, elle matérialise peut-être la présence d’un brasero. Cette rubéfaction centrale borde une fosse quadrangulaire à fond plat (US 206 : L. : 1,90 ; l. : 1,50 m ; prof. : 0,50 m), dont l’usage reste à définir. Quant aux trous de poteaux, dont l’agencement est peu signifiant en l’état, ils se cantonnent à la moitié sud de cet espace.

148• Une cour J à l’est (fig. 172)

149L’accrétion des sols due aux dépôts successifs du siècle précédent (colluvion, remblai, niveaux de circulation) a créé un effet de terrasse dont les niveaux supérieurs ont été érodés (fig. 178).

150Un fin lambeau de sol calcaire (US 207) subsiste ensuite, indiquant la pérennité d’un espace ouvert. Une seconde sépulture de chien (US 102) est mise au jour dans ce contexte à moins de 5 m de celle déposée dans la tranchée de récupération (US 111) située immédiatement à l’ouest.

151« L’animal repose dans une petite fosse dont les dimensions, s’accordant tout à fait au volume de son corps, suggèrent qu’elle a été creusée dans l’intention de recueillir sa dépouille. L’individu est couché sur son flanc gauche dans une orientation est-ouest, la tête à l’est et les pattes repliées sous le corps.

Fig. 178- La Citadelle, période 1 – état 3 : pièce C et ses aménagements (relevés : E. Bayen, J.-L. Joly, D. Lalaï ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

Fig. 179- La Citadelle, période 1 – état 3 : angle sud-ouest de la pièce C, élévation du mur sud (cliché : équipe de fouille).

Fig. 180- La Citadelle, période 1 – état 3 : plateforme US 198 dans l’angle nord-ouest de la pièce C, en cours de démontage (cliché : équipe de fouille).

Fig. 181- La Citadelle, période 1 – état 3 : foyer construit en tegulae US 196 en cours de démontage (cliché : équipe de fouille).

  • 10 D. Lalaï, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007, annexe 5 : 38-42.

152Il s’agit d’un mâle adulte dont l’âge osseux est d’au moins 3 ans et dont la hauteur au garrot atteint 59 cm, mesure qui s’inscrit tout à fait dans celles qui sont recensées à ces périodes. Un bloc, qui ne se trouvait pas au contact direct du cadavre, avait sans doute pour rôle d’empêcher, ou du moins de rendre plus difficile, l’exhumation du corps par les détritivores. Les ossements ne présentent aucune séquelle permettant de préciser la cause de la mort. La découverte dans la région abdominale de l’animal d’un talus de porcin montrant une importante altération par les sucs digestifs vient ainsi nous renseigner sur la composition de son dernier repas10. »

L’aile ouest (fig. 172)

153L’aile ouest est composée de trois édifices majeurs (pièces E, G et I) et d’un édicule centré sur la façade est (pièce H). L’assiette de ce groupe est au minimum de 1 350 m2, soit une longueur nord-sud de 50 m et une largeur de 27 m (dans l’hypothèse où son extension inclut l’édicule H).

154La mise en place de l’aile ouest au cours du IIe siècle ne repose que sur deux arguments : un mobilier issu d’un niveau associé à la pièce G et l’alignement de l’aile avec la pièce C, ce dernier espace effaçant un bâtiment mis en place au début du IIe siècle.

155• Un ensemble architectural cohérent (pièces E, G, I et H)

156Les pièces E, G, I et H forment un ensemble architectural cohérent (fig. 182) dont l’assiette représente presque un tiers de la surface de l’établissement et occupe une micro-hauteur surplombant à la fois la voirie à l’est ainsi que le point originel du site au nord. Cette mise en exergue est probablement renforcée par la construction sur podium des bâtiments E, G et I. En effet, la forte pente ouest-est de E et G implique un exhaussement minimum de 1,20 m du côté aval pour qu’une surface de circulation plane soit rétablie. La construction de terrasses artificielles paraît la solution la mieux adaptée pour cette mise à niveau. La base d’un escalier situé à 1 m en contrebas et à l’aval du grand côté est de E confirme cette lecture (US 75 : L. min. : 1,50 m ; l. : 0,35 m ; H. : 0,10 m). Cette configuration extrêmement sensible à l’érosion est également à l’origine de la disparition de tous les niveaux de sol dans ce secteur.

157Cet ensemble est clairement délimité sur au moins trois côtés (nord, ouest et sud). La limite nord s’adosse à la pièce C et à la cour J (secteur nord) alors qu’un mur relie tous les bâtiments à l’ouest. Cette limite occidentale, d’abord ininterrompue, barre la pente et ne présente aucun système de drainage. Soumis à des pressions régulières, le mur situé entre les pièces F et E subit plusieurs affaissements. Sans doute dans le but de pallier une partie de ces difficultés, un long et large empierrement (US 77 : L. : 12 m ; l. : 1,40-1,60 m ; prof. : 0,50 m) remplace la section de l’élévation reliant la pièce E à la pièce G. Deux moignons de murs (US 137 et 31), accolés aux édifices, témoignent encore de l’état originel des maçonneries. Au sud enfin, une solide fondation stabilise le mur qui ferme à la fois l’aile ouest et le site (US 150 : l. : 1,10 m ; H. : 0,35 m). Celui-ci est doublé d’une palissade externe dont le blocage se compose de blocs calcaires, de tegulae, de quelque tubuli, de scories et de nombreux fragments céramiques (US 45 : l. : 0,45 m ; prof. : 0,25m). L’US 45 est-elle un avant-toit ou un état antérieur ? La contemporanéité de ces deux vestiges n’est pas certaine. À l’est en revanche, les fouilles n’ont révélé aucune limite. Malgré cela, une bande reléguée hors emprise laisse planer une incertitude quant à la possibilité d’une clôture isolant l’aile ouest.

158Ce groupe architectural se distingue par la disposition équilibrée de ses trois principaux bâtiments espacés l’un de l’autre d’une douzaine de mètres.

159L’édifice G est central et couvre une surface de 38,50 m2 (salle principale : L. : 5,50 m ; l. : 4 m ; avant-salle de 2,50 m de large). Orienté est-ouest, il est encadré à équidistance par deux autres pièces de plan rectangulaire orientées nord-sud et présentant chacune des surfaces de 45 m2 (E et I : L. : 9 m ; l. : 5 m). Deux gros blocs en remploi renforcent deux angles en regard : au sud-est de E et au nord-est de I. Leur vis-à-vis souligne l’homogénéité de leur mise en place.

160Un fait vient nuancer cette perception. La largeur des murs de l’espace I atteint 0,70 à 0,75 m et la façade orientale est fondée à 0,80 m de profondeur. Ces mesures sont au-delà de ce qui a été observé sur les pièces G et E où les murs montrent une largeur de 0,60 m pour une profondeur de 0,20 à 0,40 m.

161La localisation particulière de I à l’angle de l’établissement a peut-etre été valorisée par une structure plus massive, voire en débord, faisant pendant à celle du bâtiment B. La majeure partie de son emprise ayant été détruite lors d’un avancement non contrôlé des travaux, cette hypothèse restera non vérifiée.

Fig. 182- La Citadelle, période 1 – état 3 : aile ouest, bâtiments E, G et I (relevés : E. Bayen, L. Kuntz ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

162La pièce H est de plan carré (côtés de 3 m) et s’isole à l’est, à 15 m du petit côté du bâtiment G (fig. 183). Son emprise, perturbée par la pose d’une canalisation actuelle, ne conserve aucun niveau lisible. Sa légère divergence d’axe avec le groupe reste inexpliquée et peut-etre faut-il y lire une certaine indépendance, une localisation plus en rapport avec l’établissement dans son ensemble qu’un lien exclusif avec les pièces E-G-I.

163Outre les quelques perturbations signalées ci-dessus, ce secteur a subi une érosion majeure et rares sont les sols ou niveaux d’occupation conservés. Du nord au sud, on remarque pourtant une trace rubéfiée (US 179) à proximité de l’angle sud-est de E alors que l’angle sud-ouest est renforcé d’une courte section de mur lié à la terre (US 141). Une seconde trace rubéfiée (US 142) borde l’angle nord-ouest du bâtiment G un peu plus au sud. À l’intérieur de ce même bâtiment, un léger replat aménagé à l’amont (côté ouest) piège un remblai livrant quelques blocs et tegulae fragmentées (US 31) ainsi que deux trous de poteaux. Un fragment de statuette en terre blanche et 21 fragments d’un vase en verre translucide incolore proviennent de ce niveau. Ce mobilier a permis de proposer un terminus post quem du IIe siècle à la fois pour la mise en place du bâtiment G et, par extension, pour l’aile ouest.

164Les espaces intermédiaires situés entre les édifices livrent des séries de poteaux dessinant, au mieux, des alignements de plusieurs mètres, même s’il est probable que tous ne soient pas contemporains de l’état 3. On remarque également qu’aucune fosse-depotoir ou d’extraction n’est enregistrée dans ce périmètre.

165• Un espace (F) relégué au nord (fig. 172)

166L’espace F est implanté sur un secteur topographiquement moins élevé, à l’extrémité nord du groupe architectural. Sa mise en place est précédée par un enlèvement du substrat qui a eu pour conséquence le déchaussement du mur ouest hérité des pièces antérieures A6 et A7. Ce choix technique a favorisé la conservation d’une série de niveaux archéologiques permettant de restituer le profil et la chronologie du lieu. Cette dernière restera néanmoins relative, le mobilier céramique ne permettant pas d’affiner le phasage entre le IIe et le IIIe siècle. Malgré cela, l’étude de cette stratigraphie permet d’augurer de ce que l’érosion a dû gommer de la complexité des niveaux d’occupation des édifices situés au sud.

Fig. 183- La Citadelle, période 1 – état 3 : bâtiment H (relevés : M. Guyon ; DAO : C. Coquidé).

167Dans une première phase, l’espace F (fig. 184, à gauche), de 11 à 12 m de long, s’adosse au mur de la pièce C avec laquelle il ne semble pas communiquer. Il est fermé au sud par une cloison (US 400 : l. : 0,15-0,20 m) et si sa limite orientale a disparu, divers aménagements figurent une largeur minimum de 4 m. La construction mixte de la pièce et sa relégation aux marges nord de l’ensemble E-G-I indiquent un bâtiment secondaire.

168Un foyer plusieurs fois rechapé démontre que ce lieu est régulièrement chauffé (US 182). Il est installé contre le mur nord et correspond à un niveau charbonneux (US 172) qui recouvre un sol en terre battue de surface ondulée (US 186). La sole est formée de plaques de briques bien agencées et liées au mortier. Ses bords sont limités par des fragments de tegulae et de blocs fichés verticalement.

169Vers la fin du IIe siècle, l’effondrement de la toiture en tuiles piège un nombreux mobilier parmi lequel on distingue des artefacts liés à la construction ou à la menuiserie, d’autres en lien avec des activités artisanales et domestiques (US 173). On remarque également plusieurs objets liés à la présence de liquides (tuyau en plomb et patère en alliage cuivreux). Certains d’entre eux, dont la patère et une dallette en calcaire fin bariolé, témoignent d’un environnement où l’esthétisme n’est pas absent.

170Dans une seconde phase (fig. 184, à droite) consécutive à la désaffection du bâtiment, le parement sud du mur nord est remplacé par un clayonnage (US 185). Un remblai limoneux homogène (US 171) nivelle ce secteur qui ne paraît plus couvert et rétablit un niveau de circulation équivalent entre C et F. Seul aménagement visible, une fosse de plan quadrangulaire à fond plat, relativement similaire à celle observée dans la pièce C mais dont la fonction reste tout aussi indéterminée, occupe l’angle nord-ouest de l’ancien espace F (US 181 : L. : 1,05 m ; l. : 0,75 m ; prof. : 0,50 m).

171L’effondrement qui clôt la phase 1 est à mettre en relation avec l’instabilité de cet espace dont la structure est fragilisée par le décaissé amont. Celui-ci a déchaussé le mur ouest (US 70) mis en place à la fin du Ier siècle pour servir d’appui aux pièces A6 et A7 (état 2b). Le mur US 70 a bénéficié d’au moins une réfection (US 134), peu soignée, consistant en un placage grossier de matériaux en sous-œuvre, ou une reconstruction en appui sur une fondation peu homogène (fig. 185 et 186). La première hypothèse semble corroborée par l’emploi ponctuel de tegulae de chant, encastrées sous l’arase de l’élévation.

172Cette instabilité, renforcée par l’absence de drainage, a sans doute été à l’origine de l’abandon final de la pièce bien avant le milieu du IIIe siècle (fig. 184, phase 2).

L’aile est (fig. 172)

173La façade ouest est rythmée par une suite de murs dont chaque décrochement correspond à l’angle de deux pièces (O/L et L/M). Cette disposition permet d’accompagner la courbure sud-est du chemin qui dessert ces espaces. Une petite activité de forge s’associe à l’une des phases d’installation de ce secteur. La mise en place de l’aile est au cours du IIe siècle est moins étayée par le mobilier, plus rare encore que sur l’aile ouest, que par la symétrie des deux ensembles.

Fig. 184- La Citadelle, période 1 – état 3 : bâtiment F, deux phases successives (relevés : E. Bayen ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

Fig. 185- La Citadelle, période 1 – état 3 : mur US 70 de l’espace F (cliché : équipe de fouille).

Fig. 186- La Citadelle, période 1 – état 3 : mur US 70 déchaussé et basculé dans l’espace F (cliché : équipe de fouille).

174• une suite d’espaces ouverts

175Pendage et/ou largeur des espaces semblent indiquer la présence de cours (fig. 187). ainsi en est-il de la pièce L, large de 11 m. À l’ouest et à l’est, la présence de niveaux de sol permet de constater un pendage marqué et, alors que l’érosion y paraît limitée, on ne constate dans cet espace aucune trace de support intermédiaire. La présence d’une toiture d’un seul tenant est donc peu vraisemblable. sur les pièces m et n, de surface plus modeste, les sols caillouteux montrent également un fort pendage. en berme nord, si la longueur de l’espace o reste indéterminée, sa largeur tend à se rapprocher de celle de la cour L.

176La pièce L atteint 203 m2. son grand côté ouest (US 17) longe le chemin de desserte alors qu’une succession de murs (US 110 puis US 115) limite l’espace à l’est. Cet axe qui est également commun à la pièce n s’aligne sur des murs ou des fossés perçus tout au long et au-delà du site du Bancillon une quarantaine de mètres plus au sud.

177La construction du mur ouest (US 17), posé en appui contre le substrat décaissé, crée un léger effet de terrasse de 0,25 à 0,35 m de dénivelée. un lambeau de sol en terre battue est conservé en contrebas (US 90), l’installation d’une galerie étant peut-être à l’origine de cet aménagement très localisé. sur le côté opposé, à l’aval, un niveau de blocs épars de 5 à 20 cm de côté formant un niveau de circulation (US 113 : l. : 1,40 m) a été préservé le long des murs US 110/115. un niveau de blocs plus grossiers lui succède (US 40 : l. : 2,50 m ; ép. : 0,10 à 0,20 m). C’est ce même niveau que l’on retrouve dans la pièce n. quelles que soient les recharges de sol à l’aval de L, le pendage ouest-est de l’espace reste prononcé.

178Au nord, un sous-espace (L’) dessine un couloir de 2,20 m de large limité par un solin (ou un seuil ?) de tegulae (US 9 : L. : 2 m ; l. : 0,70 m). Ce couloir présentait un seuil à l’ouest, condamné par la suite. un niveau brun-jaune avec beaucoup de mortier et quelques fragments de tuiles et calcaire contribue à isoler cet espace. on y remarque le fond d’un demi-vase en céramique commune grise, similaire à un autre vase mis au jour, toujours dans un espace de cour, dans la villa de Bancillon (pièce e du secteur économique).

179De surfaces plus modestes, les pièces m et n se prolongent sous la berme sud (L. min. : 8,50 m). L’espace n est large de 7 m. son mur nord, récupéré, montre à mi-course de larges blocs oblongs dont la position initiale reste inconnue (peut-être des éléments déplacés d’un seuil). il conserve ponctuellement un sol gravillonneux dense à fort pendage (US 118) alors que son côté oriental (aval) est stabilisé par un niveau de blocs calcaires (US 40).

180Fait rare sur ce site, la cour n, ou l’espace qui lui est immédiatement mitoyen au sud, bénéicie d’un système de drainage sous la forme d’un caniveau US 129, construit à l’aide de blocs bien agencés (largeur utile : 0,20 m : ig. 188). L’entretien du conduit semble avoir été assuré puisqu’à un premier canal intégralement colmaté succède un second, bâti avec le même soin.

Fig. 187- La Citadelle, période 1 – état 3 : aile est, pièces L, M, N et O (relevés : C. Plantevin, C. Vermeulen ; DAO : B. Rambault, C. Coquidé).

Fig. 188- La Citadelle, période 1 – état 3 : vue du caniveau US 129 quittant l’aile est (cliché : équipe de fouille).

181Le couloir m, large de 3 m, longe l’espace n côté ouest. Son sol est tapissé d’un gravier dense (US 64) et montre également un fort pendage ouest-est, favorisant sans doute l’écoulement des ruissellements amont via deux accès, l’un ouvert sur la voirie et l’autre vers l’espace L. un bloc calcaire percé et brisé de 0,30 m de côté (ép. : 0,10 m ; une crapaudine ou un contrepoids ?) provient également de ce secteur (fig. 189).

182• Le chemin de desserte et le bassin amont (fig. 172)

183Un axe de circulation desservant l’aile orientale est en place au Ier siècle, installé sur un léger replat, à 20 m en contrebas de l’aile ouest. D’abord matérialisé par quelques ornières discontinues, il prend par la suite la forme d’une chaussée composée de radiers caillouteux. Son tracé, globalement nord-sud, diverge vers le sud-est en abordant une concavité naturelle. Toutes recharges confondues, la largeur minimum observée est de 6,20 m. La succession de plusieurs radiers quasi stériles témoigne d’une mise en place soignée et d’un entretien constant, du moins dans les premiers temps.

184Au plus bas de la stratigraphie, un niveau hydromorphe gris piégé sous la chaussée déborde sur les accotements (US 85). Les radiers sont constitués de trois types de dépôts (fig. 190 et 191) : US 75 : tegulae et blocs très fragmentés ; US 3 : des blocs décimétriques et US 52 : limon brun-gris et gravillons.

185Côté nord (fig. 192), le premier radier mis en place (US 75) est dense et une étroite ornière y est lisible (US 125). Par la suite, sur les deux tiers nord du décapage, deux radiers de blocs décimétriques peu émoussés (US 3) se succèdent, un limon gris graveleux s’intercalant entre eux. La surface de circulation semble assurée par l’US 52 dont les composantes plus fines permettent d’atténuer l’irrégularité des radiers sous-jacents et constituent une bande de roulement acceptable. Dans la dépression sud en revanche, le nombre des recharges de faible envergure ne permet aucune lecture continue.

186Au niveau de la courbe sud et au plus bas de son tracé, l’amont de la chaussée est protégé par un large creusement (US 44) [fig. 193]. Côté amont, celui-ci est installé en front de taille dans le substrat sur au moins 1,50 m de hauteur, alors qu’à l’aval, le fond collecte divers ruissellements. Son entretien semble marquer le pas dès la fin du IIe siècle, date à laquelle la base de l’excavation est peu à peu saturée. On y remarque une succession de niveaux de dépôts plus ou moins hydromorphes, ou décantés, parfois associés à un abondant mobilier.

187Le rôle protecteur de cet aménagement, probablement un bassin collecteur, a totalement disparu lorsqu’un épais limon brun-noir organique (US 44.5) atteint la chaussée à la fin du IIe ou au début du IIIe siècle. Ce dépôt livre un nombreux mobilier qui relève en grande partie de l’usage du chemin.

Fig. 189- La Citadelle, période 1 – état 3 : aile est, bloc de calcaire percé pris dans la fondation du mur US 270 de la pièce M (dessin : C. Plantevin).

Fig. 190- La Citadelle, période 1 – état 3 : vue vers le sud du chemin interne, au nord de l’emprise (cliché : équipe de fouille).

188• Un drainage insuffisant

189En dehors du bassin et d’un unique fossé (US 112) au profil peu prononcé associé aux premières phases d’utilisation, la voirie n’a bénéficié d’aucun système de drainage. Sur l’accotement amont, aucun vestige construit ou excavé n’a été observé. À moins qu’une barrière végétale n’ait été mise en place, aucun aménagement ne protège la chaussée des ruissellements de la pente.

190Il en est de même pour l’aile est. Un écoulement libre circule un temps en façade et se déverse dans les cours à l’est via l’accès situé à l’angle des espaces M et L. S sur la durée, les ruissellements ont induit une accrétion de plusieurs dizaines de centimètres contre le mur occidental US 17 de l’espace L (fig. 194). Au final, on constate un minimum de 0,65 m de dénivelée entre le sommet des dépôts de façade et le sol de L. La poussée induite a conduit à l’affaissement de l’US 17, illustré par le dévers vers l’aval des premières assises. En contrebas, les maçonneries portent d’ailleurs la trace de plusieurs réparations grossières, sous la forme d’un placage de blocs hétérométriques stabilisant un amas de pierres, ou d’un beurrage de mortier d’aspect irrégulier tentant de rendre quelque cohésion à un assemblage disparate (fig. 195).

Fig. 191- La Citadelle, période 1 – état 3 : le chemin interne au sud de l’emprise et la forge contemporaine de la première chaussée (relevés : C. Plantevin, C. Coquidé ; DAO : M. Guyon, C. Coquidé).

Fig. 192- La Citadelle, période 1 – état 3 : vue du chemin dans la berme nord de l’emprise (cliché : équipe de fouille).

Fig. 193- La Citadelle, période 1 : coupe de l’aile est, bâti, chemin interne et bassin amont, dans la berme sud (relevés : C. Vermeulen, O. Franc, L. Kuntz, C. Coquidé ; DAO : B. Rambault, C. Coquidé).

Fig. 194- La Citadelle, période 1 – état 3 : aile est, dévers du mur US 17 vers l’aval sous la poussée des sédiments accumulés sur le chemin (cliché : équipe de fouille).

Fig. 195- La Citadelle, période 1 – état 3 : mur US 17 et réparation aval US 107 (cliché : équipe de fouille).

Un établissement complexe, synthèse des états 1 à 3

191Un secteur mixte, à la fois résidentiel, de production puis de stockage, une aile occidentale mise en exergue et une aile orientale rassemblant des espaces ouverts dessinent un établissement de faciès original.

Un secteur nord à vocation multiple (états 1 à 3)

192Le secteur nord rassemble des modes d’occupation variés puisqu’y coexistent l’épicentre du site, dont le caractère résidentiel est surtout marqué au cours du Ier siècle, des activités artisanales ou de production et un large espace de stockage sur ses marges ouest.

193• Un secteur résidentiel

194La mise au jour d’un niveau d’enduits peints, de stucs et de sol en terrazzo signe, dès la période augustéenne, la présence, hors emprise vers l’est, d’un secteur résidentiel de tradition italienne au confort standard (état 2). Dès cette époque et au cours de l’état 3, le mobilier est peu ostentatoire. Aucun remploi architectural majeur n’est d’ailleurs observé sur l’ensemble du site, et seuls quelques tubuli, des fragments de béton hydraulique (issus de structures dont la vocation d’agrément reste à prouver), une unique tesselle bleue et une œnochoé en verre sont enregistrés. Si l’habitat lui-même reste hors emprise, la sphère privée se perçoit ici d’une manière originale, par la sépulture de deux chiens dans ou à proximité d’un espace de cour (J).

195En revanche, la particularité du groupe de pièces A5 à A10 (état 2) évoluant vers l’espace unique C lors de l’état 3 est de concentrer de nombreux aménagements dont l’usage n’est en rien évident.

196Lors de l’état 2, entre le Ier siècle et le début du IIe siècle, deux bassins successifs (A8 puis A10) sont desservis par un couloir (A9) et bordés à l’ouest par une pièce plus vaste A5. Bien qu’aucun autre aménagement ne puisse être associé avec certitude à cet état, la présence des bassins signale une activité de production associant l’usage de substance liquide. Dans l’hypothèse d’une presse à vin, la pièce A5 peut potentiellement accueillir le mécanisme dont le bassin A8 recueillerait le jus. Ce profil serait assez similaire à celui du pressoir de l’établissement de Brauneberg (Brun 2005 : 138). Pour la pièce A10, en débord nord, l’aménagement d’un levier paraît plus problématique.

197Au cours du IIe siècle, un espace unique (C) leur succède. Plusieurs aménagements originaux y sont relevés (foyers, banquette, fosses), et parmi eux, une plateforme d’angle (US 198) qui pourrait être interprétée comme la base d’une presse à levier de type A dont l’extrémité du bras serait insérée dans le mur nord (Brun 2004 : 14). Complétant ce système, la fosse quadrangulaire US 206 pourrait accueillir le contrepoids. L’absence de bassin à ce stade est remarquable mais peut être palliée par l’utilisation de contenants en matériaux périssables, une large plateforme rectangulaire à rebord, bâtie en tuiles et briques, jouxte la plateforme US 198 côté est. Les diverses reprises de maçonnerie ou d’assemblage montrent que cet ensemble a été reconstruit une fois au moins. L’hypothèse viticole reste, là encore, trop fragile.

198Une maçonnerie identique est pourtant mise au jour au nord-ouest de la villa de Goiffieux à Saint-Laurent-d’Agny (Rhône), dans l’angle de la pièce D9 (état 4 : 60-80 à 250 ap. J.-C.) [Rapport Poux 2009 : 170-175]. Mais alors que cet espace est ici clairement inséré au coeur d’une aile dédiée au pressurage du raisin, aucun usage ne semble pouvoir lui être associé. Quoi qu’il en soit, la faible emprise au sol des espaces concernés par cette activité et leur confinement aux marges du secteur nord ne pourraient indiquer qu’une production secondaire d’ampleur limitée. Au plus large, couloir et galerie inclus, la surface dévolue à celle-ci atteint ici 82,50 m2. Sur le site de Champ-Chalatras à Martres-d’Artiere (Puy-de-Dome), le bâtiment vinicole situé à l’extrémité sud du secteur économique atteint 459 m2 (Vallat, Cabanis 2010 : 7).

199Le mobilier issu du niveau d’abandon n’apporte que peu de précisions. Il signale tout au plus un espace clos (deux clefs de porte), agrémenté d’un mobilier en bois ou en métal (clous de menuiserie et petite clef en alliage cuivreux).

200Le ou les usage(s) des pièces A 5 à A10 et C, bien que relevant d’une activité particulière, nous restent finalement inconnus : sans être totalement dénué de fondement, l’hypothèse d’une fonction viticole n’est qu’une lecture « par défaut ».

201• Un espace de traitement des récoltes et de stockage (état 3) Le bâtiment B, large pièce de 62 m2 du IIe siècle, semble dédié à des usages dont l’ampleur dépasse le cadre d’une activité à la seule vocation vivrière. Implanté dans l’angle nord-ouest de l’établissement, cet espace communique avec l’extérieur via un accès étroit installé sur son petit côté nord. Celui-ci, en contre-haut du sol de circulation, est difficile d’accès et semble peu adapté à la circulation d’un cheptel ou à l’engrangement massif de récoltes. La première phase d’occupation révèle d’ailleurs la présence d’un aménagement original, de mise en place complexe, usant apparemment d’éléments mobiles à mouvements verticaux de grande ampleur. Si l’hypothèse d’une presse à raisin ne peut être écartée, faute de mieux, elle ne doit pas être considérée comme définitive au vue des caractéristiques techniques du système décrit précédemment.

202Si la présence massive de céréales broyées issues des comblements des conduits verticaux pourrait être considérée comme un indice, elle peut tout aussi bien être postérieure au fonctionnement de la machinerie ; elle témoigne néanmoins du stockage et du traitement de grandes quantités de céréales. Quoi qu’il en soit, si l’activité qui prend place dans le bâtiment B n’a pas été identifiée, l’aménagement de son espace a nécessité des compétences techniques particulières ainsi qu’un volume de travail relativement considérable pour l’espace concerné.

203La seconde phase d’occupation de la pièce B ne livre plus aucune disposition particulière. Les sols en terre battue colmatent intégralement les vestiges de la phase 1 et peu d’aménagements sont observés en dehors d’une cloison médiane, de quelques traces de foyers non construits et de deux poteaux d’angle. Le stockage de récoltes ou de matériaux reste une hypothèse plausible en dépit de l’accès confiné vers l’extérieur (un accès vers la cour intérieure J est toujours possible). L’absence d’aération, notamment due à l’encaissement nord et ouest de la pièce, limite néanmoins la ventilation éventuelle des denrées périssables, du moins au niveau de la surface de circulation, car, quel que soit le produit entreposé, la qualité des maçonneries laisse la possibilité d’un étage.

Un lieu de rassemblement sur l’aile ouest (état 3) ?

204L’aile ouest se distingue dès le IIe siècle par un ensemble architectural original composé de deux édifices de plan rectangulaire orientés nord-sud (E et I) encadrant, à équidistance, un bâtiment bipartite orienté est-ouest (G). Un édicule de plan carré (H) leur fait face à l’est. Cet ensemble imposant, clos au nord, à l’ouest et au sud par des murs, ouvre sur le chemin qui dessert les cours de l’aile orientale. Pris séparément, chaque édifice livre un plan basique et peut assumer une fonction agricole (grenier, grange, étable…). Pourtant, selon le même argument, ces modules élémentaires composent des ensembles architecturaux variés adaptés à de multiples fonctions. Ainsi, la disposition de cette implantation et la présence de bâtiments sur podium d’accès peu aisés, conduisent à rechercher d’autres interprétations, tournées vers des activités non agraires.

205Ce groupe est mis en valeur au sein de l’établissement. Topographiquement, il occupe le point le plus élevé du site et ses bâtiments sur podium surplombent cette partie du versant. La présence de cet ensemble cohérent à l’intérieur de l’établissement modifie notre perception de l’espace. En effet, l’orientation ouest-est de ce groupe architectural est complétée par celle, nord-sud, du site pris dans son ensemble, l’édicule H se situant au croisement des deux axes.

206Si la taille réduite de l’édifice par rapport au bâti environnant permet d’exclure la présence d’un porche, d’autres possibilités ont été envisagées. Ainsi, la canalisation ayant détruit la majeure partie de la structure, la fouille n’a pu aborder les niveaux internes et l’éventualité d’un puits a été mentionnée. Pourtant, la probabilité qu’une structure annexe soit placée en exergue au centre d’un établissement est faible. Cette localisation est sans doute plus symbolique qu’utilitaire, en rapport avec les activités attachées au lieu.

207Alors que, par ailleurs, les porches apparaissent clairement, les bâtiments quadrangulaires isolés au cœur d’une pars rustica ne sont pas rares dans la province de Belgique (Agache 1978 : 317-319 et 329). Toutefois, la majeure partie des signalements s’effectue à partir de vues aériennes et ne permet aucune vérification. Des fouilles révèlent en revanche que ces édicules, localisés dans l’axe de la cour de certaines villae, peuvent figurer un édifice commémoratif ou funéraire. Des mausolées sont observés en Allemagne et en Suisse, celui de l’établissement de Biberist-Spitalhof est implanté sur l’axe majeur du secteur économique (Schucany 2006 : 113 et 116). De tels monuments sont également signalés dans des cours de villae de la province de Lyonnaise (Nouvel 2009 : 369-371). Mais aucun ne bénéficie de l’emplacement central dévolu à l’édifice H.

208La recherche de points de comparaison quant à la disposition de l’ensemble des bâtiments de l’aile ouest et, au-delà, de l’usage qui peut en être fait, est restée vaine. Aucune correspondance de plan n’a été relevée, quel que soit le milieu abordé, urbain ou rural. Si la vocation agraire a été mise de côté, aucun argument n’étaye, par exemple, la présence d’un sanctuaire : pas d’épandages ou de fosses d’offrandes, pas de statuaire, si l’on excepte le fragment d’un personnage en terre blanche, mis au jour il est vrai au plus haut de la pièce G. À ceci, s’ajoute le caractère tout à fait quelconque des lots de faune et l’absence de toute pièce architecturale tant soit peu monumentale. De plus, la mise en place d’un tel groupe au cours du IIe siècle semble peu probable (Fauduet 1993b : 102).

209À ce jour, le manque d’indices ne permet donc aucune lecture fiable. Mais qu’il soit à usage public ou privé, commercial ou social, le groupe architectural se met en scène et peut accueillir un grand nombre de biens ou de personnes. D’une manière générale, il semble que l’interprétation de tels ensembles ait rebuté de longue date et que de nombreuses possibilités doivent être envisagées (marchés, lieu de réunion…) [Ferdière 2005 : 238].

Une suite d’espaces de service sur l’aile est (état 3)

210Bien que l’emprise soit moins favorable à l’exploration de ce secteur, l’étude de l’aile orientale révèle une suite d’espaces ouverts mitoyens desservis à l’ouest par un chemin. La variété des surfaces indique des usages différents qui devaient composer avec le pendage marqué des sols. Alors que la plus grande superficie enregistrée sur l’emprise atteint 200 m2 (L), celles des autres espaces sont beaucoup plus modestes. Si la spécificité de chacune de ces cours nous échappe, ce secteur semble dédié à des aires de service ou de stockage ouverts aux biens et aux personnes. En revanche, aucun seuil ne permet le passage d’un attelage, du moins côté ouest et sur l’emprise étudiée.

211Cet accès est éventuellement possible à l’est. En effet, la spécificité de l’aile orientale est également de connecter l’établissement à un faisceau de structures linéaires qui sépare les sites de cette partie du versant du Val de Saône. L’érosion et l’implantation de vestiges tardifs ayant perturbé ces limites, leur degré de perméabilité en matière de circulation reste inexploré.

2.4.1.2. Mobiliers, productions et environnement du Ier au IIIe siècle

212La vie matérielle transparaît au travers de séries d’objets relevant de la vie quotidienne, d’activités ou de productions. L’appréhension de l’environnement et des activités agraires s’appuie sur l’analyse des paléo-restes et dépend des possibilités de collecte sur le site.

Les objets du quotidien (états 2 et 3)

213La vie matérielle est perçue au travers d’objets dont la majeure partie provient de niveaux de démolition et de dépotoir. Si certains contextes sont effectivement à rattacher à l’état 4 qui marque une phase de profonds remaniements structuraux, les objets relèvent quant à eux de l’occupation qui a précédé (état 3).

  • 11 D. Mazuy, in Rapport Coquidé, Giry 2006 : 55-56 et 63 ; C. Galtier, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bay (...)

214Le but de ce paragraphe n’est pas de fournir des listes exhaustives de mobiliers déconnectés de leur milieu mais de les restituer par ensemble11. À ce titre, il se différencie nettement des études thématiques (céramique et numéraire) présentées en fin de volume.

Un mobilier varié

215La répartition des artefacts est inégale. Les espaces ouverts de l’aile sont restés peu favorables à la conservation d’objets. Le plus grand nombre, soit douze pièces en alliage cuivreux et 213 en fer, provient des niveaux de la chaussée desservant la façade ouest. Les niveaux du secteur nord et de la pièce F rassemblent 63 éléments en alliage cuivreux ou bimétalliques et 316 en fer. S’ajoutent quelques éléments en plomb, un en argent et 80 fragments en verre, dont 31 proviennent d’une même œnochoé.

216Hors voirie, ces lots sont très largement issus de niveaux d’effondrement. Leur enfouissement soudain livre un instantané du cadre de vie d’un espace et associe le domaine de la construction et celui de la vie quotidienne. Cinq ensembles, présentés dans un ordre chronologique, se distinguent :

217– l’effondrement de la toiture de la pièce F (phase 1) piège accidentellement un grand nombre d’objets métalliques à la fin du IIe siècle ou lors des premières décennies du IIIe siècle (US 171, 172 et 173 : fig. 199). Sont relevés des clous de menuiserie (très peu de construction), des éléments d’huisserie, de ferrure ou de penture, d’autres éléments d’assemblages, dont des crochets et un anneau. Un outillage varié est également présent : une tige de section ronde, recourbée (L. : 62 mm) présentant un méplat percé en son centre (un fléau de balance de précision [?] : fig. coul. 25, no 5), divers objets en fer, dont une spatule, une lame brisée, une lame de rabot ( ?). On remarque également une patère peu profonde (alliage cuivreux) écrasée sur place (fig. coul. 25, no 2 et fig. 196, no 1), une coulée et un tuyau de plus de 0,30 m de long (fig. coul. 25, no 3), ces deux derniers en plomb.

218Un élément bimétallique, un cylindre de type bobine moulurée, en alliage cuivreux, tournant autour d’une tige en fer, pourrait faire partie d’un pied de meuble agrémenté de pièces de bois ici disparues (fig. coul. 25, no 4 et fig. 196, no 2). Le modèle an sois est beaucoup plus modeste que ceux provenant de Herculanum (Mols 1999 : fig. 27) – mais plus élaboré que la tige munie « d’un bouton terminal » d’un instrumentum antique de la région d’Évreux (Eure) [Fauduet 1992 : 159, objet no 1477]. Un rang de sept perles en pâte de verre opaque de teinte sombre (fig. coul. 25, no 6), une bague, un fragment de bracelet ( ?) et une monnaie du règne de Commode (180-192) [tous en alliage cuivreux] complètent ce lot particulièrement varié ;

Fig. 196- La Citadelle, période 1 : sélection d’objets en alliage cuivreux piégés sous l’effondrement de la toiture de la pièce F (phase 1) [dessins : E. Bayen].

219– le secteur sud du chemin de desserte de l’aile est (US 75/US 3), en léger décaissé et dont l’entretien ne semble plus assuré à partir de la fin du IIe ou dès le début du IIIe siècle (US 44.5), a piégé de nombreuses objets (fig. 197, no 1 à 8).

220Le mobilier recouvre les domaines de la charpenterie ou de la menuiserie, de l’attelage et de la forge. On y relève des pièces d’assemblage en fer issues de la démolition d’un bâti en bois ou de meubles (clous, tiges, plaques : no 11, 12), une agrafe (no 2), une bague (no 4), des anneaux (no 6, 10), une applique circulaire (no 9) et une clef lève-verrou (no 8). On remarque également une petite enclume pyramidale en fer (tas : no 13), un lot de barres indéterminées et quelques scories. Le matériel en alliage cuivreux est peu nombreux : une monnaie du IVe siècle, des appliques ou des clous décoratifs, une fibule du Ier siècle ap. J.-C. ;

  • 12 Cette monnaie permet de resserrer la fourchette chronologique proposée par le mobilier céramique (s (...)

221– le mobilier céramique, associé à une monnaie émise en 257, issue de la tranchée de récupération du mur mitoyen des espaces C et F (US 109) permet de situer l’effondrement de l’espace C vers le troisième quart du IIIe siècle (US 132, 206, 204/218, 216)12. Les artefacts (fig. 198, no 1 à 8) ne sont pas cantonnés à la base de la démolition mais mêlés à celle-ci et il est probable que ce dépôt débordant sur l’ancien espace F (US 151) ait été largement remanié.

222Le niveau de démolition de la pièce C rassemble ainsi de nombreux clous de menuiserie, tiges, pitons ainsi que deux plaques parallèles et recourbées à angle droit, reliées entre elles par une tige recourbée de section quadrangulaire (no 1). Une clef-lève verrou en fer (no 4), deux clefs bimétalliques et une clef de petit mobilier en bronze (no 5 à 7 et fig. coul. 25, no 7 à 10) évoquent la fermeture de cet espace ou de ses meubles. Les clous de charpente sont, une fois de plus, absents de cet ensemble, sans doute mal identifiés ou récupérés. On remarque également des fragments d’outils : six fragments d’une fine tôle d’alliage cuivreux enroulée de manière à former un tube, une douille ( ?), un cerclage plat et fin, un court ressort et les maillons d’une chaînette (no 3). Une série de rivets en fer est peut-être issue d’une même pièce de vêtement ou de lanière. Un fragment de vitre bleutée et trois tessons de verre incolore évoquent sans doute une ouverture vitrée.

223Quelques objets relèvent, comme ceux de l’espace F, d’un usage moins commun. Un fragment de colonnette en calcaire blanc provient de la démolition cantonnée au nord de la pièce (fig. 199). Un poucier en alliage cuivreux, en forme de canard (no 8 et fig. coul. 25, no 12), est arraché à un couvercle de cruche. Ce motif, peu commun, est réputé d’époque tardive ; un exemplaire fort similaire a été mis au jour à Vertault en Côte-d’Or (Feugère 1994 : 154, no 38-155) ;

224– dans l’espace F (phase 2), la fosse quadrangulaire à fond plat US 181 livre plusieurs éléments métalliques (fig. 198) et, fait rare jusqu’alors, un dépotoir de faune. Le profil du lot mobilier issu du comblement d’abandon est similaire à celui des objets relevés dans la pièce C. On y liste des clous de menuiserie, des ferrures, des éléments de cerclage, un anneau, un épais tube creux conique en fer à embouchure repliée (no 2), une fine tôle d’alliage cuivreux enroulée en tube, une clef de coffre en même métal (no 7) et les fragments d’une œnochoé en verre translucide (profil attribué par Chr. Bonnet au IIIe siècle). Une monnaie émise en 254 complète cet ensemble ;

225– enfin, une cache d’objets (US 123) rassemble à l’état IV divers artefacts métalliques (fig. 200). Cet ensemble réunit des objets de fonctions variées, vaisselle et outils dont les emmanchements avaient été ôtés lors de l’enfouissement. Ont ainsi été mis de côté des objets en fer tels qu’une longue tige aux extrémités terminées par des sphères (un fléau de balance [ ?], no 1), une plaque en forme de croissant (sans aucun bord effilé, no 4), une épaisse fiche à tête convexe. Deux pièces en alliage cuivreux, une anse de cruche (no 2) et un élément en forme de balustre (un pied de meuble [ ?], no 3), complètent ce lot. L’association de sept modestes clous en fer à ce contexte reste incertaine.

Fig. 197- La Citadelle, période 1 : sélection d’objets en alliage cuivreux et en fer perdus sur les radiers du chemin interne et dans les premiers niveaux d’abandon du bassin amont US 44 (dessins : F. Pont, sauf le mors : C. Plantevin).

Fig. 198- La Citadelle, période 1 : sélection d’objets en alliage cuivreux et en fer issus des niveaux de destruction de la pièce C et de l’abandon de la fosse US 181 (ancien espace F) [dessins : E. Bayen ; radiographie : CREAM, Vienne].

Fig. 199- La Citadelle, période 1 : fragment de colonnette en calcaire blanc inséré dans le muret détruit US 203 de la pièce C (cliché : A. Frécon).

Fig. 200- La Citadelle, période 1 : objets en alliage cuivreux et en fer (hors clous et tiges en fer) collectés puis enfouis (US 123) [dessins : E. Bayen].

Quelques pièces isolées

226Quelques pièces sont à mettre en exergue, parce qu’elles relèvent soit de catégories peu communes, soit d’un contexte d’enfouissement original :

  • ainsi, on enregistre une forme losangée en ronde-bosse associant une base pseudo-rectangulaire (no 13 : un poids ou un lingot : L. : 23 mm ; l. : 15 mm ; ép. : 6 mm ; poids : 7,72 g) posée sur le sol US 100 de la pièce A6 (état 2b), ainsi qu’une clochette ou un grelot (no 14 : diam. env. 15 mm) dans les niveaux de la cour J (état 3) [fig. coul. 25] ;

    • 13 Description : D. Mazuy.

    un mors articulé, brisé, en fer et alliage cuivreux est issu des premiers niveaux d’engorgement de l’accotement ouest du chemin (US 85) probablement mis en place entre la fin du Ier siècle et le IIe siècle (fig. coul. 25, no 1 ; fig. 197, no 1). En dehors du contexte viaire, la proximité de la forge, contempo raine de ce dépôt, est peut-être également un fait à considérer. Il s’agit d’un « mors de filet, en fer et alliage cuivreux, à canon brisé, d’un poids de 118 g pour une longueur totale de 18,3 cm. Un demi-canon en fer est assemblé avec l’autre demi-canon par l’intermédiaire d’une boucle de 2 cm de diamètre, dont les angles de la section sont arrondis. Le corps du premier demi-canon, d’une longueur de 5 cm, est torsadé, son diamètre est de 1,2 cm. Entre la boucle formant l’autre extrémité et l’enroulement torsadé du canon, se trouve une pièce en alliage cuivreux incomplète constituant une décoration en forme de pelta trilobée. Cette dernière, passée sur la tige par un perçage central de 0,8 cm de diamètre, a une patine grisâtre, dont les microfissures contiennent encore des traces d’étamage. Le corps, la boucle extérieure et l’anneau du second demi-canon, d’une longueur de 8,8 cm, sont identiques à ceux décrits précédemment. La pièce latérale en forme de pelta est partiellement brisée : elle ne possède plus que deux lobes, dont les arcs de cercle semblent plus grands que ceux appartenant à l’autre demi-canon »13 ;

    • 14 Description : D. Mazuy.

    des forces en fer et une spatule en alliage cuivreux, toutes deux intactes, ont été perdues dans l’un des conduits verticaux de la pièce B (US 219/220) sans que leur présence éclaire en rien l’usage qui pouvait être fait de cet espace (phase 1) et de ses aménagements si particuliers. « Les forces (fig. 201, no 1) montrent deux lames tranchantes réunies par une tige plate de section quadrangulaire formant un anneau ouvert ayant fonction de ressort (L. : 27 cm ; l. : 5,5 cm). La spatule (fig. 201, no 2) est à pointe lancéolée à deux tranchants effilés, de section légèrement rhomboïde. Le manche est facetté, son extrémité est formée de deux petites volutes cylindriques (L. : 12,2 cm ; l. lame : 1,1 cm). Le manche est court, par rapport à la longueur totale de l’objet ce qui permet de supposer une fonction de précision14 » ;

  • une base de statuette en terre blanche révélant un bas de drapé et un pied est issue du seul remblai conservé à l’amont de la pièce G (US 31, H. cons. : 5 cm). Ce type de mobilier n’est pas rare mais son occurrence dans le seul niveau conservé du bâtiment central du groupe architectural de l’aile ouest est à signaler. Une lame en fer à dos droit et fil incurvé provient du même niveau ;

    • 15 Information orale D. Lalaï.

    un fragment de calotte crânienne humaine dont les cassures montrent des traces d’usure a été recueilli dans le sol empierré situé à l’aval de la pièce N (US 40). « Il se présente sous la forme d’une petite plaquette rectangulaire (os frontal ou os pariétal ?) qui montre une surface patinée. Sa face interne a subi un traitement (de petites stries sont visibles) qui se traduit par un aspect poli. L’usure très prononcée, en biseau, d’un des côtés pourrait traduire l’utilisation de cet objet : lissoir ou racloir ? Il est vraisemblable que cet objet a été formé à partir d’un reste osseux erratique non identifié à l’époque15. »

Fig. 201- La Citadelle, période 1 : objets en alliage cuivreux et en fer (hors clous et tiges en fer) issus du comblement US 219 du conduit vertical US 220 de la pièce B (dessins : E. Bayen).

Des productions artisanales et domestiques

227Seule une forge dont le fonctionnement reste limité dans le temps témoigne d’une activité artisanale. D’autres travaux, découpe ou mou ture, ne semblent pas dépasser le cadre des usages quotidiens.

Une petite forge en bordure de chemin16
  • 16 Protocole de fouille et de prélèvement mis en place par l’équipe de terrain, étude d’A. Mélo réalis (...)
  • 17 Les foyers rectangulaires et encaissés colmatés par le premier niveau de chemin ne livrent aucun dé (...)

228Une petite activité de forge se développe sur l’accotement ouest du chemin de desserte. Deux fosses (US 45 et US 79) s’insèrent au niveau du premier limon hydromorphe US 85 (fig. 191) et accompagnent ainsi la mise en place de la chaussée et de l’aile est au cours du IIe siècle (état 3)17.

229• Les vestiges

230La fosse 45 constitue probablement l’atelier de forgeron lui-même (diam. : 1 m ; prof. : 0,20 m). L’assemblage des lots de déchets des trois remplissages comprend d’une part tous les types, y compris les micro-déchets qui voyagent plus difficilement que les culots. S’il s’était agi d’une fosse dépotoir, elle ne comprendrait que les déchets évacuables : culots, scories argilo-sableuses d’une taille suffisante pour être collectés (et gênants dans l’atelier) ; les battitures n’auraient pas été récoltées, surtout celles inférieures au millimètre. D’autre part le niveau supérieur (US 45.3) comprend une bonne quantité de ces micro-déchets, dont des chutes de métal, et du charbon de bois, des petites pièces qui, habituellement, ont tendance à percoler vers le fond de la fosse.

  • 18 L’installation de foyer de forge et d’espace de travail dans une cuvette est relativement courant ( (...)

231Enfin, la forme de la structure pourrait tout à fait convenir à ce type de forge, le foyer étant installé dans une entaille ménagée en front de taille sur le versant18. Les fragments de brique ou de tuile, surcuits ou scoriacés, ont pu constituer le fondement du foyer, les parois en argile ayant pu être démontées lors des curages (présence de calottes avec paroi adhérente). La grande quantité de petites gouttes, de boursouflures et de minuscules fragments de scories argilo-sableuses, qui forment la masse principale du sédiment prélevé dans cette fosse, milite d’ailleurs en faveur de cette hypothèse.

232On n’enregistre aucune trace de tuyère ou d’emplacement de tuyère, sinon l’excroissance d’un culot découvert dans le fond de la fosse 45 qui pourrait témoigner d’une arrivée d’air latérale. Il est plus difficile de conclure sur la fosse 79, mitoyenne, tronquée et arasée (diam. : env. 0,80 m). Le même type d’assemblage s’y retrouve, sauf les culots, certains ayant pu migrer vers d’autres lieux (notamment sur le premier niveau d’abandon du chemin [US 44.5] où l’on retrouve quelques scories éparses). Le pourcentage de micro-déchets métalliques y est beaucoup plus faible que dans la fosse US 45 : un lessivage est possible, vue l’hydromorphie des niveaux alentours.

233Enfin, si seul le secteur sud a livré cette catégorie de mobilier, celui-ci se répartit sur une grande amplitude stratigraphique et l’hypothèse qu’une autre forge ait été en usage dans ce périmètre entre la fin du IIe siècle et la fin du IVe siècle reste une possibilité. En effet, si les déchets associés à l’US 44.5 peuvent, peut-être, être rattachés au fonctionnement de la forge US 45/79, ceux insérés dans les US 44.8 et suivantes (fig. 193) relèvent d’un contexte différent situé plus à l’amont.

  • 19 Pour comparaison : histogramme dans Anderson et al. 2003 : 191, la majorité des culots de Châbles p (...)

234Les vestiges relevant du travail du fer dénotent une activité modeste en durée et en production. Les dimensions de la fosse US 45 (environ 1 m sur 1 m) supposeraient plutôt la fabrication de petites pièces. 23,405 kg de déchets, dont vingt-sept culots, ont été enregistrés sur l’ensemble du site (17,330 kg de déchets et vingt-quatre culots pour la fosse 45 seule). Le nombre important de culots de moins de 0,300 kg (poids estimés, soit environ 63 % de l’ensemble des culots), avec sept pièces de moins de 0,100 kg (soit un quart des calottes) témoigne d’un travail mettant en œuvre peu de matière19.

235Les profils sont très variables : dix culots ont une forme plutôt hémisphérique, treize autres sont plutôt plats, seuls quelques-uns sont en forme de bol, c’est-à-dire présentant une cavité au centre de la surface supérieure et un fond arrondi. Ils sont généralement de forme ovale plutôt que subcirculaire, parfois même rectangulaire. Leur plus grande dimension varie du simple au triple (de 5 à plus de 16 cm). Plus de la moitié des pièces présente un diamètre entre 6 et 9 cm ; un deuxième groupe se dessine autour de 11 et 12 cm. L’épaisseur (ou hauteur) varie de 1 (pour les plus plats) à 7 cm (hémisphériques). Un groupe important s’esquisse entre 2 et 4 cm (19 pièces, soit plus de 70 % du lot).

236Si on ajoute les fragments de culots ne formant pas NMI (rognons ou nodules), on peut estimer entre trente-six et quarante le nombre d’opérations de forgeage dans le même petit espace-atelier. Cette production a dû se dérouler sur un temps très court à l’échelle du site et sans doute intervenir à l’occasion d’une tranche de travail précise. La succession des combustions est en outre confirmée par l’étude anthracologique puisque le foyer US 45 rassemble, sur une surface réduite, dix essences de combustible différentes.

237• Aspects techniques

  • 20 Aucun culot n’a été coupé pour une analyse de sa composition stratigraphique.

238Parmi les déchets, gouttes, rognons, nodules et fragments irréguliers constituent une famille importante. Les matériaux présents sur ce site appartiennent en grande majorité à deux groupes : celui des scories argilo-sableuses et celui des scories grises denses, le matériau ferreux rouillé étant assez rare et plutôt présent à l’état de petites pièces ou encore comme participant – peu fréquemment a priori20 – à la composition des culots stratifiés.

239La faible quantité de matière ferreuse lourde et d’éléments corrodés indique une perte minimale de métal au feu, soit du fait de l’utilisation d’un métal propre, soit à cause de la mise en œuvre de quantité de matière assez faible. Le pourcentage élevé de culots à bourrelets argilo-sableux sur leur surface supérieure suppose l’ajout de sable en fin d’opération. Le forgeron a pu utiliser ce procédé pour souder deux pièces de fer à chaud.

240Les battitures en lamelles auraient été produites par du martelage à froid ou à faible température (corroyage, c’est-à-dire frappe du métal pour lui donner une plus grande compacité, par exemple dans le cas de recyclage de vieux outils usagés), alors que les plus rares battitures en billes auraient été produites par la soudure à haute température (soudage fer/acier ?) [Leblanc 2001 : 366 et suiv.].

241Quatorze chutes-tôle (épaisseur inférieure à 6 mm), de formes variables, généralement rectangulaires, rarement trapézoïdales ont été collectées ainsi que quatre chutes-barre, petites tiges de section rectangulaire (0,7 ou 0,8 cm de côté), de petite longueur (3 ou 5 cm). Trois pièces du même type, mais appointées, pourraient être des soies de préhension résiduelles de la fabrication de petits objets. À noter aussi la présence de six pièces informes, probablement des éclats de métal ou des chutes provenant d’un geste précis mais moins bien conservées que les autres. L’oxydation rend du reste difficile l’approche technique de toutes les chutes de fer (côté de la taille, de la coupe, traces d’outils, etc.). Peut-être peut-on associer à ce mobilier en fer l’objet pyramidal (US 44.5) qui pourrait être interprété comme un fragment de petit lingot ou une pointe de fer aciéré pour renforcer l’extrémité d’un pic destiné à travailler des roches dures (Guillot et al. 1995 : 509-524).

242Parmi les fragments de métal, il faut également signaler deux morceaux de plomb, une tige de 11,3 cm de long, de section rectangulaire (0,6 à 0,8 cm de côté) [US 45.3, en surface de la fosse 45] et un morceau de plaque déchiqueté (US 45.1, refus 2 mm, en fond de fosse).

243Enfin, l’étude des refus de tamis a révélé un grand nombre de micro-déchets difficilement interprétables. Le tri magnétique livre ainsi une multitude de fragments de métal informes, de minuscules morceaux de scorie magnétique (argilo-sableuse, entre autre), voire de petites pelottes de terre cuite réagissant à l’aimant.

  • 21 L’os ne contient pas, et de loin, autant d’azote que la corne, souvent utilisée dans la forge pour (...)

244Il est intéressant de noter la présence rémanente d’esquilles d’os, surtout des petits os plats fendus. La répartition de ces fragments est toutefois irrégulière sur l’ensemble de la fosse 45. Dans la fosse 79, les esquilles d’os longs fendus sont, pour la moitié, noircies, ce qui n’est pas le cas de la fosse 45. Il ne semble pas possible aujourd’hui de conclure sur l’usage de l’os dans une forge21 ; ces fragments ont pu s’insérer dans ce contexte métallurgique pour diverses raisons.

Des activités domestiques

245Le domaine de l’outillage est très peu représenté. En dehors de lames de couteaux brisées et des forces intactes déjà mentionnées, on note quelques outils très corrodés, disséminés dans divers contextes : une pointe de ciseau à bois (?), une lame de rabot (?), un élément en forme de croissant de lune (non effilé), une pointe d’outil non identifié (?), un perçoir (?), une douille, etc. Aucun de ces éléments n’est complet et les identifications restent incertaines. Si celles-ci étaient confirmées, elles orienteraient vers la menuiserie et la petite découpe, du bois entre autres.

246Le travail de mouture est représenté par sept petits fragments de meule en basalte dont cinq proviennent des fondations des pièces L et N de l’aile est. Un polissoir et un broyon ont également été collectés sur le secteur nord-ouest.

Le milieu et la faune

247Le réservoir d’études à visée environnementale est resté limité. En effet, les dépôts favorisant la conservation des restes ou les vestiges relevant d’activités agricoles sont peu nombreux. Il en est de même pour les ensembles de faune, de plus fragmentaires.

L’environnement
  • 22 Situation commune sur ce versant et dans tous les contextes où le substrat est largement oxydé. Com (...)
  • 23 I. Figueiral, étude postérieure à la rédaction du rapport de fouille et non reprographiée.

248Concernant les pollens, le substrat et ses dérivés, très oxydés, ont éliminé la plupart des restes22. Les dépôts suffisamment volumineux pour rendre crédible une interprétation des restes anthracologiques et carpologiques sont localisés dans l’espace ouvert situé entre les deux ailes est et ouest. Seuls huit contextes se sont révélés favorables (fig. 202). Parmi eux, sept sont des foyers datés entre la période augustéenne et le IIIe siècle. Un seul contexte est issu d’un remblai daté de l’Antiquité tardive. Enfin, aucune graine n’a été enregistrée23.

249• Un milieu diversifié et ouvert

250Six cent quatre-vingt-douze fragments de bois carbonisés représentant quinze essences ont été identifiés.

251« En raison de l’abondance de matériel dans quatre échantillons et dans un souci d’uniformité de résultats, un nombre de fragments identiques (115) a été analysé. Même si le diamètre des bois utilisés n’est pas mesurable, le rayon de courbure observé dans plusieurs fragments et les caractères des cernes de croissance semblent témoigner de l’utilisation à la fois de bois jeune (petites branches) et du bois mature (arbres de taille moyenne/grande). Dans l’ensemble, les essences identifiées peuvent être mises en rapport avec plusieurs milieux locaux, exploités pour le bois de feu :

  • un milieu forestier de plaine, représenté par les chênes à feuillage caduc, le frêne, le noisetier le hêtre et l’érable (association proche de l’actuelle chênaie-charmaie-hêtraie). Dès la période augustéenne, c’est le hêtre qui domine au détriment du chêne (four US 18 : 228 restes contre 161). Cette configuration reste effective sur l’ensemble des dépôts à l’exception d’un seul foyer où la présence du chêne dépasse les 80 %. Si le chêne reste la seconde espèce représentée en nombre de restes, il est ponctuellement concurrencé par le frêne et le noyer (respectivement 126 et 83 restes) ;

  • un milieu anthropisé : fruticées/haies à rosacées (rosacées maloidées) et genévrier et essences cultivées (noyer). La présence éventuelle du cyprès (foyer US 56) doit être reliée à ce milieu anthropisé. Il s’agit, en effet d’un arbre introduit et lié habituellement aux espaces funéraires ou du moins remarquables (Figueiral, Fabre, Bel, sous presse) ;

  • un groupement sylvatique d’atmosphère humide (bord de

    • 24 J. Argant précise que l’enregistrement régulier de ce taxon dans divers contextes de basse altitude (...)

    ruisseaux/rivières), avec le saule, l’orme et le frêne. Une seule essence, le sapin (essence de montagne), évoque un apport plus lointain (commerce du bois ?)24. »

252• Une inégale répartition des taxons selon les contextes

  • 25 Remarque d’I. Figueiral.

253Les associations de taxons éclairent certains aspects du fonctionnement des vestiges. Ceux associés aux foyers de l’état 2 sont peu diversifiés et signalent une activité ponctuelle avec une prédilection pour le noyer comme bois de combustion. Deux de ces foyers (US 31 et 46) bénéficient même d’un approvisionnement identique, majoritairement composé de noyer et de frêne. À l’opposé, les multiples phases d’utilisation de la forge déjà signalées par l’étude métallurgique sont illustrées par l’emploi d’essences variées, une diversification sans doute renforcée par l’ajout de charbons de bois lors des combustions25.

Fig. 202- La Citadelle, période 1 : étude anthracologique (étude : I. Figueirial).

254« À l’intérieur de chacun des 3 foyers dégagés, la liste taxinomique est très réduite (entre 3 et 5 taxons : hêtre, chêne, noyer, sapin puis genévrier, fruitiers indéterminés, peut-être cyprès). La richesse taxinomique de ce type d’aménagement est fonction d’une utilisation de courte durée (Badal Garcia 1992 ; Badal Garcia, Heinz 1991 ; Heinz 1990) et caractérise un dépôt rapide. Des résultats similaires sont obtenus dans le four 18.

255Un détail attire notre attention : les espèces dominantes dans deux des foyers (US 31 et 46 situés aux abords immédiats du chemin de desserte) sont précisément les mêmes – le frêne et le noyer. Ce fait n’est pas singulier en soi, si ce n’est par l’abondance du noyer, espèce cultivée, habituellement d’importance très secondaire dans les spectres anthracologiques. Les déchets de taille de cet arbre fruitier contribuent de façon majoritaire à l’alimentation de ces deux foyers. Il est aussi identifié dans le second cendrier du four 18.

  • 26 I. Figueiral, étude inédite.

256Dans l’aire de forge, par contre, dix essences sont mises en évidence. Aux taxons déjà cités s’ajoutent le bouleau (7,7 %) suivis d’espèces présentes de façon plus sporadique : l’érable, le noisetier, le peuplier, les rosacées (aubépine, etc.), le saule et l’orme. Les charbons analysés seraient le rejet de plusieurs charges de combustible. Rappelons que le travail de forge réclame habituellement l’utilisation du charbon de bois en tant que combustible, en raison de la température élevée nécessaire pour fondre les scories (1 150°-1 200°C) et de l’absence de fumée. Malheureusement, il nous est impossible de reconnaître si le combustible utilisé ici était le charbon de bois ou le bois frais. La diversité des essences identifiées témoignerait également de l’absence d’une sélection rigoureuse basée sur les qualités spécifiques du bois. Ce qui n’est pas surprenant, même si des exemples de sélection sont connus par ailleurs (Poirier, in Dabas, Dieudonné-Glad, Poirier 2002). Globalement, la sélection d’essences particulières ne s’impose pas dans l’alimentation des foyers domestiques et/ou artisanaux26. »

De la faune

257Les restes fauniques sont très dispersés et aucun dépotoir n’est mis en évidence pour les trois premiers siècles de notre ère. Les restes sont pourtant bien conservés et leur relative absence interroge quant à l’importance de l’apport carné dans la consommation. L’hypothèse d’une gestion des déchets dont la décharge peut s’effectuer loin des centres d’habitat est peut-être également à considérer. Il convient néanmoins de rappeler que les marges nord et ouest du site ont été largement sondées et qu’aucun dépotoir n’a été enregistré.

258« Les restes fauniques sont issus des comblements de structures en creux mais également de niveaux d’occupation ou de démolition Ils sont tellement erratiques, fragmentés et de petites dimensions qu’aucune étude spécifique ne peut être menée. Les ossements montrent une matière osseuse bien conservée et ne sont pas particulièrement altérés : les caractéristiques des lots sont donc proches de la réalité du dépôt.

  • 27 D. Lalaï, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007, annexe 5 : 38-42.

259Toutes les principales espèces domestiques sont représentées, notamment les taxons qui forment la triade classique du cheptel : bovins, ovicaprins et porcins. Leurs restes sont issus des différentes étapes de l’alimentation carnée : découpe bouchère et consommation proprement dite. Le cheval et/ou son hybride avec l’âne mais aussi le chien sont également attestés. La volaille est illustrée par le coq domestique. Les seuls animaux sauvages recensés correspondent à un rongeur indéterminé et à un crapaud mais il demeure impossible de savoir si leur présence est ou non intrusive27. »

2.4.1.3. Un site en mutation entre la fin du IIIe siècle et le IVe siècle (état 4)

260Bien que cette période amorce le déclin de l’établissement antique, de nouvelles constructions et certains réaménagements confirment que le site continue d’être occupé entre la fin du IIIe siècle et le IVe siècle (fig. 203).

Fig. 203- La Citadelle. Plan général des vestiges de la période 1 – état 4 (fin du IIIe et IVe siècles) [DAO : C. Coquidé].

Les prémices d’une déstructuration

261La structure de l’établissement antique est encore perceptible mais subit de profonds remaniements, notament sur l’aile est où de nouvelles constructions vont répondre à des besoins d’espaces supplémentaires. Le faciès de cette période charnière nous échappe pourtant en grande partie. En effet, l’érosion et le peu de mobilier disponible font que l’ampleur de ces réaménagements est resté difficile à évaluer.

Un nouvel équilibre sur l’aile ouest

262Alors que l’aile ouest et la pièce B sont sans doute encore en élévation, la pièce C, effondrée au cours du dernier tiers du IIIe siècle, disparaît.

263Le niveau de démolition de la pièce C (US 132) se compose au nord de mortier clair et de sable, matériaux sans doute liés à la récupération du muret et de la plateforme d’angle. Au sud, l’espace est colmaté par un limon brun hétérogène (US 16) mêlant des blocs de petits modules, des tegulae et du mortier (fig. 204). Le débord de la couche de démolition US 16 sur l’espace mitoyen sud indique qu’un mur au moins a été démantelé. À cet endroit, un niveau de tegulae brisées forme un tapis dense (US 151), prolongé à l’est par un sol caillouteux (US 170). Ce réaménagement soigné, témoigne d’un souci de stabilisation, sans doute lié à un lieu de passage.

264Ce nouvel espace apparemment non couvert relie l’aile ouest au bâtiment B du secteur nord. Il rééquilibre le bâti occidental composé à présent d’une suite d’édifices non mitoyens, soit du nord au sud, les pièces B, E, G et I. Leurs éventuelles modalités d’occupation restent pourtant hors de portée, aucun d’entre eux n’ayant conservé la moindre trace d’aménagement tardif.

Fig. 204- La Citadelle, période 1 – état 4 : effacement des espaces C et F (US 170/16), sol postérieur US 151 (sol US 172, toiture effondrée US 173 et remblai US 171 de l’état 3 en italique) [cliché : équipe de fouille].

La disparition progressive de l’aile est

265La façade occidentale de cette aile s’est affaissée et accueille de petits édifices sur solins (pièces P) dont l’ampleur au sol semble limitée (fig. 203). Ce bâti (fig. 205, 1) est adossé à ce qui a été le mur occidental de l’aile est (US 17) et prend appui sur un niveau de blocs et de mortier issu de son effondrement (US 122).

266En dépit d’une forte érosion, trois sections de solins restent lisibles (US 22, 94 et 121 : l. : 0,50-0,55 m ; ép. : 0,10-0,15 m) et deux d’entre elles forment un angle délimitant une surface minimum de 5 m sur 3,30 m. L’assemblage des blocs en arêtes de poisson est utilisé pour la première fois sur le site. Dans la villa de Bancillon, ce type de fondation n’apparaît qu’à partir du IIIe siècle.

Les dépotoirs et la cache d’objets

267La présence de deux dépotoirs (US 181 et US 44.8), absents des périodes précédentes, et d’une cache d’objets (US 123) traduit une gestion différente des déchets.

268Les dépotoirs, mis en place entre la fin du IIIe siècle et la première moitié du IVe siècle, restent des dépôts opportunistes qui ne relèvent pas d’une organisation particulière. Ainsi, la fosse US 181 (ancienne pièce F) livre-t-elle de nombreux éléments de faune. L’intégralité des restes, soit 139 – dont 88 resteront indéterminés –, a été prélevée. Ils révèlent la présence d’un cheptel varié associée à des espèces domestique et de basse-cour.

  • 28 D. Lalaï, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007, annexe 5 : 38-42.

269« Les taxons présents sont tous domestiques et, parmi ceux de la triade classique, les bovins sont les mieux représentés. Les porcins et surtout les ovicaprins apparaissent plus en retrait. Il en va de même si l’on se réfère au nombre minimum d’individus avec trois bovins adultes, un porcin juvénile d’environ 1 an et un ovicaprin adulte. Le coq domestique est attesté par un unique ossement de membre inférieur. L’espèce canine est représentée par 14 fragments probablement issus d’un même individu adulte28. »

Fig. 205- La Citadelle. 1 – période 1 – état 4 : nouveaux bâtiments sur l’aile est (pièces P de l’état 4) ; 2 – période 2 – état 1 : fossé US 124 et fossé/chemin creux US 16/98 (relevé : C. Plantevin, C. Vermeulen ; DAO : C. Coquidé).

270À 60 m de là vers le sud-est, un second dépotoir est mis en place dans une dénivelée qui signale encore l’emplacement du bassin colmaté et piège une épaisse colluvion (US 44.8) limoneuse brune, homogène et peu caillouteuse (fig. 193). Ce niveau reçoit près de 16 % du nombre global de fragments de céramiques et plus de 18 % des vases recueillis sur le secteur de l’aile est et de ses abords. Alors que ce lot est daté de la seconde moitié du IIIe siècle ou du début du IVe siècle, une monnaie émise entre 335 et 340 étend l’usage de ce dépotoir au milieu du IVe siècle.

271Plus de la moitié de cet ensemble se compose de clous de menuiserie et de tiges en fer (43) associés à un anneau, trois fragments de frette, un objet conique, neuf plaques en fer et une dizaine de barres de petites tailles. Sept fragments de verre translucides blanc ou vert proviennent également de ce contexte dont un fragment de vitre. Enfin, une branche de chêne (une branchette de 4 ans, coupée pendant la période dormante (automne/hiver) et un fragment brisé de planche en frêne sont identifiés lors de l’étude anthracologique.

272Une cache (US 123) est mise au jour contre la face orientale du mur ouest de l’établissement, entre les bâtiments B et E (fig. 200). Les objets métalliques ainsi mis à l’écart n’auront jamais été récupérés. Depuis la surface, cet enfouissement est signalé par une tegula placée de chant contre les assises du mur (fig. 206) et engagée de moitié dans la démolition US 151. Aucun creusement n’est visible alors que le dépôt se développe sur 0,60 m nord-sud et environ 0,50 m est-ouest. Il se compose d’éléments variés, parties utiles d’outils ou éléments de décor, probablement arrachés aux niveaux de démolition alentours et relevant de l’occupation antérieure (état 3).

Fig. 206- La Citadelle, période 1 – état 4 : tegula insérée contre le mur US 70 signalant l’emplacement de la cache d’objets US 123 (cliché : équipe de fouille).

2.4.2. L’EFFACEMENT DU SITE ANTIQUE A LA FIN DU IVe SIECLE (PERIODE 2)

  • 29 Il s’agit d’une fourchette assez large. L’extension de cette séquence chronologique est plus due à (...)

273À la fin du IVe siècle, un fossé (US 124) oblitère ce qui reste de l’aile orientale de La Citadelle (état 1). Cette structure linéaire se trouve, sous une autre forme, dans le prolongement de la palissade de même période qui prend en écharpe la villa de Bancillon plus au sud (fig. 207, 306 et fig. coul. 3). Ce vestige, ainsi qu’un chemin (US 98) qui reprend partiellement son tracé, formalisent un continuum spatial entre deux domaines qui avaient jusqu’alors cohabité. L’apparition d’un autre mode d’occupation du sol entre le Ve et les VIe -VIIe siècles va confirmer l’effacement du schéma originel de l’établissement antique et y surimposer un nouveau site (état 2)29.

2.4.2.1. De nouvelles limites au tournant des IVe-Ve siècles (état 1)

274Le fossé ( ?) US 124 apparaît au sud de l’emprise, à l’aplomb de l’ancienne voirie où il recoupe des niveaux du IVe siècle : son passage y est perturbé par le chemin US 98 présenté à la suite (fig. 193 : US 44.8). Rectiligne, l’US 124 (l. : 0,35 m ; prof. : 0,18 m) aborde ensuite l’aile est via l’accès qui existait entre les espaces L et M (fig. 205, 2). Ceci implique que des sections de murs sont encore partiellement en élévation, ou qu’une microtopographie témoigne de l’ancien passage. La fouille d’une section du vestige montre un profil plus ou moins aigu mais ne révèle aucune trace de poteau ni de calage. Une tige recourbée en allia ge cuivreux provient du comblement à cet endroit (fig. coul. 25, no 15 : L. : 40 mm ; ép. : 1,5 mm). La section en demi-jonc porte un décor de treillis sur la face externe ; l’une des extrémités est aplatie, l’autre est sectionnée. Le tracé traverse ensuite les pièces P, avant de quitter l’emprise en direction du nord-est, selon une orientation totalement divergente de celle de l’établissement antique.

Fig. 207- La Citadelle. Plan général des vestiges de la période 2 : fin du IVe siècle-VIe /VIIe siècles (DAO : C. Coquidé).

275Par la suite, un fossé et/ou un chemin creux (US 98) livrant un mobilier des IVe-Ve siècles aborde l’emprise à l’aplomb de la palissade, qu’il occulte en partie côté sud (fig. 205, 2). À cet endroit, son profil est évasé (l. 1,20 m ; prof. : 0,65 m) et son comblement, un limon argileux brun avec de nombreux petits blocs et du gravier, présente un aspect tassé. Il s’évase en bifurquant dans le sens de la pente (vers l’est) jusqu’à atteindre une largeur de 4 à 5 m sur la berme orientale. À cet endroit, le profil en cuvette accueille une chaussée (US 16 : ép. : 0,10 à 0,20 m) constituée d’un niveau dense de blocs et de fragments de tegulae (fig. 208). Un niveau argileux brun orangé très compact avec du charbon de bois colmate ce sol et le démobilise à l’amont. Par la suite, des limons bruns plus ou moins graveleux comblent l’ensemble du vestige sans qu’il soit possible d’en déceler l’origine, naturelle ou anthropique. La présence de lits discontinus de blocs calcaires plaide néanmoins en faveur de dépôts intentionnels visant occasionnellement à stabiliser le passage.

2.4.2.2. Une autre occupation du sol entre le Ve et les VIe-VIIe siècles (état 2)

276Cette occupation constitue le dernier avatar du site. Les vestiges des Ve et VIIe siècles se superposent aux secteurs nord et ouest de l’établissement dont ils remploient certains bâtiments. Une nouvelle construction et une ligne de foyers illustrent la vitalité de cette nouvelle occupation. La clôture sud est reconstruite tandis que l’aile orientale disparaît. Vestiges et études paléo-environnementales confirment que des mutations majeures ont eu lieu.

L’héritage antique

  • 30 Remarques d’O. Franc.

277Si l’état du bâti antique est largement méconnu, il semble que l’aile ouest reste un marqueur fort du paysage. Un bord en bandeau prélevé au sein des derniers radiers (US 1) du chemin qui longe le bâtiment (B) le plus au nord indique que cette desserte est toujours en usage (fig. 209). Le mur de clôture sud (US 89), dont la maçonnerie livre un tesson médiéval, témoigne d’au moins une phase de reconstruction. Moins large que l’élévation précédente, le mur US 89 (H. cons. : 0,35 m ; l. : 0,55 m), prend assise sur la fondation antique (fig. 210). Ses parements intègrent des blocs de grès, un matériau jusqu’alors inusité et portant ici d’indéniables traces de chauffe. Cet emploi dénote une nouvelle source d’approvisionnement dont l’origine pourrait se situer à proximité, à 1 km à l’ouest30. Cette réfection est renforcée par un solide contrefort (US 143), contrebutant des poussées sud-nord, ou signalant un accès dont l’extension orientale a été détruite lors de travaux récents.

Fig. 208- La Citadelle, période 2 – état 1 : chemin creux US 16 et fossé ( ?) US 98 dans la berme est (cliché : équipe de fouille).

Fig. 209- La Citadelle, période 2 – état 2 : chemin US 1 au nord du bâtiment B et chemin médiéval/moderne US 105 (cliché : équipe de fouille).

Un nouveau bâtiment

  • 31 Cet espace a été perturbé du côté oriental par la pose des nouveaux réseaux d’assainissement et les (...)

278Un nouvel édifice (K) apparaît au sud, dans un espace laissé vacant pendant les siècles précédents31 (fig. 207). Il s’implante sur des remblais et des colluvions datés de la fin du IVe siècle ou du Ve siècle (US 44/61). Son plan (fig. 211) se décompose en une pièce principale longue de 6,60 m prolongée sur 2 m par un avant corps côté nord (fig. 212). La largeur conservée minimum est de 2,50 m, soit une surface totale de 21,50 m2 au plus court. L’édifice K montre certains points communs avec le bâti antique. Ainsi la partition en deux pièces, un espace principal desservi par une avant salle, rappelle la disposition de la pièce G. De même, le surcreusement amont visant à rétablir un plan de circulation, fréquemment mentionné lors des siècles précédents, est également en usage ici.

279Pourtant, il existe plus de divergences que de convergences. Outre l’axe de l’implantation du bâti, nettement décalé à l’ouest, le module diffère notablement de ceux de l’établissement antique. Quelle que soit la largeur de K, il apparaît en effet que son avant-pièce est beaucoup plus étroite que celle du bâtiment G. Concernant la structure du bâti, et contrairement à ce qui a été observé auparavant, les matériaux utilisés sont majoritairement des remplois dont la mise en place relativement régulière alterne à-plats et pose oblique (blocs hétérométriques, tegulae fragmentées, blocs de béton hydraulique, etc.). Cette utilisation massive de matériaux de récupération a en revanche été observée sur d’autres maçonneries médiévales de l’habitat rural régional (Faure-Boucharlat [dir.] 2001 : 88).

280Le côté ouest de l’avant-corps livre en outre la trace de deux poteaux figurant le chambranle d’un accès dont le seuil est formé par un à-plat de blocs calcaires. Cette configuration n’est pas observée lors des siècles précédents alors qu’à Château-Gaillard (Le Recourbe), dans l’afin, les bâtiments datés du haut moyen Âge présentent fréquemment un accès latéral, parfois même positionné, comme ici, sur une avant-pièce (Vicherd 2001 : 200-205).

281Le feu qui semble être à l’origine de l’abandon de l’édifice a fossilisé un niveau de sol charbonneux (US 178) livrant un mobilier daté des Ve-VIIe siècles. sur les angles, l’accumulation de blocs en terre cuite, de brandons et de limon jaune signale l’effondrement d’élévations en matériaux périssables.

282À l’extérieur, côté amont, une colluvion caillouteuse brune s’appuie d’abord contre l’édifice avant de le recouvrir (US 35). Ce dépôt, auquel se mêlent de nombreux petits fragments calcaires, des céramiques antiques résiduelles et un mobilier des Ve-VIIe siècles, ne livre que peu de fragments de tegulae, cette lacune signalant sans doute la disparition progressive de l’usage de ce matériau.

Fig. 210- La Citadelle, période 2 – état 2 : reconstruction du mur sud de l’établissement (US 89 et 143) [cliché : équipe de fouille].

Fig. 211- La Citadelle, période 2 – état 2 : bâtiment K (relevé : E. Bayen ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

Fig. 212- La Citadelle, période 2 – état 2 : vue vers le nord du bâtiment K (cliché : équipe de fouille).

  • 32 Ch. Cécillon, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007, annexe 9 : 131-133.

283Au sommet de l’US 35, une palissade est-ouest se connecte au mur occidental à mi longueur (US 86) et une monnaie antique percée, regravée de signes cursifs32, témoignent d’un environnement qui nous échappe.

Un alignement de larges foyers

284Une ligne de trois, voire quatre, foyers a été mise au jour en façade de l’aile ouest (fig. 207). Exceptionnellement protégés par la ligne du bâti située immédiatement à l’amont, ces vestiges semblent avoir peu souffert de l’érosion. Pourtant, en dépit de conditions de conservation exceptionnelles pour la période, leur fonctionnement va poser question.

La mise en place des foyers

285Trois foyers (US 76, 28 et 27), de plan rectangulaire, présentent des longueurs variant de 2 à 3 m pour des largeurs de 1,50 à 2,40 m (fig. 213 et 214). Ce module qui excède de beaucoup celui des foyers domestiques n’avait jamais été observé auparavant sur le site.

286Ces structures de combustion légèrement excavées ne sont pas équidistantes mais s’alignent sur un même axe nord-sud, 1 à 2 m à l’aval du bâti antique de l’aile ouest. Les modalités de leur mise en place sont identiques et révèlent un usage apparemment unique puisque, pour chacune, une seule sole est mise en évidence. Le profil plus accentué de l’US 27 permet de dissocier les différents éléments constituant le foyer.

  • 33 M. Cabanis, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007, annexe 10 : 134-138.

287Des matériaux fragmentés (un élément calcaire plat, une tegula, une brique, un tubulus et une brique ronde) sont d’abord disposés sur le pourtour de la structure et assurent le soutien du combustible (fig. 214). La partie occidentale, qui conserve le plus fort volume de bois, a été peu indurée mais les brandons y sont particulièrement bien conservés. À cet endroit et ailleurs, l’analyse anthracologique confirme l’usage de bois secs de forts modules sans pouvoir dissocier s’il s’agit d’un bois d’œuvre récupéré ou d’un simple bois de combustion : « … l’utilisation de bois à fort calibre et séchés avant leur carbonisation pour les deux essences majoritaires (chêne à feuilles caduques puis érable) nous amène à évoquer plusieurs hypothèses : pour l’érable : objet, bois d’œuvre ou un bois de feu ; pour le chêne : bois de charpente carbonisé ou bois de feu stocké pour une meilleure combustion33. »

288Sur les trois structures, la sole est irrégulièrement rubéfiée et partiellement recouverte de charbon de bois, parfois de cendres. Le premier comblement d’abandon est un limon brun foncé à noir mêlé à un cailloutis calcaire assez dense. Certains blocs ont été thermofractés, d’autres pas, ce qui présume d’un dépôt immédiatement postérieur à la phase de combustion alors que les pierres sont encore chaudes. Sur le foyer 76, trois amas se distinguent du cailloutis d’ensemble. Le plus dense est circulaire et situé sur l’angle nord-est. Il montre un profil concave dont le diamètre pourrait correspondre à celui d’un vase (fig. 213).

  • 34 A. Horry, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007 : 59.

289Un mobilier fragmenté varié s’insère à tous les niveaux (céramique, verre, petits clous). Certains éléments sont en effet brûlés, d’autres pas, les deux états étant parfois constatés sur un même vase. On distingue en outre une pierre à aiguiser, l’unique tesselle (bleue) enregistrée sur le site ainsi que la présence de verreries (2 fragments de coupe en verre opaque bleu et une coupelle en verre translucide décorée de filets blancs datée des Ve-VIIIe siècles)34.

290Au nord, un quatrième foyer (US 23) s’aligne avec les précédents mais montre une structure quelque peu différente. L’arasement du vestige et l’absence de mobilier fragilisent en outre le phasage de cette structure. L’US 23 se compose en effet de deux aires de combustion de 2 m de long sur 1,20 m de large (ou d’une seule longue de plus de 4 m) et révèlent deux épisodes de combustion.

Les restes carbonisés et la faune

291Le faible nombre de restes carpologiques semble exclure une activité de grillage des céréales (fig. 215). Un fragment de galette carbonisée dans le foyer US 28 et une forte concentration de graines de lin (591 grains entiers) dans l’angle nord-est du foyer US 27 signalent néanmoins la proximité (accidentelle ?) de produits alimentaires. Le lin, vraisemblablement contenu dans un réceptacle en matériau périssable, est par ailleurs un taxon absent des autres prélèvements étudiés.

292Si aucune trace d’ossement humain n’est relevée, une grande attention a été portée aux vestiges fauniques. Ils sont très fragmentés et témoignent de rejets alimentaires.

  • 35 D. Lalaï, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007, annexe 5 : 38-42.

293« Ces structures ont livré assez peu de témoins squelettiques animaux, particulièrement l’US 28 où aucun reste déterminé n’est présent. Les vestiges sont le plus souvent des fragments osseux de petite à très petite taille. Il s’avère que ces vestiges s’intègrent tout à fait à la catégorie des déchets de l’alimentation carnée et ce que ce soit sur le plan spécifique ou anatomique. L’exposition au feu plus ou moins intense des restes (voire son absence) pourrait simplement résulter de leurs rejets aléatoires dans ces vastes foyers. Il faut cependant garder à l’esprit qu’il est parfois très difficile dans certains contextes archéologiques, notamment antiques où des pratiques rituelles font intervenir une participation animale, de distinguer celle-ci sous forme d’offrandes alimentaires, d’une contribution classique à la consommation carnée35. »

Une interprétation en suspens

294L’usage qui était fait de ces foyers, dont la contemporanéité ne peut être confirmée, reste méconnu. Le module imposant de chaque aire de combustion, la combustion presque systématique de bois sec de fort calibre et l’absence de trace de curage semblent éloigner l’hypothèse de foyers domestiques à usage quotidien. L’étude carpologique conduit à réfuter toutes fonctions liées au grillage mais signale la combustion d’un sac ( ?) de graines de lin et d’une galette. L’absence de restes humains tend à éloigner l’hypothèse de protocoles liés à la crémation d’un corps, sans rejeter d’autres formes de rituels communautaires, religieux ou commémoratifs.

295En effet, un aménagement permettant la stabilisation d’un contenant (US 76), un morceau de galette (US 28) et des éléments de faune très fragmentés, plus ou moins carbonisés, confirment pour le moins la préparation ou la consommation d’aliments. Il est en revanche difficile de juger du caractère aléatoire ou intentionnel du dépôt de fragments de verre antique bleuté et d’une coupelle alto-médiévale (un mobilier par ailleurs peu fréquent).

Fig. 213- La Citadelle, période 2 – état 2 : niveaux d’utilisation des larges foyers quadrangulaires alignés sur l’aile est (relevé : A. Frécon, M. Guyon ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

Fig. 214- La Citadelle, période 2 – état 2 : niveau de combustion du foyer quadrangulaire US 27 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 215- La Citadelle, période 2 – état 2 : résultats de l’étude anthracologique et carpologique sur les foyers (étude : M. Cabanis ; DAO : C. Coquidé).

296Un foyer presque identique, quoique moins rubéfié, et daté de la même période est mis au jour entre La Citadelle et le Bancillon. De tels foyers trouvent, à ce jour, peu de comparaison en dehors du contexte ansois. Quelques fosses peu profondes et de grandes tailles (jusqu’à 3,25 m de côté) ont été identifiées à des foyers associés à des silos à Bény Garavand (Ain). Leur disposition aléatoire et leur datation plus tardive (Moyen Âge central) les éloignent toutefois quelque peu de notre propos (Motte 2001 : 134).

L’environnement de la fin du IVe siècle aux Ve-VIIe siècles

  • 36 M. Cabanis, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007, annexe 10 : 134-138

297L’étude des paléo-restes permet d’aborder l’environnement et les productions au tout début du Moyen Âge. Les résultats confirment que l’emprise de l’homme sur ce territoire ne s’est pas démentie. « On note une mosaïque paysagère [qui] forme plusieurs unités : une chênaie ouverte avec des haies et des lisières, des champs de blé, une fruiticulture possible : vigne, noyers, noisetiers36. »

Une chênaie ouverte

298Un seul vestige, le foyer US 27, a bénéficié d’une étude anthracologique. 220 restes de bois carbonisés ont été dénombrés et ont livré un spectre moins étendu que celui des périodes antiques (fig. 215). Toutefois, l’absence de points de comparaison amoindrit la validité des conclusions ci-après. D’après la répartition des taxons, la chênaie reprend ses droits, suivie de l’érable (avec respectivement 127 et 87 restes). Le prunellier et l’orme sont moins fréquents et le hêtre n’apparaît pas.

  • 37 M. Cabanis, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007, annexe 10 : 134-138

299« Ces essences poussent essentiellement aux étages collinéens. La chênaie mésophile présente probablement aux alentours du site est ouverte. Le chêne à feuillage caduc vit dans les bois clairs, friches, coteaux. Cette essence est héliophile. L’érable champêtre est un arbre poussant dans les bois, lisières forestières et forêts ouvertes. L’orme, espèce également héliophile, pousse dans les haies, les forêts ripicoles, les chênaies pédonculées. Le prunellier est issu principalement de haies et de fruticées ou du cortège de la chênaie. Des taxons de plantes rudérales, chénopode blanc, grande oseille, polygonacées, indiquent une pression anthropique très forte37. »

Une céréaliculture tournée vers le blé

300Les foyers US 27 et 28 livrent respectivement 796 et 25 restes carpologiques (le foyer US 27 rassemble encore 196 restes après le retrait des 591 graines de lin carbonisées) [fig. 215].

  • 38 M. Cabanis, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007, annexe 10 : 134-138

301« Par le nombre de semences carbonisées de blé amidonnier et de blé en grain dans l’US 27 (74 restes), l’hypothèse de la culture du blé aux environs du site peut être évoquée. Les 5 graines de lentille en équivalent entier et les 5 pépins de raisins cultivés nous amènent à plus de prudence quant à leur culture locale. Concernant les fruits secs, nous avons des occurrences de noisetier et de noix38. »

302On remarque également les restes de céréales non identifiés (43), de millet (8), d’avoine (1) et de diverses légumineuses (Fabaceae [27], dont des lentilles [6] et de la vesce [2]). L’orge, une occurrence majeure de la période antique, n’apparaît pas.

De la faune
  • 39 D. Lalaï, in Rapport Coquidé, Bonnet, Bayen 2007, annexe 5 : 38-42.

303Le potentiel des lots fauniques de la période alto-médiévale n’est pas plus élevé que ne l’était celui de la période antique. Les seuls restes présents ont été mis au jour, sous forme d’esquilles, dans les trois foyers alignés. « Dans l’US 27, la plus riche, les restes de porcins sont majoritaires. On note également mais dans une moindre mesure des ovicaprins, un coq et un coquillage marin dont rien ne permet d’attester la consommation39. »

2.4.3. L’ÉVOLUTION D’UN ÉTABLISSEMENT ATYPIQUE, DE LA FIN DU Ier SIÈCLE AV. J.-C. AUX VIe-VIIe SIÈCLES

304Quelle que soit la période, le site échappe à toute typologie et son identification reste malaisée. Pour les trois premiers siècles ap. J.-C., l’hypothèse d’un établissement adossé à une voie majeure est avancée. Son déclin, à partir de la fin du IIIe siècle, précède d’un siècle une nouvelle façon d’occuper l’espace.

2.4.3.1. Un établissement antique adossé à une voie majeure

305L’établissement qui apparaît une à deux décennies avant notre ère se décline en trois secteurs distincts dont le IIe siècle livre l’état le plus abouti. Le plus ancien, densément bâti, fait face au sud à un espace ouvert encadré de deux ailes, un site qu’un premier regard identifie inévitablement à une villa, un établissement de production organisé en une pars urbana et une pars rustica. Un examen plus approfondi conduit à nuancer cette interprétation alors que l’évolution tardo-antique puis alto-médiévale du site efface peu à peu le schéma original.

Le site des Ier et IIIe siècles

Une villa ? Un problème de taille
  • 40 Sur la question de la taille des établissements de type villa dans la région, voir plus loin p. 251

306Quelle identification proposer pour cet établissement ? En dépit d’un plan équilibré et de facture antique, ses dimensions sont en effet fort modestes. Ainsi, si l’on prolonge les lignes majeures du bâti telles qu’elles sont perçues au gré des décapages, on obtient un quadrilatère de 76 m de long sur 54 m de large, soit un établissement dont la surface n’atteint pas le demi-hectare (4104 m2) [fig. 216 et fig. coul. 22]. En Rhône-Alpes, dans les départements du Rhône, de l’Ain et de l’Isère, les quelques villae dont les plans sont suffisamment complets se développent sur environ deux hectares, secteurs résidentiel et économique confondus. C’est d’ailleurs le cas de la villa de Bancillon, localisée à 80 m vers le sud40.

307À titre de comparaison, dans la Plaine de France, une assiette inférieure au demi-hectare est associée à une exploitation agricole de petite taille composée d’au moins un édifice construit « en dur » et implanté au sein d’un enclos fossoyé (Ouzoulias, Van Ossel 2009 : 114-116). Chez les Bituriges Cubi, cette superficie est placée au niveau 4, soit celui des fermes grandes à moyennes dont le plan masse ne livre, en moyenne, que deux à trois bâtiments sur fondations (Gandini 2008 : annexes IX et XI).

308Des sites de profils et de tailles similaires à celui de La Citadelle ont en revanche été fouillés aux abords de Reims. Les établissements de Cernay-lès-Reims, Les Petits-Didris et La Pelle-à-Four, de respectivement 3 600 m2 et 6 000 m2, ont été identifiés à des sites de production, notamment tournés vers la fruiticulture (Koelher 2003). Dans l’hypothèse où les décapages révèlent bien l’organisation générale de chaque établissement, une comparaison avec le site ansois est pertinente. En effet, les bâtiments de Cernay-lès-Reims sont majoritairement construits sur fondation et s’organisent également autour d’un espace central. Ces exploitations profitent également de la proximité de Reims et de celle de la voie Reims-Trèves.

309De même, le site ansois correspond, tant en superficie (de 1 000 à 10 000 m2) qu’en organisation générale (un plan centré), au type ER2 des occupations rurales de Nord-Bourgogne (Nouvel 2009 : 368-370 et 380). La ventilation des sites bénéficie d’ailleurs largement à cette catégorie (74 % des entités, soit 337 sur 1281) dont la production semble se tourner vers l’agriculture et l’élevage, et où la partie résidentielle se distingue par un mode de construction plus élaboré. Seule une quinzaine de sites de type ER2 ayant été fouillée ou sondée, il reste probable que cette catégorie rassemble également des occupations de profils et de fonctions différents.

  • 41 Nous remercions particulièrement Daniel Barthélemy (Inrap) de sa cordiale collaboration.

310Le Val de Saône cristallise d’ailleurs un grand nombre de sites ruraux dont l’assiette atteint difficilement le demi-hectare (Barthélémy 197941), et, plus récemment, à Mâcon (ZAC du Grand sud, tranches 2/4 : Rapport Tisserand 2008) ou à Crêches-sur-Saône (les Sablons : Rapport Lhomme et al. 2008). Mais il s’agit de découvertes anciennes, de sauvetages urgents ou de diagnostics où l’organisation du bâti reste souvent inconnue.

Fig. 216- La Citadelle. Proposition de lecture synthétique de l’établissement aux IIe et IIIe siècles (DAO : C. Coquidé).

311Cette difficulté à déterminer un site en fonction de sa taille et de son degré de confort est d’ailleurs exprimée en pays arverne par l’usage de périphrases telles que « petite villa » ou site « à la transition entre petite villa et ferme » (Dousteyssier, Trément 2006-2007).

Une interprétation peu aisée

312Il semble ainsi que le site corresponde à une catégorie – les établissements de taille largement inférieure à l’hectare – relativement bien représentée et dont le faciès « gallo-romain » pourrait être, selon les régions, plus ou moins affirmé. Plus que la taille ou la technique de construction, nos difficultés à assimiler clairement le site à une villa, ou plus probablement à un établissement de production plus modeste de type ferme, sont d’un autre ordre.

313Le bâti mis au jour révèle en effet des profils apparemment peu adaptés au stockage ou à la transformation des denrées, à l’exception notable de l’angle nord-ouest du secteur nord (stockage et/ou traitement des céréales [blé ou orge], modestes bassins de décantation/fermentation ?…).

314D’une manière générale, peu de données plaident en faveur d’un établissement tourné vers la production ou la transformation. On n’enregistre aucun carpo-reste ou élément d’outil, en dehors d’une paire de forces et d’éventuels petits outils de découpe. L’activité de forge, de courte durée, est fort modeste et ne peut assumer que des réparations légères, ou répondre à une demande particulière lors d’une phase de reconstruction. Mais peut-être s’agit-il ici d’un biais de lecture lié à la disparition des macro-restes.

315Le profil de chacune des ailes ouvrent sur d’autres questionnements. L’aile ouest se compose de trois bâtiments équidistants, construits sur podium et mis en exergue au plus haut du versant à cet endroit. Cette configuration semble peu propice aux allées et venues et à la manutention induites par la fréquentation des lieux de stockage ou de transformation. Sur l’aile est, les espaces sont desservis par une chaussée caillouteuse qui relie l’aile nord à l’accès sud de l’établissement. Ces pièces, mitoyennes, larges et/ou pentues, forment une suite de cours relativement peu érodées, de surfaces variées et sans aménagement particulier. Une zone de stockage de produits ou de matériel relativement peu fragile y est envisageable. Cette distribution des espaces reste sans comparaison à ce jour et on y perçoit mal la place que pouvaient y prendre d’éventuelles infrastructures agraires.

316Un autre trait original de l’occupation est son association à un réseau linéaire de grande portée, fossés, murs ou palissades, commun avec la villa du Bancillon située 80 m au sud, à ceci près que celui-ci forme la limite orientale de l’établissement alors qu’il longe la villa côté est sans interférer. Ce réseau, qui structure le paysage sur 170 m de long au minimum, n’est pas repéré quelques 100 m plus au nord et semble avoir eu pour fonction de séparer les sites du Val de Saône côté versant et la voie majeure.

317L’organisation du bâti, le lien privilégié au Val de Saône et la concurrence directe de la villa de Bancillon permettent de glisser de l’hypothèse d’une villa ou ferme, vers celle d’un établissement lié à la circulation des biens et des personnes : un lieu d’échanges ou un relais routier, ce terme étant pris dans son acception la plus large et sans souci de statut. Il est en effet rassurant de ne pas devoir entrer dans le débat récurrent autour de la transcription des terminologies latines (mutatio, mansio, cursus publicus) pour se concentrer ici sur des données qui nous sont accessibles, celles du terrain (Crogiez-Pétrequin 2009). Un établissement « ferme et auberge » montre quelques points communs avec celui de La Citadelle, à Aspiran, Soumaltre (Hérault), en bordure de voie et dans un environnement également partagé (atelier de potier et de tuilier, nécropole…) [Thernot, Bel, Mauné 2004 : 70, 364].

Des activités de production confinées au nord

318Une fonction commerciale ou d’échange n’exclut pas la polyvalence et la présence d’une activité de production, fut-elle limitée au traitement de produits utilisés ou échangés. Les aménagements témoignant éventuellement de l’existence de telles activités sont toutes reléguées, en l’état des décapages, dans le quart nord-ouest de l’établissement.

319Ainsi, l’activité associée aux bassins A8 et A10 de l’état 2, puis aux plateformes et fosse de la pièce C ou au mécanisme inconnu du bâtiment B lors de l’état 3, reste très mal perçue. Si la présence de raisin dès la période augustéenne rend plausible l’interprétation viticole, il est probable que cette lecture soit, pour tout ou partie, à revoir, et que d’autres types de production n’aient pas été perçus. Considérant alors l’hypothèse d’une brasserie (Laubenheimer, Ouzoulias, Van Ossel 2003), tout au plus pourrait-on imaginer une fonction de trempage pour les petits bassins des pièces A, ou de stockage et de germination pour le large bâtiment B. Mais la chaîne opératoire semble bien lacunaire et aucune interprétation n’est, ici, réellement convaincante.

320Quoi qu’il en soit, la structure et le confinement du solide bâtiment B dans l’angle nord-ouest de l’établissement restent remarquables. Sa première configuration est sans doute à lire en relation avec l’aménagement massif non identifié qui y tenait place. La pièce, peu ventilée puisque partiellement encaissée au nord et à l’ouest, semble peu propice au stockage de denrées périssables alors que son accès nord, surélevé et ouvert vers l’espace agraire, est inaccessible pour un cheptel et mal aisé pour la manutention de lourdes charges.

321La présence de céréales en grande quantité y est pourtant attestée, soit en lien avec le fonctionnement du mécanisme signalé précédemment, soit suite à son démantèlement. Ces récoltes sont-elles locales ou s’agit-il de la collecte de différentes productions ? La présence des différentes composantes de la plante (glumes mais aussi tiges et feuilles) plaide en faveur de la première hypothèse. Les usages liés à cette céréale qui fournit fourrage, litière, farine ou bière s’intègrent d’ailleurs facilement au fonctionnement d’un établissement quel qu’il soit, voire participent aux échanges et au commerce.

2.4.3.2. L’occupation tardo-antique et alto-médiévale

Une destructuration en deux temps

322L’établissement antique connaît une période de déclin vers le troisième quart du IIIe siècle (fig. 203). La suppression d’espaces en fonction depuis le Ier siècle (pièce C) ou l’évolution de l’aile est (la cour L accueille quelques fragiles bâtiments) transforment notablement le schéma originel de l’établissement. Bien qu’il soit peu probable que de telles modifications n’aient eu aucune conséquence sur les fonctions et les ressources du site, les reconstructions (de surfaces modestes) et les réaménagements confirment la pérennité d’une occupation dont l’ampleur reste mal perçue.

323À la fin du IVe siècle, un fossé puis une palissade prennent en écharpe les deux établissements et signent un remembrement foncier de grande ampleur (fig. 207). L’aile est de La Citadelle a totalement disparu alors que l’orientation de ce tracé diverge totalement de celle des sites antiques et conforte l’impression qu’une évolution majeure dans l’occupation du sol a bien eu lieu. Le fonctionnement du site au cours des Ve-VIe ou VIIe siècles nous échappe et on distingue mal les secteurs d’habitat de ceux dédiés aux activités agraires. L’occupation se cristallise autour du bâti antique de l’aile ouest et sur l’espace central. Un nouvel édifice est construit au sud, illustrant un besoin d’espaces bâtis supplémentaires. Dans le même laps de temps, on constate l’apparition de vestiges dont on note l’originalité (empierrements localisés, larges foyers alignés). Cette nouvelle implantation qui occupe également l’espace intermédiaire vers Bancillon, autrefois vacant, voit la reconstruction du mur de clôture sud, signalant que la distinction La Citadelle/Bancillon reste active sous une forme ou sous une autre. La production agricole, encore céréalière, se diversifie grâce à la culture des légumineuses.

Une ruralisation acquise dès l’époque carolingienne

324L’occupation alto-médiévale du lieu disparaît probablement avant le VIIe siècle. Un nappage caillouteux mobilisant de nombreuses terres cuites, de petits blocs calcaires ainsi qu’un mobilier daté des Ve-VIe siècles colmate alors les moignons de murs qui subsistent encore côté est (US 61). Les élévations de la pièce B survivent à la période médiévale, servant d’appui à un chemin côté amont (fig. 209, US 105). Des traces de labour y sont relevées intra-muros, au pied des murs de l’angle nord-ouest dont les parements sont conservés sur près d’un mètre de hauteur et affleurent encore lors du décapage (fig. 217).

Fig. 217- La Citadelle. Traces de labour dans l’angle nord-ouest du bâtiment B au Moyen Âge (cliché : équipe de fouille).

2.5. ANSE, LA VILLA DE BANCILLON42 (C. Coquidé, C. Ramponi, S. Nourissat avec des contributions de Chr. Bonnet, A. Bouchette, C. Cécillon, I. Figueiral, O. Franc, C. Galtier, J.-L. Gisclon, M. Goy, A. Horry, D. Lalaï, J.-M. Lurol, A. Rébiscoul)

  • 42 Les diagnostics et les fouilles (Inrap) ont été menés avec la participation de G. Ayala (RO), E. Ba (...)

325La villa de Bancillon (fig. coul. 2, site ANS. 11) apparaît une à deux décennies avant notre ère et perdure jusqu’au IVe siècle (période 1). Une nouvelle occupation dont les cadres débordent des limites initiales de l’établissement antique prend place entre les Ve et VIe siècles (période 2) et se poursuit hors des limites chronologiques de cette publication. La dernière partie de ce dossier, synthétique, tentera de rattacher la villa puis le site alto-médiéval à un faciès régional, avant de mettre en perspective l’évolution des pratiques agraires.

2.5.1. PERIODE 1 : LA VILLA DE 20-10 AV. J.-C. AU IVe SIECLE AP. J.-C

326Le site s’étage à flanc de versant (fig. 218, 219 et fig. coul. 26), face au Val de Saône (fig. 220), entre les cotes 198/201 et 182 m d’altitude, sur une longueur d’environ 225 m nord-sud pour environ 100 m d’est en ouest, soit sur une surface totale de 22 500 m2. Le suivi archéologique des aménagements ansois depuis 2007 a abouti à l’étude d’un tiers de l’établissement, sans écart notable de moyens. Sept opérations de sondages ont permis de cerner un seul et même établissement, d’en préciser les modalités d’implantation, les limites et les principales caractéristiques. Parmi elles, seules deux des quatre emprises livrant des vestiges ont été fouillées (secteurs 3 et 4), l’évaluation des deux autres ayant été suivie d’une modification du projet d’aménagement (secteurs 1 et 2).

327La lecture conjointe de ces travaux permet de restituer un secteur densément bâti sur la pente (fig. 218). Celui-ci associe une zone résidentielle et ses annexes au sud (secteur 1) prolongée au nord par des suites d’espaces dont la vocation paraît plus technique (secteurs 2 et 3). Plus bas sur la pente, au nord-est (secteur 4), divers bâtiments non mitoyens semblent dédiés à des activités agraires et/ou artisanales.

2.5.1.1. Secteur 1 : un secteur résidentiel en terrasse au sud (états 2 à 4)

  • 43 Sondages : Rapports Ayala 2008 ; Frascone, Frécon, Vachon 2007 ; Lurol 2008 ; Nourissat, Franc 2009 (...)

328La présence d’un riche habitat au « Bancillon » était pressentie au moins depuis 1846 (Peyré Mélanges : 469-470), date à laquelle une mosaïque y est mise au jour. Presque 120 ans plus tard en 1965, des travaux pour la construction d’une maison individuelle sur le terrain Chabert, redécouvrent, semble t-il, dans la même parcelle, d’importantes structures immobilières (murs, sols de béton et tuileau, mosaïque, etc.) [Perraud 1968 : 41-43 ; Leglay 1968 : 578 ; Faure-Brac 2006 : 145]. Les premières opérations de sondages d’archéologie préventive, réalisées dans les années 2000, à proximité, vers le sud et l’ouest, ne livrent aucun vestige43. En 2007, de nouveaux sondages mettent à nouveau au jour l’établissement, toujours sur la parcelle Chabert (Rapport Ramponi 2007a et b). Cette dernière opération permet d’explorer un espace de 5 525 m ² (env. 80 x 70 m) et vient conforter les observations faites en 1965, tout en apportant des précisions sur le bâti et son implantation sur la pente.

Fig. 218- Anse, Bancillon. Plan général et localisation des secteurs de la villa (levées topographiques : S. Couteau, V. Vachon ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé, Cl. Marcellin).

Fig. 219 - Anse, Bancillon. Profil du versant et développement stratigraphique dans le secteur 4 (relevés : C. Coquidé ; DAO : C. Coquidé, M. Lagrange)

  • 44 C’est la mise en place de ce réseau qui est à l’origine de la redécouverte du site en 1965.

329L’opération de sondage a été réalisée dans le but de cerner l’emprise des vestiges, de les dater et d’évaluer l’ampleur de la stratigraphie, sans pour autant être trop destructrice. Techniquement, elle a été contrainte par la forte pente, la profondeur inégale de la stratigraphie (de 0,40 m à plus de 2 m), la densité des constructions, ainsi que par l’emprise d’un réseau électrique enterré44. Le foisonnement des déblais a vite limité l’emprise des sondages, de sorte que le terrain naturel, voire certains niveaux de sol antiques, n’ont pas toujours pu être atteints.

Fig. 220- Bancillon. Vue vers l’est et le val de Saône depuis l’accès nord-ouest de la villa, vers le bâtiment D-E-F du secteur 4 (cliché : équipe de fouille).

330Le diagnostic, portant sur un peu plus de 12 % de la parcelle, laisse une vision forcément lacunaire mais qui reste, à ce jour, l’unique opportunité d’étude sur ce secteur de la pars urbana. Toutefois, et en dépit du peu de mobilier disponible, l’évaluation archéologique des parcelles permet une moisson d’observations concernant le bâti et la stratigraphie.

Stratigraphie et chronologie

Une stratigraphie développée
  • 45 Attestée au XXe siècle (information M. Chabert), elle est visible sur le cadastre de 1829 comme une (...)

331Le socle sur lequel viennent s’installer les Gallo-romains est composé de colluvions argileuses très fines, peu limoneuses, plastiques et très compactes (US 1012, fig. 221, coupes A à C), qui se sont mises en place durant la pré- et la protohistoire, en aval de l’affleurement rocheux qui apparaît dans le haut de la parcelle. Dans ce tiers amont de la parcelle, la stratigraphie est peu développée. Des colluvions grossières, argilo-sableuses jaune-beige, compactes, contenant de nombreux éclats de roches (US 1010, fig. 221, coupes A à D) s’installent directement sur le rocher ou recouvrent les argiles compactes. Ce substrat ne semble pas avoir été perturbé par les installations historiques si ce n’est par une cabane de vigne bien postérieure45.

332À partir du mur de terrasse amont (US 1019, fig. 221, coupes A à C) qui délimite à l’ouest l’habitat gallo-romain, la pente, inclinée à 20 %, cache une stratigraphie complexe qui révèle le fort impact des aménagements antiques sur le versant. Des niveaux d’occupation, de démolition et des remblais se succèdent jusqu’à atteindre une hauteur de 1,50 m en bas de pente, avant d’être eux-mêmes enfouis sous un mètre de colluvion.

333Les coupes permettent de déceler dans le substrat des entailles qui semblent plus anthropiques que naturelles, révélant un aménagement en terrasses. Vers le haut de la pente, on perçoit ainsi l’amorce d’un premier palier creusé dans le terrain naturel, alors qu’à l’aval deux plates-formes successives sont installées sur des remblais. Ces trois terrasses (amont, centrale et aval) servent d’assises aux maçonneries et ont supporté les destructions, puis les remblaiements ou les nivellements postérieurs à l’abandon du site.

334La méthode de diagnostic volontairement peu destructrice n’a pas permis d’observer véritablement les travaux engagés pour mettre les sols à l’horizontale. S’agit-il uniquement de creusements à l’amont ou conjointement de creusements à l’amont et de remblaiements à l’aval ? La découverte dans le sondage 2B d’une épaisse couche, peu anthropisée (US 1117, fig. 221, coupe A), de composition identique à celle du terrain naturel « protohistorique » et surmontant un niveau charbonneux riche en mobilier, plaide en faveur de la seconde hypothèse. Cet important apport de terre colmatant un premier niveau d’occupation et soutenant les fondations d’un mur (US 1110, fig. 221, coupe A) implique, au moins localement, de forts remaniements dans la structure même du bâti.

335Cette vision des installations reste complexe parce que fragmentaire et est difficilement interprétable dans le détail. La mise en place des terrasses a néanmoins favorisé la conservation de leurs parties amont grâce à l’accumulation des niveaux de démolition protégés par l’aplomb de la terrasse supérieure. Elle a permis une conservation partielle des élévations (parfois jusqu’à 1,50 m de hauteur), ainsi que des revêtements de sol et de murs (mosaïques et enduits-peints). Leurs parties aval ont en revanche subi une forte érosion naturelle, la récupération des maçonneries ayant été rarement décelée.

Une implantation du Haut-Empire
  • 46 Les datations nous ont été communiquées par Chr. Bonnet. Dans le cadre du diagnostic, le mobilier c (...)
  • 47 La datation des mosaïques nous a été aimablement proposée par H. Lavagne.

336Les indications chronologiques du secteur 1 restent imprécises. Au vu de l’amplitude stratigraphique, le mobilier céramique mis au jour est relativement peu nombreux (241 tessons pour 68 NMI) et les types de productions identifiées s’étendent du deuxième quart du Ier siècle ap. J.-C. jusqu’au IIIe siècle ap. J.-C.46. Toutefois, les lots enregistrés, et notamment les plus conséquents (Sd 1B : 97 tessons du IIe siècle ; Sd 2B : 85 tessons du deuxième quart ou milieu du Ier siècle), sont homogènes dans leur datation. Le mobilier le plus ancien (Sd 2B) est antérieur à la construction des maçonneries 1111 et 1110, tandis que le mobilier des IIe et IIIe siècles a été retrouvé dans des couches de démolition postérieures aux maçonneries et niveaux de sols conservés. Cette fourchette chronologique est confirmée par la datation des mosaïques attribuées au début du IIe siècle47.

337En l’état, le scénario sommaire de l’occupation révèle une construction d’un bon niveau de confort déjà en place lors du deuxième quart du Ier siècle de notre ère, pérenne au moins jusqu’au IIIe siècle ; aucun indice antique postérieur n’est signalé.

Emprise au sol et espaces

338Le secteur résidentiel s’étend sur une superficie minimale de 3 500 m ² (fig. 222) et s’oriente approximativement nord-sud, se calquant presque parfaitement sur les courbes de niveaux. Il est délimité à l’ouest par un mur de terrasse et se poursuit au sud, mais surtout à l’est et au nord, au-delà de l’emprise du diagnostic. Toute lecture chronologique étant impossible au stade de l’évaluation, les aménagements sont présentés par terrasse, de l’amont vers l’aval, en quatre espaces ainsi nommés : la limite ouest du bâti ; la terrasse amont (un espace de circulation ?) ; la terrasse centrale (le secteur résidentiel) ; la terrasse aval (un étage à vocation technique).

La limite ouest : le mur US 1019

339L’occupation antique est limitée à l’ouest par un long mur (fig. 223), à l’amont duquel aucun indice d’installation antique n’a été repéré et qui pourrait être interprété comme une limite à la villa et à ses activités annexes. D’une longueur d’au moins 64 m pour une largeur comprise entre 0,65 et 0,70 m, il est conservé sur cinq assises (trois de fondation et deux d’élévation) pour une hauteur totale de 0,50 m maximum. Il présente de petits contreforts (sondages 5A et 8A ; US 1023 de 0,80 x 0,76 m et US 1020 de 0,60 x 0,75 m : fig. 224) de matériaux identiques à ceux de la maçonnerie principale, liés ou non à celle-ci. Trop légèrement ancré dans le substrat, il ne s’agit pas, à proprement parler, d’un mur de terrasse. Toutefois, la présence de petits contreforts à l’aval souligne la prise en compte des contraintes de poussées amont. La pente actuelle conserve la trace de cette frontière sous la forme d’un léger replat généré par la retenue des terres.

L’espace de circulation de la terrasse amont

340La terrasse amont est large d’une dizaine de mètres. En contrebas du mur 1019 (fig. 221, coupe B), on observe l’aménagement d’un léger replat, atteignant 2,60 m de large, suggérant la possibilité d’un espace de circulation. Dans le sondage 5A, ce replat est bordé par une construction en matériaux périssables comme le laisse supposer la trace d’un poteau, accompagnée d’une limite verticale très nette dans la stratigraphie. La signification de cette limite est difficile à déterminer (une palissade ou un bâti ?). Des démolitions antiques, des remblais ou des colluvions contenant du mobilier sont mis au jour sur l’ensemble de la terrasse amont (fig. 221, coupes A, B et C). Au nord, (Sd 5A, 3B et 7A), les démolitions ou les colluvions contenant des restes de bâti sont présentes à des densités variables. Ainsi dans le sondage 7A, des traces linéaires (récupérations de murs ?) et probablement un sol de mortier mal conservé ont été entrevus. De plus, les coupes du terrain révèlent l’amorce d’un décaissement permettant d’asseoir ces installations. Ailleurs, l’importance des déblais ou démolition et des colluvions anthropisées ne peut s’expliquer que par des aménagements conséquents dont la forme et la fonction nous échappent.

341Au sud (Sd 3A), à l’inverse de ce qui se passe au nord, les coupes stratigraphiques ne montrent pas d’incision dans le terrain naturel pour ménager une véritable terrasse (fig. 221, coupe D). Toutefois, un aplanissement du terrain y est perceptible, directement colmaté par les démolitions du bâti aval. Ce secteur de la terrasse comprend très peu d’aménagements antiques. Seuls les vestiges d’une fondation (US 1016, fig. 221 et 225), d’une facture très différente du reste du bâti, sont mis au jour et sont datables des Ier-IIe siècles. Aucun niveau de sol n’est associé. Nous sommes vraisemblablement ici dans un espace extérieur, probablement ouvert, sans constructions importantes.

Un bâtiment résidentiel sur la terrasse centrale

342Le cœur du secteur résidentiel débute à 14 m à l’aval du mur de limite ouest, US 1019, et occupe la terrasse centrale. Celle-ci, d’une largeur comprise entre 12 et 15 m, s’organise selon une succession de pièces (espaces M à S).

343L’apport de matériaux visant à asseoir la terrasse côté aval est visible entre les murs 1110 et 1111 (espace S). Il prend la forme d’une couche argileuse insérée entre deux couches de remblais ou de démolitions antiques (US 1117). Sa nature est très proche de celle du substrat (US 1012) et son toit est horizontal. Partout, on observe une conservation des élévations des murs amont sur 0,95 à 0,70 m de hauteur (espaces N, O et P). Les sols sont alors à des altitudes comprises entre 196,20 m (espace O), 195,96 m (espace N) et 195,72 m (espace M). À l’inverse, l’érosion des murs aval jusqu’en dessous des niveaux de sol est prononcée sur les espaces M, N, Q et R.

344L’espace L (Sd 3A et 4B) est mitoyen de l’espace N (fig. 222) et communique avec l’espace M par une ouverture de 1,80 m de large. Le mur amont (US 1038) d’une largeur de 0,60 m, conserve encore les enduits dont le décor peint a disparu. Les terrassements se sont arrêtés au sommet des élévations et il est possible que cet espace comprenne des partitions internes non repérées.

345L’espace M est la seule pièce (fig. coul. 27) dégagée presque dans son intégralité (L : 6,30 m minimum et l : 2,70 m). Sa superficie est d’environ 17 m ² et seul le mur sud n’a pas été mis au jour. Bien que détruite presque de moitié côté aval, le liseré de bordure de la mosaïque (US 1042) qui orne le sol semble indiquer que nous sommes en bordure de la pièce au sud. L’emblema de cette mosaïque polychrome aux décors géométriques est placé au droit de l’ouverture reliant les espaces M et L. Cette pièce était recouverte par une couche de démolition riche en charbons de bois et en matériaux de construction, provenant certainement d’un incendie qui a rougi par endroits les tesselles blanches (US 1033). La même couche a été retrouvée sur le sol de l’espace N et se poursuit également vers l’espace L, illustrant la destruction simultanée de ces espaces. Le mur amont (US 1040) est conservé sur une vingtaine de centimètres de hauteur et porte encore quelques restes d’enduits peints.

Fig. 221 - Bancillon, secteur 1. Coupes synthétiques ouest-est (relevés : équipe de fouille ; DAO : C. Ramponi)

346L’espace N est situé directement au nord de l’espace L (fig. 222) et se prolonge éventuellement le long de l’espace M vers l’aval, comme en témoignent quelques petites tesselles de mosaïque retrouvées au nord du mur US 1039. Les murs comportant des enduits peints encore en place, mais en mauvais état, n’ont pas été dégagés et un micro sondage manuel de 30 x 30 cm a permis de découvrir un sol, également mosaïqué (US 1079). L’espace O a une largeur de 7 m (fig. 222). Ses élévations sont conservées sur 0,70 m et montrent des couches d’enduits sans que des traces de décor n’aient été décelées. Le sol en terrazzo (US 1055 : 196,20 m, fig. 226 et 227) est soigné avec, à la base, un hérisson de blocs de calcaire surmonté d’un mortier de chaux gris très dur, qui sert d’appui aux petits éclats de calcaire coulés dans un béton lissé en surface. La récupération partielle d’un mur, ainsi que la perforation du terrazzo pour l’installation d’un trou de poteau, indiquent un changement dans son organisation à une époque qui nous échappe. La pièce est comblée par des remblais de démolition qui, à l’inverse des pièces du groupe présenté précédemment, ne semblent pas provenir d’un incendie.

347L’espace P correspond à un bassin, US 1141 (fig. 222 et 228), dont la profondeur est inférieure de 1,20 m (altitude : 195 m) aux niveaux de sols des espaces o et q. La pièce, dont seul l’angle sud-est a été exploré, est fondée sur un radier formé d’éclats de calcaire. Les parois et le sol sont enduits d’un mortier hydraulique. Bien que des fragments de tubuli soient notés dans le comblement d’abandon, aucune trace de pilettes ni de suspensura n’a été observée.

Fig. 222 - Bancillon, secteur 1. Plan général avec localisation des vestiges (relevés : équipe de fouille ; topographie : V. Vachon ; DAO : C. Ramponi).

348L’espace Q se trouve directement à l’aval de la pièce P (fig. 222 et 227) et au nord de l’espace o. seul l’angle sud-est a été dégagé. Son sol en terrazzo (US 1058 : 195,88 m) est identique et se situe à la même altitude que celui de l’espace o, avec lequel il communique via un passage large de 1,07 m.

349L’espace R est soutenu côté aval par un épais mur de terrasse à contreforts interne et externe (US 1069, largeur au niveau du contrefort : 1,20 m, fig. 229). Cet espace est mitoyen de l’espace n côté ouest. Il a une largeur de 3,40 m ; rétréci à 3 m au niveau du contrefort. Le passage d’un collecteur de 0,80 m de large (fig. 230), dont la voûte devait être hors sol, le borde au sud avant de déboucher en contrebas dans l’espace V. un lambeau de sol (US 1063 : 195,45 m) est conservé à l’amont contre l’US 1060. Celui-ci repose sur un hérisson de calcaire supportant une préparation de sol en éclats de silex noyés dans un mortier de chaux, le tout surmonté par un mortier de tuileau.

Fig. 223- Bancillon, secteur 1. La limite ouest : mur US 1019 et contrefort dans le sondage 5A (cliché : D. Mazuy).

Fig. 224- Bancillon, secteur 1. La limite ouest : mur US 1019 et contrefort dans le sondage 8A (cliché : D. Mazuy).

350Son altitude est située environ 0,70 m plus bas que le sol de l’espace O.

351L’association de l’espace s à la terrasse centrale est confortée par l’alignement des murs 1110 et 1111 avec les murs 1060 et 1069 de l’espace R. même si aucun niveau de sol n’y est conservé, l’épais niveau argileux (US 1117 et 1113, fig. 231), rapporté pour former une terrasse, présente une surface horizontale laissant penser qu’il servait de base à un niveau de circulation. C’est dans ce « couloir » large de 3,40 m que la localisation de la mosaïque mise au jour en 1965 est la plus vraisemblable. Le mur aval (US 1111) délimite la terrasse aval à l’ouest et conserve une hauteur (aval) d’au moins 1,40 m. sa largeur de 0,60 m, parait alors peu conséquente au regard de la masse de terre qu’il retient à l’amont.

Fig. 225- Bancillon, secteur 1. La terrasse amont : mur US 1016 dans le sondage 3A (cliché : C. Ramponi).

Fig. 226- Secteur 1. La terrasse centrale. Espaces O, P et Q : trou de poteau d’une occupation postérieure perforant le sol US 1055 (cliché : D. Mazuy).

Fig. 227- Secteur 1. La terrasse centrale. Espaces O et Q : couches de mortier et d’enduit sur les murs récupérés (cliché : D. Mazuy).

Fig. 228- Secteur 1. La terrasse centrale. Bassin de l’espace P (cliché : C. Ramponi).

Fig. 229- Secteur 1. La terrasse centrale, espace R : le contrefort aval dans le sondage 3B (cliché : D. Mazuy).

Fig. 230- Secteur 1. La terrasse centrale. Collecteur voûté de l’espace R (cliché : D. Mazuy).

Fig. 231- Secteur 1. La terrasse centrale. Espace S : importants remblais d’installation US 1113 et 1117 (cliché : C. Ramponi).

Fig. 232- Secteur 1. La terrasse aval. Murs et sol de l’espace T (cliché : C. Ramponi).

352Les revêtements de sol et les enduits muraux indiquent que les pièces L, M et N sont des espaces de vie d’un très bon niveau de confort. Les espaces R et S, qui bordent la terrasse centrale à l’est, font face à la pente et semblent dessiner un long couloir au moins partiellement mosaïqué, éventuellement un portique surplombant la terrasse inférieure. La vocation résidentielle des pièces O, P et Q est moins évidente, les structures hydrauliques participant peut-être à un système de collecte et d’assainissement.

La terrasse aval

353Cette terrasse (fig. 222) large d’au moins 5 m a été abordée dans les sondages 1B au sud (espace T) et 2B (espace U) au nord. Dans la partie médiane (Sd 3B, espace V), les installations ont été simplement effleurées. Située entre 2,80 m et 3,30 m en contrebas des niveaux de circulation de la terrasse centrale, elle conserve des sols dont les altitudes sont identiques (192,90 m), et ce en dépit de la distance qui les sépare, soit 56 m. Dans l’espace V, l’absence de niveau de sol ne permet aucune comparaison. Ces espaces aux aménagements rustiques, sans aucune ostentation, ont sans doute une vocation utilitaire. La discontinuité des murs entre les espaces T et U ainsi que le passage du collecteur dans un espace potentiellement ouvert (V) pourraient permettre de restituer deux pavillons à l’emplacement (T et U), une lecture purement hypothétique que ne contredit pas l’orientation ouest-est, vers le Val de Saône, du secteur 1 (fig. 232 et 233).

Fig. 233- Secteur 1. La terrasse aval. Espace U : mur de terrasse US 1111 (cliché : C. Ramponi).

  • 48 La détermination et la description de la matière ont été réalisées par H. Savay-Guerraz. Il précise (...)

354Pièces d’architecture remarquables, douze fragments de tambours de colonne lisses et un fragment de chapiteau ont été mis au jour sur cette terrasse. La plupart sont issus des comblements des espaces T et U et pourraient provenir d’un portique localisé sur le rebord oriental de la terrasse centrale. Ils sont en « calcaire blanc, demi-dur de structure oolithique (Bathonien du Beaujolais dite pierre de Lucenay, affleurant sur les communes de Anse, Lucenay, Pommiers…) »48.

355Les tambours ont des diamètres estimés entre 36 et 40 cm. Leur fragmentation est importante : les blocs ont entre 14 et 30 cm de hauteur ce qui représente de 12 à 42 % du diamètre initial. Le chapiteau (fig. 234) est endommagé dans sa partie supérieure. Sa hauteur conservée est de 17 cm pour un diamètre maximal de 54 cm. Le diamètre de la partie en contact avec le fût, soit 34/38 cm, correspond à celui des tambours.

356L’espace T est délimité sur deux côtés (fig. 222 et 232) par des murs conservés sur plus de 1,50 m à l’amont. L’interruption du mur 1049 vers le sud pourrait correspondre à l’emplacement d’un escalier permettant de rejoindre la terrasse centrale. À l’aval, les décapages révèlent une cloison matérialisée par un négatif de tranchée et un aménagement de type solin construit en tuiles. Le sol, en mortier peu compacté, est posé sans radier. La présence dans les remblais de démolition d’éléments de fûts de colonne est en décalage avec la rusticité du lieu et il est possible que ces éléments aient basculé depuis la terrasse centrale. La provenance des nombreux enduits peints issus du même contexte d’abandon reste à déterminer.

357L’espace U est délimité par deux murs orientés nord-sud (murs 1111 et 1112, fig. 222 et 233) ménageant une largeur de 5 m. Un niveau de sol, apparemment en terre battue, présente des traces de combustion alors que les remblais qui colmatent cet espace livrent quelques enduits peints et d’autres tambours de colonne. Là encore, au vu de la simplicité des installations, la terrasse centrale (ici l’espace S) paraît plus à même d’avoir bénéficié de tels aménagements.

Fig. 234- Secteur 1. Fragment de chapiteau toscan provenant de l’espace T, US 1003 (cliché et DAO : C. Ramponi).

358Un collecteur (espace V ; fig. 222 et 235) se situe dans la continuité de celui de l’espace R en contre-haut. Il accuse un fort dénivelé sans que les modalités du passage de la terrasse centrale à la terrasse aval soient connues. Sur cette dernière, il ne semble plus voûté mais couvert de dalles plates. Plus à l’aval, son tracé forme un coude le réorientant vers le nord, là où les vestiges d’une maçonnerie nord-sud ont été dégagés.

359La stratigraphie est ample et sa base n’a pas été atteinte. Dans son développement maximal, elle se compose de niveaux de démolition de type remblais ou de colluvions parmi lesquels on remarque au moins un négatif de mur et des traces de nivellement et de creusements. Malheureusement, aucune connexion de coupe à coupe ne permet de lier ces faits au collecteur, mais ces signes de réoccupations successives révèlent une fois de plus de forts remaniements à l’intérieur de certains espaces.

Les revêtements de sol et muraux

360Plusieurs revêtements de murs et de sols, localisés à l’amont des terrasses, ont été préservés. Ils recouvrent des catégories communément observées dans les secteurs résidentiels de tradition italienne et il est à noter que la pièce M regroupe ces trois formes de décors associés (enduits peints, mosaïques, stucs). Un seul fragment de marbre blanc a été enregistré (Sd 1B).

Les enduits peints

361Des enduits ont été retrouvés en place dans les espaces L, M et N (fig. 222). En mauvais état, s’écaillant et se décollant, leur dégagement a rapidement été stoppé pour ne pas mettre en péril leur conservation. Ils semblent recouvrir les murs sur presque toute leur hauteur conservée soit 0,15 m (espace M, mur 1040, fig. coul. 28) et 1 m (espace N, murs 1038 et 1039, fig. coul. 28).

362Ils présentent un fond rouge, avec parfois deux tonalités, l’une étant plus orangée. Dans l’espace N, des décors de couleur vert foncé et probablement des à-plats de la même teinte sont également à signaler. La couche d’incendie de l’espace M a permis d’enregistrer des fragments monochromes rouges et des à-plats bicolores rouges et blancs séparés par un filet blanc large de 4 à 5 mm.

Fig. 235- Secteur 1. La terrasse aval. Espace V : partie aval du collecteur avec sa couverture plate (cliché : D. Mazuy).

363Toutefois, la plupart des enduits sont en position secondaire (fig. coul. 29). Dans le sondage 3B les enduits sont à fonds blancs avec des décors géométriques : filets rouges, croix rouge, décors bleus ou gris anthracite. C’est toutefois le rouge, associé ou non à une autre couleur, qui domine dans la majorité des compositions. Ainsi, dans l’espace U, il est associé au vert alors que dans l’espace T, où 130 fragments ont été prélevés, il est associé au noir et au vert, différents panneaux étant séparés par des filets blancs larges de 3 à 5 mm. Dans ce dernier espace, des fragments présentent une courbure laissant envisager qu’ils recouvrent un angle de maçonnerie, porte, fenêtre ou niche. Quelques enduits portent des teintes moins fréquentes. On note un fragment vert associé à de l’ocre jaune (espace U) ainsi qu’un ensemble de pièces de teinte bleu ciel lumineux de type bleu égyptien (une trentaine de fragments dans l’espace T).

Les décors stuqués

364Deux fragments de décors stuqués (fig. 236) ont été retrouvés dans la couche d’incendie recouvrant la mosaïque au fleuron de l’espace M. Un des éléments présente un décor d’ove et de feuilles ou de rinceaux. Ce décor fabriqué à partir d’un mortier fin légèrement rosé est recouvert d’une couche d’enduit blanc encore visible sur le bandeau supérieur. L’arrière du fragment forme un angle droit dans sa partie supérieure laissant penser que le décor se situait à l’interface mur-plafond. Sur cette face, le mortier forme un bourrelet qui pouvait servir d’accroche et être pris dans la maçonnerie.

365Le second élément ne présente pas de décor. Il s’agit d’une moulure simple avec un tore, recouvert d’une peinture blanche noircie par le feu.

Les mosaïques
  • 49 Peyré, Mélanges : 469-470

366Quatre mosaïques ont été repérées sur le secteur résidentiel depuis le XIXe siècle (fig. 222). La mosaïque mise au jour lors de l’aménagement du chemin qui jouxte la parcelle au sud est publiée en 184649. Sa localisation longtemps incertaine semble être à présent assurée et son descriptif, succinct, signale qu’elle se développe vers le nord. Son positionnement exact est néanmoins sujet à caution. Son tapis est probablement dans le prolongement des espaces situés en rebord de la terrasse centrale (espaces S et R) mais peut éventuellement être en partie localisé sur la terrasse aval, jusqu’alors pressentie d’usage commun.

367Déjà publiée (Leglay 1968 : 578 ; Stern, Blanchard-Lemée 1975 : 42 ; Faure-Brac 2006 : 145), la mosaïque trouvée en 1965 est une mosaïque polychrome (noir, jaune, blanc et rouge) à décors géométriques. Son emplacement sur le terrain n’est précisé dans aucune de ces publications, même s’il y est indiqué qu’elle a été « laissée en place et recouverte » (Stern, Blanchard-Lemée 1975 : 42). La photographie de visite du chantier de 1965 (fig. 237) n’apporte pas d’indice supplémentaire. Seule la superposition des murs mis au jour en 1965 à ceux observés en 2007 permet de valider l’hypothèse d’un positionnement dans la partie aval de la terrasse centrale (fig. 222).

  • 50 Les mosaïques des espaces M et N ont été protégées par un géotextile avant d’être réenfouies.
  • 51 Description d’H. Lavagne que nous remercions de son aide.

368Deux mosaïques ont été mises au jour lors des sondages de 2007, dans des pièces presque contiguës, l’une dans l’espace M et l’autre dans l’espace N50. La mosaïque de l’espace M (fig. 225, 238 et coul. 27) a une superficie minimale de 17 m ², l’érosion ayant détruit sa bordure orientale. Le pavement conservé présente en de nombreux endroits une coloration rosâtre due, sans doute, à un incendie. Le tapis présente un damier blanc et jaune formant des carrés de 20 à 25 cm de côté, dont la régularité est rompue par la succession de plusieurs carrés de couleur identique, entre le passage vers l’espace L et un emblema. La mosaïque est bordée de trois filets triples de couleur jaune, blanche puis bleue, puis d’une bande blanche d’une largeur de 25 cm de large à l’ouest et de 15 cm au nord. Elle présente un emblema (fig. 238 et 239) encadré d’un filet bleu, ce motif étant excentré vers le sud, face à l’accès vers l’espace L. Cet emblema très simple « est formé de quatre pétales lobés séparés par des apices (ou des dards) rayonnant autour d’un bouton central »51. Les couleurs rouge, jaune et blanche se répartissent de l’extérieur vers le centre sur les pétales et le cœur et du centre vers l’extérieur pour les pointes. Ce type d’emblema n’est pas connu mais s’apparente à ceux retrouvés à Vienne, Saint-Romain-en-Gal ou Sainte-Colombe (Lancha 1981, recueil III, 2 : 182 et 248). Dans ces mosaïques, le losange est également employé.

Fig. 236- Secteur 1. Décors stuqués : fragments de moulures retrouvées dans l’US 1033, de l’espace M (cliché et DAO : C. Ramponi).

369La mise au jour d’une mosaïque sur l’espace N, dégagée sur 30 cm de côté, résulte d’un sondage-test visant à repérer le niveau de circulation (fig. 240 et fig. coul. 28, no 4). Cette fenêtre permet d’apercevoir un décor formé de petites tesselles d’un peu moins d’un centimètre de côté, de couleur rouge, blanche, bleu ciel, bleu roi et bleu foncé. Le décor est composé d’un losange blanc bordé d’un filet double bleu. L’intérieur de ce losange présente une fleur ette de couleur rouge. Ce losange est bordé par un filet triple puis par une ligne de méandres « fractionnés à fractions » imbriqués et à opposition de couleurs polychromes (description d’après Balmelle, Blanchard-Lemée, Darmon 2002). Ces méandres sont également bordés par un filet triple. H. Lavagne propose d’y voir éventuellement « un décor d’étoiles de six ou huit losanges avec, au centre du losange, une fleurette rouge ».

  • 52 Remarque d’H. Lavagne.
  • 53 Id.

370La datation de ces mosaïques reste imprécise. Celle retrouvée en 1965 n’est pas datée mais l’utilisation de tesselles jaunes, comme dans le tapis de la pièce M, « les cubes jaunes étant très rares », rend vraisemblable une réalisation par un même atelier de ces deux mosaïques52. H. Lavagne suggère une datation au début du IIe siècle pour la pièce M. Il prend comme argument l’unique élément décoratif simple au milieu d’un décor géométrique, dominant la composition, la simplicité de ce décor pouvant être antérieure aux réalisations viennoises des IIe-IIIe siècles, plus variées, décorées et brillantes dans leur réalisation. Pour la pièce N, le peu d’éléments visibles « ne s’opposerait pas à une date relativement haute, par exemple le début du IIe siècle »53.

Fig. 237- Secteur 1. Vue de la fouille de 1965 (fonds Guillermet, maison du Patrimoine de Villefranche-sur-Saône, no inv. PAT. 62). Visiteurs observant la mosaïque découverte par R. Perraud.

Fig. 238- Secteur 1. Mosaïque de l’espace M, US 1042 (relevé et DAO d’après cliché : C. Ramponi).

Fig. 239- Secteur 1. Emblema de l’espace M, US 1042 (cliché : C. Ramponi).

Fig. 240- Secteur 1. Mosaïque de l’espace N, US 1079 (cliché et DAO d’après photographie : C. Ramponi).

2.5.1.2. Secteurs 2 et 3 : une terrasse non résidentielle au nord (états 2 à 4)

  • 54 Information orale du propriétaire (source : SRA).

371Si la parcelle située immédiatement au nord du secteur 1 n’a pas été sondée, des terrassements liés à la construction d’une piscine ont livré du mortier de tuileau en grande quantité (fig. 218)54. Cette présence remarquable de matériau hydraulique, entrevu et mal localisé, laisse la place à de nombreuses hypothèses : thermes, bassins d’agrément, réservoirs ou aménagements artisanaux… au-delà, à 30 m au plus de la résidence, sont implantés des espaces d’aspect beaucoup plus frustres (secteurs 2 et 3).

Secteur 2 : deux pièces adossées à un mur de terrasse

372Sur le secteur 2, deux emprises mitoyennes de respectivement 650 et 350 m2 ont bénéficié d’un diagnostic archéologique (fig. 241). La première, située à l’amont, ne livre que quelques tessons de céramique datés du Haut-empire (Rapport nourissat, Franc 2009). La seconde, implantée à l’aval et dans l’axe des bâtiments antiques situés au sud, permet l’enregistrement d’une stratigraphie complexe étagée de l’antiquité aux périodes moderne et contemporaine (Rapport Lurol 2008).

373Sur cette dernière opération, l’exiguïté de l’emprise (fig. 242) a posé de nombreux problèmes techniques limitant l’accès aux couches les plus profondes. L’occupation du Haut-empire reste hors de portée, du moins côté est, la base de la stratigraphie étudiée livrant un mobilier antique tardif. En l’état, les hauteurs de coupes s’échelonnent de 1,80 à 2,30 m sur les deux tiers aval. Néanmoins, l’évaluation poussée du potentiel archéologique de cette parcelle, dont 14 % de la surface disponible ont été étudiés, permet de retracer les grandes lignes de l’occupation du sol de ce secteur charnière du versant.

374La fouille de la parcelle aval ne livre aucun élément de confort et la fonction des deux espaces W et X, cour ou pièces couvertes, reste indéterminée (fig. 241).

375Trois murs maçonnés construits en moellons calcaires quadrangulaires (US 2005, 2006 et 2008) sont encore en élévation. Le mur ouest (US 2008) est un mur de terrasse nord-sud adossé à la pente (fig. 243), en appui sur le substrat sur au moins 0,50 m de hauteur, la partie aval ayant été décaissée. Cette technique également mise en évidence sur le bâti du secteur économique permet de rétablir des plans de circulation et favorise la conservation des stratigraphies situées côté amont. L’élévation du mur US 2008, large de 0,60 m, est ainsi conservée sur 1,50 m de haut.

376Ses assises sont régulières et le liant, un mortier de tuileau de teinte « rose crème », assure l’étanchéité de la maçonnerie. Le parement présente un ressaut à 0,85 m sous le niveau d’arasement, marqué à la base par un bloc taillé de section triangulaire en contrebutée. Ces divers aménagements, prenant aussi bien en compte la poussée amont que les infiltrations, témoignent de l’attention portée à la stabilité de la structure.

377Sa facture est identique à celle du mur US 1019 de la terrasse amont du secteur résidentiel, avec lequel il ne s’aligne pourtant pas. Il délimite ainsi les marges occidentales de la villa côté versant et révèle ici un ressaut de plus de 10 m vers l’est, ayant pour effet d’isoler (ou de mettre en valeur ?) une partie du secteur résidentiel.

378À l’est de l’élévation US 2008, deux murs (US 2005 et US 2006) disposés en « L » (fig. 241) divisent l’espace et dessinent deux pièces de respectivement 7 m (W) et (au moins) 9 m de long (X). La pièce W conserve un niveau de sol épais de 0,05 m composé de mortier blanc (US 2027), reposant, par endroit, sur un hérisson constitué d’éclats calcaires et de galets (US 2015). Plus localement, celui-ci disparaît et est remplacé par un limon ocre avec des traces de mortier et des éclats calcaires (US 2026). Le profil laisse supposer la présence d’un palier ou d’un pendage à proximité du mur de terrasse US 2008 avec lequel il entre en contact à la transition ressaut/contrebutée. Plus homogène, le niveau de sol de la pièce X se compose d’un mortier jaune et blanc mêlé à de nombreux éclats calcaires (US 2043).

Secteur 3 : les marges nord-ouest de la villa

379À 40 m au nord du secteur 2 et à moins de 80 m au nord du secteur 1, la fouille d’une emprise de 400 m2 (fig. 244) a mis en évidence une stratigraphie développée, s’échelonnant de l’Antiquité au Moyen Âge central et livrant un secteur soumis à de fréquents remaniements architecturaux (Rapport Nourissat 2012).

La première implantation (Ier siècle ap. J.-C. : état 2)

380Notre compréhension de l’état le plus ancien conservé est très lacunaire. Un mur érodé disposé dans la pente ouest-est, mais désaxé vers le nord (US 4345), est construit au moyen de blocs de calcaire jaunâtre (fig. 244 et 245). La semelle non liée au mortier et la première assise avec mortier faisaient office de fondation. Atteint ponctuellement lors de la fouille, seul l’espace Y, se développant au nord de cette maçonnerie, a été appréhendé. Trois niveaux de sol en terre ou terre mêlée à des graviers y sont associés (respectivement à 195,80 m, 195,95 m et 196,00 m). Les deux premiers niveaux s’apparentent à des niveaux de construction du mur lui même. Le mobilier céramique issu du plus ancien, quoique peu abondant (sept tessons), permet de ixer cet aménagement dans le Ier siècle de notre ère.

Fig. 241- Bancillon, plan général du secteur 2, espaces antiques et sépultures (Sp) du haut Moyen Âge (relevés : J.-M. Lurol ; DAO : P. Rigaud).

Les réaménagements des IIe-IIIe siècles (état 3- état 4 ?)

381À cette époque, les marges nord-ouest de l’établissement (secteur 3), qui présentaient une double pente nord-sud et estouest, principalement sur le quart sud-est de la zone, ont fait l’objet de travaux de terrassement ain que la déclivité en soit diminuée. Le terrain est rehaussé au moyen de remblais limono-argileux compact orangé, issu de sédiments colluviés qui renfermaient quelques fragments de céramique dont une coupe drag. 37 présentant une pâte qui pourrait correspondre aux productions de Lezoux à partir du IIe siècle de notre ère (US 4030/4328/4327). Malgré ces travaux, la double pente persistera tout au long de l’occupation.

Fig. 242- Bancillon, secteur 2, vue vers le sud-est (cliché : équipe de fouille).

Fig. 243- Bancillon, secteur 2. Mur arrière de la villa (US 2008) et sol antique tardif (US 2027) [cliché : équipe de fouille ].

382Une construction rectangulaire sur poteaux et sablières basses d’au moins 4 m de long pour 2,40 m de large est édiiée sur le terrain nivelé (espace Z, ig. 244 et 245).

383Puis ce petit bâtiment est abandonné et scellé par un niveau de sol chaulé (US 4121/4217/4298) couvrant une surface de 72 m2. Ce sol pratiquement plan à son extrémité occidentale, correspond au niveau de travail lié à la construction d’un mur (US 4021) limitant à l’ouest le secteur 3.

Fig. 244- Bancillon, les marges nord-ouest (secteur 3). Distribution des vestiges antiques par période : du Ier siècle au IVe siècle (DAO : S. Nourissat).

Fig. 245- Bancillon, les marges nord-ouest (secteur 3). Plan des vestiges du Ier siècle et des IIe-IIIe siècles (relevés : F. Pont ; DAO : Cl. Marcellin, S. Nourissat).

384Cette maçonnerie nord-sud (US 4021), principalement conservée au nord puis sous forme de négatif (US 4053) traversait tout le site, marquant une terrasse qui se développait en aval à l’est (fig. 244 et 245). Elle est construite parallèlement à la pente en appui contre le terrain en place (US 4004). Sa largeur est importante (0,86 m) et elle est conservée sur 1,30 m de hauteur. Deux assises irrégulières (0,20 m de haut) constituées de blocs équarris de calcaire rose et blanc sans ou avec peu de liant issu du terrain encaissant, forment le hérisson de la semelle de fondation. Les neuf assises suivantes (1,10 m de haut) sont construites avec les mêmes matériaux et liées par un mortier de chaux blanc compact renfermant des gravillons. Le parement oriental présente des assises régulières. À partir de la quatrième assise de fondation, deux assises présentent des blocs avec la face taillée en biseau formant un pan coupé qui marque un ressaut (fig. 246). Cinq assises de l’élévation proprement dite sont conservées et gardent partiellement un lissage des joints. Ce mur de clôture marque au sud un retour d’un peu plus d’un mètre vers l’est (US 4352).

385Son mode de construction (ressaut taluté et en appui contre le terrain) et sa localisation (limitant l’extension ouest de l’établissement) sont semblables à ceux des murs US 2008 du secteur 2 et US 1019 du secteur 1 (fig. 222, 223, 241 et 243). La maçonnerie US 4021 se trouve également dans l’alignement du mur en T US 506 du secteur 4 dont la barre transversale forme un accès à la villa 16 m plus au nord (fig. 218).

386Ce mur US 4021 limite une terrasse qui permet de construire un bâtiment d’une superficie supérieure à 110 m2 (AZ). L’édifice est divisé en deux espaces par le mur US 4024. La pièce nord de 75 m2 (AZ1), dont l’agencement intérieur est inconnu, débouchait par une porte identifiée grâce à son piédroit ouest sur une galerie (AZ2) de 2,50 m de large pour 12 m de long présentant un sol en terre battue (US 4326). Une maçonnerie quadrangulaire qui peut être interprétée comme la fondation d’un pilier (US 4302) limite au sud la galerie ouverte sur un espace extérieur non aménagé si ce n’est le sol chaulé US 4121 (AZ3). Le mur (US 4024) est adossé à l’ouest contre le mur de terrasse. Pour installer cette maçonnerie de façon stable dans la pente, sa fondation suit une inclinaison plus forte que le pendage du terrain qu’elle entaille (fig. 247). Elle est érigée sur une semelle de fondation constituée d’un hérisson de 20 cm de hauteur de blocs de calcaire blanc et rose en vrac et sans liant de mortier. Deux assises de blocs de calcaire blanc et rose pris dans un mortier de chaux compact scellent cette semelle. Un lit de mortier en léger débord de 6 cm vers le sud, recouvre l’assise supérieure édifiée au moyen de blocs plus importants. Au-dessus de cet élément, le mur est construit en assises planes, sans suivre la pente comme les précédentes. L’élévation proprement dite démarre à l’ouest, en haut de pente, directement sur le débord de mortier, alors qu’à l’est, elle est compensée par quatre assises non parementées. Deux assises talutées en retrait en guise de ressaut marquent un rétrécissement avec, fait unique sur le site, des joints tirés au fer (fig. 248).

  • 55 Chr. Bonnet, in Rapport Nourissat 2012, tome 1 : 49-51.

387Le peu de mobilier céramique issu des niveaux de sol de la galerie (fragment de pot à col et lèvre en bourrelet, fragment de plat à bord rentrant) permet de rattacher cette construction aux IIe et IIIe siècles ap. J.-C.55.

Le bâtiment au Bas-Empire (seconde moitié du IVe siècle : état 4)

388Au Bas-Empire le bâtiment AZ se réduit à la salle nord (AZ1), l’espace au sud est transformé en une large cour (AX) approximativement de 28 m2, bordée au sud par une pièce (AW) d’environ 18 m2 (fig. 244 et 249). Les dimensions de cette dernière salle sont déduites de son revêtement au sol constitué de petits galets et de petits éclats de calcaire de couleurs différentes et d’une fine couche de mortier blanchâtre (US 4148). Les murs (maçonnés, en terre, cloisons ou poteaux ?) limitant la pièce AW n’ont pas été retrouvés, détruits semble-t-il par les aménagements postérieurs. Ce terrazzo permet d’imaginer une pièce couverte qui se développe en direction du sud hors emprise. La cour AX, constituée d’un sol plus ou moins dense en petits blocs (US 4041/4152), présente un double pendage, nord-sud (un peu moins de 5 %), et ouest-est à son extrémité sud (11 %), inclinaison résultant d’un glissement des terrains et/ou de l’effondrement d’un mur postérieur. Le mobilier céramique et monétaire fixe ces aménagements dans la deuxième moitié du IVe siècle.

Fig. 246- Bancillon, les marges nord-ouest (secteur 3). Mur de terrasse M21, détail du parement oriental (cliché : N. Valour).

Fig. 247- Bancillon, les marges nord-ouest (secteur 3). Le mur M4024 et sa reprise M4351 (relevé : P. Constantin ; DAO : Cl. Marcellin).

Fig. 248- Bancillon, les marges nord-ouest (secteur 3). Le mur M4024, détail du parement sud (cliché : P. Constantin).

Fig. 249- Bancillon, les marges nord-ouest (secteur 3). Plan des vestiges du Bas-Empire (relevés : F. Pont ; DAO : Cl. Marcellin, S. Nourissat).

2.5.1.3. Secteur 4 : un secteur à vocation économique en bas de versant

389Le quart nord de l’emprise localisée en bas de versant, soit 3 600 m2, a bénéficié d’une opération de fouille (Rapport Coquidé et al. 2009). Le décapage total s’étendant sur 7 000 m2, les abords nord et, dans une moindre mesure, est, de la villa ont également pu être étudiés.

390Les trois premiers états témoignent de la mise en place, de l’adaptation au milieu et de la prospérité de la villa. Le dernier état correspond à une phase de réajustement, sans effet apparent concernant la vitalité de l’établissement.

Secteur 4 : les confins nord autour du changement d’ère (état 1)

391Une activité de forge, quelques lignes de plantation et quelques sentiers nord-sud prennent place aux confins nord du site entre 15 av. J.-C. et 10-20 ap. J.-C. (fig. 250). Ces vestiges indiquent un milieu en pleine évolution et sont les prémices d’une occupation dont les cadres vont bientôt se fixer pour plusieurs siècles.

Une activité liée au feu et à la forge

392Une activité liée au feu et à la forge est observée au sud du secteur 4 (fig. 251). Une rubéfaction diffuse et érodée (US 479), de deux à trois mètres carrés, est recoupée par une fosse livrant les rejets d’une activité métallurgique (US 473). Les caractéristiques de cette production sont insérées p. 234.

393La fosse US 473, recoupée par la fosse US 474 (décrite dans le paragraphe suivant) et dont la fonction initiale ne peut être précisée, est de forme quadrangulaire (l. : 0,90 m ; prof. : 0,23 m), à bords arrondis et à parois verticales. Elle est d’abord comblée d’un limon argileux brun-gris avec de nombreux charbons de bois et de la terre cuite, puis reçoit les restes d’un foyer métallurgique (US 478), sans doute situé à proximité, sous la berme sud. Les scories, nodules ferreux et parois de four sont emballés dans une matrice de limon sableux très charbonneux, aéré, où le passage à l’aimant a décelé de nombreuses battitures. L’étude des matériaux, prélevés dans leur intégralité, confirme la présence d’une modeste forge dont les déchets sont restés confinés dans la fosse. Une fosse très charbonneuse (US 467 : L. : 0,75 m ; l. : 0,60 m ; prof. : 0,10 m), située à proximité vers le nord et insérée dans des lignes de plantations livre d’autres battitures.

Des lignes de plantation

394Onze trous de poteaux et petites fosses sont enregistrés en bas de pente dans ce même secteur (fig. 251). La plupart de ces vestiges se développent sur un même faisceau nord-sud de 13 m de long et de 2 m de large alors que, 3 m vers l’est, deux autres poteaux amorcent une seconde ligne dans l’axe de la fosse charbonneuse US 467 décrite précédemment. Deux autres petits creusements esquissent peut-être une troisième ligne équidistante plus à l’est encore. Le mobilier issu de leur comblement est attribuable à l’époque augustéenne, autour du changement d’ère.

Fig. 250- Bancillon, plan général du secteur 4 à l’état 1, entre 15 av. et 10-15 ap. J.-C. (DAO : E. Bayen, C. Coquidé, Cl. Marcellin).

395Si les profils de ces fosses sont largement écrêtés par l’installation en décaissé de la (future) pièce F, la mise en place de l’édifice favorise également leur fossilisation alors que, hors bâti, les ruissellements de la pente en ont gommé toutes traces. Les fosses, sans profil caractéristique, sont de faibles diamètres (0,20 à 0,30 m en moyenne) et peu profondes (prof. : 0,10 à 0,25 m). Pour cinq d’entre elles, on note la présence d’éléments de calage ajustés dessinant le négatif d’un poteau d’une quinzaine de centimètres de diamètre. On observe le regroupement de deux ou trois de ces éléments et la similitude des comblements à l’intérieur de tels ensembles. Comblements et profils permettent d’associer les US 461 et 474, 462 et 463, 464, 465 et 466, 448, 449 et 452, 417 et 418. L’usage de la fosse US 453, de profil plus large, (L. : 0,85 m ; l. : 0,50 m : prof. : 0,13 m) reste indéterminé (fig. 251).

Fig. 251- Bancillon, secteur 4, état 1 : indices de forge et traces de plantation fossilisés sous la pièce F (relevés : E. Bayen, L. Eneau-Brun, L. Kuntz ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

396L’interprétation de cet ensemble n’est pas sans poser problème. Cet alignement des fosses, de petits modules, peut signaler la présence d’une palissade légère. Le doublement, voire le triplement, de la ligne principale affaiblit la pertinence de cette lecture alors que la possibilité d’une suite de supports verticaux dissociés s’adapte parfaitement aux caractéristiques des vestiges. Cette considération nous mène à proposer l’hypothèse de fosses accueillant des plants de petite taille dont l’assemblage par deux, dans une tentative d’appui mutuel ou de renforcement de l’un, figure bien la paire que forment un jeune plant et son tuteur. Ces profils peuvent en outre être rapprochés du type 2 des fosses de plantation observées dans un cadre de production viticole (Boissinot 2001 : 52, fig. 11a).

  • 56 Remarques d’A . Bouchette et I. Figueiral

397Dans cette hypothèse de travail, il reste à définir l’espèce ainsi mise en culture. Ainsi, celle du raisin, dont des pépins ont été repérés en grand nombre dans le spectre carpologique d’une fosse antérieure (US 478), requiert presque systématiquement l’emploi d’un système de soutènement. Mais le profil présenté peut également correspondre à la culture d’autres arbres fruitiers, souvent étayés de supports plantés en début de croissance et particulièrement en secteur venté56. L’installation de la pièce F dès la période augustéenne aura tôt fait d’effacer cette production de l’ensemble du secteur.

Des axes de circulation en bas de versant

398Un sentier et un chemin orientés nord-sud courent au bas du versant (fig. 252). Le sentier (US 230), plus ancien, est largement érodé par les formations postérieures et n’est conservé, au mieux, que sur 0,50 m de large et 0,10 m d’épaisseur. Il montre un profil évasé dont le fond est tapissé d’un dépôt gravillonneux inséré dans une matrice limono-argileuse de teinte brun à jaune orangé. La présence de blocs latéraux de 5 à 10 cm de côté qui contribuent à stabiliser le niveau des graviers confirme une mise en place anthropique (fig. 275, coupe A).

399La seconde structure est une chaussée dont la largeur oscille entre 3 et 4 m (US 220 : fig. 252 et 253). Elle apparaît au nord, hors des limites de l’établissement, et se poursuit vers le sud, sur le secteur 4, où elle s’infléchit vers le sud-est en direction du secteur résidentiel de la villa. À cet endroit, la chaussée, moins protégée, s’érode progressivement jusqu’à presque disparaître en limite de décapage. La quasi-absence de mobilier signale un tronçon encore relativement éloigné de l’habitat. Seul un tesson, issu des dépôts sous-jacents, permet de proposer un terminus post quem du Ier siècle av. J.-C. pour la mise en place du radier.

  • 57 O. Franc, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 21.

400La mise en place de la chaussée est soignée. Ainsi, au nord, le substrat US 59 présente une entaille à l’ouest et paraît avoir été déblayé sur plusieurs mètres de largeur. La première chaussée installée (US 80) y est épaisse de 10 à 25 cm et se compose de blocs de calcaire jointifs, aux arêtes émoussées, tous calibrés entre 5 et 25 cm de côté. Côté amont, une ligne de blocs liés à la terre forme une bordure régulière stabilisant l’accotement ouest (fig. 253). L’absence de fossé côté pente contribue à l’accumulation d’écoulements divers dès la phase la plus précoce. En effet, le premier niveau des blocs n’a pas encore été épandu, ou à peine, que déjà des ruissellements et d’épaisses couches de sable fin (US 77) tapissent le décaissé de mise en place, tandis que, sur le talus amont, sédimentent des formations moins bien triées de type colluvial. Ces manifestations sont la conséquence d’épisodes pluvieux sur sols dénudés, la présence de l’eau se traduisant par des précipitations ferro-manganiques sur les interfaces des lits ruisselés ou dans des fissures sousjacentes57. Un peu plus au sud, ce premier niveau empierré est engorgé par un limon argileux bientôt stabilisé par un radier similaire au précédent (US 220 : fig. 148).

Fig. 252- Bancillon, secteur 4, état 1 : chemin US 80 et US 220 (détail des radiers), en plan (relevés : C. Plantevin, E. Bayen, L. Kuntz ; DAO : E. Bayen, M. Lagrange, C. Coquidé).

Fig. 253- Bancillon, secteur 4, état 1 : chemin US 220 sous la pièce C : détail (cliché : équipe de fouille).

Secteur 4 : des installations de production en activité (de 10 ap. J.-C. au début du IIe siècle : état 2)

401Deux édifices (D-E-F et C), ainsi que des structures annexes (un four à chaux, un dépotoir), occupent cette partie du versant dès 10 ap. J.-C. (fig. 254). La permanence des secteurs bâtis témoigne de la stabilité du schéma d’origine, ceci en dépit des fortes contraintes exercées par le milieu. Celui-ci est instable, du moins dans les premiers temps, et conduit à réaménager ou reconstruire les espaces couverts dès la première moitié du siècle. À l’aval, d’autres structures linéaires (un mur puis un fossé) apparaissent et isolent l’établissement de la voie majeure.

Un premier bâtiment augustéen (D-D’, E et F)

402Le bâtiment D-E-F est en place dès les années 10-20 (fig. 255). Pris sous la berme sud de la fouille, ce bâtiment paraît s’organiser autour de la pièce D, dont l’espace central (D’) est décaissé, D-D’étant bordés au nord et à l’ouest par les pièces E et F (fig. 256). L’ensemble du bâtiment qui couvre au moins 238 m2, soit 17 m est-ouest pour 14 m minimum nord-sud, bénéficie dès l’origine d’un système de drainage, externe côté amont et interne côté aval.

403• La cour D

404L’espace D (L. : 11,50 m ; l. : min 7,50 m ; surf. min. : 86,25 m2) comprend un sous-espace décaissé d’au moins 18 m2 de surface (D’ : L. : 4,50 m ; l. : 4 m min. ; fig. 255). Cette disposition permet d’établir un plan de circulation pour D’et ménage une zone de circulation périphérique au nord et à l’est de 2 à 2,50 m de large.

405La construction originelle du bâtiment D est largement oblitérée par la reconstruction du IIe siècle (fig. 256). Seul le mur oriental (US 360), une fondation composée de blocs liés à la terre, est conservé. Sur les autres côtés, les fondements de l’état originel, des murs récupérés ou des solins en matériaux périssables, sont perçus sous forme de creusements linéaires ou discontinus (US 360, 307/468 : prof. : 0,15 à 0,30 m). Leurs comblements livrent des tegulae fragmentées et du mortier épars dont la présence signe un bâti de tradition antique.

Fig. 254- Bancillon, plan général du secteur 4 à l’état 2 : 10-15 ap. J.-C.- début du IIe siècle (DAO : E. Bayen, C. Coquidé, Cl. Marcellin).

406L’espace périphérique conserve un sol composé d’un cailloutis dense (US 389) et un foyer hémisphérique (US 424 : fig. 255).Côté est, à l’aval, un empierrement (US 359/388), large de0,52 m, peu profond (0,18 m max.), composé de blocs de récupération, assainit la pièce (fig. 259). Cette solution originale est également observée dans le bâtiment C.

407Le décaissé amont du sous-espace D ’ rétablit un plan de circulation et permet, à l’aval, un accès aisé vers D (fig. 257). Le sol en cailloutis (US 370) qui tapisse le fond du sous-espace est identique à celui de D et livre un mobilier des premières décennies de notre ère. Il est bien conservé à l’est alors qu’il disparaît à l’ouest, là où l’érosion avait peu de prise. L’absence de l’US 370 à cet endroit signale peut-être l’existence d’un aménagement particulier, peut-être une plateforme.

408Le périmètre de la pièce est souligné en contre-haut par quatre empierrements de plan rectangulaire ou oval (US 377, 379, 386et 395) servant de fondation à des colonnes. Ces aménagements, soigneusement construits, ne sont pas pour autant équidistants (entraxes de 1,40 à 2 m) et montrent de fortes variations d’épaisseur (de 0,10 à 0,86 m). Deux solins en dalles calcaires (US 378 et US 394) implantés sur le sol US 389 indiquent qu’une réfection a eu lieu et que D’ a pu être partiellement clos (fig. 254). Ces supports qui mettent en valeur la pièce D ’, permettent de proposer pour les espaces périphériques, une space couvert, sans doute une galerie. Cet ensemble, pour être relativement complexe, ne semble pas avoir bénéficié d’un soin extrême.

409Le mobilier issu du comblement de D’ porte la durée de vie du sous-espace à quelques courtes décennies alors que la structure du bâtiment perdure jusqu’au début du siècle suivant. En effet, D’est comblé dès les années 30-40 (fig. 256). À cette date, le sol US 370 est colmaté par un épais niveau de démolition (US 366)composé de tuiles fragmentées, de blocs et de plaques calcaires, d’éléments d’architecture (des quarts-de-cercle et des briques),de plaques de foyer et de mortier, noyés dans une matrice argilo-sableuse brun-vert. L’hétérogénéité de ce niveau indique qu’il n’est probablement pas in situ. Les éléments métalliques comprenant des éléments de construction, de menuiserie, de penture et d’huisserie (un boîtier de serrure et des clefs) ainsi qu’une fibule et une cuillère-sonde sont insérés, soit dans l’US 366, soit au contact du sol US 370 (fig. coul. 30).

Fig. 255- Bancillon, secteur 4, état 2. Bâtiment D/D’-E-F (relevés : C. Plantevin, E. Bayen, P. Constantin ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

410D’disparaît alors en tant qu’espace décaissé laissant place à une pièce large de près de 9 m installée sur une forte pente. Si un soutènement intermédiaire paraît nécessaire au maintien de la toiture, il n’en reste aucune trace. Seuls les solins US 378 et 394 (fig. 255), empiétant sur les fondations de piliers, indiquent peut-être la pérennité d’un cloisonnement central.

Fig. 256- Bancillon, secteur 4, tous états. Coupe ouest-est du bâtiment D/D’- E-F (relevés : N. Valour, C. Plantevin ; DAO : C. Coquidé, L. Kuntz, M. Lagrange).

411• Les pièces E et F

412La pièce E jouxte D sur son côté nord (fig. 255). Aucun sol, accès ou aménagement ne lui est associé lors de l’état 2. Son mur oriental (US 3), un solin empierré, a presque intégralement disparu tandis qu’une tranchée de récupération (US 458 : l. : 0,40 m), comblée de blocs disjoints borde son côté nord (fig. 258). Une fosse quadrangulaire (US 442 : L. : 1,60 m ; l. : 0,90 m ; prof. : 0,46 m) apparaît dans le prolongement de la tranchée US 460 à l’ouest et livre un mobilier antérieur aux années 20-30. Si l’on considère que cette extension permet d’associer l’angle E/F à la pièce E, celle-ci offre une surface de 80 m2 (L. : 16 m ; l. : 5 m). Implantée à la perpendiculaire de cette dernière, la pièce F de l’état 2 a été intégralement oblitérée par les murs et le décaissé de la reconstruction de l’état 3 (fig. 255). Sa surface est estimée à au moins 40 m2 (L. : 8 m ; l. : env. 5 m).

Fig. 257- Secteur 4, état 2 : pièce D’, vue vers le sud (cliché : équipe de fouille).

Fig. 258- Secteur 4, état 2 : solin nord de la pièce E (cliché : équipe de fouille).

413Seul témoin de cette occupation, un lambeau de sol empierré (US 454 : ép. : 0,13-0,20 m ; fig. 260) colmate les dépôts augustéens et se place 0,30 m sous le niveau de circulation du bâti suivant. L’altitude du pavage, composé de petits blocs de 0,05 à 0,15 m de côté et de quelques fragments de terres cuites architecturales, indique que l’espace F a également rétabli une surface de circulation par enlèvement du substrat.

414• Les structures annexes du bâti D-E-F

415Les abords ouest et nord du bâtiment sont très exposés aux ruissellements de pente et bénéicient d’un système de drainage (fig. 255) dont la structure évolue au cours du temps (fig. 261). il s’agit d’abord d’un creusement (US 364), large de 2,30 m, dont le proil à fond plat et les parois concaves incisent largement le substrat US 59. Cet aménagement est observé sur environ 9 m du sud au nord où il perd rapidement de la hauteur jusqu’à disparaître. Sauf à restituer un fossé au pendage nord-sud très marqué, un creusement de plan lenticulaire visant à collecter les écoulements et sans débouché au nord est plus plausible. Son engorgement progressif est matérialisé par des dépôts limonosableux à graveleux souvent anthropisés. Un sol empierré (US 481), épais d’une dizaine de centimètres et composé de petits blocs compactés, s’installe à la suite. Latéralement, on y remarque deux renlements de 0,15-0,20 m de hauteur, le plus oriental formant un drain côté mur (US 471).

416Ce nouvel aménagement permet une circulation stable le long du bâti d-e-F tout en maintenant un système d’assainissement aupied de l’élévation ouest. Le drain qui contourne le bâtiment au nord (US 407) s’insère au sein de dépôts ruisselés du Ier siècle. Par ailleurs, la fouille a mis au jour un puits à 2 m au nord de la pièce e, côté est (US 300 ; ig. 254 et 262). Le chemisage, en place à 0,70 m de profondeur, stabilise un conduit dont le diamètre est de 0,72 à 0,74 m. Cette paroi est composée de blocs hétérométriques de 0,10 à 0,50 m de côté liés à la terre (ép. : 0,53 à 0,69 m). La fouille, limitée par la longueur de bras de l’engin de décapage, n’a pu explorer que les trois premiers mètres du comblement. Celui-ci se compose de limons argilo-sableux de teinte orangée marbrée de gris (US 300.3, 300.4), homogènes, apparemment déposés par larges amas quasi stériles et qui évoquent un comblement volontaire (non daté).

  • 58 L’auteur mentionne en outre plusieurs autres exemples de proil conique et/ou de rampes d’accès daté (...)

417Le haut du proil prend la forme d’un cône de 2,80 m de diamètre. La paroi, soigneusement tapissée de plaquettes calcaires liées à la terre (US 300.2), a pu être partie prenante d’un système d’accès semi-enterré. Un aménagement similaire datant de l’âge du Fer a été fouillé dans la Loire sur le site de Chambéon – magneux-Haute-Rive (Rapport Vermeulen 2012). Là, un puits (US 3053) profond de 2,50 m présentait un profil conique à l’ouverture (diam. sup. : 4,50 m ; diam. du conduit : 1,30 m). Une « rampe » monoxyle mesurant au moins 4 m de longueur, posée sur le fond du vestige, permettait largement d’atteindre la surface58. La profondeur étant ici beaucoup plus importante, la collecte de l’eau devait sans doute prendre une forme différente. Celle-ci reste à déinir car, si un simple plancher amovible peut protéger l’accès au conduit, l’aménagement du cône, une fois raidi par les plaquettes calcaires, n’a pas été conservé.

Fig. 259- Secteur 4, état 2 : mur est (US 360, érodé) et drain intérieur (US 359) de la pièce D (cliché : équipe de fouille).

Fig. 260- Secteur 4, état 2 : vue de détail du sol US 454 de la pièce F (cliché : équipe de fouille).

Fig. 261- Secteur 4, état 2 : aménagements successifs aux abords ouest de la pièce F : fossé US 364, chemin US 481, drain US 471 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 262- Secteur 4, état 2 : puits US 300, dégagement de la moitié ouest du chemisage supérieur (cliché : équipe de fouille).

418Quel qu’il soit, cet aménagement se connecte en surface à un sol de cailloutis, colmaté par un limon de recouvrement (US 346) mis en place avant les décennies 30-40.

Le bâtiment C, une construction d’angle du milieu du Ier siècle

419Lors de l’état 2, ce bâtiment ne se compose que d’une seule pièce (C) de 60,19 m2 à 61,56 m2 de superficie, une approximation due à la longueur diverse des grands côtés (L. ouest : 10,80 m ; L. est : 10,56 m ; l. : 5,70 m ; fig. 254 et 263). Le premier niveau d’occupation remontant au milieu du Ier siècle, la construction de ce bâti serait donc légèrement postérieure à celle du bâti D-E-F.

420• Fondations et élévations

421Le bâtiment C est, dans ses premières phases d’occupation, décaissé côté amont (fig. 264) comme le bâtiment précédent. L’implantation la plus ancienne est matérialisée par cinq trous de poteau oblongs (US 216/217 et 77) localisés sous les murs ouest et sud (fig. 263, plan 1). Hormis quelques blocs servant au calage, les comblements sont stériles et témoignent d’un environnement encore peu anthropisé. S’agit-il d’une première construction en matériaux périssables érigée sur supports plantés ou d’un banchage stabilisant le décaissé amont avant la mise en place des maçonneries ?

422La première architecture, en dur, est une construction beaucoup plus massive que ne l’est alors le bâtiment D-E-F érigé à partir de matériaux périssables et de murs peu fondés (fig. 263, plan 2). Les fondations de C, en pierres sèches et à tranchées étroites, sont ancrées à 0,80 m de profondeur côté aval (fig. 264). Le côté ouest, adossé à la pente sur près de 1 m, est le plus large (0,70 m pour 0,55 à 0,65 m par ailleurs). À sa base, des galets et des blocs de calcaire provenant du chemin US 80/233 sont récupérés et forment la semelle de la fondation. Ailleurs, les pierres sont posées sans assise régulière, horizontalement, verticalement ou en oblique, mais de nombreux éclats en colmatent les interstices. Au sommet, l’assise de réglage qui supporte les élévations est plus régulière et marque souvent un débord, interne ou externe, de 5 cm.

423À l’est, les deux ou trois assises d’élévation préservées sont bâties à l’aide de blocs de calcaire rose ou blanc de 0,25 à 0,45 m de côté. Le blocage interne est constitué de petits blocs et l’ensemble est lié avec un mortier gris clair très induré. Seule l’élévation ouest, encaissée, a conservé six assises (fig. 265). Celles-ci montrent un appareil régulier mais la paroi reste rugueuse, sans trace d’enduit. Un accès est visible à l’extrémité est du mur sud (US 21 : l. : 1,20 m ; fig. 266). L’aménagement de seuil a disparu, laissant apparaître le sommet de la fondation, parti culièrement régulier à cet endroit.

424Côté interne, le bâtiment C, tout comme l’espace D, bénéficie d’une structure drainante sur son grand côté est, côté aval (US 23 : fig. 263, plan 2 ; fig. 264). Cette tranchée à fond plat de 0,80 m de large et orientée nord-sud est parallèle au mur US 142 dont elle recouvre le débord de fondation. Elle est comblée de blocs portant des traces de mortier noyé dans une matrice de limon sableux. À ce stade, un empierrement irrégulier (US 214) situé contre l’élévation nord reste difficile à interpréter : le renfort d’un seuil ou la fondation d’un aménagement indéterminé ?

425• Deux phases d’occupation

426Deux occupations vont se succéder avant l’exhaussement de la pièce après le milieu du siècle. La première de ces occupations (fig. 263, plan 2) est matérialisée par un niveau limono-charbonneux d’épaisseur variable (US 186/205), mêlé à quelques fragments de torchis, et où blocs et tegulae ne présentent aucune organisation particulière. Cette couche est conservée sur les deux tiers ouest de cet espace. On y relève une structure circulaire de 1,50 m de diamètre livrant des charbons de bois, des os brûlés et des blocs ou tegulae fragmentées disposés à plat, peut-être la base d’un foyer (US 215). Côté est, l’érosion aval est importante. Seule l’interface avec les dépôts colluviés du versant est préservée (US 48 : une argile beige-jaune livrant quelques charbons de bois).

427Le peu de compacité des US 186-205 et la conservation de certains tessons de profil incurvé semblent indiquer un niveau où occupation et abandon se mêlent, peut-être un dépôt de matière végétale décomposée puis tassée. S’y mêle un mobilier du milieu du Ier siècle : de nombreux fragments de céramiques, des clous de chaussures, une fibule, une monnaie (frappée en 66 ap. J.-C.), quelques scories, une fusaïole en terre cuite et des éléments métalliques non identifiés.

Fig. 263- Secteur 4, état 2 : évolution du bâtiment C : 1 : trous de poteaux antérieurs aux murs ; 2 : 1er niveau d’occupation ; 3 : pose d’une chape d’argile jaune ; 4 : 2e niveau d’occupation (relevés : C. Plantevin, E. Bayen ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

428Le second sol d’occupation est précédé par la pose d’une chape d’argile jaune stérile de 0,10 à 0,33 m d’épaisseur (US 206/207 : fig. 263, plan 3). La pièce est ensuite scindée en deux par une cloison nord-sud (US 55 : l. : 0,44 m ; fig. 263, plan 4). L’US 55 est matérialisée par une fine couche de mortier de chaux et par un effet de paroi composé d’une suite de blocs calcaires. Deux poteaux (US 51, US 163) apparaissent au-dela de son extrémité nord, l’un des calages employant la partie supérieure d’une céramique (col en bas). La moitié ouest de la pièce présente alors une superficie de 23,54 m2, alors que la moitié est, plus large (31,50 m2), fait face à l’accès sud. Le mobilier, du milieu du Ier siècle ap. J.-C., est identique à celui de la phase précédente.

Fig. 264- Secteur 4, tous états : coupe ouest-est du bâtiment A-B-C (relevés : L. Kuntz, C. Plantevin ; DAO : L. Kuntz, M. Lagrange, C. Coquidé).

Fig. 265- Secteur 4, état 2 : élévations du mur ouest de la pièce C (en arrière plan, les pièces A et B de l’état 4) [montage des clichés : Cl. Marcellin].

Fig. 266- Secteur 4, état 2 : la pièce C au cours du Ier siècle, vue vers le sud (cliché : équipe de fouille).

429• Le bâtiment C, un usage mixte ?

  • 59 A. Bouchette et I. Figueiral, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 122.

430Lors de la première occupation, cette pièce unique à l’accès peu large est un édifice modeste, apparemment chauffé. La base du sédiment US 186-205, très régulière, tend à infirmer la présence d’une stabulation. Les quelques graines de céréales (millet, orge, blé) associées sont trop peu nombreuses pour qu’on puisse y envisager le stockage de ces denrées. En revanche, l’étude des charbons de bois révèle la forte présence de bois d’œuvre (le chêne, l’orme puis le sapin). D’autres bois sont présents mais en quantité moins importante (buis, hêtre, frêne, merisier/cerisier), la variété des espèces arbustives illustrant alors un dépôt de longue durée. Ces bois sont-ils les vestiges de charpente et de menuiseries détruites, les reliquats d’un stockage de matériaux ou la résultante d’une accumulation de déchets lors de l’abandon59 ?

431La seconde occupation conserve la trace d’une délimitation de l’espace dans l’axe de l’accès sud confinant la surface occidentale de la pièce.

432• L’abandon du bâtiment C à la fin du Ier siècle

433Le remblaiement et l’exhaussement du bâtiment C (fig. 267) interviennent vers la fin du Ier siècle. Ces événements qui prennent place quelques décennies à peine après la mise en place illustrent peut-être la fragilité de cet édifice construit sans aucun système de drainage, soumis à la pression d’un milieu en pleine évolution. Le second sol d’occupation est ainsi scellé par une série de remblais composés de matériaux issus d’une ou de plusieurs démolitions. On constate la juxtaposition « en tas » de mortier et de béton de tuileau (US 49), de blocs (US 50), de tegulae (US 14) et d’un limon argileux à éclats calcaires (US 56). Des argiles de ruissellement orangé brun très compactes associées à quelques éléments de construction épars s’insèrent entre ces niveaux (US 195).

  • 60 Détermination S. Saintot, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 306 et annexe 7, remarques technologique (...)

434Ces dépôts dont le volume et le pendage ouest-est impliquent probablement l’arasement des élévations signent à la fois l’abandon provisoire du bâtiment C et la présence de secteurs en travaux. Leur provenance, et particulièrement celle du béton de tuileau auquel se mêlent des plaques corticales rectangulaires de silex jurassiques, reste inconnue. L’usage de ces plaques (fig. coul. 31, en bas à droite) comme partie d’opus sectile est improbable car ce matériau siliceux n’est pas employé pour le façonnage des éléments lithiques qui composent ce type de dallage et aucune trace d’usure n’y est visible60.

Fig. 267- Secteur 4, état 2 ou 3 : la pièce C après remblaiement (cliché : équipe de fouille).

Le four à chaux US 355 et ses aménagements

435Le four US 355 est installé à 20 m au nord-ouest du bâtiment D-E-F (fig. 268). Excavé sur la pente, il communique côté aval avec une fosse servant à l’alimentation en bois et en oxygène (US 356) via un ouvreau creusé en sape dans le substrat. Son fonctionnement est limité dans le temps et correspond sans doute à l’une ou l’autre des phases de (re) construction du Ier siècle. La place de sa production au sein de la villa est traitée à la suite.

Fig. 268- Secteur 4, état 2 : relevés en plan, à différentes étapes de leur utilisation, du four à chaux US 355 et de la fosse d’enfournement US 356 (relevés : C. Plantevin, E. Bayen, P. Constantin, E. Gianola, N. Valour ; DAO : E. Bayen, M. Lagrange, C. Coquidé).

436• Structure et fonctionnement

437Le four (diam. de surface : 2,75 m ; prof. max. : 3 m) est excavé au travers de l’US limono-argileuse (US 59 ; fig. 269 et 270). Aucune maçonnerie ne renforce ses parois stabilisées par l’induration du substrat sur 0,10 à 0,20 m d’épaisseur. Il semble que le fond de la structure, non rubéfié, soit installé sur le socle calcaire.

438Le four présente un profil tronconique. La partie basse (le foyer), soit environ la moitié de la structure, est évasée (diam. de fond : 1,40 m ; diam. du sommet : 2,75 m). C’est au sommet de la partie basse qu’apparaît l’ouvreau (l. et H. : 0,50-0,60 m ; fig. 271) dont les parois relativement verticales supportent une voûte légèrement en ogive. La localisation en contrehaut du foyer est particulière (fig. 269 et 270). En effet, la récupération de la chaux déposée au fond du four s’effectue habituellement en sape via la fosse de travail. Ici, l’accès étant nettement surélevé, la collecte ne pouvait se faire qu’une fois le travail terminé et le four libéré par le haut. Ce type de profil avec « appel d’air à mi-hauteur » favorise la circulation de l’air et accroît le volume de la chambre de chauffe (Flach 1982).

439Une banquette en retrait sur 0,25 à 0,30 m porte le diamètre interne à 3,30 m (fig. 269, 271 et 272). Deux encoches profondes de 15 à 20 cm y sont ménagées côté ouest face à l’ouvreau, tandis que deux modestes aménagements composés de blocs plats noyés dans un mortier clair leur font face, de part et d’autre de l’ouverture. Ces aménagements indiquent que la charge des blocs de calcaire devait être supportée par deux tirants métalliques (?), l’assemblage des blocs pouvant participer au reste du soutènement.

440La partie haute du four (la marmite) contient la charge à chauffer et présente un profil convexe qui s’élargit régulièrement depuis la surface (fig. 269). Aucune couverture n’était nécessaire au sommet du four où l’entassement des blocs est en constant renouvellement, des conduits verticaux pouvant être ménagés à travers la charge afin de favoriser le tirage. La fosse de travail US 356 est oblongue (L. : 5,10 m ; l. : 2 m ; prof. : 1 m), son pendage est à contre-pente, incliné en direction du four.

441Le fond du four est tapissé d’un niveau cendreux gris et meuble témoin du dernier foyer de chauffe (US 355.6), suivi d’un épais reliquat de chaux mêlé à de petits blocs non réduits (US 355.4 : fig. 269). Côté fosse, un fin niveau de limon argileux feuilleté avec des micro-fragments calcaires (US 356.9) puis un limon sableux charbonneux avec des nodules de terre cuite (US 356.8) correspond à la phase d’utilisation.

  • 61 Le traitement que subit la chaux lors de la fabrication du mortier explique qu’aucune observation n (...)

442Le résidu de la dernière chauffe a été prélevé pour observation. Un examen à la loupe binoculaire des petits blocs61 (grossissement x 20) indique que ceux-ci sont constitués de calcaire oolithique, que l’on peut rapporter aux affleurements du Bathonien, de type « pierre de Lucenay (H. Savay-Guerraz, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 130). La région d’Anse héberge encore plusieurs dizaines de fours à chaux au XIXe siècle. Trois mentions apparaissent autour du bourg sur la carte de Rembielinski datée de 1844 (Collectif 2003 : 24 et suiv.).

  • 62 I. Figueiral, in Rapport Coquidé et al. 2006 : 130.

443L’analyse du combustible permet une approche sur le mode d’approvisionnement en bois de feu et sur la nature des boisements exploités pour cette activité. Pour les bois de combustion, on note un choix préférentiel pour le chêne mais également des traces de sapin, de noyer puis d’orme et de vigne. L’utilisation du bois de faible calibre (petites branches ou brindilles) a été observée, même si les fragments de charbons mesurables étaient très rares (absence du dernier cerne de croissance). Ces variations dans les différents échantillons sont à mettre en rapport avec les différentes charges de bois lors de l’alimentation du feu. Aucun choix strict des espèces en accord avec les qualités spécifiques du matériau n’est mis en évidence62.

Fig. 269- Secteur 4, état 2 : coupe et profils du four à chaux US 355 et de sa fosse d’enfournement (relevés : C. Plantevin, E. Bayen, P. Constantin, E. Gianola, N. Valour ; DAO : E. Bayen, M. Lagrange, C. Coquidé).

444• La fin de l’utilisation

  • 63 Observation : H. Savay-Guerraz.

445À l’arrêt de la structure, un épais niveau composé de limon brunbeige à brun-vert comble d’abord le four et la fosse attenante presque à mi hauteur (US 355.2 et 356.7 : fig. 268 et 269). Côté four, de nombreux blocs hétérométriques, jusqu’à 0,50 m de côté, se mêlent à l’US 355.2. Les blocs au contact avec le reliquat de chaux US 355.4 portent des traces de chauffe indiquant que ce colmatage volontaire a suivi de peu la dernière utilisation. Côté fosse, c’est à ce stade du comblement qu’une plateforme empierrée de plan quadrangulaire (US 356.4) est mise en place (fig. 268, 269 et 273). Installée au centre de la fosse, elle est construite à l’aide de blocs calcaires de taille centimétrique, émoussés, friables, jointifs et en partie comburés. Côté ouest, face à l’ouvreau, de gros blocs forment une bordure imposante (US 356.6 : L. : 1,90 m ; l. : 1,15 m) dont l’effet de paroi reste inexpliqué. L’examen des petits blocs à la binoculaire confirme qu’il s’agit du même matériau que celui qui a été prélevé en fond de four63. Nous n’avons trouvé aucun parallèle à cet aménagement, qui semble intervenir peu après la dernière combustion et participe éventuellement à la chaîne de production. À cet endroit de la pente, l’installation d’une plateforme peut éventuellement être utile pour stabiliser des contenants visant à traiter la chaux.

Fig. 270- Secteur 4, état 2 : le four US 355 et sa fosse d’enfournement US 356, vue vers l’est (cliché : équipe de fouille).

446Lors de l’abandon du four, une argile limoneuse de ruissellement, beige à jaune, très compacte, associée à quelques amas de blocs, vient dans un second temps colmater l’ensemble des structures (US 355.1 et US 356.2 : fig. 268 et 269). Côté fosse, face à l’ouvreau, de gros blocs s’associent à cette phase et dessinent un massif quadrangulaire (L. : 1,60 ; l. : 1,20 m). S’agit-il d’une réoccupation temporaire et/ou d’une récupération partielle de la plateforme ?

  • 64 Données tirées des études d’A. Bouchette, I. Figueiral, C. Galtier, D. Lalaï, in Rapport Coquidé et (...)

447Un dépotoir (US 356.1) s’installe au sommet de la fosse. Ce dépôt limoneux noir très anthropisé, particulièrement érodé, se mêle à la terre végétale et livre pourtant un très nombreux mobilier. 1 045 fragments de céramique (ensemble Anse IV : voir ci-dessous) situent cette utilisation opportuniste de la fosse US 356 à la fin du Ier siècle ou du début du IIe siècle. Le mobilier métallique (fig. coul. 30) comporte des éléments de construction et de menuiserie, des ferrures, une poignée ouvragée en bronze, des anneaux, une fibule. De nombreux autres objets, trop fragmentés, sont restés indéterminés. La faune est représentée par les taxons de la triade classique du cheptel (soit un bovidé, cinq caprinés et cinq porcs, adultes et juvéniles). Bien que faiblement représenté, le coq domestique est attesté. Enfin, les études paléo-environnementales identifient différents taxons de bois, dont beaucoup de bois d’œuvre (du chêne) et presque aucun arbuste ou graine64.

Fig. 271- Secteur 4, état 2 : détail du four US 355 et de sa fosse d’enfournement : l’ouvreau côté marmite (cliché : équipe de fouille).

Fig. 272- Secteur 4, état 2 : détail du four US 355 et de sa fosse d’enfournement : l’encoche nord sur la banquette (cliché : équipe de fouille).

Fig. 273- Secteur 4, état 2 : détail du four US 355 et de sa fosse d’enfournement : la plateforme empierrée, vue vers l’est (cliché : équipe de fouille).

448• Le four à chaux, éléments de comparaison

  • 65 Formule et calculs transmis par R. Tenu.

449La présence de fours à chaux n’est pas rare sur les sites antiques et le module de celui fouillé au nord du secteur 4 est commun, soit 2,50 à 3 m de diamètre en moyenne. Le cône supérieur du four, dont le diamètre varie de 2,75 à 3,25 m, supporte une charge de blocs de 10,627 m3 environ65. Le volume du cône inférieur, le foyer, est moitié moins important, soit 5,80 m3.

450À titre de comparaison, à Touffréville (Calvados) un site a livré huit fours en simples fosses et seize fours avec « entrée permanente ». Ceux du second groupe présentent des profils plus ou moins complexes assez similaires à celui de Bancillon, bien que d’un diamètre un peu inférieur (jusqu’à environ 2,50 m). Ils sont parfois installés en batterie et se répartissent sur différents secteurs d’une même villa au cours des siècles. Un seul four montre un foyer plus bas que le couloir d’accès de l’ouvreau. Alentour, divers dépôts de blocs, de charbon de bois et de chaux signalent des aires de travail ou de stockage ; de nombreux blocs chauffés sont également réemployés dans les maçonneries (Coulthard 1999). Considérant le nombre des fours et l’association en batterie de certains d’entre eux, l’étude conclut à la fois à une production ponctuelle répondant à des besoins internes et à une vocation commerciale.

451Par comparaison, et à moins que d’autres vestiges ne soient en place hors emprise au sud, l’unique four du site présenté paraît loin de ce schéma. Il semble que la production y soit très localisée, ce que semble confirmer l’absence de matériaux liés à la fabrication de chaux sur l’ensemble des secteurs décapés, et tournée vers un usage local plus que dédiée au commerce. Les indices chronologiques associés à son abandon indiquent par ailleurs que son fonctionnement, au cours du Ier siècle, correspond à une période d’intenses constructions et reconstructions, celles du bâtiment C par exemple dont les niveaux d’abandon livrent en outre de nombreux matériaux de démolition. Le travail que représentent l’excavation et la mise en fonction du four restent néanmoins remarquables.

Les marges est de la villa en pied de versant

452Le pied du versant a favorisé le développement d’une suite stratigraphique révélant le démantèlement des formations de pente et parmi laquelle se sont insérées des structures linéaires, sentier, mur et fossé.

453• La stratigraphie au Ier siècle ap. J.-C.

454La stratigraphie conserve la trace de nombreux ruissellements datés du premier siècle de notre ère. Ces dépôts s’inscrivent globalement dans une période un peu humide marquée par une recrudescence hydrologique notée sur le Rhône (Salvador et al. 2002). L’impact sur l’environnement ansois est renforcé par le déboisement du versant et conduit à une accrétion sensible des niveaux de circulation extérieurs dès les premières décennies du Ier siècle.

455Ces forts ruissellements, déjà mentionnés ci-dessus, sont recoupés par la pièce C et sont donc antérieurs aux années 30-40 ap. J.-C. (fig. 264). Les abords nord du bâtiment D-E-F canalisent des colluvions dont les dépôts successifs élèvent le niveau de circulation de plusieurs dizaines de centimètres en quelques décennies (fig. 274). La conservation de cette séquence a sans doute été rendue possible par une stabilisation du milieu puis renforcée par l’installation, immédiatement à l’amont, du chemin de desserte interne au cours du IIIe siècle.

456Cette suite stratigraphique montre un séquençage important qui fossilise à la fois l’histoire du lieu et le démantèlement de la pente (fig. 274). Les premiers limons qui nappent le substrat ante-antique US 59 sont quasi stériles (US 352 et 346). Vers le milieu du Ier siècle, un niveau de tegulae disposées à plat, rebords vers le haut, signale une phase de travaux et/ou un essai de stabilisation de la zone (US 303). S’ensuit un nouvel épisode de recouvrement limoneux, peu anthropisé, qui exhausse la surface (US 491) alors qu’une lentille de mortier (US 358) et un empierrement localisé (US 350), issus de formations érodées, viennent illustrer le déblaiement régulier de dépôts intercalaires. Les fondations qui s’installent à partir du IIe siècle (état 3) recoupent l’ensemble de la séquence dont l’accrétion a finalement élevé le niveau de circulation d’une cinquantaine de centimètres.

457• La séparation entre la villa et le Val de Saône

458L’observation des coupes transversales du bas de versant associée à celle des données chronologiques fondées sur les terminus post quem du mobilier révèle qu’une série de structures linéaires traversent l’emprise côté est dès l’état 2, à 7 m du bâtiment C (fig. 275). Ce faisceau de plus de 80 m linéaire est perçu entre les sites de Bancillon et de La Citadelle, son impact dépassant ainsi largement le cadre de la villa.

459Aux abords est du site, un premier tracé pourrait éventuellement remonter à l’état 1, sous la forme d’un sentier empierré (US 230). Lors de l’état 2, un fossé (US 95, uniquement coupe B) puis un mur (US 99) large de 0,80 à 0,90 m longent la villa côté est et se poursuivent au-delà vers le nord. Ceux-ci sont ensuite largement oblitérés et remplacés par un fossé (US 135).

Fig. 274- Secteur 4, état 2 : accrétion stratigraphique et augmentation du niveau de circulation au cours du Ier siècle ap. J.-C., ici l’exemple des abords nord du bâtiment D-E-F (cliché : équipe de fouille ; DAO : C. Coquidé).

Secteur 4 : optimum du fonctionnement entre le IIe et le milieu du IIIe siècle (état 3)

460Le bâtiment D-E-F est reconstruit au début du IIe siècle alors que le bâtiment C est, ou va être, relevé (fig. 276) ; des espaces limités par des poteaux ou des solins sont mis au jour dans les zones intercalaires. L’accès à ce secteur de la villa s’effectue côté nord où un dispositif d’entrée est visible alors qu’aucune clôture n’est encore perceptible. Un autre seuil, majeur, se situe à l’ouest et est formalisé par un porche ouvrant sur la pente et l’espace agraire. Côté est, un large fossé sépare encore l’occupation antique des usages du Val de Saône.

Les pièces D-E-F, une reconstruction à l’identique

461Le bâtiment D-E-F est intégralement reconstruit lors de l’état 3 (fig. 277). Une monnaie émise en 133 ap. J.-C. et posée sur le sol de la pièce F lors l’état 2 (US 454) indique que le nouvel édifice ne se met pas en place avant le milieu du IIe siècle. Le mobilier, également du IIe siècle, issu du niveau caillouteux US 363 déposé sur l’US 454 et celui des sols plus tardifs de la pièce E confirment ce fait.

462Hormis un décalage de l’ordre d’un demi-mètre sur l’espace E, les nouvelles pièces reprennent exactement le plan des espaces précédents, une meilleure conservation des murs permettant cette fois d’en lire certains accès et circulations. L’assiette du bâtiment reste donc similaire à celle de l’état 2, soit au minimum de 238 m2, la berme sud masquant toujours l’étendue des espaces D et F. Côté amont, un mur semble protéger l’édifice des ruissellements.

463• Trois espaces de profil différent

464L’espace central D (L. : 11,50 m ; l. min : 7,50 m) est dégagé sur une surface de 86,25 m2 (fig. 277). Le mur nord conserve un peu d’élévation alors que le mur oriental est pratiquement arasé. La coupe de la berme sud illustre en effet la forte érosion des niveaux de l’état 3 où aucun sol n’est conservé. Ainsi, aucune partition centrale de type D’n’est décelée. Pourtant, le pendage implique que des aménagements visant à rétablir des niveaux de circulation plans ont dû exister. Deux murets larges de 0,25 m, composés de blocs retouchés (US 416 et 422 : ép. : 0,15-0,20 m), soigneusement disposés à plat et liés à la terre, sont accolés aux murs nord et ouest et participent éventuellement à la partition interne de la pièce, voire supportent un plancher. De même, un aménagement quadrangulaire (US 415), de facture identique à celle des murets, est observé à proximité mais son attribution à la période reste cette fois hypothétique.

465La pièce F est un espace technique couvert qui borde D vers l’ouest (fig. 277). Côté ouest, le mur est en appui sur la paroi limono-argileuse du substrat sur près d’un mètre de hauteur (fig. 256). À l’intérieur de la pièce, l’élévation (US 362) est conservée sur cinq assises, relativement irrégulières et apparemment non enduites (fig. 278). La présence de deux encoches de 0,10 à 0,15 m de hauteur au niveau des deux premières assises témoigne d’un aménagement indéterminé ancré dans le mur (fig. 279).

466Un muret est accolé aux murs ouest et nord (US 450 et 451) de la pièce F (L. min. 14,50 m ; l. : 5,80 m, soit une surface minimum de 84,10 m2), l’extrémité orientale du muret nord étant terminée par une pile profondément implantée (fig. 280). Son extension inclut cette fois nettement l’angle nord-ouest du bâtiment. La destination de cette double maçonnerie n’est pas clairement établie : peut-être est-ce un renfort destiné à la pièce la plus à l’amont ou le support d’un plancher. Concernant cette dernière hypothèse, on remarque que les niveaux d’abandon du bâtiment C couvrent à la fois le sommet du mur ouest et la base du muret laissant supposer qu’un vide sanitaire a existé. Quoi qu’il en soit, sur la coupe de la berme sud, l’altitude minimum du niveau de circulation restitué (autour de 184,90 m) place le sol de l’état 3 à 0,20 m plus haut que celui de l’état 2 (fig. 256).

Fig. 275- Secteur 4, tous états. Premiers tracés linéaires à l’est de la villa, et accrétion stratigraphique du bas de pente (relevés : E. Bayen, C. Plantevin ; DAO : L. Kuntz, M. Lagrange, C. Coquidé).

Fig. 276- Bancillon, plan général du secteur 4 à l’état 3 : IIe-milieu du IIIe siècle ap. J.-C. (DAO : E. Bayen, C. Coquidé, Cl. Marcellin).

Fig. 277- Secteur 4, état 3. Bâtiment D-E-F et espace H (relevés : C. Plantevin, E. Bayen, P. Constantin ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

Fig. 278- Secteur 4, état 3 : élévation du mur ouest (détail) de la pièce F (US 362), muret de soutènement US 480 et encoches ménagées à la base du parement (cliché : équipe de fouille ; montage : Cl. Marcellin).

Fig. 279- Secteur 4, état 3 : vue de l’encoche sud à la base du mur 362 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 280- Secteur 4, état 3 : détail de la pièce F, pile localisée à l’extrémité est du muret US 451 (cliché : équipe de fouille).

467Deux accès sont lisibles (fig. 277). Le principal seuil, ouvrant vers l’extérieur côté nord et large de 2,90 m, est rendu perceptible par le rétrécissement de la fondation (fig. 281). un assemblage de blocs, de plan circulaire, y sert de base à une colonnette (US 257 : diam. : 0,44 m ; H. : 0,20 m) contre son bord ouest, côté interne (fig. 281). Le second accès s’effectue depuis la pièce e (voir ci-dessous). Le niveau d’abandon livre moins de dix éléments de menuiserie, dont une clef et un gond. À noter enfin que les trois seuls quarts-de-cercle en brique mis au jour sur le secteur économique proviennent de la pièce F.

468L’espace e est une cour perpendiculaire à l’espace F qui borde la pièce d au nord (fig. 277). Elle s’étend sur 12 m est-ouest et 5,80 m nord-sud couvrant une surface de 69,60 m2. Côté nord, la fondation est implantée sur sept niveaux de blocs, soit 0,45 m de hauteur, tous noyés dans un mortier gris très induré ; le mur côté aval, à l’est, est beaucoup moins fondé. La base de l’élévation (côté nord) est marquée d’une ligne de mortier relativement régulière au-dessus de laquelle deux à trois assises sont encore visibles.

  • 66 Une mise en place identique a été signalée dans l’espace de cour L’sur le site de La Citadelle.

469Un sol caillouteux constitué de multiples recharges de faible ampleur est marqué par une pente ouest-est en accord avec la dénivelée naturelle du versant et un espace ouvert de type cour est envisageable. La moitié inférieure d’un vase en céramique commune grise y est installée, à proximité du mur nord66. Côté ouest, à la limite des pièces e et F, un aménagement horizontal, construit en tegulae et centré sur la largeur de la pièce (US 382 : ig. 282), marque le passage de la pièce e à la pièce F.

470Un mur (US 337) est implanté 19 m à l’amont du bâtiment d-e-F (fig. 283). De fondation peu profonde (0,15 m), il a une large assiette (0,90 m). Les deux assises de l’élévation sont conservées côté sud et révèlent un parement soigné, composé de blocs angulaires très ajustés. L’extrémité nord se perd sur une large fosse empierrée (US 340) dont le comblement favorise la collecte et l’absorption des ruissellements amont. La localisation du vestige et sa structure interne signalent sans doute un mur de terrasse protégeant des ruissellements le bâtiment installé en contrebas.

Fig. 281- Secteur 4, état 3 : détail de la pièce F, accès nord et emplacement de la base circulaire US 257 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 282- Secteur 4, état 3 : seuil US 382, localisé entre les pièces E et F (cliché : équipe de fouille).

471• Les pièces d-e-F, fonctions et comparaisons

472Le bâtiment d-e-F associe ainsi des pièces de proils variés et est sans doute parfaitement adapté à ses fonctions, puisqu’il est reconstruit sans modiication du plan d’origine mais sur des fondations « en dur » (fig. 277). La conservation de certains aménagements (sols, seuils, banquettes maçonnées) a cette fois permis de proposer quelques hypothèses quant aux usages dévolus à ce bâtiment.

473Les pièces mitoyennes e et F peuvent être associées au stockage et à la circulation. ainsi, dans la pièce F, le large seuil (l. : 2,90 m) ouvert sur l’extérieur et le plancher facilitent le mouvement et le dépôt des biens. Placé perpendiculairement côté est, la cour e communique avec la précédente via un seuil étroit. Elle offre un espace ouvert, peu contraint et protégé, intra-muros. Au cœur du bâtiment, la vocation de la pièce d est la plus dificile à caractériser. Son architecture, complexe, montre dans un premier temps une pièce centrale surcreusée (d’) entourée d’un portique, l’ensemble étant de dimension modeste, d’une vingtaine de m2 en l’état du décapage. Cet aménagement central disparu, aucun indice ne permet d’affirmer la pérennité du péristyle, ni de confirmer ou d’infirmer la présence d’une couverture, notamment lors de la reconstruction.

Fig. 283- Secteur 4, état 3 : mur de protection US 337 sur la fosse US 340, à l’amont du bâtiment D-E-F (cliché : équipe de fouille).

474Le plan du bâti, de tradition italienne, reste relativement commun. Un édifice de plan identique a été photographié, parmi d’autres, aux abords d’une villa auvergnate (Dousteyssier, Ségard, Trément 2004 : 134). Un autre exemple a également été mis au jour à Détrier Champ-Mercier (Haute-Savoie), lotissement Pré-Dame (bâtiment 7), au cœur d’une occupation non identifiée d’au moins trois hectares, à proximité d’un axe de circulation (La Tène finale et époque impériale) [Rapport Gabayet 2009]. Les fonctions de ces bâtiments sont toutefois restées inconnues.

475À ce propos, un parallèle iconographique peut être trouvé dans une mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, où on observe deux personnages en train de fouler le raisin dans un bac inséré au sein d’une petite pièce à péristyle (Lancha 1981 : 217, pl. CXVIIIb). Un autre exemple de pièce à galerie accolée à des bâtiments dédiés à la viticulture est figuré dans un établissement italien (la villa de la Regina – Brun 2004 : 19). Un plan tripartite, plus proche de l’exemple ansois, associant deux salles en long encadrant un espace central a également été mis au jour dans la pars rustica de la villa de Boscéaz à Orbe (Vaud, Suisse). Cette installation est réputée abriter des fonctions de stockage, de l’artisanat, de l’habitat et éventuellement de la stabulation (Paunier 2005). Cette organisation spatiale rappelle aussi, dans un module néanmoins supérieur, certaines fabricae de fortifications militaires qui assurent l’approvisionnement ou l’entretien des biens ou produits courants. Ainsi à Inchtuthill (Écosse), le bâtiment adopte un plan en « U » et abrite une activité métallurgique. Celle d’Oberstimm (Haute-Bavière), dont la fonction est liée à la gestion de denrées culinaires, est de plan beaucoup plus complexe mais associe un réservoir en bois au centre de la cour (Reddé et al. 2006 : 116-118).

476Il semble donc que cet agencement traduise des activités artisanales ou de production et qu’une fonction utilitaire, sans autre précision, puisse être déduite de la configuration du bâtiment D-E-F, ce que ne contredit pas sa localisation au cœur de la partie économique de la villa.

La reconstruction du bâtiment C

477La reconstruction du bâtiment C intervient sans doute lors de l’état 3, bien qu’aucun niveau postérieur au Ier siècle n’ait été conservé (fig. 264). La remise en état conserve l’accès US 21 et exhausse le niveau de circulation de près de 0,70 m. Le côté aval du nouveau bâtiment est alors hors-sol et forme probablement un podium, intégralement érodé.

478Les murs sont rebâtis à l’aplomb des précédents avec, à l’ouest, un débord de près de 8 cm vers l’intérieur (fig. 265). Le mur sud conserve une encoche (L. : 0,17 m ; H. : 0,12 m) à l’interface de l’ancienne et de la nouvelle élévation, peut-être une accroche de plancher (fig. 266). À l’extérieur, côté est, deux nouveaux contreforts (US 143 central et US 145) sont mis en place. Contrairement aux précédents, ils sont profondément ancrés au sol (l. : 1 m ; prof. min. : 0,85 m ; fig. 284), liés au mortier et chaînés au mur ; les blocs de calcaire sont soigneusement disposés, selon l’assise, soit en oblique, soit à plat.

Enclos et circulation entre les bâtiments

479Les surfaces entre les bâtiments soit loin d’être vacantes (fig. 276). Ces espaces intercalaires que le plan masse souligne à peine, sont occupés par des enclos ou par des édicules. Des fossés et des ornières matérialisent des circulations entre le bâti et vers l’amont.

480• Espaces clos et bâti léger

481Un enclos (H), dont les supports plantés sont équidistants d’environ 3 m, longe la pièce F sur au moins 10 m de long et 7 m de large (fig. 277). Un second enclos (I), toujours sur poteaux, dessine un espace d’au moins 8 m sur 5 m, à quelques mètres de là, au nord-ouest (fig. 276 et 285). Le mobilier indique une mise en place entre le milieu du IIe siècle et le IIIe siècle. L’orientation de l’enclos I diverge de celle de l’établissement mais trouve un écho dans l’inclinaison d’ornières (voir ci-dessous), dont le tracé est partiellement repris par un chemin de desserte interne lors de l’état 4. La limite sud de I est doublée, côté amont, par un ruissellement composé de graviers et de petits blocs (US 322). Ce dépôt a pu être bloqué par un autre type de contention, de type haie, ou une levée de terre, dont le tracé doublerait ou succéderait à l’enclos sur poteaux. Un ruissellement similaire apparaît au nord (US 357). Orienté nord-sud, il barre cette fois la pente et confirme, en négatif, la présence de limites disparues. Immédiatement à l’aval, une palissade longue de 9 m (US 315) isole ce secteur de l’aval (fig. 276 et 286).

482Une autre zone de trous de poteaux (J), située cette fois à quelques mètres de l’angle nord-est du bâtiment D-E-F, ne révèle aucune organisation particulière (fig. 276). Cet aménagement léger, qui côtoie un sol de tegulae fragmentées associant des scories et un culot de forge, témoigne éventuellement d’une activité métallurgique ponctuelle entre la fin du IIe siècle et le début du IIIe siècle.

483• Fossés et ornières

484Fossés et ornières signalent la présence d’axes de circulation entre bâtiments et enclos (fig. 276). Deux fossés presque parallèles et orientés nord-sud sont enregistrés au nord du bâtiment D-E-F (US 344 et 345 : l. : 0,70-0,80 m ; prof. : 0,15 m et 0,30 m). Comblés entre le milieu du IIe siècle et le IIIe siècle, ils restent visibles sur près de 4 m, puis sont recoupés par le mur 313 de la clôture (état 4). Aucune trace n’a été révélée au-delà au nord.

Fig. 284- Secteur 4, état 3 : détails du bâtiment D-E-F, la fondation du contrefort US 145 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 285- Secteur 4, état 3 : lignes de trous de poteau et ruissellements délimitant l’espace I (relevé : A. Frécon, Cl. Marcellin ; DAO : E. Bayen).

Fig. 286- Secteur 4, état 3 : palissade US 315 et aire du dépotoir US 316 (état 4) [cliché : équipe de fouille].

Fig. 287- Secteur 4, états 3 et 4 : accès nord-ouest de la villa (niveaux médiévaux en grisé) [relevés : C. Plantevin, A. Frécon, C. Cécillon ; DAO : E. Bayen, M. Lagrange, C. Coquidé).

485Deux ornières orientées nord-est/sud-ouest avec un entraxe de 1,50 m apparaissent 17 m plus au sud (US 411 et 412 : l. : 0,20-0,22 m ; prof. : 0,06-0,08 m). Leur tracé est discontinu mais se repère sur un peu plus de 15 m. L’ample recouvrement post-antique du secteur interdit d’y voir des traces de circulation d’époque moderne ou contemporaine. Elles se dirigent vers l’accès ouest mais ne peuvent coexister avec le mur de terrasse US 338. Elles semblent s’insérer à la base du chemin de l’état 4.

Les accès à l’établissement

486Deux larges accès sont perceptibles sur cette partie du secteur 4 : l’un au nord-ouest, ouvre sur la pente et l’espace agraire, et l’autre, au nord, permet d’accéder à la voie majeure et au site de La Citadelle (fig. 276).

487• Un accès vers la pente au nord-ouest

488Cet accès ouvert à l’ouest, au plus fort de la pente, combine un mur massif orienté nord-sud (US 506), terminé au sud par une barre perpendiculaire sur laquelle s’appuie un système de fermeture sur poteaux (l. min. du dispositif : 3,20 m ; fig. 287 et 288). Cet aménagement, en place à l’état 3, a pu exister lors des états précédents. En effet, en dépit d’une stratigraphie complexe de plus de 1,50 m de hauteur due à une série de recharges de sols graveleux, le mobilier est resté erratique et a limité l’établissement de jalons chronologiques. Le premier sol livre ainsi quelques tessons des Ier et IIe siècles, les autres niveaux ne livrent que des fragments indéterminés ou apparentés au répertoire du Haut-Empire. Le IIIe siècle est atteint au niveau du sol le plus tardif (US 598). Ces lacunes chronologiques rendant impossible la dissociation des états 3 et 4, la totalité de la séquence est donc intégralement présentée ci-dessous.

489Le mur US 506 barre la pente au droit et à l’amont du bâtiment D-E-F (fig. 287) avant d’amorcer quelques mètres plus au nord un angle à plus de 155 ° et de poursuivre sa course vers le nord-ouest. Quelques détails de construction démarquent ce mur des maçonneries situées à l’aval. On y emploie exclusivement des pierres calcaires claires pendant que les murs en contrebas font également usage de blocs de teinte rose violacé. La tranchée de fondation, habituellement étroite, présente ici un creusement élargi côté est avec un débord de 0,60 m (US 507). Elle est comblée de débris de taille, de blocs et recouvre les deux ou trois premières assises de l’élévation. La fondation (US 505) se compose d’éléments oblongs disposés de chant ou de biais, cette disposition originale facilitant éventuellement l’écoulement des ruissellements.

  • 67 La céramique a été mise au jour lors des sondages (Rapport Remy 2007 : 26).

490Le parement de l’élévation, lisible sur deux à trois niveaux, est en revanche de facture identique à ceux observés en bas de pente. Il montre une gîte importante vers l’aval, qui a sans doute entraîné l’effondrement du mur. Au sud, la barre perpendiculaire localisée à l’extrémité sud du mur signale un accès quelque peu monumental. Le pendant méridional n’ayant pas été mis au jour, la largeur minimale du passage est donc estimée à 3 m. Un lambeau de sol composé de petits blocs (US 563) et d’un pot (horticole ?) à col côtelé et fond manquant ont été mis au jour contre ce mur, côté amont67.

491Une suite de sols caillouteux (US 559, US 562) stabilise cet accès (fig. 287). Les sols les plus bas sont au contact de la base de l’élévation de la barre transversale du mur US 506, chaque recharge exhaussant toujours un peu plus le niveau de circulation, jusqu’à former une levée artificielle au cours du IIIe siècle.

492Le premier sol mis en place se compose de petites plaquettes calcaires de 4 à 6 cm de côté, imbriquées et posées à plat, avec quelques inclusions de mortier gris (US 559 : ép. : 0,05 à 0,20 m). L’US 559 est contemporaine du système de fermeture présenté ci-dessus et déborde largement au nord. Une première colluvion (US 587) encore peu anthropisée et composée d’un limon brun clair avec des nodules calcaires, vient recouvrir ce sol côté ouest (à l’amont). Un second sol composé d’un niveau dense de petits blocs présente déjà un pendage sud-nord plus accentué (US 562). Sa partie médiane, une couche d’assainissement, s’épaissit jusqu’à atteindre 0,50 m. Un limon brun-gris charbonneux avec quelques terres cuites architecturales, surmonté d’un fin cailloutis, apparaît à la suite (US 524).

  • 68 Étude de D. Lalaï, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 199-212.

493L’US 524 est de même composition que le chemin US 509 qui prend naissance à ce niveau et se dirige vers le nord. Ces deux contextes livrent du charbon de bois et quelques tessons, une exception sur ce secteur, dont l’épaisse stratigraphie reste presque stérile, signalant sans doute l’éloignement (relatif) de toute activité de production. Seule la conjonction d’une circulation est-ouest, via l’accès à l’espace agraire, et d’un cheminement nord-sud semble un temps changer la fréquentation du lieu. S’y associe d’ailleurs l’unique dépotoir de faune de cette partie du versant (US 589, sous berme à l’est). Les connexions anatomiques conservées attestent du rejet d’une partie de carcasse de bovin avec un segment rachidien, l’axis (sectionné) jusqu’à la neuvième vertèbre thoracique ainsi que les régions antérieures du gril costal. Des éléments d’équidés y sont aussi relevés68.

494Ce regain d’activité ne perdure pas. Les deux colluvions qui engorgent l’accès ouest (US 588 et US 595), des limons brun gris à brun clair, sont de nouveau quasi stériles.

495Deux systèmes de fermeture successifs ont été identifiés.

496Le système de fermeture initial s’appuie sur une ligne de trous de poteaux (fig. 287 et 289). Décapages et ruissellements ont limité l’observation des niveaux d’ouverture mais il semble que trois d’entre eux participent à un premier mécanisme de portail à battant. Du nord au sud, on observe d’abord une large encoche à la base du mur US 506 (L. : 0,65 m ; prof. : 0,20 à 0,26 m ; H. : 0,26 m). Son profil est tronqué et irrégulier, sans trace d’attache particulière. Un large trou de poteau fait suite juste à l’aplomb (US 597 : diam. : 0,70-0,82 m ; prof. min. : 0,45 m). Puis, sous la berme sud, apparaît un bloc calcaire clair de forme quadrangulaire (US 603 : L. : 0,32 m ; l. : 0,29 m ; H. : 0,22 m), posé sur le premier sol US 559, figurant éventuellement la base d’un montant central. Un second système de fermeture remplace ou renforce le précédent (fig. 287 et 289). Alors que l’élément encastré US 506 semble hors d’usage, un poteau (US 601) oblitère le poteau US 597. L’US 601 s’associe à de nouveaux supports, l’US 598 et l’US 604, sous berme. Par la suite, les colluvions US 594 et 523, brunes et caillouteuses, colmatent ce second dispositif et recouvrent l’extrémité sud du mur US 506. Il est probable que l’aboutissement de cette séquence doive être rattaché à l’état 4.

Fig. 288- Secteur 4, états 3 et 4 : vue de l’accès nord-ouest vers le nord (le mur curviligne date de la fin du haut Moyen Âge) [cliché : équipe de fouille].

497• L’accès nord

498Un autre accès (fig. 276 et 290), large de 5 à 7 m, en place au IIe siècle, est éventuellement en usage dès la fin du Ier siècle. Cet accès massif localisé au nord de l’établissement apparaît alors qu’aucune trace de clôture n’est encore enregistrée sur le site.

499Le système de fermeture comporte ici un muret nord-sud (US 193 : L. : 2,50 m ; l. : 0,50-0,55 m), renforcé au nord par une barre transversale (US 180), construit à 9 m à l’ouest de la pièce C (fig. 290 et 291). Le muret, solidement fondé, est complété par un poteau inséré dans sa masse (US 161 : diam. : 0,50 m ; prof. : 0,63 m), poteau lui-même renforcé par un contrefort côté est (US 182). Un autre poteau complète éventuellement le dispositif côté est (US 252 : L. : 1,50 m ; l. : 0,80 m ; prof. : 0,70 m).

Fig. 289- Secteur 4, état 3 : trous de poteaux formalisant la fermeture de l’accès (cliché : équipe de fouille).

Fig. 290- Secteur 4, état 3 : accès nord de la villa (relevés : C. Plantevin, E. Bayen, N. Valour ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

500Une série de sols damés se connecte au mur US 193 et révèle le soin apporté à l’entretien de ce large seuil soumis aux ruissellements de la pente (fig. 290). Le sol originel (US 192) s’étend sur au moins 6 m de côté et associe des fragments de tegulae jointifs, quelques blocs décimétriques, du gravier, des galets et des petits fragments de tuiles ou briques. Il est renforcé par au moins deux recharges ponctuelles, combinant des blocs calcaires jaune et des fragments de tuiles/briques de petites dimensions (US 165 et US 210), alternant avec des dépôts de pente, épais parfois de 0,10 m, composés de limon sablo-argileux de teinte brunjaune ou de lits graveleux (US 194 et US 208). Rien n’indique une prolongation de ces radiers vers l’ouest avant le milieu du IIIe siècle.

Fig. 291- Secteur 4, état 3 : mur occidental de l’accès nord de la villa (US 193), trou de poteau encastré dans la masse (US 161) et contrefort US 182 (cliché : équipe de fouille).

La séparation de la villa et de la voie majeure, une constante

501L’établissement s’isole toujours du Val de Saône par le biais d’une suite de structures linéaires dont la forme évolue. Un fossé (US 135 : l. : 1 m ; prof. : 0,65 m) fait ainsi suite au mur US 99 (fig. 275 et 276). Bien marqué au nord, celui-ci devient moins profond aux abords du secteur bâti (prof. : 0,20 m) alors que sa largeur s’accroît (l. : 2 m). À cet endroit, des blocs sont insérés en fond de creusement, figurant peut-être un semblant de chaussée visant à stabiliser une circulation nord-sud sur le côté oriental de l’établissement. L’hypothèse d’un passage est-ouest à cet endroit devient un fait au cours de l’état 4.

Secteurs 4 : la restructuration du secteur économique au milieu du IIIe siècle (état 4)

502La seconde moitié du IIIe siècle voit la destruction du bâtiment D-E-F, partiellement oblitéré par un chemin de desserte interne (fig. 292). On constate dans le même temps l’élargissement du bâtiment C par l’adjonction des pièces A et B. Alors qu’un mur formalise la clôture de l’établissement (les accès nord et ouest sont toujours en usage), plus aucune structure, fossé ou mur, ne semble barrer l’accès à la vallée et à la voie majeure. En revanche, un chemin longe et dessert le côté oriental de la villa.

Fig. 292- Bancillon, plan général du secteur 4 à l’état 4 : du milieu du IIIe siècle au IVe siècle ap. J.-C. (DAO : E. Bayen, C. Coquidé, Cl. Marcellin).

La disparition du batiment D-E-F

503Deux arguments permettent de placer l’abandon du bâtiment D-E- F au cours du IIIe siècle. Le premier est stratigraphique : les radiers du chemin de desserte interne, postérieurs au Haut-Empire, recouvrent l’angle nord-ouest de la pièce F. Le second argument s’appuie sur un fragment de céramique luisante datée des IIIe-IVe siècles, prélevé dans le limon argilo-sableux (US 380) qui colmate les murs de l’état 3 (fig. 256).

504L’US 380 est directement posée sur la couche de démolition de D’ datée du milieu du Ier siècle ap. J.-C. (soit le début de l’état 2). Les deux à trois siècles d’occupation manquants illustrent un fort arasement stratigraphique dû, soit à l’érosion naturelle, soit à un déblayage intentionnel après abandon. La stabilité du milieu à cette époque et la présence de remblais des IIe et IIIe siècles à l’aval pourraient indiquer un déblaiement volontaire plus qu’un fait naturel.

505Quelques trous de poteaux inorganisés, de dimensions variables et présentant parfois des éléments de calage, peuvent être associés à cette période d’abandon et de déstructuration (US 385, 420 et 421). Puis, après la mise en place d’une colluvion limono-sableuse (US 369/403), un niveau de circulation composé de petits blocs et de dallettes de calcaire recouvre les quelques murs encore affleurants. La séquence suivante (US 387) livre des tessons datés des Ve-XIIe siècles et relève de la période 2.

L’elargissement du bâtiment C

506Le bâtiment C est à présent inséré à l’angle nord-est de la clôture et se voit augmenté d’un espace rectangulaire de 33,48 m2 côté ouest (fig. 293 et 294). Celui-ci est scindé en deux pièces A (L. : 8,30 m ; l. : 3,10 m) et B (L. : 3,10 m ; l. : 1,90 m) dont les murs sont en appui contre le grand côté de C. U n seul élément datant s’associe à ce nouvel ensemble : un tesson issu de la cloison séparant A de B indiquant un terminus post quem du milieu du IIIe siècle ou du IVe siècle.

507Le nouveau bâtiment peut être interprété comme une grange dont le plan est comparable à d’autres bâtiments mis au jour dans la province de la Lyonnaise (Ferdière 1988 : 73 ; Gaston 2008). Aucun des niveaux de sol interne n’étant conservé, il est impossible de préciser les usages des différentes pièces. L’étroitesse des accès interdit toutefois d’y voir une étable.

508Les fondations sont formées de blocs ou de dalles de calcaire rose et blanc, sans liant. Leur mise en place, de biais ou de chant avec de petits blocs en vrac dans les interstices, diffère des fondations anciennes et est similaire à celle de la clôture. Une irrégularité dans l’agencement de la fondation ouest de la pièce B indique peut-être l’emplacement d’un seuil ouvrant vers l’ouest ; l’accès sud est conservé et sans doute réaménagé. Les élévations sont très arasées ; une seule assise est visible sur les murs ouest et sud. Les matériaux utilisés sont identiques à ceux des fondations et semblent liés à la terre.

Fig. 293- Secteur 4, état 4 : ajout des pièces A et B à la pièce C et second état de l’accès nord (relevés : C. Plantevin, E. Bayen, P. Constantin, E. Gianola, N. Valour ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

Fig. 294- Secteur 4, état 4 : vue du bâtiment A-B-C vers le sud-ouest (cliché : équipe de fouille).

509Côté extérieur, à l’ouest, un niveau de sol composé d’éclats de calcaire rose dans un sédiment limono-argileux brun-gris est piégé sur une étroite bande de 0,40 m de large (US 34). Deux fosses s’y s’associent. L’une, US 33, très arasée, est située sur l’angle sud-ouest (un état antérieur en matériaux périssables ou un témoin du chantier de construction ?). La seconde (US 32), plus importante, s’appuie contre le mur ouest et participe à la réfection de l’accès nord (voir ci-dessous).

Le dépotoir US 316

510La destruction de la palissade (US 315, état 3) ménage un espace vacant, colmaté par un remblai argilo-limoneux brun-noir associé à un nombreux mobilier (US 316 : L. : 8,50 m ; l. : 1,80 m ; ép. : env. 0,30 m ; fig. 292 et 286). Il est remarquable que ce dépotoir occupe le même secteur que le précédent deux siècles plus tôt et que sa mise en place soit tout aussi opportuniste puisqu’il colmate également une fosse en fin de comblement.

  • 69 Étude de Ch. Cécillon, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 334-337.

511Le mobilier de l’US 316 relève de l’habillement, de la parure, du domaine domestique ou de la construction (voir ci-dessous). Un mobilier métallique hétéroclite et une monnaie en bronze émise autour de 343 ap. J.-C.69 associés à 1374 fragments de céramique permettent de dater ce dépôt de la seconde moitié du IIIe siècle à la première moitié du IVe siècle. Sur la partie sommitale de la fosse, on note des amas de blocs hétérométriques associés à des fragments de tuiles/briques, peut-être des tentatives ultérieures de stabilisation.

La clôture de l’établissement

512L’élargissement du bâtiment C induit une réfection de l’accès nord (fig. 292 et 293). Les divers sols caillouteux qui en stabilisaient l’endroit dès l’état 3 sont prolongés par un chemin orienté au sud-ouest. La matérialisation de l’enceinte facilite le repérage d’autres accès au nord et à l’est de l’établissement.

513• Le mur de clôture

514Aucune clôture n’est mise en évidence avant l’état 4 alors que le confinement des vestiges à l’intérieur d’un même périmètre depuis le Ier siècle ap. J.-C., voire pour les dépotoirs, dans un même secteur, témoigne de contraintes parcellaires disparues (fig. 254, 276 et 292). À partir de l’état 4, le mur d’enceinte est en place. Sa chronologie est assurée par la présence d’un tesson des IIIe-IVe siècles sur son côté est et par l’oblitération des fossés US 313 et US 314 comblés au milieu du IIIe siècle.

515Sa structure paraît faible (fig. 286, en arrière plan). Ce mur, érodé vers l’ouest, est peu fondé et large d’à peine 0,50-0,60 m. Les rares assises d’élévation encore en place montrent une gîte de l’un ou l’autre des côtés. La fonction de cette enceinte semble in fine plus symbolique que défensive.

516• L’accès nord

517La modification de l’accès nord a pour origine l’élargissement du bâti C, réduisant de fait le passage à 4,50 m de large (fig. 293). Un second accès, d’une largeur inférieure au mètre, est à présent également perceptible à 2,50 m vers l’ouest.

518Lors de ce réaménagement, le mur nord-sud US 193 (état 3) est encore en place alors que le poteau US 161, inséré dans sa masse, semble hors d’usage. En revanche, deux fosses oblongues intégralement comblées de fragments de tegulae, soigneusement imbriquées et disposées de chant ou par à-plats, sont installées en regard l’une de l’autre. L’une (US 183) s’appuie contre le mur US 193 tandis que l’autre (US 32 : fig. 295) est aménagée en vis-à-vis contre le mur ouest du bâti, à l’aplomb de la cloison séparant les espaces A et B. Le trou de poteau US 160 (diam. : 0,40 m ; prof. : 0,50 m), implanté dans l’axe médian de l’accès, participe peut-être au système de fermeture.

519Vestiges peu fréquents sur le site, trois traces rubéfiées ou charbonneuses sont dénombrées quelques mètres à l’ouest de cet accès nord. Leur présence à proximité de ce large seuil signalant les marges nord de l’établissement est peut-être à remarquer. La stratigraphie révèle, pour deux d’entre elles au moins, une mise en place contemporaine au chemin qui s’amorce là (fig. 293 : US 174).

520• Le chemin de desserte interne

521Une succession de radiers s’installe sur les sols stabilisant l’accès nord et se prolonge vers le sud-ouest (fig. 292), dessinant une desserte interne dont la largeur globale, toutes recharges confondues, se situe autour de 7 m. La chaussée oblitère l’angle nord-ouest de la pièce F, dont le reliquat des élévations, recouvert par un fin limon de débordement (US 404), est déjà recouvert. Le tracé se scinde ensuite en deux branches (US 413 et 414), avant de disparaître sous la berme sud. Un mobilier céramique dispersé indique que ce cheminement apparaît au cours du IIIe siècle et est encore en usage au IVe siècle (céramiques métallescentes, luisantes et à revêtement argileux).

522Les radiers primitifs emploient des éléments de taille décimétrique disposés avec soin, notamment au niveau de l’accès nord (US 192 : tegulae à plat et sol de blocs plats relativement jointifs). Par la suite, les composants sont triés par module (gravier et blocs décimétriques, parfois mêlés à des tegulae très fragmentées, quelques dallettes disposées à plat : fig. 293). Au sud, au niveau de la patte d’oie (US 413 et 414), la stratigraphie est très érodée. En coupe, les cailloutis se confondent en un liseré continu et rien ne permet de préciser leur chronologie relative.

523Là où l’érosion est limitée, on constate l’entretien régulier de ce chemin par des recharges ponctuelles composées de matériaux exclusivement architecturaux, pierres calcaires et terre cuite. Alors qu’une ligne de blocs, liés à la terre, borde l’un de ces rechapages côté est, aucune ornière ou fossé latéral n’est relevé. Seule la frange nord-ouest livre un mobilier céramique et métallique relativement nombreux sans qu’aucun aménagement particulier ne distingue cet accotement. Cette exception signale la présence éventuelle d’une haie dont la plantation aurait protégé les radiers de l’érosion. En effet, peu de ruissellements argilo-sableux y sont observés, alors qu’au niveau du seuil de l’accès nord, une concavité naturelle est régulièrement engorgée.

524D’un point de vue structurel, il est peu aisé d’aller plus avant et de dissocier les hérissons de fondation des niveaux de circulation. La structure du chemin interne ne diffère d’ailleurs que peu de celle de certains tronçons de la voie majeure. Une fois de plus, les études de terrain révèlent des mises en place qui, quoique soignées, restent sommaires, assez éloignées de la structure normalisée du schéma théorique de ce que devrait être une voie ou un chemin antique (Chevallier 1997 : 110-117 ; Robert 2009).

525• L’accès nord-est

526Un chemin longe à présent les abords est de l’établissement (fig. 275, 292 et 296) alors que la stratigraphie et le mobilier confirment une attribution chronologique tardive (céramique fine à revêtement argileux, métallescente et luisante, et une monnaie datée des années 332-333 dans le radier US 6).

Fig. 295- Secteur 4, état 4 : trou de poteau US 32 à deux niveaux de fouille (cliché : équipe de fouille).

527Ce chemin de desserte externe, fort inégalement conservé, doit composer avec le terrain irrégulier du bas de pente. Le hérisson principal (US 6), large de 1,80 m, est composé de blocs jointifs sur 0,20 à 0,30 m d’épaisseur (fig. 296). Un premier diverticule (US 16 : l. : 1 m) s’en détache et dessert un accès nord-est stabilisé par un large empierrement ovoïde de 2 m de côté (US 112 : ép. : 0,50 m). Le radier qui le dessert est matérialisé par un amalgame de blocs (jusqu’à 40 cm de côté) et par quelques terres cuites architecturales, parmi lesquelles a été trouvé un fragment de chenet à tête de bélier (voir ci-dessous) ; le tout est noyé dans un limon argileux brun. À cet endroit, l’épaisseur de l’empierrement, assez conséquente (0,40 m), cache plusieurs rechapages. Un second diverticule, marqué par un cailloutis irrégulier, se forme immédiatement au sud et mène à un seuil plus étroit (l. : 0,95 m), marqué cette fois par un à-plat d’éclats de taille calcaire et de fragments de tegulae (US 100).

528Le corps principal du chemin (US 6) perd de sa densité dès qu’il s’éloigne des seuils. Ainsi, plus au nord, il prend la forme de deux radiers mitoyens (US 156 et 157 : fig. 275), chacun composé d’un tapis peu dense de petits blocs et de terres cuites architecturales très fragmentées. La chaussée se poursuit ensuite quelques mètres par un empierrement très arasé, qui conduit finalement à une étroite ornière de 4 m de long. Aucun prolongement n’est décelé au-delà de l’angle nord-est de l’établissement (fig. 292).

529Cette configuration, qui associe deux seuils, l’un de largeur d’homme et l’autre beaucoup plus imposant, est identique à ce qui a été observé sur l’accès nord.

530• Un espace ouvert vers l’est

531La clôture de l’établissement s’accompagne de la disparition, provisoire, du faisceau de structures linéaires, murs ou fossés, formalisant la séparation entre l’espace bâti et le Val de Saône depuis le début de l’ère (fig. 292).

532La réalité de cette ouverture doit peut-être être relativisée. En effet, un fossé (US 222 : l. cons. : 0,80 m ; prof. : 0,40 m), orienté nord-sud, apparaît face au bâtiment A-B-C ménageant un passage est-ouest large d’une dizaine de mètres. Cette nouvelle configuration des marges est de la villa ne perdurera pas puisqu’une limite orientale continue sera réactivée au cours du haut Moyen Âge.

Fig. 296- Secteur 4, état 4 : chemin externe US 6 et diverticule US 16 – lacunaire, vue vers le nord (cliché : équipe de fouille).

2.5.1.4. Le cadre de vie, de 20-10 av. J.-C. au IVe siècle ap. J.-C. (états 1 à 4)

  • 70 Pour le choix d’une présentation dans le texte et non en inventaire en fin de volume, voir p. 165.

533Le cadre de vie de l’établissement antique est abordé par trois biais : le petit mobilier, les activités artisanales et domestiques, le milieu et les productions agraires70.

Secteurs 1 à 4 : le petit mobilier

  • 71 Texte rédigé à partir de l’inventaire de C. Galtier, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 267-284.

534À quelques artefacts près et si l’on excepte le dépotoir US 316 daté de la seconde moitié du IIIe siècle, la majorité des contextes cités ci-dessous relève du Haut-Empire71. Parmi eux, deux dépotoirs occasionnels et une toiture effondrée se distinguent par la variété des objets découverts. Les autres éléments mis au jour ont été enregistrés au sein de niveaux de circulation, de sols de bâtiments ou, plus exceptionnellement, de radiers de voirie. En tout, ce sont 222 objets en fer, 29 en bronze, un en argent, deux bimétalliques, cinq en os et un en terre cuite qui ont été collectés lors de la fouille du secteur économique, pour seulement 21 clous, un tubage et un crampon en fer sur le secteur résidentiel. Ce mobilier ne livre aucun assemblage significatif par contexte et est présenté par domaine d’utilisation.

Menuiserie et aménagements intérieurs

535Hors clous et tiges diverses, les pièces relevant de la menuiserie sont dispersées au gré des surfaces de circulation où l’on recueille systématiquement un à deux éléments décoratifs de type clou, élément de préhension ou pièce d’assemblage (fig. 299 et 300). Les deux dépotoirs datés du Ier et du IIIe siècle ne sont guère plus riches avec seulement deux à quatre de ces artefacts par catégorie, soit des plaques ou des languettes avec rivets, un anneau sur piton, un clou décoratif et une poignée ouvragée, ces deux derniers en bronze. Un boîtier de serrure est mis au jour dans la toiture effondrée de l’espace D’.

536Quel que soit le contexte, les clous de charpente restent rares, y compris dans la toiture effondrée. Le problème vient-il d’une caractérisation trop sélective basée sur des mesures (longueurs et diamètres) trop restrictives, ou ces pièces sont-elles réellement en sous-nombre, les charpentes employant d’autres types d’assemblage ?

537Quelques artefacts se distinguent. Un médaillon d’applique historié en tôle d’argent (diam. : 43 mm ; ép. : 1 mm ; poids : 2,8 g) est piégé dans le comblement d’un trou de poteau participant au système de fermeture de l’accès nord de l’établissement (état 3 : fig. 300 et coul. 31). Le décor effectué au repoussé présente deux personnages en pied et de face : Victoria couronnant un empereur ou un général romain victorieux. À gauche, le personnage masculin semble coiffé d’un casque et est vêtu d’une cuirasse et d’une tunique à manches courtes. Il tient une lance de la main droite et une épée le long de son avant-bras gauche. À droite, le personnage féminin semble coiffé d’une couronne. Il est présenté buste nu, un simple drapé tombant des hanches jusqu’aux chevilles. Sa main droite tenant une couronne de lauriers est levée au-dessus du visage du personnage masculin, tandis qu’il tient une palme dans la main gauche. Une aile apparaît au-dessus de son épaule gauche derrière la palme.

  • 72 Cette description a bénéficié des conseils de C. Cécillon et M.-P. Darblade-Audoin (université Jean (...)

538La finesse de la tôle et la présence de deux percements rectangulaires aménagés dans la frise décorative de part et d’autre d’un axe horizontal révèlent un ornement en applique. Plusieurs hypothèses sont plausibles : une pièce cousue sur une étoffe, sur une ceinture ou sur toute autre pièce vestimentaire, ou encore plaquée sur un coffret. Sa fabrication se situerait entre les Ier et IIIe siècles ap. J.-C.72.

539Un fragment de chenet zoomorphe en terre cuite rouge a été mis au jour parmi les blocs calcaires et les terres cuites architecturales du radier US 16 bordant l’accès (état 4 : fig. 301 et coul. 31). Seule la partie distale du chenet portant la tête d’un bélier est conservée. Le fragment est massif (une quinzaine de centimètres de long pour une section d’environ 10 cm) et porte des traces de feu. L’identification de la figure est peu aisée au premier abord.

  • 73 Identification due à V. Georges (Inrap).

540La pièce, qui montre une inclinaison latérale à gauche, développe cinq bourrelets saillants et parallèles, courant du sommet du crâne à l’échine. Les bourrelets les plus extérieurs forment un enroulement figurant deux cornes et révèlent qu’il s’agit vraisemblablement d’un bélier73. Un semis d’ocelles de quatre à cinq millimètres de diamètre (un pelage bouclé ?) décore presqu’intégralement l’épiderme. Seule la face inférieure (usée ?) de l’objet en est dépourvue.

541La mise au jour de chenets concerne l’ensemble des territoires de culture gauloise puis gallo-romaine (De Clercq 2007). Le bélier, qui est parmi les animaux les plus représentés dans cette catégorie de mobilier, détient un rôle prophylactique en lien avec les divinités du foyer et est associé aux sacrifices rituels dans le cadre domestique (Deonna 1959). En ce sens, les trois crêtes médianes, dont les extrémités avant forment un arrondi et se rejoignent sur le haut du crâne, pourraient alors être interprétées comme des ornements de type tresses ou guirlandes rituelles « suspendues aux cornes du bélier » éventuellement « composée (s) d’un gros rouleau de laine en bourre, qu’emmaillotent les spires du ruban » (Déchelette 1914 : 1403).

542Un autre chenet en terre cuite a été mis au jour à Anse, hors contexte, à la surface d’une vigne, à la limite des communes d’Anse et de Lachassagne (Tenu, Chinal 1994). Ce bélier aux cornes également enroulées montre peu de ressemblances avec celui du site. Cette dissemblance semble d’ailleurs être la norme dans ce domaine. Chacune des pièces découvertes dans les départements limitrophes, soit la Saône-et-Loire, la Loire ou le Puy-de-Dôme, montre un profil et des caractéristiques propres. Certaines sont communes avec l’exemplaire ansois, par exemple la forme des cornes ou, ailleurs, celles des bourrelets courant sur le sommet du crâne, celui de la villa reste unique par son inclinaison à gauche et son décor à impressions circulaires. Les pièces enregistrées dans les collections régionales sont plus communément couvertes de stries ou d’incisions variées. Les ocelles estampées, mentionnées par ailleurs (Deonna 1959 : 89), y sont peu fréquentes.

543Le secteur résidentiel (secteur 1) livre un fragment de figurine en terre cuite à pâte blanche. Il s’agit de la partie inférieure postérieure d’une nutrix avec représentation du fauteuil en osier, portant l’inscription PIST] LLV [S (fig. coul. 31).

544D’après la comparaison du graffite avec ceux présents dans ce type de production (Bémont et al. 1993 : 117-118), il s’agirait d’un reste de figurine dite de Pistillus, dont l’atelier de production pourrait se situer à Autun (Saône-et-Loire). Si tel est le cas, la période de production est datée de l’extrême fin du IIe siècle voire du début du IIIe siècle ap. J.-C.

  • 74 Inventaire : S. Martin, in Rapport Nourissat 2012, tome 1 : 52.

545D’autres catégories de mobiliers sont restées relativement discrètes. Le mobilier en verre, de teinte bleu à vert, parfois incolore et très fragmenté, n’a pas fait l’objet d’une étude spécifique. Deux fragments d’un même flacon, huit fragments de verre plat épais (bouteilles ou verre à vitre ?) et un fragment de verre brûlé non identifié ont été récoltés lors des sondages du secteur résidentiel (secteur 1). La fouille du secteur 3 livre 123 fragments pour seulement 7 NMI, dont deux vases à épaule, répartis dans deux contextes de sol des états 3 et 4 (du IIe au IVe siècles)74. Le profil des lots de verre du secteur économique localisé en contrebas (secteur 4) diffère notablement. L’emprise fouillée ne livre que 46 fragments de verre antique représentant 31 vases, l’ensemble étant disséminé dans 23 contextes différents relevant des états 1 à 4. Parmi ceux-ci, un seul fragment de verre à vitre incolore est recueilli dans un trou de poteau longeant le grand côté ouest de la pièce F (état 3). On relève enfin un seul vase en bronze de datation incertaine, au nord du secteur 3, mais en contexte médiéval (fig. 302).

546Les matériaux issus d’aménagement de confort sont anecdotiques hors secteur résidentiel (secteur 1). Ainsi, seulement deux enduits peints, un blanc et un rouge, et une tesselle en pâte de verre sont enregistrés parmi le mobilier des dépotoirs du secteur économique (secteur 4).

Vêtements et soins du corps

547Les pièces d’habillement et d’ornement sont peu nombreux si l’on considère les quatre siècles d’occupation de la villa (fig. 297 et coul. 32). La majorité provient du secteur 4. On collecte une boucle d’oreille en bronze émaillé à décor central floral ou solaire, un ardillon et quatre fibules dont l’une, à queue de paon de type Feugères 20d1, est peu commune. Un fragment de perle en pâte de verre et un cabochon en plomb et argent recouvert d’une surface vitreuse transparente avec des paillettes métalliques ont également été égarés. Une cuillère-sonde brisée servant à la toilette ou à la préparation d’onguent est retirée de la toiture effondrée de D’. Une plaquette en pierre noire à bord biseauté s’apparentant à une palette à fard provient du secteur résidentiel (secteur 1).

548Dans un domaine plus utilitaire (secteur 4), deux clous de chaussures ont été enregistrés dans un dépotoir et au sein du niveau de circulation de la pièce C. Cinq épingles en os, sans ornement, sont rassemblées au sein du dépotoir US 356 (fig. coul. 32).

Le secteur 4 : des activités artisanales et domestiques

Les matériaux de construction75
  • 75 Paragraphe intégrant des remarques tirées de l’étude de H. Savay-Guerraz sur les matériaux, in Rapp (...)

549Bien que n’étant pas les produits d’une activité artisanale, il a paru intéressant d’inclure ici quelques remarques concernant les matériaux de construction relevés sur le site, d’autant plus que, pour certains d’entre eux, leur présence implique des travaux de façonnage dont nous n’avons gardé aucune trace.

550• L’exploitation du substrat

551Les murs emploient un calcaire dur, blanc jaunâtre, fin, compact. À la binoculaire, il apparaît très finement cristallin, sans autre structure visible. Localement de teinte violacée, il correspond au calcaire local (Bajocien), traditionnellement dénommé « ciret » dans le massif du mont d’Or. Les calcaires affleurant sur le secteur économique sont de teinte claire, un banc de teinte violacée est mis au jour à l’amont du secteur résidentiel. Il paraît difficile d’affirmer que l’origine des matériaux de construction du site corresponde aux bancs repérés sur l’emprise, les calcaires présentant des nuances à l’intérieur d’un même faciès et l’érosion altérant l’aspect du substrat affleurant. Quoi qu’il en soit, même si aucune carrière n’a été repérée, l’approvisionnement semble être local.

552Les agrégats de mortier liant les blocs sont constitués de grains de quartz faiblement émoussés qui attestent l’utilisation de sables alluvionnaires. L’attaque acide d’un échantillon permet de mettre en évidence la présence d’autres minéraux, notamment de feldspath rose ainsi que des grains de minéraux sombres, l’ensemble pouvant être rapporté aux alluvions de la Saône. Enfin, considérant le peu de blocs et d’agrégats de mortier mis au jour dans les niveaux d’abandon, l’existence d’élévations en matériaux périssables reste une possibilité, au moins sur le secteur économique.

553Notons enfin que des plaquettes de silex, hétérométriques, longues d’au moins 5 cm ont été incluses à la matrice du mortier hydraulique US 49 (remblaiement de la pièce C du secteur 4 lors de l’état 2) et mêlées à la chape de mortier supportant la mosaïque de l’espace R du secteur résidentiel (secteur 1). Cet usage n’a trouvé aucun autre parallèle et ces éléments, sans trace d’usure et intégrés dans la masse, ne semblent pas devoir être assimilés à un pavement de type opus sectile.

Fig. 297- Bancillon. Objets vestimentaires et de soin (alliage cuivreux) [dessins : C. Plantevin].

  • 76 O. Franc, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 316.

554À titre plus anecdotique encore, cinq fragments de roche, rare ou inhabituelle, ont été apportés sur le secteur économique. Il s’agit de travertin, d’aragonite, de quartz sur calcédoine, de mylonite et d’une roche noire fine de type ardoise. Les trois premières proviennent probablement de grottes et, à part la première, aucune n’est un matériau particulièrement utile ou dévolu à un usage particulier76.

555• Deux tegulae estampillées

  • 77 Ce paragraphe a été rédigé à partir d’observations communiquées par F. Bérard (université Jean Moul (...)

556Deux tegulae estampillées ont été enregistrées (fig. 298)77. La première provient des niveaux de remblais du secteur résidentiel (secteur 1). Le timbre, apposé sur le plat et apparemment décentré, comporte deux lignes : C (aius) VAS (…)/VRNAR (…).

557L’impression est légèrement empâtée mais la composition est soignée. Sur la seconde ligne, A et R sont ligaturés.

  • 78 Information et photographie : B. Clément (doctorant ; université Lumière Lyon 2).

558Une estampille livrant les mêmes lettres et une mise en forme très similaire a été enregistrée sur une tegula, à Lyon, au cours du XIXe siècle (conservée au Musée gallo-romain78 – Comarmond 1846-1854 : no inv. 391 ; Allmer, Dissard 1892 : 225).

559Une autre estampille sur tegula a été mise au jour dans un niveau de démolition à proximité du mur de la clôture nord du secteur 4. Le texte, composé de deux lignes de respectivement quatre et deux lettres, est centré sur le plat du support : C (aius) VLP (ius)/VR (…).

  • 79 Étude en cours par J.-Cl. Béal et A. Schmitt.

560Si la mise en forme rappelle la précédente, l’impression y est cette fois soignée. L’équilibre du texte est assuré par une ligature entre V et L en première ligne et par l’insertion en début et fin de seconde ligne d’un petit motif de type « feuille de lierre ». Si aucune des deux identités n’est connue à ce jour, la similitude des modules et des lettres, notamment en seconde ligne, semble remarquable79.

Des activités de forge ponctuelles80
  • 80 A. Rébiscoul, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 285-291.

561Le mobilier métallurgique est peu abondant. Ce mobilier cantonné au secteur 4 est constitué de fragments de culots, chutes de fer, battitures, scories et autres déchets de forge, soit un poids de plus de 5 kg. Ces éléments ont été mis au jour en position secondaire, sans structures métallurgiques associées, dans des niveaux d’épandage, formation de pente, remblai, colluvions, fosses, trous de poteau, tranchée de récupération, radier de voie ou de sol.

562• Les contextes

563Trois zones concentrent la majeure partie du matériel. La première est localisée au sud, sous la pièce F du bâtiment à venir. Le mobilier est principalement recueilli dans la fosse US 473/478, aux marges de l’occupation augustéenne (état 1), et représente près de 2,5 kg sur les 4,845 kg enregistrés dans un contexte antique. La seconde zone date du IIe siècle et se superpose à l’édicule situé au nord-est de la pièce E (US 247 et 248 : soit 1,06 kg, dont un culot). Une troisième zone de collecte est à signaler, sur l’accès nord de l’établissement, où près de 1 kg de scories est dispersé dans les différents niveaux de sols ou d’engorgement des radiers du chemin de desserte interne (états 3 et 4). Les autres restes, erratiques, sont disséminés sur l’ensemble du site, dans des contextes qui courent depuis la période antique jusqu’à l’époque médiévale.

564Tous ces éléments sont la traduction d’activités occasionnelles réalisées dans un contexte local, par opposition au contexte artisanal qui produit des déchets en beaucoup plus grande quantité. De tels ateliers ont pu prendre différentes formes suivant l’importance du travail à effectuer, ou du niveau de spécialisation de l’artisan : véritable atelier, petite forge d’appoint plus ou moins pérenne, voire structure d’accueil de forgerons itinérants.

Fig. 298- Bancillon, estampilles sur tegulae : 1 : secteur 4 (cliché : C. Coquidé) ; 2 : secteur 1 (cliché : C. Ramponi) ; 3 : estampille trouvée à Lyon, montée de l’Observance (cliché : B. Clément, sans échelle) [DAO : C. Coquidé].

Fig. 299- Bancillon. Menuiserie et aménagements intérieurs, objets en alliage cuivreux (dessin : C. Plantevin).

Fig. 300- Bancillon, secteur 4 : médaillon d’applique en argent (dessin : C. Plantevin).

565Sur le site, le peu de poids des déchets métallurgiques et la courte fourchette chronologique de chaque contexte signalent sans doute une activité ponctuelle, amenée à se déplacer au gré des besoins. Seule la dissémination du mobilier métallurgique parmi les hérissons de blocs ou les niveaux d’engorgement des radiers de l’accès nord se distingue. S’agit-il d’éléments calibrés au même titre que les fragments calcaires formant la voirie ou ont-ils été utilisés pour leur rémanence calorifique dans les différents foyers assemblés à cet endroit ?

566• Les classes de mobilier

567Des fragments de fer-métal accompagnent ces ensembles. Ils sont tous très oxydés et proviennent de contextes où peu de scories ont été enregistrées. L’un correspond à un fragment de fer informe provenant du forgeage brut, deux autres à des chutes de travail se présentant sous forme de plaques de 3 mm d’épaisseur. Un autre fragment de fer pourrait correspondre à un objet en cours de fabrication mais aussi à un fragment d’outil (extrémité d’un ringard ou d’une pince de forgeron). L’objet pris dans une gangue ayant capturé des fragments de charbon de bois, des nodules d’argile thermo-rubéfiés et des fragments de scories vitrifiées, est toutefois peu lisible.

568Trois fragments de barre de fer, ou de chutes de barre, ont été identifiés dans le contexte augustéen (US 478.1). L’un d’entre eux, de section rectangulaire, de 40 par 23 mm pour une longueur conservée de 72 mm, pèse 69 g. Sa terminaison est arrondie, le côté opposé est sectionné. Il porte des empreintes de découpe au burin ou au ciseau et semble appartenir à un lingot. On connaît plusieurs exemples de cette taille sur les épaves de bateau (Long, Rico, Domergue 2002) et, plus rarement, sur les sites de production de fer comme aux Ferrys (Loiret) [Rébiscoul 2003]. Après leur transport, les barres étaient vendues au poids et aisément disséminées au gré des besoins.

569Par ailleurs, quatre-vingt-dix scories (soit 3317 g) appartiennent à la période gallo-romaine. Très oxydées, elles sont riches en fer. Elles présentent de très nombreuses vacuoles et une surface systématiquement vitreuse de couleur grise. Quelques échantillons présentent des zones constituées de laitier de couleur verte. Parfois même, elles affectent la forme de culots lenticulaires qui se forment sur le fond du fourneau. Deux fragments de culots ont été identifiés, l’un pour la période augustéenne (627 g), l’autre dans un contexte du IIe siècle (430 g). Leurs faces inférieures sont tapissées par une gangue de terre cuite provenant de la paroi du four. Il s’agit d’argile thermo-rubéfiée enrichie de dégraissant calcaire avec de rares inclusions de quartz et pour lequel il n’a pas été possible d’identifier de traces de végétaux.

570Enfin, le passage à l’aimant des sédiments issus du dépôt US 478 et du foyer US 467 (période augustéenne) a livré des battitures dont la présence signe la proximité de l’activité métallurgique. Elles se présentent sous deux formes : sphériques et en paillettes, correspondant à deux étapes du travail de forge. Elles sont de couleur gris bleuté et d’une taille comprise entre 1 et 3 mm de diamètre pour les premières et de 1 à 3 mm de côté, pour une épaisseur d’environ 0,25 à 1 mm pour les secondes. Le comblement-dépotoir de la fosse US 478 a livré ces deux types de battitures alors que la fosse charbonneuse US 467 ne recèle que des battitures en paillettes.

Les activités domestiques

571Les activités liées au tissage et à la mouture relèvent de taches quotidiennes. La grande majorité du mobilier, pesons et meules, provient des niveaux des Ier et IIe siècles du secteur 4. Un seul s’insère dans un contexte du IVe siècle. Ce déséquilibre chronologique doit être pondéré par la meilleure conservation des niveaux anciens.

572Cinq pesons en terre cuite, de profils parallélépipédiques, proviennent de la pièce D, au niveau du sol de la pièce surcreusée D’, dans le comblement de cette dernière ou insérés dans les tranchées du mur nord (état 2 : fig. coul. 31). Leur hauteur varie de 0,10 à 0,14 m pour des largeurs de 0,03 à 0,07 cm. Un exemplaire plus petit est issu d’un contexte plus tardif, le sol de la pièce E, dont les recharges sont datées du IIe siècle (H. : 0,08 m ; côtés de 0,03 à 0,05 m). Les deux derniers pesons sont hors contexte. Une fusaïole est perdue dans les sols de la pièce C vers le milieu du Ier siècle (diam. : 0,3 m, pièce C).

Fig. 301- Bancillon, secteur 4 : fragment de chenet en terre cuite à tête de bélier (dessins : C. Plantevin).

Fig. 302- Bancillon, secteur 4 : vase en alliage cuivreux (antique ou médiéval ?) provenant de la fosse US 576 (dessin : C. Plantevin).

  • 81 Étude de C. Galtier, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 267-284.

573Quatorze petits fragments de meules dormantes ou mobiles (L. max. des fragments : 0,16 m), en basalte bleu-gris, et un broyon en granit (L. : 0,14 m ; diam. : 0,08 m) signalent une activité de mouture. Hormis quatre fragments relevés dans les contextes d’abandon du four à chaux (état 2), les autres pièces sont disséminées sur l’ensemble du site. Un bloc calcaire, hors contexte, a éventuellement été utilisé comme polissoir (fig. coul. 31). Enfin, la présence d’un éventuel ciselet et d’un possible burin dans l’inventaire du mobilier du dépotoir US 316 (secteur 4) indique peut-être le travail du bois, une activité commune à tout établissement rural (fig. coul. 31)81.

Environnement et pratiques agraires

574L’étude du milieu s’appuie sur la détermination des macro-restes carbonisés, charbons de bois et graines, du secteur économique (secteur 4) et intègre l’étude géomorphologique du bas de versant (ce terrain, oxydé, n’est pas favorable à la conservation des pollens). Les productions sont abordées par le biais des carpo-restes et de la faune.

Le versant à la période augustéenne (état 1)

575• Une chênaie en régression, les premières céréales

  • 82 A. Bouchette et I. Figueiral, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 217-333.

576Deux contextes sont disponibles pour l’étude des macro-restes d’époque augustéenne : une vidange de foyer (US 467) et les résidus de combustion d’une forge (US 478 : fig. 303 et 304)82. L’anthracologie révèle un combustible monospécifique, le chêne à feuillage caduc, justifiant l’arrêt de l’identification à 100 fragments. Concernant la carpologie, seul le dépôt US 478 permet d’élargir le spectre des espèces. On y enregistre, pour l’essentiel, 41 fragments de pépins de vigne (Vitis vinifera), trois céréales : l’orge vêtue (Hordeum vulgare), le millet commun (Panicum miliaceum) et la sétaire d’Italie (Setaria italica).

  • 83 O. Franc, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 22 et paragraphe suivant.
  • 84 S. Saintot, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 301-307.

577La prédominance du chêne révèle un couvert encore fortement boisé. Cet équilibre est marqué par une accrétion lente, confirmée par l’étude géomorphologique du substrat anté-historique83. Il est également mis en valeur par la présence d’un mobilier néolithique dans l’ensemble des sédiments antiques, signalant le remodelage de formations vieilles de deux millénaires et encore affleurantes84.

578La représentation du chêne dans les spectres va rapidement régresser et, s’il reste présent lors des périodes suivantes, il ne l’est plus à cette hauteur (par échantillon) avant le XIe siècle. Le millet et l’orge indiquent l’apparition (discrète) d’une production de céréales. Quelques plantes rudérales ou adventices s’intègrent au paysage : le gaillet aparine (Galium aparine), le rumex crépu ou la patience sauvage (Rumex crispus/obtusifolius) et le sureau yèble (Sambucus ebulus).

579• Un versant fragilisé

580Après des siècles d’équilibre, la mise en place de l’établissement quelques décennies avant le changement d’ère conduit à un rapide recul du couvert forestier favorisant l’instabilité des formations superficielles. L’une des conséquences, sur l’emprise, est un glissement de terrain localisé, aux contours peu nets, au nord du secteur économique. Cette « loupe d’arrachement », dont la stratigraphie révèle qu’elle est antérieure aux années 10-20 ap. J.-C. – elle est en partie localisée sous le bâtiment D-E-F – est perçue sur 250 m2. Elle est ensuite rapidement comblée par des terres caillouteuses presque stériles.

581Trois lames minces permettent d’en observer la matrice, grumeleuse, non compacte, typique des horizons de surface, associée à une action grandissante de la microfaune. Le caractère brassé peut aussi être dû à l’agriculture, du fait de l’épaisseur localement importante des revêtements poussiéreux insérés. Si la discrimination entre colluvion et remblai (volontaire) reste impossible, les sédiments constitutifs étant semblables au substrat, l’hypothèse colluviale est favorisée. Bien qu’aucun lien stratigraphique n’ait été effectué entre cette « loupe d’arrachement » et les dépôts aval, le bas de versant enregistre également une succession de dépôts argilo-sableux, de teinte brun clair à ocre, souvent lités (fig. 275 : US 76, 77 et 150), dont la stabilisation est antérieure au milieu du Ier siècle ap. J.-C., soit avant la construction du bâtiment C.

Un environnement modifié entre le Ier et le IIIe siècle (états 2 et 3)

582Après les ruissellements qui ont modifié le pied de pente et fragilisé nombre de constructions au cours des premières décennies de notre ère, le versant connaît une période de stabilité. Seuls font exception quelques dépôts pseudo-naturels en bas de versant à l’est (fig. 275 : US 129, 234) et à l’amont, sur l’accès nord-ouest (fig. 287 : US 588 et 595). La lecture des analyses anthracologiques et carpologiques confirme l’anthropisation du milieu dès le Ier siècle ap. J.-C. où espaces ouverts et cultures ont pris une large part (fig. 303 et 304).

583• Un milieu ouvert

584Un premier groupe de prélèvements est issu de la dernière occupation de la pièce C avant son remblaiement (état 2 : fig. 303). Ce contexte se différencie nettement de ceux de la période précédente par la diversité de la liste taxinomique identifiée dans le domaine de l’anthracologie : US 186 = dix essences pour 94 fragments, US 205 = onze essences pour 54 fragments. Le chêne est majoritaire, suivi de l’orme, puis du sapin, du buis, du hêtre, du frêne, de la viorne lantane et de la vigne.

585Les refus de tamis n’ont en revanche livré que quinze carpo-restes pour 27 litres de sédiments (fig. 304). Deux fruitiers et trois céréales ont été déterminés : le noisetier (Corylus avellana) et la vigne (Vitis vinifera), le millet commun (Panicum miliaceum), l’orge (Hordeum) et le blé nu (Triticum aestivum/durum). À cela s’ajoutent plusieurs grains de céréales trop abîmés pour pouvoir faire l’objet d’une détermination ainsi qu’une semence de légumineuse et un fruit d’ombellifère. Ce dernier, contrairement aux autres carpo-restes, est préservé non pas sous forme carbonisée, mais minéralisée. La présence de nodules calcaires ou de mortier dans le comblement du sol, a pu être à l’origine de cette modification physico-chimique (US 186). Ce mode de conservation s’opère en effet principalement dans des contextes en milieu calcaire ou dans ceux enrichis en sels minéraux, comme par exemple, les latrines. Cette dernière hypothèse n’a pu être vérifiée.

586Un second groupe d’échantillons est prélevé dans les niveaux charbonneux du four à chaux (US 356.8) et du dépotoir (US 356) qui lui est postérieur (état 2 : fig. 303). Les résultats obtenus sont très diversifiés. Un premier échantillon de la couche de charbon la plus précoce (lab 17) n’a livré que du chêne à feuillage caduc alors que dans un second échantillon du même niveau (lab 18), le chêne est associé avec le sapin, le frêne et la vigne. Dans une recharge charbonneuse postérieure (lab 16), le chêne prédomine toujours, accompagné de sapin/genévrier (identification spécifique impossible) et de vigne. Dans le dépotoir de la fosse de travail, les charbons de chêne restent les plus fréquents, mais sont associés cette fois au hêtre, au noyer, au Prunus, aux rosacées, à l’orme et à la vigne. L’ensemble des échantillons du four témoignent ainsi de l’utilisation d’un spectre élargi d’essences pour la combustion, vraisemblablement celles qui étaient disponibles à proximité, sans préférence aucune en matière d’espèce.

587Ce contexte s’est en revanche révélé très pauvre en paléo-semences, puisque les 30 litres prélevés et tamisés n’ont fourni que huit éléments carpologiques : un fragment de coque de noyer (Juglans regia), trois fragments de pépins de vigne (Vitis vinifera), un grain d’orge (Hordeum) et un, déformé, de céréales (Cerealia) [fig. 304].

588• Une mosaïque de milieux

589Globalement, la prépondérance du chêne à feuillage caduc, présent dans quatorze des seize échantillons analysés, démontre l’importance réelle de cette essence. Dans la région, il s’agit vraisemblablement du chêne pédonculé (Quercus robur) ; cependant la présence sporadique possible du chêne sessile (Quercus petraea) et du chêne blanc (Quercus pubescens) doit aussi être envisagée.

590Parmi les essences « secondaires », nous pouvons distinguer deux groupes : celui des essences habituelles identifiées au moins dans cinq à six échantillons (sapin, hêtre, frêne, noyer, rosacées maloidées (plutôt de l’aubépine), cerisier de Sainte Lucie/prunellier, orme et vigne) et celui des essences plus ponctuelles (sureau noir, buis, aulne, genévrier, merisier/cerisier, noisetier, érable, cornouiller, viorne lantane). Les fruticées ou les haies à rosacées indiquent alors un milieu ouvert et côtoient des essences cultivées comme le noyer et la vigne, également identifiés dans les spectres carpologiques. Le bois de vigne apparaît quant à lui dès le milieu du Ier siècle ap. J.-C.

  • 85 J. Argant signale que des pollens de sapin ont été retrouvés à des étages beaucoup plus bas à Lyon, (...)

591Le groupement sylvatique d’atmosphère humide constitué par l’aulne, le saule, l’orme et le frêne est favorisé par la proximité de la Saône et potentiellement les nombreuses sources du versant. Le sapin évoque un milieu plus montagnard, et donc un éventuel commerce du bois à plus longue distance85.

Fig. 303 - Bancillon, secteur 4 : résultats de l’étude anthracologique, sauf Moyen Âge central (I. Figueirial).

Fig. 304 - Bancillon, secteur 4 : résultats de l’étude carpologique, sauf Moyen Âge central (A. Bouchette).

Un environnement stable (état 4)

592Lors de l’état 4, l’équilibre du versant acquis au cours des états 2 et 3 ne paraît pas remis en cause. Les coupes du bas de pente ne montrent aucune accrétion particulièrement marquée par rapport à celle des deux derniers siècles, les dépôts de la seconde moitié du IIIe siècle et du IVe siècle semblent même de moindre ampleur. Seuls les chemins et un sol sont à rattacher à cette période (fig. 275 : US 6, 212, 151, 157).

593Quelques difficultés subsistent néanmoins localement. À l’amont de l’établissement par exemple, l’accès nord-ouest reste largement soumis aux ruissellements et nécessite un entretien constant. Les recharges successives de sol qui prennent place sur et l’aval de son seuil forment à présent une butte marquée qui accentue localement la dénivelée de la pente (fig. 287). Ces dépôts sont les prémices d’une levée artificielle à l’origine des murs de terrasse qui vont se succéder, à cet endroit du versant, depuis lors et jusqu’à nos jours.

594Pourtant, et alors que l’infrastructure du secteur économique de la villa s’est modifiée au cours de la seconde moitié du IIIe siècle, les études anthracologiques et carpologiques montrent peu de changement (fig. 303 et 304). Trois structures livrent des sédiments propices à l’analyse : un foyer (US 432), une zone de rejet charbonneux (US 174) et un dépotoir (US 316), tous localisés à proximité de l’accès nord.

595Le dépotoir US 316 (seconde moitié du IIIe siècle) livre de nombreux fragments de charbon de bois mais l’importante fragmentation des restes limite les déterminations. La forte repré sentation du chêne est sans surprise (des bois d’œuvre ?), celle du sapin est encore remarquable. Ailleurs, on distingue surtout le frêne et le hêtre, ce qui n’était pas le cas antérieurement. Le foyer US 432 utilise ainsi le frêne comme principal matériau de combustion (100 fragments de ce taxon pour 4 fragments de sureau et 9 de sapin). La zone charbonneuse mitoyenne US 174 livre un spectre beaucoup plus large dû à l’accumulation de dépôts successifs (frêne : 59,4 %, hêtre : 23 %, puis noyer, cerisier, chêne et rosacées).

596On dénombre peu de restes carpologiques. Seuls 25 fragments sont identifiés dans les niveaux du dépotoir US 316 pour un volume de 38 litres (dont un grain de millet et 21 de noisetier, de noyer et de vigne). Les céréales (le blé nu puis l’orge et le millet) apparaissent sporadiquement dans le foyer ou la zone de rejet charbonneux. Les légumineuses sont manquantes. Les plantes rudérales restent très en retrait, leur quasi-absence atteste l’entretien régulier des surfaces.

La faune, des restes erratiques (états 1 à 4)86
  • 86 Texte rédigé à partir de la contribution de D. Lalaï, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 199-212.

597Quelle que soit l’époque considérée, la faune est presqu’exclusivement constituée des composantes domestiques de la triade classique (bovins, caprinés, porcs), même si dans les ensembles les plus riches en vestiges, les équidés, le chien et le coq domestique sont systématiquement représentés. La présence dans le dépotoir US 316 d’un fragment d’andouiller de cerf non retouché (bois de mue ou de massacre ?) permet peut-être d’envisager l’utilisation de cette matière première.

598Au Ier siècle ap. J.-C. (état 2), la participation des représentants de la triade basée sur les nombres de restes montre de sensibles variations suivant les contextes. Pour la période des IIe et IIIe siècles (états 3 et 4), le corpus du dépotoir US 316 ainsi que celui de diverses autres structures reflète des participations similaires de celles de l’état 2 (nombre de restes ou NMI). Ainsi, les bovins montrent une sensible prédominance sur le taxon porcin alors que les caprinés (le mouton est attesté) sont en fort retrait. La prédation s’exerce toujours au stade adulte pour les bovins, juvénile et adulte pour le porc et essentiellement adulte pour les caprinés.

599À l’exception de quelques vestiges d’équidés et de chiens, tous les restes recueillis sont reconnus comme étant les résidus des différentes étapes de l’alimentation carnée humaine. Et si on excepte quelques os longs complets, les vestiges correspondent essentiellement à des fragments squelettiques de petites dimensions.

600Une pathologie osseuse relevée sur deux phalanges antérieures provenant probablement d’un même bovin (US 316) montre un net élargissement de la surface articulaire proximale avec développement d’exostoses. Il est possible d’expliquer cet état pathologique par la nature du travail effectué par cet animal (labours et/ou transports de charges). Aucune autre trace d’activité n’est perçue sur ce mobilier.

601Les ensembles osseux étudiés paraissent très restreints au vu de l’importante surface fouillée et de la durée d’occupation considérée. La bonne conservation générale des ossements exclut que des facteurs taphonomiques soient seuls responsables de cette situation. On peut se demander si cette faiblesse des restes fauniques n’est pas, pour une large part, liée à des habitudes alimentaires dans lesquelles l’apport carné est peu important. Une gestion raisonnée des déchets peut également être envisagée.

2.5.2. PERIODE 2 : L’EFFACEMENT DE LA VILLA (FIN DU IVe SIECLE-VIe SIECLE)

602La fin du IVe siècle est une période charnière durant laquelle la structure de la villa antique disparaît (fig. 305). Dès le début du Ve siècle, une nouvelle occupation est en place. Si elle remploie un certain nombre de bâtiments antiques, son organisation et le profil de ses vestiges n’ont plus rien de commun avec ceux des siècles précédents. La fondation d’un lieu de culte et l’évolution du système agraire confirment qu’une transformation majeure a bien eu lieu. Le site alto-médiéval qui ne survit pas à la fin du VIe siècle sur le secteur 4 est pourtant à l’origine d’une occupation qui va perdurer jusqu’au XIIIe siècle autour des secteurs 2 et 3.

2.5.2.1. La fin du IVe siècle, une étape charnière (état 1)

603Une palissade, dont le tracé prend en écharpe le secteur économique de la villa et se poursuit sur le site mitoyen de La Citadelle, est à l’origine d’une nouvelle occupation du sol dont les modalités concernent l’ensemble du versant (fig. 305). Dans le même laps de temps, une reprise de la sédimentation en bas de pente contribue à modifier le milieu.

La mise à niveau du bas de versant (secteur 4)

604Les coupes stratigraphiques du bas de versant révèlent une reprise de la sédimentation. Cet empâtement, dernier épisode topographique majeur de ce secteur dont les causes sont à la fois naturelles et anthropiques, conduit à la topographie actuelle.

Fig. 305- Bancillon, plan général des états 1 et 2 de la période 2 : de la fin du IVe siècle au Ve siècle ap. J.-C. (DAO : E. Bayen, C. Coquidé, Cl. Marcellin).

  • 87 O. Franc, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 308-315.

605Au nord de l’établissement, se mettent en place des masses importantes de colluvions ruisselées (fig. 275). Le litage des limons caillouteux suggère une intermittence des écoulements et une mise en place progressive. En revanche, plus délicate est l’interprétation du processus de dépôts de certaines couches qui, plus massives et sans aucun litage perceptible, résultent peut-être d’une ou de plusieurs coulées boueuses. La crise hydrosédimentaire polyphasée, reconnue à la charnière entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge dans la région, et qui se manifeste par une prédominance de la torrentialité dans les petits bassins-versants, a ainsi pu laisser quelques traces à Anse (Berger et al. 2008 : 131)87.

606Au sud, le côté est de la villa, jusqu’alors protégé des ruissellements par le bâti amont, est exhaussé par une série de dépôts limoneux bruns (fig. 275, US 130 à US 132, 155 et 18/229). Ces derniers, épais de 0,80 m, recouvrent les radiers du chemin de desserte dont une monnaie date l’abandon des années 332-333 au plus tôt. Ces remblais emballent des éléments de construction très fragmentés, associés à un mobilier des IIe et IIIe siècles, illustrant un dépôt volontaire empruntant des couches bien antérieures. La masse de ces sédiments et leur chronologie pourraient correspondre à la section stratigraphique manquante sur le secteur du bâtiment D-E-F, situé immédiatement à l’amont, où la démolition du Ier siècle apparaît directement sous une colluvion des IVe et Ve siècles (fig. 256).

607Le déplacement de ces remblais implique la disparition du pan oriental du mur de clôture. Ce fait est confirmé par la présence au même endroit d’un fossé en provenance du sud-ouest (US 1) qui s’infléchit vers l’est et s’élargit, jusqu’à prendre la forme d’un cône de déjection (l. : 2 m ; prof. : 1 m ; fig. 305). Son mobilier indique un terminus post quem du IVe siècle.

Un remaniement foncier (secteur 4)

  • 88 Rapport Coquidé, Giry 2006 : 64 et 67 (US 19/124), fig. 8 et 27, E, G et F.

608Une palissade (fig. 306) traverse le secteur économique de la villa entre les cotes 190 m et 186,50 m (du sud au nord : US 46 : l. : 1-1,20 m ; prof. : 0,40-0,50 m). Un diverticule rapidement arasé se connecte côté ouest (US 332) [fig. 193]88. Le profil de l’US 46, irrégulier, est à double pente et figure un premier creusement linéaire dans lequel on distingue les profils verticaux de trous de poteau (diam. : 0,20 m ; prof. : 0,30 à 0,50 m). Les comblements, argilo-sableux de teinte brun-gris à ocre jaune, reprennent les éléments du substrat. Les quelques blocs repérés ne semblent pas avoir été utilisés comme calage.

609L’abondance du mobilier surprend, les secteurs traversés étant relativement à l’écart des zones les plus denses. Il s’agit là sans doute d’un nouveau témoignage de l’érosion de la pente, avec l’ablation d’un contexte superficiel originellement largement anthropisé. Les tessons de céramique piégés dans les comblements couvrent la période des IIe-IVe siècles.

Fig. 306- Bancillon, secteur 4, état 1 de la période 2 : coupes de la palissade US 46 (relevés : A.-C. Remy, L. Eneau-Brun ; DAO : E. Bayen, C. Coquidé).

610La palissade US 46 traverse le secteur économique de la villa et se prolonge vers le nord, au-delà du mur de clôture. Son emprise s’étend jusqu’à l’établissement voisin de La Citadelle dont elle barre l’aile est (fig. coul. 3). Ce vestige qui ignore les limites antérieures donne à voir une autre distribution de l’espace.

611Son tracé incurvé, globalement orienté sud-ouest/nord-est, est original et doit plus au versant qu’au site qui l’a précédé. Son inclinaison annonce celle des terrasses qui vont se succéder entre le Moyen Âge et l’époque contemporaine.

2.5.2.2. Un nouveau mode d’occupation (état 2)

612Le site du Ve siècle est très inégalement perçu selon les secteurs (fig. 305) et le fait qu’aucun des sondages du secteur 1 n’ait révélé la moindre trace d’occupation médiévale ne peut être considéré comme un argument convaincant : avant la fouille, aucune structure du haut Moyen Âge n’avait été décelée sur les secteurs 3 et 4.

613Sur le secteur 1, l’abandon des pièces résidentielles de la terrasse médiane, pour être simultané, reste non daté. Celui-ci est antérieur à l’installation d’une sépulture en coffre de dalles trapézoïdal (Sd 7A), datée des VIe-VIIIe siècles (Colardelle, Demians d’Archambaud, Raynaud 1994 : 280-284 et 295), qui s’installe sur la terrasse amont. À l’inverse, les secteurs 2 et 3 montrent une occupation tardo-antique relativement dense, sachant tirer parti du bâti ancien tout en imposant de nouveaux usages.

  • 89 A. Horry, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 262-263.

614À l’aval, sur le secteur 4, la pièce C au moins reste en usage, contemporaine de vestiges dont le profil était jusqu’alors inconnu. Ce changement de faciès est également sensible au niveau du mobilier céramique, où, parmi d’indéniables continuités typologiques, apparaît un vaisselier à pâte sombre produit dans des ateliers du Val de Saône, de la plaine de l’Ain et des Alpes89.

Occupation tardo-antique et médiévale (secteur 2)

615Le diagnostic situé sur le secteur 2 livre surtout des niveaux postérieurs à l’Antiquité tardive (Rapport Lurol 2008 ; fig. 241 et 307). Cette emprise, encore scandée par les élévations antiques pérennisant les espaces W et X, livre cinq sépultures ainsi que des remblais de démolition, voire des traces d’incendie, et quelques colluvions, exhaussant de 0,30 à 0,80 m le niveau de circulation depuis l’occupation antique. L’examen des coupes ne permet pas de déceler d’activité autre que funéraire.

616Dans l’espace W, le cap du haut Moyen Âge semble atteint dès le dépôt de l’US 2025. Ce remblai, assez homogène, est composé de limon sableux brun-gris avec de rares fragments calcaires et de terres cuites architecturales. L’US 2024, un limon argilo-sableux de teinte brun clair, est tout aussi peu différencié. Un limon argilo-sableux (US 2022) brun clair, hétérogène et livrant de nombreux blocs fragmentés et du mortier, illustre ensuite un épisode de démolition. Celui-ci colmate une première sépulture (Sp 2009), avant d’être lui-même recoupé par les suivantes.

617Dans l’espace X, le premier remblai de teinte rouge orangé est homogène. Un niveau charbonneux peu épais est recouvert par une couche de mortier blanc et de sable, associée à du mobilier daté de l’Antiquité tardive (céramiques et monnaie émise en 383). Lorsque l’US 2021, datée du XIe siècle, scelle l’emprise, les élévations antiques sont encore apparentes.

  • 90 Une sixième sépulture, postérieure au XIe siècle, est néanmoins apparue dans l’espace X.

618La zone funéraire du secteur 2 est localisée à 35 m au sud de l’édifice à abside que l’on présente dans le paragraphe suivant. Cantonnées à l’espace W (en l’état du décapage), les sépultures s’intègrent à différents niveaux stratigraphiques. Cinq d’entre elles sont datées du haut Moyen Âge, soit entre la fin de l’Antiquité et le Xe siècle90 (fig. 241 et 243). Quatre des cinq inhumations de cette séquence présentent des parois et des couvertures constituées de dalles et de blocs de calcaire alors que la sépulture d’un enfant (Sp 2035) est creusée en pleine terre.

Fig. 307- Bancillon, secteur 2, périodes 1 et 2 : coupe ouest-est (relevé : J.-M. Lurol ; DAO : P. Rigaud, C. Coquidé).

Les marges nord-ouest de l’établissement au Ve siècle (secteur 3)

La construction d’un nouvel édifice

619Un édifice, d’une superficie supérieure à 119 m2, est implanté dans le bâti romain existant (Rapport Nourissat 2012 ; fig. 308 et 309). La nouvelle construction est composée d’un bâtiment à plan allongé rectangulaire, présentant un corps central (AV) terminé à l’ouest par une abside semi-circulaire (AV’) encastrée dans le bâti antique. Cette pièce centrale ouvre au sud sur une galerie divisée en deux espaces (AY, AY’) et flanquée d’un espace ouvert (AT) au sud.

620• L’édifice à abside AV/AV’

621Le nouvel édifice s’insère dans le bâti antique préexistant. Les murs US 4021 et US 4024 sont transformés. Le mur de terrasse (US 4021) est coupé, dans sa partie centrale, sur une section de 3,60 m, le mur US 4024 est conservé sur plusieurs assises et est repris par l’édification d’un nouveau mur ouest/est US 4351 (fig. 309). Cette réfection conservée sur cinq assises régulières en élévation, est composée de moellons de calcaire rose et blanc pris dans un mortier de chaux fin et mélangé à des gravillons (fig. 247). Deux nouveaux murs (US 4022 et US 4023) sont construits dans un même temps (liés) et accolés à l’ouest et au sud aux murs US 4021 et US 4351. Le mur US 4022 est rectiligne (ouest-est) tandis que US 4023 est subcirculaire en forme d’abside outrepassée. Leur mode de construction comprend : un hérisson de blocs de calcaire recouvert par une couche de mortier plus ou moins plane, un ressaut débordant au nord, de 0,25 m de haut et des assises plus ou moins régulières de blocs de différentes dimensions et de quelques blocs de tuf, le tout lié par un mortier blanc compact.

622La salle AV’, en demi-cercle outrepassé, s’inscrit dans un plan rectangulaire constitué à l’ouest du mur romain de terrasse US 4021 (façade occidentale de l’abside), du mur US 4351 au sud et du mur US 4022 au nord. (fig. coul. 33). Les dimensions hors tout du corps central (AV, AV’) sont de 7,20 m de large pour au moins 10,80 m de long. Il n’y a pas de séparation visible entre l’abside AV’à l’ouest (de 3,25 m de profondeur pour 5 m de large à la retombée de l’abside), et la salle AV se développant à l’est (5,90 x 6,20 m minimum).

623L’intérieur est remblayé par un limon argileux orangé qui est le seul élément connu du premier sol (196,30 m) de l’édifice. Les murs sont enduits d’un mortier de chaux blanc fin compacté et lissé de 2,5 cm d’épaisseur, visible pour l’abside à partir du sommet du ressaut de fondation.

624Les salles AV/AV’et AY/AY’communiquent entre elles par une porte ouverte dans le mur US 4024/4351. L’embrasure de 1,50 m de large ainsi ménagée est enduite d’un lit de mortier jaune crème (3 à 4 cm d’épaisseur), en léger retrait de 0,04 m et 0,18 m par rapport aux parements nord et sud du mur antique US 4024, le mortier débordant de manière irrégulière. Le seuil constitué d’une dalle de calcaire rose de 0,13 m d’épaisseur (196,61 m) est scellé dans cette couche de mortier qui remonte légèrement le long des piédroits (fig. 310). Des entailles d’une dizaine de centimètres de large insérées sur les petits côtés de la pierre de seuil révèlent la présence des jambages du chambranle, vraisemblablement en bois. En avant du châssis sud, une rainure est prolongée par des cavités circulaires (1 à l’est, 2 à l’ouest) dans lesquelles devaient s’insérer les gonds d’une porte à double vantail dissymétrique. La largeur des battants est induite par la présence d’une alvéole carrée juste devant la rainure, de 0,80 m pour le volet est et de 0,55 m pour le panneau ouest. Le seuil est surélevé d’une vingtaine de centimètres par rapport aux sols des pièces qu’il relie.

Fig. 308- Bancillon, les marges nord-ouest (secteur 3). Distribution des vestiges antiques par période : du Ve siècle au VIIe siècle (DAO : S. Nourissat).

625• La galerie AY/AY’La galerie sud, de 12 m de long pour 2,80 m de large, fait saillie à l’ouest (fig. 308 et 309). Elle se compose d’une annexe occidentale (AY’ : 4,10 x 2,80 m) séparée par la cloison US 4237 d’une pièce orientale (AY) de plus grandes dimensions (7,48 x 2,80 m). On circulait de l’une à l’autre par un passage d’environ 1 m de large aménagé le long du mur sud (US 4025). Le mur est composé en fondation d’un double parement de très gros blocs de calcaire rose ou blanc avec blocage interne et pour l’élévation d’un double parement simple de plus petits moellons de calcaire, le tout noyé dans un mortier blanc beige compact renfermant des gravillons. La fondation, marquant un ressaut débordant au sud, accuse un pendage ouest-est marqué (9 %) suivant le sens de la pente. Le sol primitif de la galerie, briques pilées mélangées à du mortier blanc, nous est parvenu sous forme de lambeau (US 4256, US 4266 : 196,49 m). Des traces d’aménagements intérieurs (cloisons ou mobilier) ont été identifiées par une série d’empreintes de poteaux et de piquets.

626• L’espace ouvert

627AT Un vaste espace rectangulaire ouvert, assimilable à une grande cour ou à un jardin, flanque l’édifice au sud (12 m de long d’ouest en est pour plus de 8,50 m de large du nord au sud). Il est clos à l’est par le mur US 4049 qui dans la première moitié du VIIe siècle s’est effondré d’une pièce sur son parement oriental depuis la base de sa fondation (fig. 308, 309 et 311). À l’ouest, le jardin est longé par un corridor nord-sud (8,30 x 1,50 m), limité à l’est par le mur de clôture occidental de la villa antique (US 4053) et par un nouveau mur de terrasse en débord ouest sur 2,40 m (US 4117). La maçonnerie US 4117, entièrement récupérée à la fin du Moyen Âge, venait s’appuyer contre le mur extérieur de l’abside (US 4204). S’agit-il d’un renforcement de la terrasse où l’on pouvait circuler ? Les seuls aménagements reconnus dans le jardin sont des petits abris semi-enterrés sur poteaux et en torchis, légèrement antérieurs à la construction de l’édifice (US 4104 et US 4213) [fig. 309].

  • 91 S. Martin, in Rapport Nourissat 2012, tome 1 : 71.

628La fouille (édifice, jardin et abris semi-enterrés) a livré dix-sept fragments de verre91, représentant quatorze vases et un seul fragment de verre à vitre vert olive. Parmi ceux-ci figurent des fragments appartenant à une forme haute à long col de type unguentarium et un fragment de panse en verre incolore orné d’une ligne à motif de caissons quadrillés au centre d’un encadrement de registres verticaux souli gnés horizontalement (fig. 312, no 1). Ces techniques décoratives dites des « verres gravés » par incisions et meulés sont connues dans des contextes de la seconde moitié du IVe siècle et du premier quart du Ve siècle dans toute la Narbonnaise comme à Lyon. Ces décors se rencontrent principalement sur des coupes et des gobelets ; il s’agit ici probablement d’un vase apode à large ouverture de type AR 59.1 ou AR 60.1 (Rütti 1991) dont l’origine pourrait être rhénane. Les contextes remaniés du VIIe siècle fournissent quant à eux un petit lot de verre à vitre, avec ou sans trace de grugeoir, une catégorie de mobilier absente du secteur 3 lors de la période 1. On note aussi un fond bombé verdâtre à décor pressé en relief qui évoque la technique du moulage (fig. 312, no 2).

629Quelle identification pour cet édifice ?

  • 92 Analyses C14 effectuées sur trois sépultures.
  • 93 Lyon-5978, 1245 ± 35 BP, 674 à 882 ap. J.-C. avec un pic de probabilité à 773.

630La morphologie de cette salle rectangulaire terminée par une abside axiale rappelle les salles de réception de villa qui se répandent durant l’Antiquité tardive essentiellement dans le sud de la France. Ses dimensions internes (moins de 60 m2) et son abside, outrepassée comme à Eauze (Balmelle 2001 : 163), de 3,25 m de profondeur sont dans la moyenne des petites salles de banquet (Balmelle 2001 : 163). Mais plusieurs éléments tendent à remettre en cause cette première interprétation. Mis à part la galerie sud fermée, aucune autre pièce n’est construite autour de ce petit bâtiment localisé à l’opposé du secteur résidentiel, à proximité d’un accès majeur vers les pentes, alors que la majorité des salles de banquets, souvent attenantes à une galerie du péristyle central, font partie intégrante du cœur des villae (Balmelle 2001 : 163). La salle présentée ici ne livre aucune trace de riche décor, ni de mobilier luxueux en rapport avec la fonction du lieu (mosaïque, marbre, etc.). Enfin, la transformation du jardin sud en espace funéraire dès le VIIe siècle92, concomitante au remplacement des sols de l’édifice par des revêtements en mortier de tuileau et eux mêmes percés par une sépulture de nourrisson mise en place à la fin du VIIIe siècle93 contre le mur septentrional de la salle, autorise l’hypothèse d’un lieu de culte chrétien et ce probablement dès son origine.

  • 94 F. Bérard (université Jean Moulin Lyon 3) signale que l’inscription, dont la graphie est médiévale, (...)

631Un petit fragment de marbre blanc-gris où l’inscription---]RVM[--- peut être lue (L : 8 cm ; l. : 7 cm ; ép. : 4,5 cm) provient des niveaux d’abandon de l’abside datés des IXe-XIe siècles. La hauteur des lettres est de 2 cm, seule la lettre V est entière, la lettre R est parfaitement lisible. La dernière lettre est incomplète, la première jambe de ce qui semble être un M est conservée (fig. 313)94. Aucun autre fragment n’a pu être mis au jour dans les remblais contemporains. Cette inscription appartenait-elle à une épitaphe démontée lors de l’arasement de l’église pour être transférée dans un autre lieu de culte ? Cette pratique est attestée pour les trois épitaphes conservées dans l’actuelle église paroissiale Saint-Pierre qui proviendraient de la basilique funéraire Saint-Romain (Faure-Brac 2006 : 142 ; voir ci-dessous p. 340).

Fig. 309- Bancillon, les marges nord-ouest (secteur 3) du Ve siècle au VIIe siècle (période 2). Plan de l’édifice à abside outrepassée (relevé : F. Pont ; DAO : C. Marcelin).

632Par ses dimensions, le bâtiment du secteur 3 est comparable aux édiices de culte à nef unique installés dans la villa de saint-Romain-de-Jalionas, où l’abside est outrepassée (Reynaud 2005 : 63-64 ; Royet et al. 2006 : 313) ou dans celle de Varces (Gabayet 2001 : 41). L’église de Bancillon inscrite dans un chevet plat est bordée d’un collatéral sud. On ignore si un portique symétrique se développait au nord. La disposition particulière de l’édiice, façade tournée vers l’est, comme l’édiice occidenté de nevers dédié à saint-Gervais et saint-Protais construit au VIe siècle (sapin [dir.] 1995 : 59-93), serait dictée par la topographie du terrain qui présente une forte pente ouest-est. Mais elle s’explique également par la nécessité d’une position dominante sur le Val de saône à l’extrémité nord-ouest de l’ancienne villa.

Fig. 310- Bancillon, les marges nord-ouest (secteur 3) : le seuil (cliché : C. Nivelon).

Fig. 311- Bancillon, les marges nord-ouest (secteur 3) : le mur M4049 effondré (cliché : A.-C. Remy).

633La fouille n’a pas permis de déterminer l’accès direct au lieu de culte. L’unique porte identifiée est située sur le flan sud de la nef et débouche dans la galerie latérale. On suppose que le portique commandait une circulation vers le jardin ou la cour. Encore utilisé au moment de la fondation de l’édiice (Rapport Coquidéet al. 2009 : 110), l’accès à la villa situé à une quinzaine de mètres au nord desservait-il le secteur de l’édiice ? (fig. 292).

634Il n’a pas été possible lors de la fouille de déterminer si le bâti antérieur était en ruine ou encore utilisé au moment de l’édiication du bâtiment à abside. Il n’y pas d’interruption majeure entre les derniers sols attribués à la in du IVe siècle et la fondation du nouvel édiice. il arrive que les villae sur lesquelles s’implantent les édifices de culte soient encore en usage comme à salagon (Codou 2005 : 87) ou à Géou. Sur ce site, l’édiice s’inscrit dans la galerie méridionale du péristyle (Codou, Colin 2007 : 74).

Fig. 312- Bancillon, les marges nord-ouest (secteur 3) : le verre (dessin : F. Pont).

Fig. 313- Bancillon, les marges nord-ouest (secteur 3) : fragment d’inscription (cliché : J. Sarrazin).

  • 95 D’après Faure-Brac 2006 : 131, Anse serait en 457 le chef-lieu de l’ager ansensis (sans mention de (...)

635Le faisceau d’indices archéologiques et historiques incite ainsi à restituer un oratoire, sans doute privé, fondé aux marges du bâti d’une villa et qui deviendra funéraire à partir du VIIe siècle. S’il est difficile de statuer sur les occupants du lieu, du moins peut-on supposer qu’il s’agisse là d’un domaine dont le propriétaire a pu être un membre important de l’ager ansensis95.

Un lieu de culte des Ve-VIe siècles
  • 96 A. Horry, in Rapport Nourissat 2012, tome 1: 65.
  • 97 Ly-15090, -1725 + 30, âge calibré de 239 à 400 ap. J.-C., dates les plus probable 277-330 ap. J.-C.

636Le mobilier céramique est peu abondant (18 fragments) et les éléments de datation les plus probants proviennent des tranchées de fondation qui fixent la construction de l’édifice à abside autour des Ve et VIe siècles96. La datation C14 d’un fragment de poutre carbonisé, tombé sur le sol de la galerie, livre une date plus ancienne (fin IIIe siècle - première moitié du IVe siècle)97, et semble provenir d’un remploi. La forme outrepassée de l’abside peut être un marqueur chronologique. L’église baptismale de Meysse (Ardèche) daterait de la deuxième moitié du Ve siècle, notamment en raison de l’abside outrepassée qui semble relever de la tradition burgonde (Reynaud 1989 : 213). Ces éléments permettent donc de situer la fondation de l’oratoire au plus tôt à la fin de l’Antiquité tardive, contemporaine de la basilique de Saint-Romain d’Anse, située à 300 m à l’est, d’où sont réputées provenir les épitaphes de Vistrigilde datée de 486 ap. J.-C., de Proba, datée de 498 et de Viligiscle, datée de 524 (Faure-Brac 2006 : 142-143, Grillet et al. 1983b : 78 ; ci-dessous p. 340).

Les sources documentaires au lieu-dit Bancillon98
  • 98 M. Goy, in Rapport Nourissat 2012, tome 1 : 72-73 et 122.

637D’après les sources archéologiques, l’édifice de culte de Bancillon serait un oratoire des Ve-VIe siècles, augmenté d’un cimetière au cours du VIIe siècle puis ruiné entre le IXe et le XIe siècle. L’occupation du site perdure, quant à elle, jusqu’au XIIIe siècle. On ne peut que constater que cet abandon serait concomitant du transfert des fonctions paroissiales attachées aux baptistères anciens (Aubrun 1986 : 18), ici vers l’église Saint-Pierre intramuros, dont le vocable sera remplacé en 1225, sous l’épiscopat de Renaud de Forez, par celui, toujours en usage, de Saint-Cyprien (Rapport Rémy 2001 : 7-8).

  • 99 AD Rhône, 10G1362, Terrier de la prébende d’Anse, 1380, f. 8 et 8v °, « terra et vinea in Costa de (...)
  • 100 À l’intersection des actuels impasse et chemin Grange Baronna.

638Quant à l’identification du lieu, les sources documentaires nous offrent quelques indices mais aucune certitude. On mentionne ainsi, dans le testament de François Euverdy de 1380, une vigne « sitam in costia de la Chapella » ou « costa de Capella », dont la terminologie renvoie directement à une « chapelle » dont le vocable reste inconnu. Ce lieu de culte, pourvu d’un prêtre serviteur, Martin Doynonis99, est, dans ce texte, localisé à la fois sur la côtière et dans les environs de la source ou fontaine de Charognieu « vocatam Charognieu » située à 230 m au sud de la parcelle fouillée100.

  • 101 AD Rhône, 10G1362, Église paroissiale d’Anse, copie du testament de François Euverdy fondateur de l (...)

639Les textes médiévaux issus de la diplomatique, des cartulaires et des pouillés du diocèse de Lyon datés de 1225 et du XIVe siècle, pas plus du reste que le recensement101 des chapelles sur Anse entre 1380 et 1674 (Longnon 1904 : 12 et 40), ne fournissent ensuite de mention d’une église localisée dans ce secteur de Bancillon.

  • 102 AD Rhône, 8B767-32, Liève à quatre confins de la rente noble de Lachassaigne et Chiel commencée en (...)

640Notre analyse serait pourtant incomplète sans évoquer la mention tardive dans un terrier de 1674 d’une « chapelle » Saint-Jean (sans doute le Baptiste), ruinée, dans le secteur de Saint Romain : « une terre audit Anse, territoire de Saint-Romain que jouxte le bois et mazure de la chapelle Saint-Jean… ». Un autre document fiscal de 1784102 mentionne également « un bâtiment faisant partie d’une vigne située à Anse au territoire de la perrière de Saint Jean ».

641Au XVIIIe siècle, la chapelle est effacée du paysage comme le montre l’ABA de 1787 (II, pl. 84) et le cadastre napoléonien. En revanche il signale que la parcelle fouillée relève de la cure d’Anse : « vigne de la cure d’Anse ». Par supposition, on pourrait en conclure que cette terre d’église rappelle la présence de la chapelle disparue.

L’occupation du bas de versant (secteur 4)

642Les modalités d’occupation du bas de versant ont également été modifiées (Rapport Coquidé et al. 2009). La pièce C, érigée au cours du Ier siècle de notre ère, est toujours en usage au Ve siècle (fig. 305). Elle est à présent desservie par une voirie complexe en provenance du nord. De part et d’autre de cette dernière, une série de fosses de profils inédits a fait son apparition et occupe un espace jusqu’alors laissé vacant.

La pièce C et sa desserte
  • 103 De même, la présence d’un niveau de sol (US 10) connecté au seuil US 21, côté sud, associé à des em (...)

643Alors qu’aucun niveau postérieur au Ier siècle n’est conservé dans la pièce C, un axe de circulation nord-sud desservant son petit côté nord (fig. 305) indique que celle-ci est toujours en activité (l’usage des pièces A et B n’est en revanche pas assuré)103. L’accès sud (US 21) a été exhaussé par un apport de limon brun. Le dernier état du seuil révèle deux pierres plates de calcaire blanc positionnées contre les murs et stabilisant éventuellement un chambranle (fig. 314).

644L’axe de circulation desservant le petit côté nord montre de fréquents réaménagements révélant un souci constant d’entretien et de stabilité (fig. 315). Un premier chemin empierré, large de presque 4 m, est mis en place (US 86 : ép. : 0,10-0,20 m). Il se compose d’un hérisson de blocs anguleux dont le sommet est recouvert de poches argilo-limoneuses orangé. Le mobilier associé ne peut être antérieur aux IIIe-IVe siècles.

645Cette première chaussée est recoupée par un mur repéré sur 35 m (US 88 : l. : 1,30-1 m ; prof. : 0,70-1 m), bordé sur son côté ouest par des lambeaux de sols graveleux (US 111/113, non représentées). D’abord orienté nord-sud, le mur se termine côté ouest par une inflexion vers l’amont, à 11 mètres de la pièce C, l’espace laissé libre permettant un accès est-ouest, entre la pente et le Val de Saône.

646Un drain imposant (US 84 : l. : 1,50 m ; prof. : 1 m) recoupe les structures précédentes et soutient un nouveau hérisson de blocs (US 85 ; l. : 1,20 m). Ce nouveau chemin disparaît 22 m avant la pièce C. Il est engorgé en plusieurs endroits par d’épais niveaux argileux gris très compacts (US 90). Ces dépôts très hydromorphes sont assainis par des blocs oblongs de 0,10 à 0,45 m de côté, les plus imposants étant encore disposés à plat. L’effet de paroi que dessine la limite orientale des US 90 et 110 contre la colluvion US 18 matérialise sans doute le barrage d’une haie retenant le niveau argileux instable. Le sommet de cette séquence s’insère à la base de la terre végétale, à moins de 0,20 m de la surface actuelle. Une douille fermée en fer provient de ce contexte (fig. 316).

Fig. 314- Bancillon, secteur 4, état 2 de la période 2 : dernier état du seuil US 21 de la pièce C (cliché : équipe de fouille).

Des structures de profils singuliers

647Une large aire charbonneuse (US 106) et trois aménagements empierrés (US 44, 184 et 185) occupent l’espace situé entre Bancillon et La Citadelle.

  • Le large foyer US 106

  • 104 A. Horry, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 262-263.
  • 105 Code laboratoire : Lyon-5809 OxA.

648L’aire charbonneuse quadrangulaire, à fond plat (US 106 : côtés de 3,30-3,50 m ; ép. : 0,20 m), est mise en place à 25 m au nord-ouest de la pièce C (fig. 317 et 318). Elle recoupe une formation de pente tardive, postérieure au mur US 88 décrit dans le paragraphe précédent. La verticalité des bords sud et ouest signale un creusement délibéré qui s’insère. La fourchette chronologique proposée d’après l’étude du mobilier céramique (Ve -début du VIe siècle104) a été précisée par datation C14 (US 106 : âge calibré de 339 à 426 ap. J.-C.105).

649À une interface limoneuse brune (US 106.2) au contact du substrat, succède un comblement argilo-limoneux très charbonneux (US 106.1). On y relève de nombreux petits blocs portant parfois des traces de chauffe, quelques silex, de la cendre et de petits fragments d’os de faune brûlés. Une seule zone rubéfiée est localisée, dans l’angle nord-est. Des traces d’enlèvement révèlent qu’une phase de curage au moins a eu lieu.

  • 106 C. Galtier, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 267-284.

650La fonction du vestige n’est pas assurée. L’absence de graines empêche d’y voir une activité liée au grillage des végétaux. Quant au mobilier, il est très fragmenté et sa répartition est homogène sur l’ensemble de la structure (une cinquantaine de tessons, des terres cuites architecturales éparses dont quelques tubuli et du verre). Le mobilier métallique livre des clous, une plaquette rivetée, une ferrure, une languette en fer ainsi qu’une rondelle et un petit disque en bronze. Deux fragments d’outils sont également relevés : une lame simple (un couteau ?) et une lame dentelée (une scie [?] : fig. 319)106. La présence d’un feu sur support métallique de type brasero ou broche est plausible.

Fig. 315- Bancillon, secteur 4, périodes 1 et 2 : coupe ouest-est de l’axe de circulation desservant la pièce C au Ve siècle (cliché et DAO : C. Coquidé).

Fig. 316- Secteur 4, état 2 de la période 2 : douille d’outil en fer issu du radier US 90 (clichés : CREAM).

Fig. 317- Secteur 4, état 2 de la période 2 : fosse charbonneuse US 106 (relevé : A. Frécon ; DAO : M. Lagrange, E. Bayen).

651La consommation des aliments reste une hypothèse vraisemblable mais l’éloignement du foyer de tout bâtiment révèle sans doute une fonction autre qui reste à déterminer. Enfin, signalons que l’US 106 est similaire à trois autres structures synchrones, fouillées sur le site de La Citadelle (voir ci-dessus).

  • Des aménagements empierrés originaux

652Plus au nord encore, trois aménagements empierrés (fig. 320) s’installent au sein de la même séquence stratigraphique que celle décrite précédemment. L’un d’entre eux, l’US 44, livre en outre un profil céramique presque complet daté des Ve-VIe siècles.

Fig. 318- Secteur 4, état 2 de la période 2 : fosse charbonneuse US 106 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 319- Secteur 4, état 2 de la période 2 : outils en fer issus du foyer US 106 (radiographies : CREAM).

653Les structures US 44 et 184, distantes d’une trentaine de mètres l’une de l’autre et équidistantes par rapport au chemin vers C, sont de plan quadrangulaire. Leur mise en place est identique. Des blocs apparemment non chauffés longs de 20 à 30 cm sont disposés dans une fosse à peine excavée de 1,10 à 1,20 m de côté. Très imbriqués, ils forment sur les marges un bord net et quasi continu (fig. 321). L’US 184 dispose d’un aménagement central où plusieurs blocs semblent disposés à plat. S’agit-il de structures servant de support et/ou de repère ?

654La structure interne de l’empierrement linéaire US 185 (L. : 3,67 m ; l. : 0,35-0,40 m ; prof. : 0,25-0,30 m) n’est pas sans rappeler celle des fosses précédentes (fig. 320 et 322). Des blocs jusqu’à 0,47 m de côtés et des plaquettes calcaires, soigneusement intercalés, sans liant ni limon interstitiel, dessinent deux sections jointives au tracé sinueux.

655La fonction de drainage ne peut être retenue, l’agencement des éléments posés de chant, en épi ou à plat, par courtes sections, empêchant toute évacuation de l’eau. Le tracé, l’arrêt franc souligné d’une dalle verticale sur chaque extrémité et l’absence de tout autre aménagement associé matérialisent, une nouvelle fois, un vestige inédit dont la fonction reste indéterminée.

Fig. 320- Secteur 4, état 2 de la période 2 : aménagements empierrés nord US 84, 184 et 185 (relevés : E. Bayen, A.-C. Remy ; DAO : E. Bayen).

Un environnement transformé (secteur 4)

656La réactivation de la limite nord-sud orientale sous forme d’un fossé, puis d’une palissade, l’apparition de restes humains le long de cet axe et la mise en place d’un nouveau système de production illustrent l’évolution du versant.

Nouvelle limite vers l’est et vestiges funéraires
  • Le fossé US 47

657Un fossé, US 47 (fig. 275), recoupe les niveaux ayant présidé à l’exhaussement du bas de versant dès la fin du IVe siècle et barre de nouveau l’accès vers l’est et le Val de Saône. Le comblement de la section nord du fossé (l. : 0,80 m ; prof. : 0,60 m), un limon brun caillouteux homogène, devient complexe plus au sud aux abords de la pièce C. Le profil y est aussi plus imposant (l. : 2,50 m ; prof. : 0,90 m), sans doute à cause de curages répétés. À cet endroit, les comblements sont composés d’un limon argileux gris à brun (US 47.3), plus sableux et brun-gris (US 47.2) ou brun à orangé (US 47.1). Tous ces sédiments, fortement anthropisés, intègrent des blocs, des terres cuites architecturales et du charbon de bois. La permutation des US 47.2 et 47.3 observée sur des coupes proches révèle peut-être un remblaiement final volontaire qui éclairerait également l’extrême disparité chronologique du mobilier céramique (du Ier au IVe siècle).

  • Une zone funéraire au-dessus du fossé US 47

  • 107 J.-L. Gisclon, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 196-198.

658Bien que le fossé US 47 ait été décapé et recoupé en plusieurs endroits, seuls deux groupes d’ossements humains ont été mis au jour sur le comblement supérieur du vestige (fig. 305)107. L’un est apparu en limite d’emprise au nord, l’autre à proximité de l’angle de la pièce C, sous un bloc calcaire à usage de borne (US 117). Ces sépultures sont donc au plus près de l’occupation du début du haut Moyen Âge du bas de versant. Elles sont localisées à une centaine de mètres au nord-est du lieu de culte installé sur le secteur 3 et à environ 300 m à l’ouest du secteur funéraire de Saint-Romain.

Fig. 321- Secteur 4, état 2 de la période 2 : empierrement de plan quadrangulaire US 184 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 322- Secteur 4, état 2 de la période 2 : empierrement linéaire US 185 (cliché : équipe de fouille).

659Au nord du fossé US 47, les ossements, dont la plupart étaient en connexion, ont été mis au jour dès la première journée de décapage. Il s’agit de l’inhumation d’un sujet adulte de plus de 21 ans, en decubitus, et dont les os présentent un aspect nettement gracile (le bloc crânio-facial est manquant). Quelques ossements d’un sujet immature (radius gauche et droit, un corps de vertèbre lombaire ou thoracique), dont l’âge est estimé à moins de 16 ans, ont été relevés avec les précédents. Les os de ce second sujet pouvaient être en réduction ou dans le comblement de la fosse, bien que l’on ne puisse exclure une tombe double. Le type architectural de la sépulture, probablement orientée nord-sud dans l’axe du fossé aux trois-quarts comblé, ainsi que le milieu de décomposition du corps sont indéterminés ; l’absence de pierres autour du squelette laisse supposer qu’il s’agissait d’une fosse simplement remblayée ou d’une fosse sans coffrage de pierre.

660Plus au sud, les restes mis au jour à la base d’une large borne calcaire US 117 se composent de 33 fragments du même bloc crânio-facial d’un sujet mature, probablement âgé (synostose endocrânienne avancée et usure dentaire). L’épaisseur de la voûte crânienne (7,21 mm) et la hauteur de l’os malaire (31,95 mm) indiquent éventuellement un sujet masculin, mais en l’absence d’os coxal, le sexe est indéterminé. Son installation au pied d’un bloc de calcaire brut d’environ 50 cm de côté peut ne pas être fortuite.

661Le dépôt de mobilier céramique ou lithique au pied d’un tel repère topographique recouvre des formes très diverses et renforce la matérialisation de la limite, une fonction cultuelle n’étant pas totalement exclue dans certains cas (Vidal, Petitot 2003). Ici, les cassures anciennes des os indiquent un dépôt secondaire en fosse, pouvant être interprété comme un geste funéraire particulier, la tête étant une région du corps particulièrement forte sur le plan symbolique.

662La présence de restes humains au sein d’un fossé nord-sud entre l’habitat alto-médiéval et la voie de circulation du Val de Saône ne semble donc pas être le fruit du hasard mais relève d’une gestion raisonnée des défunts. L’implantation de petits groupes de tombes à la périphérie des occupations, en bordure ou au sein de fossés ou de chemins est connue au haut Moyen Âge (Catteddu 2009 : 146). Cette période se caractérise par « une gestion polymorphe des morts », où l’exclusion d’une aire consacrée est pratiquée sans que l’on y décèle une connotation péjorative, et où l’inhumation dans le cimetière collectif n’est pas encore systématique (Blaizot 2006 : 336).

  • La palissade US 96

663L’ultime matérialisation d’une limite entre le Val de Saône et l’établissement prend la forme d’une palissade (US 96 : fig. 305). Une fois le fossé US 47 colmaté, puis recouvert par une colluvion (US 18), la palissade se superpose à l’ancien tracé pour ne s’en écarter que de trois mètres vers l’est côté nord (fig. 275). La pérennité de cette limite, alors que toute trace de l’US 47 a disparu, suppose l’existence d’une haie sur ou aux abords du fossé comblé. Le tracé sinueux de l’US 96 cantonne de plus le groupe sépulcral nord, côté ouest, et la sépulture sud, côté est, et confirme leur installation à une date antérieure.

Un autre système agraire

664Un seul contexte de la période 2, la fosse charbonneuse US 106, s’est révélé favorable à une analyse paléo-environnementale (fig. 303 et 304).

665Deux des carrés de fouille ont bénéficié d’une détermination des macro-restes. Les charbons de bois y attestent la persistance du buis, de l’aulne, du hêtre et du bois de chêne, largement majoritaire. Le noisetier et le merisier/cerisier signent une présence plus discrète, l’orme et le saule n’apparaissent plus. La collecte des bois semble ainsi perdre en variété, ou s’effectuer à plus grande proximité induisant ainsi le rapprochement des zones boisées (peut-être des biais de lecture dus à l’unicité du contexte étudié). L’étude carpologique confirme la pérennité du noyer, de la vigne et de l’orge mais signale l’apparition des légumineuses (la lentille, l’ers et autres « légumineuses indifférenciées »), jusqu’alors absentes du cortège. Les plantes rudérales et adventices, quasi invisibles depuis la période augustéenne, font une réapparition remarquée : chénopode blanc, pâturin des prés ou commun, renouée à feuilles de patience, rumex aggloméré ou sanguin.

  • 108 D. Lalaï, in Rapport Coquidé et al. 2009 : 199-212.

666La présence animale entre la fin du IVe siècle et le début du haut Moyen Âge n’est perçue qu’à travers des lots fauniques peu nombreux et limités en nombre de restes108. Le cumul des individus permet néanmoins de mettre en valeur une constance dans la représentativité des espèces les unes par rapport aux autres. On croit pouvoir ainsi montrer la présence majoritaire des bovins (29 restes) suivie de celle du porc (15 restes) et des caprinés (11 restes), adultes pour la majorité des cas. Le chien, le cheval ou l’âne et le coq sont toujours présents ainsi qu’un reste de faune sauvage, un maxillaire de cerf, mis au jour dans le comblement de la palissade US 96.

2.5.3. SYNTHESE : LES SIX PREMIERS SIECLES DE BANCILLON

2.5.3.1. Une villa en terrasse, de 20-10 av. J.-C. à la fin du IVe siècle

Une taille standard

667La villa atteint environ 225 m du sud au nord et une centaine de mètres de large d’ouest en est (du moins au nord, là où elle est perceptible), soit une surface de 22 500 m2.

668La comparaison de l’assiette de Bancillon avec celles d’autres villae mises au jour dans la région s’avère peu aisée. Les décapages extensifs manquent et la structure du bâti n’a été perçue que sur quelques établissements, tous de plan allongé (l’aile résidentielle faisant face à une cour encadrée de deux ailes en vis-à-vis), une disposition éloignée de celle qu’on observe ici. Si on se réfère néanmoins aux quelques exemples disponibles, les dimensions relevées indiquent que la villa ansoise se situe dans une norme régionale. La villa de Beynost (Les Grandes-Terres), implantée au-delà du Rhône au sud de l’Ain, s’étend sur au moins 160 m de long (Motte, Vicherd 2008). Sur le territoire arverne, la villa de Champ-Chalatras aux Martresd’Artière montre une assiette identique à celle de Bancillon, soit 200 m de long pour 100 m de large (Vallat, Cabanis 2010), celle de la villa de Beaumont Champ-Madame se développe sur 200 m de long (Alfonso, Blaizot 2004).

669En revanche, le bâti enclos de la villa du Vernai à Saint-Romainde-Jalionas, située en Narbonnaise au pied du plateau calcaire de l’Isle Crémieu et à une soixantaine de kilomètres au sud-est d’Anse, atteint au moins 300 m de côté (Royet 2006). Ce site de type « palatial » semble être, à l’image de celui de la Grange-du-Bief, une exception régionale.

670En Auvergne, plusieurs clichés aériens livrent des vues extensives de villae dont la disposition, de plan centré, supporte quelques comparaisons avec celle du site de Bancillon (Dousteyssier, Trément 2006-2007 et Dousteyssier, Ségard, Trément 2004 : 134-135). La pars urbana, centrale, y est environnée d’édifices non mitoyens, l’ensemble étant clos d’un mur. La comparaison des surfaces au sol entre sites reste toutefois délicate en l’absence de redressement de la perspective.

Un plan atypique

671Le site de Bancillon occupe un bas de versant, pente et piémont, et fait face à la Saône. Le secteur résidentiel (fig. 323 : secteur 1), en terrasse, a été identifié au sud-ouest, au plus haut de la pente, sans que l’on puisse en délimiter les marges est et nord (hors emprise). Dans cette dernière direction pourtant, les sondages révèlent que la fonction résidentielle n’atteint pas le secteur 2. Ailleurs, le bâti est dense mais apparemment sans confort (secteurs 2 et 3, à l’amont). Le secteur 4 fouillé en bas de pente semble être à vocation économique.

672La villa adopte ainsi une double orientation puisque la résidence fait face à l’est, au Val de Saône et à la rivière, alors que l’ensemble de l’établissement se développe selon un axe sud-nord. Un faciès peu fréquent, sans doute commandé par le relief, et ouvert vers l’axe de circulation que représente le Val de Saône. Ainsi, la villa de La Grange du Bief, située 1 km au sud, présente une disposition similaire, à une différente notable près, son imposante résidence en terrasse semble laisser peu de place aux secteurs économiques.

673Quoi qu’il en soit, cette implantation en terrasse (mise en place au cours du IIe siècle ?) a sans doute connu un ou plusieurs états antérieurs dont nous n’avons aucune trace. Cette hypothèse est corroborée par la présence de plusieurs épais remblais sur la terrasse résidentielle, dont l’un colmate un sol ancien. Une autre particularité du plan concerne le mur amont de l’établissement, dont le tracé est facilement restitué de secteur en secteur grâce à un appareil soigné et un profil caractéristique, élargi à la base. Il dessine plusieurs redents vers l’est, cette restriction d’espace à l’origine de la disparition de la terrasse amont du secteur 1, met le secteur résidentiel en exergue, en débord d’une douzaine de mètres vers l’ouest (fig. 323).

Les différents secteurs de la villa

674La résidence et ses espaces annexes (secteur 1) atteint un minimum de 3 500 m2, sans compter son éventuelle extension nord, sur la parcelle non fouillée, qui recèle un fort volume de matériaux hydrauliques dont l’usage ne peut être précisé (thermes, bassins d’agrément, citernes, etc.). À l’intérieur de ce secteur, seule la terrasse centrale (soit au minimum 1 280 m2) montre un niveau de confort incontestable, bien que sans excès. Si l’on remarque en effet des sols mosaïqués dans presque toutes les pièces, des enduits peints et une probable galerie en rebord de terrasse, le décor reprend des thèmes attestés ailleurs dans la région et ne montre aucune virtuosité particulière. Les plateformes amont et aval qui abritent un bâti annexe sur fondations légères sans apprêt et un collecteur de fort gabarit paraissent dévolues à des espaces de circulation et à la gestion des eaux…

675Plus au nord, les secteurs 2 et 3 ne livrent plus aucun élément de confort. En dépit des larges ouvertures pratiquées au diagnostic ou lors de la fouille, l’identification des espaces, ou même leur profil (cours ou pièces couvertes) et par là l’organisation du bâti, continu ou indépendant, restent difficile à percevoir. Là où l’exploration a pu être complète (secteur 3), on observe une forte mobilité du bâti entre le Ier et le IIIe siècle, ainsi que la présence d’un espace ouvert à galerie de façade. L’angle nord-ouest de la villa coïncide néanmoins avec un accès large de trois mètres au moins, ouvrant sur la pente et l’espace agraire. Cet accès direct à l’espace de production mène en outre au bas de versant et à un secteur dont la vocation semble plus clairement agraire.

676Contrairement au secteur 3, l’organisation interne du secteur 4 est stable depuis le Ier siècle. Un bâtiment de plan simple (C), ainsi qu’un autre, plus complexe (D-E-F), abritent des activités agraires ou de production dont la nature reste mal connue. Leur mutation lors de l’état 4 (élargissement du bâtiment C par l’adjonction des pièces A et B et suppression de l’édifice à espaces multiples D-E-F) révèle l’ajustement de l’établissement à des contraintes d’ordre économique sans que l’activité du secteur semble avoir à en souffrir. Le premier siècle de l’occupation voit en outre se développer de petits ateliers de production, une forge et un four à chaux, des activités apparemment d’ampleur limitée dédiées à des besoins ponctuels (secteur 4).

677Les surfaces non bâties ne sont pas vacantes pour autant. Beaucoup sont occupées par des espaces clos de haies ou de poteaux. Le fait que seul un quart de la surface du bas de versant concernée par la villa ait été abordé implique qu’un potentiel non négligeable d’autres bâtiments soit en place plus au sud, augmentant d’autant la capacité ou la polyvalence de la production.

2.5.3.2. Une autre occupation du sol entre la fin du IVe et le Ve siècle

678La structure originelle de la villa disparaît dès la fin du IVe siècle, période pendant laquelle la longue palissade connectant les sites de Bancillon et de La Citadelle prend en écharpe le pied de pente et le secteur 4 (fig. 324). Une péjoration climatique, induisant une reprise du colluvionnement augmentée d’un apport de remblais, atténuent le piémont et enfouissent la clôture orientale ainsi que son chemin de desserte.

679À l’amont, sur le secteur 3, un bâtiment à abside s’insère dans le bâti antique. L’identification d’un édifice de culte paléochrétien permet d’aller au-delà du constat d’une mutation fonctionnelle et/ou économique, pour mettre en valeur les signes d’un changement d’ordre culturel. En bas de versant (sur le secteur 4), remplois d’espaces anciens et nouveaux vestiges coexistent. La pièce C au moins est encore occupée, son petit côté septentrional desservi à présent par un chemin nord-sud, solidement fondé et entretenu. De part et d’autre, des vestiges au profil original, des fosses soigneusement empierrées et un large foyer, se développent en direction du site mitoyen de La Citadelle, dans une zone jusqu’alors libre de vestiges. Côté est, un fossé puis une palissade barrent de nouveau l’espace en direction de la voie majeure.

680Abandonnés, ces tracés fédèrent deux à trois inhumations ou dépôts partiels qui accompagnent ou suivent de peu l’occupation des Ve et VIe siècles. Leur proximité avec l’habitat témoigne d’une nouvelle gestion des aires sépulcrales dont la relégation hors zone consacrée précède ou coexiste avec le regroupement de défunts autour du bâtiment de culte à partir du VIIe siècle. Ces ensembles funéraires sont également situés à proximité du cimetière de Saint-Romain dont l’extension occidentale a été récemment mise en relief (voir p. 338-339).

Fig. 323- Bancillon, vue synthétique de la villa entre le Ier siècle et le IVe siècle ap. J.-C. : période 1, états 2 à 4 (DAO : C. Coquidé).

Fig. 324- Bancillon, vue synthétique de l’occupation de la fin du IVe siècle au Ve siècle ap. J.-C. : période 2, états 1 à 2 (DAO : C. Coquidé).

681La restructuration de l’occupation et l’originalité des vestiges sont telles que la structure du ou des sites des Ve-VIe siècles ne peut être précisée. Rien ne permet en effet de distinguer l’habitat des secteurs à vocation économique. D’un point de vue fonctionnel, s’agit-il d’un même établissement ou de plusieurs unités juxtaposées ? Quelles en sont les limites, au nord comme au sud ?

2.5.3.3. Deux systèmes agraires

  • 109 Déterminations et études sont dues à A. Bouchette et I. Figueiral.

682Alors que la totalité des contextes potentiellement porteurs de restes a été prélevée et soumise à l’analyse anthracologique et carpologique (fig. 303 et 304), les prélèvements positifs restent, à une exception près, de période antique. Les sédiments de sept structures (foyers, four à chaux, dépotoirs, sol), dont quatre ont été prélevés en plusieurs secteurs, ont livré des carpo-restes. Un seul contexte a pu être étudié pour la période du Ve siècle (une aire charbonneuse). En dépit de la faiblesse de l’échantillon qui interdit une analyse poussée des répartitions ou de l’évolution des taxons par état, les résultats semblent témoigner d’une évolution du système agraire entre l’occupation de la villa et celle de l’habitat médiéval109.

Milieu et cultures antiques

683Quatre céréales sont identifiées dans les contextes antiques : l’orge vêtue, le blé nu, le millet commun et la sétaire d’Italie. Si les trois premières sont communes, il n’en est pas de même pour la dernière, davantage considérée comme une espèce secondaire. La vigne reste le taxon le plus fréquent, une surreprésentation due en partie à la présence de 41 pépins et fragments de pépins au sein d’une seule fosse de la période augustéenne. Néanmoins, la présence récurrente de ce taxon dans les spectres tant carpologiques qu’anthracologiques des états 2 à 4 tend à signaler une mise en culture plus qu’une série de collectes sur plants sauvages. Les légumineuses, peut-être moins bien conservées car non soumises au grillage, sont absentes.

684Nous remarquons enfin que le gain d’espace accordé au bâti ment A-B-C et la destruction du bâtiment D-E-F (état 3), événements qui impliquent une réorganisation du secteur économique et accompagnent probablement un redéploiement de l’activité de la villa, ne laissent aucune trace sur les tableaux d’identification.

685Le spectre anthracologique donne une image « en négatif » de l’extension des surfaces agraires. La suprématie du chêne comme combustible lors de la période augustéenne (avant notre ère) est fortement concurrencée dès les premières décennies de notre ère. Le couvert forestier recule très rapidement laissant la place à des surfaces agraires et la collecte de bois s’effectue dès lors sur des milieux variés, bois et sous-bois, espaces ouverts et zones humides, ces dernières étant pourtant relativement éloignées du lieu de combustion.

686Ainsi, le chêne reste en bonne place dans les spectres, mais il côtoie désormais le sapin, l’orme, le frêne, le hêtre (ces deux derniers étant largement représentés lors de l’état 3) et la viorne lantane. D’autres espèces, moins fréquentes, sont pourtant récurrentes (érable champêtre, noyer, buis, vigne, merisier/cerisier puis rosacées, saule et sureau noir).

687Les restes fauniques sont très peu nombreux. Cette lacune peut être mise en relation avec le contrôle constant de l’environnement qui semble prévaloir pendant quatre siècles. En effet, hors quelques remplissages terminaux de fosses, tous dans le même secteur (4), aucun réel dépotoir n’est observé aux abords des bâtiments, les remblais et les recharges de radiers de sol sont presque stériles et les plantes rudérales ou adventices ne forment qu’un bruit de fond lointain (sept occurrences sur quatre siècles).

La mutation du début du Ve siècle

688Les déterminations d’espèces montrent qu’une évolution des cultures et du milieu a pris place dès le Ve siècle. Si l’orge vêtue, les céréales (non identifiées) et la vigne sont encore présentes, on constate l’apparition des légumineuses (lentille et ers). La représentativité du chêne est en hausse et le spectre des bois de collecte paraît plus réduit (le hêtre, le buis et le noisetier). En dehors de l’aulne, aucune espèce de milieu humide n’apparaît plus. La réinscription notable des plantes sauvages et rudérales confirme un changement dans la gestion des surfaces situées à proximité des lieux de vie.

2.5.3.4. Le site après le VIe siècle

  • 110 Le séquençage suivant ne vise qu’à annoncer les grandes lignes de l’occupation médiévale et moderne (...)

689À partir du VIe siècle, l’occupation se concentre autour des secteurs 2 et 3, où une aire funéraire se développe dès le VIIe siècle110. La projection d’une même densité de fosses sur les surfaces intercalaires non fouillées (hors secteur 1) conduit à dénombrer 17 sépultures supplémentaires, portant le cimetière à au moins 28 tombes réparties sur deux à trois siècles d’activité. Quelques mètres au nord, le large accès antique ouvrant sur la pente reste en usage et est assaini par un épais hérisson de blocs calcaires. En bas de versant (secteur 4), quelques tessons épars et un fossé (côté voie majeure, en limite de berme orientale) signalent la fréquentation des lieux. On n’y relève plus aucun vestige construit, à l’exception de la pièce C dont l’état nous reste inconnu.

690Au IXe siècle, l’abandon du secteur résidentiel (secteur 1) est consommé. On y constate l’écrêtage de certaines stratigraphies et quelques récupérations de murs (Sd 3B). Alors que l’oratoire et l’aire funéraire sont délaissés entre le IXe et le XIe siècle, des fours culinaires ( ?), des fosses et un bâti léger s’installent à proximité des murs encore en élévation. De cette époque, date la construction d’un premier mur de terrasse, curviligne, dont la mise en place barre l’ancien accès antique et stabilise les apports limono-caillouteux accumulés sur l’ancien seuil. Le mur de terrasse actuel, situé légèrement en contrebas, est l’avatar le plus récent de ce premier mur alto-médiéval.

691Si la zone de Bancillon semble n’être plus dévolue qu’à des activités agricoles dès le XIIIe siècle, les ruines de l’oratoire alto-médiéval, les terrasses antiques des secteurs 1 à 3 et les murs amont de la pièce C émergent encore du versant. Ces derniers, ruinés, assainis par des sols empierrés mis en place entre les XIIIe et XVe siècles (US 10, 11, 19, 22), canalisent dès lors un chemin rural qui dessert le pied de pente (US 134 et 137 : fig. 275).

2.6. LA VILLA DE BANCILLON ET L’ETABLISSEMENT DE LA CITADELLE : RYTHMES DE L’OCCUPATION SUR LE VERSANT AU NORD D’ANSE (C. Coquidé, avec la collaboration de Chr. Bonnet et d’A. Horry)

692À l’échelle régionale, les ruptures chronologiques majeures qui ponctuent la présentation de ces sites trouvent un écho dans les départements de l’Ain, de l’Isère et du Rhône (De Klijn, Motte, Vicherd 1996 : 286). À Anse comme ailleurs, ont ainsi été enregistrés l’épisode augustéen, associé à la mise en place de nouvelles implantations, celui du milieu du IIIe siècle, une période de « mutation », et la survie de certains sites au début du Moyen Âge.

  • 111 Cette synthèse s’appuie en premier chef sur les secteurs fouillés, soit l’ensemble des décapages de (...)

693L’étude de ces deux sites mitoyens – à peine 80 m séparent le bâti de Bancillon de celui de La Citadelle (fig. coul. 2, ANS. 11 et ANS. 16 ; fig. 325 et 326) – permet d’explorer au plus près les convergences, mais également les ruptures, puisque d’un cadre environnemental et historique communs naissent des destins distincts, au gré de mutations et de réaménagements structurels et agraires111. Cette opportunité peu commune est également l’occasion d’aborder des thèmes difficilement accessibles à l’archéologie de terrain (Raynaud 2003), notamment dans le domaine foncier.

2.6.1. LES CONDITIONS DE MISE EN PLACE AUTOUR DU CHANGEMENT D’ERE

694Les deux établissements sont mis en place autour du changement d’ère, selon un schéma d’occupation dont les cadres vont perdurer au moins jusqu’au IIIe siècle.

2.6.1.1. Les indices d’une planification

695Plusieurs indices datant de l’époque augustéenne signalent une planification originelle. Ainsi, à Bancillon (fig. 250), un chemin soigneusement empierré, large d’environ 6 m, quitte le Val de Saône et se dirige vers le futur secteur résidentiel de la villa. Des plantations arbustives, peut-être de la vigne, et une activité de forge occupent déjà le secteur économique. À La Citadelle (fig. 158), des fossés nord-sud, parallèles, délimitent un espace dont la largeur correspond à celle du futur établissement, à un léger décalage près vers l’est. Cette expansion conjointe va de pair avec une bonne appréhension du milieu. Les ensembles bâtis s’installent sur la pente, juste en contrebas de la faille calcaire du versant, et profitent alors d’un terrain plus facile à travailler. Ils exploitent les ressources locales, bancs de calcaire clairs ou rosés et sables fluvio-glaciaires pour les mortiers.

  • 112 Frascone 1999 : 156-162.

696Les effets de la réorganisation administrative de l’époque augustéenne qui se traduisent ici par la formalisation d’un réseau routier de grande envergure à partir de Lyon sont également perceptibles dès les tous premiers kilomètres de cette même voie, puisque les abords de la nouvelle chaussée quittant la capitale voient dès cette époque la mise en place d’établissements divers et de nécropoles112.

2.6.1.2. La contrainte environnementale

697Alors que les établissements sont en pleine croissance, la péjoration climatique des premières décennies de l’ère révèle l’instabilité d’un versant fragilisé par les défrichements massifs. Les réponses apportées à cette contrainte diffèrent d’un site à l’autre.

698Les programmes architecturaux initiaux se heurtent d’abord de concert à la réalité du milieu. À La Citadelle, les premiers édifices construits (fig. 163) sont enfouis sous une épaisse colluvion dont la matrice ne présente aucune trace de pédogenèse et ne livre aucun marqueur d’anthropisation (terre cuite ou charbon de bois). À Bancillon, le bâtiment C, surcreusé vers la pente afin de rétablir un plan de circulation et non protégé à l’amont, est comblé puis exhaussé dès la première moitié du Ier siècle.

699Les phases de construction ultérieures tentent de remédier à cet état à Bancillon alors qu’à La Citadelle les contraintes de la pente semblent ignorées. Ainsi, la gestion des ruissellements est prise en compte sur la villa au cours du Ier siècle, notamment à l’amont des pièces D-E-F avec la mise en place d’un drain à proximité des murs puis d’un mur-terrasse en contre-haut. Plus haut sur la pente, l’emploi de fondations dont les matériaux calcaires sont disposés en épis ou l’application de mortier hydraulique sur la face en appui du mur le plus occidental de l’établissement ont participé à une meilleure gestion des écoulements.

700Aucun aménagement de ce type n’accompagne l’expansion de La Citadelle. L’aile ouest barre pourtant le versant sur plus de 80 m de long sans aucun souci de drainage, même si, entre les bâtiments G et E, une portion de mur disparaît à une époque indéterminée pour être remplacée par un fossé comblé de petits blocs. Plus au nord, le glissement du mur amont de la pièce F et ses réparations sommaires ne sont pas sans rappeler celles de la façade occidentale de l’aile est qui subit une accumulation de dépôts limoneux de plusieurs dizaines de centimètres (fig. 194), avant de s’affaisser définitivement.

2.6.2. LES CONSEQUENCES INEGALES DE LA MUTATION DU IIIe SIECLE

701De forts remaniements sont perçus lors de la seconde moitié du IIIe siècle, quel que soit l’endroit. Côté Bancillon, on observe une redistribution du bâti. Certains espaces évoluent ou disparaissent, d’autres sont créés. Dans le secteur économique, le bâtiment le plus complexe est arasé alors que la pièce d’angle (C) double presque sa surface utile grâce à l’adjonction de deux pièces supplémentaires (fig. 292). Un chemin nouvellement sorti de terre illustre la pérennité des échanges entre l’extérieur nord de la villa et les terrasses du secteur résidentiel. Ces évolutions témoignent pourtant d’un changement majeur, sans doute d’ordre économique, dont les causes sont vraisemblablement extérieures à l’établissement et auquel Bancillon s’est adapté en redéployant les activités de son secteur de production.

Bancillon et La Citadelle, état du IIe siècle au milieu du IIIe siècle (DAO : C. Coquidé).

702La Citadelle connaît également de profonds changements au cours de la même période. Plusieurs espaces de l’aile est, déjà fragilisés par les ruissellements, ont disparu. C’est sans doute au cours du IVe siècle que l’on doit placer la construction de petits bâtiments sur solins appuyés sur les élévations affaissées (fig. 203). Si ces nouveaux édifices indiquent une continuité de l’occupation et la nécessité de nouveaux abris, le plan originel de l’établissement disparaît peu à peu. Sur l’aile ouest, la pièce C est abandonnée, le mobilier et les matériaux issus de son comblement indiquent l’effondrement du bâti. Une cache d’objets localisée à quelques mètres au sud témoigne d’ailleurs d’une activité de récupération et sans doute d’instabilité.

Fig. 326- Bancillon et La Citadelle, état de la fin du IVe siècle et des Ve-VIe siècles (DAO : C. Coquidé).

703Si les phases de croissance profitent à tous, les réponses apportées aux difficultés et leur impact sur les établissements diffèrent notablement d’un site à l’autre. Cela a déjà été mis en évidence en Narbonnaise (Pellecuer 1996), mais, ici, la mitoyenneté de Bancillon et de La Citadelle rend cet état de fait plus palpable encore. Et si le terme de « crise » s’applique éventuellement à La Citadelle, il ne convient pas, du moins sans nuance, à Bancillon qui redéploie ses moyens de production et semble assumer ses mutations sans perdre de son emprise au sol et la vitalité de ses échanges.

704Ainsi, alors qu’une implantation aux abords de l’axe de communication qu’est le Val de Saône témoigne pour tous d’un choix sitologique et d’une interaction choisie avec les flux de biens et de personnes, les destins, divergents, de Bancillon et de La Citadelle ne peuvent être exclusivement imputés aux effets de cette dépendance. Les conséquences d’événements socio-économiques qui dépassent le cadre local sont sans doute indissociables des fonctions et des moyens propres à chacun de ces établissements.

2.6.3. LA FIN DU IVe SIECLE ET L’OCCUPATION DU VERSANT AUX Ve-VIe SIECLES

705Les modalités d’occupation du versant sont modifiées vers la fin du IVe siècle. Évidences stratigraphiques à La Citadelle et mobilier céramique à Bancillon montrent que c’est en effet à cette date qu’un tracé divergent, une palissade et/ou un fossé, prend les deux sites en écharpe (fig. 326). Cette structure, trait d’union entre deux établissements jusqu’alors distincts, confirme l’effacement de l’aile est à La Citadelle et barre le secteur économique à Bancillon.

706Partout, on constate à la fois la conservation de certains édifices antiques et la construction de nouveaux bâtiments. Quelques secteurs montrent des glissements fonctionnels majeurs. À Bancillon, un lieu de culte occupe à présent le secteur 3. À La Citadelle, un nouvel édifice (K) occupe l’espace ouvert sud. L’espace inter-sites anciennement inoccupé accueille de nombreux vestiges. À cet endroit, une voirie soigneusement entretenue apparaît pour aboutir face au bâtiment C de Bancillon. Des structures singulières, dont les fonctions restent mal définies, y sont également attestées. On note ainsi de denses empierrements de plans ramassés ou linéaires et de larges foyers quadrangulaires, alignés devant l’aile ouest de La Citadelle. Dans le domaine funéraire, des sépultures et des restes humains sont enfouis sur un ancien fossé longeant les marges orientales de Bancillon.

707À ce stade, le devenir du secteur nord de La Citadelle, épicentre du site, et celui de la terrasse résidentielle de Bancillon deviennent incertains. Sur le premier, aucun indice ne permet de déceler l’occupation ou l’abandon du lieu. L’état du secteur résidentiel de Bancillon ne peut être précisé à ce stade. Les salles de la terrasse centrale semblent abandonnées dans un même temps, mais à quel moment ? Une partie du secteur haut de la villa reste néanmoins privilégiée puisque c’est à son angle nord-ouest qu’est érigé l’oratoire.

708Il semble qu’un bâti au semis lâche occupe l’ensemble des surfaces du bas de versant (fig. 326). S’agit il alors d’une ou de plusieurs unités d’habitat ou de production ? Y a-t-il polyvalence entre les secteurs de vie et les zones d’activités ? Quoi qu’il en soit, les résultats des analyses paléo-environnementales le confirment, le système agraire a changé. Les légumineuses ont fait leur apparition et les plantes sauvages colonisent des surfaces jusqu’alors entretenues.

709Si, dans la région, les sites datés des Ve-VIIe siècles ne sont pas rares, il faut admettre que la compréhension de leur fonctionnement et de leur statut reste limitée (Faure-Boucharlat [dir.] 2001 : 94). Les fouilles d’Anse n’éclairent pas le propos plus avant, mais on est ici relativement loin de l’idée que l’on se fait d’une société à la dérive, opportuniste et désorganisée.

710Depuis 2001, peu de synthèses ont relevé le défi. Ainsi, dans l’étude de L. Schneider (2007), le sud-est (incluant ici Chalonsur-Saône) n’est-il bien documenté qu’au sud de l’Ardèche. En Languedoc-Roussillon où de nombreuses villae connaissent des réorganisations structurelles importantes, cette période semble correspondre à un temps de mutation (Pellecuer, Pomaredes 2001). Les auteurs mentionnent néanmoins d’autres établissements bénéficiant d’investissements notables, ce qui laisse présager d’un contexte quelque peu différent.

711Sur le versant au nord d’Anse, les glissements fonciers, l’apparition d’un lieu de culte paléochrétien et celle de vestiges inédits ainsi que l’évolution des productions agraires signalent une modification profonde du milieu et la mise en place d’un nouveau monde. Celui-ci est contemporain des épitaphes de Vistrigilde (486 ap. J.-C.), de Proba (498 ap. J.-C.) et de Viligiscle (524 ap. J.-C.) [Faure-Brac 2006 : 142-143], toutes présumées provenir de la basilique funéraire de Saint-Romain alors située à 300 m vers l’est (voir ci-dessous p. 340). On s’interroge alors sur l’origine puis la disparition de cette société qui, exception faite du secteur de l’oratoire, ne perdure pas au-delà du début du VIe siècle, période durant laquelle cette partie du Val de Saône est ralliée au monde franc.

2.7. L’OCCUPATION DES ESPACES INTERCALAIRES SUR LE VERSANT AU NORD D’ANSE113 (C. Coquidé avec les contributions d’A. Bouvier et d’O. Franc)

  • 113 Équipes Inrap : S. Brouillaud, S. Couteau (topographe), J. Galmiche, J.-M. Grizeaud, M. Guyon, Ph. (...)

712La somme des emprises sondées ou fouillées au nord d’Anse (fig. coul. 3) a permis d’aborder plusieurs espaces qualifiés d’inter calaires (entre les sites) mettant en valeur différents profils d’occupation du versant. Il ne s’agit pas ici d’esquisser un modèle agraire, ce que cette approche, ni aucune autre, ne pourra réussir à faire à elle seule au vu de la complexité et de l’imbrication des composantes du système (Raynaud 2003). Nous n’oublions pas non plus que les vestiges relevés ne sont que le reflet incomplet d’occupations partiellement érodées ou laissant peu de trace au sol. Le propos est, ici, plus modestement, de présenter un certain nombre de données perçues à la fois par la fouille des abords de sites et par les diagnostics afin de mettre en relief le potentiel de ces informations.

713Les espaces hors sites antiques des ZAC de La Citadelle révèlent en effet différents types d’occupation du sol répartis entre le plateau et le bas de versant (fig. coul. 3 et 34). En regard, l’absence de vestige sur le versant de la ZAC de La Fontaine, notamment sur les abords sud de l’habitat, surprend et illustre la fragilité de ces traces d’occupation (Rapport Réthoré, Bonnet 1999).

2.7.1. L’ESPACE AGRAIRE DU VERSANT NORD

2.7.1.1. Les vestiges du bas de versant

Un réseau de circulation secondaire

714La proximité de la voie majeure et des sites génère un réseau de circulation secondaire (fig. 327). Un chemin aborde ainsi la villa de Bancillon par le nord dès le début du Ier siècle. Il s’agit d’un radier (US 80/220 : fig. 252, 253 et 328), large de 3 à 4 m, composé d’un hérisson de blocs calibrés, bordé d’une ligne de blocs à l’ouest et installé avec soin sur une plateforme excavée en front de taille sur le versant. Son tracé nord-sud (il n’est pas repéré aux abords de l’établissement de La Citadelle) oblique vers le sud-ouest au niveau du secteur économique (secteur 4), et se dirige alors vers le secteur résidentiel. La qualité de la chaussée laisse supposer que le site de Bancillon a tôt eu l’usage d’au moins un lien routier privilégié avec la voie majeure, de laquelle il se sépare en déviant de son axe vers l’ouest. Ce tracé précoce sera oblitéré par les vestiges du secteur économique dès avant le milieu du Ier siècle ap. J.-C.

715Un second chemin (fig. 327 : US 8) apparaît au nord de la ZAC de La Citadelle à une date indéterminée. Sa datation est encore soumise à discussion puisque le vestige ne bénéficie d’aucune insertion stratigraphique particulière. Son comblement livre des tegulae et son tracé, perturbé par des fossés médiévaux ou modernes au nord, modifie son inclinaison au sud en approchant de l’établissement de La Citadelle, où il disparaît.

716À fond plat (fig. 327 et 329), large de 6,50 m et profond d’environ 0,90 m (1,25 relevé lors de la fouille de 2004), ce chemin apparaît 40 m à l’ouest de la voie majeure et est perçu sur 150 m. Un limon organique gris, partiellement scellé par l’effondrement des bords, tapisse la base du creusement. Le colmatage final est progressif, composé de limons argileux brun à orangé où l’on observe un peu de charbon de bois et de terre cuite. Le mobilier y est rare puisque seuls quelques tessons protohistoriques issus de sites en cours d’érosion et quelques fragments de tegulae s’y insèrent, notamment aux abords du puits US 16 (voir ci-dessous). Le chemin US 8 n’apparaît pas sur le cadastre napoléonien de 1829.

Fig. 327- Plan masse des vestiges antiques du bas de versant au nord du site de La Citadelle (levées : Boussion géom. expert, S. Couteau, V. Vachon ; DAO : C. Coquidé).

717Un vestige semblable a été identifié à environ 8 m de la voie desservant l’accès oriental de Lugdunum, peu avant la traversée du Rhône. Si le profil évasé et les comblements ruisselés ont de prime abord permis d’envisager d’autres interprétations (un fossé de drainage ou un chenal), l’aspect damé de certains niveaux et le tracé parallèle à la voie principale ont amené à identifier un chemin creux, large de 3,60 m et daté de la fin de l’Antiquité tardive (Bérard et al. 2010 : 27 ; Blaizot 2010 : 81). Si, à Anse, l’US 8 reste difficilement datable en l’état, son profil et sa localisation sont similaires.

  • 114 Un même type de mur, dont l’une des extrémités est incurvée, apparaît au nord de l’occupation médié (...)

718Un chemin daté des Ve-VIe siècles (US 85 : fig. 315 et 328), orienté nord-sud et localisé entre le site de La Citadelle et la villa de Bancillon dessert la pièce C. La matérialisation au sol de cet axe de circulation prend d’abord la forme d’un mur (US 88) dont l’extrémité sud s’infléchit vers le sud-ouest quelques mètres avant le bâti114. Celui-ci est remplacé par un large drain (US 84) qui supporte une chaussée empierrée dont le radier sera rechapé plusieurs fois (US 90) et les accotements stabilisés par des épandages gravillonneux. L’US 85 de Bancillon se prolonge peut-être vers le nord jusqu’à se connecter à un chemin situé sur l’aile est de La Citadelle (US 16 : fig. 208 et 326) et dont la mise en place est postérieure à la fin du IVe siècle. Le tracé de ce dernier indique en ce cas un raccordement presque perpendiculaire à la voie majeure.

Une démarcation entre les sites et le Val de Saône

719La présentation de l’établissement de Bancillon met en relief une succession de structures linéaires orientées nord-sud longeant la villa sur son côté est (fig. 218 et 328), la prolongation de ces vestiges vers le nord coïncidant avec la limite orientale de l’établissement de La Citadelle (fig. 156 et 325). Ce faisceau évoluant à l’intérieur d’une bande de 5 m de large isole ainsi les deux sites du Val de Saône. Il n’est plus observé quelque 150 m plus au nord (fig. 327).

720Sur les 80 m où elle a pu être observée en continu, soit de l’angle nord-est de Bancillon et vers le nord, cette démarcation évolue dans sa forme (fig. 275 et 328). Un fossé (US 95), puis un mur (US 99) du Ier siècle sont occultés par un fossé (US 135) entre le Ier et le IIIe siècle. Au IVe siècle, la limite se fait plus discrète (dans ce laps de temps, le secteur économique de la villa est clôturé). Le tracé est réactivé sous la forme d’un fossé (US 47), puis d’une palissade (US 96), entre le Ve et le VIe siècle. Un bloc de calcaire brut d’environ 0,60 m de côté, encore affleurant lors du décapage, signalera encore longtemps l’un des points de l’antique limite.

721L’examen des relevés stratigraphiques et la superposition de certains tracés, alors que tout indice de creusement avait disparu dans l’intervalle, montrent probablement la présence de haies pérennes.

722Ces limites, quelles qu’elles soient, sont précaires et restent plus indicatives que contraignantes, à l’exception peut-être de celles de La Citadelle où elles formalisent la limite orientale de l’aile est au moins dès la fin du Ier siècle ap. J.-C. (fig. 156).

Des structures isolées

723Des vestiges, apparemment isolés (fig. 327), ont été mis au jour en bas du versant, au nord de l’établissement de La Citadelle (Rapports Coquidé et al. 2001 et Hénon 2004). On enregistre ainsi deux zones d’épandage de mobilier antique. L’une (US 3), limitée à 0,50 m2, est composée de fragments de panses d’amphores, probablement de Dr. 1, de type italique. La seconde (US 6), située à quelques mètres vers l’ouest, couvre une vingtaine de m2. Elle rassemble des mobiliers d’horizons différents qui se mêlent à un fragment d’amphore Dr. 1 de type italique et à plusieurs dizaines de fragments d’un dolium brisé. Seul l’un des sondages (sud) de La Fontaine a livré un épandage similaire (Rapport Réthoré, Bonnet 1999).

  • 115 Détermination : D. Lalaï.

724Un puits (US 16 : diam. interne : env. 0,90 m ; diam. total : 1,80 à 2 m) est apparu sur l’accotement ouest du chemin creux (fig. 327 et 330). Le comblement d’abandon est un limon argileux brun à jaune marqué de quelques passées charbonneuses. Exploré sur 2,50 m de profondeur, il livre quelques tessons antiques mal datés et des fragments de faune (une mandibule d’équidé, une mandibule et une scapula de bovin adulte, cette dernière portant des traces de découpe115).

725Un trou de poteau de plan ovale (US 24 : L. : 0,80 ; l. : 0,60 m ; prof. : 0,30 m) apparaît une trentaine de mètres au sud-ouest (fig. 327 et 331). Il est calé à l’aide de 54 fragments de tegulae, dont une tegula mammata, et de briques. Ce profil original n’est pas sans rappeler deux des poteaux de l’accès nord de la villa de Bancillon aux IIIe et IVe siècles (fig. 295). Des sondages complémentaires n’ont pas permis de relever de structures associées.

Une surface agraire enclose à Bancillon

726Très peu de vestiges sont mis au jour dès que l’on aborde la forte pente. Seul un mur prolongeant l’accès nord-ouest de Bancillon (fig. 287) délimite un secteur amont du versant dès le IIe siècle. Ce large enclos, pourtant modeste en comparaison de ce que doit représenter la surface exploitée par la villa, incite à y voir un espace réservé à un usage particulier. Aucune structure, hors une trace de foyer non aménagé et un pot horticole, tous deux à proximité du seuil menant à l’établissement, n’y a été relevée.

2.7.1.2. Un pied de pente dédié à la circulation

727Le bas du versant de la ZAC de La Citadelle livre donc une série de structures parcellaires sous la forme de chemins, de fossés ou de mur, dont les tracés sont générés à la fois par la proximité de la voie majeure et celle des sites, qu’ils contribuent soit à desservir, soit à isoler. En dehors de ceux-ci, peu de vestiges sont enregistrés. Le poteau au fort calage de tuiles pourrait d’ailleurs lui-même participer à ce contexte et faire office de repère et signaler une limite. Seul le puits, dont l’emplacement ne correspond pas à une nature particulière du substrat facilitant la remontée de nappe ou la stabilité du conduit, est peut-être à mettre en rapport avec une mise en culture ou un usage spécifique du lieu.

Fig. 328- Coupe des structures linéaires orientées nord-sud, chemins, fossés et murs, localisés entre les sites de La Citadelle et de Bancillon (relevé : C. Plantevin ; DAO : L. Kuntz, C. Coquidé).

Fig. 329- Coupe du chemin creux US 8 (relevé : C. Coquidé ; DAO : J.-J. Grizeaud).

Fig. 330- Vue zénithale du puits US 16 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 331- Trou de poteau US 24 (cliché : équipe de fouille).

728Le point remarquable tient surtout en ce que cet environnement livre parfois plus de mobilier que beaucoup d’autres contextes insérés au cœur des occupations. Ainsi, aucun épandage de fragments d’amphore et de dolium n’est relevé aux abords des établissements alors que les sondages hors site mettent au jour plusieurs amas de vases brisés. De même, le puits US 16 livre plus de tessons et de faune que celui implanté dans le secteur économique de Bancillon. Il semble que, si les établissements antiques semblent gérer au mieux leurs déchets – on ne relève aucun dépotoir alentours et les matériaux de construction sont triés et calibrés – les surfaces inter-sites ne bénéficient pas d’un traitement égal.

2.7.2. UNE DIFFICILE GESTION DES EAUX SUR LE PLATEAU

729La fouille d’un site essentiellement médiéval, localisé en contrehaut sur le plateau entre les cotes 215 et 225, a permis l’étude d’un système de gestion des eaux complexe d’époque gallo-romaine (fig. 332 : Rapport Bouvieret al. 2011). Celui-ci est composé d’un système de fossés, dont les parcours sont ponctuellement renforcés de murets parallèles à extrémités tronquées formant ainsi de petits canaux, supports de ponceaux. Quelques empierrements et un puits s’associent à l’ensemble.

2.7.2.1. Les vestiges

Les indices chronologiques

730Si les relations stratigraphiques présentent plusieurs indices de chronologies relatives, notamment dans l’angle nord-est de l’emprise (fig. 332), le volume du mobilier n’autorise qu’une précision limitée quant à la répartition chronologique des vestiges. Un certain nombre de structures semble néanmoins pouvoir être associé à une occupation antique, puisque l’on dénombre, hors terres cuites architecturales, 249 tessons gallo-romains ainsi qu’un fragment de fibule. Une trentaine d’entre eux est enregistrée hors stratigraphie ou dans des structures de la période médiévale. Dix-neuf tessons proviennent du puits F 71, 3 et 28 tessons sont respectivement enregistrés dans les empierrements US 7 et US 3. Les maçonneries et leur niveau d’abandon rassemblent 17 fragments (notamment US 5, 53 et 129). L’attribution chronologique des murets US 53 entraîne d’ailleurs celle du fossé amont US 24. Enfin, 48, 4 et 7 céramiques sont associées aux comblements des fossés eux-mêmes (US 6, 113 et 166). L’étude céramologique permet de préciser que ce réseau est abandonné entre le IIe et le IIIe siècle (US 6 : terminus post quem de la seconde moitié du IIe et du IIIe siècle et US 113 : terminus post quem de la seconde moitié du IIIe siècle).

731La datation des fossés US 48 et 65 (fig. 332), dont le réseau est identique à celui mis en place à l’époque antique, reste délicate. Le fossé US 65 livre 9 tessons gallo-romains, mais de la céramique médiévale a été collectée à sa surface lors des sondages de 2007, et le fossé US 48 est postérieur au fossé 113.

Les fossés antiques et leurs aménagements maçonnés

732Deux fossés (US 140/166 et 24/113), probablement contemporains, ou du moins issus d’un même programme de gestion des eaux, se rassemblent en un même parcours (US 113) vers la cote 219,50. Tous, à l’exception de l’US 140, aménagée en partie dans le substrat rocheux, drainent les ruissellements sur un substrat limono-argileux.

Le fossé US 140/166 (ponceau US 129)

733Orienté sud-nord, une première section de fossé (US 140 : fig. 332 et 333) livre un profil en auge et une pente de 7,91 %. Érodé au sud, sa largeur croît jusqu’à atteindre 2,50 m alors que sa profondeur varie de 0,30 à 0,90 m. L’irrégularité de ce profil tient probablement aux multiples curages relevés en coupe et à l’adjonction de tracés secondaires. Les comblements, variés, montrent des dépôts argilo-limoneux plus massifs où alternent des passées fines de sable ou de gravier et des blocs de calcaire, notamment aux abords des murets.

734Au plus fort de son gabarit, le fossé est remplacé par deux murets parallèles (fig. 334) sur deux mètres (US 129 : l. totale : 1,80 m ; H. : 1 m). Le canal ainsi formé, large de 0,80 m, sans fond construit, est constitué de piédroits maçonnés (l. : 0,60 m ; H. : 0,45 m), bâtis à l’aide de petits blocs grossièrement équarris d’une vingtaine de centimètres de côté et liés par des mortiers de qualité diverses. Seule leur base est constituée par trois assises de blocs de module plus important. Le haut des parements présente un ressaut légèrement oblique vers l’extérieur sur lequel s’appuie le départ d’une voûte en plein cintre presque intégralement conser vée au sud (H. sous clef : env. 1,10 m). La jonction piédroit/voûte est soigneusement enduite d’un mortier cette fois de bonne qualité, de teinte gris à gris-jaune. La maçonnerie est partiellement détruite au nord. Vers l’aval et vers le nord, le fossé reprend sa course sur 5 m de longueur (US 166), avant de se connecter au fossé US 24.

Le fossé US 24/113 (ponceaux US 53 et 5)

735Le fossé US 24 (fig. 332 et 333 : l. : 2,30 m ; prof. : 0,80 m ; pente : 3,8 %), comblé d’un limon argileux lité, suit un tracé orienté sud-ouest/nord-est avant de prendre la forme d’un canal (US 53 : l. totale : 2 m ; l. interne : 0,95 m ; H. min. : 0,95 m) conservé sur 7 m de longueur (fig. 335). Ce dernier est stabilisé par deux piédroits de 0,60 m de large pour 1 m de haut, soigneusement parementés à l’aide de blocs pourtant hétérométriques liés avec un mortier graveleux grisâtre relativement friable. Sept assises environ sont conservées, dont les deux premières montrent un ressaut interne. Les extrémités amont et aval des parois présentent une angulation à 45 ° vers l’extérieur, formant un goulet côté amont et un exutoire côté aval. Aucune trace de couverture n’est observée, sans doute effondrée entre les murs où les dépôts se caractérisent par des niveaux de destruction entre lesquelles s’insèrent quelques séquences de ruissellement.

736Ce tracé se poursuit sous la forme d’un fossé US 113 (fig. 332 et 336 : pente 15,2 %) orienté au nord. Quelques mètres vers l’aval, son flanc oriental est stabilisé par deux empierrements sur 5 m de longueur (US 110 et 111). Un second ponceau (US 5), dont les dimensions sont identiques au précédent, remplace alors le fossé US 113 sur au moins 5 m, avant de disparaître dans la berme en limite nord-est du décapage. Les comblements d’abandon de cet ensemble, lités, se différencient peu du substrat encaissant et incluent localement des lentilles de sables fins jaunes.

Fig. 332- Plan masse des vestiges du plateau (levée : V. Vachon ; DAO : C. Coquidé).

Fig. 333- Coupes des fossés amont du plateau (relevés : équipe de fouille ; DAO : B. Martin, B. Rambault).

Fig. 334- Vue vers le sud du canal US 129 (cliché : équipe de fouille).

Un secteur bas saturé en eau

737Le sous-sol de l’angle nord-est du décapage, secteur localisé à l’orée du talweg ouest-est ouvrant sur la vallée, témoigne de la difficile gestion des eaux de ruissellement. À partir de la cote 217 et en contrebas, on relève plusieurs fossés globalement orientés sud-nord (fig. 332 et 336 : US 132, 133, 136, 139 et 142), dont l’installation est antérieure au fossé US 113/5 et à l’empierrement US 7 (voir le paragraphe suivant).

738L’étude géomorphologique précise que « cet aménagement complexe, avec plusieurs fossés qui confluent, semble avoir eu une capacité insuffisante à canaliser les eaux notamment à l’aval […]. En effet, […] on dénombre six fossés dont trois profonds de 1 m, les autres de la moitié. Comme certains sont très imbriqués […], il est possible qu’une fois saturé un fossé déborde dans un petit chenal latéral [fig. 336 : US 132 et US 136], que les eaux de ruissellements auraient creusé. Mais cette hypothèse [nous] paraît peu recevable car ces ruissellements sont peu dynamiques.

Fig. 335- Vue vers le nord-est du canal US 53 (cliché : équipe de fouille).

  • 116 O. Franc, in Rapport Bouvier et al. 2011 : 28.

739En effet, les lits sableux de l’US 142 sont, au plus, des sables moyens déposés sur 5 cm, entre lesquels décantent des limons argileux sur 10-15 cm, certes de structure triée, mais traduisant une quasi-absence de courant. Tous les fossés de ce type montrent cette succession, où alternent parfois des lits de graviers ou petits cailloux localisés, […] issus d’un transport un peu plus dynamique… ».116

Empierrements et puits antiques

740De plan irrégulier, l’empierrement US 7 (fig. 332) couvre environ 100 m2. Ce dispositif se présente sous la forme d’un lit de blocs majoritairement décimétriques mêlés à quelques fragments de tegulae, entassés sur une trentaine de centimètres d’épaisseur dans une petite dépression. Un second empierrement (US 3), d’une surface de quelques m2 seulement, occupe une autre dépression à quelques mètres de là vers l’est. Localisés dans l’angle nord-est du décapage, ces dépôts de matériaux semblent participer à l’effort d’assainissement de ce secteur.

741Le puits US 71 (fig. 332) est installé sur un épais substrat limonoargileux, immédiatement à l’aval de la faille calcaire, et se présente sous la forme d’un large cône d’effondrement (diam. : 5,50 m ; prof. min. : 2,80 m). La base de l’entonnoir n’ayant pu être atteinte, le parement originel du conduit n’est pas connu. Le comblement inférieur, un limon relativement homogène gris beige comportant de nombreux nodules de charbon de bois, livre des blocs de pierre présentant souvent des traces de chauffe et un fragment de colonnette. Le dépôt final se compose d’apports successifs de matériaux et de sédiments variés : lits de limon argileux brun-noir charbonneux avec des fragments de terre cuite architecturale, petits blocs de pierre calcaire, épaisses lentilles de limon argileux jaune compact ainsi qu’un dépôt épais d’argile rubéfiée.

Fig. 336- Coupes des fossés aval, dans l’angle nord-est du décapage (relevés : équipe de fouille ; DAO : B. Martin, B. Rambault).

2.7.2.2. Réflexions sur la gestion des eaux d’un secteur haut

742L’ensemble des vestiges (hormis les puits) montre un souci d’assainissement et de drainage en direction du talweg incisant le plateau au nord. L’étude géomorphologique précise que « si en raison de la pente, aucun drainage pour assainir ces terrains, par ailleurs non marécageux, ne semble nécessaire, une nappe phréatique dans l’ancien cône rissien sourdait probablement au milieu du site, là où une hydromorphie localisée est notable. […]. La structure F148 [un enrochement non daté : fig. 336] pourrait, dans la position où elle se trouve, représenter une sorte de captage… ».

743Les empierrements et l’imbrication des fossés, notamment dans l’angle nord-est du décapage, montrent que le réseau en place s’avère constamment insuffisant lors de l’époque antique. Ce système, abandonné entre la seconde moitié du IIe siècle et le IIIe siècle, ne semble pas survivre au Moyen Âge, du moins sous cette forme. Rares en effet sont les fossés ayant livré un mobilier post-antique alors que ces parcelles sont densément occupées dès le VIIIe siècle et ce jusqu’au XIIe siècle (sépultures, groupes de silos et chemin). Leurs comblements sont d’ailleurs différents, plus massifs et de teinte brune.

  • 117 Ce replat est actuellement occupé par les bâtiments de l’ancienne ferme dite de La Citadelle. Aucun (...)

744Cette obstination à assainir cette surface et la mise en place de plusieurs points de traversée semblent confirmer la fréquentation d’un secteur qu’il serait pourtant aisé de contourner. Il est tentant d’y déceler la proximité d’une activité ou d’un site daté des IIe et IIIe siècles au moins, ce que confirmerait la présence des mobiliers antiques et des traces de combustion répartis dans les différents comblements. Une occupation localisée immédiatement à l’est, sur le replat surplombant la vallée, serait une hypothèse d’autant plus séduisante que les campagnes de sondages situées vers le sud n’ont jamais livré de trace d’occupation et que le versant nord est barré par un profond talweg (fig. coul. 34)117.

2.8. L’ENCEINTE ROMAINE DE CHATEAU VIEUX A ANSE : RELECTURE DU DOSSIER ET DONNEES NOUVELLES (J.-Cl. Béal et C. Coquidé, avec la collaboration de M. Guyon)

745Adossée à l’Azergues dans la partie basse de la ville actuelle (fig. coul. 35), l’enceinte romaine d’Anse est un monument dont l’existence et l’antiquité sont reconnues depuis le XVIe siècle au moins (Bellièvre 1846), malgré les dénégations de Greppo (1841 : 416 et 421). A. Blanchet (1907 : 229) a signalé à Anse, d’après Y. Serrand (1845 : 11), un « castellum rectangulaire de 150 mètres de longueur et de 110 mètres de largeur environ », alors qu’A. Bernard (1858 : 101) donnait une description architecturale plus exacte reprise par A. Steyert (1895 : 150). A. Grenier (1931 : 445-446) a décrit l’enceinte d’après les données de L.-B. Morel (in Jullian 1924) et rangé cette enceinte parmi les « castella de l’intérieur de la Gaule », qui « ne sont autre chose que des castra plus petits » (Grenier 1931 : 437).

746Dans les années 1980, J. Gruyer (1984 ; 1987) a fait de la muraille d’Anse un état des lieux remarquablement précis qui sert de base à notre travail. Il a notamment corrigé le tracé de l’enceinte proposé par L.-B. Morel, complété le nombre des tours, et fait des relevés d’élévation. Le témoignage de Morel n’est pas cependant négligeable : si son tracé (fig. 337) de la muraille entre la tour no 1 et la tour no 13 est faux, il y mentionne deux petits segments de mur et un troisième, perpendiculaire, sur la nature desquels on peut s’interroger. Nous rappellerons pour notre part les caractères généraux de l’édifice avant d’exposer les avancées de ces dernières décennies.

Fig. 337- L’enceinte antique d’Anse selon L. B. Morel (mise au net : E. Regagnon, d’après Jullian 1924).

2.8.1. LES CARACTERES GENERAUX DE L’EDIFICE (J.-Cl. Béal)

747C’est une enceinte (fig. 338) de 450 m de longueur, en forme de D, dont la partie rectiligne est tournée vers le nord-ouest. Elle apparaît construite dans une pente, si l’on s’en rapporte au niveau actuel de circulation à sa périphérie – le seul disponible partout –, qui s’établit à 174,63 m à l’ouest, rue du Puits La Chaine, entre les tours no 4 et no 5, et 171,82 m à l’est, rue des Petites Levées, entre les tours no 11 et no 12, et plus précisément d’ailleurs à partir d’un terrain naturel en double pente, vers l’est en direction de la Saône, et vers le sud en direction de l’Azergues. Les données issues de la base des sondages des années 2000 semblent, comme nous le verrons, confirmer cette pente.

748La muraille, souvent conservée sur plusieurs mètres de hauteur au-dessus du sol actuel, a une épaisseur de l’ordre de 3 m, et des parements associant des arases de briques et des moellons de petit appareil en calcaire. Elle enferme 13 150 m2 environ de surface utile : surface modeste qui explique la remarque de J. Gruyer (1987 : 31), pour qui, une fois une garnison et des espaces de stockage placés dans l’enceinte, « où, grands dieux, loger encore une population laborieuse ? ».

749L’enceinte est percée de deux portes (fig. 339), l’une au nord-ouest, l’autre au sud-est (fig. 340), flanquées chacune de deux tours (no 1 et no 2 au nord-ouest, no 10 et no 11 au sud-est : fig. 341), qui forment sur l’extérieur une avancée circulaire dont le diamètre varie de 8,10 m à 8,70 m. À la porte du sud-est, la saillie de cette avancée par rapport au nu de la courtine varie de 0,20 m (tour no 11) à 3,90 m (tour no 10) du fait des variations dans l’orientation des segments successifs de la courtine. À la porte du nord-ouest, la saillie est de 2,70 m sur la tour no 1, seule conservée. À l’intérieur de l’enceinte, les tours qui flanquent les portes forment en revanche une saillie rectangulaire, restituable à partir des lambeaux subsistant dans les tours no 1 et no 11, et de l’ordre de quatre mètres au moins par rapport au nu de la courtine.

750Au niveau de la rue actuelle, l’intérieur de la tour no 1 de la porte du nord-ouest est occupé par un magasin où l’on ne peut plus reconnaître la forme du local qui pouvait s’y trouver. La tour no 2 qui lui faisait face est détruite ; elle était déjà dégradée à l’époque de L.-B. Morel, et avait abrité depuis le Moyen Âge un four banal d’Anse plusieurs fois reconstruit (Serrand 1845 : 84-93). À la porte du sud-est, l’existence d’un local à l’intérieur des tours no 10 et no 11 reste à démontrer.

751Issue de l’architecture des enceintes urbaines où ces tours encadrent le plus souvent une cour intérieure (Goudineau 1980, fig. 170), cette forme de tour est également attestée dans l’architecture des fortifications militaires, dès les années 70 ap. J.-C. à Mirebeau (France, Côte-d’Or : Goguey, Reddé [éd.] 1995 : 39 et 49), comme à Utrecht (Pays-Bas) vers 210 (Reddé et al. 2006 : 396), ou plus tard à Deutz (Allemagne : Reddé et al. 2006 : 254) ou Yverdon (Suisse : Reddé et al. 2006 : 432).

752L’espace entre les tours est, au nu des murs, de 7,80 m (soit un entraxe d’une tour à l’autre de 15,70 m) à la porte du sud-est. Mais il serait seulement, selon J. Gruyer, de 6,50 m à la porte du nord-ouest, soit de 1,30 m inférieur à celui de la porte du sud-est. On se souvient cependant que la tour no 2 de cette porte est entièrement restituée par J. Gruyer, et légèrement décalée vers l’est par rapport à ce que montre le plan de L.-B Morel, pour qui les deux portes ont la même largeur. Du reste, par rapport aux contours du massif de maçonnerie tels qu’ils sont connus en 1866 et tels que J. Gruyer les fait figurer sur son relevé, la tour no 2 peut être légèrement décalée vers l’ouest. Aussi l’écart de largeur entre les deux portes n’est-il pas définitivement assuré. Cette largeur est conséquente : la largeur utile des portes est comprise, à Périgueux, entre 2,70 m et 3,60 m (Garmy, Maurin 1996 : 146 ; portes à arche unique), à Dax entre 2,80 m et 4,50 m (Garmy, Maurin 1996 : 100-103) ; l’espace était sans doute divisé en deux par un pilier médian qui recevait des arches ou un linteau retombant de part et d’autre sur des pilastres adossés au mur des tours.

Fig. 338- Anse, plan de l’enceinte antique de Château Vieux (relevé : J. Gruyer, archives conservées au Château des Tours ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 339- Les portes de l’enceinte antique d’Anse : en haut, porte du nord-ouest ; en bas, porte du sud-est (relevé : J. Gruyer ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 340- Élévation de la porte du sud-est au-dessus du sol actuel (relevé : J. Gruyer ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 341- La porte du sud-est : parie émergeant au-dessus du sol actuel (cliché : J.-Cl. Béal).

753Ni l’une ni l’autre des portes n’occupea priori une position remarquable dans le tracé de l’enceinte. La porte du nord-ouest notamment n’est pas au milieu de la partie rectiligne de la muraille, mais déportée vers le nord-est, ce qu’explique sans doute la topographie : comme nous le verrons (ci-dessous, p. 339), on peut supposer qu’un axe venant du quartier de Saint-Romain et passant au pied de la terrasse würmienne aboutisse à cette porte. La porte du sud-est ouvrait sur la vallée de l’Azergues dont, nous l’avons vu, la question de savoir s’il était en eau ou pas, partiellement ou pas, reste pendante. Cette porte a été murée au Moyen Âge, à la différence de la porte du nord-ouest restée en service.

754L’enceinte est munie par ailleurs de onze tours de courtine circulaires d’un diamètre extérieur de huit à neuf mètres, saillant sur la courtine vers l’intérieur et vers l’extérieur, dans des proportions variables suivant l’orientation des segments successifs de la courtine : de 0,20 m à 1,60 m sur l’extérieur (tours d’angle no 6 et no 9), et de 1 m à 1,80 m au moins vers l’intérieur (tours no 9 et no 5). Deux tours d’angle (no 6 et no 13) sont très déportées vers l’intérieur.

755Ces tours « cavalières » sont espacées de 31 m à 33 m d’axe en axe, écartement assez habituel (Vitruve I, 5, 4 ; le rapport entre cet écartement et les armes antiques de jet est discuté : Grenier 1931 : 525-526 ; contra : Fleury 1990 : 140-141). Ces tours étaient sans doute pleines à leur base, comme on le constate souvent pour les enceintes du Bas-Empire (Blanchet 1907 : 262 ; Grenier 1931 : 527-530 ; à Bordeaux : Garmy, Maurin 1996 : 58 ; à Dax : Garmy, Maurin 1996 : 115-116 [les tours sont pleines sur 3 m de hauteur] ; à Tours : Wood 1983 : 37 ; à Reims peut-être : Neiss, Sindonino 2004 : 69). En revanche, elles renferment, en élévation – et non de plain-pied comme le pensait J. Gruyer –, un local de plan circulaire (diam. : vers 3 m), excentré vers l’intérieur comme on le constate dans l’enceinte constantinienne de Deutz (Gruyer 1987 : 33 ; Reddé et al. 2006 : 255), et couvert d’une voûte surbaissée en maçonnerie. Du moins la présence de ce local est-elle vraisemblable pour la tour no 8 (niveau du sol du local à 172,50 m d’altitude), et la tour no 12, où J. Gruyer suppose que la cage d’escalier intérieur actuelle soit logée dans un local de ce type (niveau de sol du local à 175,50 m, pour un niveau de circulation antique dans l’enceinte vers 170 m : voir ci-dessous), et démontrée pour les tours no 5 (niveau de sol du local à 173,70 m dans une zone où le niveau de circulation antique dans l’enceinte serait [selon Feuillet, Guilhot, Grillet 1983] vers 172,35 m), no 6 (niveau de sol du local à 174,50 m), no 7 (fig. 342 : niveau de sol du local à 174,85 m, dans une zone où le niveau de circulation antique dans l’enceinte se rapproche de 170 m : voir ci-dessous). Au reste, J. Gruyer a constaté un rétrécissement du diamètre du local à la base des murs de ces trois dernières tours : la remarque a été déjà faite au Mans, dans les tours dites « de Tucé » et « des Pans de Gorron » où J. Guilleux (2000 : 186) y voit un dispositif destiné à créer un vide sanitaire sous un plancher supporté par des poutres au sommet du rétrécissement.

Fig. 342- Plan et coupe de la tour no 7 (relevé : J. Gruyer ; mise au net : E. Regagnon).

756Malgré les sondages de ces dernières années (voir ci-dessous), on ignore encore si l’enceinte de Château Vieux était entourée d’un fossé, dont les fouilles récentes ont retrouvé les vestiges autour des enceintes tardives de Senlis (Woimant 1995 : 449-450), de Tours (Wood 1983), ou de Reims (Neiss, Sindonino 2004 : 75-78) par exemple.

2.8.2. L’APPORT DES SONDAGES ARCHEOLOGIQUES : LA RECHERCHE DES NIVEAUX GALLO-ROMAINS (J.-Cl. Béal et C. Coquidé, avec la collaboration de M. Guyon)

757Plusieurs sondages ont été menés dans le périmètre de l’enceinte au moment ou après la rédaction du travail de J. Gruyer.

2.8.2.1. Les sondages de 1982

758En 1982, à l’occasion de travaux d’aménagement communaux, M.-P. Feuillet et ses collègues furent amenés à ouvrir un sondage contre la tour no 4 et à l’intérieur de l’enceinte (Feuillet, Guilhot, Grillet 1983), à proximité du passage du Trou du Chien (fig. 343).

759Alors que la partie visible de la tour no 4 a perdu son parement, ce premier sondage (fig. 344) a montré que, sous le sol actuel (à l’altitude de 173 m environ), celui-ci était encore conservé sur trois assises, à partir de l’altitude de 172,35 m environ. La base de la fondation a été rencontrée vers 170,62 m, sous la forme d’une large semelle débordant de 1,15 m du nu du mur. Au-dessus, le mur, parementé, présente deux ressauts constructifs, larges de 0,25 à 0,30 m, à sommet oblique, vers 171,08 m et vers 172,35 m d’altitude. Entre les deux ressauts, le mur est « recouvert […] d’un enduit de tuileau », alors qu’il serait « jointoyé au mortier de tuileau mais non enduit » en dessous de 171,08 m. Selon les fouilleurs, le niveau de circulation antique serait donc à cet endroit vers 172,35 m, au-dessus d’une épaisse couche de terre (US 18 et 19) rapportée contre la maçonnerie, en remblai d’une tranchée large ouverte pour la fondation de la tour. Le mobilier des US 18 et 19 fournirait donc le seul terminus connu à la construction de l’enceinte : il est à placer vers la fin du IIe siècle et au IIIe siècle (renseignement : C. Batigne Vallet).

760La même équipe a ouvert la même année, dans le cadre des recherches qu’elle menait alors sur la région d’Anse, un autre sondage à l’extérieur de l’enceinte, contre la façade méridionale de la tour no 11 (fig. 338 et 345), qui flanque la porte du sud-est (Feuillet, Guilhot, Grillet 1983).

761Dans ce secteur, les niveaux archéologiques récents ont été emportés dans une excavation du début du XXe siècle. Le sondage a cependant montré (fig. 346) que trois assises de parpaings de grand appareil, provenant de réemploi, étaient prises dans la muraille, au-dessus desquelles, à 172,35 m, le parement en petit appareil est conservé. Les fouilleurs ont considéré que ces blocs parfaitement jointés étaient posés sur une « base constituée de grosses pierres à peine équarries liées d’un mortier jaunâtre […] édifiée sans tranchée de fondation dans le terrain naturel [sable] ; elle est en retrait d’environ 40 cm par rapport à l’aplomb des blocs qui la surmontent », le sable du terrain naturel supposé passant donc sous les assises de parpaings.

762Cette analyse doit être mise en question, d’autant qu’étonne la singularité d’une fondation lourde d’enceinte en équilibre sur des blocs assis dans le sable. On observe en effet que la base du parement extérieur du mur postérieur à l’Antiquité qui bouche aujourd’hui la porte descend contre les assises de parpaings puis, sous eux, contre les « grosses pierres à peine équarries ». Ce mur récent est donc fondé à un niveau qui leur est inférieur, et le sable est rapporté contre lui : on envisagera plutôt que le sable et le limon reconnus dans le sondage soient des apports d’inondation postérieurs au bouchage de la porte. Dans cette hypothèse, les « grosses pierres à peine équarries » forment l’intérieur du mur, et d’autres blocs de grand appareil, arrachés avant ce bouchage de la porte et les apports de sable, venaient contre elles former le parement de la tour no 11. Ces derniers blocs, parfaitement assemblés, doivent appartenir pour l’essentiel à l’élévation, comme ceux qu’on connaît à la base de la tour no 6. Le niveau de circulation antique s’établit donc, à la porte du sud-est, à une altitude inférieure à la base des assises de parpaings conservés, soit sous 170,64 m environ : cette interprétation est aujourd’hui confirmée par les sondages des années 1990-2000.

Fig. 343- Localisation des sondages de 1982 au « Trou du Chien » et de 1995, place des Frères-Fournet (mise au net : E. Regagnon).

Fig. 344- Sondage de 1982 au « Trou du Chien » contre la tour no 4 : relevé stratigraphique montrant un remblai antique (no 7) sur la semelle de fondation et contre le parement de la tour, recouvert par les remblais (no 2 à 6) du XVIIe siècle au XXe siècle (relevé : équipe de fouille ; mise au net : M. Lagrange).

Fig. 345- Localisation des sondages de 1982 devant la tour no 11 de l’enceinte et de 2002, à l’est de la chapelle Saint-Cyprien (mise au net : E. Regagnon).

Fig. 346- Le sondage de 1982 devant la tour no 11 de l’enceinte : relevé stratigraphique (relevé : équipe de fouille) ; restitution de deux assises de blocs de grand appareil à la base du relevé (mise au net : M. Lagrange).

2.8.2.2. Les sondages limités des années 1990-2000

Une stratigraphie complexe, place des Frères-Fournet

763Il faut attendre 1995 pour que deux opérations d’archéologie préventive abordent le sous-sol de l’enceinte, côté nord, place des Frères-Fournet (Rapport Guyon 1995). La première (fig. 345) concerne le suivi d’une tranchée de dissimulation de réseaux sur les rues adjacentes (rues Saint-Abdon, Saint-Cyprien, Saint-Jean, Trou du Chat, chemin du Divin, place Saint-Cyprien et place des Frères-Fournet). Alors que la moitié du tracé prévu, soit 135 m linéaire, est effectivement mise sous surveillance, aucun indice se rattachant à la période antique n’est enregistré. La profondeur de la tranchée est limitée à 0,70-1 m et l’amplitude stratigraphique, telle qu’elle sera mise en évidence lors des sondages suivants, explique aisément le peu de résultats de cette opération.

764Dans le même temps, le même intervenant assure l’étude d’un terrain de 70 m2 au nord de la place des Frères-Fournet (fig. 343) à l’emplacement d’un îlot surélevé d’environ 0,87 m par rapport au niveau de circulation actuelle (voirie à 172,75 m). L’étude archéologique met au jour une stratigraphie qui se développe sur plus de 3 m de hauteur. La densité et la variété des vestiges (fig. 347) ou des mobiliers témoignent d’une évolution urbaine complexe mais dont les niveaux les plus anciens restent hors de portée. Deux sondages profonds, réalisés sur les côtés est et ouest de la tranchée, permettent néanmoins d’atteindre la cote 171 m. En dépit de lots céramiques très peu fournis (de 3 à 33 fragments par US pour l’époque gallo-romaine), l’étude du mobilier confirme que la séquence chronologique enregistrée couvre une période allant de l’Antiquité tardive à nos jours.

Fig. 347- Relevé des vestiges mis au jour en 1995, place des Frères-Fournet (relevé : équipe de fouille ; mise au net : E. Regagnon).

  • 118 Voir ci-dessous p. 372, dans la contribution céramologique de C. Batigne Vallet et de Chr. Bonnet, (...)

765Le fond du sondage 1 (côté ouest) livre un mur maçonné (fig. 348) large d’une soixantaine de centimètres, conservé sur 0,20 m de hauteur et orienté d’une trentaine de degrés vers l’ouest (US 30 : altitude d’apparition : 171,78 m). À ce niveau, la couche US 25 (fig. 349), dont la relation avec le mur n’est pas explicitée, livre un mobilier de la fin du IVe siècle et du Ve siècle associé à plusieurs fragments de « suspensura et de tubuli »118.

766Sur le sondage 2 (côté est), une argile limoneuse de teinte marron (US 24) et un foyer subcirculaire (US 31 : altitude : 171,01 m) apparaissent en fond de fouille. Un angle (fig. 350) formé par les murs US 27 (fig. 351) et 28 semble recouper l’US 24 dont le mobilier indique un terminus post quem des IIe (?) - IIIe siècles. Un troisième mur (US 29) dessine une extension de la construction vers l’ouest et cet ensemble bâti adopte la même orientation que celle du mur US 30 du sondage 1. La fondation des US 28 et 29 est posée sur un « bloc monolithe en calcaire » et le ressaut supportant l’élévation, nettement débordant, apparaît à 171,34 m. Cette configuration permet d’estimer le niveau de l’occupation antique tardive aux alentours de 171,40 m. Les élévations sont conservées sur environ quatre assises, soit 0,50 à 0,60 m de hauteur et l’US 29, bien que partageant la même fondation que l’US 27, ne semble pas se chaîner à sa maçonnerie.

Fig. 348- Place des Frères-Fournet, sondage S 1 : mur US 30 (cliché : M. Guyon).

767Les couches qui remblaient la zone bâtie antique et exhaussent le niveau sont postérieures au IVe siècle (fig. 349). En effet, le nettoyage de ces trois murs avait livré un mobilier daté des Ier-IIIe siècles associé à des fragments médiévaux. L’US 22, un limon argilo-sableux marron noir avec des blocs, confirme ce fait. Colmatant l’US 24 sous-jacente, il entre en contact, côté nord, avec les élévations des murs US 27 et 29 et livre conjointement des tessons des IIIe-IVe siècles et de la céramique post antique. L’espace situé au sud des murs piège un remblai composé d’un niveau de blocs calcaires (US 26), colmaté par un limon argileux lié à quelques blocs et du mobilier (US 21). Ces deux dernières US permettent d’enregistrer d’autres céramiques datées de la fin du IVe ou du Ve siècle ainsi qu’une monnaie en bronze « illisible » et un fragment de gobelet en verre décoré d’un filet blanc.

768Plus haut (soit vers 172 m), on constate le dépôt d’un limon sableux marron et de quelques blocs (US 28), suivis d’un épandage de pierres et de la mise en place de deux foyers (US 32 et 40). Au niveau supérieur encore, le mobilier de l’US 20 (des céramiques grises et rouges en partie glaçurées) permet d’affirmer que le cap du Xe siècle est franchi (altitude minimale : 172,25 m). À 172,60 m, le mobilier relève déjà des XVe-XVIe siècles, à 173,24 m, le XVIIIe siècle est atteint.

Les sondages du château de Messimieux

  • 119 Ont participé aux travaux : J. Faletto, M. Le Nézet-Célestins (RO), F. Pont, A. Rebiscoul (RO), V. (...)

769La rénovation d’une maison de retraite installée dans les bâtiments du château de Messimieux a permis d’ouvrir une série de sondages119 (fig. 352) portant cette fois sur le secteur sud de l’enceinte, intra- et extra-muros (Rapport Coquidé, Pont 2006). La configuration de l’intervention est particulière puisque les travaux à venir ne concernent, pour la plus grande part, que le bâti existant et débordent peu sur les abords. D’étroites emprises supportant d’importantes contraintes techniques sont néanmoins implantées au pied des constructions. Ainsi, l’évitement des réseaux en service, l’étroitesse des espaces de circulation et l’encombrement des terres de décapage ont contribué à limiter la profondeur des sondages.

  • 120 Au-delà de 1,50 à 2 m de profondeur, les relevés ont été réalisés depuis la surface, sous forme de (...)
  • 121 Identification Chr. Bonnet : col d’amphore à vin en provenance de Bétique, tessons de céramique mét (...)

770Trois sondages de quelques mètres carrés sont implantés intramuros (fig. 352, sondages S 1 à S 3). Deux d’entre eux sont mis en place devant la façade du château, le troisième dans un bâti ancien mitoyen côté est et annexé à l’opération de rénovation (« Maison Chanel »). Tous tentent d’atteindre la base de la stratigraphie, sans succès. Les relevés enregistrent 3,20 à 3,50 m de hauteur de coupe au-dessus des cotes 170,00 à 170,80 m (cotes de surface actuelles : 173,53 à 174,10 m120). Des fragments de tegulae sont notés depuis le fond de fouille jusqu’à une altitude de 171,70-172,50 m et quelques tessons de céramiques antiques sont mis au jour sur les sondages 1 (US 129 et 131) et 3 (US 304 et 308). Ce mobilier, dont les productions identifiées ne permettent pas de remonter au-delà du IIIe siècle121, est résiduel et se mêle à des céramiques médiévales indéterminées ou du bas Moyen Âge (US 132 du sondage 1).

  • 122 En l’état, les niveaux post-antiques constituent l’intérêt majeur de ces sondages de part leur vari (...)

771Les profils stratigraphiques varient d’une ouverture à l’autre. La base du sondage no 1 (fig. 353), situé à l’ouest de la façade, révèle d’épais dépôts à dominante argilo-sableuse de teinte jaune, peut-être d’origine alluviale, mais associés à des éléments de démolition épars (US 132). Plus haut, une stratigraphie plus litée où s’insèrent de larges fosses, de type urbain, prédomine. Le faciès du sondage no 2 (fig. 354) est tout à fait différent. On y remarque une succession de niveaux limono-argileux organiques et humides de teinte brun à noir, avec de nombreuses tuiles et blocs calcaires (US 217 et 216). Un bâti médiéval avec mur et escalier à vis fait suite. Sur le sondage no 3 (fig. 355 et 356), les dépôts de fond sont légèrement moins organiques que ceux du sondage 2 et adoptent des teintes gris-vert à gris-noir (US 308 et 309). Des structures alto-médiévales et médiévales variées, fosses, four ou foyer, puits, empierrement, éléments de bâti, sols, sont en place dès 171,50 m (US 304 et 308)122. Des remblais de démolition complètent la séquence.

Fig. 349- Place des Frères-Fournet, diagramme stratigraphique (schéma : M. Guyon ; DAO : C. Coquidé).

Fig. 350- Place des Frères-Fournet, sondage S 2 : murs US 27, 28 et 29 (cliché : M. Guyon).

Fig. 351- Place des Frères-Fournet, sondage S 2 : mur US 27 en élévation (cliché : M. Guyon).

772Trois sondages sont implantésextra-muros, au sud du château. Deux (fig. 352, sondages S 4 et S 4 bis), presque mitoyens, sont localisés au pied du rempart, le troisième est situé à une quarantaine de mètres plus au sud (fig. 352, sondage 5). Leur stratigraphie s’avère très différente de celle enregistrée intra-muros. On constate (fig. 357 et 358) une succession de limons argilo-sableux compacts, de teinte jaune à brun-gris, et qui semblent avoir le milieu alluvial Saône-Azergues pour principale origine. La présence de petits fragments de tuiles montre que la base des dépôts anthropisés n’est pas atteinte. Seul le tiers supérieur des coupes intègre des limons plus bruns signalant une pédogenèse, sans doute en relation avec une emprise plus forte de l’homme sur ce secteur.

Fig. 352- Localisation des sondages de 2003 et 2006 au château de Messimieux et dans ses abords (DAO : C. Coquidé).

773Le peu de mobilier disponible indique une rapide accrétion des surfaces due aux débordements de la confluence des deux rivières. En effet, les coupes révèlent des niveaux d’occupation moderne enfouis à 1,50 m de profondeur. Dans le sondage no 4 (fig. 357), un sol en calcaire damé (US 411) daté des

774XVIIe-XIXe siècles est à la cote 172,10 m. Dans le sondage no 5 (fig. 358), un niveau d’occupation (US 503) et une fondation (US 507) apparaissent à une altitude de 171 m. Le débit hydrographique de l’Azergues dépasse encore régulièrement sa cote d’alerte. Les dernières inondations de 1983 et 2002 sont cotées à 173,19 m dans le parc, alors que la surface de circulation actuelle autour du sondage no 5 se situe vers 172,30-172,50 m. L’importance des dépôts oxydés fins semble indiquer que ces contraintes, sans doute majorées par le déplacement du cours d’eau sur le bourg d’Anse au XVIIIe siècle, étaient déjà d’actualité il y a 2000 ans.

Fig. 353- Château de Messimieux, sondage 1 (cliché : équipe de fouille ; DAO : C. Coquidé).

Fig. 354- Château de Messimieux, sondage 2 (relevé : C. Coquidé, F. Pont ; DAO : B. Rambault, F. Vaireaux).

Fig. 355- Château de Messimieux, sondage 3 (relevé : C. Coquidé, F. Pont ; DAO : B. Rambault, F. Vaireaux).

Fig. 356- Château de Messimieux, sondage 3 (cliché : équipe de fouille ; DAO : C. Coquidé).

Fig. 357- Château de Messimieux, sondage 4 (relevé : C. Coquidé, F. Pont ; DAO : Gh. Macabéo, B. Rambault, F. Vaireaux).

775Les niveaux enregistrés sur les sondages no 4 (fig. 357) et 4bis livrent encore un grand nombre d’éléments de construction, blocs calcaires, tuiles, mortier, jusqu’à la cote de 169,15 m, soit à une profondeur de 4 m. Cette séquence est mal datée puisque seule l’US 406 livre un tesson médiéval, à pâte claire, fine, de teinte rouge à rosé.

776Une problématique particulière était attachée à ces deux dernières ouvertures. À cet endroit en effet, soit au pied de la muraille, la présence d’un fossé longeant l’enceinte antique puis médiévale était une éventualité. Bien que l’on observe un pendage sud-nord des dépôts depuis le sondage no 4 bis vers le sondage no 4 (US 408 et 407), puis nord-sud sur les couches sus-jacentes, aucun creusement n’est décelé. Il est vraisemblable pourtant que l’étroitesse des ouvertures ne pouvait permettre de déceler un vestige de grande envergure.

777Le profil stratigraphique du sondage no 5 est identique à ceux des sondages 4. Une suite de limons de débordement livrant par endroits de petits fragments de tuiles, est colmatée par des dépôts plus grossiers mêlés à des éléments de construction (fig. 358). Ceux-ci sont moins nombreux que dans les sondages no 4 et 4 bis et disparaissent au-delà de 3 m de profondeur, vers 170,10 m (l’US 506 n’en livre pas).

Fig. 358- Château de Messimieux, sondage 5 (relevé : C. Coquidé, F. Pont ; DAO : Gh. Macabéo, B. Rambault, F. Vaireaux).

778L’emprise mitoyenne côté est (fig. 352, no 9), une opération de plus grande envergure, a livré une séquence quelque peu similaire. Les auteurs du diagnostic mentionnent des dépôts limoneux jaune à noir et identifient d’épais remblais composés de blocs, de fragments de tuiles et de goudrons sur plus de 2 m d’épaisseur par endroits (Rapport Rébiscoul, Faletto 2003). Là encore, le décapage n’a pas atteint le substrat « stérile » et des « fragments de tuiles à rebord et de céramiques » ont été mis au jour dans une « couche argileuse de couleur noire » à une altitude de 168,71 m, soit près de 1,50 m plus bas que le fond du sondage 5 du château de Messimieux.

Lecture synthétique d’une stratigraphie imposante

779Les opérations les plus récentes mettent en lumière l’amplitude du potentiel archéologique du sous-sol. Alors que les stratigraphies dépassent systématiquement les 3,50 m de hauteur, le sol stérile n’est pas atteint. Le sous-sol intra-muros livre une forte densité de vestiges, parfois noyés dans des dépôts organiques médiévaux encore humides de plus de deux mètres d’épaisseur (jusqu’à la cote 172 dans le sondage 3), pendant que, hors les murs, les coupes révèlent d’amples couches alluviales colmatées par des remblais modernes. À ce jour, aucun indice ne permet donc de préciser l’altitude des premiers niveaux de l’implantation antique, ni même si une occupation antérieure au IIIe siècle peut être envisagée. Seule l’étude de la place des Frères-Fournet révèle, en fond de sondage, un bâti (tardo-) antique en place, partiellement en élévation et fondé sur des remblais ou des dépôts alluviaux anthropisés.

  • 123 Information d’A. Lavocat.

780Les cotes de circulation antiques ne peuvent ainsi être estimées qu’au nord de l’enceinte où le sommet de l’occupation tardive semble se situer vers la cote 171,50 m (sondage 2 place des Frères-Fournet). À une cinquantaine de mètres au sud (sondage 1 du château de Messimieux), la cote de 170,50 m représente le plancher minimum des occupations alto-médiévales. Extramuros, une vingtaine de mètres au-delà, des tegulae sont encore enregistrées à la cote 168,71 m. Ainsi le pendage, réduit à l’intérieur de l’enceinte, s’accentue nettement au-delà des murs en direction de la Saône et de l’Azergues (fig. 359). Cette configuration topographique semble indiquer que le risque encouru en cas d’élévation du niveau de l’eau à l’époque antique est similaire à l’actuel. En effet, l’occupation des premiers siècles de notre ère est localisée à plus de 3 m de profondeur au sud de l’enceinte, un différentiel identique au niveau estimé de la Saône à cet endroit avant l’élévation artificielle du niveau de l’eau liée à la mise en place de barrages côté aval123. Ce choix dans l’implantation ne doit pas être négligé et peut avoir pour origine un lien privilégié avec la rivière, éventuellement formalisé par quelques aménagements lié à l’un des bras de l’Azergues. D’ailleurs, et quelle qu’en soit la lecture, des structures massives, comme le haut mur scellé par l’épais niveau médiéval constamment humide, apparaissent dès deux mètres de profondeur dans le sondage 3.

781Enfin, nous constatons que, bien que l’occupation antique soit totalement effacée dès les niveaux du Xe siècle (du moins dans les fenêtres d’étude disponibles), les murs d’époque contemporaine adoptent toujours l’orientation du bâti daté des IIIe-IVe siècles.

2.8.3. L’APPORT DE LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE (J.-Cl. Béal)

782Au dossier réuni par J. Gruyer, le réexamen de la muraille et de la documentation qui la concerne a apporté trois données nouvelles, sur le plan, sur le mode de construction, et sur la question des réemplois dans l’élévation de la muraille et à sa base.

Fig. 359 - Altitude des niveaux archéologiques observés à l’intérieur et à l’extérieur de l’enceinte de Château Vieux (DAO : E. Dumas).

783Le plan de l’enceinte publié par J. Gruyer montrait que la muraille était assez bien documentée. Trois lacunes importantes étaient signalées : celle de la tour no 2, qui flanque à l’ouest la porte du nord-ouest, et, plus à l’est, celle des tours no 14 et no 15, et J. Gruyer (1987 : 26) écrivait que « la position des tours 14 et 15 ne pourra [it] être vérifiée qu’à l’occasion de travaux ». Mais un dossier retrouvé aux archives départementales du Rhône (dossiers d’alignement sur le tracé de la route royale : côte S 11) permet aujourd’hui de moins mal connaître ces deux dernières tours.

784Daté du 31 octobre 1812, l’exposé de Jacques Chevret, annoté par la mairie d’Anse, fait état de son intention de démolir une « tour formant bastion de la forteresse de Jules César joignant la route de Paris à Milan [i.e. l’actuelle rue du Four Banal] ». L’ingénieur des Ponts et Chaussées fait un rapport favorable en date du 21 juillet 1813, en soulignant que cette démolition permet d’« élarg [ir] et [d’] améliore [r] une traverse dans un point où elle était très étranglée et où les voitures avaient peine à passer ». Il souligne que « cette démolition a dû être d’autant plus coûteuse que la tour dont il s’agit provient d’une ancienne fortification maçonnée très solidement sur une épaisseur d’environ trois mètres ». Un plan de l’ingénieur des Ponts est joint (fig. 360). Il montre que la tour concernée par la démolition est la tour no 15 du plan de J. Gruyer, et fait figurer également la tour no 1 déjà connue, et la tour no 14 également non documentée jusqu’ici.

785Par ailleurs, Y. Serrand (1845 : 10) et A. Bernard (1858 : 101, d’après le précédent) ont raconté que, lors de la démolition à l’explosif d’un des « bastions des remparts » « il y a à peine trente ans » (Serrand), on découvrit « plusieurs pierres ayant des inscriptions que la mine employée à cette destruction [a] dispersées au loin ». On recueillit cependant un bloc inscrit (CIL XIII, 1659, conservé alors par « M. C…. » [Serrand] qu’il faut expliciter en « C [reyton] »). Mis en doute par A. Bernard (1858 : 101) qu’alertait la présence de la lettre J dans la copie de Serrand et par Hirschfeld (CIL XIII, 1659) qui le croyait chrétien, ce texte est considéré comme antique par Y. Serrand (1845 : 10) mais aussi par F. Bérard (1992a : 59, note 3). Or les précisions données sur les conditions de la découverte permettent d’identifier ce « bastion » comme la tour no 15 détruite en 1813 par J. Chevret : à la concordance relative des dates s’ajoute en effet que Chevret se vit refuser pendant des années l’indemnité qu’il avait demandée, au motif qu’il avait fait sauter le bastion, alors qu’il s’était engagé à faire le travail à la main, sur la base d’un travail évalué à 120 journées d’ouvrier.

Fig. 360- Plan de la tour no 15 d’après le dossier d’alignement de J. Chevret conservé aux AD Rhône, cote S 11. En grisé, la partie de la tour démolie par J. Chevret.

786Dans la même opération fut découvert un bloc sculpté. Y. Serrand (1845 : 11) dit qu’« une pierre ayant 66 centimètres de long sur 40 de large, [… représentation de] Bacchus couronné de pampre », provient de cette destruction : « il n’y a pas bien longtemps que j’ai vu cette pierre très curieuse chez le propriétaire de l’auberge de la Tête Noire, qui doit encore la posséder », et dont l’établissement était mitoyen de la tour démolie (ABA 1787). Selon la tradition, ce relief serait celui qui se trouve aujourd’hui au-dessus de la porte d’entrée du « caveau du Beaujolais-village » installé en 1956 dans les caves voûtées de la mairie de Beaujeu (Collectif 1987 : 44, d’où Faure-Brac 2006 : 138).

787De ce relief en calcaire (fig. 361), on sait (courrier de Mme Durhône, conservateur du musée des Traditions populaires de Beaujeu en date du 10 octobre 2008) que, lors de la construction du Caveau, il a été donné par le maire de l’époque, M. Froget, par ailleurs antiquaire, avec divers éléments d’archi tecture de provenances multiples. Il avait été retiré de la muraille médiévale de Chessy-les-Mines (Rhône), où A. Steyert (1895), qui en fournit un dessin, signale son existence, « engagé dans l’ancien mur d’enceinte du bourg » : Ph. Branche a retrouvé une carte postale des années 1900 où le relief est encore en place, et reconnaissable. Il n’y est plus en 1910 au moment de la publication du volume III d’Espérandieu, qui le déclare « perdu » (ESP. 1803), et l’on n’observe plus aujourd’hui que la double trace de son insertion dans la façade, et de son extraction, immédiatement au nord de la porte septentrionale du bourg. Les dimensions très comparables du relief de Beaujeu (H. : 0,66 m ; l. à la base : 0,47 m, se rétrécissant un peu vers le sommet) et du Bacchus d’Anse invitent à suivre la tradition et à considérer qu’il s’agit bien du même relief, même si la preuve écrite ne peut en être apportée.

Fig. 361- Bacchus couronné de pampre, relief conservé à l’entrée du « caveau du Beaujolais-village » à Beaujeu (cliché : J.-Cl. Béal).

788Le relief, épaufré à sa base, montre un buste de Bacchus interrompu au niveau des épaules. Le personnage est jeune, imberbe, et son visage, joufflu, est légèrement tourné vers la droite. Sa chevelure est divisée en deux masses par une raie médiane ; deux mèches torsadées tombent sur les épaules. Il porte une couronne abondamment fournie de feuilles de vigne et de grappes de raisin. Les yeux sont lisses, les pupilles n’étant pas marquées au foret, qui est par ailleurs assez peu employé ; ce détail, comme l’aspect général du relief, suggèrent une datation large entre 50 et 150 ap. J.-C. Même si des décors bachiques sont connus sur les monuments funéraires du Haut-Empire (par exemple : Kremer 2009 : 87-91), ce relief, qui montre la divinité de face, en grand format et en fort relief, n’appartient pas à un édifice funéraire ; il faut plutôt y voir un décor d’habitation, comme le sont les panneaux (ESP. 899) figurant les travaux d’Hercule en bas relief découverts dans la grande villa de Chiragan, d’où proviennent aussi notamment, une tête de Bacchus en ronde bosse (ESP. 910) d’un type comparable à celui d’Anse, et une statue d’un Bacchus juvénile (ESP. 919-935).

2.8.4. MODE DE CONSTRUCTION DE L’ENCEINTE : NOUVELLES OBSERVATIONS (J.-Cl. Béal et C. Coquidé)

2.8.4.1. L’élévation antique

789L’étude de J. Gruyer a souvent été gênée par la présence d’enduits ou de crépis actuels. Sur un point, une donnée nouvelle est désormais acquise. En effet, lors des sondages de 2006 au château de Messimieux (Rapport Coquidé, Pont 2006), le mur arrière de la « Maison Chanel » coïncide avec le tracé de l’enceinte antique. Le décroûtage de ce mur, réalisé lors des travaux de démolition des étages a permis d’observer la face interne de la courtine sur 4 m de hauteur. Si les deux ou trois premiers mètres à partir du sol actuel semblent antiques, rien ne nous permet d’affirmer que les assises hautes ne sont pas médiévales. Au-delà du quatrième mètre, un bâti moderne prend appui sur la muraille et exhausse le parement externe de l’enceinte (fig. 362).

2.8.4.2. La question des parements

790Le mode de construction de l’enceinte a été finement relevé par J. Gruyer, selon qui, cependant, la muraille a un parement extérieur, et « l’aplomb extérieur [est] toujours vertical » avec des arases doubles de briques, tandis qu’il n’y a pas de parement intérieur, et que « l’intérieur offre un fruit variable » (Gruyer 1987 : 4). De fait, en aucun point de la muraille on ne peut observer aujourd’hui directement de parement interne. Cette absence de parement, que G. Jeanton (1920 : 170-171) avait cru pouvoir signaler aussi sur l’enceinte de Tournus, ne laisse pas de surprendre. Mais l’examen des vestiges et du cadastre montre qu’après l’Antiquité, des pièces ont été aménagées dans l’épaisseur de la muraille et à son détriment, par un travail au pic très régulier, débitant le parement intérieur et la maçonnerie comme on aménagerait un habitat troglodyte dans un front de carrière.

791C’est ce que montre par exemple l’aménagement d’une salle dans la maçonnerie, immédiatement au sud de la tour no 3. De même, rue du Marché, où l’état actuel de l’enceinte offre une coupe de la muraille, observe-t-on que la fourrure du mur, déversée à partir de l’intérieur et de l’extérieur de l’enceinte, est venue s’adosser contre les parements ; celui de l’extérieur est aujourd’hui dégradé, celui de l’intérieur ayant disparu dans le démaigrissement de la muraille qui a permis de créer une pièce.

792La même observation a été faite récemment (Rapport Le Nézet-Célestin 2002) à l’est de la chapelle Saint-Cyprien (fig. 345), où l’on a pu observer le dévidement partiel du mur au niveau de la fondation et de l’élévation, avant la prise d’appui du bâti existant sur l’espace ainsi libéré. Le mortier de tuileau liant les blocs est une nouvelle fois mentionné. Enfin, lors des sondages de 2006, l’observation de la maçonnerie ancienne sur le mur arrière de la « Maison Chanel », (fig. 363 et 364), bien que quelque peu limitée par la présence d’enduits résiduels et d’un béton projeté, a permis de constater que ce mur avait été dévidé et semblait avoir perdu près de la moitié de son épaisseur. Pourtant, blocs et liant présentent encore une forte cohésion et un mortier hydraulique est visible, ici comme sur l’ensemble de l’enceinte, sur la partie basse.

793Pour les tours comme pour la courtine donc, l’élévation de la muraille est faite de caementicium adossé à un parement intérieur et extérieur de petit appareil assez régulier, divisé à intervalles variables (entre 0,86 et 2,15 m) par deux assises de briques, non traversantes, et parfois une seule, variation technique dont on sait (Desbat 1992b) qu’elle n’est pas un indice chronologique. L’altitude des assises de briques varie d’un segment de la courtine à l’autre (fig. 340) ce qui peut renvoyer à une division des tâches en équipes et en secteurs mitoyens.

794Notée par J. Gruyer (1987 : 29), l’absence, constante, de trous de boulins sur les élévations conservées atteste l’emploi d’échafaudages indépendants de la muraille.

2.8.4.3. La question des réemplois en parement

795À la base de l’élévation, on rencontre ponctuellement des blocs antiques de grand appareil en réemploi, et sur ce point aussi, les conclusions de J. Gruyer peuvent être modifiées. Il considérait en effet (Gruyer 1987 : 30) qu’« une seule tour [i.e. la tour no 11 à la porte du sud-est] comportait un renforcement de sa base par des blocs de pierre de taille récupérés », deux autres laissant un seul bloc visible.

Fig. 362- Maison Chanel, mur arrière du bâti intra-muros appuyé sur l’enceinte (cliché : équipe de fouille).

Fig. 363- Maison Chanel, vue du mur d’enceinte intra-muros (cliché : équipe de fouille).

Fig. 364- Maison Chanel, évidement de la face interne de la muraille antique (cliché : équipe de fouille).

796À la tour no 11, en effet, des blocs signalés depuis longtemps (morel 1925 : 21) sont visibles sur tout le périmètre extérieur de la tour (fig. 341), et le sondage mené en 1982 a permis de les étudier (Bérard 1992a et b) ; ils constituaient là au moins quatre assises en place, de 0,50 m à 0,60 m de hauteur. Contrairement à ce que croyaient les fouilleurs, ils appartiennent à l’élévation de l’édiice et non à sa fondation, dont le sommet n’est pas atteint dans le sondage : voir ci-dessus). Deux d’entre eux se sont révélés porteurs d’une inscription fragmentaire (Gruyer 1987 : 21, photo 15 ; Faure-Brac 2006, ig. 34 ; AE, 1992, no 1237-1238). Le sommet de ces blocs, qui émergent aujour d’hui encore d’une trentaine de centimètres, atteint l’altitude de 172,20 m environ. À la même altitude à peu près, d’autres blocs afleurent enin au ras du sol actuel, au-delà de la porte vers l’est, à la base de la courtine entre les tours no 9 et no 10. À l’ouest de la porte, au raccord de la tour no 10 avec la courtine, J. Gruyer (1987 : 21) a signalé la présence d’un bloc de grand appareil, mais le creusement visible déjà sur la gravure de steyert (fig. 365) comme sur la photo de Bégule antérieure à la construction d’un petit bâtiment adossé à l’enceinte, est lié à l’arrachement d’autres blocs ; au pied de la courtine, certains autres apparaissent au ras du sol actuel.

797D’autre part, Y. serrand (1845 : 15) a signalé des blocs de grand appareil à la base de la tour no 6, « bastion soutenu à sa base par de grosses pierres très dures, ne ressemblant en rien par leur nature à celles que l’on extrait des nombreuses carrières qui sont encore dans ce pays ». Ces blocs étaient encore en place en 1925, quand L.-B. morel (1925 : 18-23) parle des « pierres de grand appareil qui se voient encore rue du Puits Lachaîne » ; depuis, il n’en subsiste plus qu’un, l’arrachement des autres laissant un trou béant jusqu’à 1,80 m de hauteur (fig. 366), où reprend le parement en petit appareil. Gruyer (1987 : 16, photo 8) a voulu voir dans ce bloc subsistant une « sorte de banquette triangulaire ». La présence de ces blocs en réemploi n’est cependant peut-être pas systématique, puisque, par exemple, au trou du Chien, où le niveau de circulation antique est réputé proche de l’actuel, on ne voit pas de réemploi sur le parement externe, à l’intérieur de l’enceinte il est vrai. On ne sait si les blocs retrouvés dans la démolition de la tour no 15 faisaient partie de l’habillage de la tour ou étaient noyés – c’est sans doute moins vraisemblable – dans le blocage de sa maçonnerie (voir ci-dessus).

  • 124 Sur le caractère prestigieux de la muraille du Bas-empire, voir maurin 1992 : 371.

798Loin de constituer une fondation rapide, ces blocs en réemploi forment un habillage de prestige, et le sondage de 1982 contre la tour no 10 a permis d’observer avec quel soin les blocs étaient retaillés et assemblés. Si, comme l’ont montré les sondages menés dans l’enceinte, le niveau antique de circulation s’établit sous 171 m d’altitude, cet habillage est visible en parement sur une hauteur de plus de 2 m à la porte du sud-est au moins. La présence d’un parement de prestige n’est pas surprenante aux abords d’une porte124 ; elle étonne davantage à la base de la tour no 6, lieu moins susceptible de porter un message architectural, sauf à considérer qu’on est ici en un lieu privilégié, l’extrémité sud-ouest de l’enceinte, sinon tout à fait à son point culminant, et au rebord de la terrasse géologique.

Fig. 365- Tour no 10 de l’enceinte : à sa base, saignée d’arrachement des blocs de grand appareil (d’après Steyert 1895 : fig. 208).

799En l’état actuel de nos connaissances, cette démonstration de prestige reste cependant ponctuelle. Elle est aussi réalisée à l’économie, puisque les blocs d’opus quadratum constituent le parement extérieur des portions de l’édifice où il est employé, et non, au moins dans les tours no 6 et no 15, sa structure même comme on peut l’observer dans d’autres enceintes (Bordeaux : Garmy, Maurin 1996 : 65-67, Périgueux, Saintes, Tours, Sens, selon Guilleux 2000 : 130) : sans doute les blocs de grand appareil n’étaient-ils pas si nombreux à Anse qu’on ne dût pas les ménager. Par ailleurs, quelques autres blocs ont été jetés en réemploi dans la maçonnerie de l’enceinte. Nous avons repéré un fragment de colonne dans la face externe de la muraille au nord du Trou du Chien ; elle ne paraît pas devoir être confondue avec la moitié de colonne signalée dans l’intérieur d’un mur dans la propriété Régipas (Morel 1925 : 18-23), même si l’adresse de cette propriété était au voisinage, au 2, impasse de Messimieux.

800D’une partie indéterminée de l’enceinte provient enfin l’inscription CIL XIII, no 1654, fragment d’un autel funéraire « employé […] dans la construction de la muraille romaine d’Anse » (Quicherat 1880), et réemployé à nouveau dans le muret de la maison no 4, impasse Messimieux (Morel 1925 : 24-31 ; Collectif 1987 : 15 : voir ci-dessous). On rappellera enfin qu’une dernière inscription (CIL XIII, no 1653) provient de l’espace situé entre les deux tours no 10 et no 11 ; mais aux dires de Cl. Bellièvre (1846), elle a été incluse, non pas dans la muraille antique, mais dans un remontage postérieur, dans une petite porte placée sur le tracé d’un bief des moulins.

2.8.5. TERMINUS POST QUEM DE L’ENCEINTE (J.-Cl. Béal et C. Coquidé)

801J. Gruyer (1987 : 30-31) a placé la période au cours de laquelle l’enceinte d’Anse a été construite « à une époque tardive dans le IIIe siècle » en l’incluant dans « le vaste programme de défense ordonné par le pouvoir central et échelonné dans le temps, consécutif aux premières invasions ». Il reprenait là, faute d’arguments internes de datation archéologique, l’habituel raisonnement historique développé par Blanchet (1907 : 336) et Grenier (1931 : 587-591), dont L. Maurin (1992 : 378) et A. Ferdière (2005 : 297-298) ont résumé l’analyse critique. Mais les données archéologiques ne sont pas beaucoup plus nombreuses aujourd’hui.

Fig. 366- Bloc de grand appareil en réemploi dans la partie basse de la tour no 6 ; la large saignée au-dessus du bloc témoigne de la récupération d’autres blocs (cliché J. Gruyer : archives R. Tenu).

802Le seul sondage qui ait été mené contre la muraille elle-même, et jusque à sa base, semble-t-il, est celui du Trou du Chien en 1982 ; les rares fragments de céramique antiques qu’on y a découverts, dans les US 18 et 19 au contact de la muraille, sont datés entre la fin du IIe et la fin du IIIe siècle. Du sondage ouvert en 1995 place des Frères-Fournet, on retiendra que l’US 24 a livré trois fragments d’un vase datable des IIe et IIIe siècles, tandis que les US 21 et 25 livrent un mobilier de la fin du IVe siècle au plus tôt. Mais ces niveaux ne sont pas au contact direct de la muraille : ils peuvent témoigner éventuellement de la fréquentation des lieux au IIIe – voire au IIe – siècle, sans fournir pour autant de données sur la date de la construction de l’enceinte.

803Les inscriptions retrouvées en réemploi dans la maçonnerie de l’édifice fournissent enfin quelques indications. Les deux fragments en réemploi dans la base de la tour no 11 (AE, 1992, no 1237-1238) proviennent sans doute d’une même inscription, que F. Bérard (1992a : 78) date avec prudence « entre la fin du Ier et le début du IIIe siècle ». L’inscription de Crispinia Materna (CIL XIII, 1654), où la mention des dieux Mânes est abrégée, peut être du IIe siècle (Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier 1999 : VII). L’inscription CIL XIII, 1659, nous l’avons vu, n’est pas « chrétienne », mais ne peut être précisément datée à l’intérieur de la période antique.

804Si donc les données archéologiques dont on dispose aujourd’hui permettent d’exclure sans surprise une datation précoce de l’enceinte d’Anse, on doit retenir pour sa construction une fourchette chronologique large entre le IIIe siècle et le début du Ve siècle au moins.

805Le recours aux réemplois – pas très nombreux à Anse en l’état actuel de nos connaissances – et l’association des parements en petit appareil et des assises de briques – non traversantes à Anse – ne nous paraissent pas suffire pour tirer a priori la datation vers le haut, comme on a pu le faire pour les encein tes urbaines d’Aquitaine et dans une moindre mesure de Narbonnaise (Heijmans 2006).

2.8.6. LES HYPOTHESES SUR LE ROLE DE L’ENCEINTE (J.-Cl. Béal)

2.8.6.1. Enceinte et villae

806Convaincu de l’existence d’un bourg d’Anse dépendant d’un grand propriétaire qu’il situe vers Lucenay ou vers Billy, C. Jullian (1924) supposait qu’au IVe siècle, il devînt une « forteresse postale » au service, dans des modalités floues, du cursus impérial, voire au service des besoins même du propriétaire (Jullian 1926 : 140-143 ; hypothèse reprise par A. Grenier 1931 : 446, note 2 et 588) et étayée à ses yeux par le modèle qu’au début du Ve siècle offre le cas de Cl. Postumus Dardanus, accordant, sur les terres de sa Théopolis, la protection de ses murailles et de ses portes (CIL XII, 1524).

807Une relation de proximité plus ou moins forte entre enceintes et villa a en effet été remarquée dans quelques cas. À Larcay (Indre-et-Loire : Provost 1988a : 113-114), une cinquantaine de mètres séparent la villa et l’enceinte, si elles sont bien contemporaines ; à Echternach (Luxembourg) cette distance atteint 800 m (Metzler, Zimmer, Bakker 1981 : 363) ; à Tournus (Saône-et-Loire), la grande villa de Belné est à 2 km de l’enceinte (Rebourg 1994 : 464-465, fig. 218 et fig. 220).

808Mais à Anse, ce sont deux villae qu’on trouve à un millier de mètres environ de l’enceinte, à La Grange du Bief et à Bancillon sur la commune d’Anse, villae auxquelles on peut ajouter celle, un peu plus éloignée (1 500 m), de Sauzey-Carra sur la commune d’Ambérieux-d’Azergues. On ne peut donc plus retenir l’hypothèse d’un lien privilégié avec une villa, au demeurant difficile à établir en l’absence de textes explicites et de données chronologiques précises.

2.8.6.2. Enceinte et agglomération

809L’enceinte de Château Vieux enferme 13 150 m2. Parmi les enceintes d’agglomérations secondaires, sa superficie, inférieure à 2 ha, peut être comparée par exemple à celle de Neumagen (1,28 ha), Jünkerath (1,52 ha), Bitburg (Beda) au nord de Trèves (2 ha), que Grenier (1931 : 438-442) qualifiait de « castella de la frontière », à celle qu’on suspecte à Beaune (2 ha : Mangin 1994b : 120-121), à celle de Tournus (2 ha : Saint-Jean Vitus 2006 : 63), que Grenier (1931 : 443-464) considère, avec celle d’Anse notamment, comme des « castella de l’intérieur », ou à celle de Bazas (2 ha : Maurin 1992 : 367).

810Aussi J. Gruyer (1987 : 31) a-t-il émis l’hypothèse que la muraille de Château Vieux constituât l’enceinte réduite d’une « grande agglomération aux constructions parfois luxueuses » : il pensait évidemment alors au site de La Grange du Bief. Mais la villa de La Grange du Bief, est un ensemble homogène qu’un vide archéologique de quelque 900 m sépare de la muraille, à l’extérieur immédiat de laquelle on n’a d’ailleurs jamais signalé de traces d’occupation antique. Ainsi notamment, n’a-t-on pas trouvé de mobilier antique lors de la construction d’un lotissement dans l’impasse du Bief, à 150 m au sud de la muraille et dans la pente vers l’Azergues, opération qui a fait l’objet d’un suivi archéologique (rapport d’Y. Tenu au SRA Rhône-Alpes, en date du 2 décembre 1981). On n’en a pas signalé davantage dans les remblais rapportés pour former la butte de terre sur laquelle le château a été construit, comme l’ont montré les campagnes de sondages menées de 1979 à 1981 dans et à l’extérieur du château des Tours. Au sud de l’enceinte, les sondages des années 2000 n’ont pas davantage rencontré les vestiges d’occupation qu’ils mettaient en évidence à l’intérieur. On ne peut donc plus considérer la muraille d’Anse comme l’enceinte réduite d’un plus vaste ensemble.

2.8.6.3. L’enceinte d’Anse et les enceintes du Val de Saône

811L’enceinte d’Anse n’est pas un cas isolé dans la vallée de la Saône. Si, au sud d’Anse, la question même de l’existence et du tracé d’une éventuelle enceinte tardive de Lyon reste débattue (Reynaud 1998 : 186-188), au nord, les étapes routières mentionnées par les itinéraires antiques, à Mâcon, Tournus, Chalon-sur-Saône, comme, au-delà, à Beaune et à Dijon, ont donné naissance – à l’exception de Ludna – à une agglomération médiévale. Elles sont dotées d’une enceinte (fig. 367) dont l’origine et les caractéristiques sont plus ou moins mal connues, mais paraissent former une ligne de forteresses qui, du nord vers le sud, pénètre profondément à l’intérieur de la Gaule, le long de la route fluviale et terrestre vers Lyon. Aussi, aux yeux de J. Gruyer (1987 : 30-31), ces édifications relèvent-elles d’un projet homogène, ordonné par le pouvoir central, de mise en défense de sites riverains de la Saône. Mais cette argumentation résiste mal à la confrontation avec les faits.

812De l’enceinte romaine de Matisco-Mâcon, on sait encore peu de choses. Si la ville du Haut-Empire paraît s’étendre sur 86 ha au maximum, l’enceinte, construite autour du plateau de la Baille, enfermerait seulement quelque 25 ha de la ville réduite. Elle est construite en petit appareil et mortier ; on y note l’emploi ponctuel du tuileau. Dans certains secteurs, l’existence de blocs en réemploi a été signalée. La chronologie de cette construction reste difficile à cerner. Des portions de muraille pourraient dater du IIe siècle, mais le castrum daterait du courant du IVe siècle ou du début du Ve siècle (Barthélémy 1996 ; Rémy, Barthélémy, Lamoine 2001).

813À Tenurcio-Tournus, l’existence d’un habitat aggloméré du Haut-Empire dans le périmètre qui sera celui de l’enceinte reste à démontrer (Saint-Jean Vitus 1996 : 244 ; Saint-Jean Vitus 2006 : 56). Les découvertes ponctuelles faites à l’extérieur de la ville médiévale peuvent relever d’habitats isolés périphériques ; la localisation d’un épisode de la guerre entre Clodius Albinus et Septime Sévère apud Tinurtium (Histoire Auguste, Sévère XI, 1) atteste l’existence d’un lieu – mansio ou ville – vers la fin du IIe siècle, mais la localisation de cet épisode est contestée. Quant à l’affirmation selon laquelle, vers la fin du IIe siècle ap. J.-C., aurait existé un castrum de Tournus où Valérien aurait subi le martyr, elle relève de l’apologétique chrétienne (Saint-Jean Vitus 2006 : 44-46) : restent de rares traces d’occupation dans le périmètre de la future enceinte, datables entre 50 et 200 : Saint-Jean Vitus 2006 : 56). L’enceinte de Tenurcio enferme 1,5 ha. De forme subrectangulaire, elle comporte des tours d’angles circulaires saillant sur l’extérieur et l’intérieur de la muraille, et des tours intermédiaires, en nombre encore indéterminé, saillant uniquement sur l’extérieur. On suppose qu’au nord et au sud, deux portes donneraient passage à une voie médiane ; à l’est, une poterne étroite permet l’accès à la berge de la Saône, qui pourrait être traversée là par un gué (Saint-Jean Vitus 1996 : 242-244 ; Saint-Jean Vitus 2006 : 58). La muraille, dont l’épaisseur peut atteindre 3,5 m, est parementée en petit appareil contrairement à ce que croyait G. Jeanton (1920 : 170-171). On a signalé des blocs en réemploi pris dans les fondations (Jeanton 1920 : 170 ; Duriaud 1994 : 69), ce qui a été contesté (Saint-Jean Vitus 1996 : 243 ; Saint-Jean-Vitus 2006 : 58), et l’emploi ponctuel de tuileau (Jeanton 1920 : 169). La construction de l’enceinte est aujourd’hui datée dans la seconde moitié du IIIe siècle ou la première moitié du IVe siècle (Saint-Jean Vitus 2006 : 61-62).

Fig. 367- Plans comparés à échelle constante des enceintes d’Anse, Tournus, Mâcon et Chalon-sur-Saône (DAO : E. Regagnon d’après Gruyer 1987, Rémy, Barthélémy, Lamoine 2001 : fig. 2, Saint-Jean Vitus 2006 : ill. 16, Rebourg 1994 : fig. 35).

814À Chalon-sur-Saône, si le témoignage de César (BG VII, 42 et 90) et sans doute aussi celui de Strabon (IV, 3, 2) concernent l’agglomération préromaine, Ptolémée, au IIe siècle ap. J.-C., mentionne bien Cabillo parmi les villes héduennes gallo-romaines ; ses habitants sont qualifiés d’oppidani sur une inscription d’époque impériale (ILTG, no 314). Elle joue un rôle majeur, héberge des troupes, a un port actif. Mais son extension, sa structuration et son équipement urbain échappent largement encore. L’enceinte tardive de Cabillo (Rebourg 1994 : 133-135) est en forme de D, dont la haste droite est tournée vers la Saône : le plan rappelle l’enceinte de Coblence adossée à la Moselle (Cüppers 1990 : fig. 332) ou celle de Mayence (Grenier 1931 : fig. 111 ; Cüppers 1990 : fig. 374). Elle enferme seulement une quinzaine d’hectares au cœur de cette importante zone urbanisée. L’enceinte comporterait 18 tours, dont la saillie sur la courtine dépasserait le demi-cercle. Trois portes sont connues, et une poterne du côté de la Saône. La muraille, dont l’élévation peut atteindre 3,5 m d’épaisseur, est formée à sa base par des blocs de grand appareil en réemploi ; ils sont surmontés d’un mur à parement en petit appareil, divisé à intervalles variables par trois assises de briques. La datation reste indéterminée.

815La comparaison entre ces murailles montre qu’il y a deux enceintes recourant à des arases de briques à Anse et à Chalon, deux enceintes réduites de 15 à 25 ha dans les agglomérations antiques de Mâcon et de Chalon qui deviennent au Bas-Empire des chefs-lieux de cités (Ferdière 2005 : 318), deux petites enceintes (1,3 à 1,5 ha) dans les bourgs d’Anse et de Tournus, où l’existence d’une agglomération antérieure n’est pas établie. On le voit, les cas de figures et les modes de construction sont divers et ne font pas apparaître une politique homogène et étatique de fortification de l’axe commercial de la Saône.

816Il est en revanche possible que l’explication soit à chercher dans le cadre de la cité, celle des Ségusiaves ou celle de Lyon suivant la date de construction de l’édifice, et dans la géographie physique. À la rencontre du Val d’Azergues et de la Saône, la forteresse serait bien placée pour recevoir des concentrations de marchandises en provenance ou à destination du bassin de la Loire, et transitant par les vallées de l’Azergues et de la Brévenne : sur cet axe, l’iter quadrigarum, la « voie des Quadriges », ou plutôt « des charrettes », nommée dans le Grand Cartulaire d’Ainay, est réputée être antique – sans beaucoup de preuves, il est vrai (Faure-Brac 2006 : 189). La forteresse d’Anse pourrait alors avoir joué, avec une forme architecturale très différente cependant, un rôle analogue à celui de l’entrepôt fortifié de Jublains, construit dès la fin du IIe siècle en marge de la ville antique, et doublé sous Dioclétien par une enceinte quadrangulaire de 1,4 ha environ et une levée de terre. On a proposé d’y voir plus particulièrement une construction de l’annone militaire (Naveau 1997 : 286). C’est une hypothèse vraisemblable ; mais elle ne trouverait pas, dans le cas d’Anse, de renforcement dans le fait qu’Asa Paulini soit mentionné sur l’Itinéraire d’Antonin, texte dont le rapport aux voyages des princes et à la structuration de l’annone militaire à partir des Sévères paraît moins assuré aujourd’hui (Arnaud 1993) qu’on a pu le croire (Chevallier 1997 : 57-59, pour un rappel des tenants de ce point de vue).

2.9. ANSE, LES CARRIERES125 (C. Coquidé avec la contribution de M.-P. Feuillet)

  • 125 Cette contribution, dont la première partie s’appuie sur le texte et les figures de l’article Guilh (...)
  • 126 Le toponyme « Les Carrières » renvoie à l’activité d’extraction de la pierre de Lucenay dans ces pa (...)
  • 127 Plans de localisation du projet et des sondages conservés aux archives de la Société archéologique (...)

817La fouille de sauvetage urgent des Carrières (ou lotissement Bayoux : fig. 142, no 3 ; fig. coul. 2, ANS. 2)126 s’est déroulée en 1982, à 350 m à l’ouest du site de la Grange du Bief, au lieu-dit Les Carrières. Les sondages sont implantés sur un peu moins d’un hectare (une bande de 100 m de large pour 400 m de long, orientée nord-est/sud-ouest127), entre les cotes de 203,50 et 204,50 m (fig. 368). Les vestiges fouillés (fig. 369) sont cantonnés sur une surface d’environ 900 m2, au nord-est de cette emprise.

818L’extension totale de l’occupation antique n’est pas reconnue. Les auteurs signalent un secteur ayant livré du mobilier antique un peu plus au nord, vers l’amont, alors que des diagnostics archéologiques effectués sur plusieurs parcelles localisées au sud ne livrent aucune trace d’habitat antique (fig. 432, A, D, F). Deux d’entre eux sont négatifs (Rapport Remy 2009 et Rapport Motte 2011), le troisième révèle une inhumation antique et un mobilier tardo-antique (Rapport Vermeulen 2011).

819Cette opération, dont le contexte d’intervention a été difficile, allie évaluation et fouille et aborde trois zones mitoyennes épargnées par les travaux d’aménagement : un bâtiment sur solins arasé (zone A), un édifice excavé (zone B) et une série de fosses (zone C).

2.9.1. LES SECTEURS DE FOUILLE

820La zone A, entamée par les terrassements, révèle un bâtiment orienté nord-est/sud-ouest (fig. 369) d’environ 7 m sur 5,25 m, augmenté d’un avant-corps au nord (l. : 4,75 m) et couvrant une surface de 61,70 m2. Aucun niveau de sol ou aménagement n’y est relevé en dehors d’un apport d’argile épais de 5 cm. Les murs sont fondés sur des solins de blocs calcaires jaune liés à la terre (une seule assise est conservée), à l’exception du mur nord formé de petits blocs de teinte grise. On observe deux négatifs de poteaux, l’un dans l’angle sud (diam. : 0,30 m), l’autre contre la face interne du mur nord-ouest. Leur présence conduit les auteurs à supposer que ce bâtiment devait présenter des élévations en matériaux périssables.

821À l’extérieur, immédiatement à l’est, trois « briques » sont alignées de champ, légèrement obliques ; leur orientation diffère de celle de l’édifice. À 10 m au nord, un trou de poteau avec calage de blocs et de « briques » (ces dernières colmatant aussi le fond) est mis au jour (diam. env. : 0,30 m).

822La zone B conserve une stratigraphie plus développée. On y a dégagé une structure de plan rectangulaire d’au moins 5 m sur 3,25 m de côté (fig. 370 et 371), installée sur une « couche de nivellement » de couleur sombre (fig. 374 : US 35). La fouille révèle un bâtiment légèrement excavé dont deux des murs de « dalles blanches non taillées » (fig. 372 et 373 : US 27 et 36) sont conservés sur trois assises et occupent le pourtour du creusement central. Le sol (fig. 374 : US 34) se compose de deux cailloutis superposés d’où plusieurs objets ont été retirés : une fibule émaillée, une bague – un chaton gravé VΛII –, une anse décorée en bronze, un gond en fer, un jeton et des aiguilles en os, de la céramique et une monnaie de Faustine (frappée avant 175). Un empierrement composé de « dalles provenant des murs, de tuiles effondrées en place, de briques, d’un morceau de canalisation en terre cuite » et de nombreux clous de charpente (US 26) jouxte le mur US 27. Le remblai (fig. 374 : US 22/18) qui colmate la structure se compose de très nombreux morceaux de briques crues et de blocs, parfois de grande taille, ou brûlés (calcaire).

823Les auteurs inventorient également, au gré des comblements, des scories métalliques, des objets en bronze (une fibule émaillée, des anneaux, des boucles), en fer (des fragments de serrure, de gond et de serrure, une spatule) ainsi qu’un cadre de miroir en plomb décoré de spirales. La tabletterie est représentée par des aiguilles et un jeton. Quelques terres cuites complètent la liste : une terre blanche modelée (un chien ?), une applique décorée d’une tête féminine grésée noire et un pion. On note aussi deux petits objets en fer, incurvés et prolongés d’un appendice.

824Le niveau d’abandon est percé d’une fosse-dépotoir (fig. 374 : US 17). Son comblement livre également un nombreux mobilier : un fragment de meule, des objets de bronze, dont deux « ornements de placage » ouvragés, un style et un rivet de fixation en bronze, un anneau de cerclage pour canalisation, deux charnières en os, une perle de verre vert, de la céramique et de la faune. Un dernier niveau (US 16) recouvre le secteur B et livre une clef en fer, une monnaie de Trajan (frappée à Rome entre 103 et 111) ainsi que des tessons médiévaux.

Fig. 368 - Anse, Les Carrières : plan général des vestiges et sondages, et emprise de la fouille (levée topographique : Louis Copy et M. Chinal, géomètres-experts ; relevés : équipe de fouille ; DAO : Ch. Ybard, C. Coquidé.

Fig. 369- Les Carrières : plan général des vestiges (relevé : équipe de fouille ; DAO : Ch. Ybard).

Fig. 370- Les Carrières : bâtiment excavé du secteur B en cours de nettoyage (relevé : équipe de fouille ; DAO : Ch. Ybard).

Fig. 371- Les Carrières : vue vers le nord-ouest des secteurs A et B, dont le bâtiment excavé en cours de nettoyage (cliché : équipe de fouille ; DAO : C. Coquidé).

Fig. 372- Les Carrières : bâtiment excavé du secteur B en cours de fouille (relevé : équipe de fouille ; DAO : Ch. Ybard).

Fig. 373- Les Carrières : vue vers le nord-ouest des secteurs A et B, dont le bâtiment excavé en cours de fouille (cliché : équipe de fouille ; DAO : C. Coquidé).

Fig. 374- Les Carrières : coupes du bâtiment excavé du secteur B (relevés : équipe de fouille ; DAO : Ch. Ybard).

825Sur la zone C (fig. 369), des fosses de contours variés, certaines très perturbées par les terrassements ou les pillages, présentent des diamètres n’excédant pas le mètre. Leurs comblements, charbonneux, recèlent un nombreux mobilier : de la céramique, des blocs, des tuiles, de la brique crue brûlée, de la faune, parfois en connexion mais en mauvais état de conservation (porcin, ovin, caprin), ainsi que deux asses de Commode (l’un frappé à Rome entre 184 et 185).

2.9.2. UN SITE PLUS ETENDU

826D’abord associé à la résidence de la Grange du Bief, l’habitat des Carrières doit sans doute être considéré comme un site à part entière se développant sur le versant vers le nord et l’ouest et dont seules quelques structures ont été effleurées par cette intervention d’urgence.

827Le plan masse (fig. 369) montre une forte densité de vestiges sur une surface relativement réduite. Le site associe en effet, sur à peine 150 m2, plusieurs fosses et deux édifices, l’un orienté nord-sud, de plain-pied et bipartite, l’autre surcreusé, dont le profil rappelle celui des édifices excavés à La Citadelle et à Bancillon.

  • 128 Voir l’étude du mobilier céramique ci-dessous, p. 367 : ensemble Anse V.

828En revanche, le site des Carrières diffère sur deux points des autres sites du versant. Ainsi, la quantité et la qualité du vaisselier et des artefacts mis au jour sont ici beaucoup plus importantes, à superficie égale, que dans n’importe quel autre contexte ansois, alors que certaines des fosses du secteur C livrent de surcroît des dépotoirs de faune, absents ailleurs avant la moitié du IIIe siècle. Le second point divergent concerne la fourchette chronologique de cette occupation, soit la seconde moitié du IIe siècle128. À cette période, l’ensemble des sites ansois est à son apogée. On n’y observe aucun remaniement majeur et aucune zone délaissée devenue dépotoir, hors accident localisé (l’effondrement de la pièce F à La Citadelle par exemple).

829Quant à la caractérisation du site, si l’hypothèse d’une villa peut être avancée, d’autres lectures restent à considérer. L’abondance et les caractéristiques du mobilier ainsi que la chronologie originale du gisement pourraient éventuellement signaler des dépôts volontaires à vocation cultuelle. Quelle qu’en soit la lecture, le site bénéficie d’une forte visibilité depuis le bas des terrasses et des cônes de déjection : son point aval est altimétriquement plus haut que les secteurs amont de l’ensemble des autres sites repérés.

830Il reste que cette partie du versant, à 1 km au sud du site de Bancillon et 350 m à l’est de celui de la Grange du Bief, doit être considérée comme un secteur encore inexploré. L’état de la recherche est également lacunaire plus bas sur le versant en direction de l’est. Un seul diagnostic y a été réalisé à ce jour, chemin de la Cressonnière, à 300 m au droit de l’enceinte antique. Aucun indice d’occupation antique n’y a été relevé (section AH, Brianne-sud, parcelle no 144 a, b, c, no 145 a, b, c, d, 147 a : Rapport Frascone 2011).

2.10. LA VILLA DE LA GRANGE DU BIEF (J.-Cl. Béal et R. Tenu, avec la collaboration de D. Frascone)

831La villa de la Grange du Bief à Anse est un ensemble considérable de bâtiments érigé à 900 m environ au sud/sud-est du bourg d’Anse (fig. 142, no 5, fig. coul. 2, ANS. 10 et fig. coul. 36), et suc cessi vement martyrisé au XIXe siècle, quand on entreprit de reconvertir les terres céréalières vers la viticulture, et pendant une partie du XXe siècle, où la villa fut victime de l’urbanisation des zones péri-urbaines.

832De cette villa (fig. 375), on connaît partiellement la résidence elle-même, installée sur un rebord de plateau, et, dans la pente à l’est en direction du Val d’Azergues, les zones de jardins où plusieurs bâtiments ont été reconnus (fig. 376 et 377) ; mais, de sa périphérie occidentale, on n’entrevoit qu’un lambeau à travers les fouilles préventives les plus récentes.

833C’est cet ensemble, dont seuls quelques éléments avaient inégalement fait l’objet de comptes rendus de fouilles, qui est présenté ici.

2.10.1. PRESENTATION GENERALE (J.-Cl. Béal)

2.10.1.1. Historique des découvertes

  • 129 Pour la partie résidentielle, nous avons adopté une numérotation continue des pièces en chiffres ar (...)

834La villa de la Grange du Bief a été mise au jour à la suite de la découverte fortuite de la mosaïque « aux proues de bateaux » en 1843 et au cours de plusieurs campagnes de fouilles, entre 1844 et 1987129. C’est d’abord J.-F. A. Peyré qui, avec l’aide d’A. Comarmond et de la Société française d’archéologie, intervint sur le site entre 1843 et 1846 et découvrit, d’une part, la salle de la mosaïque aux proues de bateaux (salle no 25), dont on saura plus tard qu’elle fait partie de l’aile orientale de la villa, et d’autre part, un groupe de salles (no 1 à 12) pour partie mosaïquées qui constituent presque tout ce que l’on connaît de son aile occidentale. De brefs comptes rendus de fouilles furent publiés (Peyré 1845a et b ; Peyré 1847), que complète un dossier d’archives et de plans conservé à la médiathèque du Patrimoine et de l’Architecture (Rapport Chenavard, Rey 1845). Il permet (Lavagne, Tenu 1985 : 156-158) d’orienter le groupe de pièces sur un axe parallèle à celui du long côté de la salle de la mosaïque aux proues, et de le localiser, puisqu’il mentionne une distance de 43 m entre le mur oriental des salles mosaïquées et la salle de la mosaïque aux proues.

835En 1895, E. Bussy ouvrit une fouille « au quartier des Trois Châtels […] dans sa propriété où étaient des vestiges de villa romaine » (Morel 1925 : 18). Trompée par ce nouveau toponyme, A. Barbet (2008 : 222, fig. 539), en publiant l’un des deux fragments d’enduits peints qui, conservés à l’Archéothèque d’Anse, sont parvenus jusqu’à nous (Blanchet 1913 : 159), a cru qu’il s’agissait d’une autre villa que celle de la Grange du Bief. En fait, E. Bussy ne fut jamais propriétaire, à partir de 1895, à l’ouest du bourg d’Anse, que d’une parcelle « au Bief » (section B, no 239 du cadastre napoléonien), passée plus tard aux mains d’A. Parizot qui devait y faire ses propres travaux : c’est bien dans la même villa qu’E. Bussy et A. Parizot ont fait successivement leurs découvertes. Mais il est douteux que les deux fouilleurs aient travaillé dans la même pièce no 34, au vu des différences que présentent les enduits parvenus jusqu’à nous : il faut peut-être supposer l’existence d’autres salles, inconnues des derniers fouilleurs. De ces travaux à peu près inédits ne subsistent plus, à notre connaissance, ni archives ni mobilier en dehors des fragments d’enduits peints dont nous venons de parler.

836Entre 1964 et 1966, R. Perraud, soutenu par la Société d’archéologie d’Anse, intervient à son tour avec l’aide d’A. Parizot, à l’occasion des décaissements opérés à travers les vestiges en vue d’une rectification du tracé de la rue des Trois Chatels. Ces travaux mettent au jour une partie de l’aile orientale de la villa, incluant la salle de la mosaïque aux proues de bateaux et plusieurs salles (no 22, 23, 24 et 26), à l’arrière d’un portique aux extrémités duquel deux bâtiments s’adossent à l’est (salles no 19 et 20 et salles no 34-35). Deux sondages limités sont menés sur l’aile de liaison méridionale (sondage Z) et dans le jardin intérieur (sondage X). Ces découvertes font l’objet de deux articles minutieux (Perraud 1965, Perraud 1968) dans des revues locales ; conservés dans les archives de l’association « Arts, Civilisation et Patrimoine » d’Anse ou auprès du fouilleur et de ses amis, divers documents complètent la documentation. A. Parizot a fait don à la mairie d’Anse des collections issues de ces fouilles.

837En 1977 et 1978, les travaux reprennent sous la conduite de L. Fraisse, dans des conditions difficiles lors de la création du lotissement de la Dame Blanche, et mettent au jour un corps de bâtiment allongé d’est en ouest, entre les deux ailes antérieurement découvertes (notamment les salles no 14, 17, 21). Un compte rendu est donné de ces travaux (Nos décou vertes 1979 et Fraisse, Perraud, Branche 2002 : 64-69), dans des revues peu diffusées. Nous avons pu retrouver un certain nombre de documents inédits, notamment un plan coté, dans les archives privées Fraisse et Tenu.

838Enfin, devant la menace d’autres lotissements, R. Tenu intervient entre 1981 et 1987 : il ouvre d’abord une série de onze tranchées de reconnaissance. La tranchée no 7 court du chemin de Chiel au bas du site ; les tranchées no 9 et 10 portent sur l’extrémité méridionale de l’aile orientale de la villa et sur les abords de la salle no 34 ; les tranchées no 1 à 6, 8 et 11 constituent la première reconnaissance des terrasses basses à l’est et en contrebas de l’aile fouillée par R. Perraud. Puis il entreprend la fouille extensive de la terrasse 4 (thermes et nymphée), et une première reconnaissance de la zone inférieure. Une partie des vestiges mis au jour a déjà été publiée (Lavagne, Tenu 1985), le reste l’est ci-dessous.

839Ces dernières années, quatre opérations ont eu lieu. Un sondage programmé a été ouvert en 2009 par J.-Cl. Béal dans la parcelle AC 01, no 207, à l’emplacement de la mosaïque découverte en 1843 : les résultats en sont évoqués ci-dessous (p. 307). La même année, C. Coquidé a mené un diagnostic à la périphérie immédiate du site, dans la partie orientale des parcelles AD, no 71, 72, 77, et dans la partie occidentale des parcelles AD, no 78 et 162. Une fouille préventive, conduite par D. Frascone, s’en est suivie en 2010 : nous en donnons ici un bref compte rendu. Enfin, C. Vermeulen a mené un diagnostic en 2011 dans la parcelle A1, no 59 (p. 329-332).

2.10.1.2. Plan général des vestiges de la terrasse supérieure

840Les vestiges du plateau sont aujourd’hui recouverts par des lotissements, alors que la zone orientale est classée au titre des Monuments historiques depuis 1986 ; mais ils n’ont jamais été visibles concomitamment, et la perception qu’on peut avoir du monument qu’ils forment résulte d’un assemblage délicat de plans, auquel se sont essayés avant nous F. Dal Gobbo (Nos découvertes 1979, pl. 2), puis M. Chinal (plan inédit de 1981 : archives G. Ruet), et R. Tenu (Lavagne, Tenu 1985, fig. 2).

841L’assemblage que nous proposons aujourd’hui (fig. 375), un peu différent de celui auquel R. Tenu était arrivé en 1985, résulte de trois observations. La première est que, sur le plan partiel de Chenavard et Rey, est figuré un long couloir à l’ouest duquel s’ouvrent une série de pièces de tailles différentes, pour partie mosaïquées (Lavagne, Tenu 1985), mais qui comporteraient toutes six ouvertures disposées identiquement. À l’est du couloir, le plan suggère que s’amorcerait une autre rangée de salles identiques, non fouillées. Mais nous ne connaissons aucun exemple comparable dans l’élévation des parties résidentielles de villae, où du reste cette combinaison d’un couloir médian et de deux rangées de salles symétriques ouvrant sur lui poserait un problème d’éclairage naturel du couloir : ce n’est pas le cas, évidemment, dans les infrastructures où ce type d’aménagement existe parfois (Lafon 2001a, fig. 110 : villa de Tibère à Sperlonga ; fig. 183 : villa de Sirmione). L’hypothèse d’une rangée orientale de salles non fouillées, et restituées par symétrie, ne doit pas, selon nous, être retenue.

842D’autre part, deux photos des archives privées L. Fraisse montrent que le « grand mur », contre lequel les fouilles de 1977-1978 se sont arrêtées à l’ouest, peut être considéré comme le mur stylobate d’un portique, au pied duquel court, à l’est, un canal de drainage et d’évacuation des eaux de pluie. Ce portique, vu son orientation et sa localisation, peut être identifié au « couloir » des fouilles de 1845. Cette interprétation place le mur oriental des salles mosaïquées à 41 m environ de l’angle nord-ouest du bâtiment qui abrite la salle de la mosaïque aux proues. Or, le réexamen du plan de Chenavard et Rey montre que la distance de « 43 m » dont il fait état est prise du mur oriental de la salle no 12 à l’angle nord-ouest – et non nord-est, comme on l’a cru jusqu’ici – de la salle de la mosaïque aux proues : le contour de la mosaïque, esquissé sur le document, ne laisse pas de doute à ce sujet. On peut considérer qu’entre l’ignorance où nous sommes de l’épaisseur précise des murs et les approximations liées à des mesures que nous prenons sur plan et non sur le terrain, la marge d’erreur est acceptable.

843L’extension de la villa vers le nord n’est pas précisément connue. Il nous manque sans doute une aile de clôture septentrionale dont l’existence est appelée par le prolongement des vestiges vers le nord, au-delà de l’aile fouillée en 1977-1978 : à l’extrémité septentrionale de ses fouilles, R. Perraud a mis au jour un segment limité du mur de fond du portique oriental et peut-être une antichambre, qu’on ne connaît que par une unique mention (Perraud 1968 : 7, pl. 1).

844Il est vraisemblable en revanche que l’aile de liaison méridionale marque à peu près la fin de la villa au sud : en tout cas, la résidence ne se prolonge pas dans l’emprise des sondages menés par C. Coquidé et D. Frascone.

845Vers l’est, les travaux de R. Tenu ont porté essentiellement sur des bâtiments extérieurs au corps principal de la villa que limite à l’est le portique dégagé par R. Perraud ; à l’ouest, le plan partiel de Chenavard et Rey suggère que la rangée des salles découvertes par Peyré était doublée par une autre série de pièces, qui devrait ouvrir sur un portique : l’existence même du couloir no 6 va dans ce sens. Ainsi, la résidence de la villa de la Grange du Bief apparaît-elle d’une part comme une demeure à galerie de façade et pavillons d’angle – ce que R. Perraud (1965) avait bien vu – : ce type, caractérisé d’abord par K. M. Swoboda (1919) et A. Grenier (1934 : 798-802) puis P. Gros (2001 : 326), est connu aussi sous diverses autres appellations (Portikusvilla mit Eckrisaliten, winged corridor house, villa a loggia frontale) ; il est bien diffusé en Occident à partir de l’extrême fin du Ier siècle ap. J.-C., et a donné des villae de grande extension, comme celle de L’Hostée à Basse-Wavre (Belgique : Brulet 2008 : 297-299) dont la façade portiquée est longue de 130 m. Mais le portique oriental est doublé en profondeur à l’ouest par un second portique ; entre ces deux ensembles, deux ailes de liaison sont localisées. Entre les ensembles construits, des cours et jardins sont disposés. On connaît d’autres villae dont le parti architectural est comparable, à Orbe (Vie de palais 2001 : 340-345) d’abord, mais aussi, par exemple, à Wittlich (Cüppers 1990 : 671-672), ou, en France, à Trebillane (Monguilan 1982 : 194), à Plassac (Sion 1994 : 102-103, fig. 48 : état des IIe -IIIe siècles) et Castelnau-Barbarens (Colleoni 2009 : 262, fig. 3) [fig. 378].

Fig. 375- Anse, La Grange du Bief : plan général restitué de la villa (mise au net : E. Regagnon).

Fig. 376- La Grange du Bief : coupe ouest-est de la partie orientale de la villa, de la salle no 29 jusqu’à la zone inférieure (dessin et mise au net : E. Dumas).

Fig. 377- La Grange du Bief : coupe ouest-est de la partie médiane de la villa de La Grange du Bief entre la salle no 25 et les thermes (dessin et mise au net : E. Dumas).

  • 130 Pour comparer commodément aussi, à échelle identique, l’emprise de la pars urbana de la Grange du B (...)

846Au total, la résidence a une superficie minimale de 1,3 ha, cours et jardins intérieurs compris, et l’adjonction des jardins extérieurs porte la surface de l’ensemble de la pars urbana à 3,3 ha. Elle se range donc parmi les très grands ensembles de la Gaule romaine (fig. 379)130.

Fig. 378- Plans comparés de la villa de la Grange du Bief et d’autres grandes villae provinciales : Plassac (Fr., Gironde), Le Taros à Castelnau-Barbarens (Fr., Gers), Orbe (Suisse, Vaud), La Trebillane (Fr., Bouches-du-Rhône), Wittlich (Allemagne, Rhénanie-Palatinat) [dessin et mise au net : M. Lagrange].

2.10.1.3. Place de la terre dans la construction

847L’ampleur du bâtiment, la richesse de son décor peint et mosaïqué n’empêchent pas que les moellons de pierre et le mortier de chaux n’en soient pas les seuls matériaux constructifs. R. Perraud en effet (1965 : 19, note 19) a noté que, dans le comblement de la salle no 34, figuraient des « briques dites crues » larges d’« un pied », épaisse de 7 cm, où il a observé « la présence de paille (?) hachée pour assurer la cohésion ». Il les a comparées à celles qui avaient été signalées à Lyon dans les fouilles de l’Externat Sainte-Marie (Le Mer, Chomer 2007, no 448 : 798). C’est de la fonte de ces briques que provient sans doute l’« énorme quantité d’argile stérile » qui fait partie du remblai de la salle no 34, et celle dans laquelle est pris (Rapport Perraud 1967 : 2) le parement oriental du stylobate du portique. A. Parizot (Rapport Parizot 1966 : 5) en a également signalé dans la salle no 24. Enfin, des fragments de torchis brûlés ont été signalés dans les fouilles de R. Tenu. Nous avons déjà rencontré régionalement ces deux modes de construction, tant à Ludna que, sur la rive gauche de la Saône, dans la grande villa de Reyrieux (voir p. 105).

Fig. 379- Superficies comparées de la villa de la Grange du Bief et d’autres grandes villae provinciales : Mienne (Fr., Eure-et-Loir), Montmaurin (Fr., Haute-Garonne ; « premier état » selon Fouet 1969), Nennig (Allemagne, Sarre), Velaines-Popuelles (Belgique, Hainaut), Teting (Fr., Moselle), Saint-Cricq-Villeneuve (Fr., Landes) et Basse-Wavre (Belgique, Brabant Wallon) [dessin et mise au net : M. Lagrange].

2.10.2. LA RESIDENCE (J.-Cl. Béal)

848La description des vestiges de la résidence est conduite à partir de la documentation publiée et du réexamen des plans et des photos retrouvés dans les diverses archives que nous avons pu consulter. Nous traiterons successivement (fig. 380) de chacune des ailes qui se développent sur le plateau, puis de la terrasse no 1 qui est étroitement associée à l’aile orientale. Les jardins des terrasses inférieures et les bâtiments qui y sont construits seront évoqués ensuite.

2.10.2.1. Les vestiges de la terrasse supérieure

L’aile occidentale

849Après la découverte, en 1843, de la mosaïque aux proues de bateaux, Peyré met au jour, « à 43 m de distance à l’occident » de cette dernière et sur le plateau, un ensemble de pièces qu’on connaît par le plan qui en a été fait alors par Chenavard et Rey. Le portique no 13, considéré sur le plan comme un couloir, est large de 2,90 m environ, largeur assez courante des portiques d’habitat, et inférieure à celle du portique oriental no 18, plus monumental (4,40 m). Il a été dégagé sur 61 m environ par Peyré, mais il se prolonge vers le sud, en direction de l’aile de liaison méridionale : nous avons pu recueillir une information orale qui explicite un détail de l’un des plans publiés (Fraisse, Perraud, Branche 2002 : 68-69, repris dans Faure-Brac 2006 : 148, fig. 47 ; l’assemblage des plans est faux), en attestant la présence d’une pièce mosaïquée à l’ouest du carrefour de la rue de Trois Châtels et du chemin de Chiel (feuille AC 01, parcelle no 269) : elle s’intègre parfaitement dans la suite des pièces dégagées par Peyré à l’ouest du portique no 13.

Fig. 380- Anse, La Grange du Bief : localisation des espaces mosaïqués ou bétonnés et des hypocaustes (dessin et mise au net : E. Dumas).

850Sur ce portique en effet ouvraient, selon le plan de Chenavard et Rey, sept portes qui donnaient accès aux salles. On rencontre d’abord, du sud au nord, six salles qui ont toutes la même profondeur de 9,50 m environ. De la salle no 12, on ne connaît que l’extrémité septentrionale ; les salles no 9 et no 11 sont larges de 4,50 m, alors qu’entre elles la salle no 10 atteint 7 m de largeur. La largeur de la salle no 8 serait de près de 10 m, et celle de la salle no 7 de près de 9 m : ces deux pièces font partie des grandes salles de la résidence. Toutes ces pièces communiqueraient entre elles par deux portes ouvertes près des angles. Trois de ces salles au moins (no 9, 10, 11) s’ornaient d’un tapis mosaïqué (Stern, Blanchard-Lemée 1975, no 176 à 178 : 35-36, pl. IX) daté du milieu du IIe siècle (mosaïque de la salle no 10 : Lavagne, Tenu 1985) ou de la seconde moitié du IIe siècle (mosaïque de la salle no 9 et no 11 : Lavagne, Tenu 1985) ; les traces d’une autre mosaïque très détruite ont été retrouvées « à quelques pas de là ». La nature des sols des autres pièces et du portique n’est indiquée nulle part. Des éléments sculptés sur pierre, aujourd’hui disparus, ont été signalés (Faure-Brac 2006 : 147).

851L’altitude absolue de ces niveaux de circulation, trouvés « à 0,60 m de profondeur », n’est pas connue. On notera cependant que l’altitude maximale conservée du stylobate du portique no 13, mesurée en 1977 (plan Chinal), est de 190,39 m en face de la salle no 8.

852Au nord de la salle no 7 s’ouvre un couloir no 6 étroit (2 m environ), perpendiculaire au portique avec lequel il communique par une porte. Ce couloir semble du reste souligner une articulation forte du bâtiment puisqu’il se trouve au raccord entre l’aile de liaison septentrionale et l’aile occidentale.

853Au nord du couloir, la salle no 5, profonde de 9 m aussi et large de 6 m environ, serait accessible depuis le couloir no 6, mais ne communique ni avec le couloir principal no 13, ni avec la salle no 4 qui lui est mitoyenne. Elle ouvre en revanche sur les deux petites pièces no 2 et no 3, larges de 4 m environ, et percées chacune de quatre portes, dont l’une les met en communication avec l’extrémité reconnue d’une dernière salle no 1.

854À l’ouest de cette rangée de pièces, le plan de Chenavard et Rey suggère, de manière peut-être simplificatrice, qu’existe une seconde rangée de salles de même largeur et dont on ne sait rien d’autre.

855Le stylobate du portique occidental no 13 a été vu en 1977 (fig. 381). Il a été dégagé au moins sur 12,50 m au sud de l’aile de liaison septentrionale. « Sur un point rapproché des trois mosaïques [à 3 ou 4 m au sud selon Perraud 1968, renvoyant à Peyré, Lettre à Comarmond du 28 nov. 1845 : les trois mosaïques sont celles des pièces no 9 à 11], des débris de colonnes en terre cuite colorée, alternés avec des bases et autres fragments de colonnettes ou balustres en marbre blanc, encore assis à la place qu’ils avaient primitivement occupée, semblaient indiquer la position de l’atrium précédant l’habitation » (Peyré 1847 : 468) : on a plus vraisemblablement affaire ici à la colonnade et au décor du portique occidental, comparable, avec ses colonnes construites et stuquées, à celles du portique oriental que R. Perraud fouillera plus tard, ou à celles de la terrasse inférieure que fouillera R. Tenu.

856Au pied du stylobate, un caniveau no 16 (Fraisse, Perraud, Branche 2002 : 66) court à l’extérieur du portique. Sa partie la plus méridionale a sans doute été mise au jour par A. Parizot dès 1967, près du carrefour entre la rue des Trois Chatels et la voie d’Asa Paulini, dans les parcelles AC 01, no 200-201 (doc. manuscrit, archives du SRA de Rhône-Alpes). Large de 0,22 m, selon les observations de 1977-1978, il est fait (fig. 382) de deux parois en moellons de calcaire maçonnés, posés sur des briques de terre cuite (0,41 x 0,27 m ; ép. : 4 à 5 cm) placées transversalement sur un lit de mortier ; les parois recouvrent donc les briques sur une largeur variant de 7 à 13 cm. Vingt-et-une de ces briques ont été déposées à l’Archéothèque d’Anse : ce sont des « tegulae mammatae du groupe 2 » d’A. Bouet (1999 : 22-28), équipées d’une unique protubérance sur la face supérieure lissée. La protubérance, parfois très écrasée, a le plus souvent été ici détruite d’un coup de burin avant la mise en œuvre. Ces briques, dont dix-sept sont marquées de deux incisions parallèles, et une seule d’un x incisé (Rapport Fraisse 1978 : 4), sur la tranche du petit côté où se trouve la protubérance, sont peut-être là en réemploi. Sur le sommet des parois du caniveau, dont la plus occidentale est adossée au stylobate sur une bonne partie du trajet du canal, sont scellées des dalles irrégulières de calcaire qui en forment la couverture, tout en permettant les arrivées d’eau des toitures. L’écoulement de l’eau se fait du sud vers le nord, le fond du caniveau étant à 189,91 m d’altitude en face de la pièce no 9, et à 189,79 m au raccord avec un second caniveau, no 15. À cinq mètres en effet au sud de l’aile de liaison septentrionale, le premier caniveau s’écarte obliquement du stylobate du portique pour se jeter dans le second, qui vient du sud-est. Il est fait « en pierres blanches maçonnées à la chaux, recouvert de pierres plates » (Rapport Fraisse 1978 : 4), et s’engage sous l’aile de liaison septentrionale.

Fig. 381- La Grange du Bief : stylobate du portique occidental no 13 de la villa en cours de dégagement : vue en direction du nord (cliché : archives L. Fraisse).

857Il semble qu’au raccord entre l’aile occidentale et l’aile de liaison septentrionale, le portique devienne ponctuellement un couloir et le stylobate, le mur de clôture de l’aile de liaison. Ils retrouvent leur fonction première plus au nord, où le stylobate a été à nouveau dégagé en 1977 sur une douzaine de mètres. On sait, par une photo et un document des archives L. Fraisse, que la face orientale du stylobate s’ornait de fresques identiques à celles qui couraient sur le mur septentrional de l’aile de liaison (voir p. 301). À la base de la plinthe jaune, la paroi présente un épaississement qui doit correspondre à un ressaut de fondation, qui a été déchaussée par un engin mécanique sur une quinzaine de centimètres. On y voit une terre argileuse brune succéder à une couche de démolition où se mêlent fragments de tuiles et débris de mortier. On y constate en outre que l’altitude maximale conservée du mur stylobate, qui n’est pas indiquée sur les documents dont nous disposons, décroît vers le nord ; mais la limite de fouille est atteinte avant la fin du mur.

L’aile orientale

858À l’exception de la mosaïque « aux proues de bateaux », elle a été principalement fouillée sous la direction de R. Perraud (Perraud 1965, Perraud 1968). Elle est parallèle à l’aile occidentale, et s’élève sur le rebord du plateau.

859La découverte principale de R. Perraud est celle d’un portique (no 18 et 27) large de 4,40 m, (soit 15 pieds romains de 0,296 m : Perraud 1965 : 21) entre le stylobate à l’est et le mur de fond à l’ouest. Cette largeur est importante pour un portique d’habitat (Béal 2002 : 296, et note 31 ; Bouet 2003 : 151). Son niveau de sol n’était apparemment conservé nulle part.

  • 131 Certains fragments ont été consolidés sur la fouille et déposés à l’Archéothèque d’Anse.

860Comme Peyré l’avait fait dans le portique occidental, et R. Tenu sur la terrasse inférieure de la villa, R. Perraud (1965 : 26) a retrouvé, au moins dans sa partie septentrionale, et à un espacement de quatre à cinq mètres, trois fragments de parties basses et rudentées de colonnes construites et stuquées, d’un diamètre de 0,62 m environ ; un quatrième a été trouvé plus au nord. Elles étaient faites à partir de briques (ép. : 5 cm) en quart-derond d’un rayon de 0,24 m, assemblées à joints croisés au mortier blanc, parfois complétées de briques en demi-rond, et recouvertes d’une première couche de mortier blanc fin (ép. : 4 cm environ), puis d’une seconde couche de mortier de tuileau fin (ép. : 1,5 cm environ) qui recevait une pellicule de stuc blanc (fig. 383). Le fragment de fût le plus long atteint un mètre environ131.

Fig. 382- La Grange du Bief, aile occidentale de la résidence : tronçon du caniveau longeant le stylobate du portique no 13 (cliché : archives L. Fraisse).

  • 132 Le seul fragment architectural provenant des fouilles d’A. Parizot et R. Perraud est un chapiteau d (...)

861Développé à partir de la fin du IIe siècle av. J.-C. en Italie, le recours à des colonnes en briques stuquées est ensuite très courant, tant en Italie (Adam 1989 : 168-169) qu’en Gaule romaine : R. Perraud (1965 : 33, note 83) connaissait déjà les exemples bourguignons de Barizey, Jugy, et de la villa de Belné à Tournus (Rebourg 1994 : 230 : no 218, 429 : no 510, 464 : no 537 ; plus généralement, et pour l’habitat urbain : Vipard 2007 : 241). Il ne nous est parvenu aucun élément de base ou de chapiteau de colonne132, soit qu’ils aient tous été récupérés, soit qu’ils aient été fait dans d’autres matériaux plus fragiles, ou encore que le portique n’en ait jamais comporté. La pose de fûts de colonnes construites directement sur le stylobate, sans l’intermédiaire d’une base, est attestée en effet aussi bien en Italie (nombreux cas à Ostie et à Pompéi) qu’en Gaule romaine, à Lyon par exemple, dans le péristyle de la maison des Masques (Desbat et al. 1984 : 45-47 : construction vers 40 ap. J.-C.). Des chapiteaux de stuc sont d’autre part connus au sommet de la colonnade qui orne le jardin de la domus de la rue Vigne-de-Fer à Limoges (Loustaud 2000 : 203, fig. 64).

862Nous ne savons pas quel rapport la salle no 21, fouillée en 1977-1978 par L. Fraisse, entretient avec ce portique qu’elle barre à son extrémité septentrionale. Cette pièce est rectangulaire et allongée (18,40 x 7,50 m selon Fraisse, Perraud, Branche 2002 : 64) dans le sens nord-sud. D’après des photos inédites des archives L. Fraisse, son mur occidental, conservé en élévation sur une vingtaine de centimètres au mieux, est relativement mince ; il est interrompu par un seuil, fait de deux dalles de pierre, qui n’est pas reporté sur les plans que nous avons pu consulter. Aucun sol n’a été reconnu. La pièce se termine au nord « par une absidiole de 3 m de diamètre », (Fraisse, Perraud, Branche 2002 : 64, fig.), au demeurant désaxée vers l’ouest. Aucune altitude absolue ne nous est connue pour cette pièce.

Fig. 383- La Grange du Bief : fragment de colonne construite trouvé à proximité du portique oriental no 27 de la villa (cliché : R. Perraud).

863Le stylobate du portique a été suivi par des sondages ponctuels sur environ 140 m, entre le pavillon no 36 au sud et la salle no 21. Le mur se prolonge ensuite encore vers le nord, où des salles lui sont adossées à l’est et à l’ouest. Son élévation, large de 0,80 m, formait un mur de soutènement dont le parement oriental était visible (fig. 384) : il a été observé au nord, devant la salle no 21, sur plus de 0,60 m de hauteur (Perraud 1968, photo 2), et le passage de la fondation à l’élévation est perceptible par un ressaut de la maçonnerie dans un petit sondage conduit en face de la salle PER II (Perraud 1965, pl. 1, coupe C -D ; Fraisse, Perraud, Branche 2002, photo de la p. 62). Plus au sud, à une vingtaine de mètres de la salle no 34, R. Perraud (1968 : 17-18, sondage d) a observé que le stylobate avait été détruit à partir de l’est et depuis la terrasse no 1 inférieure ici de plusieurs mètres comme nous le verrons.

864Le mur stylobate sert donc de mur de terrasse, retenant derrière lui, à l’ouest, un niveau de circulation supérieur dans le portique, logiquement à peu près à la même altitude que la salle de la mosaïque aux proues de bateaux (no 25), soit vers 190,47 m. La hauteur de ce mur de terrasse s’accroît du nord au sud du fait du relief, sans qu’en l’état actuel des fouilles on sache si le niveau de circulation supérieur est partout soutenu par un remblai adossé au mur de terrasse, ou si, dans sa partie méridionale, ce niveau de sol est soutenu par un cryptoportique. À ce mur de terrasse sont apparemment liés, au sud, les murs du pavillon no 36, tandis qu’au nord, seul, nous le verrons, le mur méridional de la salle no 20 peut être contemporain de la construction du stylobate.

865Le mur de fond du portique a une largeur en élévation de 0,60 m à son niveau d’arasement ; mais contre le bord septentrional de la tranchée actuelle de la route des Trois Chatels, un mur large de 0,80 m, ayant un aspect de fondation, est posé sur l’élévation antérieure, ce qui témoigne d’une reprise ponctuelle du portique. En revanche, les murs latéraux des salles no 22 à 24 sont liés à l’élévation primitive du mur de fond (Perraud 1965, pl. 1). Les coupes de R. Perraud (1965, pl. 1, coupe n-n’) montrent que, devant la salle no 24, il est conservé sur plus de cinq assises d’élévation enterrée, sans que le ressaut de fondation soit atteint, preuve encore d’une construction du portique à partir d’un niveau bas du terrain antérieur.

866R. Perraud a pu fouiller l’infrastructure de la salle no 23, et une partie au moins de l’infrastructure du groupe de salles no 22, no 24, et no 26. L’épaisseur des murs est de 0,60 m ; les murs sont liés entre eux comme au mur de fond du portique. Aucune amorce de mur vers l’ouest ou le nord n’est signalée. R. Perraud considère comme antique un segment de mur d’orientation est-ouest qui court parallèlement au mur septentrional de la salle no 25 et à cinq mètres de lui ; mais sa jonction éventuelle avec l’aile orientale n’a pas été observée.

867Au nord, la pièce no 22 est une salle rectangulaire de 6,80 m par 3,60 m hors tout, dans le mur de fond de laquelle s’ouvre, à l’ouest, une exèdre médiane semi-circulaire, de 2,60 m de large, dont le fond n’a pas été dégagé. La salle no 23, qui lui fait suite au sud, est une salle rectangulaire de 7,40 m par 3,90 m entre les murs, dans le mur de fond de laquelle s’ouvre, à l’ouest, une autre exèdre médiane semi-circulaire de 3,10 m par 1,40 m (fig. 385). Le ressaut de fondation apparaît cinq assises sous le niveau d’arasement dans l’exèdre, où une coupe a été levée, contre deux assises dans la pièce no 22, pour un niveau d’arasement identique. La pièce a donc été construite, plus nettement que sa voisine, en élévation enterrée.

Fig. 384- Mur stylobate du portique oriental (cliché : R. Perraud).

868Ces deux salles à abside doivent être des pièces d’agrément, qui profitent à la fois de la vue vers l’est au-delà du portique, mais aussi, comme le rappelle Pline le Jeune (Lettres II, 85, 9), de la lumière et de la chaleur du soleil d’après-midi par les fenêtres qui pouvaient être ménagées dans leurs exèdres. Les salles à abside n’apparaissent guère dans l’architecture privée de Gaule romaine avant le début du IIe siècle ap. J.-C. (Morvillez 2011) ; elles sont généralement plus profondes que larges, comme la salle no 22 et à l’inverse de la salle no 23. Il est peu probable, vu l’exiguïté de ces absides, que des lits de table y aient été installés, tels que la mode s’en développe surtout au cours du IIIe siècle (Morvillez 1996 ; Balmelle 2001 : 159-164, 171-172).

869La salle no 24 serait une pièce rectangulaire longue de 12,80 m, si du moins la mise au jour en a été complète, ce qui n’est pas le cas en 1964 (Perraud 1965 : 23) et est donné pour acquis en 1968 (Perraud 1968, plan de la p. 6). Sa largeur atteint 3,90 m, comme celle de la salle no 23 dont elle est mitoyenne (fig. 385). Le sol de la pièce est un « pavement grossier à petits galets incorporés, simple béton employé en extérieur » selon R. Perraud (1968 : 8) : il s’agit sans doute en fait d’un sol de terrazzo, et en tout cas pas d’un support de mosaïque. Il n’est conservé que contre le mur méridional, où nous avons cru reconnaître sur photo (fig. 386) la présence d’un quart-de-rond d’étanchéité le long du mur ; il a disparu plus au nord dans l’emprise du chemin no 16. La présence d’une porte dans le mur méridional de la pièce n’est pas assurée (Perraud 1968 : 8). L’intérieur de la salle était « bourré de débris de tegulae normalement cuites, d’autres vitrifiés, de charbon de bois, d’argile rouge à brique » : R. Perraud a peut-être fouillé là les remblais apportés pour niveler le terrain avant l’installation de sol de la pièce. « Une petite construction rudimentaire [k], en pierres non cimentées, a été constatée dans l’angle Nord-Est » (Perraud 1965 : 23 et pl. 1) ; sa nature reste indéterminée. En tout cas, on ne peut pas retenir l’hypothèse avancée par R. Perraud (1965 : 32) qui voulait voir dans cette pièce, à l’imitation de ce qui a été proposé pour la villa de l’Hostée à Basse-Wavre, un espace extérieur et « un jardinet ».

870La salle no 26 est une salle rectangulaire large de 3,90 m d’est en ouest, formant l’antichambre de la pièce no 25 ; elle doit avoir la même longueur qu’elle. De la mosaïque qui devait occuper toute la salle (Perraud 1968 : 8 [mosaïque M 8] ; Stern, Blanchard-Lemée 1975, no 180 : 87, pl. V et XI), reste seulement une « bordure de mosaïque à cubes blancs » encore conservée, au même niveau que le sol de la pièce no 24, contre son mur septentrional où elle est prise sous un quart-de-rond d’étanchéité, rare témoin d’une reconstruction. Un lambeau de revêtement du mur septentrional, épais de 5 cm, est encore en place ; le mur lui-même est conservé en élévation sur 0,40 m à la base de l’abri construit à l’initiative de J.-F. A. Peyré sur la mosaïque de la salle no 25 (fig. 386).

871La salle no 25 est accessible depuis le portique par l’antichambre no 26. Elle est ornée d’une mosaïque (Stern, Blanchard-Lemée 1975, no 175 : 30-35, pl. V à VII et IX) à décors géométriques entourés d’une bande périphérique ornée de navalia et de proues de bateaux qu’H. Lavagne (Lavagne, Tenu 1985 : 165) date de la première moitié du IIe siècle.

872Les dimensions précises de la pièce sont difficiles à établir. Dans le sens est-ouest, l’abri construit par Peyré pour protéger la mosaïque est posé sur le mur occidental, ainsi que sur le mur septentrional, dont trois assises d’élévation, sectionnées à l’est, sont visibles à la base du mur de Peyré : la dimension est-ouest de l’abri prise extérieurement (10,30 m) est donc un peu inférieure – dans son extension vers l’est – à la largeur de la pièce antique, comme le montrait encore, approximativement, le plan de R. Perraud en 1965. La restitution graphique de la mosaïque (Stern, Blanchard-Lemée 1975 : pl. IX) montre d’ailleurs une largeur de 11,35 m environ. Dans le sens nord-sud, R. Perraud a retrouvé deux lambeaux du mur qui fermait la pièce à l’ouest : l’un à deux mètres et l’autre à cinq mètres de l’angle sud-ouest de l’abri : plus au sud, les structures sont détruites. Peyré (1847 : 466) évaluait la longueur de la mosaïque à 16 m au moins et acquit, pour la préserver, un terrain long de 18 m. La restitution graphique proposée par H. Stern et M. Blanchard-Lemée (1975 : pl. IX) fait apparaître une longueur de 16,60 m environ.

Fig. 385- Salle no 22 de l’aile orientale, vue de l’est ; les vestiges sont conservés en dessous des niveaux de sol (cliché : R. Perraud).

873À quelques centimètres sous le niveau actuel, le niveau de circulation antique dans la pièce est identique à celui des salles no 24 et 26 et. Les lambeaux retrouvés du mur occidental nous assurent que la pièce ne comportait pas d’abside, comme les pièces voisines no 22 et 23.

874Cette pièce rectangulaire, de quelque 188,41 m2, est mise en valeur, selon un schéma assez habituel (Gros 2001 : 327), par sa position médiane dans l’aile orientale, même s’il n’est pas démontrable qu’elle en occupe le strict milieu géométrique : on l’observe ainsi dans la villa d’Haccourt (Belgique), où une grande salle rectangulaire (150 m2 environ), en position médiane, est entourée d’une cour et d’un portique et précédée d’un vestibule formant une avancée par rapport au portique (Brulet 2008 : 427-428, fig. 265). De même, à Konz (Allemagne), on trouve une grande salle médiane A, mosaïquée, à abside, d’une superficie de 142 m2 (Neyses 1987 : 13-16, fig. 5), tandis qu’à Echternach (Luxembourg), la même place est occupée par une grande salle rectangulaire à bassin, d’une superficie de 131,25 m2 (Metzler, Zimmer, Bakker 1981 : 31-37) ; elle n’atteint que 77 m2 dans la villa de Pont d’Oly à Jurançon (France : Balmelle 1980 : 154-155 ; Balmelle 2001 : 356, fig. 272-273). La pièce est précédée d’une antichambre comme dans les villae de l’Hostée à Basse-Wavre (Belgique : Brulet 2008 : 297, fig. 36) ou de Nennig (Allemagne) où la salle médiane (162 m2) est décorée d’une mosaïque à scènes de gladiature (Grenier 1934 : 861, fig. 317). La salle de réception no 25 entre dans le groupe des « très grandes salles entre 140 et 160 m2 » dont C. Balmelle (2001 : 157) note qu’il perdure dans l’Antiquité tardive – où parfois certaines salles atteignent des superficies très supérieures.

Fig. 386- Aile orientale : mur de séparation entre la salle no 24 à droite et la salle no 26 à gauche ; au second plan, posé sur un mur antique, le bâtiment construit par J.-F. A. Peyré pour protéger la mosaïque aux proues de bateaux (cliché R. Perraud).

875Au-delà des salles no 25 et 26 en direction du sud, les sondages ponctuels de R. Perraud lui ont permis de suivre le stylobate, mais on ne connaît rien des salles qui pouvaient ouvrir sur le portique dans ce secteur.

L’aile de liaison septentrionale

876Elle a été fouillée sous la responsabilité de L. Fraisse, dans des conditions difficiles, en marge d’un vaste chantier de lotissement de tout le plateau : la qualité des observations s’en ressent et il est inutile d’entrer ici dans une description très détaillée.

877Perpendiculairement au stylobate du portique occidental, deux murs parallèles partent vers l’est, à 10,20 m l’un de l’autre (Fraisse, Perraud, Branche 2002 : 65), et délimitent un corps de bâtiment, sous le sol duquel passe le caniveau no 15. Rejoint par le caniveau no 16 qui longe le stylobate du portique occidental, il s’écoule vers le nord : l’altitude de son fond passe de 189,70 m à proximité du raccord avec le caniveau no 16, à 189,42 m immédiatement au nord du corps de bâtiment.

878Le mur méridional de l’aile de liaison est connu sur une vingtaine de mètres. À son raccord avec le stylobate, une dalle de pierre (alt. sup. : 190,18 m) formait sans doute, au-dessus du caniveau no 15, un linteau destiné à éviter que le mur ne fléchisse.

879Le mur septentrional a été dégagé sur 53,50 m (fig. 387). Les photos des archives L. Fraisse suggèrent que, dans sa partie orientale, un état plus récent se superpose peut-être à un état antérieur. Dans sa partie occidentale, il était orné, sur son parement septentrional, de peintures murales conservées sur 0,35 m de hauteur, jusqu’à l’altitude maximale de 189,92 m : on y a distingué des figures anthropomorphes et des oiseaux, séparés par des plantes (Fraisse, Perraud, Branche 2002 : 66), et surmontant une plinthe jaune. Il est identique au décor signalé sur le parement méridional du stylobate du portique occidental (voir ci-dessus p. 298), ce qui, en l’absence de toute observation stratigraphique, montre au moins que l’aile de liaison et l’aile occidentale ont bien coexisté à un moment au moins de leur histoire. Selon le fouilleur, ces décors ornaient le mur de fond d’un portique ouvrant au nord, et dont cependant manque le stylobate. On a sans doute plutôt affaire à la clôture d’un jardin limité par un portique à l’ouest et un mur de fond au sud, et dont en tout cas, le niveau de circulation se trouvait vers 189,57 m.

Fig. 387- Mur nord de l’aile septentrionale avec son ressaut de fondation légèrement oblique : vue en direction de l’ouest (cliché : L. Fraisse).

  • 133 Le bloc est actuellement conservé dans les collections de l’Archéothèque d’Anse.

880À l’extrémité occidentale du corps de bâtiment, se distingue la petite pièce (3,56 x 2,32 m) no 14 (fig. 388), qui occupe le coin nord-ouest du bâtiment, et pour laquelle on possède une assez bonne documentation (Nos découvertes 1979 : 8-10 ; Fraisse, Perraud, Branche 2002 : 65, plan détaillé inédit dans les archives L. Fraisse, nivellement sur le plan Chinal inédit). Une pierre de seuil, à crapaudine et glissière pour un vantail mobile (fig. 389) donne accès à la pièce, à 190,33 m d’altitude. C’est une dalle en calcaire de Lucenay (selon Rapport Fraisse 1978), longue de 1,50 m, large de 0,60 m, épaisse de 0,25 m133. Dans son angle sud-ouest, elle est creusée d’un logement de crapaudine (diam. : 0,10 m ; prof. 0,05 m), et d’une engravure en quart de cercle qui permet la manœuvre d’un battant de porte de 0,58 m, ouvrant vers l’intérieur. De là part une saignée longue de 0,77 m, large de 0,045 m, profonde de 0,03 m, où pouvait prendre place un vantail démontable. Il n’y a pas de trace creusée dans le bloc d’un système de verrouillage. Contre le bord interne du bloc, on remarque deux creusements larges de 6 à 7 cm et longs d’une quinzaine de centimètres ; mais ils pourraient être accidentels. Cette pierre de seuil appartient au type D1b des seuils à rainure longitudinale et porte latérale à gauche de la typologie d’A. Bouet (1994 : 34). Ce type de seuil est souvent employé dans des boutiques, où le vantail démontable permet de protéger le comptoir pendant les heures de fermeture ; mais il en existe aussi dans les habitats. Les parois de la pièce sont habillées de mortier de tuileau, ainsi que le sol, en pente douce (entre 190,32 m au sud et 190,14 m contre le mur occidental par exemple) en direction d’un réceptacle (fig. 388) situé à la verticale du canal no 15 dans la partie septentrionale de la pièce. Large de 0,70 m, il ne s’étend pas sur toute la largeur de la pièce, laissant contre les murs une réserve large de 0,10 à 0,20 m. Son fond, incurvé, atteint la profondeur de 189,42 m en rencontrant le caniveau no 15 qui passe à la même altitude sous la pièce, et s’écoule vers le nord : il lui est perpendiculaire. À son entrée dans le réceptacle, ce caniveau est large de 0,30 m environ, pour une hauteur de 0,20 m environ. Les fouilleurs ont noté qu’il en ressortait « plus large en direction du nord » (Fraisse, Perraud, Branche 2002 : 65). Les fouilleurs avaient envisagé que cette salle pût être une « salle de sudation des bains privés de la villa » (Nos découvertes 1979 : 10) : cette hypothèse ne peut plus être retenue. Il faut voir plutôt dans cette pièce un vidoir destiné à l’évacuation des ordures ménagères par les eaux du caniveau, comme on en connaît à Talencieux (Ardèche) et Nîmes, où une fonction secondaire de latrines est envisagée (Béal, Lucas 2011 : 218).

Fig. 388- Aile septentrionale : salle no 14 selon un document des archives L. Fraisse (le nord est à droite ; pas d’échelle indiquée sur le document).

881La chasse d’eau serait alimentée par les eaux intermittentes venant du caniveau no 16 qui doit recueillir les eaux de lessivage des sols et les eaux de pluie, et par celles qui viennent du caniveau no 15, peut-être le trop-plein d’un bassin de jardin. Au reste, on voit bien l’intérêt d’un sol incliné pour nettoyer régulièrement la pièce no 14 à grande eau. L’identification de cette pièce comme vidoir ménager amène à définir ses abords comme un espace de service de la villa.

882À l’extrémité orientale du corps de bâtiment, a été mise au jour une salle no 17 (fig. 390), « de 11,7 m par 8,6 m » (Fraisse, Perraud, Branche 2002 : 64), sur hypocauste à canaux (l. : 0,55 m). Elle est architecturalement liée au grand mur septentrional du bâtiment, qui lui sert de mur de clôture au nord. Le niveau de circulation dans la pièce a partout disparu, et son mur périmétral (l : 0,70 m) est conservé au mieux jusqu’à 189,69 m d’altitude, dans l’angle sud-ouest. Un premier canal de chauffage court le long des murs périmétraux de la pièce, et un second traverse la pièce obliquement dans sa moitié occidentale, reliant deux branches du canal latéral. S’il est plus fréquent que le canal oblique parte de deux angles opposés de la pièce (Degbomont 1984 : 122), une disposition comparable à celle de la salle no 17 est connue par exemple à la Saalburg (Degbomont 1984 : 123, fig. 207).

Fig. 389- Aile septentrionale : pierre de seuil de la salle no 14 (cliché : J.-Cl. Béal).

883L’altitude du fond de ces canaux passe progressivement de 189,35 m dans l’angle nord-est de la pièce, à 189,47 m au raccord entre le canal oblique et la branche septentrionale du canal latéral, puis vers 189,52 à 189,55 m aux trois autres angles de ce canal. Cette observation rejoint une prescription de Vitruve (De ArchitecturaV, 10, 2), reprise par Favorinus et Palladius, qui invitait à incliner le radier des suspensurae en direction du praefurnium, pour améliorer la circulation de l’air chaud – dans des hypocaustes à pilettes, il est vrai. J.-M. Degbomont (1984 : 109-110), qui, après A. Grenier (1960 : 236-237), reste un peu sceptique devant cette particularité technique, en signale cependant quelques exemples, dans les hypocaustes à pilettes des villae d’Anthée, de Maille et d’Hollain (Belgique) notamment.

884On peut en déduire d’abord que le praefurnium extérieur à la pièce qu’il servait à chauffer et que les fouilleurs n’ont pu ou su reconnaître, pouvait se trouver à l’angle nord-est, point le plus bas de la suspensura ; d’autre part, comme les canaux devaient être un peu plus hauts que larges, et que le sol de la pièce était supporté par des dalles s’appuyant sur les piédroits des canaux, le niveau de circulation devait se trouver au-dessus de 190,10 m, approximativement vers 190,30 m. Du fait de l’état d’arasement des murs périmétraux, les cheminées nécessaires au tirage n’ont pas pu être observées.

885Selon les fouilleurs, tous les 0,47 m, des pilettes de briques, disposées dans les canaux, contre les parois, complétaient la suspensura et servaient de bases à des tubuli (Nos découvertes 1979, p. 8). Une photographie inédite montre en effet trois demi-briques superposées et plaquées contre le bord extérieur de la branche occidentale des canaux latéraux, à moins de deux mètres de son angle nord-ouest : elles peuvent avoir constitué un renfort ponctuel de la suspensura. D’autres photographies montrent nettement un remontage pédagogique – ou une extrapolation à partir de l’observation archéologique précédente –, qui figure sur le plan des vestiges. Mais nous n’avons pas observé ailleurs, sur les photographies de la fouille proprement dite, l’existence de pilettes adossées aux parois des canaux.

Fig. 390- Aile septentrionale : la salle no 17 d’après un document des archives de l’association ACP d’Anse (relevé : J.-P. Ruet) [le nord est à droite].

886D’ailleurs, si l’on connaît des cas où des pilettes sont engagées dans les parois (Loustaud 2000 : 221, fig. 30) ou occupent la partie centrale de canaux larges (villa de Montmaurin, pièce 55 sans doute : Degbomont 1984 : 127, fig. 224 ; villa de Valentine : Degbomont 1984 : 127, fig. 225 ; villa de Kontz, grande salle A : Degbomont 1984 : 128, fig. 230, Neyse 1987 : 32-33, fig. 6 : canaux de 1 m de largeur ; Sens, rue Drapès : Degbomont 1984 : 130, fig. 233) leur présence ne s’impose pas dans des canaux plus étroits, dont les piédroits suffisent en général à soutenir les dalles qui reçoivent le plancher suspendu. De plus, les tubuli, qui doivent être pris dans l’épaisseur des parois et non plaqués contre elles, ne sauraient s’élever à partir des deux bords des canaux. Il convient donc de ne pas retenir le remontage pédagogique proposé par les fouilleurs.

887Enfin, la salle a été interprétée comme « un tepidarium, salle tiède de cet ensemble des thermes de la villa » (Fraisse, Perraud, Branche 2002 : 64). En effet, le système de chauffage par canaux, dont pourtant les premiers exemples remontent à l’époque hellénistique (Bouet 2003 : 250-251), a été souvent considéré comme un type relativement tardif de chauffage, et un progrès dans l’efficacité du chauffage des thermes par rapport au dispositif sur hypocauste à pilettes. Mais il faut renoncer à cette interprétation. Il s’agit en fait d’un type de chauffage distinct, plutôt destiné au chauffage des pièces d’habitation que des thermes (Van Ossel 1992 : 129, avec bibliographie antérieure). La salle no 17 est une grande salle de réception chauffée (une centaine de m2), et non une salle thermale.

L’aile de liaison méridionale

888À une cinquantaine de mètres au sud de la salle no 25 et à 26 m à l’ouest du stylobate du portique oriental, R. Perraud a mis au jour dans un sondage de petite superficie (Perraud 1968 : 32) un mur d’orientation nord-sud qui sépare deux pièces mosaïquées (no 30 et 31) : « il s’agit de quelques cubes ou de l’empreinte de ceux-ci sur les supports encore en place » (courrier de R. Perraud à H. Lavagne, 17 juillet 1984). Ces découvertes ont été rapidement oubliées.

889Plus à l’ouest, la tranchée no 7 ouverte par R. Tenu a d’abord mis au jour, à l’est, une séquence de vestiges très arasés, comprenant un premier mur d’orientation nord-sud, puis, à plus de 4 m à l’ouest, deux murs de même orientation, à plus de 2,5 m l’un de l’autre, reliés par un mur perpendiculaire, ce qui permet de définir deux pièces no 28 et 32. À 2,90 m à l’ouest, un dernier mur d’orientation nord-sud isole un couloir no 33. Enfin, à l’ouest, contre le chemin de Chiel, une seconde séquence, dégagée sur 7,80 m de long, comprend deux murs parallèles à 2,90 m l’un de l’autre, formant un espace no 29, dont le sol a pu être mosaïqué, vers 190 m d’altitude. Entre ces deux séquences, les sondages se sont révélés négatifs, par absence ou érosion des structures (Lavagne, Tenu 1985 : 150).

890H. Lavagne (Lavagne, Tenu 1985 : 157, fig. 2) a tenté de voir dans l’espace no 29 le prolongement du portique occidental no 13, ce qui conduirait à raccourcir la longueur constatée de l’aile de liaison septentrionale, et à admettre que le caniveau no 16 et la salle no 14 se soient trouvés dans le portique. En revanche, on peut considérer l’ensemble des vestiges dégagés par R. Perraud et R. Tenu comme la trace de différentes pièces appartenant à une aile de liaison qui réunissait, comme au nord, le portique occidental et le portique oriental.

Des espaces de service et de jardin

891On ne sait à peu près rien des espaces compris entre les différentes ailes de la villa. Au sud de l’aile de liaison septentrionale, l’existence du caniveau no 15 suppose une arrivée d’eau, pour un bassin peut-être. Deux sondages de R. Perraud, à l’ouest de la salle no 22, ont atteint un « pavement grossier reposant directement sur l’argile » (Perraud 1965 : 25), ce qui suppose peut-être l’existence d’une ou de plusieurs pièces, à moins qu’il n’ait rencontré là des vestiges antérieurs ou postérieurs, ou un aménagement de cour ; mais, s’il y a rencontré des fragments de tubulures, il n’y a pas découvert la salle sur hypocauste que suggère l’un des plans publiés (Fraisse, Perraud, Branche 2002 : 68-69, repris dans Faure-Brac 2006 : 148, fig. 47).

892Au nord de l’aile de liaison septentrionale, le caniveau no 15 se prolonge sur une quinzaine de mètres en s’incurvant vers le nord-est : son niveau de fond atteint alors 189,15 m d’altitude. Il n’a pas été dégagé au-delà. Les enduits peints qui ornent les murs permettent de penser qu’on est ici dans un espace de jardin, en contrebas du portique no 13, dans une ordonnance qu’on connaît par exemple en Gaule pour le jardin de la domus des Bouquets à Périgueux (Barbet 2008 : 299, fig. 458).

2.10.2.2. Les vestiges de la première terrasse inférieure

893À l’est du stylobate du portique oriental, et en contrebas, se trouve une première terrasse, qui n’a été explorée qu’à ses deux extrémités, par R. Perraud et A. Parizot, puis R. Tenu. Elle est limitée, à une vingtaine de mètres à l’est, par un mur de soutènement nord-sud, vu uniquement dans deux sondages ouverts à la pelle mécanique en 1981, à l’est du pavillon no 36. Il a été observé sur une longueur de 25 m et est arasé à une altitude variant de 184,72 au sud à 185,25 m au nord ; on ne sait ce qu’il en est de ce mur plus au nord.

La partie septentrionale de la terrasse

894Dans la partie septentrionale de l’emprise des fouilles, s’ouvrait dans un premier état un espace unique (no 19-20) dont le sol était fait d’un « pavement de mauvais béton » (Perraud 1965 : 23, fig. 7) qui scellait « un petit dépotoir contenant de la céramique du Ier siècle » (Perraud 1965 : 23). Une porte donnait accès à cet espace depuis la terrasse. La base de cette ouverture, destinée à recevoir un seuil, se trouve au niveau du ressaut de fondation du mur, et R. Perraud en a conclu que « le niveau du seuil de cette porte est inférieur à celui supposé des salles V et VI [i. e. : no 19 et 20] » (Perraud 1965 : 23), conclusion qui ne s’impose pas. Un socle maçonné de 1 x 1 x 0,50 m (Perraud 1965 : 25, pl. 1) où R. Perraud veut voir l’emplacement d’un emblema central de mosaïque, mais qui peut être aussi bien un support de pilier, appartient à ce premier état, sinon à une phase encore antérieure, et non à l’état suivant comme le croit R. Perraud (Perraud 1965 : 25), puisqu’il est recouvert par le « pavement de mauvais béton » (Perraud 1965, pl. 1, coupe X-W). Considérant que ce socle est au milieu de la pièce, R. Perraud restitue ici un espace de 6 x 9 m.

895Dans un second état, la porte méridionale fut bouchée en opus incertum, et l’espace subdivisé en trois salles, par deux murs de même appareil et d’orientation est-ouest, posés au niveau du « mauvais béton » (Perraud 1965, pl. 1, coupes R-S à V-W) ; l’existence d’une quatrième salle au moins, au nord de l’emprise des fouilles de Perraud, et fermée par un mur qui serait symétrique de celui du sud, est vraisemblable. La largeur de ces salles est connue : 4,80 m pour la salle no 20 et pour la salle no 19b, 6,10 m pour la salle 19a. En revanche, les travaux de la rue des Trois Chatels ont emporté leur clôture à l’est. On ne sait non plus quel était l’altitude de leur niveau de circulation.

La partie méridionale de la terrasse : le pavillon no 36

896Dans la partie méridionale de l’emprise des fouilles, et au bout du portique, s’ouvre le pavillon d’angle no 36, aménagé dans la pente du terrain, et dont seule subsiste la partie à demi souterraine (salles basses no 34 et no 37) : d’après les données de la fouille et la logique architecturale, on doit restituer au-dessus une salle haute no 35, donnant, elle, sur le portique.

La fouille du pavillon no 36
  • 134 Les fragments les plus remarquables de ces décors, ainsi que les fragments de mosaïques, sont conse (...)

897Lors de la fouille de ce pavillon, A. Parizot et R. Perraud ont enregistré sommairement la succession des remblais rencontrés. Au-dessus d’un niveau de cailloux et d’argile compactée, ils ont noté la présence de quelques tessons de céramique, des traces de feu, avec des charbons de bois assez conséquents (Rapport Parizot 1966 : 1re p.), ainsi qu’« une couche de pierraille et d’argile », sur 0,50 m de hauteur (Perraud 1968 : 19). Ce premier niveau était recouvert d’une couche où se mêlaient les fragments de tuiles, 927 fragments au moins, plus nombreux à l’ouest qu’à l’est, provenant d’une mosaïque concassée (Stern, Blanchard-Lemée 1975, no 182 : 37-40, pl. V, VI, VIII, X), une dizaine de fragments d’une autre mosaïque (Stern, Blanchard-Lemée 1975, no 183 : 40-41, pl. XI) trouvés plutôt dans la partie orientale de la salle, des morceaux de briques crues, peu de moellons réguliers susceptibles d’avoir formé des parements (Perraud 1965 : 25). Ce second niveau reposait sous une couche de « grandes plaques de stuc [i. e. d’enduits peints] tombés des murs avec parfois deux faces peintes opposées » (Perraud 1968 : 25) ; la nature du support de ces fragments particuliers n’est pas indiquée, mais on sait que ce décor effondré134 n’est pas celui de la salle basse no 37 elle-même (Perraud 1965 : 25). L’épaisseur de ces deux niveaux n’est pas connue précisément, mais elle paraît avoir à peu près atteint le sommet conservé des murs à l’ouest. Une épaisse nappe d’argile recouvrait enfin au moins la partie occidentale de la pièce.

898Devant la fragmentation importante de la mosaïque, R. Perraud (1965 : 25 ; 1968 : 20 ; repris par Stern, Blanchard-Lemée 1975 : 37) a envisagé l’hypothèse d’une destruction volontaire, éventuellement récente, hypothèse difficilement conciliable avec la stratification en place des niveaux supérieurs, et à laquelle le fouilleur a ensuite renoncé (courrier de R. Perraud à H. Lavagne, 17 juillet 1984). Cette stratification, en revanche, est compatible avec l’idée d’un effondrement d’une mosaïque d’étage ; du reste, H. Stern et M. Blanchard-Lemée (1975 : 38) ont fait remarquer que l’aspect lisse de la face inférieure des fragments de la mosaïque no 182 supposait qu’il s’agît d’« une mosaïque sur hypocauste ou d’étage ». Données techniques et données stratigraphiques concordent donc pour faire voir dans la mosaïque no 182 une mosaïque d’étage, à localiser sans doute dans la pièce no 35, au même niveau que le portique oriental : elle devait y être posée sur un béton que supportait une charpente (Vitruve, De Architectura VII, 1, 1 à 4).

Les vestiges et la restitution
  • 135 Connu de Vitruve (De Architectura V, 9, 7), le procédé consiste à épandre une couche de charbon de (...)

899La salle basse no 37 (fig. 391 et 392) est une salle rectangulaire de 8,50 m par 5,70 m (Perraud 1968 : 19), prolongée à l’ouest par une abside rectangulaire de 2,74 m par 1,74 m (fig. 391, e), prise dans un massif de maçonnerie non parementé à l’extérieur et fondé dans la pente du terrain naturel ; à l’est, le mur méridional de la salle se prolonge pour former la clôture d’un autre espace. Les murs, en opus vittatum (Fraisse, Perraud 2002, photo de la p. 7), étaient conservés à l’ouest sur 1,85 m de hauteur, et arasés à l’est au voisinage du sol (fig. 392). La largeur du mur méridional était de 0,80 m comme celle du mur septentrional de la pièce. Dans l’abside, les parements intérieurs du mur occidental et du mur méridional sont doublés de tegulae, comme le sont le mur méridional de la salle et son raccord à l’abside. Placées verticalement, les rebords tournés vers le parement des murs, les tegulae étaient placées côte à côte, le petit côté vers le haut. L’intervalle entre deux tuiles, qui s’ouvrait progressivement vers le haut, étant bouché par des fragments de tegula maçonnés. Elles étaient retenues par des clous de fer en T insérés entre deux tuiles (Perraud 1965 : 25, fig. 8 ; Fraisse, Perraud 2002, photo de la p. 35). Le dispositif assurait l’isolation des parois enterrées contre l’humidité. Des peintures murales ont été retrouvées en place dans la partie occidentale de la salle ; d’autres étaient dans le remblai de la pièce, tombées après l’effondrement des toitures et des étages (Perraud 1965 : 25). À la base des murs, des arrachements de mortier sont peut-être les restes d’un béton de sol. A. Parizot (Rapport Parizot 1966 : 2) a fait « un très léger sondage » sous le niveau de sol de la pièce : il y a rencontré « une couche de sable [qui] surmonte une couche de cendres ». Il peut s’agir des traces d’une occupation antérieure, mais aussi d’un procédé d’assainissement135.

900Au nord, cette salle no 37 était flanquée d’une large cage d’escalier no 34 (l : 2,40 m). Contre le mur qui sépare les deux salles no 37 et no 34, l’interruption de l’enduit selon une ligne oblique a permis au fouilleur de connaître la pente – non relevée à l’époque de la fouille – de l’escalier, long de 2,50 m au maximum. Il était fait de degrés dont deux blocs (H : 0,29 m ; prof. : 0,45 m) ont été retrouvés. De la largeur (0,60 m) des deux blocs retrouvés (fig. 391, a), R. Perraud a conclu que l’escalier était aussi étroit, ce qui paraît singulier. Les fouilleurs ont noté que la partie du mur de séparation entre les pièces no 37 et no 34 qui est au-dessus de l’escalier « est parementée et enduite, alors que la partie cachée n’est pas parementée et devait être enterrée » (Rapport Parizot 1966 : 2) : c’est dire que l’escalier était aménagé contre le substrat qu’il retient derrière lui, nécessairement sur toute la largeur de la pièce no 34. Sur le plan de 1968, R. Perraud a représenté sept marches, mais ce nombre, qui n’est pas repris dans son texte, est sans doute plus une suggestion qu’une constatation. Dans sa restitution (fig. 393 et 394), G. Charpentier retient le nombre de cinq marches, occupant une longueur de 2 m entre la porte d’accès à la cage d’escalier depuis la terrasse 1 et le chambranle de la porte de communication entre les pièces no 37 et no 34. La dénivellation entre le niveau de circulation sur la terrasse et le sol des salles no 37 et no 34 est donc d’environ 1,50 m.

901En dehors de l’emprise de l’escalier, le mur septentrional de la salle no 34 était doublé intérieurement par des tegulae, qui supportaient un enduit peint. Le mur oriental, et sans doute aussi le mur méridional au-dessus de l’escalier, supportaient également des enduits peints, appliqués ici directement sur la paroi. On est donc conduit à penser que la salle apparaissait entièrement en élévation à l’est, alors qu’elle était partiellement enterrée à l’ouest et au nord.

902Au bas de l’escalier, le sol de la pièce était « une pierraille mélangée d’argile damée » (Perraud 1968 : 19). Une ouverture, large aujourd’hui de 3,15 m entre les piédroits, mettait les deux pièces no 37 et no 34 en communication. « Deux dalles de 85 x 65 cm reposent sur le sol et encadrent la porte » (Perraud 1968 : 19) : elles devaient en recevoir le chambranle de bois, plaquées contre les piédroits (fig. 391, b et b’). En haut de l’escalier, les fouilles ont mis au jour (Fraisse, Perraud 2002, photo de la p. 35, en haut) l’extrémité supérieure du mur septentrional de la cage d’escalier. Construit en opus vittatum et conservé en élévation sur une douzaine d’assises, il s’arrête à 3,40 m environ de l’aplomb du stylobate – non dégagé ici.

Fig. 391- Première terrasse inférieure : plan sommaire de la salle no 37 du pavillon d’angle méridional ; en haut à droite, la tombe « chrétienne » (reproduction d’un document de fouille in Parizot 1966 : pl. 2, archives du SRA de la région Rhône-Alpes).

903Il forme le piédroit gauche d’un large passage entre la cage d’escalier – qui doit comporter ici un palier – et la terrasse 1.

904Ce dispositif d’accès, attesté dans la villa de Sarmentsdorf (Suisse : Smith 1997 : 78, fig. 21) est cependant singulier, puisque, le plus souvent, l’accès au rez-de-chaussée enterré d’un pavillon d’angle se fait par un escalier ouvert dans le portique, tandis qu’une porte met en communication de plain-pied le portique et le pavillon : on en connaît en Belgique dans les villae de Dinant (Brulet 2008 : 516-517, fig. 429), de Matagne la Petite (Brulet 2008 : 523, fig. 446 : fin du Ier siècle ap. J.-C. : cave), de Vodelée (Brulet 2008 : 524-525, fig. 448 : après 150 ap. J.-C. ? : « cave » d’un côté et pièce sur suspensura de l’autre), de Serville (Brulet 2008 : 565, fig. 517 : « cave ») ; d’autres exemples peuvent être trouvés en Grande-Bretagne (North Leigth – Shakenoak : Smith 1997 : 71, fig. 20) ou en Allemagne (Mehring : Smith 1997 : 258, fig. 69 ; Schupfart-Betberg : Smith 1997 : 272, fig. 71).

905Cette singularité du plan disparaît si l’on s’interroge sur l’altitude des niveaux de circulation dans les différentes parties du pavillon méridional no 36 et sur la communication avec la terrasse 1 (fig. 376 et 393).

906En effet, selon R. Perraud (1968 : 33), le sol des pièces no 37 et no 34 serait à 3,30 m sous le niveau (190,47 m) de circulation dans le portique oriental et l’antichambre no 26, soit environ à 187,17 m d’altitude. Cependant, cette évaluation n’est pas compatible avec les résultats du nivellement de cette zone effectué dans les années 1980 par M. Chinal. Le sommet conservé du piédroit gauche de l’ouverture par laquelle on accède au couloir no 34 a été nivelé à l’altitude de 186,67 m, soit déjà 3,80 m en dessous du niveau de circulation dans le portique oriental. Or ce piédroit est conservé en élévation sur une douzaine d’assises au moins (Fraisse, Perraud 2002, photo de la p. 35) – soit au moins 1,20 m de hauteur – au-dessus du niveau de circulation sur la terrasse 1 : celui-ci s’établit donc vers 185,47 m au plus, soit cinq mètres plus bas que le sol du portique. Le sol des pièces no 37 et no 34 se trouve plus bas encore, vers 184 m environ.

Fig. 392- La salle no 37 en fin de fouilles (archives L. Fraisse).

Fig. 393- Proposition de restitution du pavillon d’angle no 36 (plan et coupe : G. Charpentier).

Fig. 394- Proposition de restitution de l’élévation du pavillon d’angle no 36 (dessin : G. Charpentier).

907Dans sa restitution, G. Charpentier propose que, depuis le palier de la terrasse 1, un escalier à trois volées permette le passage vers le portique ; il n’occuperait qu’une partie de l’emprise de la salle no 34, dont la couverture serait assurée par un retour de la toiture du portique, et indépendante de celle de la salle no 37 : cette dernière toiture serait reçue au nord sur le mur de séparation entres les salles no 37 et no 34, dont l’épaisseur (0,80 m) permet d’en faire un mur porteur. Au-dessus de la salle no 37, la salle mosaïquée no 35, quant à elle, ouvrirait de plain-pied sur le portique.

908Le pavillon d’angle no 36 devait donc former une haute tour (fig. 394), dont l’édification peut avoir été facilitée par l’emploi des briques crues ou du torchis dans les parties hautes, à l’origine sans doute de la couche d’argile qui, après l’effondrement de la mosaïque d’étage et des enduits peints, est venue sceller les remblais de la salle no 37. Une hauteur totale dépassant la douzaine de mètres est envisageable.

2.10.2.3. Les données chronologiques

909R. Perraud s’était attaché avec soin à relever les écarts qu’il constatait entre orientation des parements d’élévation et des tranchées de fondation. Il nous semble cependant que ces écarts dénotent plutôt une certaine approximation, qu’on remarque souvent, dans la préparation des tranchées de fondation par rapport aux axes de l’élévation définitive : nous n’y voyons donc pas d’indices de reprises. Mais l’analyse des vestiges lui a aussi permis, notamment dans la partie septentrionale de la villa, de constater ponctuellement des modifications.

910D’autre part, R. Perraud a noté quelques faits archéologiques en place, importants au vu de la grande pauvreté du mobilier de la villa. Ainsi, sous le « pavement de mauvais béton » de la salle no 20, il a signalé la présence d’un « dépotoir » dont le mobilier (Perraud 1965 : 30, no 1 à 8, pl. III, no 18, pl. IV ; Ybard 2010 : 19-22, no 4, 6 à 8, 17, 18, 28, 62, 241, 242, pl. I-II) comporte des fragments de sigillées qui ne dépassent pas le Ier siècle ap. J.-C. Mais on ne connaît pas le reste du mobilier. Il a également étudié (Perraud 1965 : 31, pl. IV) un « dépotoir de la salle IV » dont le mobilier n’est plus identifiable aujourd’hui ; mais, surtout, le positionnement stratigraphique de cet ensemble ne peut plus être défini. Enfin, il a tenté de déterminer la date du comblement des salles no 37 et no 34, en étudiant à nouveau les seuls fragments de céramique sigillée (Perraud 1968 : 39-40), qui appartiennent à la seconde moitié du IIe siècle, voire au début du IIIe siècle. Cependant, le réexamen de ce mobilier a montré qu’il fallait y adjoindre au moins un tesson de céramique métallescente tardive (Ybard 2010 : 39, no 71), catégorie de céramique encore mal connue dans les années 1960, et dont la présence jette le doute sur les conclusions de R. Perraud.

  • 136 Nous remercions M. Rebut, propriétaire de ce terrain, qui nous a autorisé à y ouvrir nos sondages.

911En 2009, J.-Cl. Béal a ouvert un sondage de 2 x 1,50 m dans l’emprise de la salle no 25 (actuellement parcelle AC 01, no 207), à 0,30 m au sud et le long de la façade méridionale du petit bâtiment construit par J.-F. A. Peyré, pour tenter d’observer les niveaux antérieurs à l’installation de la mosaïque136. Le sondage a été conduit manuellement depuis le sommet de la terre végétale, vers 190,63 m, jusqu’à 189,68 m.

912Sous la terre végétale est apparu un niveau de terre brune (US 2) mêlée de fragments de mortier, de tuiles et de fragments de pierre jusque vers l’altitude de 190 m : il résulte du défonçage et de l’épierrement du radier de la mosaïque (mesuré, nous l’avons dit, vers 190,47 m), et présente des creusements dus sans doute au minage du terrain. Les US 3, qu’il sectionne, et 4, qu’il entame à sa base, sont des apports argileux ou marneux, qui recouvrent l’US 5, argilo-sableuse, et caractérisée par la présence de mortier poudreux. Cette US 5 est posée, vers l’altitude de 189,98 m, sur le terrain naturel stérile et argileux, (US 6 à 9) ; elle témoigne d’une occupation préalable – niveau de chantier ou état ancien – à l’installation de la mosaïque. Il faut sans doute la rapprocher de l’observation faite par R. Perraud (1965 : 23) à l’issue d’un sondage mené le long et au sud d’un mur repris dans une limite parcellaire moderne à l’ouest de la salle no 24 : « à mi-hauteur, nous avons trouvé un lit de matériaux de démolition composé de fragments de tegulae, de ciment rose, de stuc, tout comme le long du mur ouest. Ce niveau est très nettement inférieur à celui de la mosaïque de 1843 ». Aucun mobilier archéologique n’a été retrouvé.

913Seules demeurent donc disponibles les données stylistiques issues de l’étude des mosaïques et des peintures. La mosaïque de la salle no 10 serait sévérienne pour H. Stern et M. Blanchard-Lemée (1975 : 36, no 176) ; elle semble un peu plus ancienne (seconde moitié du IIe siècle de notre ère) à H. Lavagne (Lavagne, Tenu 1985 : 162) qui place dans la même fourchette chronologique les mosaïques des salles no 9 et no 11 (Stern, Blanchard-Lemée 1975, no 177 et 178). La mosaïque aux proues de bateaux (Stern, Blanchard-Lemée 1975, no 175 : 30-35, pl. V à VII et IX) est datée de l’époque sévérienne par H. Stern et M. Blanchard-Lemée ; H. Lavagne retient pour sa part une datation dans la première moitié du IIe siècle (Lavagne, Tenu 1985 : 165). M. Fuchs (étude en préparation) place à l’époque d’Hadrien les enduits peints de la salle no 37.

914On en conclura que, précédée peut-être par une construction antérieure dont tout nous échappe, la résidence connaît un développement puissant ou une forte restructuration à partir du IIe siècle.

2.10.3. LES VESTIGES DES AUTRES TERRASSES INFERIEURES (R. Tenu)

  • 137 Les remerciements du fouilleur vont à J. Lasfargues, alors directeur des Antiquités de la circonscr (...)

915En contrebas de la résidence et de la terrasse 1, une série de terrasses artificielles s’étage jusqu’au pied du rebord de plateau (fig. 375). Leur étude a été abordée par R. Tenu, par une série de grandes tranchées limitées à la reconnaissance des sommets des murs de soutènement, puis par une fouille plus extensive, mais demeurée inachevée, sur la terrasse137.

2.10.3.1. Une pente structurée en terrasses artificielles

916Sous la première terrasse inférieure, les tranchées ouvertes en 1981 ont montré que, dans la pente jusqu’au bas du site (fig. 376 et 377), à l’altitude minimale de 172,75 m, quatre autres terrasses au moins étaient aménagées et adossées à des murs de soutènement dont, pour la plupart, on ne connaît que l’altitude maximale conservée. L’histoire de ces murs n’a pas pu être étudiée, et il est possible que des vestiges arasés à une altitude inférieure à la leur aient échappé à cette reconnaissance préliminaire des vestiges. La terrasse 2 serait large de 25 m et limitée à l’est par un mur nord-sud, large de 0,70 m, observé en sondage sur une longueur de 25 m. Le niveau d’arasement actuel de ce mur est de 181,64 m à son extrémité observée au sud, et de 182,49 m à son extrémité observée au nord. La présence de soutènements intermédiaires ou de construction est vraisemblable, mais n’a pu être observée en détail.

917La terrasse 3 serait large d’une quinzaine de mètres et limitée à l’est par un mur nord-sud M15. Il a été observé en sondage sur une longueur de 75 m. Le niveau d’arasement actuel de ce mur est de 179,17 m à son extrémité observée au sud, et de 179,84 m à son extrémité observée au nord.

918La terrasse 4 serait large de 25 m, et limitée à l’est par un mur dont on ne connaît qu’un segment d’une vingtaine de mètres dans la partie méridionale de l’emprise des fouilles : il y résulte de l’accolement l’un à l’autre de deux murs larges de 0,60 m, celui de l’est venant s’adosser contre celui de l’ouest. Le niveau d’arasement actuel de ce mur doublé est de 176,11 m au sud, et de 175,49 m au nord. Cette terrasse, partiellement fouillée (fig. 395), a reçu successivement un nymphée, puis un bâtiment (H) au sud et des thermes au nord. Ils sont séparés l’un de l’autre par un grand mur d’orientation est-ouest M36 fondé sur le mur septentrional du nymphée, et par un espace vide B10, de jardin ou de cour, d’environ 400 m2.

919Enfin, la zone inférieure n’a été observée que sur une bande de 35 m environ de largeur nord-sud, et l’on n’en connaît pas de limite matérialisée à l’est ; encore est-il possible qu’elle comporte deux niveaux successifs. L’altitude d’arasement des vestiges connus atteint 172,91 m, mais, sur cette terrasse comme sur celles des terrasses 2 et 3, le niveau de circulation demeure inconnu.

2.10.3.2. La terrasse 4

Le mur de soutènement M15

920Le grand mur M15 a été localisé en 1981 dans les premiers sondages et observé plus précisément dans la fouille des thermes et du nymphée. Son extension vers le sud est donc certaine sur une longueur de 75 m à partir des thermes. Mais, au-delà de l’emprise des fouilles de 1981-1987 une série de clichés pris d’avion par G. Vicherd vers 1982 et conservés dans les dossiers de la carte archéologique du SRA de Rhône-Alpes, montre une anomalie linéaire qui barre la parcelle no 181 (feuille ZD. 01), dans son prolongement ; elle ne correspond pas à une limite parcellaire des cadastres actuel et napoléonien et doit marquer une extension du mur M15 vers le sud, sur une trentaine de mètres au-delà de la limite de fouille. Sa longueur attendrait alors 130 m au moins. Au nord en revanche, le mur est interrompu à la limite de la zone de fouille des thermes.

921Son niveau d’arasement actuel est de 179,17 m à son extrémité observée au sud, et de 179,84 m à son extrémité observée au nord et son épaisseur, d’1,30 m en moyenne, est à peu près constante dans l’espace B10. Le mur (fig. 396), construit en blocage de pierres et mortier, présente, sur sa face orientale seulement, un parement régulier à joints croisés, constitué d’assises de moellons, d’une dizaine de centimètres d’épaisseur, prises dans des lits de mortier de deux à trois centimètres. Mais la surface du mur était également enduite de mortier gris marqué au fer pour figurer un appareillage régulier ainsi que nous avons pu le constater en plusieurs endroits au sud de B10.

922Dans cette zone B10, le mur fait apparaître un fort bombement résultant d’un glissement antique vers l’est. Au milieu de cette section du mur, un sondage a été ouvert à l’ouest par R. Tenu. À cet endroit, le mur, arasé à un niveau pratiquement horizontal de 179,5 m, est parementé aussi sur sa face occidentale (fig. 397), à partir d’un ressaut de fondation vers 178,90 m en moyenne, en pente du nord vers le sud. Le parement occidental disparaît contre le bord nord du sondage, où la face orientale du mur présente un appareil un peu différent de ce qu’on observe plus au sud. La fondation y est constituée d’une couche de pierres maçonnées de 0,40 m à 0,45 m d’épaisseur, débordant largement du mur vers l’ouest, sur près de 0,30 m. D’autre part, une mince couche d’éclats de pierre, légèrement bombée, s’étend vers l’ouest du mur sur environ 1,60 m de large, limitée par une rangée de pierres posées sur l’argile : elle pourrait marquer l’amplitude du glissement du mur sur sa base. Cette strate repose sur une couche de terre très sombre, renflée au centre et mêlée de gravillons, silex et quelques tessons de céramique calcinée, laquelle recouvre finalement une couche d’éclats de pierre et d’argile damée de couleur jaune. Le comblement de surface est une couche uniforme de terre limoneuse ocre rouge stérile en matériel, ponctuée de poches argileuses.

923On peut donc supposer que cette section du mur bombée et à double parement résulte d’une reconstruction partielle après éboulement du terrain et effondrement du mur primitif, reconstruc- tion à l’ouest de laquelle la pression des terres de la terrasse supérieure aurait été suffisante pour entraîner de nouvelles crevasses. Cette lecture serait compatible avec l’absence de parement occidental plus au nord, et à la hauteur des thermes, où subsisterait l’état premier du mur de terrasse. Deux renflements, bien marqués aux extrémités nord et sud de l’espace B7, portent ponctuellement son épaisseur à près d’1,50 m.

Fig. 395- La Grange du Bief, plan des vestiges de la terrasse 4 : nymphée, puis bâtiment indéterminé et thermes, séparés par un espace B 10 de cours ou de jardin (relevé : M. Chinal ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 396- Terrasse 4 : mur occidental de soutènement M15 vu depuis l’est (cliché : R. Tenu).

Fig. 397- Sondage à l’ouest du mur M15 (cliché : R. Tenu).

924D’autre part, le mur était agrémenté, sur sa façade orientale, de contreforts dont les dimensions réduites (1,40 x 0,30 m) semblent mieux convenir à une ornementation rompant la monotonie d’une surface uniformément plane, qu’à un véritable renfort de la construction (fig. 396). Il peut être comparé, toutes proportions gardées, à celui des grands thermes publics de la rue des Farges à Lyon, restitué avec de grandes arcatures aveugles (Desbatet al. 1984 : 29-30, fig. 30-31). Depuis la limite de fouille au nord jusqu’au mur M22/36, on en connaît quatre, espacés ici de 7,50 m d’axe en axe environ. Au sud du mur M22/36, le rythme des contreforts n’est plus observé : l’un d’entre eux a été rencontré, qui sera inclus dans l’emprise du bâtiment H et creusé pour qu’à partir du foyer de la pièce H4, y soit aménagé un conduit de cheminée : il se trouve à quelque 11 m du dernier contrefort de la zone B10 (fig. 410). Au raccord avec le mur M22/36, le mur de terrasse présente enfin un décrochement contre lequel a été installé le mur M22/36 (fig. 398).

925Les fondations du mur M15 ont été observées en plusieurs occasions. Au nord du mur M22/36, elles ont été conduites en tranchée largement ouverte à l’est (l. : 2,70 m). On y observe d’abord des pierres brutes liées à l’argile sur 0,20 à 0,25 m d’épaisseur posées dans le substrat argileux, puis le passage à un mur parementé à l’est, dont les moellons sont liés au mortier (fig. 399). Un système drainant (C2-C4), fait selon les points d’observations de blocs rapportés, d’un caniveau de pierre ou d’un tuyau de bois éventuellement, a été installé avant que des terres argileuses aient été rapportées contre le parement (fig. 400).

926Au sud du mur M22/36, une seule observation a pu être faite, à l’occasion du dégagement du nymphée : une large semelle débordante, sert de paroi occidentale au nymphée et peut avoir appartenu à la partie basse du mur M15. Elle culmine à 177,90 m d’altitude ; sa base n’est pas connue.

Fig. 398- Jonction des murs M15 et M22/36 vue depuis le nord-est (cliché : R. Tenu).

Le nymphée

Les vestiges

927Le nymphée de la villa de la Grange du Bief est établi, comme les thermes, sur la quatrième terrasse du site. C’est un ensemble incomplètement conservé, arasé entre les cotes 177,2 et 177,9 m, d’espaces (N1 à N5) disposés d’ouest en est (fig. 401). Le bâtiment est plaqué contre le mur occidental de terrasse M15 qui s’élargit au niveau d’arasement du nymphée d’une semelle maçonnée de 0,46 m d’épaisseur (fig. 402). Son extrémité orientale disparaît dans la limite du terrain de fouilles. On sait que le mur méridional (M25) du nymphée se poursuit vers l’est, et l’on peut supposer qu’il s’appuie contre le mur de soutènement de la terrasse inférieure. Les murs nord (M36) et sud (M23) du bâtiment (0,56 à 0,57 m d’épaisseur en moyenne) ont été plaqués contre le terrain encaissant argileux, et ne comportent pas de parement externe dans leur partie basse, alors qu’intérieurement, les parements sont faits d’assises régulières à joints croisés. L’arrêt des fouilles a empêché de vérifier si un segment de mur adossé au mur M15 et visible sur sa seule face septentrionale (fig. 403) était l’élévation du mur M36. Les fondations du mur nord (arasé à 178,10 m d’altitude) sont assez considérables puisqu’elles ont été partiellement dégagées sur plus d’1,50 m de profondeur (jusqu’à la cote 176 m environ) sans atteindre leur base ; une résurgence d’eau à 177,50 m n’a pas permis de descendre plus bas.

Fig. 399- Tranchée de fondation du mur M15 vue du nord-est (cliché : R. Tenu).

Fig. 400- Négatif d’un tuyau ( ?) pris dans les couches argileuses et graveleuse (no 2, 3, 5, 6) rapportées contre le pied du mur M15 (dessin : R. Tenu ; mise au net : E. Regagnon).

928Depuis l’extérieur, on accédait à la salle N2 dans son angle sud-ouest par un petit escalier (fig. 404) dont subsistent trois marches (0,15 m à 0,16 m de hauteur), constituées d’un empilement de trois briques dont nous ne connaissons pas la nature du revêtement extérieur. Le nymphée était donc partiellement enterré mais l’arasement systématique de ses vestiges n’a laissé aucun indice d’une quelconque poursuite de l’escalier à l’extérieur de l’édifice, de sorte qu’il n’est pas possible d’évaluer son degré d’enfouissement.

Fig. 401- Terrasse 4 : plan du nymphée (relevé : M. Chinal ; mise au net : E. Regagnon).

929À gauche de l’entrée, on trouvait un petit bassin N1, arasé à 177,90 m, légèrement trapézoïdal (2,90 x 1 m environ). Il s’appuie à l’ouest directement contre la semelle du mur de terrasse M15, et est fermé sur ses trois autres côtés par des parois de béton de tuileau de forte épaisseur (l : 0,35 à 0,40 m). La paroi méridionale du bassin était doublée extérieurement par une rangée de briques en position verticale ; on ne sait s’il en allait de même pour la paroi septentrionale. Le fond du bassin n’a pas pu être atteint en raison d’une infiltration d’eau identique à celle mentionnée plus haut. Nous ne connaissons donc pas la nature de son alimentation. Contre la paroi orientale était appliqué extérieurement (fig. 402, couche 8) un décor en mortier à tuileau peint avec incrustation de coquillages marins et de tesselles de mosaïques en pierre et pâte de verre coloré.

930Le trop-plein du bassin se déversait ensuite dans la salle N2 (3,35 x 4,80 m), en contrebas d’une cinquantaine de centimètres environ au-dessous de l’arasement du bassin, pavée d’un terrazzo signinum avec incrustation irrégulière de tesselles noire. Ce sol, à l’altitude de 177,42 m, a, comme celui de la pièce suivante, une faible pente de 0,02 m par mètre en direction de l’est. Un quart-de-rond d’étanchéité (l : 0,11 à 0,12 m) borde ce pavement uniquement à la base des murs, lesquels étaient revêtus de peintures murales, quelques fragments épars ayant été retrouvés pratiquement en place au pied du mur septentrional M36. À l’analyse des nombreux fragments retrouvés dans la couche de démolition (fig. 402, couche 7), les parois de la pièce N2 étaient vraisemblablement recouvertes de panneaux uniformément beige ou jaune clair et encadrés de filets rouges et noirs. Le mortier de support est exclusivement blanc et sa forte épaisseur dans certains cas pourrait correspondre à la plinthe. Sept fragments, dont deux concordant, d’un panneau d’enduit peint permettent de restituer partiellement une ouverture circulaire ou ovale peinte en rouge, se détachant sur une paroi noire ; ils témoignent de l’existence d’un oculus percé dans le plafond de cette salle, ou d’une arcade, par exemple dans le passage entre N2 et N3.

931La salle N3 (3,35 x 2,95 m) était séparée de la précédente par un mur de refend M26 dans lequel s’ouvrait au nord un passage de 0,82 m de large, limité au nord par un piédroit en faible saillie aménagé contre le mur de l’édifice. Après avoir traversé la salle N2, l’eau recouvrait le sol en mortier de tuileau sans ornementation particulière de cette salle, également équipée d’un quart-de-rond d’étanchéité au pied des murs, avant de s’évacuer par un petit tuyau en terre cuite (2 à 3 cm de diamètre) disposé verticalement à la base et à mi distance d’un second mur de refend (M33) dont ne subsiste qu’une infime partie sud en élévation ; son existence est toutefois attestée non seulement par sa trace en négatif mais surtout par la conservation du joint d’étanchéité qui le bordait à sa base. Ménagée dans ce mur pour mettre les salles N3 et N5 en communication, une seconde ouverture, de 0,82 m de large également, décalée cette fois vers le sud, présente un piédroit chanfreiné encore recouvert d’enduit coloré en noir (fig. 405). Dans ce passage, le mortier de sol remonte sensiblement vers l’est d’une quinzaine de centimètres pour empêcher l’eau de déborder vers la pièce voisine N5. Le remblai de la salle N3, très pauvre en peintures, contenait par contre une grande quantité de claveaux de tuf calcaire attestant une couverture voûtée de cette salle. De nombreuses plaques de tuf, auxquelles adhéraient encore des lambeaux de revêtement peint semblent indiquer également la présence de plafonds décorés.

Fig. 402- Coupe stratigraphique du nymphée et du bâtiment H qui lui succède (dessin : R. Tenu ; mise au net : E. Regagnon).

932Le tuf rencontré ici, également appelé travertin et employé pour les voûtes du fait de sa légèreté, est une roche constituée de carbonate de calcium précipité, emprisonnant des végétaux. On en connaît notamment dans la région de Pérouges (Ain), à proximité du confluent de l’Ain et du Rhône et éloigné de 35 kilomètres en ligne droite du bourg d’Anse. Son utilisation à la Grange du Bief est possible, même si une provenance locale ne peut être exclue (voir p. 129) et il ne fait aucun doute que des carrières de tuf ont dû être exploitées dès les premiers siècles de notre ère, bien avant l’introduction de ce matériau dans les constructions médiévales du bourg même de Pérouges. Outre sa légèreté et l’extrême facilité avec laquelle il peut être taillé, sa grande porosité en fait un matériau de choix par ses propriétés isolantes aussi bien thermique que phonique. L’absence de ce type de matériau dans le remblai de N3, constitué essentiellement de moellons taillés et de quelques claveaux en pierre, n’exclut pas une couverture également voûtée de cette pièce, la démolition ayant pu être déversée vers l’est du bâtiment.

Fig. 403- Façade septentrionale du mur M22/36 : au-dessus du mur M36, épandage de remblai (no 2), puis de blocs (no 1) drainant la base du mur M22 (relevé : M. Chinal ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 404- Escalier d’accès au nymphée (cliché : R. Tenu).

Fig. 405- Passage entre les salles no 3 et no 5 du nymphée : vue de l’ouest (cliché : R. Tenu).

933Les sols en mortier de tuileau s’étendant uniformément dans les pièces N2 et N3, et les piédroits des ouvertures recouverts de peintures murales jusqu’au sol sans aucune trace d’encastrement métallique, excluent une fermeture entre les salles.

934On accédait ensuite à la salle N5, dont le dégagement est demeuré inachevé. Elle semble moins bien conservée, ses limites au nord (mur M37-34) et à l’est (mur M35) ayant beaucoup souffert des labours et de la plantation d’arbres fruitiers. Les quelques tronçons de murs arasés au niveau des fondations permettent de restituer le plan de la pièce (3,35 x 3,65 m), prolongée au nord par une exèdre rectangulaire (1,85 x 3,00 m) et au sud par une abside semi-circulaire N4.

935Cette dernière est munie, à ses deux extrémités, de contreforts externes (mur M24) qui indiquent que la pièce était couverte par une voûte en cul-de-four. Conservé à l’altitude de 177,35 m, son sol est fait d’un mortier de tuileau qui recouvre un radier de pierre et remonte contre le mur M24 (fig. 406) ; en revanche, le raccord avec la salle N5 est détruit. Le sol et l’élévation de la pièce, arasée au niveau de la deuxième assise de moellons, sont en outre peints en « rouge pompéien ». Du reste, les remblais des salles N4 et N5 renfermaient la quasi-totalité des revêtements colorés (vert, jaune, noir et surtout rouge étant prépondérants).

936Au-dessous de ces remblais, la couche d’effondrement rencontrée dans la salle N5 vient buter contre le sol de l’abside N4. Elle contenait, outre de gros blocs moulurés en mortier de tuileau recouvert de peintures qui constituaient peut-être la bordure arrachée du sol de l’abside N4, de grandes briques de type tegulae mammatae, appliquées généralement contre les murs pour isoler les revêtements peints d’une humidité excessive de la paroi. La présence simultanée de fragments de tubuli et de quarts de rond en terre cuite pourrait laisser supposer l’existence d’un hypocauste dans cette zone.

937Sous cette couche d’effondrement, un niveau de mortier gris dont il est difficile d’affirmer s’il est un sol en place ou un résultat d’effondrement, a été partiellement dégagé à une trentaine de centimètres de profondeur ; il s’appuie contre une bordure de briques empilées les unes sur les autres formant une ligne continue conservée au pied des murs ouest et sud de la salle. L’explication du dispositif est demeurée en suspens.

Fig. 406- Sol de l’abside no 4 du nymphée (cliché : R. Tenu).

Le décor du bassin N1

938La paroi antérieure du bassin N1 était habillée extérieurement d’une plaque de mortier de tuileau dont l’originalité réside dans l’incrustation de tesselles de mosaïques, de morceaux de bleu vestorien (fig. coul. 37) et de coquillages marins (fig. coul. 38 à 40) au sein du mortier peint. La reconstitution de ce panneau n’a pas été entreprise, l’assemblage d’un puzzle comportant de très nombreux fragments restant aléatoire.

939Quelques remarques peuvent être faites cependant. Sur un mortier de tuileau épais de 4 cm au maximum sur les fragments observés, était appliquée une couche d’un centimètre d’épaisseur environ de mortier plus blanc et fin. Avant le séchage complet de cette dernière couche, un décor peint était appliqué : on a reconnu sur plusieurs fragments le passage d’une bande ou d’un panneau rouge à une bande ou un panneau jaune.

940Puis des coquillages étaient enfoncés dans le mortier encore souple. Tantôt leur face externe est imprimée en creux, sans qu’on puisse savoir si le coquillage lui-même restait fixé dans le support de mortier ; tantôt c’est leur face interne qui est enfoncée, et quelques coquillages encore en place montrent que l’objectif était bien de fixer le coquillage et non d’obtenir son empreinte. Du reste, quand le coquillage a disparu, celle-ci apparaît sous la forme d’une boule ovale assez aplatie, dont la périphérie garde le négatif des ondulations du bord interne de la coquille. Ces coquillages formaient notamment des lignes de part et d’autre du passage de la séquence rouge à la séquence jaune ; ils étaient aussi, semble-t-il, disposés sans ordre sur la surface du panneau.

941Dans le mortier encore souple était également enfoncés des fragments, en pâte de verre bleue ou verte, qui ponctuaient la jonction entre séquence rouge et séquence jaune. Des tesselles en pierre blanche, ou noire, formaient une ligne en bordure d’une séquence peinte : H. Lavagne mentionne dans la Villa d’Hadrien à Tibur une mosaïque de voûte du cryptoportique républicain attestant les débuts de l’« opus musivum » en Italie (le médaillon central comporte une bordure circulaire de trois rangs de tesselles entourant une ligne de cinquante coquillages, des cardium edule, fixés sur un lit de ciment rouge).

942En Italie, ce type de décor est bien attesté dans différents contextes (habitats, thermes, milieu funéraire) et passe de mode au IIe siècle ap. J.-C. (Éristov 1995 : 17-19), même si on le rencontre encore dans les thermes antoniniens de la villa de Settefinestre.

943Pour la Gaule romaine, les revêtements peints à incrustation de coquillages sont attestés sur de nombreux sites du Haut-Empire, la plupart situés en Bretagne. Ainsi en connaît-on dans les Côtes-d’Armor (à Corseul : Darmon 1994, no 799 et 803 ; à Fréhel dans la villa des Sables d’or : Bizien-Jaglin, Galliou, Kerébel 2002 : no 179 ; à Hilion : Darmon 1994, no 789, Bizien-Jaglin, Galliou, Kerébel 2002 : no 81 ; à Le Quiou dans les thermes d’une villa : Bizien-Jaglin, Galliou, Kerébel 2002 : no 263 ; à Plessin-les-Grèves dans les thermes de la villa du Hogolo (Bizien-Jaglin, Galliou, Kerébel 2002 : no 194), à Saint-Cast-le-Guildo dans les thermes de la villa (IIe -IIIe siècles) des Quatre-Vaux : Bizien-Jaglin, Galliou, Kerébel 2002 : no 282), mais aussi dans le Finistère à Pont-Croix dans les thermes de la villa de Kervénennec (deuxième moitié du IIIe siècle ap. J.-C. ?) [Darmon 1994, no 774], et à Carhaix-Plouguer (IIIe siècle ap. J.-C. ?) [Darmon 1994, no 781]. D’autres sont encore signalés dans le Morbihan à Carnac dans une villa des Bosseno (IIIe siècle ap. J.-C. ?) [Darmon 1994, no 753].

944Quelques plus rares exemples sont connus à l’intérieur de la Gaule. À Fondette (Indre-et-Loire) on avait peint dans la villa de Châtigny sur du torchis « des bandes bleues, rouges, blanches et lie de vin, et dans l’enduit frais avaient été incrustées des coquilles marines de trois espèces différentes » (Provost 1988a, no 153 : 106-107, avec bibliographie antérieure). À Asquins-sous-Vezelay (Yonne), le mur d’une piscine portait trois niches décorées de bandes alternées de coquilles de gros escargots et de fragments de scories de verre d’un bleu verdâtre fixés dans le mur à l’aide d’un ciment rougeâtre (datation impossible) [Darmon, Lavagne 1977, no 452]. D’autres exemples, enfin, sont signalés à Vienne (Isère), autrefois « jardin de l’ancien hôpital » (Lancha 1981 : 135), à Champvert (Nièvre) [Stern, Blanchard-Lemée 1975, no 329] et à Paris, rue de l’Abbé de l’Épée (Éristov 1995). On en a enfin récemment signalé dans des thermes d’Aquitaine où ils apparaissent au cours du Ier siècle (Balmelle 2011 : 219). Hors de France, on en connaît encore en Allemagne à Trèves, aux Thermes dit « de Barbara » (Sear 1977, no 256 : 172, pl. 70, no 3 ; pas avant 275 ap. J.-C.), en Suisse, à Casier, près de Genève (Sear 1977, no 271 : 177, pl. 70, no 4 ; IIe siècle ap. J.-C.), à Oberkulm (Sear 1977, no 277 : 178 ; seconde moitié du IIe siècle ap. J.-C.), ou à Orbe-Bosceaz ; H. Éristov (1995 : 20) en mentionne également en Espagne.

Identification du nymphée

945D’une centaine de mètres carrés de superficie, pour ce qui en est conservé, le bâtiment occupe toute la largeur de la terrasse. Les salles qui le constituaient nous ont d’abord laissé supposer qu’il pouvait s’agir d’un établissement thermal de petites dimensions. Le décor à incrustation de tesselles de mosaïque, de fragments de bleu vestorien et de coquillages y est attesté, et la présence, en remblai, d’éléments architecturaux destinés à l’équipement d’un hypocauste le suggère.

946Cependant, l’analyse de l’agencement des salles et des matériaux de construction nous a conduit à proposer une interprétation différente. En effet le bassin N1, d’environ trois mètres carrés de surface au sol, ne pouvait pas être assimilé à une piscine, pas plus que les salles N2 et N3 dont les sols étaient simplement humidifiés. D’autre part, l’abside N4, dont l’enduit peint recouvre à la fois le sol et les parois en élévation, peut être interprétée comme une vaste niche susceptible d’accueillir la statue d’une divinité. Nous serions ainsi en présence d’un nymphée d’un type tout à fait particulier.

947Le mot nymphaeum, d’origine grecque et ressenti comme tel, ne peut s’appliquer qu’à des édifices sacrés, des sanctuaires des Nymphes, réels ou fictifs. Il paraît acquis que, dans l’usage grec et latin, le nymphaeum, au moins jusqu’au IIe siècle de notre ère, désigne bien une grotte consacrée aux nymphes et non une fontaine monumentale. Ce lien peut être explicite avec une nymphe en particulier (Artémis, Pirène, Calypso), ou général avec les nymphes d’une source. Il se manifeste par la présence de l’eau et le plus souvent par un paysage boisé (Lavagne 1988 : 300). La grotte et la source donnent le nymphée. On rejoint enfin la notion de nymphée « a camera » définie par N. Neuerburg (1965 : 41-52). Si l’on se réfère à l’analyse d’Henri Lavagne sur les nymphéesgrottes italiens, les matériaux et techniques utilisés par le museiarius sont :

  • les rocailles artificielles (pétrifications, stalactites, stalagmites, etc.) avec utilisation de pierre ponce (pumices), de tuf (tofi) volcanique ou minéral ou d’écume de mer (tartaro) pour réaliser des bossages ;

  • les coquillages : essentiellement des cardium edule et des murex brandaris ;

  • le « bleu égyptien » ou « caeruleum vestorianum » (silicate double de calcium et de cuivre).

948On pourrait rajouter à cette liste deux autres techniques de construction. L’opus musivum d’abord, est l’« appareillage de pierres qui appartient aux muses ». Le terme mosaïque provient d’une transformation phonétique de opus musivum, type de revêtement appliqué à la décoration des parois et des voûtes des grottes ou des fontaines dédiées aux muses avec incrustation de coquillages et de tesselles en pâte de verre colorée. Un des meilleurs exemples est la mosaïque de Neptune et d’Amphitrite visible dans le triclinium d’été d’une maison d’Herculanum (Ier siècle ap. J.-C.). L’opus signinum, ensuite, est un pavement constitué d’une couche de mortier de tuileau ou de terre argileuse damée, où se mêlent, irrégulièrement disposées ou formant décor, des tesselles blanches ou parfois noires : sans être spécifique des nymphées, il y est au moins attesté.

949On retrouverait alors dans le bâtiment de la Grange du Bief tous les éléments d’un nymphée-grotte (voûte, rochers, eaux jaillissantes, etc.). Le visiteur entrait dans le bâtiment à proximité de la source captée dans le petit bassin N1 qui ruisselait sur le décor en opus musivum ; il pouvait alors s’imaginer les rocailles de la grotte consacrée en marchant sur un sol humide d’où scintillaient des tesselles semblables à des cristaux et sous une voûte de tuf imitant l’aspect de concrétions calcaires. Il se dirigeait ensuite au travers d’une galerie hypothétique plus ou moins obscure, matérialisée par un dédale en quinconce pour atteindre finalement le sanctuaire et honorer la nymphe ou le dieu dont une représentation se trouvait probablement dans l’abside peinte. Il est évident cependant qu’une reprise de la fouille dans la salle N5 permettrait de mieux étayer cette interprétation.

Le parallèle du Mardron

950On doit signaler pour finir que, si on peut envisager d’identifier ce bâtiment comme un « nymphée », au sens de grotte architecturée, ce type de plan paraît singulier, mais un édifice, peut-être, peut lui être comparé, encore qu’il soit d’une taille très supérieure.

951À Gennes (Maine-et-Loire) en effet, une construction, mal connue de longue date, a fait l’objet de fouilles un peu plus détaillées vers la fin du XIXe siècle (bilan bibliographique : Provost 1988b : 58-60), et de relevés inédits en 1992. Elle comporte une exèdre centrale de 7,88 m de diamètre, ceinturée extérieurement par un aqueduc qui permettrait d’y déverser de l’eau constamment. Perpendiculairement à cette exèdre, se développe à l’ouest une pièce rectangulaire de 19,50 x 8 m, dont la façade extérieure est habillée de pilastres ; une porte, accessible depuis un escalier y est ouverte. Une salle de longueur à peu près identique, mais incomplètement dégagée, se développerait à l’est. L’édifice comporterait peut-être une avancée au nord, en face de l’exèdre.

952Gennes est dans l’Antiquité une agglomération secondaire dotée d’un amphithéâtre, qui se trouve à 400 m à l’ouest du nymphée. On a proposé d’y localiser aussi des thermes, à 70 m (à 200 m selon Provost 1985 : 65) à l’est, où on a signalé deux « piscines » rondes (Farcy 1884 : 532), du marbre et des tuyaux de plomb, ce qui ne garantit pas le statut public de ces structures. L’édifice lui-même est traditionnellement qualifié de « nymphée », même s’il a été identifié comme une partie de thermes par Cl. Bourgeois (1992 : 122), qui n’en connaissait pas le plan. Il peut s’agir du nymphée d’une villa, moins improbable qu’un nymphée d’agglomération secondaire.

Chronologie du nymphée
  • 138 On retiendra parmi ce mobilier la présence d’un fragment de mortier à tête de lion concordant avec (...)

953L’absence de tranchées de fondation à la périphérie du bâtiment, et la durée d’utilisation des revêtements peints à incrustation de coquillages, encore attestés au IIIe siècle au moins à Trèves, ne nous permettent pas de disposer d’arguments internes de datation. Seule la chronologie relative est claire : sa construction et son utilisation sont antérieures au moment où l’on installe sur lui et après l’avoir remblayé, les salles H1 à H4 du bâtiment tardif. Deux monnaies de Trajan et d’Hadrien et un mobilier céramique de la seconde moitié du IIe siècle138 trouvés dans ce remblai (fig. 402, couche no 6), dans lequel le mur M22 est construit, fournissent un terminus post quem au remblaiement du nymphée. Sa construction pourrait être contemporaine de la phase hadrianienne de la résidence.

Un bâtiment H

954De la destruction du nymphée et de l’effondrement du mur M36 qui le ferme au nord, sont issus les matériaux qui constituent les remblais d’effondrement du nymphée (fig. 402, couche 7), que vient recouvrir un épandage de terre compacte mêlée de pierres (fig. 402, couche 6) : ces niveaux archéologiques sont pauvres en mobilier. Un nouveau mur (M22) est alors reconstruit, sur le même axe que le mur M36, mais il est décalé d’une dizaine de centimètres environ vers le sud (fig. 407). À son extrémité occidentale, il s’adosse au mur M15, en partie déformé par la pression des terres à l’amont. Un nouvel épandage (fig. 402, couche 5) constitue une couche de stabilisation dans laquelle les murs du bâtiment sont fondés.

955Le bâtiment (fig. 408 et 409) comporte trois premières salles H1, H2 et H3 de faibles superficies (respectivement 4,5 m2, 5,5 m2 et 7,5 m2), situées en enfilade le long du mur M22 et séparées par les murets M30, M28, M29, adossés au mur M22 au nord et liés au sud au mur M27 très dégradé. Étroits (l : 0,45 m) ces murs sont faits, dans leurs parties basses seules conservées, d’éclats de pierres liées à la terre et ils supportaient peut-être des élévations en terre. Le sol des trois pièces, vers 178,35 m d’altitude, est en terre battue (fig. 402, couche 4).

956Une quatrième salle H4, prolonge l’habitat au sud contre le mur M15. Sa limite méridionale, hors de l’emprise de la fouille, n’est pas connue, et le plan de cet habitat reste incomplet. La salle H4 est dotée d’un foyer (fig. 410) rectangulaire (0,90 x 1 m environ) contre lequel le sol de terre battue vient buter. II est fait de quatre plaques de terre cuite posées horizontalement, à la périphérie desquelles court une bordure de fragments de terre cuite plantés verticalement : il est de ce point de vue comparable à ceux qui ont été observés sur le site de La Citadelle (voir p. 154 et fig. 181). Ce foyer est adossé à un contrefort du mur M15, dans lequel a été creusé un conduit de cheminée.

Fig. 408- La Grange du Bief, terrasse 4 : plan du bâtiment H ; numérotation des vestiges (dessin : R. Tenu ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 407- Superposition du mur M22 au mur M36 du nymphée : vue depuis le sud (cliché : R. Tenu).

Fig. 409- Bâtiment H construit sur les remblais du nymphée : vue depuis l’est (cliché : R. Tenu).

957L’ensemble du bâtiment – à l’exception des murs M15 et M22 – sera recouvert par un déversement de matériaux (fig. 411, couche 3) contenant un abondant mobilier archéologique parmi un amas de tuiles brisées : on retiendra la présence d’une paire d’entraves en fer (en cours de restauration) et d’un denier de Julia Mammaea, mère d’Alexandre Sévère. La céramique de cette couche (ensemble Anse VIII présenté par C. Batigne Vallet, p. 370-372) est pour l’essentiel datée vers la fin du IIIe siècle ou le début du IVe siècle.

Fig. 410- Foyer construit du bâtiment H : vue depuis le sud-est ; l’arrachement du parement du contrefort du mur M15 est perceptible à la verticale du foyer (cliché : R. Tenu).

Les thermes de la villa de la Grange du Bief

958Dans la partie septentrionale de la terrasse 4 (fig. 375 et 395), R. Tenu a mis au jour un bâtiment thermal (fig. 412) au nord de l’habitat H et de l’espace B10 sans structures apparentes. Une première présentation rapide en a été faite naguère (Faure-Brac 2006 : 152, fig. 57), sur laquelle il nous paraît d’autant plus utile de revenir ici, que quelques points semblent faire difficulté.

959En chronologie relative, quatre états du bâtiment ont pu être identifiés (fig. 413). Le matériel archéologique s’est révélé très pauvre ou inexistant sauf dans les tranchées de fondations de l’abside M1 et du mur méridional M22 de l’espace B10, où la datation précise d’une période a ainsi pu être proposée. Pour les autres phases, seule l’analyse des niveaux de fondation et des types de construction conduit à une évolution chronologique plausible.

960Les sondages, entrepris dans des zones pour la plupart extérieures au bâtiment pour ne pas dénaturer l’ensemble des structures mises au jour, ont permis de préciser cette évolution. Les seuls sondages internes aux bains ont été localisés dans les salles où le revêtement de sol avait disparu, c’est-à-dire l’extrémité sud de l’espace B7 et la totalité de l’espace B8. Ils ont tous été systématiquement interrompus à la cote moyenne de 177,7 m, en raison d’une résurgence d’eau se stabilisant toutefois légèrement au-dessous de la plupart des fondations.

961La fonction thermale du bâtiment est possible à l’état II, certaine à partir de l’état III. La présence de thermes indépendants du bâtiment principal érigé sur la terrasse supérieure a pu surprendre : les fouilleurs de 1977 ont cherché à identifier des salles thermales dans l’aile de liaison septentrionale, et R. Tenu se demandait si les thermes de la terrasse inférieure n’avaient pas un caractère public (Faure-Brac 2006 : 154). En fait, l’éloignement par rapport à la résidence a été observé dans d’autres cas (fig. 414) : dans la seconde villa d’Haccourt, on accède aux thermes à l’issue d’un parcours de 50 m sous un portique à l’extérieur de la résidence (Brulet 2008 : 428 : IIe siècle) ; il en faut 250 pour arriver aux thermes de la villa de Nennig (Gros 2001 : 329, fig. 363) ; à Nérac (Balmelle 2001, no 39 : 390-393, fig. 300-302, 347 : première moitié du Ve siècle) on accède aux thermes en descendant de la colline sur laquelle la résidence est construite. Enfin, un établissement thermal de petite superficie (144 m2 de bâti) occupé entre la fin du Ier siècle et le dernier quart du IIIe siècle, a été découvert à Souligné-Flacé (Sarthe) sur le tracé de l’autoroute Le Mans-Angers (Bouvet 2001 : 443, fig. 451-453) : il apparaît complètement isolé d’un bâtiment à usage agricole distant d’une centaine de mètres et implanté en fond de vallée.

Fig. 411- Coupe stratigraphique des niveaux d’occupation et de remblaiement du bâtiment H (relevé : R. Tenu ; mise au net : E. Regagnon).

962Sans doute Vitruve (De Architectura VI, 6, 2) conseillait-il de rapprocher les thermes des cuisines, mais il parlait de lavatio rustica, de bains de campagne où il s’agissait tant de simplifier la fourniture de l’eau et de la chaleur, que de limiter les déplacements du personnel. Ici au contraire, et deux siècles plus tard sans doute, on fait ostentation de luxe, et on montre l’importance du bain dans la vie sociale.

État I : une construction de nature indéterminée

963L’état I, antérieur aux thermes, est représenté par l’angle orthogonal de deux murs, orientés sud-nord et ouest-est, dans l’axe général des structures de la terrasse supérieure.

964Le mur M40 (l. : 0,90 m), dont il ne subsiste qu’un radier de petites pierres posées directement sur les strates argileuses, a été mis en évidence à l’altitude de 177,75 m. Il disparait vers le nord sous l’espace B6 de l’état III et présente un retour perpendiculaire vers l’est (l. : 0,70 m), détruit par la construction du mur M1 de l’état II (fig. 415). Un sondage réalisé au nord de l’espace B6 a mis en évidence quelques assises de moellons maçonnés, à une altitude d’environ 178,30 m. Cette construction, dans le prolongement exact du mur M40 qui repose sur lui, déborde d’une bonne dizaine de centimètres vers l’ouest sous le mur M3 de l’état II. La couche archéologique qui l’enserre est constituée d’un remblai stérile de strates d’argile verte (ép. : 4 à 5 cm) séparées par des filets brunâtres d’oxydation. Cette couche présente un pendage ouest-est parallèle à la tranchée de fondation du mur (l. : environ 1 m) nettement reconnaissable par ses fines strates argileuses horizontales de couleur verte. Plus au nord une autre construction, arasée à 178 m, est apparue sous le mur M18 de l’état III ; elle s’interrompt brusquement à environ 0,50 m de l’extrémité septentrionale de ce dernier et pourrait correspondre également au prolongement de M40.

965Aucune trace de l’état I n’a été retrouvée dans la zone orientale de l’abside M1, de sorte que le type et les dimensions d’un bâtiment caractérisé par un mur repéré sur 10,50 m et présentant un retour d’angle incomplet ne peuvent être précisés. En l’absence de tout matériel archéologique aucune datation ne peut être établie.

État II

966Les raisons qui ont entraîné la destruction de l’état I ne sont pas connues. Les matériaux ont néanmoins pu être en partie récupérés pour construire un nouvel édifice constitué d’un espace rectangulaire agrémenté de deux absides axiales symétriques au nord et au sud.

967Le mur M40 de l’état I est reconstruit dans sa partie centrale (M3) et, avec lui, deux retours perpendiculaires, M4 au nord et M2 au sud, enferment une salle de 5,20 m de largeur, non comprise l’épaisseur de la maçonnerie (0,60 m en moyenne). Une première abside B5 se greffe sur le mur méridional, la liaison des structures M1 et M2 étant manifeste au sud-ouest du bâtiment. Une deuxième abside, dans l’axe de la précédente, a dû être érigée au nord puisqu’un mur M41 de largeur équivalente (fig. 416), visible sur une quinzaine de centimètres de hauteur seulement et arasé à environ 178,10 m, a été mis au jour dans les couches profondes de l’espace B8 de l’état III. Cette construction hétérogène utilisant des matériaux de remploi, tels que fragments de mortier de tuileau et débris de tegulae, s’incurve légèrement en direction du nord-est ; son retour oriental pourrait être sous le mur M16 de l’état III, dans l’hypothèse d’une symétrie du plan de l’édifice. La partie interne de cette abside est tapissée d’un fort radier de pierres à l’état brut posé directement sur l’argile, sans trace de béton de tuileau.

Fig. 412- La Grange du Bief, terrasse 4 : plan du bâtiment des thermes ; numérotation des vestiges (dessin : R. Tenu ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 413- Évolution du bâtiment des thermes (dessin : R. Tenu ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 414- Quelques exemples de thermes séparés de la résidence, à la Grange du Bief, à Haccourt (Belgique, prov. de Liège), Nérac (Fr., Lot-et-Garonne) et Saint-Cric-Villeneuve (Fr., Landes) [dessin et mise au net : M. Lagrange].

968Sous l’extrémité septentrionale de M13, construction de l’état III, est apparu un autre mur de 0,50 m d’épaisseur constitué de gros blocs de pierre liés à l’argile. Encastré dans les strates argileuses, sa base est exactement au même niveau que celle du mur M3, situé à un mètre de distance vers l’est. Il pourrait donc lui être contemporain.

969Une fosse (1 x 0,40 x 0,40 m), creusée dans les apports argileux horizontaux et comblée d’un mélange de terre ocre rouge, sable et argile, a été creusée au pied d’un contrefort de M15 (fig. 425, no 12). Son enfouissement (entre 178,5 et 178,10 m) à une profondeur sensiblement voisine de la base du mur M3 (178,25 m) la rattache au mur M15 sans pour autant attester une quelconque liaison avec les autres structures de l’état II dans cette zone.

970L’analyse détaillée du mur M2 à l’est de l’abside B5, indique un soubassement constitué de pierres sur chant à une altitude d’environ 177,50 m et un parement en élévation différent de celui des constructions précédemment décrites (fig. 417). Deux fractures verticales importantes semblent indiquer une restauration tardive se rattachant à un arrachement de l’état II au voisinage de l’abside.

971Aucun élément nouveau ne permet de préciser les dimensions et la fonction d’un bâtiment dont la partie orientale n’est pas connue en raison d’un arasement excessif et de remaniements postérieurs. Était-ce déjà une première ébauche de bains ?

Fig. 415- Vestiges du mur M40 appartenant à l’état I du bâtiment antérieur aux thermes (cliché : R. Tenu).

972La tranchée de fondation du mur M1 – nettement marquée dans l’argile environnante (fig. 418) – a livré, à la base de l’abside, plusieurs tessons de céramique relatifs à deux récipients dont un est une terrine en sigillée à déversoir à tête de lion de type Drag. 45 en provenance des ateliers de Lezoux ; sa fabrication est formellement attestée dans la seconde moitié du IIe siècle et plus précisément dans le dernier quart du IIe siècle de notre ère. On peut donc en déduire un terminus post quem de l’état II vers la fin du IIe siècle.

État III

973L’état III est lié à une profonde réorganisation de l’état II et correspond dans sa majeure partie à l’ensemble thermal tel qu’il est apparu sous la couche de terre superficielle. Si le corps central de l’état II est plus ou moins préservé, on assiste à un réarrangement de l’abside B5 comme l’indique sa liaison avec l’espace B3 ; le mur M1 à cet endroit, pratiquement linéaire sur une longueur de deux mètres, n’est en effet pas dans l’axe général des structures. L’abside septentrionale est également entièrement remaniée ; son mur M8 est délibérément décalé de la salle centrale vers le nord. D’autres pièces font leur apparition, complétant un ensemble décrit en détail ci-après. Si l’on tient compte de la datation de l’état II, il n’a pu être édifié que dans le courant du IIIe siècle de notre ère, sans plus de précision par manque de données chronologiques.

Fig. 416- Vestiges du mur M41 appartenant à l’état II sous le mur M7 de l’état III du bâtiment thermal (cliché : R. Tenu).

Fig. 417 - Relevé de la façade méridionale du mur M2 (relevé : R. Tenu ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 418- Coupe du comblement de la tranchée de fondation du mur M1 du bassin B5 par des apports argileux (no 2 et 4), mêlés de débris de construction (no 3) ; au sommet du comblement, couche de démolition contenant, sous la terre végétale (no 1), les fragments de verres à vitre ; no 5 : apports argileux préalables à la construction de l’édifice (relevé : R. Tenu ; mise au net : E. Regagnon).

974• Les espaces B3 et B4

975Au centre du bâtiment, une grande salle rectangulaire B3-4 (fig. 419) construite sur hypocauste, a conservé intégralement son infrastructure enterrée, formant une chambre de chaleur alimentée par le foyer B1 : son sol est en mortier de tuileau, et non en matériau réfractaire, ce qu’on constate souvent dans les espaces de circulation d’air chaud des thermes privés (Degbomont 1984 : 108-109). Les parements des murs (M3 à l’ouest, M2 au sud, M5 à l’est, M4 à peu près complètement épierré au nord) y sont également recouverts d’un enduit (ép. : 3 à 5 cm) de mortier de tuileau. Cette chambre de chaleur est divisée en deux moitiés à peu près égales (B3 : 5,20 x 4,20 m ; B4 : 5,20 x 3,80 m) par un mur M6 (l. : 0,36 m) percé de trois ouvertures (l. : 0,55, 0,50 et 0,40 m du sud au nord), assurément des arcades détruites en-dessous de la naissance de l’arche. Le tronçon de mur le plus méridional, et sans doute son symétrique détruit au nord, est fait de moellons maçonnés tandis que le piédroit de l’arcade est construit en briques ; le segment suivant, seul conservé de la partie médiane du mur, est entièrement fait de briques maçonnées.

976Dans l’espace B4, le niveau de circulation s’établit vers 179,10 m, et la sole inférieure est à l’altitude moyenne de 178,25 m. Elle supporte des pilettes encore à peu près en place, constituées d’un empilement de briques carrées (l. : 23 cm ; ép. : 3,5 cm) liées par des joints de mortier blanc de 1,5 à 2 cm. Ces pilettes plus ou moins écroulées ont été dégagées seulement au voisinage de la séparation M6. Elles devaient recevoir des dalles de terre cuite – non retrouvées à la fouille –, destinées à soutenir la maçonnerie du sol supérieur dont quelques fragments de mortier (ép. : 0,12 à 0,13 m) ont été récupérés dans le remblai de la suspensura. Les pilettes, d’environ 0,75 m de hauteur (soit treize à quatorze briques avec leurs joints), sont disposées en sept rangées dans le sens est-ouest et neuf rangées dans le sens nord-sud, avec un espacement d’axe en axe assez régulier de 0,58 à 0,62 m, sauf sur le pourtour de la salle où deux rangées plus rapprochées sont distantes de 0,45 m seulement. Quelques tubuli de terre cuite, mitoyens et de section rectangulaire, ont été retrouvés en place dans l’angle sud-ouest de B4. Plaqués contre l’enduit de mortier de tuileau qui habille les parois, leur base se trouve vers 178,90 m d’altitude, sous la face inférieure du sol suspendu de la suspensura. Ils devaient rejoindre des cheminées dont l’une a sans doute été localisée, dans l’angle sud-ouest de l’espace.

977Dans l’espace B3, la suspensura (fig. 419) est entièrement détruite. Cependant, sur la sole inférieure (altitude moyenne de 178,10 m), des petites plages d’argile marquent l’emplacement des pilettes, liées ici à l’argile, comme on a pu le constater sur deux d’entre elles, encore en place sur la sole en béton de tuileau. Elles permettent ainsi de restituer la disposition des pilettes, identique à celle de l’espace B4 – avec des briques du même format –, à cette nuance près que des demi-briques s’adossaient ici aux parois. La maçonnerie du sol supérieur, effondré, atteignait 13 à 15 cm. En outre, l’utilisation d’un liant argileux à la place du mortier des pilettes montre qu’on est plus proche de la source de chaleur (Vitruve V, 10, 2 ; Fouet 1969 : 239 ; Degbomont 1984 : 102 ; Bouet 2003 : 254). Cette analyse est corroborée par le fait que la sole de l’espace B3-4 est en pente de B4 vers B3 et vers un praefurnium B1 situé à l’est de l’espace B3.

978Au niveau de circulation dans les pièces (vers 179,10 m), les deux espaces B3 et B4 appartiennent certainement à une salle unique B3-4. On ne peut notamment pas retenir l’hypothèse d’une division physique, au niveau des élévations, entre un caldarium B3 et un tepidarium B4 (Faure-Brac 2006 : 152, fig. 57), qui ferait de l’abside B5 un obscur recoin accessible seulement depuis B3 : attestée uniquement à La Bâtie-Montsaléon (Hautes-Alpes), cette singularité est considérée par A. Bouet (2003, II : 49) comme la conséquence de l’histoire particulière du bâtiment et de la création d’un tepidarium pris sur la surface d’un vaste caldarium antérieur.

979• Le bassin B5

980Sur la salle B3-4 ouvre au sud et dans l’axe médian de la pièce, une grande abside B5, en fer à cheval, de 4 m de diamètre (fig. 420) dont le mur présente une partie inférieure débordante externe à la cote 178,40 m. Les moellons de fondation sont un peu plus volumineux que ceux du parement supérieur, conservé dans sa partie occidentale sur 0,60 m d’élévation. Cette abside abrite un bassin (profondeur : 1,27 m) dont le fond, en légère pente vers la vidange, atteint l’altitude de 177,85 m environ. Un escalier ou une banquette d’angle triangulaire en facilite l’accès au nord-est et des joints en quart de rond assurent l’étanchéité sur un habillage en mortier de tuileau. La vidange est attestée par un tuyau de plomb pris dans la maçonnerie de l’abside, à 1,50 m au sud de la banquette. Le tuyau débouche, à 177,77 m environ, au-dessus d’un canal de drainage C7 (l. : 0,50 m ; H. : 0,30 m), couvert principalement de dalles de calcaire, qui ceinture extérieurement l’abside B5 (fig. 418 et 421). Le canal C7 (parois de dalles calcaires non maçonnées dressées sur des tuiles ou briques posées sur l’argile) a été observé dans les deux sondages effectués de part et d’autre de l’abside, à l’ouest près du raccord du mur M12 à l’abside M1, et à l’est au raccord de M1 avec le mur du sous-sol M2. Dans le premier cas, son fond est à 177,72 m d’altitude, dans le second, la pente, d’abord de l’ouest vers l’est jusque vers 177,58 m à l’aplomb du tuyau de vidange, s’inverse pour remonter vers 177,69 m au raccord des deux murs ; au point le plus bas, un canal C8 recueille les eaux venant des deux branches de C7, et les évacue en courant parallèlement au mur méridional de l’espace B3-4, et à 5,30 m de lui environ (fig. 422). S’il n’a pas été observé en amont du premier sondage, le canal C7 semble se poursuivre à la fois sous l’espace B6 à l’ouest et sous la sole inférieure de la salle chaude à l’est. La forme particulière de l’abside qui se referme sur elle-même pourrait être une conséquence d’un remaniement du mur M1, plus linéaire et de construction moins soignée que dans sa partie occidentale, depuis la vidange jusqu’à sa liaison avec le mur M2.

Fig. 419- Coupes du bâtiment thermal à l’état IV (dessin : R. Tenu ; mise au net : E. Regagnon).

981• L’espace B8 et le bassin B9

982L’organisation de la partie septentrionale de la salle B3-4 est plus délicate à définir (fig. 412). Trois nouveaux murs – M18 à l’ouest ; M16, édifié sur un radier de pierres liées au mortier à l’est ; M7 au nord – s’adossent au bâti antérieur et définissent un espace B8 large d’1,50 m contre lequel est édifié un nouveau bassin B9 (fig. 419 et 423), dont l’abside M8 se superpose en partie au mur M41 de l’état II. Habillé d’enduits et de joints en mortier de tuileau, son fond est à 178,40 m, nettement au dessus (0,45 m environ) de son homologue B5. Un tuyau en plomb (altitude : 178,35 m), réplique de celui de l’abside B5, sert de vidange du bassin vers un canal extérieur C9 (fig. 422) dont la présence a été ponctuellement observée en aval du point de vidange et qui s’écarte obliquement en direction du sud-est.

Fig. 420- Bassin B5 du bâtiment thermal (cliché : R. Tenu).

Fig. 421- Caniveaux C7 et C8 contre le mur extérieur du bassin B5 (cliché : R. Tenu).

983Le mur du bassin est fissuré en deux endroits de part et d’autre de son évacuation ; la partie se raccordant au mur M7 s’est déplacée, créant une fente de 3 à 4 centimètres dans le mortier étanche à sa liaison entre le fond et la paroi orientale de l’abside ; ces fissures ont ensuite été colmatées par une couche de mortier de tuileau supplémentaire, doublant ainsi son épaisseur. Ces fractures peuvent s’expliquer par le fait que tous les murs de l’état III ont été construits sur l’arasement des structures de l’état II, sans liaison solide avec elles. Une stabilisation des fondations avec des couches argileuses a pu piéger des poches d’eau, créant une forte poussée vers l’aval en déformant ainsi tout l’édifice.

Fig. 422- Présence et circulation de l’eau dans le bâtiment thermal aux états II à IV (dessin : R. Tenu ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 423- Bassin B9 du bâtiment thermal ; au premier plan dans le bassin, butte-témoin laissée en place lors de la fouille (cliché : R. Tenu).

984L’espace B8 et l’abside B9 avaient d’abord (Faure-Brac 2006 : 152, fig. 57) été identifiés comme un apodyterium doté d’une vasque, ce qui n’est pas absolument sans exemple : A. Bouet (2003 : 17 et pl. 6) en signale en Gaule méridionale deux cas à Fréjus (Var) et aux Martys (Aude) [diam. de l’exèdre : 2 m environ] et d’autres à Conimbriga (Portugal) et à Herculanum (Italie). Mais la création, dans l’état III, d’un vestiaire B8 large de 1,50 m et ouvert sur un bassin B9 de 3,80 m de diamètre fait difficulté. Il est envisageable en revanche que l’adjonction ait seulement visé à élargir la salle centrale B3-4, sans avoir pour corollaire l’agrandissement de la suspensura : l’expérimentation conduite par F. Kretzschmer a montré que la chambre de chaleur, en infrastructure, n’avait pas besoin d’être aussi grande que la salle elle-même, et qu’un écart de 25 % entre les deux parties de la pièce était sans conséquence sur l’efficacité du chauffage (Degbomont 1984 : 118).

985• L’espace B1 et l’abside B2

986C’est à l’est, dans l’espace (environ 20 m2) B1 (fig. 412) que se situe un praefurnium, très mal conservé par suite de l’arasement des structures. Il en subsiste le départ des piédroits du canal de chauffe (L. : 1,70 m ; l. : 0,75 m), empilement de briques (0,20 x 0,32 x 0,04 m) protégées de la flamme directe du côté nord par des tegulae en position verticale (1,5 à 2 cm d’épaisseur). Le foyer, situé à l’extérieur sans prolongement du canal de chauffe vers l’intérieur de la salle B3, était protégé par deux murs M19 et M21. Ce type de foyer était en usage pour le chauffage de chaudières dans les bains, éventuellement en forme de testudo (chaudière longue et basse posée directement au dessus des flammes) selon les suggestions de F. Kretzschmer (Degbomont 1984 : 63, 74). L’état des vestiges ne permet pas d’affirmer qu’un conduit secondaire chauffait l’espace B2 (diam. : 2,50 m), qui prolonge la salle B3-4 à l’est. Le revêtement de sol en mortier de tuileau de cette troisième abside, de plus en plus arasé d’ouest en est, présente quelques restes préservés au même niveau que la sole inférieure de B3 (178,00 m) mais séparés d’elle par un mur complètement épierré jusqu’au sol argileux qui le supportait. L’existence d’une autre baignoire chauffée est difficilement envisageable dans un établissement thermal d’aussi petites dimensions ; de plus la dénivellation aurait atteint la hauteur de l’hypocauste de l’espace mitoyen B3. Située contre le foyer des thermes, cette pièce est probablement un petit laconicum qui prolonge l’hypocauste de l’espace B3.

987La salle B3-4 atteint ainsi, au moment de son extension maximale, une superficie de 58,5 m2, à laquelle s’ajoutent les superficies des deux absides B5 et B9 (un peu plus de 11 m2 chacune), et peut-être celle, difficile à mesurer précisément, de l’espace B2 (peut-être 5 m2) : l’ensemble chauffé aurait donc eu une superficie d’environ 85 m2.

988• Les espaces B6 et B7

989Limité par les murs M12 et M13 (fig. 412), l’espace B6 contourne l’angle sud-ouest de la salle B4. Ses dimensions (1,30 x 2,20 m) en font une salle très exiguë qui s’ouvre sur l’espace B7 de l’état IV au sud-est de l’établissement thermal. Des lambeaux de revêtement peint retrouvés contre les trois moellons taillés du mur M13 à son extrémité septentrionale (l. : 0,80 m), ainsi que sur la paroi occidentale de M3 attestent l’existence d’une salle à l’ouest de la salle centrale B4. Un prolongement d’une cinquantaine de centimètres du mur M7 vers l’ouest pourrait marquer l’extrémité nord de cette pièce dont on ne connaît ni les dimensions ni son éventuelle liaison avec le mur M15 ; il pourrait s’agir d’un frigidarium ou d’un tepidarium. Le revêtement de sol de l’espace B6, béton de tuileau bien érodé, a été préservé à un niveau qui peut être restitué à 179,20 m. Il recouvre un radier de pierres posé sur une couche argileuse mêlée d’éclats de pierres. Son angle nord-est, dépourvu de mortier étanche, forme une aire semi-circulaire terreuse limitée par une rangée de galets. Le mur M12 (fig. 424) se distingue de l’état II par son élévation constituée de trois parties : des fondations de gros blocs de pierre liés à l’argile (no 3), soutenant une maçonnerie (no 2) qui s’appuie sur le ressaut externe de l’abside du bassin B5, puis une élévation (no 1) légèrement en retrait des fondations jusqu’au niveau d’arasement. Le mur M13 s’est déplacé vers l’est par glissement sur une construction plus étroite de l’état II, créant une fracture importante à sa jonction avec M12.

990A. Bouet, dans son analyse sur les latrines (2009 : 195-301), signale en Gaule quelques lieux d’aisance de bains privés, de faible superficie comprise entre 1,5 et 7 m2 et à nombre de places réduit (entre 1 et 4), la plupart avec accès depuis le frigidarium ou l’apodyterium : à Blagnac en Haute-Garonne (2,60 m2, 3 places), à Loupian dans l’Hérault (7,20 m2, 2 places), à Draguignan dans le Var (4,80 m2) et à Saint-Romain-en-Gal dans le Rhône (3,62 m2, 4 places). Les exemples de latrines extérieurs à la Gaule sont relatifs à des thermes de villae à galerie de façade et pavillons d’angle comme à Vandœuvres en Suisse (1,57 m2, 3 places), à Mandern (1,15 m2, 1 place), Mehring (2,24 m2, 2 places) et Stahl en Allemagne où une niche semi-circulaire dans un angle de la pièce a été interprétée comme un possible urinoir (2,75 m2, 3 places). L’espace B6, de 2,86 m2 de superficie peut donc être identifié soit à un urinoir, soit à des latrines à place unique, bien qu’aucune trace de siège n’ait été retrouvée. Le canal C7 (fig. 422) qui court à la base de l’abside M1 dans sa partie occidentale et qui se prolonge sous le mur M12 a pu servir de réceptacle des latrines.

Fig. 424- Face méridionale du mur méridional M12 des latrines ; à la base de la fondation, blocs liés à l’argile (no 1) posés dans un niveau rapporté d’argile damée (no 2) ; le mur M40, de l’état I, est pris dans le terrain encaissant no 1 d’argile stratifiée (relevé : R. Tenu ; mise au net : E. Regagnon).

État IV

991Ce dernier état est assez difficile à définir et l’analyse des vestiges, à l’ouest de la salle chauffée B3-4, reste problématique. En supposant que la plupart des salles de l’état III aient perduré sans changement notable, deux espaces se distinguent nettement de cette période de construction : B7 et B1 (fig. 413).

992L’espace B7 (7,30 x 3,50 m), déjà occupé dans l’état III, est remanié dans l’état IV par l’adjonction de deux murs M14 au nord et M20 au sud qui prennent appui sur deux des contreforts du mur de terrasse M15, créant une pièce unique surélevée de 0,30 m par rapport à la salle chauffée B3-4 (fig. 419). Le sol de la pièce (à 179,40 m d’altitude) est en mortier de tuileau préservé dans sa quasi-totalité par le mur M15. La présence d’un quart-de-rond d’étanchéité contre le mur M15 a été notée (5 à 7 cm de rayon) sauf dans son axe médian où un exhaussement du sol paraît indiquer l’arrachement, au pied du mur M15, d’une construction disparue de plan carré (1,30 m de côté), peut-être une fontaine.

993Il y avait sans doute une communication entre les espaces B7 et B3-4, et un emmarchement pour rattraper la dénivellation de 0,30 m entre les deux espaces si l’on se réfère aux traces de mortier de tuileau recouvrant une partie du mur de séparation M3 près de l’angle qu’il forme avec le mur M4. Cependant, un caniveau C5 en U habillé de mortier de tuileau court contre le mur M3 (fig. 426), sur toute la longueur de la pièce, à une altitude moyenne de 179,10 m ; sa pente n’est pas connue. Il bifurque ensuite vers l’ouest où l’on perd sa trace au voisinage du mur M20.

994La pièce a été identifiée (Faure-Brac 2006 : 152, fig. 57) comme un frigidarium créé tardivement, alors que l’intégration du frigidarium aux bâtiments thermaux devient courante dès le début de l’époque impériale. S’il n’a pas été créé, il a pu en fait remplacer une pièce équivalente de l’état III, jugée trop petite dans ce dernier état (cf. infra). Mais c’est sans doute là que l’arrêt brutal de la fouille a été le plus préjudiciable à l’analyse de l’édifice.

995Un arasement important du mur M15 de près de la moitié de son élévation restante au droit des latrines ainsi qu’une fracture à ce niveau laissent supposer une probable adduction d’eau. En effet plusieurs dalles de pierre de couverture d’une canalisation sont apparues en amont du mur ; elles correspondent peut-être à un canal d’amenée d’eau C1 en provenance de la terrasse occidentale mitoyenne. Cette hypothèse pourrait être étayée par l’existence d’une autre canalisation C2-C4 longeant le mur M15 au nord de l’espace B7 (fig. 422 et 425). Une fosse (F2) creusée dans l’argile (1 x 0,40 x 0,40 m) et comblée exclusivement de fragments de briques et de tegulae, est apparue dans cette zone, à environ 3 m au sud du mur M20 (fig. 422), ainsi qu’un trou de poteau, identifié par deux pierres de calage au fond d’une cavité aux parois très rubéfiées. Ces deux derniers éléments sont-ils également à mettre en relation avec une prise d’eau éventuelle ?

996En limite orientale du terrain de fouilles, l’espace B1 est identifié par trois murs, deux encore visibles en fondation (M10 à l’ouest et M11 au sud), le troisième à l’est repérable uniquement par son empreinte en négatif dont une interruption au centre laisse supposer un probable accès de la pièce. L’analyse des constructions indique que le mur occidental M10 n’est pas lié au mur M2. L’espace entre les deux structures atteste une adjonction ultérieure à la salle centrale des bains qui pourrait être contemporaine de la transformation de l’espace B7 ; on constate en outre que l’assise de pierres située sous l’arasement vient en surplomb des assises inférieures et ses fondations sont nettement surélevées de plus de trente centimètres par rapport à celles du mur M2. Le type de construction du caniveau C8 qui borde le mur M11 sur toute sa longueur est similaire à C7. Une tranchée a été creusée dans les strates argileuses pour installer les pierres verticales de bordure du caniveau. Une couverture de dalles de pierre se chevauchant mutuellement a ensuite été installée puis recouverte de matériaux de démolition.

997Huit petits asses de bronze du Bas-Empire, découverts sur les sols en place et sur l’arasement des structures conduisent à placer une phase d’abandon vers la fin du IVe siècle ou le début du Ve siècle. Deux oboles d’argent de la fin du XIIe siècle indiquent par ailleurs que le site était encore visible à cette période.

Fig. 425- Coupe de l’espace B7. À un état ancien appartiennent la fosse no 12 recouverte par l’apport argileux no 4, et le mur M40 (état I) qui soutient le mur M3 de l’état II construit en tranchée large remblayée (no 1-3). À des états plus récents appartiennent le mur de soutènement M15 et, à sa base, le caniveau C2, contre lequel s’adossent les apports d’argile (no 2-3, 8). Le niveau du sol de la salle B7 et le caniveau C5 appartiennent à l’état IV du bâtiment (relevé : R. Tenu ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 426- Caniveau C5, à l’ouest (à droite) du mur M3 (cliché : R. Tenu).

L’aménagement et la décoration des bains
  • 139 Un autre type de canalisation en terre cuite a été retrouvé au sud de l’espace B10. Retrouvés sur q (...)

998Le décor interne peut être rendu avec suffisamment d’exactitude par les matériaux extraits des couches de remblai des différentes salles. Mis à part les espaces B1 et B8, tous les sols sont revêtus de mortier étanche imitant un terrazzo pour les soles supérieures des hypocaustes et la banquette du bassin sud. Aucune trace de mosaïque n’a été décelée ; les quelques tesselles découvertes dans la couche de terre arable proviennent des terrasses en amont et ont été entraînées par les labours dans la pente du terrain. Tous les murs en sous-sol sont enduits de béton de tuileau sur une épaisseur de deux ou trois centimètres. Il en est de même dans les bassins B5 et B9 qui présentent la particularité d’avoir un tuyau de plomb de vidange139. Un fragment de fine colonnette en pierre, trouvé dans la couche de démolition de B4, constitue le seul élément de décor architectural des thermes.

999Un escalier (ou une banquette d’angle), malheureusement détruit en totalité mais visible en négatif, permettait d’accéder au fond du bassin B5 depuis la salle chauffée B4 voisine. Quelques fragments retrouvés indiquent qu’il était constitué d’assises de briques liées avec un mortier rose de granulométrie très fine et couvertes extérieurement d’un enduit identique à celui qui nappait les parois du bassin. Ce bassin, largement ouvert sur la pièce chauffée centrale, était vraisemblablement rempli d’eau chaude provenant d’une chaudière installée sur le foyer tout proche et qui n’a malheureusement pas été retrouvée.

1000L’ornementation se résume essentiellement aux enduits colorés extraits du remblai des bassins B5, B9 et de la salle chauffée centrale. Les pigments sont appliqués sur un enduit blanc de 0,4 cm d’épaisseur qui recouvre soit un autre enduit blanc de texture grossière de 4 cm d’épaisseur, soit une couche d’un enduit moins épais (2 cm) fixée sur un support de mortier de tuileau d’épaisseur variable (entre 4 et 6,5 cm). Ce dernier revêtement recouvre plus spécialement les tubuli de B4. Les couleurs des peintures, très évanescentes, dénotent une fabrication tardive et utilisent la quasi-totalité de la palette du spectre lumineux (bleu azur, vert pâle, jaune, rose, violine) avec toutefois une dominante rouge et noire. Quelques motifs qui n’ont pas été identifiés de façon certaine pourraient correspondre à des représentations végétales et des filets rouges et blancs encadraient des panneaux unis ou ornés.

1001Contre le mur M1 et à l’extérieur du bassin B5, le niveau de démolition a fourni un matériel qui mérite d’être signalé. Il s’agit en effet de nombreux éclats de verre associés à des éléments d’architecture en brique de forme tout à fait particulière (fig. 427). Cet ensemble de matériaux correspond à des encadrements de baies vitrées, à simple ou à double ébrasement (Faure-Brac 2006 : fig. 71), ouvertures semblables à celles qui apparaîtront plus tard dans les églises romanes. Les briques de 8 cm d’épaisseur comportent en effet une large partie oblique de 30 cm de long marquée par une petite échancrure orthogonale de 4,5 cm de côté dont la fonction a été révélée par des traces de mortier rose de granulométrie très fine adhérant aux parois, traces détectées également sur certaines bordures des éclats de verre. Il est donc incontestable que les carreaux s’adaptaient dans l’échancrure des briques où ils étaient « fixés » au moyen du mortier étanche.

1002Chaque baie comportait peut-être même deux carreaux séparés par un vide d’air. D. Foy et S. D. Fontaine (2008) nous renseignent sur le type de fabrication des carreaux quadrangulaires qui étaient vraisemblablement coulés dans un moule muni de rebords pour retenir la matière et définir le format du panneau. Ce procédé leur donne un aspect lisse sur une face et granité sur l’autre. M. Fuchs pense que les encoches dans les briques, « selon un système extrêmement intéressant et encore inconnu à ce jour », pouvaient servir à retenir un châssis de bois dans lequel la vitre s’encastrait. Des marques d’outil aux angles indiquent un étirement du verre encore pâteux, au moyen d’une pince, vers les extrémités du carreau. Les bordures, constituées de plusieurs couches de verre, ont peut-être été volontairement épaissies par retournement partiel de la pâte afin de consolider des zones fragilisées par leur contact avec les briques de maintien. Deux colorations ont été observées : vert (fragments les plus nombreux) et jaune, attestant soit l’introduction de matières colorantes au cours de la vitrification, soit deux origines différentes des matériaux à l’origine de la fabrication.

Fig. 427- Villa de La Grange du Bief : briques d’encadrement des ouvertures (cliché : J.-Cl. Béal ; DAO : E. Dumas).

  • 140 Des fragments de verre de même nature, exposés dans le petit musée d’Izernore (Ain), ont été découv (...)

1003La diversité des formats, des teintes et des détails de fabrication exclut toute datation précise à partir de ces paramètres. Selon Sénèque (Degbomont 1984 : 23) le verre à vitre isole, tout en les éclairant, les pièces à chauffer. J.-M. Degbomont place ce type de construction dans la 3e phase, celles des hautes températures alors que le chauffage domestique par hypocauste n’apparaît qu’à la 4e phase aux environs de 150 ap. J.-C. selon F. Kretzschmer. Les exemplaires quasiment complets retrouvés varient d’une vingtaine de centimètres de côté pour les plus petits jusqu’à des dimensions de près d’un mètre pour les plus grands (Foy, Fontaine 2008). Une estimation des dimensions des baies de la Grange du Bief peut être envisagée à partir de l’épaisseur du verre, en diminution constante des extrémités (5 à 6 mm) vers le centre (de l’ordre de 1 à 2 mm), et de la taille des briques d’encadrement ; un module probable pourrait correspondre à des vitrages de 50 cm sur 30 cm environ. Les angles retrouvés sur les fragments étudiés indiquent qu’ils appartiennent à au moins quatre à cinq vitrages différents et le regroupement de tous les éléments des baies montre qu’ils n’ont pas dû être déposés très loin de leur lieu d’origine140.

1004On peut supposer qu’il y avait au moins une baie dans chaque salle. Les fenêtres des bassins devaient être situées dans l’axe de leurs absides respectives. Celles de la salle centrale devaient faire face au sud pour un éclairement maximal. Les latrines ne nécessitaient qu’une petite ouverture probablement au sud également ; l’éclairage de l’espace B7 pouvait se faire indifféremment au nord ou au sud.

  • 141 Une esquisse de restitution des thermes dans leur dernier état a été proposée dans Faure-Brac 2006  (...)

1005Les faibles élévations restantes ne permettent pas de rendre plus précisément l’aspect complet des thermes141, mis à part peut-être l’espace B2, détruit jusqu’aux fondations, et qui pouvait être surmonté d’un cul-de-four pour conserver une chaleur intense, le reste des bâtiments présentait une couverture charpentée. En effet, le sol du frigidarium était jonché d’un amoncellement de tuiles brisées et le remblai des bassins nord et sud, exempts de contreforts externes, a fourni dans les deux cas un corbeau de pierre de soutien d’une charpente. La couche de démolition externe aux bâtiments était d’ailleurs constituée presque exclusivement de fragments de tegulae et d’imbrices. Plusieurs d’entre elles ont pu être reconstituées ; elles appartiennent à deux types différents. Aucune trace d’enduit n’a été observée sur les faces externes des murs, ce qui ne signifie nullement qu’il n’ait pas existé puisque la plupart des constructions sont arasées à leur niveau d’élévation.

2.10.3.3. La zone inférieure

1006Ce qu’on connaît des bâtiments de la terrasse inférieure a déjà fait l’objet d’une publication (Lavagne, Tenu 1985 : 152-155) : nous en rappellerons seulement ici les traits principaux, d’autant que les vestiges n’ont fait l’objet que de dégagements superficiels. Un premier ensemble de vestiges est composé d’un mur, pré sentant un renfoncement rectangulaire, qui est traversé par un caniveau et par une conduite d’évacuation des eaux maçonnée et dotée d’un regard. Au nord-est de ces vestiges, un second ensemble est un bâtiment dont le plan est incomplet : en façade, à l’est, son stylobate recevait deux colonnes libres encadrées de deux colonnes engagées d’angles – il s’agit de colonnes construites, d’un diamètre de 0,40 m, recouvertes de stuc rouge (voir p. 298) ; contre le stylobate était plaqué un habillage de dalles de grand appareil. La nature et la datation absolue de ces vestiges sont, en l’état, indéterminables.

2.10.4. LES TOMBES DE L’ANTIQUITE TARDIVE (J.-Cl. Béal)

1007À l’extrémité méridionale du portique no 27, et aux abords du pavillon d’angle, les fouilles d’A. Parizot ont mis au jour un groupe d’inhumations à coffrage de dalles, mal documentées et postérieures à la ruine de la villa.

  • 142 On a peu d’informations sur les « fours » signalés dans ce texte, et dont R. Perraud dit seulement (...)

1008Quatre d’entre elles sont localisées sur le plan de 1968 immédiatement au sud-est du pavillon, sur les maçonneries duquel deux d’entre elles (no 2 et 3) empiètent. L’une (no 3) est orientée est-ouest, les trois autres, sud-est/nord-ouest, la tête étant à l’ouest chaque fois : « quatre squelettes très mutilés (1 à 4), inhumés regardant le sud-est, ont été trouvés au même niveau que les fours. Le no 1 était protégé par quelques dalles verticales. À l’une des tombes accédait un couloir d’imbrices bout à bout (conduit à libations ?) » (Perraud 1968 : 19)142.

1009Un peu à l’écart, dans la cage d’escalier du pavillon (fig. 391), a été trouvée une autre tombe, dans laquelle R. Perraud (1965 : 30 ; repris dans Leglay 1976) a vu une tombe « chrétienne » [sic] de la fin du IIe siècle ap. J.-C. Mais la tombe, enfouie à 0,75 m de profondeur, a été creusée dans les remblais d’effondrement de la villa, dont nous savons que l’épaisseur dépasse ici 1,40 m de hauteur (voir p. 304-307), et elle ne peut être du IIe siècle.

1010La tombe (fig. 428) était orientée ouest-est, la tête étant du côté occidental, face au soleil levant ; penché vers la gauche du défunt, le visage « regard [e] vers le Nord. Les bras étaient écartés du corps, mais la main droite ramenée sous le bassin, semble-t-il, et la gauche sur le pubis » (Perraud 1965 : 27).

Fig. 428- Tombe tardive de la Grange du Bief : sous les jambes apparaît au niveau des genoux l’une des pentures de porte ; à droite on distingue le renfort d’essieu et le manche de la pelle à feu (cliché : R. Perraud).

1011Le fond de la sépulture est constitué d’un battant de porte dont les deux pentures (fig. 429, no 3 et 4), longues à l’origine de 0,60 m, ont été retrouvées sous le squelette et perpendiculairement à lui, au niveau du thorax et des genoux (Rapport Parizot 1966 : 32). Selon R. Perraud, les longs côtés de la sépulture seraient délimités par des tegulae non jointives, posées sur chant, les rebords tournés vers l’extérieur : plus précisément, les photographies montrent en fait une tegula à droite et à gauche du crâne, une autre à gauche des genoux. Vu la largeur de la sépulture et leur emplacement, il est plus douteux que « deux tuiles presque à plat, superposées au pied de la tombe et (au-dessus du tibia) gauche » et perpendiculairement à l’axe longitudinal de la tombe aient appartenu à un dispositif de couverture.

Fig. 429- La Grange du Bief : mobilier de la tombe tardive. 1-2 : renforts annulaires de timon ; 3-4 : fragments subsistant des pentures de porte ; 5 : renfort d’essieu ; 6 : flacon (dessin : C. Bazillou).

1012Plusieurs objets en fer constituent le mobilier d’accompagnement ; une partie des identifications proposées par R. Perraud doit être aujourd’hui rejetée.

1013Deux haches-marteaux (fig. 430, no 3 et 4) longues de 0,195 m et 0,170 m se trouvaient « l’une près du crâne, à [la] gauche [du défunt], l’autre au niveau de l’avant-bras, à gauche également, mais en dehors [de la sépulture] » (Perraud 1965 : 27). De section triangulaire en plan, ces deux haches ont un œil circulaire pour un emmanchement dissymétrique, près de l’extrémité épaisse, mais au contraire du type courant (Manning 1985 : 15-16, fig. 3, pl. 7), la hauteur de la lame croît vers les deux extrémités, ce qui est plus habituel sur des haches à œil médian. Une pelle à feu (fig. 431), longue de 1,10 m, était disposée parallèlement au mort, et à sa gauche, la palette « au niveau du thorax » du défunt. Les photos (Rapport Parizot 1966, pl. 2 par exemple) montrent que la palette et le manche passent derrière l’une des tegulae qui délimitent la fosse et que la pelle était à sa place au moment où le battant de porte qui supportait le cadavre a été déposé. R. Perraud a identifié comme un outil à travailler la terre « très rudimentaire, primitif », une plaque terminée par une douille oblique (fig. 429, no 5), qui se trouvait du même côté, au niveau de la hanche gauche : on y verra plutôt aujourd’hui une pièce de char, en l’occurrence un renfort d’essieu (Haser, Maise 2003, fig. de la p. 223, no 25 ; Devevey, Larcelet 2006 : 311, fig. 7). Un trépied fragmentaire (fig. 430, no 1) était à côté et « au contact » de l’objet précédent. De cet objet subsiste deux pieds, reliés entre eux par une barre incurvée, et une partie d’une autre barre courbe, sur laquelle le troisième pied devait être soudé. R. Perraud avait proposé de voir dans cet objet incomplet un « chenet ». Un flacon de type tripode (fig. 429, no 6), dont le fond et les pieds ont disparu, était posé également « l’ouverture [en fait la partie inférieure] contre terre, à gauche du sujet, à l’extérieur du coffre de tuiles » (Perraud 1965 : 27, ce que confirme le relevé sommaire qui figure dans Rapport Parizot 1966, pl. 2). R. Perraud identifiait cet objet, non sans réserves, comme un umbo de bouclier ; mais on connaît aujourd’hui d’autres exemplaires très comparables de flacons tripodes métalliques, par exemple, dans la Haute-Vienne, à Limoges (Loustaud, Viroulet 1981 : 74 : fin du IIIe siècle), et, dans la Loire, à Saint-Romain-le-Puy (Robin 1973 : 49, pl. 3, no 5 ; Lavendhomme 1997 : 225, no 285 : IIe siècle). Deux manchons tubulaires (fig. 429, no 1 et 2), l’un de 10 cm de diamètre pour une longueur de 5,8 cm, l’autre, de 12,8 cm pour une longueur de 6,7 cm, ont été retrouvés « bloqués par la rouille, à l’intérieur » de l’« umbo » dont R. Perraud avait pensé qu’ils pouvaient être solidaires (Perraud 1965 : 29). Des manchons de ce type servent de renforts annulaires de timon.

Fig. 430- La Grange du Bief : mobilier de la tombe tardive. 1 : trépied ; 2 : goupilles ; 3-4 : fers de hache (dessin : C. Bazillou).

Fig. 431- La Grange du Bief : mobilier de la tombe tardive : pelle à feu (dessin : C. Bazillou).

1014L’ensemble de ce mobilier relève donc de trois catégories, les objets de la cuisine, les éléments de char, et les outils du propriétaire domanial. Leur présence dans la tombe témoigne de la réussite du défunt, qui donne de lui-même l’image d’un possesseur d’objets et d’instruments de la production (Béal 2000 : 156-158 ; Béal 2010 : 26-27). La localisation de la sépulture à l’écart des autres tombes, et son architecture particulière, suggèrent également que le défunt ait eu un statut distinct de celui des autres inhumés.

1015R. Perraud (1965 : 30) rapprochait cette sépulture du type des tombes en « coffre en tuiles incomplet » qu’il connaissait à Briord (Ain) et dans la vallée du Rhône (Gagnière 1960) ; mais, dans cette hypothèse, on voit mal quels rapports entretiendraient la sépulture soigneusement délimitée et les objets pour la plupart en marge ou à l’extérieur d’elle. Pour F. Blaizot (courrier en date du 12-03-09), il s’agit d’une sépulture installée dans une fosse plus large : les tegulae sont installées à droite contre le mur et calées au sol à gauche ; « la tegula qui est affaissée à gauche du défunt a basculé vers l’extérieur dans un espace vide […] en partie sur les outils [disposés dans la fosse pour partie à l’extérieur de la sépulture…]. L’ensemble de la fosse peut avoir une couverture en bois qui protège le coffre et le dépôt d’outil ». Ce genre de dispositif est « attesté aux IVe et Ve siècles et se prolonge au-delà » ; mais la présence d’un mobilier funéraire bien caractéristique de l’époque impériale interdit une datation au haut Moyen Âge.

1016Cette tombe, et le petit cimetière qui l’avoisine, témoignent donc de modifications lourdes dans le fonctionnement – ou de la disparition – de la villa dans l’Antiquité tardive. L’ampleur de ces modifications nous échappe, mais le rapprochement s’impose avec les témoins d’une occupation contemporaine rencontrés à la périphérie de la villa lors de la fouille de 2010.

2.10.5. LA PERIPHERIE DE LA VILLA (J.-Cl. Béal, D. Frascone et R. Tenu)

2.10.5.1. La trouvaille fortuite d’un mur de clôture

1017À l’occasion de travaux d’aménagement, L. Fraisse a pu observer dans les années 1970 un mur maçonné, d’orientation approximativement nord-sud, près de la limite orientale de la parcelle AC 01, no 61 (renseignement de L. Fraisse). Légèrement oblique par rapport à cette limite, il sort au bout d’une vingtaine de mètres de l’emprise de la parcelle, en direction de l’étroit passage qui donne accès à la parcelle no 62 (fig. 432, F). On ne peut le raccorder aux structures connues de la villa proprement dite. Il peut appartenir à une clôture de la villa, si, comme il est vraisemblable, il s’agit bien d’un mur antique.

2.10.5.2. Occupation à la périphérie de la villa : la fouille de 2010

1018L’occupation à la périphérie de la villa nous demeure à peu près inconnue, et les limites mêmes de l’espace construit autour de la résidence restent incertaines, notamment à l’ouest.

1019Il nous a paru que le site des Carrières pouvait être distingué de la villa, moins par son éloignement (à 350 m environ à l’ouest de la résidence), que par ses caractéristiques morphologiques et par son orientation, qui diffère de celle du bâtiment résidentiel (voir p. 286-290).

1020Par ailleurs, A.-C. Rémy a conduit en 2009, un diagnostic sur la parcelle AC, no 2086, dans l’emprise du lotissement dit de « La Dame-Blanche » à 300 m environ à l’ouest de la résidence ; en 2011, elle a également sondé les parcelles mitoyennes au sud (no 277 et no 142 : fig. 432, A et D). Elle n’y a pas rencontré de vestiges antiques.

1021En revanche, en 2010, D. Frascone a mené une fouille préventive dite de la « Grange du Bief – Chemin du Chiel » (fig. 432, C) immédiatement au sud de la résidence (parcelles AD, no 71p, 72p, 77p, 78p, 80p, 81p, 138p, 161p, 162p). Ce site (fig. 433) a fourni des vestiges, certes assez épars, témoignant de phases d’occupation de plusieurs périodes de la protohistoire (Bronze ancien, premier âge du Fer) et de l’époque romaine (IIe-IIIe siècles et Ve-VIe siècles).

1022Des aménagements viaires traversent la parcelle d’est en ouest pour l’Antiquité et du nord au sud pour le premier âge du Fer et les indices des différentes phases, s’ils ne permettent pas de situer l’épicentre des différentes occupations, tendent en tout cas à suggérer que les installations auxquelles ils se rattachent se situent non loin de là (à l’est et au sud-est de la parcelle pour la protohistoire, au nord-ouest et à l’est pour l’Antiquité tardive ?).

Ludna et Asa Paulini, deux étapes antiques du Val de Saône sur la route de Lyon

Fig. 433- La Grange du Bief : plan des fouilles de 2010 à « La piscine intercommunale » (dessin : D. Frascone).

  • 143 Il faut rapprocher ces observations de deux autres : d’une part, R. Perraud (Rapport Perraud 1967 : (...)

1023Il est délicat de restituer la dimension et le type de site des différentes périodes, mais la présence de quatre foyers à pierres chauffées le long d’un chemin hallstattien suggère une occupation assez dense, tout comme celle de fosses-silos en assez grand nombre pour la période du Bronze ancien et de Hallstatt suppose l’existence d’habitations à proximité143. Les données de fouille permettent d’imaginer une restructuration de la topographie postérieure à la protohistoire (aplanissement de microtopographie par exemple), et si, pour les périodes plus anciennes, il s’agissait d’habitats sur poteaux, l’arasement romain et les activités agricoles successives ont pu éliminer les traces de ces vestiges comme la forme tronquée de certaines fosses-silos le laisse entrevoir.

1024Pour la période du Haut-Empire, il est possible que l’on se situe sur une parcelle vouée uniquement à des activités agricoles.

1025En effet, seul un chemin en creux, de 2 m de largeur environ, installé dans un vaste fossé et ayant fourni les indices de quatre recharges plus ou moins bien conservées de galets et petits blocs (fig. 434), recelait du mobilier des IIe et IIIe siècles, période d’occupation attestée dans les fouilles de la villa de la Grange du Bief. Ce chemin ouest-est se situe en bordure nord de l’emprise de la fouille et rares sont les artefacts et vestiges chronologiquement associés, au sud de ce chemin. S’agit-il d’une limite de l’emprise de la villa et d’un chemin la bordant et la séparant des terres cultivées ? Il est assez tentant de répondre par l’affirmative, une interrogation subsidiaire concernant cependant l’orientation différentielle du chemin et de l’ensemble des sub structions liées à la villa : le chemin est axé presque strictement est-ouest alors que les murs de la zone habitée ont un décalage vers l’est de 9 ° environ par rapport au nord géographique. Il est difficile d’expliquer les raisons de ces orientations différentes surtout s’il s’agit réellement de séparer une zone habitable d’un secteur cultivé.

Fig. 434- Chemin du Haut-Empire dans les fouilles de 2010 (cliché : D. Frascone).

1026Concernant la période du Bas-Empire, notamment le Ve siècle, plusieurs indices ont été mis au jour au sud du chemin galloromain. Ainsi, un angle de murs dont l’orientation reprend celle de la villa a été retrouvé en bordure orientale de la parcelle fouillée, alors que, plus à l’est (fig. 432, G), sur un secteur que ne toucheront pas les aménagements projetés, et donc délaissé dans la prescription de fouille, le diagnostic préliminaire (Rapport Coquidé 2010) avait également permis d’observer un mur nord-sud long de 17 m avec trois retours vers l’est, un à chaque extrémité et un autre à 3,50 m environ au nord du retour sud. La chronologie de ces murs, conservés sur une seule assise, est difficile à établir avec certitude mais un lambeau de niveau d’occupation, en partie remanié par les labours, recelait un mobilier homogène datable des Ve et VIe siècles.

1027À l’extrémité occidentale de l’emprise des fouilles, chevauchant sur sa moitié nord l’axe du chemin du Haut-Empire, un fond de cabane de 4 m de longueur est-ouest et 3,20 m de largeur nord-sud a été mis au jour. Le bâtiment (fig. 435) était construit sur six poteaux répartis trois à trois sur chaque petit côté, et son niveau de sol interne se situait 0,40 m environ en dessous du sol extérieur. L’entrée n’a pas été retrouvée mais paraît devoir se situer au centre du mur sud. Un incendie a entraîné la destruction et l’abandon de cette cabane dont le comblement s’est probablement réalisé en deux temps, les matériaux de construction incendiés s’accumulant sur la partie inférieure, un remblaiement postérieur ayant eu lieu pour colmater le creux restant. Cela peut en partie expliquer que l’essentiel du mobilier céramique, datable du Ve siècle, n’ait pas subi l’action du feu et se localise majoritairement sur la partie supérieure. Il n’en demeure pas moins que le comblement volontaire de la cavité est sans doute de peu postérieur à l’incendie et que le mobilier daté est assez proche, chronologiquement, de la période d’utilisation de cet espace.

Fig. 435- Série de pesons en place sur le sol d’une cabane dans les fouilles de 2010 (cliché : D. Frascone).

1028Sur le sol de la cabane, 56 pesons de tisserand ont été retrouvés en place, indiquant la fonction et la situation assez précise du métier à tisser. Il semble très vraisemblable qu’il s’agissait d’un métier de près de 2 m de large localisé dans l’angle nord-est de la cabane. L’installation de ce type d’activité artisanale dans des structures excavées est courante voire exclusive en raison de la nécessité de conserver une atmosphère humide afin que les fils ne deviennent pas cassants en se desséchant. La particularité majeure de ce fond de cabane provient de la forme des pesons qui, au lieu d’être pyramidaux comme c’est majoritairement le cas, sont circulaires, forme attestée essentiellement dans des régions assez éloignées comme la Grande-Bretagne ou l’Alsace et l’Allemagne, mais pas sur la majeure partie du territoire de la Gaule (étude en cours).

1029La trace d’un chemin d’axe est-ouest identique à celui des vestiges de la villa a été observée sur toute la longueur du site, au sud. Aucun mobilier datant n’a pu en être extrait sur les rares zones testées mais il est possible qu’il s’agisse d’une nouvelle délimitation de l’espace, mise en place au Bas-Empire pour remplacer le chemin retrouvé au nord de la parcelle fouillée, repoussant les limites agricoles plus au sud.

1030Enfin, en 2011, Ch. Vermeulen a mené un diagnostic sur la parcelle AC no 59 (fig. 432, E). Elle y a rencontré une tombe à inhumation orientée est-ouest. Une monnaie du IVe siècle et du mobilier céramique en cours de détermination proviennent de la colluvion qui la recouvre (Rapport Vermeulen 2011).

2.10.5.3. L’aqueduc et l’alimentation en eau

1031Aucun puits antique n’a été retrouvé à l’occasion des différentes fouilles de la Grange du Bief. Cependant, l’eau abondait, naguère en tout cas, dans le sous-sol du quartier. Un plan dressé en 1964 par A. Côte (archives R. Tenu), à l’occasion des premières découvertes, fait état d’une « source » aujourd’hui invisible dans le talus de l’ancien chemin (feuille AC 01, parcelle no 197), d’une « serve » – une mare – disparue et d’un « puits commun », qui existe encore dans le chemin de la Grange du Bief, et dont l’écoulement était conduit à travers les terrasses inférieures de la villa (archives Parizot, photographie aérienne de 1964). Une « source » est encore localisée sur la terrasse 2 (Lavagne, Tenu 1985 : 151), et les arrivées d’eau ont été abondantes pendant la fouille des terrasses inférieures de la villa.

1032Lors de la pose d’une installation électrique consécutive à des travaux d’aménagement d’un golf sur l’ensemble des terres agricoles à l’est et au sud de la fouille de R. Tenu, M. Chinal a récupéré, sous le chemin du Golf, reliant la Grange du Bief à Chiel, un tronçon arraché de conduite maçonnée, sectionné à une vingtaine de centimètres sous la surface. Cet élément de maçonnerie est un fragment de chenal d’aqueduc enterré (fig. 436).

1033D’une largeur de 19 à 19,5 cm, le canal est tapissé d’une épaisseur de 3 cm de mortier de tuileau ; deux quarts de rond assurent l’étanchéité à sa base. Il est entouré d’un massif de maçonnerie de 15 à 20 cm d’épaisseur constitué de pierres plates liées à du mortier blanc.

Fig. 436- Villa de La Grange du Bief : section du canal de l’aqueduc (dessin : R. Tenu ; mise au net : M. Lagrange).

  • 144 R. Perraud (Rapport Perraud 1967 : 3e page) a signalé que, dans la « parcelle cadastrale 286 […], a (...)

1034Cet aqueduc devait être alimenté par la source réputée intarissable de Chiel (Serrand 1845 : 289), un peu en amont du lieu-dit « La Fontaine », à 800 m à l’est de la villa de la Grange du Bief ; le conduit souterrain devait suivre approximativement la ligne des 185 m d’altitude, ce qui ne lui permet pas d’approvisionner en eau la terrasse supérieure et les caniveaux 15 et 16 vers 190 m d’altitude, mais est suffisant pour desservir les terrasses inférieures, le nymphée et les thermes, ainsi que les jardins d’agrément qui devaient s’y trouver144. C’est un exemple de ces aqueducs ruraux sur lesquels l’attention a été récemment attirée, par exemple dans la villa de Richaume à Puyloubiers (Bouche-du-Rhône : Mocci et al. 2005 : 153-159), alimentée par un aqueduc qui prend l’eau à plus de 700 m.

1035On peut supposer enfin qu’il existe une corrélation entre cet aqueduc et le conduit voûté dégagé sur la terrasse inférieure, en contrebas des bains.

2.10.6. CONCLUSION (J.-Cl. Béal)

1036De la villa de la Grange du Bief, nous avons une image presque sans épaisseur historique. Les destructions sans contrôle ou accompagnées de fouilles hâtives dans les années 1970 nous privent à l’évidence d’une part importante de la documentation. Il faut cependant souligner quelques faits.

1037Avant la grande villa dont nous percevons à peu près le plan avec ses deux grands portiques et ses jardins, il existe sans doute à la Grange du Bief des constructions dont, par exemple, R. Perraud a constaté ou pressenti l’existence, sous les salles no 19 et 20, à l’ouest de la salle no 25, et peut-être sous le niveau de sol de la salle no 24, comme nous-mêmes l’avons vu sous le niveau de sol de la salle no 25. Ces données sont ténues. Parmi la céramique, de rares fragments, dont deux proviennent d’un calice précoce de Lezoux, peuvent être augusto-tibériens, mais restent isolés ; parmi la petite série monétaire provenant du site, la monnaie la plus ancienne est, certes, un semis d’Auguste ou de Tibère, mais il a été monté en pendeloque et utilisé à une époque plus récente : c’est peu pour évoquer l’« origine tibérienne » (Walker 1981 : 320) de la villa. De même, les traces d’une occupation immédiatement antérieure à l’époque impériale font pour le moment défaut.

1038Au IIe siècle, moment, peut-être, de sa plus grande prospérité, et dès l’époque d’Hadrien sans doute, la résidence de la Grange du Bief couvre 1,3 ha environ et s’étire en façade, du bout d’un pavillon à l’autre, sur plus de 180 m de longueur. Elle compte alors parmi les plus grandes résidences des provinces occidentales de l’Empire. Si l’on ignore l’aspect de sa façade occidentale, où s’ouvrait nécessairement l’accès principal à la demeure, les jardins à l’est représentent 2 ha de plus.

1039À ce moment-là, la villa de la Grange du Bief est un point fort dans le paysage local, et le choix d’un plan à galerie de façade et pavillons d’angle répond à un double désir d’ostentation et d’agrément. Depuis le sud, la masse de sa construction assise sur le rebord du plateau, ses 140 m de portique, ses pavillons d’angle dont celui du sud au moins forme une tour haute de plus d’une douzaine de mètres, et ses jardins étagés dans la pente, sont visibles depuis le Val d’Azergues, et la vue court depuis la villa à 180 °, jusqu’à la Saône à l’est, au mont Cindre et au mont d’Or au sud, et à Morancé à l’ouest. Du nord, les tours des pavillons d’angles sont peut-être visibles, à 2,3 km de la résidence, depuis La Fontaine, où elles sont précisément dans l’axe de la voie de Lyon vers le nord (renseignement de C. Coquidé). L’importance accordée à la vue, au prospectus, dans l’implantation des habitations, a d’abord été soulignée par les auteurs antiques eux-mêmes ; au-delà de l’agrément qu’elle procure, c’est aussi un signe de puissance (Saliou 1994 : 232-234).

1040Plus que les thermes, dont la présence à l’extérieur de la villa est attestée dans quelques autres cas, et qui sont présents peut-être dès l’état II, et en tout cas à l’état III, deux édifices attirent l’attention. Le « nymphée » d’abord, au sens de salle de fraîcheur où nous entendons ce mot ici, est à peu près, nous l’avons vu, sans équivalent en Gaule romaine ; les incertitudes qui pèsent sur son architecture (salle N5 notamment) et sur sa chronologie nous empêchent d’en faire un édifice d’architecture hadrianienne.

1041Mais on peut d’autre part s’interroger sur le bâtiment H, incomplètement connu, qui lui succède. Qualifié d’« habitat » (Faure-Brac 2006 : 153), il se caractérise par la petitesse des trois pièces conservées H1, 2 et 3 (entre 4,5 et 7 m2) ; encore la pièce H1, la plus petite des trois, est-elle occupée aussi par un massif de maçonnerie (1 m2) destiné à contrebuter le mur M22. Le mur M31, contemporain, ferme à l’est une quatrième pièce H4, plus grande, où se trouve un foyer. La fonction précise du bâtiment restera sans doute indéterminée. En effet, les conditions de découverte de la paire d’entraves ne sont pas assez fiables pour qu’on doive conclure à des logements d’esclaves comme on en connaît quelques-uns, de format comparable, en Italie (à Settefinestre : Carandini 1985 : 171-179 ; à Boscotrecase : Della Corte 1922 ; à Gragnano : Della Corte 1923). La présence d’animaux aurait engendré des dépôts organiques sans doute repérables à la fouille. Mais le bâtiment paraît plutôt destiné au service qu’au plaisir et au loisir, et la substitution du bâtiment H au nymphée témoigne d’une réorientation du rôle de cet espace avant la disparition du bâtiment sous les remblais de la couche 3, vers la fin du IIIe siècle ou le début du IVe siècle.

1042On ne peut pas voir dans cette substitution la marque d’un déclin rédhibitoire de la villa, puisque c’est au même moment qu’on construit le bâtiment thermal ( ?) de l’état II dans l’espace voisin, au nord du mur M22. Mais on est frappé de la modestie de ce projet initial des thermes, dont l’agrandissement à l’état III, où la fonction thermale est plus assurée, n’aboutit qu’à un ensemble assez banal de thermes sur plan axial (Bouet 2003 : 162-164), dont les bassins B5 et B9 ne sont pas équipés de suspensura. De même est remarquable l’absence – pour ce qu’on en peut voir – de rénovation des mosaïques ou des peintures murales de la résidence.

1043On ignore, évidemment, le nom et le statut social des propriétaires successifs de la villa, et les rares graffites retrouvés sur le site ne nous renseignent pas.

1044Deux indices convergent, sans pour autant fournir de preuves. Étudiant les fragments d’inscription funéraire trouvés en réemploi à la porte méridionale de l’enceinte, F. Bérard (1992a : 77-79) note que ce type d’épitaphe, un carmen epigraphicum, « était particulièrement prisé […] des milieux à la recherche d’une considération sociale, comme les affranchis, les commerçants enrichis ou encore, à Lyon, les vétérans. Cela conviendrait bien à un naute de la Saône ». Étudiant les mosaïques de la villa, H. Lavagne (Lavagne, Tenu 1985 : 165-166), et d’autres avant lui (Guey, Duval 1960 : 102), rappelaient que l’image des proues de bateaux et des navalia qui court à la périphérie de la mosaïque de la salle centrale no 25 est vraisemblablement « l’emblème de la profession du commanditaire, un armateur, un propriétaire d’une flottille de bateaux de commerce sur la Saône ». Dans une intervention consécutive à une communication de F. Bérard (1992b : 388), le même chercheur a, à ce sujet, « évoqu [é] le nom du naviculaire Pompeius Paulinus ». Pour être précis, (Pompeius) Paulinus « senior » (Burnand 2006 : 211-214), beaupère de Sénèque, et chevalier d’origine arlésienne, a été préfet de l’annone vers 48-50 ap. J.-C. ; il a sans doute été lié, d’une manière que nous ignorons, au milieu des naviculaires d’Arles. Son fils, Pompeius Paulinus « junior » (Burnand 2006 : 214-216), a été sénateur et légat de Germanie inférieure vers 52-54 ; il y a mené à terme un programme d’endiguement du Rhin tandis que son collègue L. Antistius Vetus formait le projet, avorté, de réunir par un canal la Moselle à la Saône pour que les bateaux d’approvisionnement qui remontaient le Rhône et la Saône pussent accéder au Rhin et à l’Océan (Tacite, Annales XIII, 53). Cependant, et pour brillante qu’elle soit, l’hypothèse d’H. Lavagne est indémontrable, et elle nous place à une période nettement antérieure au moment de prospérité de la villa de la Grange du Bief.

1045Pour notre part, nous avons souligné (Béal 2006-2007 : paragr. 17 et 42) qu’au carrefour de la grande route de Lyon vers le nord et d’un axe vers le bassin de la Loire, le propriétaire de la villa de la Grange du Bief pouvait, comme d’autres à son époque, joindre activité terrestre et activité fluviale sur deux cours d’eau et être un naute de la Saône et de la Loire, nauta araricus et ligericus (CIL XIII, 1709). Peut-être du reste pouvait-il, comme M. Rufius Catullus à Géligneux (Ain), devoir une partie de son activité commercial au relatif voisinage de carrières, en l’occurrence celles, encore mal localisées il est vrai, du calcaire « de Lucenay », exploité surtout aux Ier et IIe siècles, pour le marché lyonnais en tout cas (Savay-Guerraz 1990 : 141).

  • 145 Perraud 1965 : 31 : on peut identifier aujourd’hui comme telles certaines des « céramiques d’époque (...)

1046Au IVe siècle, on relève encore des traces d’activité sur le site. Sur le rebord du plateau, la petite série monétaire réunie par A. Parizot et R. Perraud comportait quelques monnaies du IVe siècle trouvées hors stratigraphie. Des céramiques à revêtement argileux tardives ont été retrouvées en prospection145.