Version classiqueVersion mobile

Ludna et Asa Paulini

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Catherine Coquidé
, 
Richard Tenu

Chapitre 1. Le dossier de Ludna

Texte intégral

Fig. 10 - Carte des zones d’étude de Saint-Georges-de-Reneins (fond actuel). 1 : Gravin, les Vernayes (développement : fig. 19) ; 2 : Ludna (développement : fig. 13, 14 et 20 ; 3 : Boitrait (développement : fig. 138) [DAO : M. Lagrange].

1.1. LUDNA À SAINT-GEORGES-DE-RENEINS : PRÉSENTATION DU SITE (J.-Cl. Béal)

  • 1 Que soient ici remerciés les étudiants qui ont participé aux campagnes de fouilles successives : T. (...)

1La bourgade antique de Ludna a été, pour les érudits, un nom sur le sens duquel on s’est interrogé, avant d’être un site, objet de travaux de terrain, et dont nous présenterons la topographie et l’extension. Nous ouvrirons ensuite plusieurs dossiers documentés principalement par la fouille programmée de 2003 à 20091.

1.1.1. LE TOPONYME « LUDNA »

2Dans les sources antiques, le toponyme Ludna apparaît sur la Table de Peutinger (II), à XVI lieues gauloises de Lugdunum-Lyon et XIV lieues de Matisco-Mâcon ; on le trouve aussi sous la forme « Lunna », par amuïssement de la dentale, dans l’Itinéraire d’Antonin (XCVI), à X lieues d’Anse et XX lieues de Lyon, et à X lieues de Mâcon.

3La forme « Lunna » apparaît également sur la carte routière de Momignies (Lebel 1952), entre « Lugdunum » et « Matiscon ». Mais on sait aujourd’hui que ce document est un faux fabriqué dans la première moitié du XVIIe siècle (Deman, Raepsaet-Charlier 1985 : 6-7, note 1). On a cru reconnaître enfin le toponyme, sous la forme « Luna », sur des tessères de plomb : R. Turcan (1987 : 54) a fait justice de cette lecture. C’est après un long hiatus que le toponyme antique de Ludna, qui n’avait pas laissé de trace dans la toponymie locale, reparaît à l’époque moderne, sur la colline de Patural, à l’occasion, en 1982, de la refonte de la carte IGN au 1/25 000e (renseigement : M. Gaudel, IGN).

4Bien vainement, A. Audin (1953 : 5 ; Dutraive 1976 : 10) tenta de faire admettre que la Table de Peutinger révélait le « nom abrégé de Ludna », qui se serait en fait appelé « Ludnomagus, c’est-à-dire Ludna-le-Marché ». Cette théorie, qui visait à mettre en évidence un rôle de Ludna comme centre à vocation commerciale, reposait sur une inscription de Bourbonne-les-Bains (Haute-Marne, CIL XIII, 5922) où figurait en effet le nom Ludnomagus, désignant un lieu-dit de localisation encore inconnue. Mais il n’y a aucune raison d’identifier ce Ludnomagus champenois au Ludna du Beaujolais. Au reste, il existe un autre Ludna dans le Loiret (AE, 1968, no 308, 1969-1970, no 401), et deux hydronymes Lunna, dans la Sarthe et en Champagne (Besnier 1926 : 92-94).

5Il faut rapprocher la forme Lud-na d’hydronymes comme Saucona (l’un des deux noms de la Saône), Sequana (la Seine), Garumna (la Garonne), etc. D’autre part, le radical Lud- est assimilable à Lut-, avec le sens de « marais - marécageux », qu’on retrouve dans des hydronymes, comme pour la Lodena (La Luyne, dans les Bouches-du-Rhône), qui remonte à * Lutena, ou des toponymes comme Luteva (Lodève – Hérault) ou encore Lutetia, plus connue aujourd’hui sous le nom de Paris (Delamarre 2003 : 211). En somme, Ludna peut se traduire par « Rivière Boueuse » et avoir été d’abord un hydronyme, qui désignait l’actuel petit ruisseau du Rutiau, dont la vallée limite au nord la colline de Patural, ou, à l’est, la lône de Boitrait, bras de la Saône qui était alors déjà envasé. L’hydronyme est donc devenu un toponyme, pour désigner le bourg voisin, selon un mécanisme souvent observé sur les itinéraires routiers antiques (Grenier 1934 : 267-268).

1.1.2. LE SITE DE LUDNA : HISTORIOGRAPHIE

6Dès la première parution des deux itinéraires qui mentionnent Ludna ou Lunna, en 1512 pour l’Itinéraire d’Antonin et en 1598 pour la Table de Peutinger, les spécialistes de la géographie historique se sont lancés dans l’identification des étapes que signalaient ces deux documents (Desjardins 1876 : 31). Par apparentement phonétique approximatif, Ludna a été placé notamment à Lurcy (Ain), Lugny ou Cluny (Saône-et-Loire) ; par l’examen des tracés routiers modernes sur les cartes, on s’est rapproché de Beaujeu, Belleville, Saint-Jean-d’Ardières, tandis qu’à partir de 1844, A. d’Aigueperse soutenait, avec quelques variations, l’hypothèse d’une localisation de Ludna aux Tournelles de Flandres, c’est-à-dire à l’extrémité méridionale de la colline de Patural, sur la commune de Saint-Georges-de-Reneins : en 1853, l’ouverture d’une tranchée pour le passage de la voie du Paris-Lyon-Marseille (PLM) mettait en évidence l’existence d’un site antique sur cette colline, sans pour autant qu’au XXe siècle, s’essouffle le débat sur « le problème de Ludna », entre M. Besnier (1926) et R. Lantier (1943). Le récent Barrington Atlas (Talbert 2000, pl. 17) distingue encore une agglomération de Lunna, près de Belleville, d’une autre de Ludna, près de Saint-Georges-de-Reneins.

7Cependant, dès les premières découvertes, datées de mai 1853, J.-F. A. Peyré (1853) s’était rendu sur le terrain et y avait consigné ses observations archéologiques avec une relative précision, l’extension des vestiges étant définie par rapport aux points kilométriques des ingénieurs du rail.

8Les structures rencontrées alors sont cependant mal connues. Peyré (1853 : 520-521) parle « des ruines presque effacées [… qui] occupe [nt] toute la colline, […] des traces de construction » ; A. d’Aigueperse (1857 : 17) évoque « quelques portions de murs et de parquets [i. e. : des sols maçonnés] revêtus de stucs, […], des fondations et des voûtes composées de pierres brutes du pays ». Mais l’identification du site comme une agglomération est apparue depuis à chacun comme une évidence, même si S. Walker (1981 : 306) a cru bon d’affirmer que la « station de Ludna […] utilisé[e] comme relais après la Conquête » pouvait être « une maison particulière ou […] une structure officielle » du cursus postal : cette éventuelle villa aurait disposé d’un certain niveau de vie, dont témoignaient à ses yeux les blocs architecturaux qui appartiennent, nous le verrons, au sanctuaire, et des fragments de mosaïque réputés à tort provenir du site (Stern, Blanchard-Lemée 1975 : 42-43, no 189-190, pl. XII : provenance erronée).

9À notre connaissance (Béal 2007b), le premier plan de Ludna est un document sommaire et déformé, à petite échelle, dressé par Cl. Savoye et publié par A. Besançon (1907 : 111). Outre les découvertes de Boitray, il localise dans la partie méridionale de la colline de Patural la nécropole publiée par A. Besançon (1901), et le « village gallo-romain de Ludna » à l’ouest – et non à l’est – de la voie ferrée. Dès 1924, L. Foillard développe un vrai travail de terrain et fait dresser des plans des vestiges de la colline sur fond cadastral. À un premier et sommaire « plan Jaquiot », partiellement conservé, qui paraît noter les découvertes des années 1920 (fig. 11), succède un « plan Foillard » élaboré précisément vers 1931, et publié par J. Balloffet (1932, pl. h. t.). Nous connaissons enfin le « plan Mortamet » (fig. 12 et fig. coul. 4), daté de 1939 et tiré au 1/1 000e à d’assez nombreux exemplaires à l’initiative de la mairie ; il a été publié par A. Buisson (1993 : 6). Ce plan synthétique associe des relevés linéaires de structures, la localisation ponctuelle de « substructions », et celle de tranchées de fouille, depuis la découverte de la « nécropole » en 1900. De ce document sans doute procède le « plan du site » simplifié par R. Prudhomme et publié par H. Stern et M. Blanchard-Lemée (Stern, Blanchard-Lemée 1975, pl. XII) avec la mention erronée de « fragments de mosaïque » à Ludna.

10Parallèlement, L. Foillard, qui cherchait des appuis et des interlocuteurs scientifiques, créait, en 1930, une « Société des amis de Ludna » pour soutenir son action et prévoyait une mise en valeur du site, qui devait aboutir au moins à la réalisation d’une maquette sommaire des vestiges, encore conservée au musée de Ludna. En 1938, l’universitaire P. Wuilleumier ouvrait sur la colline de Patural une fouille dont cependant les résultats ne lui parurent pas encourageants (Wuilleumier 1939). Après la seconde guerre mondiale, on n’a plus de traces écrites des travaux archéologiques de terrain.

11Plus récemment, P. Treppoz, membre de la section archéologique du Touring Club de France, a mené, peut-être dès 1969, et en tout cas entre 1970 et 1972, des campagnes de sondages sur la colline de Patural, dans les parcelles L 2, no 393 et 394a (Rapport Treppoz 1970, 1971, 1972). Ces opérations, conduites avec des moyens limités, ont tourné court. Enfin, à l’initiative du Service régional de l’archéologie, D. Frascone a ouvert en 1992 sept sondages d’évaluation (Rapport Frascone 1992), au terme desquels fut engagée la politique de constitution d’une réserve archéologique.

Fig. 11 - Ludna, partie conservée du plan Jaquiot, en noir, superposé au cadastre actuel (mise au net : M. Lagrange).

Fig. 12 - La partie méridionale de la colline de Ludna sur le plan Mortamet, superposé au cadastre actuel : no 1 : nécropole, no 2 : substructions, no 3 : tranchée de fouille, no 4 : voie romaine, no 5-6 : tranchées de fouille, no 7 : canal, no 8 : mur, no 9 : fouille, no 10 : squelette et murs, no 11 : fours de potier, no 12 : tranchée de fouille ; hachuré : substructions indéterminées (dessin et texte de la légende : G. Mortamet ; mise au net : M. Lagrange).

1.1.3. LE RELIEF DE LA COLLINE (fig. 13 et fig. coul. 7)

12La colline sur laquelle se dressait l’agglomération de Ludna se trouve à deux kilomètres au sud du village actuel de Saint-Georges-de-Reneins. Elle est désignée aujourd’hui sous le nom de Patural, ou de Ludna puisque le toponyme apparaît dans les éditions récentes de la carte IGN ; on l’appelait aussi « Les Guénardes » ou « Aiguenarde ». Le toponyme « Patural » désignait plus exactement, au XIXe siècle, les zones de prairies qui occupaient le marais, au pied de la colline.

13La colline est limitée au sud par le chemin rural no 7, sectionné de fait par la création de la voie ferrée en 1853, et aujourd’hui « chemin des Gaulois ». Au sud de ce chemin, une pente vers le sud conduit à la dépression du bief de Laye, vers 175 m d’altitude. Au nord du chemin, la butte s’étire sur une longueur totale d’environ 500 m du sud au nord, avant de rencontrer le vallon des Gouttes, où, vers 180 m, s’écoule le Rutiaux.

  • 2 Nous remercions la société des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône qui a aimablement mis à notre dispositio (...)

14Culminant à 190 m aujourd’hui, cette colline est une butte de la terrasse würmienne qui domine le marais de Boitrait. Elle fait partie d’un chapelet de mamelons sableux qui s’étend vers le nord jusqu’à l’église du village actuel, dont le parvis est à 197,90 m, et vers l’est jusqu’aux trois buttes de Boitrait, aujourd’hui en partie détruites par le passage de l’autoroute et l’ouverture d’une sablière : elles atteignaient 178 m d’altitude2. Le relief actuel de la colline est sous-tendu, dans sa partie haute, par la présence des vestiges antiques, et le relevé microtopographique de la colline montre qu’à son sommet, elle est séparée en deux secteurs par une très légère dépression (point bas à 189,65 m). Au nord, la ligne de crête, oblique par rapport à la voie ferrée de Paris à Lyon, correspond à peu près à l’axe de la voie antique de Lyon vers le nord ; sa partie méridionale est exhaussée par les apports de remblai de la terrasse des horrea, appuyés à la voie antique.

15La masse de sable fin qui constitue la butte de Ludna est adossée, à l’ouest du chemin des Gaulois, à un banc argileux qu’une pente très faible raccorde, au-delà de la tranchée de la voie ferrée, au replat argileux de la Grange-Bottu (fig. 13 : parcelle L 2, no 372) ; puis la pente se redresse progressivement en direction du piémont du Beaujolais. Le banc argileux se prolonge aussi au nord, sur le plateau des Vernayes : on l’a retrouvé à l’ouest du boulevard de Ludna, dans un sondage ouvert en 2006 à l’extrémité de la parcelle K, no 335 en bordure méridionale du plateau (Rapport Béal 2006 : 54, pl. 06. II. 1). Au sud de la colline, le banc d’argile se rapproche de l’actuelle D306 et est recouvert par le bois de Laye (fig. coul. 7). Il a été exploité là par des tuiliers au XVIIIe et au XIXe siècle (cadastre de 1785 aux AM de Saint-Georges-de-Reneins ; Chemorin 1984 : 192).

  • 3 La marne est une argile calcaire abondamment employée sur le site ; souple à l’état humide, elle du (...)

16Vers l’est au contraire, la masse sableuse, épaisse de plusieurs mètres, recouvre des niveaux alternés de limon, de marne3 et de gravier, que nous avons pu observer fortuitement, d’une part, au sud-est, à l’occasion de travaux dans la partie orientale de la parcelle L 2, no 399, et, d’autre part, au nord-ouest, dans le sondage 07.5 (fig. 14) ouvert à la limite des parcelles L 2, no 389 et 719 : le sommet d’une strate marneuse y est apparu près de l’angle sud-est de la parcelle no 719, à 186,46 m d’altitude, et aujourd’hui à un mètre de profondeur. La pente est ici plus soutenue. Dans la partie orientale de la zone relevée par les topographes (parcelle L 2, no 416), apparaît le versant d’une dépression limitée au nord par un chemin d’exploitation en direction de la D306. Cette dépression se creuse jusque vers 176 m ; son origine n’est pas connue et il n’est pas démontré que ce soit de là que proviennent sur le site les remblais constitutifs de la terrasse des horrea. Au nord du chemin d’exploitation, en revanche, la pente faiblit en direction de la D306, à proximité de laquelle les sables atteignent encore l’altitude de 180 m (fig. 13).

1.1.4. L’EXTENSION DE L’AGGLOMÉRATION DE LUDNA

17L’extension de Ludna (fig. 13) est d’autant plus difficile à définir qu’à l’ouest de la voie ferrée, une partie des terrains, aujourd’hui en prairies, a été peu observée, tandis qu’à l’est, l’importance de l’érosion agricole a été considérable.

Fig. 13 - Le cadastre actuel de la colline de Ludna et, en grisé, l’emprise du bourg antique (mise au net : M. Lagrange).

Fig. 14 - Localisation des sondages ouverts sur la colline de Ludna entre 2003 et 2009 (dessin et mise au net : E. Regagnon).

  • 4 Nous remercions M. Montagné, ingénieur général honoraire de la SNCF, et l’Association pour l’histoi (...)

18Au moment de la découverte de l’agglomération, l’extension du site du nord au sud avait été évaluée à 1,5 km. L’observation la plus septentrionale avait été localisée « à 500 mètres au nord de la borne kilométrique no 38 », et la plus méridionale « à 40 mètres au sud de la borne no 37, près des Tournelles de Flandres » (Aigueperse 1853 : 154 ; Buisson 1993 : 12). Les « bornes » en question étaient celles de la voie ferrée ; mais la conversion des distances indiquées ici en leurs équivalents actuels fait difficulté, sans doute parce que « les points kilométriques utilisés sont ceux des lots de travaux, et ne font pas directement référence aux kilomètres de la ligne achevée »4. Du reste, la dernière observation concernait en fait un site isolé sur la commune d’Arnas (Faure-Brac 2006 : 161, Arnas, no 013), et l’extension du bourg doit être réévaluée.

19C’est la partie la plus septentrionale de la colline de Patural qui est la plus mal documentée. À l’extrémité de la colline, le propriétaire de la maison qui occupe la parcelle L 2, no 710 nous a signalé l’existence, à proximité de sa maison, d’une concentration de graviers anormale dans ce milieu sableux, et qui pourrait être un lambeau conservé de la voie que nous avons rencontrée plus au sud, et d’une surface pavée de galets ; ces vestiges semblent aujourd’hui détruits. A. Deresse, de son côté, a mentionné (Faure-Brac 2006 : 377) qu’existaient dans ce secteur, à proximité du pont du chemin de fer, des « blocs de porphyre », singuliers en milieu sableux ; cependant il ne s’agit pas du matériau noble (porphyre rouge ou vert antique) qu’on imagine, mais d’une roche magmatique, la rhyolithe, provenant des Monts du Beaujolais et localement qualifiée de « porphyre ». Sur le sommet de la colline, la tradition orale rapporte la découverte d’un bassin de marbre et d’un veau d’or, évidemment (Bellaton 1996 : 97). Plus au sud, le plan Mortamet fait état de maçonnerie et d’un mur (no 14). Mais les seuls vestiges que nous connaissions aujourd’hui sont ceux du sanctuaire, vu en sondage en 2003, et auquel nous rattachons les vestiges fouillés par P. Wuilleumier en 1938 (voir p. 51). En tout cas, la partie la plus septentrionale de la colline ne livre pas de vestiges en prospection, non plus d’ailleurs que les terrains situés au nord du pont du chemin de fer.

20Au nord-est, la tranchée de sondage 06.8, ouverte dans la parcelle L 2, no 719 a livré, vers 186,70 m d’altitude, les tranchées d’épierrement de deux murs antiques et un épandage de tuiles, alors que la tranchée 06.6, plus proche de l’axe de la voie nord-sud, ne livrait pas de vestiges ; il est vrai que les traces de la voie disparaissaient elles-mêmes dans cette partie haute du site, et que l’absence de vestiges peut y être due ici à l’érosion agricole. Entre ces deux sondages, la tranchée 06.7 n’a livré qu’une plaque de marne plantée obliquement, témoin peut-être d’un aménagement de la pente en terrasses (Rapport Béal 2006 : 24). Un mobilier assez abondant avait été ramassé en surface par le propriétaire de la parcelle, ou recueilli dans le cadre d’une prospection systématique par nos soins en 2002 (fig. coul. 4). On doit donc considérer qu’avec ou sans solution de continuité l’agglomération s’étendait ici jusqu’à 110 m du chemin des Gaulois.

21À l’est, des vestiges antiques ont été mis au jour dans le sondage 04.5 (fig. 14), implanté en marge du chemin de service, et à 82 m du chemin des Gaulois. Là en effet, les prospections pédestres d’août 2003 nous avaient donné l’occasion d’observer une concentration de fragments de mortier de tuileau et de blocs de pierre ; l’épandage de fragments de tubulures, plus large, était cependant concentré dans le même secteur. L’une des tranchées des sondages de 1972 avait du reste rencontré là une portion de mur. L’ouverture du sondage 04.5 a permis de mettre là au jour, sous 0,30 m de terre végétale en moyenne, quatre espaces appartenant à un bâtiment no 299 très dégradé. La pièce principale est une salle sur hypocauste, dont les murs sont épierrés au nord, à l’ouest et au sud ; le mur oriental n’est pas connu. Seule la longueur nord-sud (4,40 m environ) peut être évaluée. Le sol inférieur no 252, fait de mortier de tuileau, est posé sur le terrain naturel sableux à l’altitude de 183,99 m. Dans l’angle sud-ouest, nous avons retrouvé en place deux carreaux de terre cuite (0,20 x 0,20 m) appartenant à deux pilettes destinées à supporter le sol suspendu de la pièce, disparu (fig. 15). Le niveau de circulation dans la pièce était donc sensiblement plus haut. Le mur méridional de cette pièce se prolongeait vers l’ouest, séparant deux petits espaces, au nord, d’une salle apparemment plus vaste, au sud. Un lambeau de sol, éventuellement attribuable à cette pièce, a été trouvé à 184,56 m d’altitude ; il est fait de mortier de tuileau incluant de nombreux réemplois de fragments de tubulures de terre cuite.

22L’état très dégradé de ces vestiges rend vaine tout hypothèse à leur sujet, tant sur leur nature (bâtiment thermal ou salle chauffée) que sur leur statut, public ou privé. Au moins témoignent-ils de l’importance de l’érosion dans le versant oriental de la colline, et de l’extension des vestiges vers l’est. Au-delà en effet, les sondages 03.1 et 03.2 sont négatifs pour l’époque romaine, tout comme les prospections de surface.

23Au sud, des sépultures à inhumation ont été signalées à plusieurs reprises. Au début de l’année 1901, A. Besançon (1901) rapporte qu’on vient de découvrir « quelques cercueils gallo-romains sous dalles […] au bord du chemin qui du gué de Grelonges se dirige vers les monts du Beaujolais [c’est-à-dire en fait dans la partie méridionale du chemin des Gaulois]. Ces cercueils ne renfermaient malheureusement que des ossements, sans mobilier funéraire. Un des corps repose sur une aire formée de grandes tuiles à rebords ». Les deux rangées parallèles de sept et onze sépultures qui figurent sur le plan Mortamet (fig. 12 « no 1 : nécropole »), dans l’actuelle parcelle L 2, no 399 et 711, ne correspondent sans doute pas à une réalité. Du reste, le compte rendu de cette découverte a été par la suite assez déformé : P. Wuilleumier (1939 : 248) n’évoque qu’« une sépulture, formée seulement de tuiles » (« de deux tuiles » dit R. Lantier, 1943 : 288). Pour J. Ballofet (1932 : 34), ces sépultures avaient « une origine mal caractérisée (qui) peut passer très vraisemblablement pour appartenir à l’époque celtique », hypothèse de datation qu’A. Audin (1953 : 8) reprit à son compte. L’utilisation de tuiles à rebord dans la construction de la sépulture impose de considérer que la tombe concernée soit au plus tôt gallo-romaine. La surveillance de travaux récents d’aménagement sur ces parcelles est restée sans résultats.

Fig. 15 - Salle sur hypocauste du bâtiment no 299 et ses abords dans le sondage 04.5 (cliché : J.-Cl. Béal).

24Un article de presse, d’origine indéterminée (conservé aux AM de Saint-Georges-de-Reneins) en date du 7 octobre 1933, annonce « la découverte d’un squelette fort bien conservé et intact entre ses dalles de pierre, que des autorités venues exprès de Lyon ont reconnu comme contemporain de la bourgade gallo-romaine ». Il s’agit du squelette localisé sur le plan Foillard et peut-être déjà sur le plan Jacquiot (fig. 11), et dont le plan Mortamet (fig. 12, no 10) attribue la découverte à l’année 1932. La tombe est ici clairement aménagée parmi les vestiges, et doit être d’époque tardive.

25Une fosse-dépotoir provient de l’extrémité méridionale du sondage 05.6. Dans le sondage 05.3, le contexte argileux a livré peu de vestiges. Sous une épaisse couche de terre végétale, est apparu, sur 3,10 m de longueur, un mur d’orientation nord-sud. Pris dans une gangue argileuse que les conditions climatiques rendaient impossibles à fouiller, il est en pierres non parementées, liées à la terre, qui forment l’unique assise subsistant du mur, arasé à l’altitude de 188,01 m. Plus au sud, sont apparues quatre dalles de terre cuite (0,33 x 0,33 m ; 0,03 m d’épaisseur) disposées en carré et partiellement conservées, à l’altitude de 187,24 m ; ces dalles ont subi l’action du feu et étaient recouvertes d’une petite zone cendreuse. Cet ensemble isolé n’est pas interprétable en l’état. Il semble cependant qu’on soit ici sur les marges du bourg. Aucun mobilier archéologique n’a été trouvé au sud du Chemin des Gaulois.

26Enfin, à l’ouest de la voie ferrée, où Besançon situait, nous l’avons dit, le « village gallo-romain de Ludna », le seul indice objectif dont on dispose provient du plan Jaquiot (fig. 11), qui fait état de la présence de « tuiles » et de « poteries » antiques à la limite des actuelles parcelles L 2, no 372-373-374, à une quarantaine de mètres de la voie ferrée. En tout cas, l’extension du site ne paraît pas aller vers l’ouest au-delà de la ferme de la Grange Bottu : les quelques prospections qui ont pu y être faites n’ont pas révélé de mobilier archéologique en surface.

27Ainsi le bourg paraît-il s’étendre approximativement sur 350 m au maximum entre le sondage 07.5 au nord et le sondage 05.3 au sud, et sans doute un peu moins ; sa largeur d’est en ouest pourrait atteindre 130 m. Sa superficie serait donc de 5 ha environ, ce qui en ferait une modeste bourgade dont la voie de Lyon vers le nord constituerait l’épine dorsale. La faiblesse de la superficie est frappante si on la compare à celle des agglomérations de la Bourgogne voisine, où, sur soixante et onze agglomérations connues, cinq seulement, selon M. Mangin (1994a : 64-67) s’étendent assurément sur 5 ha ou moins, en Côte-d’Or, à Dampierre-Fontenelle, et dans l’Yonne, à Asquins, à Escolives-Sainte-Camille, à Fontenoy et à Tannerre-en-Puisaye ; encore le site d’Escolives-Sainte-Camille est-il sans doute plutôt une villa (Kasprzyk 2004 : 248-250), et celui d’Asquins pourrait en être une autre (Delor 1994 : 73). Onze autres agglomérations bourguignonnes ont plus de 5 ha et 10 ha au maximum ; la plupart enfin occupent entre 20 et 35 ha.

28Parmi les agglomérations ségusiaves, encore mal connues, celle de La Croix-Lugnier (Lavendhomme 1997 : 62 : commune d’Ailleux) pourrait s’étendre sur moins d’un hectare mais celle de Chézieux (Lavendhomme 1997 : 219 : commune de Saint-Romain-le-Puy) atteindrait 10 ha, celle de Salt-en-Donzy, un peu moins (Lavendhomme 1997, fig. 168) ; Aquae Segetae à Moingt, arriverait à une quinzaine d’hectares (Lavendhomme 1997 : 133), Ariolica à La Pacaudière (Lavendhomme 1997 : 149-150) dépasserait la trentaine d’hectares et Rodumna à Roanne, 35 ha (Genin, Lavendhomme 1997 : 21). On ignore tout de l’extension des autres agglomérations ségusiaves, notamment de celles du Rhône (Béal, Faure-Brac 2006), et nous verrons plus loin que, contrairement à ce qu’on pense généralement, Asa Paulini ne doit pas figurer parmi elles.

29Pour modeste qu’il soit, le bourg de Ludna possède plusieurs aménagements publics que nous présenterons du nord vers le sud. Aux thermes éventuels que nous venons d’évoquer s’ajoutent en effet, le long de la voie qui dessert d’abord deux parcelles d’un quartier d’habitation et d’entrepôts, un sanctuaire puis, dans la partie méridionale de la colline, la vaste terrasse artificielle sur laquelle ouvrent des horrea. Nous n’y connaissons pas d’édifices de spectacle que, chez les Ségusiaves et en dehors de leur capitale, on ne connaît du reste qu’à Moingt avec certitude. Comme on le voit, la configuration du bourg, telle qu’elle nous apparaît à travers les vestiges du Ier siècle qui en sont conservés, est singulière.

1.2. LA VOIE MAJEURE À SAINT-GEORGES-DE-RENEINS5 (J.-Cl. Béal)

  • 5 Pour chacun des dossiers examinés dans les pages suivantes, C. Batigne Vallet a étudié annuellement (...)

30Si le tracé de la route de Lyon vers le nord est connu dans ses grandes lignes, les travaux que nous avons menés ont permis d’en définir plus précisément l’inscription dans le territoire, au nord et au sud de Ludna, mais aussi sur le plateau lui-même, où l’on doit distinguer l’aspect de la route au nord de la terrasse des horrea de celui qu’elle présente sur la terrasse même : ce dernier sera examiné lors de l’étude de la terrasse, à l’édification de laquelle elle est intrinsèquement liée.

1.2.1. LA VOIE ANTIQUE DE BELLEVILLE-SUR-SAÔNE VERS LUDNA

1.2.1.1. De Belleville-sur-Saône à la Vauxonne

31Entre Belleville-sur-Saône et la Vauxonne qui coule immédiatement au nord du bourg actuel de Saint-Georges-de-Reneins, le tracé de la route ne préfigurait pas celui, rectiligne, de la D306 (ancienne route royale et RN6), ouvert au XVIIIe siècle à partir des travaux de l’intendant Guette (fig. coul. 1). Sans doute taillait-elle au plus court depuis le quartier d’Aiguerande à Belleville. L’église Saint-Maurice d’Aiguerande (coord. Lambert II étendu : x : 0786 100 – y : 2125 650), est en effet considérée (Mandy 1991 : 185) comme le noyau de l’ancien bourg, antérieur à la fondation du prieuré de Belleville en 1158 ; on y a signalé sommairement des vestiges antiques (Faure-Brac 2006 : 165, no 5). L’église est aujourd’hui détruite, et son emplacement, restitué par l’analyse des documents d’archives, est noyé au sud des murs de la ville dans une zone pavillonnaire impossible à prospecter.

32Au-delà et jusqu’à la Vauxonne, que la route antique traversait à gué ou sur un pont, les informations font à peu près défaut.

1.2.1.2. De la Vauxonne à Ludna

Voie ancienne et cimetière du haut Moyen Âge à Gravin

33À 1,8 km au nord de la colline de Ludna, nous avons ouvert un sondage en 2009 à Gravin, à la sortie septentrionale du village moderne de Saint-Georges-de-Reneins et au sud du franchissement de la Vauxonne (fig. 10, no 1 et fig. coul. 8).

  • 6 Nous remercions M. Monfray, propriétaire de ces terrains, qui nous a autorisés à y ouvrir nos sonda (...)

34La tranchée (fig. 16), d’orientation est-ouest, a été conduite sur les parcelles I no 154-156 du cadastre actuel de Saint-Georgesde-Reneins6, mitoyennes des bâtiments de l’ancien « hôpital » médiéval, dont les sources textuelles attestent l’existence depuis 1263 (Guigue 1877 : 27 ; Missol 1900 ; Foillard, David 1929 : 18-19, note 2). Longue de 28 m (l. : 1,40 m), cette tranchée a permis de mettre en évidence une voie ancienne, un cimetière du haut Moyen Âge, et un aménagement de jardin, peut-être lié à l’hôpital, et dont nous ne parlerons pas ici.

35La voie (fig. 17 : F 5), d’orientation nord-est - sud-ouest, a été repérée à l’extrémité occidentale de cette tranchée. Sous la terre végétale et la limite des labours (US 12-13), elle est constituée d’une lentille, large de six mètres environ, et épaisse d’une vingtaine de centimètres en moyenne, atteignant l’altitude maximale de 183,80 m, où son épaisseur monte à 0,32 m. Cette lentille est faite de cailloutis compactés et homogènes, grisjaune, à matrice sableuse ; elle est posée sur le terrain naturel (US 2) argileux gris. Elle ne présente pas de fossés latéraux. Elle a vraisemblablement été rabotée par des labours anciens et ne comporte pas de recharges.

36En l’absence de mobilier datant, c’est l’analyse du parcellaire (voir p. 41) et la comparaison avec la structure identique de la voie antique rencontrée sur la colline de Patural au nord de la terrasse des horrea qui permettent de proposer de l’identifier comme la voie antique de Lyon vers le nord. Il est vraisemblable que les niveaux plus récents de cette route aient été emportés par la mise en culture des terrains.

Fig. 16 - Localisation du sondage de Gravin en 2009 (relevé et mise au net : E. Regagnon).

  • 7 Complétant les données de terrain, l’identification du sexe, de l’âge et des conditions de l’inhuma (...)

37À l’est de la voie, l’ouverture de la tranchée a fait apparaître quatre tombes à inhumation (fig. 17, T 1 à 4), orientées pareillement nord-ouest/sud-est, les têtes étant au nord-ouest. Elles semblent appartenir à plusieurs rangées d’un cimetière ; mais il n’y a pas de rapport patent avec l’orientation de la voie. Trois des tombes, partiellement engagées dans les bermes, ont été localisées mais non fouillées en détail. La tombe no 1, la plus occidentale, a été en revanche complètement fouillée (fig. 18). C’est la tombe d’une femme7 dont l’âge est compris entre 26 et 60 ans. Elle a été déposée dans une fosse longue de 2,10 m, large de 0,62 m au maximum, creusée dans le substrat : les contours de la fosse sont visibles seulement à partir de son creusement dans le terrain naturel, à l’altitude de 183,41 m, et sa profondeur atteint 183,11 m environ à mi-longueur. La dépouille y est inhumée en décubitus dorsal, tête inclinée vers la droite, bras gauche le long du corps, bras droit replié sur la poitrine ; les mains sont absentes. Diverses autres perturbations sont notées (une moitié de dent est retrouvée au niveau de la face postérieure du sacrum, et une phalange directement sous le crâne, une côte inférieure passe sur le radius droit ainsi que sur au moins trois côtes…). Selon E. Gatto, « nous sommes en présence d’un sujet adulte (d’après la crête iliaque qui apparaît soudée), inhumé dans un cercueil ou un coffrage parallélépipédique d’une largeur interne avoisinant 30 cm ».

38Aucun mobilier n’a été trouvé dans la tombe. Des échantillons d’os ont été confiés au Centre de datation par le radiocarbone (université Lyon 1 – UMR 5138 – MOM, Lyon) pour datation. L’âge calibré du squelette (Ly-15108) se situe dans la fourchette 774-946 ap. J.-C., et plus probablement entre 785 et 879, ce qui fait de cette tombe le plus ancien témoin d’une occupation à « Reneins ». Les sources textuelles, quant à elles, témoignent de l’existence d’une paroisse et d’une église de Reneins vers la fin du Xe siècle (Bernard 1880 : 299, no 1218 ; Odin 1996 : 36-43). Comme pour la tombe no 1, le niveau d’ouverture de la tombe no 2, visible seulement à partir du creusement dans le terrain naturel (US 2) argileux gris, ne peut être défini sous la terre végétale et la limite des labours (US 12-13) ; celui de la tombe no 4, dans l’emprise de la tranchée, n’a pu être observé en détail. En revanche, l’ouverture de la tombe no 3 (dont le comblement est l’US 10, de sable limoneux incluant quelques traces de tuiles et de charbons de bois) sectionne les US 4, 8 (apports limoneux et sableux), et 5 qui constitue un aménagement de sol par apport de tegulae concassées (fig. 17). La tombe no 3 est donc assurément postérieure à la mise en place de ces aménagements.

Fig. 17 - Plan et relevé stratigraphique du sondage de Gravin, sections A-B, C-D-E, et F-G (relevé : J. Bohny, mise au net : Y. Montmessin).

De la Vauxonne à Ludna : analyse du parcellaire

39Comme nous le verrons, le tracé de la voie antique sur la colline de Patural est bien défini par les prospections électriques de M. Martinaud et les différents sondages archéologiques. Mais l’histoire de la route entre la Vauxonne et la colline de Patural est complexe, et le tracé actuel résulte de projets et d’essais multiples menés principalement entre le XVIe siècle et la fin du XVIIIe siècle, pour raccourcir les distances et stabiliser la chaussée dans un substrat sableux.

40À l’ouest de l’actuelle D306, le cadastre de 1787, conservé aux AM de Saint-Georges-de-Reneins, permet d’attribuer à la « route de l’intendant Guette », ouverte au début des années 1700, un alignement parcellaire qui rejoint le tracé actuel au sud de l’église de Saint-Georges : il est perceptible sur le plateau des Vernayes (fig. 19 : tracé gris) et à mi-pente de la colline de Patural, où nous avons pu vérifier la présence de son fossé occidental, détecté par les prospections électriques, dans le sondage 03.2 implanté à la limite des parcelles no 393 et no 418 (fig. 13).

41Un autre document (AD Rhône, 1C, 125-126) permet d’approcher un axe antérieur, « ancien grand chemin abandonné à cause des inondations » et détruit au début des années 1700. Il court d’abord obliquement dans la partie basse de la colline de Patural, puis grimpe sur le plateau des Vernayes, et son tracé, repérable dans un autre alignement parcellaire repris par l’actuel boulevard de Ludna, s’inscrit alors dans l’axe de la route antique attestée sur la colline de Patural : il faut sans doute attribuer d’abord ce tracé aux ingénieurs de la voie antique (fig. 19 : tracé noir).

42D’après le document des AD Rhône il rejoint la D306 au nord de l’église, et passe à Gravin à l’est de l’ancien hôpital. Mais en 1551, d’après un autre document (Odin 1996 : 50), cette même route passe à l’ouest de l’hôpital. C’est ce tracé antique, encore en service au Moyen Âge et à la Renaissance, qu’aurait recoupé notre sondage de 2009.

Fig. 18 - Gravin, tombe no 1 ; la découpe orthogonale autour de la tête résulte d’un effet de fouille (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 19 - Évolution du réseau sur le plateau des Vernayes entre la Vauxonne et le vallon des Gouttes (fond de plan : document cadastral daté de 1810 et conservé aux AM de Saint-Georges-de-Reneins ; dessin : J.-Cl. Béal ; mise au net : E. Regagnon).

1.2.2. LA VOIE ANTIQUE ET SES ABORDS À LUDNA

43Sur la colline de Ludna, la voie a été observée, en plan ou en coupe, (fig. 20), principalement dans le sondage 07.2, dans les sondages mitoyens 06.4/5, 03.5 et 07.3, et dans le sondage 03.4, avant d’entrer sur la terrasse des horrea.

1.2.2.1. Le sondage 07.2

La voie

44Dans la partie occidentale du sondage 07.2, la voie apparaît sous la forme d’une lentille, large de 6,33 m, de gravier ocre jaune d’un diamètre moyen de 1 à 2 cm (US 1214) orientée ici au sud-sud-ouest. Épaisse d’une trentaine de centimètres au maximum, elle est posée, entre les altitudes de 189,70 m et 189,46 m, sur le fond d’une tranchée large ouverte dans le sable rosé du terrain naturel, dont la surface présente à l’est des traces cendreuses. Il est vraisemblable que, conservée sous 0,30 m environ de terre végétale, la lentille de gravier a été largement rabotée par l’érosion agricole.

  • 8 Le plan Mortamet fait état dans ce secteur d’un « mur » (no 14) et de substructions indéterminées.

45Du reste, on a pu constater, sur une douzaine de mètres au moins à l’ouest de la tranchée de la voie, que les niveaux archéo logiques et les vestiges qui existaient8 ont été détruits par l’érosion agricole.

Un terrassement oriental augusto-tibérien

46À l’est de la voie, s’amorce une pente de l’ouest vers l’est dans laquelle tous les niveaux archéologiques récents ont été eux aussi emportés par l’érosion agricole, comme en témoignent les traces parallèles de labours qui rainurent d’ouest en est la surface d’un lambeau de marne (US 1249 ; fig. 21) conservé sous la terre végétale.

47En revanche, des apports de remblais plus anciens, ponctuellement conservés, témoignent de ce que, à l’est de la voie, on a cherché à constituer une terrasse. La séquence de ces remblais peut être sommairement reconstituée.

48Sur le sable du terrain naturel, l’US sableuse no 1238 est rapportée (fig. 22). Elle scelle une fosse dont le comblement (no 1245) contenait du mobilier céramique, parmi lequel notamment, à sa base, entre 188,98 m et 188,85 m, les fragments de panse de plusieurs amphores. Le mobilier contenu dans ces deux US, assez rare, peut être néanmoins daté de l’époque augusto-tibérienne (10 av. J.-C.- 15 ap. J.-C.).

49À la surface de l’US 1238 apparaît, à l’altitude de 189,18 m, un épandage ponctuel de mortier de chaux, épais d’une dizaine de centimètres au maximum, ainsi que des plaques de marne. On est ici au sommet d’une zone foyère charbonneuse, comportant des débris de faune. Un autre foyer a été repéré plus au nord, sur une autre plaque de marne. Dans les deux cas, on a affaire à des aménagements ponctuels du chantier de terrassement.

50L’US 1238 est recouverte par un épandage sableux no 1210 à peu près stérile, et par des apports de remblai divers destinés à stabiliser le terrain naturel et à rehausser le niveau de circulation ; mais ils ne sont conservés que partiellement, à proximité de la voie. C’est dans l’épandage no 1210, et dans la couche inférieure sableuse no 1238, que la tranchée en U no 1254 (fig. 22) est ouverte. Profonde d’une quarantaine de centimètres, elle est en pente de l’ouest vers l’est : son fond passe de l’altitude de 189,04 m contre le bord occidental du sondage 07.2, à 188,93 m à 2,50 m plus à l’est. Sa largeur varie entre 0,35 m et 0,55 m. Cette tranchée, qui a pu recevoir une canalisation de bois, traversait plus à l’est, nous le verrons, l’infrastructure de l’entrepôt no 886 (fig. 35). Elle lui est donc contemporaine ou postérieure.

51Enfin, dans la partie la plus septentrionale du sondage 07.2, la nature des remblais évolue : on rencontre un épandage irrégulier de fragments de tuiles, pris ici dans un sable jaune ou un lambeau de niveau de circulation provisoire fait de gravillon damé, posé dans un niveau de tuiles et de briques sommairement aménagé et plus ou moins dense suivant les endroits. On est ici sans doute dans l’infrastructure ponctuellement préservée d’un espace de circulation, éventuellement d’une rue d’orientation ouest-est.

Le creusement no 1228

52Les apports de remblai que nous venons d’évoquer ont été sectionnés par un large creusement no 1228 (fig. 35), mené jusqu’au terrain naturel sableux. Il est allongé et en pente du sud vers le nord où son fond est à l’altitude de 188,87 m, contre 189,13 dans l’axe médian du sondage. Large de 2 m au sud, il s’élargit rapidement et atteint une largeur double contre son bord septentrional. Son comblement (US 1227 et 1229), conservé sous la terre végétale jusqu’à l’altitude maximale de 189,51 m, mélange des blocs de pierre, des galets, des fragments de tuiles, des débris de faune et un mobilier céramique abondant, où les formes archéologiquement complètes sont assez nombreuses, le tout pris dans un sable limoneux au sud et de la marne au nord.

53Ce mobilier, présenté ci-dessous par C. Batigne Vallet (ensemble Saint-Georges-de-Reneins III) est datable du dernier tiers du Ier siècle ap. J.-C., et le creusement no 1228, sans doute destiné à l’accueillir, doit être rattaché à une phase de l’occupation du site à laquelle les vestiges conservés ne peuvent plus être raccordés.

1.2.2.2. Les sondages 03.5, 06.4/5 et 07.3

54Plusieurs observations ont pu être faites dans une zone (sondages 03.5, 06.4/5 et 07.3) située à une dizaine de mètres au sud de la précédente (fig. 14), où les aléas de la conservation différenciée des vestiges ont permis de faire des observations complémentaires des précédentes.

La voie

55Le long du bord septentrional du sondage 03.5, une coupe a été faite à la pelle mécanique pour observer, sur la moitié occidentale de sa longueur, seule préservée (fig. 23), le radier de la voie, constitué à nouveau d’une lentille de graviers ocre, sur une épaisseur maximale de 0,50 m : il culmine vers 189,63 m. Cette lentille a été installée dans une tranchée large, qui, à l’ouest, entaille un niveau de sable gris (US 109) dont la coloration résulte d’une activité métallurgique antérieure et dont une traînée vient recouvrir le bord occidental de la lentille de gravier ; la présence de scories de fer a été notée. Mais aucun aménagement construit contemporain de la voie n’a été observé.

Fig. 20 - Plan général de l’agglomération de Ludna (dessin et mise au net : E. Dumas).

Fig. 21 - Ludna, traces de labour moderne dans le sondage 07.2 (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 22 - Ludna, sondage 07.2, stratigraphie de la partie basse du terrassement oriental (relevé : O. Henry et A. Tripier ; mise au net : E. Dumas).

Fig. 23 - Ludna, coupe partielle de la voie dans le sondage 03.5 (relevé : J. Rossignol ; mise au net : E. Dumas).

Les aménagements de la bordure orientale de la voie

56Un talus artificiel Dans les sondages mitoyens 03.5/S et 06.3, un talus artificiel (US 24), qui soutenait la voie à l’est, a été préservé de l’érosion (fig. 24). Dans le sondage 03.5, il est fait de strates plus ou moins limoneuses recouvertes d’une enveloppe marneuse ; encore conservé sur 0,25 m jusqu’à l’altitude maximale de 189,60 m, il est posé sur un niveau de marne (US 16) antérieurement installé, dans lequel la fouille a mis en évidence des trous de piquets, protégés sous le talus (fig. 25), alors que la plasticité du matériau les rendait indétectables ailleurs dans le sondage. Le même phénomène est observable dans le sondage 06.3 (fig. 26), où le talus est en outre recouvert – et sans doute calé par les remblais de nivellement (US 736, 700, 701) rapportés, à l’état IV de l’îlot septentrional, sur les vestiges du bâtiment no 761 (voir p. 75).

57Disparu plus au nord, ce talus est présent aussi, nous le verrons, à l’entrée sur la terrasse des horrea.

Fig. 24 - Ludna, coupe du talus oriental de la voie dans le sondage 03.5 (relevé : J. Rossignol ; mise au net : E. Dumas).

58Le caniveau no 11/811

59Dans les différents sondages de cette zone, la voie est bordée à l’est par un caniveau (fig. 33 et 34) creusé tantôt dans le substrat, tantôt dans le talus articificel. Sa trace a été suivie vers le nord dans le sondage 06.4/5, où il est, comme le radier de la voie, progressivement raboté par l’érosion : il n’est plus conservé que sur 0,10 m de hauteur à l’extrémité septentrionale du sondage, où son fond est à 189,50 m ; au-delà, son absence dans le sondage 07.2 peut être due à l’importance de l’érosion. Vers le sud, son fond passe à 189,44 m dans le sondage 03.5 et il a été mis en évidence au-delà sur 27,50 m, jusque dans le sondage 07.3, où il est interrompu. Cependant, dans le sondage 06.3, entre les deux précédents, le fond du caniveau se trouve à 189,39 m, et l’évacuation de l’eau se faisait peut-être à ce point bas par un puits perdu dans le sable. Large d’une trentaine de centimètres, le caniveau devait être habillé de bois : c’est ce que suggère la présence de nombreux débris de clous de fer dans son remplissage.

Fig. 25 - Trous de piquets sous le talus oriental de la voie dans le sondage 03.5 (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 26 -Ludna, coupe du talus oriental de la voie recouvert par les remblais de nivellement de l’état IV dans le sondage 06.3 ; à gauche, découpe du caniveau no 11 (cliché : J.-Cl. Béal).

60Le niveau primitif de l’ouverture du caniveau reste indéterminé du fait de l’érosion. Cependant, subsiste à l’est du caniveau, dans le sondage 03.5, un unique lambeau de hérisson de sol no 54 (fig. 34 et 35). Fait de mortier blanc à gravillons et épais de 11 cm, ce sol ne présente plus de surface lisse de circulation. Il est posé sur la bordure de la voie, et son sommet est à l’altitude de 189,67 m, soit à peu près celle du radier de la voie. On peut avoir là un ultime reste d’un trottoir longeant la voie. Il fournirait un point de repère intéressant, quoiqu’insuffisamment étendu, pour supposer que le niveau de circulation sur la voie s’établisse un peu au-dessus, vers 189,70/189,80 m d’altitude peut-être.

61Peu de mobilier archéologique a été trouvé par ailleurs dans le comblement du caniveau ; il est en soi datable des années 10 av.- 15 ap. J.-C. ; mais l’ouverture, eta fortiori le comblement de ce caniveau ne se produisent pas avant la construction du talus dans lequel il est ponctuellement ouvert. Nous avons donc la preuve que la voie, telle qu’elle nous apparaît ici, n’est pas contemporaine des premières installations gallo-romaines (état I à III de l’îlot septentrional), mais est bien à mettre en relation avec leur recouvrement à l’état IV de l’îlot.

La bordure occidentale

62À l’ouest, le bord du radier a été décapé en surface du sondage 03.5/S. Sous la terre végétale apparaît un petit lit de débris de mortier (US 26 bis), large de 0,60 m environ, épais de 0,12 m environ. Il pourrait s’agir d’un fond de fondation de mur. Il repose à l’altitude de 189,56 m sur un niveau d’argile marneuse (US 28) qui paraît constituer ici la partie supérieure d’un bourrelet parallèle à la voie et beaucoup plus modeste que le talus oriental. Deux gros fragments de tuiles et un bloc de pierre (US 27) sont pris à la surface de l’argile, et peuvent avoir appartenu à un aménagement de chantier ici très dégradé, mais comparable à celui (US 39) du sondage 03.3.

1.2.2.3. Le sondage 03.4

63Dans le sondage 03.4 (fig. 14), sous l’humus et la terre arable, le radier de la voie est conservé à l’est à l’altitude de 189,38 m, à l’ouest à celle de 189,15 m. Deux sondages à la pelle mécanique ont montré qu’il est constitué du même remblai homogène de gravier calcaire ocre-jaune que dans les autres sondages ; son épaisseur constatée est ici de 0,64 m.

64À l’est, ce radier semble avoir été installé dans un creusement du substrat de sable rose, même si le très fort arasement des niveaux gêne la lecture. En l’état, il paraît avoir été limité de ce côté par un mur (no 40) parallèle à la voie, et dont il ne subsiste plus que la trace blanchâtre du fond de tranchée. À l’ouest, la limite extrême du radier de la voie apparaît à neuf mètres du mur no 40. La voie s’élargissait donc temporairement ici.

1.2.2.4. Le tracé de la voie au nord de la terrasse des horrea

65Les différentes observations permettent de constater que le tracé de la voie sur la colline n’est pas rectiligne (fig. 20). Venant du nord en suivant, semble-t-il, une orientation au sud-sud-ouest, la voie s’incurve vers le plein sud à la hauteur de l’îlot septentrional (sondage 03.5 à 07.3). Elle paraît, sur plan, ménager un espace d’une dizaine de mètres de largeur à l’ouest du portique (no 1375 de l’état II et no 887 de l’état III) qui borde la parcelle septentrionale de l’îlot tel que nous le connaissons. Mais les bâtiments que nous avons pu encore observer dans l’îlot septentrional étaient sans doute détruits et remblayés au moment où ce tracé fut créé, et la voie desservait alors des constructions d’un état IV de l’îlot, dont il ne nous reste à peu près rien : sans doute le caniveau bordait-il un portique dont le lambeau de sol no 54 serait l’ultime trace.

66D’autre part, le bon alignement de l’axe du portique sur la bordure de la voie au sud du sondage 07.3 est remarquable. Mais on ne peut supposer que, dans un état ancien, la voie se soit prolongée en ligne droite jusqu’au portique à travers la parcelle méridionale de l’îlot : l’espace de circulation no 760-1365 n’a rien des caractéristiques d’une voie aménagée pour un charroi lourd.

67Enfin, même si le positionnement des vestiges du sanctuaire dégagés par P. Wuilleumier ne peut être très précis, on sait que, depuis le chemin des Gaulois, des murs d’orientation est-ouest (fig. 28) barraient la colline sur une quarantaine de mètres, soit jusqu’aux abords de la voie que nous connaissons. L’emprise d’un sanctuaire a pu être une contrainte importante dans l’établissement du tracé de la voie, dont on remarquera, du reste, qu’elle est ici parallèle à la façade du fanum no 91, avant de s’orienter à nouveau vers le sud-sud-ouest en direction de la terrasse des horrea.

1.2.2.5. Technique de la construction d’une voie en milieu sableux

68Sur tout son trajet reconnu avant qu’elle ne s’engage sur la terrasse des horrea, la voie est donc constituée, pour ce qui en subsiste, d’une lentille de graviers homogènes, déversés dans une tranchée ouverte dans le sable du terrain naturel, et éventuellement appuyée à un talus artificiel : elle forme un statumen robuste et bien draîné. Nulle part n’est conservée la bande de roulement proprement dite, et la largeur réelle de la voie et de ses abords (supérieure à six mètres en tout cas) ne peut être véritablement relevée.

  • 9 AD Rhône, 1 C 123 : « À un quart de lieue de Saint-Georges-de-Rogneins, entre ce village et Villefr (...)
  • 10 Lettres II, 17, texte établi et traduit par A. M. Guillemin, Paris, Belles Lettres, 1969.
  • 11 Silves IV, III (texte établi par H. Frère et trad. par. H. J. Izaac, Paris, Belles Lettres, 1961) :(...)

69Ce mode de construction fournit une réponse à la difficulté que représente le franchissement de cette colline sableuse, difficulté dont localement les textes du XVIIIe siècle se font l’écho9, en des termes qui rappellent ceux que Pline le Jeune emploie pour évoquer le chemin qui mène à sa villa des Laurentes, « en partie sablonneux, où les attelages avancent avec un peu de peine et de lenteur, mais pour un homme à cheval court et bon »10. Plus encore, avant lui, dans un texte où, depuis Nicolas Bergier, on avait voulu voir la règle de construction de toutes les routes (encore Chevallier 1972 : 89-90) alors qu’il expose une exception et un exploit, Stace avait évoqué les difficultés d’un segment de la Voie Appienne à travers « des sables fatigants », un « sol malveillant [qui] engloutissait les roues », « des ornières silencieuses [qui] embarrassaient et retardaient la marche, tandis que, se plaignant de l’excès de la charge, la bête de somme se traînait péniblement sous son joug élevé ». Les ingénieurs de Domitien devaient améliorer ce tracé en ordonnant « par un profond déblai [ alto egestu], de creuser les terres jusqu’au roc [… puis de] rempli [r] ensuite les excavations ainsi produites par d’autres matériaux et [d’] aménage [r] un lit pour le revêtement extérieur de la route, de peur que le sol ne cède »11, lit que recouvriront ici des blocs de grand appareil : c’est bien la technique de l’egestus qui est employée ici, et du comblement de la fossa avec un autre matériau (aliter), sélectionné. C’est une autre technique, nous le verrons, qui est employée sur la terrasse des horrea.

1.2.3. LA ROUTE ANTIQUE DE LUDNA VERS LE SUD

70Au sud de la colline, et de la partie méridionale du chemin des Gaulois qui va de la D306 à la voie ferrée, s’étend un plateau en pente légère vers le sud, sectionné à l’ouest par la tranchée de la voie ferrée, et dont le rebord oriental rejoint, par une rupture de pente, le niveau de la D306. Cette ligne de rupture de pente était marquée sur le cadastre napoléonien par la limite entre les parcelles no 296 et no 307, englobées depuis dans une unique parcelle no 493 ; mais le souvenir en subsiste dans une ligne d’arbres sur le cliché aérien de l’IGN no 1093 de 1971, et aujourd’hui dans un partage entre replat cultivé et pente en taillis. Vers le nord, cet axe est matérialisé encore aujourd’hui par la limite occidentale des parcelles no 589 et 712 (fig. 27). À son extrémité septentrionale, il entre en assez bonne concordance avec les traces connues de la voie antique, le tronçon fouillé en 1924 par L. Foillard, puis les segments reconnus dans nos fouilles.

71Le profil est-ouest de la rupture de pente a été relevé (fig. 27) à une cinquantaine de mètres de l’angle sud-est de la parcelle no 492. À partir d’un point zéro pris au sol contre le bord de la zone cultivée, on observe, sur deux mètres vers l’est, une première rupture de pente (-0,75 m), puis un replat large de cinq mètres environ, avant que ne s’amorce une nouvelle rupture de pente jusque à -2,75 m à 14,50 m du point zéro. Ce large replat doit correspondre à un chemin ancien, qui peut avoir fossilisé la route antique ; elle rejoindrait ainsi le niveau de l’actuelle D306 juste au nord des « Tournelles », c’est-à-dire des deux pavillons qui marquent l’entrée du domaine de Laye (Odin 1996 : 83).

72La « route de l’intendant Guette », telle qu’on peut la replacer sur fond cadastral à partir du cadastre de 1785, se sépare du tracé de la D306 un peu plus au nord, où une dépression marque son entrée dans la colline ; elle rejoint la limite des parcelles no 393 et no 418 (fig. 13) où nous avons vérifié son passage.

1.3. LE SANCTUAIRE DE LUDNA (J.-Cl. Béal)

73L’existence d’un sanctuaire dans le bourg de Ludna a été révélée en 2003 dans le sondage 03.6 (fig. 14) ouvert à l’occasion de la campagne d’évaluation du site engagée cette année-là. La partie orientale d’un fanum y a été mise au jour, le reste étant pris sous le chemin moderne et sa bordure ; des traces d’autres bâtiments ont été repérées.

74Cette découverte a été l’occasion de réexaminer les résultats des fouilles menées en 1938 par P. Wuilleumier ainsi que les mentions antérieures de fragments architecturaux visibles en surface ou de mobilier à caractère éventuellement religieux.

Fig. 27 - Ludna, tracé restitué de la voie entre l’agglomération et les Tournelles ; profil topographique montrant l’emplacement de la voie (dessin : J.-Cl. Béal ; mise au net : E. Regagnon).

1.3.1. LE SONDAGE 03.6

1.3.1.1. Terrain naturel et enfouissement des vestiges

75Le sondage 03.6 (4 x 20 m) a été mené contre le bord du chemin des Gaulois, dans la parcelle L 2, no 391 (fig. 28). Les vestiges du fanum y sont apparus très arasés, le plus souvent en dessous du niveau de circulation, à une altitude maximale de 188,72 m, sous une épaisseur de terre végétale et arable qui atteint 0,70 m d’épaisseur environ contre le chemin : le bord supérieur occidental du sondage 03.6 est à l’altitude moyenne de 189,43 m. Sur cette marge occidentale de la zone de fouille, l’importance du recouvrement de vestiges très arasés tient peut-être aux travaux de 1853. En effet, la voie ferrée que longe le chemin des Gaulois passe ici en tranchée et il est possible que lors de l’ouverture de la voie du PLM, en 1853, une partie des déblais – la terre végétale – ait été épandue sur ce secteur du site, le reste étant stocké à quelques centaines de mètres, dans le vallon du Rutiaux.

76Sous les vestiges, le terrain naturel, de sable rosé pur, a été atteint vers 188,31 m. Une tranchée de 9,50 m de longueur, ouverte perpendiculairement au mur oriental de la galerie, a permis de constater que le terrain naturel monte de l’ouest vers l’est, où il apparaît à 188,75 m, l’épaisseur de terre végétale et arable diminuant. À l’extrémité orientale de la tranchée, un sondage à la pelle mécanique a atteint la profondeur de 187,89 m sans rencontrer d’autre matériau que le sable.

Fig. 28 - Plan du sondage 03.6 et assemblage avec le plan Mortamet des fouilles de P. Wuilleumier (DAO : S. Mayoud).

77Une autre tranchée a été ouverte en direction du nord sur 13 m de longueur, et a été arrêtée sur le niveau de démolition des vestiges.

1.3.1.2. Le fanum no 91

78Recouvert en partie par le chemin des Gaulois, l’édifice n’a été que partiellement dégagé (fig. 29). C’est un bâtiment sans podium comportant une salle a priori carrée enfermée dans une galerie périphérique, et l’on peut tenir son identification comme fanum pour à peu près certaine ; mais on ignore tout de sa partie occidentale.

79De la clôture de la cella (L. : 4,85 m hors tout), nous connaissons trois murs. L’amorce visible du mur septentrional no 60, est partout épierrée ; la tranchée d’épierrement, large de 0,80 m environ, s’ouvre sous la terre arable à l’altitude de 188,60 m. Le mur oriental, no 61, large de 0,50 m environ, est épierré dans sa partie septentrionale, mais le sommet de sa fondation, en petites dalles de 10 à 15 cm de longueur, est conservé dans la moitié méridionale, à l’altitude maximale de 188,62 m. Liée à lui, l’amorce visible du mur méridional no 62 est large de 0,53 m. Son appareil est conservé au sud jusqu’à l’altitude de 188,70 m : l’élévation, conservée sur une seule assise, était faite de petits moellons réguliers (l. : 10-15 cm, H. : 7 cm env.) en calcaire, dont deux blocs sont conservés en place ; d’autres ont été retrouvés aux abords. La nature du sol dans la cella, engagé dans la berme, n’a pas pu être observée.

80De la clôture de la galerie (L. : 9,40 m hors tout), nous connaissons trois murs. Large de 0,46 m à son sommet conservé, à l’altitude maximale de 188,50 m, le mur septentrional no 63 ne comporte plus qu’une assise de pierres, formant la fondation. Celle-ci est composée de petits blocs posés en épis (fig. 30) sur 1,90 m de longueur à partir de l’angle extérieur nord-est de la galerie ; plus à l’ouest, sont employés des blocs plus gros posés horizontalement, et formant un parement sommaire, selon une technique de fondation employée ailleurs sur le site ; une chape de mortier relativement lisse recouvre le tout. Un petit sondage contre ce mur, à l’extérieur du bâtiment, a montré qu’il était posé dans le terrain naturel vers 188,31 m d’altitude, sans davantage de fondation. Le mur oriental no 64, lié au mur no 63, est connu sur toute sa longueur. Large de 0,45 m environ, il est partout épierré, sauf à l’angle nord-est, où subsiste une assise d’élévation en dalles de calcaire gris. Elle est posée sur l’assise de fondation formée de pierres posées en épi ; la transition de l’une à l’autre est marquée par un ressaut intérieur de fondation, large de 5 cm. La largeur du mur méridional no 65 peut être aussi évaluée à 0,46 m environ, mais il est totalement épierré à l’altitude maximale de 188,60 m. Comme il est de règle que l’entrée des fana soit à l’est (Fauduet 1993b : 64), les vestiges subsistants permettent de constater qu’ici la façade orientale privilégiée ne paraît pas comporter d’aménagements particuliers.

Fig. 29 - Plan des vestiges du fanum no 91 à l’est du chemin des Gaulois (relevé : J. Bonneric et S. Favrat ; mise au net : E. Regagnon).

81Entre les murs de la cella et ceux de la galerie, l’espace de circulation est large de 1,83 m environ ; réduite, cette largeur est cependant assez habituelle dans les fana de cette dimension (Fauduet 1993b : 68). Sous l’épais niveau d’humus et de terre arable, un hérisson homogène de petits galets de calcaire gris (no 75), qui devait supporter le sol de la galerie, est conservé par endroits, au sud de l’angle sud-est de la cella, et au nord contre la berme, à l’altitude de 188,72 m, soit au-dessus du niveau actuel de conservation des murs de la galerie.

Fig. 30 - Le fanum no 91 vu du nord (cliché : J.-Cl. Béal).

82Ce niveau recouvre partiellement au nord-est un creusement rempli de fragments de tegulae et d’imbrices en partie brûlées (no 74 bis), rapportées contre l’angle des murs de la galerie et destinées à en stabiliser le sol disparu. Installé après l’édification des murs de la galerie, il couvre le ressaut de fondation intérieur du mur no 64. Sous l’US 74 bis, une couche d’argile jaune n’appartient pas au terrain naturel sableux. Il peut s’agir d’un premier aménagement du sol. Mais, du fait de la disparition des niveaux archéologiques à proximité du mur no 63 de la galerie septentrionale, on ne peut exclure qu’il s’agisse d’un premier état du fanum, sectionné lors de la fondation du mur.

83Dans l’angle nord-est de la galerie, ce remblai no 74 bis recouvre en revanche, ponctuellement, une poche de terre limoneuse brune (US 99), appuyée contre le mur extérieur de la galerie. Parmi le mobilier peu nombreux de cette US (une trentaine de tessons), on note la présence d’un élément de vase à glaçure plombifère qui présente un motif de biches tournées en sens contraire (type Déchelette 880bis). De telles bouteilles de type Déch. 62 ont été produites dans le centre de la Gaule des années 30 à 80 (Corrocher 1983, pl. XIII ; Vertet 1979 : 62, fig. 1-2). La fouille n’ayant pas été poursuivie au-delà, le mobilier de ce remblai constitue le seul élément datant la construction du fanum no 91.

84En revanche, dans l’angle sud-est de la galerie, un autre apport de tuiles, peu compact, recouvre pour partie un lambeau du hérisson no 75. Il peut s’agir ici du comblement de fouilles anciennes, celles de P. Wuilleumier a priori ; on n’a pas découvert de mobilier dans ce niveau.

1.3.1.3. D’autres bâtiments

85La tranchée, large de 1,40 m, menée en direction du nord à partir de l’extrémité septentrionale du sondage 03.6, a permis de localiser trois structures épierrées, difficilement mises en évidence dans un épandage de matériaux de démolition (fig. 28). La fouille n’est pas allée au-delà du seul repérage.

86Ainsi, à 4,60 m au nord du fanum, est apparue la tranchée d’épierrement d’un mur d’orientation est-ouest, et l’amorce de son retour à l’équerre vers le nord. À 10,20 m et à 16,20 m ont été localisées deux autres tranchées d’épierrement également d’orientation est-ouest. Même si l’information est limitée, elle montre au moins que plusieurs autres constructions subsistent contre le bord du chemin des Gaulois.

1.3.2. LA RELECTURE DES DONNÉES ANCIENNES

87Plusieurs découvertes anciennes peuvent être réinterprétées à la lumière des résultats de 2003.

1.3.2.1. Les fouilles de P. Wuilleumier

88En 1938, P. Wuilleumier avait engagé, en collaboration avec G. Mortamet, architecte des Monuments historiques, une campagne de fouille sur une bande de terrain incluse dans la parcelle L 2, no 391, large d’environ 13 m du nord au sud et longue de quelque 54 m d’est en ouest, entre le chemin des Gaulois à l’ouest et la ligne de crête de la colline à l’est.

La documentation

89Les recherches que nous avons menées pour retrouver des documents originaux sur cette opération sont restées à peu près vaines. Les résultats nous sont connus par une description rapide de P. Wuilleumier (1939 : 248) qui reprend son « Rapport sur les fouilles de Saint-Georges-de-Reneins » conservé au service des Archives de la Maison René-Ginouvès, par une médiocre photo inédite qui accompagnait ce rapport et montre un détail architectural (l’un des quatre massifs creux), par une évocation de la structure aux quatre massifs creux (fig. 31) sur la maquette des vestiges de Ludna élaborée vers 1938 (Béal 2007b : 68), et par le report du plan des vestiges sur le plan général des fouilles dû à G. Mortamet. Les trois premiers documents concordent à peu près ; mais le plan présente des divergences, notamment dans le rendu de la structure aux massifs creux. On ne s’étonnera donc pas que le report des vestiges mis au jour par P. Wuilleumier sur un fond de plan actuel (fig. 28) n’aboutisse pas à un résultat très satisfaisant.

Fig. 31 - Le tétrapyle mis au jour par P. Wuilleumier d’après la maquette de Ludna conservée au Musée municipal de Saint-Georges-de-Reneins (cliché : J.-Cl. Béal).

1.3.2.2. Les vestiges découverts

90P. Wuilleumier décrit « une enceinte rectangulaire, dont un mur atteint 10 mètres de long sur 0,80 m de large et 0,50 m de haut ; elle entoure quatre massifs de pierre, dont la base circulaire et creuse a été ultérieurement bouchée et surmontée de tuiles qui forment des assises carrées [note 3 : ils sont distants de 3,50 m bord à bord ; ils ont un diamètre extérieur de 1,50 m et intérieur de 0,80 m]. On avait déjà trouvé une colonne en pierre et des fragments de stuc peint » ; la colonne est peut-être celle, d’un diamètre de 0,40 m environ, que signalait J. Ballofet (1932 : 37). La photo conservée montre l’un de ces massifs creux, construit de briques liées au mortier. Cette structure serait comparable à une autre mise au jour à Avenches, dans le sanctuaire de la Grange des Dîmes : quatre piles maçonnées carrées, de 1,60 m de côté, étaient disposées en carré de quelque 3 m de côté, et creuses en leur centre, pour recevoir quatre piliers de bois de 0,45 m de côté, s’enfonçant à 1,40 m de profondeur : le tétrapyle aurait pu abriter une statue ou un bassin (Morel, Blanc 2008 : 45-46).

91Mais les fouilles se sont développées au-delà de ce que P. Wuilleumier évoque dans ses textes. Des murs parallèles s’étendent à l’ouest des « massifs » sur une huitaine de mètres, – d’autres structures apparaissant à proximité du chemin des Gaulois –, et à l’est sur une quinzaine de mètres, où ils pourraient former un double portique, ou un dispositif de portique (l. de l’ordre de 2 m) au nord, sur lequel ouvre au sud, une salle (l. de l’ordre de 5 m). L’ensemble de ces vestiges est orienté comme le fanum, et pourrait former en tout cas la clôture méridionale du sanctuaire. Mais le rapport chronologique entre ces structures et l’éventuel tétrapyle reste incertain. Ce dernier, en tout cas, n’est pas lui-même un fanum comme l’a pensé A. Buisson (1993 : 16).

1.3.2.3. Mobilier lapidaire et métallique

92À la « colonne en pierre » que signale P. Wuilleumier, peut-être après Ballofet, il faut sans doute ajouter d’autres blocs architecturaux, ce dont S. Walker (1981 : 306) tire argument pour envisager de voir dans le site, à tort, une villa disposant d’un certain niveau de vie. En effet, des éléments d’architecture, identifiés d’abord comme trois « fragments d’une borne milliaire » anépigraphe, sont signalés dès 1900 (BM Villefranche-sur-Saône, archives Deresse, 6 n 4. P. 8 et 9 : renseignement : Ph. Branche) contre le bord oriental de la tranchée de la voie ferrée, et localisés, sur le plan Jacquiot, aux abords du fanum. Une photo prise en 1954 montre deux blocs (fig. 1), dont l’un au moins, visiblement orthogonal, est un bloc de grand appareil. Seul subsistait encore sur le site, en 2002, un bloc de calcaire (H. : 41,5 cm) très dégradé, sans doute un fragment de fût de colonne (aujourd’hui au dépôt des fouilles de Ludna), dont le diamètre atteindrait une soixantaine de centimètres, ce qui, d’une part, la distingue de la colonne signalée par Ballofet (diam. 0,40 m), et d’autre part interdit qu’elle ait été employée sur les stylobates, trop étroits pour lui, de la galerie du fanum no 91.

93Enfin, un fragment de statue (fig. 32) a été trouvé en prospection dans les années 1990 sur le sommet de la butte de Patural et à l’est du fanum : il s’agit de la jambe gauche, pliée et brisée en haut de la cuisse, d’un petit enfant nu (Buisson 1993 : 87, no PT 3, fig. de la p. 113 ; Faure-Brac 2006 : 384, fig. 434). Des arrachements sont visibles sous les orteils, sur l’intérieur du mollet, sur le dessus et l’intérieur de la cuisse. Il peut s’agir d’un Amour, ou du compagnon enfantin de quelque divinité féminine.

94Peut-être faut-il associer au sanctuaire les trente-neuf anneaux de bronze coulés conservés au musée de Ludna (Buisson 1993 : 33-34), et de provenance locale imprécisée : en tout cas, la pratique de l’offrande votive d’anneaux est connue en Gaule romaine (pour la Gaule méridionale, voir Barruol 1994 : 56, 66, 70). A. Buisson (1993 : 16, 48, objets PB 8 et 9) propose d’« identifier comme des dépôts votifs » les fragments d’encadrement de miroir en plomb conservés au musée de Ludna et de provenance aussi peu précise ; mais, en l’absence d’inscriptions votives, cette attribution reste aléatoire (Barruol 1985 : 365-366 surtout, et 1987 : 418). De même, il considère (Buisson 1993 : 16, 46, objets PB 1 à PB 6 bis) que les rouelles de plomb ont une « destination votive » : mais l’identification de ces objets a donné lieu à des débats, sur leur chronologie comme sur leur fonction (Giot 1988).

Fig. 32 - Fragment de statue en calcaire : jambe gauche d’un enfant (cliché : J.-Cl. Béal).

1.3.3. UN SANCTUAIRE À VOCATION RÉGIONALE

95Inclus dans l’agglomération, le fanum de Ludna est comparable à celui de la bourgade antique de Mercruy à Lentilly (Rhône), à 27 km au sud (Faure-Brac 2006 : 256-257), dont le format (9,24 x 10,14 m hors tout) n’est pas non plus éloigné, encore que la galerie y soit plus large (2,19 m et 2,27 m).

96L’édifice de Ludna est modeste, et plus encore ses vestiges actuels. Mais les constructeurs ont recouru aux moellons de calcaire taillés, et, dans le fanum ou ailleurs dans le sanctuaire, au grand appareil. Aussi la modestie du fanum no 91 ne doit-elle pas tromper : les vestiges découverts par P. Wuilleumier montrent que le sanctuaire dans lequel il est renfermé avait une certaine ampleur. Au nord de l’Azergues, il est, en l’état actuel de nos connaissances, le sanctuaire ségusiave le plus septentrional (Béal 2006). La construction rectangulaire (peut-être 12,80 x 5,80 m) fouillée au sommet du Mont de la Pyramide à Lamure-sur-Azergue (Faure-Brac 2006 : 252-253) est singulière dans sa forme, qui n’est ni celle d’un fanum, ni celle d’un temple classique : sauf à comparer ses proportions à celles de l’édifice religieux rectangulaire de Mézin (Lot-et-Garonne : 18 x 6 m : voir Marcadal 2001) ou à celles de la salle religieuse de Viuz-Faverges (Haute-Savoie : 32,40 x 9,75 m : Jospin 2002 : 160-161), sa fonction religieuse même peut être mise en doute. Quant à la prétendue « ara finalis » de Beaujeu (Faure-Brac 2006 : 163-164, avec biblio. antérieure), nous pensons pour notre part (Béal 2007a : 14-15) que le relief en marbre ESP. 1801, qui en serait le seul et très remarquable reste, a été apporté d’ailleurs au Moyen Âge.

97Le sanctuaire de Ludna avait donc, nous semble-t-il, une résonnance régionale aux confins des cités ségusiave et héduenne.

1.4. LUDNA : LES DEUX PARCELLES DE L’ÎLOT SEPTENTRIONAL (J.-Cl. Béal)

98Les prospections électriques conduites par M. Martinaud sur la colline de Patural avaient mis en évidence l’intérêt d’une zone de résistance électrique en marge de la voie, à la jonction des parcelles cadastrales L 2, no 389, 390 et 391. Cette anomalie nous a conduits à ouvrir à cet endroit deux sondages en 2003 (03.5/N et 03.5/S), puis à fouiller les années suivantes, par une série de sondages juxtaposés, un ensemble de vestiges, appartenant à plusieurs états et organisés en un îlot de deux parcelles A et B (fig. 33), qui représentent 1 400 m2 environ, à l’est et en contrebas de la voie antique (fig. 34).

99Les vestiges devaient là, en effet, à une dépression du terrain naturel, centrée sur la séparation entre les deux parcelles, d’avoir été en partie préservés de l’érosion agricole. L’occupation y est attestée de l’époque augustéenne jusque vers la fin du Ier siècle ap. J.-C. ; mais de cette dernière période ne subsistent déjà que de rares lambeaux. Au nord et au sud de cette dépression, les constructions ont été détruites : les fouilles n’ont donc mis au jour qu’une partie de l’îlot. Nous étudierons successivement la parcelle A, au nord, puis la parcelle B, au sud.

1.4.1. LA PARCELLE A (fig. 35)

100Nous y avons distingué trois états chronologiques, dans une fourchette cependant resserrée à l’époque augustéenne : l’ensemble du mobilier céramique contenu dans les couches qui ont permis l’installation du bâtiment no 886 couvre en effet une période concentrée sur les années 10 av.- 15 ap. J.-C. (voir notamment p. 355-357, l’étude de C. Batigne-Vallet sur l’ensemble céramique Saint-Georges-de-Reneins I). L’existence d’un quatrième état se déduit des observations faites dans les deux parcelles au bord de la voie.

1.4.1.1. L’état I

101L’état I n’a été rencontré que sur une surface limitée à l’extrémité orientale du sondage 07.2, où il a seulement été repéré sur des surfaces réduites : on n’en a donc pas une vue d’ensemble.

102La seule structure identifiée est une partie de sol (US 1340) de galets rubéfiés (fig. 36) reconnu à la base du trou de spoliation entre les murs no 1222 et 1272, à l’altitude de 188,41 m. Ce sol est engagé sous l’articulation des murs no 1222 et 1286, et s’arrête très rapidement vers l’est et le nord. Posée sur lui, une fine pellicule de terre charbonneuse s’épaissit vers le nord et l’est (US 1324-1341), sous les constructions de l’état II.

1.4.1.2. L’état II

103On peut attribuer à cet état II (fig. 37) d’une part une série de salles qui forment le bâtiment no 885, d’autre part, sans doute, un premier portique no 1375. Ces deux constructions sont orientées de la même façon, divergeant d’une douzaine de degrés vers l’est par rapport à l’axe de la voie en contrebas et à l’est de laquelle elles se développent.

Le bâtiment no 885

104Le bâtiment du deuxième état est construit sur une terrasse aménagée dans la pente de l’ouest vers l’est (fig. 34). Il est incomplètement conservé : sa partie orientale a été emportée par l’érosion agricole, tandis qu’à l’ouest, les traces s’en amenuisent progressivement ; seule subsiste donc la partie médiane, aménagée sur deux niveaux séparés par une trentaine de centimètres. Les vestiges ne permettent jamais d’identifier les communications entre ces deux niveaux, ni même entre les pièces d’un même niveau.

Fig. 33 - Ludna, plan général de l’îlot septentrional, parcelles A et B (dessin : E. Dumas, mise au net : M. Lagrange).

Fig. 34 - Coupe schématique ouest-est de l’îlot septentrional (dessin : J.-Cl. Béal ; mise au net : E. Dumas).

Fig. 35 - Ludna, îlot septentrional, plan général de la parcelle A (dessin : E. Dumas, mise au net : M. Lagrange).

Fig. 36 - Îlot septentrional, parcelle A : sol de galets no 1340 de l’état I apparaissant sous l’arrachement du mur no 1271-1291 de l’état II (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 37 - Îlot septentrional, parcelle A : plan du bâtiment no 885 de l’état II (DAO : M. Lagrange).

Le niveau supérieur

105On distingue d’abord à l’ouest deux pièces allongées (no 1348 et no 1373) de part et d’autre d’un espace central (no 1374).

106La pièce no 1348 paraît avoir constitué une vaste halle (l. : 4,60 m environ ; L. supérieure à 8,50 m) dont le sol, recouvert par les apports de marne de l’état III, est en légère pente vers l’est où il est supporté par une épaisseur croissante de remblai rapporté contre les murs no 1221, no 1222 et no 1291. Il est fait de terre grasse et légèrement charbonneuse à l’est (altitude : 188,79 m), devenant plus sableuse à l’ouest (US 1360 : altitude : 188,89 m). À mi-distance des murs no 1261 au sud et no 1222 au nord, une plaque foyère (US 1264 ; fig. 38), prise dans le sol de la pièce, est faite de deux rangées mitoyennes de trois briques (L. : 0,38-0,40m ; l. : 0,28-0,32 m ; ép. : 3 à 4 cm). Cernée par un petit bourrelet de mortier, elle ne comporte cependant pas d’entourage, mais une planche, carbonisée en place, a été retrouvée contre sa bordure septentrionale. Ce type de foyer est bien connu, par exemple à Augst, ou à Lausanne, où la moitié de la dizaine d’exemplaires retrouvés sur le site de « Chavannes 11 » occupent, comme ici, la partie centrale d’une pièce (Berti Rossi, May Castella 2005 : 191-193).

107D’autres zones cendreuses témoignent sans doute de la présence d’autres foyers dans la pièce (fig. 39, US 1360).

Fig. 38 - Bâtiment no 885 : plaque foyère no 1264 dans la salle no 1348 (cliché : J.-Cl. Béal).

108L’espace central no 1374 est large de 7,75 m environ. Son sol sableux (US 1307-1336 ; altitude vers 188,85 m), est, à proximité de l’espace no 1348, ponctué de recharges de gravier (US 1311) et de foyers : le foyer no 1371 est ainsi fait d’une cuvette (0,50 x 1 m environ) en très léger surcreusement, dont la surface forme une croûte calcinée. Cet espace est sans doute un espace ouvert, autour duquel s’organiseraient les autres corps de bâtiments. La pièce no 1373 (l. : 2,50 m ; L. supérieure à 4,50 m) est symétrique, en plus étroit, de la pièce no 1348 au sud. Cet espace est aménagé en surcreusant de 0,70 m le terrain encaissant au nord de la paroi no 1321 (fig. 40). Son niveau de circulation, comparable à celui des autres pièces si l’on en juge par le niveau d’émergence des parois no 1321 et no 1327, n’a pas été repéré dans le sable.

Le niveau inférieur

109À l’est et en contrebas des trois premiers espaces subsistent les vestiges d’autres pièces qui se développaient vers l’est.

110La pièce no 1343 (l. : 1 m) a un sol de béton lissé no 872 (fig. 41), posé sur un hérisson de petits blocs (L. de l’ordre de 5 à 7 cm) ; emporté à l’est par l’érosion, il présente aujourd’hui une pente entre l’altitude maximale de 188,64 m contre le mur no 1221 et 188,53 m à l’est. Cette pièce jouxte la pièce no 1347, dont le sol n’est pas conservé.

111Plus au nord, le grand espace no 1295 a pu être fermé à un moment à l’est par le mur no 1335. De ce mur ne subsiste qu’un lambeau adossé – et non lié au mur no 1216, mais son négatif peut être suivi sur plusieurs mètres avant de disparaître dans l’érosion agricole. Le niveau de circulation dans cet espace, fait de terre argileuse, peut être identifié par une brique en terre cuite posée sur lui contre la paroi no 1286 (fig. coul. 9) et à l’est de celle-ci, à l’altitude de 188,50 m environ, altitude confirmée par la base, au même niveau, de l’enduit de la paroi no 1286.

112Cet espace no 1295, étiré (8,90 x 3 m environ), comportait en fait plusieurs aménagements. À 2,90 m au sud de la paroi no 1321, et parallèlement à elle, la base d’une cloison de marne (l. : 0,15 m) est conservée sur 0,50 m de longueur à l’altitude de 188,51 m : le reste a fondu (fig. coul. 9). À 1,60 m au nord du mur no 1222, une traînée longitudinale garde le souvenir d’une autre cloison de marne, parallèle à la précédente. Adossées au mur no 1222 apparaissent en outre deux parois parallèles no 1368 et no 1369 à parements uniques en briques maçonnées (fig. 42), conservées au maximum sur 1,10 m de longueur et sur 0,10 m de hauteur à partir de leur base, à l’altitude de 188,57 m. Il est donc possible que la périphérie de l’espace no 1295 ait été aménagée en une série de logettes de fonction indéterminée.

Murs et cloisons : la technique de construction

113Les parois du bâtiment no 885 sont faites de pans de bois élevés sur des soubassements de nature et de taille diverses.

• Des soubassements de pierres

114Le mur no 1261, qui ferme le bâtiment au sud apparaît comme un soubassement fait de blocs de pierre (quartzite, granites roulés, L. : 0,20 m env.) liés au mortier de chaux très pauvre. Il est large de 0,34 m à son extrémité occidentale conservée, et de 0,28 m seulement au raccord avec le mur no 1221, Dans sa partie médiane, au sud de la plaque foyère no 1264, il n’est conservé que sur une assise, sans fondation. Plus à l’est, il se prolongeait au-delà du mur no 1221 auquel il est lié, mais il a été en partie épierré. À l’ouest, il a également fait l’objet d’une récupération antique qui en fait disparaître la trace, laissant à sa place un épandage de blocs no 1271 (fig. 43). À son articulation avec le mur perpendiculaire no 1221, se dressait un poteau d’angle, brûlé.

115De même faut-il considérer comme des soubassements les murs no 871, 1216, 846-1221, 1222, liés les uns aux autres. Ils sont faits de blocs d’assez grosse dimension, surmontés d’assises de briques et de tuiles réemployées, susceptibles de recevoir des sablières de bois et des élévations de terre et de bois. Ainsi, à l’articulation des murs no 1221 et no 871 (fig. 41), observe-t-on d’une part, dans les assises de briques, une interruption (l. : 0,35 x 0,35 m ; H. conservée : 0,07 m) qui paraît destinée à recevoir sur deux blocs de pierre une poutre horizontale posée sur le mur no 871, ou plutôt un poteau vertical intermédiaire ; d’autre part, le lit de briques ou de tuiles qui couronne les deux murs culmine en dessous du niveau du sol (no 872) de la pièce no 1343, réservant ainsi un logement semi-enterré aux deux sablières sur lesquelles s’élevaient les parois septentrionale et occidentale de cette pièce.

Fig. 39 - Bâtiment no 885, coupe stratigraphique nord-sud dans la pièce no 1348 et l’espace no 1374. Au sud de la cloison no 1309, zone foyère no 1360 posée sur un lit de marne. À l’état III, l’ensemble est recouvert par un épandage de sable (US 1215-1307) puis une nappe de marne (US 1209), qui noient la structure de renforcement (ici : ligne de briques no 1325 bis et bloc no 1362) [dessin : G. Blanchard et P. Martinez ; mise au net : E. Regagnon].

Fig. 40 - Coupe stratigraphique nord-sud de la partie septentrionale du bâtiment no 885 (espaces no 1373 et no 1374) [DAO : E. Regagnon].

Fig. 41 - Bâtiment no 885 : support de poteau à l’articulation des murs no 871 et no 1221. Au second plan, sol bétonné no 1343 no 872 de la salle n (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 42 - Bâtiment no 885 : cloisonnement de l’espace no 1295 par les cloisons de briques no 1368 et no 1369 (cliché : J.-Cl. Béal).

• Des soubassement de briques et tuiles

116Le mur en L no 1272-1291 (l. : 0,44 m) est fait de tuiles (tegulae et imbrices) et de briques (fig. 44), pour partie brûlées avant leur réemploi ici, et liées à la terre ; le mur, parementé jusqu’à sa base, est construit en élévation enterrée, sans autre solin ou support à sa base. Les destructions dues à un trou de spoliation ne permettent pas de s’assurer que ce mur se raccordait aux murs no 1222 et no 1286, même si cela est vraisemblable.

117La paroi no 1286, très dégradée, est matérialisée à la fois par des concentrations linéaires de fragments de tuiles (fig. 45) et, ponctuellement, par des tronçons mieux conservés, montrant encore la superposition de trois assises de tuiles, liées à la terre, reste effondré d’une élévation faite en partie de fragments de tuiles (fig. 46) sans support de fondation. Une mince ligne argileuse, conservée sur un à deux centimètres de hauteur et une cinquantaine de centimètres en longueur, marque l’existence d’un enduit de parement sur la face orientale de la paroi. Ponctuellement aussi subsiste un bloc de pierre, haut d’une quarantaine de centimètres et posé au niveau du sol, qui soutenait sans doute un poteau (fig. 47) ; il était donc pris, au nord et au sud, dans la paroi de briques.

• Des supports de marne
  • 12 Cloisons larges de 0,14 m dont l’ossature de bois était hourdée de fragments concassés de tubulures (...)

118Le mur maçonné no 1291 est prolongé vers l’ouest par le support de paroi no 1309 (fig. 44 et 57), faite d’un boudin de marne, large seulement de 0,13 à 0,22 m (sommet à 188,79 m à l’est à la jonction avec le mur no 1291, et à 188,92 m à l’ouest ; fig. 39). Ce boudin est bordé au sud par une bande de sable sombre (l. : 0,10-0,15 m) qui témoigne peut-être de la présence d’un élément disparu. Sur le boudin marneux, courait une étroite tranchée où des fragments de tuiles et de mortier de chaux, inclinés vers son axe médian (fig. 48), peuvent être les débris piégés d’une élévation à ossature de bois disparue et hourdis de tuiles concassées liées au mortier : nous connaissons au moins un exemple de hourdage de ce type à Alba12 (Ardèche). L’extrémité occidentale de cette paroi n’est pas connue ; mais un bloc de pierre isolé (no 823) a été trouvé dans son axe, à l’ouest du logement de la sablière no 814 (fig. 37) : son sommet est à 189,12 m, sa base est posée dans le sable à 188,95 m. Il pourrait s’agir du support d’un poteau d’angle à l’articulation de la paroi no 1309 et d’une paroi fermant la pièce à l’ouest.

119Plus dégradé, le support de paroi no 1327 dont on retrouve la trace jusque dans la berme occidentale du sondage 07.1 (fig. 35) au-delà duquel elle se prolonge vers l’ouest comporte également un boudin de marne sur lequel des débris de tuiles, de mortier et des pierres doivent appartenir à une paroi éventrée comparable à la paroi no 1309. À l’est, elle vient buter contre la paroi no 1286 ; un gros bloc de pierre, qui peut à nouveau témoigner d’une élévation en terre et bois, se trouve à cette jonction.

120Enfin, le support de paroi no 1321 est connu sur cinq mètres de longueur : à l’ouest, il a été observé (fig. 40) contre le bord occidental du sondage 07.1, à l’altitude maximale de 188,74 m et sur une hauteur de 0,30 m ; à l’est, un creusement profond d’une dizaine de centimètres (altitude du fond : 188,42 m) pourrait être le négatif d’un bloc appartenant à son prolongement au-delà de son raccord avec la paroi no 1286 (fig. 47). Ce support est un ensemble composite (fig. 49). Il est constitué en effet par un boudin de marne large de 0,35 m, haut de 0,26 m, et dans lequel est pris par endroit un bloc de pierre, de taille variable. Contre le bord septentrional de la bande marneuse, s’alignent des fragments de tuiles ; contre son bord méridional court en revanche un petit boudin argileux (l. : 0,10 m ; H. : 0,10 m) : on rapprochera ce dispositif de ce qu’on observe au sud du support de paroi no 1309. Cette paroi constitue la façade septentrionale du bâtiment no 885.

121La forme de ces supports de paroi les distingue des lambeaux de cloison de marne que nous avons pu observer ponctuellement dans la pièce no 1295.

Le premier portique no 1375

122À l’ouest du bâtiment no 885, se trouvent (fig. 35 et 37) deux bases de piliers carrés, no 80 au nord et no 93 au sud (0,56 x 0,54 m) faites de fragments de tuiles pour partie brûlées (fig. 50). Espacées de 3,25 m, elles ont été construites avant que ne soient épandus les apports de marne et de limon argileux préparatoires à la création du portique de l’état III, et leur rattachement à l’état II est vraisemblable.

123Si l’on admet l’hypothèse selon laquelle la paroi occidentale de la pièce no 1348 s’appuierait au bloc de pierre no 823, les deux bases pourraient appartenir à un portique adossé à cette paroi et large de 2,50 m environ. La base no 93, dans l’axe du mur no 1261 – dont il faut reconnaître cependant que le seul lambeau connu est à seize mètres de lui – se situerait à l’extrémité méridionale du portique.

Le bâtiment no 885 : une « maison longue » augustéenne ?

124Lacunaire assurément, le bâtiment no 885, précédé à l’ouest par le portique no 1375, n’en forme pas moins un ensemble fortement caractérisé. Trois espaces plus ou moins vastes, à l’ouest, s’opposent aux unités plus petites de la partie orientale, dont l’une (no 1343) est dotée d’un sol de béton lissé. Cette répartition rappelle celle des « maisons longues » (Streifenhaüser, strip-houses ; sur le type : Kaiser, Sommer 1994 : 374-376), disposées perpendiculairement à la rue, et dont l’espace est divisé entre des petits locaux de séjour ou de service à l’arrière, et une grande halle à l’avant, précédée éventuellement de tabernae ouvrant sur le portique : telles sont les « maisons longues » de Cologne ou de Bliesbrück (Precht 2002 ; Petit, Mangin 2002) pour ne prendre que deux exemples. Elles associent une fonction d’habitat à une fonction économique, par la présence de lieux de vente ou d’artisanat (Béal 2010 : 21-27).

125Le bâtiment no 885, et sans doute aussi, nous le verrons, son voisin au sud no 761 seraient donc deux exemples de ces « maisons longues » dont on connaît encore en Rhône-Alpes quelques cas dans l’agglomération d’Izernore (Ain : Le Nezet-Célestin, Vaireaux, Vicherd 1996 : 50, fig. 8). Antérieur à la création de l’entrepôt no 886, le bâtiment no 885 est augustéen.

Fig. 43 - Bâtiment no 885, mur no 1261 ; au premier plan son chantier d’épierrement no 1271. À droite, mur maçonné no 51 de l’état III (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 44 - Bâtiment no 885 : changement du mode de construction de la paroi no 1291 : au premier plan, construction en briques et pierres et raccord en siflet avec, au second plan, un boudin de marne (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 45 - Bâtiment no 885 : paroi de briques démontée no 1286 (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 46 - Bâtiment no 885 : paroi de briques no 1286 partiellement récupérées : détail de la superposition des tuiles (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 47 - Bâtiment no 885 : à droite : extrémité orientale de la paroi no 1321 ; au premier plan, négatif d’un bloc ; à gauche, lambeaux de la paroi no 1286 (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 48 - Bâtiment no 885 : paroi no 1309 en argile ; au second plan, son prolongement no 1291 construit en dur (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 49 - Bâtiment no 885, paroi no 1321 ; au premier plan, bloc support de la paroi (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 50 - Pilier de briques no 80 de l’état II et négatif de pilier no 82 de l’état III (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 51 - Îlot septentrional, plan restitué du bâtiment no 886 de l’état III (DAO : M. Lagrange).

1.4.1.3. L’état III : la création de l’entrepôt no 886

126C’est dans un troisième temps que tout le secteur est largement remanié. Un nouveau mur (no 51), parallèle au mur no 1261 de l’état précédent (fig. 35), est construit à une quarantaine de centimètres au sud, et constitue la clôture méridionale d’un nouveau bâtiment (no 886) auquel un nouveau portique est adossé (fig. 51). La construction de ce bâtiment suppose que la pente du terrain naturel vers l’est soit réduite ou supprimée. C’est ce qui est obtenu par l’installation de poutres perpendiculaires à la pente et l’apport de remblais de marne et de sable contre ces poutres (fig. 34) : elles remplissent donc deux fonctions, l’une, de parois de soutènement enterrées structurant les remblais, l’autre, de sablières destinées à supporter les parois qui, en élévation, diviseront le bâtiment. Les niveaux de circulation dans le bâtiment et ses abords ne sont pas conservés.

La construction du mur no 51

127Attesté ou restituable sur 12,40 m et construit dans la pente de l’ouest vers l’est, le mur no 51 se prolongeait au-delà vers l’est, mais son extrémité orientale a disparu du fait de l’érosion agricole. Deux lambeaux seulement en subsistent, qui permettent de connaître son aspect : large de 0,45 m, il comporte une assise de gros blocs irréguliers de calcaire gréseux (l. supérieure à 0,25 m) posés par endroits sur quelques fragments de tuiles, et surmontés de blocs plus modestes, les uns et les autres liés au mortier de chaux. De part et d’autre des deux lambeaux conservés, le mur a été épierré et démonté dans l’Antiquité (fig. 66).

L’installation de sablières et de planches

128Trois logements de sablières ont été mis au jour, conservés sur 0,15 à 0,30 m de hauteur et pour partie aménagés au détriment de l’état II. Le bâtiment s’inscrit alors dans une forme trapézoïdale.

129Le logement no 814-854-861-850 est continu, d’une longueur de 22,80 m (fig. 52). La jonction du négatif avec le mur no 51 n’était pas observable, le mur ayant été ici entièrement récupéré et ses abords retournés par les récupérateurs. La tranchée elle-même n’a pas été fouillée extensivement, mais on en suit bien le tracé, par son comblement qui contraste avec le terrain encaissant. En deux points de son parcours, cependant, la tranchée était peut-être interrompue ponctuellement, sur une cinquantaine de centimètres ; encore a-t-on peut-être affaire alors à des coulées des niveaux de marne situés de part et d’autre du négatif. La largeur du négatif, de l’ordre de 0,50 m à 0,55 m, augmente (0,75 m) sur quelques mètres à proximité du mur no 51. La partie basse du négatif a, alors, une section en T, plus étroite à la base (jusqu’à 0,25 m), plus large au-dessus (fig. 53), le terrain encaissant étant découpé en deux paliers symétriques. Sur le palier oriental du négatif no 814 subsiste encore ponctuellement, à 4,50 m du mur no 51, une partie d’une ligne (L. observée : 1,30 m environ) de demi-briques découpées longitudinalement, qui habillaient ces paliers et qui permettaient de caler contre elles la partie basse de la sablière. À 7,50 m du mur no 51, c’est peut-être un dispositif analogue, mais ici plus dégradé, qui est à l’origine du surcreusement médian du négatif ; en tout cas, il n’a pas été rencontré dans le négatif au-delà vers le nord. Cette section particulière vise sans doute à mieux asseoir la sablière dans le terrain sableux qui la reçoit. La base du négatif évolue selon les points de mesure, entre 188,66 m au sud, et 188,76 m à son extrémité septentrionale, passant par un point haut à 188,82 m à 7,50 m de l’axe du mur no 51.

130Le logement no 828 (fig. 35) a été mis au jour sur 5,25 m à partir du mur no 51 ; son bord occidental y est souligné par un filet vertical de sable infiltré avant le pourrissement de la sablière.

Fig. 52 - Bâtiment no 886 : négatif de la sablière no 814-850 (cliché : J.-Cl. Béal).

131Large de 0,45 m, il apparaît ici entre les altitudes de 188,70 m et 188,90 m, interrompant une série de couches marneuses ou sableuses de remblai. Puis, après une brève interruption, on retrouve ponctuellement sa trace à 5,90 m du même mur, avant qu’elle ne disparaisse dans l’érosion des vestiges. Il semble donc que, comme pour le négatif no 814, existe une interruption ponctuelle de la sablière.

Fig. 53 - Bâtiment no 886 : profil du logement de la sablière no 814-850 ; au second plan, ligne de briques de calage (cliché : J.-Cl. Béal).

132Le mur no 51 étant ici conservé, nous avons pu observer le raccord entre le négatif de sablière et le mur, ce qui est impossible ailleurs sur cette façade du bâtiment, où le mur a été récupéré. L’extrémité méridionale du négatif (fig. 54), large ici de 0,70 m environ, est équipée, à l’est, de fragments de tuiles placés verticalement et servant au calage de la poutre, tandis qu’à l’ouest le logement de la sablière est délimité par une ligne de blocs de pierre. Un lit de briques fragmentées, posées à plat sur le fond à l’altitude de 188,74 m, recevait la sablière qui venait buter contre un gros bloc de pierre (L. de plus de 0,70 m) pris dans le mur no 51 : ce dernier pouvait recevoir verticalement un montant de bois, le reste de la maçonnerie étant en petit appareil incertain. Plus au nord, le négatif est large de 0,50 m seulement. Son fond est aux alentours de 188,73 m d’altitude. La largeur du logement de la sablière au contact du mur (0,70 m) suppose qu’ait existé ici un dispositif particulier de calage.

133Le logement no 870, enfin, n’a été mis en évidence que sur 5,25 m ; on en perd la trace aussi bien au sud, sur deux mètres depuis l’axe du mur no 51, qu’au nord. Comme le négatif no 814, il présente un profil transversal en T, ici assez dégradé. Ainsi, immédiatement au nord du mur no 871 où l’observation a pu être faite, le fond de la tranchée est-il large de 0,35 m à sa base, à l’altitude de 188,25 m, passant ensuite à 0,50 m ; un palier recouvert de marne verte et large d’une dizaine de centimètres, court, vers l’altitude de 188,40 m, contre le bord occidental du négatif. À 0,80 m au nord du mur no 870, le niveau du fond de la sablière remonte à 188,42 m et le palier disparaît. Il est en tout cas sensiblement plus bas que celui des négatifs no 814 et no 828.

134Ces trois négatifs, parallèles, sont espacés, d’axe en axe, de 6,20 m entre les négatifs no 814 et no 828, et de 5,70 m entre les négatifs no 828 et no 870. Les deux premiers (no 814 et no 828) sont creusés à une profondeur de 188,70 m environ, le troisième (no 870) étant plus profondément fondé (fig. 34). Leur creusement paraît discontinu, et la longueur maximale connue est de 22,80 m pour le premier d’entre eux, les deux autres disparaissant plus tôt dans l’érosion des vestiges. Ces négatifs n’ont pas été recouverts lors du déversement des nappes de remblais, et ont reçu des sablières de bois qui dessinaient au sol des travées longitudinales.

Fig. 54 - Bâtiment no 886 : calage de la sablière contre le mur no 51 dans le logement no 828 (cliché : J.-Cl. Béal).

135Enfin, à 4,50 m à l’ouest de cet ensemble, le négatif no 825 est conservé sur une longueur de 4,50 m. Il se distingue des autres (fig. 55). Dans sa partie méridionale, il apparaît en effet, vers 189,15 m, sous la forme d’une interruption (l. : 0,40 m environ) dans un mince niveau de marne posé directement sur le sable rose du terrain naturel ; mais, si l’épandage de débris de tuiles no 852, qui fait partie des remblais de la terrasse, s’arrête bien contre le bord occidental du négatif, il n’y a pas ici de tranchée creusée dans le sable pour recevoir une sablière. À son extrémité septentrionale conservée en revanche, le négatif se présente sous la forme d’une tranchée en U étroite (l. de l’ordre de 0,15 m), et peu profonde (0,15 m max.) dans laquelle ont basculé des fragments de tuiles et que comble ponctuellement un sable beige. Il semble que les constructeurs aient placé ici non pas une sablière comparable aux autres, mais une planche et un chevron, destinés à contenir l’épandage de marne vers l’ouest. Plus au nord, le négatif n’est plus identifiable.

Fig. 55 - Logement d’une planche (au premier plan) et d’un chevron pour caler l’épandage de marne à l’ouest du bâtiment no 886 (cliché : J.-Cl. Béal).

  • 13 Dans une tranchée d’orientation ouest-est ouverte à l’extrémité orientale du sondage 03.5/N, nous a (...)

136L’ensemble de ces négatifs dessine trois travées (A, B, C, d’ouest en est), de largeurs diverses ; l’existence d’une quatrième travée (D) à l’est du négatif no 870 est vraisemblable puisqu’on retrouve la trace du mur no 51 au-delà vers l’est du raccord théorique avec la sablière no 87013.

Un renforcement ponctuel

137Dans la travée B, des blocs bruts de « porphyre » local, atteignant parfois plus de 0,60 m de longueur, ont été disposés à proximité du mur maçonné no 51 qui ferme le bâtiment au sud. Ils forment, sur 4,75 m de longueur environ, deux lignes parallèles à ce mur, réunies à leur extrémité orientale par une ligne de blocs perpendiculaires longue de trois mètres environ (fig. 56).

138Ces blocs, noyés à leur sommet dans la nappe de marne qui les recouvre, sont soit mitoyens, soit reliés les uns aux autres par des fragments de tuile pris dans du mortier (fig. 57) : c’est à une structure construite et partiellement maçonnée qu’on a affaire. D’un bloc qui formait l’angle sud-est de cette structure ne reste que le négatif ; un autre semble avoir été déplacé, sans doute au cours de travaux agricoles : en tout cas l’exploitant agricole nous a dit avoir été gêné par ces blocs et en avoir arraché à l’occasion. Un dernier bloc est peut-être en place, encore qu’il soit posé sur une ligne de briques no 1325 bis. Ces briques de 4,5 à 5 cm d’épaisseur, longues de 0,45 m, sont brisées par moitié dans le sens de la longueur, et posées dans le sable vers 188,80 à 188,87 m d’altitude ; elles sont comparables à celles qui habillent le négatif de sablière no 814. La preuve stratigraphique est faite (fig. 39) que l’installation de ces blocs est postérieure à celle de la paroi no 1291-1309 appartenant à l’état II.

139À l’intérieur du périmètre que délimite cette structure, a été déversé d’abord un remblai peu dense de tuiles et de débris de mortier de sol jetés en vrac, avec un pendage du nord vers le sud ; il sera recouvert par le déversement des remblais marneux.

140Aucun dispositif identique n’a été relevé ailleurs dans l’emprise du bâtiment, même si la présence de débris de mortier et d’enduit peint mêlés à la marne a été notée en surface, contre le bord occidental du négatif de sablière no 814. Il est vraisemblable que le recours à des remblais opportunistes, issus de démolitions, réponde au désir d’économiser les matériaux plastiques de carrière ; mais surtout, ce renforcement ponctuel peut avoir servi de fondation à une superstructure particulière disparue. Un dispositif ponctuel un peu comparable est connu dans l’infrastructure de la terrasse des horrea (p. 81-83).

Fig. 56 - Structure de renforcement sous le bâtiment no 886 (cliché : J.-Cl. Béal).

Le déversement de nappes de remblais marneux ou argileux

141Entre les sablières, plusieurs types de matériaux ont été rapportés, recouvrant les vestiges des constructions de l’état II, préalablement démontés et récupérés.

142Des nappes de sable ont en effet été déversées, ainsi que, surtout, des matériaux plastiques employés à l’état semiliquide. Il s’agissait de marne grise (US 1209-1317) sur les premiers mètres à partir de l’axe du mur no 51, là où la dépression du terrain naturel est la plus forte ; puis, en direction du nord, la marne est progressivement remplacée par un matériau plus argilo-limoneux. On distingue par endroits deux déversements superposés, séparés par un petit niveau de sable, voire de terre légèrement charbonneuse ne comportant à peu près pas de mobilier archéologique. L’épaisseur de ces apports varie de 2 à 5 cm à l’ouest jusqu’à plusieurs dizaines de centimètres à l’est.

143Ces déversements supposent que la marne extraite en blocs ait été concassée, voire broyée ou foulée, et détrempée avant d’être mise en œuvre.

144Ces nappes de marne ne sont cependant pas parfaitement horizontales dans le sens nord-sud. Ainsi, dans la travée A, le déversement de marne est-il en pente d’une vingtaine de centimètres sur une douzaine de mètres. Du reste la nappe de marne n’est pas répandue de manière continue sur l’emprise de la travée. Un petit cloisonnement no 81 (L. : 1,50 m environ), fait de briques d’orientation est-ouest dont subsistent des négatifs et un lambeau, permettait sans doute de diviser l’opération d’épandage en segments plus faciles à maîtriser. Un pli dans une nappe plus argileuse paraît témoigner également de la présence de planches transversales, et accessoirement de l’état semi-liquide du matériau.

145Dans le sens ouest-est, l’épandage n’est pas non plus continu : il est fait travée par travée, avec une pente de quelques centimètres dans chaque travée, et un changement de niveau de dix à quinze centimètres d’une travée à l’autre. Par exemple, à l’ouest du négatif no 828, le sommet de la nappe de marne, épaisse d’une vingtaine de centimètres, atteint 189,01 m contre 188,90 m à l’est. Au total, on observe un dénivelé de 0,71 m d’ouest en est, sur une quinzaine de mètres.

146Ces niveaux de marne, faiblement inclinés dans le sens nord-sud et plus fortement dans le sens ouest-est, ne sont pas des sols de circulation ; ils ne couvrent du reste pas la totalité des travées. Pour la même raison, ils ne peuvent être issus de l’effondrement de parois de terre posées sur les sablières, ou sur le mur no 51 au sud duquel ils sont absents. Dans cette hypothèse d’ailleurs, ils recouvriraient le niveau de circulation dans le bâtiment, ce que nous n’avons jamais observé. Ils constituent bien des niveaux de préparation et de stabilisation. Ils sont rapportés sur le terrain naturel ou sur les vestiges de l’état antérieur plus ou moins recouverts d’apports sableux archéologiquement stériles, et contre les sablières, à l’intérieur des travées qu’elles délimitaient et de leurs éventuels cloisonnements, indépendamment de ce qui se passait dans la travée voisine.

Le portique no 887 (fig. 35)

147Dans l’emprise de la travée A que nous venons de définir, plusieurs piliers maçonnés ont été localisés. Ils appartiennent à deux ensembles successifs : nous avons attribué ci-dessus les bases no 80 et no 93 au deuxième état du site, les piliers no 53, 82, 804, 1211 appartiennent à l’état III.

148Le pilier no 53 (l. : 0,83 m du nord au sud, 0,87 m d’est en ouest) est posé, à l’altitude de 189,02 m, dans le sable du terrain naturel, dans un secteur où ne subsistent que de rares lambeaux des nappes de marne rapportées. Conservé sur 0,20 m, il est parementé jusqu’à sa base en petits moellons de calcaire. Placé dans l’axe du mur no 51, il marque la limite méridionale du portique.

149À 4,80 m au nord, apparaît le négatif de pilier no 82 (0,80 à 0,95 m du nord au sud, 0,77 à 0,80 m d’est en ouest : fig. 50). La base du négatif se trouve vers l’altitude de 189 m. Les blocs de sa maçonnerie ont été récupérés, et les débris de mortier rejetés dans le négatif qu’ils contribuent à combler (US 86) ; mais la régularité des bords du négatif n’est pas compatible avec le creusement d’une fondation depuis un niveau supérieur : il faut en conclure que ce pilier était, comme le pilier no 53, parementé depuis sa base, et construit avant que les nappes de marne ne soient rapportées contre lui.

Fig. 57 - Relevé de la structure de renforcement sous le bâtiment no 886 (état III) à gauche du négatif de sablière ; à droite et en haut, parois et foyer de la salle no 1348 fermée par la paroi no 1309 et son prolongement maçonné no 1291 (état II) [dessin : Th. Genty ; mise au net : E. Regagnon].

150À cinq mètres environ au nord du pilier no 82, la fouille a mis au jour le pilier no 804 (l. : 0,87 x 0,83 m). Il en subsiste deux assises parementées : une assise d’élévation en moellons irréguliers, partiellement conservée jusqu’à l’altitude maximale de 189,26 m, surmonte une assise de fondation, légèrement décalée vers le sud par rapport à l’élévation. Des fragments de tegulae sont posés à plat, contre l’assise d’élévation et sur la nappe de marne, vers 189,30 m.

151Enfin, d’un quatrième pilier no 1211 démonté, mais qui se trouvait à 4,80 m de distance du précédent et sur le même axe, subsiste, vers 189,30 m, la trace dans le petit amas de débris de mortier et de pierre no 1213 apparaissant à la surface du remblai sableux encaissant no 1210 (voir p. 43).

152Ces quatre piliers forment une ligne légèrement divergente de l’axe du négatif no 814-854, distante de lui, d’axe en axe, de 3 m à 3,25 m. Ils appartiennent à un portique adossé à une élévation assise sur la sablière no 814 et strictement lié à elle : le pilier no 53, le plus méridional, est dans l’axe du mur est-ouest no 51 auquel les sablières sont adossées au sud, et nous n’avons pas rencontré de pilier au-delà vers le sud.

153Il faut donc admettre que les sablières sont des éléments constitutifs d’une part d’une terrasse artificielle, d’autre part de la fondation d’un bâtiment no 886 construit sur elle, à l’exception de la travée A dans l’emprise de laquelle est aménagé le portique, et dont la limite occidentale, faite de planches et de petits chevrons, n’est pas un support d’élévation. Assise sur le logement de sablière no 814, la face occidentale du bâtiment no 886 est décalée de quelques décimètres vers l’ouest par rapport à celle que nous supposons pour le bâtiment no 885 de l’état II.

La clôture septentrionale du bâtiment no 886

154Le bâtiment no 886 comportait donc au moins trois nefs (B, C, D d’ouest en est) correspondant aux travées de la terrasse. Au sud il était fermé par le mur maçonné no 51 qui le sépare de la parcelle voisine. Pour ce qu’on en sait, la clôture du bâtiment au nord était d’une autre nature.

155Au nord en effet, nous avons rencontré l’extrémité du négatif no 814-850 à 22,80 m du mur no 51, mais nous n’avons pas retrouvé de mur maçonné qui formerait la façade septentrionale du bâtiment. Nous avons seulement pu étudier en plan, à l’altitude de 188,99 m, et sur une largeur réduite (1,60 m), une succession d’US, d’orientation ouest-est, perpendiculaires au négatif. Du sud au nord, on rencontre d’abord un petit niveau (US 894) de sable gris charbonneux contre lequel s’arrête le négatif. Ce niveau disparaît sous une bande de marne large de 1,40 m ; elle est traversée obliquement par un creusement linéaire, logement éventuel d’une canalisation de bois no 1254 venant de l’ouest (voir p. 43) et s’arrête nettement contre une tranchée perpendiculaire au négatif no 814, peu profonde et large de 0,60 m, dont le comblement no 897 comporte des ossements, des éclats de pierre et des clous de fer assez nombreux (fig. 58).

156Au nord de cette saignée commence un niveau damé de gravier no 898 sur lequel la fouille a été arrêtée. Des obser vations complémentaires seraient sans doute souhaitables ici, mais ne pourraient avoir vers l’est qu’une extension limitée, puisque, du fait de la pente actuelle du terrain dans cette zone, la surface de la terre végétale se trouve à 189,10 m d’altitude à 2,50 m à l’est, et les niveaux archéologiques ont alors à peu près complètement disparu.

Fig. 58 - Extrémité septentrionale du bâtiment no 886 : logement oblique de la canalisation no 1254, et logement no 897 de la sablière de façade du bâtiment (cliché : J.-Cl. Béal).

157Il est vraisemblable cependant que cette saignée ait reçu une sablière qui supportait la façade septentrionale du bâtiment, ou la paroi d’un couloir qui la précédait au sud. Le bâtiment comporterait donc une façade septentrionale peut-être et en tout cas des séparations internes construites sur une ossature de bois, par opposition à sa face méridionale maçonnée. Dans cette hypothèse, la longueur du bâtiment no 886 serait égale ou supérieure à 25,20 m, pour une emprise, hors portique occidental, de plus de 400 m2, le nombre de travées, quatre au moins, restant indéterminé. Son niveau de circulation n’est nulle part conservé.

L’identification du bâtiment no 886

158Dans le contexte civil dans lequel on se trouve ici, la description que nous venons de faire permet d’identifier le bâtiment comme un horreum.

159En effet, il existe des entrepôts (horrea) à plan centré, dans lesquels, autour d’une cour éventuellement entourée de portiques, s’ouvre une série de cellules dont la profondeur peut atteindre une quinzaine de mètres : on les connaît par exemple à Rome et à Ostie (Rickman 1971 : 17-122), et, en Gaule romaine, à Vienne (France, Isère : Gros 1996 : 472-473), ou à Barzan (France, Charente-Maritime : Bouet 2008). Mais on connaît aussi des horrea faits de la seule juxtaposition de cellules mitoyennes dont la profondeur peut dépasser la vingtaine de mètres. C’est le cas, en Turquie, des entrepôts de Patara (70 x 27 m) et de Myra/Andriakè (65 x 32 m) récemment réexaminés (Gros 1996 : 473 ; Cavalier 2007), datés de l’époque d’Hadrien et identifiés comme « horrea » par une inscription. On connaît aussi ceux, sévériens, du port de Leptis Magna (Libye) et de Djemila (Algérie : Allais 1933 ; Rickman 1971 : 140-143), dont une inscription atteste aussi le statut d’horrea.

160À Patara (fig. 59, B), l’horreum, construit en grand appareil, s’étend sur une surface utile de 1 422 m2. Il comporte huit nefs mitoyennes de 27 m de profondeur pour 7,30 m de largeur. Chaque nef est percée d’une porte vers l’extérieur et d’une autre vers la nef voisine. Des pilastres engagés dans les murs latéraux contribuaient à supporter la charpente de la toiture. À Andriakè (fig. 59, A), l’édifice, également en grand appareil, comporte, sur 1 800 m2, six nefs de 33 x 7 m et deux nefs de 26,5 x 7 m. Comme à Patara, les nefs communiquent entre elles, et ouvrent sur un parvis. À Djemila, l’horreum, inscrit dans un trapèze rectangle, comporte quatre salles mitoyennes et parallèles dont les plus longues mesurent 21,60 m et 3 m de largeur, une quatrième salle, oblique par rapport aux autres, s’étirant sur 25 m (l. : 3,50 m). Deux salles, équipées de suspensurae, peuvent servir au stockage du grain. Les cinq salles ouvrent sur un couloir perpendiculaire, en bordure de rue. L’horreum est construit sous les Sévères par la res publica de Djemila.

161Dans les provinces du Nord Occident, c’est peut-être un édifice de ce type, qualifié de Magazinbau par les auteurs de la publication, qui a été fouillé au camp d’Okarben (Allemagne : Schönberger, Simon 1980 : 28-29, fig. 2 et fig. 13) : trois nefs mitoyennes (fig. 59, D) s’étirent sur 41,50 x 13 m au total, et sont précédées, sur leur petit côté occidental, d’un « korridor » d’accès depuis la rue. Comme à Patara, des pilastres soutenaient la charpente. Le bâtiment, en bois, date de la fin du Ier siècle ou du début du IIe siècle ; H. Schönberger et H.-G. Simon le comparent à un horreum de 62 x 16 m au camp de Lambèse. Moins profonds, les huit entrepôts parallèles d’Amiens (35 x 10 m) récemment découverts (Binet 2007 ; Monteil, Tranoy 2008 : 56) sont composés de deux rangées adossées de cellules, qui donnent également sur des portiques. Nous ne connaissons pas d’exemple de forme architecturale comparable dans les agglomérations secondaires de la Gaule romaine.

Fig. 59 - Plans comparés du bâtiment no 886 (C) et des entrepôts d’Andriakè (A), de Patara (B) et d’Okarben (D) [DAO : E. Regagnon].

Les dépôts votifs et la chronologie de l’entrepôt

162Quatre dépôts votifs ont été découverts dans l’emprise du bâtiment no 886 (fig. 60).

163Le dépôt no 1268-1302 était placé dans une fosse tronconique (diam. : 0,35 m environ) creusée, entre 188,75 m et 188,33 m d’altitude, en perforant le déversement de marne no 1317. Il comportait une monnaie de bronze et deux vases en céramique commune claire (fig. 63, no 1 et 2), retrouvés fracassés : un pot à provisions (inv. no 1302.2) à fond plat de type Halt. 62, dépourvu de son bord et une cruche complète (inv. no 1302.1) à bord en bandeau mouluré, fond annulaire et anse à trois sillons, forme qui existe déjà pendant le règne d’Auguste mais qui devient fréquente vers le milieu du Ier siècle ap. J.-C. (Tripier 2008 : 50). La monnaie (inv. no 07.96), est un as d’Auguste frappé à Lyon dans la dernière décennie du Ier siècle av. J.-C.

164Le dépôt no 1319 (fig. 61) était installé dans une fosse no 1320, d’une trentaine de centimètres de diamètre, qui perçait elle aussi la couche de marne no 1317 (dont un lambeau est conservé ici à l’altitude de 189,25 m). Elle était même creusée jusqu’à 188,75 m dans le niveau sous-jacent de limon argileux. Une cruche (Tripier 2008 : 51) en pâte claire (inv. no 1319.2), décolletée et conservée jusqu’à mi-panse (fig. 63, no 3) et deux asses d’Auguste frappés à Lyon dans la dernière décennie du Ier siècle av. J.-C. (inv. no 07.40 et 07.41) y étaient regroupés, posés au-dessus d’un bloc de pierre. Le remplissage de la fosse contenait aussi un fragment de panse en sigillée lyonnaise ou italique (fig. 63, no 4) et deux fragments de céramique commune tournée grise.

165Le dépôt no 1325 (fig. 62) était installé dans la fosse no 1326 d’une trentaine de centimètres de diamètre, creusée dans la couche de marne no 1317 entre 188,76 m et 188,60 m d’altitude. Une dalle de calcaire beige recouvrait la fosse, d’autres blocs en définissaient le contour. Elle renfermait (Tripier 2008 : 51) une cruche en pâte calcaire (inv. no 1325.1) de type augustéen avec un fond annulaire, une lèvre striée et une anse à trois sillons, qui est archéologiquement complète, mais très peu cuite (fig. 63, no 5), ainsi que le fond d’une autre cruche en pâte calcaire (inv. no 1335.2), décolletée. Le remplissage de la fosse contenait aussi deux fragments de céramique peinte et un fragment de sigillée lyonnaise ou italique.

166Enfin, le dépôt no 1337 était, à la différence des trois autres, installé sous les apports de marne (fig. 44). Il comportait (Tripier 2008 : 51) un récipient – sans doute encore une cruche –, en pâte calcaire non cuite, et deux tessons de céramique tournée grise. Les fosses qui ont reçu trois de ces dépôts ont donc été creusées à travers les apports (US 1317 notamment) qui recouvrent le bâtiment no 885. Le mobilier qui les compose est datable de la première moitié du Ier siècle ap. J.-C. Bien que le niveau d’ouverture des fosses ne soit pas connu, elles sont aménagées nécessairement au cours ou à l’issue de la création de l’entrepôt qui doit donc être considéré, lui aussi, comme une construction précoce. Si les dépôts de ce type sont connus en contexte cultuel, ils sont plus rares dans des contextes d’habitat, où ils ont été rapprochés de dépôts protohistoriques (p. ex. : Fabre, Forest, Kotarba 1999). Nous n’en connaissons pas d’autres dans ou sous des sols d’entrepôts.

Fig. 60 - Localisation des dépôts votifs dans le bâtiment no 886 (DAO : M. Lagrange).

Fig. 61 - Le dépôt votif no 1319 après enlèvement des blocs de protection (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 62 - Le dépôt votif no 1325 (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 63 - Les vases des dépôts votifs no 1268 (cruche et pot à provision no 1 et 2), no 1319 (sigillée de type italique et cruche no 3 et 4) et no 1325 (cruches no 5 et 6) [dessin et mise au net : A. Tripier].

1.4.2. LA PARCELLE B

167L’analyse des vestiges de la parcelle B, au sud (fig. 33), est difficile. Les constructions légères ont été massivement récupérées, pour partie au moins dès l’Antiquité. Des perforations semblent dues à des trous de fouilles ou de plantations (US 728), et dans la partie méridionale de l’emprise de nos sondages, c’est-à-dire sur le bord de la dépression du terrain naturel, un minage profond a fait disparaître toutes traces des constructions à l’extrémité de l’îlot. En revanche, les niveaux archéologiques sont moins détruits sur la bordure septentrionale de la parcelle (sondage 03.5).

1.4.2.1. L’état I-II

168Quelques faits archéologiques sont antérieurs à l’état III et sont présentés ici, même s’ils n’offrent pas une lecture cohérente, et peuvent ne pas être strictement contemporains.

La fosse no 95

169L’exploration difficile de la zone perturbée qui occupe le centre du sondage no 5/N nous a permis de repérer la fosse no 95 (fig. 64), creusée dans le terrain naturel sableux, et pour partie sous un lambeau d’apport marneux (à l’altitude de 189,17 ici).

170Cette fosse, sommairement ovale, est large de 1,50 m environ, pour une longueur nord-sud de près de 2,20 m. Elle est couverte, vers l’altitude moyenne de 188,90 m, par un lit (US 89) de fragments de céramique écrasés en place, et datable d’une période allant des années 10 av. J.-C. à 15 ap. J.-C., superposés à des fragments de briques et de tuiles, dont certains ont brûlé ; ces fragments sont ponctuellement liés les uns aux autres par de l’argile. Le remplissage de la fosse est fait d’un sable, légèrement plus brun en surface que le terrain naturel ambiant, également sableux ; mais le comblement devient vite difficile à distinguer du sable naturel : la fouille est arrêtée vers l’altitude de 188,55 m. Ce comblement a livré un fragment de bracelet lisse en verre bleu à section en D, et une fibule en bronze (type Feugère 1985, 14b1b, non antérieur aux années 20-10). La fonction de cette fosse reste indéterminée.

Un assemblage de tegulae

171Sous la couche d’argile jaune no 702 qui forme le sol de la pièce no 106 et en partie sous le foyer no 719 (voir p. 73), deux rangées de tegulae entières (no 714 ; fig. 64 et 65), tangentes par leurs grands côtés, sont alignées, vers 188,87-188,94 m d’altitude, à plat et à l’envers, en deux structures parallèles, de six tegulae à l’ouest (L. : 2,40 m), tandis qu’à l’est, il faut ajouter aux cinq tegulae en place les lambeaux de deux autres, qui imposent de restituer une longueur minimale de 3,40 m environ. Quelques-unes sont déplacées. Sept clous sont disposés de manière régulière contre les deux bords de la rangée orientale de tegulae, et au-delà vers le nord sur 1,20 m encore. Trois autres tegulae entières tangentes par leurs grands côtés (US 709) et posées de la même façon vers l’altitude de 189,01 m, leur sont perpendiculaires à l’ouest. L’ensemble reste incompris.

1.4.2.2. L’état III : la création du bâtiment no 761

La construction du mur no 52

172Du mur no 52 (fig. 64), on ne connaît qu’un lambeau maçonné (l. : 0,50 m), comparable au lambeau du mur no 51, dont il est séparé par un ambitus de 0,40 m environ, dans lequel des fragments de tuiles sont piégés (fig. 66). Les murs no 51 et 52 délimitent donc deux parcelles dans l’îlot.

Fig. 64 - Îlot septentrional, relevé des structures de la parcelle B (dessin : J. Gérez, mise au net : E. Dumas).

173Le lambeau non épierré qui en est conservé atteint l’altitude maximale de 189,06 m à l’ouest et 188,91 m à l’est, la base de la fondation, appareillée sommairement et faite de blocs de calcaire gréseux, se trouvant à 188,74 m.

  • 14 Voir ci-dessus les fragments de cloison de marne de la pièce no 1295 ; l’état de ces fragments ne p (...)

174Le mur se prolongeait vers l’est, mais seul subsiste le fond de tranchée épierré, à 188,68 m d’altitude. À l’ouest, après une lacune due aux récupérateurs qui ont démonté le mur sans toucher aux tuiles piégées dans l’ambitus, le mur était prolongé par une paroi plus légère dont subsiste un unique fragment (no 100 ; fig. 67). Long d’un peu plus d’un mètre et conservé sur une dizaine de centimètres de hauteur, ce fragment comporte un noyau marneux14, large d’une dizaine de centimètres, et pris entre deux couches minces d’enduit de mortier. Le lambeau s’est déformé et en partie ouvert sous l’effet de l’humidité ; il ne présente pas de fondation ou de dispositif d’isolation, mais l’empâtement de sa base, plus large que le sommet conservé, est comparable à ce qu’on observe sur la cloison no 92. À l’ouest de ce lambeau, un amas de mortier (no 115) peut avoir reçu un élément d’une armature de bois.

La délimitation des pièces no 105 et 106

175Perpendiculaire au mur no 52, le mur récupéré no 32-1301 (l. : 0,53 m) est connu sur une longueur de 16 m (fig. 64). La base de sa fondation court entre 188,74 m et 188,84 m. Dans la pente générale du terrain vers l’est, il est au même niveau que le logement de sablière no 828 dans la parcelle voisine, encore que son orientation diverge de quelques degrés. Il constitue une articulation forte de cette parcelle.

Fig. 65 - Îlot septentrional, parcelle B, assemblage de tegulae no 714 de l’état I-II (cliché : J.-Cl. Béal).

176Le mur récupéré no 57 (l. 0,50 m) s’amorce à l’est du mur no 32 et n’est connu que sur 2,60 m de longueur. Il est moins profondément fondé (vers 188,89 m).

  • 15 Sur la douzaine de prélèvements palynologiques effectués en 2006 à Ludna par J. Argant, deux seulem (...)

177Entre ces murs, on distingue deux pièces dont la limite orientale n’est pas conservée, une pièce no 105, étroite (l. : 1,25 m), et un large espace no 106 (L. minimale nord-sud : 13,40 m). Si nous n’avons pas retrouvé le sol de la première, celui de la salle no 106 est fait d’une couche compacte d’argile jaune (US 702), dont l’épaisseur atteint 0,12 m au nord, et jusqu’à 0,20 m au centre. La surface (altitude maximale : 189,07 m) est jonchée de petits éclats de tuiles et de débris de faune et de céramiques qui peuvent être datées des années 15-40. Un petit foyer circulaire en cuvette cylindrique (diam. : 0,70 m) y est ouvert ; ses parois à bord droit et son fond sont rubéfiés, son comblement (US 718) est charbonneux. La nature argileuse du sol de la pièce impose que cet espace ait été couvert15.

L’espace no 104

178À l’ouest du mur no 32-1301, s’ouvre l’espace no 104 (fig. 64), qui s’étend vers l’ouest jusqu’à la paroi no 92-707 et est donc large de 6,20 m environ. C’est une pièce couverte, qui semble avoir connu deux états.

Fig. 66 - Parcelle B, bâtiment no 761 de l’état III : à gauche, mur no 52 du bâtiment, largement épierré ; à droite,ambitus comblé de fragments de tegulae et mur no 51 de l’entrepôt no 886 (cliché : J.-Cl. Béal).

L’état III. a de la pièce no 104

179La paroi no 92, qui, comme le mur no 32, est dans la pente au même niveau qu’un logement de sablière (no 814) de la parcelle voisine, a d’abord pu être observée sur 3,25 m de longueur dans le sondage 03.5/N, où elle est cependant détruite avant sa jonction avec le mur no 52. Large d’une quinzaine de centimètres, elle est partiellement conservée à l’altitude maximale de 189,21 m. Sa hauteur conservée ne dépasse jamais 0,10 m. À sa base, des fragments de tuiles, pour partie brûlées, et parfois des fragments de céramique (US 76), posés à plat et liés au mortier léger, assurent un minimum d’assainissement (fig. 68) ; cette base s’élargit à la jonction avec la recharge de marne (US 72) et présente par endroits un lissage qui améliorait la transition entre le mur et la recharge du sol. Sur ce support devait être posée une élévation de terre et bois. Une coupe menée contre le bord occidental de la paroi, jusqu’à l’altitude de 188,90 m, n’a pas montré d’infrastructure.

  • 16 Engagé à l’envers sous l’un de ces blocs et à son contact, est apparu un bol presque complet en sig (...)

180Plus au sud, dans le sondage mitoyen 06.3, la paroi no 707 qui la prolonge apparaît beaucoup plus dégradée, puisque ne subsiste que quelques blocs alignés sur son axe, conservés à l’altitude de 189,30 m environ (fig. 64 et 69). Ils disparaissent dans la moitié méridionale du sondage. La limite méridionale de la pièce est incertaine16.

Fig. 67 - Bâtiment no 761 : lambeau de cloison de marne no 100 (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 68 - Bâtiment no 761 : lambeau de la cloison no 92 (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 69 - Bâtiment no 761 : lambeau de la cloison no 707 (cliché : J.-Cl. Béal).

181De la même façon, le niveau de sol de la pièce est conservé au nord, absent au sud. Ce sol est fait d’un limon argileux (US 71), clairement lié au mur no 32, et dont l’absence au-delà de la paroi no 100 vers le nord invite à penser qu’il était aussi lié à cette paroi. Sa surface, à une altitude située autour de 189 m, a livré un mobilier augustéen.

L’état III. b de la pièce no 104

182Deux modifications ont affecté cette pièce.

183D’une part, à l’est, après la récupération du mur no 32-1301, une paroi no 704, faite de pierres, de fragments de tuiles et de restes de mortier a été construite parallèlement à lui. Elle est mitoyenne, au sud, de la paroi de tuiles no 716 qui peut constituer la clôture ou une subdivision de la pièce.

184D’autre part, au nord-ouest, sur le sol no 71 a été épandu un niveau de marne (US 72) épais de quatre à cinq centimètres, déchiré à l’est où il laisse apparaître l’US 71, et s’arrêtant à l’ouest contre la paroi no 92, à 189,12 m d’altitude, en légère pente (six centimètres) vers l’est. C’est sur l’US 72 qu’est posé un épandage rectangulaire de fragments de tuiles no 97. Quoique très dégradé, ce lit de tuiles est encore conservé sur une surface de plus de 1 m2, et présente des lignes de force d’orientation est-ouest. La nature de cet aménagement nous échappe : en l’absence de traces de feu, il ne s’agit pas, en tout cas, d’une plaque de foyer. Au total, le bâtiment no 761, incomplètement conservé, reste difficile à interpréter, du fait notamment que la longueur de sa façade occidentale n’est pas connue. Il pourrait être un autre exemple de « maison longue ».

L’espace de circulation no 760-1365

185À l’ouest du bâtiment no 761 s’étend un espace de circulation no 760-1365, qui se prolongeait vers l’ouest sous le talus de la voie. Plusieurs aménagements de sol y apparaissent.

186Cette surface, principalement sableuse, est caractérisée, vers l’altitude moyenne de 189,25-189,30 m, par des épandages de fragments de tegulae et de céramiques souvent trouvés à plat, parfois groupés en concentrations plus denses et structurées (fig. 70) ; le démontage de l’une d’entre elles (US 706) a montré que, même alors, on avait affaire au réemploi peu organisé de fragments de tuiles, l’objectif étant de stabiliser et de niveler cette zone ouverte au passage.

187Sectionnée par le creusement de la tranchée de la voie et de son caniveau no 11, la bordure occidentale de cet espace n’est pas connue.

Fig. 70 - Parcelle B, épandage de fragments de tuiles (no 706) dans l’espace ouvert à l’ouest du bâtiment no 761 (cliché : J.-Cl. Béal).

1.4.2.3. Le remblaiement antique des deux parcelles : un état IV disparu

188L’ouverture de la voie dans le tracé que nous lui connaissons a constitué, pour le quartier, une perturbation majeure dont nous ne pouvons pas mesurer toutes les conséquences. Elle a été précédée du démontage et de la récupération d’un certain nombre de structures, dont on a plusieurs témoins.

189Ainsi, une grande fosse no 876 a-t-elle été creusée au détriment de la travée A à l’ouest du bâtiment no 886, où deux planches ont été incendiées et un amas de blocs de pierre regroupé. De même, à l’extrémité occidentale du mur no 51, est apparu un épandage (US 83) de blocs de pierre, mêlé de débris de mortier et de fragments d’enduits peints, résultat d’un chantier d’épierrement, qui concernait aussi le mur no 52 voisin : il ne reste que des blocs de format moyen à petit. Sur cet épandage, un foyer (no 76) a été aménagé ponctuellement ; il est comblé (US 77) de cendres, de débris osseux et céramiques peu significatifs sur le plan chronologique. Puis ce chantier est recouvert par l’épandage de matériau no 36-118.

190Enfin, la partie occidentale de l’espace de circulation no 760-1365 a été recouverte lors de la construction du talus sur lequel la voie s’appuie à l’est, et sectionnée par le creusement du caniveau no 11 à travers le talus. Contre ce talus sont rapportées des couches de nivellement (no 13, 36/59, no 700-701, 736, 800-801). Le mobilier livré par ces apports de matériau, présenté ci-dessous par C. Batigne Vallet (ensemble Saint-Georges-de-Reneins II), est datable des années 15-40 ap. J.-C., comme celui retrouvé dans le comblement des tranchées des sablières de la parcelle A (Cellard, Tripier 2009).

191Ces remblais s’amincissent et disparaissent rapidement vers l’est, du fait de la reprise de l’érosion dans la pente. Mais il est vraisemblable que des murs aujourd’hui disparus assuraient le soutènement de ces remblais à l’est. En tout cas, de nouvelles constructions seront édifiées à l’est de la voie, à partir d’un niveau de circulation dont le hérisson de sol maçonné no 54 (voir p. 46), à l’altitude de 189,67 m, donne une idée : l’exhaussement du niveau (fig. 34) est de l’ordre de 0,40 m à 0,60 m selon les points de mesure.

1.4.3. CONCLUSION

192L’étude de ces deux parcelles, quelque incomplètes qu’elles soient, apporte plusieurs enseignements.

1.4.3.1. Des techniques de construction pragmatiques

  • 17 Régionalement, un mur de briques crues enduit est aussi signalé sur la rive gauche de la Saône, à R (...)

193En dehors de son emploi dans la stabilisation des sols (pièce no 104), et celle des remblais, sur lequel nous reviendrons plus loin, la marne disponible localement a contribué à faire, comme l’argile, des parois enduites (no 100), sans qu’on puisse démontrer qu’on l’emploie, comme il est vraisemblable, sous la forme d’un hourdis de briques crues, dans une paroi à ossature de bois17. L’emploi de boudins partiellement enterrés (no 1309, 1321) est remarquable : l’étude de la paroi no 1309 montre qu’en milieu sableux, ils jouent le rôle de solin, prolongeant éventuellement un mur en dur (no 1291) qui a la même fonction : ils devaient donc supporter des sablières. Le solin no 1321 supporte le mur septentrional du bâtiment (l. : 0,36 m), et non une cloison interne, comme il est plus courant de le voir. Nous n’avons pas repéré d’emplacement de poteaux perçant ces solins, comme on en connaît à Narbonne et à Fréjus (Chazelles-Gazzal 1997 : 123), pour des murs porteurs.

194Les briques et les tuiles d’argile cuite apparaissent dans les murs maçonnés où elles servent d’assises de réglage et permettent de former des plans sur lesquels des sablières seront posées ; on les emploie aussi, liées au mortier pauvre, et associées éventuellement à des fragments de céramique, dans des cloisons étroites (no 92, no 1368-1369). Mais, liées à la terre, elles ont aussi servi à construire des murs plus larges (no 1272, 1286, 1291) où leurs assises sont interrompues par des blocs de pierre, supports de poteaux d’angles ou d’articulation (no 707 peut-être, no 1286) de bâtiments à ossature de bois. L’étude de la paroi no 1286 montre qu’elles peuvent être recouvertes d’un enduit à l’argile.

195Comme on le voit, le bois intervient dans l’ossature des élévations. Des sablières basses semi-enterrées ou en élévation, reposaient sur les murs no 871 et no 1221, et vraisemblablement sur d’autres (no 1216, 1222, 1309). Elles formaient le cadre de base sur lequel l’ossature de bois était assemblée. Régionalement, la technique en est connue à Lyon et à Vienne à la même époque (Desbat 1981 : 58-60 ; pour un plus large tour d’horizon : Lasfargues 1985).

196L’identification d’importantes sablières basses enterrées dans la construction de l’entrepôt nous paraît également acquise. En effet, sans être totalement absents, les débris de mortier sont peu denses dans le comblement de ces logements, ce qui serait peu compatible avec l’hypothèse de murs maçonnés récupérés. Du reste, au passage de la paroi no 846 sur les murs no 871 et 1216, on ne relève pas de traces du scellement de l’une sur les deux autres. En outre, le creusement de logements dont le fond a un profil en T, éventuellement renforcé de briques, et l’absence de harpage entre la paroi no 828 et le mur no 51, ne sont pas compatibles avec la construction de murs maçonnés. La largeur des logements est forte par rapport à ce qu’on peut observer dans les habitats par exemple, où elle est plutôt comprise entre 0,15 et 0,25 m, mais elle est comparable à celle, sur la terrasse des horrea (voir plus loin) de la saignée no 535 dont il n’est pas douteux qu’elle ait reçu un assemblage de pièces de bois horizontales et verticales. Il est du reste possible que la sablière soit obtenue par l’assemblage de pièces de bois juxtaposées, voire superposées, entre lesquelles les poteaux seraient mortaisés. Des logements de sablières de plus de 0,40 m ont été identifiés par exemple à Avenches (l. : 0,60 à 0,70 m ; prof. : 0,40 m : Berti Rossi, May, Castella 2005 : 76 et 236, mur latéral no 124 de la maison A) ou à Oedenburg (l. : 0,80 à 1,00 m : Reddé 2009 : 97 : mur de façade des magasins). Des madriers de 0,45 m de largeur entrent dans la construction des caissons de fondation du quai de l’Ouvèze à Vaison-la-Romaine (Mignon 2001).

197La part de la maçonnerie est en définitive relativement faible. Il est vrai que, localement, la pierre est rare, et plus encore la pierre susceptible d’une taille en moellons réglés, principalement des roches sédimentaires comme les calcaires, qui sont également employés pour la fabrication de la chaux.

198Ce constat vaut pour l’époque augustéenne ; mais dans les décennies qui suivent, le recours au mortier de chaux devient habituel, particulièrement dans le contexte des greniers de la terrasse des horrea. L’emploi massif de la tuile et de la brique, facilité par la proximité de gisements d’argile propices (voir p. 35), n’a pas d’équivalent sur les sites contemporains d’Anse.

1.4.3.2. L’évolution rapide d’un espace structuré

199Les constructions s’installent dans les deux parcelles de l’îlot et y évoluent rapidement, puisque la succession des trois états que nous avons reconnus ne semble pas dépasser le règne de Tibère au plus tard. Si la précocité de l’installation ne surprend pas sur la route de Lyon vers le nord et à XVI lieues de Lugdunum, la modification rapide des projets étonne davantage, particulièrement dans la parcelle septentrionale où, à une « maison longue » dont la fonction est peut-être déjà de stocker des marchandises autant que d’héberger des habitants, mais qui est structurée selon un axe ouest-est, succède un entrepôt conçu selon un axe nord-sud, dont la construction a nécessité des apports de remblais importants et une restructuration des accès. De même, c’est vers le milieu du Ier siècle ap. J.-C. que les constructions sont recouvertes, et que le sort du quartier évolue à nouveau (état IV disparu).

  • 18 Le logement de sablière est long de 22,80 m, à quoi s’ajoute au moins le passage de plus de deux mè (...)

200À l’état III au moins, cet espace est organisé. Un îlot est ici divisé, par un ambitus, en deux parcelles. La parcelle septentrionale est longue de 25 m environ18 du nord au sud, et la longueur de la parcelle méridionale est supérieure au moins à 17,50 m. Dans le sens ouest-est, les deux parcelles sont, pour ce qu’on en voit, divisées de la même façon : au logement de sablière no 814 répond au sud la paroi no 92-707, comme au logement no 828 répond le mur no 32 ; aux deux parcelles s’adosse à l’ouest sur un portique ou un espace de circulation commun. On notera enfin que les modifications importantes qui affectent la parcelle A à l’état III sont faites en respectant à peu près, au sud et à l’ouest où on peut en faire l’observation, les axes définis à l’état II pour l’implantation du bâtiment no 885.

201Cette régularité d’une maison à l’autre dans le rythme des divisions internes est couramment observée dans les Streifenhaüser : aux exemples mentionnés ci-dessus, on peut ajouter ceux du quartier « im unteren Bühl » à Oberwinterthur (Suisse ; Pauli-Gabi et al. 2002, vol. 1 : 119-124).

1.4.3.3. Le rôle de l’entrepôt

202Si le rôle de Ludna comme étape routière est attesté par les itinéraires routiers tardifs, l’existence d’un entrepôt à nefs multiples de 400 m2 au moins en fournit déjà la preuve sur le terrain pour l’époque augustéenne.

  • 19 Comme on le verra aussi, nous émettons l’hypothèse que le bâtiment no 673, très dégradé, pourrait ê (...)

203Le statut, public ou privé, de ce bâtiment ne peut être reconnu. De même, on ne peut savoir quels types de denrées y étaient stockés, à la différence des entrepôts no 582 et 583 construits un peu plus tard, nous le verrons, sur la terrasse des horrea19, et que leurs caractéristiques architecturales permettent d’identifier comme des entrepôts « aériens », et peut-être des granaria.

1.5. LUDNA : LA TERRASSE DES HORREA (J.-Cl. Béal)

204La partie méridionale du site de Ludna, aujourd’hui en pâture (fig. 13 : parcelle L 2, no 394b) et en champ labouré (fig. 13 : parcelle L 2, no 394a, partie occidentale de la parcelle no 393 et bordure méridionale de la parcelle no 392 pour ce qui nous intéresse ici), est principalement occupée dans l’Antiquité par une terrasse artificielle (fig. 20) résultant d’un apport massif de remblais sableux et graveleux, et par endroits marneux, sur le substrat naturel ou sur une occupation laténienne. À l’est, elle est adossée à la voie antique de Lyon vers le nord, et, ouvrant sur une aire de service d’une quinzaine de mètres depuis la voie, des bâtiments occupent sa partie occidentale. Son extension vers l’ouest, au-delà de la voie ferrée, n’est pas connue : la profondeur du grenier no 582 peut atteindre une trentaine ou une quarantaine de mètres, ce qui suppose une profondeur au moins équivalente de la terrasse. Entre le fossé no 509, qui a pu constituer sa limite méridionale, et l’extrémité septentrionale du sondage 09.1, où nous n’avons pas trouvé de limite franche, sa longueur dépasse 125 m, dans le sens nord-sud. Au total, la superficie de la terrasse a pu être de l’ordre de 6 000 à 7 000 m2.

205Ce secteur avait déjà fait l’objet de fouilles ou de sondages. Le long du chemin des Gaulois, et contre le bord occidental de l’actuelle parcelle no 394b, L. Foillard avait déjà mené, en deux temps (1935 et 1938 selon le plan Mortamet), une grande tranchée dont nous savons peu de choses (fig. 12, no 3, 6, 8). En 1970, trois sondages de P. Treppoz (Rapport Treppoz 1970 : sondages 70.1, 70.2 et 70.3) ont atteint la parcelle no 394a. Le fouilleur a enregistré une stratigraphie sommaire sous la terre arable : « de 45 cm à 90 cm, couche [… de démolition], de 90 cm à 1,20 mètre, couche sableuse jaune avec de rares tessons. De 1,20 à 1,60 m, couche argileuse très compacte avec encore des tessons et des débris de tuiles. Au dessous le sol vierge ». En l’absence de « substructions », il considère n’avoir obtenu « aucun résultat tangible » (Rapport Treppoz 1970 : 2). L’année suivante, cinq autres sondages sont ouverts (sondages 71.7 à 71.11). Dans le sondage 71.10, il met au jour pour partie (Rapport Treppoz 1971 : 3e page, pl. III) le pilier no 165 que nous avons redécouvert dans le sondage 04.2, et cherche vainement son pendant à l’est (sondage 71.11). Enfin, en 1992, les sondages 92.1-2 et 92.5-6 de D. Frascone (Rapport Frascone 1992) ont en partie concerné la terrasse.

  • 20 Sur la fig. coul. 5, les zones de résistance les plus fortes apparaissent en orange et en rouge ; l (...)

206Les prospections géophysiques menées entre 2002 et 2004 par M. Martinaud (fig. coul. 5) montrent ici une zone de très forte résistance, qui présentait une lacune brutale20 dès qu’on passait de la parcelle no 394b à la parcelle no 394a. La zone de résistance correspondait au tracé de la voie, de constitution identique dans les deux parcelles : la lacune est donc due à la différence de pratique agricole entre les deux terrains. Ces prospections mettent également en évidence une zone de forte résistance contre le bord septentrional du chemin reliant la D306 au chemin des Gaulois, et M. Martinaud avait proposé d’y voir un axe de voirie perpendiculaire à la voie. Enfin, des plages plus résistantes étaient apparues à l’ouest de la voie ; elles s’expliquent sans doute par la nature des apports de remblais (ponctuellement chargés en marne ou en terres cuites architecturales) tandis que les zones plus conductrices révèlent des secteurs de drainage de la terrasse et de fossé à son extrémité.

207À partir de ces données, la terrasse des horrea a été étudiée en coupe et en plan à travers une série de sondages (fig. 71, sondages 03.3, 04.1, 04.2, 04.11, 05.4 à 6, 05.7-8, 05.9, 06.1, 07.4, 09.1, fig. 72).

208Nous examinerons d’abord ci-dessous le mode de construction de la terrasse et de la voie qui la borde, puis les bâtiments qui en constituent la façade occidentale et dont le statut amène à s’interroger sur le rôle de cet important ensemble créé vraisemblablement durant le dernier tiers du Ier siècle ap. J.-C.

1.5.1. LA CONSTRUCTION DE LA TERRASSE DES HORREA

209La construction de la terrasse artificielle a été menée de pair avec celle de la voie et celle des bâtiments qui, précédés d’une aire de service, en occupent la partie occidentale. Elle recouvre en partie une occupation plus ancienne.

210Sur le plan constructif, le contexte dans lequel ce projet a été mené est particulier à deux titres. D’une part, il s’agit d’un aménagement de grande ampleur – même si l’on ne le connaît pas complètement –, et, d’autre part, l’environnement géologique est singulier : une colline de sable, adossée à un plateau argileux, au-delà duquel le coteau du Beaujolais offre un matériau rocheux d’origine magmatique ou métamorphique également peu propice à la mise en forme de moellons. Aussi les solutions techniques adoptées par le constructeur ne sont-elles pas sans originalité.

1.5.1.1. L’occupation antérieure à la construction de la terrasse

Une occupation laténienne21

  • 21 Pour l’essentiel, nous résumons ici, une contribution de C. Batigne Vallet, G. Maza et S. Mayoud (2 (...)

211L’existence d’une présence laténienne sur la colline de Patural a été suspectée depuis longtemps à travers le mobilier rencontré sur le site (p. ex. : Chapotat 1959 : 27 ; Jeannet 1971 : 6 : no 11-12, 14 ; Buisson 1993 : 14). Absent de la partie septentrionale de la colline, ce mobilier se concentre sous la terrasse des horrea, où l’épaisseur des remblais rapportés pour la construire – entre 1 m et 1,80 m – rend complexe l’accès à ce niveau d’occupation : il n’entrait pas dans les objectifs de notre programme d’en faire un décapage extensif.

212C’est donc, encore aujourd’hui, à travers le mobilier céramique et métallique qu’on perçoit cette occupation. Les céramiques fines importées d’Italie (céramique campanienne A principalement) ou de production indigène, les amphores italiennes (Dr. 1A surtout), le mobilier métallique (parmi lequel une pièce de harnachement en bronze à tête émaillée) permettent de situer cette occupation dans la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C. avec un abandon au tout début du Ier siècle av. J.-C.

Fig. 71 - Saint-Georges-de-Reneins, Ludna, terrasse des horrea : implantation des sondages. Les étoiles signalent les points d’observation de l’occupation laténienne sous la terrasse artificielle antique (relevé : F. Fauret ; mise au net : E. Regagnon).

213Une structure a été reconnue (US 557), à la base et à l’extrémité septentrionale du sondage 05.8. Là, sous la terre végétale, une succession de remblais (no 554, no 637 à 640 : voir p. 79), constitutifs de la terrasse artificielle, est observée sous la terre végétale, jusque vers 188,44 m où l’on rencontre un sol damé gallo-romain, de petit gravier à inclusion de céramique (US 555), supporté par un niveau de terre brune. Puis, à 188,10 m d’altitude, apparaît l’US 557, observée sur 1,30 x 1,30 m : c’est un lit de fragments de panses d’amphores et d’ossements posés à plat (fig. 73), recouvrant un sable grisé qui vire progressivement au rosé et constitue le terrain naturel. La nature de l’occupation reste indéterminée. Les autres points d’observation (fig. 71), d’ampleur tout aussi limitée, n’ont pas livré de structure ; les niveaux laténiens se trouvent chaque fois au contact du terrain naturel.

214Sur l’ensemble du mobilier, la relative importance des amphores, la présence d’une pièce de harnachement « dénote une composante aristocratique » et un possible rôle dans l’activité commerciale régionale (Batigne Vallet, Maza, Mayoud 2009 : 181). Chronologie et éventail du mobilier invitent à des rapprochements avec d’autres sites régionaux (Saint-Symphorien-d’Ancelles, Varenneslès-Mâcon), en territoire héduen.

215Localement, cette découverte n’est pas tout à fait isolée. Dans la commune de Saint-Georges-de-Reneins, un rare mobilier céramique contemporain provient des points de découverte (fig. coul. 2) SGR. 10, à Charron (col d’amphore Dr. 1A), et SGR. 12 à La Grange du Diable (fragment de panse d’amphore à pâte italique, fragment de céramique campanienne A). D’autre part, les prospections du GRAAL ont mis au jour, en rive droite de l’île de Montmerle, soit à quelque cinq kilomètres au nord-est de Ludna, vingt-et-un pieux en chêne (voir p. 115) qui peuvent avoir formé un appontement ou un renfort de berge ; une monnaie romaine républicaine provient également de Montmerle (voir p. 375 la contribution de D. Frascone). Enfin, sur la rive gauche de la Saône, un établissement rural du IIe siècle av. J.-C. est connu à Fareins (Rapport Silvino 2007 : 19-23).

Un fossé entrevu

216Dans le sondage 09.1, sous le mur no 299 et sur le même axe que lui, un fossé a été entrevu à la faveur d’une coupe d’orientation est-ouest (fig. 74). Descendant jusque vers 186,88 m d’altitude, dans le terrain naturel sableux, il présente des parois incurvées en V largement ouvert. Il s’étend vers le nord et le sud au-delà des limites du sondage, mais n’a pas été étudié dans le sondage 04.11, mitoyen au sud, mais arrêté dans les remblais à une altitude où il n’était pas perceptible.

217Le mobilier recueilli à la base de son comblement appartient aux années 40-20 av. J.-C. En l’état actuel, il n’y a pas de continuité entre les trois étapes que sont d’une part l’occupation laténienne, d’autre part le remblaiement du fossé, et enfin la construction de la terrasse artificielle.

1.5.1.2. Les apports de matériaux

218Venant recouvrir les traces d’occupation antérieures pour constituer la terrasse des horrea, les apports de matériaux sont divers, et, en volume, importants : sur la base d’une superficie de la terrasse d’environ 6 000 m2, et d’une épaisseur moyenne de remblai de 1,5 m, ils représenteraient un charroi de 9 000 m3.

Nature des matériaux

219Deux types de matériaux ont été employés dans la construction de la terrasse des horrea. Les uns sont des matériaux sélectionnés, issus de carrières, les autres des remblais opportunistes issus de récupération. Ils n’ont pas été employés indifféremment.

Fig. 72 - Ludna, coupe ouest-est de la terrasse des horrea. Un fossé en V au tracé dégradé marque la séparation entre les remblais de la terrasse à gauche et ceux de la voie, à droite (dessin : J.-Cl. Béal ; mise au net : E. Dumas).

Fig. 73 - Sondage 05.1 : lit de fragments d’amphores et d’ossements (US 557) appartenant à la phase d’occupation laténienne (cliché : J.-Cl. Béal).

Matériaux de carrière et remblais opportunistes
  • 22 Dans le sondage périphérique 09.1, les matériaux déchargés sont répartis au râteau, en lits d’épais (...)

220Ainsi, sauf à sa périphérie22, la terrasse est-elle constituée principalement d’alternances de sables fins divers et de graviers homogènes, déversés les uns et les autres en tas mitoyens, sommairement étalés en lentilles aplaties dont l’épaisseur dépasse rarement la quinzaine de centimètres.

221Par exemple, dans la partie septentrionale du sondage 05.8, on rencontre successivement, au-dessus du niveau protohistorique (US 567, 557, 555, 553) et entre 188,54 m et 189,84 m, l’US 554, de gravillon ocre, l’US 637, de sable beige, l’US 638, de gravillon ocre, l’US 639, de terre fine grise, et enfin l’US 640, de limon argileux jaune, sous la terre végétale. Si certaines de ces couches sont, à ce point d’observation, assez minces (une dizaine de centimètres pour l’US 554 par exemple), d’autres y sont plus importantes : les US 637 et no 640 dépassent ici la quarantaine de centimètres.

222De même, dans la partie occidentale du sondage 04.1 (fig. 75), au-dessus du niveau d’occupation laténienne (US 326, 317, 316) et sous le niveau damé no 254 sur lequel nous reviendrons, les apports de remblais sont constitués, successivement et vers le haut, des US suivantes en pente du nord vers le sud : l’US 293 est une couche sableuse jaune, virant au gris vers sa base, au contact avec l’US 316 : le caniveau no 295 est installé dans cette couche (voir p. 86) ; l’US 292 est une couche sableuse gris rosé, qui recouvre le caniveau no 295 ; l’US 286 est un remblai de graviers roulés de couleur ocre jaune ; l’US 283 est une couche de sable gris-beige. Mais dans la partie orientale du même sondage, à deux mètres de là, la succession des couches issues d’autres déversements, est différente : on rencontre là l’US 376, de sable ocre, l’US 374, de sable ocre, l’US 375, de sable gris, l’US 373, de cailloutis gris sombre. Au-dessus des US 283 et 373, apparaît le niveau damé no 254.

223Le sable rose constitue le substrat naturel du site de Ludna, et son extension se prolonge dans la partie orientale du plateau des Vernayes jusque sous le village actuel de Saint-Georges-de-Reneins. Les sables jaunes, ocre ou beiges peuvent provenir de la partie basse de la colline de Patural, comme peut-être les graviers : en tout cas, le recours sélectif à ces divers matériaux suppose une extraction et un approvisionnement réfléchis, pour une masse de matériaux importante.

224En revanche, la part des remblais opportunistes, recyclant des matériaux de réemploi, semble assez faible. On l’a noté cependant dans quelques cas, à proximité de la bordure occidentale de la terrasse et dans les zones destinées à la construction.

225Ainsi, dans la partie méridionale du sondage 05.1 et à la hauteur du bâtiment no 583, observe-t-on contre le bord oriental du sondage, en comblement d’une dépression, et à une altitude moyenne de 189,25 m, les US 545, épandage de fragments de tuiles pris dans un mortier léger, no 546, faite de débris de mortier de tuileau, no 577, débris de mortier et de marne, qui pourrait résulter de la démolition de bâtiments à parois de marne comme nous en avons vus dans la partie septentrionale du site. Ces niveaux ont livré un peu de mobilier, notamment métallique, un pendentif de harnais en argent (fig. 76), et un demi-dupondius frappé à Nîmes ou à Lyon en 36 av. J.-C. (inv. no 05.493). L’étude des parois de la fosse no 657 (voir p. 105) creusée entre l’horreum no 582 et l’horreum no 583, a également montré l’importance de ce type d’apport : l’US hétérogène no 663, incluant des éclats de pierres, des briques et des fragments de mortier est épaisse de 0,30 m à 0,50 m, au-dessus du canal de drainage no 572.

Fig. 74 - Sondage 09.1 : coupe à travers le fossé ; l’US 1402 (calotte supérieure de marne) et la terre végétale ont été enlevées (dessin : E. Dumas ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 75 - Sondage 04.1 : stratigraphie des remblais de la terrasse (dessin : J. Rossignol ; DAO : M. Lagrange).

Le principe de la stratification alternée des remblais de carrière

226La superposition de couches de différentes natures est un principe général de construction, reconnu comme efficace dans la construction des surfaces horizontales par Vitruve (De Architectura VII, 1, 3 à propos de la construction d’un pavimentum mosaïqué) et Pline après lui (HN 36, 184-187) ; il était déjà défendu au IIe siècle av. J.-C. par Caton l’Ancien (De Agricultura 18, 7, à propos de la construction d’un pressoir : « faites des fondations de deux pieds ; damez [ festucato] d’abord le fond, ensuite superposez des couches de cailloutis et de chaux mêlée de sable d’un demi-pied chacune [ caementis minutis et calce harenato semipedem unumquodque corium struito] ».

227Mais les données archéologiques sur la façon dont sont construits les remblais des espaces ouverts, places, terrasses ou esplanades, sont éparses et souvent sommaires. Dans un certain nombre de cas du reste, le remblai, majoritairement opportuniste, est fait de la récupération et du déversement de matériaux de démolition, comme à Saint-Romain-en-Gal (Rhône) lors de la construction de la maison des dieux Océan (Desbat [dir.] 1994 : 18) : Néron fit de même pour combler les Marais Pontins (Tacite, Annales XV, 43).

  • 23 Le foisonnement se définit comme le rapport entre le volume occupé par une roche abattue et le volu (...)

228En revanche, on a affaire ici majoritairement, comme pour l’exhaussement de la terrasse basse d’Ambrussum par exemple (Chazelles-Gazzal 1997 : 25), à des matériaux sélectionnés, qui, pour la construction d’une terrasse, présentent des avantages physiques. Le faible foisonnement des sables et des graviers, de l’ordre de 1 à 1,223, limite en effet le risque que les surfaces ne présentent des dépressions liées au tassement des matériaux ; leur perméabilité, forte, empêche la formation de flaques ou de poches d’eau. On connaît quelques cas d’emploi de ces matériaux dans la construction des routes, où l’emploi de sable est parfois mentionné. Ainsi la Via Domitia (Lugand 1997 : 199, note 4, fig. 122-123) à Florensac (Hérault) montre-t-elle des alternances de blocs et de graviers, et plus ponctuellement des niveaux sableux. La voie de Carhaix à Vannes est également constituée de « recharges successives de sables et de graviers » déversées sur un noyau de blocs (Coulon 2007 : 75). Dans la traversée du Limousin, sur les voies de Lyon à Saintes ou à Bordeaux, ou de Limoges à Aulnay, on a pu observer dans plusieurs cas (Desbordes 1995 : 99-106) la superposition de différentes sortes de sable sous la bande de roulement, et leur alternance avec des couches d’argiles ou de gravier ; l’existence de ces matériaux dans un environnement proche en facilite ici l’emploi.

Fig. 76 - Mobilier métallique lié au harnachement et à l’équipement peut-être militaire provenant des remblais constitutifs de la terrasse (pendentif de harnais no 1 : US 577 ; pendentif de harnais no 6 : US 292), des recharges (no 4 : US 451) et du comblement du fossé no 509 (agrafe no 7 : US 519). Le no 2 (décor de ceinturon ajouré), hors stratigraphie, provient du sondage 05.3 sur la terrasse. Les autres objets proviennent de l’îlot septentrional (attache de baudrier [ ?] no 3 : parcelle B, US 1269 ; attache de harnais no 5 : parcelle A, apport sableux no 1234 préparatoire à l’état III) [DAO : M. Lagrange].

Mise en œuvre spécifique des matériaux plastiques dans la terrasse : l’exemple du sondage 09.1

229C’est surtout à proximité ou dans les bâtiments que les matériaux plastiques (limon, argile, marne) sont rencontrés, et le sondage 09.1 (fig. 77) a été l’occasion privilégiée d’étudier leur mise en œuvre.

Argiles et marnes

230D’une part, en effet, une nappe d’argile marbrée détrempée (US 1467-1482 ; fig. 74 et 81) y a été déversée entre des apports sableux, antérieurement à l’installation de la forge de chantier avec laquelle elle n’a pas de rapport direct. Elle forme une lentille ovale, d’une superficie d’au moins 16 m2, à la surface de laquelle des plissements rayonnants ont été observés. Elle atteint dans sa partie centrale 0,30 m d’épaisseur et s’amincit sur ses bords où son écoulement pourrait avoir été limité, à l’ouest au moins, par un petit aménagement. Deux fragments de tuiles (no 1552), d’orientation nord-sud, sont en effet posés à plat sur la nappe d’argile, à l’altitude de 188,36 m (fig. 78), et pourraient avoir supporté quelques planches. L’écoulement de l’argile a formé contre ces fragments un nouveau pli, rectiligne, visible sur 0,80 m de longueur : on pourrait avoir là un dispositif destiné à faciliter la marche sur le matériau encore relativement souple ou plutôt à contenir temporairement l’écoulement de l’argile vers l’ouest et le point bas de la nappe : une observation de même nature a aussi été faite dans la parcelle A de l’îlot septentrional, où, lors de la construction de l’entrepôt no 886, le déversement d’une nappe argilo-marneuse a été contenu de la même façon (voir p. 66).

231D’autre part, dans le même sondage, des nappes de marne gris vert également détrempée (US 1402) recouvrent d’autres lentilles sableuses, au-dessus desquelles elles forment des coupoles. Deux d’entre elles ont pu être particulièrement étudiées, qui s’épaississent vers le bas à leur périphérie où elles butent contre des structures construites qu’elles contribuent à caler dans les apports sableux. La nappe de marne no 1402. c dont l’épaisseur peut dépasser la trentaine de centimètres s’étend sur 25 m2 environ et bute à l’est sur la structure no 1444, formant un dôme au-dessus d’une partie de l’atelier de forge temporaire no 1487 notamment (voir p. 88), et culminant vers 189,14 m, sous la terre végétale (fig. 104). La nappe no 1402. b (fig. 79), dont la superficie n’est pas complètement connue, bute à l’est contre le mur épierré no 1423, contre lequel elle forme un boudin raidisseur de plusieurs décimètres d’épaisseur : elle y est posée sur la lentille de sable no 1483 dont elle épouse la surface bombée (fig. 80) ; la même observation a été faite dans le sondage 05.1, où un apport de marne apparaît souvent au sommet de la fondation des piliers du bâtiment no 582, contre lesquels il s’épaissit. Enfin, un emploi de la marne un peu comparable a été fait dans la partie septentrionale du site, pour la construction du bâtiment no 886 (US 1309 notamment).

232La proximité que l’on constate entre les remblais plastiques et les zones construites montre que, dès la conception de la terrasse, comme au moment de l’organisation du chantier d’approvisionnement en matériaux, la place des bâtiments était définie et inscrite dans le projet. Il est d’autre part notable que, dans le sondage no 09.1, les apports de matériaux plastiques occupent la partie centrale selon un axe ouest-est, et soient absents des marges méridionale et septentrionale du sondage : ils contribuent sans doute ici à rigidifier le bord septentrional de la terrasse artificielle (fig. 20), comme la voie et son talus de soutènement le font à l’est (voir p. 93).

Le rôle des blocs dans la structuration du remblai

233Dans le même sondage 09.1 et une fois enlevée la coupole de marne, la fouille a mis au jour un bloc brut de roche magmatique (no 1451 ; fig. 81), de 300 kg environ (L. : 0,60 x 0,56 m ; H. : de l’ordre de 0,40 m) pris par son sommet (à l’altitude de 189,05 m) dans la coupole de marne, et noyé sous elle dans les couches sableuses. À sa base, il est calé par des fragments de tuile superposés qui forment autour de lui une couronne (fig. coul. 11, au second plan). C’est donc bien une structure aménagée, mais sans rapport avec l’atelier métallurgique no 1487, qui est voisin de lui, mais auquel il est postérieur.

234Proche de lui et pris comme lui par son sommet (à 189,14 m) et sur 0,20 m de hauteur dans la nappe de marne qui le recouvrait à peu près complètement, l’amas de blocs no 1443 bis (0,60 x 0,50 m ; fig. 81) est constitué de blocs quartzeux de 0,15 à 0,20 m de longueur, posés dans le remblai ; ils ne forment ni un support ni un calage de poteau.

235Peut-être enfin faut-il ajouter à ce groupe le négatif de bloc no 1450 (1 x 1,50 m env. ; altitude du fond : 188,88 à 188,98 m), qui, à deux mètres au sud du bloc no 1451, entaille la couche de marne sur une vingtaine de centimètres de hauteur.

Fig. 77 - Plan général du sondage 09.1 (dessin : E. Dumas ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 78 - Extrémité occidentale de la nappe d’argile marbrée no 1482 dans le sondage 09.1 (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 79 - Sondage 09.1 : relevé stratigraphique contre le bord occidental de la tranchée no 1554.1 : coupe nord-sud de la calotte de marne no 1402b recouvrant des apports sableux ; relevé des trous de piquets (relevé : E. Dumas ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 80 - Sondage 09.1 : bourrelet triangulaire de calotte de marne no 1402b posé sur un apport sableux (US 1403) et s’épaississant à droite contre le mur (ici récupéré) no 1423 (cliché : J.-Cl. Béal).

236Le rôle de ces blocs pris dans les couches sableuses par leur partie basse et dans la marne par leur sommet est sans doute d’assurer une meilleure cohésion de l’ensemble des remblais en ancrant la chape de marne dans les niveaux sableux qu’elle surmonte. Nous retrouvons une mise en œuvre comparable dans la partie septentrionale du site de Ludna, dans l’infrastructure du bâtiment no 886 (fig. 56 et 57).

1.5.1.3. Piquets et poutres dans la structuration des remblais de la terrasse

Les piquets

237Inexpérience du fouilleur ou réalité du terrain, il a fallu attendre le sondage 09.1 – sauf de rares exceptions – pour repérer plusieurs séries de négatifs de piquets dans les apports de remblais de carrières qui forment la terrasse.

238Installés pour la plupart dans le quart nord-est du sondage et sur le rebord oriental du fossé, un groupe dense de négatifs de piquets (diam. : 6 à 9 cm) apparaît sur le terrain naturel (groupe A : fig. 82 et 83), où il est conservé sur une dizaine de centimètres de profondeur en moyenne. Aucun alignement privilégié n’apparaît. Un deuxième groupe de négatifs (diam. : 10 à 15 cm en moyenne) a pu être partiellement observé à un niveau supérieur du remblai (fig. 83) : les uns l’ont été en plan dans le quart sud-est du sondage (groupe B), les autres en coupe (groupe C) contre les bords de la tranchée profonde no 1554 (fig. 79) ; leur profondeur conservée, de 0,20 m en moyenne, peut atteindre 0,40 m. Ils ne sont pas davantage organisés en lignes cohérentes.

  • 24 Avec des piquets et non des poteaux ou des pieux, la technique est, en réduction, assez comparable (...)

239Denses et sans organisation apparente aux abords d’un fossé qu’il s’agissait de combler et dans une zone où les constructeurs ont veillé particulièrement à la stabilisation des remblais, cette forêt de piquets permettait sans doute d’améliorer la cohésion des couches rapportées les unes sur les autres24.

Les poutres

240Il est possible enfin que des planches posées sur des tuiles – nous l’avons vu – et des poutres, aient servi à structurer la masse des remblais : c’est peut-être le cas (fig. 81) du négatif no 1444 (l. : 0,32 à 0,40 m), mis en évidence sur huit mètres de longueur dans le sondage 09.1, et incliné du sud vers le nord, le fond du négatif passant de 189,11 m à 188,74 m. Le négatif perpendiculaire no 1424, dégradé, lui est connexe. La nature de la trace no 1443 reste en revanche très ambigüe. Seule, en fait, l’observation d’une surface plus importante permettrait d’avoir la certitude que ces structures entrent dans un système de structuration du remblai.

1.5.1.4. Niveaux d’usage attestés et niveaux de damage sur la terrasse

241On l’a dit, l’érosion agricole a été forte sur le site, et les traces en sont visibles sur la terrasse. Des tranchées modernes de plantation de vignoble ont été rencontrées dans le sondage 04.1 (fig. 84), et des traces de labours, dans le même sondage et dans le sondage 04.2, où un charruage d’orientation sommairement ouest-est a ouvert de larges sillons dans un remblai de gravier, sur 0,30 à 0,40 m de hauteur. Aussi faut-il s’interroger sur l’importance des dégâts qui sont résultés de ces pratiques. Particulièrement, la question se pose de savoir si subsistent des niveaux d’usage de la terrasse une fois achevée, ou si l’on distingue des niveaux intermédiaires de chantier, liés à des opérations de damage des remblais.

Niveaux d’usage attestés

242En deux points des sondages ouverts sur la terrasse, on a la certitude d’un niveau de circulation conservé (US 514), ou la possibilité d’évaluer son altitude minimale (US 1274).

243Dans le sondage 05.1 implanté sur le chemin des Gaulois, les lambeaux de sol no 514 du bâtiment no 673 ou d’un éventuel portique se trouvent, nous le verrons, à 189,67 m ; l’enduit qui habille le mur de fond (no 467) de ce portique descend, comme souvent, de quelques centimètres sous le niveau du sol. Le sol, et d’ailleurs toute trace du bâtiment, disparaissent dès que l’on quitte l’emprise du chemin.

244D’autre part, le sondage 07.4, implanté sur le chemin même de service qui met le chemin des Gaulois en communication avec la RN6, nous a permis d’évaluer l’altitude minimale du premier niveau d’usage reconnu sur la voie.

Fig. 81 - Plan des structures de stabilisation du remblai (terres cuites architecturales no 1466, 1470, 1552 ; blocs no 1443b, 1451, négatif de bloc no 1450 ; négatifs de boisage no 1424, 1443, 1444) dans le sondage 09.1. L’emprise de la nappe d’argile no 1482 est délimitée en tiretés (relevé : E. Dumas ; DAO : E. Regagnon).

Fig. 82 - Sondage 09.1 : négatifs de piquets plantés dans le terrain naturel (en bas) et les apports de remblais (cliché : J.-Cl. Béal).

245En effet, immédiatement sous la terre végétale, le décapage a fait apparaître le gravier ocre de la voie nord-sud (ici US 1273, équivalent à l’US 15 dans le sondage 03.3) à l’altitude maximale de 189,78 m, sur 0,20 m de largeur le long du bord septentrional du sondage (fig. coul. 13) ; il y est épais d’une quarantaine de centimètres. Le reste de la surface du sondage est occupé par une couche unique, gris-vert, de gravier et de sable limoneux (US 1274) dont l’épaisseur atteint 0,50 m au nord et 0,75 m au sud. Elle repose sur des niveaux minces de remblais stratifiés (US 1278 et 1276 notamment), sur lesquels nous avons arrêté la fouille, et qui sont inclinés du nord vers le sud. Ici donc, protégé sous le chemin qui ne subit en tout cas pas les mises en culture les plus récentes, le radier de la voie est conservé à une altitude maximale (189,78 m) que nous n’avons pas rencontrée dans toute la partie méridionale de la colline : en 2004 notamment, dans le sondage 04.1 (fig. 81), les niveaux archéologiques fiables n’atteignaient que l’altitude de 189,43 m, au-dessus desquels apparaissait, sur 0,60 m environ, une terre végétale plus ou moins chargée de gravier : on sait aujourd’hui que cette couche résulte pour partie de la mise en culture de l’US 1274.

246Ainsi donc, sur la voie et dans le bâtiment no 673, un niveau de circulation est conservé entre 189,67 m et 189,78 m. Le pilier en forme de T no 466 (sondage 05.1 ; grenier no 582) est la seule structure dont l’état actuel de conservation atteigne une altitude supérieure, jusque vers 189,81 m.

Niveaux de damage et niveaux d’usage

247Entre les deux points de mesure que nous venons de voir, des niveaux de damage des remblais ont été rencontrés, à des altitudes sensiblement inférieures, puisque, par exemple, le point haut de l’US damée no 254 (189,20 m au maximum) avoisine non pas l’altitude de l’élévation du bâtiment no 583 qui se trouve à quelques mètres à l’ouest (sondage 05.1), mais l’altitude à laquelle subsistent, en fondation, les supports de ses piliers récupérés no 547 et no 556.

248Deux niveaux de damage superposés peuvent être signalés, dans le sondage 04.1. L’US 254 (fig. 84), s’incline vers l’ouest et s’incurve vers le centre, si bien que son altitude varie par exemple de 189,20 m à l’est à 189,11 m à l’ouest. Bien identifié à l’est, ce niveau disparaît progressivement dans la partie occidentale du sondage. C’est un lit (fig. 85) de petits galets (L. < 2 cm) et de cailloutis blancs de calcaire compactés ; il inclut à sa surface des parties de vases ou des os écrasés, des recharges ponctuelles d’éclats de briques. Dans la partie centrale du sondage, quelques blocs de pierre (L. < 0,40 m) sont pris dans sa surface, perforant l’US supérieure no 271-282 qui ne suffit pas à les recouvrir.

Fig. 83 - Sondage 09.1 : Plan général des trous de piquets observés dans le terrain naturel (groupe A) et dans les remblais (groupe B et C) ; les zones étudiées sont grisées (dessin et mise au net : E. Dumas).

249La couche no 271-282 recouvre le niveau no 254 là où il est présent. Cette US de sable limoneux brun-gris contient un peu de mobilier archéologique de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C., et paraît résulter d’apports progressifs au cours de la fréquentation du niveau no 254. Elle est plus ou moins bien conservée dans toute la moitié méridionale du sondage. C’est sur elle qu’est rapporté le remblai no 285, une couche de graviers roulés, de couleur ocre jaune, épaisse ici d’une vingtaine de centimètres, mais qui s’amincit progressivement vers l’ouest pour n’atteindre plus que quelques centimètres d’épaisseur en limite occidentale du sondage. Il s’agit là d’un apport de remblai destiné à supporter l’US 409 ; il ne comporte pas de mobilier archéologique.

250De cette US 409, très dégradée par les travaux agricoles, subsistent seuls, de fait, contre le bord méridional du sondage 04.1, une bande large de 0,50 m environ et longue de 6 m environ, et contre son bord septentrional, un petit lambeau de même nature. À la surface de ces deux fragments, on observe en effet sous la terre végétale un mince lit de petits cailloux damés, de même nature et de même aspect que le sol no 254, à l’altitude de 189,46 m au sud, et de 189,41 m au nord.

251Le même type de surface damée a été signalé dans la fouille de la cour du temple du forum de Saint-Bertrand-de-Comminges (Badie, Sablayrolles, Schenck 1994 : 32-34, fig. 16). L’US C108, augustéenne, y a été rencontrée dans deux sondages C1 et C 2, ouverts entre la façade du temple et le stylobate du portique ; elle se prolonge dans le portique où elle a été retrouvée dans deux autres sondages (P1 et P2 : US P208) : c’est donc sur une longueur de 20 m à l’avant du temple qu’a été observé un épandage continu et damé de galets, de petits blocs, d’éclats de pierres et d’ossements, réalisé en terrain libre avant la construction des bâtiments. Rejetant l’hypothèse qu’il s’agît d’un niveau de circulation du fait de l’hétérogénéité de la surface, ou de l’assise d’un dallage disparu comme l’avait proposé le premier fouilleur – dallage dont personne n’a jamais relevé la trace par ailleurs –, les auteurs de la publication ont interprété cet épandage comme un niveau de ragréage sommaire de la surface un peu au-dessus du terrain naturel, et avant de nouveaux apports de remblai ; cette opération aurait été menée à l’aide d’un matériau opportuniste qui contenait des ossements. Une opération comparable de « Steinrollierung », préalable aux constructions, a été observée à Vitodurum (Pauli-Gabi et al. 2002, vol. 2 : 12). Cette opération semble pouvoir être rapprochée du damage (festucatio) de fond que Caton (De Agricultura 18, 7 : voir p. 80) conseillait de pratiquer à la base des fondations de pressoir.

Fig. 84 - Vue générale vers l’est du sondage 04.1. À droite, tranchées parallèles de plantations modernes ; en bas, drainage antique à la base du remblai de la terrasse artificielle ; en haut, niveau de damage no 254 (cliché : J.-Cl. Béal).

252La question se pose donc de savoir si ces niveaux de damage sont des niveaux de circulation ou des niveaux intermédiaires de chantier.

253Des US d’aspect comparable ont été rencontrées dans d’autres sondages sur la terrasse. Dans le sondage 04.2, l’US 178, identique, est inclinée de l’est (altitude : 189,52 m) vers l’ouest (189,30 m) ; dans le sondage 05.4, l’US 450 (fig. 86) est ponctuellement conservée vers 189 m, et correspond à la même description.

254En revanche, sur l’US 178 sont rapportés des niveaux plus ou moins sableux ou graveleux, des bouchages ponctuels de tuiles concassées ; puis un épandage de sable fin (US 150) recouvre le tout sur une épaisseur moyenne de 0,65 m atteignant 189,87 m d’altitude maximale. Cette phase, à l’issue de laquelle le bâtiment no 582 est agrandi, est probablement postérieure au dernier tiers du Ier siècle et peut dater du IIe siècle.

255Sur l’US 450, contre laquelle s’appuient les deux bords du caniveau no 480 (voir p. 95), sont rapportés quelques bouchages ponctuels de tuiles concassées, et, à l’est du caniveau, l’US est recouverte d’une mince épaisseur de terre noire. L’ensemble est recouvert par l’US 451-473, de sable limoneux jaune, subsistant à l’état de lentille arasée sous la terre végétale à l’altitude moyenne de 189,21 m de part et d’autre du caniveau, comblant une dépression de la surface de l’US 450. C’est dans cette lentille qu’est creusé le caniveau d’un deuxième état no 458-483 (voir p. 95) ; le mobilier assez rare qui provient de l’US 451-473 (fig. 76) est daté sans possibilité de précisions entre les années 70 et le début du IIIe siècle ap. J.-C.

256À défaut de continuité stratigraphique conservée sous la terre végétale, les données chronologiques ponctuelles amènent à considérer les niveaux de damage no 178, 254 et 450 comme des niveaux de damage de la surface de circulation, dans un premier état de l’aire de service. On n’a pas les moyens de démontrer que l’US 409 soit un deuxième niveau de circulation, postérieur, mais la réalité de ce deuxième état est chronologiquement perceptible en quelques points.

257L’altitude à laquelle ces niveaux de damage sont observés montre que la voie, dont nous ne reconnaissons qu’un état, forme un bombement au-dessus d’eux, et que depuis les bâtiments qui forment la façade occidentale de la cour – et particulièrement les deux horrea que nous étudions plus loin – le sol de circulation pouvait former également une légère pente vers l’est. Il est possible que la terrasse ait en outre présenté une pente d’une cinquantaine de centimètres du nord au sud, entre les US 178 et 450, ce que seule une coupe longitudinale continue permettrait de vérifier. La surface de l’aire de service du premier état au moins est donc damée, et assez irrégulière.

Fig. 85 - Vue de détail de l’US 254 dans le sondage 04.1 (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 86 - Vue de détail de l’US damée no 450 dans le sondage 05.4 (cliché : J.-Cl. Béal).

1.5.1.5. Drainage et aération des remblais en profondeur

258Le drainage de la terrasse a été observé dans les sondages 04.1, 05.1, mais aussi 05.6.

259Dans le sondage 04.1 (fig. 84), un caniveau (no 295), oblique par rapport à l’axe de la voie nord-sud, est fait d’imbrices, employées en fond comme en couverture. Calées avec du sable de l’US 293 et recouvertes par les apports de remblais constitutifs de la terrasse, ces tuiles sont installées dans une petite tranchée qui perfore la croûte no 294 de l’US antérieure. Sa pente ne peut être définie sur la portion observée où son altitude ne varie que d’un centimètre : 188,38 m au sud-est et 188,39 m au nord-ouest, soit à 1,40 m de profondeur par rapport au niveau actuel du sol. Des bandes, taillées transversalement dans d’autres imbrices, servent de couvre-joints entre deux tuiles de la couverture (fig. 87).

260Dans le sondage 05.1 (fosse no 657 : voir p. 105), un second canal d’imbrices (no 572) a été repéré très ponctuellement, sur une vingtaine de centimètres, tout contre le bord méridional de la partie fouillée de la fosse no 657, dont la création l’a en partie détruit. Il se trouve à 14 m au nord du précédent, dans la même position stratigraphique à la base du remblai de la terrasse. Également oblique, il est à l’altitude de 188,59 m, soit aussi à quelque 1,40 m de profondeur par rapport au sol actuel ici. On n’a pas pu vérifier s’il comportait lui aussi des couvre-joints.

261Un autre caniveau de même orientation oblique que le caniveau no 295 avait été trouvé par L. Foillard, à une douzaine de mètres au sud du sondage 04.1, dans la tranchée de fouilles 1935.6. On apprend en effet, par le « rendu compte des travaux exécutés en 1934 et début 1935 » (doc. dactyl. aux AM SGR) que dans la tranchée parallèle au chemin de fer exécutée alors, on a découvert « une canalisation allant du nord-ouest au sud-ouest [sic, pour “sud-est” selon le plan Mortamet : voir fig. 12, no 7]. Cette canalisation de [sic : il faut entendre “à”] deux mètres de profondeur est en terre cuite. Elle était destinée à l’évacuation des eaux usées ou à l’assainissement du sol ». Cette découverte est reportée sur le plan Mortamet (no 7 : « canal ») : elle est à localiser à 7 ou 8 m au sud du caniveau no 295 et appartient sans doute en fait au même système de drainage, constitué de canaux disposés en épi. Sa profondeur (« deux mètres de profondeur » contre 1,40 m pour les deux autres caniveaux) y est peut-être surévaluée, et la nature précise des « tuyaux » (véritables « tuyaux », plutôt que des imbrices) ne nous paraît pas assurée.

262Un dernier dispositif de drainage (no 578 bis), d’une autre nature que les précédents, a été découvert dans la partie septentrionale du sondage 05.1. Sous la fondation du pilier no 466 en effet (fig. 88 et 111), à l’altitude de 188,85 m environ, soit 1,40 m sous la surface actuelle du terrain, nous avons trouvé deux rangées de cailloux plats d’orientation est-ouest, pris dans des gravillons fins (US 671). Reposant sur un apport de marne, cette structure, dont la pente ne peut être définie, est également limitée au sud par une paroi marneuse : l’ensemble formait un petit canal aménagé dans les apports de marne (US 668-669), d’ailleurs un peu plus large (US 670) dans un premier état. Ce dispositif était recouvert par des apports alternés de sable et de marne (US 528, 667). Il a été détruit au nord lors de la reprise de fondation du pilier no 466 ; peut-être, du reste, la présence de niveaux de marne et de courant d’eau est-elle à l’origine de cette reprise.

263Ces quatre éléments appartiennent à un système de drainage profond sans doute plus développé, destiné plutôt à aérer les remblais qu’à capter les eaux d’infiltration qui, à travers sables et graviers, pouvaient disparaître rapidement dans le sous-sol sableux.

1.5.1.6. Les installations temporaires pendant le chantier de la terrasse artificielle

264Quelques aménagements artisanaux temporaires ont été reconnus ; ils sont liés au déroulement du chantier du premier état de la terrasse. Ils concernent le travail de la pierre et du métal.

Fig. 87 - Canal drainant no 295, en imbrices avec couvre-joints (cliché : J.-Cl. Béal)

Fig. 88 - Canal drainant (à gauche) sous le pilier no 466, dans le sondage 05.1 (cliché : J.-Cl. Béal).

Le travail de la pierre

265La taille des moellons de calcaire destinés à la construction des piliers du bâtiment no 582 a produit des éclats de taille retrouvés autour du pilier no 466 (US 521, à 189,36 m environ, soit au niveau de la troisième assise d’élévation) et autour des deux piliers disparus qui supportaient la façade méridionale (US 621 et 623, entre 188,90 m et 189,10 m). Dans les deux cas, les couches d’éclats de taille sont recouvertes de nouveaux apports de remblais constitutifs de la terrasse (US de sable no 503 au-dessus de l’US 521 ; succession de sable, de graviers et de marne au-dessus de l’US 621).

266Ces éclats témoignent de ce que la phase terminale, au moins, du travail de mise en forme des moellons se déroulait sur lechantier. Ils attestent aussi que les premières assises d’élévation des piliers étaient enterrées dans les remblais du premier état de la terrasse.

Une forge de chantier

267Dans le sondage 09.1, le démontage des apports de remblais a permis de mettre au jour partiellement une forge de chantier (fig. 89).

268Installé dans le sable après les apports de gravier ocre no 1410 et l’US 1482 d’argile marbrée (voir p. 81), l’atelier, qui sera recouvert par un autre apport sableux, puis par la nappe de marne no 1402, comporte plusieurs éléments.

269La zone du travail de forge (no 1487), très charbonneuse, s’étire (fig. coul. 11), légèrement surcreusée dans le sable à partir de l’altitude de 189 m environ, sur deux mètres de longueur d’est en ouest, pour 1,50 m du nord au sud. Elle est nettement limitée au sud, sans que nous ayons pu repérer de dispositif de clôture en dur. Le sondage profond (no 1553) ouvert en début de fouille contre le bord septentrional de la fouille a pu l’amputer au nord. On y distingue une plaque d’argile brûlée formant dans le sable un foyer (0,20 x 0,30 m environ) à l’altitude de 188,67 m. À une trentaine de centimètres à l’est, apparaît un négatif rectangulaire de 0,20 m de largeur, dont la longueur décroît de 0,60 m à 0,30 m sur un centimètre d’épaisseur depuis son altitude d’apparition (189,66 m) ; un fragment de tegula en position verticale semble le limiter au nord. Cette empreinte, plus claire dans ce contexte charbonneux, doit marquer l’emplacement d’un support, d’enclume par exemple, ou de soufflet.

  • 25 Nous reprenons ici l’inventaire des objets et des scories de fer fait par E. Gorgerin dans le cadre (...)

270La fouille de la couche charbonneuse a livré25 900 g de scories de fer, 8 clous plus ou moins fragmentaires, 2 fragments de petites barres aplaties (dim. : 70 x 24 x 20 mm ; 42 x 19 x 15 mm), qui peuvent avoir été des petits lingots de métal, un fragment de ferrure, 7 débris de fer indéterminés, et des battitures.

271Au nord-ouest de ces premières structures, et à l’extrémité occidentale du sondage profond no 1553, un caisson no 1508 (0,80 x 0,90 m environ) a été creusé dans la couche de gravier ocre no 1410 et dans une couche argileuse qui s’y superpose ponctuellement (fig. 90). La liaison stratigraphique et la contemporanéité avec la zone charbonneuse no 1487 sont assurées. Ses parois sont en partie consolidées par des petits blocs de pierre ou des fragments superposés de tegula placés verticalement. Conservé jusqu’à l’altitude supérieure de 188,49 m, il est profond d’une douzaine de centimètres environ et rempli de terre charbonneuse, de scories vitrifiées et bulleuses (280 g) et de 144 débris de fer : 9 clous de taille variable, et 32 fragments de clous, 3 fragments de scie, 6 fragments d’outils et de seau, 3 fragments de petites barres (9 x 26 x 18 mm ; 66 x 32 x 19 mm), 33 fragments de plaques, dont deux sont repliées et une arrondie à une extrémité, 58 fragments indéterminés. Ce caisson semble donc avoir servi à la récupération des déchets de la forge et au stockage de la matière première, en petits lingots ou sous la forme d’objets incomplets, promis au recyclage.

Fig. 89 - Les installations temporaires du sondage 09.1 : atelier de métallurgie et construction sur poteaux (dessin : Th. Genty et E. Dumas ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 90 - Caisson de stockage no 1508 dans l’atelier de métallurgie du sondage 09.1 (cliché : J.-Cl. Béal).

272À un mètre au sud du caisson no 1508, un foyer no 1411 (fig. 89), à l’altitude de 189,49 m, est peut-être contemporain du précédent. De forme ovale, il a été sectionné par le creusement du sondage profond occidental : sa largeur est de 1,19 m, sa longueur conservée, de 0,74 m. Aménagé dans la surface de la couche de gravier no 1410, il est fait de graviers et de galets de 2 à 5 cm de diamètre, sur une hauteur d’une dizaine de centimètres, irrégulièrement recouverts de fragments de tuiles plates ; la partie centrale en est rubéfiée.

273Enfin, postérieurement au comblement du caisson no 1508, une série de piquets (diam. : 6 cm ; prof. conservée : 0,10 m ; fig. coul. 12) a été plantée au-dessus de lui, à cheval sur ses parois occidentale et méridionale. Un groupe de neuf trous forme un U très ouvert au nord, à quoi s’ajoute un groupe de cinq piquets (no 1509 à 1522) d’orientation divergente ; leur niveau d’apparition varie de 188,47 à 188,52 m d’altitude. La nature de ce piquetage no 1550 n’est pas définie.

  • 26 Un fragment de bloc -tuyère destiné à l’équipement d’un soufflet de forge a été découvert hors cont (...)

274L’ensemble peut être interprété comme une forge de chantier, mettant en œuvre, pour partie peut-être, du métal en lingots, et surtout des débris d’objets à recycler. Elle doit avoir fourni principalement aux besoins du chantier (entretien des engins de transport des remblais, de l’outillage – pelles, scies à bois, ciseaux à bois et à pierre –, éventuellement de la ferrure des animaux de trait, etc.)26.

275Ce sont peut-être les abords d’une installation du même type qui ont été aperçus à l’extrémité méridionale du sondage 05.1 : prise entre les couches de remblai à l’altitude moyenne de 188,60 m, l’US charbonneuse no 571, a en effet, livré elle aussi des scories de fer.

Une construction sur poteaux

276La fouille de 2009 a été enfin l’occasion de mettre en évidence une structure construite sur poteaux no 1525-1549 (fig. 89).

277Sectionnée par le sondage méridional profond, la structure construite n’est pas complète. En l’état, elle est faite de poteaux verticaux espacés les uns des autres de 0,50 à 0,75 m, et dont le diamètre varie entre 0,15 et 0,18 m ; ils sont disposés en deux rangées à 1,30-1,60 m l’une de l’autre, et plantés à plus de 0,30 m de profondeur par rapport au niveau de circulation dans le bâtiment. Ce niveau de circulation, à l’altitude de 188,43 m, est fait de fragments de tuiles et de galets posés à plat. Il est prolongé vers le nord sur deux mètres de longueur par un niveau de gravillon damé (US 1527), assez vite interrompu en direction de l’est. La structure ne présente pas de trace d’une activité particulière. Elle sera recouverte par l’épandage sableux no 1404.

1.5.2. LA VOIE SUR LA TERRASSE

278Sur la terrasse des horrea, la voie majeure a été recoupée en plusieurs points. Sa structure diffère de ce qu’on peut observer plus au nord.

1.5.2.1. Les premières mentions

279Les premières traces d’une voie dans la partie méridionale du site de Ludna ont été relevées en 1853 par J.-F. A. Peyré (Mélanges : 691), qui note son orientation (« du sud-est au nord-ouest »), sa structure (« ce pavé […] formé avec des cailloux roulés ») et l’attribue à la route de Lyon vers Mâcon sans la localiser vraiment. Puis en 1900, une note d’A. Deresse conservée aux archives de la Bibliothèque municipale de Villefranche-sur-Saône (côte 6 N 4, p. 8-9 ; renseignement : Ph. Branche) fait état d’une « voie pavée de 8 mètres de largeur […], à 30 centimètres de profondeur », vue en coupe dans la partie du chemin des Gaulois montant de la D306 vers la tranchée du chemin de fer. C’est en 1924 que L. Foillard met au jour, dans la partie la plus méridionale de la colline de Patural, « sous 0,70 à 0,80 m de terre arable […], en direction S.-E.-N.-O […], une voie non dallée, mais très certainement romaine, dont le bétonnage supérieur reposait sur un lit de briques » (Ballofet 1932 : 34-35), ce qui ne manque pas d’être singulier. Cette portion de voie, est localisée sur le plan Mortamet (fig. 12, no 4), et est en bonne concordance avec les données des prospections électriques de M. Martinaud (fig. coul. 5, point C).

280À la suite des travaux d’A. d’Aigueperse (1857 : 388) sur le compendium de Belleville vers Autun, et de Savoye (1899 : 74) sur la voie celtique vers Bibracte ou la vallée de la Loire (Faure-Brac 2006 : 77), on voulut voir alors dans ce tronçon une partie d’une voie menant du pays des Helvètes à l’Atlantique (Ballofet 1930 : 12 ; Ballofet 1932 : 35-38 ; Audin 1947 : 115 ; Audin 1953 : 4-5). Plus modestement, son prolongement de quelques mètres vers le nord-ouest le fait aboutir à l’extrémité méridionale de la terrasse des horrea.

281Lors des fouilles récentes des années 2000, la voie et son raccord à la terrasse ont été observés en trois points, qui ont montré, dans des états de conservation divers, le même phénomène, d’une part, à l’ouest de la voie, une liaison stratigraphique entre la construction de la terrasse et celle de la voie, et d’autre part, à l’est, la présence d’un talus de soutènement de la voie et de la terrasse qu’elle borde.

Fig. 91 - Plan partiel de la partie centrale et septentrionale de la terrasse des horrea (dessin : J.-Cl. Béal ; mise au net : M. Lagrange).

Fig. 92 - Plan partiel de la partie centrale et méridionale de la terrasse des horrea (dessin : J.-Cl. Béal ; mise au net M. Lagrange).

1.5.2.2. La voie dans la partie septentrionale de la terrasse : les sondages 03.3 et 07.4

282À l’occasion de ses prospections électriques, M. Martinaud avait observé en 2002, d’une part, l’anomalie nord-sud qui correspondait au passage de la voie, d’autre part, une anomalie est-ouest, contre le bord septentrional de la parcelle no 393. Il avait émis l’hypothèse (Rapport Béal et al. 2002 : 42) d’un carrefour entre la voie nord-sud et une voie est-ouest : ce pouvait être la croisée de chemins évoquée par J. Ballofet et A. Audin. Cette hypothèse ne peut plus être retenue. En effet, deux sondages, 03.3 d’abord, puis, en 2007, 07.4 ouvert sous le chemin de service et mitoyen du précédent au sud, ont permis d’étudier la question de la limite septentrionale de la terrasse des horrea et d’observer le raccord de la voie à la terrasse.

283Comme dans l’îlot septentrional, le radier de la voie apparaît, en coupe, à l’altitude maximale conservée de 189,34 m dans le sondage 03.3, sous la forme d’une lentille homogène de gravier calcaire ocre jaune, épaisse de 0,80 m dans sa partie centrale. Mais dans le sondage 07.4, implanté sur le chemin lui-même, et par conséquent moins soumis à l’érosion agricole, il est conservé jusqu’à l’altitude maximale de 189,78 m, et sur une hauteur de 0,40 m (fig. coul. 13), adossé aux remblais de la terrasse obliquement entaillés pour recevoir le radier de la voie : détail de la gestion du chantier, et non, comme nous le verrons, indice de la succession chronologique de deux états.

284Les constituants de ce radier ont un diamètre moyen de l’ordre de 1 à 2 cm, et le matériau provient apparemment de la terrasse würmienne. Il ne comporte aucun mobilier archéologique.

285De part et d’autre de cette lentille, des lits de sable, de gravier ou d’argile ont été rapportés, comme dans l’îlot septentrional, pour former ici deux talus dissymétriques, entre lesquels est calé le radier, sur une largeur de 7 à 8 m. Un lit de tuiles (US 39) posé à la surface de l’argile marneuse dans le talus occidental doit être interprété comme un aménagement de chantier ; il est la seule US à avoir livré un peu de mobilier, augusto-tibérien.

286Le talus oriental se prolonge vers le sud le long du sondage 07.4 pour soutenir la terrasse et la voie comme on le verra plus au sud ; en revanche, le talus occidental s’interrompt à l’entrée sur la terrasse des horrea. Le reste de la surface du sondage 07.4 est occupé par une couche gris-vert de gravier et de sable limoneux (US 1274) dont l’épaisseur atteint 0,50 m au nord et 0,75 m au sud. Il faut l’interpréter, à la lumière du sondage 04.1, comme la bande de roulement de la voie sur la terrasse. Elle repose sur des niveaux minces de remblais stratifiés (US 1278, 1276 notamment), sur lesquels nous avons arrêté la fouille, et qui, adossés sans doute au talus occidental, sont inclinés du nord vers le sud.

287L’accès à la terrasse par son angle nord-est se fait donc par un élargissement de la lentille de gravillon ocre qui remonte et s’amincit contre l’US 1274 ; elle est calée à l’est par un talus de marne qui déborde largement vers l’est (fig. 91).

1.5.2.3. La voie dans la partie centrale de la terrasse : le sondage 04.1

288Dans la partie nord-est du sondage 04.1 (fig. 92), nous avons fait une coupe de la voie majeure qui a montré que sa structure différait complètement de ce qu’on observe à son entrée sur la terrasse des horrea et plus au nord.

289La très forte anomalie résistante enregistrée par M. Martinaud (fig. coul. 5, anomalie A) s’explique en effet par la présence, à la base de la voie, d’un noyau aéré (US 410) de blocs de pierres brutes diverses (silex, calcaire, granite ; L. supérieure à 0,40 m), directement posé sur le niveau protohistorique (fig. 93). Ce noyau lenticulaire, haut de 0,50 m, est large actuellement de 7 m. Mais son extrémité orientale a été, comme les niveaux qui sont superposés à lui, dégradée par l’ouverture d’une fosse de plantation d’arbre. Il devait donc se prolonger encore un peu, et l’on ignore s’il était en marge ou en position médiane par rapport à l’emprise de la voie telle qu’elle nous apparaît aujourd’hui.

290Sur le nucleus, des remblais successifs – sans mobilier archéologique – ont été rapportés, depuis l’ouest, et depuis la limite, marquée par des structures de drainage (voir fig. 72 et p. 95) entre l’espace de la terrasse et celui de la voie. Ils constituent la bande latérale occidentale de la voie. Ces remblais alternés sont successivement du sable gris-vert (US 366), du sable ocre (US 365), un niveau gris, riche en galets, qui disparaît rapidement vers l’est (US 369), du sable gris-vert à nouveau (US 364), du sable ocre orangé, avec quelques petits cailloux (US 363), du sable vert avec quelques galets (US 362), qu’il faut identifier à l’US 1274 du sondage 07.4 ci-dessus. En surface, la terre végétale est encore riche de galets, qui proviennent de l’érosion agricole de l’US 362-1274, encore conservée sous le chemin à l’altitude de 189,78 m.

291Les travaux agricoles ont en effet écrêté la partie supérieure de ces remblais, qui n’est plus conservée aujourd’hui, en dehors du chemin qui en a assuré la préservation, qu’à une altitude supérieure variant de 189,30 à 189,40 m suivant les points de mesure.

292Une bande peu régulière de tuiles et de blocs ou de dalles de calcaire, large de 0,50 m à 1 m, semble en outre former une délimitation sommaire de l’emprise de la bande latérale occidentale de la voie. Ces éléments ont été installés, à une altitude d’environ 188,98 m, au cours des apports de remblais, mais antérieurement à l’ouverture de la saignée no 322 (voir p. 94). Un phénomène comparable, quoique plus systématique, a été observé sur cette même voie de Lyon vers le nord, à la sortie de Lyon (Frascone 1999 : 24-27).

293La largeur de cet ensemble de remblais stratifiés et du nucleus qu’ils recouvrent dépasse les onze mètres. La voie présente donc ici des particularités remarquables. Sa largeur est très supérieure à celle qu’on a pu évaluer à l’extérieur de la terrasse des horrea ; sa structure est également différente puisque le radier de la voie est, au nord de la terrasse, constitué d’un remblai, homogène et non stratifié, de gravier ocre jaune, sur 0,80 m d’épaisseur au maximum, calé entre des talus argileux. Mais sa fonction est également différente, puisque la voie, construite en même temps que la terrasse, lui sert de contrebutement à l’est.

1.5.2.4. La voie dans la partie méridionale de la terrasse : le sondage 05.4/5

294L’ouverture du sondage 05.5 (fig. 92) nous a permis d’étudier à nouveau la voie en plan et en coupe. On y distingue trois zones, une bande de roulement médiane, un talus à l’est et une bande latérale à l’ouest. D’un point de vue fonctionnel, la bande latérale occidentale est séparée de l’aire de service par un caniveau (no 482). Mais, d’un point de vue stratigraphique, les deux ensembles, nous le verrons, sont constitués en même temps.

Fig. 93 - Coupe du radier de la voie dans le sondage 04.1 : au premier plan, les apports de remblais constitutifs de la bande latérale de la voie, au second plan, nucleus assurant la fondation de la bande de roulement. L’érosion agricole a sabré les niveaux supérieurs de la voie (cliché : J.-Cl. Béal).

295La bande de roulement médiane est large ici d’environ 5,50 m. Son niveau de circulation n’est pas conservé, mais nous avons retrouvé son support, observé sur une hauteur de 0,77 m seulement, jusqu’à l’altitude minimale de 188,63 m (fig. 94). Il apparaît constitué de lits de graviers très solidement compactés (fig. coul. 14), au point qu’on peine à les ouvrir à la pioche : on comprend qu’on ait pu parler de « bétonnage », alors même qu’il n’y a aucun liant au mortier de chaux. L’US 507, de galets en lits feuilletés, dont le sommet se trouve, sous la terre végétale, à l’altitude de 189,33 m, repose sur un niveau de galets et de graviers (US 649) ; l’US 517, de même composition que la précédente dont elle est seulement séparée par un damage à l’altitude de 189,14 m, est calée sur un lit de galets et de graviers rosés (US 650) ; l’US 533, identique, dont le sommet marqué par un damage partiel se trouve à une altitude moyenne de 188,88 m, forme au bord de la tranchée no 535 un bourrelet qui atteste que la saignée était pleine quand s’est déroulé le damage de l’US 533. Elle repose sur un niveau de galets tassés et de graviers (US 651), et lui-même sur un remblai de graviers ocre jaune (US 652).

  • 27 Sous cette appellation générique sont désignés des calcaires bathoniens de la vallée de la Saône pr (...)

296D’orientation est-ouest, et donc perpendiculaire à l’axe de la voie, une saignée no 535 (fig. 94, 95 et fig. coul. 14), large de 0,40 à 0,50 m, interrompt ces niveaux compactés ; elle n’est pas strictement verticale, mais son axe incline de quelques degrés tantôt vers le nord, tantôt vers le sud. Son extrémité orientale est en biseau, à l’inverse de son extrémité occidentale, droite. Son comblement, à la partie supérieure, se distingue mal par endroits de l’US 507, sans doute du fait de l’effondrement progressif des bords de la tranchée ; il est fait plus bas d’une terre brun sombre (US 516 bis). À sa base, on rencontre (fig. 95 à gauche), émergeant sur le remblai limoneux à une altitude moyenne de 189 m, des blocs de roches magmatiques (L. : 0,20-0,40 m), entre lesquels apparaissent des négatifs de poteau de forme irrégulière (L. : 0,17 x 0,25 m environ), délimités par de petites dalles de calage en calcaire de Lucenay27 plantées verticalement. Le fond de ces négatifs, dont trois ont été repérés, à des intervalles irréguliers, se trouve vers l’altitude de 188,45 m ; les négatifs traversent l’US 516 bis.

297Un décapage plus extensif de la surface de la voie, que nous n’avons pu faire, aurait permis de savoir si le phénomène était ou non ponctuel. Il faut en tout cas le comprendre comme un dispositif constructif. Entre des poteaux plantés verticalement, des traverses horizontales sont calées ou clouées, peut-être au fur à et mesure que le remblai est apporté ; elles vont d’une bande latérale à l’autre. Le dispositif permet de compacter lourdement le remblai à l’intérieur d’un espace défini : un dispositif un peu comparable, en caissons de pierre, a été observé sur la même voie, à la sortie de Lyon (Frascone 1999 : 24-26, fig. 12-14 et fig. 16). Ces observations excluent en tout cas que les niveaux successifs d’apport et de damage correspondent à des états successifs de la voie : il s’agit bien d’étapes techniques dans la construction d’un même radier.

Fig. 94 - Coupe du radier de la voie dans le sondage 05.5 : de part et d’autre de la tranchée no 535 se superposent les niveaux de galets damés ; le sondage a été arrêté au sud vers 189 m d’altitude (dessin : Ch. Pheulpin ; mise au net : R. Laurendon et E. Regagnon).

Fig. 95 - Dispositif de calage au fond de la tranchée no 535 ; à droite, le niveau d’ouverture de la saignée dans l’US 507 est conservé (dessin : C. Barrancos ; mise au net : E. Regagnon).

298À l’est de la bande de roulement, a été rapporté un talus (fig. 96) décapité aujourd’hui comme la voie elle-même. Le terrain encaissant est caractérisé par une alternance de lits de graviers ocre (US 505-588) ou de sable graveleux (US 595) et de sable fin (US 596, 594, 593) dont la teinte grise dénote l’action humaine. Il a été ici entaillé pour recevoir d’abord des niveaux de sable (US 589 et no 590) destinés à fournir l’assise de la bande de roulement et des trous de poteaux de la tranchée no 535 ; à ces niveaux s’adossent à l’est des apports de grosses pierres et de briques mélangés à du sable limoneux (US 591 et 592), inclinés de l’ouest vers l’est. Une dalle de marne verte (US 506), épaisse d’une trentaine de centimètres, stabilise enfin la base du talus. Dans son principe, ce talus est comparable à celui qu’on observe plus au nord, d’abord dans le sondage 03.3, puis dans le sondage 03.5 (voir p. 46).

299À l’ouest, sous le niveau d’arasement des vestiges, la bande latérale est d’abord recouverte d’une terre jaune-beige sablo-limoneuse (US 451-473) [fig. 100]. Le passage du caniveau no 480-458 y est visible, mais elle se poursuit au-delà à l’ouest, et comble en fait la dépression, dans laquelle le caniveau est installé, à l’articulation fonctionnelle entre l’emprise de la voie et celle de l’aire de service. L’altitude supérieure de cette US est de 189,39 m à la limite orientale du sondage 05.4, et baisse vers 189,29 m vers le centre de ce sondage.

300Parmi le mobilier de cette US, on retiendra (fig. 76) un pendentif de harnais en bronze (05.4, lot 03), à tête de chien (Parallèles : Unz, Deschler-Erb 1997, « Pferde geschirranhänger », no 1342 avec autres réf. : Bishop 1988). Le mobilier céramique invite à dater cette US d’une période couvrant le IIe siècle et le début du IIIe siècle, et à y voir une recharge, ponctuellement épargnée ici par l’érosion agricole, et postérieure à l’installation de la terrasse artificielle.

301Sous l’US 451-473 apparaît une superposition d’apports de remblais de carrières (fig. 100), à peu près vides de mobilier archéologique, observés dans le sondage no 482, à la limite entre les deux espaces que sont la bande latérale de la voie et l’aire de service (fig. 97). L’US 450, de gravillons ocre jaune damés, offre une surface damée (fig. 86). Elle est présente sur l’ensemble du sondage et, sectionnée en deux tronçons par le passage du caniveau no 480, elle remonte à ses deux extrémités : l’origine du déversement ne peut être définie. L’US 628, de limon jaune-vert, présente les mêmes caractéristiques. Les US 629, de gravillon jaunâtre, no 630, de sable rosé et no 631, de sable foncé, s’épaississent de l’est vers l’ouest et ont été déversées en nappes depuis l’ouest ; leur extrémité orientale a été sectionnée lors de la création du caniveau no 480. Les US 632, de limon jaune et no 633, de sable gris, observées sur toute l’emprise du sondage, sont communes aux deux espaces ; la surface de l’US 632 a été entaillée lors de la création du caniveau no 480. Ces deux US ont été déversées depuis l’est, comme sans doute les US 634, de gravillon ocre jaune, no 635, de sable beige, partiellement observées à la base du sondage, arrêté à l’altitude minimale de 188,40 m.

Fig. 96 - Talus oriental de la voie dans le sondage 05.5 (dessin : T. Bissuel ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 97 - Localisation des coupes à l’articulation de la bande latérale de la voie à l’est et de l’aire de service à l’ouest : en A, perpendiculairement aux caniveaux no 458 et no 480 (sondage 05.4/5) ; en B, perpendiculairement à la saignée no 315 (sondage 04.1) ; en C, perpendiculairement aux fossés no 899-900 (sondage 06.1) [DAO : E. Dumas].

302L’imbrication des US, déversées tantôt depuis l’est et tantôt depuis l’ouest (fig. 101), montre sans conteste que l’aménagement de la route et celui de la terrasse appartiennent à un seul et même chantier. Une observation analogue peut être faite dans le sondage 04.1 (fig. 99).

1.5.2.5. Caniveaux et système drainant à l’articulation de la voie et de l’aire de service

303À l’articulation de la voie et de l’aire de service, trois sondages ont permis d’observer la présence de systèmes divers d’évacuation de l’eau, orientés nord-sud.

304Au nord, dans le sondage 06.1 (fig. 97, C), une tranchée ouverte dans le remblai a révélé deux structures superposées (fig. 98). La plus récente est un fossé en V no 899 (l : 0,97 m environ à son niveau d’arasement ; altitude minimale vers 189,22 m), qui succède à une première structure no 900 (l. : 0,60 m ; le fond n’a pas été atteint), qui pourrait être un fossé à bords droits munis de planches. Le comblement des deux structures (US 671 pour le no 899, et US 672 pour le no 900) est un mélange hétérogène de sable, de graviers et de galets sans mobilier. Leur trace n’a pu être suivie au-delà de la tranchée, ni le terrain naturel atteint.

Fig. 98 - Système drainant à l’articulation de la voie et de la terrasse dans le sondage 06.1 : (dessin : J. Bohny ; mise au net : Regagnon).

305Ils séparent aussi des apports de remblais différents à l’ouest et à l’est. Le fossé no 899 sépare l’US 674 à l’ouest, de sable jaune, de l’US 673 à l’est, de graviers et galets. À l’ouest du fossé antérieur no 900, alternent, en minces couches, les US 677 à 681, tantôt sableuses, tantôt graveleuses, tandis qu’à l’ouest une couche plus épaisse de sable jaune (US 675), recouvre l’US 676, de sable, graviers et galets. Techniquement, il est peu vraisemblable que ces aménagements aient été installés avant les apports de remblais faits de part et d’autre : ils doivent donc se substituer à un autre marquage, constructif, de la limite entre les deux espaces et vraisemblablement à la jonction d’apports de remblais déversés depuis l’ouest pour les uns, et depuis l’est pour les autres (fig. 101). Il n’est pour autant pas démontré que la surface des US 677 et 675, sans damage et sans mobilier, ait constitué un niveau d’usage permanent de la terrasse dans son premier état plutôt qu’un arrêt provisoire de chantier.

306Dans le sondage 04.1 (fig. 97, B), plusieurs dispositifs ont été rencontrés.

307Large de 0,15 m environ, la saignée no 315 (fig. 99), conservée ponctuellement, est peu profonde (moins de dix centimètres en l’état ; altitude du fond : 189,16 m). Elle a été conduite à la jonction entre le radier no 250 de la voie et niveau damé no 254 de l’aire de service. Son comblement n’a pas livré de mobilier.

  • 28 On observera au passage ici, à nouveau, l’imbrication des apports de remblai no 349 et 355, déversé (...)

308À une trentaine de centimètres à l’est, la saignée no 322, est une tranchée en U large de 0,20 m environ, pour une profondeur de 0,25 m en l’état (altitude du fond : 188,98 m) ; son niveau d’ouverture sous la terre végétale n’est pas connu. Elle perfore le radier de la voie et la couche de sable gris vert qui le supporte (no 349). Son comblement est une terre noire (US 323), dans laquelle nous avons retrouvé plusieurs clous, sans remarquer cependant de régularité d’espacement dans la petite portion que nous en avons étudiée. Elle n’apparaît plus en l’état contre le bord septentrional du sondage 04.128, où c’est un fossé en V dégradé qui marque l’articulation de l’aire de service et de la voie (fig. 72).

Fig. 99 - Système drainant (no 315 et no 322) à l’articulation de la voie et de la terrasse dans le sondage 04.1. On observera l’imbrication des apports de remblai no 349 et 355, déversés depuis la voie à l’est et des US 283 et 254 de l’aire de service (dessin : J. Bohny ; mise au net : E. Régagnon).

309Au sud enfin, dans le sondage 05.4/5 (fig. 97, A), deux caniveaux superposés ont été observés.

310À l’état récent de la terrasse appartient le caniveau no 458 (l. 0,50 m), conduit à travers la recharge no 473 (fig. 100). Il était sans doute délimité par des planches, comme nous l’avons vu plus au nord, dans le sondage 03.5, mais nous n’en avons pas ici trouvé la preuve. Le comblement de la partie inférieure est fait d’un sable limoneux brun homogène ; on rencontre à la partie supérieure un comblement un peu plus argileux (US no 483).

311Au premier état se rattache le caniveau no 480, aménagé dans une tranchée qui coupe les niveaux antérieurs jusqu’à l’US 632 (fig. 101). Les bords de cette tranchée sont équipés d’une bordure de pierres calcaires blanches, qui affleure au sommet de l’US 450 ; mais le caniveau n’a ni couverture ni fond construits, et évacue les eaux de ruissellement dans le sous-sol sableux. L’altitude de sa base se trouve vers 188,60 m. Au nord du sondage dans lequel il a été observé, sa trace se perd rapidement ; au sud, à la jonction des sondages 05.4 et 05.6, le caniveau apparaît d’abord dégradé, avec des blocs en désordre ; on en perd la trace au-delà du fossé no 509. Il n’a pas été reconnu dans la tranchée 92.1 conduite par D. Frascone, à l’extérieur de l’emprise de la terrasse.

312On observe donc, sur la marge entre la bande latérale de la voie et l’aire de service, deux séries de dispositifs drainant qui sectionnent les strates de remblai et s’appuient aux niveaux de damage ou de circulation ; le fond de ces structures suit une pente générale du nord vers le sud. Mais ces dispositifs sont divers (caniveaux construits en pierres ou non, saignée, fossé) et semblent être des structures assez ponctuelles, destinées à concentrer les eaux de ruissellement et à les envoyer dans le sous-sol, plus qu’à les acheminer dans un tracé continu vers l’extérieur de la terrasse. En l’état actuel du connu, l’attribution de ces deux séries d’aménagements ponctuellement observés à deux phases d’évolution de la terrasse doit donc rester une hypothèse.

1.5.2.6. Le fossé no 509

313Dans la partie méridionale du sondage 05.4, nos fouilles ont mis au jour, à peu près dans l’axe de la tranchée no 535 de la voie (fig. 92), un fossé (no 521 bis-509) d’orientation est-ouest (fig. 102).

314Les traces en sont d’abord fugaces. Il semble que le fossé prenne naissance immédiatement au bord de la voie, où il nous apparaît aujourd’hui creusé d’une vingtaine de centimètres dans l’épandage de terre no 451-473 : il passe ainsi à un niveau de fond (vers 188,90 m environ) égal à celui des dalles qui habillent les bords du caniveau no 480, sectionnant la partie haute du caniveau sans lui servir d’exutoire. Son comblement est fait de terre grisbrun homogène et assez fine (US 519) ; il est à placer dans les années 80-110.

315Plus à l’ouest (fig. 103), il s’enfonce en sectionnant le niveau de damage de l’US 450 à partir de l’altitude de 189,01 m, et sa trace se dessine assez nettement. Sa largeur atteint 1,68 m, et il est creusé nettement dans le limon rosé sous-jacent à l’US 450, en V très ouvert, jusqu’à la profondeur de 188,33 m (soit un dénivelé de 0,57 m sur 1,20 m de longueur). Son comblement est alors fait de terre brune au fond (US 512), puis d’une terre gris-brun (US 511) qu’on identifiera à l’US 519 ci-dessus.

316À son sommet apparaît une bande d’argile jaune (US 510) large seulement de 0,85 m, qui en occupe l’axe médian. C’est la partie basse subsistant d’un comblement supérieur arasé. Au reste, le mobilier issu des US 510-512 semble appartenir à une période allant du milieu du IIe siècle au IIIe siècle.

317Ce fossé pourrait matérialiser la limite méridionale de l’aire de service (fig. 92). En tout cas, plus au sud, les apports de remblais sont moindres, ce qui est perceptible jusque dans la topographie actuelle qui fait ressortir là une dénivellation de plus de 0,50 m. Ils sont également moins compactés. Dans cette hypothèse, le damage très dense de la bande de roulement observé particulièrement de part et d’autre de la saignée (no 535) de la voie participe d’un aménagement constructif destiné à mettre en valeur l’entrée de cet espace particulier.

318À l’ouest cependant, dans le sondage 05.2, nous n’avons pas identifié le passage du fossé, soit qu’il change d’orientation dans la limite de fouille, soit qu’il s’y achève lui aussi en puits perdu, ce qui expliquerait la rapidité de son approfondissement.

Fig. 100 - Articulation de la bande latérale de la voie à l’est et de l’aire de service à l’ouest dans le sondage 05.4 (dessin : S. Bézault ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 101 - Articulation de la voie et de l’aire de service dans le sondage 05.4 : déversement croisé des apports de remblais et superposition des états successifs du caniveau (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 102 - Fossé no 509 à la limite méridionale de la terrasse artiicielle (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 103 - Comblement du fossé no 509 (dessin : J. Bohny ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 104 - Bâtiment no 1543 : à droite, tranchées de récupération du mur no 299 et du mur no 1407 ; à gauche, tranchée de récupération du mur no 1442. Au second plan, nappe de marne no 1402c (cliché : J.-Cl. Béal).

1.5.3. LES BÂTIMENTS DE LA FAÇADE OCCIDENTALE DE LA TERRASSE

319Plusieurs bâtiments ont été partiellement reconnus dans les différents sondages ouverts à proximité ou sur l’emplacement du chemin des Gaulois. Du nord au sud, on distingue deux bâtiments indéterminés, puis deux greniers sur piliers maçonnés ; d’autres devaient les compléter, qui sont restés hors de l’emprise des fouilles ou étaient dans celle de la tranchée de la voie ferrée. Ils ont pour caractéristique commune d’avoir été pour la plupart construits pendant l’édification de la terrasse. On n’en connaît que la partie la plus orientale.

1.5.3.1. Les bâtiments indéterminés

Le bâtiment no 1543

320Ce bâtiment a été partiellement fouillé dans les sondages 04.11 et 09.1. Le regroupement des données recueillies permet de faire apparaître un bâtiment, connu partiellement à travers ses murs périmétraux et plus encore leurs tranchées de récupération, mais dont les niveaux de circulation intérieur et extérieur ont disparu (fig. 91).

321Dans le sondage 04.11 est apparu, à l’altitude de 189,10 m en moyenne, le niveau d’arasement sous la terre végétale, de la tranchée d’épierrement (no 405) d’un mur d’orientation est-ouest. Large de 1,50 m, elle faisait un coude à 90 ° vers l’ouest, pour rejoindre le mur no 299.

322De ce mur, d’orientation nord-sud, ne subsiste qu’un segment au sud, long de 1,50 m environ (l. : 0,38 m), et, principalement, la tranchée de récupération no 1423, suivie en direction du nord dans le sondage 09.1 (fig. 77) : la longueur totale de la paroi d’un angle à l’autre était d’environ 7,50 m. La base du mur no 299, à l’altitude de 188,69 m, est faite de gros blocs sommairement équarris, formant sur sa face occidentale, d’une assise conservée sur l’autre, un léger retrait vers l’est, sans qu’on puisse véritablement isoler le passage de la fondation à l’élévation ; puis l’élévation du mur est faite de lits alternés de moellons en calcaire régional de Lucenay, de blocs de quartzite, de tuiles et de briques de terre cuite, liés par un mortier de terre. Sur sa face orientale (fig. coul. 15), le mur est parementé sur toute sa hauteur conservée. Plus au nord (fig. 104), la largeur de la tranchée de récupération no 1423 est de 0,40 à 0,60 m suivant les points de mesure. Le fond de cette tranchée en U se trouve vers 188,60 m d’altitude ; un épandage de mortier maigre subsiste par endroits au fond de la tranchée.

323Formant avec la précédente un angle d’environ 80 °, la tranchée no 1407 (fig. 77), également en U, a une largeur de 0,54 m au raccord avec la tranchée no 1423, de 0,40 m environ contre le bord occidental du sondage, où son fond est à 188,71 m d’altitude, soit 0,11 m plus haut qu’au raccord avec la tranchée no 1423 ; elle s’ouvre sous la terre arable (fig. 79).

324Le bâtiment no 1543 s’inscrit donc dans une forme trapézoïdale. Il est construit au fur et à mesure de l’élévation de la terrasse artificielle, si bien que, comme nous l’avons vu (voir notamment p. 81), ses murs sont calés par les apports successifs de remblais sableux ou marneux. Les niveaux de circulation dans et autour du bâtiment ont disparu.

325Au sud et à l’est de ce bâtiment, subsistent deux fondations approximativement carrées (0,87 x 0,85 m) et maçonnées, sommairement alignées sur la façade du grenier no 582, et deux segments appartenant à deux murs différents ; les uns et les autres sont les lambeaux de constructions fondées dans le remblai de la terrasse et postérieures à son édification. Au nord du bâtiment no 1543, on ne peut davantage interpréter un autre lambeau de mur, construit comme lui pendant l’édification de la terrasse et parementé jusqu’à sa base.

Le bâtiment no 673

326La partie septentrionale du sondage 05.1, aujourd’hui sous le chemin des Gaulois, a permis d’observer sous la terre végétale des constructions très dégradées. Elles peuvent appartenir à un bâtiment no 673 (fig. 92 et 105), dont le schéma d’organisation nous échappe presque entièrement.

Fig. 105 - Plan des structures conservées du bâtiment hypothétique no 673 (relevé : J.-Cl. Béal ; mise au net : E. Dumas).

327Un premier mur (no 468) d’orientation nord-sud a pu être observé sur 7,50 m de longueur, quoiqu’il puisse être restitué sur une quinzaine de mètres : oblique par rapport au sondage, il se perd en effet dans la berme occidentale du sondage, et est épierré du côté méridional. Son altitude maximale conservée ne dépasse pas 189,70 m. Sa largeur en élévation, construite en moellons de calcaire et blocs divers, varie de 0,56 m à 0,60 m, pour une fondation large de 0,83 m, dont le sommet, à 189,60 m, est marqué par un ressaut de chaque côté du mur. Cette large semelle est supportée par des blocs minces posés sur champ, ou des fragments de tegulae et de briques : ils sont jetés sans mortier dans une saignée creusée dans le remblai sableux, et sont recouverts d’une couche de mortier dans laquelle les blocs de fondation sont pris. En deux points, la surface du mur présente des zones de lissage, à des altitudes différentes (189,62 m au nord, 189,49 m au sud), qui peuvent être les négatifs de blocs de grand appareil, ou d’un autre type de support, disposés à 2,70 m l’un de l’autre, d’axe à axe : ce pourrait être, dans une maçonnerie légère, des renforts destinés à recevoir la poutraison des parties hautes du bâtiment, ou l’emplacement des jambages d’une porte.

328Un second mur (no 467), plus récent, lui est accolé à l’est, couvrant notamment son ressaut oriental de fondation. Il a été très largement épierré en direction du nord. Dans sa partie méridionale, conservée, il est plus étroit (l. : 0,42 m) que le mur précédent et conservé à une altitude maximale de 189,70 m au sud. Il ne comporte pas de ressaut de fondation. Son mode de construction inclut l’emploi de tegulae, notamment au niveau d’arasement du mur. À l’est, son parement a reçu une mince couche d’enduit, conservée sur 5 cm de hauteur au maximum, et dont la base est prise dans le support argilo-marneux du sol no 514.

329Ces deux murs, dont l’orientation n’est pas rigoureusement orthogonale au bâtiment no 582, courent au total sur près de dix-huit mètres, sans qu’on y observe de retour. À l’est, et dans l’espace compris entre l’extrémité méridionale observée du mur no 467 et le bâtiment à piliers no 582, le remblai antique est mal stabilisé, et comporte des bosses et des zones d’affaissement, qui ont permis que soient conservés ponctuellement des niveaux archéologiques ailleurs disparus. Ainsi subsiste l’US 514, lambeau d’un sol léger de mortier de chaux, épais de 1 à 2 cm, dont l’altitude ne dépasse pas 189,67 m. On a cherché ponctuellement à compenser les affaissements du sol par des recharges de débris de briques. Un petit matelas de marne verte, épais de 2 à 3 cm, sert de radier sommaire au sol de mortier, et s’épaissit vers le nord, où il est remplacé par un lit d’argile : on est ici au sommet des remblais de la terrasse artificielle. Ces aménagements de sol sont recouverts par l’US 455, sous la terre végétale, mélange de débris de mortier, d’enduits peints rouge, vert, blanc, et de tuiles, issu d’une démolition de bâtiment ; une zone incendiée y a été observée. Dès qu’on sort de l’emprise du chemin vers l’est (sondage 05.7), l’érosion agricole a détruit les niveaux archéologiques jusque vers 189,60 m. La limite orientale du sol no 514 n’est donc pas connue, et les éventuelles structures construites ont été emportées.

330Vers le sud, deux lambeaux d’un boudin de mortier s’alignent dans une orientation est-ouest, à une quarantaine de centimètres de l’extrémité conservée du sol no 514, et à 0,25 m de la face septentrionale du pilier no 466. Dans ce dernier intervalle, des charbons de bois et des clous forment une ligne à peu près continue entre les deux bermes du sondage. Il est donc possible qu’il y ait eu là une cloison ou une sablière basse, posée sur quelques dalles de pierre rapportées contre la face septentrionale du pilier à l’altitude de 189,53 m. Cet aménagement ponctuel pourrait clore au sud l’espace défini par le mur no 467 et le sol no 514.

331Au vu de ces données, on ne peut proposer qu’une lecture hypothétique de ce secteur. Mitoyen du bâtiment no 582 et aménagé sans doute dans un second temps sur le remblai de la terrasse artificielle, s’ouvrirait un espace allongé du sud au nord, sur plus de 18 m. Fermé par un mur léger au sud, il devait l’être à l’est par une structure dont la trace aura disparu. En tout cas, la présence du sol no 514, qui ne peut être destiné à un espace à ciel ouvert, impose qu’on la restitue. Dès lors il peut s’agir d’un portique ou d’une salle adjointe à un bâtiment. L’étirement de cet ensemble sur 18 m n’est pas sans rappeler celui du bâtiment no 886 dans la partie septentrionale du site : il pourrait s’agir ici aussi d’un entrepôt à nefs multiples ouvrant au nord.

1.5.3.2. Les « greniers aériens » sur piliers maçonnés

332Les entrepôts de ce type (fig. 106) sont des édifices rectangulaires à plusieurs nefs, comportant au moins, au centre, une nef étroite, qui permet la circulation, et de part et d’autre une nef plus large aménagée pour le stockage. Les nefs latérales sont divisées de facto en travées transversales par la présence des supports de la charpente. En façade se trouve un quai de manipulation abrité (fig. 107).

333Les murs périmétraux et le niveau de plancher sont posés sur des sablières et une charpente reçues sur des poteaux ou des piliers porteurs, ce qui permet une bonne aération sous les bâtiments, mieux isolés en outre contre les attaques des insectes. Ces « greniers aériens » (Varron, Res Rusticae I, 57 : granaria sublimia ; Vitruve, VI, 4 : granaria sublimata ; Columelle, I, 6, 16 : horreum pensile ; Pline, XVIII, 73 : granaria lignea columnis suspen [sa]) sont en effet plus particulièrement destinés au stockage de denrées craignant l’humidité, grains notamment, mais pas exclusivement. Ils ont particulièrement été étudiés dans les contextes militaires (Rickman 1971 : 213-290 ; Manning 1975 ; Gros 1996 : 474 ; Reddé et al. 2006 : 111-113 : type 1).

Fig. 106 - Dessin de restitution d’un grenier aérien en bois (Manning 1975 : fig. 3).

Fig. 107 - Greniers aériens en bois : différentes hypothèses de restitution des quais de manœuvre (Manning 1975 : fig. 4).

Le grenier no 582

Des piliers maçonnés

334De ce grenier, on connaît le quai de chargement et l’amorce de la première travée (fig. 108). En façade, à l’est, il comporte le pilier maçonné (no 165), qui avait déjà été signalé par P. Treppoz en 1971, et deux bases de piles de briques (no 163 et no 574). Un second pilier maçonné, symétrique du pilier no 165, avait sans doute été mis au jour par L. Foillard (fig. 12, no 8) et identifié alors sommairement comme un « mur » ; il a été détruit par les travaux agricoles.

335Du pilier de pierres maçonnées no 165 (fig. 109), on connaît la fondation, déversement de maçonnerie dans une excavation grossièrement circulaire ouverte sur plus de 1,45 m de hauteur (rapport Treppoz 1971 : 3e p., pl. III) dans les remblais de la terrasse artificielle. À partir de 189,32 m d’altitude, en revanche, au niveau du ressaut de fondation, le pilier est construit en technique d’élévation, et parementé en opus vittatum, avec des moellons en calcaire de Lucenay (H. : 0,07 m en moyenne ; L. pouvant atteindre jusqu’à 0,40 m). Sa forme est alors celle d’un T dont la haste horizontale (1,40 x 0,68 m) serait orientée est-ouest, et perpendiculaire à la haste droite, très dégradée (L. de l’ordre de 0,67 m). Il comporte d’abord deux premières assises, puis, à 189,48 m, un nouveau ressaut rétrécit sa largeur. Il est conservé jusqu’à 189,69 m d’altitude.

336Alignées sur l’haste droite du pilier no 165, les deux bases de piles de briques (fig. 108) no 163 (0,60 x 0,40 m) et no 574 (0,55 x 0,54 m) sont faites de fragments de tuiles posés à plat pour la plupart, et maçonnés, en deux ou trois assises. L’entraxe entre les deux piles est de 4,75 m et de 5,50 m environ entre le pilier no 165 et la pile no 163 ; on supposera une largeur équivalente, du reste compatible avec le plan Mortamet, entre la pile no 574 et le pilier disparu depuis les travaux de L. Foillard. Les remblais de la terrasse artificielle viennent buter contre la pile no 574, qui a été construite au fur et à mesure du remblaiement ; la construction de la pile no 163 a pu faire l’objet d’un léger creusement. Les deux bases sont conservées jusque vers l’altitude maximale de 189,56 m.

337Une seconde ligne de piliers, tous en pierres maçonnées (fig. 108), limite la travée, à 3,50 m environ d’axe en axe, à l’ouest de la première ligne. On y rencontre, du nord au sud, le pilier en T no 466, puis deux piliers carrés no 498 et no 461. Enfin, le négatif du quatrième pilier, disparu depuis les travaux de L. Foillard, a été observé au sud. Les entraxes de ces piliers sont comparables à ceux de la façade.

338Le pilier en T no 466 (fig. 88 et 110) présente une très large fondation de maçonnerie déversée dans un creusement du remblai jusqu’à l’altitude supérieure de 189,16 m.

Fig. 108 - Partie orientale du grenier no 582 (DAO : E. Regagnon).

Fig. 109 - Grenier no 582 : pilier en T no 165 partiellement récupéré (cliché : S. Mayoud).

339Cette fondation a fait l’objet d’une reprise en cours de chantier (fig. 110). En effet, dans la partie septentrionale, une tranchée en V a été ouverte dans le remblai, s’enfonçant jusqu’à l’altitude de 188,77 m au moins, en coupant le dispositif de drainage no 578 bis étudié ci-dessus. Elle a permis d’intervenir sur cette partie de la fondation. En effet, sur 0,50 m de hauteur, la fondation, une fois déchaussée, a été habillée de blocs de roche magmatique (L. pouvant dépasser 0,35 m) liés au mortier blanc distinct du mortier beige du pilier. Ces blocs forment alors un parement oblique de l’est vers l’ouest qui élargit le massif de fondation vers sa base, au lieu qu’il s’amincisse en profondeur. Cette reprise en cours de chantier est antérieure à la construction de l’élévation, comme le montre le fait que le niveau de chantier no 521 lié à l’élévation couvre l’ensemble de la fondation et passe sur le rebouchage de la tranchée.

340Deux assises au-dessus du sommet de la fondation, le pilier, large alors de 0,65 m à l’ouest, présente un ressaut d’élévation formant un retrait de 0,06 m à 0,10 m (fig. 111) ; à l’est, il s’engage dans la limite de fouille où il a été dégradé : sa longueur, supérieure à 0,95 m, reste indéterminée, celle de sa haste droite est de 0,55 m. L’élévation du pilier est conservée jusque vers 189,81 m d’altitude. Les remblais de la terrasse artificielle viennent buter contre l’élévation du pilier, et notamment, vers 189,36 m, soit une vingtaine de centimètres au-dessus de la semelle de fondation, un niveau d’éclats de taille (US 521) issus du façonnage des moellons.

341La fondation du pilier no 498 (fig. 112), en blocs de roche magmatique liés au mortier, a été menée à travers le remblai. Elle forme une large semelle (1,30 m dans le sens est-ouest, contre 1,20 m dans le sens nord-sud) jusqu’à l’altitude de 189,19 m, sur laquelle l’élévation est posée. Au passage de la fondation à l’élévation, le ressaut est fort et dissymétrique (fig. 113) : 0,40 m à l’ouest, 0,13 m à l’est, 0,24 m au sud, et 0,20 m au nord. Le pilier est conservé en élévation, sur deux assises de moellons en calcaire de Lucenay, jusqu’à l’altitude de 189,34 m. Il est large de 0,77 x 0,75 m à son sommet conservé ; mais le négatif d’un scellement d’assises au mortier y montre que sa taille se réduisait ensuite, par un ressaut d’élévation un peu plus large à l’ouest (0,10 m) qu’ailleurs (0,07-0,08 m). Les deux assises d’élévation conservées ont été construites avant qu’on ne rapporte contre elles les niveaux de remblais qui couvrent la semelle de fondation. Après l’abandon du bâtiment, les récupérateurs de matériau ont creusé une fosse que l’US 469 vient ensuite combler ; cette dernière ne comporte pas de mobilier datant.

Fig. 110 - Grenier no 582 : pilier en T no 466 (cliché : J.-Cl. Béal).

342De même, la fondation du pilier no 461 a été menée à travers le remblai et forme une large semelle, vers l’altitude de 189,08 m. Au passage de la fondation à l’élévation, le ressaut est dissymétrique : 0,20 m à l’ouest, 0,08 m à l’est, 0,18 au nord, et 0,09 m au sud. De l’élévation, deux assises de moellons en calcaire de Lucenay sont conservées, jusqu’à l’altitude de 189,37 m (fig. 115). Le pilier est large alors de 0,82 x 0,82 m ; mais au sommet, le négatif d’un scellement d’assises au mortier (fig. 114) montre que sa taille se réduisait ensuite, par un ressaut d’élévation, large de 0,08 m au sud et à l’est, mais qu’on ne peut évaluer ailleurs. Comme pour les deux piliers précédents, les deux assises d’élévation conservées ont été construites avant qu’on ne rapporte contre elles les niveaux de remblais qui couvrent la semelle de fondation : on doit en conclure que ce bâtiment, comme d’autres constructions de la terrasse, a été érigé pendant qu’on édifiait la terrasse elle-même et fait partie du projet initial d’aménagement de ce secteur.

343De l’existence du quatrième pilier, détruit lui aussi à la suite du sondage de L. Foillard dont nous avons retrouvé les limites, ne restent que des preuves indirectes. Deux niveaux d’éclats de taille ont été observés dans la stratigraphie relevée contre le bord méridional de ce sondage, à la base duquel une nappe de mortier pulvérulent et d’éclats de pierre permet de localiser la base de la fondation du pilier détruit (fig. 116).

Fig. 111 - Grenier no 582 : pilier no 466 : relevé en plan et en coupe (dessin : S. Priasso ; mise au net : E. Regagnon).

Fig. 112 - Grenier no 582 : pilier no 498 partiellement récupéré (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 113 - Grenier no 582, relevé en plan et coupe du pilier no 498 (DAO : E. Regagnon).

Fig. 114 - Grenier no 582, pilier no 461 (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 115 - Grenier no 582, coupe du pilier no 461 (DAO : E. Regagnon).

Fig. 116 - Plan linéaire des vestiges conservés du grenier no 582 (DAO : E. Regagnon).

Restitution et analyse

344Les données recueillies permettent de restituer un bâtiment entièrement sur piliers, qui comporte une nef centrale de 4,75 m d’entraxe, desservant deux nefs latérales de 5,20 m d’axe en axe. La largeur du bâtiment est donc de 15,15 m entre axes. Il est assis sur des piliers de maçonnerie, dont la largeur est inférieure ou égale à 0,50 m au niveau d’arasement des vestiges ; une réduction de la largeur par des ressauts successifs reste donc possible. Sur les hastes est-ouest des piliers en T no 165 et no 466, comme sur leurs homologues disparus au sud, étaient donc posées des sablières d’une largeur inférieure à 0,50 m ; il en allait de même de l’haste nord-sud du pilier no 466. Ces sablières recevaient des élévations de bois ou de terre et bois, mais la disparition des niveaux de circulation nous prive ici d’éléments discriminants. La largeur hors tout du bâtiment était au maximum de 15,70 m (0,275 + 15,15 + 0,275 m).

345La première travée à l’est, en façade, a une profondeur entre axes de 3,50 m. Mais elle forme le quai de manœuvre des marchandises sous auvent, ce qui explique la relative faiblesse des petites piles no 163 et 574, dans un espace qui ne sera pas soumis aux charges importantes qu’on rencontre à l’intérieur du bâtiment, dans les nefs de stockage. L’avancée des hastes est-ouest du pilier no 165 et de son homologue au sud peuvent recevoir des escaliers ou des rampes d’accès au quai (fig. 107).

346L’emprise des fouilles, limitée à l’ouest par la présence de la voie ferrée, ne nous a pas permis en revanche de faire apparaître une troisième ligne de piliers qui permettrait de mesurer la largeur des travées dans le bâtiment. Mais les données réunies par W. H. Manning (1975 : 108) montrent qu’à quelques centimètres près, l’écartement des supports est le même dans le sens de la largeur et dans celui de la longueur des nefs latérales : on restituera donc des travées réunissant deux cellules longues et larges de 5,20 m d’axe en axe, de part et d’autre de la nef médiane de circulation.

  • 29 Pour G. E. Rickman (1971 : 230), les greniers militaires de la Britannia sont un peu plus étirés qu (...)

347Enfin, la tranchée du chemin de fer a sectionné le bâtiment, dont on ne peut pas actuellement connaître la longueur : tout au plus peut-on esquisser une hypothèse et proposer un ordre de grandeur. En effet, dans une liste de vingt-quatre granaria militaires en bois dressée par Manning (1975 : 108) pour la Grande-Bretagne, le rapport entre la longueur et la largeur des granaria varie de 1 à 4,73 ; mais, pour la moitié des greniers, ce rapport se trouve entre 1,83 et 2,84, pour huit autres encore, entre 3,24 et 4,7329. On peut donc proposer, à titre d’hypothèse, que le bâtiment no 582 ait eu une longueur théorique comprise au moins entre 28,26 m (L./l. : 1,83) et 43,96 m (L./l. : 2,84). La longueur du bâtiment devant être un multiple de 5,20 m, une fois retirée la profondeur du quai (3,50 m), le grenier pourrait avoir comporté de cinq rangées (26 + 3,50 m = 29,50 m) à huit rangées (41,60 + 3,50 m = 45,10 m) de deux cellules, séparées par la nef de circulation.

  • 30 Pline (HN XVIII, 66) écrivait à peu près la même chose : voir le commentaire de ce passage, repris (...)

348Dans l’hypothèse où les denrées stockées seraient exclusivement des céréales, on peut pousser plus loin la spéculation. On admet en effet généralement que la couche de céréales répandue sur les planchers doit être, en moyenne, haute de 0,30 m pour que le stockage se déroule dans de bonnes conditions (Matterne 1998 : 118) : chaque cellule recevrait donc un volume de l’ordre de 7,5 m3 de céréales (5 x 5 x 0,30 m), ce qui correspondrait à six tonnes, sur la base d’une densité de 0,800 kg par litre (Matterne 1998 : 118 pour de l’épeautre ; 0,750 kg pour Comet 1992 : 389)30. La capacité de stockage du grenier serait comprise entre 60 tonnes (cinq rangées de deux cellules recevant chacune six tonnes de céréales) et 96 tonnes (huit rangées de deux cellules). Sur la base de 0,7 kg par personne et par jour, le grenier pourrait fournir l’approvisionnement annuel de 230 à 375 personnes.

  • 31 À Alle (Suisse : Demarez, Othenin-Girard 2010 : 393-394), l’évaluation des masses d’orge (avec une (...)

349On observera cependant qu’il faudrait multiplier cette capacité par deux si les nefs latérales du grenier comportaient un étage, ce qu’on ne peut exclure en l’état : à Pouzzoles par exemple, les céréales étaient stockées dans les étages supérieurs des entrepôts locaux (Virlouvet 2000 : 134-139 ; l’auteur mentionne d’autres cas, à Ostie et à Rome). Mais on observera aussi que ces quantités peuvent varier dans des proportions non négligeables suivant les denrées stockées et les modes d’évaluation adoptés31.

350Dans sa forme générale et son format, ce bâtiment renvoie en tout cas à la typologie des greniers militaires telle qu’on a pu l’établir à partir de sites des limes de Bretagne ou de Germanie notamment. Il se singularise cependant par l’utilisation de la maçonnerie à une époque, le dernier tiers du Ier siècle ap. J.-C., où les granaria du limes sont construits en bois (Manning 1975 : 105). C’est sans doute la nature du terrain dans lequel il est édifié qui explique d’abord cette particularité.

  • 32 L’effet de cisaillement serait encore plus fort si une partie de ces poteaux se prolongeait dans l’ (...)

351Le bâtiment est en effet fondé dans les remblais sableux et graveleux de la terrasse artificielle, matériau dont la cohésion est faible. Soumis aux mouvements internes des bâtiments, des poteaux de bois plantés dans les remblais les cisaillent progressivement32. Au contraire, le seul massif de fondation des piliers du grenier no 582 représente 1,5 à 2 m3 de maçonnerie, soit un volume conséquent, plus difficile à déchausser qu’un poteau, et un poids important, de l’ordre de trois à cinq tonnes environ par pilier.

352La hauteur des piliers de maçonnerie sous les supports des planchers qu’ils supportent ne peut pas être mesurée. Mais on sait que les planchers des greniers doivent être suffisamment surélevés par rapport aux sols environnants pour que la circulation de l’air y soit efficace. Les dispositifs de suspensurae connus à Ostie (Pavis d’Escurac 1976 : 246, note 31 : Grandi Horrea II, 9, 7, Horrea Antoniniani II, 2, 7, horrea anonymes I, VIII, 2), Rome, Djémila (Allais 1933) notamment, reçoivent de l’air par des fenestrons ouverts à la base des murs périmétraux, et ont une hauteur sous plancher de l’ordre de 0,40 m. Dans leurs restitutions des greniers aériens de Richborough et de Fendoch, J.-P. Bushe-Fox et I. A. Richmond ont respectivement retenu des hauteurs de poteaux sous la poutraison recevant le plancher à 0,50 m et 0,90 m (Manning 1975, fig. 2). On peut admettre que les piliers dépassent d’une cinquantaine de centimètres au moins au-dessus du niveau de circulation sur la terrasse.

353Enfin, à leur niveau d’arasement, ces piliers peuvent recevoir une poutraison large de 0,50 m au maximum ; elle peut être un peu inférieure à leur sommet, puisqu’on ignore quel est le nombre de ressauts d’élévation qui réduisent la largeur des piliers. Elle apparaît sensiblement supérieure à ce qu’on connaît du diamètre des poteaux de bois : ainsi à Usk (Grande-Bretagne), le diamètre des trous de poteaux des greniers est en général inférieur à 0,30 m, et compris le plus souvent entre 0,14 et 0,22 m (Mannig 1975, fig. 1). Les écar tements entre les poteaux sont, il est vrai, de l’ordre de 1,50 m et n’atteignent jamais ce qu’on observe ici (5,20 m). Selon les normes de la charpenterie traditionnelle (Denfer 1910 : 80), sur une portée de cinq mètres, des poutres à section carrée de 0,40 x 0,40 m suffiraient largement pour supporter, dans chaque cellule, six tonnes de charge, et le poids du plancher et des solives qui les reçoivent.

  • 33 Selon G. Blanchet (2002), les vents faibles à nuls représentent aujourd’hui le tiers des épisodes v (...)

354Si, de manière arbitraire, on retient l’altitude du sol no 514 (189,67 m) comme sommet de la terrasse, le plancher du grenier se trouverait donc au moins à 190,57 m d’altitude environ (189,67 + 0,50 + 0,40 m). Quelles que soient les incertitudes de ce genre de calcul et quelle que soit la hauteur précise du grenier no 582, on peut convenir au moins que l’édifice constitue un point haut du site et de ses environs. L’efficacité de la ventilation des denrées conservées en est renforcée, dans une région caractérisée par l’importance des brouillards et la faiblesse des vents33.

Un deuxième état du grenier no 582

355À l’est de la façade du grenier no 582, est apparu un groupe de cinq trous de poteaux (fig. 116) perçant les niveaux de remblais antérieurs, et dont les parois sont, à leur base au moins, habillées de fragments de tuiles : les no 154 (l : 0,50 x 0,30 m), 157 (diam. : 0,48 x 0,45 m), 170 (diam. : 0,52 m) et 186 (diam. : vers 0,50 m) sont apparus dans le sondage 04.2, le no 575 (diam. : 0,50 x 0,45 m ; fig. 117) dans le sondage 05.9 mitoyen au sud du précédent. On sait qu’à la limite méridionale de ce dernier sondage commence la perturbation liée aux fouilles de L. Foillard. Nous n’avons donc pas cherché si un autre trou de poteau se trouvait plus au sud encore ; au nord en revanche, il est acquis que le groupe ne se prolonge pas dans le sondage 05.7, mitoyen.

Fig. 117 - Extension du grenier no 582, trou de poteau no 575 (cliché : J.-Cl. Béal).

356L’espacement des entraxes des poteaux correspond aux largeurs des nefs du bâtiment no 582 : on mesure ainsi 5,20 m entre les trous no 154 et 170, comme entre les trous no 157 et 186, et 4,75 m entre les trous no 170 et 575. La ligne des trous de poteaux no 154, 170 et 575 s’écarte un peu de la façade du grenier (de 3,20 m au sud vers 3,75 m au nord), mais elle dessine devant elle un autre quai de manœuvre, tandis que la largeur de la travée limitée à l’est par les trous de poteaux no 157 et 186 passe de 4,25 m au sud à 4,75 m au nord.

357Il semble donc qu’on ait adjoint à la façade de l’entrepôt primitif une construction plus sommaire mais de même plan, reposant sur des poteaux porteurs. Le nombre de travées (une ou deux) ne peut être établi ; en tout cas, une seconde travée atteindrait les abords immédiats de la voie.

358Certains de ces trous de poteaux percent les remblais de construction de la terrasse, comme les piliers eux-mêmes. Mais les trous no 154 et 157 sont conservés jusqu’aux altitudes maximales de 189,76 m et de 189,68 m, perforant l’US 150 (voir p. 86). Or cette US 150 est un des rares lambeaux qui n’appartiennent pas aux remblais de la construction première de la terrasse, mais à une recharge d’un deuxième état, datable dans le courant du IIe siècle. On en conclura donc qu’à un moment de cette tranche chronologique, la nécessité s’est fait sentir d’accroître la capacité de stockage du bâtiment, par la construction plus sommaire d’un bâtiment sur poteaux de bois.

Le grenier no 583

359À une douzaine de mètres au sud du grenier no 582, un second bâtiment no 583 (fig. 118) est apparu, dont seule la façade, alignée sur la précédente, était accessible à la fouille. Les bases de trois piles (du nord au sud : no 547, 556 et 566 ; fig. 119) ont été mises au jour. Elles sont faites de dalles de calcaire (L. : 0,25 à 0,40 m ; ép. : 0,04 à 0,10 m) et de fragments de tuiles, disposés sommairement en rosaces, sans mortier. Elles ont été construites pendant le remblaiement de la terrasse, si bien que les apports de remblai (US 577 notamment) recouvrent partiellement certaines dalles. Conservées jusqu’à 189,25 m au maximum (pile no 547) et 189,08 m au minimum (pile no 556), elles subsistent sur moins de vingt centimètres d’épaisseur. Les récupérateurs de pierres ont creusé une fosse pour atteindre les dalles de la pile no 566 ; large de 1,02 x 0,90 m, elle entame partiellement l’US 577 et n’est pas parfaitement superposable à l’emprise du support.

360L’entraxe entre les piles no 547 et 556 est de 3 m environ ; il est de 2,75 m entre les piles no 556 et 566. Au sud, l’existence d’une quatrième pile, disparue, est envisageable, dans un secteur sableux aujourd’hui complètement perturbé. On aurait alors affaire à un deuxième grenier, dont la nef centrale aurait 2,75 m de largeur d’axe en axe, et les travées latérales 3 m. La largeur entre axes du bâtiment no 583 serait de 8,75 m, et ses proportions, inférieures de 56 % environ à celles du grenier no 582.

L’espace entre les deux greniers no 582 et 583 et le fantôme d’une boutique

361Comme on le voit, la taille des deux greniers diffère considérablement. Si donc leurs constructions sont bien contemporaines, on n’a pas affaire véritablement à des greniers couplés, comme on en connaît (Rickman 1971 : 228 « paired horrea » ; Manning 1975 : 113, fig. 4 C, fig. 7, no 8) à Usk (Grande-Bretagne), Valkenburg (Pays-Bas), Neuss, Bonn ou à la Saalbourg (Allemagne : Reddé et al. 2006 : 111, fig. 92), et comme on le verra plus tardivement avec les horrea de Saint-Irmine à Trèves (La civilisation 1983 : no 283 : 322-324). On n’exclura donc pas qu’il puisse exister un passage – et non une cour ou une impasse entre les deux bâtiments.

362Dans ce passage, la fouille a fait apparaître (fig. 92) un support de pilier no 554 (fig. 118), fait de petits blocs de pierres liés au mortier, de 0,64 x 0,54 m de largeur, conservé jusqu’à l’altitude maximale de 189,01 m. Il présente à sa surface un bourrelet de mortier qui montre qu’à l’ouest, un ressaut de 0,10 m réduisait au-dessus sa largeur est-ouest à 0,54 m au maximum. Il a été construit au cours de l’édification de la terrasse, puisque sa partie la plus occidentale était recouverte par un apport de remblai ; sous son niveau d’arasement, il est construit en tranchée dans un niveau d’éclats de pierres et de débris de tuiles. Construit en retrait de la ligne de façade des bâtiments no 582 et 583, avec un mode de construction particulier et à plus de 3,50 m au nord du bâtiment no 583, il reste isolé.

Fig. 118 - Bâtiment no 583 : calages des poteaux supportant le quai de manœuvre (dessin : R. Lauranson ; DAO : E. Regagnon).

Fig. 119 - Bâtiment no 583 : calage de poteau no 547 (au premier plan) dans le sondage 05.1 (cliché : J.-Cl. Béal).

363Dans le même passage, la fosse no 657 (fig. 92) a été fouillée sur un tiers environ de sa superficie, le reste, à l’ouest, étant hors de l’emprise de la fouille. De plan a priori circulaire même si nous ignorons sa forme à l’ouest, elle atteint une largeur d’1,80 m au sommet pour 1,20 m à la base, et une profondeur de 1,25 m (niveau d’ouverture à 189,25 m).

364Son comblement (US 493), comporte un abondant mobilier céramique fragmenté, brûlé (des vases en sigillée de Lezoux) ou non brûlé (mortiers, vases en céramique commune), présenté ci-dessous par C. Batigne Vallet (ensemble Saint-Georges-de-Reneins IV : voir p. 359). Par sa composition, ce mobilier, datable du milieu du IIe siècle, n’est pas caractéristique d’un habitat, mais constitue plutôt un lot de céramiques destinées à la vente et rejetées après la destruction par le feu de la structure qui l’abritait. Aux fragments de céramiques étaient mêlés du reste des fragments de cloison de terre à clayonnage (opus craticium) brûlés. Les parois d’où proviennent ces fragments étaient faites de baguettes de 15 à 24 mm de diamètre, parfois refendues, entrecroisées horizontalement et fixées à une ossature de bois ; le lutum, mêlé de débris végétaux, est lissé en surface, pour recevoir un enduit (fig. 120). Les parois obtenues étaient larges de 0,11 m au maximum. Elles appartenaient à un bâtiment non localisé. Régionalement, ce mode de construction est attesté aussi, à Reyrieux (Ain), dans la villa de Château Vieux (Caclin 1995 : 109).

365Dans le fond ancien du musée de Saint-Georges-de-Reneins (Buisson 1993 : 63) figure un lot de fonds de vases brûlés en sigillée gauloise, appartenant aux même formes, portant les mêmes estampilles d’AUCELLA, de BELINICUS, de COMPRINNUS, et ayant le même aspect. Signalé pour la première fois par P. Wuilleumier (1939 : 249), ce lot très identique provient nécessairement de l’une des fouilles conduites avant cette date à l’est de la voie ferrée, et suppose l’existence d’une deuxième fosse d’enfouissement.

1.5.3.3. Autres constructions sur la terrasse des horrea

366Pour des raisons techniques, nous n’avons pas pu prolonger le sondage 05.1 dans le chemin des Gaulois au sud du granarium no 583, où la ligne des façades des édifices cessait d’être dans l’emprise accessible à la fouille. Cependant, un petit sondage (05.2) a été ouvert plus au sud. Deux piliers quadrangulaires nouveaux sont apparus (fig. 92).

367Du plus méridional (no 474), long de 0,60 m et partiellement dégagé dans la berme orientale du sondage, on ne connaît que le niveau d’arasement, à l’altitude de 189,11 m. Un second pilier (no 452), à 4,20 m au nord, est conservé jusqu’à l’altitude de 189,01 m. Large de 0,67 m, il est parementé jusqu’à sa base (fig. 121), posée à l’altitude de 188,48 m, sans fondation ni ressaut d’élévation. Il est construit en petits moellons de calcaire de Lucenay. L’examen de la stratigraphie montre qu’il est posé sur la couche de gravier jaune no 464 assise sur un niveau sableux (US 600), et que recouvre aussi, ponctuellement, un niveau de chantier no 456 caractérisé par un épandage de mortier. D’autres US (l’US 599, de sable limoneux clair, l’US 465, un remblai limoneux beige rosé, et l’US 453, niveau archéologique mêlé à la base de la terre végétale), sont appuyées contre les parements du pilier : ici comme ailleurs, la construction du bâtiment à piliers intervient pendant l’installation de la terrasse artificielle.

Fig. 120 - Fosse no 693, US 493 : face lissée d’une cloison de terre à clayonnage (cliché : J.-Cl. Béal).

Fig. 121 - Pilier no 452 dans le sondage 05.2 (dessin : E. Cellard et S. Bezault ; mise au net : E. Regagnon).

368Si nous avons pu vérifier qu’au sud du pilier no 474 n’existait pas de nouvelles structures, nous ne savons pas si la série de piliers se développait, comme il est vraisemblable, plus au nord, sur un axe nord-ouest - sud-est, différent de celui des bâtiments no 582 et 583. Elle pourrait appartenir à la façade d’un nouvel entrepôt no 584 ; cependant, aucune trace d’un quai de manœuvre des marchandises n’est apparue à l’est, dans le sondage 05.4, alors qu’elles auraient été visibles dans les niveaux de remblais qui sont arasés là vers 189-189,30 m. En outre, le mode de fondation est ici différent de ce qu’on observe pour le grenier no 582.

369Bien que des éléments nous manquent encore, notamment sur l’étendue réelle de son extension vers l’ouest, ou sur la forme que prend sa clôture, la terrasse deshorrea apparaît donc comme un projet d’urbanisme conséquent. Les bâtiments connus ou pressentis sont directement accessibles depuis la voie nord-sud, à travers l’aire de service dont la largeur, d’une douzaine de mètres au moins, paraît s’accroître vers le nord. Ils forment une façade occidentale ouverte sur la terrasse. L’examen des liaisons stratigraphiques entre la voie, la terrasse et les greniers montre d’ailleurs que ces trois projets ont été menés de front.

370L’édification de la terrasse artificielle requiert des moyens conséquents pour l’extraction sélective, le charroi et l’épandage des remblais, selon un programme dans lequel la localisation des constructions est prévue à l’avance. Les solutions techniques adoptées (construction de greniers aériens sur piliers maçonnés, alternance des matériaux sableux et graveleux, recours aux matériaux plastiques) témoignent d’une adaptation réfléchie à un sous-sol particulier, et d’une bonne connaissance des ressources locales. Le recours au calcaire de Lucenay pour les piliers du grenier no 582 montre que les constructeurs ont aussi fait appel au marché régional de la pierre.

  • 34 Les entrepôts construits à Vienna sont d’une tout autre ampleur : 2 600 m2 environ pour les « grand (...)

371Le grenier no 582 n’a pas une capacité très considérable34 et l’on ignore quel est le nombre des greniers aériens, et le rôle des autres bâtiments à peine entrevus et très dégradés. Il est notable cependant que cet ensemble soit construit durant le dernier tiers du Ier siècle, alors que l’horreum de l’îlot septentrional était détruit. Ces constructions contribuent en tout cas à faire apparaître Ludna comme une étape routière et comme un centre micro-régional.

1.6. LA FAUNE DE LUDNA (Th. Argant et G. Reille)

372L’étude de la faune du site de Ludna repose sur un corpus de 3 322 restes osseux et dentaires provenant des espaces fouillés entre 2003 et 2006, ce qui représentent un poids de 73 kg. Elle s’appuie sur les méthodes classiques de l’archéozoologie, telles qu’elles sont présentées dans les Éléments d’archéozoologie de L. Chaix et P. Méniel (2001). En outre, des collections de comparaison ont été utilisées pour des compléments d’identification des ossements. Il convient en particulier de mentionner la collection de squelettes d’oiseaux mise à ma disposition par le professeur C. Mourer, de l’université Claude Bernard Lyon 1, que nous tenons à remercier ici. Les mesures sont données en millimètres et suivent les normes de la base OSTEO d’après A. Von den Driesch (Desse, Chaix, Desse-Berset 1986).

1.6.1. LES STRUCTURES

373Le matériel étudié provient de diverses US. Il s’agit pour l’essentiel de remblais constitutifs de la terrasse artificielle. Quatre ensembles chronologiques ont été établis pour cette étude : le Ier siècle av. J.-C., qui comprend les premiers niveaux antérieurs à l’occupation antique ; la période augusto-tibérienne, le Ier siècle ap J.-C., correspondant essentiellement à l’occupation de la seconde moitié du siècle et enfin, les niveaux des IIe et IIIe siècles qui signalent la dernière phase attestée de l’occupation du site.

374La surface des ossements présente une patine marron qui affecte également les traces de découpe lorsqu’il y en a, alors que, dans la masse, l’os apparaît de couleur claire. Le taux de fragmentation moyen est relativement faible (21 g/os) et les traces de carbonisation sont plutôt rares. Les traces laissées sur les os par des carnivores – ou des omnivores – et des rongeurs sont plus régulièrement rencontrées. On trouve notamment plusieurs petits os digérés. Elles suggèrent que les restes étudiés proviennent à l’origine de dépotoirs librement accessibles aux animaux errants.

375La liste de faune comprend dix-sept ou dix-huit taxons, dont sept Mammifères, sept ou huit Oiseaux et deux Gastropodes, plus l’Homme (Homo sapiens). L’unique fragment de crâne humain provient des niveaux du Ier siècle ap. J.-C. et correspond très certainement à un remaniement de sépulture.

376Globalement la liste de faune se révèle relativement peu diversifiée et privilégie les espèces domestiques (fig. 122). Seul le lièvre apporte un indice de la présence de gibier sauvage dans le régime alimentaire des habitants du lieu. La basse-cour est également particulièrement discrète (0,6 % du NRd). Les restes de Corvidé peuvent, quant à eux, correspondre à un cadavre, non lié à la consommation humaine. Parmi les autres restes d’Oiseaux, figurent deux éléments que l’on peut attribuer d’une part à un grand échassier, probablement la cigogne (Ciconia ciconia), et d’autre part à un grand Gallinacé, soit un gros coq domestique, soit le coq de bruyère. Parmi les Ansériformes présents dans les niveaux les plus récents, un fragment proximal de carpométacarpe appartient soit à une oie particulièrement grosse (Anser sp.), probablement un animal domestique, soit à un cygne (Cygnus olor), tandis que le statut du canard colvert (Anas platyrhynchos) demeure ambigu. Notons enfin que, dans le sédiment provenant d’une fosse récente (US 269), on a pu déterminer un tarso-métatarse de hibou moyen-duc (Asio otus), présentant le même aspect que le reste du mobilier antique.

Fig. 122 - Ludna. Répartition des restes et des poids d’ossements par espèce et par phase.

  • 35 Un ensemble, rue de Veyle, est attribué au Ier siècle. La faune en a été étudiée par Th. Poulain (R (...)

377La répartition des restes au sein de la triade domestique (fig. 123 à 125) fait apparaître la nette prédominance des restes de bœuf (Bos taurus) par rapport aux autres taxons depuis la base de la stratigraphie, au Ier siècle av. J.-C. jusqu’à la fin de l’occupation reconnue au IIIe siècle ap. J.-C. Toutefois, on note à la période augustéenne une part plus grande prise par les espèces de taille moyenne, c’est-à-dire le porc (Sus domesticus) et les Caprinés. On peut arguer du fait que la nature des ensembles sédimentaires en jeu peut avoir entraîné des biais taphonomiques, en privilégiant plus ou moins les restes les plus gros, notamment pour les remblais de la terrasse. Toutefois, si l’on considère les ensembles de référence de la périphérie nord de la colonie de Lugdunum (Forest 1996, cité dans Argant 2001, Rapport Argant 2008 et Rapport Argant 2009) au sud, et de Matisco35, au nord, on constate une ambiance similaire avec le bœuf fluctuant entre 40 et 55 % et le porc entre 30 et 40 % du NR3 (fig. 126). Dans tous les cas, la vallée de la Saône ne semble pas constituer un territoire de prédilection pour les Caprinés.

Fig. 123 - Ludna. Répartition des restes et des poids d’ossements au sein de la triade domestique.

Fig. 124 -Ludna. Répartition des restes au sein de la triade domestique.

Fig. 125 -Ludna. Répartition du poids d’ossements au sein de la triade domestique.

1.6.2. DESCRIPTION DES ESPÈCES

1.6.2.1. Le bœuf (Bos taurus)

378Il s’agit de l’espèce principale du site avec 1 159 restes qui lui sont attribués.

  • 36 Lignereux, Peters 1996 : 71. Ces auteurs font référence au site d’Augusta Raurica dont la faune a é (...)

379La répartition squelettique de ces restes laisse entrevoir une nette surreprésentation des mandibules et des omoplates (scapulae), quelle que soit la période considérée (fig. 127). L’abondance de ces deux pièces suggère la présence à Ludna d’un atelier de fumage de viande36, soit pour une consommation locale, soit, plus probablement, dans le cadre d’échanges commerciaux. Les métapodes et les phalanges sont également légèrement surreprésentés, et évoquent, quant à eux, l’exploitation de la peau. La division de la carcasse s’effectue par levée de la colonne verté brale dans son ensemble au couperet, le collier faisant parfois l’objet d’une fente sagittale aléatoire. Les métapodes sont systématiquement cassés au milieu ou à la base de la diaphyse, et sont parfois fendus sagitalement. Les os longs sont très fragmentés, souvent fendus longitudinalement. Les traces de désarticulation au couperet sont nombreuses, tant au niveau du coude que du talon. Les mandibules portent régulièrement des traces de décarnisation sur la face interne (fig. 134).

380La courbe d’âge d’abattage des bovins de Ludna présente une courbe mixte, avec un abattage privilégié d’animaux entre six mois et deux ans, correspondant à la catégorie des jeunes bovins à viande (fig. 128). D’autre part, on constate une forte proportion d’animaux plus âgés, y compris quelques très vieilles bêtes de réforme. L’âge d’abattage médian est de 4 ans et 2 mois. La présence de veau de lait est, quant à elle, peu marquée. Pour les autres périodes, les données disponibles pour déterminer l’âge ne permettent pas d’établir de graphiques similaires. Cependant, elles présentent les mêmes tendances, avec toutefois une place plus grande réservée aux animaux de réforme. Le troupeau exploité est, au moins pour le premier siècle, résolument orienté vers la production de viande, avec toutefois un complément conséquent d’animaux ayant fourni du lait ou du travail.

381Concernant le format des bovins de Ludna, les données sont relativement peu nombreuses, suite à la forte fragmentation des restes. Même les omoplates ne permettent pas de prise de mesures car elles sont fortement endommagées par le détachement du membre antérieur. Ce sont en définitive les phalanges qui, comme souvent, du fait de leur morphologie compacte, livrent le maximum d’informations.

Fig. 126 - Triade domestique. Sites de comparaison au niveau régional.

Fig. 127 -Ludna. Répartition des restes de Bos taurus par attribution squelettique (en % du NRt du bœuf).

382Malgré leur faible nombre, elles semblent indiquer que les bovins de Ludna rentrent dans les intervalles de variation de ceux de Lyon et Mâcon aux premiers siècles de l’époque romaine (fig. 129). Elles semblent toutefois conserver des dimensions relativement basses par rapports aux spécimens des centres urbains. Les quelques autres données ostéométriques vont dans le même sens. Il s’agit d’un format typique des bovins de la région dans l’Antiquité.

383Quelques malformations pathologiques, probablement d’ordre génétique, apparaissent sur plusieurs troisièmes molaires, inférieures et supérieures. Sur les premières, le troisième lobe de la dent est absent ou très peu développé (fig. 130), ou encore très usé par rapport au reste de la surface masticatoire. Sur les dents supérieures, on constate l’inverse. L’arrière de la M3 est beaucoup moins usé que l’avant, du fait de l’absence de contact avec la dent inférieure. Ce phénomène est observé régulièrement, sur différents sites, et notamment sur le matériel hallstattien de la plaine de Vaise à Lyon (Argant 1996). Ces molaires anormales représentent 18,2 % des 22 individus dénombrés.

1.6.2.2. Le porc (Sus domesticus)

384Le porc, avec 597 restes, est la seconde espèce la mieux représentée sur le site de Ludna.

385La répartition squelettique des restes de cette espèce montre une surreprésentation manifeste des os de la tête et des membres aux dépens des extrémités (fig. 131). La rareté des os du carpe, des phalanges, des vertèbres caudales, et, dans une moindre mesure, celle des côtes, peut s’expliquer par un biais taphonomique classique de disparition des os les plus petits. En tenant compte de ce biais, on peut suggérer que les porcs étaient, au moins en partie, abattus sur place. Les vertèbres sont en effet relativement abondantes et signalent la présence de l’ensemble de la carcasse. Ces porcs participent essentiellement à l’alimentation de la communauté, hormis peut-être les pieds, relativement discrets dans le cortège osseux (surtout les métapodes). Les os longs sont systématiquement cassés ou coupés. La découpe de la carcasse s’effectue parfois par fente sagittale de la colonne, mais la levée de l’échine est plus régulièrement rencontrée. Le collier est, lui, systématiquement fendu sagittalement (fig. 134).

Fig. 128 - Ludna - Ier siècle de notre ère. Bos taurus. Courbe d’âge d’abattage probable établie à partir du stade d’usure dentaire (méthode de Ducos modifiée par Helmer, 2000) cumulé au stade d’épiphysation des os (référentiel de Barone, 1976 : 53) [64 données ].

Fig. 129 - Distribution de la grande longueur (en mm) des phalanges I de Bos taurus sur les sites de Lyon, Ludna et Mâcon, par époque.

Fig. 130 - Ludna. Troisièmes molaires inférieures de bœuf présentant une anomalie de l’hypoconulide.

  • 37 Bixio 1844 : 498 : « L’âge de l’animal est aussi fort à considérer. Les jeunes [porcs, NDR] peuvent (...)

386La courbe d’abattage des porcs de Ludna présente un profil en tous points similaires d’une période à l’autre, pour les ensembles où son élaboration s’avère possible (fig. 132 a et b). L’abattage privilégie les animaux de moins de deux ans ; les individus plus âgés sont rares, les très jeunes absents. L’abondance d’individus entre six mois et un an, alors qu’ils n’ont a priori pas atteint leur rendement maximum, est surprenante, d’autant plus qu’elle se reproduit d’un siècle à l’autre. Il faut peut-être y voir la recherche d’une qualité bien précise de viande, éventuellement pour la salaison37. Le Ier siècle ne livre que des indices de la présence de mâles (NMI : 4), mais la période suivante livre, quant à elle, un mâle pour trois femelles (NMI : 4).

387Les porcins de Ludna affichent un format relativement fort, selon les quelques données ostéométriques disponibles. Celles-ci côtoient en effet systématiquement les valeurs les plus hautes rencontrées à Lyon ou à Mâcon pour l’Antiquité (Argant 2001 ; Rapport Argant 2001). Cette forte taille pourrait justifier l’abattage d’animaux plus jeunes, puisque appartenant à une population à croissance rapide. Il faut aussi constater la similitude avec le traitement des bovins, qui sont également abattus précocement.

388Un tibia présente enfin les stigmates d’une fracture résorbée avec toutefois une importante déformation de l’os, entraînant un claudiquement qui n’a cependant pas obéré la survie de l’animal.

1.6.2.3. Les Caprinés (Ovis aries, Capra hircus)

389Les Caprinés constituent le taxon le plus discret de la triade domestique à Ludna avec 337 restes. La chèvre n’est pas formellement attestée, mais elle est toutefois suspectée d’après une vertèbre atlas.

390La répartition squelettique des restes de Caprinés affiche une surreprésentation des membres et de la tête, notamment des mandibules, aux dépens du squelette axial et des petits os des extrémités (fig. 133). Cette image renvoie à la consommation d’animaux non abattus sur place. En effet, si la rareté des petits os des extrémités peut s’expliquer par un biais taphonomique, la discrétion du squelette axial résulte plus vraisemblablement de l’éloignement géographique de la phase de découpe primaire de la carcasse, qui n’aurait donc pas été effectuée sur place. Les pièces principalement consommées sont la tête, le collier et les parties les moins riches en viande des membres, puisque les gigots s’avèrent très discrets, notamment au premier siècle de notre ère. Dans tous les cas, la viande de mouton occupe une place secondaire dans le régime alimentaire des habitants de Ludna. Ce constat rejoint celui établi pour Lugdunum aux premiers siècles de l’époque romaine (Argant 2001).

  • 38 Corpus d’âges d’abattage probable établi à partir du stade d’usure dentaire (méthode de Ducos modif (...)

391Les données concernant l’âge d’abattage des Caprinés de Ludna sont rares38. Elles ne permettent pas une représentation graphique, mais on peut tout de même faire quelques remarques. Au Ier siècle ap. J.-C., on constate la présence simultanée d’animaux entre 18 et 24 mois, à côté d’animaux âgés entre 4 ans et 6 ans, et correspondant à des individus réformés après avoir fourni de la laine (15 données). Aux IIe et IIIe siècles, les six données disponibles fournissent une impression légèrement différente, avec d’une part de plus jeunes ovins, abattus dès six mois, et d’autre part des individus âgés de plus de six ans, alors que la classe d’âge précédente manque. Trois chevilles osseuses de corne appartiennent à des béliers, mais un os coxal suggère la présence d’une femelle. Tous ces éléments proviennent des niveaux anciens. Concernant le format, les rares données ostéométriques indiquent des animaux de belle taille, mais sans sortir des limites des valeurs connues sur d’autres sites de la région.

1.6.2.4. Les Équidés (Equus sp.)

392Les Équidés apparaissent régulièrement, représentant entre 1 et 2 % du NRd. On constate la présence de restes crâniens, essentiellement des dents inférieures, des vertèbres cervicales, des fragments d’os longs et d’un os coxal et de métapodes. La distinction entre âne et cheval est en l’occurrence impossible. Une seule trace de décarnisation sur une diaphyse de radius, mal assurée, pourrait suggérer une consommation des solipèdes (Ier siècle ap. J.-C.). La présence de ces restes d’Équidés pourrait également correspondre à des éléments erratiques et remaniés provenant de carcasses d’animaux de travail accidentés, aban donnés et plus ou moins ensevelis le long de la voie.

1.6.2.5. Les autres espèces

Le chien (Canis familiaris)

393Cette espèce est présente de deux façons. D’une part, quelques ossements complets d’un chien apparaissent dans tous les niveaux. Dans ceux du Ier siècle ap. J.-C., un individu de forte taille est représenté par différents éléments (canine, calcanéum, métacarpe et vertèbre thoracique). On constate, d’autre part, des traces de charognage laissées par les dents de ce carnivore sur différents ossements dans la majorité des US, ainsi que plusieurs os digérés.

Fig. 131 - Répartition des restes de Sus domesticus par attribution squelettique (en % du NRt du porc).

Le chat (Felis catus)

394Une paire de mandibules et un fragment de scapula provenant des niveaux du IIe-IIIe siècles appartiennent à un Félidé de la taille d’un gros chat, compatible en taille avec celui reconnu à Mâcon dans des niveaux du Ve siècle de notre ère (Rapport Argant 2001).

Le lièvre (Lepus europaeus)

395Tous les niveaux livrent des restes de lièvre. La plupart du temps, il s’agit de métapodes isolés, mais on distingue également des fragments de radius et de tibia.

Les Gallinacés

396Les Gallinacés sont présents à partir de la période augustéenne et occupent une place très marginale dans la diète du site, mais néanmoins croissante, passant de 0,4 % du NRd à la période augustéenne à au moins 0,9 % au IIIe siècle. Pour ce dernier niveau, on constate en effet la présence de deux éléments squelettiques dont la conformation et la taille pourraient orienter la diagnose spécifique vers un gallinacé sauvage : faisan ou coq de bruyère suivant les cas. Une phalange postérieure possède ainsi les mêmes dimensions que celle d’un coq de bruyère (Tetrao urogallus) de la collection du professeur C. Mourer. Il pourrait cependant s’agir également d’un grand coq domestique. Un coracoïde présente des détails qui évoquent le faisan ou un Tétraonidé, mais l’absence de l’extrémité proximale ne permet pas d’affiner cette hypothèse, celle du coq n’étant pas exclue. Un autre Gallinacé de la taille d’une perdrix est également représenté par une clavicule. L’état fragmentaire de cet os ne permet pas une diagnose plus précise (Perdix sp. ou Alectoris sp. ?).

Les Ansériformes

397Dans les niveaux les plus récents, figurent deux espèces d’Ansériforme. Un tarso-métatarse gauche est tout d’abord attribuable à un canard colvert adulte (Anas platyrhynchos). Par ailleurs, un fragment proximal de carpométacarpe et un autre distal d’ulna appartiennent soit à une oie particulièrement grosse (Anser sp.), alors probablement domestique, soit au cygne (Cygnus olor).

Le pigeon (Columba Cf livia)

398Plusieurs restes de Columbiformes figurent dans les niveaux augustéens et des IIe et IIIe siècles : humérus, radius et coracoïde. La taille et différents critères morphologiques (Tomek, Bochenski 2009) permettent de les attribuer au pigeon biset (Columba livia). Dans les niveaux les plus récents, le coracoïde appartient à un individu immature, suggérant soit la proximité de la nichée, soit la consommation des pigeonneaux, l’un n’excluant pas l’autre et ouvrant l’hypothèse de la proximité d’un pigeonnier.

Le Corvidé (Corvus sp.)

399L’état fragmentaire du mobilier recueilli ne permet malheureusement pas de distinguer s’il s’agit de la corneille noire (Corvus corone) ou du corbeau freux (Corvus frugilegus), qui ne fréquentent pas les mêmes biotopes. Les trois éléments d’aile (coracoïde, humérus, ulna) sont datés du Ier siècle de notre ère et doivent appartenir à un unique individu. Notons qu’à Mâcon, dans une couche également datée du milieu du Ier siècle, Th. Poulain a identifié un humérus de corneille noire. Sa consommation n’est pas exclue.

La cigogne (Ciconia ciconia)

400Une diaphyse d’os long du Ier siècle ap. J.-C. appartient à un Oiseau de grande taille. Les éléments morphologiques manquent pour distinguer l’espèce, mais par comparaison avec des exemplaires actuels de grands échassiers et de grands rapaces de taille similaire, l’os le plus approchant est l’humérus de la cigogne. On ne peut cependant pas exclure totalement la grue (Grus grus).

Les Gastropodes

401Toujours dans les niveaux les plus récents, datés du milieu du IIe siècle au IIIe siècle, figurent une unique valve d’huître (Ostrea edulis), ainsi qu’une coquille d’un escargot de Bourgogne (Helix pomatia). Si la première est consommée, le second est potentiellement intrusif.

Fig. 132 - LudnaSus domesticus. Courbe d’âge d’abattage probable établie à partir du stade d’éruption dentaire (Schmid 1972 : tab. 10) cumulé au stade d’épiphysation des os (référentiel de Barone, 1976 : 53).

Fig. 133 - Répartition des restes de Caprinés par attribution squelettique (en % du NRt des Caprinés).

Fig. 134 - Ludna. Relevé des principales traces de découpe sur les os de la triade domestique (DAO : Th. Argant, G. Reille).

1.6.3. CONCLUSION

402La faune du site de Ludna à Saint-Georges-de-Reneins provient pour l’essentiel de remblais constitutifs d’une terrasse artificielle adossée à une voie antique. Pas moins de dix-sept taxons ont été déterminés avec certitude, parmi lesquels ceux de la triade domestique réunissent l’essentiel du mobilier (96,9 % du NRd). Le bœuf constitue la base de l’apport carné disponible, mais une grande partie de cette viande est vraisemblablement transformée en salaisons et potentiellement exportée. Les habitants du site réservent par contre le porc pour leur consommation personnelle et l’agrémentent de quelques morceaux de mouton. Les courbes d’abattage présentent des profils assez originaux, indiquant une exploitation particulière du cheptel domestique. Le gibier principalement à plume est très peu exploité, tout comme la basse-cour. La présence d’une coquille d’huître rappelle que ce Gastropode était consommé dans la région, aussi bien en ville qu’à la campagne. Il demeure néanmoins un indice d’un certain luxe. L’étude de la faune sur ce site nous renseigne sur une partie des activités de la communauté habitant les lieux, mettant notamment en évidence une préparation de salaisons potentiellement exportées vers des centres de consommation plus importants, ou pour alimenter un « gîte d’étape ». La faune sauvage, peu abondante, révèle toutefois une certaine diversité qui peut apporter, quant à elle, des éléments importants pour la connaissance du paléoenvironnement du site et de sa région. Les espèces inféodées au milieu aquatique, comme les Ansériformes, côtoient ainsi des taxons liés aux milieux ouverts et anthropisés comme le lièvre ou les perdrix, les corbeaux et le pigeon.

1.7. LUDNA : LES TERRES BASSES (J.-Cl. Béal et A. Lavocat)

403Dans le bassin de Ludna, des prospections pédestres systématiques ont été menées, sur le territoire de Saint-Georges-de-Reneins principalement, et l’inventaire des sites identifiés à la périphérie a été dressé. On connaît ainsi, sur le plateau, quelques sites de petite superficie assez pauvrement documentés par le mobilier recueilli (fig. coul. 2). En revanche, on dispose, sur les terres basses situées immédiatement à l’ouest de la Saône, d’informations plus abondantes et de meilleure qualité, sur un aménagement laténien de l’île de Montmerle, et sur une série de sites gallo-romains ; il faut les mettre en rapport avec le bourg de Ludna d’une part, tandis que leur dispersion amène à s’interroger d’autre part sur l’hypothèse d’une voie transversale passant par Grelonges à travers ces terres basses.

1.7.1. UN AMÉNAGEMENT LATÉNIEN PRÈS DE L’ÎLE DE MONTMERLE (A. Lavocat)

  • 39 À ces travaux, et à l’ensemble des opérations menées par le GRAAL dans la Saône entre Belleville et (...)

404Les prospections subaquatiques du GRAAL39 sont à l’origine d’une découverte dans la rivière même, au point kilométrique (PK) 52,6, contre une île administrativement rattachée à Montmerle-sur-Saône (Ain), mais sur laquelle il paraît utile d’attirer l’attention.

1.7.1.1. La structure

405Le long de la partie aval de la rive gauche de l’île de Montmerle (fig. 135), entre 0,70 m (aval) et 2 m de fond (amont), vingtet-un pieux de chêne, de forme majoritairement cylindrique ont été découverts dans la rivière. D’un diamètre moyen d’environ 0,24 m, ils sont plantés en ligne sur quatorze mètres de longueur, verticalement, et parallèlement à l’axe de la Saône, à une distance variant de 0,50 m à 1,50 m de la berge actuelle de l’île (fig. 136). Ils se situent plus près de cette dernière en amont qu’en aval, phénomène qui peut être dû à la variation de la forme de l’île au fil du temps. On peut les répartir en quatre groupes : le premier (en partant de l’amont) est constitué de six pieux, le deuxième de cinq, le troisième de six et le dernier de quatre pieux.

406Alors que les dix-sept pieux amont ont un diamètre moyen de l’ordre de 0,25 m, les quatre pieux aval sont nettement plus petits (diamètre moyen : 0,20 m). Aucune conclusion fiable ne peut être tirée de ce constat car les pieux aval sont aussi ceux qui apparaissent le moins en surélévation au dessus de la glaise du fond. Situés plus à proximité du chenal, peut être ont-ils subi, du fait du courant, une dégradation plus importante qui serait à l’origine de leurs faibles dimensions. Tous ces pieux sont plantés dans une couche composée de sable et de galets, enserrée dans des alternances de couches d’argile, le tout plus ou moins mêlé de débris végétaux.

407L’extraction de l’un d’entre eux (le no 17) a permis de constater qu’il était faiblement enfoncé dans la glaise (environ 0,70 m), que son extrémité était appointée en quatre pans (présence de traces d’outil faisant penser à des traits de scie), et qu’aucun sabot métallique ne renforçait la pointe. Il était enfoncé jusqu’au substrat dur de gravier qui se trouve sous la couche de glaise (pointe aplatie car enfoncée dans 10 cm de gravier), et qui, suite aux dragages, apparaît dans le chenal de navigation, alors qu’à proximité de la berge de l’île, la couche argileuse, encore en place, le recouvre.

408Situés hors d’eau à l’époque de leur mise en place, ces pieux pourraient très bien correspondre à un aménagement portuaire (estacade par exemple) ou à un habitat sur îlot – si l’île existe en tant que telle alors – avec une palissade plantée dans la rivière et servant de brise-lames (les pieux les plus gros se situant à l’amont), mais il ne s’agit là que d’une hypothèse. Du fait de la taille des pieux et de l’essence utilisée (chêne : Qercus sp. Identification et datation : Archéolabs, réf. ARC 03/R2987 D), il est permis de penser que nous sommes en présence d’une construction robuste et réalisée pour durer.

Fig. 135 - Localisation d’un aménagement de pieux contre l’île de Montmerle (dessin : équipe du GRAAL ; mise au net : M. Lagrange).

1.7.1.2. La datation

409Six prélèvements pour datation par dendrochronologie ont été réalisés. Afin d’être le plus représentatif possible, cet échantillonnage a été opéré dans chacun des groupes, (les pieux no 12 et 17 dans le groupe le plus amont, les pieux no 2 et 3 dans le groupe central amont, le pieu no 8 dans le groupe central aval et le pieu no 20 dans le groupe aval). Établies à partir des référentiels du chêne pour la période romaine dans la région Rhône-Alpes et la Suisse occidentale, les conclusions de cette analyse sont les suivantes :

  • les dates d’abattage des arbres sont toutes comprises entre 122 et 121 av. J.-C. Du fait du nombre de cernes, la séquence étudiée, étalée sur 89 ans, permet de définir la fourchette chronologique comme certaine et définitive ;

  • la présence du dernier cerne d’aubier sur les pieux no 8 et 17 permet de définir les saisons d’abattage des arbres (automne, hiver) ;

  • les séquences observées sur les pieux ne font pas apparaître de différence significative en fonction du lieu de prélèvement. Selon L. Bonnamour, cette découverte se situe dans une fourchette chronologique encore inédite en Saône. Mais on peut la rapprocher de l’occupation laténienne de Ludna, à peu près contemporaine, et rappeler notamment que, sur le site SGR. 12 à Boitrait (ci-dessous), les premières traces d’occupation pourraient remonter à la même époque.

Fig. 136 - Montmerle, aménagement laténien de pieux contre l’île de Montmerle (dessin : équipe du GRAAL et A. Marguet ; mise au net : M. Lagrange).

1.7.2. Les sites gallo-romains des terres basses de taponas à Saint-Georges-de-Reneins (J.-Cl. Béal)

410Dans la partie la plus septentrionale de la zone d’étude, la villa de la Commanderie à Taponas (fig. coul. 2, site TAP. 1), signalée dès le XIXe siècle, a fait l’objet de sondages en 1936-1937, de la part de P. Wuilleumier (Faure-Brac 2006, no 242, no 6 : 526-528). Plusieurs mosaïques ont été vues (Stern, Blanchard-Lemée 1975 : 43-46, no 191-194, pl. XIII-XIV), sans que le plan général soit reconnu. La chronologie de la villa reste problématique, même si, selon Stern, la mosaïque no 193 est du « milieu ou [du] troisième quart du IIe siècle ». « Un groupe de pièces qui dataient de Constantin » a été trouvé entre 1898 et 1920 (Descroix 1936 : 14).

411D’autres mosaïques, a priori antiques, ont été signalées à Belleville-sur-Saône (fig. coul. 2, site BEL. 2 ; Faure-Brac 2006, no 019 : 165) : il est possible qu’elles aient orné une autre villa dont on ignore tout par ailleurs.

412Plus au sud, sur la commune de Saint-Georges-de-Reneins, les terres basses (fig. 10, no 3) ont fait l’objet d’observations plus systématiques. Le site d’une autre villa probable (fig. coul. 2, site SGR. 3 ; Faure-Brac 2006, no 14 : 379) a été signalé dès 1825 : « des substructions antiques furent mises à découvert au nord de l’éminence [de Boitrait] par des travaux de culture » (fig. 137 et 138) : on découvrit (Savoye 1899 : 74 ; Savoye 1900 : 8) un bassin en marbre, des fragments de marbre, des fragments de vases, des meules de lave, des tegulae, des monnaies et même des ustensiles en argent. Les vestiges, localisables vers l’extrémité occidentale du chemin séparant aujourd’hui les parcelles A2, no 3, 69 et no 60, ont été détruits dans les travaux de construction de l’autoroute A6. C’est à ce site et non à celui de Ludna, qu’il faut rattacher les quelques fragments de mosaïques inédits conservés au musée de Ludna à Saint-Georges-de-Reneins et provenant de « Boitrait ». Mais on ne dispose d’aucune donnée chronologique sur la villa, ni même d’un plan. Le site a été détruit lors de la construction de l’autoroute et du creusement du lac de Boitrait.

  • 40 Étude de D. Frascone.

413Le trésor de Boitrait (Faure-Brac 2006, no 16 : 379-381 ; Loriot, Rémy 1987, 1re partie, no 25 A et B : 60) a été découvert à quelques dizaines de mètres à l’ouest de la villa, à l’emplacement actuel de l’aire autoroutière dite de « Patural ». Il était composé de trois cachettes au moins, révélées entre 1880 et 1920 ; la série monétaire40 s’y arrête en 259, à une exception près (antoninien de Magnia Urbica frappée entre 282 et 285).

414En 1898, « au sud-ouest du château [de Boitrait], dans un endroit où les débris romains se montraient particulièrement nombreux à la surface du sol », Cl. Savoye fouille deux tombes antiques à incinération (fig. coul. 2, site SGR. 4), tout en reconnaissant l’existence d’un site préhistorique et en identifiant peut-être un objet hallstatien (Savoye 1899 : 204 ; Savoye 1900 : 9-10 ; Faure-Brac 2006, no 14 : 379).

Fig. 137 - Saint-Georges-de-Reneins, la colline de Boitrait et ses abords avant l’ouverture de l’autoroute A6 : à l’ouest, bord du paléo-chenal de Boitrait ; à l’est, dans l’Ain, paléo-chenal de Grelonges à Fareins ; dans la Saône, on aperçoit le tracé incurvé du « mur des Romains » tel qu’il était avant les dragages de ces dernières décennies (cliché de l’IGN, mission Villefranche-Ambérieux de 1945, no 92 © IGN).

  • 41 L’abbé Just Blanc, vicaire à Saint-Georges-de-Reneins dans les années 1870 est l’auteur de notes ma (...)

415Puis son intervention se déplace « au nord du château » où il fouille six tombes à inhumation d’un plus vaste cimetière, peut-être médiéval, qui se trouvait, selon des notes de J. Blanc41(folio 59) « près de ce qu’on appelle la maison Grégoire [fig. 138] au nord-ouest de la ferme [soit aujourd’hui la parcelle A2, no 87] » ; elles sont localisées (sans n °) sur la carte publiée par A. Besançon (1907 : 111). Les tombes étaient aménagées dans une zone où « des débris romains, assez rares d’ailleurs, ont été constatés dans les coupes des tranchées » (Savoye 1900 : 312-313) : il est possible qu’on soit ici à l’extrémité méridionale du site de la villa de Boitrait, où nos prospections, qui par ailleurs nous ont permis de cartographier deux autres petits sites antiques (sites SGR. 13 et SGR. 14) au nord du château de Boitrait, n’ont plus rencontré que de rares fragments de tegulae.

416En 2006, un dernier site (fig. coul. 2, SGR. 12) a été découvert en prospection au sud-est du château de Boitrait. Il s’étend sur une superficie de l’ordre de 500 m2, sur des argiles limoneuses. Il a livré quelques blocs de pierre sans mortier, appartenant sans doute à des constructions liées à la terre, des fragments de tegulae et une centaine de fragments de céramiques. Même si l’ensemble des céramiques ramassées témoignent d’une fréquentation qui peut avoir commencé dans le courant du IIe siècle av. J.-C. (amphores Dressel 1A et 1B, céramique campanienne B ou C) et dont les derniers témoins peuvent être datés du haut Moyen Âge (ollae de deuxième génération), la majorité des céramiques identifiables peut appartenir à une période allant de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C. au IIIe siècle (céramiques communes grises et rouges, sigillées du Centre Gaule, céramique métallescente du Centre Gaule, amphore de Bétique).

417L’étude de la série des quarante-huit monnaies recueillies au fil des ans, par un amateur local, sur l’ensemble du territoire de Boitrait, montre (voir p. 375, l’étude de D. Frascone), d’une part, que se trouve dans le lot une monnaie d’exception frappée à Périnthe en Thrace. Mais on retient d’autre part qu’à côté de monnaies de la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. et des deux premiers siècles ap. J.-C., 57 % des monnaies sont concentrées sur les deux seconds tiers du IVe siècle, et témoignent, avec de rares fragments de céramiques à revêtement argileux trouvés en prospections, de l’activité de ce secteur des basses terres à partir des années 330.

Fig. 138 - Saint-Georges-de-Reneins, Boitrait : carte schématique et localisation des sondages S1 et S2 de 2009 (dessin : Y. Montmessin).

1.7.3. LES SITES ANTIQUES DANS LA RIVE ACTUELLE À L’EST DE BOITRAIT À SAINT-GEORGES-DE-RENEINS (J.-Cl. Béal et A. Lavocat)

  • 42 Un petit cimetière de « tombes sous dalles » sans doute médiévales a été découvert vers 1840 immédi (...)

418En 1896, à la suite d’un affouillement de la Saône, Cl. Savoye, puis d’autres chercheurs après lui, firent de nombreuses observations au bord et dans la rivière (Savoye 1899 ; Faure-Brac 2009 : 372-373). Ces découvertes ont montré quelle importance avait eu, dès le Néolithique, ce secteur et sans doute plus particulièrement l’île aujourd’hui disparue de Grelonges à Saint-Georges-de-Reneins. Pour l’époque romaine cependant, les dragages ordonnés par Napoléon III et ceux qui ont suivi n’ont pas eu de résultats bien notables (Valentin-Smith 1888 : 11 : une pince à épiler et une bague), non plus que pour le Moyen Âge (deux scramasaxes francs), alors même que, sur l’île disparue, un prieuré de moniales clunisiennes existait depuis le début du XIIe siècle42. Il est vrai que, dans le mobilier de 1896, Cl. Savoye ne pouvait pas reconnaître comme médiévale « la poterie […] faite au tour » qu’il décrit « caractérisée par l’apparition des anses sous forme de mamelons latéraux percés ou non de trous de suspension, puis l’anse est entièrement formée [fig. 58]. Les bords sont bien dessinés. Le col est parfois garni d’un cordon torse […] quelques vases ont leur fond en forme de calotte crânienne […]. Deux fragments [… sont] ornés de cercles et de croix pattées » (Savoye 1899 : 86).

  • 43 On remarquera sa prudence méthodologique, puisqu’il soulignait les limites de son approche, inopéra (...)

419Cependant, H. Arcelin, prospectant les effondrements des berges dans les années 1860, avait signalé à Saint-Georges-de-Reneins deux points d’occupation gallo-romaine, et un troisième à Arnas « en amont de l’embouchure du Nizerand » (Arcelin 1875, repris dans Savoye, 1899 : 116 sq.)43. Cl. Savoye ne devait retrouver que l’un de ces gisements rapidement recouverts par les endiguements de la rivière alors en cours de développement.

420Dans nos travaux récents, deux sites antiques, mis au jour d’abord par des affouillements de la rivière (fig. coul. 2 : SGR. 5 et ARN. 3), ont pu être étudiés dans la berge même de la Saône.

1.7.3.1. Le problème du site SGR.5

421Dès 1874 en effet, H. Arcelin (1875 : 53-54) découvrait, lors de ses prospections le long de la Saône, un site protohistorique et gallo-romain, retrouvé apparemment par Cl. Savoye (1899 : 116 ; 1900 : 8 et 123 ; Faure-Brac 2006, no 6 : 374) : « En amont de la Grange-du-Diable et à 2 kilomètres de Port-Rivière, la berge, haute de 4 mètres, mais exhaussée d’environ 1 mètre, présente deux niveaux archéologiques : l’un, romain, à 1,80 m, caractérisée par des tuiles à rebords et des morceaux d’amphores. L’autre à 2,50 m de profondeur, [… serait de] l’époque du bronze ». Les cartes publiées par Cl. Savoye (1899) et A. Besançon (1901) invitent à localiser ce site près de la Saône, dans la partie sud-est de la parcelle A1, no 10.

  • 44 Nous remercions la SCI de Boitrait, propriétaire de ces terrains, son gérant, M. Benoit du Rey, et (...)

422En 2009, nous avons tenté de localiser précisément le site, et ouvert deux tranchées (S 1 au nord, S 2 au sud ; 1,60 x 10 m), à 80 m de distance l’une de l’autre, perpendiculairement à la Saône (fig. 138), dans la parcelle A1, no 10 du cadastre de Saint-Georges-de-Reneins44. Elles étaient profondes de 1,40 m en moyenne, mais quatre sondages profonds (3- 3,50 m) ont été réalisés, un à chaque extrémité des deux tranchées.

423Les deux sondages n’ont pas rencontré de niveau gallo-romain en place ni de mobilier erratique de cette période. La qualité de l’information de Cl. Savoye n’est pas forcément à mettre en cause : le site antique est peut-être d’extension très limitée.

424En revanche, un paléo-sol est apparu dans les deux sondages, où il présente un pendage de l’est vers l’ouest (fig. 139), soit de la rivière vers l’intérieur des terres. Dans le sondage S 1, il apparaît à 169,70 m à l’extrémité est de la tranchée, et à 169,38 m au milieu du sondage, dans le sondage S 2, à 169,60 m à l’est et à 169,12 m à l’ouest. Les quelques tessons qui y ont été recueillis sont hallstattiens (identification : P. Jacquet, Inrap). Ce pendage, perceptible en surface, nous paraît pouvoir être l’amorce d’un relief, qu’il faut mettre en relation avec l’existence d’un haut-fond de la Saône étudié par A. Dumont (1997) et plus généralement avec l’existence de l’île de Grelonges.

Fig. 139 - Boitrait, sondage no 2 : stratigraphie et coupe topographique jusqu’au bord de la Saône tel qu’il apparaît en août 2009 (dessin : E. Dumas ; mise au net : Y. Montmessin).

425L’évolution de cette île, dont un lambeau subsistait encore à la fin du XVIIIe siècle (cadastre de 1787 aux AM SGR), entre l’allée du château de Boitrait et l’embouchure du Rutin, a été récemment réexaminée (Bouvard, Astrade 2005), et l’on a pu montrer que le chenal principal de la rivière passait, avant le milieu du XIIIe siècle en tout cas, à l’arrière de l’actuelle rive gauche, isolant l’île de Grelonges alors à peine séparée de la rive droite actuelle. Le comblement de ce chenal au cours du XIVe siècle eut pour résultat de faire basculer le cours principal de la rivière vers l’ouest, et d’entraîner l’érosion de l’île, aujourd’hui disparue, et l’ouverture du chenal actuel. C’est dire que le site SGR. 5, découvert au XIXe siècle dans la berge et encore mal localisé, peut avoir été un site de l’intérieur des basses terres.

1.7.3.2. Le site ARN. 3

  • 45 Ce site est mentionné par erreur sur la commune de Villefranche-sur-Saône dans Faure-Brac 2006, no (...)

426En 1980, un habitat de berge a été localisé et du mobilier recueilli par L. Bonnamour (1981 : 61 ; 1987 : 219-225) en bordure de Saône, à proximité et au sud de la confluence du ruisseau le Marverand avec cette rivière45. Une intervention du GRAAL en 2010 a permis d’en assurer le positionnement, et d’un préciser un peu la nature.

427Cette découverte doit sans doute être rapprochée des informations de Cl. Savoye qui signalait (1899 : 116, reprenant Arcelin 1875 : 53-54) « un peu en aval de la Grange du Diable, poterie galloromaine à 1 mètre de profondeur » (Faure-Brac 2006, no 10 : 374). En tout cas, le site, tel qu’il est aujourd’hui positionné, apparaît bien à l’intérieur de la boucle de l’ancien méandre de Boitrait, comme les sites SGR. 3, 5, 12 à 14, et au sud de l’île disparue de Grelonges (Bouvard, Astrade 2005 : fig. 4).

Les observations de L. Bonnamour

428Sur la photographie que L. Bonnamour avait prise en 1980, la berge où se trouve le site avait la forme d’une falaise abrupte, haute de plus de 4 m, située quasiment à l’aplomb de la rivière et vierge de toute végétation. Dans une couche foncée, charbonneuse, située sous 0,60 à 0,80 m de sédiments, L. Bonnamour avait découvert dans la rive des tessons très fragmentés de céramique et de tegulae, des fragments d’os, des clous en fer, deux fibules (dont une en bronze). De nombreux vestiges avaient également été recueillis, tombés en contrebas de la falaise, en bordure de rivière. Cent vingt tessons de céramique de petites tailles avaient ainsi pu être récupérés, datables de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C. Cinquante-six plombs de filets complets ou fragmentés, à divers stades d’utilisation, avaient également pu être collectés. Constitués d’une simple feuille de métal carrée ou rectangulaire repliée ou enroulée, ils se rattachent à un type fréquent de plombs de pêche en usage dans l’Antiquité. Une navette de filet en bronze y avait aussi été recueillie. Selon L. Bonnamour, on se serait trouvé en présence de la « boîte d’accessoires » du pêcheur, sur un site de « cabane de pêcheur ». La présence sur un établissement aussi modeste, de quelques céramiques fines, de deux fibules et des restes de trois vases en verre suggérait quelques interrogations. Une activité de troc avec les bateaux marchands passant sur la Saône pouvait expliquer ces découvertes hétéroclites (Bonnamour 1987 : 223).

Les observations de 2010

429Le site, trente ans plus tard, présente une physionomie complètement différente. La falaise s’est écroulée du fait des crues ; la berge à partir de la rivière, s’élève désormais en pente douce (inférieure à 15 °) et est entièrement recouverte d’arbres et d’orties de grandes tailles. Seul un talus haut d’environ 1,20 m et large de 3 m, situé parallèlement à la Saône, à 30 m celle-ci et à 35 m du ruisseau le Marverand (qui conflue avec la Saône 30 m plus amont) semble matérialiser ce qu’il reste de l’ancienne falaise. Parallèlement à cette élévation de terrain et à environ 5 m devant elle en direction de la Saône, un autre talus de taille plus modeste (0,75 m maximum d’élévation pour moins d’1 m d’épaisseur) apparaît au milieu de la végétation sur une vingtaine de mètres en direction du Marverand. Le positionnement de ces deux anomalies de terrain semble confirmer la thèse de l’effondrement en direction de la Saône, de la « falaise » mentionnée par L. Bonnamour en 1987, réduite aujourd’hui à ces élévations de petites tailles.

La construction

430Un dégagement partiel de deux blocs visibles dans le talus le plus imposant a permis de mettre en évidence (fig. 140) l’angle d’une pièce orientée obliquement par rapport au cours actuel de la Saône. Deux murs (que nous qualifierons « d’amont » et « d’aval »), en pierres sèches, se rejoignent à angle droit à l’endroit où ils dépassent du talus. Leur base se situe à une altitude de 168,99 m, soit environ entre 2 et 2,5 m au-dessus du niveau moyen de la Saône actuelle. Les pierres qui les composent sont liées à la terre. Aucune tranchée de fondation n’a été observée.

Fig. 140 - Arnas, site ARN. 3, construction antique mise au jour par le GRAAL en 2010 (cliché : A. Lavocat).

431Le mur aval, large de 0,50 m, a été dégagé et sur sa hauteur conservée, soit 0,85 m et sur 1,20 m de long. Un sondage implanté sur son axe à 9 m de l’angle de la pièce s’est révélé négatif. Ce mur comporte trois assises de pierres dont la taille va diminuant de bas en haut. L’assise de fond comprend dans la partie dégagée, deux gros blocs (L. comprise entre 0,40 m et 0,60 m) de grès compact (provenance possible : Trias du Mont d’Or) et de calcaire jaunâtre avec entroques et fragments de coquilles fossiles (Aalénien, ou Sinémurien si les fossiles sont des Gryphées, également originaire du mont d’Or ; identification : H. Savay-Guerraz). Sur cette assise de fond sont posées deux assises de pierres de forme arrondie, plus petites. Le mur « amont », conservé sur 0,50 m, est un peu moins large que le mur « aval » (0,40 m). Il est également constitué de plusieurs assises de pierres de nature identique à celles du mur « aval ». Un sondage ouvert sur son axe, à 4,5 m de l’angle a permis de le retrouver à 0,55 m de profondeur.

432Ces murs prennent place sous une couche limono-sableuse homogène non meuble de couleur brun clair épaisse de 0,60 m, recouverte par 0,25 à 0,30 m de terre végétale. Sur toute leur hauteur, le talus est constitué d’une couche limono-sableuse meuble, de couleur marron foncé, comportant de nombreux coquillages. Notons la présence, au même niveau dans le talus, mais hors des murets, de traces de nodules de charbon de bois sur environ 0,10 m de hauteur donnant à la terre une couleur brun clair à gris (L. Bonnamour en 1980 avait repéré une couche de 0,5 m de charbon de bois dans la « falaise »).

433À mi-hauteur du mur « aval », dans le talus, plusieurs morceaux de tegulae ont été découverts, positionnés à plat dans le talus, formant une strate régulière. À hauteur équivalente, dans le muret « amont », dans un orifice situé entre les deux pierres de l’assise de fond, un autre fragment de tuile a été extrait. Pour limitée qu’elle soit, cette découverte montre que ce que L. Bonnamour qualifiait de « cabane » semble en fait être une construction plus importante, peut-être inférieure à 9 m dans le sens nord-sud, mais supérieure à 4,50 m dans le sens est-ouest.

Le mobilier archéologique

434Il se concentrait dans un périmètre restreint et gisait pour partie sur le sol, à l’aplomb du talus, au milieu de la végétation (peut être suite à l’effondrement de « la falaise » et à son dégagement par les eaux de ruissellement) et dans le petit talus. Globalement il est identique à celui trouvé et décrit par L. Bonnamour et se compose majoritairement de tessons de céramique, que Chr. Bonnet date des deux seconds tiers du Ier siècle ap. J.-C. Découverts principalement dans le gros talus à l’aval du muret « aval » et dans le petit talus, sept nouveaux plombs de pêche ont été trouvés. Ce sont des morceaux de feuille de plomb repliée de 3 à 4 cm de long pour environ 2 cm de large, pour un poids moyen de 10 g. Trois d’entre eux sont encore ouverts (jamais utilisés ?) et quatre repliés sur eux-mêmes. Leurs caractéristiques correspondent exactement à celles des 56 exemplaires intacts ou fragmentés découverts par L. Bonnamour en 1980.

435On signalera, en outre, la découverte d’une figurine de canard, oie ou cygne (H. : 22,2 mm ; L. : 29 mm) en alliage cuivreux, de date indéterminée. Le petit talus a enfin livré un billon de petite dimension (diamètre : 17 mm) en assez bon état de conservation.

436Ch. Cécillon l’a identifié comme étant un Hardi de Louis XII (1498-1515) présentant une usure assez faible qui atteste une circulation réduite.

437L’intervention de 2010 a donc permis de positionner avec précision un site signalé peut-être depuis le XIXe siècle, et en tout cas découvert voilà 30 ans, et dont la physionomie a fortement changé. La mise au jour de murets de pierres sous près d’un mètre de sédiment confirme la présence, au Ier siècle ap. J.-C., d’une implantation humaine de bord de Saône, qu’on ne peut plus cependant aujourd’hui considérer comme une simple cabane.

438Au terme de cette présentation des découvertes, il faut d’abord souligner l’existence des villae des terres basses à Taponas comme à Saint-Georges-de-Reneins. À Taponas, la villa de la Commanderie est construite en terrain plat jusqu’à la rive de la Saône, à 1 000 m de là, à une altitude comprise entre 170 et 175 m. À Saint-Georges-de-Reneins, la villa de Boitrait, s’adossait, vers 172 m, au versant septentrional d’une butte sableuse aujourd’hui disparue qui culminait à 178 m, à 500 m du cours actuel de la rivière. Le site SGR. 12 est en dessous de 170 m, le site ARN. 3 vers 169 m. Si l’on ignore quelle était l’altitude moyenne de l’Arar dans notre zone d’étude, on sait qu’à Belleville-sur-Saône, la crue exceptionnelle de 1840 a dépassé 175 m d’altitude, et détruit la chapelle de Notre-Dame des Eaux à Boitrait, vers 172 m, s’arrêtant aux portes du château lui-même à 175 m, tandis que les crues centennales de 1602 et de 1711 atteignaient à peu près la cote des 174 m, si l’on en croit les inscriptions gravées dans le montant gauche de la porte de l’église de Belleville-sur-Saône (autres témoignages : Mandy 1991 : 14-16). La construction de ces deux villae plaide, comme du reste l’établissement d’une construction antique vers 169 m d’altitude, en faveur d’un niveau bas de la rivière et de ses crues au moins au Haut-Empire (Bravard 1990 : 73).

  • 46 Un peu plus étendue que la notre, elle est comprise entre la Chalaronne à Thoissey au nord et Massi (...)

439D’autre part, cette situation topographique d’une villa un peu luxueuse (présence de marbre, de mosaïque) est peu courante dans le Val de Saône. Vers l’amont, en Saône-et-Loire, A. Rebourg (1994 : 68) retient cinq « vastes villae » sur des communes riveraines de la Saône, à Fleurville (Marigny : Rebourg 1994 : 286), Tournus (Belné : Rebourg 1994 : 461) et Saint-Rémy sur la rive droite, à Préty (Rebourg 1994 : 453) et Ormes (Noiry : Rebourg 1994 : 221) sur la rive gauche : aucune n’est dans le lit majeur. Elles sont construites à une distance de 500 à 1 500 m de la rivière, qu’elles dominent nettement, de 10 à 50 m. Vers l’est, dans l’Ain, l’étude précise de Ch. Caclin (1995 : 333) montre que, dans sa zone d’étude46 « les établissements les plus riches […] se sont accaparé les sites particulièrement plaisants que constitue la Côtière ». Vers l’aval enfin, le site à mosaïques VIL. 3 de Béligny à Villefranche-sur-Saône (fig. coul. 2) s’élevait au revers du vallon du Morgon, au-dessus de 175 m d’altitude, et, dans le bassin d’Anse, les villae mosaïquées de la Grange du Bief et de Bancillon sont installées dans le versant, vers 190-195 m : seule la villa de Sauzey-Carra à Ambérieux (site AMB. 2) semble dans une position comparable, vers 170-172 m d’altitude.

440Sans doute, ici, sur la recherche d’une position dominante et d’une vue agréable prévalent le désir de mettre en valeur un rare terroir fertile, et de disposer éventuellement d’un accès privé à la rivière, pour l’agrément et le commerce. Du reste, tout particulièrement à Saint-Georges-de-Reneins, il est tentant de hiérarchiser les sites et de considérer les plus modestes d’entre eux comme des dépendances de la villa de Boitrait, au sein d’une unité domaniale prise entre la rivière et le « marais de Boitrait ».

441En tout cas, la dispersion de ces sites mineurs n’invite pas à lire dans la rive de Grelonges un point majeur d’embarquement ou de franchissement de la Saône : l’hypothèse qu’un chemin ait relié Ludna à Grelonges ne résiste pas à l’analyse.

1.8. LE DOSSIER DE LUDNA : RELECTURE SYNTHÉTIQUE (J.-Cl. Béal)

442L’étape routière de Ludna apparaît au terme de nos travaux comme un bourg de modeste importance (5 ha environ), accroché au sommet de la colline sableuse de Patural, première bourgade ségusiave de quelque surface pour qui sort de la cité des Héduens en suivant la rive droite de la Saône.

443Très dégradé aujourd’hui, et partiellement exploré, ce bourg était desservi par la voie de Lyon vers le nord, qui parcourait le sommet de la colline. Il comportait dès l’époque augustéenne, dans sa moitié septentrionale, des quartiers d’habitation, organisés, semble-t-il, en parcelles étirées occupées par des bâtiments construits suivant le principe des « maisons longues ». Dans l’une des deux parcelles de l’îlot septentrional est rapidement édifié un entrepôt allongé (no 886), avant que, vers le milieu du Ier siècle, l’ensemble de l’îlot ne subisse une restructuration dont tout nous échappe. Un sanctuaire se développe également au cours du Ier siècle dans cette partie septentrionale du bourg.

444Dans la partie méridionale en revanche, la terrasse des horrea, aménagée dans le dernier tiers du Ier siècle ap. J.-C., vient recouvrir directement les traces ponctuellement observées d’une occupation de nature imprécise datée vers la fin du IIe siècle av. J.-C. ; elle s’appuie à la voie qui constitue sa limite orientale. En contrebas à l’est, d’autres vestiges ont été ponctuellement signalés ou fouillés anciennement.

445Ludna apparaît donc, en l’état actuel des connaissances, comme un village, et non une villa, et comme un village-rue, dont la fonction de stockage est, au Ier siècle ap. J.-C. en tout cas, particulièrement développée. Cette configuration un peu particulière mérite qu’on s’arrête sur quelques points.

1.8.1. LA VOIE MAJEURE À LUDNA

446On peut considérer que le tracé de la voie majeure sur le territoire de la commune est désormais connu dans ses grandes lignes, et particulièrement de la Vauxonne à Patural, où la voie nous apparaît comme une construction en marge de l’îlot septentrional, mais intégrée à la terrasse des horrea et édifiée en même temps qu’elle. On peut cependant douter que cette voie n’ait pas été précédée d’une plus ancienne, comme le suggère la présence du portique qui borde la face occidentale du bâtiment no 885 de l’état II, et son alignement sur l’axe de la partie médiane de la voie sur la colline ; mais nous n’avons pas trouvé la trace de cette voie ancienne.

447Deux solutions différentes ont été choisies pour construire cette voie. Sur la terrasse des horrea, on a classiquement constitué un noyau de blocs recouvert d’apports gravillonneux et sableux, lourdement damés à l’extrémité méridionale où la voie aborde la pente vers le sud. Plus au nord sur la colline et encore à Gravin, la voie est constituée d’une épaisse lentille de graviers prise dans une tranchée. Ces choix sont adaptés à des objectifs différents, puisqu’il s’agit de soutenir la terrasse artificielle d’une part, de caler la route en milieu instable de l’autre ; leur complexité, leur coût aussi sans doute, sont différents.

1.8.2. L’ABSENCE D’UN CARREFOUR ROUTIER À LUDNA

448La tradition érudite, nous l’avons dit, a considéré, depuis le début du XIXe siècle au moins, qu’à Ludna se croisaient deux axes forts, l’un, nord-sud, et nous l’avons trouvé, l’autre, est-ouest, et nous l’avons cherché en vain.

449Sur la colline même, les données de fouilles et les prospections de M. Martinaud ne permettent pas de démontrer l’existence d’un embranchement vers l’ouest à partir de la route de Lyon vers le nord dans l’agglomération même de Ludna. Dans la partie septentrionale, où les vestiges sont, il est vrai, très détruits, ni les prospections ni les sondages n’ont montré de départ de voie nouvelle. Il est vraisemblable cependant que nous échappent des rues ou des ruelles qui donnent accès notamment à la partie occidentale du bourg, si du moins son extension vers l’ouest est bien celle que nous supposons. Dans la partie méridionale, sur toute la longueur de la terrasse des horrea, l’image électrique est sans ambigüité dans les parcelles no 394b et 397. Un sondage en tranchée (05.3) ouvert dans le chemin des Gaulois a pallié une lacune improspectable d’une vingtaine de mètres, tandis que, dans la parcelle no 394a, où les résultats de la prospection sont décevants, les sondages archéologiques permettent d’écarter l’hypothèse d’un carrefour. On n’observe pas davantage de départ de voie vers l’est et la Saône, notamment pas en direction du « gué de Grelonges » et à travers les basses terres, où les sites repérés ne s’ordonnent pas particulièrement par rapport à une route et à un point de franchissement, tandis que les prospections subaquatiques n’y rencontrent pas de témoins d’une fréquentation de la rive comparable à ceux du Bourdelan d’Anse (voir p. 341-344). Du reste, le seul pôle d’attraction proche qu’on connaisse sur la rive gauche de la rivière se trouve à Montmerle, où l’on a de bonnes raisons de supposer l’existence d’un bourg antique (Buisson 1990 : 143-144 ; Caclin 1995 : 56-99). Mais on est là à trois kilomètres au nord-est de Ludna (fig. coul. 1).

1.8.3. LA PART DE L’ACTIVITÉ ARTISANALE

450Parmi les fonctions habituellement dévolues aux agglomérations secondaires figurent les activités de production artisanale. À Ludna, l’étude de Th. Argant et de G. Reille a montré que le fumage de viande de bœuf constituait une des activités du bourg, peu tourné du reste vers la chasse. La production textile, domestique peut-être, est attestée par quatre pesons de terre cuite au musée de Ludna (Buisson 1993 : 72-73), mais dans la faune, les caprinés sont peu nombreux et semblent avoir été élevés et abattus ailleurs qu’à Ludna.

451D’autre part, la métallurgie et la poterie ont déjà attiré l’attention, mais le maigre corpus des données doit être revu à la lumières des fouilles récentes.

452En effet, dans la présentation sommaire qu’il a faite du bourg de Ludna, A. Buisson (1993 : 14) a insisté sur l’activité liée à la route, « avec ce que cela comporte comme ateliers (des rebuts de fonderies ont été trouvés en quantités importantes lors des prospections dans la partie nord du site) » ; l’activité métallurgique de Ludna est également signalée par O. Faure-Brac (2006 : pl. 31). De fait, les prospections systématiques que nous avons menées en 2002 sur la colline de Patural ont montré l’accroissement du nombre de scories de fer récoltées dans la partie septentrionale de l’emprise étudiée. De plus, le fond ancien du musée de Ludna conserve un bloc -tuyère (sur le type, voir Orengo, Bonnon, Bevilacqua 2000) provenant assurément de la colline de Patural (Buisson 1993 : 29 : inv. CD 33, identifié comme « bloc de tourne-broche ? ») ; un autre fragment de bloc -tuyère analogue a été découvert, hors contexte, dans le sondage 09.1. Cependant, l’étude de la forge fouillée sur la terrasse des horrea a montré qu’une partie au moins de l’activité métallurgique était liée au chantier de construction de la terrasse. Dans le sondage 03.5 d’autre part, l’US 109 a livré des scories de fer antérieures à la construction de la voie ; mais on ne peut affirmer qu’elles témoignent d’une activité artisanale continue plutôt que, à nouveau, d’une production ponctuelle répondant aux besoins du chantier. Il est vraisemblable du reste que l’accroissement du nombre de scories vers le nord tienne pour partie au fait qu’ils y soient plus affleurants, l’érosion ayant été ici plus forte qu’au sud.

453En revanche, l’activité de production céramique est mieux attestée. Vers 1929-1930 en effet, les fouilleurs de Ludna ont mis au jour, dans l’actuelle parcelle L 2, no 394, des structures dont, au moment de leur découverte, la nature, le nombre et l’orientation ont fait difficulté. Ainsi Ballofet (1932 : 36, repris dans Audin 1953, qui n’évoque qu’un seul four) évoque-t-il « tout un système de four [sic] à galerie en brique, [dont] il n’a pas été possible jusqu’ici de déterminer s’il s’agit d’un four de potier ou d’un système de chauffage ». Sur le plan Mortamet des fouilles de Ludna, deux fours sont figurés, qui présentent l’un et l’autre une ouverture à l’ouest (fig. 12, no 11). Le plan de Ballofet (1932) montre deux ouvertures face à face, ce que reprend la maquette du site réalisée sans doute en 1938.

454Prises au moment des fouilles et retrouvées par Ph. Branche dans le fonds Guillermet à la Maison du Patrimoine de Villefranche-sur-Saône, deux photographies, dont l’une avait été publiée en petit format (Ballofet 1930 : 16), montrent clairement l’alandier circulaire (diam. : 1 m environ) d’un four rasé sous le niveau de la sole (fig. 141). Le matériau employé à la construction serait de la brique selon Ballofet, même si la maquette du site suggère une construction en petit appareil. Les photographies montrent un appareil mixte, mêlant des tuiles et des pierres liées au mortier lissé en surface. L’emplacement du foyer et le canal de chauffe ont été sommairement dégagés, donnant aux fouilleurs l’impression qu’il existait deux structures distinctes.

455L’emplacement de cette découverte a été localisé grâce aux prospections magnétiques de M. Martinaud (fig. coul. 16) et sondé (sondage 04.7) : les vestiges sont aujourd’hui à peu près entièrement détruits. Dans ce sondage, un important mobilier céramique a été retrouvé en vrac aux abords de la structure, et attribué par C. Batigne Vallet au IIIe siècle ap. J.-C. Une seconde anomalie (B) pourrait correspondre à un autre four à une douzaine de mètres à l’est du précédent ; une troisième (C), à une soixantaine de mètres au sud, pourrait être interprétée de la même façon ; les autres anomalies (D à H) désignent des perturbations récentes.

Fig. 141 - Four de potier mis au jour vers 1929-1930 (Maison du Patrimoine de Villefranche-sur-Saône, cliché du fonds Guillermet).

1.8.4. UN TERROIR INGRAT ET CULTIVÉ

456À l’exception des terres basses plus limoneuses et plus riches que, dans l’Antiquité, la villa de Boitrait a pu exploiter pour l’élevage, le terroir de Saint-Georges-de-Reneins a paru plutôt ingrat à cultiver. Ainsi, en 1788, la réponse, peut-être pas dénuée de quelque arrière-pensée, de l’assemblée municipale de « Rognains » à l’enquête du Contrôleur général de la province de Beaujolais (BM Villefranche-sur-Saône, dossier 3 m 45), signale qu’à Saint-Georges, « le sol dans une partie est d’une terre grasse et dans l’autre d’une terre légère et sablonneuse […]. Ces deux parties de terres, quoique différentes, sont également arides et ingrates. Il faut y multiplier les cultures et prodiguer les améliorations pour les rendre fertiles. La culture de la première est même très difficile dans les temps secs comme dans les temps pluvieux ; souvent même elle est impossible ».

457Pour les périodes plus anciennes, les analyses palynologiques des prélèvements effectués dans le marais de Boitrait indiquent qu’au haut Moyen Âge « le paysage [y] apparaît très déboisé […]. Les indices de cultures – céréales, noyer – vont ensuite en s’amplifiant […]. Plantago et Rumex indiquent des prairies probablement gagnées sur le marais » (Argant et al. 2011), dont les parties conservées du cadastre de 1787 (AM SGR) montrent qu’elles perdurent alors.

458Mais pour l’époque impériale, les données sont absentes dans le marais de Boitrait. Elles sont assez minces sur la colline de Ludna, où douze prélèvements ont été effectués dans les sondages 06.1, 06.3, 06.4, 06.5, mais où le milieu sableux se prête mal à la conservation des pollens. Les analyses mettent en évidence « la forte proportion des pollens d’herbacées […] qui suppose l’existence de prairies proches ou de foin apporté sur le site pour le bétail » (Argant et al. 2011) ; on rappellera ici la relative importance des bovidés dans la faune de Ludna, et surtout l’orientation de leur élevage vers la production et le fumage de viande sur le site. Cependant, « les cultures sont également attestées de façon très nette par l’abondance du pollen de céréales. Les taux relevés ne dépassent pas 3 % mais sont significatifs de champs cultivés proches » (Argant et al. 2011), dont cependant la part dans le paysage rural antique ne peut être évaluée.

459Il faut enfin remarquer qu’en dehors des terres basses (villa de Boitrait), les prospections que nous avons menées dans le bassin de Saint-Georges-de-Reneins n’ont pas rencontré de site d’un niveau remarquable par sa superficie – elle ne dépasse guère une centaine de m2 –, ou par son luxe – absence de tubulures d’hypocauste, de tesselles de mosaïque, de fragments de marbre. La relative densité des points de découverte autour de Ludna ne tient qu’à nos propres travaux et à la collaboration avec des prospecteurs locaux. À l’inverse, la pauvreté de la zone de Villefranche-sur-Saône reflète surtout l’importance de l’urbanisation moderne dans cette région. En l’état actuel, on ne connaît en fait pas d’autre villa que celle de Boitrait à moins de sept kilomètres de Ludna : à celles, déjà mentionnées de Taponas (8 km), de Belleville peut-être (7 km), et de Béligny à Villefranche-sur-Saône (7 km), il faut peut-être ajouter un site apparemment important à Odenas, au lieu-dit La Chaize (8 km à l’ouest). Certes, la superficie limitée de nos prospections interdit toute conclusion sur le mode d’exploitation et d’occupation de cette région ; au moins doit-on retenir que ce terroir n’a pas reçu de luxueuses résidences, et que nous sommes loin ici, nous le verrons, de la densité de villae observée dans le bassin d’Anse.

1.8.5. LA PRÉSENCE D’ENTREPÔTS ET DE GRENIERS SUR PILIERS

460Dans la partie septentrionale de la colline de Patural, la substitution d’un entrepôt de plus de 400 m2 à une parcelle d’habitation n’est pas sans intérêt et témoigne du développement d’une activité de stockage sur le site dès l’époque augustéenne. Elle peut être rapprochée, toutes proportions gardées, de celle que manifeste la présence d’horrea dans les agglomérations secondaires de Novioregum (?) [Barzan, Charente Maritime : Bouet 2008 : 119] et d’Ad Horrea (Mandelieu-La Napoule : Alpes Maritimes : Lautier, Rothé 2010 : 395), l’un et l’autre, de grande taille (3 000 m2 et 6 000 m2) et organisés autour d’une cour centrale ; mais ces deux sites ont une activité portuaire que nos travaux n’ont pas mise en évidence à Ludna.

461C’est du reste surtout la partie méridionale de l’agglomération, occupée par la terrasse des horrea, qui en constitue le quartier le plus original. En effet, la présence d’entrepôts aériens surprend. On connaît mieux ces dernières années les greniers de stockage à la production, en milieu rural (Ferdière 1988 : 74-79 ; Van Ossel 1992 : 154-155 ; Demarez, Othenin-Girard 2010 : 389-390, fig. 360) ; ce n’est pas le cas ici où les prospections nous permettent d’exclure que les greniers se rattachent à une villa proche du bourg. D’autres greniers ventilés sont construits en ville pour satisfaire à la consommation urbaine. On connaît par exemple les granaria sur hypocaustes d’Ostie, de Djémila, ceux de Thamussida (Papi, Martorella 2007). Des greniers monumentaux sur piliers du Ier siècle ap. J.-C. ont été identifiés à Reims (Rollet 2004) ; à Amiens, semble-t-il, une partie du forum serait transformée au Bas-Empire en un grenier sur hypocauste (Bayard, Massy 1983 : 240, fig. 118). Ces structures ne sont généralement pas attestées dans les agglomérations secondaires gallo-romaines, dont la proximité avec le milieu rural n’impose pas qu’on y construise des lieux de stockage intermédiaire entre producteurs et consommateurs civils.

462D’ailleurs, à Ludna, l’ampleur des aménagements, sur une terrasse de plus de cent mètres de long, dépasse les besoins du bourg et sans doute aussi les moyens techniques dont il dispose pour les réaliser. De ce point de vue, on peut comparer ces travaux à la vaste opération d’exhaussement réalisée à Ambrussum : J.-L. Fiches (2009 : 351) a même suggéré qu’y soient intervenus des « représentants de l’administration impériale » plutôt que de la civitas. De même ici, la réalisation simultanée de la route, de la terrasse et des entrepôts aériens invite à en faire un même projet public, sans que l’intervention de l’armée puisse y être affirmée, vu le nombre très restreint de militaria d’ailleurs ambigus (fig. 76) retrouvés dans les fouilles.

463Constat frustrant, on ne saurait, faute de données textuelles, aller plus loin pour l’instant et se livrer à la construction d’un brillant système historique, d’autant que nous échappe encore aussi le nombre total de ces bâtiments, et par conséquent la capacité de stockage du site : deux greniers sont restituables, mais d’autres édifices ont été détruits lors de l’ouverture de la tranchée de la voie ferrée. On ne doit notamment pas retenir l’hypothèse que ces greniers relèvent des structures de l’annone de Rome, dont le prélèvement de céréales sur le territoire des Gaules semble avoir été très circonstanciel (Pavis d’Escurac 1976 : 129-134). Au reste, l’inscription CIL XIII, 1979, où l’on avait cru lire la mention de riparii annonarii, des « annonaires du rivage » chargés d’embarquer les céréales de l’annone sur la Saône, est perdue et son texte douteux : la restitution annonarii riparii, due à Reinesius au XVIIe siècle, ne fait pas l’unanimité : alors qu’H. Pavis d’Escurac (1976 : 205) n’émettait pas de réserves, Mommsen proposait c[e]ntonarior (um et) [s]a[g]ariorum et P. Wuilleumier (1948 : 70) se montrait dubitatif. Du reste, d’autres denrées que les céréales pouvaient être stockées dans des greniers aériens, parmi lesquelles peut-être une partie de la viande fumée produite à Ludna.

464Sans doute un des éléments de l’analyse est-il à chercher dans le rôle d’étape routière qu’assume Ludna, mais toutes les étapes routières n’ont pas d’entrepôts au sol ou aériens ; un autre élément peut être trouvé dans la marginalité de Ludna, séparée de la capitale de la cité des Ségusiaves par les Monts du Lyonnais et du Beaujolais, et un troisième, surtout, dans la relative proximité de la capitale des Gaules, gros centre de consommation, siège administratif, où séjourne une cohorte urbaine (Pelletier 1999 : 33-34). Enfin, le parallèle peut être fait avec Anse où, nous le verrons, l’enceinte du Bas-Empire assure, semble-t-il, la sécurité des marchandises et non celle d’une agglomération.

1.8.6. LE TEMPS LONG À SAINT-GEORGES-DE-RENEINS

465Bourg d’époque impériale, Ludna a été précédé vers la fin du IIe siècle av. J.-C. par une première occupation, de nature encore imprécise ; elle a été observée de manière très ponctuelle, sur plus de cent mètres, dans les sondages de la partie méridionale, où, sous les remblais de la terrasse artificielle, elle était peu accessible à nos travaux. Ce point d’occupation peut être rapproché d’autres sites connus à proximité de la Saône jusqu’à Mâcon.

466Si l’époque julio-claudienne est bien documentée, les traces d’occupation se raréfient ensuite, et les données postérieures au IIe siècle ap. J.-C. sont ténues. La série monétaire réunie sur la colline comporte quelques monnaies du IIe et du IIIe siècle. Au IVe siècle, on compte dans les fouilles anciennes neuf monnaies, et la série s’achève par une monnaie de Jovin, frappée à Lyon en 411-412. Les fouilles récentes n’ont pas livré de vestiges attribuables à cette période, mais un nummus de Constantin et un autre de Flavius Victor, hors contexte. Le mobilier céramique se raréfie au IIe siècle, à l’exception du comblement d’une fosse (ensemble Saint-Georges-de-Reneins IV étudié p. 359), et au IIIe siècle. Il est absent ensuite : des deux fragments de DSP grise conservés au musée de Ludna et évoquées par A. Buisson (1993 : 14), l’un provient du « Châtelet », c’est-à-dire de la colline du Châtelet d’Andance, fouillé par L.-B. Morel, qui était en relation avec L. Foillard (Béal 2007b : 68 ; sur le site : Béal 2005-2006b), l’autre (Buisson 1993 : 80) est sans provenance.

467En revanche, les sites périphériques, et tout particulièrement la zone de Boitrait, livrent en prospection un mobilier céramique et numismatique des IIIe et IVe siècles nettement plus abondant (voir p. 375, l’étude numismatique de D. Frascone).

468Ludna n’apparaît donc pas déserté au IVe siècle, mais l’occupation y est sans doute réduite, impression que l’érosion du site accentue pour cette période. Elle contraste en tout cas avec l’occupation des sites périphériques.

469Par la suite, un épisode majeur est l’émergence d’un site nouveau de « Reneins », à deux kilomètres au nord de Ludna. Le toponyme est sans doute issu de l’adjonction d’un suffixe -ingos d’origine germanique à un hydronyme celtique reno- (Vurpas, Michel 1997 : 57 et 121) ; la forme Reneins se rattache à la série des toponymes en -eins mieux connus sur la rive gauche de la Saône et qu’on considère comme burgonde (Billoin et al. 2010 : fig. 9 ; avec des réserves : Escher 2006 : 260).

470À la sortie nord du bourg actuel, à proximité de la voie, une tombe du cimetière de Gravin est datée par C14 du IXe siècle. Les premières mentions de « Reneins » et de son église remontent à des documents du Xe siècle.

471Reneins est assis sur une autre butte de sable, point haut visible dans le paysage comme l’était le sommet de la colline de Patural. Il domine en outre un resserrement du lit majeur de la Vauxonne, franchie plus commodément ici qu’en amont ou en aval. Sans doute est-il aussi, désormais, à la croisée de la route de Lyon vers le nord avec un axe en direction de Montmerle-sur-Saône, site stratégique au bord de la rive gauche de la Saône, dont une description de 1650 dit que son château, « sur la croupe d’une petite montagne un peu avancée, […] a vue par-devant et par derrière sur la rivière » (texte cité dans Varax 1999 : 130). Ce nouveau site de Reneins répond donc à d’autres objectifs que ceux qui avaient présidé au développement du Ludna, dont le toponyme disparaît sans laisser de traces.

472Du reste, le bourg de Reneins est concurrencé à partir du XIIe siècle par Villefranche au sud et Belleville au nord (fig. coul. 1), l’une et l’autre étant, à moins de dix kilomètres de Reneins, des créations urbaines du Moyen Âge issues de volontés politiques fortes. Aussi Reneins tarde-t-il à se développer. En 1570, selon les notes manuscrites recueillies par l’abbé Blanc et dont nous devons la connaissance à J.-L. Bellaton, la population du bourg, moins nombreuse que celle des hameaux, représente moins d’un cinquième de la population totale de la paroisse. Jusqu’au XVIIIe siècle, l’église, à l’écart, n’est accessible que par un sentier, tandis que l’habitat s’étire au bord de la route ; ce sont quelques maisons peuplées d’artisans liés à la route et d’hôteliers. Il faut attendre la fin du XVIIIe siècle pour qu’un véritable bourg commence à se constituer.

Notes

1 Que soient ici remerciés les étudiants qui ont participé aux campagnes de fouilles successives : T. Amraoui, C. Aribaud, Cl. Barrancos, R. Bayoux, C. Bazillou, E. Bégué, J. Bessenay-Prolonge, A. Beylier, S. Bézault, I. Bianic, L. Bichon, T. Bissuel, G. Blanchard-Gros, J. Bohny, J. Bonnéric, E. Bouet, V. Boutin, C. Burel, L. Burlet, E. Cellard, C. Chamoux, A. Cheneaux, P. Chirol, J. Clerc, B. Collange, R. Collas, C. Collomb, A. Colombier, A. Coursodon, M. Dhaou, R. D’Addario, E. Desserle, L. Doctrinal, P.-A. Donzé, C. Driard, E. Dumas, G. Epinal, E. Estur, L. Fabre, C. Faurite, S. Favrat, A. Febvey, L. Fleurus, M. Fleury, D. Gandia, M. Garcia, Th. Genty, J. Gerez, E. Gorgerin, J. Grasso, L. Greppo, I. Guyot, O. Henry, B. Hofmann, J. Javelle, S. Jomain, M. Kielb, R. Koch, M. Lagrange, F. Labit-Rovira, A. Langlois, M. Lassasseigne, S. Le Berre, C. Léger, V. Lopez, Th. Mabire, St. Marchand, P. Martinez, S. Mayoud, A.-L. Meunier, L. Motta, M. Nogard, Cl. Pagnoux, V. Paintrand, J. Pellégrina, Ch. Pheulpin, N. Piret, E. Plessiat, M. Ploux-Chiles, S. Priasso, F. Prioux, G. Ratel, C. Rigot, Ch. Rocha, J. Rossignol, S. Saint-Lager, A. Servais, O. Sire, J. Tanzilli, J. Thiot, D. Thivand, F. Thomas, F. Torriero, E. Trion, A. Tripiez, J. Vial, M. Viannet, M. Yegavian.

2 Nous remercions la société des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône qui a aimablement mis à notre disposition le relevé micro-topographique exécuté dans ce secteur préalablement à l’ouverture de l’autoroute A6 et à la création du lac de Boitrait.

3 La marne est une argile calcaire abondamment employée sur le site ; souple à l’état humide, elle durcit en séchant, comme le fait une argile. Des affleurements en sont en outre visibles aujourd’hui dans le lit de la Vauxonne à quelques kilomètres au nord du site.

4 Nous remercions M. Montagné, ingénieur général honoraire de la SNCF, et l’Association pour l’histoire des chemins de fer en France pour les renseignements qu’ils ont bien voulu nous communiquer à ce sujet.

5 Pour chacun des dossiers examinés dans les pages suivantes, C. Batigne Vallet a étudié annuellement le mobilier céramique issu des différents sondages, et sa contribution apparaît dans les rapports de fouilles ; elle a d’autre part repris et mis à jour l’ensemble de la documentation céramique en 2010-2011, et l’élaboration de la chronologie des faits a été menée de concert avec elle.

6 Nous remercions M. Monfray, propriétaire de ces terrains, qui nous a autorisés à y ouvrir nos sondages.

7 Complétant les données de terrain, l’identification du sexe, de l’âge et des conditions de l’inhumation sont le fait de D. Gandia (étudiant en paléopathologie à l’université Claude Bernard Lyon 1), qui a participé à la fouille, et d’E. Gatto (Inrap), qui a bien voulu examiner la documentation.

8 Le plan Mortamet fait état dans ce secteur d’un « mur » (no 14) et de substructions indéterminées.

9 AD Rhône, 1 C 123 : « À un quart de lieue de Saint-Georges-de-Rogneins, entre ce village et Villefranche, on trouve des sables qui fatiguent les voyageurs et les voitures […] on trouve toujours les sables que l’on cherche à éviter du côté de Saint-Georges-de-Rogneins » ; BM Villefranche, 3m 45 : « les sables ont pendant longtemps rendu l’abord du bourg [de Saint-Georges] inaccessible aux voyageurs ».

10 Lettres II, 17, texte établi et traduit par A. M. Guillemin, Paris, Belles Lettres, 1969.

11 Silves IV, III (texte établi par H. Frère et trad. par. H. J. Izaac, Paris, Belles Lettres, 1961) : alto egestu penitus cavare terras ; mox haustas aliter replere fossaset summo gremium parare dorso, ne nutent sola.

12 Cloisons larges de 0,14 m dont l’ossature de bois était hourdée de fragments concassés de tubulures d’hypocauste et de tuiles dans la pièce no 60 de l’aire B du centre monumental : inédit (fouilles J.-Cl. Béal).

13 Dans une tranchée d’orientation ouest-est ouverte à l’extrémité orientale du sondage 03.5/N, nous avons repéré, à 10,50 m à l’est du logement de sablière no 870, et à 187,90 m d’altitude, la tranchée de fondation, ouverte dans le terrain naturel sableux (l. : 0,40 m), d’un mur épierré d’orientation nord-sud (fig. 34 à droite). En l’absence de niveaux archéologiques, on ne peut rattacher ce fait au bâtiment no 886 – ou à quelque autre.

14 Voir ci-dessus les fragments de cloison de marne de la pièce no 1295 ; l’état de ces fragments ne permet pas de pousser plus loin l’analyse sur le mode de mise en œuvre du matériau. Le recours à la marne dans les élévations est rarement signalé, peut-être parce que le matériau est confondu avec l’argile. Un exemple certain et inédit de cloison intérieure en marne est à signaler à Bas-en-Basset (lieu-dit Les Salles, fouilles E. Dumas [Inrap] en 2010). Les auteurs antiques semblent évoquer l’emploi de la marne dans la fabrication des briques crues : Chazelles-Gazzal 1997 : 11.

15 Sur la douzaine de prélèvements palynologiques effectués en 2006 à Ludna par J. Argant, deux seulement ont fourni des résultats exploitables. L’un d’eux provient de l’US 702 ; le second provient de l’US 722, un aménagement ponctuel de sol à l’aide de fragments de tuiles, recouvert par l’US 702.

16 Engagé à l’envers sous l’un de ces blocs et à son contact, est apparu un bol presque complet en sigillée signé de FONTEIANVS, appartenant au Service II, et probablement produit à Lyon (inv. 06.1) : il peut avoir constitué un dépôt de fondation.

17 Régionalement, un mur de briques crues enduit est aussi signalé sur la rive gauche de la Saône, à Reyrieux (Ain) dans la villa de Château Vieux (Buisson 1990 : 159 ; Caclin 1995 : 103).

18 Le logement de sablière est long de 22,80 m, à quoi s’ajoute au moins le passage de plus de deux mètres limité par la tranchée no 897.

19 Comme on le verra aussi, nous émettons l’hypothèse que le bâtiment no 673, très dégradé, pourrait être un entrepôt morphologiquement comparable au bâtiment no 886.

20 Sur la fig. coul. 5, les zones de résistance les plus fortes apparaissent en orange et en rouge ; la lacune de la parcelle no 394a apparaît en bleu.

21 Pour l’essentiel, nous résumons ici, une contribution de C. Batigne Vallet, G. Maza et S. Mayoud (2009), présentée en 2006 à l’occasion du XXe colloque de l’AFEAF et dont nos travaux récents n’ont pas modifié les résultats.

22 Dans le sondage périphérique 09.1, les matériaux déchargés sont répartis au râteau, en lits d’épaisseur souvent assez constante (fig. coul. 10).

23 Le foisonnement se définit comme le rapport entre le volume occupé par une roche abattue et le volume occupé par la même roche en place. Il atteint 2 pour les roches dures.

24 Avec des piquets et non des poteaux ou des pieux, la technique est, en réduction, assez comparable à celle que Vitruve (De Architectura II, 9, 10 ; III, 4, 2) recommande en milieu humide ou dans les zones de remblais (loci congesticii), pour « enclouer » (configare) les fondations des édifices.

25 Nous reprenons ici l’inventaire des objets et des scories de fer fait par E. Gorgerin dans le cadre de son stage de master professionnalisant en archéologie (université Lumière Lyon 2).

26 Un fragment de bloc -tuyère destiné à l’équipement d’un soufflet de forge a été découvert hors contexte, lors du décapage du sondage 09.1.

27 Sous cette appellation générique sont désignés des calcaires bathoniens de la vallée de la Saône provenant du chaînon de calcaire jurassique qui s’étire au sud de Villefranche-sur-Saône entre Pommiers et Marcy (voir ci-dessus la contribution d’A. Schmitt).

28 On observera au passage ici, à nouveau, l’imbrication des apports de remblai no 349 et 355, déversés depuis la voie à l’est et des US 283 et 254 de l’aire de service.

29 Pour G. E. Rickman (1971 : 230), les greniers militaires de la Britannia sont un peu plus étirés que ceux du limes de Germanie : il propose un rapport L./l. de 3/1.

30 Pline (HN XVIII, 66) écrivait à peu près la même chose : voir le commentaire de ce passage, repris d’A. Jardé, dans l’édition des Belles Lettres : 211.

31 À Alle (Suisse : Demarez, Othenin-Girard 2010 : 393-394), l’évaluation des masses d’orge (avec une masse volumique retenue de 0,630 kg par litre) qu’on pourrait stocker dans le grenier des Aiges varie de 23,7 tonnes à 35,6 tonnes selon qu’elle est faite sur la base d’un stockage en tas ou en caissons.

32 L’effet de cisaillement serait encore plus fort si une partie de ces poteaux se prolongeait dans l’élévation comme le propose par exemple la restitution de Bushe-Fox pour l’un des greniers de Richborough : voir Mannig 1975, fig. 2 A.

33 Selon G. Blanchet (2002), les vents faibles à nuls représentent aujourd’hui le tiers des épisodes venteux du Val de Saône, contre 10 % par exemple à Paris, et les brouillards règnent entre 50 et 70 jours par an, « sans doute un peu plus dans certaines localités proches de la Saône. Le Val de Saône est sans doute l’une des régions de France les plus brumeuses ». Sidoine Apollinaire (Lettres I, 8, 1-2) a rendu célèbres les nebulae lyonnaises.

34 Les entrepôts construits à Vienna sont d’une tout autre ampleur : 2 600 m2 environ pour les « grands entrepôts » à cour centrale de Saint-Romain-en-Gal (Collectif 1999 : 60-63) ; entre 12 000 et 17 000 m2 pour les grands entrepôts « annonaires » de la rive gauche (Le Bot-Helly 1989).

35 Un ensemble, rue de Veyle, est attribué au Ier siècle. La faune en a été étudiée par Th. Poulain (Rapport Poulain 1992).

36 Lignereux, Peters 1996 : 71. Ces auteurs font référence au site d’Augusta Raurica dont la faune a été étudiée par J. Schibler.

37 Bixio 1844 : 498 : « L’âge de l’animal est aussi fort à considérer. Les jeunes [porcs, NDR] peuvent être engraissés avant le sevrage pour être vendus comme cochons de lait ; après le sevrage [2 mois], pour produire du petit salé ; plus tard [vers 18 mois - 2 ans], quand on veut obtenir beaucoup de chair et de lard. »

38 Corpus d’âges d’abattage probable établi à partir du stade d’usure dentaire (méthode de Ducos modifiée par Helmer, 2000) cumulé au stade d’épiphysation des os (référentiel de Barone, 1976 : 53).

39 À ces travaux, et à l’ensemble des opérations menées par le GRAAL dans la Saône entre Belleville et Anse, ont participé Bailly P., Barbier G., Bernard J., Béroujon M., Bocquel O., Boissier Y., Bonneau F., Bretagne E., Canque M., Carillon F., Charleux G., Clua D., Dangléand R., Darnis T., De La Brière G., Delbarre G., Derbier J., Desage A., Dune M., Fournier B., Freydière G., Gacon C., Gassani J.-P., Gely T., Grégoire D., Guyon M. (RO), Hayon J.-F., Laurent F., Lavocat A. (RO), Léo P., Le Ru L., Letuppe J., Mallinjod C., Marote P., Martin D., Martin L., Mélikian G., Mercadier P., Minvielle J.-M., Molière O., Montiel M., Navetat M., Neyret F., Oudot E., Péchereau A., Périer B., Pothé F., Prat H., Ramu P., Ramu Q., Raymond M., Ravard A., Santa R., Sigaud D., Tersou J.-J., Tetgen E., Thireau G., Triola R., Trouillet M.-H., Tubert H. 115

40 Étude de D. Frascone.

41 L’abbé Just Blanc, vicaire à Saint-Georges-de-Reneins dans les années 1870 est l’auteur de notes manuscrites sur l’histoire de cette commune. Nous remercions M. J.-L. Bellaton de nous en avoir transmis une copie.

42 Un petit cimetière de « tombes sous dalles » sans doute médiévales a été découvert vers 1840 immédiatement au nord-ouest du bâtiment de la Grange du Diable (Besançon 1907, plan de la p. 111, no 5).

43 On remarquera sa prudence méthodologique, puisqu’il soulignait les limites de son approche, inopérante d’une part sur la rive où se trouvait le chemin de halage (la rive gauche entre Mâcon et Lyon) dont l’établissement a « confondu et masqué la plupart des stations qu’il rencontre », et d’autre part sur les sections où la berge n’est pas escarpée et n’offre pas du coup une coupe naturelle du terrain (Arcelin 1868 : 268).

44 Nous remercions la SCI de Boitrait, propriétaire de ces terrains, son gérant, M. Benoit du Rey, et M. de Parscau, qui nous ont autorisés à y ouvrir nos sondages.

45 Ce site est mentionné par erreur sur la commune de Villefranche-sur-Saône dans Faure-Brac 2006, no 14 : 550.

46 Un peu plus étendue que la notre, elle est comprise entre la Chalaronne à Thoissey au nord et Massieux, en face de Quincieux au sud.

Table des illustrations

Légende Fig. 10 - Carte des zones d’étude de Saint-Georges-de-Reneins (fond actuel). 1 : Gravin, les Vernayes (développement : fig. 19) ; 2 : Ludna (développement : fig. 13, 14 et 20 ; 3 : Boitrait (développement : fig. 138) [DAO : M. Lagrange].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 11 - Ludna, partie conservée du plan Jaquiot, en noir, superposé au cadastre actuel (mise au net : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 12 - La partie méridionale de la colline de Ludna sur le plan Mortamet, superposé au cadastre actuel : no 1 : nécropole, no 2 : substructions, no 3 : tranchée de fouille, no 4 : voie romaine, no 5-6 : tranchées de fouille, no 7 : canal, no 8 : mur, no 9 : fouille, no 10 : squelette et murs, no 11 : fours de potier, no 12 : tranchée de fouille ; hachuré : substructions indéterminées (dessin et texte de la légende : G. Mortamet ; mise au net : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 13 - Le cadastre actuel de la colline de Ludna et, en grisé, l’emprise du bourg antique (mise au net : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 14 - Localisation des sondages ouverts sur la colline de Ludna entre 2003 et 2009 (dessin et mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 15 - Salle sur hypocauste du bâtiment no 299 et ses abords dans le sondage 04.5 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 16 - Localisation du sondage de Gravin en 2009 (relevé et mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 17 - Plan et relevé stratigraphique du sondage de Gravin, sections A-B, C-D-E, et F-G (relevé : J. Bohny, mise au net : Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 18 - Gravin, tombe no 1 ; la découpe orthogonale autour de la tête résulte d’un effet de fouille (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 19 - Évolution du réseau sur le plateau des Vernayes entre la Vauxonne et le vallon des Gouttes (fond de plan : document cadastral daté de 1810 et conservé aux AM de Saint-Georges-de-Reneins ; dessin : J.-Cl. Béal ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 20 - Plan général de l’agglomération de Ludna (dessin et mise au net : E. Dumas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 21 - Ludna, traces de labour moderne dans le sondage 07.2 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 22 - Ludna, sondage 07.2, stratigraphie de la partie basse du terrassement oriental (relevé : O. Henry et A. Tripier ; mise au net : E. Dumas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 23 - Ludna, coupe partielle de la voie dans le sondage 03.5 (relevé : J. Rossignol ; mise au net : E. Dumas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 24 - Ludna, coupe du talus oriental de la voie dans le sondage 03.5 (relevé : J. Rossignol ; mise au net : E. Dumas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 25 - Trous de piquets sous le talus oriental de la voie dans le sondage 03.5 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 26 -Ludna, coupe du talus oriental de la voie recouvert par les remblais de nivellement de l’état IV dans le sondage 06.3 ; à gauche, découpe du caniveau no 11 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 27 - Ludna, tracé restitué de la voie entre l’agglomération et les Tournelles ; profil topographique montrant l’emplacement de la voie (dessin : J.-Cl. Béal ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 28 - Plan du sondage 03.6 et assemblage avec le plan Mortamet des fouilles de P. Wuilleumier (DAO : S. Mayoud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 29 - Plan des vestiges du fanum no 91 à l’est du chemin des Gaulois (relevé : J. Bonneric et S. Favrat ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 30 - Le fanum no 91 vu du nord (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 31 - Le tétrapyle mis au jour par P. Wuilleumier d’après la maquette de Ludna conservée au Musée municipal de Saint-Georges-de-Reneins (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 32 - Fragment de statue en calcaire : jambe gauche d’un enfant (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 33 - Ludna, plan général de l’îlot septentrional, parcelles A et B (dessin : E. Dumas, mise au net : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 34 - Coupe schématique ouest-est de l’îlot septentrional (dessin : J.-Cl. Béal ; mise au net : E. Dumas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 35 - Ludna, îlot septentrional, plan général de la parcelle A (dessin : E. Dumas, mise au net : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 36 - Îlot septentrional, parcelle A : sol de galets no 1340 de l’état I apparaissant sous l’arrachement du mur no 1271-1291 de l’état II (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 37 - Îlot septentrional, parcelle A : plan du bâtiment no 885 de l’état II (DAO : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 38 - Bâtiment no 885 : plaque foyère no 1264 dans la salle no 1348 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 39 - Bâtiment no 885, coupe stratigraphique nord-sud dans la pièce no 1348 et l’espace no 1374. Au sud de la cloison no 1309, zone foyère no 1360 posée sur un lit de marne. À l’état III, l’ensemble est recouvert par un épandage de sable (US 1215-1307) puis une nappe de marne (US 1209), qui noient la structure de renforcement (ici : ligne de briques no 1325 bis et bloc no 1362) [dessin : G. Blanchard et P. Martinez ; mise au net : E. Regagnon].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 40 - Coupe stratigraphique nord-sud de la partie septentrionale du bâtiment no 885 (espaces no 1373 et no 1374) [DAO : E. Regagnon].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 41 - Bâtiment no 885 : support de poteau à l’articulation des murs no 871 et no 1221. Au second plan, sol bétonné no 1343 no 872 de la salle n (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 42 - Bâtiment no 885 : cloisonnement de l’espace no 1295 par les cloisons de briques no 1368 et no 1369 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 43 - Bâtiment no 885, mur no 1261 ; au premier plan son chantier d’épierrement no 1271. À droite, mur maçonné no 51 de l’état III (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 44 - Bâtiment no 885 : changement du mode de construction de la paroi no 1291 : au premier plan, construction en briques et pierres et raccord en siflet avec, au second plan, un boudin de marne (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 45 - Bâtiment no 885 : paroi de briques démontée no 1286 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 46 - Bâtiment no 885 : paroi de briques no 1286 partiellement récupérées : détail de la superposition des tuiles (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 47 - Bâtiment no 885 : à droite : extrémité orientale de la paroi no 1321 ; au premier plan, négatif d’un bloc ; à gauche, lambeaux de la paroi no 1286 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 48 - Bâtiment no 885 : paroi no 1309 en argile ; au second plan, son prolongement no 1291 construit en dur (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 49 - Bâtiment no 885, paroi no 1321 ; au premier plan, bloc support de la paroi (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 50 - Pilier de briques no 80 de l’état II et négatif de pilier no 82 de l’état III (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 51 - Îlot septentrional, plan restitué du bâtiment no 886 de l’état III (DAO : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 52 - Bâtiment no 886 : négatif de la sablière no 814-850 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 53 - Bâtiment no 886 : profil du logement de la sablière no 814-850 ; au second plan, ligne de briques de calage (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 54 - Bâtiment no 886 : calage de la sablière contre le mur no 51 dans le logement no 828 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 55 - Logement d’une planche (au premier plan) et d’un chevron pour caler l’épandage de marne à l’ouest du bâtiment no 886 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 56 - Structure de renforcement sous le bâtiment no 886 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 57 - Relevé de la structure de renforcement sous le bâtiment no 886 (état III) à gauche du négatif de sablière ; à droite et en haut, parois et foyer de la salle no 1348 fermée par la paroi no 1309 et son prolongement maçonné no 1291 (état II) [dessin : Th. Genty ; mise au net : E. Regagnon].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 58 - Extrémité septentrionale du bâtiment no 886 : logement oblique de la canalisation no 1254, et logement no 897 de la sablière de façade du bâtiment (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 59 - Plans comparés du bâtiment no 886 (C) et des entrepôts d’Andriakè (A), de Patara (B) et d’Okarben (D) [DAO : E. Regagnon].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 60 - Localisation des dépôts votifs dans le bâtiment no 886 (DAO : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 61 - Le dépôt votif no 1319 après enlèvement des blocs de protection (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 62 - Le dépôt votif no 1325 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 63 - Les vases des dépôts votifs no 1268 (cruche et pot à provision no 1 et 2), no 1319 (sigillée de type italique et cruche no 3 et 4) et no 1325 (cruches no 5 et 6) [dessin et mise au net : A. Tripier].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 64 - Îlot septentrional, relevé des structures de la parcelle B (dessin : J. Gérez, mise au net : E. Dumas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 65 - Îlot septentrional, parcelle B, assemblage de tegulae no 714 de l’état I-II (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 66 - Parcelle B, bâtiment no 761 de l’état III : à gauche, mur no 52 du bâtiment, largement épierré ; à droite,ambitus comblé de fragments de tegulae et mur no 51 de l’entrepôt no 886 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 67 - Bâtiment no 761 : lambeau de cloison de marne no 100 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 68 - Bâtiment no 761 : lambeau de la cloison no 92 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 69 - Bâtiment no 761 : lambeau de la cloison no 707 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 70 - Parcelle B, épandage de fragments de tuiles (no 706) dans l’espace ouvert à l’ouest du bâtiment no 761 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 71 - Saint-Georges-de-Reneins, Ludna, terrasse des horrea : implantation des sondages. Les étoiles signalent les points d’observation de l’occupation laténienne sous la terrasse artificielle antique (relevé : F. Fauret ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 72 - Ludna, coupe ouest-est de la terrasse des horrea. Un fossé en V au tracé dégradé marque la séparation entre les remblais de la terrasse à gauche et ceux de la voie, à droite (dessin : J.-Cl. Béal ; mise au net : E. Dumas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 73 - Sondage 05.1 : lit de fragments d’amphores et d’ossements (US 557) appartenant à la phase d’occupation laténienne (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 74 - Sondage 09.1 : coupe à travers le fossé ; l’US 1402 (calotte supérieure de marne) et la terre végétale ont été enlevées (dessin : E. Dumas ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 75 - Sondage 04.1 : stratigraphie des remblais de la terrasse (dessin : J. Rossignol ; DAO : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 76 - Mobilier métallique lié au harnachement et à l’équipement peut-être militaire provenant des remblais constitutifs de la terrasse (pendentif de harnais no 1 : US 577 ; pendentif de harnais no 6 : US 292), des recharges (no 4 : US 451) et du comblement du fossé no 509 (agrafe no 7 : US 519). Le no 2 (décor de ceinturon ajouré), hors stratigraphie, provient du sondage 05.3 sur la terrasse. Les autres objets proviennent de l’îlot septentrional (attache de baudrier [ ?] no 3 : parcelle B, US 1269 ; attache de harnais no 5 : parcelle A, apport sableux no 1234 préparatoire à l’état III) [DAO : M. Lagrange].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 77 - Plan général du sondage 09.1 (dessin : E. Dumas ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 78 - Extrémité occidentale de la nappe d’argile marbrée no 1482 dans le sondage 09.1 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 79 - Sondage 09.1 : relevé stratigraphique contre le bord occidental de la tranchée no 1554.1 : coupe nord-sud de la calotte de marne no 1402b recouvrant des apports sableux ; relevé des trous de piquets (relevé : E. Dumas ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 80 - Sondage 09.1 : bourrelet triangulaire de calotte de marne no 1402b posé sur un apport sableux (US 1403) et s’épaississant à droite contre le mur (ici récupéré) no 1423 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 81 - Plan des structures de stabilisation du remblai (terres cuites architecturales no 1466, 1470, 1552 ; blocs no 1443b, 1451, négatif de bloc no 1450 ; négatifs de boisage no 1424, 1443, 1444) dans le sondage 09.1. L’emprise de la nappe d’argile no 1482 est délimitée en tiretés (relevé : E. Dumas ; DAO : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 82 - Sondage 09.1 : négatifs de piquets plantés dans le terrain naturel (en bas) et les apports de remblais (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 83 - Sondage 09.1 : Plan général des trous de piquets observés dans le terrain naturel (groupe A) et dans les remblais (groupe B et C) ; les zones étudiées sont grisées (dessin et mise au net : E. Dumas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 84 - Vue générale vers l’est du sondage 04.1. À droite, tranchées parallèles de plantations modernes ; en bas, drainage antique à la base du remblai de la terrasse artificielle ; en haut, niveau de damage no 254 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 85 - Vue de détail de l’US 254 dans le sondage 04.1 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 86 - Vue de détail de l’US damée no 450 dans le sondage 05.4 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 87 - Canal drainant no 295, en imbrices avec couvre-joints (cliché : J.-Cl. Béal)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 88 - Canal drainant (à gauche) sous le pilier no 466, dans le sondage 05.1 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 89 - Les installations temporaires du sondage 09.1 : atelier de métallurgie et construction sur poteaux (dessin : Th. Genty et E. Dumas ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 90 - Caisson de stockage no 1508 dans l’atelier de métallurgie du sondage 09.1 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 91 - Plan partiel de la partie centrale et septentrionale de la terrasse des horrea (dessin : J.-Cl. Béal ; mise au net : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 92 - Plan partiel de la partie centrale et méridionale de la terrasse des horrea (dessin : J.-Cl. Béal ; mise au net M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 93 - Coupe du radier de la voie dans le sondage 04.1 : au premier plan, les apports de remblais constitutifs de la bande latérale de la voie, au second plan, nucleus assurant la fondation de la bande de roulement. L’érosion agricole a sabré les niveaux supérieurs de la voie (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 94 - Coupe du radier de la voie dans le sondage 05.5 : de part et d’autre de la tranchée no 535 se superposent les niveaux de galets damés ; le sondage a été arrêté au sud vers 189 m d’altitude (dessin : Ch. Pheulpin ; mise au net : R. Laurendon et E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 95 - Dispositif de calage au fond de la tranchée no 535 ; à droite, le niveau d’ouverture de la saignée dans l’US 507 est conservé (dessin : C. Barrancos ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 96 - Talus oriental de la voie dans le sondage 05.5 (dessin : T. Bissuel ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 97 - Localisation des coupes à l’articulation de la bande latérale de la voie à l’est et de l’aire de service à l’ouest : en A, perpendiculairement aux caniveaux no 458 et no 480 (sondage 05.4/5) ; en B, perpendiculairement à la saignée no 315 (sondage 04.1) ; en C, perpendiculairement aux fossés no 899-900 (sondage 06.1) [DAO : E. Dumas].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 98 - Système drainant à l’articulation de la voie et de la terrasse dans le sondage 06.1 : (dessin : J. Bohny ; mise au net : Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 99 - Système drainant (no 315 et no 322) à l’articulation de la voie et de la terrasse dans le sondage 04.1. On observera l’imbrication des apports de remblai no 349 et 355, déversés depuis la voie à l’est et des US 283 et 254 de l’aire de service (dessin : J. Bohny ; mise au net : E. Régagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 100 - Articulation de la bande latérale de la voie à l’est et de l’aire de service à l’ouest dans le sondage 05.4 (dessin : S. Bézault ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 101 - Articulation de la voie et de l’aire de service dans le sondage 05.4 : déversement croisé des apports de remblais et superposition des états successifs du caniveau (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 102 - Fossé no 509 à la limite méridionale de la terrasse artiicielle (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 103 - Comblement du fossé no 509 (dessin : J. Bohny ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 104 - Bâtiment no 1543 : à droite, tranchées de récupération du mur no 299 et du mur no 1407 ; à gauche, tranchée de récupération du mur no 1442. Au second plan, nappe de marne no 1402c (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 105 - Plan des structures conservées du bâtiment hypothétique no 673 (relevé : J.-Cl. Béal ; mise au net : E. Dumas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 106 - Dessin de restitution d’un grenier aérien en bois (Manning 1975 : fig. 3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 107 - Greniers aériens en bois : différentes hypothèses de restitution des quais de manœuvre (Manning 1975 : fig. 4).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 108 - Partie orientale du grenier no 582 (DAO : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 109 - Grenier no 582 : pilier en T no 165 partiellement récupéré (cliché : S. Mayoud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 110 - Grenier no 582 : pilier en T no 466 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 111 - Grenier no 582 : pilier no 466 : relevé en plan et en coupe (dessin : S. Priasso ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 112 - Grenier no 582 : pilier no 498 partiellement récupéré (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 113 - Grenier no 582, relevé en plan et coupe du pilier no 498 (DAO : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 114 - Grenier no 582, pilier no 461 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 115 - Grenier no 582, coupe du pilier no 461 (DAO : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 116 - Plan linéaire des vestiges conservés du grenier no 582 (DAO : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 117 - Extension du grenier no 582, trou de poteau no 575 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 118 - Bâtiment no 583 : calages des poteaux supportant le quai de manœuvre (dessin : R. Lauranson ; DAO : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 119 - Bâtiment no 583 : calage de poteau no 547 (au premier plan) dans le sondage 05.1 (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 120 - Fosse no 693, US 493 : face lissée d’une cloison de terre à clayonnage (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 121 - Pilier no 452 dans le sondage 05.2 (dessin : E. Cellard et S. Bezault ; mise au net : E. Regagnon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 122 - Ludna. Répartition des restes et des poids d’ossements par espèce et par phase.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 123 - Ludna. Répartition des restes et des poids d’ossements au sein de la triade domestique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 124 -Ludna. Répartition des restes au sein de la triade domestique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 125 -Ludna. Répartition du poids d’ossements au sein de la triade domestique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 126 - Triade domestique. Sites de comparaison au niveau régional.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 127 -Ludna. Répartition des restes de Bos taurus par attribution squelettique (en % du NRt du bœuf).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 128 - Ludna - Ier siècle de notre ère. Bos taurus. Courbe d’âge d’abattage probable établie à partir du stade d’usure dentaire (méthode de Ducos modifiée par Helmer, 2000) cumulé au stade d’épiphysation des os (référentiel de Barone, 1976 : 53) [64 données ].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 129 - Distribution de la grande longueur (en mm) des phalanges I de Bos taurus sur les sites de Lyon, Ludna et Mâcon, par époque.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 130 - Ludna. Troisièmes molaires inférieures de bœuf présentant une anomalie de l’hypoconulide.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 131 - Répartition des restes de Sus domesticus par attribution squelettique (en % du NRt du porc).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 132 - LudnaSus domesticus. Courbe d’âge d’abattage probable établie à partir du stade d’éruption dentaire (Schmid 1972 : tab. 10) cumulé au stade d’épiphysation des os (référentiel de Barone, 1976 : 53).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 133 - Répartition des restes de Caprinés par attribution squelettique (en % du NRt des Caprinés).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 134 - Ludna. Relevé des principales traces de découpe sur les os de la triade domestique (DAO : Th. Argant, G. Reille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 135 - Localisation d’un aménagement de pieux contre l’île de Montmerle (dessin : équipe du GRAAL ; mise au net : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 136 - Montmerle, aménagement laténien de pieux contre l’île de Montmerle (dessin : équipe du GRAAL et A. Marguet ; mise au net : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 137 - Saint-Georges-de-Reneins, la colline de Boitrait et ses abords avant l’ouverture de l’autoroute A6 : à l’ouest, bord du paléo-chenal de Boitrait ; à l’est, dans l’Ain, paléo-chenal de Grelonges à Fareins ; dans la Saône, on aperçoit le tracé incurvé du « mur des Romains » tel qu’il était avant les dragages de ces dernières décennies (cliché de l’IGN, mission Villefranche-Ambérieux de 1945, no 92 © IGN).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 138 - Saint-Georges-de-Reneins, Boitrait : carte schématique et localisation des sondages S1 et S2 de 2009 (dessin : Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 139 - Boitrait, sondage no 2 : stratigraphie et coupe topographique jusqu’au bord de la Saône tel qu’il apparaît en août 2009 (dessin : E. Dumas ; mise au net : Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 140 - Arnas, site ARN. 3, construction antique mise au jour par le GRAAL en 2010 (cliché : A. Lavocat).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-131.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 141 - Four de potier mis au jour vers 1929-1930 (Maison du Patrimoine de Villefranche-sur-Saône, cliché du fonds Guillermet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3793/img-132.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search