Version classiqueVersion mobile

Ludna et Asa Paulini

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Catherine Coquidé
, 
Richard Tenu

Introduction

J.-Cl. Béal, J.-P. Bravard, C. Coquidé, A. Lavocat, A. Schmitt et R. Tenu

Texte intégral

1Le voyageur pressé qui, du nord, descend vers Lyon et le sud-est de la France par l’autoroute A6 (fig. coul. 1) fait parfois une halte sur l’aire de Patural à Saint-Georges-de-Reneins (Rhône). Il est à 420 km au sud-est de Paris, à 30 km au sud de Mâcon, et à une quarantaine de kilomètres au nord des faubourgs de Lyon ; il a aperçu la Saône sur sa gauche à quelques reprises, et ne cherche pas à apercevoir, à un kilomètre sur sa droite, la butte sableuse où le bourg de Ludna s’élevait au Ier siècle ap. J.-C.

2Reprenant sa route sans savoir qu’elle est parallèle à celle que Rome ouvrit depuis Lyon vers le nord de la Gaule, il contournera Villefranche-sur-Saône et posera un instant les yeux, au kilomètre 431, sur « le Signe de l’Infini », œuvre haute de 25 m du sculpteur Martha Pan, à la séparation des autoroutes A6 et A46, sur la commune d’Anse (Rhône). Sur sa droite, entre les zones industrielles qui recouvrent aujourd’hui l’ancien méandre de Bourdelan, et les lotissements qui sortent de terre dans le coteau, il ne verra ni l’enceinte au bord de l’Azergues, ni le rebord de terrasse glaciaire où s’alignait une série d’habitats antiques, là où fut l’étape routière d’Asa Paulini.

3C’est pourtant sur ces deux étapes que nous avons été amenés, par des chemins divers, à arrêter nos regards.

UN PROJET, DES MÉTHODES ET DES CADRES D’INTERVENTION DIFFÉRENTS (J.-Cl. Béal, C. Coquidé, A. Lavocat et R. Tenu)

4La publication du dossier « Ludna et Asa Paulini, deux étapes antiques du Val de Saône sur la route de Lyon » est le point d’aboutissement d’une démarche engagée il y a une décennie, quand l’un d’entre nous, qui entreprenait la fouille programmée de l’agglomération de Ludna, voulut mettre ses propres résultats en parallèle avec les découvertes qu’à la périphérie d’Anse les archéologues de l’Inrap commençaient à faire. Il paraissait en effet légitime de comparer deux sites qui avaient le même statut d’étape dans les itinéraires routiers antiques, que desservait une même route, et qui, sans être au bord de la Saône, en était tous deux proches.

5À partir de 2008, cette confrontation des données s’inscrivit dans la forme administrative d’un projet collectif de recherches, soutenu par le Ministère de la Culture, l’Inrap et la mairie de Saint-Georges-de-Reneins.

6Au-delà de l’échange d’informations sur les travaux en cours, il parut nécessaire aux acteurs de ce projet d’intégrer ces données nouvelles dans la trame plus large des découvertes faites au fil des siècles sur ces territoires. Certaines, majeures parfois, étaient restées inédites ou confinées dans le cadre de publications très locales, à la Grange du Bief par exemple, mais toutes contribuaient à donner du sens aux vestiges que révélaient les travaux des années 2000. Il était donc important d’associer des démarches diverses.

ENQUÊTES ET RECONSTITUTIONS D’ARCHIVES

7Notre documentation est fondée sur des données recueillies entre les années 1730, pour les plus anciennes, et 2011, pour les plus récentes. Le recensement de la documentation originale disponible a donc constitué une part importante et variable du travail pour les fouilles antérieures aux années 1980. Cette documentation ancienne ne peut certes pas avoir la finesse des apports les plus récents : la qualification des hommes, l’appareil technique, l’ampleur des moyens budgétaires et du temps investis, ne sont pas les mêmes, et l’on percevra bien des différences à la lecture des chapitres successifs de ce travail ; mais, malgré ces limites, cette documentation constitue un fonds inestimable.

8Aussi l’hétérogénéité assumée qui en résulte nous paraissait-elle nécessaire pour faire un état des lieux et caractériser les deux étapes de Ludna et d’Asa Paulini.

9À Anse, cette documentation, qui concerne surtout la villa de la Grange du Bief et l’enceinte de Château Vieux, consiste principalement en plans généraux, dont les premiers, conservés à la médiathèque du Patrimoine à Paris, concernent l’aile occidentale de la villa de la Grange du Bief et sont dus, en 1845, à D. Chenavard et E. Rey, professeurs à l’École des Beaux Arts de Lyon (Lavagne, Tenu 1985). Pour les travaux plus récents (années 1960 à 1980), nous avons obtenu, de différentes personnes, copies des plans originaux qu’elles conservaient dans leurs archives privées, quand, dans les archives des services de l’État, n’étaient plus conservés au mieux que des tirages en réduction. Ces documents étaient dus à des géomètres, J.-P. Rivoire et M. Chinal, ce qui en assure la bonne qualité.

10À Saint-Georges-de-Reneins, nous savons que L. Foillard a fait élaborer deux plans successifs du site de Ludna, le « plan Jaquiot » d’abord, puis le « plan Foillard », vers 1931, documents dont les auteurs ne nous sont pas connus, et dont les originaux ne sont pas localisés, avant que la synthèse des fouilles anciennes ne soit faite dans le « plan Mortamet » de 1939, dû à l’initiative de l’architecte des monuments historiques L. Mortamet (Béal 2007b).

11En revanche, pour toutes ces opérations anciennes, les plans de détails sont à peu près absents, comme les relevés stratigraphiques. La couverture photographique, en noir et blanc est encore rare (fig. 1). Des fouilles de P. Wuilleumier à Ludna, nous n’avons retrouvé que quelques clichés ; les photographies sont un peu plus abondantes – quelques dizaines – pour les fouilles de R. Perraud à la Grange du Bief (AP Parizot, Perraud, Fraisse), et le corpus des diapositives prises par L. Fraisse en 1977-1978 sur ce même site n’atteint pas la centaine (AP Fraisse). Les illustrations des journaux (fig. 2) et des revues ne sont pas alors négligeables : deux des photos que nous connaissons des fouilles de L. Foillard ont été publiées dans une revue mondaine, La vie Lyonnaise, en 1930 (Ballofet 1930).

Fig. 1 - L. Foillard et M. Phillipon dégageant des blocs de grand appareil dans le secteur du sanctuaire de Ludna (cliché : P. Eymin, 1954, fonds de la Maison du Patrimoine de Villefranche-sur-Saône).

Fig. 2 - Anse, aile orientale de la villa de la Grange du Bief (salles no 22 et 23). Cliché pris le 1er novembre 1964 par P. Eymin, photographe du journal Le Progrès (fonds de la Maison du Patrimoine à Villefranche-sur-Saône, inv. no EYM. 64.0466).

  • 1 Cette mosaïque provient des premières fouilles de la Grange du Bief. Le nom d’« Archéothèque » a ét (...)

12Parallèlement, nous avons cherché à retrouver le mobilier découvert dans ces fouilles. À l’exception de la mosaïque aux proues de bateaux, pour laquelle J.-F. A. Peyré avait lui-même pris des mesures conservatoires et qui est aujourd’hui présentée à l’Archéothèque1 du château des Tours à Anse, nous n’avons rien trouvé du mobilier entré dans la collection de cet érudit. À travers l’inventaire des collections du Musée municipal de Saint-Georges-de-Reneins (Buisson 1993), que nous avons repris, nous avons retrouvé quelques objets de Ludna passés entre les mains de L. Foillard ou P. Wuilleumier. À Anse, nous avons nous même assuré l’inventaire des collections déposées à l’Archéothèque ; la donation Parizot faite à la mairie d’Anse assure la conservation publique du mobilier des fouilles d’A. Parizot et R. Perraud, tandis que l’Archéothèque conserve quelques objets, des éléments architecturaux et les enduits peints des fouilles de L. Fraisse.

PROSPECTIONS PÉDESTRES ET SUBAQUATIQUES

13Dès le commencement de nos travaux, il nous a paru nécessaire de faire le bilan des traces d’occupation antique connues autour des deux étapes routières de Ludna et d’Asa Paulini. Sans que nous nous engagions pour autant dans une démarche lourde d’analyse des territoires, qui n’était pas notre propos, nous souhaitions disposer d’un état des lieux sur les sites, le cours de la Saône et ses points de franchissement envisageables.

14Ainsi, l’équipe de J.-Cl. Béal a-t-elle mené à Saint-Georges-de-Reneins, commune de 2 749 ha, parallèlement aux fouilles, des campagnes de prospections pédestres systématiques sur les 1 800 ha accessibles à ce type d’opération, hors des zones de prairies et de bois et des secteurs urbanisés ; des travaux plus limités ont été menés en périphérie sur les communes de Charentay et Belleville-sur-Saône (Rhône). Dans la région d’Anse, M. Lagrange, dans le cadre d’un mémoire universitaire (Lagrange 2005), a concentré ses recherches sur quelques zones privilégiées, dans les terres basses, à Ambérieux-d’Azergues et à Quincieux, dans les collines, à Marcy. Nous avons bénéficié de la collaboration de prospecteurs et d’observateurs locaux, G. Gutty, G. Montginot, P. Ollier, J.-P. Rollet, M. Vidal, qui ont bien voulu mettre leur connaissance des territoires à notre disposition, tandis que Ph. Branche pouvait, par un travail sur les archives, localiser la vraisemblable villa de Béligny à Villefranche-sur-Saône. La carte qui est issue de ces travaux (fig. coul. 2) regroupe une soixantaine de sites terrestres plus ou moins bien documentés.

15La Saône, quant à elle, a fait l’objet de trois études de natures différentes.

16Dans sa thèse de doctorat, puis dans la publication qui en est issue, A. Dumont (1997, 2002) s’était attachée à définir et à hiérarchiser les points de franchissement de la Saône à partir des données cartographiques et archivistiques anciennes, et des découvertes archéologiques en milieu aquatique : elle avait ainsi distingué dans notre zone d’étude plusieurs gués « certains », « probables » ou « possibles ».

17D’autre part, A. Lavocat et l’équipe bénévole du Groupe de recherche et d’archéologie aquatique Lyonnais (GRAAL) ont réalisé, de 1995 à 2010, une prospection systématique de la Grande Saône au nord de Lyon, à proximité des berges, entre les ponts de Trévoux au sud et de Belleville-sur-Saône au nord. Leur objectif principal a été de répertorier les zones archéologiquement sensibles afin, d’une part, de les protéger en cas d’aménagements futurs de la rivière, d’autre part, de les mettre éventuellement en perspective avec des sites archéologiques terrestres et, enfin, de compléter la carte archéologique de la rivière, mal ou pas documentée. Si aucun gué n’a pu être formellement identifié sur cette portion de la rivière – ni par conséquent confirmées les lectures proposées par A. Dumont –, ces interventions auront permis de mettre en évidence plusieurs occupations de berge, et cela malgré une sédimentation importante du lit de la rivière qui recouvre très probablement d’autres vestiges encore en place.

18Enfin, J. Argant et J.-P. Bravard se sont plus particulièrement intéressés au marais de Boitrait à Saint-Georges-de-Reneins, et à la chronologie de son comblement, comme ils l’avaient fait (Bravard 1990) pour le bras mort de Bourdelan à Anse. Une campagne de carottage a permis de dresser le profil du bras de Boitrait à la hauteur de Ludna, et de recueillir les éléments nécessaires à l’établissement d’une chronologie et d’une reconstitution de l’environnement, pour des périodes anciennes et le Moyen Âge : la documentation fait défaut pour les premiers siècles de notre ère.

FOUILLES PRÉVENTIVES ET PROGRAMMÉES

19Si les fouilles préventives et programmées relèvent de procédures différentes, toutes deux résultent d’une intervention du Service régional de l’archéologie et ne trouvent leur aboutissement que lors du rendu d’un rapport administratif et scientifique, exposé exhaustif et lecture raisonnée des données, illustré de figures à différentes échelles et augmenté, selon les potentiels, d’un certain nombre de contributions spécialisées. Les mobiliers ainsi que les archives, d’abord stockés auprès des opérateurs pour étude, sont ensuite déposés dans des dépôts départementaux pour dévolution définitive.

20Ce sont ces rapports et synthèses qui ont nourri l’exposé des sites présentés dans cette publication. Ces documents, transmis aux collaborateurs scientifiques et aux aménageurs, sont consultables au centre de documentation du SRA de la région Rhône-Alpes.

Les opérations d’archéologie préventive

Le cadre général des interventions

21L’archéologie préventive concentre ses recherches à la fois sur des zones réputées sensibles inventoriées par la Carte archéologique nationale et sur des projets d’aménagements de grande envergure. Chaque intervention est prescrite par l’État, à travers ses instances régionales, en l’occurrence le SRA dépendant de la Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes ; les dossiers de Saint-Georges-de-Reneins et d’Anse ont bénéficié de la gestion attentive de R. Royet, conservateur du Patrimoine en archéologie. Les recherches de terrain, d’abord diagnostic puis éventuellement fouille, sont confiées à des opérateurs ayant reçu un agrément dans le domaine archéologique, ici l’Afan, devenue l’Inrap en 2002.

Les diagnostics

22Cette première phase d’évaluation du potentiel archéologique est mise en place en amont des projets de construction, après accord entre les trois partenaires (le SRA, l’opérateur et l’aménageur). Le financement s’effectue à ce stade par le biais d’une taxe au m2 à la charge du constructeur (en sont exonérés les résidences principales et les projets sociaux).

23Le diagnostic est mené le plus souvent par un binôme d’archéologues, pour une durée de terrain de quelques jours à deux mois. Il se matérialise sur le terrain par un maillage serré de sondages mécaniques, répartis sur l’intégralité des surfaces menacées et couvrant, dans l’absolu, entre 7 et 10 % de l’emprise disponible. À Anse, vingt-trois diagnostics ont été réalisés depuis 1980, auxquels s’ajoutent deux surveillances anciennes de travaux dans le quartier de Saint-Romain.

24À l’issue de la phase de terrain, le rapport précise l’état et la densité des vestiges, leur position stratigraphique, leur ventilation chronologique et définit les grandes lignes de l’organisation du site. Il est de la responsabilité du SRA de valider ou d’émettre des réserves sur le rendu de l’étude, puis de prendre la décision quant aux suites à donner.

Les fouilles préventives

25La fouille est prescrite lorsque les vestiges sont à la fois suffisamment denses, bien conservés et menacés par les travaux à venir. La loi prévoit alors deux cas de figure : soit la préservation du site et l’abandon des recherches par une modification du projet (évitement de la zone sensible, exhaussement des surfaces, etc.), soit la mise en place d’une fouille, en cas de destruction inévitable. Ce dernier cas, qui n’intervient que suite à 10 à 20 % des phases de diagnostic, donne lieu à un appel d’offre fondé sur un cahier des charges scientifiques dont le calendrier est fixé par contrat. Le financement reste à la charge de l’aménageur (sauf exonérations).

26Les fouilles ansoises ont été menées grâce à des équipes professionnelles de quatre à dix archéologues œuvrant sur des projets de deux à six mois. Sept fouilles, portant sur cinq sites différents, ont concerné, en large majorité, des occupations de la période gallo-romaine et du début Moyen Âge, plus rarement de la protohistoire. Six emprises, portant sur quatre sites, ont été préservées, et donc non fouillées ; trois sites ont été partiellement détruits.

Archéologie préventive, le bilan

27Les premières études ont été mises en place au cours des années 1980 (notamment autour de l’enceinte antique de Château Vieux et du château des Tours, du lotissement Bayoud aux Carrières, ainsi qu’à Bourdelan). Ici comme ailleurs, les cadres d’intervention, encore peu réglementés, ne permettaient de disposer que de moyens limités (engins de terrassement peu adaptés, équipe parfois réduite à un seul archéologue, temps d’étude mal maîtrisés…). Les services de l’État étant alors largement sous-dotés, certains travaux de terrassement ne bénéficiaient d’aucune observation, si bien que le volume des données détruites ne peut être évalué. Quelques chantiers sont confiés aux associations locales dont les moyens restent inadaptés à l’ampleur de la tâche, mais à qui l’on doit la sauvegarde de nombreuses informations.

28Ces travaux bénéficient de procédures archéologiques actualisées à partir de 1997. La grande majorité des opérations de terrain concerne la réfection d’infrastructures (à Anse par exemple lors de l’aménagement du carrefour de la place de la Liberté), ainsi que la construction de lotissements et de quelques pavillons (Bancillon, La Citadelle, La Fontaine, La Dame-Blanche) et celle de la piscine intercommunale, première intervention préventive sur l’imposante villa de la Grange du Bief. Le périmètre de l’enceinte antique (Château Vieux), touchée par des aménagements de moindre ampleur, fait l’objet de plusieurs diagnostics (aménagement de la place des Frères-Fournet, dissimulation de réseaux en souterrain, création d’un parking extra-muros, travaux au château de Messi-mieux). À Saint-Georges-de-Reneins, où l’aménagement du territoire est moins dense, seul un secteur de Ludna a fait l’objet d’une campagne de sondages d’archéologie préventive.

29En dépit de la loi de 2003 qui régit la mise en concurrence des opérateurs de fouille, les recherches ont, à ce jour, pu conserver leur cohérence grâce à des équipes communiquant sans contrainte, nourrissant l’implication scientifique des intervenants et la mise en perspective des données.

30Enfin, l’ensemble des données issues de l’archéologie préventive a confirmé les potentiels du Val de Saône, du Néolithique moyen aux périodes médiévales (soit de 4000 av. J.-C. au XVe siècle ap. J.-C.), et pour les périodes présentées dans cet ouvrage, ces études ont considérablement modifié notre perception (fig. coul. 3).

31Les différents types d’établissements antiques mis au jour prolongent l’occupation de cette partie du Val de Saône bien au-delà des murs de l’enceinte de Château Vieux. Le faciès ansois semble loin de ce que l’on peut attendre d’une « agglomération » et l’étude d’une telle suite de sites, probablement fédérés par l’axe routier majeur et la rivière, a été une opportunité rare. La mise au jour de la voie elle-même et de ses accotements en est une autre. De même, les questions des limites sud de la villa de la Grange du Bief et de l’occupation de l’enceinte antique ont été abordées pour la première fois. La parution de cette synthèse ne clôt pas le débat puisque d’autres sites antiques ont été diagnostiqués plus au nord encore, à Bel Air et à La Logère (à la limite des communes d’Anse et de Pommiers).

32Quant à la chronologie, elle s’est considérablement élargie. Là où les stratigraphies le permettent, on constate une mise en place de sites plus ou moins en contact avec la voie et la rivière dès la fin du Ier siècle av. J.-C. Alors que leur destin prendra des chemins différents, la fin du IVe siècle correspond aux prémisses d’une nouvelle occupation du sol stabilisée au tout début du haut Moyen Âge. La déprise des sites hors les murs et le regroupement de l’habitat autour de Château Vieux interviennent au cours du VIe puis d’une manière plus définitive au XIIIe siècle, pour s’achever vers le XVe siècle.

La fouille programmée de Ludna à Saint-Georges-de-Reneins

33À Saint-Georges-de-Reneins, après les découvertes de la première moitié du XXe siècle, l’action de J.-L. Bellaton, maire de 1989 à 2007, a permis, avec le soutien du SRA, de constituer sur la colline de Patural une réserve archéologique de cinq hectares qui assure la protection de la partie orientale de l’agglomération antique de Ludna.

34Dans ce contexte, et après d’autres travaux qu’il avait menés sur ce type d’agglomération dans la vallée du Rhône, l’un d’entre nous (J.-Cl. Béal) a fait le choix de s’intéresser à la caractérisation d’une agglomération routière de la cité des Ségusiaves.

35Définissant les objectifs scientifiques, le calendrier des opérations, l’emprise des sondages et les partenaires, un programme de travaux a été élaboré à l’automne 2001 et soumis à l’approbation de la CIRA. L’opération, financée par l’État (MdC), a également reçu le soutien de la mairie de Saint-Georges-de-Reneins, de l’UMR 5138 de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, et de l’université Lumière Lyon 2.

36Devant l’ampleur des surfaces disponibles sur la colline de Ludna, et la faiblesse de la documentation antérieure à nos travaux, il a été décidé, en accord avec la CIRA, de faire précéder la fouille de prospections pédestres fines, d’une part, et de prospections géophysiques, d’autre part, destinées à orienter l’ouverture des sondages à venir.

37Les prospections pédestres fines ont été menées en 2002, sur 1,4 ha environ, avec un groupe de quatre à dix personnes, travaillant à l’intérieur de carrés de 5 x 5 m, et recueillant la totalité du mobilier visible à la surface d’un carré sur deux. Le travail a mis en évidence une concentration de fragments de mortier de tuileau et de tubulures dans la moitié orientale de la parcelle L 2, no 393, la présence de scories de fer sur la ligne de crête et dans la parcelle L 2, no 719, et la raréfaction du mobilier céramique vers la partie orientale de la colline (fig. coul. 4).

38Entre 2002 et 2004, M. Martinaud a conduit des prospections électriques sur 3 ha de la colline. Elles y ont notamment fait apparaître le tracé de la voie de Lyon vers le nord, avec une singulière netteté dans la parcelle L 2, no 394 (fig. coul. 5), où la marge méridionale de la terrasse des horrea a été mise en évidence, et où la réalisation de sections électriques a permis de pressentir l’existence d’un nucleus de pierre propre à la partie méridionale du tracé de la voie sur la colline. Une prospection magnétique de la parcelle no 394 a également permis de distinguer trois anomalies (A, B, C) dans lesquelles il faut reconnaître, sûrement pour la première, et éventuellement pour les autres, des fours de potiers.

39Enfin, entre 2003 et 2009, six campagnes de sondages d’un mois ont été menées avec des groupes d’une vingtaine d’étudiants (fig. 3) encadrés par des étudiants avancés, qui ont assuré la mise au net des relevés, tandis que le positionnement des sondages et des vestiges était fait avec le concours des associations de topographes Archéo-topo et Archéofil ; l’apport d’autres spécialistes (en palynologie, numismatique, céramologie, archéozoologie) a été précieux. Ces travaux ont permis de traiter sur la colline de Ludna, 3100 m2 environ en trente-huit sondages, l’objectif n’étant pas de dégager une superficie importante, mais d’approcher l’organisation générale du bourg antique. Ces sondages sont identifiés par un numéro d’ordre à l’intérieur d’une numérotation annuelle, du sondage 03.1 au sondage 09.1.

40En marge de ces opérations, deux sondages ont été ouverts en 2009, à Gravin (localisation d’une voie et d’un cimetière du haut Moyen Âge) et à Boitrait (occupation du bord de Saône). Quatre publications (Béal 2007b ; Batigne Vallet, Maza, Mayoud 2009 ; Cellard, Tripier 2009 ; Argant et al. 2011) ont déjà paru.

41Le mobilier issu de ces fouilles est stocké actuellement à la mairie de Saint-Georges-de-Reneins ; les rapports de ces opérations sont consultables au SRA de la DRAC Rhône-Alpes.

Fig. 3 - Ludna, méditation d’un bénévole solitaire (cliché : J.-Cl. Béal).

Le cas particulier de la villa de La Grange du Bief à Anse

42À Anse, le développement de l’agglomération moderne avait déjà conduit R. Perraud, entre 1964 et 1968, puis L. Fraisse en 1977 et 1978 à intervenir sur le site de la villa de la Grange du Bief. En 1980, devant la menace d’un lotissement dans la pente à l’est de la villa, J. Lasfargues, directeur des Antiquités historiques de la région Rhône-Alpes, a confié la responsabilité d’une fouille de sauvetage urgent sur le site à l’un d’entre nous (R. Tenu). Les premiers sondages, obliques par rapport à la direction générale des vestiges connus, ont été ouverts en 1980, et l’année 1981 a été consacrée au nettoyage des structures et à leur positionnement topographique, réalisé par M. Chinal, alors géomètre-expert à Anse. À l’issue de ces découvertes, et au terme de longues tractations, les terrains ont été acquis par la municipalité d’Anse en 1983, et le gisement archéologique classé au titre des monuments historiques en 1986.

43Les travaux se sont poursuivis de 1982 à 1987, dans le cadre d’une fouille programmée menée par R. Tenu avec l’aide de jeunes bénévoles. Les travaux ont porté sur 1 000 m2 environ d’une terrasse médiane où ont été mis en évidence un établissement thermal et un bâtiment construit sur un nymphée antérieur. En 1987 cependant, la fouille a été interrompue, et le site recouvert, pour être aménagé plus récemment en jardins ouvriers par la commune. Le mobilier issu de ces fouilles est stocké actuellement au château des Tours à Anse ; les rapports de ces opérations sont consultables au SRA de la DRAC Rhône-Alpes.

44Au sud de la villa, faisant suite à un diagnostic mené par C. Coquidé, une fouille préventive conduite en 2010 par D. Frascone a apporté, avant la construction de la piscine intercommunale, une dernière contribution à ce dossier ; plus à l’ouest, un diagnostic, au résultat négatif a été mené en 2011.

DEUX ENQUÊTES SUR LE MOBILIER CÉRAMIQUE ET NUMISMATIQUE

45Enfin, sur le mobilier céramique et numismatique issu des fouilles, ont été menées deux enquêtes transversales, couvrant les deux étapes routières. L’enquête sur la céramique antique a principalement été conduite dans le cadre de l’action collective de recherche « Céramique de cuisine d’époque romaine en Rhône-Alpes et dans le sud de la Bourgogne (Ier siècle av. J.-C.-Ve siècle ap. J.-C. : morphologie, techniques, approvisionnement) » dirigée par C. Batigne Vallet. Mais les résultats, présentés ici par C. Batigne Vallet et Chr. Bonnet à travers l’étude de quelques ensembles significatifs, font mieux connaître l’évolution du faciès économique de notre zone d’étude. De son côté, l’étude numismatique de D. Frascone, fondée sur l’ensemble des monnaies trouvées en fouille ou en prospection, complète l’approche des archéologues de terrain, notamment pour les terres basses et la période tardive.

46Nous avons en revanche pris le parti, dans ce volume, de ne pas accompagner la datation des différentes phases et états des sites présentés de l’habituel cortège des études de mobilier sur lesquelles elle se fonde : elles ont été faites sous la direction de C. Batigne Vallet ou de Chr. Bonnet dans les rapports consultables au SRA de la région Rhône-Alpes, auxquels nous renvoyons ; elles ont été pour partie publiées (Cellard, Tripier 2009) ou le seront dans le cadre de l’ACR « Céramique de cuisine d’époque romaine en Rhône-Alpes et dans le sud de la Bourgogne » ; le corpus complet des monnaies étudiées par D. Frascone fera l’objet d’un volume distinct.

DE BELLEVILLE-SUR-SAÔNE À ANSE : GÉOGRAPHIE DE LA ZONE D’ÉTUDE (J.-Cl. Béal, J.-P. Bravard et A. Schmitt)

47La zone à l’intérieur de laquelle nos travaux et nos réflexions ont été menés s’étend de Belleville au nord à la limite méridionale d’Anse au sud. Elle s’adosse à la Saône à l’est et aux premières pentes des monts du Beaujolais à l’ouest. Mais l’attention est principalement portée sur la rive occidentale du Val de Saône dont nous esquissons ci-dessous les traits principaux, sur le plan géographique.

LE CADRE GÉOGRAPHIQUE ET GÉOLOGIQUE (A. Schmitt)

48De part et d’autre de la Saône, on peut, entre Belleville et Anse, distinguer quatre zones géographiques (fig. 4) fortement marquées par le substrat géologique (Arène et al. 1982 ; Lorenchet et al. s.d. ; Montjuvent, Mouterde, Tegyey 1974 ; Sider et al. 1989). À l’est de la rivière, dans le département de l’Ain, s’étend le plateau de la Dombes, extrémité méridionale de la Bresse, d’altitude moyenne 2 proche de 300 m. Il a une topographie au relief mou parsemé de buttes morainiques. Le substratum miocène sablo-marneux est recouvert de cailloutis plio-quaternaires, de formations morainiques et surtout de limon lœssique. Ce secteur a fait l’objet d’une enquête archéologique demeurée inédite (Caclin 1995).

49La Saône, d’axe nord-sud, coule dans une plaine alluviale plate, facilement inondable. Dans cette vallée, les terrains sont constitués d’une série de terrasses alluviales épaisses plus étendues sur la rive droite que sur la rive gauche.

50Sur la rive gauche (département de l’Ain), un peu en amont de Montmerle (lieu-dit du Peleux), on observe des talus de sables fluviatiles fins ou grossier à passées de graviers et galets témoignant d’un cours ancien de la Saône.

51Sur la rive droite (département du Rhône), la topographie de la plaine garde des traces des anciens emplacements du cours de la Saône et des méandres disparus dont l’emprise constitue la majeure partie des terres basses des communes de Saint-Georges-de-Reneins et d’Anse. Puis les alluvions fluviatiles des terrasses wurmiennes (Fy) forment le premier niveau, qualifié de « terrasse de Villefranche » au-dessus de la plaine récente de la Saône, qu’elle domine d’une dizaine de mètres, à l’altitude de 175 à 180 m. L’épaisseur des alluvions y est irrégulière : on a mesuré 28 m à Saint-Georges-de-Reneins et 4 à 6 m à Villefranche-sur-Saône.

52À Saint-Georges-de-Reneins et à Villefranche (lieu-dit du Garet) les alluvions ravinent des argiles litées probablement d’origine lacustre et d’âge indéterminé. Cette terrasse, plus étendue ici que sur la rive gauche, supporte à Saint-Georges-de-Reneins les buttes sableuses sur lesquelles s’élèvent le bourg actuel et le site antique de Ludna. À Anse, c’est au rebord de cette terrasse que le quartier de Saint-Romain s’adosse.

53Plus à l’ouest, les hautes terrasses de la Saône (Fx), à 220-225 m d’altitude, sont essentiellement caillouteuses et sableuses mais peuvent contenir des lentilles argileuses. Au-delà, s’élèvent les premiers contreforts du Massif Central, constitués de terrains métamorphiques, cristallins et primaires. Une série de failles importantes sépare ce Beaujolais cristallin du Beaujolais jurassique. Ces reliefs sont entaillés de vallées profondes de direction globale ouest-est, occupées par les rivières qui confluent à la Saône, principalement l’Ardières au nord, à Belleville, la Vauxonne, à Saint-Georges-de-Reneins, et l’Azergues au sud, près d’Anse.

54Au sud-ouest, de Limas près de Villefranche à Pommiers et à Marcy, un chaînon de calcaire jurassique forme un relief important qui culmine autour de 400 m. Il est parcouru de failles plus ou moins marquées et de diaclases. Le replat au pied du coteau est constitué de cônes de déjection et de terrasses fluvio-glaciaires. Les alluvions torrentielles des cônes de déjections wurmiens garnissent le pied du chaînon jurassique, ils contiennent des fragments de calcaire relativement bien roulés et de grande taille dans une matrice sablo-limoneuse et comportent des intercalations de bancs argileux. C’est là que se dressent les sites antiques de La Citadelle, de Bancillon, et de la Grange du Bief.

LA SAÔNE MODERNE ET LES MÉANDRES DE SON LIT MAJEUR (J.-P. Bravard)

  • 2 Toutes les indications d’altitude de ce volume sont données par rapport au Nivellement Général de l (...)

55La Saône est, de nos jours, un cours d’eau à lit unique, peu sinueux et de largeur relativement calibrée. La pente de la « Grande Saône », très faible entre Verdun-sur-le-Doubs et Mâcon (1 cm/km), augmente à 10 cm/km entre Mâcon et Anse, et atteint une valeur maximale de 21 cm/km entre Anse et Lyon. Si le débit moyen de la Saône, à l’aval d’un bassin versant de 30 000 km2, est voisin de 475 m3 /s sur une période supérieure à un siècle, le bas débit d’étiage du mois d’août est proche de 150 m3/s. La largeur moyenne décroît de Mâcon (270 m) à Lyon (125 m), puisque la pente augmente et que le cadre structural est plus contraignant au franchissement de la ville. Ce principe se retrouve lors des grandes crues puisque la Saône déborde sur une largeur qui peut excéder 1 200 m à l’amont d’Anse, et 2 100 m à hauteur de Villefranche-sur-Saône (Astrade 2005).

56Si l’on prend maintenant en considération le tracé en plan de la Saône, la plupart des coudes du tracé sont liés aux contraintes structurales imposées par ses marges, mais ils ont été adoucis en sinuosités d’allure fluviale depuis la dernière période froide. Cette régularité doit beaucoup aux grands travaux réalisés depuis la fin du XVIIIe siècle. Des aménagements ont en effet profondément artificialisé ce cours d’eau pour les besoins de la navigation (Astrade 2005) : début du creusement des canaux de jonction vers les bassins hydrographiques de la Seine et de la Loire (1773) ; aménagement du chemin de halage de la Saône d’abord à l’amont de Mâcon (1787) et plus tardivement à l’aval ; dragage d’approfondissement du chenal de navigation à partir de 1835-1837 pour augmenter la durée annuelle de navigation à courant libre ; suppression de bras secondaires ; construction de petits barrages à écluses pour augmenter la profondeur (1843-1845) : rétrécissements localisés à l’aide de digues basses encore pour augmenter la profondeur (après 1845) ; enfin construction de hauts barrages fixes à dérivation pour donner une profondeur minimale constante de 1,80 m (1864). Une des conséquences pratiques de la réalisation des barrages est la construction de biefs artificiels qui surélèvent la ligne d’eau de la rivière, trop basse à l’étiage, et la nappe d’accompagnement, davantage à l’aval de chaque retenue qu’à l’amont où le courant se rapproche des conditions naturelles.

Fig. 4 - Le cadre géologique de la zone d’étude (dessin : A. Schmitt ; mise au net : M. Lagrange).

57La topographie du lit majeur de la Saône est inhabituelle puisqu’elle est accidentée de bosses sableuses allongées et d’une hauteur relative de quelques mètres. Le plancher du lit majeur, comme le fond de la Saône, sont formés de cailloutis quaternaires dérivés de formations alluviales successives. En premier lieu, celles du « Complexe des moraines externes » datées du Riss ancien, qui, extrémité du glacier du Rhône, ont franchi la Saône actuelle, et des dépôts fluvio-glaciaires associés à cette glaciation ainsi qu’aux glaciations d’étendue plus limitée du Riss final et du Würm dont les moraines sont restées cantonnées aux plateaux de la Bresse et de la Dombes. Les cailloutis peu à peu mis en place dans le fossé de la Saône ont été progressivement déblayés au terme de processus complexes étalés sur plus de 100 000 ans ; une des dernières manifestations visibles est une terrasse du Würm à une hauteur relative de 5-8 m au-dessus du fond de vallée, lui-même formé de galets sableux würmiens. Il est possible que la rupture de pente localisée à hauteur d’Anse soit en partie contrôlée par les apports caillouteux de l’Azergues, le processus ayant pu jouer à plusieurs époques du Quaternaire (Bourdier 1961, Montjuvent 1968 ; synthèse : Bravard 1997), y compris à l’Holocène récent (petit âge glaciaire).

58Les formations caillouteuses du plancher alluvial de la vallée de la Saône entre Villefranche-sur-Saône et Anse (et plus à l’amont) ont été modelées après le Pléniglaciaire würmien, dans une phase d’incision sous contrôle probable de forts écoulements saisonniers qui ont donné un proto-style fluvial en tresses, c’est-à-dire fait de chenaux multiples, à faible différenciation topographique, larges et peu sinueux. Le vent du Nord, soufflant depuis les épandages fluvio-glaciaires de l’Europe du Nord a déposé des lœss dans les endroits abrités et sur les plateaux, et remanié en dispositifs dunaires le sable repris aux dépôts fluvio-glaciaires et fluviatiles de fond de vallée ; ces sables ont été tardivement remaniés, comme le prouve l’interstratification de matériel archéologique plus récent dans ces dépôts éoliens par ailleurs mal datés. Chenaux de graviers et dunes sableuses constituaient ainsi le paysage du Dryas ancien, soit dès avant 15 000 cal BP. Cette phase d’incision a été interrompue lors de la période de réchauffement climatique et d’humidité de l’Alleröd. Datée par Combier (1969) de 13 725 ± 120 cal BP (Ly-849), cette formation, dite des « argiles de la Caille » avait été découverte à Vaise (Lyon) et décrite par Arcelin (1877) et Locard (1879) ; cette formation est composée de dépôts alluviaux fins à mollusques et de tourbes riches en matériel archéologique. Cette formation spatialement assez étendue, bien visible en berge avant la réalisation des barrages de la fin du XIXe siècle, a été également décrite par Thévenot (1973) à Ourouxsur-Saône et par Combier et Floss (1994).

59Trois paléo-chenaux issus de la morphologie en tresses (fig. 5) ont fait l’objet d’études récentes :

60A – Au nord, l’étude du marais de Boitrait à Saint-Georges-de-Reneins a été réalisée en complément de la recherche menée depuis 2003 par J.-Cl. Béal sur Ludna pour savoir si ce marais avait été navigable à l’époque romaine entre la Saône et les entrepôts de Ludna. Des sondages à la tarière ont été réalisés entre 2004 et 2007 et ont montré une épaisseur de sédiments fins de 2,80 à 3,80 m au-dessus du cailloutis de base, ayant pu correspondre à une profondeur en eaux moyennes de 1,50 m. Ce paléo-chenal est le plus ancien connu à ce jour dans la Saône aval puisque la tourbe de base, qui repose sur le gravier, a été datée de 14 960 ± 675 cal BP (Ly-2507/Poz), soit une incision achevée dès le début du Bölling. Aucun des sédiments sablo-limoneux rencontrés au-dessus de la tourbe de base ne permet de déduire l’existence de courants tractifs, même si quelques crues, non datées, ont pu emprunter ce chenal. La fin du remplissage, de nature argileuse, exclut tout courant sensible. La palynologie a montré l’existence d’une steppe arborée suivie d’un paysage de plantes hygrophiles au Tardiglaciaire ; les pollens d’arbres, qui peuvent provenir des milieux terrestres, reculent devant ceux des cultures, et coexistent avec des plantes de milieux marécageux à aulnes (Argant et al. 2011).

61B – En rive gauche de la Saône, à Fareins, dans l’Ain, la disparition par remblaiement alluvial d’un petit chenal secondaire de la Saône, qui isolait une île portant le prieuré clunisien de Grelonges entre 1250 et 1300, a été étudiée par E. Bouvard et L. Astrade (2005). Il s’agit d’un exemple récent de simplification de la géométrie en plan de la rivière.

62C – Le paléo-chenal du Bourdelan à Anse a fait l’objet de prospections de la part de la direction des Antiquités historiques de la région Rhône-Alpes en 1987-1988. Le bombement du Bourdelan (172 m) domine le lit majeur de 3 à 4 m ; il a accumulé une faible épaisseur d’alluvions depuis le Néolithique moyen. Sa base caillouteuse, non datée, est comprise entre 163 et 169,60 m, surmontée de limons sableux de débordement épais de 2,40 à 5 m. Le chenal du Bourdelan, situé entre le bombement et le coteau du Beaujolais est trois fois plus large que la Saône actuelle ; son fonctionnement généralisé remonte probablement au Tardiglaciaire puisque son fond est fossilisé par de l’argile puis par une couche de tourbe datée 9090 ± 310 cal BP (8140 ± 80 BP) à la cote 165 m (Ly-4541). Ce bras a pu fonctionner à nouveau à l’Atlantique puisque des macrophytes ont été découverts dans des graviers charriés (6340 ± 340 BP, non cal, Ly-4540) également à 165 m. Viennent ensuite des limons exclusivement issus de débordements de crue (Bravard 1990).

Fig. 5 - La Saône et ses principaux méandres abandonnés : du nord au sud, méandre de Montmerle et Messimy-sur-Saône et méandre de Fareins sur la rive gauche, méandre et marais de Boitrait à Saint-Georges-de-Reneins, méandre de Bourdelan à Villefranche-sur-Saône et Anse ; cours successifs de l’Azergues et bief des Moulins à Anse (dessin et mise au net : M. Lagrange).

63Une conclusion pratique de ces approches paléo-environnementales est que la Saône antique, mis à part quelques irrégularités de tracés et de rares chenaux latéraux (Grelonges) avait un paysage peu éloigné de celui de l’époque moderne dès l’Antiquité et sans doute la protohistoire.

LA QUESTION DE L’AZERGUES (J.-Cl. Béal)

64Les rapports que le site d’Anse a pu entretenir avec l’Azergues avant le XVIIIe siècle sont, malgré les apparences, difficiles à définir. On dit en effet qu’alors, à l’aval de Marcilly-d’Azergues, la rivière se partageait en deux bras (Expilly 1762 : 422) : le cours principal se jetait à la Saône sur la commune d’Ambérieux, au moins depuis 1573 (Nicolay 1573 : 216), voire, plus à l’aval encore, à Varennes, sur la commune de Quincieux (Masson 1618 : 392), un cours secondaire, un « faible bras de la rivière, le plus souvent à sec, excepté dans les grandes inondations » (Serrand 1845 : 132) venant passer sous les murs d’Anse.

65Cependant, sur une édition des années 1780 de la carte de Cassini, le seul cours d’eau figuré dans le Val d’Azergues, sur lequel est installé le « Moulin Berthet », est non pas un bras secondaire de la rivière, mais bien le « bief des moulins » (fig. 5 et 6) creusé à partir de 1330 (Pagani 1889 : 260-263). À preuve, la « Grange du Viney », qui y est figurée à l’est du « Moulin Berthet » et à l’ouest du bras d’Ambérieux, est identifiable aujourd’hui au Vernay, localisé à 350 m à l’est du bief des moulins. C’est encore ce bief que, sur la feuille d’Anse de l’Atlas de Trudaine pour la généralité de Lyon (Archives Nationales, cote : F/141/* 8485), on voit se jeter immédiatement en amont du pont d’Anse dans un large bras de rivière qui prend là sa naissance et coule à la Saône.

66Il faut attendre les travaux engagés, à l’initiative de l’intendant de Lyon Jacques de Flesselles, en 1789 pour que le cours principal de l’Azergues passe au pied de la muraille antique d’Anse (fig. 6 : Château Vieux), le bras d’Ambérieux n’étant plus qu’un fossé (fig. 5). L’étude de la section ansoise de l’Atlas de la baronnie d’Anse (ABA) daté de 1787 montre que l’ouverture du chenal de la rivière s’est faite au détriment d’un parcellaire antérieur dans lequel aucun cours n’apparaît (fig. 7).

Fig. 6 - L’Azergues canalisée en amont du pont d’Anse (vue prise du nord). Au centre, l’enceinte antique de Château Vieux et le centre ancien d’Anse dominé par le château médiéval des Tours ; au premier plan, la ville moderne traversée par l’avenue de la Libération et la rue Nationale (cliché : Y. Montmessin).

Fig. 7 - Parcellaire et chemins anciens sectionnés lors de la canalisation de l’Azergues en amont du pont d’Anse et de l’enceinte antique (no 1) de Château Vieux (mise au net d’après l’Atlas de la Baronnie d’Anse : E. Dumas).

67Il semble donc bien que le Val d’Azergues soit à sec entre le XVIe siècle au moins, et la fin du XVIIIe siècle. Sans doute doit-on remonter au-delà dans le temps, puisque le parcellaire ne garde aucune trace fossile d’un lit de rivière antérieur à celui que percèrent les ouvriers de l’intendant Flesselles. Ce n’est au reste pas incompatible avec l’existence d’un « pont d’Anse », mentionné pour la première fois en 1209 (Feuillet, Guilhot 1985 : 27), bien attesté dans le quartier de Saint-Martin, c’est-à-dire à peu près à l’emplacement du pont d’Anse actuel, et encore rappelé en 1772 avant les travaux de l’intendant de Flesselles (Feuillet, Guilhot 1985 : 27, renvoyant à AD Rhone, 10 G 1938). Ouverte dans l’enceinte de Château Vieux, la porte romaine du sud-est est bouchée, en effet, au plus tard au moment de la construction de l’enceinte médiévale d’Anse, soit avant 1302 (Feuillet, Guilhot 1985 : 56) et la sortie de la ville vers le sud s’effectue donc alors à l’est de la muraille antique, par la « porte du Pont », où elle rencontre, formant obstacle et protection à la fois, le large bras de rivière figuré sur l’Atlas de Trudaine, qui, alimenté par le « bief des moulins », coule à la Saône.

68Cela, cependant, n’éclaire pas la situation à l’époque romaine, pour laquelle on peut faire trois hypothèses. Peut-être le Val d’Azergues était-il déjà à sec, et, par la porte du sud-est de l’enceinte antique, sortait éventuellement la voie vers Lyon ; on s’étonnera dans cette hypothèse que l’enceinte soit établie dans la pente alors qu’à quelques mètres on disposait du rebord de terrasse pour y installer la muraille. Peut-être l’Azergues coulait-elle dans le lit qu’on lui a fait reprendre à la fin du XVIIIe siècle, et la fortification établie au plus près contrôlait le franchissement de la rivière.

  • 3 Sur la rive gauche de la Saône, un canal long de 800 m et comparable à celui de Belleville relie de (...)

69Peut-être enfin, dans un Val d’Azergues plus ou moins sec, les ingénieurs de Rome ont-ils ouvert le bras qui conflue à la Saône à 900 m de là (fig. coul. 1), assurant par ce canal une liaison permanente entre la fortification de Château Vieux et la Saône. Des travaux de ce type ont été envisagés localement à des dates plus récentes, pour donner un accès à la Saône à des villes qui devaient être construites hors de l’emprise du lit majeur de la rivière. Le projet en a été agité à Villefranche-sur-Saône, aux XVIIe et XVIIIe siècles (Laplatte 1863 : 404-406 ; Rosetta 2006 : 89), il a été réalisé à Belleville où un canal est attesté au XVIIIe et est demeuré en service jusqu’au milieu du XIXe siècle (Mandy 1991 : 347-349) tandis qu’à Saint-Georges-de-Reneins, c’est au XIXe siècle seulement qu’une liaison permanente, terrestre cette fois, est établie entre le bourg et le Port de Rivière, resté un port privé jusqu’alors3.

70On connaît en tout cas d’autres exemples d’une liaison de ce type. Ainsi, à Avenches – pour rester en Occident – vers 125 ap. J.-C., un canal de sept mètres de large et 800 m de long fut-il ouvert pour relier au lac de Morat la grande villa qui se déploie aux portes de la ville – si ce n’est pas la ville elle-même (Castella 1998 : 65-66). Cette hypothèse, nous le verrons, donnerait un sens satisfaisant au toponyme Asa Paulini.

CADRE ADMINISTRATIF ET RÉSEAU ANTIQUE : ÉTAT DE LA QUESTION (J.-Cl. Béal et A. Lavocat)

LE CADRE ADMINISTRATIF ANTIQUE (J.-Cl. Béal)

71Au Haut-Empire romain, l’agglomération de Ludna appartient à la cité des Ségusiaves (fig. 8), qui pourrait s’étendre en outre assez largement sur la rive gauche de la Saône (Béal 2007a, pl. 2). Le toponyme Aiguerande (equoranda), dont on admet (Delamarre 2003 : 163-164) qu’il désigne une limite de pagus ou de cités – ici celles des Héduens et des Ségusiaves –, est présent à l’entrée méridionale de Belleville-sur-Saône. Ph. Branche nous en a signalé une autre occurrence, aujourd’hui disparue, à cinq kilomètres à l’ouest de cette ville, sur la commune de Saint-Lager (Rhône), à proximité de l’Ardière (mention en 1778 d’« une terre au canton de Briante et appelée Aiguerande » : A. D. Rhône, 3E32385). Une troisième transparaît peut-être dans le toponyme l’Héronde au pied du Mont-Brouilly, sur la commune de Saint-Lager (Rhône), mais on ne connaît pas de forme ancienne du nom.

72En revanche, le toponyme Aiguenarde présent à Saint-Georgesde-Reneins sur la colline de Ludna, n’a, quoi qu’on en ait dit (Walker 1981 : 288 et 306 ; Buisson 1993 : 7), aucun rapport avec le précédent (Béal 2007a : 6, note 2).

73À la même époque, les différents sites antiques qu’on rencontre sur le territoire de l’actuelle commune d’Anse sont sans doute aussi ségusiaves. En tout cas, le formulaire de rédaction de la borne milliaire lyonnaise de Béligneux (Ain : CIL XII, 9055 = XVII, 2, 144 ; Bertrandy et al. 2005 : 275-277, no 149) diffère trop, selon nous, de celui de la borne contemporaine d’Anse (voir p. 28 et fig. 9) pour que les deux bornes relèvent d’une autorité commune : à la borne lyonnaise de Béligneux s’opposerait donc une borne ségusiave d’Anse (Béal 2007a : 21-24), le territoire colonial de Lyon commençant ici à l’Azergues, immédiatement au sud d’Anse.

74Ségusiaves, les territoires qui nous intéressent relèveraient donc à cette époque de Forum Segusiavorum (Feurs, Loire), capitale de la cité, à 45 km à l’ouest.

75Au Bas-Empire, la situation évolue. La cité des Ségusiaves disparaît en effet, englobée dans le territoire de Lyon. Cet événement est postérieur à 250, date de l’érection de la borne leugaire de Poncins (Loire : CIL XVII, 2, 314), où la distance est encore indiquée depuis Feurs ; il est antérieur à la rédaction, vers l’extrême fin du IVe siècle, de la Notice des Dignités, document sur lequel la cité des Ségusiaves ne figure plus (Beaujard, Prévot 2004 : 28). Entre ces deux termini, le sort de la cité de Feurs reste indéterminé, même si P. Valette (2004 : 423) a proposé d’inclure la fusion de la cité des Ségusiaves dans le territoire de Lyon parmi les décisions prises lors de la réforme administrative de Dioclétien (297-298).

Fig. 8 - Le territoire des Ségusiaves (dessin : J.-Cl. Béal, mise au net : Y. Montmessin).

LES RÉSEAUX : LE CADRE GÉNÉRAL ET SES INCERTITUDES (J.-Cl. Béal et A. Lavocat)

76Jusqu’à nos jours, le Val de Saône a été un axe de passage, structuré, à l’époque romaine, en un réseau terrestre, les voies, et un réseau fluvial, la Saône.

Le réseau terrestre

La voie nord-sud

77L’existence d’un important axe nord-sud, qui met Lyon en communication avec le nord de la Gaule romaine, est attestée par deux itinéraires routiers antiques, la Table de Peutinger (fig. coul. 6) et l’Itinéraire d’Antonin, qui tracent l’un et l’autre un chemin de Lyon vers Mâcon et Chalon-sur-Saône, puis Autun ou Langres, le nord-ouest ou le nord-est. La tradition érudite régionale l’identifie comme la « voie de l’Océan » évoquée par Strabon (Géographie IV, 6, 11) ; nous la désignerons pour notre part comme la « voie majeure », ou la « voie de Lyon vers le nord ». L’Itinéraire d’Antonin divise le trajet de Lyon à Mâcon en trois segments de X lieues ou XV milles (22 km environ) de Lugdunum à Asa Paulini, d’Asa à Ludna (écrit sous la forme Lunna), et de Ludna à Matisco. Ignorant Asa Paulini, la Table de Peutinger coupe le même trajet en deux tronçons, de Lugdunum à Ludna (XVI lieues soit XXIV milles ou 35 km environ), puis de Ludna à Matisco (XIV lieues, soit XXI milles ou 31 km environ).

78Diverses hypothèses ont été échafaudées pour justifier les divergences entre les deux sources textuelles et distinguer Ludna de Lunna. La querelle est sans doute assez stérile. En tout cas, deux observations peuvent être retenues. D’une part, les deux itinéraires s’accordent sur la distance de XXX lieues entre Lugdunum et Matisco ; d’autre part, la distance mesurée entre l’enceinte d’Anse et le centre de l’agglomération de Ludna à Patural est de 12,8 km environ : on est donc dans la sixième lieue et la distance de XVI lieues de Lugdunum à Ludna concorde avec les X lieues indiquées entre Lugdunum et Asa sur l’Itinéraire d’Antonin et les VI lieues mesurées de l’enceinte d’Anse à l’agglomération de Patural.

  • 4 Végèce, Epitoma rei militaris I, 9 : l’évaluation de Végèce est faite en « heures d’été » (horae ae (...)

79Dans ces conditions, il faut retenir au moins que l’étape de Ludna est à moins de six heures de marche au pas militaire allongé depuis Lugdunum comme depuis Matisco4 ; celle d’Anse est, depuis Lyon, à environ quatre heures de marche dans les mêmes conditions. Mais un chariot tiré par des bœufs mettra, à 2,5 km/h environ, une journée pour arriver de Lyon à Anse, et aura besoin d’une seconde journée pour atteindre Ludna (Bessac 1996 : 76). Le trace de cet axe a été recherche par l’analyse récurrente des textes médiévaux et modernes et des cartes, autant que par des prospections pédestres. E. Thevenot (1969) a brosse, a partir de ces données, une synthèse sur les voies romaines des Heduens, ou il reprend largement les travaux antérieurs de G. Jeanton (1939). Il suggère qu’au sud de Macon, la voie principale soit assez proche de la Saone : elle passerait selon lui a l’est de Saint-Symphorien et de Saint-Romain-des-Iles (Saone-et-Loire), pour entrer dans le territoire ségusiave par le site antique de La Commanderie à Taponas (Rhône ; fig. coul. 2, site TAP. 1), en direction de Belleville-sur-Saône. Elle serait doublée peut-être, plus à l’ouest, par une voie de hauteur. L’enquête de G. Jeanton, qui, malgré sa fragilité, reste la base des études du réseau héduen (Rebourg 1994 : 66), ne va évidemment pas au-delà de l’Ardières vers le sud.

  • 5 Germain 1936 : 195 ; R. Pataud, courrier en date du 14 mars 2007 (observation inédite, vers 1950).
  • 6 Dans les travaux d’ouverture de l’autoroute A6, une structure de pierre a été découverte et détruit (...)

80Entre Ardières et Azergues, l’inscription des chemins antiques dans le territoire n’a guère été étudiée et est mal documentée. Seul, Debombourg (1862, pl. I) fait état d’un « tronçon de voie romaine découvert » entre l’Ardières et Belleville-sur-Saône. Constamment répétée, l’hypothèse selon laquelle le « Grand Chemin de Bourgogne », c’est-à-dire la route royale de Paris à Lyon par la Bourgogne telle qu’on la connaît au XVIIIe siècle, reprendrait, à Villefranche-sur-Saône notamment, le tracé de la route antique, manque de fondements archéologiques : si les dalles d’une route creusées d’ornières ont été vues sous l’actuelle Rue Nationale de Villefranche5, il resterait à vérifier que ce dallage n’est pas une réalisation de beaucoup postérieure à l’Antiquité. Dans le bassin d’Anse, où l’atlas de Debombourg (1862, pl. I) montre un autre « tronçon de voie romaine découvert » non argumenté, un article anonyme du Courrier de Lyon, repris dans le Bulletin de la Société de l’Histoire de la France (1847-1848 : 193-194) signale entre Villefranche-sur-Saône et Anse, à la Logère, d’une part la découverte d’une inhumation gallo-romaine au bord de la route royale (actuelle D306), d’autre part « à six cents pas de là, les traces d’une ancienne voie romaine [qui] se sont aussi révélées sous le minage d’une autre terre ». On a généralement admis que la route traversait l’enceinte antique de Château Vieux à Anse, ce qui n’est pas acquis6.

81Une borne milliaire (fig. 9) datée du règne de Claude (AE 1940, no 156 ; ILTG, no 480 ; CIL XVII, 2, 525 ; Béal 2007a : 21) a été découverte en 1937 à Anse, en réemploi au sud du quartier de Bancillon (coord. Lambert II étendu : E : 784 104 – N : 2 106 844 d’après la grille de localisation donnée dans Guey, Duval 1960, fig. 1). On a dit, peut-être un peu hâtivement, qu’elle avait été déplacée de 500 m environ, par rapport au tracé supposé de la voie. L’indication de distance depuis la capitale de cité n’est pas conservée.

82Au-delà vers Lyon, les témoins de la voie sont rares jusqu’à Vaise où elle a été observée en fouille (Frascone 1999 : 21-36). On a supposé qu’au sortir de l’enceinte d’Anse, la voie majeure traversait la plaine des Chères. L’analyse du réseau et du parcellaire à travers la documentation cartographique permet sans doute d’identifier comme le plus ancien, le chemin allant du pont d’Anse en direction du lieu-dit Le Grand Champ, sur lequel s’appuie la limite entre les communes d’Anse et d’Ambérieux-d’Azergues ; mais la réflexion ne peut remonter dans le temps au-delà du XVIIe siècle, et il n’est pas acquis que ce chemin reprenne une voie antique. Peut-être, au contraire, passant au nord-ouest de l’enceinte, la voie remontait-elle la vallée de l’Azergues pour franchir cette rivière vers Chazay-d’Azergues (Faure-Brac 2006 : 77). Un tronçon de la voie aurait été retrouve lors des travaux de construction de l’échangeur de Dardilly (rens. R. Tenu).

Fig. 9 - Fragment de borne milliaire d’Anse conservé à l’Archéothèque du Château des Tours à Anse (cliché : J.-Cl. Béal).

83Si donc, en ce domaine, les données anciennes sont difficiles à analyser et parfois sujettes à caution, les apports des fouilles récentes, nous le verrons, permettent de mieux cerner le tracé et les caractéristiques de cet axe dans la zone d’étude, particulièrement à Gravin et à Patural (commune de Saint-Georges-de-Reneins), à La Fontaine et à La Citadelle (commune d’Anse).

Des routes transversales

84La question des routes transversales d’orientation générale est-ouest a fait couler beaucoup d’encre. Plusieurs propositions ont été avancées, pour relier, d’une part, la vallée de la Saône à celle de la Loire, et d’autre part, à travers les gués de la Saône, la voie de la rive droite à une voie parallèle dont l’existence est supposée sur la rive gauche de la rivière (Buisson 1990 : 28-29).

Une transversale à Belleville-sur-Saône ?

85Dès 1844, A. J. B. d’Aigueperse (1844 ; Faure-Brac 2006 : 164) affirmait qu’une route d’origine antique, venant d’Autun par Cluny et Avenas, rejoignait à Belleville-sur-Saône l’axe de Lyon vers Mâcon. Outre les sources textuelles qui attestaient son importance au Moyen Âge, il fondait son assertion sur le fait que cette route fût désignée comme « chemin ferré » ou « chemin des Romains ». L’hypothèse a été développée par E. Thévenot (1969 : 241-246) qui rappelle que Matty de Latour l’a sondée aux Versauds (commune de Villié-Morgon [Rhône] : Faure-Brac 2006 : 553) ; il croit pour sa part que la voie est d’origine celtique. O. Faure-Brac (2006 : 77, pl. 13) considère cet axe comme probablement antique, et en concurrence, au sud-est de Beaujeu, avec la transversale venant de Ludna.

Une transversale à Ludna, carrefour de routes ?

86À la même époque apparaît l’idée qu’un axe venant du gué de Grelonges sur la Saône (commune de Saint-Georges-de-Reneins) partirait de Ludna vers le nord-ouest.

87Prenant en partie position contre la théorie officielle (Napoléon 1866 : 60) soutenue aussi par A. Steyert (1895 : 89), selon laquelle, en 58 av. J.-C., les Helvètes auraient franchi la Saône entre Trévoux et Villefranche-sur-Saône, Cl. Savoye (1899 : 89-91) avait souligné l’intérêt du gué de Grelonges pour ce franchissement, et ajouté : « en face de Grelonges s’amorçait une vieille route ou piste […] qui traversait la Ludna celtique, franchissait le premier escarpement de la chaîne beaujolaise au col de la Poyebade, puis, par les cols de Crie et de Champjoint, pénétrait dans les plaines du Charollais ou par les hauts passages de Chênelette et des Écharmeaux, les vallées du Botoret et du Sornin, conduisait directement au gué de Roanne sur la Loire ».

  • 7 À la hauteur du château de Boitrait, et à l’emplacement de l’île de Grelonges, une construction du (...)

88Besançon (1901) évoque à son tour le « chemin qui, du gué de Grelonges se dirige vers les monts du Beaujolais ». Ballofet (1930 : 15 ; 1932 : 35-37) parle de manière plus grandiose du carrefour, avec la route de Lyon vers le nord, de la voie qui « parcourt [Ludna] de l’est à l’ouest et qui, descendant d’une piste plus ancienne, celtique croit-on, allant du pays des Helvètes au territoire éduen, forme un tronçon de la grande route du Danube à l’Océan, par le gué de Grelonges et le col de la Poyebade ». L’argumentation sera reprise par A. Audin (1947 : 115 ; 1953 : 3-5) pour démontrer l’existence d’un « Ludnomagus », un marché de Ludna, et par G. Chapotat (1959 : 25) à la recherche des réseaux protohistoriques ; S. Walker (1981 : 306, fig. 9) et A. Buisson (1993 : 7) s’en font encore l’écho7.

89Par ailleurs a été avancée l’hypothèse d’un axe de Ludna vers Lamure-sur-Azergues (Rhône), dominé par le sanctuaire antique de la Pyramide (Faure-Brac 2006, no 107, p. 251-253), et, au-delà, vers Mardore (Rhône) et Aiguilly sur la Loire, près de Roanne (Fustier 1955, fig. 23 ; Barbery 1996 : 14).

90Mais, nous le verrons, les données archéologiques disponibles invitent à beaucoup de prudence.

Une transversale à Villefranche-sur-Saône

91L’existence d’un point de passage d’une rive de la Saône à l’autre à la hauteur de Riottier (fig. coul. 1) est attestée par plusieurs documents d’époque moderne : la carte de la Saône montre en 1862 un passage d’eau par bac (Dumont 1997, fig. 20), et au même endroit la Carte de Cassini fait état d’un gué. Les découvertes archéologiques, d’époques diverses, sont assez nombreuses ; on retiendra particulièrement, pour l’époque romaine, les vestiges signalés à Béligny sur la rive droite (fig. coul. 2, site VIL. 3 notamment), tandis qu’une motte castrale puis une châtellenie des seigneurs de Beaujeu sont attestées à Riottier, sur la rive gauche, à partir du Xe siècle. C’est un point de contrôle du franchissement de la rivière, et un péage (Mottes 1986 : 41-48 ; Dumont 1997 : 88-92 ; Faure-Brac 2006 : 548-549). Les prospections subaquatiques menées par le GRAAL n’ont cependant pas retrouvé de traces d’un point antique de franchissement.

Des transversales à Anse ?

92D’une part, en direction de l’ouest, nous avons nous-mêmes supposé l’existence d’une voie vers Feurs, capitale de la cité des Ségusiaves : cette hypothèse est cohérente avec l’organisation générale du réseau de la cité, mais archéologiquement non démontrée (Béal 2007a : 24, pl. 2). On a aussi cherché à montrer sur le terrain l’existence de liaisons avec la région roannaise (Fustier 1955, fig. 23 ; Barbery 1996).

93D’autre part, L. Armand-Caillat (1957 : 137-138) a vu dans la présence d’un haut fond à Anse et dans la découverte, confusément localisée en fait, de mobilier antique et protohistorique, la preuve qu’un axe se dirigeait depuis Anse vers l’est, au-delà de la Saône : il reprenait l’hypothèse de J. Hannezo (1917 : 126), qui voyait à Bourdelan le lieu de vaste échanges entre Séquanes et Ambarres à l’est, Ségusiaves et Héduens à l’ouest. L’état des données archéologiques montre une tout autre réalité.

Le réseau fluvial

94L’importance de la Saône dans la circulation fluviale de la Gaule romaine n’est pas à démontrer. Strabon déjà (Géographie IV, 1, 14), et Dion Cassius (Histoire romaine XXXXIV, 42) évoquaient le rôle de l’axe Rhône-Saône et sa liaison avec le Bassin parisien et l’Atlantique. Significatif est le fait qu’en 58 ap. J.-C., L. Antistius Vetus ait formé le projet, vite abandonné pour des raisons politiques, d’un canal entre la Saône et la Moselle pour ouvrir aux convois de Rome un accès fluvial vers le Rhin et l’Océan (Tacite, Annales XIII, LIII).

95De cette importance témoignent les données épigraphiques qui concernent les nautes : huit inscriptions mentionnent les nautes de la Saône, neuf autres ceux de la Saône et du Rhône et une dernière ceux de la Saône et de la Loire (Martin Kilcher 1994 : 525-538).

96Localement, des fragments d’épaves retrouvés lors des prospections subaquatiques du GRAAL, rendent tangible une vie sur la rivière entre le premier âge du Fer et le bas Moyen Âge, dans un lit dont le tracé varie peu au cours des derniers millénaires, même s’il tend à se simplifier, et dont César (BG I, 12) notait déjà la faiblesse du courant. Régionalement, les épaves gallo-romaines retrouvées à Lyon (Becker, Rieth 1995 ; Ayala 2009 ; Rieth 2010) témoignent de l’importance des embarcations qui circulaient sur la Saône, halées à la bricole pendant le trajet à la remonte.

97L’évaluation des distances sur la rivière est complexe, alors même que le cours de la Saône n’a pas varié considérablement. Si aujourd’hui, les distances sur la rivière sont données en points kilométriques (PK) depuis le confluent – de construction récente – de la Saône et du Rhône, il faut en retirer 3 km, par exemple, pour mesurer les distances depuis le point de débarquement antique de Saint-Georges récemment mis au jour à Lyon (Ayala 2009 : 61 ; sur les ports de Lyon, voir Pelletier 1999 : 71-72). Ainsi l’embouchure de l’Azergues est-elle à 30,6 km du port de Saint-Georges, la rencontre de l’allée du château de Boitrait avec la Saône à Saint-Georges-de-Reneins, à la hauteur de Ludna, à 42,3 km, et le port de Mâcon, à 75,9 km environ. L’écart avec les distances routières de Lyon vers Asa Paulini (22 km), Ludna (35 km) et Matisco (66 km) peut être réduit si, pour se rapprocher des indications des itinéraires routiers, on fixe le point de départ des mesures fluviales à la limite méridionale de la plaine de Vaise, où pouvait se trouver une autre zone portuaire (Pelletier 1999 : 73), à 3 km en amont, et aux marge de la ville, mais la distance à parcourir sur la Saône reste supérieure de 10 à 25 % à celle du parcours terrestre.

  • 8 L’évaluation de J. Le Gall s’appuie sur Philostrate (Vie d’Apollonios de Tyane VII, 16) selon qui l (...)

98Selon J. Le Gall (Guey, Duval 1960 : 84, note 7), on ne parcourait dans une journée sur la Saône pas plus de kilomètres à la remonte que sur le Tibre, soit 11 km à peu près8. Pour L. Armand-Caillat, on avançait sur la Saône à 1 km/h, et les données réunies par R. Descombes (2007 : 29, 33, 37) conduisent à évaluer aussi à 1-2 km/h la vitesse d’un haleur à la bricole en rivière calme. Ainsi faudrait-il compter à la remonte deux à trois jours de halage pour gagner Anse, quatre pour être à la hauteur de Ludna, et sept à peu près pour rallier Mâcon.

99Mais c’est à la descente, du nord vers le sud et, pour chacun des deux sites, du coteau vers les terres basses proches de la Saône, que nous allons entamer le court voyage qui, sur la route de Lugdunum, mène de Ludna vers Asa Paulini.

Notes

1 Cette mosaïque provient des premières fouilles de la Grange du Bief. Le nom d’« Archéothèque » a été donné à la salle du château des Tours d’Anse dans laquelle est présentée une partie des collections antiques conservées au château.

2 Toutes les indications d’altitude de ce volume sont données par rapport au Nivellement Général de la France : l’indication NGF ne sera pas répétée.

3 Sur la rive gauche de la Saône, un canal long de 800 m et comparable à celui de Belleville relie depuis 1758, pour la même raison, la Saône au bourg de Thoissey (Ain) [Desbat 1992a : 24].

4 Végèce, Epitoma rei militaris I, 9 : l’évaluation de Végèce est faite en « heures d’été » (horae aestivae) d’une heure et quart environ ; la moyenne est de 5,7 km/h environ pour le pas militaire allongé.

5 Germain 1936 : 195 ; R. Pataud, courrier en date du 14 mars 2007 (observation inédite, vers 1950).

6 Dans les travaux d’ouverture de l’autoroute A6, une structure de pierre a été découverte et détruite au nord d’Anse, dans le méandre abandonné de Bourdelan. Son identification comme « voie romaine dallée » (Feuillet, Guilhot 1985 : 32) est aujourd’hui remise en cause par M.-P. Feuillet (communication personnelle).

7 À la hauteur du château de Boitrait, et à l’emplacement de l’île de Grelonges, une construction du XIXe siècle, de type « épi Girardon » (identification : A. Lavocat), destinée à contracter le lit de la rivière et à augmenter le tirant d’eau (Astrade 2005 : 84, fig. I. 10) a encore été qualifiée de « mur des Romains » (voir la fig. 137) et considérée comme une voie en 1993 (Faure-Brac 2006 : 372, no 3).

8 L’évaluation de J. Le Gall s’appuie sur Philostrate (Vie d’Apollonios de Tyane VII, 16) selon qui la remontée du Tibre de l’embouchure jusqu’à Rome dure trois jours, pour un trajet d’une trentaine de kilomètres.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - L. Foillard et M. Phillipon dégageant des blocs de grand appareil dans le secteur du sanctuaire de Ludna (cliché : P. Eymin, 1954, fonds de la Maison du Patrimoine de Villefranche-sur-Saône).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3786/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 2 - Anse, aile orientale de la villa de la Grange du Bief (salles no 22 et 23). Cliché pris le 1er novembre 1964 par P. Eymin, photographe du journal Le Progrès (fonds de la Maison du Patrimoine à Villefranche-sur-Saône, inv. no EYM. 64.0466).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3786/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 3 - Ludna, méditation d’un bénévole solitaire (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3786/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 4 - Le cadre géologique de la zone d’étude (dessin : A. Schmitt ; mise au net : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3786/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 5 - La Saône et ses principaux méandres abandonnés : du nord au sud, méandre de Montmerle et Messimy-sur-Saône et méandre de Fareins sur la rive gauche, méandre et marais de Boitrait à Saint-Georges-de-Reneins, méandre de Bourdelan à Villefranche-sur-Saône et Anse ; cours successifs de l’Azergues et bief des Moulins à Anse (dessin et mise au net : M. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3786/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 6 - L’Azergues canalisée en amont du pont d’Anse (vue prise du nord). Au centre, l’enceinte antique de Château Vieux et le centre ancien d’Anse dominé par le château médiéval des Tours ; au premier plan, la ville moderne traversée par l’avenue de la Libération et la rue Nationale (cliché : Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3786/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 7 - Parcellaire et chemins anciens sectionnés lors de la canalisation de l’Azergues en amont du pont d’Anse et de l’enceinte antique (no 1) de Château Vieux (mise au net d’après l’Atlas de la Baronnie d’Anse : E. Dumas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3786/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 8 - Le territoire des Ségusiaves (dessin : J.-Cl. Béal, mise au net : Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3786/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 9 - Fragment de borne milliaire d’Anse conservé à l’Archéothèque du Château des Tours à Anse (cliché : J.-Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3786/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search