Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 3 : Les voies de la recherche en art et archéologie

Lugdunum christianum. Que sont tes monuments devenus ?

Élise Faure-Boucharlat

Texte intégral

  • 1 Les Congrès internationaux d’archéologie chrétienne sont une émanation de l’Institut pontifical d’a (...)

1Si l’on devait citer une année clé dans le parcours de l’archéologue Jean‑François Reynaud et, plus généralement, pour l’archéologie lyonnaise et régionale, ce serait certainement 1986 ! Cette année-là, donc, se tient à Lyon, mais aussi à Vienne, Grenoble, Genève et Aoste, le XIe Congrès international d’archéologie chrétienne1. Le choix de Lyon confirme alors l’intérêt de la communauté scientifique pour la moisson d’informations archéologiques recueillies sur les débuts du christianisme dans la capitale des Gaules, au cours des fouilles de sauvetage dirigées par J.-Fr. Reynaud tout au long de la décennie 1970. Par son itinéraire, le congrès concrétise aussi les échanges constants entre les archéologues confrontés à des problématiques scientifiques comparables, formant un groupe international de chercheurs pour une « archéologie en réseau » dont Charles Bonnet retrace dans le présent volume les étapes et les apports. Enfin, les préoccupations relatives à la conservation des vestiges sont bien présentes dans l’esprit de la plupart des congressistes, alors que les principaux sites étapes du congrès font l’objet de programmes de mise en valeur plus ou moins avancés. Ainsi, en cette fin de décennie 1980, à Lyon, un « jardin archéologique », au flanc nord de la cathédrale Saint-Jean, conserve les vestiges du groupe épiscopal ; une superstructure, en cours de construction, abritera prochainement les vestiges de la basilique Saint‑Laurent de Choulans ; les églises Saint-Just attendent toujours la réalisation d’une couverture de protection ; elles seront finalement conservées sous remblai. À Vienne, l’église Saint-Georges (resp. Monique Jannet-Vallat) est sauvegardée et l’intérêt pour Saint-André-le-Bas est relancé qui suscitera, au fil des ans, un important chantier de restauration. À Grenoble, la reprise des fouilles de l’église Saint-Laurent (resp. Renée Colardelle) soulève déjà la question du réaménagement du circuit de visite – programme qui aboutira en 2010 – tandis que s’annoncent les fouilles du parvis de la cathédrale Notre-Dame et de l’ancien palais des évêques, de 1989 à 1996 (resp. François Baucheron, Franck Gabayet et Alain Badin de Montjoie), qui déboucheront, dix années plus tard, sur la réalisation d’une crypte archéologique autour des vestiges du baptistère paléochrétien et son intégration dans le parcours muséographique du musée de l’Ancien Évêché. Parallèlement, mais avec une bonne longueur d’avance, les recherches archéologiques dans les monuments majeurs d’Aoste (resp. Renato Perinetti) et de Genève (resp. Charles Bonnet), accompagnées d’objectifs de conservation et de mise en valeur à long terme, fondés sur une programmation scientifique durable et assumée par des équipes pérennes, font figure de modèles.

  • 2 Il s’agit respectivement des no 9, 10 et 11 de cette collection éditée par le ministère de la Cultu (...)

2La dynamique créée par le congrès se manifeste également par le rythme des publications sorties cette fameuse année 1986. Dans la collection des Guides archéologiques de la France, paraissent les premières éditions des volumes consacrés à Lyon, Grenoble et Vienne aux premiers temps chrétiens2 et le groupe de recherche sur la Topographie chrétienne des cités de la Gaule consacre son IVe fascicule à la province ecclésiastique de Lyon (Gauthier, Picard [éd.] 1986). Tous ces chantiers lyonnais, auxquels il faudrait ajouter l’église Saint-Irénée et la nécropole attenante, ont évidemment donné lieu, au fil des ans, à une abondante littérature, dont l’ouvrage Lugdunum christianum, Lyon du IVe au VIIIe siècle : topographie, nécropoles et édifices religieux, offre, en 1998, une savante synthèse (Reynaud 1998).

1. LE PROCESSUS DE « PATRIMONIALISATION »

3Il faut se souvenir que les grandes transformations urbaines procédant des Trente Glorieuses ont touché presque toutes les cités épiscopales en France et qu’elles ont atteint des secteurs hautement sensibles, en particulier les abords des cathédrales, tout désignés pour comprendre l’émergence de la ville médiévale. Se souvenir aussi que la plupart des fouilles qui se sont ainsi attelées à la compréhension des édifices des premiers siècles du christianisme en Gaule se déroulèrent bien avant que la législation ne réglemente l’archéologie préventive et qu’elles sont à l’origine d’un rapport de force, finalement favorable, entre pouvoirs publics et aménageurs et tenants de l’étude et de la sauvegarde des sites menacés. Dans le contexte de la sensibilité grandissante du public aux témoins du passé, de la prise de conscience de la richesse archéologique du sous-sol de la cité, Lyon ne fait pas exception ; il n’est pas surprenant qu’une place à part ait été faite aux vestiges de ces monuments dotés d’une forte charge symbolique et que l’aspiration à les préserver de la destruction soit parvenue à s’imposer.

4Avec le recul, il est intéressant de réfléchir aux processus qui ont présidé à la reconnaissance et à l’intégration de ces vestiges dans l’espace contraint et convoité des centres-villes d’aujourd’hui. Car, au fond, pourquoi la restitution des connaissances acquises par les fouilles archéologiques ne s’est-elle pas alors contentée du support « virtuel » des publications, comme c’est le cas généralement ? Pourquoi la volonté, voire la nécessité, de donner à voir les « preuves matérielles » s’est-elle surimposée à la stricte responsabilité scientifique des archéologues ?

  • 3 Par exemple : Plan scénographique de Lyon, 1550 (Arch. mun. Lyon, 15165) ; Grande vue de Simon Maup (...)

5En dépit de leur diversité topographique et architecturale, les monuments restitués par les recherches de J.-Fr. Reynaud connaissent, comme nombre de leurs homologues dans d’autres villes françaises et étrangères, le même long parcours qui les amènera de la découverte ou redécouverte par l’étude scientifique jusqu’à la conservation (Faure-Boucharlat 2010). Mais les faits se déroulent dans un contexte culturel propre à Lyon. Bien que ces édifices de culte figurent sur les plus célèbres vues de Lyon du XVIe au XIXe siècle3 et qu’ils n’aient disparu que depuis quelques siècles, ils semblent littéralement ressurgis du passé. La capitale des Gaules est pourtant depuis toujours une « mine » archéologique pour les érudits ; il en résulte une certaine familiarité pour l’Antiquité au travers de traces lisibles et incontestables, comme les grands édifices de spectacles en partie reconstruits. Ces témoins majeurs ne contrarient pas le développement urbain parce qu’ils sont circonscrits à des espaces bien délimités sur la colline de Fourvière ou les pentes de la Croix-Rousse. Par contraste avec l’Antiquité, passée et ruinée, à Lyon comme dans la plupart des grandes villes européennes, la fin du Moyen Âge et surtout la Renaissance sont aussi le présent puisque leurs nombreuses manifestations architecturales, civiles et religieuses, contribuent encore, pour une bonne part, à la parure monumentale de la ville moderne. Comment l’intrusion des strates du très haut Moyen Âge dans le paysage urbain ainsi défini, sous la forme de vestiges encombrants, malcommodes et forcément mal placés du point de vue des aménageurs, ne bousculerait-elle pas cette vision pittoresque du paysage urbain ? Des arguments suffisamment forts doivent s’imposer pour que la collectivité les désignent comme remarquables ou exceptionnels et leur redonnent, en quelque sorte, leur légitimité.

  • 4 Les jardins archéologiques de Lyon sont signalés dans divers guides et sites internet. Voir les not (...)

6Les décisions de conservation s’appliquent à des vestiges dotés, à l’époque, d’une forte teneur identitaire. Ce n’est pas tant leur monumentalité ou leurs qualités ornementales qui emportent l’adhésion que leur capacité à manifester d’une étape particulière de l’histoire de la ville : le passage de l’Antiquité païenne à notre ère, au Moyen Âge chrétien, autrement dit à notre civilisation. Pour une cité comme Lyon, dont la population n’a pas encore connu les brassages sociaux et culturels des années 1980-1990, il est alors admissible que les efforts nécessaires à leur étude et à leur conservation transcendent les clivages politiques et religieux et soit l’affaire de la collectivité au sens large. Aux choix symboliques succèdent les mesures administratives destinées à rendre irréversibles les décisions de conservation, que ce soit la constitution de réserves foncières par la Ville ou la consécration comme Monuments historiques par l’État (en 1984 pour les églises de Saint-Just et 1986 pour le groupe épiscopal). Ainsi, le processus parvient à son terme qui a modifié le statut des découvertes archéologiques : elles ne sont plus seulement affaire de spécialistes, elles rejoignent le patrimoine commun de la cité4.

2. TROIS EXPÉRIENCES LYONNAISES (fig. 1)

7On l’a dit, tous les édifices évoqués ici ont été dégagés à l’occasion de fouilles de sauvetage et les vestiges mis au jour se retrouvent à ciel ouvert, impliquant des conditions de conservation difficiles. Leur localisation, la nature des programmes immobiliers à l’occasion desquels ils ont été découverts et les surfaces en cause influent évidemment sur les partis de présentation.

2.1. LE JARDIN ARCHÉOLOGIQUE SAINT-JEAN (fig. coul. 58)

8L’ensemble que forment, au nord de l’actuelle cathédrale Saint-Jean, en rive droite de la Saône, les restes du baptistère primitif Saint-Étienne et de l’église Sainte-Croix, fouillés entre 1972 et 1977 en raison du projet de construction d’une annexe du palais de justice, est certainement le plus symptomatique du processus de « patrimonialisation » évoqué plus haut. Pôle de fixation du pouvoir religieux et temporel de l’évêque, le quartier épiscopal, puis canonial, offre un condensé d’histoire de l’Antiquité au XVIe siècle (Reynaud 2009). Le jardin archéologique créé sur la parcelle concernée pour préserver ces témoins des risques ordinaires de l’urbanisme cherche à mettre en scène les origines de la ville médiévale (maître d’œuvre Gabriel Mortamet [†], architecte en chef des Monuments historiques).

Fig. 1 : Localisation des sites archéologiques médiévaux lyonnais mentionnés dans cet article : 1 - Jardin archéologique Saint-Jean ; 2 ‑ Église de Saint-Just ; 3 ‑ Basilique Saint-Laurent-de-Choulans (DAO : M. Lenoble, SRA Rhône-Alpes).

  • 5 La cathédrale Saint-Jean elle-même a également connu plusieurs campagnes de fouille entre la fin du (...)

9Le choix d’une présentation en plein air5 impliquait évidemment une sévère sélection des vestiges à montrer pour en faciliter la compréhension, dans l’espace et dans le temps, et une restauration poussée des maçonneries pour en assurer la conservation. La lisibilité en plan a donc été privilégiée, gommant le lien avec la plupart des vestiges gallo-romains et tardo-antiques, au demeurant fort dégradés, exceptés les deux puissants murs dits de bord de Saône qui, de fait, forment la limite orientale du jardin archéologique. Un signal émerge des maçonneries arasées : la reconstitution d’une grande arcade de la nef du XVe siècle de l’église Sainte-Croix (redécouverte dans les élévations d’un immeuble d’habitation avant sa démolition). Par contraste, les puissantes fondations de l’abside d’un état antérieur de cette même église sont visibles nettement en contrebas. La cuve du baptistère Saint-Étienne et ses transformations du IVe au VIIIe siècle, construction la plus symbolique et la plus vulnérable, est protégée par un édicule ajouré qui en reprend le plan polygonal.

2.2. LA BASILIQUE SAINT-LAURENT DE CHOULANS (fig. coul. 59 et 60)

10Par sa localisation aux marges du centre ancien, au débouché du vallon de Choulans, en aval du quartier Saint-Georges, et dans un environnement extrêmement dégradé par un nœud de voiries automobiles très fréquentées à l’entrée du tristement célèbre tunnel de Fourvière, les vestiges de la basilique funéraire Saint-Laurent offrent des conditions de préservation particulièrement ardues. C’est pourtant là que le parti de conservation sera le plus ambitieux et donnera lieu à la concertation la plus poussée entre archéologues, pouvoirs publics et aménageurs.

  • 6 Après J.-Fr. Reynaud, dernière campagne 1985 sous la responsabilité de C. Becker, service archéolog (...)

11Identifiée et localisée par des sondages en 1947 (fouilles Pierre Wuilleumier, Amable Audin et André Leroi-Gourhan), miraculeusement rescapée des bouleversements des années 1960, Saint-Laurent est fouillée en plusieurs étapes entre 1976 et 19856 sur plus de la moitié de sa surface. On a pu restituer un vaste édifice de 50 m par 30 m, comportant trois nefs, une abside semi circulaire flanquée d’annexes, un transept tripartite et ceinturé de portiques à colonnade au nord et à l’ouest. Il est entouré d’une nécropole dont l’utilisation s’étend du VIe au VIIIe siècle. Est restée visible la longue moitié nord de la basilique avec, notamment, de nombreux sarcophages dans les bas-côtés et les portiques ; les fondations de l’abside, recouvertes par la chaussée du quai Fulchiron sont difficilement visibles. Malgré toutes ces mutilations, l’homogénéité et la lisibilité des constructions, le nombre et la variété des tombes qu’elles abritent en font un ensemble très spectaculaire.

  • 7 Architecture : agence Gagès ; aménagements intérieurs : Anne-Marie Clappier/ALSSAM.
  • 8 Peintures conçues et réalisées par Jean-Marie Gassend, CNRS, bureau d’architecture antique d’Aix-en (...)

12Si le principe de la conservation du monument s’impose sans grande difficulté, le passage à la réalité demandera plus de temps. Finalement, le sort des vestiges archéologiques se trouve lié au projet global de réhabilitation de cette partie du quartier de la Quarantaine (Faure‑Boucharlat 1994). La protection physique des vestiges est assurée par une superstructure, achevée en 1988, alliant béton, métal et verre, intégrée au programme d’urbanisme qui réunit un gros immeuble de bureaux (le Highway) et un gymnase7. Cette mise hors intempéries est suivie d’un programme d’aménagement inauguré 5 ans plus tard. Il préserve en partie l’authenticité des vestiges de la basilique, de ses pavements et des sépultures et ménage des points de vue privilégiés à partir d’une passerelle intérieure. La présentation des vestiges est complétée par la restitution de l’élévation du monument grâce aux vues perspectives peintes sur le voile de béton de la structure de protection8.

13Les découvertes, réalisées sur près d’une décennie, connaissent un grand retentissement ; elles entraînent la modification de l’emprise du programme immobilier et le rachat des terrains par la Ville de Lyon en vue de la conservation des vestiges. Des trois cas examinés ici, le site de Saint‑Just est le plus vaste et le plus complexe : sur près de 3 000 m2, désormais à l’air libre, s’enchevêtrent les restes de constructions depuis le premier mausolée paléochrétien jusqu’à l’église romano-gothique détruite au milieu du XVIe siècle. Leur mise en valeur fait l’objet de plusieurs projets, dont une ambitieuse couverture qui ne verra jamais le jour, faute de réunir les moyens. Après plusieurs années, au cours desquelles les vestiges se dégradent, ceux-ci sont remblayés et un jardin public, accessible par la rue des Macchabées, est aménagé a minima ; il sera inauguré en… 1994. Quelques maçonneries originales affleurent, en particulier le chevet de l’époque romano-gothique ; le tracé de la partie orientale des deux premières églises est signalé par un jeu de blocs de couleur et, sur le pignon d’un immeuble mitoyen, une fresque reprend la partie du plan scénographique de 1550 représentant la basilique de Saint‑Just peu avant sa destruction par les protestants (maître d’œuvre Didier Répellin, architecte en chef des Monuments historiques).

3. L’AMBITION DE LA TRANSMISSION CONFRONTÉE À LA DURE RÉALITÉ

2.3. Les basiliques de Saint-Just (fig. coul. 61)

14Sur le flanc sud de la ville haute, entre les collines de Fourvière et de Saint‑Irénée, les basiliques de Saint-Just trouvent place dans le contexte d’une vaste nécropole chrétienne qui succède à un site funéraire païen, repérée dès le XVIIIe siècle. Différents aménagements et la création d’un projet immobilier à l’emplacement de l’ancienne école des Minimes sont à l’origine de plusieurs campagnes de sauvetage, entre 1971 et 1980, qui embrassèrent des parties de la nécropole, des habitats gallo romains et les églises proprement dites. Le premier édifice (Saint-Just I) est bien connu grâce à des fouilles exhaustives. Il semble lié à l’érection, au cours du IVe siècle, d’un mausolée à abside qui a peut-être abrité le tombeau du saint évêque. C’est une grande basilique à plan simple, doté de trois nefs et une abside. Elle est reconstruite au Ve siècle au même emplacement (Saint‑Just II). L’édifice gagne en taille et adopte un plan complexe (triple nef, transept, annexes, portiques) ; crypte et cryptoportique signalent la notoriété du lieu. L’ensemble est profondément bouleversé par les fondations de la très imposante église des XIIe-XIIIe siècles (Saint-Just III).

15Dans les tous les cas exposés ici, on l’a dit, les fouilles sont à l’origine de la désignation des monuments comme portion d’un patrimoine commun à sauvegarder. Dans l’enthousiasme de la découverte, il y a maintenant plus de 30 ans, alors que l’archéologie de l’époque paléochrétienne s’érige en spécialité, on imagine un circuit archéologique « des premiers temps chrétiens » qui cheminerait, à partir de Saint-Jean puis Saint-Laurent, en rive droite de la Saône, vers les sites des hauteurs de Saint‑Just et de Saint‑Irénée pour atteindre les théâtres antiques à Fourvière. On constate aujourd’hui à quel point la réalité est loin de l’ambition d’origine.

  • 9 Voir par exemple : [www.lyon-historique.org].

16Enclavé entre la cathédrale, un immeuble en bord de Saône et les étroites rues Mandelot et de la Bombarde, le jardin archéologique Saint-Jean, ou jardin de la cathédrale, ne s’impose pas d’emblée. Faute d’une signalisation adaptée, le public n’est pas suffisamment informé. Le site fait office de « traboule » entre le quai de Saône et la place Saint-Jean et le jardin archéologique, qui devait montrer le lieu de naissance de la ville médiévale, est un simple square dont l’entretien est rendu difficile par de fortes différences de niveaux liées à la présentation simultanée de vestiges de périodes différentes. En dépit d’une mise en valeur sous abri plutôt réussie, le site de Saint-Laurent n’a jamais réellement trouvé sa place. Une localisation peu propice à la promenade, sous une bretelle autoroutière, et une superposition de statuts domaniaux qui handicape toute décision ont eu raison des bonnes volontés. Devant les usages détournés et les actes de vandalisme, la fermeture des circulations s’est imposée et l’observation du site depuis l’extérieur est difficile. Autrement dit, le projet, sans doute utopique, n’a pas « fonctionné ». Le site de Saint-Just, quant à lui, rend peu compte de la richesse et de la diversité des vestiges qu’il recèle en raison d’un signalement au sol quelque peu simpliste. Il ne se dépare guère d’un banal jardin public. En outre, dans aucun de ces lieux symboliques n’est fait le renvoi à un espace (musée, site internet par exemple) où trouver plus amples indications. Les sites d’informations touristiques n’épargnent d’ailleurs pas leurs critiques9. Il faut toutefois convenir de la difficulté de l’entreprise lyonnaise ! Largement plus d’une décennie s’est en effet écoulée entre les premiers coups de pioches et la restitution au public, une longue période qui couvre la recherche archéologique, les prises de décision, l’élaboration des projets de présentation, la réunion des financements, mais aussi les phases de doute, les changements politiques...

17Si l’on ne peut ignorer le poids des contraintes matérielles et économiques, on peut estimer que l’étape de la conservation a répondu aux urgences, mais que celle de la restitution n’a pas été accompagnée de la réflexion d’ensemble qui aurait permis d’élaborer un projet global et un discours mieux construit à l’adresse d’un large public, et surtout d’anticiper les modalités de fonctionnement et de maintenance. Les aménagements en plein air soulèvent, en outre, des problèmes spécifiques que ne rencontrent pas les cas de conservation et de mise en valeur d’espaces couverts, en crypte ou sous-sol d’édifices, par exemple. À Saint-Jean et à Saint-Just en particulier, ils posent de manière aiguë la question du pouvoir d’évocation des vestiges tels qu’ils sont présentés en raison de la perte d’authenticité des vestiges, et donc de l’atténuation du message culturel, consécutives aux dissimulations pour préserver et aux restaurations poussées pour consolider.

  • 10 Voir les sites : [www.musee-archeologique-grenoble.fr] ; [www.ancien-eveche-isere.fr] ; [www.site-a (...)

18Ces exemples – mais ce n’est pas propre à Lyon – montrent à l’évidence la difficulté qu’il y a à assurer la permanence des aménagements et à soutenir l’intérêt du public, mais aussi celui des propriétaires et des gestionnaires. En l’espèce, le passage, au début des années 1990, de la gestion des musées et parcs archéologiques de la tutelle de la Ville à celle du Département constitue une difficulté supplémentaire, superposant les responsabilités et source d’immobilisme. Il est presque cruel de comparer les expériences lyonnaises avec les programmes conduits dans d’autres villes. Pour n’évoquer que celles visitées en 1986 par le XIe Congrès international d’archéologie chrétienne, à Aoste, on s’attache à ce que les sites mis en valeur apparaissent comme autant d’ouvertures sur une compréhension plus générale de la ville médiévale ; à la cathédrale de Genève, à Saint-Laurent et au groupe épiscopal de Grenoble (Lazier 2009), les visites des ensembles archéologiques sont partie prenante de programmes muséaux, dans « une offre globale » à l’adresse d’un public véritablement guidé. Toutes ces réalisations, conduites dans la durée, bénéficient aujourd’hui des supports performants de pédagogie et d’information que permet la toile10. On prend alors conscience que la gestion « courante » des sites, une fois assurée leur étude, leur préservation et leur mise en valeur, ne saurait se passer de la mobilisation régulière des scientifiques et des services en charge de la conservation du patrimoine et de la transmission des savoirs.

19Dans le fond, les sites et parcs archéologiques lyonnais, réalisés comme autant d’interventions ponctuelles, témoignent de l’époque à laquelle ils ont été conçus. Ce n’est pas faire injure au passé que de supposer que les mêmes découvertes, si elles étaient faites aujourd’hui, bénéficieraient probablement d’une approche différente et entraîneraient d’autres choix de conservation, sans doute plus réalistes. En tout état de cause, le potentiel des sites est bien réel et ils constituent, en eux-mêmes, un héritage à assumer. Gageons que dans une ville dotée d’une grande université, d’où est issu l’archéologue qui a dirigé toutes ces fouilles, d’un service archéologique, d’un musée gallo-romain intégré au parc archéologique de Fourvière et d’un musée d’histoire de la ville, on puisse assister prochainement à la remise à niveau des sites archéologiques médiévaux. Leur intégration à une offre culturelle diversifiée contribuerait à leur redonner la notoriété qu’ils méritent et donc à garantir la pérennité des vestiges eux-mêmes. Après ces constats en demi-teinte, il est agréable de terminer sur une note optimiste. L’équipe du musée gallo-romain de Fourvière qui en assume la gestion, pour le compte du Département du Rhône, s’attèle à un programme d’interventions pour améliorer la présentation des sites et favoriser leur promotion. Le succès des visites de la basilique Saint-Laurent de Choulans, qu’il a organisé dans le cadre des journées du patrimoine 2011, atteste que l’intérêt du public est toujours vif. La constatation que la valeur de témoignage des monuments de Lugdunum christianum est toujours reconnue est un encouragement.

Bibliographie

Bibliographie

Faure-Boucharlat É. 1994. À la sortie du tunnel de Fourvière : un îlot médiéval témoin du passé. In Archéologues et aménageurs : valorisation des fouilles archéologiques et grand public. Lyon : Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques, p. 114-118.

Faure-Boucharlat É. 2010. Réflexion sur les notions de conservation et de mise en valeur des vestiges archéologiques. In Sapin Chr. (dir.). Présentation et mise en valeur des sites archéologiques religieux médiévaux en milieu urbain : actes de la table ronde de Luxeuil, avril 2008. Auxerre : Éd. Bucéma. (Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre. H.-S. ; 3). [En ligne URL : http://cem.revues.org/index11391.html].

Gauthier N., Picard J.-C. (éd.) 1986. Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle. IV. Province ecclésiastique de Lyon. Paris : Éd. De Boccard. 80 p.

Lazier I. 2009. L’aménagement du groupe évêché-cathédrale de Grenoble, Isère. Un choix affirmé en faveur du patrimoine. In La cathédrale dans la ville. Monumental 1, p. 110-113.

Lenoble M. 2012. La valorisation des sites et vestiges archéologique en Rhône-Alpes. Bilan de 30 ans d’expérience. In Delestre X., Wiblé F. (dir.). La valorisation des sites archéologiques. Actes du colloque international de Martigny (Suisse). Lausanne : Etat du Valais : Cahiers d’archéologie romande, 127, p. 86-88.

Reynaud J.-Fr. 1998. Lugdunum christianum. Lyon du IVe au VIIIe siècle : topographie, nécropoles et édifices religieux. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme. 288 p. (Documents d’Archéologie française ; 69).

Reynaud J.-Fr. 2009. Au cœur de la cité : la ville de l’évêque. In La cathédrale dans la ville. Monumental 1, p. 6-11.

Notes

1 Les Congrès internationaux d’archéologie chrétienne sont une émanation de l’Institut pontifical d’archéologie chrétienne. Le XIe Congrès, tenu à Lyon en 1986, était placé sous la présidence scientifique du professeur Noël Duval. L’association pour le sauvetage des sites archéologiques médiévaux (ALSSAM), présidée par Gilbert Franck, en assurait l’organisation. Les actes en ont été publiés en 1989 (coédition de l’École française de Rome et de l’Institut pontifical d’archéologie chrétienne).

2 Il s’agit respectivement des no 9, 10 et 11 de cette collection éditée par le ministère de la Culture et de la Communication (Imprimerie nationale).

3 Par exemple : Plan scénographique de Lyon, 1550 (Arch. mun. Lyon, 15165) ; Grande vue de Simon Maupin, 1626 (Arch. mun. Lyon, 15171) ; représentations d’Israël Sylvestre au XVIIe siècle et gravures de Lallemand au XVIIIe siècle.

4 Les jardins archéologiques de Lyon sont signalés dans divers guides et sites internet. Voir les notices établies par le service archéologique de la ville de Lyon (SAM) : [www.archeologie.lyon.fr].

5 La cathédrale Saint-Jean elle-même a également connu plusieurs campagnes de fouille entre la fin du XIXe siècle et les années 1970. Compte tenu des niveaux de circulation et de la configuration des lieux, une présentation n’est pas possible.

6 Après J.-Fr. Reynaud, dernière campagne 1985 sous la responsabilité de C. Becker, service archéologique municipal.

7 Architecture : agence Gagès ; aménagements intérieurs : Anne-Marie Clappier/ALSSAM.

8 Peintures conçues et réalisées par Jean-Marie Gassend, CNRS, bureau d’architecture antique d’Aix-en-Provence.

9 Voir par exemple : [www.lyon-historique.org].

10 Voir les sites : [www.musee-archeologique-grenoble.fr] ; [www.ancien-eveche-isere.fr] ; [www.site-archeologique.ch].

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Localisation des sites archéologiques médiévaux lyonnais mentionnés dans cet article : 1 - Jardin archéologique Saint-Jean ; 2 ‑ Église de Saint-Just ; 3 ‑ Basilique Saint-Laurent-de-Choulans (DAO : M. Lenoble, SRA Rhône-Alpes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 631k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search