Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 3 : Les voies de la recherche en art et archéologie

L’archéologie dans les Monuments historiques, une étude de cas : les châteaux médiévaux des Pays de la Loire

Bernard Mandy

Texte intégral

1La place faite à l’archéologie dans les travaux sur monument historique a toujours été un sujet sensible pour ne pas dire une cause de friction entre les services du patrimoine au sein des directions régionales des Affaires culturelles (DRAC).

2Elle a donné lieu à de nombreux débats que les textes réglementaires ont tenté d’arbitrer, mais que relancent les chamboulements que connaissent ces administrations depuis quelques années. De nouvelles mesures, telles que la mention explicite, dans le code du patrimoine, des travaux sur les immeubles classés au titre des Monuments historiques (art. R523-1 et R523-4-6°) comme susceptibles de faire l’objet d’une prescription au titre de la loi sur l’archéologie préventive, ou la création des conférences régionales de l’architecture et du patrimoine, ou la mise en place d’un service régional de l’architecture et du patrimoine, en 2005, dans le cadre de la réorganisation des DRAC, ou, encore plus récemment, la circulaire de 2009 relative au contrôle scientifique et technique des services de l’état sur la conservation des Monuments historiques, ont-elles véritablement modifié les pratiques ?

  • 1 Pour la relecture attentive de cet article, à laquelle Gérard Aubin, Jocelyn Martineau et Marie-Odi (...)

3Une analyse de la façon dont les archéologues sont intervenus dans quelques-uns des nombreux chantiers entrepris sur les châteaux classés de la région des Pays de la Loire, avant et depuis ces changements, permet d’illustrer les conditions, les difficultés et les progrès de cette coexistence1.

4En préliminaire, précisons que les dossiers de travaux dans les Monuments historiques peuvent se regrouper en deux catégories qui ont chacune des incidences spécifiques sur l’insertion de l’archéologie dans les projets. Déjà dans la directive du 5 août 1985 relative à l’organisation des études et des travaux sur les Monuments historiques classés, où l’ensemble de la procédure est analysé, la multiplicité des situations est judicieusement ramenée à deux grandes catégories, à savoir les opérations dont le dossier des études préalables peut être sommaire et celles dont le dossier doit être bien plus documenté et nourri de diverses études préliminaires. Dans la pratique, et en réponse à ces deux catégories administratives, on peut réunir les opérations de terrain en deux grands types d’intervention : les interventions sanitaires et les restructurations d’ensemble.

1. LES INTERVENTIONS SANITAIRES

5Ce premier type consiste en des opérations qui concernent une partie limitée du site et qui sont majoritairement engendrées par l’état sanitaire ou des problèmes de sécurité, soit par exemple à la suite d’un effondrement accidentel, soit pour tenter d’anticiper de tels drames. Même s’ils sont programmés sur plusieurs années (par exemple, consolidation d’une enceinte périmétrale), ces travaux d’ambition limitée et surtout de budget contraint font l’objet d’une étude préalable sommaire, sans l’investissement nécessaire pour intégrer l’archéologie à la place qui devrait être la sienne. Avant la loi sur l’archéologie préventive, l’intervention archéologique était le fait du bon vouloir des architectes et des services des Monuments historiques qui souhaitaient éventuellement cet accompagnement technique.

6Ainsi en 2000, au château d’Angers (Maine-et-Loire, fig. 2), monument appartenant à l’état, ni le conservateur régional des Monuments historiques, ni l’architecte en chef des Monuments historiques ne jugent utile de consulter le SRA lors de l’élaboration du projet de mise en sécurité et de reprise de l’étanchéité du chemin de ronde au niveau de la porte des champs. à l’appui de cette décision, ils disposent déjà, il est vrai, de deux documents qui fournissaient une abondante information sur les vicissitudes de l’enceinte : un bilan dressé à la demande du conservateur régional des Monuments historiques, en 1997, sur la sensibilité archéologique du remparement d’artillerie, créé au XVIIe siècle, et le rapport (DFS) sur les opérations archéologiques liées au réaménagement de la présentation de la tapisserie de l’Apocalypse, dont le premier volume présente un état complet de la documentation archéologique disponible et, en particulier, toute l’iconographie ancienne sur l’enceinte.

Fig. 1 : Angers, mise au jour de l’assomoir et du pavage du 3e étage de la porte des Champs sous les remblais de la plateforme d’artillerie du XVIIe siècle (cliché : B. Mandy, Drac/SRA).

7Le phasage des modifications anciennes est donc théoriquement bien connu, à savoir arasement des deux tours encadrant la porte au niveau de leur troisième étage pour l’installation d’une plateforme d’artillerie. Mais l’opération de restauration va mettre au jour des vestiges, enfouis par ces travaux, qui apparaissent suffisamment importants et spectaculaires à la conservation régionale des Monuments historiques pour remettre en cause le parti de restauration. L’intervention des archéologues s’avère, dès lors, nécessaire pour analyser et remettre en perspective les divers éléments découverts dont, sous les 2 m de remblais constituant la terrasse d’artillerie, le carrelage primitif du troisième étage avec le débouché de l’escalier d’accès et surtout l’assommoir qui surplombait l’entrée de la porte des Champs (fig. 1).

8Bilan : près d’un an de perdu, correspondant à la durée nécessaire pour mettre en place un nouveau projet et les crédits complémentaires que nécessitent sa réalisation en association avec une opération archéologique réalisée par l’Inrap dont le devis, établi dès février 2003, fut signé en novembre de la même année.

9Pour la tranche suivante de ces travaux, c’est-à-dire la restauration de la courtine sud depuis la porte des Champs jusqu’au bastion qui domine la Maine, la situation est fondamentalement différente lors du rendu du PAT, en mars 2007 : outre l’entrée en application de la loi sur l’archéologie préventive, les travaux sur les monuments appartenant à l’état sont désormais du ressort du Centre des monuments nationaux et non plus de la conservation régionale des Monuments historiques. Le nouveau dossier est soumis à l’avis des deux services de la DRAC. Fort de l’expérience précédente, et au vu du projet programmé sur trois ans et composé d’une tranche ferme et de deux tranches conditionnelles, le SRA propose une opération archéologique dont le cahier des charges détermine des interventions qui répondent au découpage fonctionnel du PAT. Au grand dam du maître d’ouvrage qui tente d’en contester la légitimité, l’arrêté est entériné par le DRAC et le préfet. On attend avec intérêt le résultat de cette opération, reportée du fait des travaux d’urgence nécessités par l’incendie du logis royal en 2009.

10À Pouzauges (Vendée), les vestiges du château médiéval, propriété de la commune, sont constitués d’un donjon roman quadrangulaire accolé à une enceinte polygonale dont le châtelet d’entrée jouxte un angle du donjon et dans laquelle ne restent visibles que les ruines d’une chapelle. Après la réalisation d’une première opération programmée en 1989 pour la restauration du donjon et du châtelet d’entrée, puis d’une série de projets d’études préliminaires sur l’ensemble du site, auxquelles il n’a jamais été donné suite, une nouvelle tranche de travaux est lancé en 2004 pour consolider l’enceinte périmétrale. Une première opération programmée sur trois ans vise à la stabilisation de la courtine nord au fur et à mesure du déblaiement des éléments (végétation et éboulis) masquant la réalité de son état. Celle‑ci présente un développé d’environ 60 m sur une hauteur moyenne de 8 m à l’extérieur pour seulement 6 m à l’intérieur. Aucun élément architectural n’est alors visible à l’exception de trois excroissances disposées en renfort sur le parement extérieur et correspondant aux vestiges d’une tour pleine quadrangulaire au centre de la courtine et de deux tours semi-circulaires au milieu des deux côtés ainsi délimités. En accord avec l’architecte en chef des Monuments historiques, une opération archéologique est prescrite dans le cadre de ces travaux. Compte tenu des difficultés d’accès aux vestiges, l’étude archéologique ne peut valablement se faire que dans le cadre d’une co-activité avec l’entreprise de restauration et au fur et à mesure du dégagement par celle-ci des vestiges en place.

11La difficulté réside, ici, dans le calendrier d’intervention des archéologues entièrement dépendant de celui de l’entreprise de restauration qui dispose de trois ans pour réaliser les travaux sans obligation de continuité dans le déroulement de son chantier. Il est évident que les opérateurs en archéologie traditionnelle ne se bousculent pas pour prendre une telle opération. Dans le cas présent, les contacts pris avec Marie-Pierre Baudry‑Parthenay, directrice de l’association Atemporelle de Parthenay (Deux‑Sèvres) dont les travaux sur les fortifications des Plantagenêt en Poitou pouvaient rendre sensibles aux problématiques scientifiques sous-jacentes, ont permis de s’assurer du concours d’un intervenant à la fois motivé et suffisamment souple dans son fonctionnement pour s’adapter aux aléas de ce type de chantier. Cela n’a pas empêché surprises et dysfonctionnements. Par exemple, la décision prise par l’architecte en chef des Monuments historiques, en cours d’opération, d’installer un drain dans une tranchée le long de la face interne du mur nécessita un sondage de contrôle non prévu au devis qui permit de faire limiter la profondeur de la tranchée à 1 m afin de préserver les liaisons stratigraphiques entre l’enceinte et les couches archéologiques repérées.

12En revanche, l’archéologue, quelle qu’en fut son envie, ne pouvait, économiquement parlant, se déplacer sur site pour 1 ou 2 heures de relevés de détail après dégagement de parties originales et avant leur consolidation dans le cadre d’un devis prévoyant 20 jours de travail sur le terrain, à répartir à l’avancement de consolidations échelonnées sur 2 ans. Ainsi, une archère mise au jour par les travaux de restauration n’a pu être étudiée qu’après une restauration partielle réalisée pour des raisons de sécurité au moment de sa découverte.

Fig. 2 : Angers, plan d’ensemble du château (DAO : B. Mandy, d’après un plan extrait du rapport de fouille).

13Malgré ces quelques contretemps, les acquis scientifiques justifient pleinement l’opération, puisque ce suivi de chantier, bien qu’intermittent, a permis de mettre en évidence une première courtine, présentant un mode de construction original, avec renfort de poutres en bois dans la longueur du mur, à laquelle ont succédé au moins deux phases de reprise, mais aussi de mettre au jour une archère et les vestiges d’une poterne, ainsi qu’un niveau de circulation à plus d’1 m sous le sol actuel et cohérent avec ces aménagements.

14Au vu de ces résultats et dans la perspective d’une seconde tranche de travaux pour la consolidation des deux dernières courtines (fronts ouest et sud), une étude archéologique préalable a été mise en place afin de préciser les secteurs où l’intervention d’un archéologue paraissait indispensable au moment des travaux de consolidation et de fournir des préconisations sur la consistance de ce suivi archéologique pour faciliter l’élaboration du coût de l’intervention. Mieux cadrée, la nouvelle intervention a été plus simple à gérer pour l’opérateur. Toutefois elle a connu son lot de déconvenues. Ainsi le dessouchage préalable du sommet des courtines a obligé l’entreprise de restauration au démontage de certaines maçonneries instables en dehors de la présence des archéologues, supprimant autant de données sur la partie sommitale du mur. De plus, le retard pris dans le montage d’un échafaudage au niveau d’une tour par rapport au calendrier d’intervention des archéologues ne leur a pas permis d’en faire l’étude exhaustive préconisée. Malgré tout, cette seconde campagne a permis de préciser le nombre et surtout la chronologie des différentes phases d’aménagement des courtines et de confirmer la présence de bâtiments adossés à celles-ci.

15Lorsque le front nord de la citadelle de Saumur (Maine-et-Loire, fig. 3a, 3b et 4) s’est effondré, dans la nuit du 21 au 22 avril 2001, sur 45 m de longueur et 17 m de hauteur, une grande partie du château médiéval a été fragilisée. La mise en place en urgence d’un buton de 9 900 m3 ne justifiait pas d’intervention archéologique, mais ne constituait qu’une solution transitoire de stabilisation dans l’attente de la réalisation d’un projet de restauration global et définitif, élaboré à la suite d’études géotechniques approfondies. Le programme finalement retenu comprenait plusieurs phases fonctionnelles dont certaines prévoyaient des sondages ou des décaissements pour des reprises en sous-œuvre qui avaient incontestablement un impact archéologique.

16Compte tenu de l’ampleur, de l’urgence et de la complexité des travaux, le ministère de la Culture s’est substitué à la ville, propriétaire du monument, pour assurer la maîtrise d’ouvrage selon la procédure tout à fait exceptionnelle de la réquisition. C’est donc la sous-direction des Monuments historiques qui a mandaté le service départemental du Maine‑et‑Loire pour assurer, au nom de l’état, le suivi archéologique des travaux pendant toute leur durée, c’est-à-dire du 30 mars 2004 au 30 octobre 2007. Ainsi la transcription du cahier des charges de l’opération archéologique sur le modèle des cahiers des clauses techniques des travaux de restauration ont fait apparaître, pour la première fois dans l’intervention archéologique, des éléments qui jusqu’alors n’étaient pas comptabilisés, telles que l’assistance aux réunions de chantier ou la rédaction de notes d’actualité à l’architecte en chef des Monuments historiques.

Fig. 3a : Saumur, vue cavalière du front nord après effondrement (DAO : G. Mester de Paradj, ACMH).

17Malgré un cadre très contraint et politiquement sensible, l’intervention archéologique est allée quasiment de soi. En fait, elle a bénéficié du caractère inhabituel de l’opération mobilisant des crédits exceptionnels où l’état se devait d’être exemplaire. De plus, le service des Monuments historiques ainsi que l’architecte en chef des Monuments historiques et son cabinet étaient eux-mêmes convaincus de l’impact archéologique des travaux, tant en sous-sol que dans les étages, du fait des résultats spectaculaires déjà obtenus lors du suivi des travaux de restauration de l’aile sud, dans les années 90, et surtout, en 2002, lors de la démolition des aménagements pénitentiaires. Enfin, ils connaissaient parfaitement le modus operandi du service mandaté puisque cette équipe assure, depuis l’origine, le suivi archéologique des travaux de restauration de l’abbaye royale de Fontevraud (Maine-et-Loire).

18Au final, la publication, dès 2010, par l’association française d’archéologie de ces travaux, dont il est impossible de résumer la richesse et la complexité des résultats ici, démontre l’efficacité et les bénéfices qu’on peut attendre d’interventions de terrains apparemment décousues, mais conduites par une même équipe qui, au fil des années, investit intellectuellement le monument et qui peut ainsi donner du sens aux informations mêmes les plus anodines.

19Ces trois exemples, par la diversité des situations dont ils rendent compte, montrent qu’au-delà du bien-fondé d’une intervention d’archéologues lors des opérations sur Monuments historiques, ni l’étude préalable ni le diagnostic au sens de la loi sur l’archéologie préventive ne sont des réponses satisfaisantes et adaptées ; c’est l’intégration des archéologues au chantier de restauration qui permet, à l’évidence, d’engranger les meilleurs résultats.

Fig. 3b : Saumur, suivi des travaux de reprise en sous-œuvre après effondrement de la courtine nord (photo extraite du rapport de fouille : D. Litoux, SDA du Maine et Loire).

20De ce point de vue, la loi sur l’archéologie préventive facilite considérablement cette intervention des archéologues. L’arrêté préfectoral qui fonde réglementairement l’opération donne une vraie légitimité à la présence des archéologues sur le chantier, non seulement auprès des maîtres d’ouvrages, mais aussi auprès des entreprises en co-activité et quel que soit, par ailleurs, l’état des relations inter-services. Encore faut-il que cet arrêté soit conçu en prenant en compte la spécificité de ce type d’intervention (durée et interruptions de chantier) et non comme un avatar des arrêtés liés à l’aménagement du territoire. Toutefois, le combat reste inégal. Il est souvent trop facile pour les aménageurs et les services de Monuments historiques d’arguer que les préconisations des archéologues faites au seul nom de « la Science », remettent en cause l’équilibre financier et donc la réalisation d’une opération, dont la priorité est justifiée par des impératifs de sécurité, liés à un état sanitaire alarmant et qui relève donc, en définitive, de la sécurité publique.

2. LES RESTRUCTURATIONS D’ENSEMBLE

21Ce second type de dossiers rassemble les projets dont l’ambition est d’investir l’ensemble d’un site, non simplement comme dans les exemples précédents, pour maintenir en état un élément de la mémoire collective, mais pour en faire un élément de notoriété avec l’objectif plus ou moins affiché, mais bien réel, qu’il devienne, si possible, un vecteur d’enrichissement économique.

Fig. 4 : Saumur, plan du rez de chaussée du château avec emplacement des sondages réalisés (plan extrait du rapport de fouille, DAO : D. Litoux, SDA du Maine et Loire).

22L’objectif n’est plus seulement de cristalliser un lieu de mémoire mais de totalement le réinvestir, pour en faire un outil dynamique, ancré dans le présent, pour séduire et, en définitive, capter une clientèle versatile. Ces programmes de très longue haleine, dont la mise en chantier est précédée d’études préalables nombreuses et développées, pour caler un projet touristiquement et économiquement viable qui emporte l’adhésion du plus grand nombre, sont enclins à prendre en compte la donnée archéologique le plus en amont possible et devraient pouvoir intégrer, sans difficulté, cette dimension. L’expérience montre que là encore les choses ne sont pas simples.

23Dans ce cadre d’une réflexion sur le réaménagement total d’un site, le bon sens voudrait qu’il fasse l’objet d’une étude archéologique complète, c’est-à-dire qu’il soit intégralement livré aux archéologues le temps nécessaire à son analyse.

24Les fouilles du Louvre ont constitué un premier pas retentissant dans cette direction ; en Pays de la Loire, celles de l’église abbatiale de Fontevraud ou du jardin du Quadrilatère, au château d’Angers, à l’occasion du réaménagement de la présentation de la tapisserie de l’Apocalypse, en sont une autre illustration. Mais il s’agissait chaque fois d’opérations classiques de fouille des surfaces, susceptibles d’être terrassées dans le cadre du projet, et l’intervention archéologique allait, si l’on peut dire, de soi.

Fig. 5 : Angers, étude du cairn néolithique pendant la construction du bâtiment d’accueil (cliché : B. Mandy, Drac/SRA).

25Autre chose est de livrer l’ensemble d’un monument, élévations comprises, à la sagacité des archéologues avant tout projet. Pour de multiples raisons qui ne sont pas seulement financières, cette solution paraît utopique voire saugrenue, et les services archéologiques doivent s’évertuer à défendre leur point de vue à chaque étape d’une chaîne opératoire qui, dans le cas de ces projets globaux, peut durer plus de 10 ans.

26Certes, au moment des études préalables, un diagnostic archéologique est généralement demandé par l’architecte en chef des Monuments historiques lui-même, mais les objectifs qu’il lui assigne doivent être reprécisés par le service archéologique pour éviter les malentendus. à ce stade, en effet, l’accès aux données est souvent très restreint et l’évaluation du potentiel que pourront fournir les archéologues beaucoup trop floue et aléatoire pour sérieusement aider à la maturation d’un projet. L’intervention des archéologues reste toutefois indispensable, dès ce moment, pour préciser les conséquences de certaines options fondamentales ; mais décideurs et responsables des Monuments historiques ne doivent pas espérer se libérer, par ce biais, de la contrainte archéologique pour la suite des opérations. Les péripéties liées au réaménagement de la présentation de la tapisserie de l’Apocalypse au château d’Angers (Maine-et-Loire), dans les années 90, en sont une bonne illustration (fig. 2). Lorsque la direction du patrimoine réfléchit à ce projet, des sondages archéologiques sont réalisés, en particulier dans le remparement situé à l’est de la galerie de présentation de la tapisserie. Ils mettent en évidence un rempart gallo-romain conservé sur plusieurs mètres de hauteur. L’alternative, un moment envisagée, du prolongement de la galerie de présentation sur ce côté est, dès lors, abandonnée avant tout étude architecturale.

27Dans le même temps, les sondages ouverts dans la zone dite du Quadrilatère montrent une grande variabilité du potentiel archéologique selon les secteurs, mais également que l’impact des travaux de B. Vitry pour la construction de la galerie de présentation en 1954 a été moins dévastateur que le laissait entendre le document d’évaluation du patrimoine archéologique urbain (DEPAU), publié dès 1990 par le Centre national d’archéologie urbaine. Au vu de ces conclusions, la sous-direction des Monuments historiques décide de financer, rapidement et dans le cadre des études préalables, la fouille des 1 200 m2 que représente ce quadrilatère, pour libérer de la contrainte archéologique l’espace, où est censé se développer le projet d’extension, montrant ainsi son attachement à la directive de 1985.

28Du point de vue scientifique, les résultats de la fouille ont dépassé toutes les espérances en permettant d’identifier notamment un habitat structuré de la fin de l’âge du Fer ou de réinterpréter ce qui passait pour le reste d’un donjon de Foulques Nerra, comme la platée d’un temple gallo-romain. Mais pour les services des Monuments historiques, l’anticipation s’est avérée trop précoce et le secteur fut simplement remblayé et réaménagé en jardin. En effet, la solution prônée entre temps par la commission supérieure des Monuments historiques et retenue par la sous-direction des Monuments historiques s’est limitée à la construction d’un bâtiment d’accueil sous la terrasse du logis royal, c’est-à-dire dans le secteur attenant à celui qui venait d’être fouillé et momentanément inaccessible, car servant de zone de stockage aux déblais de la fouille.

29L’opération archéologique qu’il fallut réaliser sur ce secteur (évaluation puis fouille), le fut, cette fois, dans le cadre des travaux d’aménagement, après approbation de l’avant-projet sommaire déposé par l’architecte en chef des Monuments historiques. Pour éviter de retarder le démarrage du chantier et faute de provisions financières suffisantes, l’ordre de service transmis à l’Afan, couvrait uniquement la phase terrain du devis.

30Les travaux mirent au jour des vestiges aussi exceptionnels qu’inattendus, à savoir les restes d’une étuve médiévale et d’un cairn néolithique suffisamment spectaculaire pour d’une part, en suspendre l’étude dans l’attente d’une équipe de spécialistes et, d’autre part, les intégrer au nouvel aménagement pour les présenter au public (fig. 5). Pour faire face à ces nouveaux besoins et sur la promesse d’une demande de crédits exceptionnels, l’Afan prolongea l’opération de terrain autant que de besoin, évitant ainsi de remettre en cause la programmation générale, mais augmentant d’autant les besoins d’une post-fouille dont le financement n’était pas garanti. Un crédit exceptionnel sollicité par le conservateur des Monuments historiques auprès de sa centrale permit d’obtenir, sans en couvrir la totalité des frais, la réalisation d’un document final de synthèse (DFS) dont les 5 volumes ont été rendus en 1998. La qualité et l’intérêt des résultats présentés ont conduit les deux sous-directions à s’associer pour financer, dans la foulée, un projet de publication. Malgré les moyens considérables et l’encadrement mis en place pour faire aboutir le manuscrit, la désaffection ou l’incurie d’une minorité n’a malheureusement pas permis, jusqu’à présent, de mener ce projet à son terme.

31Lorsque la Ville de Nantes décide, en 1993, la rénovation complète du château des ducs de Bretagne (fig. coul. 51 et 52) pour en faire le musée d’histoire de la ville, il s’agit d’un projet très ambitieux et de longue haleine mobilisant des moyens très importants puisqu’il prévoit un financement croisé entre état, Région, Département et Ville, dans le cadre de trois contrats de plan état-Région successifs. Lors de l’élaboration du projet, l’édifice est encore en fonctionnement et les opportunités d’analyse archéologique de l’édifice sont le plus souvent liées à d’indispensables travaux de modernisation ou de gros entretien ; dans ces conditions, les secteurs accessibles pour étude ne sont pas nécessairement les plus judicieux au regard de la complexité des lieux. Toutefois, cette prise d’information circonstancielle, aussi déficiente fut-elle, associée aux apports de travaux plus anciens, tels que ceux de Stany-Gauthier, ancien conservateur du château, qui dégagea divers éléments dont certains restèrent longtemps visibles, est nettement suffisante pour fonder les choix politiques et stratégiques d’un projet. On doit tout de même regretter l’absence, à ce stade de la réflexion, d’une évaluation spécifique des dommages collatéraux qui découlent in fine de ce type de réaménagement, tant sur l’authenticité de l’édifice que sur les vestiges archéologiques qu’il recèle.

32Pour illustrer cette assertion, deux exemples de décisions stratégiques, dont les conséquences ont été considérables aussi bien du point de vue de l’authenticité du monument que de la nature de l’intervention archéologique à mettre en œuvre :

  • d’une part, l’accessibilité de l’ensemble des parcours aux personnes à mobilité réduite a été posée comme une condition sine qua non de la restauration ; option qui, à l’inverse, a été énergiquement combattue et abandonnée, dans un cadre comparable, celui de la restauration du donjon de Vincennes, du fait de son impact trop important sur le monument ;

  • d’autre part, l’option retenue de ne pas intégrer au projet le dégagement et la mise en valeur des vestiges de l’enceinte gallo-romaine et du château de la Tour-Neuve dont le rez-de-chaussée et les soubassements sont presque intégralement conservés sous la cour actuelle ; décision dictée, pour partie, par des délais de travaux et un coût prévisionnel jugés incompatibles avec le calendrier et l’enveloppe budgétaire prévus pour ce projet.

33Toutefois, pour préserver, autant que possible, l’information, il a été admis, lors de l’élaboration de l’avant-projet sommaire, de maintenir, malgré un environnement de travail excessivement contraint, le principe d’interventions archéologiques ponctuelles aussi souvent que nécessaire ;

  • dans les bâtiments, l’objectif assigné consistait à relever les informations, mises au jour au fur et à mesure du déroulement des travaux, et de documenter, aussi précisément que possible, les dispositions anciennes dont la réalisation du projet entraînait des modifications conséquentes, voire la disparition ;

  • dans la cour, il s’agissait de maintenir une « réserve archéologique » et d’anticiper les terrassements nécessités, en particulier, par l’enfouissement des multiples réseaux générés par le nouvel aménagement, pour repérer le niveau des vestiges enfouis afin d’éviter toute atteinte à leur encontre (fig. 6).

34Ainsi, au fil des différents dossiers de réalisation soumis à la DRAC, pas moins de 5 autorisations d’opérations archéologiques ont été délivrées pour préciser la nature et l’ampleur de l’intervention des archéologues dans 7 secteurs où, à l’évidence, les aménagements projetés étaient susceptibles d’affecter des données archéologiques (fig. coul. 52).

35Par ailleurs, il était inadmissible, du point de vue de la cohérence scientifique, de ne pas avoir un seul et même intervenant sur l’ensemble des travaux, bien qu’administrativement et financièrement fractionnés, dans la mesure où il s’agissait d’un même site et d’un même projet. La prérogative, donnée par la loi à l’état, de désigner le responsable scientifique a permis de contourner cet éventuel écueil. Une même équipe mise en place par l’Inrap (deux archéologues, assistés, en tant que de besoin, par un topographe) a accompagné tout le déroulement du chantier à partir de la fin 2003. Cette présence des mêmes archéologues sur le long terme a permis de suivre les travaux d’aménagement du gros œuvre au jour le jour et d’instaurer une excellente concertation avec les autres intervenants. Ceci a permis une grande réactivité face aux divers aléas du chantier et a conduit, in fine, à une préservation quasi-intégrale des vestiges repérés sous la cour, certes au prix de nombreuses modifications de détail dans le plan des réseaux.

Fig. 6 : Nantes, installation des réseaux au dessus des vestiges du château XIIIe siècle (cliché : J. Pascal, Inrap).

36Pour terminer ce rapide tour d’horizon, ajoutons les châteaux en grande partie ruinés, comme Châteaubriant (Loire-Atlantique), Clisson (Loire-Atlantique), Herbignac (Loire‑Atlantique), Pouancé (Maine-et-Loire) ou Talmont (Vendée), dans lesquels l’approche archéologique reste tout aussi problématique. Les opérations d’archéologie programmée traditionnelle qui ont pu s’y dérouler, guidées soit par une simple volonté de dégagement, soit par une problématique scientifique ponctuelle, et sans l’accompagnement d’un projet d’aménagement, s’avèrent finalement moins utiles par leur apport à la connaissance que dommageables à la sauvegarde du monument, du fait des fragilisations occasionnées par des décaissements, parfois inconsidérés et souvent laissés à l’abandon.

37Par ailleurs, si les travaux d’aménagement, entrepris pour ouvrir ce genre de sites à la visite sécurisée du public, apportent les moyens techniques pour investir les parties hautes, inaccessibles dans le cadre des crédits alloués à l’archéologie programmée, ces interventions restent souvent frustrantes pour l’archéologue, qui dispose alors de moyens techniques efficaces, mais sur des secteurs sélectionnés selon une logique de mise en sécurité, voire économique, et non en fonction de ses problématiques scientifiques. Pourtant, il s’avère à l’expérience que cette prise de données subsidiaires, par exemple sur une portion d’enceinte, est souvent un bon moyen pour les chercheurs d’être associé, par la suite et très en amont, à des projets de restaurations plus ambitieux.

3. RÉFLEXIONS ET PRÉCONISATIONS

38Le premier point de divergence entre les deux services du patrimoine trouve vraisemblablement son origine dans la conception des missions qui leur sont assignées et des objectifs qu’ils poursuivent. D’un côté transmettre, dans son intégrité, aux générations futures un objet reconnu, par son classement, comme emblématique ; de l’autre préserver l’authenticité d’un ouvrage et des stigmates de sa vie pour que ces mêmes générations puissent en recomposer l’histoire. Ces deux approches induisent des modes d’intervention difficilement conciliables.

  • Pour les services des Monuments historiques, il s’agit de limiter les études, notamment archéologiques, au strict nécessaire pour définir un projet d’aménagement pertinent, sans se soucier a priori des dommages collatéraux et des éventuelles découvertes occasionnés par les travaux eux-mêmes. Ces dernières, si elles remettent en cause le parti de restauration retenu, seront apparentées à des découvertes fortuites (notion nouvellement intégrée dans la circulaire de 2009, relative au contrôle scientifique et technique sur la conservation des Monuments historiques) et traitées comme telles.

  • Pour les archéologues, les travaux de restauration sont toujours lourds de conséquences sur le matériau d’origine et les informations qu’il recèle ; ils sont donc assimilables à une destruction des données stratigraphiques d’un site archéologique et justifient l’analyse de l’intégralité des éléments concernés par la restauration, ce qui nécessite leur présence non seulement en amont du projet, car la plupart des données sont alors inaccessibles, mais au fur et à mesure de l’avancement du chantier.

39Dans l’approche des archéologues, le statut même de monument historique fait du monument classé une entité archéologique avérée, pour laquelle tous les projets de travaux doivent être soumis à l’avis préalable du service archéologique. Il s’agit en somme d’assimiler, du fait de son statut, le monument historique aux zones définies dans le cadre de l’article L522-5 de la loi sur l’archéologie préventive et pour lesquelles les projets d’aménagements sont présumés faire l’objet de prescriptions archéologiques.

40La différence entre les deux dispositions réglementaires concerne la nature des travaux. Dans le cas des zones de sensibilité, il faut que les travaux affectent le sous-sol, ce qui n’est absolument pas une condition sine qua non dans le cas des Monuments historiques, puisque l’article R523-10 indique que tous travaux sur un monument classé requièrent la saisine du préfet, qu’ils affectent ou non le sous-sol.

41Déjà, la directive du 5 août 1985, relative à l’organisation des études et des travaux sur les Monuments historiques classés, rappelle, dans son annexe 1 concernant l’élaboration des études préalables (alinéa b du paragraphe 2-1-2), que « les aspects archéologiques sont à prendre en considération le plus en amont possible […] et qu’ils ne doivent pas se borner au cas d’exploration du sous-sol, mais qu’il convient d’organiser […] en tant que de besoin le recours aux spécialistes archéologues, par exemple […] lorsqu’il s’agit d’étudier des parties d’édifices en élévation » et, plus loin, de préciser qu’« il conviendra de solliciter le concours de la direction des antiquités chaque fois que les méthodes archéologiques sont susceptibles de contribuer à la connaissance du monument concerné ». Cette position de principe a d’ailleurs été clairement réaffirmée dans une circulaire du directeur du patrimoine de mars 1989 concernant les modalités de financement des interventions archéologiques sur les immeubles classés ou inscrits. Celle-ci rappelle, en effet, que l’ensemble des opérations archéologiques (fouilles, analyses, conservations éventuelles et publications), rendues nécessaires par les travaux de restauration du monument, doit être globalement pris en charge sur le budget de la restauration. La mention des Monuments historiques dans le cadre de l’archéologie préventive ne fait pas qu’entériner une situation reconnue depuis longtemps. Cette mention renforce considérablement les moyens d’actions des services de l’archéologie en la matière.

42En effet, dans le cadre de la directive de 1985, les demandes d’autorisation de travaux sur Monuments historiques sont instruites par le conservateur régional des Monuments historiques ; c’est lui qui décide de communiquer ou non le dossier au service de l’archéologie pour avis et donc sur des critères qui lui sont propres, le plus souvent en fonction de l’ampleur de l’atteinte au sous-sol. C’est lui et l’architecte en chef des Monuments historiques qui décident ensuite de la transcription technique et financière, régulièrement sous-évaluée, des recommandations fournies par le SRA. Ce tri préalable des dossiers est considéré par les conservateurs de l’archéologie comme une forme d’ingérence intolérable dans leur domaine de compétence.

43L’article R523-10 leur permet désormais de se saisir de dossiers sur lesquels les conservateurs régionaux des Monuments historiques ne jugeaient pas utile de les consulter, mais surtout, ils sont assurés de la prise en compte de la totalité de leurs recommandations qui s’expriment non plus sous la forme d’un simple avis, mais par un arrêté dont les prescriptions s’imposent donc, dans leur intégralité, tant au maître d’ouvrage, le propriétaire, qu’au maître d’œuvre, l’architecte en chef des Monuments historiques, et au conservateur régional des Monuments historiques, DRAC et préfet restant les arbitres des éventuels différends en la matière.

44C’est évidemment là une cause de tension entre les services qui s’estompe quand les conservations régionales des Monuments historiques jouent la transparence en soumettant l’ensemble des dossiers aux services archéologiques, et que les services archéologiques reconnaissent le rôle de chef d’orchestre du conservateur régional des Monuments historiques et s’insèrent dans la formation plutôt que jouer une partition discordante. La conférence de l’architecture et du patrimoine devrait être le lieu privilégié de cette mise en musique et de la confrontation des intérêts divergents voire contradictoires entre les deux services. Malheureusement cette instance a été, dès l’origine, dans la majorité des DRAC, l’outil d’un enjeu politiquement plus important, celui de l’intégration des services départementaux de l’architecture et du patrimoine.

45D’autres causes de crispation entre les services concernent le moment et les modalités de l’intervention des archéologues. Il faut bien admettre que du fait de la spécificité des travaux sur Monuments historiques, ce type de dossier ne pourra jamais se satisfaire d’une simple opération en amont des travaux de restauration, comme c’est le cas pour les opérations d’archéologie préventive liées à l’aménagement du territoire. Mais en contrepartie de ce travail en co-activité, il est indispensable que les archéologues assurent une information rapide des autres intervenants sur les résultats de leurs investigations.

46Les architectes, en particulier, reprochent souvent à l’équipe archéologique son peu d’entrain à fournir « à chaud » des explications sur certaines dispositions du bâti ou pour aider au choix d’un parti de restauration. Il est déontologiquement difficile pour les archéologues de laisser intégrer, dans les restaurations, des hypothèses encore immatures reposant sur des résultats trop partiels en amont d’une synthèse reportée en fin de chantier, mais que tous attendent avec impatience. Pourtant la participation systématique du responsable de l’opération archéologique aux réunions du chantier de restauration comme la fourniture de notes d’actualité à l’architecte en chef des Monuments historiques, chaque fois qu’une découverte est susceptible d’interférer avec le parti de restauration, se sont toujours avérées particulièrement bénéfiques.

47Le reproche du manque d’implication des archéologues dans le projet global et le déroulement du chantier ont été longtemps récurrents en Pays de la Loire ; il a disparu depuis que ces aspects ont été explicitement intégrés dans les prescriptions liées à l’intervention archéologique.

48S’il n’est pas nécessaire généralement de mobiliser une équipe importante sur ce type de chantier, en revanche, sa disponibilité, pendant toute la durée des travaux de restauration, est essentielle. Dans tous les chantiers évoqués ci-dessus, il apparaît clairement qu’une part importante des acquis les plus significatifs provient d’informations récupérées à la volée par une équipe capable de réagir rapidement aux sollicitations des autres corps de métier.

49La spécificité des opérations sur Monuments historiques et celle des interlocuteurs qu’on y côtoie, comme de leurs motivations, me semble nécessiter la désignation, dans les services régionaux de l’archéologie, d’une personne pour suivre ce type de dossiers dans l’ensemble de la région.

50Par ailleurs, la prescription archéologique sur ce type de dossier n’a de sens que si, comme en archéologie programmée, on dispose d’une équipe capable de dégager les problématiques particulières au site et de s’y investir sur le long terme. Les opérations archéologiques dans le cadre des travaux de restauration exigent une disponibilité et une réactivité de leur responsable que peu d’opérateurs sont en mesure d’assumer. La reconnaissance de cette spécificité et du savoir-faire particulier qu’elle exige justifie d’évoquer une archéologie du troisième type qui reste encore à normaliser, malgré les progrès incontestables qu’on peut constater dans la pratique. Car actuellement la réussite de toutes ces opérations repose, d’abord, sur la bonne volonté de chacun d’aller dans le même sens avec, sur le terrain, toutes les concessions que cela peut comporter, pour laisser, à l’autre équipe, le temps de faire son travail.

51Enfin, la mise en place progressive, depuis 2005, dans le cadre de la réorganisation des DRAC issue de la RGPP, de services régionaux de l’architecture et du patrimoine ne se traduit, pour l’instant, dans de nombreux cas, que par la juxtaposition des services métiers ; mais elle pourrait aboutir rapidement à la dissolution des services traditionnels, au profit de procédures globales qui, selon les forces en présence, ne privilégieront pas forcément le point de vue des archéologues. à l’inverse, si les archéologues s’emparent de cette évolution inéluctable, ils pourraient en profiter pour investir également le champ d’activité des architectes des bâtiments de France, chefs des services territoriaux de l’architecture et du patrimoine (ex-SDAP), qui, dans le cadre des travaux d’entretien et de réparations ordinaires des Monuments historiques, ont encore trop tendance à faire cavalier seul et à oublier les conséquences archéologiques des interventions qu’ils engagent…

52Nantes, août 2011

Notes

1 Pour la relecture attentive de cet article, à laquelle Gérard Aubin, Jocelyn Martineau et Marie-Odile Mandy ont bien voulu procéder et pour les commentaires et les conseils judicieux qu’ils ont bien voulu me prodiguer, je tiens à exprimer toute ma gratitude.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Angers, mise au jour de l’assomoir et du pavage du 3e étage de la porte des Champs sous les remblais de la plateforme d’artillerie du XVIIe siècle (cliché : B. Mandy, Drac/SRA).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3755/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 2 : Angers, plan d’ensemble du château (DAO : B. Mandy, d’après un plan extrait du rapport de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3755/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 3a : Saumur, vue cavalière du front nord après effondrement (DAO : G. Mester de Paradj, ACMH).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3755/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 3b : Saumur, suivi des travaux de reprise en sous-œuvre après effondrement de la courtine nord (photo extraite du rapport de fouille : D. Litoux, SDA du Maine et Loire).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3755/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 4 : Saumur, plan du rez de chaussée du château avec emplacement des sondages réalisés (plan extrait du rapport de fouille, DAO : D. Litoux, SDA du Maine et Loire).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3755/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 5 : Angers, étude du cairn néolithique pendant la construction du bâtiment d’accueil (cliché : B. Mandy, Drac/SRA).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3755/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 6 : Nantes, installation des réseaux au dessus des vestiges du château XIIIe siècle (cliché : J. Pascal, Inrap).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3755/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

Auteur

Conservateur en chef du patrimoine, conservateur régional de l’archéologie des Pays de la Loire de 1995 à 2007

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540