Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 3 : Les voies de la recherche en art et archéologie

Approches de la maison médiévale : questions de méthode

Yves Esquieu

Texte intégral

1Contrairement à l’approche d’un édifice religieux sur lequel on peut concentrer un travail de quelques jours, de quelques semaines, l’approche de l’habitat civil, hormis des sites abandonnés qui ont par exemple permis dans les années 1960 les premières fouilles de villages médiévaux en France à Rougiers (Var) et à Dracy (Baubigny, Côte-d’Or), est longue. Si l’on ne veut pas se contenter d’un signalement à partir des seules façades qui sont accessibles à tous, il faut pénétrer à l’intérieur des habitations et cela n’est pas toujours facile. Il faut du temps, il faut se faire connaître pour vaincre les craintes des propriétaires, il faut attendre un changement de propriété et d’éventuels travaux de réhabilitation qui permettront une visite plus libre, une couverture de relevés et de photographies hors la présence gênante d’un mobilier, voire l’autorisation d’enlever des tapisseries ou des lambris condamnés pour mieux observer les maçonneries. C’est toujours un travail de longue haleine permis à des chercheurs qui, d’une façon ou d’une autre, sont bien implantés sur le site et connus. C’est ce qui nous a valu, dans les années 1990, une première série de belles monographies, parfois dans le cadre de thèses de doctorat, telles celles d’Anne-Laure Napoleone sur Figeac (Napoleone 1998 ; Napoleone 1993), Maurice Scellès sur Cahors (Scellès 1999), Bernard Sournia et Jean-Louis-Vayssettes sur Montpellier (Sournia, Vayssettes 1991), Pierre Garrigou-Grandchamp et Jean-Denis Salvêque sur Cluny (Garrigou-Grandchamp et al. 1997), Dominique Pitte sur Rouen (Pitte 1994 ; Pitte, Ayers 2002), Marie-Christine Grasse sur les Alpes-Maritimes (Grasse 2005). Une première esquisse de synthèse pour la France se faisait jour au même moment, avec, entre autres, ces mêmes chercheurs, sous la direction de Jean-Marie Pesez et de moi-même (Esquieu, Pesez 1998). Après ces prémices, plusieurs colloques animés essentiellement par des membres de l’équipe précédente ont abouti à des publications qui procurent de nouvelles monographies ou abordent avec plus de détails des questions de synthèse, tel l’éclairage, le chauffage ou les espaces de rangement. En même temps, de nouvelles générations de chercheurs ont entamé l’étude d’autres sites riches en demeures médiévales.

2Une autre difficulté de l’étude de l’habitation médiévale consiste à l’unicité de la méthode d’approche envisagée, seule permise habituellement.

1. DIFFICULTÉ DUE AUX MÉTHODES D’APPROCHE

3L’idéal serait d’étudier une maison conservée en élévation, d’en faire la fouille et d’avoir une documentation écrite, voire iconographique, sur elle. C’est bien rarement le cas, sauf pour de grandes demeures de type seigneurial, tel le palazzo Fieschi, annexé ensuite dans le palais communal de Gênes (Cagnagna, Ciresola 2005). Sur plus d’une centaine de maisons publiées dans les Cent maisons médiévales (Esquieu, Pesez 1998), 48 ont été étudiées à partir des élévations conservées seules, 33 à partir des seuls documents d’archives, 22 à la suite d’une opération de fouille ; si l’on met à part les maisons de villages abandonnés connues par la fouille mais qui conservaient une petite partie de leur élévation, une seule étude, celle d’une maison du XIIe siècle à Rouen, a pu réunir observation du bâti (un bâti cependant très partiellement conservé dans des constructions plus récentes) et une fouille de sauvetage complétée par des sondages réalisés en 1990 (Pitte 1998). Deux notices conjuguent document d’archive et fouille : un groupe de maisons du milieu du XVe siècle à Douai (Louis 1998), une maison du XIVe siècle à Bordeaux pour laquelle, d’ailleurs, les documents d’archives ne renseignent guère que sur les possesseurs de la tenure (Faravel, Lerat-Hardy 1998). Aucun inventaire après décès et aucun prix-fait étudié dans cet ouvrage ne correspond à une maison connue en élévation ou en fouille. Aucune monographie n’a reçu l’appui d’un document iconographique ancien.

Fig. 1 : Schéma de restitution d’une maison de 3 pièces à Dijon (1404), étudiée à partir d’un inventaire (in Esquieu, Pesez 1998, p. 316). A : chambre : B : cuisine ; C : cellier.

4L’apport de l’iconographie peut être réel, tant pour la représentation extérieure que pour celle des intérieurs. Elle peut nous apprendre beaucoup sur la présence ou non d’enduits, de structures annexes en bois, l’ameublement, la présence d’un dispositif destiné à la toilette, l’obturation des fenêtres, l’emplacement des ustensiles d’éclairage... Mais cela concerne une maison en général, dans une ville, une région, fort rarement une maison que l’on peut identifier, exception faite pour des demeures remarquables. Il faut attendre le XVIe siècle pour que soient gravés des plans des plus grandes villes d’Occident contenant des représentations fiables de maisons dont les élévations sont parfois conservées : ainsi la ville de Cologne représentée en 1531 par Anton Woensam. Le plan de Paris dessiné par Truschet et Hoyau en 1552 donne de l’hôtel d’Harcourt, malgré son caractère schématique, une représentation corroborée par les documents ultérieurs : bâtiment implanté au nord de l’îlot avec pignon sur rue à l’ouest, échauguette en angle de rue, cour étendue vers le sud ; le plan de Saint-Victor, de peu postérieur mais reprenant les données d’un plan des années 1523-1530, est plus précis encore : on y voit deux échauguettes à la naissance du pignon, la présence d’un autre bâtiment à l’extrémité sud de la cour et d’un jardin au-delà (Garrigou-Grandchamp 2009). Documents précieux pour une demeure aujourd’hui disparue mais que des relevés du XIXe siècle contribuent à nous faire connaître aussi.

Fig. 2 : Viviers, plan de la maison d’un chapelain (relevé : Y. Esquieu, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).

Fig. 3 : Viviers : élévation de la façade d’une maison, 26, rue du Château (relevé : Y. Esquieu [dir.], DAO : C. Frémiot-de Mauroy).

  • 1 Un exemple en est donné par la maison de la chapelle « De Pretiosa » à Viviers (Esquieu, Pesez 1998 (...)

5L’impossibilité habituelle de croiser les sources nous prive d’une reconstitution totale d’une demeure à un moment donné : sa configuration extérieure, la distribution, la fonction des espaces, les aménagements de confort, le décor… On a bien rarement tout cela ensemble. L’étude des élévations concernant le plus souvent des maisons maintes fois transformées au cours des siècles, bien plus transformées que les constructions religieuses, et encore habitées aujourd’hui, la distribution intérieure et l’usage comme l’aménagement des espaces sont difficiles à saisir en l’absence d’un décapage des murs et en l’absence de textes. Ceux-ci, inventaires après décès ou prix-faits (Bernardi 1998 ; Piponnier 1998), ne concernent pas en France des demeures antérieures au XIVe siècle et ne permettent que des reconstitutions théoriques qui ne tiennent pas compte de la complexité des réalités, formes non géométriques et compliquées des parcelles (fig. 2)1, interpénétration des propriétés : les plans schématiques donnés dans les Cent maisons médiévales en France (p. 316-320, 400-405, 408, 417, par exemple) ne peuvent qu’être parfaitement géométriques et suggérer une distribution sans avoir la prétention d’être une reconstitution exacte (fig. 1) ; mais l’usage des pièces apparaît, avec leur ameublement ; c’est une maison dont on ne peut donner la représentation précise mais qui revit.

Fig. 4 : Viviers, élévation de la façade d’une maison, 15, rue Chèvrerie (relevé : Y. Esquieu [dir.], DAO : C. Frémiot-de Mauroy).

2. L’APPORT ALÉATOIRE DES TEXTES : RESTITUER LA DISTRIBUTION INTÉRIEURE

6À titre d’exemple nous allons essayer de mettre en relation un type courant de demeure médiévale conservé en élévation, mais sans ses aménagements intérieurs médiévaux, avec des textes qui pourraient nous apporter des précisions sur lesdits aménagements mais qui ne concernent pas les maisons conservées, puisque dans un cas nous avons les maisons seules, dans l’autre des textes que l’on ne peut mettre en relation avec des réalités.

7Nous prendrons l’exemple de la maison mixte ou polyvalente élémentaire, c’est-à-dire celle qui regroupe sous le même toit un local professionnel (boutique, ouvroir, étable, cave viticole, etc.) et l’habitation. Un schéma couramment conservé en élévation dans plusieurs régions françaises (Provence, Languedoc, Bourgogne…) se remarque en façade par un rez-de-chaussée marqué par la juxtaposition de deux portes, l’une piétonne, l’autre cochère, la présence d’un étage muni de fenêtres indiquant la présence de pièces d’habitation, d’un dernier niveau avec une fenêtre plus simple et plus petite qui était destinée à éclairer un grenier. On peut ainsi, au seul vu de ce type de façade, restituer la distribution intérieure avec la répartition des fonctions : au rez-de-chaussée la porte cochère donne sur le local professionnel. La porte piétonne, souvent surélevée, ouvre sur un petit palier puis un escalier droit qui conduit à l’habitation qui occupe l’étage. Au niveau du palier du rez-de-chaussée, une porte peut établir une communication entre l’escalier et le local professionnel, passage utile si habitation et local professionnel sont occupés par la même famille. Le dernier niveau est un grenier. Si la parcelle est peu profonde, l’habitation est constituée d’une seule pièce où se regroupent les fonctions de cuisine, salle à manger et chambre à coucher. Si la parcelle est plus profonde, comme c’est le cas dans des maisons de Cluny (Esquieu, Pesez 1998, p. 162-169 ; Sournia, Vayssettes 1991, p. 191-192), on a un refend transversal et l’on peut répartir les fonctions dans les deux pièces. Ce schéma élémentaire peut s’enrichir en multipliant les travées (deux, trois… portes cochères) ou les étages d’habitation. On peut de cette façon multiplier les espaces professionnels (pour une même personne ou plusieurs locataires différents) et les pièces d’habitation.

Fig. 5 : Élévation restituée de la façade d’une maison de Viviers, impasse du Bardas (relevé : M.-C. Grasse, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).

  • 2 Publiée brièvement par Y. Esquieu et M.-C. Grasse (Esquieu, Pesez 1998, p. 365-366).

8Je choisirai quelques maisons de Viviers (Ardèche) comme supports du discours. Une première, maison I, (rue du Château, fig. 3) comportait un seul niveau d’habitation et était bâtie sur une parcelle courte ; il lui manque son niveau de grenier ; sa façade conduit à la dater du XVe siècle mais des éléments intérieurs sont romans2. Les deux suivantes ont été bâties sur une parcelle longue qui permettait un refend intérieur, donc deux pièces d’habitation. L’une, maison II, (rue Chèvrerie, fig. 4), datable de la première moitié du XVIe siècle, compte un étage d’habitation et celui de grenier. L’autre, Maison III, de type roman (impasse du Bardas, fig. 5), compte deux étages d’habitation mais il manque le grenier.

  • 3 Études réalisées par Fabien Blanc.

9Nous allons essayer de faire coller au schéma décrit ci-dessus et illustré par les maisons que je viens d’énumérer des textes d’inventaires après décès pris dans l’ouvrage de M.-C. Grasse sur les Alpes-Maritimes. L’idéal aurait été d’envisager des maisons situées dans les mêmes lieux que les inventaires ; cela n’est pas envisageable en l’absence d’une série d’inventaires dans un cas, en l’absence de maisons étudiées en totalité dans le second. Cela sera sans doute possible bientôt dans la mesure où la ville de Grasse a entamé l’étude archéologique d’îlots anciens en vue d’une politique de réhabilitation3.

10Dans une maison d’Antibes inventoriée en 1453 (Grasse 1995, III, p. 123-124), le notaire distingue le penore qui abrite du matériel vinaire (2 cuves, 5 fûts de vin, 1 tonnelet) avec aussi un matériel seulement entreposé dans cet espace (un marteau, deux caisses, un coffre) et l’aula où se juxtaposent éléments de literie (matelas, paillasse, oreillers, draps), mobilier lié à la table et au rangement (table, banc, chaises, caisses petites et grandes), vaisselle de table (vaisselle d’étain et d’argent), vaisselle et outillage de cuisine (chaudron, marmite, poêle, mortier, planche pour porter le pain, panier pour conserver le pain), des réserves de blé, de farine et de figues ; la présence d’une crémaillère et d’une broche indique l’existence d’une cheminée. La maison d’un barbier inventoriée en 1497 à Grasse (Grasse 1995, III, p. 254-255) comprend une apoteca avec les ustensiles nécessaires à la profession (bassins, ciseaux de barbier, essuie-mains, chaudron) et une aula superior avec de la literie, de la vaisselle de table et de cuisine (marmite, chaudrons, poêles) ; trois trépieds et une crémaillère sont destinés à la cheminée. Dans les deux cas on n’a aucun mal à mettre en rapport ce type d’organisation avec la maison élémentaire décrite plus haut, à l’exception du grenier qui n’est pas mentionné : mais il n’y avait peut-être aucun objet notable à citer ; même chose pour l’escalier qui n’a aucune raison d’être cité par le notaire. La pièce unique de l’étage réunit toutes les fonctions de l’habitation, le barbier exerce son activité au rez-de-chaussée et l’autre habitant, sans doute un petit viticulteur, fait sa vinification à ce même niveau. On se reportera à la maison I de Viviers.

Fig. 6 : Montpezat-sous-Bauzon : plan schématique d’une maison, rue de la Gravenne (relevé : Y. Esquieu, DAO : C. Frémiot-de Mauroy). 1- porte piétonne ; 2- porte cochère ; 3- porte piétonne surélevée plus tardive ; 4- fenêtre ; a- cheminée ; b- niche sous la cheminée ; c- niche ; d- évier ; e- escalier tardif.

11Donnons deux exemples de maisons comptant un espace supplémentaire. À Grasse, en 1485, on peut restituer la superposition de trois espaces (Grasse 1995, III, p. 226-228). Le penore est une cave viticole (8 cuves à vin, 2 fûts, 3 tonnelets). Doit lui être superposée l’infra aula qui abrite de la vaisselle de table (plat d’étain, pichet, écuelles) avec deux « tables pour manger », un banc et une caisse et des ustensiles de cuisine (marmite, mortier) avec l’équipement de la cheminée (trépied, crémaillère). Des vêtements, des draps et des couvertures indiquent plutôt un rangement qu’un couchage. L’aula superiore est équipée d’une literie et d’un banc avec aussi une fonction de rangement habituelle dans une chambre à coucher (2 coffres, vêtements) ; s’y ajoute un chaudron. On restitue donc ici deux espaces d’habitation distincts superposés correspondant à la maison III de Viviers (fig. 5). Rien ne prouve que l’infra aula se trouve au premier étage mais, dans les constructions médiévales que nous connaissons pour cette région, la présence de cette pièce au rez-de-chaussée nous paraîtra improbable. Le cas d’une autre maison de la même ville en 1489 est différent. On retrouve l’espace professionnel, ici une apoteca avec trois coffres, une caisse, des étagères mais sans aucun produit à vendre, ce qui ne nous permet pas de définir la nature de ce commerce. On situera à l’étage l’aula avec table sur tréteaux, banc, caisse, nappes et une literie, pièce utilisée par conséquent comme salle à manger et chambre à coucher. La focanea contigua dicte aula indique la présence d’une pièce munie d’un foyer à côté de la précédente ; il s’y trouve une caisse, une table pour porter le pain et de la vaisselle de table. Ce devrait être la cuisine avec sa cheminée mais l’absence de vaisselle culinaire et d’ustensiles pour le foyer pose problème : ce matériel a pu être extrait avant l’inventaire. Le notaire cite ensuite un banc in suprema parte ; c’est ce seul meuble qui permet de mentionner le grenier ; si ce banc avait fait défaut, le grenier n’aurait pas été mentionné ; ce qui permet par conséquent de ne pas rendre impossible sa présence dans les cas précédents. Pour le premier étage on pourra rapprocher cet aménagement de la maison vivaroise de la rue Chèvrerie (II, fig. 4) dont l’allongement et la possibilité d’évacuer l’eau sur un étroit passage à l’arrière suggèrent de situer une cuisine à l’arrière de la salle.

12Les maisons ainsi inventoriées peuvent sans problème être mises en correspondance avec la maison mixte de type élémentaire si largement représentée dans le Midi. Mais on ne saurait faire de cette possibilité une certitude car d’autres cas de figure sont possibles. Si nous avons coutume de répartir les fonctions par niveau dans ce type d’habitation parce que cela nous semble logique, d’autres schémas ont existé. C’est d’abord la fouille qui nous le montre, car il est bien rare qu’une opération archéologique en milieu d’habitat urbain ne nous livre pas des traces de foyers, évidemment en rez-de-chaussée. Il faut considérer aussi que bien des maisons se limitaient au seul niveau du rez-de-chaussée, même si certains pensent qu’une caractéristique de la maison urbaine est sa construction sur plusieurs niveaux (Garrigou-Grandchamp 2006, p. 8). Donnons quelques exemples significatifs. Des maisons fouillées à Aix-en-Provence (rue des Magnans) ont livré deux foyers soigneusement aménagés sur des soles surélevées. Une maison reconnue à Fos-sur-Mer (rue Frédéric-Mistral) a livré, dans un même espace, plusieurs foyers, des épandages d’ossements animaux et de coquillages, une grande quantité de matériel céramique témoignant de l’usage domestique de ce rez-de-chaussée. Une maison en bois et torchis du XIIIe siècle, fouillée à Douai en 1988, est apparue composée d’un assemblage d’espaces multiples en rez-de-chaussée incluant aussi bien des fours à usage professionnel que des foyers et des traces d’occupation domestique (Louis 1998, p. 183-184).

13Cette juxtaposition en rez-de-chaussée d’un espace à usage domestique et d’un autre à usage professionnel est attestée dans des maisons conservées en élévation et dont la façade correspond cependant au schéma décrit plus haut, si ce n’est que la porte piétonne est de plain-pied avec la rue. Nous en retiendrons deux exemples observés en Ardèche. À Rochemaure (25, rue de la Violle), les portes piétonne et cochère juxtaposées présentent les signes du gothique tardif (la première avec linteau surmonté d’une accolade, la seconde avec arc en anse-de-panier, toutes deux encadrées de pinacles) ; les deux portes ouvrent sur l’espace unique du rez-de-chaussée. Même observation pour une maison plus tardive (date 1633 sur le meneau) mais conservant les caractéristiques des constructions de la première moitié du XVIe siècle à Montpezat-sous-Bauzon, au pied de la montagne ardéchoise (rue de la Gravenne). Dans ces deux cas la pièce est équipée d’une cheminée, d’une armoire murale, avec un évier pour Montpezat (fig. 6). On peut imaginer qu’elle était subdivisée par une cloison légère en bois mais qui n’a pas laissé de trace, séparation qui justifierait la présence de deux portes.

14Lorsque l’inventaire concerne une maison plus vaste et plus complexe, la reconstitution devient plus délicate encore et la mise en relation avec un bâti existant bien plus problématique. Je développerai ici le cas d’une maison d’apothicaire de Grasse inventoriée en 1474 (Grasse 1995, III, p. 187-208). Suivons d’abord l’ordre du texte correspondant à l’itinéraire du notaire et des témoins en restituant l’ameublement et l’usage des espaces. L’inventaire a commencé par l’aula dans laquelle est décrit un riche ameublement : une table à tréteaux en noyer et un banc en sapin, un marchepied, deux tabourets, quatre bancs-coffres contenant des draps, des nappes, des essuie-mains, des vêtements d’homme et de femme ; un dressoir ou « buffet » de sapin présente de la vaisselle d’étain (pots, écuelles, assiettes) ; l’éclairage est assuré par une lanterne et surtout un chandelier suspendu en laiton, signe certain d’aisance, tout comme le buffet ; une crémaillère suggère la présence d’une cheminée ; un armarium, sans doute une armoire murale, est signalé. Des armes et des éléments d’armures sont également présents dans la pièce. Après un passage dans une boutique qui semble ne servir qu’à prendre en note le nom des témoins, on se rend dans le studium. Il s’y trouve un certain nombre de livres, notamment de droit, des livres de comptes, des cahiers non écrits destinés aux écritures de la boutique ; quelques vêtements et accessoires comme une ceinture et un anneau d’argent figurent aussi dans cette pièce. Le notaire revient ensuite dans l’aula où il note la présence de draps, de nappes de chanvre et de coton dans l’armoire située près du buffet ; cette dernière indication nous assure qu’il s’agit bien de l’aula précédemment visitée dans laquelle on est revenu car il n’y avait pas d’autre issue au sortir du studium ; on en a profité pour noter le contenu de l’armoire oublié auparavant ou situé dans une logique de parcours. Le notaire se rend ensuite dans une camera contigua dicte aula ; il s’y trouve un lit « muni », avec matelas, couette, draps…, un escabeau pour monter sur le lit, une table en pin et une caisse contenant des objets précieux en argent : série de tasses, chaînes, ceintures de femme… et aussi un portrait (peint ?) de Marie-Madeleine.

15Jusque-là on n’aura pas de peine à situer les espaces décrits au premier étage de l’habitation. S’y trouvent peut-être aussi les quatre espaces suivants, ce qui ferait supposer une construction de dimensions assez grandes ; il pourrait aussi s’agir d’un second étage, hypothèse que je privilégierai. Le notaire entre d’abord dans une cameram sape novam ; chambre neuve, le sapin désignant sans doute un lambris mural, intéressante indication de confort. On y trouve un lit « muni », un banc-coffre mais aussi une réserve de 20 sacs de laine, du fil de coton et de lin et… une pertuisane. On se rend ensuite in garda raupa juxta dictam cameram ; la garde-robe contient d’autres éléments d’armement (cuirasses, éléments d’armures), deux couvertures et une quantité de toile (« grosse toile » et « toile de Bourgogne »). La présence de latrines complète l’impression d’aisance que donne cette maison ; cet espace est cependant assez vaste pour contenir aussi une réserve de nourriture : cinq barils avec des lentilles, des haricots et des pois. Après les latrines, le notaire accède à la camera retro dictam garda raupam ; pièce de réserve encore où l’on trouve un setier de fèves, deux sacs de laine et un grand chaudron. On se rend ensuite in solerio superiori, visiblement un espace de rangement que l’on aurait tendance à placer sous les combles ; y sont entreposés trois barils de poissons, dont un petit, du lin, 16 livres de chanvre « inutilisable », deux paniers, deux caisses cassées, un chaudron cassé. La cuisine (coquina) est inventoriée après ; il est difficile de la situer au niveau du grenier alors que sa place devrait se trouver proche des espaces de réserve cités précédemment. On peut penser que le notaire est redescendu et a gagné cette pièce située au-delà de l’escalier. Pourquoi alors ne pas avoir visité en même temps le grenier dont il sera question plus loin ? Une solution serait d’imaginer que cette maison comporte plusieurs corps de logis contigus peut-être acquis progressivement par le propriétaire et qu’il n’y a pas, en raison de cela, de communication entre tous les espaces d’un même niveau. La cuisine se situe peut-être d’ailleurs dans un autre corps de logis que celui parcouru précédemment. Il s’y trouve un pétrin, deux tables pour porter le pain, trois tamis, quatre cruches, une grande jarre de farine, un baril de miel, une série de chaudrons de contenances diverses, une jatte « de Bougie », un coffre pour garder la cire, du matériel pour faire des chandelles. Ces derniers éléments correspondent peut-être à une fabrication destinée à la vente. Après la cuisine, on est monté in granerio où sont entreposés une réserve de blé, des écuelles, des jattes et des pots en terre, une vieille bassine de bronze. C’est sans doute à côté de ce grenier que prend place une camera oleorum avec sept jarres pleines d’huile et aussi des jarres vides et quatre barils de poissons.

16Il faut ensuite descendre au rez-de-chaussée pour inventorier la première appotheca ; c’est surtout de la vaisselle ordinaire en terre cuite qui y est proposée au client : on compte 22 douzaines d’écuelles, 32 petites jattes et six grandes, 61 pots d’une pinte et deux de quatre pintes, quatre bouteilles pour l’huile ; s’ajoutent de la corde de chanvre, de la corde fine, des sangles, des tamis à usages variés, 11 tables de sapin. Après la boutique, c’est le cellier (penore) qui abrite plus d’une vingtaine de tonneaux grands et petits, contenant surtout du vin rouge mais aussi du vin mêlé à de l’eau ; c’est beaucoup pour une consommation familiale, il faut donc voir là sans doute des produits à commercialiser. Sont mentionnés ensuite une étable (in stabulo) avec un petit mulet puis une camera existens super dictum stabulum ; pièce de rangement faisant plutôt penser à un comble, avec sept jarres de terre pleines d’huile mais aussi du matériel de rebut ou inutilisé : une jarre vide, trois barils à poissons vides, une caisse sans couvercle, des corbeilles. Puis l’on redescend pour visiter une dernière boutique. Ce qui laisse entendre que l’étable et l’espace qui lui est superposé constituent un bloc à part : derrière une cour ? Celle-ci n’est pas mentionnée, elle n’a pas à l’être s’il n’y est rien déposé ; cependant dans une telle demeure riche en mobilier et réserves de toutes sortes, il serait étonnant que rien n’ait été déposé dans un espace à l’air libre. On pensera plutôt à un autre corps de logis, peut-être attenant aux précédents.

17Cette nouvelle appotheca est bien celle d’un apothicaire contenant toutes sortes de drogues, de plantes, d’épices, de parfums, de produits précieux en petites quantité, rangés surtout dans des boîtes, souvent petites, souvent peintes, aussi dans des pots de terre. Boîtes et pots sont disposés sur des étagères, probablement dans des armoires murales au nombre de trois. À côté de quelques produits d’usage courant (miel, blé, semoule, fèves), boîtes et pots contiennent des produits aussi variés que du thym, de la muscade, de la cardamome, du poivre, de la moutarde, de la gomme arabique, du soufre, de la coloquinte, du sel ammoniac, du corail rouge et du corail blanc, des roseaux aromatiques, etc. Une caisse contient de la cire, une autre des chandelles. Deux petits mortiers en métal avec pilons de fer, un mortier de bois avec pilon de bois, de petites balances servaient aux préparations.

18Nous avons longuement insisté sur cette vaste demeure d’abord parce qu’elle nous place au cœur de la vie d’une riche maison animée par deux commerces, voire trois. Ensuite parce qu’elle pose bien le problème insoluble de sa restitution précise. Il est impossible de proposer un schéma géométrique simple tels que ceux qui ont été publiés dans les Cent maisons médiévales. On peut seulement dire qu’il s’agit d’une maison ou d’un ensemble de logis ouverts sur la rue (peut-être aussi sur un espace annexe) par plusieurs portes cochères correspondant aux boutiques, à la cave et à l’écurie, qu’à l’étage noble il existait plusieurs pièces ouvertes sur la rue par plusieurs fenêtres, sans doute aussi sur l’arrière, qu’étaient juxtaposés plusieurs corps de logis acquis ou détenus par le même propriétaire et dépourvus de communication à tous les niveaux comme en témoigne le parcours apparemment décousu du notaire. L’impossibilité d’être plus précis concernant le plan de la demeure nous interdit de la faire correspondre à une maison dont l’élévation est maintenant observée. D’autant plus que lorsque nous considérons à Viviers, notre site monumental de référence, la façade médiévale d’une grande demeure pourvue de boutiques, nous n’en connaissons pas la structure interne ni l’étendue, ni les liaisons anciennes avec les corps de logis voisins. Nous proposons cependant ici un schéma possible de composition avec l’ordre de visite du notaire (fig. 7) ; il reste évidemment très théorique. La partie romane de la façade de la Maison des Chevaliers de Viviers (fig. 8) donne l’idée d’une vaste maison bourgeoise, avec, au rez-de-chaussée, trois ouvertures cochères, au premier étage trois fenêtres géminées, la présence d’un deuxième étage, l’existence de maisons mitoyennes de même époque qui ont pu lui être reliées à certains moments et qui l’on certainement été au XVIe siècle, avant transformation des façades et notamment l’introduction d’une belle façade de style Renaissance sur une portion.

Fig. 7 : Grasse : hypothèse d’un schéma de restitution pour une maison de Grasse, connue par un inventaire après décès (dessin : Y. Esquieu, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).

19La difficulté que l’on a à établir la distribution précise d’une maison complexe ne doit pas supprimer nos interrogations sur celle des maisons plus élémentaires. S’il paraît logique de superposer pour une même unité familiale dans une maison élémentaire le local professionnel et celui de l’habitation, ce qu’autorise la présence fréquente d’une porte mettant en communication le premier avec le palier et l’escalier conduisant au second (ainsi les maisons de la rue Chèvrerie à Viviers), il est évident que, dans beaucoup de cas, ces lieux étaient dissociés et se trouvaient occupés par deux unités familiales différentes. Par ailleurs, la multiplicité des pièces d’une habitation pouvait très bien s’accommoder de la juxtaposition de plusieurs maisons élémentaires mises en communication.

Fig. 8 : Viviers, maison des Chevaliers : élévation restituée de la façade de la partie romane (relevé : H. Hansen, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).

Fig. 9 : Montpezat-sous-Bauzon : maison à porte piétonne axiale (cliché : Y. Esquieu).

20La présence de portes mettant en relation plusieurs maisons doit être remarquée mais l’interprétation n’en est pas forcément évidente. La question s’est posée pour l’étude des maisons médiévales de Puylaroque (Tarn-et-Garonne) : « S’agit-il de la réunion des parcelles nécessaires à l’établissement d’un hôtel d’une certaine importance, ou de son contraire, la subdivision de maisons dans le sens vertical ou horizontal et l’union de telle ou telle partie à une autre maison ou à une partie seulement d’une autre demeure ? Ces évolutions ont pu se produire plusieurs fois, dans des sens différents, étant réversibles dès lors que le gros œuvre reste intact : la compréhension en est d’autant plus obscure que la chronologie relative des portes est délicate à établir. » (Garrigou-Grandchamp et al. 1990, p. 105-106). La compénétration des propriétés ou des occupations entre plusieurs unités constructibles est difficile à saisir aussi bien à partir des textes que de l’observation du bâti. Nous pouvons, pour Viviers, donner l’exemple de la maison du titulaire de la principale chapellenie de la cathédrale, dite « de Pretiosa ». Le plan de cette maison de l’extrême fin du Moyen Âge est complexe (fig. 2) ; un pontet en relie les parties par-dessus la rue ; c’est aussi sur une voûte contiguë au passage précédent, toujours au-dessus de la rue, qu’est située la pièce principale de la demeure. Celle‑ci comptait pour le moins une vingtaine de pièces. Or, un couloir de circulation placé contre la façade sur rue et bordant la cour conduit au mur mitoyen avec la maison voisine (aujourd’hui détruite) : une porte s’y est ouverte autrefois. Il est impossible de l’interpréter avec certitude.

3. L’OBSERVATION DE LA FAÇADE ET LA STRUCTURE INTERNE

  • 4 C’est de cette façon que, depuis plusieurs années, chaque volume du Congrès archéologique de France(...)
  • 5 Ces caves viennent d’être reconnues par Bernard Wagon, architecte chargé de la révision du plan de (...)

21Lorsque l’on est amené à procéder à une étude rapide de l’habitation urbaine, on est contraint dans la plupart des cas de se contenter de l’observation des façades. Cette manière permet au moins un signalement rapide des habitations intéressantes pour la période considérée, avec une proposition de datation reposant en général sur les seuls critères formels4. Ainsi l’article de P. Garrigou-Grandchamp sur l’architecture civile romane dans le Gard (Garrigou-Grandchamp 2000) : après un examen du parcellaire, sont étudiés les types d’habitations, les techniques constructives, les baies et le décor des façades ; l’inventaire par commune ne provient pour l’essentiel que de l’examen extérieur ; les seules remarques sur les intérieurs qui ont pu être observés font état de réaménagements qui empêchent toute observation sur l’état originel ; seule l’absence de voûtement des rez-de-chaussée a pu être remarquée. De superbes caves médiévales voûtées de croisées d’ogives, avec des voûtains en pierre de taille, parfois une polychromie des ogives, ne peuvent être signalées car elles n’étaient pas connues des chercheurs au moment de la rédaction de l’étude5.

  • 6 Schéma particulièrement fréquent dans cette commune.

22Si des schémas-types de façades peuvent suggérer ce qu’était la distribution interne et les fonctions des espaces, il convient cependant d’être prudent. Une étude que j’ai pu mener à Montpezat-sous-Bauzon, en Ardèche (Esquieu 2010) me l’a montré. Un parcours rapide dans les rues me conduisait à distinguer quatre types principaux de façades : la façade élémentaire avec les deux portes piétonne et cochère et une fenêtre à l’étage, plus un jour pour le grenier ; une façade élémentaire avec la seule porte cochère au rez-de-chaussée ; deux autres modèles de façades plus développées, l’une juxtaposant deux portes cochères, l’autre plaçant la porte piétonne surélevée entre deux portes cochères. Il était tentant de restituer la porte piétonne avec escalier menant à l’étage, juxtaposée à un ou deux espaces professionnels occupant le rez-de-chaussée. Il m’a été donné ensuite de pénétrer dans trois maisons, correspondant à trois des quatre types de façade. Aucune de ces maisons ne répondait au schéma établi à partir de la seule observation extérieure. Le cas de la première a été décrit plus haut : les deux portes donnaient sur l’espace unique du premier niveau (fig. 6). Pour les deux portes cochères juxtaposées, il faut distinguer celle qui est proche de la porte piétonne et qui donne bien sur un espace de type professionnel et la seconde qui ouvre au contraire sur un passage sous la maison et se poursuit en arrière par une « double », ruelle menant à des maisons sans façade sur rue6. Quant à la troisième façade (fig. 9), ses portes cochères, séparées par la porte piétonne, donnent accès à un espace unique très vaste, aujourd’hui une étable, peut-être autrefois l’écurie de l’une des nombreuses auberges attestées dans le bourg.

Fig. 10 : Montpezat-sous-Bauzon : croisée d’une maison, rue de la Gravenne (cliché : Y. Esquieu).

4. LA DATATION PAR LES CRITÈRES FORMELS

23Quant à la datation de ce type courant d’architecture par les seuls critères formels des portes et des fenêtres, on sait combien les archaïsmes inhérents à la petite architecture civile rendent ce procédé dangereux. Là encore, l’étude que j’ai menée à Montpezat-sous-Bauzon me l’a montré. La plupart des formes de baies observées y forment une série homogène : entourage de portes affecté soit d’un chanfrein, soit d’un cavet ou d’un quart-de-rond, linteaux droits ou à soffite surélevé des portes piétonnes, arcs surbaissés des portes cochères, accolade ornant les linteaux de portes piétonnes ou de fenêtres, fenêtres à croisée ou demi-croisée, jours à pourtour chanfreiné, toutes ces formes appartiennent à l’extrême fin du Moyen Âge et au XVIe siècle, plutôt sa première moitié. Or plusieurs chronogrammes liés à des unités architecturales de façade sont là pour nous interroger sur la date réelle de ces maisons présentant des caractères formels « médiévaux » : le bas du meneau d’une fenêtre portant la date de 1633 (fig. 10) ; des maisons des hameaux voisins ou du village proche de Meyras donnent encore des dates semblables pour les mêmes formes. La multiplication de ces dates, toutes situées dans une tranche chronologique assez étroite, extrême fin du XVIe siècle et premier tiers du XVIIe, peut difficilement permettre d’avancer l’hypothèse qu’elles ont été apposées ultérieurement à la construction, par exemple à l’occasion d’un changement de propriété ou d’une campagne de réaménagement. C’est bien à un ensemble d’archaïsmes que nous avons à faire.

24Ces archaïsmes sont liés soit à l’indifférence des maîtres d’ouvrage face aux nouveautés et à la méconnaissance de celles-ci par les entrepreneurs, soit aussi à une volonté délibérée de copier un modèle qui donne satisfaction et qui peut être ancien. Pour une maison de Caylus (Tarn), il a été demandé en 1507 que la porte d’un escalier en vis soit copiée soit sur celle d’une maison de 1461, soit sur celle d’une chapelle datée de 1471 (Bongiu 1987). Les datations dendrochronologiques offrent parfois des surprises : la charpente d’une maison « romane » de Tournus (67, rue de la République) bien liée à la façade a été datée du début du XVe siècle alors que cette maison est comparable à une autre maison de Cluny (23, rue Filaterie), datée par la même méthode de 1109-1149 (Les veines du temps, p. 176-180, p. 290-295).

CONCLUSION

25Toutes ces remarques montrent bien la difficulté qu’il y a à restituer correctement la maison médiévale, avec sa structure interne, l’organisation et la fonction des espaces et des circulations et aussi à la dater. La multiplication des études monographiques, dont les divers colloques, des publications telles que celles de la revue Archéologie du Midi médiéval, font heureusement état au cours de ces dernières années, est indispensable car rien ne peut être généralisé, comme je l’ai montré à partir d’exemples significatifs concernant l’organisation interne ou les datations : ce qui est vrai sur un site peut ne pas l’être sur la commune voisine. L’étude d’un ensemble cohérent de demeures permet certes d’établir des schémas d’organisation que l’on pourra appliquer sur d’autres constructions du même site, ce qui autorisera à imaginer des structures internes à partir de la seule observation de la façade mais ce schéma ne pourra être exporté dans la même région qu’avec prudence et, localement, des exceptions sont toujours possibles. On remarquera aussi que les maisons connues par des élévations conservées et celles connues par des fouilles ne semblent pas être les mêmes. J’avais remarqué, dans une étude sur les dispositifs de rangement dans les maisons médiévales (Esquieu 2009), cette contradiction entre les sources : les armoires murales, fréquentes dans le bâti, sont rarement mentionnées dans les textes ; les coffres, presque toujours en pin ou en sapin dans les textes, sont toujours en chêne dans les musées. Ce qui pose une fois de plus la question de la représentativité des édifices et des objets conservés.

Bibliographie

Bibliographie

Bernardi Ph. 1998. Les contrats de construction ou prix-faits. In Esquieu Y., Pesez J.-M. (dir.). Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse. Paris : CNRS Éd., p. 31-32.

Bongiu A. 1987. Les modèles dans les demeures urbaines de Caylus et Saint-Antonin du XIVe au XVIIe siècle d’après les marchés de construction. In Montauban et les anciens pays du Tarn-et-Garonne : actes du 41e Congrès d’études régionales, Montauban, 20-22 juin 1986. Montauban : [s. n.], p. 137.

Cagnana A., Ciresola T. 2005. Il palazzo della Repubblica di Genova nel medioevo : fonti archivistiche e archeologia dell’architettura. Archeologie dell’architettura 10, p. 89-123.

Esquieu Y. 2008. Armarium : mobilier et espaces de rangement dans les maisons médiévales du sud-est de la France. In La maison au Moyen Âge dans le Midi de la France : actes du colloque de Cahors, 6-8 juillet 2006. Toulouse : Société archéologique du Midi de la France, p. 241-254.

Esquieu Y. 2010. Montpezat-sous-Bauzon : les maisons de tradition médiévale. Première approche. Revue du Vivarais 114, p. 365-398.

Esquieu Y., Pesez J.-M. (dir.) 1998. Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse. Paris : CNRS Éd. 450 p.

Faravel S., Lerat-Hardy M.-C. 1998. 34. Bordeaux (Gironde). Maison à étage en pierre et pan-de-bois. In Esquieu Y., Pesez J.-M. (dir.). Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse. Paris : CNRS Éd., p. 261-263.

Garrigou-Grandchamp P. 2000. L’architecture civile romane dans le Gard (du début du XIIe siècle au milieu du XIIIe siècle). Congrès archéologique de France, 157e session, Gard, 1999. Paris : Société française d’archéologie, p. 17-51.

Garrigou-Grandchamp P. 2006. Introduction à la compréhension des maisons urbaines médiévales de l’espace français (XIIe-XVe siècle). In La maison au Moyen Âge : actes de la session d’université d’été 2003 organisée par Via Patrimoine. Angoulême : Société archéologique et historique de la Charente, p. 7-32. (Bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente. N ° spécial).

Garrigou-Grandchamp P. 2009. L’hôtel des seigneurs de Harcourt à Paris. Une résidence aristocratique de la fin du XIIIe siècle. Bulletin monumental 167, p. 130-132.

Garrigou-Grandchamp P., Grubert M., Scelles M. 1990. Les maisons médiévales XIIIe-XIVe siècles de Puylaroque (Tarn-et-Garonne). Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France 50, p. 105-106.

Garrigou-Grandchamp P., Jones M., Meirion Jones G., Salvêque J.-D. 1997. La ville de Cluny et ses maisons. XIe-XVe siècle. Paris : Picard. 247 p.

Grasse M.-C. 1995. L’habitat urbain médiéval en Provence orientale. 1250-1525. [Thèse de doctorat : université de Provence, Aix-en-Provence].

Grasse M.-C. 2005. Vivre en Provence à la fin du Moyen Âge. L’habitat urbain médiéval en Provence orientale. 1250-1525. Nice : Association de sauvegarde du patrimoine écrit des Alpes-Maritimes. 254 p.

Les veines du temps 1992. Les veines du temps. Lectures de bois en Bourgogne. Autun : Musée Rolin. [Exposition. Autun. Musée Rolin. 1992].

Louis E. 1998. 65. Douai (Nord). Groupe de maisons de rapport et étuves en brique et pan-debois. In Esquieu Y., Pesez J.-M. (dir.). Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse. Paris : CNRS Éd., p. 353-355.

Napoleone A.-L. 1993. Les maisons médiévales de Figeac. Congrès archéologique de France, session du Quercy. Paris : Société française d’archéologie, p. 291-306.

Napoleone A.-L. 1998. Figeac au Moyen Âge : les maisons du XIIe au XIVe siècle. 2 vol. textes, 1 vol. pl. [Thèse de doctorat : université de Toulouse-Le Mirail].

Piponnier F. 1998. Inventaires et ventes de biens meubles. In Esquieu Y., Pesez J.-M. (dir.).

Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse. Paris : CNRS Éd., p. 33-35.

Pitte D. 1994. Architecture civile en pierre, à Rouen, du XIe au XIIIe siècle. La maison romane. Archéologie médiévale 24, p. 253-299.

Pitte D. 1998. 19. Rouen (Seine-Maritime). Grande maison en pierre à deux étages sur cellier semi-enterré. In Esquieu Y., Pesez J.-M. (dir.). Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse. Paris : CNRS Éd., p. 207-209.

Pitte D., Ayers B. 2002. La maison médiévale en Normandie et en Angleterre : actes des tables rondes de Rouen (16-17 octobre 1998) et Norwich (16-17 avril 1999). Rouen : Société libre d’émulation de la Seine inférieure. 167 p.

Scellès M. 1999. Cahors, ville et architecture civile au Moyen Âge (XIIe-XIVe siècle). Paris : Éditions du Patrimoine. 252 p. (Cahiers du patrimoine ; 55).

Sournia B., Vayssettes J.-L. 1991. Montpellier. La demeure médiévale. Paris : Impr. nationale. 252 p. (Études du patrimoine ; 1).

Notes

1 Un exemple en est donné par la maison de la chapelle « De Pretiosa » à Viviers (Esquieu, Pesez 1998, p. 367-368).

2 Publiée brièvement par Y. Esquieu et M.-C. Grasse (Esquieu, Pesez 1998, p. 365-366).

3 Études réalisées par Fabien Blanc.

4 C’est de cette façon que, depuis plusieurs années, chaque volume du Congrès archéologique de France propose une étude succincte des maisons médiévales du département concerné.

5 Ces caves viennent d’être reconnues par Bernard Wagon, architecte chargé de la révision du plan de sauvegarde du Secteur sauvegardé d’Uzès.

6 Schéma particulièrement fréquent dans cette commune.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Schéma de restitution d’une maison de 3 pièces à Dijon (1404), étudiée à partir d’un inventaire (in Esquieu, Pesez 1998, p. 316). A : chambre : B : cuisine ; C : cellier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 2 : Viviers, plan de la maison d’un chapelain (relevé : Y. Esquieu, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3754/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 3 : Viviers : élévation de la façade d’une maison, 26, rue du Château (relevé : Y. Esquieu [dir.], DAO : C. Frémiot-de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3754/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 4 : Viviers, élévation de la façade d’une maison, 15, rue Chèvrerie (relevé : Y. Esquieu [dir.], DAO : C. Frémiot-de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3754/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 5 : Élévation restituée de la façade d’une maison de Viviers, impasse du Bardas (relevé : M.-C. Grasse, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3754/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 6 : Montpezat-sous-Bauzon : plan schématique d’une maison, rue de la Gravenne (relevé : Y. Esquieu, DAO : C. Frémiot-de Mauroy). 1- porte piétonne ; 2- porte cochère ; 3- porte piétonne surélevée plus tardive ; 4- fenêtre ; a- cheminée ; b- niche sous la cheminée ; c- niche ; d- évier ; e- escalier tardif.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3754/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 7 : Grasse : hypothèse d’un schéma de restitution pour une maison de Grasse, connue par un inventaire après décès (dessin : Y. Esquieu, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3754/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 8 : Viviers, maison des Chevaliers : élévation restituée de la façade de la partie romane (relevé : H. Hansen, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3754/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 9 : Montpezat-sous-Bauzon : maison à porte piétonne axiale (cliché : Y. Esquieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3754/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 10 : Montpezat-sous-Bauzon : croisée d’une maison, rue de la Gravenne (cliché : Y. Esquieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3754/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search