Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 3 : Les voies de la recherche en art et archéologie

Le prieuré clunisien de Nantua : analyse morpho-spatiale et organisation de l’espace ecclésial

Nicolas Reveyron

Texte intégral

1Tout pareil au buffet de Charles Baudelaire, « Un gros meuble à tiroirs encombrés de bilans, / De vers, de billets doux, de procès, de romances, / Avec de lourds cheveux roulés dans les quittances », le dossier Nantua a libéré ses souvenirs, aussitôt l’attache défaite, le cartonnage déplié. Je l’avais ouvert dans les années 90, pour ma thèse, qui doit tant à l’aide de Jean-François Reynaud. Il s’agissait d’établir des comparaisons avec les bossages des arcs-boutants, les griffes des bases et les ogives inadaptées aux supports, tous éléments que la priorale partage avec la primatiale. Je l’ai repris encore dans les années 2000, pour mes recherches sur l’iconographie monumentale – le portail du sacrifice et la porte de la Vierge. Puis pour mes travaux sur les églises mariales dans le monde clunisien – ici, la « chapelle Notre-Dame-de-Mont-Gillon ». Mais une inconnue bloquait intacte tout progrès : la chronologie du site et de l’église. Chronologie insaisissable, tant l’ancien et le nouveau y sont intimement associés et les traces des états antérieurs ténues. Chronologie en forme d’énigme, traduite comme un défipar l’inscription métrique du linteau : « Ne res praeteritas valeat dampnare vetustas iste rei geste dat signa lapis manifeste », dans un portail mêlant un vieux tympan roman et des chapiteaux du XIIIe siècle. Les progrès de l’archéologie du bâti, dont J.‑Fr. Reynaud a été le promoteur en Rhône-Alpes, et la pertinence de l’analyse morpho-spatiale ont aidé à dépasser l’obstacle et permis de proposer dans cette contribution un phasage des travaux de reconstruction de la priorale et de l’organisation liturgique des lieux.

1. L’ANCIENNE ABBAYE DE NANTUA ET LA PRIORALE SAINT-PIERRE

2En 1650, Samuel Guichenon a été le premier historien moderne à présenter une histoire développée de l’ancienne abbaye de Nantua, mais à l’intérieur d’un ouvrage consacré à la Bresse et au Bugey. Deux siècles plus tard, en 1858, Georges Debombourg a composé une Histoire de l’abbaye et de la ville de Nantua fondée sur les rares archives conservées. Toutefois, nous sommes très mal renseignés sur le prieuré de Nantua : en 1793, près de 10 000 livres et pièces d’archives tirés du prieuré ont été brûlés sur la place publique (Arène 1934, p. 126). Une ancienne légende, transmise par Guichenon, attribue sa fondation à saint Amand. L’abbaye a été créée en réalité durant le haut Moyen Âge : le plus ancien acte conservé est un diplôme de Pépin le Bref du 10 août 757 (Dubois 1971, p. 18). Monastère royal (Rubelllin 1991, p. 80), Nantua est placé par Lothaire Ier en 852 sous l’autorité des évêques de Lyon. En 877, l’abbatiale accueille temporairement le corps de Charles le Chauve, mort pendant son retour de Rome (Nelson 1996). L’épisode, anecdotique, est moins intéressant en soi que pour la mémoire qui s’en est conservée dans l’abbaye : en 878, le prieur Hermeldus aurait fait inscrire sur un mur de l’église l’épitaphe de l’empereur qui n’aurait été effacée accidentellement qu’en 1597. La pérennisation de cette mémoire entre sans doute dans le mouvement qui, aux XIIe-XIIIe siècles, revivifie les grandes heures des institutions religieuses régionales, dans un but ecclésiologique, mais aussi politique.

3Peu après l’an mil, l’abbaye entre dans la dépendance de Cluny. Grâce à cette affiliation, l’abbaye réformatrice pénètre dans un diocèse assez réticent, où les grands monastères – Saint-Martin d’Ainay, l’Île-Barbe, Saint-Martin de Savigny… –, forts de leur puissance politique et de leur tradition carolingienne, rejettent la réforme. Nantua apporte à l’ecclesia cluniacensis plus de vingt prieurés (Hurel, Riche 2010, p. 33). Hugues de Semur en est le dernier abbé. D’après Guichenon, il aurait procédé à la translation de reliques de saint Maxime, évêque de Riez, et aurait offert à cette occasion un reliquaire couvert d’argent (Guichenon 1650, II, p. 79) ; une partie des reliques aurait gagné Vienne. Comme on le verra, c’est à lui que l’on doit la construction de l’église actuelle, Nantua III. En 1100, Saint-Pierre de Nantua fait partie des nombreuses abbayes affiliées à Cluny que Pascal II réduit au rang de prieuré ; selon la bulle, elle abritait alors vingt-cinq moines. L’institution et la ville bénéficient d’une renommée suffisante pour que Le guide du pèlerin de Saint-Jacques (Vielliard 2004, p. 125) mentionne la punition divine d’un tisserand « à Nantua, qui est une ville entre Genève et Lyon ».

Fig. 1 : Saint-Michel de Nantua, vue intérieure depuis la tribune de l’orgue (cliché : N. Reveyron).

4Par la suite, le prieuré suivra les aléas de l’ordre clunisien. En 1443, les moines excipent d’une ancienneté institutionnelle plus grande que celle de Cluny pour abandonner la vie communautaire et n’admettre dans leurs rangs que des membres de la noblesse (Riche 2000). Dans les derniers siècles du Moyen Âge, l’activité artistique reste faible. Mais Pierre de la Forest, prieur de 1482 à 1502, embellit l’abside de vitraux neufs, reconstruit l’église mariale (cf. infra) et fonde la chapelle Saint-Pierre, Saint-Christophe et Sainte-Luce, dite « chapelle ferrée », à l’ouest du bras nord du transept (Debombourg 1858, p. 146). Son neveu, Jean de la Forest, prieur de 1502 à 1536, introduit la Renaissance dans le prieuré ; il fait construire, en bas du collatéral nord, sur l’emplacement d’une première chapelle fondée en 1418, sa chapelle funéraire, dédiée à Notre‑Dame‑de‑Pitié (aujourd’hui Sainte-Anne), qu’il orne de vitraux, comparés à ceux de Brou pour leur qualité (Debombourg 1858, p. 150-151 ; Delomier et al. 2006, p. 21).

5Au XVIIe siècle, un chapitre général désigne Nantua comme le noviciat des abbayes de Gigny et de Baume-les-Messieurs (Hurel, Riche 2010, p. 195). Jean-Baptiste de Beylan, prieur de 1738 à 1760, fait restaurer l’église, installer de nouvelles stalles et supprimer le jubé (Debombourg 1858, p. 228-229). De fait, malgré l’abandon de la vie commune et le statut de commende, « Au XVIIIe siècle encore, note Raymond Oursel, l’abbé de Cluny Henri-Oswald de la Tour d’Auvergne attestait que nulle part dans la congrégation, l’Office divin était chanté plus solennellement et plus régulièrement » (Oursel 1990, p. 359). Mais en juillet 1788, le prieuré, occupé par huit moines, est sécularisé. À la Révolution, les bâtiments sont vendus. En 1791, Saint-Pierre devient paroissiale et prend le titre de l’ancienne église de la paroisse, Saint-Michel, un édifice vétuste situé au nord de l’ancienne priorale, au milieu du cimetière, et détruit en 1790. En 1793, l’ancien prieuré est dévasté, les archives, les stalles, les autels, les vitraux du XVe siècle, les objets de culte, les œuvres d’art rapportées de la proche chartreuse de Meyriat sont anéantis. Le clocher est détruit, comme tous ceux du département, sur l’ordre du représentant en mission Albitte. En septembre 1803, un incendie ravage cette partie de la ville.

2. ARCHÉOLOGIE DE LA PRIORALE

  • 1 Présentée au colloque international de Nantua, le 24 novembre 2006, pour la visite de l’église.
  • 2 Reveyron N. à paraître. La lecture de l’invisible en archéologie du bâti. Le rôle de l’analyse morp (...)

6L’archéologie a été très tardive à s’intéresser à Nantua. Le site de l’ancienne priorale a fait l’objet de fouilles à l’intérieur (Chopelain 1992) et autour de l’église (Baud 1994), plus tard encore de campagnes d’archéologie du bâti à l’occasion des restaurations du mur goutterot sud (Arlaud, Devillechaise 2005), très riche en traces et vestiges malheureusement difficiles à interpréter, et de la chapelle Sainte-Anne (Delomier et al. 2006). L’analyse morpho-spatiale, que j’ai entreprise en relation avec l’étude iconographique des portails1 et qui nourrit aujourd’hui le présent article, a permis de comprendre le chantier de reconstruction et repérer un phasage d’aménagements ultérieurs. Partie intégrante de l’archéologie du bâti, l’analyse morpho-spatiale consiste à analyser, dans le même temps et dans un mouvement dialectique, le bâtiment concerné sous trois aspects qui « fonctionnent » conjointement, tout en ayant leur autonomie scientifique propre : le plan, les élévations et les volumes2. Elle prend pour point de départ les erreurs visibles dans le bâti, qu’on appelle des écarts : formes inattendues, erreurs dans la construction, déformations du plan, aberrations dans les décors, etc.

Fig. 2 : Ancienne priorale de Nantua, plan archéologique. En gris sombre : Nantua II. En gris clair : Nantua III. En blanc : localisation de l’avant-nef (DAO : Y. Montmesin).

Fig. 3 : Ancienne priorale de Nantua, le côté sud, avec les arcs-boutants et les culées à bossage. La galerie nord du cloître passait sous les grands arcs (cliché : N. Reveyron).

Fig. 4 : Ancienne priorale de Nantua, détail du bas-côté sud (2e et 3e travées) [cliché : N. Reveyron].

2.1. DE NANTUA II À NANTUA III

  • 3 L’hypothèse d’un transept bas, quoi qu’ingénieuse, n’est pas vraiment tenable.

7L’actuelle paroissiale Saint-Michel de Nantua, ancienne priorale clunisienne Saint-Pierre, est un édifice roman d’une grande sobriété architecturale, dont le vaisseau central est couvert de voûtes d’ogives (fig. 1). Elle est composée d’une nef principale flanquée de deux bas-côtés, d’un transept saillant, sur lequel ouvrent quatre chapelles rectangulaires, et d’un sanctuaire formé d’un chœur architectural profond et d’une abside reconstruite au XVe siècle (fig. 2). Son plan s’inscrit dans une tradition régionale bien représentée au XIIe siècle à Lyon (collégiales de Saint-Paul et de Saint-Just) et à Genève (cathédrale). Il est surtout proche de celui de la priorale clunisienne de Baume-les-Messieurs, récemment datée de la seconde moitié du XIe siècle (Sapin, Bully 2010). Dans leur état du XIe siècle, elles avaient une longueur d’environ 52 m pour la première et 60 m pour la seconde, et une largeur respectivement d’environ 16 m et 17 m. Toutes deux présentent des bas-côtés inférieurs en largeur à la moitié de la nef principale, ainsi qu’un transept voûté, très saillant et peu large, deux partis conformes avec les canons de l’architecture religieuse dans la seconde moitié du XIe siècle. Si la priorale comtoise présentait un chevet échelonné composé de quatre absidioles et d’une abside récemment retrouvée en fouilles, on ne sait pas encore s’il en était de même pour Nantua. Dans les années 90, la reprise en sous-œuvre de la pile sud-ouest de la croisée du transept, au niveau des fondations, a amené la découverte en fouilles des vestiges d’une église plus ancienne (fig. 2). Patrick Chopelain a dégagé, à l’ouest de la pile, la partie méridionale de l’abside et l’épaulement de la nef, dont le tracé du mur sud se confond avec le mur goutterot sud de l’église actuelle (Chopelain 1992). Il a restitué un édifice à abside et nef uniques3, d’une trentaine de mètres de long et d’une dizaine de mètres de large, pour une abside d’environ 8 m de diamètre (Chopelain 1992). L’ampleur de l’édifice est peu compatible avec une datation dans le haut Moyen Âge : à titre de comparaison, l’église précarolingienne de Souvigny était composée d’une nef de 8,50 m x 19 m et une abside de 6,50 m de diamètre. Les vestiges trouvés en fouille à Nantua doivent appartenir au second état de l’église, Nantua II. Les fouilles de la priorale de Paray-le-Monial, qui ont retrouvé Paray II, construite peu après la donation du monastère à Cluny et consacrée en 1004, et les analyses archéologiques des élévations actuelles (Paray III) ont fait apparaître le même type de succession chronologique (Barnoud et al. 2004). Dans ces conditions, on peut identifier les restes de Nantua II à l’église qui a été reconstruite après la donation de l’abbaye bugiste à Cluny vers l’an mil et qui a précédé la reconstruction générale sous Hugues de Semur (Nantua III).

Fig. 5 : Ancienne priorale de Nantua, angle nord-est de l’ancien cloître. Au premier plan, la sacristie du XXe siècle, construite devant la porte de la Vierge, sur le site de la galerie nord du cloître. À droite, le bras sud du transept. Au centre, la tourelle de l’escalier, avec, au fond, le clocher du XIXe siècle. À gauche, la fenêtre gothique du bas-côté sud. Au‑dessus du toit de la sacristie, la galerie conduisant au dortoir, avec son fenestron rectangulaire (cliché : N. Reveyron).

2.2. NANTUA III : LES ÉCARTS

8L’église actuelle présente un certain nombre d’écarts difficiles à expliquer de prime abord. Premièrement, le plan général est très régulier et les différentes parties en sont articulées à angle droit ; toutefois, le mur goutterot du collatéral sud est sensiblement dévié vers le sud-ouest (fig. 2). Deuxièmement, le périmètre de l’église, c’est-à-dire les murs goutterots des bas-côtés et le transept, croisée exclue, paraît homogène. Les collatéraux sont éclairés par des fenêtres en plein cintre et à double ébrasement ; l’embrasure intérieure, plus large qu’à l’extérieur, est montée en moellons et les angles en petites pierres de taille (fig. 3 et 4). Toutes ces caractéristiques les datent de la seconde moitié du XIe siècle, sans doute des dernières décennies du siècle. Cependant, la fenêtre de la travée orientale du bas-côté sud (fig. 5) et la baie occidentale du bas-côté nord (fig. 6) offrent un dessin différent : l’arc est nettement brisé et les embrasures sont montées totalement en plus grandes pierres de taille ; la baie occidentale est même prise dans une arcade ornée de deux colonnettes. Toutes ces particularités accusent le premier gothique régional, c’est-à-dire la fin du XIIe siècle ou le début du XIIIe siècle.

9Troisièmement, dans la nef principale, les arcades à double rouleau sont formées par des piles composées (noyau carré et quatre colonnes engagées de moitié) et des arcs non pas fourrés et en plein cintre, comme on pourrait s’y attendre, mais brisés et montés en pierre de taille (fig. 1). Quatrièmement, les chapiteaux des grandes arcades offrent un décor roman assez mûr et d’une sculpture très régulière ; mais, quelques chapiteaux accusent un décor plus tardif, déjà gothique, et, surtout, les bases sont ornées de griffes de dessins divers, qui ne peuvent être antérieures aux dernières décennies du XIIe siècle. Cinquièmement, la porte de la Vierge, donnant du cloître dans le bras sud du transept, et les chapiteaux du portail occidental montrent des sculptures caractéristiques du premier gothique régional, alors que le tympan et le linteau du portail, proche de celui, détruit, de Saint-Bénigne de Dijon, accusent les années 1140-1150.

  • 4 Certaines ont été refaites au XVe siècle.

10Sixièmement, le transept est couvert d’une voûte brisée, seulement dotée de deux arcs doubleaux sur consoles. La croisée est couverte d’une coupole refaite à la fin du Moyen Âge. Les bas-côtés portent des voûtes d’arêtes dont les doubleaux reposent, côté mur, sur des consoles (fig. 4), et non des colonnes engagées, à l’exception de la travée orientale du collatéral sud (deux colonnes engagées). La nef principale est couverte de voûtes d’ogives4 portées par des consoles en forme de colonnette ; seuls les arcs doubleaux reposent sur une colonne engagée montant de fond (fig. 1). Septièmement, le clair-étage de la nef est marqué par un fort écartement des murs, consécutif à la mise en place des voûtes, et sécurisé, sans doute très tôt, par de puissants arcs-boutants en quart de cercle (fig. 1 et 3). Leur composition est simple : une très longue culée contrebute un premier arc, grand, qui s’appuie contre le bas-côté, et, sous le même rampant, un plus petit arc qui porte contre le clair-étage ; elle reprend la formule mise en œuvre dans les dernières décennies du XIIe siècle à Saint-André-le-Bas de Vienne (un seul arc, contre une nef unique) et à Saint-Paul de Lyon (deux arcs, comme à Nantua), et le grand appareil à bossage qui rappelle celui de l’abside de la cathédrale de Lyon (vers 1175-1180).

Fig. 6 : Nantua. La façade de l’église, le parvis et la maison Carrier (cliché : N. Reveyron).

Fig. 7 : Ancienne priorale de Nantua, plan restitué du prieuré, à partir du plan contemporain de l’église et du plan de 1692 pour le prieuré (le système de lettres en provient). La coïncidence des deux documents est remarquable (DAO : Y. Montmessin). 1- Porte occidentale de la nef. 2- Chapelle des Demoiselles et porte hypothétique du bas-chœur. 3- Porte de la Vierge. 4- Escalier montant à la galerie du dortoir et au clocher. 5- Passage du transept à l’église mariale. 6- Porte ente le chapitre et l’église mariale. 7- Escalier du chevet, passage « du second ordo ». A- Chœur monastique. B- Maison du prieur commendataire nef. C- Chapitre. D- Maison de l’aumônier. E- Maison du doyen. F- Maison du prieur claustral. G- Maison de l’infirmier. G’- Infirmerie médiévale ? H- Maison du chantre.

2.3. LE CHANTIER DE NANTUA III

11La nouvelle priorale de Nantua a été construite sur le site de l’ancienne : il s’agit d’un chantier homotopique (fig. 2). L’église vieille a été conservée le plus longtemps possible au milieu du chantier, afin d’assurer la continuité des offices et des messes. Les travaux ont commencé par le chevet, à l’est de la vieille abside, puis continué avec le bas-côté nord, sans doute jusqu’à la façade, comme à Paray-le-Monial : cette organisation permettait de conserver l’église vieille, jusqu’à ce que soit amorcé le haut de la nef principale qui devait faire disparaître l’abside vieille ; la nef vieille pouvait toujours abriter les messes et les offices, en attendant que soient achevés le sanctuaire et le chœur nouveaux et qu’ils puissent accueillir la communauté. La préservation du mur sud de l’ancienne priorale, qui est devenu le mur goutterot sud de la nouvelle, avait pour finalité de conserver intact aussi l’espace claustral : contrairement à Paray-le-Monial, où le collatéral sud actuel a pris la place de la galerie nord du cloître vieux et, obligé d’en reconstruire rapidement un nouveau, le bas-côté sud de Nantua III s’est installé sur la nef unique de Nantua II.

  • 5 La position des vestiges médiévaux par rapport à l’église actuelle et la superposition du plan actu (...)

12La priorale neuve a été nécessairement dotée d’une avant-nef, comme il se doit pour un prieuré majeur de Cluny (fig. 2). Il n’existe que des indices morpho-spatiaux, des preuves indirectes de cet état. D’une part, l’église n’est ouverte sur l’ouest que par un grand portail, comme s’il servait originellement à faire communiquer l’avant-nef et la nef, sur le modèle de Romainmôtier ; à gauche, la porte actuelle est un aménagement moderne ; à droite, le fond du collatéral est occupé par un escalier qui rend impossible tout percement. D’autre part, au nord-ouest, le long du parvs, la « maison Carrier », construite au début du XIXe siècle sur la maison de l’aumônier (fig. 7)5, semble avoir fossilisé le côté sud de l’avant-nef, comme c’est le cas à Souvigny où le grand bâtiment néoclassique, qui occupe l’entrée occidentale du prieuré, a fossilisé l’espace de l’avant-nef détruite et piégé son arcature méridionale. La maison de l’aumônier apparaît sur le plan de 1692 (« Maison du Sr de boulozon aumonier et son jardin séparé d’icelle »), mais son premier état connu remonte au XVe siècle : la cave de la maison actuelle a conservé une porte à bases prismatiques dont la position a pu être localisée sur le plan de 1692 (fig. 8). Comme celle du prieur commendataire, du doyen, du prieur claustral, de l’infirmier, du chantre ou le sacristain, la maison de l’aumônier a été certainement construite au moment où la vie commune était abandonnée officiellement.

Fig. 8 : Nantua, maison Carrier : porte du XVe siècle conservée en place dans la cave actuelle (cliché : N. Reveyron).

2.4. CHRONOLOGIE DES TRAVAUX

13La troisième priorale de Nantua a été édifiée sous l’abbatiat d’Hugues de Semur, sans doute dans les dernières décennies du XIe siècle, comme le confirme bon nombre de détails stylistiques. Elle présentait le même plan qu’aujourd’hui, mais devait être simplement charpentée et la nef principale, comporter deux files de piles comme à Baume-les-Messieurs ou à Saint-Nazaire de Bourbon-Lancy. En effet, les piles composées actuelles, avec leurs bases à griffes et leurs premiers chapiteaux gothiques, ne sont pas antérieures à la fin du XIIe siècle : elles ont nécessairement pris la place de piles plus simples, de plan circulaire ou quadrangulaire. À la charnière du XIIe et du XIIIe siècle donc, le projet de voûtement des trois vaisseaux a imposé la mise en place de piles composées, supportant des arcades à double rouleau au dessin brisé.

14Le clair-étage actuel est composé de fenêtres morphologiquement semblables à celles des bas-côtés (fig. 1, 3 et 4) : elles leur sont donc contemporaines et il faut en déduire que la construction des piles a été réalisée en sous-œuvre, sans que soit détruit le clair-étage du XIe siècle. La mise en œuvre d’un tel procédé n’a rien d’invraisemblable au Moyen Âge ; il a été appliqué à la même époque à Saint-Paul de Lyon, par exemple (Reveyron 2005). L’intérêt de ce procédé réside dans l’étalement des travaux qu’il rend possible à l’intérieur d’un bâtiment couvert. En effet, il n’était pas envisageable pour les moines de quitter la priorale pendant le long temps de ce nouveau chantier. Dans ces conditions, le remplacement des grandes arcades, les unes après les autres, les autorisait à rester actifs dans un édifice couvert, malgré le désagrément de travaux, en définitive chaque fois très ponctuels.

15Le voûtement des trois vaisseaux correspond à deux moments. Les bas-côtés ont été couverts de voûtes d’arêtes structurées par des arcs doubleaux reposant, côté mur goutterot, sur des consoles (fig. 4). Portées par de petites consoles en forme de colonnette, les ogives de la nef principale sont totalement inadaptées aux nouvelles piles à quatre colonnes intégrées : la colonne qui, dans la nef centrale, monte jusqu’au clair-étage, ne peut accueillir que l’arc doubleau (fig. 1). Ce dysfonctionnement caractérise l’adaptation du style gothique dans l’architecture régionale ; il se retrouve, par exemple, à Lyon, dans la cathédrale ou à Saint-Paul, et à Vienne, à Saint-André-le-Haut et à Saint-André-le-Bas. La dernière tranche des travaux a été la mise en place de la porte de la Vierge et du portail du Sacrifice, deux très belles réalisations contemporaines, dont les programmes iconographiques se complètent. La porte de la Vierge a été érigée pour magnifier l’entrée dans le transept, qui menait aussi à l’église mariale. Elle s’articule, côté nord, avec l’escalier qui ouvre sur la dernière travée du collatéral sud et conduit jusqu’au clocher (fig. 2 et 7) : la croisée du transept, le nouveau clocher, la porte de la Vierge, l’escalier et la fenêtre en arc brisé constituent une tranche cohérente de travaux. En outre, l’escalier dessert une galerie initialement voûtée en berceau plein cintre, construite sur la porte (fig. 5). Axée nord-sud, elle menait de la priorale à l’étage de la galerie orientale du cloître, c’est-à-dire au dortoir ; une arcade flanquant la porte de la Vierge par le sud assurait la continuité de niveau entre la porte et le dortoir.

16La façade principale (fig. 6) a été d’abord dégagée de l’avant-nef. Cette suppression paraît précoce dans le contexte clunisien, mais elle s’explique par l’abandon, sous Pierre le Vénérable, des pratiques liturgiques qui étaient attachées à l’avant-nef (Krüger 2003). À Vézelay comme à Cluny III, l’avant-nef a subi très tôt des altérations radicales, notamment la quasi-disparition de la chapelle haute, réduite à une abside avec courte travée de nef. À Paray-le-Monial, l’avant-nef construite dans les années 1080 à l’imitation de celle de Tournus aurait dû disparaître durant la construction de l’église actuelle au XIIe siècle, mais l’impécuniosité des moines et l’abandon consécutif d’un projet de plus grande ampleur l’ont sauvée en partie de la destruction. À Nantua, la façade, qui n’était plus contrebutée par l’avant-nef, a été renforcée par de puissants contreforts : deux encadrent le portail, avec lequel ils sont mariés, un troisième flanque l’angle nord de la façade. Une arcade a été jetée entre le troisième et le deuxième contrefort, afin de porter une galerie qui se développe au-dessus du grand portail, comme pour celle qui court de l’escalier au dortoir en passant sur la porte mariale.

Fig. 9 : Nantua, site du prieuré : vestiges de l’église mariale, vus d’est en ouest. À droite, reste du mur goutterot nord, avec deux fenêtres et le départ de deux voûtes d’arêtes. Il est possible que ces deux voûtes correspondent à une tribune occidentale (cliché : N. Reveyron).

3. ORGANISATION DE L’ESPACE MONASTIQUE

17La circulation entre l’église et les bâtiments du cloître est assurée par des portes et passages répartis sur le côté sud (fig. 7). L’état actuel est le fruit de destructions et de transformations, survenues au XIXe siècle principalement, qui brouillent la compréhension des dispositions spatiales originelles. Par chance, nous disposons d’une documentation graphique très précise, qui a conservé la mémoire moderne et, pour partie, médiévale des lieux. Le plan le plus ancien du prieuré, levé en 1692 pour en préparer le réaménagement général, nous donne de très précieuses indications sur l’état antérieur. C’est celui qui offre les renseignements les plus abondants et les plus signifiants.

3.1. PLAN GÉNÉRAL ET CIRCULATIONS

18Dans la priorale, le chœur monastique s’étendait sur les deux travées orientales de la nef principale. Le plan de 1692 dessine un espace court et fermé : le jubé, avec ses trois autels, est positionné entre la 4e et la 5e paire de piles libres et une clôture de chœur s’étend de la 4e à la 6e paire de piles libres, c’est-à-dire jusqu’à la croisée du transept, exclusivement. Il n’est normalement possible d’y accéder que par la porte du jubé. Le sanctuaire reste accessible par le transept, qui dessert aussi les quatre chapelles orientées. Il est profond et s’achève par une abside, reconstruite au XVe siècle. La nef est dévolue aux frères convers et aux profès, sans doute aussi aux fidèles.

19La galerie nord du cloître est le lieu de distribution des circulations extérieures à l’église, interface entre l’espace claustral et l’édifice de culte. Elle donnait dans le bas-côté sud par une porte menant dans la première travée et, à l’opposé, par la porte de la Vierge, dans le bras sud du transept. Au niveau de la quatrième travée, la chapelle dite « des demoiselles », curieusement étroite et dépourvue de passage, dissimule peut-être une porte intermédiaire (il subsiste dans la chapelle une grande arcade romane murée, qui n’est pas sans rappeler celle de Gigny). Disposition canonique, attestée dans la troisième abbatiale de Cluny : la porte le plus à l’ouest (passage Galilée) menait de la galerie occidentale du cloître à la nef, où s’installaient les novices et les convers ; au centre, la porte sud du grand transept conduisait les moines choristes de la galerie orientale au chœur monastique ; à l’est enfin, entre les deux transepts, une dernière porte desservait le haut-chœur, le petit transept et le sanctuaire, peut-être pour les dignitaires et les officiants.

20À Nantua, le bras sud du transept est, comme souvent dans le monde clunisien, un espace stratégique pour la distribution des circulations internes et externes. La porte de la Vierge, qui met en relation la salle capitulaire et l’église, conduisait aussi à un passage ménagé dans l’angle sud-est du transept et menant directement à l’église mariale, située au sud-est du transept. Elle donne aussi accès à un long escalier, logé dans un couloir étroit et voûté, entre la dernière chapelle sud du transept et l’église mariale. À l’ouest, la priorale n’est desservie que par un grand portail ; le côté sud de la façade est occupé par un escalier d’origine et le côté nord a été percé d’une porte à l’époque moderne.

3.2. LES RITUELS D’ACCOMPAGNEMENT DES MOURANTS

21Ces éléments de topographie monastique sont à mettre en relation avec la distribution des espaces, notamment quatre lieux qui composent ensemble le cœur liturgique des monastères clunisiens : la grande église, l’église mariale, le chapitre et l’infirmerie (fig. 7). Dans l’ecclesia cluniacensis, ce qu’on appelle l’église mariale est la seconde église du monastère. Elle joue un rôle liturgique très important, en accueillant la commémoration quotidienne des morts, les grandes processions (dimanches et grandes fêtes), parfois la messe et l’office. Mais sa fonction essentielle est d’intervenir dans les rituels d’accompagnement des moines mourants. Comme l’ont montré les travaux récents de Frederick S. Paxton sur le Liber tramitis, quand un moine entrait en agonie dans l’infirmerie, le prieur réunissait les moines dans l’église mariale pour leur annoncer que le mourant souhaitait recevoir la communion (Paxton 2005). Le prêtre revêtait alors ses habits liturgiques. Puis toute la communauté remontait la nef de l’église et sortait par une porte latérale pour gagner l’infirmerie. S’il était encore capable de marcher, seul ou accompagné de deux frères, le moine agonisant traversait l’église mariale en sens inverse pour aller au chapitre demander pardon à ses frères et leur accorder le sien. L’église mariale jouait aussi ce rôle de transitus pour la communion, puisque le prêtre et l’armarius la traversaient pour gagner l’infirmerie.

22À Nantua, le plan de 1692 figure la salle capitulaire dans le prolongement du transept, occupant la plus grande longueur de la galerie orientale du cloître. Le dessin laisse deviner un nombre relativement important de baies dans le mur ouest du chapitre, comme c’était le cas dans les salles de Cluny et de Charlieu (XIe siècle). Mais il est difficile de fonder une interprétation sur ces seuls petits détails graphiques. Cette salle, qui est au cœur de la vie monastique, abrite les moments importants de la journée et de la vie commune : lecture du martyrologe, du nécrologe et des chapitres de la règle monastique, distribution des occupations de la journée et de la semaine, discussion des affaires de l’abbaye, confession, punition et absolution des frères, enseignement donné par l’abbé (Davril, Palazzo 2000, p. 86-89). Elle fait partie, avec le sanctuaire de l’abbatiale (autel matutinal), l’avant-nef (chapelle Saint-Michel) et l’église mariale, des quatre lieux où est célébrée la mémoire des morts de l’ecclesia cluniacensis, quotidiennement ou annuellement (Krüger 2003).

Fig. 10 : Plan à la même échelle des églises mariales dans des prieurés clunisiens (DAO : Y. Montmessin).

23L’église mariale, construite à l’est et dans le prolongement du chapitre (fig. 7 et 9), flanquait la dernière chapelle sud du transept dont elle n’était séparée que par l’étroit couloir de l’escalier long. Selon le schéma canonique, une porte mettait en relation immédiate la salle capitulaire et l’église Notre-Dame. Où se trouvait l’infirmerie de Nantua ? Le plan de 1692 montre, autour du carré claustral, cinq grands ensembles résidentiels, dotés d’une habitation, parfois d’un jardin et d’écuries, et attribués à des dignitaires. Sur le côté sud, dans le prolongement de l’église mariale, s’étend la grande maison de l’infirmier (« Maison du Sr depusieu infirmier Cour Jardin et Escuirie »), un ensemble de salles sur cour, auquel est rattaché un grand bâtiment axé nord sud, situé un peu plus à l’est, sur la pente (fig. 7). Sa forme, un long rectangle régulier totalement inadapté à l’habitation, ses dimensions considérables (34 m x 11 m d’après le plan), sa position à l’est du prieuré, près de l’église mariale et du chapitre, ainsi que son attribution à l’infirmier prouvent qu’il doit s’agir de l’infirmerie médiévale. Le bâtiment a disparu avant l’établissement du cadastre napoléonien (1810), peut-être dans l’incendie de 1803 ; son emplacement correspond à la parcelle no 510, parcelle alors non bâtie (couleur verte) et correspondant aujourd’hui à des jardins en terrasse.

24Revenons à l’escalier long, qui mène du bras sud du transept au chevet (fig. 7), gravissant la pente du terrain pour aboutir, à l’extérieur, au niveau des baies de l’abside. Ce type de liaison spatiale, entre un lieu important de l’église et un espace externe marginal, est rare. Quelle était donc la fonction de cet escalier ? Dans son étude sur l’accompagnement des mourants, Fr. S. Paxton note qu’à propos du transport des Saintes espèces, le Liber tramitis présente deux versions divergentes qui trahissent deux ordo différents, mais réunis dans le même texte. Le premier ordo laisse entendre que, lorsqu’il apporte la communion au moine agonisant, le prêtre traverse l’église mariale avec le Saint Sacrement pour rejoindre l’infirmerie, disposition confirmée par le coutumier de Bernard. Dans le second ordo, en revanche, il est précisé qu’il serait préférable que le prêtre passe par l’abbatiale, sans doute parce qu’elle est l’église majeure de l’abbaye et qu’elle abrite le Saint Sacrement. Le passage qui relie directement le bras sud à l’église mariale est une réponse pratique à cette divergence de conception : le prêtre peut quitter l’abbatiale par le transept et traverser aussi Notre-Dame pour gagner l’infirmerie, plutôt que de sortir dans le cloître et passer par le chapitre.

25Cette disposition réduit en outre considérablement les circulations externes, rendues difficiles durant une partie de l’année, dans ce pays de moyenne montagne, par un climat froid et pluvieux. Elle a d’ailleurs été appliquée dans bon nombre de prieurés clunisiens (fig. 10) : Baume-les-Messieurs, Paray-le-Monial, Marcigny, Souvigny, Piolenc, Polirone et Castelleto en Italie du nord… Mais Cluny est restée fidèle à la stricte séparation des deux églises, comme aussi les prieurés de Lewes et Castel Acre en Angleterre, Somogyvar en Hongrie, dépendant de Saint-Gilles du Gard. Dans l’abbatiale bourguignonne toutefois, la porte ménagée entre le grand et le petit transept, qui débouche à l’extérieur au-delà du carré claustral, permet d’atteindre directement l’infirmerie, comme le recommande le second ordo. À Nantua, l’escalier long répond aux mêmes exigences : le prêtre quitte le sanctuaire et monte directement vers l’infirmerie, au sud-est du chevet, en contournant l’église mariale.

Bibliographie

Bibliographie

Sources archéologiques

Arlaud C. 2005. Nantua, église Saint-Michel, phase 1. Document final de synthèse, DRAC Rhône-Alpes/SRA – Inrap.

Baud A. 1994. Le prieuré de Nantua. Surveillance archéologique des travaux d’assainissement autour de l’église Saint-Michel. Document final de synthèse, DRAC Rhône-Alpes/SRA – Afan.

Bertholon B. 1995. Les enduits peints et mortiers de l’église abbatiale de Nantua (Ain). Étude des fragments trouvés en fouilles. Analyse physico-chimique des liants et des couches picturales : caractérisation des matériaux archéologiques. Rapport de fouille, DRAC Rhône-Alpes/SRA

Chopelain P. 1992. Fouilles dans l’ancienne abbatiale Saint-Pierre de Nantua. Rapport de fouille, DRAC Rhône-Alpes/SRA – Afan.

Delomier Ch., Devillechaise A., Macabéo Gh. 2006. Nantua, Église paroissiale Saint-Michel, ancienne église paroissiale, la chapelle Sainte-Anne, tranche 1. Document final de synthèse, DRAC Rhône-Alpes/SRA – Inrap.

Devillechaise A. 2005. L’ancienne abbaye de Nantua, état de la question. [DEA : Archéologie médiévale : université Lumière Lyon 2. Baud A. (dir)].

Études

Arène J. 1934. Pendant la Révolution. Nantua : Impr. Arène. 201 p.

Baud A. 2002. Le prieuré clunisien de Nantua. In Cluny, à la découverte des sites clunisiens. Dossiers d’archéologie 275, p. 64-65.

Baud A., Sapin Chr. 2010. L’archéologie à Cluny (2006-2010). In Sapin Chr. (dir.). Cluny et ses influences en Europe. Dijon : Éd. Faton, p. 4-13. (Dossiers d’archéologie. H.-S. ; 19).

Barnoud J.-N., Reveyron N., Rollier G. 2004. Paray-le-Monial. Paris : Zodiaque. 222 p.

Davril (Dom) A., Palazzo É. 2000. La vie des moines au temps des grandes abbayes, Xe-XIIIe. Paris : Hachette. 344 p.

Debombourg G. 1858. Histoire de l’abbaye et de la ville de Nantua. Bourg-en-Bresse : Impr. Dufour, p. 146-229.

Demotz Fr. 2006. L’Église entre l’axe Saône-Rhône et le Léman (Ve-XIe siècles). Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, années 2004-2005, XXXIV, p. 69-93.

Dubois J. 1971. L’implantation monastique dans le Bugey au Moyen Âge. Journal des savants 1, p. 15-31.

Gache G. 1839. Un souvenir du passé religieux de la France ou l’église de la vieille abbaye de Nantua. Bourg : Bottier ; Nantua : Mercier. 152 p.

Guichenon S. 1650. Histoire de Bresse et de Bugey […]. II. Lyon : J.‑A. Huguetan et M. Ravaud. 2 vol.

Hurel O., Riche D. 2010. Cluny, de l’abbaye à l’ordre clunisien, Xe-XVIIIe siècle. Paris: A. Colin. 330 p.

Krüger K. 2003. Die romanischen Westbauten in Burgund und Cluny, Untersuchung zur Funktion einer Bauforme. Berlin: Gebr. Mann Verlag. 326 p.

Liber tramitis 1980. Dinter P. (éd.). Liber tramitis aevi Odilonis abbatis. Siegburg: F. Schmitt. 379 p. (Corpus Consuetudinum Monasticarum; X).

Nelson J. 1996. La mort de Charles-le-Chauve. Médiévales 15-31, p. 55-66.

Oursel R. 1990. Nantua. In Oursel R. Lyonnais, Dombes, Bugey et Savoie romans. Saint-Léger-Vauban : La Pierre-qui-vire : Zodiaque, p. 357-362. (La Nuit des temps ; 73).

Paxton Fr. S. 2005. Death by Customaries at Eleventh-Century Cluny. In From Dead of Night to End of Day. Du cœur de la nuit à la fin du jour. Les coutumes clunisiennes au Moyen Âge. Turnhout : Brépols, p. 297-318.

Reveyron N. 2005. Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint‑Nizier, Saint-Paul), archéologie et histoire de l’art. Lyon : Alpara. 384 p. (DARA ; 28, série lyonnaise 9).

Reveyron N. 2010. Marcigny, Paray-le-Monial et la question de la chapelle mariale dans l’organisation spatiale des prieurés clunisiens au XIe-XIIe siècle. Viator 41, p. 63-94.

Reveyron N. 2011. Hugues de Semur et le projet du Grand Cluny. In Quintavalle A. C. (a cura di). Medioevo : I committenti : atti del XIII Convegno Internazionale di studi di Parma (Parma 21-26 settembre 2010). Milano : Electa, p. 258-267.

Riche D. 2000. L’ordre de Cluny à la fin du Moyen Âge : le vieux pays clunisien, XIIe-XVe siècle.

Saint-Étienne : Publication de l’université de Saint-Étienne. 763 p.

Rubellin M. 1991. Monastères et évêques dans le diocèse de Lyon aux IXe et Xe siècles. In L’Église du IXe au XIe siècle. Histoire et archéologie médiévale 3, p. 77-93.

Sapin Chr., Bully S. 2010. Gigny et Baume, des monastères comtois aux origines de Cluny. In Sapin Chr. (dir.). Cluny et ses influences en Europe. Dijon : Éd. Faton, p. 18-25. (Dossiers d’archéologie. H.-S. ; 19).

Vielliard J. 2004. Le guide du pèlerin de Saint-Jacques. Paris : J. Vrin. 152 p. 5e édition.

Notes

1 Présentée au colloque international de Nantua, le 24 novembre 2006, pour la visite de l’église.

2 Reveyron N. à paraître. La lecture de l’invisible en archéologie du bâti. Le rôle de l’analyse morpho-spatiale dans la restitution des édifices disparus et des projets inaboutis. Exemples de Saint-Paul de Lyon et de Cluny. In L’archéologie des bâtiments en question. Étudier nos bâtiments, un outil pour les connaître, les conserver et les restaurer : actes du colloque consacré à l’archéologie globale, Liège, 9-10 novembre 2010.

3 L’hypothèse d’un transept bas, quoi qu’ingénieuse, n’est pas vraiment tenable.

4 Certaines ont été refaites au XVe siècle.

5 La position des vestiges médiévaux par rapport à l’église actuelle et la superposition du plan actuel de la priorale et du plan du prieuré en 1692 (fig. 7) confirment la continuité de l’occupation du même espace initial depuis le Moyen Âge. La maison de l’aumônier a été amplifiée au début du XIXe siècle (maison Carrier).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Saint-Michel de Nantua, vue intérieure depuis la tribune de l’orgue (cliché : N. Reveyron).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 2 : Ancienne priorale de Nantua, plan archéologique. En gris sombre : Nantua II. En gris clair : Nantua III. En blanc : localisation de l’avant-nef (DAO : Y. Montmesin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 3 : Ancienne priorale de Nantua, le côté sud, avec les arcs-boutants et les culées à bossage. La galerie nord du cloître passait sous les grands arcs (cliché : N. Reveyron).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3751/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 4 : Ancienne priorale de Nantua, détail du bas-côté sud (2e et 3e travées) [cliché : N. Reveyron].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3751/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 5 : Ancienne priorale de Nantua, angle nord-est de l’ancien cloître. Au premier plan, la sacristie du XXe siècle, construite devant la porte de la Vierge, sur le site de la galerie nord du cloître. À droite, le bras sud du transept. Au centre, la tourelle de l’escalier, avec, au fond, le clocher du XIXe siècle. À gauche, la fenêtre gothique du bas-côté sud. Au‑dessus du toit de la sacristie, la galerie conduisant au dortoir, avec son fenestron rectangulaire (cliché : N. Reveyron).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3751/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 6 : Nantua. La façade de l’église, le parvis et la maison Carrier (cliché : N. Reveyron).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3751/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 7 : Ancienne priorale de Nantua, plan restitué du prieuré, à partir du plan contemporain de l’église et du plan de 1692 pour le prieuré (le système de lettres en provient). La coïncidence des deux documents est remarquable (DAO : Y. Montmessin). 1- Porte occidentale de la nef. 2- Chapelle des Demoiselles et porte hypothétique du bas-chœur. 3- Porte de la Vierge. 4- Escalier montant à la galerie du dortoir et au clocher. 5- Passage du transept à l’église mariale. 6- Porte ente le chapitre et l’église mariale. 7- Escalier du chevet, passage « du second ordo ». A- Chœur monastique. B- Maison du prieur commendataire nef. C- Chapitre. D- Maison de l’aumônier. E- Maison du doyen. F- Maison du prieur claustral. G- Maison de l’infirmier. G’- Infirmerie médiévale ? H- Maison du chantre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3751/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 8 : Nantua, maison Carrier : porte du XVe siècle conservée en place dans la cave actuelle (cliché : N. Reveyron).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3751/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 9 : Nantua, site du prieuré : vestiges de l’église mariale, vus d’est en ouest. À droite, reste du mur goutterot nord, avec deux fenêtres et le départ de deux voûtes d’arêtes. Il est possible que ces deux voûtes correspondent à une tribune occidentale (cliché : N. Reveyron).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3751/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 10 : Plan à la même échelle des églises mariales dans des prieurés clunisiens (DAO : Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3751/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search