Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 3 : Les voies de la recherche en art et archéologie

Les bâtiments canoniaux du Puy‑en‑Velay (Haute-Loire). Archéologie du bâti : de l’analyse spatiale à la restitution

Emmanuelle Vernin

Texte intégral

  • 1 Cette recherche a été faite dans le cadre d’un doctorat de 3e cycle sous sa direction, à l’universi (...)

1Dans le cadre de la restauration et la rénovation intérieure d’édifices patrimoniaux (églises, châteaux, habitat civil), les archéologues et historiens de l’art ont développé des méthodes d’analyse du bâti depuis les années 70, parfois encore désignées « archéologie monumentale » et spécifiques à la période médiévale. Comme le souligne Marcel Durliat, « elle demeure une science du monument, ce qui implique une archéologie de la construction avec tout son savoir technique » (Durliat 1985). Ainsi, à partir de l’observation de l’architecture accompagnée de relevés archéologiques, les archéologues s’attachent à préciser quelles ont été les différentes phases de construction et de transformation de ces édifices aux cours des siècles (leur histoire), et de déterminer leurs fonctions et usages au regard de leurs aménagements et décors intérieurs. Jean-François a été l’un des enseignants initiateurs de cette méthode d’analyse du bâti, aujourd’hui très répandue (Parron-Kontis, Reveyron 2005). Après l’avoir assimilée, nous l’avons utilisée ici pour mieux connaître l’histoire les bâtiments canoniaux du Puy-en-Velay1, en apportant des compléments d’analyse personnels (Vernin 2003).

2Cet ensemble claustral urbain pour l’essentiel du XIIe siècle est le seul exemple en France qui a été bien conservé, organisé autour d’un cloître et fermé au sud par la cathédrale. Toutefois, il n’avait jamais fait l’objet d’une étude historique et architecturale d’ensemble de toutes ses ailes, avec son cloître et par rapport au sanctuaire. De plus, l’histoire du chapitre cathédral et de la vie canoniale au Puy étant très peu connue, les utilisations des différents espaces des bâtiments étaient difficiles à déterminer uniquement par l’observation du bâti. Par conséquent, afin de restituer l’histoire de cet ensemble architectural, une approche pluridisciplinaire a été adoptée, en associant des méthodes d’analyse propres à l’histoire de l’art, à l’archéologie des élévations et à l’histoire, avec des compléments d’analyses de laboratoires.

3Ce propos portera dans un premier temps sur l’apport des sources écrites et iconographiques et leur utilisation sur le plan méthodologique, pour mettre en lumière l’histoire et l’utilisation des bâtiments canoniaux du Xe au XXe siècle. Les divers aspects de l’analyse archéologique du bâti (plans, élévations, décors) seront détaillés ensuite, en insistant sur les choix de relevés archéologiques, pour la période médiévale. Enfin, la présentation des méthodes de datation mettra en évidence comment la chronologie de ces édifices a pu être déterminée pour proposer une restitution de leur évolution générale.

1. L’APPORT DES SOURCES ÉCRITES ET ICONOGRAPHIQUES

4Les bâtiments canoniaux (fig. 1) apparaissent comme des édifices religieux, lieux de vie et d’activités des chanoines au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime. Par conséquent, les sources écrites consultées sont essentiellement religieuses, alors que leurs représentations iconographiques proviennent d’artistes ou d’architectes pour les périodes modernes et contemporaines.

1.1. Une documentation dispersée pour l’Ancien Régime

5Cette approche des textes latins et français tendait à identifier et localiser les lieux et les salles dans lesquels les chanoines se réunissaient, circulaient et exerçaient leurs activités quotidiennes, par la recherche des mentions. De plus, pour mieux connaître les utilisations des bâtiments canoniaux au cours des siècles, on s’est intéressé aux formes de vie adoptée (commune et/ou séculière) et à la composition du chapitre cathédral. Ainsi, l’essentiel des sources consultées ont été des documents administratifs qui fournissaient rarement des descriptions des salles occupées. Toutefois, d’autres types de documents ont été compulsés, car les archives du clergé ont en partie brûlé au XVIIIe siècle et les coutumiers et cartulaires du chapitre cathédral du Puy sont inexistants.

Fig. 1 : Le Puy-en-Velay : vue générale des bâtiments canoniaux depuis le nord (cliché : E. Vernin).

6La majorité des sources manuscrites proviennent des séries G et H (clergé régulier et séculier) des Archives départementales de la Haute-Loire et comprennent : des registres de délibérations capitulaires ; des statuts capitulaires ; des documents de comptabilité ; des inventaires de mobilier ; des plans de travaux du XVIIIe siècle réalisés à la cathédrale. La série Q (Biens nationaux) comporte quelques mentions des salles utilisées encore à la fin du XVIIIe siècle par les chanoines. Ainsi, on a pu recenser le capitulum (salle du chapitre), le refectorium (réfectoire), le « dortoir », la « librairie » (bibliothèque), la « maîtrise de chœur », la « tour du chapitre », le « cloître » (quartier canonial), le « doyenné ».

7Par ailleurs, plusieurs cartulaires d’abbayes et de congrégations religieuses ont donné quelques informations, très dispersées et lacunaires. En effet la plupart du temps, seul le lieu de rédaction de la charte est mentionné, tout comme les chanoines présents. Parmi les sources imprimées utilisées, on peut citer les plus importantes : la Gallia christiana (Sainte-Marthe 1720) ; le Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny (Bernard, Bruel 1880) ; et pour le diocèse du Velay les Cartulaires de Chamalières-sur-Loire en Velay (Chassaing 1895), des hospitaliers du Velay (Chassaing 1888), des Templiers du Puy-en-Velay (Chassaing 1882), et de l’abbaye Saint-Chaffre du Monastier (Chevalier 1884).

8Pour la période moderne, d’autres documents de nature différente – les chroniques du XVIe et XVIIe siècles – apportent des informations plus descriptives et témoignent de la vie au Puy-en-Velay. Ainsi, on retiendra les Chroniques d’Étienne de Médicis (Chassaing 1869), le Discours historique de la très ancienne dévotion de Nostre-Dame du Puy d’Odo de Gissey (Gissey 1620, rééd. 1986), et les Mémoires de Jean Bruel : journal d’un bourgeois du Puy à l’époque des Guerres de Religion (Bruel 1983).

9L’ensemble de ces sources fournissent donc une documentation éparse, composée essentiellement de mentions qui à elles seules sont lacunaires. Mais associées entre elles et par période, du Xe au XVIIIe siècle, leur analyse contribue à identifier les lieux, leurs fonctions et éventuellement leur changement de destination dans l’espace des bâtiments canoniaux.

10Quant aux représentations iconographiques, il s’agit essentiellement de gravures de l’époque moderne bien connues et d’un plan inédit. Les gravures de Martellange de 1607 donnent un aperçu général de la ville (fig. 2 ; Rivet 1988), organisée autour du rocher avec ses remparts médiévaux, la cathédrale et les bâtiments canoniaux dessinés conformément à la réalité de l’époque.

11D’autres dessins du XVIIIe siècle représentent également la ville avec des détails pour les façades ouest de l’ensemble cathédral et claustral, avec l’évêché : on retiendra celles de E. du Pérac de la seconde moitié du XVIe siècle (Donzet 1974) et de Clapier des années 1730 (Archives du Service territorial de l’architecture et du patrimoine de la Haute-Loire ; Thiollier 1904). Elles révèlent un aspect de l’aile ouest des bâtiments canoniaux différent de celui visible sur les gravures postérieures du XIXe siècle, et de son état actuel. Ces dessins sont donc précieux et ont orienté la recherche sur le terrain des traces matérielles anciennes lors de l’analyse d’archéologie du bâti.

12En ce qui concerne les plans, des recherches au Centre d’accueil et de recherches des Archives nationales ont mis au jour un document aquarellé qui était inconnu (Arch. nat., F 19, 437‑439). Réalisé lors de la création du Directoire (an III : 1795), il représente la ville avec son parcellaire, une partie des remparts et l’organisation par couleur de ses différentes paroisses (Vernin 2003, annexes). C’est le seul plan connu pour cette époque, le plus juste et donc utilisable en archéologie.

13Cette documentation pour le Moyen Âge et l’époque moderne, bien qu’éparse et incomplète, a servi de base de travail pour les périodes les plus anciennes. Mais elle ne suffit pas pour percevoir l’évolution architecturale et fonctionnelle des bâtiments canoniaux. Nous avons également procédé à l’analyse des sources écrites et iconographiques des XIXe et XXe siècles.

1.2. L’ABONDANCE D’UNE DOCUMENTATION ARTISTIQUE ET HISTORIQUE RÉCENTE

14Pour la période contemporaine, la documentation est beaucoup plus importante, puisque les bâtiments canoniaux, avec le cloître et la cathédrale, ont été protégés au titre des Monuments historiques dès 1862. Les divers architectes diocésains se sont succédé (Donzet, Mallay) et ont contribué à la préservation du patrimoine médiéval, malgré de nombreuses restaurations.

15Dans le cadre de cette recherche, il était donc nécessaire de faire la distinction entre les restaurations des XIXe-début XXe siècles et l’état actuel des édifices, afin de retrouver les états antérieurs médiévaux et moderne. Pour cela les archives des Monuments historiques – conservés à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine à Paris – ont été consultées, ainsi que certains dossiers du XIXe siècle conservés au Centre d’accueil et de recherches des Archives nationales (Arch. nat., séries F et G ; Vernin 2003, annexes). Les devis et les comptes de travaux renseignent sur leur nature, mais leur localisation dans les bâtiments n’est pas toujours précisée. Les documents iconographiques (plans, coupes, photos) qui accompagnent les dossiers manuscrits des entrepreneurs et architectes ont été précieux pour cela.

16Par ailleurs, les documents de la série V (culte, clergé) des archives départementales de la Haute-Loire attestent également les réparations faites dans les bâtiments canoniaux, non recensés dans les dépôts d’archives précédents.

Fig. 2 : Vue de la ville du Puy en 1607, par Martellange (gravure : Rivet 1988, p. 50-53).

17En ce qui concerne la documentation iconographique, elle est plus abondante et composée de quatre types d’illustrations : les gravures (Pandraud 1975) ; des relevés d’architecture (plans, coupes) ; des photographies ; des plans historiques de restitution de la ville en 1544, 1646 (Chassaing 1869, t. 2 ; Boudon-Lashermes, Jourda-de-Vaux 1911, p. 120). Si les premiers sont des documents relativement fiables, en revanche les plans historiques sont des propositions hypothétiques dont les sources d’origines utilisées ne sont pas toujours mentionnées.

18En dernier lieu, citons les fouilles préventives récentes faites dans la cathédrale et ses abords de 1992 à 1995, dans le cadre de la restauration du sanctuaire (Liégard et al. 2000). Elles ont également donné un éclairage nouveau sur l’identification et la datation de certaines structures maçonnées (gallo-romaines). Ces résultats ont été pris en compte dans cette étude archéologique des bâtiments canoniaux.

19Toutes ces sources réunies ont donc enrichi nos connaissances sur les lieux de vie et d’activités des chanoines, la composition du chapitre cathédral, l’aspect des bâtiments à des époques déterminées, les travaux dont ils ont fait l’objet mentionnés surtout à partir de l’époque moderne, et leurs restaurations récentes. Afin de restituer et suivre dans le temps l’évolution architecturale des bâtiments, elles ont été confrontées à l’analyse archéologique du bâti, plus concrète qui apporte des indications souvent inexistantes dans les documents médiévaux.

2. MÉTHODE D’ANALYSE DU BÂTI D’UN ENSEMBLE ARCHITECTURAL COMPOSITE

20L’objectif de cette recherche était de retrouver les projets de construction de l’ensemble claustral du Xe au XVIe siècle et de préciser quelles ont été leurs transformations jusqu’au milieu du XXe siècle. Or les deux principales difficultés rencontrées étaient d’une part que cet ensemble se composait de quatre bâtiments (ailes) mitoyens – organisés autour d’un cloître selon un plan quadrangulaire fermé au sud par la cathédrale – avec plusieurs niveaux d’élévation (3 à 5 niveaux), inégaux d’une aile à l’autre. D’autre part, ils ont été édifiés sur un promontoire avec une déclivité du terrain surtout d’est en ouest. Ceci a rendu plus complexe la « lecture » des élévations, pour suivre la continuité ou non de la construction dans son ensemble. En dernier lieu, cet ensemble claustral s’est présenté comme un labyrinthe par sa monumentalité, l’uniformité de sa construction en apparence et la multiplicité de petits espaces composant chacune de ses ailes.

2.1. PRINCIPES D’OBSERVATIONS ET DE RELEVÉS ARCHÉOLOGIQUES

21L’analyse d’archéologie du bâti proposée ici repose à la fois sur l’étude conjointe des plans, des élévations (matériaux et techniques de construction), et du décor architectural et pictural.

Fig. 3 : Le Puy-en-Velay, aile orientale « Logis des clergeons » : relevé archéologique du mur 61 (relevé : E. Vernin, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).

22Toutefois, nous ne détaillerons pas et n’expliquerons pas dans le détail quels sont les indices de transformations de l’architecture, déjà exposés dans un précédent article (Vernin 2000).

23Ainsi dans un premier temps, nous avons recomposé le plan général de cet ensemble canonial à partir de l’association de cinq petits plans indépendants : un pour chaque aile (ouest, nord et est) réalisés par le bureau d’étude de topographie ARPAN ; avec ceux du cloître et de la cathédrale réalisés par le Service territorial de l’architecture et du patrimoine de la Haute-Loire. Ceci a été effectué pour chaque étage, sachant que le niveau 0 choisi était celui du sol de la cathédrale et du cloître. Pour les bâtiments canoniaux, on dénombre donc, au total, un maximum de deux niveaux en dessous (niveaux-2,-1) et deux niveaux au-dessus (1, 2) du plan général au niveau 0.

24Puis pour chacun des plans, niveau par niveau, les axes médians latéraux et longitudinaux, les orientations et les épaisseurs des maçonneries, les largeurs et la forme des ébrasements des ouvertures (portes, fenêtres) ont été pris en compte, afin de déterminer les constantes et les anomalies dans la construction. Nous avons ainsi pu établir une première chronologie relative avec trois principaux types de maçonneries d’époques différentes :

  • le premier visible sous l’aile ouest du cloître est un large mur de terrassement gallo-romain des Ier-IIe siècles (épaisseur : près de 4 m ; fig. coul. 43 : en vert), déjà repéré sous la cathédrale plus au sud lors des fouilles de 1992 à 1995 (Liégard et al. 2000) ;

  • le deuxième a donné naissance à l’aile nord et se composait à l’origine uniquement de deux bâtiments (A et B) du haut Moyen Âge, disposés en équerre et distants l’un de l’autre de quelques mètres ; l’un d’entre eux à l’angle nord-ouest a été partiellement détruit au sud (épaisseur : 1,50 m à 2 m ; fig. coul. 43 : en marron) ;

  • le dernier groupe le plus important comprend les ailes ouest, est et le cloître (fig. coul. 44 : en violet) qui font partie d’un vaste projet de construction roman (épaisseur : 1,40 m à 1,75 m). Il est à mettre en parallèle avec l’édification des nefs et des grands escaliers de la cathédrale au XIIe siècle.

25Les maîtres d’ouvrage ont su trouver des solutions architecturales pour palier la forte déclivité du terrain naturel à l’ouest : ils ont construit à différentes époques de larges murs de terrassement successifs, qui font office de véritables fondations implantées dans le prolongement des grands escaliers de la cathédrale, et sur lesquelles de nouveaux bâtiments ont été édifiés. Enfin d’un point de vue méthodologique, les plans ont été superposés les uns sur les autres, afin de retrouver ces états de construction, d’en identifier d’autres et d’orienter l’étude des élévations.

26Cette recherche archéologique n’était pas envisagée parallèlement à la restauration des bâtiments canoniaux. Par conséquent, aucun échafaudage n’a été installé et utilisé à cet effet. Toutefois, elle a pu être réalisée grâce à une observation minutieuse et systématique de chaque maçonnerie (matériaux utilisés), chaque parement intérieur/extérieur (appareils, composition et hauteurs d’assises, modules de pierres de taille), chaque ouverture (dimensions, ébrasement, couvrement, décor), les joints (composition, hauteur), les modes de couvrement (arcs, voûtes), en corrélation avec les plans et à chaque niveau de bâtiment. À cela s’ajoute le repérage d’indices et de traces en négatif qui témoignent des transformations, des agrandissements, des surélévations ou des destructions des structures existantes : ruptures et/ou coups de sabre dans les maçonneries (fig. 4) ; reprises en sous-œuvre ; collages de maçonneries ; trous de boulins, d’encastrement d’éléments en bois, de gonds de portes (fig. 3) ; obturations et/ou condamnations partielles d’ouvertures (fig. 3 et 4).

Fig. 4 : Le Puy-en-Velay, aile nord, bâtiment B : relevé archéologique du mur 43 (relevé : E. Vernin, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).

Fig. 5 : Le Puy-en-Velay, aile orientale « Logis des clergeons » : relevé archéologique d’un emmarchement roman (relevé : E. Vernin, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).

Fig. 6 : Le Puy-en-Velay, aile orientale « Logis des clergeons » : relevé archéologique de baies romanes (relevé : E. Vernin, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).

27Les croquis/schémas et des photographies (vues générales et de détails) des parements ont orienté par la suite nos choix de relevés archéologiques réalisés manuellement, pierre à pierre, jusqu’à 12 m de long et 4,40 m de haut maximum. Ils ont trois orientations :

  • montrer sur un même dessin deux ou plusieurs états de construction (fig. 3 et 4) ;

  • révéler des traces d’éléments architecturaux laissés en négatif dans les structures, ou partiellement visibles (fig. 4) ;

  • établir des typologies d’ouvertures (fig. 6) ou d’aménagements intérieurs médiévaux : fenêtres, lavabo, pilier.

28À titre d’exemple dans l’aile est, on observe un creusement correspondant à l’emmarchement roman d’origine d’accès du premier au deuxième étage (fig. 5). Le style architectural (carolingien, roman, gothique, etc.) de chacun de ces éléments a également son importance pour définir la chronologie d’ensemble, les phases et projets de construction majeurs.

29Toutefois, il est parfois difficile de comprendre la fonction architecturale/architectonique des maçonneries observées. Elles peuvent apparaître comme des vestiges disparus. Mais, rappelons que les maîtres d’ouvrage ont aussi cherché à assurer la stabilité de l’ensemble des bâtiments, malgré la forte déclivité du terrain, selon des principes d’équilibre et de géométrie spatiale, en construisant des structures qui font office de collage et de liaisonnement.

30En dernier lieu, le décor architectural et pictural tient une place importante dans l’archéologie du bâti, bien qu’il relève davantage de l’histoire de l’art. Il renseigne sur la signification (liturgique, domestique) des espaces dans lesquels il est placé et sur le cadre de vie des chanoines.

31L’ensemble du décor sculpté est peu abondant dans les bâtiments canoniaux du Puy, car la pierre utilisée (brèche noire/jaune : roche dure volcanique) ne se prête guère à une sculpture fine. Le décor végétal et animal se retrouve dans des édifices contemporains aux XIe et XIIe siècles de la Haute-Loire et de la Loire : à Saint-Michel d’Aiguilhe (Beigbeder 1962), Saint‑Romain‑le‑Puy (Parron, Reynaud 1992) et Saint‑Rambert‑sur‑Loire (Baud 1995). Les remplois dans l’aile ouest attestent une occupation antérieure du site par les religieux.

32En revanche dans le cloître, les chapiteaux sont nombreux car taillés dans une pierre plus tendre, l’arkose (grès tendre). Toutefois, nombre d’entre eux ont été restaurés voire entièrement refaits au XIXe siècle, dans le cadre des restaurations (Paris, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 1250, 1260 à 1262). Si l’on admet que celles-ci ont été faites à l’identique, on peut distinguer deux types de chapiteaux et de colonnes d’époques différentes : des Xe-XIe siècles pour le premier groupe ; de la seconde moitié du XIIe siècle pour le deuxième groupe. Parmi celui-ci, on observe trois catégories de décors : végétaux, à figures humaines, ou représentant des animaux des bestiaires médiévaux. Toutefois, il est difficile d’identifier plusieurs ateliers de sculpteurs et d’affirmer qu’un programme iconographique a été élaboré pour les chapiteaux du XIIe siècle.

33Les parements extérieurs des galeries de cloître sont décorés d’une marqueterie de pierres polychromes composée de briques, de pouzzolane (scories volcaniques noires) et/ou d’arkose. L’usage de ce type d’appareil réticulé (opus reticulatum) remonte à l’époque gallo-romaine, et on le rencontre également au haut Moyen Âge au chevet du baptistère Saint-Jean du Puy (Mérel-Brandenburg et al. 2009a, 2009b). Il décore d’autres églises de la Haute-Loire (Saint-Chaffre à Le-Monastier-sur-Gazeille), de la Loire (St-Julien à Moingt, Firminy ; Guibaud et al. 2008, p. 87) et du Puy‑de‑Dôme aux XIe et XIIe siècles (Orcival, Notre-Dame-du Port à Clermont Ferrand, Issoire ; Craplet 1978). Ce décor coloré de pierres incrustées dans la maçonnerie contraste avec l’aspect plus austère de l’architecture régionale, réalisée en pierre noire volcanique.

34Le décor pictural a été plusieurs fois restauré aux XIXe et XXe siècles, après avoir fait l’objet de relevés dessinés (Énaud 1968). Récemment, les parties supérieures des peintures ou les combles de l’aile orientale ont aussi mis au jour des fragments d’enduits colorés non encore restaurés : un rinceau de fleurs (Vernin 2003, illustrations ; fig. coul. 46) et une scène de tournois (Galland, Framond 2000). Ils ont fait l’objet d’un relevé à l’échelle 1/1, d’une étude iconographique et stylistique, et chronologique par rapport aux poutres, aux maçonneries et la toiture. Nous avons ainsi pu préciser s’ils avaient été réalisés en même temps que la construction du bâtiment au XIIe siècle, ou postérieurement à celui-ci.

35Toutes les peintures encore conservées et mises au jour ont donc été interprétées par rapport à l’espace où elles sont représentées, pour connaître leur signification et la fonction des pièces occupées par les chanoines.

36Sans échafaudage et en utilisant une méthode d’observation visuelle accompagnée de relevés archéologiques précis faits à la main, nous avons donc pu établir une chronologie relative de cet ensemble complexe de bâtiments religieux. Ceci s’est fait suivant un raisonnement hypothético-déductif adopté aussi bien pour les plans que les élévations. Nous avons eu aussi recours à la géométrie pour retrouver des structures non datées et non identifiées jusque-là. Enfin, à partir des observations stylistiques propres à chaque période, nous avons dégagé les spécificités architecturales de ces bâtiments canoniaux qui combinent plusieurs aspects : religieux, urbains et fortifiés. Ils s’inscrivent dans une création artistique plus large que la ville, régionale voire inter-régionale, qui renseigne également sur leur édification et leur évolution dans le temps.

2.2. DE LA DATATION ET LA RESTITUTION DES DIVERS PROJETS ARCHITECTURAUX

37Après avoir mis en évidence trois principaux états d’occupation du site – dont deux concernent l’édification d’importants bâtiments médiévaux présentés ci-dessus – on s’est interrogé pour chacun d’entre eux sur le phasage du chantier et les projets de construction. Pour cela, une approche comparative avec d’autres édifices contemporains présentant des similitudes a permis d’affiner la chronologie relative proposée, et d’identifier la fonction de certains espaces.

38Toutefois, devant la rareté de bâtiments canoniaux médiévaux et urbains conservés en France, les seules comparaisons avec ce type d’édifices n’étaient pas suffisantes. Nous avons donc élargi notre champ et notre aire d’étude aux monastères, aux édifices fortifiés (tours, églises) et à l’habitat civil (demeures). Rappelons que l’observation sur le bâti a fait ressortir ces principales caractéristiques architecturales et stylistiques pour Le Puy. Pour chaque état de construction, chaque élément architectural (appareils des maçonneries, ouvertures, couvrements, aménagements intérieurs, décors) a fait l’objet d’une recherche complémentaire comparative. Puis ces éléments ont été mis en corrélation entre eux pour retrouver l’ordonnancement du chantier de construction, notamment pour les bâtiments du XIIe siècle.

39Par ailleurs, des analyses dendrochronologiques, faites sur des poutres et des solives de plafonds des ailes ouest et orientale, ont confirmé les datations stylistiques pour le milieu du XIIe siècle (Girardclos, Perrault 1999 ; Dormoy et al. 1998 ; Galland, Manciulescu 1998). Elles ont également apporté des compléments sur les transformations et restaurations des bois aux XIVe -XVe siècles et à la fin du XVIIIe siècle (Girardclos, Perrault 1999, p. 22), et ont conforté l’étude des sources écrites relatives à l’occupation de ce bâtiment par les clercs, encore à l’époque moderne (Vernin 2003, annexes).

40Enfin, l’hypothèse d’évolution et de transformations des bâtiments canoniaux du Xe au XVIe siècle a été représentée sur des plans et des coupes actuels de deux manières différentes (fig. coul. 43, 44 et 45). Une gamme chromatique a été appliquée pour distinguer chaque état sur un même plan. Mais on peut aussi colorer en noir sur chaque plan uniquement les maçonneries et/ou bâtiments édifiés au cours d’une même campagne (Vernin 2003, annexes). Les restitutions en trois dimensions sur informatique n’ont pas été réalisées ici, par manque de moyens matériels.

41Rappelons que cette méthode de travail sur plans et coupes, a permis de dégager et de restituer deux principaux projets de construction médiévaux. Aux Xe-XIe siècles les deux bâtiments A et B sont édifiés au nord de la plate-forme gallo-romaine, avec un mur de clôture à l’est pour délimiter un espace peut-être claustral (fig. coul. 43). Le deuxième projet élaboré dès le début du XIIe siècle est échelonné dans le temps sur plusieurs décennies. Lors d’une première phase, l’espace vide entre les bâtiments A et B est fermé et surmonté d’une tour romane (fig. coul. 43, 44 et 45b : en bleu) avec un passage latéral d’accès est-ouest ; la partie sud du bâtiment A est détruite et un large et long mur de terrassement servant de fondation (2 m à 2,50 m x 36 m) est construit quelques mètres en avant de la maçonnerie monumentale gallo-romaine (fig. coul. 43, 44b : en vert). Ces derniers servent ensuite d’assises à l’aile ouest, édifiée en avant et en contrebas de ceux-ci, lors d’une seconde phase (seconde moitié du XIIe siècle), parallèlement à l’extension de la cathédrale vers l’ouest. À cela s’ajoute la construction du cloître à galerie et de l’aile orientale (fig. coul. 44 et 45b). Ainsi à la fin du XIIe siècle, l’édification de l’espace claustral canonial avec son cloître est achevée. Aux siècles suivants, les transformations visent à occuper au maximum les espaces libres, ouverts, désormais fermés, ainsi que les combles (fig. 3 et fig. coul. 45b). L’aile ouest est surélevée d’un étage supplémentaire, couronné à l’ouest d’une rangée de petits mâchicoulis entre le milieu du XIVe et le XVe siècle (fig. coul. 45). Enfin, les galeries de cloître sont surmontées d’un étage aux XVe-XVIe siècles (fig. coul. 45b).

42La méthode en archéologie du bâti adoptée ici pour les bâtiments canoniaux est issue du croisement des sources écrites et iconographiques, et de leur convergence avec les observations concrètes sur l’art de bâtir et les analyses de laboratoire. Elle procède donc, par analogie, à la fois de l’enquête policière, du jeu de piste et du puzzle en trois dimensions. En effet, il s’agissait ici de rassembler et d’ordonner de façon chronologique les « faits » pour retrouver l’histoire des bâtiments canoniaux en émettant plusieurs hypothèses. Puis à partir des pièces du « puzzle », assemblées les unes aux autres, nous avons pu recréer une image mentale de cet ensemble claustral à chaque époque ; elle a été matérialisée sur des plans, des coupes et des relevés colorés pour signifier le phasage de leur construction et transformations au cours des siècles.

43Cette méthode a également mis en lumière les spécificités architecturales des bâtiments canoniaux, très composites, qui associent à la fois les éléments propres à l’architecture monastique, l’habitat civil et les fortifications. Par ailleurs dans le cadre d’études préalables à la restauration, elle facilite l’orientation des choix de restauration des architectes en chef des Monuments historiques et du patrimoine, pour assurer leur pérennité et leur valorisation. Elle se présente donc comme un « maillon scientifique » dans la chaîne patrimoniale, et participe en amont à la redécouverte de ces bâtiments par un public diversifié, intéressé par l’histoire et le patrimoine culturel local.

Bibliographie

Bibliographie

Sources

Arch. dép. Haute-Loire. Archives départementales de la Haute-Loire, séries G, H, Q, V.

Arch. nat. Paris, Archives nationales, séries F, G.

Paris, Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine. 1250, 1260, 1261, 1262 – Le Puy-en-Velay/Cathédrale.

Paris, Médiathèque l’architecture et du patrimoine – Photothèque. carton 4, Haute-Loire/Le Puy/Cathédrale.

Bernard A., Bruel A. 1880. Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny. 2. Paris : Impr. nationale. 760 p.

Boudon-Lashermes A., Jourda-de-Vaux G. (de) 1911. Le vieux Puy : vieux logis et vieilles familles. Saint-Étienne : Impr. J. Thomas. 420 p.

Bruel J. 1983. Mémoires de Jean Bruel : journal d’un bourgeois du Puy‑en‑Velay à l’époque des guerres de Religion. Le Puy-en-Velay : Impr. Marchessou.

Chassaing A. (éd.) 1869. Le Livre de Podio ou chroniques d’Étienne de Médicis, bourgeois du Puy-en-Velay. Le Puy-en-Velay : Impr. Marchessou. 2 vol.

Chassaing A. 1882. Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay. Paris : H. Champion. 93 p.

Chassaing A. 1888. Cartulaire des hospitaliers (ordre de Saint Jean de Jérusalem) du Velay. Paris : Picard. 270 p.

Chassaing A. 1895. Cartulaire de Chamalières-sur-Loire en Velay. Paris : Picard. 204 p.

Chevalier U. 1884. Cartulaire de l’abbaye Saint-Chaffre du Monastier. Paris : Picard. 244 p.

Gissey O. (de) 1620, rééd. 1986. Discours historique de la très ancienne dévotion de Nostre-Dame du Puy-en-Velay. Le Puy-en-Velay : Bernard Pays.

Pandraud E. 1975. Le Puy-en-Velay et ses environs vus par d’anciens artistes. Le Puy-en-Velay : Impr. Les arts graphiques.

Sainte-Marthe D. (de) 1720. Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa-Instrumenta ad Aniciensis. 2. Paris : J.-B. Coignard.

Études

Baud A. 1995. Saint-Rambert-sur-Loire. In Baud A., Martiniani-Reber M., Poisson J.-P., Reynaud J.-Fr., Treffort C. Saint-Rambert : un culte régional depuis l’époque mérovingienne. Histoire et archéologie. Paris : CNRS Éd., p. 61-82. (CRA-Monographie ; 14).

Beigbeder O. 1962. Forez-Velay roman. Saint-Léger-Vauban : La Pierre‑qui‑Vire : Zodiaque. 292 p. (La Nuit des temps ; 15).

Craplet B. 1978. In Collectif. Auvergne romane. Saint-Léger-Vauban : La Pierre-qui-Vire : Zodiaque. 252 p. (La Nuit des temps ; 2). Rééd.

Donzet N. 1974. La cathédrale du Puy. Monument Historique de la France 3, p. 6-18.

Dormoy C., Orcel C., Van der Plaetsen L. 1998. Expertise dendrochronologique d’échantillons provenant de la cathédrale du Puy‑en‑Velay (43 000). Rapport d’analyses. Saint-Bonnet-de-Chavagne : Laboratoire Archéolabs.

Durliat M. 1985. L’archéologie monumentale. In Le grand atlas de l’archéologie. Encyclopédia Universalis. Paris : Encyclopedia Universalis France, p. 118-119.

Énaud F. 1968. Peintures murales découvertes dans une dépendance de la cathédrale du Puy-en-Velay (Haute-Loire). Problèmes d’interprétation. Monuments Historique de la France 14/4, p. 31-76.

Galland B., Framond M. (de) 2000. Découverte d’une peinture murale dans le logis des Clergeons, Le Puy-en-Velay. Ensemble cathédral. Cahiers de la Haute-Loire, p. 151-175.

Galland B., Manciulescu B. 1998. Le Puy-en-Velay, cathédrale Notre-Dame. Monumental 22 – Conservation, restauration : doctrine, p. 84-87.

Girardclos O., Perrault Ch. 1999. Essai de datation par dendrochronologie de bois provenant du Logis des clergeons. Cathédrale Notre-Dame du Puy‑en‑Velay (43). CNRS Laboratoire de Chrono-écologie (UMR 6565). Besançon : université Franche-Comté – UFR des Sciences et Techniques.

Guibaud C. et al. 2008. Montbrison, un canton du Forez. Rhône-Alpes. lnventaire général du patrimoine culturel, région Rhône-Alpes. Lyon : Lieux‑dits. 104 p. (Images du patrimoine ; 251).

Liégard S., Fourvel A., Löwe R. 2000. Les données archéologiques récentes (1992-1995). In Barral i Altet X. La cathédrale du Puy-en-Velay. Paris : Skyra, p. 56-67.

Mérel-Brandenburg A.-B. (dir.) et al. 2009a. Programme collectif de recherche : le groupe cathédral du Puy-en-Velay (Haute-Loire). Le baptistère St-Jean. Rapport intermédiaire. Clermont-Ferrand : DRAC Auvergne/SRA.

Mérel-Brandenburg A.-B. (dir.) et al. 2009b. Programme collectif de recherche : le groupe cathédral du Puy-en-Velay (Haute-Loire). Le baptistère St-Jean. Rapport de synthèse 2005-2009. Clermont-Ferrand : DRAC Auvergne/SRA.

Parron-Kontis I., Reveyron N. (éd.) 2005. Archéologie du bâti : pour une harmonisation des méthodes : actes de la table ronde, 9-10 novembre 2001, musée archéologique de Saint-Romain-en-Gal (Rhône). Paris : Éd. Errance. 159 p.

Parron I., Reynaud J.-Fr. 1992. L’étude archéologique. In Collectif. Le prieuré de Saint-Romain-le-Puy-en-Velay. Saint-Étienne : Publ. de l’université de Saint-Étienne, p. 33-47.

Rivet B. 1988. Une ville au XVIe siècle. Le Puy-en-Velay. Cahiers de la Haute‑Loire, p. 50-53.

Thiollier N. 1904. Monographie de la cathédrale du Puy, manuscrit de l’architecte Mallay.

Annales de la Société académique du Puy (mémoires 1902-1903) 12, p. 157-191.

Vernin E. 2000. Une approche de l’édifice à travers la documentation et son architecture : l’archéologie du bâti. Nouvelles archéologiques. Du terrain au laboratoire. Revue d’Auvergne 554-555, p. 256-266.

Vernin E. 2003. Les bâtiments canoniaux du chapitre cathédral Notre-Dame du Puy-en-Velay. Un centre fortifié de vie communautaire, intellectuelle et de spiritualité (Xe-début XVIe siècle). [Thèse de doctorat : Histoire et archéologie : université Lumière Lyon 2].

Notes

1 Cette recherche a été faite dans le cadre d’un doctorat de 3e cycle sous sa direction, à l’université Lumière Lyon 2.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Le Puy-en-Velay : vue générale des bâtiments canoniaux depuis le nord (cliché : E. Vernin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 2 : Vue de la ville du Puy en 1607, par Martellange (gravure : Rivet 1988, p. 50-53).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 3 : Le Puy-en-Velay, aile orientale « Logis des clergeons » : relevé archéologique du mur 61 (relevé : E. Vernin, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3748/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 4 : Le Puy-en-Velay, aile nord, bâtiment B : relevé archéologique du mur 43 (relevé : E. Vernin, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3748/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 5 : Le Puy-en-Velay, aile orientale « Logis des clergeons » : relevé archéologique d’un emmarchement roman (relevé : E. Vernin, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3748/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 6 : Le Puy-en-Velay, aile orientale « Logis des clergeons » : relevé archéologique de baies romanes (relevé : E. Vernin, DAO : C. Frémiot-de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3748/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search