Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 3 : Les voies de la recherche en art et archéologie

Quelques réflexions récentes sur l’enceinte romaine du Mans

Jacques Biarne

Texte intégral

1Le Mans a la chance de posséder une enceinte datant de l’Antiquité tardive qui a défié le temps et n’a pas été démolie au XIXe siècle suivant une mode qui a sévi dans beaucoup de villes (fig. coul. 42). Elle est si bien conservée qu’on peut en retrouver le tracé sur sa quasi-totalité (13 000 m), avec une élévation conservée parfois jusqu’au chemin de ronde (8 m à 9 m).

2Curieusement, elle a suscité peu de travaux au XIXe siècle, mise à part une description très complète de l’abbé Robert Charles (Charles 1881a, 1881b). Au XXe siècle encore, nous n’avons que des notes partielles ou des études sur des secteurs très localisés. Les recherches n’ont commencé à être systématiques qu’à la fin du siècle. La raison en est sans doute que, couvert de lierre, le mur disparaissait derrière les maisons, au fond de courettes, masqué par des dépendances de toutes sortes, hangars, ateliers, débarras, cabanes de jardin. Ainsi apparaissait-il déjà à Camille Jullian lors d’une visite au Mans (conférence faite au Mans le 15 décembre 1913).

3Son dégagement, entrepris par la municipalité à la fin des années 70, essentiellement sur le côté ouest, a mis en évidence ce monument étonnant et provoqué un véritable engouement. Des érudits se sont alors mis à suivre les travaux le concernant, ce qui a entraîné de nombreuses découvertes. J’ai dirigé plusieurs chantiers de sauvetage et fait travailler des étudiants sur ces sujets. En 1992-1993, cette enceinte était le thème de mon séminaire à l’université du Maine. J’en avais fait la synthèse dans un article de Caesarodunum, paru un an plus tard, en hommage à Raymond Chevallier (Biarne 1994). Un de mes étudiants particulièrement actif, Joseph Guilleux, choisissait l’enceinte comme sujet d’une thèse d’histoire, qu’il soutenait en 1998 à l’université du Maine (Guilleux 1998) et publiait dans une version allégée sans les notes ni les relevés archéologiques, en 2000 (Guilleux 2000). Désormais, nous disposons de son ouvrage qui dresse un tableau complet de l’enceinte à cette date. Dix ans plus tard, on peut ajouter de nouvelles découvertes, compléter les réflexions et reprendre les hypothèses qui résultent de ces travaux. Il m’est agréable d’offrir ces quelques remarques à Jean-François Reynaud en témoignage d’amitié.

1. UNE CITADELLE MASSIVE

4Nous connaissions mal la ville du Haut-Empire dont le plan nous échappait en grande partie. Des découvertes récentes, en 2010 et 2011, sur le site des Jacobins mettent en évidence une trame urbaine orthogonale qui permet d’avoir désormais une vision d’ensemble de la cité romaine et de la place qu’a occupée l’enceinte réduite à partir de la fin du IIIe siècle.

5Cette enceinte enferme une surface grossièrement rectangulaire (500 m sur 190 m) qui couvre environ 9 ha. La courtine est bien conservée, surtout sur le côté ouest où elle se dresse sur 4 m à 5 m de haut, parfois jusqu’à 7 m et 8 m. Elle apparaît aussi, de façon plus discontinue, sur le flanc est. Sur les petits côtés nord et sud, elle est généralement masquée par des reprises médiévales qui couvrent la maçonnerie antique. En deux ou trois points, le mur s’élève jusqu’au chemin de ronde dont le parapet a disparu, mais dont le niveau est révélé par un chaînage exceptionnel de 7 lits de briques à 8 m environ au-dessus du sol. Ces hauteurs correspondent aux vestiges d’autres enceintes bien conservées de la même période, comme celles de Senlis, de Noyon, d’Orléans ou de Metz (Guilleux 2000, p. 142), et à la description de l’enceinte de Dijon par Grégoire de Tours (Historiæ, III, 19). Le monument est énorme : composée d’un blocage de béton blanc (chaux et sable, bourré de pierres) entre les deux parements, extérieur et intérieur, l’enceinte a une épaisseur de 4,20 m à la base qui diminue en hauteur jusqu’à 2,60 m (ce qui donne au mur un faux aplomb en retrait). Elle repose sur des blocs de grand appareil semi enterrés dont la partie visible est décorée d’un simple bossage. Cette base épouse les dénivellations du sol par des décrochements habilement masqués derrière les tours. Dans les terrains instables, des pieux de chêne enfoncés verticalement permettaient de stabiliser le sol sous les blocs. La masse de la maçonnerie de la courtine est de l’ordre de 45 000 m3.

6De plus, l’enceinte était flanquée de tours dont 27 sont actuellement connues : 19 subsistent dont certaines très bien conservées, 6 sont repérées par des arrachements et 2, mentionnées par un texte seulement. Elles sont assez régulièrement disposées sur le front ouest, mais de façon plus aléatoire sur les autres côtés pour lesquels nous sommes, il est vrai moins bien informés. Certaines sont pleines et disposaient sans doute d’une plate-forme supérieure ouverte, d’autres ont une salle au niveau du chemin de ronde, avec un étage et un cul-de-basse-fosse aveugle. Aucune n’est à cheval sur le rempart (comme à Senlis), le chemin de ronde passe toujours derrière, une porte ouvrant le cas échéant, sur une salle intérieure. Que leurs formes soient semi-circulaires, avec ou sans talon, outrepassées ou à pans coupés (deux sont hexagonales), les dimensions sont très voisines, entre 5,50 m et 6 m de débordement, pour une largeur de 7 m à 7,50 m (Guilleux 2000, p. 181-184). Ces dimensions donnent à la salle intérieure, éclairée par trois fenêtres, une superficie de l’ordre de 40 m2 à 45 m2. Certaines tours sont conservées jusqu’à 13 m ou 14 m, mais les parties les plus hautes ont été remaniées et les couvertures, quand il y en avait, datent de l’époque médiévale.

2. DE NOMBREUSES ISSUES

7On imagine aisément qu’un tel monument, construit dans le tissu urbain, a posé des problèmes aux habitants. Je ne parle pas ici de la nécessité de dégager le mur en avant et en arrière, mais seulement de la difficulté de la circulation, d’où l’importance des portes et des poternes. Une porte monumentale subsiste à l’est, sur le grand côté, protégée par un décrochement de la muraille. Elle était probablement la porte principale : elle se présentait comme un édifice de 16 m de large sur une douzaine en profondeur, avec trois passages, charretier au centre (largeur 3,90 m, hauteur 3 m) et piétons sur les côtés (largeur 2,70 m), ouvrant sur une salle centrale rectangulaire beaucoup plus haute divisée par deux arcades en trois parties correspondant aux trois accès. Cette salle communiquait avec l’intérieur de la ville par trois couloirs bouchés depuis le XIIIe siècle au moins. Une autre porte est mentionnée à côté de la porte de l’ecclesia, dans un texte du VIIIe siècle : « […] ad portam civitatis vel ad ostium suae sedis ecclesiae […] » (Vita S. Richmiri, p. 178). Elle ouvrait au nord sur le petit côté de l’enceinte. Des fouilles du XIXe siècle montrent qu’elle fut remplacée par une porte médiévale mieux fortifiée, avec une courtine en arc de cercle. À ces portes s’ajoutaient des poternes permettant une circulation plus aisée : on en connaît sûrement six, dont trois subsistent, une est mentionnée par les textes (Testamentum Bertichramini 1986) ; des vestiges permettent de restituer les deux dernières avec certitude (Guilleux 2000, p. 109-116). Au total, nous connaissons quatre ouvertures à l’ouest, une au nord et trois à l’est. D’autres existaient probablement sur la face est et surtout sur la face sud, que nous connaissons moins bien.

8Ces issues prouvent que la ville continue d’être active à l’extérieur du rempart, en dépit de traces archéologiques réduites. La construction de l’enceinte, puis celles des édifices religieux à partir du Ve siècle (au nombre de 17 au début du VIIe siècle) attestent la vitalité économique et sociale d’une ville dont les textes montrent l’importance, à quoi il faut ajouter l’existence des zones cimétériales. Il s’agit donc bien de la construction d’une citadelle (interprétation classique depuis : Roblin 1965), un quartier fortifié, et non du repli, d’une ville à l’intérieur de ses nouveaux remparts.

9Mais l’archéologie et les textes permettent d’aller plus loin. Les portes et poternes étaient liées à la trame urbaine orthogonale du Haut-Empire. Les découvertes récentes (en dernier lieu : Chevet 2011a, 2011b, 2011c) ont probablement des prolongements, avec des variantes, dans les fouilles plus anciennes de la Cité judiciaire et de la FNAC, du quartier des Filles-Dieu et de celui des Halles. L’ensemble de ces découvertes semblent indiquer que le plan de la ville classique était centré sur le ruisseau d’Isaac bordé par l’extrémité du plateau de Sargé d’un côté (butte du Vieux Mans à 75 m NGF) et le plateau de la place de la République de l’autre (60-65 m). Il est vraisemblable que la rue découverte l’an dernier sur une longueur de 65 m, orientée nord-ouest/sud-est, soit un decumanus secondaire de ce parcellaire urbain et que le cardo se situe à peu près dans l’axe du vallon. Au cours des différentes fouilles mentionnées ci-dessus, on avait remarqué les aménagements des versants : remblaiements, mur de soutènement, terrasses. La dernière fouille a révélé l’existence d’un bassin sur la rivière, peut-être pour en régulariser le cours.

10Ce que je suppose être un decumanus secondaire paraît avoir été une voie importante de 4,50 m de large, très fréquentée comme le montrent ses recharges successives, bordée de constructions sur solins et d’édifices maçonnés. Elle devait passer à la hauteur de l’actuel chevet de la cathédrale pour aboutir sur le haut de la butte, d’un côté, et passait un peu au sud des Arenæ, de l’autre. À la fin du IIIe siècle, l’architecte romain a tenu compte évidemment du decumanus et a du ouvrir une poterne lui correspondant. Mais les fouilleurs ne trouvent plus trace de l’entretien de la chaussée après le IIIe siècle. Cependant une rue, strada, apparaît dans un texte daté du 27 mars 616, le Testament de Bertichramnus, Bertrand, évêque du Mans de 586 à 623 :

11« Pene a michi in oblivine fuit positum, sed divina inspirante gratia memoravi viniolas secus arenas, juxta quod ipsas maxima de deserto recuperavi vel adunavi de ipsa arena usque ad strada, quod clausure ipsa circumcingit, quod ipsa sancta basilica domni Petri et Pauli praesenti tempore possidere videtur ; idemquei vineolas, pradela vel terraturium quod in dextera parte destrada est qui vadit ad Pontileugua […] » (Testamentum Bertichramini 1986, leg 25, p. 21).

12« Je l’avais presque oublié, mais grâce à l’inspiration divine, je me suis rappelé les petites vignes près des Arènes, celles à proximité de ce désert sur lequel je les ai récupérées en grande partie et réunies depuis cette Arène jusqu’à la rue empierrée (strada) qui tourne autour de ce même enclos que la dite basilique des saints Pierre et Paul possède présentement. De même les petites vignes, les petits prés et les terrains qui se trouvent à droite de la strada qui va à Pontlieue […] » (trad. J. Biarne).

13La strada du texte ne peut pas être le decumanus qu’on vient de découvrir, mais une rue venant de l’amphithéâtre (les Arenæ) qui contourne l’enclos de l’abbaye de la Couture (basilique des saints Pierre et Paul) pour obliquer vers Pontlieue. Cette strada n’est pas abandonnée et il est tentant de penser qu’au début du VIIe siècle, elle était reliée à la ville remparée par le decumanus, qui était donc encore utilisé. Notons que le paysage décrit est plus agraire qu’urbain, mais nous sommes à la périphérie de la ville.

14Quant à la poterne, l’évêque Bertichramnus donne les précisions suivantes dans le même leg 25 (ibidem p. 21-22) :

15« Perfeci scilicet domum, quae infra muros, in dextra parte de posteriola, meo opere aedificavi, ubi oratoribus [oratoriolus] ln honore sancti Michaelis archangeli constructus est. » « J’ai achevé la maison que j’avais édifiée à l’intérieur des murs à droite de la poterne où est construit l’oratoire en l’honneur de saint Michel Archange. » (trad. J. Biarne).

16Et au IXe siècle, commentant ce passage, le rédacteur des Gesta sancti Bertichramni donne le détail des édifices qu’il a sous les yeux (Actus Pontificum 2002, p. 61) :

17« […] dum in aecclesia sancti Michaelis infra urbem iuxta praedictam matrem aecclesiam in quadam turre ipsius civitatis constructa, pervigilans in oratione erat […] » ;

18« […] alors qu’il était en prière veillant dans l’église S. Michel construite dans la ville à proximité de la cathédrale dans une tour de la cité […] » (trad. J. Biarne).

19Au chevet de l’église mérovingienne, il y avait donc plusieurs bâtiments appartenant à l’Église, proches d’un oratoire Saint-Michel installé dans une tour à droite d’une poterne. Où était exactement cette poterne ? La tradition érudite donne à une tour, démolie au XVIIIe siècle, le nom de Saint-Michel où l’on situe la chapelle mentionnée par l’évêque. Nous avons retrouvé la partie basse de cette tour qui est hexagonale, au sud du chevet de la cathédrale actuelle, par contre aucune trace de la porte « à droite » n’a été décelée. Les arrachements d’une autre tour ont été repérés par J. Guilleux, le long de l’actuel chœur gothique. Pour le construire, les chanoines avaient obtenu de Philippe Auguste l’autorisation d’arraser le rempart romain. Il est possible que le nom attribué à la tour Saint-Michel soit le fruit d’une tradition érudite moderne sans fondement ancien. La tour récemment repérée serait celle de l’oratoire Saint-Michel et la poterne serait alors à chercher sous le chœur du XIIIe siècle et non au sud.

3. BEAUTÉ DE L’ENCEINTE

20L’enceinte a été construite avec soin et le souci de la décorer. J. Guilleux a bien montré qu’elle avait été élevée à partir de points forts (porte, tour d’angle etc.) par des équipes d’ouvriers travaillant en vis-à-vis à élever un parement qui servait de coffrage à la maçonnerie intérieure. La finition était sans doute assurée à partir d’un modèle, un carton, par des ouvriers spécialisés, avec les joints tirés au fer. La durée de la construction dépendait du nombre d’équipes au travail et donc, en fin de compte, des capitaux investis et pouvait varier considérablement.

21Quant au décor, deux remarques préliminaires s’imposent : il n’apparaît que sur la face externe des remparts. Il est donc destiné à l’extérieur, à promouvoir une certaine image de la ville. La face interne n’a que des arases de briques pour assurer l’horizontalité des rangs de moellons. Ensuite il faut noter que peu d’enceintes sont décorées, J. Guilleux en relève cinq autres cas qui n’ont ni la beauté ni l’ampleur du décor du Mans : Nantes, Rennes, Senlis, Sens, Dax, (Guilleux 2000, p. 218-222). Mais il est vrai que beaucoup d’enceintes sont ruinées et mal connues. Le cas de Cologne est à part, avec un décor beaucoup plus riche et varié, mais il s’agit d’une ville plus importante, plus riche avec une enceinte peut-être d’une autre époque.

22Au Mans, le front ouest a été particulièrement soigné, probablement parce qu’il était le plus visible, placé à la limite de la ville antique, à l’arrivée des itinéraires d’Armorique et de Lyonnaise seconde (la Normandie). En dépit du bon état de conservation des maçonneries qui a permis de dresser le tableau des types de frises utilisés, il est difficile d’avoir une vue d’ensemble des 500 m de panneaux qui décoraient la face ouest de l’enceinte. Dans une tonalité globale rouge due au mortier rose et aux arases de briques, les panneaux présentaient des frises en brun foncé et blanc. J. Guilleux a répertorié quatorze motifs différents permettant de créer une grande variété de panneaux. Ils pouvaient changer peut-être tous les 120 m à 130 m, soit trois ou quatre ensembles. Mais ce n’est qu’une hypothèse car le panneau le mieux conservé se trouve au nord et le détail se perd ensuite plus ou moins. À l’origine, le résultat était évidemment magnifique quand on voit la beauté de ce qui reste aujourd’hui, malgré les mutilations et l’usure du temps. On l’avait remarqué depuis au moins le XVIIe siècle : « Bourges, Lyon, Le Mans avec Limouges/Furent autrefois les Quatre villes rouges » (cité par : Du Chesne 1629).

23On se pose ainsi la question de la signification de cette muraille. Elle a une valeur militaire certaine par ses structures, son poids, ses fermetures, mais sa position topographique est faible, notamment sur le flanc nord où elle est en contrebas du plateau de Sargé. Au XIe siècle, Guillaume le Conquérant fera construire, sur l’ancien fossé qui barrait l’éperon à l’époque préhistorique, une défense avancée sur une motte artificielle, le « Donjon ». Sur les autres faces, le rempart enveloppe la butte du Vieux Mans parfois sur la ligne de crête, parfois à mi-pente, voire au bas de celle-ci. Des fouilles des années 90 ont révélé l’existence d’une contrepente sur la partie nord de la face ouest : sur 130 m, le mur a été construit au fond d’un fossé de 3 m de profondeur environ. La présence de deux poternes (de Gourdaine et du Tunnel) a entraîné une voirie qui utilisait un passage encaissé, creusé dans la contre-pente. Cette disposition limitait évidemment la valeur défensive de la courtine.

24Si elle n’a qu’une valeur militaire médiocre, sa fonction était probablement de représentation, c’est-à-dire politique. De l’époque hellénistique aux débuts du christianisme, l’enceinte reste, dans le monde antique, le symbole de l’existence et de l’indépendance d’une cité. Il est donc normal que la construction en ait été soignée et qu’on ait cherché à mettre en valeur ses principaux éléments. Quelle fut l’occasion de cette construction ? On doute du passage des Barbares dans l’ouest de la Gaule, mais il ne faut pas oublier que le IIIe siècle a été secoué par la révolte des campagnes, des jacqueries contre les centres urbains, la Bagaude, et nous savons qu’elle a été vive dans la vallée de la Loire voisine. La chronologie montre que l’enceinte a été construite après la crise du IIIe siècle, pour affirmer la puissance retrouvée de l’État. La richesse de sa décoration veut prouver le maintien des élites face aux habitants des campagnes qui font vivre la civitas, mais sont exclus, de fait, des avantages de la vie urbaine. Le décor de l’enceinte du Mans a donc une signification politique et sociale, il confirme que l’Antiquité tardive reste une civilisation aristocratique de la cité. Encouragés sûrement par l’État, les auteurs de cette véritable propagande sont évidemment les élites locales, ce qui devait avoir des conséquences sur le financement (Biarne 1998, p. 53). Il est difficile d’en dire plus. La construction de l’enceinte du Mans à la fin du IIIe siècle est le début d’un programme de restauration et de pérennité de la cité et de l’État. Le décor manifeste une volonté politique et l’affirmation de l’autonomie municipale. Encore récemment, la municipalité a utilisé comme représentation de la ville, la photographie d’une tour de l’enceinte pour faire une campagne de publicité en région parisienne ! Ainsi, à la fin du XXe siècle, les édiles n’ont pas trouvé d’image plus représentative de la ville que celle de l’enceinte édifiée 17 siècles plus tôt, à la fin du IIIe siècle, par leurs lointains prédécesseurs, qui cherchaient déjà à symboliser leur cité et en montrer sa splendeur !

25Ces quelques remarques montrent que de nouvelles trouvailles archéologiques peuvent affiner nos connaissances et nos réflexions tant pour la connaissance de la ville, de son environnement que de son enceinte. Depuis les années 60, débuts des observations archéologiques au Mans, il est intéressant de constater les progrès accomplis. Il est seulement dommage qu’après un engouement auquel avaient participé les autorités municipales, le maire actuel soit obnubilé par le seul coût des fouilles et ne s’intéresse plus à l’histoire ancienne de la cité. Une ville s’enracine dans son passé le plus récent comme le plus ancien, surtout quand celui-ci est étonnamment moderne et aussi présent dans la vie quotidienne. Ces dernières informations et leurs interprétations entrent aussi dans une réflexion plus générale sur l’évolution des cités antiques, surtout à partir du IIIe siècle, comme le montrent les recherches dans les cités voisines. Un temps marqué par la construction d’une enceinte aussi importante et aussi soignée ne peut être une période de déclin économique, ni de recul démographique ou social. L’Antiquité tardive est bien à l’origine des villes médiévales et modernes.

Bibliographie

Bibliographie

Sources

Actus Pontificum 2002. Actus Pontificum, Gesta Betichramni. In Weidemann M. (éd.). Geschichte des Bistums Le Mans von der Spätantike bis zur Karolingerzeit, Actus pontificum cenomannis in urbe degentium und gesta Aldrici. Monographien des Römisch-germanisches Zentralmuseums Mainz 56, Forschungsinstitut für Vor-und Frühgeschichte, p. 31-113.

Grégoire de Tours 1993. Krusch B., Levison W. (éd.). Historiæ, III, 19. Monumenta Germanica Historia, Scriptores rerum Merovingicarum 1, 1. Hanovre, 1951. Réimp. 1993, p. 507.

Testamentum Bertichramni 1986. Testamentum Bertichramni. In Weidemann M. (éd.), Das Testament des Bischofs Berthramn von Le Mans vom 27. März 616. Untersuchungen zu Besitz und Geschichte einer fränkischen Familie im 6. und 7. Jahrhundert, Monographien des Römisch-germanisches Zentralmuseums Mainz 9, Forschungsinstitut für Vor-und Frühgeschichte, p. 7-49.

Vita S. Richmiri. Vita S. Richmiri (BHL 7246), éd. AA SS, Jan. II.

Études

Biarne J. 1994. L’enceinte romaine du Mans. Un témoin de la politique urbaine du Bas-Empire en Gaule. In Mélanges offerts à R. Chevallier. 2. Histoire et archéologie. 1. Tours : Centre de recherche A. Piganiol, p. 169-187.

Biarne J. 1998 : L’image de la ville antique dans l’espace urbain contemporain : l’exemple du Mans. In Ménard M., Duprat A. (éd.). Histoire, images, imaginaires (fin XVe-début XXe) : actes du colloque international des 21-23 mars 1996 tenu à l’université du Maine. Le Mans : université du Maine, p. 49-61.

Charles R. 1881a. Le vieux Mans. Revue historique et archéologique du Maine 9, p. 107-145, p. 250-267.

Charles R. 1881b. Le vieux Mans. Revue historique et archéologique du Maine 10, p. 325-358.

Du Chesne A. 1629. Les Antiquités et recherches des villes, châteaux et places plus remarquables de toute la France. Paris : Éd. de La Ruelle.

Chevet P. 2011a. Les fouilles archéologiques au Mans, la vie avant la ville. Maine-Découvertes 67, p. 2-15.

Chevet P. 2011b. Les fouilles archéologiques au Mans, trouvailles imprévues. Maine-Découvertes 70, p. 3-10.

Chevet P. 2011c. Les fouilles archéologiques au Mans. L’archéologue 115, p. 8-9.

Guilleux J. 1998. L’enceinte romaine du Mans. [Thèse : université du Maine].

Guilleux J. 2000. L’enceinte romaine du Mans. Saint-Jean-d’Angély : Bordessoules. 268 p.

Roblin M. 1965. Cités ou citadelles ? Les enceintes romaines du Bas-Empire d’après l’exemple de Senlis. Revue des études anciennes 67, p. 368-391.

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search