Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 2 : L'organisation de l'espace religieux au Moyen Âge

Le prieuré Saint-Pierre de Vagnas (Ardèche) et la politique territoriale de l’abbaye de Cruas

Joëlle Tardieu

Texte intégral

1Le prieuré situé au lieu-dit Le Monastier sur la commune de Vagnas, au sud du département de l’Ardèche, apparaît dans une charte de Cluny du XIIe siècle (Charrié 1979, p. 354, Villa Vanniacum). Il est dans la dépendance des bénédictins de Cruas, abbaye d’origine carolingienne située dans la moyenne vallée du Rhône, sur la rive droite du fleuve.

  • 1 Urbain Thévenon entreprit la fouille en ces lieux où depuis les années 40, les agriculteurs exhumai (...)
  • 2 L’abbaye de Cruas (Ardèche) : un site et une architecture agents de propagande du milieu réformateu (...)

2Les vestiges du prieuré ont été fouillés à partir de 1961 par la Société d’études et de recherches archéologiques et historiques de Vagnas (SERAHV)1. Puis, dans le cadre d’une thèse2 commencée sous la direction de Jean-François Reynaud, à ce jour inachevée, nous avons repris les données de cette fouille avec des campagnes de relevés et une étude du bâti (Tardieu 1999).

1. SITUATION, SITE ET HISTORIQUE

3Vagnas occupe la bordure sud du plateau crétacé d’origine récifale du sud-est du Bas-Vivarais, coupé par les gorges de l’Ardèche. Le site religieux est implanté dans une dépression argilo-calcaire, traversée par une source pérenne qui coule en avant de l’église et se jette en contrebas dans le Rieusset, affluent de l’Ardèche.

  • 3 L’emplacement d’origine du milliaire sud XXXIII, conservé au musée de Nîmes, n’est pas localisé ave (...)

4Le site aujourd’hui isolé est occupé depuis la Préhistoire. Autour de cette source et le long de la voie Nîmes-Valence s’est développé un habitat gallo-romain de type villa (?) [Fraisse 2001]. Le prieuré, construit en contrebas de la voie antique3, qui se prolonge sur plusieurs kilomètres, reste à l’écart du carrefour où s’est développé le bourg castral de Vagnas et son église (fig. coul. 39).

5Cette région est à la jonction des territoires protohistoriques des Volcae Areonici et des Helviens, puis des cités de Nîmes et d’Alba dont les limites – pas parfaitement définies – seront reprises par les diocèses de Viviers et d’Uzès. Ce flou politique perdura, car il est impossible d’affirmer si cet espace était dans la Bourgogne, le Royaume d’Arles ou dans le Saint-Empire. Serait-ce l’une des raisons de cette implantation religieuse ancienne ?

1.1. UNE FONDATION CAROLINGIENNE

6Son origine carolingienne est attestée par la pierre épitaphe du vicomte Malbertus (fig. 1), retrouvée en 1972 remployée « dans le pilier est du portail de l’église » (SERAHV 1972, 3, p. 5-6). Rédigée dans « un latin au vocabulaire recherché, mais plein de barbarismes » (Saint-Jean 1973a, p. 5 ; 1977), elle est datée par l’épigraphie de la fin du Xe siècle par Henri Desaye qui la traduit comme suit : « […] dans ce tombeau se trouve le corps de Maubert, noble et vicomte […] lorsque j’étais dans les honneurs du siècle j’ai fait construire en ce lieu vénérable un monastère en l’honneur du Christ et de la règle de saint Benoît et lorsque j’eus achevé [tout cela] ma volonté me poussant à abandonner ce siècle misérable inique et cupide et dans le monastère de Cruas j’ai fait tondre la chevelure de ma tête pour l’amour du Christ j’ai vécu ensuite […] » (la pierre est cassée).

7Cette inscription associée à une sépulture (« dans ce tombeau ») commémore l’aspect privé du lieu et de l’acte de Maubert : se faire inhumer en milieu monastique permet de bénéficier du rôle d’intercesseur privilégié dont jouit le moine (Treffort 1996, p. 94-101). Mais la fondation accompagnée ici du droit de sépulture est avant tout un acte privé (« j’ai fait construire »), à replacer dans le mouvement de la réforme carolingienne. Car la fondation n’est pas une chapelle privée ou familiale, c’est « un monastère ». Ce terme évoque l’existence d’une communauté religieuse sous la conduite d’un abbé et d’une règle dans des bâtiments spécifiques : or la fouille n’a livré que des structures romanes et du mobilier liturgique carolingien en remploi.

Fig. 1 : Prieuré de Vagnas : la pierre-épitaphe de Maubert (cliché : M. Laforgue).

8En ce début du texte, il n’y a aucune mention de filiation à une abbaye-mère : Vagnas est une création privée, non dotée où le vicomte, devenu entre temps clerc à Cruas (« dans le monastère de Cruas j’ai fait tondre la chevelure de ma tête pour l’amour du Christ »), revient se faire enterrer. Le monastère de Vagnas ne semble destiné qu’à honorer la mémoire de son fondateur. Pourtant Maubert écrit qu’il sera sous « la règle de saint Benoît », allusion ambiguë mais directe à la réforme carolingienne engagée sous Benoît d’Aniane. Pour Maubert, c’est la justification suprême de sa création et l’affirmation de son statut. Pourquoi insister, dans le cadre d’une fondation privée, sur son adhésion à la réforme ? Vagnas, comme Cruas se trouvent dans la zone sous l’influence de l’abbaye d’Aniane et du futur Louis-le-Pieux où après les conciles de 814, les monastères suivent la règle bénédictine (Donzère, Goudargue, Saint-Thibéry…) et l’affirmation de l’observance précoce de la regula benedicti est le gage de leur fidélité à l’Empereur et à sa politique religieuse.

9Quel est le statut des terres sur lesquelles a lieu la fondation : est-ce le cadre du comté ou les possessions d’un grand propriétaire ? Seules indications, ses titres (« noble et vicomte ») et le rappel « lorsque j’étais dans les honneurs du siècle » qui mettent en avant sa fonction publique. Il se nomme Malbertus, nom qui n’apparaît dans aucun autre acte, mais ce type de mention est souvent un fait isolé et la petite aristocratie locale reste mal connue. Il se dit « vicomte », titre fréquent au XIe siècle, plutôt que « vicaire ». Quels sont ses liens avec les comtes du Vivarais, fondateurs de l’abbaye de Cruas ?

10Avec sa fondation, Maubert prend des dispositions d’ordre personnel pour assurer son propre salut (« j’ai fait tondre la chevelure de ma tête pour l’amour du Christ. »). Cette tonsure marque son entrée dans la cléricature, mais n’est pas pour autant une prise d’habit. Bien que le texte soit coupé, il vit après sa tonsure (« j’ai vécu ensuite […] ») apparemment retiré « dans le monastère de Cruas », abbaye réformée. Sa retraite légitime sa démarche, donc sa fondation et fait entrer Vagnas sous forme de dot dans les biens de l’abbaye de Cruas qui pourra alors en revendiquer la possession et asseoir dans cette zone éloignée sa présence et la réforme.

11Enfin, le lieu choisi est dit « vénérable » : est-ce une allusion à une occupation ancienne ou au statut de la source… ? L’étude archéologique apporte une autre proposition.

1.2. CE TEXTE EST-IL D’ÉPOQUE CAROLINGIENNE ?

12Hormis cette inscription, la première mention connue de Vagnas est du XIIe siècle. La présentation de la pierre dans le musée municipal en 1997 fut l’occasion d’en reprendre l’étude. Tout d’abord, le texte n’apparaît pas comme étant gravé par la même main : dans la partie supérieure, pour former les lettres, le graveur a éclaté la surface de la pierre en un seul biseau ; dans la partie inférieure, la graphie est de meilleure qualité, toutes les lettres sont en double biseau et les extrémités pâtées. Le début du texte emploie des contractions (COMTiE où le petit i entre le T et le E semble rajouté) et des tildes. Ces derniers sont rares dans la seconde partie où les I sont parfaitement gravés. Or le changement de main s’opère dans le texte au niveau de la mention du « monastère de Cruas ».

  • 4 « […] considérant à quel point le siècle présent est vain, si instable que personne ne peut vivre l (...)

13Par ailleurs, la graphie, les termes employés et les tournures reprennent des éléments utilisés à l’époque carolingienne. Le début du texte, comme d’autres épitaphes s’inspire de l’incipit de celle de Charlemagne : « sub hoc conditorio situm est corpus Karoli Magni […] » (Favreau 1990, p. 152 ; Michaud et al. 1999, p. 178-181, note 207). Mais R. Favreau signale que si « l’épithète venerabile est fréquente chez Alcuin, Paul Diacre […] » (Favreau 1990, p. 153) et dans les épitaphes de l’époque carolingienne inspirée du Liber pontificalis romain, le terme de conditorium est toujours utilisé au XIe siècle (ibidem p. 152, note 11). Et l’épithète venerabile, qui qualifie plus une personne qu’un lieu, peut-elle s’appliquer à un laïc converti sur le tard ? Enfin, le texte, certes tronqué, ne comporte aucune invitation à la prière (Treffort 1996, p. 126). Le ton et les formulaires employés (« ma volonté me poussant à abandonner ce siècle misérable, inique et cupide »), le fait pour un noble de se retirer dans la familia monastique jugée seul havre où trouver « tranquillité et sécurité », stabilité et refuge… sont autant d’éléments qui, trop insistants, sonnent faux. Ils rappellent les formulaires du cartulaire de Saint-Victor de Marseille, rapportés par Paul Amargier4 dans son étude sur la mentalité monastique au XIe siècle (Amargier 1972, p. 417).

14La mise en exergue des éléments indispensables pour corroborer l’ancienneté du lien avec Cruas attire également le doute : mention de l’abbaye-mère, observance précoce de la règle de saint Benoît… et l’identité du donateur qui, malgré « les honneurs du siècle », demeure inconnu de l’Histoire et qui, comme les hommes du XIe siècle, renonce à ses fonctions pour « finir ses jours dans l’humilité de la vie monastique » (Amargier 1972, p. 417). Maubert ne serait-il pas l’alibi permettant à l’abbaye de Cruas alors engagée dans la réforme grégorienne, de revendiquer l’ancienneté de ses droits dans cette zone stratégique ? Bien sûr, ce demi-faux ne remet pas en cause l’existence en ces lieux d’un édifice religieux dès l’époque carolingienne (Tardieu 1998-2005).

Fig. 2 : Prieuré de Vagnas : plan général des vestiges (relevé et DAO : Fr. Bréchon, 1998 ; DAO : Y. Montmessin, 2012).

1.3. L’ÉPITAPHE DE MAUBERT, UN « VRAI-FAUX » DU XIe SIÈCLE ?

15Si le rôle de Maubert dans la diffusion de la réforme carolingienne reste difficile à saisir, celui de l’abbaye de Cruas nouvellement réformée et promotrice de la réforme grégorienne est plus tangible : au XIe siècle, le rattachement de prieurés du diocèse de Grenoble à l’abbaye finance la reconstruction de son abbatiale dont l’autel est consacré par Urbain II en 1095. Elle est alors totalement impliquée dans la réforme. Le rattachement à Cruas d’un établissement à Vagnas pourrait dater de cette période faste et militante : le complément du texte de Maubert marque par son insistance, l’ancienneté de sa présence en ce lieu géographiquement stratégique. Il insère Vagnas dans son réseau prieural qui maille déjà les voies de communications du Dauphiné, Vivarais et moyenne vallée du Rhône.

2. LES VESTIGES

2.1. LES VESTIGES D’ÉPOQUE CAROLINGIENNE

16Des vestiges d’époque carolingienne ont été retrouvés en remplois dans les fouilles anciennes, mais pas de structures en place, à l’exception peut-être de deux assises en moyen appareil relevées en façade. C’est d’abord une table d’autel couverte d’une centaine de mots dont une trentaine de noms incisés d’origines latine, wisigothique et franque ; ceux d’abbas, de prieurs, de prêtres et de lévites se superposent et se recroisent. Datée des IXe-Xe siècles, elle est comparable aux autels carolingiens étudiés par Cécile Treffort (Treffort 1996 ; 2007, p. 63). Ce sont aussi des fragments lapidaires décorés d’entrelacs qui ont reçu des graffiti postérieurs et qui pourraient avoir appartenu à un chancel. Ils étaient remployés dans des piliers et le sol de tuileau du chœur. C’est enfin l’une des deux parties du couvercle du sarcophage de Maubert décoré d’entrelacs gravés, avec un début d’exécution sculptée.

Fig. 3 : Prieuré de Vagnas : la nef, vue depuis l’ouest vers le chœur, abside et socle de l’autel (cliché : J. Tardieu).

17L’étude du matériel issu des fouilles anciennes est à peine engagée ; si d’autres pièces carolingiennes sont encore à identifier, aucune n’a été trouvée in situ. La recherche est à poursuivre et l’édifice carolingien à trouver.

2.2. LES VESTIGES DE LA PRIORALE ROMANE

18L’édifice au plan cruciforme très marqué (fig. 2) se compose d’une nef courte et unique à deux travées (9 m x 3,90 m), aux dimensions moindres que celles du large transept (10 m) très saillant qui précède un chœur proéminent.

    • Les bras du transept (fig. coul. 39) sont d’inégales dimensions : les plans, les directions des ressauts de fondations et les épaisseurs varient et les retombées inégalement réparties attestent une chronologie complexe. Le triple ressaut et le plan en T des retombées révèlent que les parements latéraux étaient renforcés par une arcature aveugle. Le bras sud s’ouvre sur un espace méridional (espace claustral ?) perdu. À l’époque moderne, ce bras est décaissé et fermé, créant, avec l’absidiole à laquelle un escalier sommaire donnait accès, un espace isolé (sacristie, espace reliquaire ou chapelle ?) qui accueille des sépultures.

    • L’édifice se termine à l’est par un vaste chevet aussi volumineux que la nef. Il comprend une longue abside polygonale à l’extérieur, cantonnée de deux chapelles latérales de plan rectangulaire (fig. 3). Elle est précédée d’une longue travée droite où deux passages ont été tardivement percés vers les absidioles. On accède à son sol de tuileau par trois degrés de pierre (remplois carolingiens dont la table d’autel à graffiti). Son élévation, quand elle est conservée, est soignée : des blocs de modules irréguliers en remploi sont assemblés en assises dont les épaisseurs varient selon l’approvisionnement. Elle est profondément fondée sur un massif empâté qui remploie des dalles de voie antiques.

    • L’appareil de moellons grossiers « à pierre vue » de la chapelle latérale nord est en élévation solidaire de celui de l’abside. Mais son soubassement présente un décrochement qui vient buter contre celui de l’abside. Ce dernier est un massif ancien, remployé pour asseoir l’abside polygonale qui fait partie avec les annexes latérales à fond plat, du projet roman. Des sépultures, tombes en lauses anthropomorphes et orientées, se répartissaient postérieurement autour du chevet.

    • Les délimitations liturgiques des trois zones consacrées à la célébration des offices sont marquées (fig. 3) : c’est le sanctuaire à l’entrée duquel était implanté l’autel majeur dont le socle maçonné est conservé. Ce massif parallélépipédique (110 cm x 80 cm x 100 cm) soutenait une table monolithe et précède la travée droite à l’entrée de l’abside. Pris (ou antérieur ?) dans un sol de tuileau incliné vers l’est (Thévenon 1969, p. 6), ses parements sont recouverts de deux enduits qui se retournaient sur ce sol (SERAHV 1974, p. 6) ; puis le presbyterium limité à la travée droite ; et la croisée du transept et ses deux bras qui forment un chœur conséquent, mais aux dimensions néanmoins modestes. Or ces parties orientales dans leur plan, les épaisseurs de murs et la répartition des volumes n’ont rien du type bénédictin échelonné que le rattachement précoce à l’abbaye de Cruas laisserait supposer. Ce plan est plus proche de ceux d’un mausolée ou d’édifices de plan centré affectés au culte des martyrs.

    • Les épais murs gouttereaux (1,10 m en moyenne) de la nef, aujourd’hui déchaussée, portent des pilastres à dosserets (fig. coul. 41) : ils étaient animés d’arcatures aveugles latérales qui retombaient, par l’intermédiaire d’un tailloir biseauté, sur un ressaut interne de fondation ou un mur bahut. La nef était couverte d’une voûte soutenue par un arc doubleau à simple rouleau reposant sur un pilastre. Un arc, de même structure et de même profil, ouvrait sur la croisée. Sur le revers de la façade, les retombées sont à doubles ressauts au nord et simple au sud. Dans un premier temps, un arc transversal soutenait la voûte à l’ouest. Il n’a pas été remonté lors de la reconstruction de la voûte écroulée qui a engendré, dans la travée occidentale, la reprise totale du mur gouttereau sud, de l’angle sud-ouest et du retour en façade. On descend dès lors dans la nef décaissée depuis la façade occidentale par un escalier frontal (fig. 4).

Fig. 4 : Prieuré de Vagnas : la nef, vue depuis l’est, vers la façade occidentale (cliché : J. Tardieu).

2.3. LE TOMBEAU DU VICOMTE MAUBERT

19Le sarcophage dit du vicomte Maubert, reconnu et vénéré comme le fondateur du monastère carolingien, était conservé dans la croisée du transept. C’est une cuve monolithe, anthropomorphe, fermée par deux sections de couvercle (SERAHV 1975, p. 15 ; Tardieu 1999) ; la partie supérieure porte un décor d’entrelacs ; la partie inférieure est couverte d’une dalle recoupée, aux inscriptions tronquées : « […] me fecit » ; et l’avertissement du festin de Balthazar rapporté par le prophète Daniel (Daniel 5) : « […] mane tezel fares » (… pesé, compté, divisé). Ce dernier morceau, un remploi, évoque un remontage postérieur, mais pas daté, de la sépulture. Ce phénomène s’observe au XIe siècle sur d’autres sarcophages comme à Souvigny (Chevalier, Maquet 2003).

  • 5 Dans l’abbaye de Cruas, le tombeau d’Adhémar de Poitiers, comte de Valentinois était installé sur l (...)

20Ce sarcophage fut installé tardivement dans sa fosse à l’entrée du bras nord du transept, au pied d’un mur qui ferme en partie ce dernier en ménageant deux accès latéraux. Le couvercle, sous le niveau du sol, était invisible. Le mur totalement et maladroitement restauré, pouvait être couvert d’un décor qui participait à la mise en scène. Comme à Cruas5, ce tombeau, installé dans le chœur monastique (Treffort 2005), participait à la liturgie et atteste la reconnaissance par les religieux du rôle de fondateur et de bienfaiteur de Maubert qui init ses jours à Cruas. Un culte et une vénération particulière étaient-ils attachés à ce tombeau ? Il a attiré, dans la partie sud de la croisée, en avant des vestiges de moules de cloches et des fonds baptismaux, quatre sépultures en pleine terre orientées. Une autre, également orientée, était installée à l’entrée de l’absidiole nord, dans l’alandier d’un troisième moule de cloche.

3. ANALYSE ARCHITECTURALE

3.1. MISE EN ÉVIDENCE D’UN ÉDIFICE ANTÉRIEUR

21Les murs de la priorale sont montés en blocs calcaires de grands modules donnant une impression d’homogénéité qui ne résiste pas à l’analyse. Les modes d’assemblages attestent les deux états distincts. Une première série bien appareillée, aux joints sciés et scellés par le calcin, est en place. Dans la seconde, les mêmes blocs sont en remplois comme l’attestent les joints épais, les arêtes épaufrées, les retailles échancrées, les moellons empilés joints sur joints pour réaligner les assises avant un collage et les cales ajustant la pose d’un bloc pré-taillé (fig. coul. 40). Les noyaux des pilastres des retombées de la nef sont rhabillés de placages contemporains de la seconde série. L’édifice roman est donc en partie construit sur les restes d’un premier édifice en grand appareil. Il en remploie les structures (plan cruciforme, fondations, élévations…) pour les parties orientales et les matériaux récupérés in situ pour le développement occidental (fig. coul. 41). Ceci explique les anomalies du plan et l’impression d’homogénéité que donne le bâtiment roman. Quelle était l’affectation de ce premier édifice que l’appareil, les modules, les modes d’assemblages (joints sciés) et les techniques de tailles utilisées (tailles en éventail ou en arêtes de poisson…) qualifient d’antique ? On pense bien sûr à un mausolée édifié en bord de voie et à quelques mètres ou dans une villa. Est-ce le « lieu vénérable » mentionné par Maubert et choisi par lui pour une fondation où reposer ? Et pour qui était-il vénérable ? Mais ce peut être également un édifice de culte lié à la présence proche de la source, aujourd’hui dite « fontaine des moines ».

3.2. RESTITUTION DU VOÛTEMENT DE LA CROISÉE DU TRANSEPT

22À l’étude des relevés, le plan de la croisée semble être carré, mais les sections des quatre retombées d’angles ne sont ni symétriques ni identiques. L’ensemble est ici encore hétérogène suite au remploi de structures anciennes (fondations et/ou élévations) : variations dans les alignements entre la travée droite et la nef, épaisseurs des murs nord et sud de la travée droite, largeurs différentes des ouvertures des arcs de la croisée et nombre des retombées des piles qui ne sont triples qu’au nord-est et au nord-ouest. La chronologie de ces différents systèmes de voûtement sera à affiner avec les relevés en plan qui ne sont pas réalisés : la croisée avait-elle une coupole montée, malgré les asymétries sur deux arcs en encorbellement ou une structure auto-porteuse de type croisée d’ogives ? Le chœur monastique et la croisée étaient-ils surmontés d’un clocheton, édicule justifié par le statut prieural ou, de manière plus générale, monastique de l’établissement ?

3.3. ADJONCTION D’UNE TOURELLE MÉRIDIONALE HORS-D’ŒUVRE

23Le relevé en plan réalisé sur le secteur de l’ouverture, percée dans le bras sud du transept, montre des aménagements successifs et un changement d’affectation. Cette porte qui se fermait de l’extérieur mettait en communication l’église et des parties méridionales du monastère (espace claustral ?), disparues sous un colluvionnement venu se bloquer contre le flanc sud de l’église. Cette ouverture a été réaménagée pour donner sur une annexe de plan carré, très surélevée par rapport au niveau de circulation du bras sud. Les relevés y justifient l’hypothèse d’un escalier donnant accès à un clocher (fig. 5) auquel on accédait, comme en l’abbatiale de Cruas ou à la cathédrale de Sisteron, par un aménagement de type escabeau.

Fig. 5 : Prieuré de Vagnas : les vestiges du clocher (cliché : J. Tardieu).

3.4. ÉVOLUTION DU STATUT DE LA PRIORALE

24Les bâtiments regroupés au nord autour d’un espace centré évoquent un cloître. Le désaxement de l’ensemble par rapport à l’église est le signe d’une construction en deux temps. L’espace claustral roman a été transféré depuis le sud, après sa disparition au cours d’un épisode humide. Mais si le caractère monastique de cet établissement persiste, des indices laissent entrevoir une évolution de son statut vers celui de paroissiale : construction d’un clocher conséquent qui marque le paysage, trois moules à cloches, installation de fonds baptismaux à l’entrée du chœur monastique et développement d’un cimetière qui s’organise au chevet en fonction du nouvel espace claustral. De plus, l’adjonction d’un escalier axial occidental, pour descendre dans les parties laïques de la nef décaissée, met en valeur les espaces liturgique et monastique qui se trouvent ainsi surélevés (fig. 4). Cette évolution du prieuré Saint-Pierre de Vagnas est comparable à celle de l’abbaye-mère de Cruas qui, vers la fin du XIIIe siècle, devient paroissiale et se dote, à l’emplacement de la travée occidentale de son abbatiale, d’un vaste clocher-porche.

4. CONCLUSIONS PROVISOIRES…

25L’étude de ce bâtiment est toujours en cours, mais plusieurs acquis permettent ici une première présentation : la mise en doute de la totale authenticité de la pierre-épitaphe du vicomte Maubert, la mise en évidence d’un noyau antique (mausolée de villa, édifice de culte lié à la présence d’une source…) et, à partir de l’analyse des parements et des appareils, du remploi systématique dans les parties romanes des matériaux de l’édifice antique épierré. Ajoutons l’hypothèse du transfert des parties conventuelles du sud vers le nord après un violent épisode humide, qui pourrait engendrer une importante reconstruction qui accompagne l’évolution de son statut : la priorale devient paroissiale et développe un espace funéraire.

26Nous pouvons, dès lors, proposer une première chronologie du site avec l’identification provisoire de quatre états : un édifice antique de plan centré ; la construction d’une priorale que les éléments sculptés conservés placent à la fin du XIIe siècle (deux animaux fantastiques, la signature de Poncius sur un moellon, des chapiteaux…) ; un épisode très humide qui ruine l’espace claustral méridional, l’angle sud-ouest de la nef et sa voûte. Par comparaison avec l’abbaye de Cruas, cet épisode caractéristique du Petit Âge glaciaire se situerait à la fin du XIIIe siècle. Le quatrième état correspond à la reconstruction – fin XIIIe siècle – des parties détruites et à l’acquisition du statut de paroissiale. En effet, l’escalier d’accès occidental, lié aux reprises de l’angle de la nef, arrive au niveau décaissé de la nef et à celui du socle des fonds baptismaux. Le clocher est à rattacher à ce dernier état, l’un des moules de cloche étant daté des XIIIe-XIVe siècles.

27L’édifice carolingien de Maubert est attesté, mais il reste à trouver. S’agit-il de la transformation d’un mausolée en memoria, puis en lieu de culte ? Néanmoins, il pourrait avoir servi d’alibi à l’abbaye de Cruas pour justifier sa présence dans cette zone frontière et y diffuser les principes de la réforme.

Bibliographie

Bibliographie

Amargier P. 1972. Aperçus sur la mentalité monastique en Provence au XIe siècle. Annales, économies, société, civilisations 2, p. 415-426.

Charrié P. 1979. Dictionnaire topographique du département de l’Ardèche. Paris : Libr. Guénégaud. 447 p.

Chauvel P. s. d. Le temps de Vagnas. Toulouse.

Fraisse C. 2001. Notice 328 – Vagnas. In Dupraz J., Fraisse C. L’Ardèche. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 414-416. (Carte archéologique de la Gaule ; 7).

Favreau R. 1990. Les inscriptions de la crypte de Saint-Germain d’Auxerre et l’époque carolingienne. In Sapin Chr. (éd.). Saint-Germain d’Auxerre. Intellectuels et artistes dans l’Europe carolingienne. IXe-XIe siècle. Auxerre : Musée d’art et d’histoire, p. 151-156. [Exposition. Auxerre, Abbaye Saint-Germain. juillet-octobre 1990].

Favreau R., Michaud J., Mora B. (éd.) 1992. Corpus des inscriptions de la France médiévale 16. Paris : CNRS Éd. 311 p.

Laforgue M. et al. 1971-1980. Les fouilles du Monastier à Vagnas (Ardèche). Société d’études et de recherches archéologiques et historiques de Vagnas (SERAHV). SERAHV 3, 1972, p. 5-6 ; SERAHV6, p. 9-10, p. 19-28 ; SERAHV 7, p. 10-18 ; SERAHV 8, p. 5-7 ; SERAHV 9, p. 13-16 ; SERAHV 10, 10-12 ; SERAHV 11, p. 9-12 ; SERAHV 12, p. 8-12 ; SERAHV 13, p. 2-5 ; SERAHV 14, p. 23-26 ; SERAHV 1974, p. 6 ; SERAHV 1975, p. 15.

Michaud J. et al. 1999. Les inscriptions médiévales. In Sapin Chr. (dir.). Peindre à Auxerre au Moyen Âge, IXe-XIVe siècle. 10 ans de recherches à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre et à la cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre. Paris : Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 172-224. (Mémoire de la section d’archéologie et d’histoire de l’art ; VII).

Napoli J., Rebuffat R. 1993. Les milliaires ardèchois d’Antonin le Pieux. Gallia 49, p. 51-79.

Rebuffat R. (dir.), Napoli J., Heller-Hewit K., Rebuffat-Emmanuel D. (collab.) 1994. Visite à la voie romaine des Helviens. Le Teil : Association des amis de Mélas et du patrimoine. 80 p.

Saint-Jean R. 1972-1973a. Texte et traduction de la pierre épitaphe du Vicomte Maubert. Bulletin de la société d’études et de recherches archéologiques et historiques de Vagnas 7, p. 5.

Saint-Jean R. 1972-1973b. Rectificatif. Bulletin de la société d’études et de recherches archéologiques et historiques de Vagnas 8, p. 8.

Saint-Jean R. 1977. Deux grands chantiers médiévaux – Cruas-Vagnas – les énigmes de l’église de Cruas. Archéologia 109, p. 32-39.

Tardieu J. 1998-2005. Vagnas (Ardèche). Le prieuré bénédictin Saint-Pierre, au lieu-dit Le Monastier. Document final de synthèse. Lyon : DRAC Rhône-Alpes/SRA.

Tardieu J. 1999. Vagnas (Ardèche). Le prieuré bénédictin Saint-Pierre, au lieu-dit Le Monastier. Bilan scientifique 1997. Lyon : DRAC Rhône-Alpes/SRA, p. 90.

Tardieu J. 2004. Vagnas, prieuré bénédictin du Monastier. Bilan scientifique 2001. Lyon DRAC Rhône-Alpes/SRA, p. 45-46.

Tardieu J. 2005. Vagnas (Ardèche), Le Monastier, priorale Saint-Pierre. Bilan scientifique 2003. Lyon : DRAC Rhône-Alpes/SRA, p. 58.

Tardieu J. 2006. Vagnas, prieuré bénédictin du Monastier. Bilan scientifique 2004. Lyon : DRAC Rhône-Alpes/SRA, p. 49.

Tardieu J. 2007. Vagnas, prieuré bénédictin du Monastier. Bilan scientifique 2005. Lyon : DRAC Rhône-Alpes/SRA, p. 60.

Tardieu J., Chauvel P. 2007. La priorale Saint-Pierre de Vagnas (Ardèche), Le Monastier. Rapport de fouille. Lyon : DRAC Rhône-Alpes/SRA.

Thévenon U. 1969. Campagne de fouilles 1968-1969 : les fouilles du Monastier à Vagnas. Bulletin de la société d’études et de recherches archéologiques et historiques de Vagnas 4, p. 1-15.

Thévenon U., Robert J. 1970. Les fouilles du Monastier à Vagnas. Bulletin de la société d’études et de recherches archéologiques et historiques de Vagnas 5, p. 6-21.

Treffort C. 1996. L’église carolingienne et la mort. Lyon : Presses universitaires de Lyon. 216 p.

Treffort C. 2004. Les « graffiti » sur tables d’autel aux époques pré-romane et romane. Note à propos des inscriptions de Gellone. In Barral i Altet X., Lauranson-Rosaz Chr. (dir.). Saint-Guilhem-le-Désert : le contexte de fondation, l’autel médiéval de Saint-Guilhem : actes de la table ronde d’août 2002. Montpellier : Amis de Saint-Guilhem-le-Désert, p. 137-146.

Treffort C. 2005. Mémoires de chœurs. Monuments funéraires, inscriptions mémorielles et cérémonies commémoratives à l’époque romane. In Arrignon Cl., Debies M.-H., Galderisi Cl., Palazzo E. Cinquante années d’études médiévales. À la confluence de nos disciplines : Actes du colloque organisé à l’occasion du cinquantenaire du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers, 1er-4 septembre 2003. Turnhout : Brepols, p. 219-232.

Treffort C. 2007. Mémoires carolingiennes. L’épitaphe entre célébration mémorielle, genre littéraire et manifeste politique (milieu VIIIe-début XIe siècle). Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 58-63. (Coll. Histoire).

Notes

1 Urbain Thévenon entreprit la fouille en ces lieux où depuis les années 40, les agriculteurs exhumaient des sépultures (Thévenon 1969 ; Thévenon, Robert 1970). Il date la nécropole des VIe-VIIe siècles par la présence de « tombes de l’époque barbare » et du XIe siècle par des pichets. De 1967 à 1978, la fouille fut continuée par le préhistorien Maurice Laforgue qui présenta les résultats dans la revue SERAHV qu’il avait fondée (Laforgue et al. 1971-1980).

2 L’abbaye de Cruas (Ardèche) : un site et une architecture agents de propagande du milieu réformateur.

3 L’emplacement d’origine du milliaire sud XXXIII, conservé au musée de Nîmes, n’est pas localisé avec certitude (Napoli, Rebuffat 1993).

4 « […] considérant à quel point le siècle présent est vain, si instable que personne ne peut vivre la foi et que ce qui est aujourd’hui ne peut être assuré de subsister demain […] ».

5 Dans l’abbaye de Cruas, le tombeau d’Adhémar de Poitiers, comte de Valentinois était installé sur la tribune, au milieu du chœur monastique. Le coffre est daté de 1330-1340 et le gisant de 1260-1350. Les liens entre la famille des comtes de Poitiers-Valentinois et l’abbaye de Cruas sont très étroits à partir du début du XIIIe siècle.

6 Cf. no 38, p. 92 (Malbertus, Xe siècle) ; no 39, p. 94, fig. 56/7 (table d’autel de Vagnas).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Prieuré de Vagnas : la pierre-épitaphe de Maubert (cliché : M. Laforgue).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 2 : Prieuré de Vagnas : plan général des vestiges (relevé et DAO : Fr. Bréchon, 1998 ; DAO : Y. Montmessin, 2012).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 3 : Prieuré de Vagnas : la nef, vue depuis l’ouest vers le chœur, abside et socle de l’autel (cliché : J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3742/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 4 : Prieuré de Vagnas : la nef, vue depuis l’est, vers la façade occidentale (cliché : J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3742/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Fig. 5 : Prieuré de Vagnas : les vestiges du clocher (cliché : J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3742/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search