Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 2 : L'organisation de l'espace religieux au Moyen Âge

Issoire (Puy-de-Dôme) : l’ancienne église paroissiale Saint-Paul et son quartier

Bernadette Fizellier-Sauget et Gabriel Fournier

Texte intégral

  • 1 Nos remerciements vont à Henri Hours, directeur du service des Archives départementales du Puy-de-D (...)

1Des dépouillements d’archives entrepris à l’occasion des nombreuses interventions archéologiques menées à Issoire au cours de ces 30 dernières années (opérations programmées, surveillance de travaux, etc.) ont permis de retrouver en janvier 1995 un plan de l’ancienne église paroissiale Saint-Paul… quelque peu déclassé et qui n’avait donc pu être pris en compte dans Sauget 19891 (fig. coul. 34).

  • 2 La reproduction du folio 90 dans l’exposition présentée à la Tour de l’Horloge d’Issoire a été sign (...)

2Comme, au cours de ce même laps de temps, Jean-François Reynaud est venu à Issoire à plusieurs reprises, à titre personnel et dans le cadre des activités de l’ERA 26, il a paru judicieux de publier ce plan à la faveur de l’hommage qui lui est rendu. La rédaction d’une note accompagnant cette publication a induit une réflexion sur la documentation disponible et a coïncidé avec la communication de deux plans conservés au service des Archives d’État de Turin (Archives de Turin)2.

3Voilà comment une brève notule se transforme en un court article ! Mais peut-être est-ce là le meilleur témoignage de la reconnaissance due à J.-Fr. Reynaud qui a toujours su stimuler la recherche et inciter à ne pas se contenter d’une approche superficielle. Qu’il soit sincèrement remercié de sa précieuse aide, fidèle et efficace.

1. LES SOURCES DOCUMENTAIRES

4La documentation écrite se compose d’une part de treize visites pastorales échelonnées de 1459 à 1773 (7 pour le XVIIe siècle, 5 pour le XVIIIe), qui donnent le point de vue du clergé et des fidèles et d’autre part des rapports et décisions de l’Intendance qui reflètent les intérêts des autorités civiles. Ces sources sont utilisées ici ponctuellement, sans faire pour autant l’objet d’une exploitation systématique.

5La documentation figurée comprend :

  • les deux plans conservés à Turin (fig. coul. 35 et 36) : il s’agit de la représentation très détaillée du système de fortification d’Issoire pendant les guerres de Religion. Outre l’enceinte et diverses installations (incluant une forge, des moulins, des pièces d’artillerie…), apparaissent deux édifices religieux (Saint-Austremoine et Saint-Paul), à l’exclusion de toute habitation – ce qui est dans l’esprit des autres planches de cet extraordinaire atlas. Si ces plans offrent des versions très différentes de chaque sanctuaire (ce qui limite le crédit qu’on peut leur accorder), tous deux montrent que le chevet de Saint-Paul s’intègre dans le système défensif de la ville ;

  • le plan AD 63/1 retrouvé en 1995 (entre 1674 et 1726 ; fig. coul. 34) ;

  • la vue AN 1 (circa 1752 ; fig. 1) : dans l’angle supérieur droit apparaît la silhouette, malheureusement tronquée à l’est, de l’église Saint-Paul (no 22), associée à un cimetière. Toutefois les conventions graphiques adoptées par le dessinateur rendent sa lecture peu aisée ;

  • le plan AN 2 (circa 1785 ; fig. 2) : ce plan présente les églises abbatiale et paroissiale, dans l’alignement l’une de l’autre, ainsi que leurs abords, postérieurement au lotissement attesté en 1785 (Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2316). Les observations archéologiques effectuées en 1984 lors du réaménagement de la place Altaroche (anciennement des échalas) démontrent qu’en fait leur orientation respective forme un angle de près de 30° (fig. coul. 38).

  • le plan AD 63/1 (entre 1794 et 1804 ; fig. coul. 37) corrobore cette rupture d’alignement.

6L’église Saint-Paul, qui a été démolie en 1804, ne figure évidemment pas sur le plan cadastral d’Issoire (1827). Sur ce dernier et sur une lithographie d’Engelmann (Taylor et al. 1829-1833, pl. 136), apparaissent à son emplacement une boucherie, ainsi que des jardins installés sur le tracé des anciens fossés lotis à la fin du XVIIIe siècle. Elle ne figure pas non plus sur la planche 29 du Monasticon Gallicanum : mais il s’agissait alors (1689) de mettre l’accent sur l’abbaye Saint-Austremoine et non sur l’église paroissiale.

2. QUELQUES REPÈRES HISTORIQUES

2.1. LES ORIGINES

7La tradition (Longy 1890, p. 51-53) veut qu’en 1340 ait été élevée au rang de paroissiale, placée sous le patronage de saint Paul, une chapelle dédiée à sainte Anne. Son implantation a dû tenir compte de l’existence de deux systèmes fortifiés qui structuraient la topographie des lieux. Une construction (oratoire ? memoria ?), située à proximité de l’abbatiale, aurait été adossée à la première enceinte castrale, enfermant également le monastère primitif. L’extension de ce dernier entraîna la disparition de la partie méridionale de la basse-cour. La conversion en église paroissiale se fit par un agrandissement, limité par le rempart urbain. Le faible espace disponible pour ce faire pourrait expliquer l’orientation originale de Saint-Paul, son plan étriqué et l’utilisation d’une tour comme chapelle.

  • 3 Cf. la visite pastorale de 1459 : « Episcopus […] visitavit abbatiam Yssodorii […] post assessit ad (...)

8Quoi qu’il en soit, il est certain qu’en 1459 Saint-Paul assurait des fonctions paroissiales, ainsi que l’atteste alors la présence de fonds baptismaux3. Cette mutation répondait vraisemblablement au souhait de la population locale de s’affranchir quelque peu de l’influence des bénédictins, très prompts à exiger d’importantes redevances, notamment lors de la célébration des services religieux. De fait, il faudra attendre 1726 pour que Louis XV dégage définitivement la paroisse de toute charge envers le monastère (Longy 1890, p. 52).

2.2. LES LIMITES PAROISSIALES

9La visite pastorale de 1623 décrit les limites de la paroisse : le faubourg du pont, la maistairie de MontDore (= Montdoury, commune d’Issoire), les terroirs de Auteribe, Malbattut, Montplésir (= Montplaisir, commune de Solignat), Boulade, Bourbon, Végnières (= Veyrières, commune d’Issoire). Le territoire paroissial se réduit à l’agglomération intra-muros, augmentée de quelques domaines et fiefs suburbains.

2.3. LE DÉLABREMENT PROGRESSIF

  • 4 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 7606 : Les consuls exposent que la réparation la plus urgente à faire à (...)

10Le XVIIIe siècle est jalonné de textes dénonçant la dégradation de l’édifice (cf. infra § 3.2 et 3.3). Si un document du 10 mars 17394 déplore le mauvais état du sol, un autre, plus alarmiste, de juin 1746 (Arch. dép. Puy‑de‑Dôme, 1 C 4396) redoute que l’église « menace d’une ruine prochaine s’il n’y est incessament pourvu en faisant les réparations mentionnées dans le devis [du 2 juin] ». Le 22 mai 1752, les habitants sont donc réunis pour délibérer sur la « réparation de l’église ou construction d’une plus grande et placée plus commodément » (Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2312, en déficit).

  • 5 Avec une mention en marge : « […] il y a cependant une petite église ou chapelle sous le titre de p (...)

11La confrontation du nombre de paroissiens et des dimensions de l’église conduit l’auteur du mémoire du 8 février 1754 (Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2312, 33) aux mêmes conclusions : est-il opportun de réparer à grands frais un bâtiment vétuste, mal situé et exigu (ne pouvant accueillir que 1 000 fidèles) ? En effet, en 1655, le nombre de communiants « assidus pour la plupart » atteignait 3 000, puis en 1665 4 000, avant de décroître en 1674 à 2 600, pour se stabiliser à 2 000 (visites pastorales de 1699, 1703, 1732 et 1741). En 1773, il revient à 3 000 – ce qui incite le curé à demander la nomination d’un vicaire. Le descriptif de 1754, évoqué supra, remarque que « cette église est la seule paroissiale qu’il y ait à Issoire où il existe 3 500 communiants »5.

  • 6 1703 : « Toute l’église est voûtée. Avons remarqué qu’il y a plusieurs crevasses du côté droit du g (...)

12Dès 17036 des particuliers ont démoli une muraille servant de contrefort à l’église Saint‑Paul, compromettant ainsi la solidité du bâti. Le 1er novembre 1752 (Arch. dép. Puy‑de‑Dôme, C 2312, 27), la situation s’est aggravée : les consuls et les habitants d’Issoire indiquent que « effrayés depuis près de huit mois d’un écroulement prochain les habitants n’assistent plus aux offices paroissiaux ». Ces nouveaux désordres architecturaux sont attribués aux travaux entrepris par les bénédictins qui n’ont pas hésité à, « pour agrandir leur jardin, démolir le mur de la ville ; à peine cette démolition fut elle parachevée que la voûte qui y appuyait se gerça dans toutes ses parties, en sorte que pour éviter son écroulement on fut obligé de faire élever dans le jardin un pilier en talus. Deux ou trois ans après ces mêmes pères, quoiqu’instruits par le premier accident, firent enlever pour la décoration de leur jardin tout le terrain qui soutenait le mur mitoyen et le pilier en talus et c’est depuis cette époque que tout ce coté menace ruine. Il parait par conséquent qu’ils sont les seuls auteurs du dépérissement. Ils doivent donc seuls réparer le dommage qu’ils ont causé. » – analyse que contestera le rédacteur du mémoire déjà évoqué (8 février 1754), puisqu’il pense que ce ne sont ni la vétusté, ni des tassements de fondations qui induisent ces désordres, mais tout simplement une erreur de conception de l’édifice, insuffisamment contrebuté. C’est ainsi que le 5 janvier 1753 (Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2312, en déficit), « Saint-Paul est prêt à s’écrouler », impression renforcée par l’effondrement d’un confessionnal au cours de la messe de Noël 1752.

Fig. 1 : Vue des églises Saint-Paul et Saint-Austremoine conservée aux Archives nationales, cote 2603, no III, 6, 1 (plume, dimensions : 0,388 m x 0,31 m). Plan dépourvu d’échelle et désigné ici vue AN 1. Malheureusement la légende correspondant aux numéros portés sur ce document n’a pas été retrouvée (cliché : Archives nationales).

13En bref, l’examen de la vue AN 1 explique la situation : la façade sud de l’église prenait appui sur un mur nord-sud qui n’est autre que le premier rempart protégeant les quartiers monastique et castral. Laissée à l’abandon, cette maçonnerie aurait d’abord servi de carrière à des habitants avant que l’abbé entreprenne d’aménager ce secteur.

2.4. LES MODIFICATIONS DU SECTEUR PAR L’ABBÉ

14Entre 1752 et 1785, probablement à l’initiative des autorités de la ville, les fossés de l’enceinte primitive furent l’objet d’un lotissement qui donna naissance à un quartier articulé sur une rue axiale. Ultérieurement, pour agrandir ses jardins, l’abbé fit le projet d’aménager les abords de l’abbaye et de l’église Saint-Paul, ainsi qu’en témoignent les annotations suivantes, transcrites à partir du plan AN 2 (fig. 2) :

  • A : « muraille faicte […] pour fermer la ruë publique du costé du septentrion ou l’on a laissé une petite porte pour aller exercer nos fonctions de curé primitif et de communaliste dans l’église St Paul ou paroissiale […] » ;

  • C : « tour de la ville fort haute où s’assemblent d’ordinaire les femmes de ce quartier pour travailler, voir la campagne et humer un air plus pur que dans leur todis, ou parmy l’infection de leur ruë » ;

  • porte de ville que le monastère a fait faire à ses fraiz pour la commodité des habitants du quartier de la ruë, qu’on veult fermer dans la closture régulière […] ».

2.5. LA DISPARITION

  • 7 Cette décision est à l’origine d’une confusion qui nécessite une vérification minutieuse des docume (...)

15L’édifice, vendu comme bien national le 9 août 1790, fut démoli en 1804 : son état sanitaire dégradé et sa proximité avec l’église abbatiale Saint-Austremoine ont incité à ne conserver et restaurer que cette dernière, en lui conférant le statut d’église paroissiale7.

3. L’ÉGLISE SAINT-PAUL

3.1. LE PLAN

  • 8 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2312, 33 (en déficit) ; il ne semble pas pouvoir s’agir du texte accomp (...)
  • 9 Dont l’état a parfois suscité quelques inquiétudes : cf. les visites pastorales de 1703 (il faut «  (...)

16Le descriptif du 8 février 17548 livre les dimensions de l’édifice « pavé et voûté » (visite pastorale de 1699) qui sont également restituables sur les plans AD 63/1 et AN 2 (les lettres sont celles portées sur le plan AD 63/1) : c’est un rectangle d’environ 32 x 16 m (soit une proportion de 1 pour 2), pourvu à l’est d’une « abside » et au nord de trois chapelles9, chacune dotée d’une fenêtre et d’un autel.

  • 10 « Il n’y a point de sacristie […] transformation d’une chapelle où est l’autel de l’assomption qui (...)
  • 11 Visites pastorales de 1726 : « avons trouvé une petite sacristie derrière le maitre autel », 1732 : (...)

17L’« abside », d’abord chapelle avant d’être transformée en sacristie (I) à la suite de la visite pastorale de 167410, était voûtée11 et séparée du maître-autel par un passage (P).

  • 12 Ce qui semble une erreur supplémentaire de AN 2 (outre l’orientation), car les dimensions des nefs (...)

18Le chœur, qui comprend trois travées, également voûtées sur croisées d’ogives, est isolé de la nef par un escalier. D’après le plan AD 63/1, des « collatéraux (D) vont sans interruption d’un bout de l’église à l’autre » – ce qui est corroboré par le plan AN 2. Mais les deux documents divergent quant au nombre de travées de la nef : 3 pour AN 2, 4 pour AD 63/112.

19Le chœur et le maître-autel sont entourés d’une balustrade, que le plan AD 63/1 décrit : « en bois, haute de 8 pieds […] percée de quatre portes [O] » et pourvue d’une porte (E).

20Les ouvertures varient d’un plan à l’autre. Ainsi, pour AD 63/1 et AN 2, l’accès se situe sur la façade occidentale, grâce à 2 portes (A pourvue de trois marches et B, plus petite, située au sud de A), alors que la vue AN 1 montre une porte s’ouvrant dans le mur méridional.

21De même, sur le plan AD 63/1, 4 fenêtres agrémentent le mur gouttereau méridional, 2 celui du nord, outre les 3 déjà mentionnées s’ouvrant dans les chapelles. Les deux travées occidentales de la nef sont totalement dépourvues de baie. Sur la vue AN 1, 2 fenêtres sont visibles dans la partie occidentale du mur gouttereau méridional. Quant au plan AN 2, aucune fenêtre n’y est notée.

22Seul le plan AN 2 indique des contreforts saillants, ainsi qu’un petit escalier extérieur dans l’angle nord-ouest de l’édifice, permettant probablement d’accéder au clocher. En outre, sur ce même plan, deux petits cercles – à l’ouest du mur occidental – suggèrent l’existence de colonnes pouvant servir de retombée à un porche (« ganivelle » ?) – probablement dans l’esprit de celui figurant sur le folio 90 de Turin.

3.2. LA COUVERTURE

  • 13 1699 : « La voûte de l’église est fendue à divers endroits. Le couvert est en fort mauvais état de (...)
  • 14 1741 : « Toute l’église est voûtée et en bon état. » ; 1773 : « Nous avons remarqué que toute l’égl (...)

23Si les premières visites pastorales (par exemple celle de 1623) se bornent à indiquer que l’église est « voûtée partout et bien couverte de tuiles et le clocher l’est de tuiles plates » (cf. aussi celle du 1655 : « [l’église est] entièrement voûtée »), les inspections suivantes sont beaucoup plus réservées et décrivent une situation préoccupante13. Il faut attendre la seconde moitié du XVIIIe siècle pour que l’état soit de nouveau jugé satisfaisant14.

3.3. LE CLOCHER

24Il est précisé à la fin du XVIIIe siècle qu’un clocher « est construit tout entier sur un collatéral de la nef » (Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 4396), alors que sur la vue AN 1 se dresse à l’ouest ce qui pourrait être un clocher peigne, accessible par un escalier éclairé de trois fenêtres superposées. Sur cette même vue se détache en arrière-plan une flèche, surmontée d’une croix.

25Dès 1732, il est prescrit au curé : « de continuer les mesures déjà prises pour réparer le clocher ». Entre 1770 et 1773, de nombreux documents (Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2312, 44-64 et 1 C 4396) jalonnent la réparation du clocher, détérioré par un coup de vent dans la nuit du 7 au 8 novembre 1770 (« un ouragan enlève sa couverture »). Un procès-verbal en date du 9 août 1772 (Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2312, 44) préconise la réutilisation d’éléments en bois de l’ancienne flèche, ainsi que celle du coq, tout en observant que l’escalier permettant de monter au clocher est vermoulu. Dès 1786, le curé et le marguillier déplorent que « la charpente du clocher et celle qui porte des cloches est entièrement pourrie par vétusté » (Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2312, 65-66).

Fig. 2 : Plan de l’abbaye Saint-Austremoine et de l’église Saint-Paul conservé aux Archives nationales, cote 2603, no III, 6, 2 (lavis, dimensions : 0,37 m x 0,255 m). Dressé vraisemblablement avant 1703 (cf. 3.5. Le cimetière). Plan orienté, mais dépourvu d’échelle et désigné ici plan AN 2 (cliché : Archives nationales).

  • 15 Visites pastorales de 1623 : « Le clocher n’est garni que d’une seule petite cloche. »
    1655 : « Le c (...)

26Le clocher n’est pourvu jusqu’à la fin du XVIIe siècle que d’une seule cloche, en mauvais état de surcroît et il faut attendre les premières années du XVIIIe siècle pour qu’elle soit réparée et qu’une seconde lui soit adjointe15.

3.4. LE MOBILIER

3.4.1. Les autels, reliquaires, etc.

  • 16 7 autels en 1665 ; 9 autels en 1674 et 1699 ; 10 autels en 1726 ; 11 autels en 1732 et 1741.
  • 17 La visite pastorale de 1773 en ajoute un (Notre-Dame de Pitié) et les localise : « Outre le maistre (...)

27Le nombre d’autels – consacrés ou portatifs – a varié de 7 à 11, au fil des visites pastorales16, bien que seul le maître-autel soit figuré sur le plan AN 2. L’inspection de 1726 énumère 10 autels, dont le maître-autel : ils sont dédiés aux « sts Roch, Blaise, Éloy, Jacques, Crépin, ste Anne, Notre Dame de bon secours, du scapulaire, des suffrages »17. C’est également le nombre qui apparaît sur le plan AD 63/1 – dont 2 (G et H) de confréries. Les autels sont généralement en bon état, même si la statue de saint Blaise est déclarée en 1726 « indécente par sa malpropreté ».

  • 18 1726. On admirera la prudence de la formulation, tout en notant que l’église paroissiale recèle néa (...)

28Les reliquaires sont au nombre de 2, décrits lors de chaque visite pastorale : l’un en argent en forme de croix (contenant une « relique [une vertèbre] que l’on dit être de st Austremoine selon la tradition de cette église »18), l’autre en cuivre doré, carré et vitré des quatre côtés, renferme de nombreuses reliques étiquetées (17 sont énumérées en 1699).

29Sur le plan AN 2 ont été portées dans le chœur, entre le maître-autel et l’escalier d’accès à la nef, 12 stalles – absentes sur le plan AD 63/1.

3.4.2. Les fonds baptismaux

30Mentionnés dès 1459, ils sont déclarés généralement « en bon état », sauf lors de la visite de 1703 où il est noté que « le bassin des fonds baptismaux n’est pas étanche » ; il conviendra de les réparer « aux frais de la luminerie ou paroissiens ».

3.4.3. Les confessionnaux

31Au nombre de 6 en 1699, de 5 en 1703 et de 4 en 1773, ils sont dits « en bon état », tout comme la chaire (également en 1773).

3.5. LE CIMETIÈRE PAROISSIAL

  • 19 1623 : « au devant de l’église, entourée en quelqu’endroit de murailles ». Les paroissiens doivent (...)

32Un secteur funéraire s’étendait à l’ouest de la façade de l’église Saint-Paul, ainsi qu’aux abords septentrionaux de l’abbatiale et a fait l’objet d’une étude archéologique de 1982 à 1984, sans qu’il soit possible de distinguer avec précision les zones paroissiale et monastique. Dans les visites pastorales19, l’insuffisance de clôture est souvent rappelée, jusqu’au début du XVIIIe siècle : le cimetière est alors déclaré « clos et en bon état » (en 1703, 1726 et 1732 ; cf. aussi le plan AD 63/2).

  • 20 23 février 1778 (Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2313) : « Depuis la défense d’enterrer dans les église (...)

33Très vite l’entretien de la clôture laissa de nouveau à désirer : « Nous avons observé que les murs qui l’entourent ont besoin de beaucoup de réparations. » (visite de 1773). Mais ces observations ne furent pas suivies d’effet puisque le projet d’un déplacement commence à être évoqué et sera réalisé en 1778. Il fut alors transféré au terroir des chapelles, en même temps que celui de l’église Saint-Avit, pour former le nouveau cimetière Saint-Roch20.

4. CONCLUSION

34La mise en évidence fortuite d’un plan d’une église paroissiale, démolie voici 209 ans, a été l’occasion d’essayer de caractériser cet édifice, certes modeste et d’un entretien difficile, mais qui a été le cœur de la vie paroissiale des Issoiriens pendant près de cinq siècles. La confrontation des documents permet de mieux connaître cette communauté, forte de 2 000 à 3 000 individus. Les visites pastorales en donnent une vision plutôt satisfaisante, soulignant ainsi, en 1773, que les enfants étaient « bien instruits », en dépit de quelques réserves, par exemple la mention en 1655 de « 7 à 8 maisons d’hérétiques » et, en 1732, l’intervention du curé « pour corriger quelques personnes qui causaient du scandale ». Les remontrances portent essentiellement sur la nécessité d’entretenir l’édifice et son cimetière, ce que le manque de moyens financiers et un antagonisme latent avec « Messieurs les Bénédictins » ne facilitent guère. Dans la visite de 1726, est également perceptible une sourde rivalité entre certains prêtres. Un léger agacement peut être décelable dans celle de 1773, lorsque est réclamé « un inventaire tant du linge et ornements que des papiers et titres de ladite église, le transfert dans le coffre de la sacristie (avec clef) des papiers qui sont en dépôt chez le curé et celui des titres et papier appartenant à la communauté des prêtres filleuls qui seront enfermés dans un coffre dans l’église avec des clefs. » Le caractère sommaire des plans et vues disponibles font d’autant plus regretter les circonstances déplorables de l’intervention archéologique de 1984 : elle seule aurait permis de restituer le dernier état de l’édifice, voire d’appréhender certaines de ses transformations.

35Le recours aux visites pastorales montre qu’il serait souhaitable de procéder à une analyse systématique de ces textes, notamment en ce qui concerne les activités des desservants (dont les « communalistes de Sainte-Anne » : Longy 1890, p. 52), des maîtres d’école, des sages-femmes, etc., non pris en compte ici faute de place. Cette remarque s’applique aussi aux objets liturgiques (ciboires, vêtements…). D’autres rubriques habituelles de ce type de formulaire fourniraient d’utiles précisions relatives au contexte de la vie de la paroisse (contrôle de la moralité ; existence d’oratoires, d’hôpitaux…). On peut ainsi noter qu’elle ne comportait pas de presbytère : le curé était logé par la ville « aux dépens des habitants », pour 40 louis en 1726 et 50 en 1741 et 1773.

36Par ailleurs, les deux plans conservés à Turin ouvrent des perspectives de recherches intéressantes pour la ville d’Issoire, prise dans la tourmente des guerres de Religion : il serait opportun de rapprocher ces documents des descriptions qu’en a laissées Julien Blauf (Serre 1977).

37Enfin la confrontation des documents figurés s’impose, dans l’optique d’une relecture rigoureuse de l’évolution de la topographie de la ville, notamment en ce qui concerne la chronologie et le statut des enceintes.

Bibliographie

Sources

38Archives départementales du Puy-de-Dôme
Visites pastorales de l’église paroissiale Saint-Paul d’Issoire :
1 G 975, fo 30vo : 29 mai 1459 ;
1 G 981, fo 20 : 6 novembre 1623 ;
1 G 1002, fo 8 : 9 septembre 1639 ;
1 G 1020, fo 4 : 25 novembre 1646 ;
1 G 1036, fo 6 : 18 avril 1655 ;
1 G 1041, fo 2 : 5 juillet 1665 ;
1 G 1054, fo 3 : 21 avril 1674 ;
1 G 1074, fo 100 : 30 août 1699 ;
1 G 1078, fo 109 : 11 septembre 1703 ;
1 G 1084, fo 32 : 28 mai 1726 (Jean-Baptiste Massillon) ;
1 G 1094, fo 89 : 12 mai 1732 ;
1 G 1100, fo 23 : 7 mai 1741 ;
1 G 1104, fo 17 : 20 mai 1773.

39Archives de Turin
Architettura militare, disegni di piazze e fortificazioni parte su pergamena de la Biblioteca Antica. Archives d’État de Turin III, fo 89-90.

Études

40Longy A. 1890. Histoire de la ville d’Yssoire. Clermont-Ferrand. 505 p.

41Monasticon Gallicanum 1869. Peigné-Delacourt A. Monasticon Gallicanum. Paris : V. Palmé. pl. 29.

42Sauget B. et J.-M. 1989. Archéologie en Auvergne : l’abbaye Saint-Austremoine d’Issoire. Clermont-Ferrand : Reix. 40 p. (Guides archéologiques de l’Auvergne).

43Serre A. 1977. Issoire pendant les guerres de Religion par Julien Blauf. Clermont-Ferrand : La Française d’édition et d’imprimerie. 304 p.

44Taylor J., Nodier C., Cailleux A. 1829-1833. Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France : l’Auvergne. Paris : A. Firmin Didot frères, pl. 136.

Notes

1 Nos remerciements vont à Henri Hours, directeur du service des Archives départementales du Puy-de-Dôme, et au personnel de ce service, qui ont grandement facilité la consultation des différents documents utilisés pour élaborer cette notice.

2 La reproduction du folio 90 dans l’exposition présentée à la Tour de l’Horloge d’Issoire a été signalée à Gabriel Fournier lors d’une réunion. Que tous ceux qui ont permis de « remonter à la source » en soient vivement remerciés, notamment Marie Boyer, responsable du service Archives-Documentation de la ville d’Issoire, dont l’attention a été attirée sur ce document par Michel Dubesset et Pierre Laquièze. Un remerciement tout particulier à Marco Carassi, directeur des Archives d’État de Turin (Direzione regionale per i beni culturali e paesaggistici del Piemonte ; Ministero per i Beni e le Attività Culturali) et à ses collaborateurs, qui ont fait preuve d’une grande patience pour transmettre une version informatisée de bonne qualité des deux plans, consultables sur le site Internet des Archives de Turin [http://archiviodistatotorino.beniculturali.it].
Folio 89 : [http://archiviodistatotorino.beniculturali.it/bibl_a/visua.php?uad=189235].
Folio 90 : [http://archiviodistatotorino.beniculturali.it/bibl_a/visua.php?uad=189236].

3 Cf. la visite pastorale de 1459 : « Episcopus […] visitavit abbatiam Yssodorii […] post assessit ad ecclesiam sancti Pauli pro ibidem visitandum corpus Christi et fontes babtismales. » Il est à noter que ceux-ci n’apparaissent pas sur le plan AD 63/1.

4 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 7606 : Les consuls exposent que la réparation la plus urgente à faire à l’église Saint-Paul « est celle du pavé qui par le manquement des pierres qui y manquent fait que non seulement on ne peut pas sans risques porter le saint sacrement en sûreté et sans crainte de chute ; mais encore que la mauvaise odeur qui s’exhale du terrain peut causer des maladies et est cause que la majeure partie des habitants s’exemptent d’assister aux offices divins de crainte de contracter quelques maladies […] ». Cf. également Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 3163 (rôles d’imposition 1694-1771 pour réparer Saint-Paul) et 1 C 4396 (1746-1748).

5 Avec une mention en marge : « […] il y a cependant une petite église ou chapelle sous le titre de paroisse de St Avit où l’on compte 360 communiants. » Cette église – et son faubourg, tous deux identifiables dans la partie supérieure de la vue AN 1 – fut l’objet de 11 visites pastorales : 9 fois en même temps que Saint-Paul et/ou Saint-Austremoine (1623, 1639, 1655, 1665, 1699, 1703, 1726, 1732 et 1741), 2 fois en tant que seul édifice contrôlé (1634 et 1674).

6 1703 : « Toute l’église est voûtée. Avons remarqué qu’il y a plusieurs crevasses du côté droit du gran autel qui pourraient causer dans la suitte la chute de la voûte… Ordonnons que dans un an l’endroit de ladite voûte sera réparée attendu qu’il nous a dit que les dits crevasses proviennent de ce qu’on a abbattu des murailles qui arcbouttoient les voûtes, ordonnons aux marguilliers pourvoir par devant qui il appartiendra pour obtenir que les particuliers qui ont abattu les dites murailles seront tenus à tous les dommages […] Il y a même une poutre du couvert de l’église qui est tombée et il y a danger qu’une partie du couvert ne tombe en ruine. »

7 Cette décision est à l’origine d’une confusion qui nécessite une vérification minutieuse des documents des XIXe et XXe siècles : l’église Saint-Austremoine dessert dorénavant la paroisse Saint-Paul. Aussi nombre de documents ont-ils été classés sous l’appellation église Saint-Paul, alors qu’ils se rapportent à l’abbatiale Saint-Austremoine…

8 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2312, 33 (en déficit) ; il ne semble pas pouvoir s’agir du texte accompagnant le plan AD 63/1, en raison du nombre discordant d’autels (10 sur le plan, 11 dans ce texte : cf. infra § 3.4.1.) : « L’église Saint-Paul a 100 pieds (32,48 m) de long sur 51 pieds 3 pouces (16,641 m) de large dans œuvre, ce qui forme un emplacement de 142 toises 2 pieds 2 pouces de superficie ou 5 125 pieds carrés (540,46 m2), non compris trois petites chapelles du côté du nord adossées au bas coté du sanctuaire. Sur cette longueur de 100 pieds que contient l’église, le sanctuaire occupe 43 pieds 4 pouces (14,068 m) de long, en sorte qu’il ne reste que 56 pieds 8 pouces (18,392 m) de longueur pour la nef qui a 19 pieds 6 pouces (6,323 m) de large entre les piliers soutenant la voûte. Les bas-côtés ont chacun 12 pieds et 7 pouces ½ (4,088 m) de largeur non compris l’épaisseur des piliers de chacun 3 pieds et 3 pouces (1,050 m) d’épaisseur à leur plus grand diamètre. »

9 Dont l’état a parfois suscité quelques inquiétudes : cf. les visites pastorales de 1703 (il faut « réparer les entrées des chapelles ») et de 1726 (« la voûte de la chapelle saint Blaise autrement appelée de 7 heures est fort humide et menace ruine par plusieurs fentes qui donnent passage à la pluie. »). Il convient de noter que l’emprise de ces chapelles sur le plan AD 63/2 paraît nettement plus importante.

10 « Il n’y a point de sacristie […] transformation d’une chapelle où est l’autel de l’assomption qui sera transporté dans la chapelle appellée de Sept [7 heures]. »

11 Visites pastorales de 1726 : « avons trouvé une petite sacristie derrière le maitre autel », 1732 : « avons trouvé une sacristie voûtée » et 1773 : « La sacristie est voûtée et en bon état. »

12 Ce qui semble une erreur supplémentaire de AN 2 (outre l’orientation), car les dimensions des nefs des deux plans sont similaires et l’espace séparant la façade de Saint-Paul du chevet de Saint-Austremoine n’autorise pas l’hypothèse de la construction d’une travée postérieure à l’élaboration du plan AN 2.

13 1699 : « La voûte de l’église est fendue à divers endroits. Le couvert est en fort mauvais état de sorte que l’eau tombant sur ladite voûte et la pénétrant pourrait en causer la ruine entière s’il n’y est promptement remédié. » 1703 : cf. supra § 2.3 et note. 1726 : « Avons remarqué que les couverts de l’église sont en fort mauvais état de façon que la pluye tombant depuis longtemps sur les voûtes les a pourries dans plusieurs endroits, ce qui fait craindre une ruine prochaine si on n’y pourvoye incessamment. » 1732 : « Le sanctuaire, le cœur, toute la nef sont voûtés et le surplus en état à l’exception du clocher qui a besoin de grandes réparations. »

14 1741 : « Toute l’église est voûtée et en bon état. » ; 1773 : « Nous avons remarqué que toute l’église est voûté et que le chœur et la nef sont en bon état. »

15 Visites pastorales de 1623 : « Le clocher n’est garni que d’une seule petite cloche. »
1655 : « Le clocher est meublé d’une cloche seulement et menace ruine si on ni pourvoit promptement. » La réalisation de travaux est donc prescrite dans les six mois « aux déppans de la paroisse ».
1699 : « Le clocher est meublé d’une seule cloche cassée. » La cloche sera refondue aux dépens des habitants.
1703 : « Le clocher est meublé de deux cloches. Le premier étage est rempli de paille et de chanvre. »

16 7 autels en 1665 ; 9 autels en 1674 et 1699 ; 10 autels en 1726 ; 11 autels en 1732 et 1741.

17 La visite pastorale de 1773 en ajoute un (Notre-Dame de Pitié) et les localise : « Outre le maistre autel qui est à la romaine placé entre la nef et le chœur qui est très propre, derrière le chœur est l’autel de St Éloy où est placé le tabernacle de l’ancien maistre-autel où sont enfermées les Stes huiles ; à cotté à droite dudit autel est celuy de St Jean et Ste Anne ; à la gauche est celuy de St Roch et Notre-Dame de pitié ; à cotté de St Roch est la chapelle de St Blaise et St Crépin appartenant à M. de St Agnès comme représentant Ms Ardièrs ; à cotté de St Blaise est la chapelle de Notre Dame du scapulaire ; au dessous de Notre Dame du scapulaire est la chapelle de Notre Dame des suffrages ; dans le vestibule de la sacristie qui est en dessous de Notre Dame des suffrages est la chapelle de Notre Dame du bon secours. Toutes lesdites chapelles sont en bon état et il y a sur chaque autel des dits une pierre sacrée. »

18 1726. On admirera la prudence de la formulation, tout en notant que l’église paroissiale recèle néanmoins une relique du saint auquel est dédiée l’abbatiale.

19 1623 : « au devant de l’église, entourée en quelqu’endroit de murailles ». Les paroissiens doivent terminer la clôture.
1655 : il est demandé de « réparer les brèches et de mettre des portes ».
1665 : « Le cimetière est clos de muraille du côté de nuit et de bise : il est ordonné qu’il sera clos des deux autres côtés. » Seront mis en place « des barreaux aux grilles de fer de sorte que les bestiaux ne puissent entrer. »
1699 : « Cimetière pas entièrement clos, dépourvu de porte et de grille aux entrées ; […] donne six mois pour terminer le clos […] et portes aux frais des habitants, comme il l’avait été demandé précédemment ».
Les deux espaces clos 23 et 24 du plan AN 1 correspondent à des jardins, appartenant respectivement à l’infirmier et au cellérier.

20 23 février 1778 (Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2313) : « Depuis la défense d’enterrer dans les églises, la police a vu avec frayeur que le cimetière de cette ville trop petit et sans clôture était journellement labouré et que l’on sortait de la terre des cadavres à demi consommés par de nouvelles fausses dont l’infection dans les chaleurs ne pourroient qu’occasionner des maladies épidémiques. Je vous observeray qu’il y a eu cet hiver plus de maladies et plus de morts que les autres années. »

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Vue des églises Saint-Paul et Saint-Austremoine conservée aux Archives nationales, cote 2603, no III, 6, 1 (plume, dimensions : 0,388 m x 0,31 m). Plan dépourvu d’échelle et désigné ici vue AN 1. Malheureusement la légende correspondant aux numéros portés sur ce document n’a pas été retrouvée (cliché : Archives nationales).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 2 : Plan de l’abbaye Saint-Austremoine et de l’église Saint-Paul conservé aux Archives nationales, cote 2603, no III, 6, 2 (lavis, dimensions : 0,37 m x 0,255 m). Dressé vraisemblablement avant 1703 (cf. 3.5. Le cimetière). Plan orienté, mais dépourvu d’échelle et désigné ici plan AN 2 (cliché : Archives nationales).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 493k

Auteurs

Ingénieur d’étude du Service régional de l’archéologie d’Auvergne

Professeur honoraire à l’université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search