Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 2 : L'organisation de l'espace religieux au Moyen Âge

Les conditions d’implantation des moines de Cluny

Gilles Rollier

Texte intégral

1Les moines de Cluny s’implantent en 910 dans la vallée de la Grosne. La donation de Guillaume d’Aquitaine offre aux religieux un premier domaine qui apparaît exploité avec hommes et terres. Le site objet de la transaction n’est pas sans divers atouts que représentent les richesses naturelles et déjà, semble-t-il, une forte humanisation du paysage où l’on trouve chapelles et moulins. Les moines installent leur monastère dans un lieu qui leur permet d’exploiter au mieux les diverses ressources notamment pour la construction. Pour les besoins quotidiens de la communauté, les deux cours d’eau sur lesquels se trouve installée la villa de Cluny vont être totalement domestiqués.

1. UN LIEU RICHE EN DIFFÉRENTS MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

2L’évolution géologique de la région de Cluny et de Jalogny a favorisé la conservation d’affleurements rocheux extrêmement variés (Blanc et al. 1988). L’environnement immédiat de l’abbaye dispose d’importants bancs de grès et divers calcaires très bien adaptés à la construction (fig. coul. 31). Certaines roches sédimentaires ont une pureté permettant la calcination. La découverte de deux importants fours à chaux pouvant dater de la première moitié du Xe siècle pourrait corroborer cet intérêt de pouvoir construire à une courte distance des lieux d’approvisionnement en matière première (Baud 1994 ; 1996, p. 114-115 ; 2003, p. 51-54). Ces installations ont semble-t-il calciné des calcaires oolithiques dont les bancs se trouvent au nord de l’abbaye entre 1 et 5 km. Si les bancs calcaires les mieux adaptés se placent au moins à 2 km au nord de l’abbaye, les constructeurs des bâtiments les plus anciens du site abbatial ne semblent pas avoir négligé les calcaires marneux, de moindre qualité, qui composent une partie de la colline Saint-Mayeul située directement à l’ouest.

  • 1 Charte no 2144, datée de 1005-1020 par le chanoine Maurice Chaume (Chaume 1941, p. 76), villa de Co (...)

3L’autre matériau utilisé en quantité et pour les multiples usages de la construction est le bois. Au moment où les moines s’installent, il est difficile de traduire à travers la documentation disponible où se situaient les ressources en bois et qu’elles étaient leurs étendues. D’après la charte de fondation, il semble que les moines aient disposé dès les origines de forêts mentionnées dans la charte de fondation de Guillaume d’Aquitaine. Cependant, il apparaît bien délicat de définir ce que recouvre le terme silvis du document. François Bange, dans son article sur l’ager et la villa et sur des territoires proches de l’ager de Ruffey et de la villa de Cluny, a pu faire un parallèle entre les limites des agri et les lisières de forêts actuelles indiquant indirectement une certaine fixation des marges séparant l’espace cultivé des zones forestières. Plusieurs chartes apparaissent plus précises dans la localisation et l’identification de zones boisées. Formant actuellement une grande étendue forestière établie sur le versant occidental de la vallée de Grosne, au sud de Cluny, le bois Baroux serait ainsi mentionné vers 986 sous l’appellation de Silva Barosco (Bernard, Bruel 1876, charte no 1723). Dans les environs de 1030-1031, une forêt nommée Mons Golmerius est située au-dessus de la villa de Ruffey (ibidem charte no 2850). Là aussi, l’identification semble assurée avec les bois se développant sur les pentes du Mont-Grémoi en limite occidentale du territoire actuel de Cluny. De même de nombreux bois sont signalés sur le versant oriental de la vallée de la Grosne entre Cotte et Chazelle1. D’après la charte no 2144, datée par Maurice Chaune, ce secteur correspond encore actuellement à une importante zone boisée, sectionnée par des voies d’accès et les vallons des petits affluents de la Grosne. Si les bois sont cités, il est plus rarement fait mention de leur utilisation. Il faut attendre le premier quart du XIIe siècle où trois chartes font une relation directe entre les chantiers des moines et les besoins en bois pour la construction. Entre 1110 et 1116, Bernard Gros donne en effet des droits aux moines de Cluny sur les bois de Bray pour les besoins de construction du grand mur du monastère et des bâtiments (ibidem chartes no 3896, 3913). Un peu plus tard, en 1123, cette donation est confirmée en précisant entre autres que le bois récolté est utilisé pour la calcination, donc le fonctionnement de chaufours (ibidem charte no 3966).

2. UN TERRITOIRE RICHE EN EAU

4Le domaine donné à Bernon est placé sur la Grosne. La rivière est expressément citée dans les deux chartes directement relatives à la fondation. En 893, Avane cède à son frère, Guillaume d’Aquitaine, le futur fondateur, le territoire situé « in pago Masticonense, supra fluvium quae vocatur Grona […] » (ibidem charte no 53).

  • 2 Chartes no 645, 747, 857, 869, 998, 1019, 1194, 1430, 1561, 1868, 2316, 2443, 2504, 3372, 3737.

5Appelée la Grande Grosne pour la différencier du drain homonyme coulant vers Mâcon depuis Cenves et dénommée la Petite Grosne, la rivière prend sa source dans les massifs cristallins, près de Monsols, dans le Rhône. Dans l’environnement de Cluny, elle recueille les eaux de plusieurs ruisseaux. Nous trouvons successivement sur la rive gauche de la Grosne, le Saunat, le Médasson, les ruisseaux de la Petouze et de Lournand. La rive droite est baignée par les ruisseaux de la Fontaine des Croix, d’Argerot, de l’Essart Michaud ou de la Croix de Brigands, des Argolets et de Merzé. De tous ces cours d’eau, le Médasson a le débit le plus important, malgré un bassin-versant de superficie limitée ce qui n’a pas manqué d’interroger Benoît Dumolin (Dumolin s. d., f° 72) puis bien plus tard les ingénieurs du service des eaux au moment du captage de la source principale pour les besoins de la ville. Le Médasson est le cours d’eau qui se trouve canalisé sous la ville de Cluny. Ses sources se trouvent à l’ouest de la ville près des domaines du Plaisir et de Ruffey. Située à Ruffey, la source principale est captée depuis la fin du XIXe siècle pour les besoins en eau de la ville. Le cours supérieur appelé le Regard récupère plusieurs sources se trouvant dans les prairies aquifères de l’ouest de la commune. Certaines ont pu être captées anciennement. Il entre dans la ville à la hauteur de l’ancienne tour de Poble appartenant à l’enceinte urbaine médiévale. Il se jette dans un bras de la Grosne en amont du moulin abbatial. C’est à la confluence de la Grosne et de ce torrent qu’est implanté le monastère de Cluny. Si le constat de l’analyse hydrologique apparaît favorable, la documentation sur la période qui suit la fondation reste très lacunaire sur l’utilisation de l’eau comme ressource. Il peut être recensé trente-huit mentions dans les chartes des deux premiers siècles de Cluny et sur les territoires proches de l’abbaye. Pour douze documents2, les sources sont intégrées dans des donations. Généralement, les fontaines sont citées dans les possessions de cours ou curtils. Une charte concerne une cour dite dominicale donnée dans l’ager d’Igé (Bernard, Bruel 1876, charte no 645). Dans l’ager de Ruffey, un curtil avec fontaine est cédé aux moines de Cluny dans la villa de Vetis Canevas. Deux chartes concernent des donations plus modestes. Dans les années qui suivent l’an mil, un pré avec source (ibidem charte no 2316) est donné sur la villa Montelio dans l’ager de Jalogny. Un lieu avec fontaine (ibidem charte no 2443) est cédé dans la villa de Château. Dans la majorité des cas, les fontaines identifiées par un vocable permettent de localiser les possessions. À Jalogny, deux champs sont donnés près de la Fontana Lurgeria (ibidem charte no 1191) et de la Fontana Orgaria (ibidem charte no 1232). Sur la villa Montelio dans l’ager de Jalogny, un pré au lieu-dit « Gravateria » est cédé avec la fontaine Fonte Grateria. Sur la villa de Cotte, Theobaldus vend à Cluny un pré ad Fontanam (ibidem charte no 2432). Un acte du château de Lourdon notifie un déguerpissement sur une moitié de varenne et de pré située dans le lieu-dit « fontana Genescale » (ibidem charte no 2076).

6Sur l’ager de Ruffey, il faut noter un seul signalement d’une source localisée dans la villa de Vetis Canevas en 949. Le doute subsiste par ailleurs pour la fonte Grateria qui d’après Théodore Chavot pourrait correspondre à la source de Ruffey, proche de Montillet (Chavot 1884, p. 155, p. 186, p. 196). À la fin du XVIIIe siècle, B. Dumolin situe sur le territoire de Cluny la fontaine de Grace qui malheureusement se trouve éloignée de l’écart de Montillet.

3. LES VOIES DE COMMUNICATION

7Le territoire du Mâconnais était desservi par des voies de communication importantes et anciennes. De grands itinéraires antiques ont été reconnus dès le XIXe siècle (Rebourg et al. 1994, CAG 71/3, p. 63-66). Une des voies principales du réseau d’Agrippa longe la vallée de la Saône, atteint Chalon pour ensuite s’orienter en direction d’Autun. Le réseau serait muni sur la rive droite de la rivière de deux autres routes. Depuis Mâcon, la première rejoint Autun en passant près du Mont-Saint-Romain et de Saint-Gengoux. La seconde va depuis Belleville à Beaujeu, puis rejoint Autun par Brandon et Saint-Vallier.

  • 3 Fouilles de sauvetage réalisées par A. Guyot. Les résultats de fouille sont actuellement en cours d (...)

8Il a vraisemblablement existé des liaisons diverses entre ces branches principales. Les découvertes de pavages laissent à penser qu’il pourrait y avoir une voie passant par Cluny qui disposerait de deux embranchements placés au nord de la villa. Le tracé principal serait un embranchement de la voie de Belleville à Autun. Il permettrait de relier Cluny à Saint-Gengoux, puis à Mellecey. De direction sud-nord, il emprunterait les vallées du Valouzin, puis de la Grosne. Les vestiges de cette voie auraient été mis anciennement en évidence à plusieurs endroits, entre Cluny et Malay (Rebourg et al. 1994, GAG 71/3, p. 202 ; GAG 71/4, p. 383, p. 391, p. 399). Il est admis que, à Cluny, le tracé de cette voie corresponde à un chemin placé en contrebas de la colline de Bel-Air et du Fouëttin (Rebourg et al. 1994, CAG 71/3, p. 198 ; Monnier 1998, p. 228 ; Penjon 1884, p. 9). Puis il suivrait au nord le cours de la Grosne. La route aurait été mise en évidence en 1956 dans la commune de Massilly, et sur le territoire de Taizé (Rebourg et al. CAG 71/3, p. 203 ; CAG 71/4, p. 403). À la hauteur de Merzé, un embranchement permettrait, en traversant la forêt de Chapaize, de rejoindre, aux environs de Laives, la liaison entre Tournus et Autun (Chaume 1925-1937 p. 1036). Les documents clunisiens pourraient citer plusieurs fois cet axe routier empruntant les vallées du Valouzin puis de la Grosne. La magna via publica que tendit versus Burgum Vilanum (Bourgvilain) est signalée en 1282 au sud de Cluny, près du hameau de Champloup (Bernard, Bruel 1876, charte no 5297). Le chemin est qualifié de Strata dans l’énoncé des limites du ban sacré de 1095 : « In strada versus Bellumjocum, terminus est contra quarruvium, quod est desuper molendinum cellarii Cluniacensis, citra Viengias. » Dans le même document, nous retrouvons le même terme employé pour la route située près de la Chassagne au nord de Merzé : « In strada versus Cabilonansensem pagum, terminus est ad Grossam Cassaniam super Marziacum. » Encore plus significative est la mention d’une via antiqua formant un des confins d’un pré appelé Fontana Benedicta (ibidem charte no 1289, vers 970-971). Il est très probable que cette mention corresponde à la section de la route passant près du lieu-dit la fontaine Bénétin, identifiable au nord de Merzé. Dans l’environnement immédiat de ce lieu-dit, des fouilles de sauvetage réalisées préalablement aux travaux de la ligne à grande vitesse ont permis de mettre au jour une partie d’un très vaste établissement rural des IIe-IIIe siècles, avec un important horreum qui a pu directement bénéficier de la proximité de l’axe routier3.

9À l’ouest de Cluny, un autre chemin bordant un bâtiment antique – dont les origines peuvent être trouvées dans le Ier siècle – a été identifié lors de fouilles préventives, réalisées par Catherine Coquidé en 2005. Après destruction de la construction à la charnière des IIe-IIIe siècles, la mise en place de sépultures autour de cette voie, peut-être déjà associées à un premier lieu de culte à l’emplacement de la chapelle Saint-Germain de Ruffey, pourrait assurer la persistance de l’axe routier dont le tracé sera progressivement rectifié jusqu’à nos jours. Cette voie routière prenant la direction de l’est par le val du Médasson pose la question de son intersection, au niveau de Cluny, avec la voie nord-sud reconnue sur le flanc occidental de la vallée de la Grosne. Si l’ensemble de ces conditions s’avère exact, le monastère de Cluny, mais aussi les constructions établies avant la venue des moines seraient implantés à la hauteur d’un carrefour routier antique.

3.1. LES VOIES NAVIGABLES

10Les cours d’eau ont favorisé la pénétration des hommes à travers les terres, en facilitant la circulation et en offrant des possibilités importantes d’échanges commerciaux entre les communautés. Pour le Clunisois, la question de la navigabilité de la Grosne reste posée. Il a pu être envisagé que la rivière ait été utilisée (Baud 2003, p. 98) pour le transport des matériaux nécessaires à la construction de l’église abbatiale. Compte tenu de son débit très irrégulier, de son gabarit et de sa méandrisation, la Grosne ne permet cependant pas la circulation de grosses embarcations ayant un tirant d’eau important. Un autre frein à la navigation se trouve dans le degré d’anthropisation de la rivière avec en particulier le niveau de l’équipement en moulins hydrauliques. Des documents tardifs de la fin du XVIIIe siècle sur le projet de flottage du bois sur la Grosne montrent bien cette difficulté à associer navigabilité et exploitation hydraulique (Arch. départ. Saône-et-Loire, C 744). Compte tenu du relief du Mâconnais, cette rivière modeste reste cependant un élément privilégié de liaison du Clunisois avec la vallée de la Saône.

3.2. LA SITUATION AU BORD D’UNE RIVIÈRE

11Les moines s’installent dans un lieu disposant par sa configuration hydrographique et géomorphologique d’un important potentiel hydraulique. L’abbaye de Cluny est en effet établie sur une terrasse alluviale récente, placée à la confluence entre la Grosne et un de ses affluents les plus importants. À partir de cette configuration, les moines vont pouvoir de manière très raisonnée utiliser les ressources en eau du lieu. L’affluent de la rivière, qui prendra dans le courant du Moyen Âge le nom de Médasson, est facilement dérivé pour les besoins des égouts du monastère. Par ailleurs, les sources situées sur son cours supérieur sont captées pour être amenées au lavabo du cloître et aux diverses fontaines de l’abbaye. La Grosne offre de fortes capacités hydrauliques et piscicoles. Bien qu’il soit permis d’envisager que dans un premier temps le moulin monastique ait été alimenté par le Médasson, il apparaît que les eaux de la Grosne vont être assez rapidement canalisées en amont des roues du moulin.

12Il convient, nous le verrons plus loin, de faire la part de l’héritage laïque dans la configuration de l’implantation de l’abbaye de Cluny qui procède de l’établissement préalable d’une importante demeure.

13La situation de confluence est en revanche recherchée par les fondateurs de monastère pour des raisons pragmatiques et aussi pour des questions liées à la conception du désert monastique. Le confluent pourrait apparaître comme une métaphore de l’île monastique.

3.3. DE L’ÎLE MONASTIQUE À L’IMPLANTATION DE CONFLUENCE

14D’après Jean Heuclin, c’est le besoin de s’isoler qui aurait poussé de nombreux ascètes à vivre dans des îles (Heuclin 1998, p. 13-14). L’île est ici conçue comme le refuge d’un petit nombre qui se garantit d’un monde corrompu par le péché. C’est aussi un lieu de lutte contre les passions et les tentatives d’abandon. L’île apparaît ainsi comme une des expressions privilégiées du désert monastique. Mais, ce désert est souvent décrit comme inhospitalier et redoutable (Jérôme, Lettres, III, 4. À propos de Lérins, Hilaire d’Arles, Vie de saint Honorat, 15, 2.). C’est à partir du moment où l’ermite ou le moine s’installe que le lieu devient une métaphore du Paradis. La physionomie symbolique de l’île est expressément signalée par Jérôme qui, vers 375, décrit le lieu choisi par l’ermite Bonosius. Le docteur de l’Église l’évoque comme une « île dangereuse aux navires, entourée d’une mer bruyante, parmi d’âpres écueils, des rochers dénudés, un isolement effrayant [où il s’est installé] comme un nouveau colon du Paradis » (Jérôme, Lettres, III, 4). La vie de saint Honorat donne une mention très explicite du changement d’état de l’île : « le lieu qui avait jusque-là refoulé les hommes en les empêchant d’y demeurer resplendit de l’éclat d’œuvres dignes des anges […] ». Comme l’arrivée de saint Pirmin sur Reichenau en donne l’exemple, l’île peut être peuplée de monstres redoutables qui s’enfuient à l’approche du saint homme (fig. coul. 32).

15Le rivage de l’île ceinturé d’eau donne aux moines une clôture naturelle. Les textes sont assez explicites sur son rôle et sur celui de rivages difficilement accostables. Comme le remarque Jacques Biarne, le bras de mer qui sépare l’île de la terre ferme a réellement valeur de rupture avec le monde (Biarne 1996, p. 30-32).

16Jean Guyon remarque le succès croissant des implantations dans les îles à partir de la fin du IVe siècle (Guyon 2003, p. 41). L’île est un des choix d’implantation de Martin qui plus tard fondera dans des topographies très différentes, Ligugé puis Marmoutier. Il s’installe sur l’île de Gallinara au sud-ouest de Gênes (Guyon 2003, p. 40). Dans le texte de Sulpice Sévère, Martin n’apparaît pas comme un moine insulaire. Le saint homme se retire bien sur l’île de Gallinara plus pour échapper aux persécutions de l’arien Auxence, à Milan, qu’avec le désir de rechercher la stricte solitude. Vers 400-410, la mise en place d’une communauté de religieux, par Honorat, dans la plus petite des îles de Lérins marque une des expériences pionnières de cette forme d’implantation en Gaule (fig. coul. 32 ; Arnaud 2003, p. 185-187). Vers la même période, des moines sont attestés dans les îles d’Hyères. Jean Cassien y situe, outre des ermites, un grand coenobium dirigé par un maître du nom de Theodorus (Jean Cassien, Conférences, préfaces aux conférences, XI-XVII. Sur les îles d’Hyères : Pasqualini et al. 2003, p. 123-135). La côte de la Méditerranée n’est pas une exception. Les îles du littoral océanique sont aussi des lieux de fondation monastique. En Normandie, les îles de Chausey et de Saint-Marcouf accueillent les expériences érémitiques (Decaens 1998, p. 281). Plus tardivement, dès le VIIIe siècle, l’île du Mont-Saint-Michel est occupée par des moines qui seront remplacés en 966 par des bénédictins de Saint-Wandrille. En 677, Philibert, le fondateur de Jumièges, met en place une communauté religieuse sur l’île de Noirmoutier. À côté de ces implantations maritimes, il faut remarquer la situation des îles fluviales ou lacustres. Au nord de Lyon, l’installation d’un monastère sur l’Île-Barbe pourrait remonter au Ve siècle. Promontoire de gneiss de 500 m de longueur sur 100 de large, l’île est située sur la Saône directement en amont de Lyon (Lesne 1943, p. 45 ; Reynaud 1998, p. 199). En 724, la mise en place d’un monastère par saint Pirmin sur le lac de Constance dans l’île d’« Augia Dives » en est un autre exemple illustre. L’île lacustre prendra par la suite le nom de Reichenau. Des exemples plus récents d’installation de communautés sur des îles sont connus, comme celui d’Ilay dans le Jura. La maison dépendra de l’abbaye de Gigny à partir de 1169.

17Dans certains cas, c’est une presqu’île ou un méandre de rivière qui accueille une communauté monastique. Les particularités topographiques et environnementales permettent de considérer ces sites entourés d’eau sur trois côtés comme une extension de la notion d’île. Isidore de Séville établit justement un parallèle entre l’île et la presqu’île (Bouloux 2004). En 654, Philibert fonde Jumièges dans un méandre étranglé de la Seine, formant une sorte de presqu’île (fig. 1). Le saint homme aurait installé le monastère à l’emplacement d’un ancien castrum. Le point d’étranglement du méandre était fermé par un rempart avec fossé dont l’origine remonterait à la période néolithique. La dépression était dénommée fossé saint Philibert. La topographie de Jumièges n’est pas sans rappeler la description faite par Sulpice Sévère de la retraite de Martin à Marmoutier qui met en avant la notion de clôture naturelle. Le premier monastère était en effet protégé de toutes parts par une falaise abrupte et un léger méandre de la Loire (Sulpice Sévère, 10). Un autre cas intéressant d’utilisation d’un méandre est celui de l’abbaye de Nouaillé, au sud de Poitiers et non loin de Ligugé. Cité dès 780, le monastère est installé en fond de vallée, dans une ancienne boucle du Miosson qui est un affluent du Clain.

18Le site de confluence peut rappeler la configuration du site insulaire ou considéré comme tel. Grâce aux limites offertes par les cours d’eau et les obstacles du relief, les moines se trouveraient physiquement isolés du monde à la manière de l’île. Le texte de la Vie des Pères du Jura révèle bien cette conception de la clôture naturelle réalisée sur une terre entourée de deux rivières et d’escarpements rocheux. Le site est de ce point de vue tellement remarquable qu’il ne tarde pas à être appelé Condadisco ou Condatisco (Martine 1968, p. 244-245). Nous avons vu plus haut que cette situation se retrouve aussi dans la description de Marmoutier ou encore dans la pseudo-île de Jumièges. Le confluent, au même titre que le méandre d’une rivière, pourrait se réaliser symboliquement comme un prolongement métaphorique de l’île dès qu’il s’agit d’établir une communauté de religieux.

19L’exemple de la fondation du monastère de Liessies (Pas-de-Calais) révèle des préoccupations plus pragmatiques dans le choix du confluent. D’après la Vie de sainte Hiltrude, le comte Wilbertus se met en quête, vers 775, d’un site approprié pour la construction d’un nouveau monastère. Le lieu doit être très bien pourvu en eau et pouvoir renfermer le moulin, la boulangerie, la cuisine et les ateliers (Vita Sanctae Hiltrudis 1790, ch. 2 ; Scheller 1896, p. 226 ; Horn, Born 1979, I, p. 68 ; Lesne 1943, VI, p. 38 ; Lohrmann 1990, p. 45). La mention rappelle les termes du chapitre 66 de la règle de saint Benoît. Cependant, le texte du XIe siècle n’est pas de grande fiabilité puisqu’il apparaît très tardif par rapport à l’épisode de la fondation. Il n’en demeure pas moins que le monastère se trouve dans un lieu bien pourvu en eau, près d’une rivière, et plus exactement en zone de confluence. L’abbaye est installée sur le plus petit des cours d’eau. Le ruisseau est domestiqué, de sa source au confluent, pour les besoins quotidiens des moines. Sur la rivière principale, il sera établi les pêcheries et les moulins hydrauliques, éventuellement le moulin des moines. L’utilisation du site de confluence est particulièrement remarquable à Corbie. Fondé vers 657 par la reine Bathilde, épouse du roi de Neustrie Clovis II, le monastère est implanté non loin du confluent entre l’Ancre et la Somme. Le plus petit des cours d’eau, l’Ancre, est dérivé pour être utilisé dans le monastère (Lohrmann 1990, p. 35-47).

Fig. 1 : Abbaye d’Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales) : la situation de conluence et les dispositifs hydrauliques, d’après le plan cadastral parcellaire de 1834 (DAO : G. Rollier).

20L’implantation dans un confluent ou plus généralement près d’un cours d’eau n’est pas sans créer des désagréments. Le monastère de Saint-Benoît, fondé par saint Achard au sud de Poitiers, profite de la confluence entre le Miosson et le Clain, mais il se trouve à portée d’éventuelles inondations. Sur la rive droite du Rhône, comme indiqué par Joëlle Tardieu, le monastère bénédictin de Cruas a cruellement souffert d’importantes coulées alluvionnaires provenant d’une combe descendant vers le fleuve.

21La situation de confluence des premières abbayes bénédictines de Hesse et de Thuringe a été clairement mise en évidence par Albrecht Hoffmann. Fulda, fondée en 744, est installée sur le Waidesbach avant qu’il ne se jette dans la Fulda. En 775, Hersfeld est mise en place à la jonction entre la Wildes Wasser et la Fulda. À l’image des pays saxons, les autres territoires conquis par les rois carolingiens vont connaître de nombreuses fondations. La Septimanie, remportée par Pépin le Bref en 759, constitue une zone de fortes implantations monastiques. Aniane et Gellone sont les plus connues des abbayes mises en place à la période carolingienne. Dans les deux cas, les sites retenus sont proches d’un confluent. Le monastère fondé par Benoît est placé le long d’un affluent de l’Hérault, le ruisseau des Corbières. Le fleuve coule actuellement à près d’1 km à l’ouest de l’ancien monastère. La fondation de Guillaume est quant à elle établie sur une terrasse en tuf bordée par le Verdus. Le bord de terrasse permet une chute d’eau suffisante pour le fonctionnement du moulin avant que le cours d’eau ne se jette dans l’Hérault à 400 m plus à l’est (Vignard, Raynaud 1996, p. 159-170 ; Vita Willelmi, 8 ; Mabillon, A.S., IV, 2 ; Lesne 1943, p. 39). Fondée peut-être au seuil du IXe siècle, l’abbaye d’Arles-sur-Tech offre une situation particulièrement remarquable d’implantation de confluence qui n’est pas sans rappeler, du fait du fort relief, celle de Saint-Claude (Condate) [fig. 1]. Le monastère aurait été créé dès 778 par un nommé Castellanus. Les thèses encore en cours, malgré un manque d’argumentation, verraient une première installation de la communauté à Amélie-les-Bains, puis un déplacement définitif à Arles dans le milieu du IXe siècle (Ponsich 1954-1955, 1995). Or, le site d’Arles est particulièrement bien choisi et l’installation est très raisonnée. Le monastère se trouve sur le sommet d’une terrasse à l’endroit où les eaux du Ruiferrer rejoignent le lit du Tech. La position surélevée du cloître garantit les moines contre les débordements tumultueux du fleuve. L’affluent est dérivé vers un réseau très ramifié sur lequel sont installés les moulins, l’irrigation et les conduites internes à l’abbaye permettant l’assainissement et l’adduction (Rollier 2003). Un autre exemple indique que ce type d’implantation n’était pas ignoré des régions où se développera plus tard Cluny. Le monastère carolingien de Savigny, connu dès 819 (Monumenta Germanicae Historica, Capitularia I, p. 351), est implanté sur la rive gauche du Trésoncle à proximité d’une petite combe où coule un ruisseau, qui a été complètement capté par les moines pour les besoins du monastère (Rollier 2009). Le Trésoncle était exploité par des moulins hydrauliques à partir de barrages-seuils. Avec cet exemple, nous nous trouvons de nouveau sur un cas typique d’implantation de confluence. Le ruisseau facilement domesticable est utilisé pour les besoins internes au cloître. La rivière dont on se protège en s’en éloignant légèrement offre d’autres avantages en faisant tourner les roues hydrauliques et en apportant des protéines sous forme de poissons.

4. DE L’INSTALLATION LAÏQUE À LA FONDATION MONASTIQUE

22L’abbaye de Cluny s’intègre apparemment dans une tradition d’implantation monastique privilégiant la confluence entre deux cours d’eau. Nous avons pu voir précédemment les considérations pragmatiques et symboliques qui ont pu pousser les religieux à favoriser ce type de site. En revanche, le monastère ne s’implante pas ex nihilo. Le duc d’Aquitaine Guillaume le Pieux fonde l’abbaye de Cluny en 910. Les termes du document précisent qu’il donne aux apôtres Pierre et Paul la villa de Cluny avec le curtil et le manse de la réserve et la chapelle en l’honneur de Notre-Dame et saint Pierre (Cluny no 112). John-Kenneth Conant a dès l’origine envisagé que les moines se soient installés dans les bâtiments carolingiens situés autour d’une première chapelle qu’il appelle Cluny A. Toutefois, il faut attendre la reprise des fouilles en 2006 sur le cloître par l’équipe dirigée par Anne Baud et Christian Sapin pour que cette hypothèse soit de nouveau à l’ordre du jour. Les recherches ont en effet mis en évidence un important ensemble qui pourrait précéder la venue des premiers moines. Les constructions ont pour l’instant été identifiées sous le chevet de la deuxième abbatiale et dans les jardins de l’abbaye. Chr. Sapin suppose que les maçonneries retrouvées puissent correspondre aux vestiges de la « villa » carolingienne dans laquelle les moines auraient pu dans un premier temps s’installer (Baud, Sapin 2010, p. 6-7). Les dernières fouilles archéologiques pourraient mettre en place une évolution chronologique plus complexe intégrant l’existence d’un premier établissement dont il reste à définir la raison. Cette découverte met clairement en relief que le choix du site n’est pas à l’origine dû à Bernon et ses moines, mais à des acteurs possiblement laïcs, qui édifient des constructions dans la confluence à une période qui reste pour l’instant à déterminer. Les bâtiments s’implantent par ailleurs sur un relief plus complexe qu’il était possible de l’imaginer même si dans les grandes lignes, ceux-ci restent établis sur une terrasse alluviale constituée dans l’intérieur du confluent (fig. coul. 33). La constatation de la présence ancienne d’un édifice important dans le confluent, antérieurement à la mise en place des moines, pose de facto la question du choix d’implantation au bord de l’eau et de l’utilisation potentielle des cours d’eau par les occupants laïcs. Nous savons par la donation de Cluny par Ava à son frère en 893, et par la charte de fondation de l’abbaye que les possessions de Guillaume d’Aquitaine comportaient vraisemblablement des moulins hydrauliques. Il est actuellement bien impossible de situer ces installations. Dans les chartes de Cluny, les nombreuses mentions de moulins laissent envisager que la Grosne a pu être très tôt bien équipée. Et, au droit de Cluny, le ruisseau affluent a pu très bien accueillir lui aussi de petits moulins à l’instar du Gravelon, mince cours d’eau de la commune de Thervay (Jura) sur lequel ont été retrouvés les vestiges d’un moulin de la période carolingienne. Les autres usages de l’eau ne sont pas pour l’instant attestés sur l’occupation du haut Moyen Âge. Toutefois, la position des constructions n’interdit pas les possibilités de mettre en place une adduction d’eau ou un système d’assainissement, possibilités qui seront très vite exploitées par les religieux. Par l’exemple de Cluny, les moines apparaissent fidèles à un mode d’implantation monastique, mode d’implantation dont la maturation n’est pas à trouver simplement dans le monde religieux, mais dans toutes les composantes de la société altomédiévale.

Bibliographie

Bibliographie

Arène J., Tegyey A., Gros Y. et al. 1977. Carte géologique au 1/50 000, Cluny, no XXIX-28. Orléans : Éditions du BRGM.

Arnaud A. 2003. Les îles de Lérins, Sainte-Marguerite et Saint-Honorat (Cannes, Alpes-Maritimes). In Pasqualini M. (dir.) Des îles côte à côte : histoire du peuplement des îles de l’Antiquité au Moyen Âge. Aix-en-provence : DRAC Provence – Alpes – Côte-d’Azur/SRA, p. 175-187.

Baud A. 1994. Le transept sud de l’abbaye de Cluny. Document final de synthèse de sauvetage programmé, DRAC Bourgogne/SRA. 4 vol.

Baud A. 1996. Le chantier de la troisième église abbatiale de Cluny. 4 vol. [Thèse de doctorat : Archéologie médiévale : université Lumière Lyon 2].

Baud A. 2003. Cluny, un grand chantier médiéval au cœur de l’Europe. Paris : Picard. 197 p. (Espaces médiévaux).

Baud A., Sapin Chr., Bully S. 2010. L’archéologie à Cluny (2006-2010). In Sapin Chr. (dir.). Cluny et ses influences en Europe. Dijon : Éd. Faton, p. 4-13. (Dossiers d’archéologie. H.-S. ; 19).

Bernard A., Bruel A. 1876. Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny. Paris : Impr. nationale. 6 vol. (Coll. de documents inédits sur l’histoire de la France).

Biarne J. 1996. Martin et l’érémitisme insulaire aux IVe et Ve siècles. Bulletin de l’Association pour l’Antiquité tardive 5, p. 30-32.

Blanc A., Lorenz C. et al. 1988. Les différentes carrières exploitées lors de la construction de Cluny III. In Le gouvernement d’Hugues de Semur à Cluny : actes du colloque international de Cluny, septembre 1988. Cluny : Musée Ochier, p. 335-350.

Bouiller R., Vincent P.-L. 1969. Carte géologique au 1/50 000, Saint-Bonnet-de-Joux, no XXIX-27. Orléans : Éditions du BRGM.

Bouloux N. 2004. Les îles dans les descriptions géographiques et les cartes du Moyen Âge. Médiévales 47, p. 47-62.

Chaume M. 1925-1937. Les origines du duché de Bourgogne. Dijon : E. Rebourseau. 3 vol. (Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon).

Chaume M. 1941. Observations sur la chronologie des chartes de l’abbaye de Cluny. Revue Mabillon 31.

Chavot Th. 1884. Le Mâconnais, géographie historique. Paris : H. Champion ; Mâcon : Belhomme. 306 p.

Coquidé C. 2005. Cluny, « le Jaillot » (Saône-et-Loire – Bourgogne). Rapport final de fouille, Inrap.

Decaens J. 1998. Basse-Normandie. In Barruol G. (éd.). Les premiers monuments chrétiens de la France. 3. Ouest, Nord et Est. Paris : Picard : Ministère de la culture : Direction du patrimoine : Sous-direction de l’archéologie, p. 279-284.

Dumolin B. s.d. Description historique et topographique de la ville, abbaye et banlieue de Cluny. Cluny : Archives municipales de Cluny, ms.

Guyon J. 2003. Frères des îles et de la côte. Le dossier littéraire des premiers établissements monastiques sur le littoral provençal et ligure. In Pasqualini M., Arnaud P., Varaldo C. (dir.). Des îles côte à côte : histoire du peuplement des îles de l’Antiquité au Moyen Âge, Provence, Alpes-Maritimes, Ligurie, Toscane : actes de la table ronde de Bordighera, 12-13 décembre 1997. Aix-en-Provence : Association Provence archéologie ; Bordighera : Istituto internazionale di studi liguri, p. 39-44.

Heijmans M. 2002. Une cité, une église et leurs évêques : Arles de Trophime à Virgile. In Guyon J., Heijmans M. (dir.). D’un monde à l’autre. Naissance d’une Chrétienté en Provence, IVe-VIe siècle. Arles : Musée de l’Arles antique, p. 97-114.

Heuclin J. 1998. Recherche sur la notion d’espace dans le monachisme gaulois primitif. In Histoire médiévale et archéologie : Pratique et sacré dans les espaces monastiques au Moyen Âge et à l’époque moderne : actes du colloque du Liessies-Maubeuge. Amiens : Centre d’archéologie et d’histoire médiévale des établissements religieux, p. 13-21.

Horn W. W., Born E. 1979. The plan of St Gall: a study of the architecture and economy of, and life in a paradigmatic Carolingian monastery. Berkeley: University of California Press. 3 vol. (356 p., 359 p., 267 p.).

Jauzein A., Perthuisot J.-P. et M. 1969. Carte géologique au 1/50 000, Mâcon, no XXX-28. Orléans : Éditions du BRGM.

Jauzein A., Perthuisot J.-P. et M. 1972. Carte géologique au 1/50 000, Tournus, no XXX-27. Orléans : Éditions du BRGM.

Lesne É. 1910-1943. Histoire de la propriété ecclésiastique en France. Lille : Facultés catholiques. 6 vol.

Lohrmann D. 1990. Travail manuel et machines hydrauliques avant l’an mil. In Hamesse J., Muraille-Samaran C. (éd.). Le travail au Moyen Âge, une approche pluridisciplinaire : actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 21-23 mai 1987. Louvain : Institut d’études médiévales, p. 35-47. (Publication de l’Institut d’études médiévales. 2e série : Textes, études, congrès ; 10).

Martine F. 1968. Vie des Pères du Jura. Paris : Éd. du Cerf. 554 p. (Sources Chrétiennes ; 142).

Monnier M. 1998. Description des communes du département de la Saône-et-Loire. Mâcon : Éd. du Bastion. Rééd. de l’éd. 1856.

Pasqualini M., Arnaud P., Varaldo C. (dir.) 2003. Des îles côte à côte : histoire du peuplement des îles de l’Antiquité au Moyen Âge, Provence, Alpes-Maritimes, Ligurie, Toscane : actes de la table ronde de Bordighera, 12-13 décembre 1997. Aix-en-Provence : Association Provence archéologie ; Bordighera : Istituto internazionale di studi liguri. 255 p.

Penjon A. 1884. Cluny, la ville et l’abbaye. Cluny : Renaud-Bressoud. 177 p.

Rebourg A. (dir.), Cognot Fr., Maerten M., Niaux R. 1994. Saône-et-Loire. Paris : Académie des inscriptions et belles-lettres : Ministère de la Culture et de la Francophonie. 2 vol. (552 p.). (Carte Archéologique de la Gaule ; 71/3 ; 71/4).

Reynaud J.-Fr. 1998. Lugdunum christianum, Lyon du IVe au VIIIe siècle : topographie, nécropoles et édifices religieux. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme. 288 p. (Documents d’archéologie française ; 69).

Rollier G. 2003. Abbaye d’Arles-sur-Tech, Implantation et hydraulique. In Mallet G. (dir.). L’ancienne abbaye Sainte-Marie d’Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales). Programme collectif de recherches. Rapport intermédiaire, p. 89-100.

Rollier G. 2009. Implantation et installations hydrauliques de l’abbaye de Savigny. In Puel O. (dir). Savigny : l’abbaye et son territoire. Programme collectif de recherches. Rapport annuel, DRAC Rhône-Alpes/SRA, p. 36-39.

Notes

1 Charte no 2144, datée de 1005-1020 par le chanoine Maurice Chaume (Chaume 1941, p. 76), villa de Cotte, mention d’une forêt appelée Arrudus ; charte no 2022. M. Chaume la daterait de la fin de l’abbatiat d’Odilon (ibidem p. 43). La villa Tilliaco pourrait être placée entre Merzé et Massilly à l’emplacement du lieu-dit « Les Tilles ». Charte no 2968 : « silvam etiam que nuncupatur Vaure, aliamque silvam que vocatur Pradela, aliamque silvam Forestillam […] ». Charte no 2867, datée de 1031-1048 selon A. Bruel. Charte no 5167, datée par A. Bernard et A. Bruel de 1271 (A. Merzé) : « nemus qui vocatur li Aie de Marziaco ». Charte no 4235, datée vers 1170, mention de la forêt de Grosne. Charte no 3896, mention des bois de Chazelle et de Cortambert.

2 Chartes no 645, 747, 857, 869, 998, 1019, 1194, 1430, 1561, 1868, 2316, 2443, 2504, 3372, 3737.

3 Fouilles de sauvetage réalisées par A. Guyot. Les résultats de fouille sont actuellement en cours d’analyse par le Groupe archéologique du Mâconnais. À proximité de ces installations, les prospections aériennes de F. Cognot ont par ailleurs mis en évidence un bâtiment quadrangulaire à triple enceinte de type fanum (Rebourg et al. CAG 71/3, p. 202-203).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Abbaye d’Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales) : la situation de conluence et les dispositifs hydrauliques, d’après le plan cadastral parcellaire de 1834 (DAO : G. Rollier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3738/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search