Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 2 : L'organisation de l'espace religieux au Moyen Âge

L’ancienne abbaye de l’Île-Barbe (Rhône) à la lumière des nouvelles recherches archéologiques

Charlotte Gaillard

Texte intégral

1L’abbaye de l’Île-Barbe est restée longtemps une énigme dans l’historiographie lyonnaise. Elle se trouve hors les murs, éloignée de 7 km du cœur médiéval de la ville, mais est paradoxalement pleinement intégrée à son histoire. Depuis le XVIe siècle en effet, elle est associée aux légendes fondatrices de la ville (culte druidique antérieur à la colonie romaine, refuge de chrétiens lors de la grande persécution de 177) ou joue un rôle important dans la vie religieuse lyonnaise, en participant notamment à la Fête des merveilles (Bellièvre 1846 ; Champier 1648 ; Rubys 1604). Depuis la grande histoire monumentale publiée par Claude le Laboureur en 1665, de nombreux érudits se sont penchés sur les vestiges, principalement sur les sculptures et sur les archives révolutionnaires (Roux 1844 ; Niepce 1890, 1892 ; Morel 1890). La première restitution de l’abbaye est due à l’architecte Amédée Cateland qui le premier s’est basé sur les archives modernes et sur les comparaisons connues à l’époque. Mais un seul article est paru, portant sur l’abbatiale (Cateland 1936). Marie-Madeleine Cottinet-Bouquet a réalisé une thèse de l’École des Chartes en 1938 sur le sujet, mais ne l’a pas publiée, hormis plusieurs articles sur l’histoire de l’abbaye (Cottinet-Bouquet 1986, 1993) et sur les vestiges : chapelle Notre-Dame (ibidem 1997), sculptures (ibidem 1945, 1965), fresques (ibidem 1979-1980). L’étude publiée par Jean-François Reynaud en 1995 a montré l’importance des vestiges encore visibles.

2L’Île-Barbe a fait l’objet récemment de recherches archéologiques dans le cadre d’une thèse ainsi que des opérations préventives menées par l’Inrap et le SAVL, qui ont concerné Sainte-Anne, Notre-Dame et le cloître (Gaillard 2009 ; Gaillard, Torgue 2010 ; Vicard 2011 ; Gaillard 2012a, 2012b). L’archéologie – et tout spécifiquement l’archéologie du bâti – lance de nouvelles perspectives, fondées sur une analyse scientifique des vestiges. Les résultats s’avèrent très encourageants, révélant des données inédites sur les édifices monastiques peu étudiés ou que l’on croyait disparus. La dispersion des lieux de culte a imposé la réalisation d’un plan topographique, qui offre un regard nouveau sur le site. Les réflexions portées sur la topographie amènent à s’interroger sur la configuration tout comme sur les modes d’implantation et d’aménagements de l’île. Une étude géomorphologique, en cours, complète cette approche. À la suite de ces premiers résultats, l’étude des sources a été de nouveau engagée, incluant les sources écrites du monastère tout comme les nombreuses sources graphiques disponibles. Ces dernières se révèlent particulièrement importantes dans l’étude de la topographie.

Problématiques

3Ces premières investigations ont mis en lumière l’originalité de l’organisation spatiale de l’Île-Barbe. L’étude de l’implantation des bâtiments monastiques révèle une réalité complexe, fondée sur des contraintes, notamment topographiques, et des exigences multiples (circulations liturgiques, mais aussi organisation de l’approvisionnement…). Celles-ci ont fortement influencé l’agencement du site et l’articulation des édifices de culte et des bâtiments conventuels. Ainsi la morphogenèse de l’espace monastique est tout autant le fruit de ces contraintes que de la construction d’une identité ecclésiologique, qui s’affirme dans le choix des titulatures, illustrés par certains programmes iconographiques ou par le légendaire.

4Le paysage monumental de l’Île-Barbe se démarque par son organisation des autres établissements monastiques connus aujourd’hui dans le diocèse de Lyon (Reynaud 2002), marqué par une dispersion des édifices sur l’ensemble de l’île. Quatre lieux sacrés structurent l’espace monastique (voir illustration de 4e de couverture). Tout d’abord la chapelle Notre-Dame située au sud-ouest, à l’entrée de l’abbaye. Attestée depuis le XIIe siècle, elle draine les Lyonnais autour d’un pèlerinage marial. À l’ouest de l’édifice, s’est installée la maison du sacristain, au-dessus d’une galerie de cloître. Ensuite, la chapelle Marie-Madeleine datée du XIIe siècle, qui culmine sur un piton rocheux au centre de l’île. Le Châtelard, maison noble médiévale, s’est construit au nord de l’édifice de culte. De plus, l’église Saint-André, qui prend peu à peu le vocable de Sainte-Anne à l’époque moderne, s’est implantée sur la pointe orientale de l’île. Là encore, le logis du prieur a fini par englober l’édifice dans l’habitation. Enfin, l’église Saint-Martin, la grande abbatiale, a été construite au nord, là où l’île est la plus large. Au sud, se sont constitués le cloître et les bâtiments conventuels. Ainsi subsistent quatre lieux de culte, disséminés aux quatre extrémités de l’abbaye, ce qui n’est pas sans rappeler les monastères de l’Antiquité tardive de type oriental, qui associent cénobitisme et anachorétisme.

Fig. 1 : Abbaye de l’Île-Barbe : plan réalisé par Masson, 1751 (Arch. Dép. Rhône, cliché : Ch. Gaillard).

5Or, l’Île-Barbe est attestée depuis le début du Ve siècle : Grégoire de Tours mentionne la venue de Maxime, disciple de Martin de Tours, qui serait venu se former à l’Île-Barbe avant d’aller fonder le monastère de Saint-Mexme-de-Chinon (pour un historique détaillé de l’Île-Barbe : Picot, Rubellin 1995). Les quatre chapelles assureraient une continuité avec des implantations plus anciennes, souvenir d’une organisation primitive. Ce type d’organisation est bien connu dans certains établissements irlandais (Picard 2009) ou encore à Lérins. Les fouilles en cours de la chapelle Saint-Sauveur, à Lérins, menées par Yann Codou (Codou 2009), ont mis au jour une première implantation, antérieure à l’édifice actuel, d’époque carolingienne, petit oratoire daté des Ve-VIe siècles. Les édifices de culte aujourd’hui visibles, au nombre de sept et répartis sur toute l’île, jouent le rôle de « memoria », matérialisant l’ancienneté de la vie monastique à Lérins que les moines ont voulu souligner.

6Mais si l’Île-Barbe est assez bien connue pour l’époque romane, il est difficile d’en dire autant des périodes plus anciennes. Les sources du haut Moyen Âge sont rares et se rattachent surtout au légendaire. Par ailleurs, la logique spatiale de l’établissement a été profondément modifiée au XIXe siècle, lors de la vente des édifices transformés en résidences secondaires. Néanmoins, les fouilles récentes (chapelle Saint-André, cloître) offrent des découvertes inédites sur les occupations antérieures au XIe siècle.

1. UN CONSTANT AMÉNAGEMENT DE L’ÎLE

1.1. LES SOURCES GRAPHIQUES, CLÉ DE COMPRÉHENSION DE L’ESPACE

7L’Île-Barbe dispose de sources graphiques datant de l’époque moderne. Lyon sert d’étape sur les voies de communication entre l’Italie et le nord de l’Europe et l’abbaye, bien visible depuis le plateau de Cuire, est dessinée par de nombreux voyageurs. Par ailleurs, les changements de statut qu’a connu l’établissement religieux depuis le XVIIe siècle ont entraîné nombre d’inventaires et de plans, afin d’évaluer au mieux le potentiel des bâtiments destinés à être loués. Il faut cependant manier ces sources avec précaution. Les gravures illustrent tout autant la réalité que les détails sur lesquels l’auteur veut insister, qui souvent n’hésite pas à ajouter tel édifice ou à accentuer tel caractère recherché.

Fig. 2 : Abbaye de l’Île-Barbe : Étienne Martellange, Notre Dame de Lyle, le 6 octobre 1609 (BnF, cliché : Ch. Gaillard).

Fig. 3 : Abbaye de l’Île-Barbe : Étienne Martellange, Insula Barbara prope Lugdunum, 12 juin 1618 (BnF, cliché : Ch. Gaillard).

8Les plans donnent en réalité un aperçu de la morphologie des édifices, et non des dimensions réelles. Mais l’abondance et la précision de ces sources s’avèrent très précieuse.

  • 1 Stuttgart, Staatsgalerie.
  • 2 BnF : Cabinet Richelieu, Réserve UB-9-Boîte FT 4.
  • 3 Biblioth. mun. Lyon, F 17 SIL 004 157 ; musées Gadagne, N. 3831.2

9Deux plans se révèlent particulièrement intéressants pour étudier l’espace monastique. Le premier daté de 1751 (Arch. dép. Rhône, 10 G 3250) est réalisé par Masson à la suite de la suppression du collège de chanoines de l’Île-Barbe, qui est alors rattaché à celui de Saint-Jean (fig. 1). Très imprécis quant au tracé des bâtiments, pour lesquels seuls quelques points ont été levés, il offre par contre l’intérêt d’être annoté de nombreuses indications – escaliers, passages, fonctions des espaces ou des édifices, mesures en toises – qui se révèlent précieuses dans la compréhension spatiale du site. Le second plan, l’atlas de mandement de 1783 entrepris par Lacoste (Arch. dép. Rhône, 10 G 3279), est beaucoup plus précis. Commandé par le chapitre de Saint-Jean lors de la suppression de toute présence religieuse sur l’île, il recense l’ensemble des possessions liées à l’Île-Barbe, aussi bien sur l’île que sur l’ancien bourg monastique (Saint-Rambert et Cuire). Il donne ainsi le plan masse des bâtiments, distingue les édifices de culte (en noir) des bâtiments conventuels ou des annexes (en rose) et inventorie chaque maison louée à des particuliers, qui renvoie à un descriptif écrit. De nombreuses vues complètent le tableau. Au XVIe siècle, l’Anonyme Fabriczy1 réalise un dessin de l’Île-Barbe depuis le plateau de Cuire (fig. coul. 30) ; très précis, il détaille la chapelle Notre-dame, le Châtelard et le prieuré Saint-André-et-Sainte-Anne. Au début du XVIIe siècle, Étienne Martellange dessine cinq vues de l’Île-Barbe (fig. 2 à 5)2. Si l’intérieur de l’île est difficilement compréhensible (cloître), la plupart des édifices sont représentés très précisément (chapelle Notre-Dame, Châtelard, prieuré Saint-André-et-Sainte-Anne, abbatiale et annexes), vus du sud ou du nord. Enfin, Israël Sylvestre réalise, à la fin du XVIIe siècle, deux gravures de l’île, l’une vue des rives de Saint-Rambert (fig. 7), l’autre de Caluire (fig. 6)3. Même s’il accentue sans doute certains caractères topographiques (rocher très marqué), le prieuré SaintAndré-et-Sainte-Anne, la chapelle Notre-Dame et le Châtelard sont représentés très précisément et complètent les dessins de Martellange, quelques décennies plus tard.

Fig. 4 : Abbaye de l’Île-Barbe : Étienne Martellange, Nostre Dame de l’Ysle Barbe, proche de Lion, 1608 (BnF, cliché : Ch. Gaillard).

Fig. 5 : Abbaye de l’Île-Barbe : Étienne Martellange, Ecclesia sancti Lupi episcopi in insula Barbara prope Lugdunum, 1616 (BnF, cliché : Ch. Gaillard).

Fig. 6 : Abbaye de l’Île-Barbe : Israel Sylvestre, Chapelle Notre-Dame (Lyon, musées Gadagne, N 3831.2).

Fig. 7 : Abbaye de l’Île-Barbe : Israel Sylvestre, Vue de Notre Dame de l’Isle, vers 1654-1655 (Biblioth. mun. Lyon).

1.2. LA TOPOGRAPHIE MARQUÉE DU LIEU

10Le monastère est implanté sur une île, c’est-à-dire un lieu retranché et d’accès restreint. Deux ports sont attestés depuis le début du XVe siècle, mais de fondation sans doute plus ancienne : le port du Bourg, rive droite, et le port Notre-Dame, rive gauche (Cottinet-Bouquet 1993).

11Ce choix du site, voulu, renvoie à d’autres fondations monastiques insulaires de l’Antiquité tardive, que ce soit en Méditerranée, sur le littoral atlantique ou encore dans le marais poitevin (Treffort 2009). Michel Lauwers et Rosa-Maria Dessi ont souligné la connotation négative que revêt l’île dans la culture antique, lieu coupé de la civilisation et donc fortement déprécié. Or, les premiers moines occidentaux y transposent l’idée de désert hérité de la tradition orientale, lieu de rencontre par excellence entre l’homme et Dieu. Ainsi, « des chrétiens se mirent, entre la fin du IVe et le début du Ve siècle, à convertir les îles stériles et hostiles en lieux d’asile et de salut. » (Dessi, Lauwers 2009, p. 232). Il n’est pas anodin que les premières mentions de l’Île-Barbe soient postérieures d’un demi-siècle à la rédaction du De laude eremi d’Eucher qui, après s’être formé à Lérins, devient évêque de Lyon. D’ailleurs le toponyme d’insula barbara a donné lieu à tout un légendaire sur la fondation du premier établissement dans un univers hostile et peuplé de bêtes sauvages dans lequel les chrétiens se seraient réfugiés (Le Laboureur 1887, p. 3-4). Par la suite, les premiers historiens lyonnais y ont vu le souvenir de druides aux sacrifices sanglants. Le monastère s’implante dans un lieu marqué par une topographie accidentée. La Saône, au cours très incisif ici, entaille le socle cristallin de type métamorphique qui constitue le socle naturel du site de l’Île-Barbe. Le rocher affleure aujourd’hui encore en de nombreux endroits et à des altitudes diverses. Le levé du plan topographique de l’île ainsi que les différents sondages archéologiques ont donné à saisir en partie la configuration originelle du site et ses divers aménagements ultérieurs.

12Or, prendre en compte la topographie amène à en cerner les contraintes ou les avantages que l’homme a dû apprendre constamment à adapter. Le paysage monumental n’est pas constitué de la simple juxtaposition d’édifices, mais s’ancre et interagit avec le paysage physique : les logiques d’implantation et d’évolution des bâtiments dépendent étroitement des aménagements du site. Il apparaît que les édifices médiévaux sont implantés autant que possible sur le roc, ce qui explique sans doute l’absence d’occupation sur le tiers occidental de l’île qui ne semble pas bénéficier d’assise de fondation solide. Autour de ces émergences ont été progressivement aménagées des terrasses afin d’étendre la surface habitable. L’église Saint-André – située à 170 m NGF – est fondée sur le rocher aplani à l’est ; une terrasse au nord et à l’ouest a permis d’implanter les bâtiments conventuels dès le bas Moyen Âge. Au centre de l’île culmine le Châtelard. La chapelle Marie-Madeleine est située sur le rocher à 177,50 m NGF tandis qu’une terrasse est aménagée au nord pour asseoir la maison forte, dont les éléments remarquables visibles (baies) tendent à situer l’ensemble à la charnière des XVe-XVIe siècles. Une deuxième terrasse est aménagée en contrebas, à 176 m NGF. Quant à la chapelle Notre-Dame, les gravures (fig. 6) indiquent la présence de rochers invisibles aujourd’hui à cause de la montée des eaux de la Saône. Mais en 1408, les bancs qui servent à la vente de cierge devant la chapelle sont situés « in aspera » (Arch. dép. Rhône, 10 G 3330, fo 60ro). Au bas Moyen Âge, les niveaux de sol sont surhaussés (Gaillard 2009). D’autres affleurements du rocher permettent de réfléchir à l’organisation du monastère : ainsi, à l’est du cloître aujourd’hui détruit, le rocher affleurant à 170 m NGF marque en négatif les limites orientales de l’aile sud, tandis qu’il plonge à l’ouest à 165,66 m NGF (Gaillard 2012a).

13Un second ensemble de terrasses remonte aux aménagements du début du XIXe siècle. Les terrasses situées à l’ouest du prieuré Saint-André sont créées, nivelant le terrain à 170 m NGF, par l’intermédiaire d’une épaisse couche de démolition, issue des remaniements des édifices lors de leur transformation en propriétés privées. Il en va de même pour les jardins situés dans la Prévôté et sans doute à l’ouest de Notre-Dame. Les gravures modernes sont particulièrement éclairantes sur ce point (fig. 6 et 7) : les niveaux des rives nord et sud de la Saône sont beaucoup plus bas qu’aujourd’hui, les terrains étant occupés en partie par des jardins. Lors du terrassement des rives, les murs de terrasses qui préexistaient ont alors été prolongés, encerclant aujourd’hui l’ensemble des propriétés.

14L’analyse des réseaux viaires et des murs actuels révèle par ailleurs la fossilisation des espaces monastiques. Deux entités sont aisément distinguables du fait de leur éloignement géographique, bornées par leurs murs de terrasse – le Châtelard et Sainte-Anne. Au cœur de l’île, deux rues assurent aujourd’hui la circulation. L’impasse de l’Île-Barbe relie les deux anciens ports ; selon les gravures, les murs est et sud, crénelés, délimitaient l’emprise générale du monastère. En sont alors exclus le Châtelard et Sainte-Anne ; la chapelle Notre-Dame y est maladroitement rattachée. Quant aux murs nord et ouest, ils circonscrivent l’abbatiale et le cloître. L’impasse Saint-Louis reprend l’ancien tracé de la galerie sud du cloître dont subsiste le mur de fond. L’entrée de la rue au nord-ouest marque l’emplacement de l’ancienne porte monastique.

2. QUATRE ÉDIFICES DE CULTE STRUCTURENT L’ESPACE MONASTIQUE

15L’étude topographique du site combinée à l’analyse des gravures reflète les logiques spatiales du monastère organisées en quatre ensembles centrés sur les quatre églises et chapelles. Ces dernières remontent dans leur état actuel aux Xe-XIIIe siècles, inscrivant l’Île-Barbe dans le chantier général de Lyon : reconstruction des collégiales (Saint-Paul, Saint-Just, Saint-Jean) et des abbatiales (Saint-Martin-d’Ainay).

2.1. ÉGLISE SAINT-MARTIN

16Deux éléments subsistent de l’ancien édifice, détruit à la Révolution : le revers nord du bras sud du transept et le retour occidental du mur gouttereau nord. Les sculptures sont datées du milieu du XIe siècle (Reynaud 1995). L’édifice, visible sur deux plans modernes et une gravure (fig. 1, 5 et coul. 29), adopte un plan en croix latine à transept saillant, sur lequel se greffe un chevet échelonné, formé d’une abside à cinq pans coupés à l’extérieur et semi-circulaire à l’intérieur et de quatre absidioles. La dernière, la plus au nord, est à chevet plat, ce qui laisse supposer des modifications ou raccords maladroits. La nef, à l’époque moderne, se divise en trois vaisseaux de quatre travées : de plan carré, elle mesure 21,40 m de long sur 22 m de large. Il est difficile de savoir quel plan l’édifice adoptait au Moyen Âge, celui-ci ayant subi une importante restauration à la suite des destructions de 1562.

17Du claustrum implanté au sud de l’édifice subsiste la salle capitulaire sur laquelle se greffe, à l’est, la chapelle Saint-Jean Baptiste, fondée 1286 par Ytier, prieur de Saint-Rambert (Charpin-Feugerolles, Guigue 1923, p. 170).

2.2. ÉGLISE SAINT-ANDRÉ

18L’église Saint-André, plus connue aujourd’hui sous le vocable de Sainte-Anne, est située sur la pointe orientale de l’île. La première mention de l’édifice remonte à 1284 : lors de la rédaction de nouveaux statuts, l’abbé Girin précise les droits et les devoirs de chacun, mentionnant ceux du prieur de Saint-André. En 1334, lorsque le cellerier prend place au Châtelard, il est autorisé à assister aux offices de la même manière que le prieur de Saint-André (Charpin-Feugerolles, Guigue 1923, p. 165, p. 352). Le prieuré, par sa proximité géographique avec l’abbaye-mère, fonctionne donc sur un système liturgique particulier.

19Les dernières opérations archéologiques ont montré que le site était christianisé depuis le VIe siècle, grâce à la présence de tombes mérovingiennes. Une église à nef unique, transept saillant et abside, insoupçonnée jusqu’alors à cause de sa transformation en salon au XIXe siècle, pourrait remonter à l’an mil. Le chevet est reconstruit fin XIIe-début XIIIe siècle, puis un bas-côté est greffé, au sud, à la fin du XVe siècle. Au nord, s’élève l’habitation du prieur, fondée sur les murs de terrasse (Gaillard 2012b). Artaud qui assiste au début du XXe siècle aux transformations de l’ancien prieuré en résidence privée souligne la présence de tombes anthropomorphes, creusées en quinconce dans le rocher (Artaud 1846).

2.3. CHAPELLE SAINTE-MARIE-MADELEINE

20La chapelle dédiée à Marie-Madeleine culmine au centre de l’île. La première mention de cet édifice remonte en 1334, sous le vocable de « capella beata marie magdalene » : le cellerier Jean de Ronchivol entre en possession de la maison forte du Châtelard à laquelle appartient la chapelle Marie-Madeleine (Charpin-Feugerolles, Guigue 1923, p. 351-353). Fin du XVe-début XVIe siècle, la nef est surélevée et percée, au sud, d’une large croisée à meneaux sur bases prismatiques ; deux galetas sont aménagés dans la surélévation (fig. coul. 30). La façade orientale de la maison forte, percée de quelques baies en hauteur, est protégée d’une solide enceinte crénelée d’où saille une échauguette. Au début du XVIIe siècle, la maison forte s’est embellie de deux tours – au sud l’abside est surélevée, au nord est flanqué un élément semi-circulaire –, une aile vient se greffer à l’ouest de la chapelle tandis que les fenêtres à meneaux et la porte à claveaux passants harmonisent la façade orientale (fig. 2). Le Châtelard se transforme ainsi en demeure confortable, tout en accentuant certains traits typiques du château (tour), symboliquement importants.

21La chapelle est formée d’une nef légèrement rectangulaire de 7,60 m par 6,60 m de large, prolongée d’une abside de 5,20 m de diamètre. Construite en moellons de calcaires (blancs, dorés) ponctués de quelques gneiss, elle est fondée directement sur le haut du rocher. L’abside est percée de trois petites baies ébrasées, en plein cintre, et ornées d’un chanfrein finement layé. Des fresques ont été dégagées en 1993 et restaurées par M. Prieur, révélant un Christ en majesté dans le cul-de-four, tandis que les panneaux inférieurs sont ornés des Maries qui composent le personnage de Marie-Madeleine : Marie de Béthanie, représentée avec sa sœur Marthe ; Marie de Magdala, dans la position du Noli me tangere. Le troisième panneau, est trop abîmé pour avoir pu être restauré. Un dernier panneau illustre Marie l’Égyptienne, encadrée de Zosime et Thaïs, trois saints orientaux qui se rattachent au courant érémitique. Ces fresques, datées du début du XIIIe siècle, présentent une forte influence orientale dans la stylistique (Cottinet-Bouquet 1979-80).

2.4. CHAPELLE NOTRE-DAME

22La chapelle Notre-Dame se situe à l’entrée du monastère, accolée à l’extérieur de l’enceinte en surplomb de la Saône. Dénommée « capella beate marie » dans les sources médiévales, elle est communément appelée chapelle Notre-Dame à l’époque moderne. Son importance grandit au sein du monastère, qui va jusqu’à être appelé Notre-Dame-de-l’Isle.

23L’édifice se compose d’une nef trapézoïdale de 14,40 m de long par 8,40 m dans sa plus grande largeur, d’un clocher quasi carré (4 m par 4,40 m) et d’une abside semi-circulaire de 3,50 m de diamètre. Au nord et à l’ouest sont accolées deux galeries ; la galerie nord mesure 22 m par 4,60 m de large, divisée en cinq travées carrées, excepté la dernière à l’est, plus courte (3,60 m). Au XIXe siècle, la nef est détruite et transformée en terrasse.

24La chronologie de l’édifice, complexe, a pu être revue grâce à un travail de relevés archéologiques du bâti (Gaillard 2009, 2012a). L’édifice le plus ancien visible en élévation se compose du sanctuaire et de la nef, qui remontent à la deuxième moitié du XIIe siècle. Dans un second temps, une galerie de trois travées voûtées est accolée au nord. Au milieu du XIIIe siècle sont édifiées les deux travées orientales de la galerie.

25La nef, aujourd’hui détruite, était sans doute charpentée à l’origine et percée de trois baies au nord et au sud (fig. coul. 30). Un petit appendice apparaît au sud-est, qui s’allonge peu à peu à toute la longueur de la nef jusqu’à un petit encorbellement au sud-ouest, porté par une série de consoles encore visibles aujourd’hui (fig. 6). À l’est, la galerie est percée d’une baie en arc brisé ; un mur crénelé ferme le chevet et se rattache à l’enceinte générale du monastère.

26L’édifice était dédié aux pèlerins qui affluaient lors des grandes fêtes mariales. Selon le légendaire rapporté par Claude Le Laboureur, la chapelle aurait été édifiée en 1070 par l’abbé Hogier. Mais la première mention attestée de l’édifice remonte à 1220 : Guigue, comte de Forez, offre une partie de ses revenus pour entretenir une lampe de la chapelle (Cottinet-Bouquet 1993). En 1284, les nouveaux statuts de l’abbaye sont signés « ante porticu capella beate marie » (Charpin-Feugerolles, Guigue 1923, p. 164-168). La présence d’un portique interpelle. Cet espace est adjoint dans un second temps à l’édifice et condamne les baies du mur gouttereau nord. Ouvert sur la place par deux triples arcades, il joue plusieurs rôles. En 1355, des cierges sont vendus « supra archas siva stanua que solebant esse septem in extra capelle beate Marie » (ibidem p. 46-76). Par ailleurs, la présence d’un enfeu, comme la mention de la tombe du sacristain de Notre-Dame au XIVe siècle impliquent un espace funéraire. Enfin, l’extrémité orientale de la galerie nord est signalée, au XVIe siècle, comme la chapelle Sainte-Catherine. La galerie est donc un espace à vocation funéraire, économique et cultuelle, tout en assurant une circulation avec la nef. Or, celle-ci est adjointe dans un second temps, ce qui peut s’expliquer de deux manières. Soit l’édifice de culte n’est pas dès le départ un lieu de pèlerinage, ce n’est qu’au XIIIe siècle qu’il change de fonction. Soit l’affluence des pèlerins devient trop importante et implique un espace de transition entre le lieu sacré (le sanctuaire et l’imago de la Vierge) et l’espace monastique plus large.

27Les observations archéologiques et l’abondance des sources au début de l’époque moderne donnent à suivre les multiples aménagements de la galerie : condamnation ou création de nouvelles circulations à la suite des réhaussements de niveaux de sol, installation de barrières ou de cloisons, voûtement, sacristie et confessionnaux à l’est qui remplacent la chapelle Sainte-Catherine... Ainsi en 1562 le culte ne peut reprendre que dans la chapelle Notre-Dame, l’abbatiale devant être restaurée. Il faut alors aménager des stalles dans la partie orientale de la nef, l’abside étant trop exiguë, ce qui implique des adaptations liturgiques pour les déplacements des religieux (Le Laboureur 1887-1895, p. 72 ; Faure-Jarosson 2006). L’imago de la Vierge est alors installée dans l’ancienne chapelle Sainte-Catherine, à l’est de la galerie nord, induisant la création de circulations nouvelles pour les pèlerins. De même, deux portes monumentales assurent une circulation juste à l’arrière des stalles, permettant l’arrivée des religieux dans le nouveau chœur liturgique. Ainsi, l’espace se démultiplie et s’adapte à l’évolution des pratiques liturgiques, qui elles-mêmes s’aménagent dans un cadre donné.

3. MORPHOGENÈSE DE L’ESPACE MONASTIQUE : CONSTRUCTION D’UNE IDENTITÉ ECCLÉSIOLOGIQUE

  • 4 C’est par exemple ce qu’ont pu montrer Cécile Caby (Caby 2003) pour le « nouveau monachisme » ou Do (...)

28Les recherches actuelles (en dernier lieu : Lauwers à paraître) montrent que les premiers monastères n’obéissent pas nécessairement à une organisation rigoureuse, centrée sur le cloître. Le schéma canonique de l’abbaye vu comme un espace rationnalisé est institutionnalisé et normalisé par la réforme carolingienne. À l’Île-Barbe, même si les édifices de culte aujourd’hui encore en élévation datent des Xe-XIIe siècles – contemporains des grandes reconstructions de la région lyonnaise –, leur dispersion inattendue à pareille époque garde sans doute l’empreinte d’une organisation primitive. Les sources, très lacunaires, ne fournissent malheureusement guère d’explication pour comprendre les raisons d’une telle organisation spatiale. Il est possible cependant de s’appuyer sur d’autres données, notamment les titulatures et les légendes transmises par les auteurs modernes à partir de textes médiévaux, encore mal datés. Certes, elles exaltent la mémoire des origines de l’abbaye comme l’a proposé Michel Rubellin (Rubellin 1995). Les légendes de fondation confèrent en effet à l’Île-Barbe une généalogie prestigieuse : Longin, le centurion romain qui perce le flanc du Christ lors de sa crucifixion puis se convertit, serait ainsi à l’origine du monastère, arrivant d’Orient avec le corps de sainte Anne et la coupe du Graal. D’autres récits mettent en scène des chrétiens réfugiés sur l’île à la suite de la persécution de 177, rattachant l’Île-Barbe à la première communauté chrétienne connue à Lyon (Le Laboureur 1887, p. 3-4). Cette même tendance se retrouve dans les autres établissements lyonnais. La collégiale Saint-Paul est consacrée par le Christ (Chopin 2000, p. 20). L’abbaye de Saint-Martin-d’Ainay entre en bisbille avec l’église de Saint-Nizier, chacune se prétendant être l’église des martyrs qui aurait accueilli les cendres des premiers persécutés de 177 (Chagny 1935). Cette même église de Saint-Nizier se revendique être par ailleurs le premier siège de la cathédrale, se targuant de posséder une crypte très ancienne dans laquelle sont inhumés les évêques dès le VIe siècle (Reveyron 2011)4.

29Mais par ailleurs, légendes et titulatures traduisent la construction d’une identité ecclésiologique propre à l’Île-Barbe : à savoir quels rapports étroits entretiennent l’architecture, l’organisation spatiale et les coutumes monastiques et pratiques liturgiques de l’établissement religieux. La chapelle Saint-Jean Baptiste, située à l’est de la salle capitulaire, n’est pas sans rappeler, par sa position, les églises mariales typiques du monde clunisien (Reveyron 2011). À la suite de sa sécularisation en 1551 et de la destruction de ses reliques en 1562, la jeune collégiale se reconstruit une nouvelle identité que matérialise le circuit proposé aux pèlerins, venus se recueillir sur les tombes de saints prestigieux (Arroy 1880).

30L’érémitisme occupe une place non négligeable au sein du monastère. La possible présence de la tombe de saint Loup, ancien anachorète élevé au rang d’évêque vers 538, rappelle certes les premiers temps de la vie monastique qui associent cénobitisme et érémitisme (Picot, Rubellin 1995). Mais l’essor de son culte, attesté dès le Moyen Âge par le biais de ses reliques puis de sa tombe, participe pleinement à la construction de cette identité ecclésiologique. Il en va de même pour la chapelle Marie-Madeleine, dont le vocable et le programme iconographique illustrent non seulement les trois personnes de Marie réunies en une seule, mais également Marie l’Égyptienne : il s’agit ici de figures essentielles de l’érémitisme, liées au renouveau de ce courant aux XIe-XIIIe siècles (Iogna-Prat, Ortenberg 1992 ; Saxer 1959).

31L’utilisation du vocable de saint André, à la fois frère de Pierre et martyr, revêt une signification particulière dans la région (Denoël 2004). Le culte de ce saint se développe en Italie dès la fin du IVe siècle, puis se répand dans les anciens royaumes burgonde et wisigoth aux Ve-VIe siècles, en accord avec la diffusion des cultes des martyrs.

32Prendre en compte les titulatures implique de travailler également sur l’échelle temporelle. En effet, les édifices de culte voient très logiquement leur fonction et leur titulature évoluer sur les quinze siècles d’existence de l’établissement religieux. La chapelle Saint-André accueille de nombreuses inhumations à l’époque mérovingienne et devient au XIIIe siècle église prieurale. Puis au début du XVe siècle, le vocable de sainte Anne est progressivement adjoint au vocable du prieuré, transformé alors en église de pèlerinage après la sécularisation de l’établissement. La chapelle Notre-Dame est dédiée au pèlerinage marial depuis le XIIIe siècle. Mais d’après les légendes, l’édifice serait fondé par l’abbé Hogier en 1030 (Le Laboureur 1887, p. 71). Si aucun élément architectural ne vient appuyer cette datation aussi haute, le désaxement important visible entre l’abside et la nef, apparu lors du relevé en plan, peut traduire la reconstruction de l’édifice au XIIe siècle sur des vestiges plus anciens. Au XVIe siècle, elle devient collégiale et est alors réaménagée. La chapelle Marie-Madeleine, datée du XIIe siècle, est intégrée au Châtelard au XIVe siècle et joue le rôle de chapelle privée du cellerier. Enfin, l’église Saint-Martin est attestée comme église abbatiale du monastère à partir de l’époque carolingienne. Mais le culte de saint Loup prend progressivement de l’importance : un autel est attesté depuis le début du XVe siècle et ses reliques sont citées en 1551. Le vocable de saint Loup s’impose au détriment de celui de Saint-Martin à l’époque moderne ; au XVIIe siècle, l’église entre dans le circuit des églises de pèlerinage (Arroy 1880).

33Ainsi au Moyen Âge, se reflète la construction d’une identité ecclésiologique fondée sur l’importance accordée à l’érémitisme, que soulignent le légendaire et l’organisation de l’espace monastique, à travers son paysage monumental. Chacune des chapelles marque alors un lieu sacré, relié aux autres lieux par l’intermédiaire de circulations liturgiques, qui confèrent à l’espace unité et cohérence.

Bibliographie

Bibliographie

Artaud F. 1846. Lyon souterrain ou observations archéologiques et géologiques faites dans cette ville depuis 1794 jusqu’en 1836. Lyon : Impr. de Nigon. 259 p. (Coll. des bibliophiles lyonnais).

Arroy B. 1880. Briève et dévote histoire de l’abbaye royale S. Martin de l’Île-Barbe. Lyon : Mousin-Rusand. 1 vol. 

Bellievre Cl. 1846. Lugdunum priscum. Lyon : Impr. de Dumoulin et Ronet. 185 p. Lyon : Impr. de Nigon. 259 p. (Coll. des bibliophiles lyonnais).

Caby C. 2003. De l’abbaye à l’ordre. Écriture des origines et institutionnalisation des expériences monastiques, XIe-XIIe siècles. Mélanges de l’École française de Rome 115, p. 133-140.

Cateland A. 1936. L’église abbatiale de l’Île-Barbe en lyonnais. Bulletin de la Société académique d’architecture de Lyon, p. 4-19.

Chagny A. 1935. Une grande abbaye lyonnaise. La basilique Saint-Martin et ses annexes. Étude historique et archéologique. Lyon : P. Masson. 382 p.

Champier S. 1648. Histoire des Antiqvitez, de la Ville de Lyon. Lyon : Chez Iean Champion, en la place du Change, Avec Permission [sic]. 41 p.

Charpin-Feugerolles H. A. S. (Comte de), Guigue G. 1923. Grande Pancarte ou Cartulaire de l’Île-Barbe suivi de documents inédits et de tables. Montbrison : Impr. E. Brassart. 2 vol. (584 p., 346 p.).

Chopin H. 2000. La collégiale Saint-Paul de Lyon : étude historique et archéologique. [Mémoire de maîtrise : université Lumière Lyon 2].

Codou Y. 2009. Une mémoire de pierre : chantiers romans et monumenta paléochrétiens en Provence. In Codou Y., Lauwers M. Lérins, une île sainte, de l’Antiquité au Moyen Âge. Turnhout : Brepols, p. 561-600.

Combe C. 2007. La ville endormie ? Le risque d’inondation à Lyon. [Thèse : Géographie, aménagement et urbanisme : université Lumière Lyon 2].

Cottinet-Bouquet M.-M. 1943-1945. La sculpture carolingienne et le décor roman de l’Île-Barbe. Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 589-599.

Cottinet-Bouquet M.-M. 1965. Frises romanes provenant de l’Île-Barbe. In Actes du 89e Congrès national des Sociétés savantes, Lyon, 1954 (section archéologique). Paris : Impr. nationale, p. 51-76.

Cottinet-Bouquet M.-M. 1979-1980. Les fresques romanes de la chapelle Sainte-Marie-Madeleine en Île-Barbe. Bulletin archéologique, des travaux historiques et scientifiques 15/A, p. 51-76.

Cottinet-Bouquet M.-M. 1986. Attaque de la procession de l’Île-Barbe le jour de l’Ascension 1454 par les Savoyards de Miribel. In Amplepuis et sa région : actes des journées d’études de 1984 de l’Union des Sociétés historiques du Rhône. Lyon : Éd. lyonnaises d’art et d’histoire, p. 83-94.

Cottinet-Bouquet M.-M. 1993. Les pèlerins de Notre-Dame de l’Île-Barbe. Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon 23, p. 119-133.

Cottinet-Bouquet M.-M. 1997. La chapelle Notre-Dame, l’ancienne et la nouvelle. Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon 27, p. 237-247.

Denoël C. 2004. Saint-André. Culte et iconographie en France (Ve-XVe siècle). Paris : École des Chartes. 302 p.

Dessi R. M., Lauwers M. 2009. Désert, île sainte. Lérins et la sanctification des îles monastiques de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge. In Codou Y., Lauwers M. Lérins, une île sainte, de l’Antiquité au Moyen Âge. Turnhout : Brepols, p. 231-280.

Faure-Jarosson B. 2006. La chapelle Notre-Dame de l’Île-Barbe. Non publié.

Gaillard Ch. 2009. Île-Barbe – Chapelle Notre-Dame. Document final de synthèse. Lyon : DRAC Rhône-Alpes/SRA.

Gaillard Ch. 2012a. Île-Barbe (Lyon). Prospection. Rapport final d’opération. Lyon : DRAC Rhône-Alpes/SRA.

Gaillard Ch. 2012b. Lyon 9 (69). Chemin du Bas-Port. Île-Barbe. Sainte-Anne. Rapport final d’opération, Inrap, Bron.

Gaillard Ch., Torgue J. 2010. Île-Barbe – Plan topographique. Document final de synthèse. Lyon : DRAC Rhône-Alpes/SRA.

Iogna-Prat D., Ortenberg V. 1992. Genèse du culte de la Madeleine (VIIIe-XIe siècle). Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge 104, p. 9-11.

Iogna-Prat D. 2002. Cluny, 910-1910, ou l’instrumentalisation de la mémoire des origines. In Études clunisiennes. Paris : Picard, p. 201-224.

Lauwers M. (dir.) à paraître. Monachisme et espace social dans l’Occident médiéval : contexte, hiérarchie, circulations. Turnhout : Brepols.

Le Laboureur Cl. 1887-1895. Les masures de l’Abbaye royale de l’isle Barbe lez Lyon [sic], 1665. Lyon : Vitte et Perrussel. 3 vol. (687 p., 708 p., 636 p.).

Morel L.-B. 1890. Sculptures et dalle funéraire provenant de l’Île-Barbe. Revue du Lyonnais 5/IX, p. 369-383.

Niepce L. 1890. L’Île-Barbe. Son ancienne abbaye et le bourg de Saint-Rambert. Lyon : L. Brun. 432 p.

Niepce L. 1892. Les environs de l’Île-Barbe. Lyon: L. Brun. 495 p.

Picard J.-M. 2009. Miles insulanus. Les îles monastiques irlandaises et l’idéal du désert marin. In Codou Y., Lauwers M. Lérins, une île sainte, de l’Antiquité au Moyen Âge. Turnhout : Brepols, p. 301-318.

Picot J., Rubellin M. 1995. L’histoire de l’Île-Barbe. In Mémoires de pierres, abbaye de l’Île-Barbe. Lyon : Musée historique, p. 17-30. [Exposition. Lyon. Musée historique, Hôtel Gadagne. Septembre 1995-janvier 1996].

Reveyron N. 2010. Marcigny, Paray-le-Monial et la question de la chapelle mariale dans l’organisation spatiale des prieurés clunisiens au XIe-XIIe siècle. Viator, p. 63-94.

Reveyron N. 2011. Une cathédrale de mots. In Barbarin P. (dir.). Lyon, la grâce d’une cathédrale. Lyon : Éd. La Nuée Bleue, p. 134-142.

Reynaud J.-Fr. 1995. Le monastère de l’Île-Barbe. État des lieux et reconstitution. Situation entre le milieu du XIe siècle et la fin du XIIe siècle. In Mémoires de pierres, abbaye de l’Île-Barbe. Lyon : Musée historique, p. 33-49. [Exposition. Lyon. Musée historique, Hôtel Gadagne. Septembre 1995-janvier 1996].

Reynaud J.-F. (dir.) 2002. Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes. Lyon : ALPARA. 207 p. (DARA ; 23)

Roux (Abbé) 1844. L’Île-Barbe. L’Album du Lyonnais, p. 172-199.

Rubys (de) C. 1604. Histoire véritable de la ville de Lyon. Lyon : Bonaventure Nugo.

Saxer V. 1959. Le culte de Marie-Madeleine en Occident : des origines à la fin du moyen Âge. Auxerre : Publications de la Société des fouilles archéologiques et des monuments historiques de l’Yonne ; Paris : Libr. Clavreuil. 2 vol.

Treffort C. 2009. Îles et moines du littoral atlantique entre Loire et Gironde au Moyen Âge. In Codou Y., Lauwers M. Lérins, une île sainte, de l’Antiquité au Moyen Âge. Turnhout : Brepols, p. 319-334.

Vicard T. 2011. Île-Barbe, Sainte-Anne. Rapport de diagnostic, Inrap, Bron.

Notes

1 Stuttgart, Staatsgalerie.

2 BnF : Cabinet Richelieu, Réserve UB-9-Boîte FT 4.

3 Biblioth. mun. Lyon, F 17 SIL 004 157 ; musées Gadagne, N. 3831.2

4 C’est par exemple ce qu’ont pu montrer Cécile Caby (Caby 2003) pour le « nouveau monachisme » ou Dominique Iogna-Prat pour Cluny (Iogna-Prat 2002).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Abbaye de l’Île-Barbe : plan réalisé par Masson, 1751 (Arch. Dép. Rhône, cliché : Ch. Gaillard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3736/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 2 : Abbaye de l’Île-Barbe : Étienne Martellange, Notre Dame de Lyle, le 6 octobre 1609 (BnF, cliché : Ch. Gaillard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3736/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 3 : Abbaye de l’Île-Barbe : Étienne Martellange, Insula Barbara prope Lugdunum, 12 juin 1618 (BnF, cliché : Ch. Gaillard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3736/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 4 : Abbaye de l’Île-Barbe : Étienne Martellange, Nostre Dame de l’Ysle Barbe, proche de Lion, 1608 (BnF, cliché : Ch. Gaillard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3736/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 5 : Abbaye de l’Île-Barbe : Étienne Martellange, Ecclesia sancti Lupi episcopi in insula Barbara prope Lugdunum, 1616 (BnF, cliché : Ch. Gaillard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3736/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 6 : Abbaye de l’Île-Barbe : Israel Sylvestre, Chapelle Notre-Dame (Lyon, musées Gadagne, N 3831.2).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3736/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 7 : Abbaye de l’Île-Barbe : Israel Sylvestre, Vue de Notre Dame de l’Isle, vers 1654-1655 (Biblioth. mun. Lyon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3736/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 473k

Auteur

Doctorante en archéologie médiévale, université Lumière Lyon 2, UMR 5138

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540