Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 2 : L'organisation de l'espace religieux au Moyen Âge

La géographie des morts dans l’abbaye de Savigny (Xe-XVIIIe siècle)

Olivia Puel et Pierre Ganivet

Texte intégral

1Établissement majeur du diocèse de Lyon au Moyen Âge, l’abbaye de Savigny, située à moins de 30 km au nord-ouest de Lyon, a été démantelée peu après sa suppression : entre 1791 et 1795, les édifices cultuels et conventuels sont pillés puis, après la vente des bâtiments comme biens nationaux en 1796, ils sont utilisés pour supporter de nouvelles habitations ou, au contraire, pour fournir des matériaux de construction.

2Le XIXe siècle fait alors le constat d’un vide archéologique peu propice à la connaissance matérielle du monastère : les chercheurs s’en trouvent découragés jusqu’au milieu du XXe siècle, date à laquelle Denise Devos commence, dans la lignée de son oncle Amédée Cateland, à s’interroger sur les bâtiments monastiques, après avoir travaillé sur les sculptures (Devos 1950, 1971, 1972, 1996). C’est Jean-François Reynaud qui, dans la dernière décennie du XXe siècle, à la faveur d’une opportunité offerte par des Savignois, donne une impulsion décisive à l’archéologie savinienne, en encadrant deux recherches universitaires portant, d’une part, sur la chapelle Saint-Léger (Bonzy, Réal 1987) et, d’autre part, sur le chancel de l’église mariale (Hoffet-Roquet 1996, 1997).

3Profitant d’une réhabilitation des sources écrites de l’abbaye, notamment de son cartulaire, les recherches sur Savigny ont désormais pris un tour plus systématique : elles sont aujourd’hui fédérées dans le cadre d’un Programme collectif de recherche réunissant des spécialistes issus de plusieurs disciplines. Archéologie, histoire, liturgie… sont autant de domaines qui se rejoignent autour d’un même objet d’étude, alimenté par diverses problématiques.

4En 2011, à l’occasion du colloque de Paray-le-Monial consacré à « La mort et les moines au Moyen Âge », nous nous sommes penchés sur la question funéraire, qui s’avère délicate à aborder : le caractère privé de l’emplacement du claustrum et la configuration actuelle des lieux rendent l’approche archéologique inefficace dans l’immédiat. Si plusieurs tombes, bien conservées et connectées avec un premier cloître ont pu être repérées dans la galerie est, lors de la campagne archéologique de février-mars 2011, elles n’ont pu être fouillées en raison de contraintes techniques trop importantes (2,50 m de remblais au-dessus des couvertures de tombes).

5Très bien fourni, le dossier historique qui s’échelonne du Xe au XVIIIe siècle est, au contraire, particulièrement riche en mentions de tombes. En plus de quelques testaments ou fondations d’anniversaire (Arch. dép. Rhône, 1 H 30) qui restent à étudier, il comporte cinq documents majeurs, actuellement en cours d’analyse au sein du PCR.

  • Le cartulaire de l’abbaye ou « Livre des chartes de l’abbé Ponce », compilé vers 1135, contient de nombreuses donations pro sepultura et un miracle qui touche directement la problématique de la géographie des morts dans l’abbaye (Bernard 1853).

  • L’ordinaire monastique (Arch. dép. Rhône, 1 H 20) réalisé sous l’abbatiat de Guillaume Bollaz, entre 1204 et 1233, permet d’appréhender la liturgie et les coutumes saviniennes, mais reste peu explicite sur les lieux d’inhumations.

  • Les manuscrits du grand-prieur Benoît Mailliard (BnF, lat. 10036 ; Arch. dép. Rhône, 1 H 6, 21) livrent, pour la fin du XVe siècle, un relevé des sépultures abbatiales, religieuses et laïques, ainsi que de nombreux extraits de l’obituaire monastique.

  • Le Liber refusionum et ceremoniarum (Arch. dép. Rhône, 1 H 27/3), rédigé sous François II d’Albon, en 1608, décrit avec précision le déroulement des cérémonies religieuses, telles que les messes, les processions pour les morts, le rituel d’inhumations pour les religieux ou les « étrangers » au monastère.

  • Un « Tableau des fondations de messes, prières […] » (Arch. dép. Rhône, 1 H 26/1-7), écrit par le grand-prieur, Laurent de Foudras, en 1780, récapitule enfin les anniversaires et fondations dont les religieux devaient s’acquitter avant la suppression effective de leur établissement.

6Le présent article, conçu comme une approche préliminaire du dossier funéraire savinien, se fonde essentiellement sur les manuscrits de Benoît Mailliard et François II d’Albon : leur analyse parallèle permet en effet de recouper de nombreuses données et de prouver ainsi la pérennité ou, au contraire, l’évolution de certains usages funéraires et, accessoirement, certains aménagements architecturaux. Ainsi les mentions successives de la tombe du cellerier Étienne Groslier, située dans l’abbatiale et localisée, en 1499, par rapport au bénitier de l’abbatiale (BnF, lat. 10036, fo 45), et, en 1608, par rapport à l’entrée de la chapelle de Champrenard (Arch. dép. Rhône, 1 H 27/3-1, fo 230), permettent-elles de conclure à l’érection d’une nouvelle chapelle, ou plus certainement, d’un nouvel autel, entre ces deux dates.

1. LE CORPUS DES MENTIONS SÉPULCRALES

7La présente étude est fondée sur un corpus de 141 tombes, pour la plupart connues par plusieurs mentions dans les différentes sources citées ci-dessus. Toutes les mentions sépulcrales fournissent au minimum le nom d’un défunt associé à un lieu d’inhumation. Selon la source utilisée, elles gagnent parfois en précision. L’exemple de la tombe d’Hugues de Pugny permet de rendre compte de cette diversité. Ainsi, dans le catalogue des sépultures de religieux, Benoît Mailliard écrit simplement : « Frater Hugo de Pugne sacrista maior, uir [sanctissime] et honeste uite, qui multa bona fecit nobis, de quibus in martirologio [XI. kl’] augusti, iacet in tumba ante mandatum. » (BnF, lat. 10036, § 13). Dans les statuts « De religiosis », il donne de plus amples détails sur les bienfaits réalisés par le grand sacristain en faveur du monastère : « Hugo de Pugneu sacrista maior sauigniaci, honeste et sanctissime uite, fecit fieri et dedit ecclesie sauigniaci tria thurribula argentea, duas tabulas argenteas. Et dedit uiginti solidos et unam eminam siliginis pro helemosina, ualet eymina sex bichetos siliginis, anniuersario suo faciendo. Et dictos uiginti solidos et eminam siliginis, debet sacrista maior super conquerementis que fecit dictus hugo apud monmonot a Durando de la fay. Et de isto habetur in martirologio XI kl’augusti. Jacet ante mandatum in claustro. » (Arch. dép. Rhône, 1 H 6, § 37). Dans son livre des coutumes, François II d’Albon énumère quant à lui les stations marquées lors de la procession effectuée le jour des morts : « Decima secunda super tumulo ante mandatum pro fratre Hugone de Pugneu quondam sacrista maiore, ibi sepulto. » (Arch. dép. Rhône, 1 H 27/1-3, fo 205vo).

8Ce nombre de 141 mentions sépulcrales doit être considéré comme une valeur minimale dans la mesure où les manuscrits consultés n’évoquent que les tombes des personnes qui ont choisi d’être enterrées à l’abbaye de Savigny en échange d’une institution de messe, d’une fondation d’anniversaire ou du versement annuel d’une rente au couvent. Les sépultures ordinaires dans le cimetière monastique par exemple nous échappent dans leur quasi-totalité. Seules des investigations archéologiques systématiques et exhaustives permettraient de disposer d’une vision concrète des tombes du claustrum, au moins pour les époques les plus récentes.

9Par ailleurs, ces 141 mentions ne coïncident pas avec le nombre d’individus ni avec le nombre de tombes réelles. Quelques paramètres, décelables et mesurables, brouillent l’équation. Le cas particulier de l’abbé Gausmar, enterré deux fois – dans la chapelle Saint-Léger à la date de son décès et dans la chapelle Saint-Nicolas à une date ultérieure (cf. infra 3.2.1.) – explique que ces 141 mentions ne correspondent qu’à 140 individus. En outre, il existe des tombes collectives, comme celle des Talaru, qui accueille au moins 11 membres de cette famille entre le début du XIIIe et le milieu du XVe siècle. Au total, 49 tombes collectives ont été répertoriées, ce qui réduit le nombre de tombes réelles à 92.

10Certaines mentions sépulcrales concernent enfin plusieurs tombes regroupées, qui ne peuvent être distinguées les unes des autres : si elles font l’objet d’une station au cours des processions réalisées le jour des morts, les tombes de « tous les religieux inhumés dans cette galerie [ouest] » (Arch. dép. Rhône, 1 H 27/3-1) ne sont pas documentées avec la même précision que les autres. Identités des moines, dates des décès ou localisations précises des tombes ne sont pas indiquées. Assurément nombreuses et certainement réutilisées, ces tombes ne peuvent être comptabilisées individuellement. Elles seront toutefois prises en compte dans l’analyse de la répartition générale des tombes au sein du claustrum.

11Les dates de décès et d’ensevelissement ne sont pas précisées dans les manuscrits consultés et nécessitent des recherches parallèles dans la documentation savinienne. L’ampleur de la tâche est telle qu’à ce jour n’ont pu être datées que 91 tombes, soit 64,5 % de l’ensemble, avec une précision parfois très bonne (abbés de Savigny), parfois toute relative (laïcs). Les résultats présentés sont donc relatifs, même s’il y a peu de chances pour que les grands équilibres d’ensemble viennent à être sensiblement modifiés par la suite.

12Les dates ainsi obtenues sont comprises entre les Xe et XVIIIe siècles, selon la répartition schématisée dans un histogramme (fig. 1). Deux pics apparaissent alors clairement, d’une part aux XIIIe-XVe siècles, d’autre part au XVIIe siècle. Ils correspondent logiquement aux époques les plus proches des commanditaires de nos sources – Benoît Mailliard entre à l’abbaye en 1437 et meurt vers 1500 ; François II d’Albon est élu abbé en 1608 et s’éteint vers 1660. Au contraire, la période antérieure au XIIIe siècle est bien moins documentée.

Fig. 1 : Abbaye de Savigny : répartition chronologique des sépultures au sein du claustrum (graphique : O. Puel).

13Avec respectivement 3, 6 et 7 tombes, les Xe, XIe et XIIe siècles ne correspondent pas pour autant à un chiffre nul. 16 tombes anciennes sont finalement mentionnées, par Benoît Mailliard à la fin du Moyen Âge, mais aussi par François II d’Albon au début du XVIIe siècle et, parfois, par Laurent de Foudras à la fin du siècle suivant. Les défunts concernés, qui bénéficient visiblement d’une grande attention, ont tous été des personnages respectés et influents dont le souvenir enrichit la memoria monastique : 13 abbés, 2 laïcs puissants (Guigue, comte de Forez, et Gauceran Libertz, frère de l’abbé de Savigny) et 1 chamarier. Le chiffre de 2 tombes pour le XVIe siècle est en revanche plus surprenant.

2. RÉPARTITION DES TOMBES DANS LE CLAUSTRUM

14Au XVIIe siècle, le Liber refusionum de François II d’Albon énonce ou rappelle, dans un chapitre intitulé « De modo sepeliendi religiosos », les règles à appliquer lorsque survient la mort d’un moine.

2.1. DE LA RÈGLE À LA PRATIQUE

15Le choix du lieu d’inhumation est réglementé de la manière suivante (Arch. dép. Rhône, 1 H 27/3-1, fo 227vo) :

  • un religieux peut choisir le lieu de sa future tombe en accord avec le couvent ;

  • un seul lieu est accessible sans aucune contrepartie : la galerie « haute » des cellériers, à savoir la galerie ouest du cloître ;

  • plusieurs lieux sont accessibles moyennant une rente : l’abbatiale Saint-Martin (sauf le chœur), l’église Sainte-Marie, le chapitre, les galeries est, nord et sud ;

  • un lieu est accessible en échange d’une rente double, ou d’une rente plus une institution de messe ou une fondation d’anniversaire : le chœur de l’abbatiale.

16Les espaces d’inhumation apparaissent ainsi hiérarchisés en fonction du bénéfice proposé au monastère par le religieux qui élit sépulture. Ces principes sont par ailleurs justifiés par une « ancienne coutume », respectée à Savigny depuis un temps immémorial : « […] ex antiqua et citra hominum memoriam observata in hoc monasterio consuetudine…] » (Arch. dép. Rhône, 1 H 27/3-1, fol. 227 v).

17Les usages révélés par notre corpus de tombes sont-ils en accord avec ces règles ? Les 141 inhumations se répartissent dans neuf lieux : les deux églises, les quatre galeries du cloître, le chapitre, le parloir et la chapelle Saint-Léger (fig. 2).

  • L’église Saint-Martin et les galeries ouest et nord du cloître atteignent des chiffres supérieurs à 20 tombes. La sacralité élevée de l’abbatiale explique aisément son attractivité et celle de la galerie adjacente. Le nombre élevé de tombes dans la galerie occidentale, seul espace claustral à accepter les religieux sans contrepartie financière, n’est pas plus surprenant. Par ailleurs, le cimetière, situé entre les deux églises, accueille nécessairement un grand nombre de tombes : probablement réservé aux religieux qui ne choisissent pas de lieu d’inhumation ou à ceux qui choisissent expressément ce lieu, il n’a donc aucune raison d’être mentionné dans les textes prescriptifs.

  • La galerie orientale du cloître et le chapitre comportent 15 à 20 inhumations, ce qui peut sembler relativement faible en regard du degré important de sacralité des lieux.

  • L’église mariale accueille quant à elle 10 à 15 inhumations, au même titre que le parloir, tandis que la chapelle Saint-Léger, en possède moins de 5. Deux espaces d’inhumation non prévus par les prescriptions de François II d’Albon apparaissent ainsi dans la pratique. Connu au XVIIIe siècle sous le nom de « vestibule » de l’église Notre-Dame, le parloir se situe devant cette église, à laquelle il permet d’accéder. La chapelle Saint-Léger est également adjacente à ce lieu de culte et ne possède d’ailleurs pas d’autre accès que leur porte commune. Église, chapelle et parloir appartiennent ainsi à un même pôle architectural, qui pouvait être tout entier désigné comme l’« église Sainte-Marie » au début du XVIIe siècle. En cumulant le nombre d’inhumations localisées dans ces trois espaces, nous obtenons un total de 23 tombes, qui pourrait alors concurrencer les résultats de l’abbatiale.

18Sur les neuf espaces d’inhumation qui apparaissent ainsi dans les sources se dégagent donc quatre pôles majeurs : l’abbatiale Saint-Martin, l’église mariale et ses extensions, les galeries du cloître et le cimetière.

2.2. LIEU D’INHUMATION ET IDENTITÉ SOCIALE DU DÉFUNT

19Une réflexion plus fine sur la répartition des défunts est également envisageable grâce aux données indiquées dans les manuscrits de Benoît Mailliard ou de François II d’Albon. Le statut des défunts permet ainsi de s’interroger sur le positionnement des tombes religieuses ou laïques tandis que les dates de décès rendent possible une évolution chronologique.

20Dans les manuscrits de Benoît Mailliard ou de François II d’Albon, les noms des défunts sont presque toujours accompagnés du titre, de la fonction ou de l’identité sociale de l’intéressé : évêque, grand sacristain, moine… pour les religieux ; noble, chevalier, épouse de… pour les laïcs. Il est alors possible d’esquisser une répartition des tombes de religieux ou de laïcs.

2.2.1. Les tombes de religieux

2191 tombes concernent des religieux, dont 80 appartiennent à l’abbaye de Savigny elle-même : 30 abbés, des grands officiers, mais peu d’officiers mineurs, et 14 simples moines. 5 religieux seulement sont extérieurs au monastère : parmi eux figure Robert de Stitchill, évêque de Durham, mort à l’issue du concile de Lyon de 1274. Les religieux sont inhumés surtout dans l’abbatiale et le cloître (fig. 3) : plus d’une vingtaine dans la galerie ouest, y compris les anonymes, 15 à 20 dans chacune des galeries nord et est, 10 à 15 dans l’église principale. Ils investissent également les autres espaces d’inhumation, mais plus faiblement : moins de 5 dans l’église mariale, dans le parloir ou la chapelle, moins de 5 aussi dans le cimetière. La sur-représentation du côté nord du claustrum pourrait s’expliquer par l’attractivité de l’abbatiale. Statistiquement, les religieux ne fondant aucune messe ou anniversaire choisiraient la galerie ouest du cloître plutôt que le cimetière. Ce n’est là qu’un effet du caractère partiel des sources, qui ignorent par définition les moines inhumés dans le cimetière.

Fig. 2 : Abbaye de Savigny : répartition géographique des sépultures au sein du claustrum (DAO : O. Puel).

Fig. 3 : Abbaye de Savigny : répartition géographique des sépultures de religieux au sein du claustrum (DAO : O. Puel).

2.2.2. Les tombes de laïcs

22Sur 141 individus inhumés à l’abbaye de Savigny, figurent donc 51 laïcs, en majorité des hommes (14 femmes), qui appartiennent essentiellement – mais pas exclusivement – à l’époque moderne. Sans surprise, hommes et femmes sont issus de l’aristocratie régionale, les hommes étant cités comme seigneurs ou nobles, les femmes étant définies par rapport à leur père ou leur époux. La répartition des tombes de laïcs (fig. 4) dans le claustrum contraste singulièrement avec celle des tombes de religieux. Aussi, au sud, l’église Sainte-Marie et le parloir sont-ils particulièrement investis par des laïcs. La chapelle Saint-Léger en est en revanche exempte. Le cimetière accueille également beaucoup de laïcs.

23Pouvons-nous alors déduire que les églises et leurs espaces proches ont des affectations différentes et complémentaires : le nord pour les religieux, le sud pour les laïcs ? Il existe pourtant des exceptions à ce phénomène, avec quelques tombes de laïcs dans les lieux particulièrement importants. Ainsi les chevaliers Pierre de Mauvoisin et Josseran d’Oingt sont-ils inhumés dans la salle du chapitre, précisément dans le caveau de leurs frères respectifs, tous deux anciens abbés de Savigny (Robert de Mauvoisin et autre Josseran d’Oingt). La présence de deux inhumations de laïcs dans le chapitre pourrait faire songer à des usages tardifs, éloignés des règles du Moyen Âge. Or les quatre personnages ici considérés ont vécu au XIIIe siècle : Robert et Pierre de Mauvoisin par exemple sont morts en 1268 et 1276. La présence de ces tombes dans le chapitre semble donc relever du rapprochement familial, et non pas d’un relâchement précoce des règles monastiques.

2.3. LIEU D’INHUMATION ET CHOIX STRATÉGIQUE

24Dans le livre de François II d’Albon comme dans les manuscrits de Benoît Mailliard, les tombes sont presque toujours situées par rapport à des repères architecturaux connus de tous les moines saviniens. Leur localisation, rendue difficile en raison de la disparition des édifices monastiques, peut néanmoins être ébauchée grâce à la conjonction des données archéologiques et historiques.

25La représentation des tombes sur un plan répond nécessairement à des conventions arbitraires. Sans données archéologiques, il est en effet impossible de caractériser matériellement les tombes. Les termes employés – tumulus, tumba ou sepultura – ne permettent pas de déterminer le type de contenant funéraire. La seule précision, fournie par le livre de François II d’Albon, dans les prescriptions faites pour l’inhumation d’un religieux, concerne une réalité post-médiévale, à savoir l’utilisation d’un cercueil, sans pour autant exclure l’ensevelissement en pleine terre. Tout au plus la mention de « tumulus elevatus », employée pour Gausmar, suggère-t-elle que cet abbé bénéficiait d’un tombeau en élévation quand tous les autres disposaient seulement, dans le meilleur des cas, d’une épitaphe. Des conventions précises et systématiques ont donc été adoptées : taille standard de 190 cm x 50 cm pour les tombes individuelles, de 190 cm x 100 cm pour les tombes collectives ; contours pleins pour une tombe bien localisée, grâce à une mention précise et à une bonne connaissance de l’architecture, à l’inverse, contours en pointillés pour une tombe située globalement (par exemple « in medio claustri ») ou par rapport à des repères architecturaux mal connus, comme la porte du chapitre, ou l’Arbre de Vie.

26Subdivisées en deux grands groupes – antérieures ou postérieures au XVe siècle –, les tombes ont été représentées sur la restitution du plan du claustrum de l’époque moderne (fig. coul. 27). Si elles se répartissent sur la totalité de cet espace, elles répondent majoritairement à deux cas de figure. À l’intérieur d’un lieu de culte, elles sont placées à proximité d’un autel, à l’exemple de Robert de Stitchill, devant l’autel Sainte-Catherine, ou Étienne de Varennes, abbé de Savigny, devant l’autel Saint-Barthélémy, dans l’abbatiale, ou de la famille des Talaru, devant l’autel de Sainte-Foy dans l’église mariale. Dans le cloître et les bâtiments communautaires, elles sont par ailleurs groupées sur les lieux de passage, tels que la porte menant du cloître au chœur de la grande église (16 tombes) ou les portes du chapitre et du parloir (respectivement 6 et 10 tombes). Certaines bénéficient en outre d’un éclairage important, comme celles qui se trouvent devant la porte de parloir, sous la lampe, ou celles qui se regroupent autour du lampadaire du cimetière.

27Ces positionnements, récurrents et quasi-systématiques, ne sont pas anodins. D’après le manuscrit de François II d’Albon, un religieux peut, au XVIIe siècle, choisir son lieu d’inhumation en accord avec le couvent. En revanche, les sources disponibles ne nous renseignent pas sur la réalité médiévale. Il est toutefois très probable que les abbés ou les chapitres du Moyen Âge ont participé pleinement au choix des lieux d’inhumations, peut-être même avec plus de rigueur qu’à l’époque moderne. En choisissant un emplacement fréquemment visité et/ou avantageusement éclairé comme lieu d’inhumation, un religieux exprime sa volonté d’occuper une place privilégiée dans la mémoire collective. En validant son choix, l’assemblée des moines estime qu’il mérite effectivement cette reconnaissance et qu’il constitue un avantage précieux pour le monastère.

2.4. LIEU ET ÉPOQUE D’INHUMATION

28La répartition chronologique des tombes en fonction du lieu d’inhumation s’avère également significative. Considérons-la d’abord en fonction des neuf édifices dans lesquels les religieux peuvent élire sépulture (fig. 5). Les plus anciennes tombes apparaissent dans la chapelle Saint-Léger (Xe-XIe siècles), qui n’est plus représentée par la suite, ainsi que dans les galeries nord et est (XIe-XIVe siècle). L’abbatiale n’est utilisée timidement qu’à partir du XIIe siècle, époque à laquelle les galeries du cloître et surtout le chapitre sont beaucoup investis. Elle est alors représentée jusqu’au XVIIIe siècle, contrairement aux galeries et au chapitre, abandonnés après les XVe-XVIe siècles. L’église Sainte-Marie apparaît enfin comme un cas particulier puisqu’elle enregistre un pic de fréquentation entre les XIIIe et XVe siècles et attire toujours au XVIIe siècle.

29Cette première répartition suggère, pour la période envisagée, une évolution des lieux d’attraction, qui doit être mise en rapport avec les grandes lignes de l’histoire monumentale du claustrum. D’après l’ordinaire de Guillaume Bollat, les deux églises monastiques saviniennes existent dès les premières années du XIe siècle (Gendry 2011, Ganivet 2012). Elles ne sont pourtant pas attestées archéologiquement au même moment : dans le périmètre de l’abbatiale, ne subsistent (dans les secteurs périphériques aujourd’hui fouillés) que des vestiges datant au plus tôt de la fin du XIe siècle, tandis que, dans le vestibule de la seconde église, existent des maçonneries vraisemblablement antérieures à l’an mil (Puel 2009, 2011a, 2011b). Dans ces conditions, il paraît surprenant que l’église Sainte-Marie ne soit utilisée comme lieu funéraire qu’à partir d’une date aussi tardive. Mais si nous rassemblons, sous un même pôle ecclésial, l’église mariale, la chapelle Saint-Léger et le parloir, qui constituent, nous l’avons vu, un même ensemble architectural, cette répartition devient beaucoup plus équilibrée (fig. 6). Présentes dans le pôle marial dès les Xe-XIe siècles, les tombes se déplaceraient ensuite dans les galeries du cloître aux XIe-XIIe siècle, puis dans le pôle martinien au XIIe siècle, avant de se répartir plus équitablement entre les deux églises. Or, l’apparition des tombes dans l’abbatiale coïncide avec la construction de l’édifice, initiée par Dalmace à la fin du XIe siècle et poursuivie pendant tout le siècle suivant. Avec toute la réserve qu’impose ce corpus réduit de tombes, ne faudrait-il pas voir dans cette évolution des lieux d’attraction le reflet de la restructuration du monastère à l’époque romane ?

Fig. 4 : Abbaye de Savigny : répartition géographique des sépultures de laïcs au sein du claustrum (DAO : O. Puel).

Fig. 5 : Abbaye de Savigny : répartition chronologique des sépultures par édifice (graphique : O. Puel).

30Il n’est d’ailleurs pas anodin de constater que le vide documentaire voilant les tombes les plus anciennes entoure également la première église Saint-Martin, probablement située sous l’abbatiale romane, mais dans un périmètre plus restreint. Nous pourrions alors suggérer que le souvenir de ces tombes primitives se soit évanoui en même temps que l’édifice ancien qui les accueillait, laissant alors la place à une seconde génération d’hommes et de bâtiments ?

Fig. 6 : Abbaye de Savigny : répartition chronologique des sépultures par pôle ecclésial (graphique : O. Puel).

3. LES TOMBES ABBATIALES

31Qu’elles soient laïques ou religieuses, les tombes dont il a été question jusqu’à présent sont généralement tardives. Cela tient évidemment à la chronologie de nos sources, des manuscrits du grand-prieur Benoît Mailliard (fin XVe siècle) au Liber refusionum de l’abbé François II d’Albon (début XVIIe siècle). Les renseignements qu’elles contiennent sont loin d’être exhaustifs (on ne sait presque rien des tombes les plus nombreuses, celles du cimetière) et ne commencent à devenir substantiels qu’à partir du XIIIe, voire du XIVe siècle. Au regard de ce schéma général, les tombes d’abbés font exception : grâce aux écrits de Benoît Mailliard, toutes (ou presque !) peuvent être situées avec une relative précision dans l’espace monastique dès le Xe siècle et jusqu’à la fin du Moyen Âge. On pourrait penser que la tombe, même ancienne, d’un père de la communauté monastique, se signalait au regard avec évidence et que le grand-prieur de Savigny a mis tout son soin à les repérer en divers lieux du claustrum. Pourtant, ses écrits semblent se fonder moins sur les observations personnelles de l’auteur in situ que sur les éléments qu’il a pu recueillir dans des manuscrits plus anciens.

3.1. LES ÉCRITS DE BENOÎT MAILLIARD ET LEURS SOURCES

32Deux textes, parmi les nombreuses compositions de Benoît Mailliard, sont utiles à notre propos. Le premier est intitulé De anniversariis nostris et consiste en une liste d’anniversaires que les moines devaient célébrer de façon solennelle. Benoît Mailliard dit les avoir « extraits du martyrologe » (BnF, lat. 10036, fo 27vo-43vo). Il s’agit d’une copie partielle, mais apparemment textuelle, de l’obituaire monastique. Chaque abbé est en principe répertorié, sous la date correspondante, avec l’indication de son lieu d’inhumation (BnF, lat. 10036, f ° 27v° p. ex. : « IIII° idus ianuarii, decima die. Domnus Vido abbas noster, iacet in medio claustri a parte ecclesie, ante arborem vite [...] »). Ces extraits sont d’autant plus précieux que le nécrologe de Savigny, ou plutôt les nécrologes, n’ont pas été conservés. Benoît Mailliard distingue dans ses écrits un « ancien martyrologe » (martirologium antiquum), qu’il évoque de manière sporadique à propos de quelques abbés des IXe, Xe et première moitié du XIe siècle, et un « nouveau martyrologe » (martirologium nouum) dont il attribue la confection à Étienne de Saint-Just (fin XIVe siècle). L’auteur emprunte donc à l’un et à l’autre dans des proportions difficilement appréciables car il ne prend pas le soin d’indiquer systématiquement sa source. Quoi qu’il en soit, en ce qui concerne le lieu d’inhumation des abbés, le nouveau martyrologe semble poursuivre une tradition inaugurée par le premier.

33Le second texte se trouve dans le même manuscrit (BnF, lat. 10036), sous le titre De sepulturis abbatum (fo 24ro-vo). C’est une liste de 23 tombes abbatiales, composée par Benoît Mailliard lui-même, essentiellement à partir de la même source que son De anniversariis : 19 fois sur 23, la localisation de la tombe s’accompagne de la mention ut habetur in martirologio. Le document reproduit donc les mêmes renseignements que le précédent (exemple : « Abbas Guido iacet in medio claustri, a parte mandati ante arborem vite, ut habetur in martirologio, IIII° idus ianuarii. »). Seules quatre notices font référence à une épitaphe (Dalmace et Itier II au XIe siècle, Bernard et Milon au XIIe siècle). Il est difficile de savoir si Benoît Mailliard signale toutes les inscriptions visibles à son époque. Trois de celles qu’il signale n’étaient pas gravées sur la dalle funéraire même, mais plaquées sur un mur à proximité du tombeau. Le De sepulturis abbatum renvoie aussi, quoique très exceptionnellement (2 notices), à un « Livre des coutumes », aujourd’hui conservé aux Archives départementales du Rhône. Il s’agit d’un ordinaire du début du XIIIe siècle (Arch. dép. Rhône, 1 H 20 ; étude et édition : Gendry 2012) qui permet de vérifier l’exactitude des propos de Benoît Mailliard. Son De sepulturis localise, par exemple, le corps de l’abbé Gausmar dans la chapelle Saint-Nicolas « comme cela se trouve au martyrologe, au 3 des nones de juin, et dans le livre des coutumes, au jour des saints Marcel, Pierre et Fotin ». Le renseignement se retrouve, en effet, aussi bien dans le De anniversariis nostris (qui emprunte à l’obituaire), à la date du 3 juin (BnF, lat. 10036, fo 33vo), que dans le Liber consuetudinum au 2 juin (Arch. dép. Rhône, 1 H 20, fo 92vo : « […] fiat processio ad Sanctum Nicolaum ob honorem et memoriam domni Gaumari (sic) abbatis ibi quiescentis […] »). Bien que Benoît Mailliard écrive à la fin du XVe siècle, ses indications paraissent donc fiables, même pour les époques les plus anciennes. D’ailleurs, il reste tributaire de ses sources, ne cherchant pas à en combler les lacunes. Dans le préambule du De sepulturis, Benoît Mailliard avoue son ignorance concernant les lieux d’inhumation des abbés antérieurs à la destruction de l’abbaye par les Hongrois en 935 : « En quels lieux particuliers et distincts sont les premiers abbés, qui vécurent avant la désolation du monastère, on l’ignore ; mais après cette désolation, nous avons connaissance des sépultures de nombreux abbés […] », Ce n’est pas une surprise car, depuis longtemps, la mémoire monastique avait perdu presque tout souvenir des abbés de l’époque carolingienne : au XIIe siècle déjà, le compilateur du cartulaire était incapable d’en dresser la liste complète et même d’établir une chronologie correcte à partir des quelques noms d’abbés cités dans les rares chartes subsistantes de cette époque (Bernard 1853, no1-37). Nous devons donc nous résigner à ne rien savoir des élections de sépulture des abbés antérieurs à Badin, le restaurateur de Savigny au milieu du Xe siècle.

34Grâce aux emprunts de Benoît Mailliard aux obituaires, nous sommes en revanche bien renseignés pour toute la seconde moitié du Moyen Âge, du milieu du Xe jusqu’à la fin du XVe siècle. Ses textes présentent certes des lacunes : il manque, pour une liste abbatiale de 33 noms, une dizaine de tombes (4 au XIe, 2 au XIIe, 3 au XIIIe et 1 au XIVe siècle). Mais plus de la moitié de ces absences s’explique par le fait que les personnages concernés ne sont pas morts en fonction, soit qu’ils aient accédé à une autre dignité avant leur mort (Ponce de Lay, évêque de Mâcon avant 1140 ; Amédée de Roussillon, évêque de Valence en 1274), soit surtout qu’ils aient été déchus de leur dignité (Lenton et Duran II au XIe, Zacharie au XIIIe) ou encore qu’ils l’aient résignée (Jean de Lutry en 1350). Il ne faut donc tenir compte, à strictement parler, que de 27 abbés et nous restons dans l’ignorance du lieu d’inhumation de trois d’entre eux seulement : Benoît et Bérard au XIe, Jacques de Menthon vers 1270. Curieusement, ceux-ci n’ont rempli les fonctions abbatiales que durant quelques mois. La coïncidence n’est sans doute pas anodine, même si, pour l’heure, elle reste difficile à interpréter (simples electi ?).

3.2. GÉOGRAPHIE ET CHRONOLOGIE

35Les 24 tombes abbatiales connues (sur 27) se répartissent dans l’espace monastique en fonction de trois périodes successives, qui correspondent à autant de pratiques dominantes (fig. coul. 28). Passons rapidement sur la troisième (XIIIe-XVe siècle), afin de nous concentrer sur les deux premières (Xe-XIIe siècle). Sur les 15 abbés dénombrés entre 1200 et 1500, 12 sont morts en fonction : 7 ont été inhumés dans la salle capitulaire (Richard, Guillaume Bollaz, Josseran d’Oingt, Robert Mauvoisin, Pierre Léobard, Étienne de Saint-Just et Jean d’Apchier), auxquels peut être ajouté Athanulf de Fontaneys (enterré dans le cloître, près de l’entrée du chapitre) ; 3 autres l’ont été dans l’église abbatiale (Étienne de Varennes en 1317, Guillaume d’Albon en 1456 et son neveu et successeur Jean en 1492) et le dernier sous la première marche de l’escalier descendant de la même église dans le cloître (Hugues Aybrand en 1323).

36Les siècles précédents (Xe-XIIe) nous retiendront davantage, avec une première période allant du milieu du Xe à celui du XIe siècle et une seconde période couvrant la deuxième moitié du XIe et l’ensemble du XIIe siècle.

3.2.1. Du milieu du Xe au milieu du XIe siècle

37Au cours de cette première période, Savigny a été dirigé par 8 abbés. On ne tiendra compte que des 6 premiers (Badin, Gausmar, Hugues, Benoît, Duran I et Itier I), les deux suivants ayant été « expulsés » (Lenton vers 1045, Duran II vers 1051). Benoît Mailliard nous renseigne sur l’emplacement de 5 des 6 tombes correspondantes : il situe celles de Badin († 954) et d’Itier I († vers 1044) dans la chapelle Saint-Léger, celle de Gausmar († 984) dans la chapelle Saint-Nicolas, celle d’Hugues († 1005) dans le cimetière, devant la fenêtre du chapitre, et celle de Duran I († 1013/1017) dans le cloître, près de la grande église. La période semble donc se caractériser par une grande disparité. Nous savons cependant, toujours par Benoît Mailliard, que Gausmar a d’abord été inhumé dans la chapelle Saint-Léger, avant que son corps ne soit transféré dans l’abbatiale Saint-Martin, dans la chapelle Saint-Nicolas (cf. infra). Ce sont donc 3 des 5 tombes connues de la période considérée qui sont établies dans la chapelle Saint-Léger. Celle-ci fait donc figure de lieu privilégié d’inhumation des abbés, après le rétablissement de la vie régulière au milieu du Xe siècle (Bernard 1853, no 38). Il faudrait en savoir davantage sur cette chapelle dont l’autel n’est attesté qu’au XIIIe siècle (Arch. dép. Rhône, 1 H 20, fo 114v°). Le bâtiment, toujours en élévation (et dans lequel se trouvait encore un sarcophage au début du XXe siècle), présente des éléments d’architecture (chapiteaux) qui ont pu être datés du XIe (Galle 1902 ; Bonzy, Réal 1987), mais dont rien ne démontre le caractère primitif. En l’absence d’étude archéologique précise ou suffisante, on peut seulement affirmer qu’une chapelle à vocation funéraire existe dès la seconde moitié du Xe siècle et que, déjà, elle est flanquée au sud d’un vaste édifice auquel succédera l’église romane Notre-Dame, l’église secondaire du monastère. Il pourrait y avoir là une clé d’interprétation, car on sait que les églises mariales jouent souvent, dans les monastères, un rôle majeur sur le plan de la liturgie funéraire et dans la mémoire des défunts. Mais cette clé vaut-elle pour les abbés du Xe siècle ? Si le grand bâtiment des IXe-Xe siècles auquel la chapelle Saint-Léger est accolée est vraisemblablement déjà une église (Puel 2009), son vocable reste inconnu.

38La première attestation d’une dédicace à la Vierge se trouve dans la notice que le compilateur du cartulaire (vers 1135) consacre à l’abbé Dalmace (1055-1080) (Bernard 1853, p. 388 : […] fecit et aliquot libros, id est duos breviarios in ecclesia Sanctae Mariae). Toutefois, l’ordinaire savinien du XIIIe siècle rapporte que son prédécesseur Itier I (1018-1044) érigea la fête de l’Assomption au rang de fête principale, au même titre que Pâques ou Pentecôte, en raison de l’existence de cette église Sainte-Marie (propter ecclesiam, Arch. dép. Rhône, 1 H 20, f ° 104v°). Par conséquent, le vocable de Sainte-Marie existe dès la première moitié du XIe siècle. L’étude archéologique du cuvier communal a d’ailleurs récemment mis en évidence l’édifice primitif (Puel 2009, 2011a, 2011b). L’abbatiat d’Itier I apparaît donc comme décisif dans l’histoire du culte marial à Savigny, tant sur le plan liturgique que sur le plan architectural. Une telle dévotion n’a rien de surprenant au regard de l’origine clunisienne d’Itier I (Bernard 1853, no 632). Mais elle contribue peut-être à expliquer le choix d’Itier d’être inhumé à Saint-Léger, première et dernière résurgence de la tradition savinienne illustrée par Badin et Gausmar avant l’an mil, mais interrompue par leurs successeurs immédiats qui, on l’a vu, ont préféré le cimetière (Hugues) ou le cloître (Duran).

39Hugues (984-1005) représente une exception très intéressante. Benoît Mailliard, dans son De anniversariis et son De sepulturis abbatis localise sa tombe « in cimiterio, ante fenestram altaris capituli » (BnF, lat. 10036, fo 34ro) ou « ante fenestram capituli » (BnF, lat. 10036, fo 24r°), mais il précise ailleurs « iuxta fenestram capituli et cabanam Petri Gingeyna » (Nomina abbatum, Arch. dép. Rhône, 1 H 6, fo 11vo). Cette dernière indication permet de situer la tombe abbatiale à côté de celle d’un certain Gauceran Libretz ou Libertz, dont Benoît Mailliard a trouvé mention dans l’obituaire au 18 des calendes d’août, et qui reposait « in cabana Petri Gingeyna, in tumba ydoli lapidei, retro capitulum » (BnF, lat. 10036, fo 35vo, ydolum lapideum désignant apparemment un gisant). L’anniversaire de ce Gauceran était célébré à Savigny parce qu’il avait donné aux moines l’église de Saint-Laurent d’Oingt. L’identification du personnage est aisée : il s’agit de ce Gauceran qui avait en effet légué l’église de Saint-Laurent à Saint-Martin de Savigny en l’an mil (Bernard 1853, no 435) et qu’une notice du début du XIIe siècle nomme « miles nobilis Gauzerannus cognomento Bers de Sepmuro » (Bernard 1853, no 915). Arrière-grand-père de saint Hugues de Cluny, Gauceran est le premier seigneur connu de la forteresse brionnaise de Semur. Mais sa famille est d’origine lyonnaise : le cartulaire de Savigny nous fait notamment connaître son frère Fréelan, seigneur de Chamelet dans les Monts du Lyonnais, sa sœur Asseline, abbesse de Saint-Pierre de Lyon, et son autre frère… Hugues, abbé de Savigny (Bernard 1853, no 527). La chronologie des disparitions et inhumations respectives de Gauceran et son frère Hugues est révélatrice. Gauceran, mort le premier, est porté sur l’obituaire du monastère au 19 juillet et est enseveli dans le cimetière monastique, juste derrière le chapitre (notons que, si le cartulaire contient de nombreuses donations pro sepultura, Gauceran est le seul laïc dont nous puissions localiser la tombe avant le XIIIe siècle) ; une quinzaine de jours plus tard, le 1er août 1000, son frère et sa veuve donnent, selon sa volonté, l’église de Saint-Laurent d’Oingt ; quelques années plus tard, en 1005, l’abbé Hugues meurt à son tour : son corps ne va pas reposer près de celui de ses prédécesseurs Badin et Gausmar, dans la chapelle Saint-Léger, mais dans le cimetière, également derrière le chapitre, c’est-à-dire aux côtés de Gauceran. Hugues apparaît ainsi comme le seul abbé des Xe‑XIe siècles dont l’élection de sépulture semble dictée par des considérations essentiellement familiales.

3.2.2. Du milieu du XIe à la fin du XIIe siècle

40Un changement définitif de pratique intervient après 1050, c’est-à-dire au moment où l’abbé Dalmace (1055-1080) lance le chantier de reconstruction a fundamentis de l’église Saint-Martin (Bernard 1853, p. 387). Une nouvelle période s’ouvre, qui s’étend jusqu’à la fin du XIIe siècle, au cours de laquelle les abbés élisent sépulture de préférence dans le cloître et à proximité de la nouvelle abbatiale. Dalmace repose lui-même a parte capituli, c’est-à-dire dans la galerie orientale. Son tombeau présente la particularité de se trouver dans un enfeu aménagé juxta introitum capituli, dira Estiennot au XVIIe siècle (BnF, lat. 12740, p. 145) ; les notices de Benoît Mailliard permettent par ailleurs de le situer entre la porte de l’église et celle du chapitre. Les autres abbés reposent sous les dalles du cloître : Guy († 1081) dans la galerie du mandat (qui longe l’abbatiale), Itier II († vers 1107) devant le tombeau de Dalmace, Milon († vers 1165/1170) et Bernard († vers 1190) également près de l’entrée de l’église, au pied de l’escalier qui descend dans le cloître. Sur les sept abbés inhumés à Savigny au cours de la période considérée, deux seulement opèrent un choix différent et élisent sépulture dans le chapitre (Girbaud vers 1110 et Odilon vers 1160), préfigurant ainsi une pratique qui deviendra habituelle au XIIIe siècle (cf. supra). Au XIe siècle, Itier I se trouve donc être, en définitive, le seul abbé inhumé dans la chapelle collatérale de l’église Sainte-Marie. Échec d’un modèle d’inspiration clunisienne ? Toujours est-il que les corps des abbés ne sont plus « confinés » dans une chapelle particulière, excentrée par rapport à l’ensemble du claustrum. Les (abbés) morts se tiennent au milieu des (religieux) vivants : leurs tombes se rappellent désormais au souvenir des frères qui empruntent chaque jour le parcours du chapitre à l’église principale.

41Un autre fait marquant témoigne de la désaffection définitive dont la chapelle Saint-Léger fait l’objet, parallèlement à l’évolution monumentale du monastère : le transfert du corps de Gausmar dans la grande église Saint-Martin, devant l’autel Saint-Nicolas. Sa présence dans la chapelle Saint-Nicolas est formellement attestée au début du XIIIe siècle (Arch. dép. Rhône, 1 H 20, f ° 92v°). Mais la translation a dû intervenir peu avant 1135, car le cartulaire de l’abbé Ponce fait allusion au miracle qui en est la cause (Bernard 1853, I, p. 87). D’après le récit qu’en donne Benoît Mailliard dans son De anniversariis (BnF, lat. 10036, fo 33vo ; cf. aussi ses Nomina abbatum : fo 7vo ; Arch. dép. Rhône, 1 H 6, fo 8ro), un muet de naissance avait aspergé d’eau bénite le sépulcre de l’abbé, qui se trouvait alors dans la chapelle Saint-Léger ; Gausmar lui apparut alors et l’exhorta à se rendre auprès de l’abbé et des frères, afin que ceux-ci le transfèrent dans la chapelle Saint-Nicolas. Pour cela, il donna la parole au muet et les moines, évidemment stupéfaits, s’empressèrent d’exécuter sa volonté. Il faut, bien sûr, souligner encore une fois que Benoît Mailliard écrit à une époque tardive. Sa narration n’en est pas moins fidèle à une longue tradition savinienne, puisque lui-même dit tenir ses renseignements des anciens (ab antiquis) et que, déjà, le cartulaire évoque la parole donnée au muet.

42Le récit de Benoît Mailliard est évocateur du rituel « qui pendant tout le haut Moyen Âge va être la seule source de sainteté » : l’elevatio, « exhumation d’un corps saint extrait de son tombeau primitif pour être placé dans un sépulcre plus digne de la révérence qui lui est due » (Hermann-Mascard 1975, p. 82). On retrouve les deux éléments fondamentaux de l’elevatio que sont l’accomplissement d’un miracle et le transfert du corps saint. Il n’est toutefois pas question d’une intervention épiscopale, en principe nécessaire depuis l’époque carolingienne. L’abbé Gausmar ne compte d’ailleurs pas au nombre des saints que l’Église de Lyon a pu vénérer. La translation de sa dépouille apparaît, d’abord et avant tout, comme une affaire « interne » : elle ancre, pour ainsi dire, le passé glorieux de l’abbaye au sein de la nouvelle abbatiale.

43Dès le début du XIIe siècle, Gausmar jouit d’un statut à part dans la mémoire monastique. Le compilateur le donne à voir comme celui qui a le plus fait pour son église. Il lui attribue – à raison ou à tort – près du tiers des 900 actes que rassemble le Liber cartarum et lui consacre une notice biographique, dans laquelle il rapporte notamment que « pour la protection et l’ornement de son église, ce très saint homme apporta de Jérusalem de nombreuses reliques de saints, dont il enserra une partie dans la croix d’argent qui, aujourd’hui encore, se situe au milieu de l’église. » (Bernard 1853, I, p. 87). Gausmar n’est donc pas un abbé ordinaire. Il a rejoint ces autres corps saints dans l’abbatiale aussitôt que l’état d’avancement du chantier initié par Dalmace l’a permis. L’ordinaire du XIIIe siècle témoigne de la dévotion particulière dont il fait l’objet, décrivant les rites pratiqués lors de la procession organisée autour de son tombeau (Arch. dép. Rhône, 1 H 20, fo 92vo ; Gendry 2012, I, p. 126-127). Sans doute est-ce déjà le cas à l’époque où Gausmar repose encore à Saint-Léger, ainsi que le suggère, dans le récit du miracle, l’aspersion d’eau bénite, possible rite pratiqué lors d’une station liturgique ante tumulum.

44Il faudra attendre le début du XIVe, puis la deuxième moitié du XVe siècle, pour que quelques-uns de ses successeurs – pourtant de moindre aura – élisent à leur tour sépulture à l’intérieur de l’église Saint-Martin.

Bibliographie

Bibliographie

Bernard A. 1853. Cartulaire de l’abbaye de Savigny suivi du petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay. I. Paris : Impr. nationale. 2 vol.

Bonzy P. et Réal S. 1987. La chapelle Saint-Léger à Savigny. 180 p. [Mémoire de maîtrise : Archéologie médiévale : université Lumière Lyon 2. Reynaud J.‑Fr. (dir.)].

Devos D. 1950. L’abbaye bénédictine de Savigny-en-Lyonnais des origines au XVIe siècle. [Thèse : École nationale des Chartes, Paris].

Devos D. 1971. Sculptures de l’abbaye de Savigny en Lyonnais du haut Moyen Âge au XVe siècle. Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques 7, p. 151-205. Rééd. Paris : Bibl. nationale de France, 1973.

Devos D. 1972. L’abbaye de Savigny : plan et architecture des édifices. In Mélanges de travaux offerts à Maître Jean Tricou. Lyon : Audin, p. 139-156. Rééd. : L’Araire 97, p. 11-44.

Devos D. 1996. Sculptures de l’abbaye Saint Martin de Savigny hors de France. In L’Arbresle et sa région : actes des journées d’études 1996. Lyon : Union des sociétés historiques du Rhône : Archives départementales du Rhône. 153 p. (Actes des journées d’études ; 13).

Galle L. 1902. Une ancienne chapelle de l’abbaye de Savigny en Lyonnais. Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifique, p. 248-256.

Gendry P. 2012. Liturgie et vie monastique à l’abbaye bénédictine Saint-Martin de Savigny d’après son ordinaire médiéval. Édition critique et commentaire du manuscrit Archives départementales du Rhône, 1 H 20, 2e quart du XIIIe siècle. 2 vol. [Thèse : Diplôme d’archiviste paléographe : École nationale des Chartes, Paris].

Hermann-Mascard N. 1975. Les reliques des saints. Formation coutumière d’un droit. Paris : Klincksieck. 446 p. (Histoire institutionnelle et sociale ; 6).

Hoffet-Roquet A. 1996. Inventaire des fragments sculptés de la collection B. B. à Savigny et analyse des fragments à entrelacs. 2 vol. [Mémoire de maîtrise : Histoire de l’art : université Lumière Lyon 2. Reynaud J.-Fr. (dir.)].

Hoffet-Roquet A. 1997. Mémoire d’une abbaye disparue : Saint-Martin de Savigny. Lyon : Musée historique de Lyon. 119 p.

Puel O. 2009. Histoire monumentale de l’église Sainte-Marie : des données archéologiques nouvelles. In Puel O. (dir). Savigny : l’abbaye et son territoire. Programme collectif de recherches. Rapport annuel, DRAC Rhône-Alpes/SRA, p. 73-81.

Puel O. 2011a. Modéliser pour percevoir le disparu : l’église Sainte-Marie de Savigny (Xe-XIIe siècle). In Père Chr., Rollier-Hanselmann J. (éd.). Arch. -I-Tech. 2010 : actes du colloque de Cluny 17-19 novembre 2010. Bordeaux : Ausonius, p. 45-54. (Achéovision ; 5).

Puel O. 2011b. Saviniacum – Savigny : la technologie numérique pour une renaissance de l’abbaye. In Le patrimoine religieux en question à l’aube du XXIe siècle : 4e journée d’études de Saint-Christophe-en-Brionnais, 20-21 novembre 2010. Saint-Christophe-en-Brionnais : CEP, p. 65-76.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Abbaye de Savigny : répartition chronologique des sépultures au sein du claustrum (graphique : O. Puel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 3 : Abbaye de Savigny : répartition géographique des sépultures de religieux au sein du claustrum (DAO : O. Puel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3733/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 4 : Abbaye de Savigny : répartition géographique des sépultures de laïcs au sein du claustrum (DAO : O. Puel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3733/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 5 : Abbaye de Savigny : répartition chronologique des sépultures par édifice (graphique : O. Puel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3733/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 6 : Abbaye de Savigny : répartition chronologique des sépultures par pôle ecclésial (graphique : O. Puel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3733/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search