Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 2 : L'organisation de l'espace religieux au Moyen Âge

Les collégiales séculières de l’ancien diocèse de Lyon, du IXe siècle à la première moitié du XVIe siècle

Hervé Chopin

Texte intégral

  • 1 Une thèse de doctorat est en cours sous la direction de Nicolas Reveyron sur l’occupation et l’util (...)

1En travaillant sous la direction de Jean-François Reynaud sur la collégiale Saint-Paul de Lyon, j’ai été confronté à plusieurs questions concernant l’organisation et l’utilisation de l’espace par les communautés canoniales (Chopin 20001). La première est celle de la répartition et des créations de collégiales séculières à l’intérieur du diocèse de Lyon.

2Les collégiales sont des institutions assez complexes. Il s’agit de communautés de clercs qui chantent les offices ensemble (Massoni 2007). Ces communautés disposent d’un certain nombre de caractéristiques, de libertés qui sont repérables à partir du XIIIe siècle (possession « d’insignes », d’une certaine autonomie, d’un sceau, d’archives, d’un coffre, de revenus, etc.). Nous envisageons de dresser un recensement des collégiales séculières à l’intérieur de l’ancien diocèse de Lyon, diocèse qui s’étend du Jura aux Monts du Forez, de la vallée de la Saône et du sud du Beaujolais au sud de Lyon, à l’intérieur duquel les enjeux politiques sont forts entre Empire et Royaume de France, mais aussi entre les principautés (Forez, Dauphiné, Savoie, Beaujolais et sud de la Bourgogne).

  • 2 Les archives des collégiales sont conservées principalement dans les dépôts des quatre départements (...)
  • 3 Les établissements urbains sont exclus ainsi que les établissements canoniaux (Reynaud et al. 2002, (...)

3Constituer une liste de ces collégiales séculières n’est pas chose aisée. Pour ce faire, nous avons été dépendant des sources conservées. Ce travail d’inventaire a déjà été réalisé notamment au début du XXe siècle par Jean Beyssac qui a répertorié l’ensemble des communautés religieuses dans la France d’Ancien Régime, en particulier pour la province de Lyon (Beyssac 1933). Je me suis essentiellement appuyé sur les sources disponibles du IXe siècle au XVIe siècle et, plus particulièrement, sur les listes de bénéfices que sont les pouillés et les registres de décimes (Longnon 1904). Mon recensement n’a pas pour prétention d’inventorier l’ensemble des collégiales séculières qui ont pu exister pendant toute la période médiévale et dont les traces ont pu disparaître, mais seulement de donner, à partir des textes conservés, un tableau de nos connaissances issues de ces sources. Une fois ce travail effectué, c’est le contexte de la fondation, quand il est connu, que nous avons recherché2, le but étant d’avoir un outil de travail, une cartographie de ces établissements canoniaux séculiers à l’intérieur du diocèse, chapitre cathédral exclu, dans la perspective de compléter l’inventaire réalisé au niveau de la région Rhône-Alpes des espaces monastiques ruraux3. Nous avons répertorié dix-sept collégiales dont l’histoire a été pourvue de rebondissements pour certaines d’entre elles (fondation, disparition, refondation).

  • 4 Pour Saint-Just, Saint-Nizier et Saint-Paul à Lyon : Reynaud 1998 ; Chopin 2000 ; Quartier Saint-Pa (...)

4Les études sur les collégiales du diocèse de Lyon n’ont pas encore véritablement fait l’objet d’une synthèse. Les travaux, pour celles des départements du Rhône et de l’Ain, consistent en monographies historiques ou archéologiques4. Nous allons essayer d’étudier comment le réseau de collégiales séculières dans le diocèse de Lyon s’est mis en place tout au long du Moyen Âge.

5Nous aborderons donc l’étude de ces différentes communautés en suivant la chronologie, leurs particularités, en partant des premières attestations aux plus hautes époques, à partir du IXe siècle. Une phase de création est repérable sur un siècle environ entre la fin du XIIe siècle et le premier tiers du XIVe siècle, la vague de fondations la plus importante étant celle des XVe et XVIe siècles.

1. L’ÉPOQUE CAROLINGIENNE : LES PREMIÈRES MENTIONS

6C’est véritablement à partir de l’époque carolingienne, au début du IXe siècle que les mentions de chanoines apparaissent. Auparavant, il existait déjà des communautés autour de certaines églises comme Saint-Just ou Saint-Nizier (Sidoine Apollinaire, Epistola, V, 17 ; Grégoire de Tours, Historia Francorum, IV, 36 ; Pietri 1983, p. 15-16 ; Beaujard 2000, p. 130-133 pour Saint-Just, p. 401 pour Saint-Nizier ; Reynaud 1998, p. 89-91, p. 196-197). C’est donc sur un terreau favorable qu’elles « apparaissent ».

7Les chapitres sont mentionnés dans trois documents importants pour l’histoire de la ville : le rapport et le bref de Leidrade pour Charlemagne et le livre des confraternités de Reichenau (Coville 1928, p. 283-296 ; Livres de confraternité de Saint-Gall : Monumenta Germaniae Historica, LMN, 1884, p. 257-259). Aucun acte de fondation n’a été conservé.

8Les communautés sont gouvernées par des chorévêques (à Saint-Just et à Saint-Paul) ou par des abbés (Saint-Nizier et Saint-Georges). Cela montre bien les liens qui existent entre elles et l’évêque. Les origines des églises sont liées aux périodes les plus hautes : Saint-Just, ancienne église des Macchabées, en lien avec le culte du saint éponyme attesté très tôt dès le Ve siècle, avec sans doute une communauté de clercs qui dessert la basilique suburbaine, où se trouve la tombe du saint évêque de Lyon, comme ont pu le montrer les travaux de J.-Fr. Reynaud ; quant à Saint-Nizier, édifice ayant reçu la tombe de l’évêque lyonnais du VIe siècle, mort en 573, là encore des clercs sont attestés dans les Vitae du saint rédigées à la fin du VIe siècle (Reynaud 1998, p. 26). En ce qui concerne Saint-Georges, Leidrade mentionne que l’ancien vocable de l’édifice est Sainte-Eulalie et que se tenait là, autrefois, une ancienne communauté de femmes qui a dû péricliter pour être transformée en communauté canoniale. Pour Saint-Paul, le fait que Leidrade mentionne une réparation de l’édifice montre bien que celui-ci existait auparavant. Il faut attendre un document de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle contenant une liste épiscopale pour lire la mention que l’église aurait été fondée par saint Sacerdos au VIe siècle (Condamin, Vanel 1902 ; Reynaud 1998, p. 28). Il n’est pas possible, à l’heure actuelle, d’en savoir davantage. Il est vrai que le vocable permet aussi de lui conférer une certaine ancienneté.

  • 5 Cartulaire lyonnais, 5 : donation d’un prêtre aux églises de Saint-Just et Saint-Irénée « sacras sa (...)

9Ces édifices sont, pour la plupart, mentionnés dans le rapport de Leidrade. Les communautés sont alors assez importantes : une vingtaine de chanoines pour Saint-Georges et pour Saint-Just, entre vingt-quatre et vingt-six à Saint-Paul et vingt à Saint-Nizier (Reveyron 2005, p. 212 pour Saint-Nizier, p. 235 pour Saint-Paul). En l’état actuel des recherches, seules ces quatre communautés existaient à l’intérieur du diocèse, en excluant bien sûr le chapitre cathédral. Saint-Just est assez rapidement associée à Saint-Irénée. Ainsi, en 868, le chorévêque Audoin restaure ces deux églises et l’on confirme les donations faites par l’archevêque Remi (Cartulaire lyonnais, 3). Ce texte nous apprend qu’une communauté de clercs se charge de l’entretien du culte des saints ensevelis dans les deux églises : quatorze chanoines à Saint-Just et six à Saint-Irénée. En 932, l’archevêque Guy Ier confirme aux chanoines des deux églises le droit de dîme dont ils jouissaient dans les territoires de Saint-Just, Saint-Irénée et de celui de Trion. L’abbé de Lyon est, à ce moment-là, à la tête des deux églises situées sur la « Montagne Sainte »5.

  • 6 Qu’en est-il pour Saint-Paul et pour le chapitre cathédral dont les chanoines sont attestés avant m (...)

10Ces communautés vivent sans doute selon la « règle » d’Aix ou Institutio canonicorum de 8166 qui permet d’homogénéiser les modes de vie des clercs proches des cathédrales, mais aussi des collégiales. Les établissements lyonnais, anciens, sont assez comparables à celui de Saint-Julien de Brioude, qui aurait été fondé dans le premier tiers du IXe siècle, ou à d’autres communautés anciennes du Nord de la France ou de Flandre (Mériaux 2005 ; Meijns 2010, p. 17-18).

11À ces périodes hautes, peu de sources nous informent sur leur mode de fonctionnement. Ainsi, dans le bref de Leidrade, sont notées les colonges possédées par le chapitre de Saint-Paul et le nombre de chanoines, sans avoir plus d’informations (Rubellin 2003, p. 154).

  • 7 Cartulaires de Savigny et d’Ainay, p. 645, 649, ch. 122, 129 : vers 923, Saint-Paul aurait été poss (...)

12Nous connaissons toutefois quelques pans de l’organisation des chapitres. Les chorévêques disparaissant, les communautés sont dirigées par des abbés7. Les données concernant les communautés de Saint-Nizier et de Saint-Georges font particulièrement défaut. Pour Saint-Georges il est difficile d’avancer quelque hypothèse. Le chapitre disparaît à une date inconnue et, au XIIe siècle, l’église est occupée par les Hospitaliers qui la transforment en commanderie. Quant à Saint-Nizier, il est difficile de savoir comment l’établissement évolue : un nouveau chapitre est fondé au début du XIVe siècle (Guigue 1872, p. 50 : Stephanus, archiprêtre de Saint-Nizier ; p. 32 : Ugo sacerdo).

13À l’époque carolingienne, les communautés canoniales connues sont donc nombreuses dans la cité épiscopale. Les liens sont importants entre l’archevêque et les communautés.

2. LA PÉRIODE DE LA « RÉFORME »

14Au XIe siècle, pendant la période de réforme dite « grégorienne », celle-ci ne semble pas remporter un vif succès. Si certaines communautés s’installent à Lyon, comme les chanoines de Saint-Ruf qui reçoivent Notre-Dame de la Platière, à la fin du XIe siècle, d’Hugues de Die, rares sont les communautés qui sont régularisées (Parisse 2009). Seule Saint-Irénée décide d’embrasser cette voie et se sépare apparemment de Saint-Just. Elle passe sous la direction d’un prieur et suit la règle dite de saint Augustin. Cette fondation provoque une certaine émulation puisque Humbert III de Beaujeu, en fondant la collégiale régulière de Belleville au milieu du XIIe siècle, prend modèle sur Saint-Irénée.

15D’autres communautés de chanoines réguliers ont pu être repérées comme celle de Montverdun (Loire) avant la transformation en 1233 en une communauté casadéenne (La Mure 1674, p. 333 ; Cartulaire lyonnais no 279, p. 349).

  • 8 Voir, par exemple, Cartulaire des fiefs, VI : installation, hommage et serment de l’archevêque Guil (...)
  • 9 Ce terme d’obéance ou obédience est une des particularités des chapitres lyonnais (chapitre cathédr (...)
  • 10 BnF, nouv. acq. lat., ms. 1124. Gras, Laurent 1965, p. 191-248.
  • 11 Ainsi elle est comparée à Saint-Denis pour cette absence de tombes et cette consécration à caractèr (...)

16Parmi les communautés séculières qui ont suivi la « règle » d’Aix, il semblerait que n’aient perduré que Saint-Just et Saint-Paul, les établissements les plus proches de l’évêque. Ces deux institutions ont donc un poids important dans la vie paroissiale du diocèse. À Saint-Just, située extra muros, le sacriste, choisi par l’archevêque, qui porte le titre honorifique d’abbé de Saint-Just à partir de 1290 et qui prête serment en tant que tel pendant tout le Moyen Âge8, intronise le curé de la paroisse et reçoit le serment prêté par ce dernier. La collégiale dispose du patronage d’un certain nombre de cures qui correspondent souvent au chef-lieu de chaque obéance9. À Saint-Paul, au XIIIe siècle, le chapitre entre en conflit avec les Prêcheurs au sujet des droits d’inhumations. Un accord est passé entre les chanoines et le couvent, accord conclu par l’intermédiaire de Pierre, cardinal de St-Georges ad velum aureum et approuvé par Innocent IV en 1246 (Martin 1905, no 1124, 1152). Le chapitre est patron d’un certain nombre de cures en Dombes et en Bresse mais aussi de celle de Saint-Vincent à Lyon, sur la rive gauche de la Saône. Aux XIIIe-XVe siècles, le sacriste, un des trois dignitaires du chapitre, est curé de la paroisse située au nord de la ville et du quartier cathédral. À l’intérieur du quartier canonial, existent deux églises : l’église Saint-Paul, celle des chanoines, et l’église Saint-Laurent, celle de la paroisse. Ainsi, l’espace des inhumations est assez complexe : d’après le livre dit « des sépultures »10, et d’après l’historiographie11, aucune tombe n’est mentionnée à l’intérieur de Saint-Paul, à l’exception des chapelles latérales, alors que des tombes sont mentionnées dans Saint-Laurent, dans le cloître, dans les cimetières situés à l’est des deux édifices, au nord de Saint-Laurent et dans l’espace situé entre Saint-Paul et Saint-Laurent.

17Ces deux collégiales tendent à se répartir leurs biens à l’intérieur du diocèse : plutôt dans les terres du Forez pour Saint-Just, plutôt dans celles situées à l’est du diocèse pour Saint-Paul. Les sources ne laissent pas percevoir l’existence d’autres communautés canoniales séculières et ce, jusqu’à la fin du XIIe siècle.

3. LES FONDATIONS D’UN LARGE XIIIe SIÈCLE

18En effet, c’est en 1192 que l’archevêque Jean de Belles-mains crée un chapitre (Arch. dép. Rhône, 2 MI 10, 10 G 527 ; Longin 1900, p. 83-128). Cette fondation s’appuie sur une chapelle voulue par le doyen du chapitre cathédral, Olivier de Chavannes, sous le vocable de la Vierge et de saint Thomas Becket, ancien archevêque de Cantorbéry, martyr en 1170, canonisé en 1173. L’organisation du chapitre est établie par l’acte de fondation : de fait, il existe un fort lien de dépendance entre la nouvelle collégiale et le chapitre cathédral. Le chef du chapitre doit être choisi parmi les chanoines de Saint-Jean-Baptiste. Il prend le titre de prévôt de Fourvière et est un des dignitaires du chapitre cathédral (Beyssac 1908). Le culte de Thomas Becket prédomine jusqu’au XVe siècle, puis celui de la Vierge s’impose (Gonthier 1988 ; Longin 1900). Du fait de sa création quasiment ex nihilo, certains aménagements s’imposent : cimetière, nouvelles maisons, etc. La principale dignité est celle de sacriste. À cette dignité est associée l’archiprêtré des Dombes à partir du début du XIVe siècle. Le nombre de chanoines est fixé à dix par les statuts de Philippe de Savoie qui réorganisent l’établissement en 1263.

19Une génération plus tard, est fondée Notre-Dame de Montbrison par le comte de Forez Guy IV le 5 juillet 1223 (Cartulaire des fiefs du Forez, X, p. 9-12). Cette fondation est faite en présence de son oncle, l’archevêque Renaud de Forez, le comte l’ayant consulté au préalable tout comme les archevêques de Vienne et d’Embrun, à Moingt devant l’église Saint-Julien. Elle est motivée par l’entretien de la mémoire des ancêtres du comte et de ses successeurs. Montbrison est alors une création urbaine relativement récente qui dépend de la paroisse de Moingt. Le comte institue treize chanoines dont un doyen, un chantre, un sacriste et un maître de chœur qui doivent être prêtres (sauf le chantre). Il donne au chapitre le château de Moingt, son mandement et ses dépendances, la dîme d’Ecotay, des granges, etc. Il fonde un anniversaire pour son père Guy III. Les chanoines doivent prononcer un serment de fidélité au comte. La collation des prébendes appartient à la famille de Forez. Le comte se laisse le droit, en accord avec le chapitre, d’augmenter ou de réduire le nombre de prébendes. La pierre de consécration de l’église est posée en 1226 par Guy V, fils de Guy IV (fig. coul. 24). Elle est enchâssée dans le mur de l’abside. Elle rappelle la dotation faite par ce dernier (Moingt, la dîme de Verrières et 60 livres sur le marché de Montbrison). Guy V donne en 1229 immunité et pleine liberté à l’intérieur des limites du cloître, intra terminos claustri qu’il concède aux chanoines et aux choriers (Cartulaire des fiefs du Forez, XXII, p. 22). Le cloître, terme à prendre au sens large, est limité de « a peda Poncii de Bar sicut strata publica ducit, usque ad aquam Visesie juxta hospitale pauperum, et ab illo loco, sicut ipsius aque superius decursus ostendit, usque juxta la Tyuleyri, et a domo ipsius superius recta linea usque ad vineam Mathei Minzco, ita quod de illa vinea tamen intelligatur quod respondeat ad quadraturam claustri, et ab illo loco usque ad ortum dels Arnols ». Le contexte de cette fondation est intéressant car elle se déroule en présence du représentant de l’Église de Lyon, avec lequel les comtes de Forez étaient en guerre pendant une grande partie de la deuxième moitié du XIIe siècle. Mais l’archevêque, depuis 1193, est issu de la famille de Forez. De plus, la ville a été fondée récemment, même si le château est attesté dès la fin du XIe siècle. Une charte de franchise est octroyée quelques années après la fondation de la collégiale, en 1226. Assez vite la principauté se dote d’une organisation moderne. Elle a besoin de bras pour les différentes institutions qui sont progressivement créées, comme la cour des comptes (Fournial 1967, p. 42). La collégiale devient un véritable « vivier » de lettrés et de gradués pour l’assister. Elle devient aussi la nécropole comtale (tombeaux de Guy IV, Guy VI, Jean II, etc.) [fig. coul. 25].

20Au début du XIVe, le chapitre de Saint-Nizier est refondé en 1306 puis en 1308 (Arch. dép. Rhône 15 G 84, 10 G 528 pièce 3 ; Hours 1994). Dans un premier temps, l’archevêque intervient seul, puis deux ans plus tard, il est accompagné de l’archidiacre, Thibaud de Vassalieu, et du doyen du chapitre cathédral. L’analyse des dignités est assez intéressante puisqu’au départ, c’est un prévôt qui aurait dirigé la communauté et qu’enfin ce ne fut que le sacriste, seul dignitaire du chapitre. Le véritable chef du chapitre est l’archidiacre. Le sacriste détient la cura animarum, à la collation de l’archevêque et du chapitre cathédral. À l’office de chantre de Saint-Nizier est associé le titre d’archiprêtre de Lyon. Cette refondation est éminemment politique puisqu’elle se déroule en pleine période d’affrontements entre les bourgeois et le chapitre cathédral, depuis la fin des années 1260. Dans ce différend, sont intervenus le roi Philippe le Bel mais aussi les papes. Or justement, Thibaud de Vassalieu est un des intermédiaires importants en ce début du XIVe siècle. De plus, l’église Saint-Nizier fait figure d’église des bourgeois, puisque jusqu’à la construction de la chapelle Saint-Jacques, leurs réunions s’y déroulent.

21C’est dans cette période que l’organisation générale des vieilles communautés se stabilise : le nombre de chanoines à Saint-Paul (18) et au chapitre cathédral (32) est fixé ; à Saint-Just, on rappelle encore le nombre maximum de 25 chanoines pour lutter contre les interventions pontificales.

  • 12 Lettres communes de Jean XXII, no 18455. On sait par ailleurs que l’hôpital est fondé et annexé à l (...)

22On fait appel au pape pour confirmer la fondation de la collégiale de Laye. Ainsi, Guichard de Beaujeu, en 1323, demande au pape Jean XXII l’autorisation d’ériger la chapelle de l’hôpital de son château de Laye en collégiale. Celui-ci avait été fondé par maître Jean de Laye, clerc du diocèse de Lyon. Les présentations des canonicats auraient appartenu aux seigneurs de Beaujeu et aux héritiers de maître Jean, tout en préservant les droits de Cluny et plus particulièrement du prieuré clunisien de Régnié. Cette demande de fondation n’est connue actuellement qu’à travers la lettre envoyée à l’archevêque de Lyon par la chancellerie pontificale, afin que l’ordinaire mène une enquête pour savoir s’il est utile de fonder cette collégiale12. Aucun acte ne confirme l’exécution de cette érection.

23Pendant ce même XIIIe siècle, une communauté canoniale organisée sous la règle de saint Augustin est reconnue comme ordre en 1297 : les Antonins. La commanderie de Lyon est attestée depuis le début du siècle environ, les établissements de Montbrison et de Feurs sont fondés par le comte Guy VI puis sa veuve, dans le dernier quart du siècle.

4. LES XVe ET XVIe SIÈCLES : DE NOUVELLES FONDATIONS

24En dehors des établissements cités, aucun autre n’est mentionné dans les sources avant le début du XVe siècle. Cette période apparaît comme la plus fertile. On assiste à des fondations à caractère funéraire (Noblet 2009), mais qui peuvent aussi porter une forte empreinte politique.

25Ainsi, dès les premières années du XVe siècle, Alix de Chalon, fille de Jean III de Chalon-Arlay, prince d’Orange, et sœur de Louis II de Chalon-Arlay, femme de Guillaume de Saulieu, fonde la collégiale de Chavannes-sur-Suran (Arch. dép. Saône-et-Loire, G 300), ancienne chapelle accolée à l’église paroissiale dont le patronage appartient au prieuré clunisien de Nantua, desservie par une société de prêtres (Joly 1907a, 1907b ; Tabbagh 1999, 2003), non loin du château seigneurial. Elle est érigée en collégiale par Alix avec la confirmation de l’archevêque Philippe de Thurey. Pour différentes raisons et, plus particulièrement, du fait de l’éloignement de Chavannes par rapport aux grands centres de la principauté, elle est partiellement transférée à Cuiseaux en 1425, quatre chanoines restant à Chavannes pour maintenir le culte, les autres étant transférés à Cuiseaux dans l’église Saint-Thomas-Becket. Ce transfert est confirmé par le concile de Bâle et par Amédée de Talaru, archevêque de Lyon. Les statuts du chapitre seraient inspirés de ceux de Saint-Paul de Lyon.

26Certaines fondations sont réalisées par des membres ou des proches de la famille de Savoie comme à Poncin en 1440 ou en 1479 à Cerdon.

27À Poncin, la paroisse dont le patronage appartenait à l’abbé de Saint-Oyand (Saint-Claude) fut érigée en collégiale par Guillaume Bolomier, seigneur de Nerria et du Villars, maître des requêtes puis chancelier de Savoie. Le pape Félix V (ancien duc Amédée VIII) confirma cette transformation par une bulle du 8 août 1440. Le chapitre était composé de huit chanoines, curé compris. Le chancelier avait prévu d’être inhumé dans le chœur, mais ce ne fut jamais le cas. Cependant, une plaque tumulaire avait été prévue à cet effet et a été conservée lors de la reconstruction du bâtiment à la fin du XIXe siècle.

28À Cerdon, dans cette paroisse attestée au milieu du XIIe siècle, le duc Philibert de Savoie et Yolande de France, sa mère, font ériger l’église paroissiale en collégiale par le pape Sixte IV en mai 1479, en l’unissant aux cures de Saint-Alban, La Balme et de Mérignat avec la chapelle de Préaux. Le chapitre est composé d’un doyen et sept chanoines. Des statuts sont approuvés le 28 janvier 1524 par Louis de Gorrevod évêque de Maurienne et de Bourg (Guigue 1873, p. 65).

29Des seigneurs procèdent aussi à des fondations à des fins funéraires et mémorielles. C’est le cas à Varambon en 1450, à proximité du château familial. Louis de la Palud, fait cardinal prêtre de Sainte-Anastasie, dit de Varambon, par Félix V, et son frère François, seigneur du lieu, fondent la collégiale Sainte-Anne en faveur de leurs ancêtres. C’est dans la chapelle évoquée dans une lettre pontificale du 21 mars 1371 concernant la chapelle et l’hôpital construits par les ancêtres d’Aymon seigneur de Varambon. Il y est également fait mention de nombreuses reliques qui proviennent d’outre-mer, qui sont conservées dans la chapelle du château et qui attirent des foules. Il est demandé à Aymon de fonder trois chapellenies (tres capellanias) dans la chapelle de l’hôpital, bien dotées, avec droits paroissiaux. Aymon obtient le droit de transférer les reliques de la chapelle castrale à la chapelle de l’hôpital (Lettres communes de Grégoire XI, no 19841). C’est donc en mémoire de leur père Aymon que l’évêque et son frère érigent cette chapelle en collégiale. Elle est consacrée en 1444 par Louis de La Palud. L’érection est confirmée en 1451 par le pape Nicolas V. La communauté est composée d’un doyen, dignitas principalis, et de onze chanoines à la collation du seigneur, le doyen étant directement soumis au Saint-Siège (Pépin 1939, p. 15). On ajoute six enfants de chœur, âgés de 8 à 14 ans, auxquels deux chanoines sont tenus d’enseigner la grammaire et la musique. Les chanoines doivent être prêtres et sont tenus de résider au moins 46 semaines par an. Cette fondation cardinalice, comme celles du XIVe siècle dans le sud et le sud-ouest de la France, reflète bien les liens qui existent avec le pape. Le chapitre dispose de privilèges, d’une certaine immunité face à l’ordinaire.

  • 13 Ainsi, il est écrit : « Alia statuta necessaria pro prospero, et felici regimine ipsius ecclesie ad (...)

30Toujours dans les territoires savoyards, est fondée en 1476 la collégiale de Lagnieu par le seigneur du lieu, Claude de Montferrand. Cet acte est confirmé par le pape Sixte IV le 2 août 1476 (preuves : Guichenon 1874, p. 197-199). Les exécuteurs sont l’abbé de Saint-Rambert, le doyen de Cuiseaux et l’official de Lyon. La collégiale est composée d’un doyen et de huit chanoines. Le doyen est curé et est nommé par l’abbé d’Ambronay et institué par l’archevêque car, en tant qu’église paroissiale, elle est à la présentation de l’abbé. Les canonicats sont à la nomination des seigneurs de Montferrand. Ils doivent célébrer, nuit et jour, l’office divin. On a l’accord de son recteur et de l’abbé commendataire, Louis de Savoie, pour ériger cette collégiale. Les chanoines disposent de revenus constitués de rentes et des autres « insignes » des collégiales (collegialibus insignibus), c’est-à-dire « communi mensa, bursa seu arca et sigillo ». Le doyen, en tant que dignité principale peut punir et corriger les chanoines. Il a « eandem superioritatem et praeminentiam quam solent decani aliarum collegiatarum dicte diocesis habere ». Doyen et chanoines ont l’obligation de résider s’ils veulent percevoir les revenus de leur prébende ou de leur portion. Toute absence de plus de 40 jours sans cause « raisonnable » les prive de prébende. Chaque année un des chanoines a la cura animarum. On veut donner à l’établissement le même fonctionnement que celui des autres collégiales13.

  • 14 Le territoire du nouveau diocèse est constitué ainsi : il s’étend à l’est du Franc-Lyonnais (nord d (...)
  • 15 Félix V aurait signé une bulle à Bâle pour ériger la chapelle Notre-Dame en collégiale en 1441, ce (...)
  • 16 Par une bulle du 14 juin 1521, le pape déclara que malgré la suppression de l’évêché de Bourg, ils (...)

31À partir de la fin du XVe siècle, les ducs de Savoie mettent en œuvre une véritable politique religieuse. Avec la fondation de la collégiale de Chambéry dans la Sainte-Chapelle par le pape Paul II, à la demande du duc Amédée IX et de la duchesse Yolande de France, par une bulle du 21 avril 1467, le décanat de Chambéry, appartenant au diocèse de Grenoble, devient de plus en plus indépendant. Le chapitre est exempt et tout le décanat est rattaché à la Sainte-Chapelle en 1472. Cependant, cette dernière décision semble être restée lettre morte. La maison de Savoie n’abandonne pas son projet de faire de sa capitale une cité épiscopale et de créer à l’intérieur de son duché de plus nombreux évêchés. Ainsi, le duc Charles III demande au pape Léon X de faire établir un évêché à Chambéry, ce que fait le souverain pontife par une bulle datée du 21 mai 1515, par laquelle il sépare le décanat de Chambéry du diocèse de Grenoble. Cependant, François Ier s’oppose vivement à ce projet et profère des menaces pour qu’il n’aboutisse pas (Billiet 1865, p. 1-5). Une bulle datée du même jour que la précédente vise à ériger également l’église Notre-Dame de Bourg-en-Bresse en cathédrale (Vandembeusche, Vigoureux 2006, p. 7-30, p. 41-46) et ainsi de démembrer le diocèse de Lyon14. C’est une véritable politique de constitution d’un réseau ecclésiastique propre à la principauté de Savoie que l’on veut mettre en place, et ce, d’autant plus qu’avec l’érection du diocèse de Bourg en 1515 sont créées deux collégiales : Saint-Apollinaire de Meximieux et Notre-Dame de Pont-de-Vaux (Gadille 1983, p. 120). Si la création du diocèse de Chambéry achoppe, le diocèse de Bourg, lui, vivote pendant une vingtaine d’années. Louis de Gorrevod, évêque de Maurienne, joue un rôle important dans la fondation du diocèse. Il est d’ailleurs nommé premier évêque de Bourg (Nodet 1915). À la fin du XVe siècle, Bourg-en-Bresse est une petite agglomération assez prospère située près d’un château. Notre-Dame est un lieu de pèlerinage assez prisé, en particulier par les ducs de Savoie. Les pèlerins viennent vénérer un portrait de la Vierge qui aurait été découvert de manière miraculeuse. Elle est desservie par une communauté de prêtres, tous nés à Bourg. Ils sont vingt-huit à cette époque. L’église est le siège de nombreuses corporations : marchands, menuisiers, cordonniers, hôteliers, charpentiers, bouchers, etc. En 1480, un avis avait été présenté pour fonder une collégiale mais les syndics émirent un avis défavorable15. La paroisse se trouve alors à Saint-Pierre de Brou. Notre-Dame devient paroissiale en 1506 par une bulle de Jules II. La bulle d’érection de l’évêché du 21 mai 1515 par Léon X constitue un chapitre cathédral de dix-sept chanoines sauf au début car on garde les vingt-huit prêtres incorporés. On unit à la mense du nouveau chapitre l’abbaye et l’office de la sacristie d’Ambronay et les deux cures de Saint-Jean-des-Aventures (Saint-Jean-sur-Veyle) en Bresse et de Jujurieux en Bugey. Cependant, du fait de l’intervention du roi François Ier, le pape Léon X révoque la bulle précédente par une nouvelle du 22 septembre 1516. Notre-Dame redevient paroissiale mais l’on conserve les chanoines16. Charles-Quint exigea le rétablissement de l’évêché, ce qui fut accordé par Léon X le 13 novembre 1521. Le contexte politique joue, ici, un rôle très important. Louis de Gorrevod est, à nouveau, nommé évêque, fonction qu’il occupe jusqu’en 1531. Il a comme successeur Philibert de Challes qui fut évêque de Maurienne et qui garde l’évêché de Bourg jusqu’en janvier 1534, date de la suppression par Paul III de l’évêché, à l’instigation de l’archevêque de Lyon et de son chapitre et le soutien de François Ier. Notre-Dame de Bourg garde le statut de collégiale jusqu’à la Révolution.

32Louis de Gorrevod est aussi le fondateur de la collégiale Notre-Dame de Pont-de-Vaux. Il s’associe sans doute à son frère cadet Laurent, comte de Pont-de-Vaux à partir de 1521. Le pape Léon X émet une bulle le 31 mai 1515 érigeant la nouvelle collégiale (Guichenon 1874, t. II, p. 92-93). Le chapitre se compose d’un doyen, institué par l’archevêque de Lyon lors du remembrement du diocèse, et de douze chanoines. Saint-Apollinaire de Meximieux est érigée en collégiale également le 31 mai 1515 par Léon X à la demande du seigneur du lieu, François Maréchal. Ce dernier compose l’escorte conduisant à Rome Philiberte de Savoie pour épouser Julien de Médicis, frère du pape. La collégiale est fondée sur une chapelle ayant pour vocable le nom d’un saint évêque de Valence. Elle n’est pas paroissiale puisque l’église Saint-Jean-Baptiste, située à l’extérieur de la cité, occupait cette fonction. Le chapitre se compose d’un doyen, de six chanoines et de six prébendiers (Page 1909-1912).

33Les papes Adrien VI puis Clément VII procèdent en 1523 à l’érection en collégiale de la Société de prêtres de Trévoux qui existait depuis une fondation faite par Anne de France en 1503 (Morel 1931, p. 8-19). Cette transformation a pu être réalisée grâce à la réaction de trois ecclésiastiques : Pierre de Thoirette, curé de Trévoux, Claude et Jacques Leros, curés de Riottiers et de Saint-Georges et Sainte-Euphémie. Ils résignent ensemble leurs bénéfices et demandent à ce qu’ils soient unis pour constituer un chapitre. Ils font appel à Adrien VI. Celui-ci étant décédé peu après l’expédition de la bulle d’érection, ils demandent la confirmation de la décision par son successeur, Clément VII. La communauté est qualifiée de presbiteri et clerici collegii in dicta ecclesia sancti Simphoriani instituti (Vayssière 1878). Cette fondation n’est donc pas le fait d’un grand seigneur ou d’un évêque, mais d’une décision de la société de prêtres qui souhaitent obtenir une existence institutionnelle, avoir des archives, un sceau commun, comme pour les collégiales précédentes. La communauté est composée d’un doyen, d’un chantre, d’un sacriste et de dix chanoines. L’acte est confirmé par Louise de Savoie, mère de François Ier et souveraine de Dombes, nièce d’Anne de France, en 1527.

34La collégiale Notre-Dame des Marais de Montluel est érigée de la même manière. Une société de prêtres avait été confirmée par le pape Nicolas V en 1452. Là encore, les sociétaires sont souvent curés des paroisses alentour. Ainsi Philippe Desbordes, curé de Dagneux, et Philibert Pupunat, curé de Saint-Maurice de Beynost et archiprêtre de Chalamont, remettent leurs bénéfices et s’associent aux autres prêtres de la société en faveur de la transformation de leur communauté en chapitre. Cette requête est accordée par le pape Clément VII par une bulle du 10 avril 1530, avec l’appui du duc Charles III. Pour motiver cette modification, on met en avant le fait que Montluel est une des villes importantes de la Bresse, qu’elle est fréquentée par de nombreux marchands et aussi que s’y tient un atelier monétaire du duc de Savoie. Le chapitre est exempté de la juridiction de l’archevêque de Lyon et de l’évêché de Bourg et est placé sous la protection directe du Saint-Siège, comme Varambon.

  • 17 Au XIe siècle, trois collégiales au moins sont fondées : celle de Saint-Genès de Thiers en 1016, pa (...)

35À travers le parcours que nous venons de faire sur six siècles, il est possible de constater que les fondations de collégiales séculières répondent à des vagues ou à des phases. Ainsi, s’il a été possible de percevoir trois grandes phases (le IXe siècle, la fin du XIIe siècle au début du XIVe siècle et les XVe -XVIe siècles), une période n’apparaît pas : celle du XIe siècle, alors que dans certains diocèses comme celui de Clermont par exemple, elle est perceptible17. En revanche, comme on le constate dans les diocèses récents, comme celui de Saint-Flour, issu du démembrement du diocèse de Clermont en 1317 par Jean XXII, une vague de fondations de collégiales s’abat, comme pour structurer le nouveau territoire d’un réseau (Chopin 2010), comme on le retrouve durant l’existence éphémère du diocèse de Bourg.

36On peut constater que, jusqu’au XIVe siècle, l’intervention épiscopale est assez fréquente dans l’érection de collégiales : on fait encore appel à l’archevêque lors des fondations de Chavannes-Cuiseaux, l’archevêque n’intervenant qu’en tant qu’ordinaire pour confirmer la fondation ou la translation, mais plus tard on sollicite de manière assez systématique l’intervention du pape. En revanche, les laïcs interviennent beaucoup plus au XVe siècle (familles princières de Savoie et de Chalon).

37Quant à l’occupation de l’espace diocésain, on constate que les collégiales, à la veille du concile de Trente, sont inégalement réparties : une seule en Forez, quatre à Lyon et toutes les autres dans la moitié orientale du diocèse, fondations toutes tardives des XVe et XVIe siècles. Il est vrai que cette région est soumise depuis longtemps à un nombre important de prieurés ou d’abbayes bénédictines prestigieuses – Ambronay, Saint-Oyand (Saint-Claude), Saint-Rambert et les nombreux prieurés clunisiens comme Nantua ou Gigny – mais aussi à la forte emprise des Chartreux avec les chartreuses de Portes, Montmerle, Chassagne, etc. Il en va d’ailleurs de même à l’ouest de la Saône avec La Bénisson-Dieu et Charlieu. Il faut y ajouter le poids assez fort des grandes abbayes lyonnaises que sont Savigny, l’Île-Barbe ou Ainay. Cependant, contrairement au diocèse de Clermont ou à celui de Saint-Flour où les collégiales sont fréquemment localisées dans les chefs-lieux des archiprêtrés, dans le diocèse de Lyon, ce sont souvent les dignités des collégiales de la cité épiscopale qui sont associées à certains archiprêtrés.

38Si la mission des chanoines des collégiales séculières est de chanter les offices, d’autres tâches leur sont associées : l’entretien de la mémoire des défunts, la cura animarum quand les collégiales sont paroissiales, la gestion des hôpitaux (à Saint-Paul de Lyon ou à Saint-Just par exemple), l’entretien d’une école (à Saint-Paul de Lyon). Elles peuvent servir de « viviers » d’officiers et de lettrés comme nous avons pu le voir à Montbrison, mais aussi à Lyon (les dignitaires des collégiales de Lyon sont souvent à la tête de l’Officialité, comme Pierre Charpin au début du XVe siècle). Fonder une collégiale apparaît comme un intermédiaire entre la fondation d’un monastère où les frères sont soumis à une règle stricte, alors qu’une collégiale séculière apporte beaucoup plus de souplesse. Le fondateur ou le patron peut garder une certaine mainmise sur son fonctionnement : les canonicats sont souvent à la collation du patron, qu’il soit laïc ou ecclésiastique. Souvent d’ailleurs, antérieurement à l’érection, on se rend compte de l’existence d’une communauté de prêtres qui désire recevoir une reconnaissance institutionnelle, se voir autoriser à posséder un sceau, des archives, des revenus plus importants. Cela est aussi à mettre en lien avec l’évolution de la spiritualité au XVe siècle.

39À la veille du concile de Trente, le diocèse est pourvu d’un « équipement » en collégiales moyen par rapport à certains diocèses comme celui de Bourges qui en possède 36 ou celui de Clermont qui en détient quasiment autant, mais plus important que celui de Valence et Die qui ne comporte que 5 établissements. Dans le diocèse de Lyon, ce réseau se complète d’un certain nombre de sécularisations de grandes abbayes, comme celle de l’Île-Barbe en 1561, ou plus tard celle d’Ainay, ou de transformations de sociétés de prêtres en collégiales, comme à Saint-Chamond ou à Châtillon-sur-Chalaronne au XVIIe siècle (fig. coul. 26).

Bibliographie

Bibliographie

Alloing L. 1932. La vie chrétienne dans les pays de l’Ain (aux XVe et XVIe siècles). Bulletin de la Société Gorini 80, p. 144-149.

Beaujard B. 2000. Le culte des saints en Gaule. Les premiers temps. D’Hilaire de Poitiers à la fin du VIe siècle. Paris : Éd. du Cerf. 613 p.

Beyssac J. 1908. Les prévôts de Fourvière. Lyon : P. Grange. 578 p.

Beyssac J. 1912. Ex necrologio ecclesiae regalis et collegiatae beatae Mariae de Monte Brisonis in Forezio. Montbrison : Impr. E. Brassart. 55 p. (Bulletin de la Diana 17. Extrait).

Beyssac J. 1913. Abbés du chapitre de Lyon et abbés de Saint-Just. Revue d’histoire de Lyon XII, p. 401-412.

Beyssac J. 1921. Les chanoines de Notre-Dame de Montbrison. Montbrison : Impr. E. Brassart. 247 p. (Bulletin de la Diana 20. Extrait).

Beyssac J. 1933. Abbayes et prieurés de l’ancienne France. In Beyssac J. Province ecclésiastique de Lyon. Première partie : diocèses de Lyon et de Saint-Claude. Ligugé : Abbaye Saint-Martin ; Paris : Picard, p. 18-30. (Abbayes et prieurés de l’ancienne France ; X).

Billiet A. 1865. Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique du diocèse de Chambéry. Chambéry : Impr. F. Puthod. 550 p.

Cartulaires de Savigny et d’Ainay 1853. Bernard A. Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay. I. Paris : Impr. impériale. 1167 p.

Cartulaire des fiefs du Forez 1882. Charpin-Feugerolles H.-A.-S. (Comte de) [éd.]. Cartulaire des francs-fiefs du Forez, 1090-1292, d’après le document original conservé aux archives nationales. Lyon.

Cartulaire lyonnais 1885-1893. Guigue M.-Cl. (éd.). Cartulaire lyonnais. Documents inédits pour servir à l’histoire des anciennes provinces de Lyonnais, Forez, Beaujolais, Dombes, Bresse [et] Bugey comprises jadis dans le Pagus Major Lugdunensis. Lyon : Association typographique. 2 vol. (Coll. de documents inédits pour servir à l’histoire du Lyonnais).

Cattin P. (dir.) 1989. In Cattin P. (dir.), Plagne M.-M. (ill.). Histoire de l’Ain. Écully : Horvath. 2 vol.

Cattin P. 2002-2005. Mille ans d’art religieux dans l’Ain. I. Art roman, art gothique. II. De la renaissance à nos jours. Châtillon-sur-Chalaronne : Éd. la Taillanderie. 2 vol.

Chopin H. 2000. La collégiale Saint-Paul de Lyon : étude historique et archéologique. 2 vol. [Mémoire de maîtrise : Histoire de l’art et archéologie : université Lumière Lyon 2].

Chopin H. 2010. Les collégiales du diocèse de Saint-Flour au Moyen Âge. In Massoni A (dir.). Collégiales et chanoines dans le centre de la France du Moyen Âge à la Révolution. Limoges : Pulim, p. 37-56.

Condamin J., Vanel J.-B. (éd.) 1902. Martyrologe de la sainte Église de Lyon. Lyon : E. Vitte. 177 p.

Coville 1928. Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800). Paris.

Fournial É. 1967. Les villes et l’économie d’échange en Forez aux XIIIe et XIVe siècles. Paris : Les Presses du Palais Royal. 821 p.

Gadille J. (dir.) 1983. Le diocèse de Lyon. Paris : Beauchesne. 350 p. (Histoire des diocèses de France ; 16).

Galland B. 1994. Deux archevêchés entre la France et l’Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne, du milieu du XIIe siècle au milieu du XIVe siècle. Rome : École française de Rome ; Paris : Éd. De Boccard. 831 p. (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome ; 282).

Ganivet P. 2008. Représentation, répartition et évolution des pouvoirs à Lyon autour de l’an mil. In Guilleré Ch., Poisson J.-M., Ripart L., Ducourthial C. Le royaume de Bourgogne autour de l’an mil. Chambéry : université de Savoie, p. 131-151. (Sociétés, religions, politiques ; 8).

Grégoire de Tours 1937-1951. Krusch, Levison (éd.). Historia Francorum. Monumenta Germanica Historia, Scriptores rerum Merovingicarum. Hanovre.

Guichenon S. 1874. Guichenon S., Guigue M.-Cl. (éd.). Histoire de la souveraineté de Dombes justifiée par titres, fondations de monastères, anciens manuscrits, etc. Lyon : A. Brun ; Paris : Dumoulin. 2 vol.

Guigue M.-Cl. 1872. Obituarium ecclesiae Sancti Pauli Lugdunensis ou nécropole des bienfaiteurs de l’église saint-Paul de Lyon du XIe au XIIIe siècle. Bourg-en-Bresse : Gromier. 119 p.

Guigue M.-Cl. 1873. Dictionnaire topographique de l’Ain. Topographie historique du département de l’Ain ou notices sur les communes, les hameaux, les paroisses, les abbayes, les prieurés des anciennes provinces de Bresse, Bugey, Dombes, Valromey, Pays de Gex et Franc-Lyonnais ; accompagnée d’un précis de l’histoire du département depuis les temps les plus reculés jusqu’à la Révolution. Paris ; Lyon ; Bourg-en-Bresse.

Hours H. 1994. La création du chapitre de Saint-Nizier. Bulletin historique, archéologique et littéraire de Lyon XXIII, p. 113-117.

Joly L. 1907a. Le chapitre de Chavannes-sur-Suran et sa translation à Cuiseaux. Bulletin de la Société Gorini 15, p. 243-254.

Joly L. 1907b. Le chapitre de Chavannes-sur-Suran et sa translation à Cuiseaux. Bulletin de la Société Gorini 16, p. 357-373.

La Mure J.-M. (de) 1674. Histoire universelle, civile et ecclésiastique du pays de Forez […]. Lyon : J. Poysuel. 258 p.

Lemaitre J.-L. 1991. Les créations de collégiales en Languedoc par les papes et les cardinaux avignonnais sous les pontificats de Jean XXII et Benoît XII. Cahiers de Fanjeaux 26, p. 157-198.

Lettres communes de Jean XXII 1909. Mollat G. (éd.) Lettres communes de Jean XXII. V. Paris : A. Fontemoing : [puis] E. De Boccard.

Lettres communes de Grégoire XI 1990-1998. Hayez A.-M., Mathieu J., Yvan M.-F. (éd.). Lettres communes de Grégoire XI. Paris.

Livres de confraternité de Saint-Gall : Libri confraternitatum Sancti Galli, Augiensis 1884. Piper P. (éd.). Livres de confraternité de Saint-Gall : Libri confraternitatum Sancti Galli, Augiensis, Monumenta Germaniae Historica, LMN. Berlin : apud Weidmannos. 550 p.

Longin É. 1900. Recherches sur Fourvière : fondation de l’église et de la Chapelle Notre-Dame […]. Lyon : L. Brun. 169 p.

Longnon A. (éd.) 1904. Pouillés des diocèses de la province ecclésiastique de Lyon. Paris : C. Klincksieck. (Recueil des historiens de la France. Pouillés ; I).

Lorcin M.-T. 1974. La vie des campagnes de la région lyonnaise aux XIVe et XVe siècles. Lyon : Impr. Bosc frères. 548 p.

Martin J.-B. 1905. Conciles et bullaire du Diocèse de Lyon, des origines à la réunion du Lyonnais à la France en 1312. Lyon : E. Vitte. 729 p.

Martin J.-B. 1908-1909. Histoire des églises et chapelles de Lyon. II. Lyon : H. Lardanchet. 496 p.

Massoni A. 2007. Un nouvel instrument de travail pour la communauté scientifique : le répertoire des collégiales séculières de France à l’époque médiévale. Revue d’histoire ecclésiastique102/3-4, p. 915-939.

Meijns B. 2010. Les collégiales des villes de Flandre, Xe-XIIe siècles. In Le Bourgeois R., Massoni A., Montaubin P. Les collégiales et la ville dans la province ecclésiastique de Reims (IXe-XVIe siècle) : actes du colloque d’Amiens-Beauvais, 3-5 juillet 2009. Amiens : Centre d’archéologie et d’histoire médiévale et des établissements religieux, p. 15-28. (Histoire médiévale et archéologie ; 23).

Mériaux Ch. 2005. Communautés de clercs et communautés de chanoines dans les diocèses d’Arras, Cambrai, Tournai et Thérouanne (VIIe-XIe siècles). In Lorenz S., Zotz T. (dir.). Frühformen von Stiftskirchen in Europa. Funktion und Wandel religiöser Gemeinschaften vom 6. bis zum Ende des 11. Jahrhunderts. Festgabe für Dieter Mertens zum 65. Geburtstag. Leinfelden-Echterdingen, DRW, p. 251-286. (Schriften zur südwestdeutschen Landeskunde ; 54).

Morel O. 1931. Inventaire sommaire des Archives de la ville de Trévoux antérieures à 1790 précédé de notes sur le chapitre de Trévoux. Trévoux : Impr. de Trévoux. 279 p.

Noblet J. 2009. En perpétuelle mémoire : collégiales castrales et Saintes-Chapelles à vocation funéraire en France (1450-1560). Rennes : Presses universitaires de Rennes. 320 p.

Nodet V. 1915. L’église Notre-Dame de Bourg. Annales de la Société d’émulation de l’Ain 4e année, p. 60-73.

Gras P., Laurent J. (éd.) 1951-1955. Obituaires de la Province de Lyon. Paris : Impr. nationale. 2 vol.

Parisse M. (dir.) 2009. Les chanoines réguliers. Émergence et expansion (XIe-XIIIe siècles). Saint-Étienne : Publications de l’université de Saint-Étienne. 529 p.

Page F. 1909-1912. Le prieuré et le chapitre de Meximieux. Bulletin de la Société Gorini [BSG]. BSG 24, p. 142-173, p. 286-318, p. 420-440 ; BSG 25, p. 16-47 ; BSG 26, p. 127-161 ; BSG 29, p. 33‑75 ; BSG 30, p. 165-199 ; BSG 31, p. 297-314 ; BSG 32, p. 378-385 ; BSG 33, p. 36-59 ; BSG 34, p. 129-147 ; BSG 35, p. 275-298.

Pépin 1939. Les chanoines de Bourg et les Syndics de la Cité. Annales de la Société d’émulation de l’Ain LXI, p. 3-32.

Pietri L. 1983. Les abbés de basilique dans la Gaule du VIe siècle. Revue d’histoire de l’Église de France 69/182, p. 5-28.

Quincarnon Ch.-M. (Sieur de) 1846. La fondation et les antiquités de la basilique collégiale, canoniale et curiale de Saint-Paul de Lyon. [s. l.] : Impr. L. Perrin.

Renon F. 1847. Chronique de Notre-Dame-d’Espérance de Montbrison ou étude archéologique et historique sur cette église depuis son origine (1212) jusqu’à nos jours. Roanne : Impr. A. Farine. 592 p.

Reynaud J.-Fr. 1998. Lugdunum christianum, Lyon du IVe au VIIIe siècle : topographie, nécropoles et édifices religieux. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme. 288 p. (Documents d’archéologie française ; 69).

Reynaud J.-Fr. et al. 2002. Reynaud J.-Fr. (dir.), Pacaut M., Wullschleger M. Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes. Lyon : ALPARA. 208 p. (DARA ; 23).

Reveyron N. 2005. Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Paul), archéologie et histoire de l’art. Lyon : Alpara. 384 p. (DARA ; 28, série lyonnaise 9).

Rubellin M. 2003. Église et société chrétienne d’Agobard à Valdès. Lyon : Presses universitaires de Lyon. 550 p. (Coll. d’histoire et d’archéologie médiévales ; 10).

Severt J. 1607. Histoire ecclésiastique de Lyon : Chronologia historica successionis hierarchicae antistitum Lugdunensis archiepiscopatus Galliarum primatus et suffraganearum diœcesum, etc. Lyon.

Sidoine Apollinaire 1960-1970. Lettres. Paris.

Tabbagh V. 1999. Un projet de recherches : les collégiales de Bourgogne au Moyen Âge. Annales de Bourgogne 71, p. 99-118.

Tabbagh V. 2003. Les fondations de collégiales en Bourgogne aux XIVe et XVe siècles. In Fournié M. (dir.). Les collégiales dans le Midi de la France au Moyen Âge. Carcassonne : Centre d’études cathares, p. 193-218.

Vandembeusche M.-Cl., Vigoureux Cl. 2006. Notre-Dame de Bourg au fil des jours… Bourg-en-Bresse : AGB Impr. 275 p.

Vayssière 1878. Le chapitre de Trévoux. Annales de la Société d’émulation de l’Ain 11/3, p. 388-394.

Viallet L. 2001. Bourgeois, prêtres et cordeliers à Romans. Saint-Étienne : Publications de l’université de Saint-Étienne. 607 p. (Travaux et recherches ; 15).

Wyss S. 2002. Le cloître de Saint-Just à travers les âges. Lyon : Association culturelle des sanctuaires de Saint-Irénée et de Saint-Just. 114 p.

Notes

1 Une thèse de doctorat est en cours sous la direction de Nicolas Reveyron sur l’occupation et l’utilisation de l’espace dans le monde canonial au Moyen Âge : l’exemple du diocèse de Lyon.

2 Les archives des collégiales sont conservées principalement dans les dépôts des quatre départements dans lesquels se trouvaient les collégiales, c’est-à-dire dans les départements de l’Ain, de la Loire (pour Montbrison), du Rhône et de la Saône-et-Loire (pour Cuiseaux). Seuls quelques actes de fondations ont été conservés à partir de la fin du XIIe siècle et de manière systématique ou assez systématique pour celles des XVe et XVIe siècles. La plupart a été publiée soit dans le Cartulaire lyonnais de Guigue, soit par Guichenon.

3 Les établissements urbains sont exclus ainsi que les établissements canoniaux (Reynaud et al. 2002, p. 11).

4 Pour Saint-Just, Saint-Nizier et Saint-Paul à Lyon : Reynaud 1998 ; Chopin 2000 ; Quartier Saint-Paul 2002 ; Wyss 2002 ; Reveyron 2005. Pour Notre-Dame de Montbrison (Loire) : Renon 1847 ; Beyssac 1912, 1921 ; nombreux articles publiés dans le Bulletin de la Diana. Pour les collégiales de l’Ain : notamment Alloing 1932 ; plus récemment Cattin 1989, 2002-2005. Pour une cartographie des collégiales de l’Ain : Cattin 1989, II, p. 100.

5 Cartulaire lyonnais, 5 : donation d’un prêtre aux églises de Saint-Just et Saint-Irénée « sacras sanctorum ac venerabiles ecclesias dicatas in honore beati Yrenei et beati Justi sitas videlicet in Moncte Sancto » : Beyssac 1913.

6 Qu’en est-il pour Saint-Paul et pour le chapitre cathédral dont les chanoines sont attestés avant même la rédaction de ce texte ? Ont-ils suivi une variante de la règle de Chrodegang ? Nous n’avons pas réellement d’indices permettant de trancher.

7 Cartulaires de Savigny et d’Ainay, p. 645, 649, ch. 122, 129 : vers 923, Saint-Paul aurait été possédé en commende par un comte Poncion et sa femme Tetberge, ce que transmet Paradin (voir aussi : Ganivet 2008, p. 133). Un abbé de Saint-Paul est mentionné dans deux chartes de l’an 970. Un abbé est encore à la tête de la communauté au XIe siècle : Robert, précenteur du chapitre cathédral et abbé de Saint-Paul, au 17 des calendes de juin (Guigue 1872, p. 26). Il cède au chapitre un jardin situé près de l’église de Saint-Genis avec une chapelle en l’honneur de Saint-Martin (La Chana ?).

8 Voir, par exemple, Cartulaire des fiefs, VI : installation, hommage et serment de l’archevêque Guillaume de Thurey comme abbé le 15 juin 1359 ; ibidem VII : installation de Jean de Talaru comme abbé le 7 octobre 1375. Ces serments sont assez proches de celui prêté avant la séparation de Saint-Just et de Saint-Irénée. Voir Arch. dép. Rhône, 12 G 178 et 343 : prestations de serment des archevêques de 1290 au début du XVIIIe siècle. On retrouve la même chose à Saint-Barnard de Romans où, comme à Saint-Just, l’archevêque de Vienne est également abbé du chapitre tout en ne jouant aucun rôle dans le gouvernement de la collégiale (Viallet 2001, p. 141-144).

9 Ce terme d’obéance ou obédience est une des particularités des chapitres lyonnais (chapitre cathédral, Saint-Just et Saint-Paul). Il correspond à l’ensemble des droits et revenus possédés sur une paroisse ou un ensemble de paroisses (Galland 1994, p. 169-172 ; Lorcin 1974, p. 120-130).

10 BnF, nouv. acq. lat., ms. 1124. Gras, Laurent 1965, p. 191-248.

11 Ainsi elle est comparée à Saint-Denis pour cette absence de tombes et cette consécration à caractère sacré. Dans une copie de l’ordinaire de Saint-Paul (Bibl. mun. Lyon, fonds Coste 98, 1931, f ° 46v°), il est indiqué que l’édifice a été consacré de manière miraculeuse, « per manus Domini nostri Jesu Christi angelis suis ». Quincarnon reprend cela dans son ouvrage sur la collégiale p. 13-17, tout comme Severt dans son Histoire ecclésiastique de Lyon, p. 356-357.

12 Lettres communes de Jean XXII, no 18455. On sait par ailleurs que l’hôpital est fondé et annexé à la paroisse en 1333 (Arch. dép. Rhône, 10 G 1445, no 2 : fondation de l’hôpital de Lay et union à la paroisse ; Lemaitre 1991).

13 Ainsi, il est écrit : « Alia statuta necessaria pro prospero, et felici regimine ipsius ecclesie ad instar dictarum aliarum collegiatarum ecclesiarum inibi ordinare. [...] dictam ecclesiam ad Dei laudem in collegiatam ecclesiam cum communi mensa, bursa, seu arca, sigillo capitulo ac aliis collegialibus insignibus. »

14 Le territoire du nouveau diocèse est constitué ainsi : il s’étend à l’est du Franc-Lyonnais (nord de Trévoux : Saint-Bernard, Riottier, une partie de Saint-Didier-sur-Formans), au sud sur plusieurs paroisses jusqu’à Saint-Clair de Lyon et Genay et il remonte la Saône, puis son affluent la Seille, jusqu’à Louhans, puis l’embouchure de l’Ain et de la Bienne, jusqu’aux frontières du diocèse de Genève et de celles de celui de Belley, jusqu’au Rhône.

15 Félix V aurait signé une bulle à Bâle pour ériger la chapelle Notre-Dame en collégiale en 1441, ce qui devait correspondre, sans doute, à la reconnaissance de la société de prêtres qui desservaient l’église (Pépin 1939, p. 10).

16 Par une bulle du 14 juin 1521, le pape déclara que malgré la suppression de l’évêché de Bourg, ils garderaient leur titre de chanoine et leurs dignités. En 1519, une plainte est portée au Conseil de Ville de Bourg par les chanoines qui manœuvraient pour obtenir en faveur de leur chapitre des privilèges analogues à ceux de Varambon (Pépin 1939, p. 15).

17 Au XIe siècle, trois collégiales au moins sont fondées : celle de Saint-Genès de Thiers en 1016, par le vicomte Guy de Thiers, celle de Saint-Martin d’Artonne en 1048, par Guillaume de Thiers, fils du précédent, et enfin Saint-Victor et Sainte-Couronne d’Ennezat entre 1061 et 1078, par le duc Guillaume VI d’Aquitaine.

Auteur

Professeur d’histoire et de géographie, doctorant en histoire médiévale, université Lumière Lyon 2, UMR 5138

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search