Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 2 : L'organisation de l'espace religieux au Moyen Âge

Les espaces monastiques et ecclésiaux à Pommiers-en-Forez (Loire)

Chantal Delomier

Texte intégral

  • 1 Aujourd’hui propriété du conseil général de la Loire.
  • 2 Mabillon J., Annales Ordinis Sancti Benedicti. III, p. 690, no XXXIII.

1Depuis 1994, une douzaine d’opérations archéologiques renouvelle la connaissance du prieuré de Pommiers-en-Forez1. Ces investigations, concernant le sous-sol et le bâti, reposent sur des principes méthodologiques rigoureusement identiques. En croisant les différentes sources écrites et archéologiques, l’on obtient une réelle profondeur historique du site qui permet de livrer une chronologie dynamique de l’ensemble monumental. Le bref rappel de quelques faits historiques permet d’inscrire le monastère dans une trame conforme à l’évolution clunisienne. Une tradition orale fait état d’une occupation gallo-romaine sur le site monastique. Toutefois, la première mention d’une cella de Pomers apparaît dans un acte de restitution à Nantua à la fin du IXe siècle par l’archevêque de Lyon2. Au milieu du siècle suivant, la cella de Pommiers suit Nantua dans la familia clunisienne. On peut identifier ce lieu de culte avec l’ancienne église paroissiale Saint-Julien aujourd’hui désacralisée et transformée en habitation privée. Cette modeste église génère probablement un premier noyau de constructions (celliers ou habitats) à l’intérieur d’un cimetière délimité par un enclos dont les contours perdurent aujourd’hui dans les cadastres et sur le site. L’installation clunisienne se manifeste alors par l’édification progressive d’une église et d’un monastère. Cet ensemble, placé au sud de l’église paroissiale, conduit à une bipolarisation de l’espace villageois. La morphologie du bourg actuel reflète encore cette genèse religieuse et l’enceinte maçonnée construite pendant la Guerre de Cent Ans englobe les deux espaces ecclésiaux distincts, séparés par un axe de circulation est-ouest (fig. coul. 20).

2Des éléments lapidaires antiques réemployés dans l’église Saint-Pierre-et-Paul, se concentrent dans le chœur. Un fût de colonne en marbre poudingue (IIe siècle environ) supporte l’arc triomphal et un couvercle de sarcophage à acrotères de l’Antiquité tardive (IIIe-IVe siècle), retourné, sert de maître-autel. Enfin, à l’extérieur de l’église, au-devant du chevet, se dresse aujourd’hui une borne miliaire portant une dédicace à l’empereur Trajan (98-117 ap. J.-C.) ; elle était auparavant ennoyée dans le soubassement du transept nord.

3Ceci nous conduit à examiner de plus près l’organisation spatiale du site à travers trois angles de vue : religieux, saint et sacré, en reprenant les propos de Jean Beleth, ce liturgiste du XIIe siècle qui distingue les lieux religieux (espace funéraire, cimetières), des lieux saints (placés à proximité des monastères, cloîtres) et des lieux sacrés (consacré de la main d’un évêque et dévolus à la fonction liturgique : cathédrale, église, chapelle ou oratoire).

1. LES LIEUX RELIGIEUX, LES ZONES FUNÉRAIRES

4Après la période carolingienne, le rapprochement de l’espace funéraire et du lieu de vie semble se refléter dans la zone cimétériale liée à l’église Saint-Julien. Cet édifice bâti aux alentours du XIe siècle en petits moellons de granit régulièrement assisés contient encore trois baies à linteau monolithe échancré dans le mur gouttereau nord ; il comporte une nef unique à trois travées qui butte sur une abside semi-circulaire (fig. 1). Dévolue à la fonction paroissiale jusqu’en 1830, sa fonction funéraire est suggérée par le contexte parcellaire environnant (bâti et non bâti) et une collecte constante d’ossements humains en surface, aux alentours immédiats. Un deuxième cimetière fut mis au jour dans le jardin du cloître fouillé en 2004. Plusieurs sépultures s’implantent aux alentours des XIe et XIIe siècles, sur un terrain d’abord en pente douce à proximité de l’église, puis qui amorce une brusque rupture de pente dans le tiers sud du jardin. Ce cimetière s’étendait dans un espace libre car les deux ailes est et ouest du monastère n’existaient pas encore. Seul se dressait un petit prieuré placé au sud et à 4 m en contrebas de l’église. La construction d’un mur nord-sud scelle l’abandon de la zone sépulcrale aux alentours des XIIe-XIIIe siècles et permet de séparer deux espaces à l’air libre, puis la construction des deux ailes est et ouest du monastère ferme définitivement le jardin (fig. coul. 21).

Fig. 1 : Pommiers-en-Forez : église paroissiale Saint-Julien, vue du mur gouttereau nord (cliché : Ch. Delomier).

2. LES LIEUX SAINTS, LES ESPACES ECCLÉSIAUX ET LEURS ACCÈS

5Les lieux saints restent circonscrits par leurs accès. L’entrée principale du village, aujourd’hui appelée Montée du Pavé, ne date que de la Guerre de Cent Ans ; cet ouvrage fortifié (fouillé en 1994) comprend une porte défendue par deux tours portières et un pont-levis, précédés par une rampe d’accès sur fosses et une barbacane installée en bas de pente. Il s’agit sans doute de la pérennisation de l’ancien tracé dessinant l’axe structurant qui sépare les deux blocs ecclésiaux. Les deux autres entrées actuelles du village relèvent de périodes plus récentes.

6Le vaste monastère que l’on visite se compose de bâtiments érigés autour du pivot central qu’est le cloître inachevé, épicentre du lieu saint où convergent toutes les logiques de circulations. S’il apparaît impossible de dissocier les cheminements liturgiques des flux domestiques, il faut souligner que toutes les circulations initiales reliant le prieuré à l’église marquent une forte ascension du sud vers le nord, du prieuré vers l’église. Ce constat s’accentue encore si l’on s’écarte des espaces bâtis car l’ensemble monastique domine nettement la plaine de l’Aix et le chemin permettant d’accéder à la butte argileuse formant socle au village. Au XIIe siècle, l’entrée majeure du prieuré se plaçait au sud, au sommet d’une forte pente et d’un emmarchement disparu, elle est aujourd’hui masquée par la tour défensive centrale (fig. coul. 22). La valeur symbolique de ces cheminements paraît incontestable : le passage, par paliers, du monde extérieur laïc, vers l’espace religieux du monastère, puis sacré de l’église était nettement marqué par cette progression ascensionnelle. Cette ascension, très marquée aux XIe et XIIe siècles, s’est atténuée au fil du temps, au rythme de l’empilement des strates au porche, et au chevet de l’église, et dans le jardin suspendu du cloître. De fait, les chantiers de terrassements, déblaiements et comblements qui se succèdent depuis la Guerre de Cent Ans jusqu’au XIXe siècle ont totalement gommé ces pendages et les accès initiaux. Enfin, la construction des tours de défense dans la période charnière de la fin du XIVe et du début du XVe siècle a conduit à déclasser le rez-de-chaussée du premier prieuré en sous-sol et à enterrer toute la partie méridionale du cloître. La montée ascendante vers l’église s’est estompée en effaçant définitivement la portée symbolique du cheminement spirituel (fig. 2).

  • 3 Prélèvement et analyse dendrochronologique effectués par Christian Le Barrier, Inrap.

7La topographie naturelle s’avère totalement gommée par les aménagements médiévaux. La variation des niveaux de circulation dans le monastère s’accompagne de l’ajout d’un vaste grenier sur le bas-côté nord de l’église qui inflige à la façade un profil d’une dissymétrie inhabituelle. Le remblaiement du parvis a également enseveli, sous plus de 2 m de remblais, différentes ouvertures placées autrefois à l’air libre. Les niveaux de circulation actuels sont scellés par le logis du prieur à arcades et escalier en vis polygonal, daté du premier tiers du XVIe siècle3. À l’est, la monumentalité du chevet apparaît très accentuée en raison d’importants décaissements exécutés au XVIIIe siècle pour installer une terrasse nivelée et aplanie. Le bras nord du transept semble également suspendu dans les airs depuis la purge des niveaux médiévaux, opérée entre le XVIIIe et le XXe siècles. Cette monumentalité n’était pas voulue au XIe siècle, lors de la construction de l’église. D’autres décaissements drastiques, d’environ 3 m, restent visibles sur le mur sud du monastère. Ainsi, la prise en compte de la chronologie du bâti et des modifications topographiques permet de restituer la dynamique des bâtis et d’éclairer un pan de la symbolique associée à l’espace religieux.

3. LES LIEUX SACRÉS, LES ESPACES LITURGIQUES AU SEIN DE L’ÉGLISE CLUNISIENNE

8Jean-François Reynaud nous a fait l’amitié de venir étudier rapidement l’église romane Saint-Pierre-et-Paul qui lui « semble construite en deux temps ; la première phase relèverait du milieu ou de la deuxième moitié du XIe siècle, elle comporte une abside et un transept voûtés, coiffé d’un petit clocher barlong, prolongés par une nef charpentée. La deuxième campagne permet la construction de la nef centrale voûtée en berceau percée de vingt-neuf ouvertures dans lesquelles sont fixés les cols des vases acoustiques » (Reynaud 2000).

Fig. 2 : Pommiers-en-Forez. Une topographie aménagée : les traces de comblements et décaissements, bras nord du transept (cliché : Ch. Delomier).

9Si l’on s’interroge sur la répartition des espaces sacrés et domestiques au sein de l’édifice clunisien, force est de constater une interpénétration des fonctions. Les quatre portes méridionales de l’église Saint-Pierre et Paul pourraient sceller quelques cheminements monastiques puisque chaque accès prolonge des flux de circulation identifiés et intégrés dans la chronologie relative du prieuré. Toutefois, pour qualifier ces circulations de « liturgiques », il faudrait les rattacher à coup sûr à des processions ou à des rituels sacrés ; ceci reste impossible dans l’état actuel de nos connaissances. La porte la plus occidentale, dont il subsiste deux claveaux en place, est liée à l’église initiale et marquait un franchissement réservé aux premiers moines puisqu’elle fait face à la seule porte romane repérée dans le premier prieuré (fig. coul. 23). À l’inverse, dans le bas-côté nord, la porte ouverte en pénétration dans la première travée nord s’écarte franchement de tout flux cultuel puisqu’il s’agit de l’accès conduisant à l’étroit escalier en vis desservant le vaste grenier placé au-dessus. Ce lieu de stockage contient encore vasques, gaines en bois et déversoir en pierre permettant la descente du grain conservé au pied de l’église sur son flanc nord. L’hypothèse d’une remise servant aux moines est sans doute à reprendre car ces évacuations parviennent à l’extérieur de la clôture monastique, du côté de la paroisse Saint-Julien et du village.

10Enfin, une ancienne porte ouvrant dans le mur gouttereau nord est fréquemment mentionnée à la fin du XVIIIe siècle. Elle subsiste aujourd’hui sous forme de niche murale, à l’intérieur, au niveau de la troisième et avant-dernière travée. L’hypothèse est tentante de restituer en ce point un accès à l’église réservé aux villageois. L’idée d’un espace liturgique dédié à un usage paroissial dans le bas-côté nord se dessine alors. Toutefois la porte nord des églises est utilisée lors des liturgies pénitentielles du carême ; les pénitents sortent par la porte nord et reviennent le jeudi saint par cette même porte afin de se retrouver au sein de la communauté (Palazzo 2000, p. 145). La question n’est donc pas tranchée à ce jour.

11Ainsi, les deux bas-côtés de l’église monastique apparaissent-ils assez nettement différenciés. L’espace méridional paraît rester sous contrôle monastique puisque toutes les portes d’accès restent liées au prieuré ; le flanc nord semble s’en émanciper, marqué par des intrusions domestiques (le grenier) ou liturgiques (un accès des paroissiens extérieur à la clôture monastique ou un cheminement propre à la liturgie de carême ?).

12À l’intérieur de l’église, quelques observations et travaux récents permettent de proposer de nouveaux critères de délimitation des espaces liturgiques. Les piles orientales de la croisée du transept reposent sur des bases massives et dissemblables, toutes deux incisées de glissières, vestiges en creux de l’installation d’une barrière de chœur. Il se trouve par ailleurs que le musée local conserve une plaque de chancel sculptée aux dimensions appropriées à ces engravures. L’origine exacte de cette pièce lapidaire reste inconnue et présente deux registres superposés. En haut, un cerf est poursuivi par un lion (l’âme tentée par le démon) et le registre inférieur, séparé par trois rinceaux alignés, montre un oiseau (phénix ou cygne ?) et un quadrupède (loup ou chien ?) affrontés au sein d’une double boucle d’entrelacs (fig. 3).

13Le réemploi d’un fût de colonne de marbre antique, placé au nord de l’arc triomphal, est évoqué plus haut. Marquant l’entrée du chœur architectural, ce type de réemploi permet d’évoquer leur usage comme « reliques ». Selon la terminologie allemande qui désigne ce type de réemplois comme des « Baureliquien », traduite littéralement par « reliques architecturales » (Raff 1995), l’impact symbolique de ces remplois apparaît très nettement. Reliquats d’un passé et servant à structurer l’espace ecclésial, ils contribuent tout à la fois à asseoir l’ancienneté et le prestige des édifices et à « sacraliser » un élément « impie » au passage. Ces témoins exposés garantissent la valeur et l’antiquité de ces édifices et, d’une certaine manière, leur prééminence (Roux 2007) – ceci peut-être en raison d’une volonté clunisienne d’asseoir son pouvoir sur un territoire et des hommes « tenus » par une église paroissiale plus ancienne et bien implantée, notamment dans le domaine du culte des morts par exemple. Enfin, dans l’abside, les chapiteaux à palmettes d’une facture assez fruste laissent apparaître l’unique élément figuré, un buste d’homme traité en méplat, parmi le décor végétal de l’ensemble lapidaire de l’église.

Fig. 3 : Pommiers-en-Forez : plaque de chancel représentant un lion poursuivant un cerf (cliché : Ch. Delomier).

  • 4 Nous renvoyons à cet article qui est extrêmement documenté.

14Ceci nous conduit à aborder la question, pour l’espace sacré, de l’« architecture et de la musique, sujets immenses qui intéressent le chant, la musique instrumentale, l’organisation des espaces ecclésiaux, le mobilier de l’église, l’architecture, la liturgie, les matériaux de construction, la spiritualité, les technologies de l’acoustique, les ornements du culte, etc. » (Reveyron 2010, p. 65)4. D’après les sources historiques connues (Bernard, Bruel 1876-1903), les effectifs religieux de Pommiers oscillaient entre cinq et douze moines ; ils se plaçaient dans des stalles installées face à face dans le chœur monastique, en avant de la croisée du transept, précisément au-dessous des vingt-neuf vases acoustiques. Les recherches anciennes et récentes mettent en lumière l’importance de la musique religieuse, reflet de la spiritualité clunisienne, car si « le verbe donne du sens au monde, la musique le met en ordre » (Reveyron 2010, p. 67). Deux des chapiteaux du chœur de Cluny III représentent les huit tons du plain chant et « ces aspects de la musique peuvent désigner métaphoriquement des moments du temps monastique » (ibidem). Saint Bernard rappelait inlassablement « si tu désires voir, écoute d’abord, l’audition est degré vers la contemplation » et les monastères cisterciens d’aujourd’hui vivent toujours au rythme des offices chantés. Toutefois, les parois et voûtes des églises s’avèrent susceptibles de réverbérer les sons, aussi la pose des vases acoustiques refléterait l’intention « d’amplifier la voix en hauteur et au niveau des voûtes, mais pas à proximité des fidèles ni des officiants » (Carvalho et al. 2010, p. 34). Or si « le moine clunisien pratique toutes les vertus monastiques, il est d’abord un homme de prières, un orant » (Riche 2003, p. 11), un orant dont les psaumes et réponds chantés s’élèvent sous la voûte de l’église, vers le ciel.

15Deux des vingt-neuf céramiques conservées dans la voûte de l’église furent déposées en 1938, pour être étudiées en 2000 (Vicard 2000). Le résultat de l’analyse de « ces récipients de taille inégale (18 cm et 27 cm de haut sur 20 cm et 27 cm de large) » attestent qu’ils « proviennent du vaisselier domestique ; ce sont des oules à lèvres en bandeau, sans anse ni col, à paroi globulaire et à fond bombé, très largement répandues dans la région Rhône-Alpes entre le XIe et le XIIIe siècles. Il n’existe pas de vase spécialement conçu pour l’usage de filtre acoustique et il faut donc puiser dans le vaisselier ordinaire pour lui attribuer une nouvelle fonction. » (ibidem). De plus, des traces de feu prouvent que ces vases avaient été utilisés avant d’être fixés à la voûte par le col. La question de savoir s’il existe une relation entre cette pratique et les innovations nées dans la sphère clunisienne entre 1020-1030 et 1130-1140 demeure. Ce mouvement de réforme spirituelle et de construction dans la pierre fait de l’église monastique un lieu de référence sur lequel se règlent la vie passée en commun, l’agencement des autels, le déroulement des processions qui unifient l’espace liturgique (Russo 2003, p. 26).

4. EN GUISE DE BILAN

16L’enquête archéologique aborde les questions de topographie naturelle, aménagée et monumentale nécessaires pour asseoir la chronologie relative du site dans son ensemble. L’analyse de ces critères permet d’offrir une nouvelle appréhension des édifices religieux. Cependant ceux-ci reflètent l’organisation sociale et mentale de la société médiévale et l’archéologue doit conjuguer ses approches avec celles des liturgistes et des hommes d’Église. La comparaison de l’assemblée chrétienne à un « édifice spirituel », construit avec des « pierres vivantes » sur la « pierre angulaire » qui est le Christ, apparaît déjà dans l’Apocalypse avant d’être rappelée dans la première épître de saint Pierre (Martin 2010, p. 45). La Règle et la liturgie relient les espaces monastiques entre eux, leur donnent un sens au service des liens communautaires et nous espérons avoir montré, dans ces quelques lignes, combien l’espace liturgique déborde largement sur le cadre environnant. Loin d’apporter des réponses définitives à cette vaste question, ce texte propose un bilan sur un site qui sort peu à peu de l’ombre, au rythme des études de bâti, dans le cadre de l’archéologie préventive. Nous devons à J.-Fr. Reynaud, notre professeur d’archéologie médiévale à l’université Lumière Lyon 2, les fondements de notre discipline, la définition des enjeux scientifiques des études archéologiques de bâti. Toutefois son enseignement dépassait largement le cadre strict de l’analyse des espaces ecclésiaux ou monastiques. La pratique de terrain, la connaissance des normes devaient nous engager vers des questionnements exigeants et spirituels. Nous espérons avoir reçu un peu de cette manne.

Bibliographie

Bibliographie

Baud A. 2003. Liturgie, circulation et espace monastique à Cluny. In L’esprit de Cluny et ses prolongements : actes du IVe colloque biennal de Pommiers-en-Forez. Saint-Étienne : Actes graphiques, p. 85-91.

Beigbeder O. 1962. Pommiers, gardienne du Forez. In Beigbeder O. Forez-Velay roman. Saint-Léger-Vauban : La Pierre-qui-Vire : Zodiaque, p. 167-179. (La Nuit des temps ; 15).

Bernard A., Bruel A. (éd.) 1876-1903. Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny. Paris : Impr. nationale. 6 vol. Rééd. Frankfort-sur-le-Main : 1974.

Buenner D. (Dom) 1947. Pommiers-en-Forez, son prieuré et son église. Lyon : M. Lescuyer. 60 p.

Carvalho P., Vialère J.-Ch., Palazzo-Bertholon B. 2010. Les vases acoustiques dans les églises médiévales : analyse des sources et études de cas. In Techniques de construction des églises et monastères médiévaux : actes du VIe colloque biennal de Pommiers-en-Forez. Saint-Étienne : Actes graphiques, p. 19-37.

Collectif 2000. Delomier Y. (dir.). Pommiers-en-Forez, Loire. Lyon : Association culturelle de Pommiers-en-Forez. 78 p.

Delomier Ch. 2002a. Les bâtiments communautaires : Pouilly-les-Feurs (Loire), Pommiers-en-Forez (Loire). In Reynaud J.-Fr. (dir.), Pacaut M., Wullschleger M. Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes. Lyon : ALPARA, p. 150-151. (DARA ; 23).

Delomier Ch. 2002b. Le prieuré de Pommiers-en-Forez, chronologie du site fortifié. Les dossiers d’archéologie 275, p. 88-89.

Delomier Ch. 2005. Le monastère de Pommiers-en-Forez. In L’esprit de Cluny et ses prolongements : actes du IVe colloque biennal de Pommiers-en-Forez. Saint-Étienne : Actes graphiques, p. 39-46.

Delomier Ch. 2007. Les espaces ecclésiaux et liturgiques à Pommiers-en-Forez. In Architecture et pratiques religieuses : actes du Ve colloque biennal de Pommiers-en-Forez. Saint-Étienne : Actes graphiques, p. 47-56.

Delomier Ch. 2010. La construction à Pommiers-en-Forez à la lumière des « comptes des murailles de Feurs ». In Techniques de construction des églises et monastères médiévaux : actes du VIe colloque biennal de Pommiers-en-Forez. Saint-Étienne : Actes graphiques, p. 73-85.

Martin B. (Abbé) 2010. Expoliti lapides. Approche de la symbolique médiévale des constructions d’églises. In Techniques de construction des églises et monastères médiévaux : actes du VIe colloque biennal de Pommiers-en-Forez. Saint-Étienne : Actes graphiques, p. 45-53.

Palazzo É. 2000. Liturgie et société au Moyen Âge. Paris : Aubier. (Collection historique). Raff T. 1995. Spolien - Baumaterial oder Bedeutungsträger. Daidalos 58, p. 65-71.

Reveyron N. 2010. Espace sacré et musique dans l’architecture médiévale. In Techniques de construction des églises et monastères médiévaux : actes du VIe colloque biennal de Pommiers-en-Forez. Saint-Étienne : Actes graphiques, p. 65-81.

Reynaud J.-Fr. 2000. Pommiers : l’église bénédictine. In Delomier Y. (dir.). Pommiers-en-Forez, Loire. Lyon : Association culturelle de Pommiers-en-Forez, p. 39-46.

Riche D. 2003. Cluny dans la société médiévale. L’apport de l’ordre dans le monachisme. In L’esprit de Cluny et ses prolongements : actes du IVe colloque biennal de Pommiers-en-Forez. Saint-Étienne : Actes graphiques, p. 7-25.

Russo D. 2003. Iconographie de la Majestas Domini dans la mouvance clunisienne. In L’esprit de Cluny et ses prolongements : actes du IVe colloque biennal de Pommiers-en-Forez. Saint-Étienne : Actes graphiques, p. 25-35.

Roux C. 2007. À propos d’un remploi de colonne dans la priorale de Pommiers-en-Forez. Architecture et pratiques religieuses : actes du Ve colloque biennal de Pommiers-en-Forez. Saint-Étienne : Actes graphiques, p. 57-61.

Vicard T. 2000. : Description de deux echeae déposés. In Delomier Y. (dir.). Pommiers-en-Forez, Loire. Lyon : Association culturelle de Pommiers-en-Forez, p. 55.

Notes

1 Aujourd’hui propriété du conseil général de la Loire.

2 Mabillon J., Annales Ordinis Sancti Benedicti. III, p. 690, no XXXIII.

3 Prélèvement et analyse dendrochronologique effectués par Christian Le Barrier, Inrap.

4 Nous renvoyons à cet article qui est extrêmement documenté.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Pommiers-en-Forez : église paroissiale Saint-Julien, vue du mur gouttereau nord (cliché : Ch. Delomier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 2 : Pommiers-en-Forez. Une topographie aménagée : les traces de comblements et décaissements, bras nord du transept (cliché : Ch. Delomier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3730/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 3 : Pommiers-en-Forez : plaque de chancel représentant un lion poursuivant un cerf (cliché : Ch. Delomier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3730/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search