Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 2 : L'organisation de l'espace religieux au Moyen Âge

Marges et périphéries d’abbayes, témoins de vie laïque au service des moines, à Dijon et Nevers aux Xe-XIIIe siècles

Benjamin Saint-Jean Vitus

Texte intégral

1Dans l’image qu’on tend à restituer du monastère bénédictin médiéval, les espaces à la périphérie du cloître sont souvent présentés comme un ensemble de cours, de jardins et de bâtiments associés à la clôture extérieure (pressoirs et granges, infirmerie, hôtellerie ou palais abbatial). Cette vision apparaît tributaire de celle livrée par les figurations et descriptions de l’époque moderne ; elle hésite davantage sur l’interprétation des modèles idéalisés du Moyen Âge, plan de Saint-Gall au IXe siècle ou coutumier clunisien du Liber Tramitis au XIe siècle (Liber Tramitis 1980). Pour sa part, l’archéologie, faute d’opportunité d’explorer ces marges, se concentre le plus souvent sur l’église abbatiale et le carré claustral, sur les zones funéraires et parfois, pour des études topographiques ou d’élévations, sur l’enceinte fortifiée. Une part de la périphérie du cloître reste donc un peu dans l’ombre : s’y active en particulier, pendant les siècles centraux du Moyen Âge, une population laïque au service du monastère, qui bâtit, répare, cultive ou pratique l’élevage, assurant notamment l’approvisionnement de la communauté. L’importance relative des secteurs concernés par rapport à l’espace monastique est difficile à apprécier.

2Il se trouve que deux fouilles préventives effectuées aux deux extrémités de la Bourgogne, à Dijon et Nevers, apportent des témoignages à ce sujet sur une même séquence chronologique, du début du Xe à la fin du XIIIe siècle au moins. Les deux sites relèvent d’une catégorie répandue, celle de monastères d’origine ancienne, nés dans la périphérie d’une agglomération antique et rattrapés avant le XIVe siècle par la croissance urbaine. Dans des contextes différents, tous deux posent la question de l’insertion dans l’enclos abbatial d’aires de travail, d’habitat et de stockage, mais aussi de l’évolution dans le temps de ce type d’occupation, en lien avec le développement d’un ensemble habité alentour, et enfin de son intégration dans une ville plus large en formation.

1. DIJON : LA FOUILLE DE LA RUE DU CHAPEAU ROUGE ET L’ABBAYE SAINT-BÉNIGNE

3À Dijon en 1999, au no 8 rue du Chapeau Rouge, une fouille de 530 m² dans le centre de la ville actuelle offrait une image toute rurale de la périphérie proche de l’ancienne abbaye Saint-Bénigne, à base de constructions modestes généralement en bois et de batteries de silos, se succédant sans interruption depuis le début du Xe siècle jusqu’à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle (fig. 1 ; Saint-Jean Vitus 1999).

4Se superposant sans lien aucun à des témoins clairsemés d’occupations antiques, les plus anciens vestiges concernés remontent au premier tiers du Xe siècle. Ils comprennent deux portions de maisons de quelque 5 m de large, sur poteaux de fond et sablières basses avec foyers en surface de sols de terre battue, et au moins un silo excavé à l’extérieur (fig. 2 et coul. 17). Au bout de quelques décennies, tout est rasé au profit d’une voie empierrée, probablement associée dès l’origine à un ensemble de silos creusés dans les sols alentours ; lesquels se répandent aux Xe-XIIe siècles à travers l’aire de fouille, isolés ou groupés en batteries sans arrêt remaniées, jusqu’à abandon de la voie. Quelque part entre le milieu du XIe siècle et les alentours de 1200, s’y associe un dépôt de céréales réparti entre deux petits édicules en bois (fig. 2).

5Dans une nouvelle période datable entre le milieu du XIIe et le milieu du XIIIe siècle, l’occupation se réorganise à la façon d’une « cellule d’exploitation rurale » de ces époques (évoquant notamment plusieurs fouilles des alentours de Dijon). Autour d’un espace central de cour se distribuent en gros, avec de nombreuses reprises de détail, un bâtiment sur poteaux de quelque 7 m sur 10 m en plan (habitation, grange ou hangar ?), une petite construction sur poteaux qui prend ultérieurement l’allure d’un grenier, un fond de cabane ou de cave de 3 m de côté, quelques édicules sur solins grossièrement maçonnés, un petit four domestique et à nouveau des batteries de silos excavés (fig. 3). On peut associer à cet horizon une autre portion d’habitat des XIIe-XIIIe siècles, à sol de terre battue muni de plusieurs foyers, reconnue sur 70 m² à peu près à une cinquantaine de mètres de là, en limite d’une fouille de 1987 (Depierre 1990, 1991 ; fig. 1). Du Xe au XIIIe siècle, la quarantaine de silos répertoriée présente des formes classiques à profil cylindrique à la fouille, probablement piriforme à l’origine, avec un diamètre maximal compris entre 0,75 et 1,20 m, ou entre 1,50 et 2 m à peu près (3 m dans un cas), pour une profondeur initiale de 1,30 m à 1,60 m environ.

Fig. 1 : Dijon : plan de situation de la fouille du no 8 rue du Chapeau Rouge (1999) par rapport aux vestiges de l’abbaye Saint-Bénigne et au « plan des bastiments du Monastère » de 1652 (A. N., N III Côte-d’Or 5 [2] et [3]), à peu près recalé (DAO : B. Saint-Jean Vitus, 1999-2011).

Fig. 2 : Dijon, fouille du no 8 rue du Chapeau Rouge (1999) : plan superposant les vestiges des Xe et XIe-XIIe siècles (relevé et DAO : A. Couilloud, B. Colas, P. Gerbet, B. Saint-Jean Vitus, 1999-2011).

6Au final, des suites de gros poteaux traversant la fouille à la manière de grandes clôtures précèdent l’arasement général de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle, qui fait place à un terrain désormais voué à la culture. Il correspond sans doute, à peu de chose près, à ces zones de vergers et jardins qu’on reconnaît sur des plans d’état des lieux datés de 1652 (Arch. nat., NIII Côte-d’Or, 5 [2] et [3] ; fig. 1).

7Se pose alors la question de la relation de ces occupations avec l’espace propre du monastère de Saint-Bénigne.

8Rappelons qu’il s’agit là d’une abbaye masculine, une des principales de Bourgogne au Moyen Âge ; elle s’est développée à partir d’une basilique martyriale fondée au VIe siècle à l’emplacement d’une nécropole antique, à 500 m à l’ouest d’un premier noyau urbain fortifié, le « castrum divionensis » (CAG 21/2 2009), et elle est déjà très importante au IXe siècle (Chomton 1900 ; Oursel-Quarré 1939 ; Picard 1986). À ce jour, aucun vestige ne permet d’en localiser précisément le cœur avant le XIe siècle, mais l’emplacement du sanctuaire n’a pas dû beaucoup bouger. En tout cas, il est limité vers le sud et vers l’est par le maintien d’une vaste nécropole, attestée sur près de 5 ha pour les VIe-IXe siècles (CAG 21/2 2009). La présence de cette dernière explique peut-être que le cloître et les bâtiments monastiques se soient développés sur le flanc nord de l’abbatiale (fig. 1). Au moins peut-on situer de façon sûre, sous l’édifice gothique actuel, la grande église reconstruite à partir de 1001, avec sa célèbre rotonde (Marino Malone 1996, 2008). Quant au cloître qui flanquait cet édifice du côté nord, il en reste une partie de l’aile orientale, érigée dans le second quart du XIe siècle probablement, dans les salles basses (anciens chapitre et « salle des moines ») de l’actuel musée archéologique (Schlink 1978, 1996 ; L’ancienne abbaye Saint-Bénigne 1995). La nécropole, elle, perdure sous forme de cimetières peu à peu séparés au cours du Moyen Âge, entourant le chevet et la rotonde de l’abbatiale, ainsi que des oratoires extérieurs au monastère.

9Par rapport à ces éléments, le centre de la fouille de 1999 apparaît donc localisé à l’extérieur de la nécropole du haut Moyen Âge, à 40 m de son extrémité nord (reconnue dans la parcelle voisine en 1987 : Depierre 1990, 1991) et à 110 m au nord-est de la jonction de l’abbatiale et de l’aile est du cloître du XIe siècle – ou encore à 70 m de l’extrémité de cette aile (fig. 1). Pour le Xe siècle, on peut tabler sur quelque chose d’équivalent. À ces distances, on peut se demander si les structures fouillées des Xe-XIe siècles s’inscrivent à l’intérieur de la clôture monastique, dont on ignore le tracé à ces époques, ou si, extérieures à celle-ci, elles appartiennent simplement au « bourg » de Saint-Bénigne, agglomération mentionnée dans les textes dès la fin du IXe siècle, et qu’un document du XIe siècle (Chevrier, Chaume 1943, p. 88, no 310) évoque délimitée par un fossé (Oursel-Quarré 1939 ; Richard 1946).

10On songe ici à l’exemple de Saint-Denis près de Paris, où des occupations de même famille entourent le monastère aux mêmes périodes, à l’intérieur d’un castellum d’une emprise de 400 m sur 500 m centré sur l’abbatiale, limité depuis 869 par une enceinte soulignée de fossés (Wyss 1996a, 1996b). Toutefois, la localisation des zones explorées à Saint-Denis se trouve inversée par rapport à la fouille de Dijon, dans la mesure où elles se développent au-delà de l’église, du côté opposé au cloître et non du même côté. Or à Dijon, il est plutôt tentant de considérer que le bourg se sera développé en priorité à l’opposé de la fouille, au sud de l’abbatiale et à l’ouest des zones de nécropole, devant l’entrée du monastère et à l’amorce d’une rue perpendiculaire à Saint-Bénigne appelée ultérieurement « rue du Cloître », qui constitue l’axe principal du quartier à la fin du Moyen Âge (aujourd’hui rue Condorcet ; fig. 1 ; Richard 1946). À la fin du XIe siècle, le bourg serait déjà étendu et abriterait quelques demeures assez importantes (Oursel-Quarré 1939). On peut néanmoins l’imaginer multiforme et un peu dispersé aux Xe-XIe siècles.

11Pourtant, au XIIe siècle au moins, un second cloître double le premier à Saint-Bénigne, de l’autre côté de l’aile orientale du XIe siècle : c’est le « petit cloître », destiné aux novices (Chomton 1900). On le reconnaît à la veille de sa démolition sur les plans de 1652 (Saint-Jean Vitus 1990, 1992, 1995). Or les vestiges décrits plus hauts s’inscrivent tout juste à l’extérieur des constructions qui l’entourent. Précisément, l’intervalle qui sépare des bords de fouille les bâtiments les plus proches de son préau, en l’absence de toute trace de mur ou de fossé à l’intérieur des fouilles, se limite à une vingtaine de mètres (fig. 1). Aux XIIe et XIIIe siècles, l’unique possibilité d’une clôture monastique excluant ces secteurs se trouverait donc dans cet intervalle de 20 m, c’est-à-dire presque au ras des bâtiments claustraux : dans un grand monastère comme celui-ci, on attend au contraire un espace minimum de circulation et divers aménagements sur leur pourtour.

12En dernier lieu, sur les plans de 1652, l’emprise des fouilles apparaît indubitablement comprise à l’intérieur du domaine monastique (fig. 1). Or ces documents transcrivent, avant reconstruction par les Mauristes (Arch. nat., NIII Côte-d’Or, 5 [2], [3] et [6] ; Arch. dép. Côte-d’Or, 1 H 131), une situation héritée des siècles précédents (Saint-Jean Vitus 1990, 1992, 1995). Il est dès lors tentant de reporter l’origine de cette disposition à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle, au moment de l’arasement général des occupations de la fouille.

13De fait, avant l’arrivée des Mauristes, aucun document ne se fait écho d’une restructuration d’ensemble de l’enclos, alors qu’inversement, l’abbaye a fait l’objet de travaux très importants à la fin du XIIIe et au tournant du XIVe siècle. Cette campagne est bien connue pour la reconstruction de l’abbatiale, initiée en 1271 et en voie d’achèvement en 1307 (Arch. dép. Côte-d’Or, 1 H 129), à l’origine de l’église conservée de nos jours (L’ancienne abbaye Saint-Bénigne 1995). L’état actuel de l’étage du dortoir, le seul bâtiment qui subsiste du complexe claustral (aujourd’hui le musée archéologique), remonte aussi à cette période (Poinssot 1954 ; Saint-Jean Vitus 1990, 1992, 1995).

Fig. 3 : Dijon, fouille du no 8 rue du Chapeau Rouge (1999) : plan d’une phase d’occupation de la fin du XIIe ou des trois premiers quarts du XIIIe siècle (relevé et DAO : A. Couilloud, B. Colas, P. Gerbet, E. Laborier, L. Vaxelaire, B. Saint-Jean Vitus, 1999-2011).

14Il est donc très probable qu’à Dijon, l’insertion à l’intérieur de la clôture monastique des terrains fouillés et de leurs vestiges, vraisemblable à partir du XIIe siècle, ait été effective avant le milieu du XIVe siècle.

2. NEVERS : LES VESTIGES DES Xe-XIVe SIÈCLES FOUILLÉS RUE SAINT-GENEST ET L’ABBAYE NOTRE-DAME

15La comparaison avec la fouille effectuée à Nevers en 2003-2004, au no 12, rue Saint-Genest, ouvre alors de nouvelles perspectives. Malgré la distance qui sépare les deux villes (180 km) et d’importantes différences de contexte et d’échelle, les deux sites révèlent en effet plusieurs points communs. Or à Nevers, du Xe au XIVe siècle, les vestiges correspondants s’inscrivent à l’intérieur de l’espace monastique.

16La fouille concerne cette fois-ci les marges d’une abbaye bénédictine de femmes, mal documentée, plus modeste que Saint-Bénigne de Dijon et n’ayant laissé que peu de restes visibles (fig. 4). Ici aussi, il s’agit à l’origine d’un établissement suburbain d’époque mérovingienne, né au VIIe siècle en l’occurrence et déjà refondé au IXe siècle ; le vocable de Notre-Dame s’est peu à peu substitué à celui initial de Saint-Genès (Gillon 1998 ; Carron 2007). Il s’est fixé à 150 m à l’ouest d’un noyau urbain antique, de superficie comparable au castrum de Dijon (9 ha environ), mais qui bénéficie du statut de cité épiscopale : un évêque y est attesté dès le Ve siècle (Bonnet et al. 1995). En revanche, la fenêtre de fouille est plus grande qu’à Dijon : les vestiges concernés s’inscrivent dans 950 m2. Enfin, la séquence stratigraphique de Nevers est plus épaisse et plus riche ; entre le Xe et le XIVe siècle, le phasage de l’occupation est plus dense et le mobilier plus abondant (Saint-Jean Vitus 2005, 2007a, 2008).

17Sur ce site au pied de la butte qui porte la cathédrale, des bâtiments de tailles diverses, maçonnés pour la plupart, se succèdent du Xe au XIIIe siècle à un rythme rapide (en gros tous les 30 ans), en association permanente avec des silos excavés, fréquemment en batteries, sans arrêt remaniés. Le tout occupe, de façon plutôt lâche, une terrasse limitée, au sud, par un talus bordant à ces époques le lit majeur de la Loire dont la fouille a montré la lente progression, au gré des inondations, effondrements et renforcements successifs. Il est possible qu’un fossé ait souligné ce talus, en début de période au moins. La physionomie s’avère donc, là aussi, rurale et très changeante (fig. 4 ; Saint-Jean Vitus 2005, 2007a, 2008).

Fig. 4 : Nevers : plan de situation de la fouille du no 12, rue Saint-Genest (2003-2004) par rapport aux vestiges de l’abbaye Notre-Dame et au plan de ville de 1759 (musée de la faïence Frédérique Blandin de Nevers, NP 717) [relevé et DAO : P. Noguès, P. Sarrazin, B. Saint-Jean Vitus, 2002-2011].

18Une fois encore, les vestiges concernés se superposent sans aucun lien avec quelques traces d’époque antique. Mais les niveaux du Xe siècle succèdent ici à des occupations tout à fait structurées des VIIIe et IXe siècles, comprenant notamment un très grand bâtiment du IXe siècle étiré au sommet du talus, interprété comme un possible logis des hôtes de marque de l’abbaye (Saint-Jean Vitus 2007b). Autour de l’an 900, un grave incendie entraîne d’abord une rétraction du bâtiment en partie réutilisé, puis son éradication au début du Xe siècle, libérant une aire ouverte où émergent quelques ruines. Les premiers silos s’installent le long du bâtiment réduit après l’incendie, notamment au pied de son ancienne façade méridionale, un temps conservée comme mur de clôture.

19Les occupations des Xe et XIe siècles, jamais très denses, s’illustrent alors par la succession discontinue de constructions de toutes tailles (de 1 m à 15 m de côté !), sur solins maçonnés ou plus rarement sur poteaux de bois (habitat, resserres, greniers…). Les sols intérieurs sont de terre battue, marqués dans un cas par une concentration de foyers notoire ; dans d’autres cas, les foyers sont extérieurs. Le tout est associé à diverses combinaisons de silos excavés, en perpétuel remaniement. Vers le milieu du XIe siècle s’intercale une aire pavée munie d’un puits, laquelle contourne un large bâtiment sans doute utilitaire (fig. 5, coul. 18 et coul. 19).

20Mais la restructuration la plus importante date du dernier tiers du XIe siècle (fig. 6). Après d’importants terrassements, s’accompagnant d’une reprise du talus bordant le site, deux grands bâtiments de 8 m à 9 m de large, évoquant des types de granges et séparés par 4 m de pavage, s’établissent à sa perpendiculaire et s’étirent en longueur au-delà de la limite nord de la fouille ; des constructions secondaires les accompagnent peut-être. La terrasse alentour est percée de silos en batteries. Elle est bientôt fermée par un gros mur qui couronne le talus, matérialisant clairement, pour la première fois, la clôture méridionale de l’espace monastique.

Fig. 5 : Nevers, fouille du no 12 rue Saint-Genest (2003-2004) : plan des structures se succédant du début du Xe au troisième quart du XIe siècle à peu près (relevé et DAO : P. Noguès, P. Sarrazin, B. Saint-Jean Vitus, 2004-2011).

21Au cours du XIIe siècle, un édifice établi à la perpendiculaire du talus vient sans doute compléter la clôture au sud-ouest : c’est sur lui qu’est appelée à se greffer la future enceinte urbaine. Quant aux bâtiments de la fin du XIe siècle, ils sont progressivement détruits, laissant toujours plus de place à un espace ouvert, criblé de silos et de toutes sortes de fosses, et à une voie empierrée longée de constructions médiocres (fig. 6).

22Sur la cinquantaine de silos répertoriée au total, tous plus ou moins cylindriques à profil à tendance piriforme ou « en bouteille », ceux du Xe et du début du XIe siècle ont un diamètre de 0,85 m à 1,15 m pour une profondeur par rapport au sol toujours comprise entre 1,10 m et 1,70 m au début de la période, mais qui peut dépasser 2,50 m à partir de la fin du Xe siècle. Au cours du XIe et surtout au XIIe siècle, on observe de plus en plus de grands silos, dont la largeur peut atteindre 2,10 m (fig. 7 et coul. 18). Outre les questions de stockage des grains, les analyses diverses et les études de mobilier témoignent, entre autres, d’une réalité de travaux agricoles et d’élevage (sonnaille : fig. 8 ; ou litière de chèvre dans un silo par exemple).

Fig. 6 : Nevers, fouille du no 12 rue Saint-Genest (2003-2004) : plan des structures se succédant de la fin du XIe au tournant du XIIIe siècle (relevé et DAO : P. Noguès, P. Sarrazin, B. Saint-Jean Vitus, 2004-2011).

23Or avant le milieu du XIIIe siècle, les silos disparaissent définitivement du secteur, où les seules traces d’occupation nouvelles sont quelques fosses et un four à bronze d’utilisation sans doute brève. Au XIVe siècle, des fondations de murs trahissent une division du terrain en grandes parcelles closes, évoquant un schéma assez proche du dispositif illustré à Dijon par le plan de 1652. Ultérieurement, aux XVe-XVIe siècles, de petits bâtiments sur cave sont appelés à s’inscrire dans d’autres enclos de ce type, dont certains sont gagnés sur le recul de l’ancien talus. Au XVIIIe siècle, le tout est recouvert par des jardins à la française, reconnaissables sur quelques plans de la ville (en particulier sur un plan des années 1750 : musée Blandin de Nevers, NP 717).

24Ainsi, malgré les différences, les occupations des Xe-XIVe siècles à Nevers s’apparentent à bien des égards avec celles de Dijon, jusque dans leur évolution générale.

25Leur localisation aussi présente des points communs. La fouille de Nevers s’avère plus proche dans l’absolu du cœur du monastère, mais les deux abbayes ne sont pas à mettre sur le même plan : Notre-Dame de Nevers, certes restée l’un des établissements religieux les plus riches de la ville (Carron 2007), n’aura jamais connu le rayonnement de Saint-Bénigne de Dijon.

26Cette différence d’échelle se traduit sur le terrain par une nette différence d’emprise au sol, à toutes les époques (comparer les fig. 1 et 4).

27De fait, si l’archéologie confirme ici une occupation du site depuis le VIIIe siècle (sans association à une nécropole mérovingienne aussi vaste qu’à Dijon), des fouilles d’inhumations et des dégagements ponctuels de maçonneries et de sols, ou de fragments de plaques funéraires, suggèrent le maintien de l’épicentre du monastère depuis le IXe siècle au moins, en gros à l’emplacement de l’abbatiale et du cloître médiévaux (Berry 1993 ; Sapin 2007 ; Maranski 2009). Les vestiges en élévation de l’église, eux, remonteraient au début du XIIe siècle pour les plus anciens, avec ceux d’une chapelle voisine (quand la documentation écrite révèle une importante réorganisation aux années 1120-1130) ; mais une seconde campagne est manifeste au XIIIe siècle : elle s’étend à ce qui reste des bâtiments claustraux (Berry 1993 ; Saint-Jean Vitus 2005, 2007a ; Maranski 2009). C’est alors que s’observe la position inhabituelle du cloître au sud-ouest de l’abbatiale : au XIIIe siècle, elle paraît issue de la réduction de la partie occidentale de l’église. Par rapport à cet ensemble, la fouille de 2004 concerne une bande méridionale : son centre est distant de 70 m de l’abbatiale (fig. 4). Mais une trentaine de mètres seulement séparent sa limite nord de l’emplacement de l’aile sud du cloître – sachant que plusieurs des constructions de la fouille se prolongent au-delà, réduisant d’autant cet intervalle. Cette distance est comparable à celle qui sépare les fouilles de Dijon des bâtiments du « petit cloître », à partir du XIIe siècle au moins.

Fig. 7 : Nevers, fouille du no 12 rue Saint-Genest (2003 - 2004) : exemples de silos des Xe, XIe et XIIe siècles. En haut, profils tels que relevés en fouille, altitudes réelles ; en bas, propositions de restitution par rapport au sol d’utilisation correspondant (relevé et DAO : S. Alix, D. Lamotte, M.-N. Pascal, Y. Amrane, B. Saint-Jean Vitus, 2004).

Fig. 8 : Nevers, fouille du no 12 rue Saint-Genest (2003-2004) : sonnaille en tôle de fer trouvée dans les niveaux de travaux de la fin du XIe siècle (DAO : J. Gelot 2004).

28Par ailleurs, malgré la différence d’échelle et l’inversion des dispositifs claustraux, la localisation des vestiges de Nevers s’apparente encore à celle de Dijon dans son rapport à la polarisation de l’espace monastique. Dans les deux cas en effet, on se trouve à l’opposé des lieux les plus sacrés, de l’autre côté du cloître par rapport à l’église abbatiale, et à l’écart de la nécropole entourant le sanctuaire principal (comparer les fig. 1 et 4) : ce qui convient au mieux pour des activités profanes. Dans une telle situation, on imagine que les bâtiments fouillés auront abrité le travail ou l’habitat de populations au service de l’abbaye. Quant aux structures de stockage (silos, greniers ou autres), dont le nombre interpelle, une partie au moins pourra avoir servi aux réserves de la communauté. À leur sujet, on notera qu’à Nevers, quelques rares sépultures isolées, de nourrissons en particulier, s’intercalent entre les silos au Xe et au début du XIe siècle (fig. 5) : cette pratique souligne l’interférence entre sacré et profane, propre à ces zones de transition.

3. REMISE EN ORDRE DE L’ESPACE MONASTIQUE, APPARITION DE NOUVELLES PAROISSES ET INTÉGRATION DANS LA VILLE, XIIe-XIIIe SIÈCLES

29Dès lors, faut-il exclure qu’à Dijon, les habitats, la voie, les silos et les dépôts de grains fouillés pour les Xe et XIe siècles s’insèrent déjà à l’intérieur de l’espace monastique, à l’instar du modèle nivernais ? Cela ne paraît pas inconcevable.

30À l’inverse, on pourra s’interroger sur le fait qu’à Nevers, pendant un siècle et demi à deux siècles jusqu’aux alentours de 1100, aucun mur ne ferme véritablement l’abbaye du côté de la fouille, simplement bordée par le talus méridional avec son éventuel fossé. Si les limites ne sont pas toujours fortement soulignées, ne peut-on imaginer, au moins pour ces périodes, une pénétration du monde laïc et agricole environnant, au service du monastère, jusqu’aux marges les plus proches des bâtiments claustraux ? Reporté à l’exemple dijonnais, cette question incite à se demander si la véritable limite de l’espace monastique n’a pas pu être un temps celle de ces fossés entourant le « bourg » de Saint-Bénigne : lequel ne formerait alors, avant la fin du XIe siècle peut-être, qu’un ensemble très lâche d’habitats et d’aires de travail, en association directe avec l’abbaye (?). La réponse n’est pas acquise.

31Sur ces bases et quelle que soit la matérialisation de la limite du monastère au Xe et XIe siècles, il est tentant d’interpréter la fin des occupations décrites ici comme une remise en ordre, allant dans le sens d’une séparation plus nette entre espace religieux et aires d’activités profanes ou d’habitats dépendants. Dans ces deux cas, on peut mettre en relation cette transformation avec deux autres phénomènes parallèles : celui de l’apparition d’une église paroissiale et de son cimetière, et celui de l’intégration dans la ville du site abbatial jusque-là « hors les murs », par création d’une enveloppe plus large de fortifications.

32Sur la fouille de Nevers, la réorganisation de la fin du XIe siècle, qui entraîne la mise en place du premier mur de clôture, voit en même temps l’apparition d’un petit groupe de sépultures, d’extension limitée et à l’écart des silos cette fois-ci ; il s’étoffe jusqu’au milieu du XIIe siècle à peu près, jusqu’à former, sur la bordure nord-est de l’aire de fouille, un véritable cimetière laïc (en tout cas peuplé d’individus des deux sexes et de tous âges : Saint-Jean Vitus 2007a). Celui-ci se concentre en réalité, à partir de cette époque, autour de l’église Saint-Genest, en partie conservée à une vingtaine de mètres au sud du sanctuaire abbatial et datable dans son état actuel du milieu ou de la seconde moitié du XIIe siècle (fig. 4 et 6). Cette église est attestée comme paroissiale au XIIIe siècle (Carron 2007). Ainsi, la formation de ce cimetière et l’apparition de cette paroissiale s’avèrent-elles fortement liées. Or cette évolution accompagne, dans la fouille, le reflux des occupations à base de constructions précaires et de batteries de silos des périodes précédentes, au profit de parcelles closes de jardins – après réorganisation du cloître autour d’une abbatiale réduite.

33En même temps, paroissiale et cimetière supposent l’existence d’une population suffisante aux alentours. Dès les XIIe-XIIIe siècles, une forme d’agglomération entourerait donc l’abbaye : ignorée des textes avant la fin du XIVe siècle, elle se trouverait intégrée dans la nouvelle enceinte de Nevers, érigée quelque part entre le second tiers du XIIIe et le milieu du XIVe siècle (Carron 2007). Ce moment correspond peu ou prou aux transformations intérieures du monastère.

34Avec le site de Dijon, quelques chaînons manquent pour établir un véritable parallèle. On rappellera néanmoins l’apparition dans les textes autour de 1100 d’une église Saint-Philibert, devenue paroissiale avant le XIVe siècle (Richard 1946) : elle est aujourd’hui conservée en élévation et son architecture trahit une reconstruction au cours du XIIe siècle. Entourée elle aussi d’un cimetière à cette période (issu de la nécropole du haut Moyen Âge), elle est située à une vingtaine de mètres au sud du chevet de l’abbatiale (fig. 1) : la comparaison s’impose avec Saint-Genest de Nevers.

35La présence de cette église, à l’amorce de la « rue du Cloître » déjà citée au sud de l’abbaye, renforce l’importance de ce secteur comme centre névralgique du bourg de Saint-Bénigne. Aucune corrélation directe ne peut toutefois être établie, comme à Nevers, entre cet édifice et la fouille. En revanche, on peut s’interroger sur le lien entre la réorganisation du monastère observée à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle, qui se traduit dans la fouille par l’éradication des habitats et silos au profit de parcelles closes de vergers ou jardins, et l’intégration de l’ensemble à l’intérieur de la nouvelle enceinte de Dijon. Sans doute amorcée en d’autres secteurs de la ville dès la fin du XIIe siècle, cette enceinte risque en effet de ne pas avoir atteint Saint-Bénigne avant le XIIIe siècle (Laborier à paraître ; Saint-Jean Vitus 2011). À Dijon également, dans un ordre peut-être différent de Nevers, paraît donc s’établir une relation entre réorganisation de l’espace monastique, apparition d’une paroisse et intégration dans la ville.

36Les données de deux fouilles aux marges des abbayes bénédictines de Saint-Bénigne de Dijon et de Notre-Dame de Nevers montrent donc un aspect souvent négligé du paysage monastique du Moyen Âge central. Du Xe aux XIIe-XIIIe siècles, des secteurs sans arrêt remaniés, dotés de constructions disparates et souvent précaires associées à des ensembles de structures de stockage, jouxtent pratiquement les bâtiments réguliers. Ils sont voués à toutes sortes d’activités profanes, du domaine de l’agriculture et de l’élevage notamment, et pour partie à l’habitat de laïcs dépendants. Situés au-delà du cloître, du côté opposé aux espaces les plus sacrés occupés par l’église abbatiale et la nécropole qui lui est liée, ils sont compris à l’intérieur de l’abbaye à Nevers, mais vraisemblablement aussi à Dijon – si tant est que la limite de l’établissement soit partout fortement marquée, ce qui n’est pas inéluctable jusqu’à la fin du XIe siècle. Ces occupations pourraient caractériser une phase particulière d’évolution de l’espace monastique, qui intégrerait une part de l’activité laïque à son service.

37Une phase de réorganisation entraînerait alors une plus nette séparation des espaces et des fonctions, entre intérieur et extérieur des monastères, en gros dans le courant du XIIIe siècle. Elle se traduirait dans cette partie du domaine – assurément fermé par un mur cette fois-ci – par l’effacement des constructions et batteries de silos de la période précédente, au profit d’une division en parcelles closes, de vergers ou jardins. Cette transformation peut être mise en relation avec l’apparition d’une paroisse dépendant du monastère, attestée au XIIIe siècle mais susceptible de remonter au XIIe siècle, et suggérant le développement d’un habitat environnant. Mais elle peut l’être aussi avec l’intégration de l’ensemble dans une fortification élargie de la ville initialement voisine, au cours du XIIIe siècle voire au début du XIVe, comme conséquence ou peut-être comme cause de ce phénomène.

38Bien sûr, le modèle esquissé ici, basé sur deux exemples seulement, demeure à l’état de piste de réflexion : il demande à être vérifié ou précisé – voire infirmé – par une meilleure connaissance de plus larges espaces de la périphérie de ces monastères et surtout par des observations en fouilles sur d’autres sites comparables. Il invite en tout cas à prêter attention à ces espaces de transition entre le monastère médiéval et son environnement humain.

Bibliographie

Bibliographie

L’ancienne abbaye Saint-Bénigne 1995. L’ancienne abbaye Saint-Bénigne. Regards croisés. Dijon : Musée archéologique. 79 p. [Exposition. Dijon. Musée archéologique. 30 juin-4 décembre 1995].

Berry W. 1993. Nevers: abbaye Notre-Dame. In Archéologie, monastère et territoire en Bourgogne. XXXIIIe journées archéologiques régionales, Cluny, 15-16 mai 1993. Dijon : DRAC Bourgogne/SRA, p. 16-17. (Cahiers archéologiques de Bourgogne ; 4).

Bonnet Ch. et al. 1995. La cathédrale de Nevers, du baptistère paléochrétien au chevet roman (VIe-XIe siècle). Paris : Société française d’Archéologie. 131 p.

Carron D. 2007. Étude documentaire (sources écrites et cartographiques anciennes. In Saint-Jean Vitus B. Nevers (Bourgogne – Nièvre) : 12, rue Saint-Genest. Fouille de la partie méridionale de l’ancienne abbaye Notre-Dame et Saint-Genest (chantier de la MAPAD). Rapport final d’opération 2003-2004, Inrap, vol. 3, chap. 2.

Chevrier G., Chaume M. 1943. Chartes et documents de Saint-Bénigne de Dijon, prieurés et dépendances, des origines à 1300. 2. 990-1124. Dijon : Bernicat et Privat. 357 p. (Analecta Burgundica).

Chomton L. (abbé) 1900. Histoire de Saint-Bénigne de Dijon. Dijon : Jobard. 468 p.

Depierre G. 1990. Dijon, rue du Chapeau Rouge. In Jannet-Vallat M. (dir.). Il était une fois la Côte-d’Or. 20 ans de recherches archéologiques. Paris : Éd. Errance ; Dijon : Musée archéologique, p. 183-187. [Exposition. Dijon. Musée archéologique. 1990].

Depierre G. 1991. La nécropole de Dijon. Les dossiers d’archéologie 157, p. 68-69.

CAG 21/2, 2009 : La Côte-d’Or, d’Allerey à Normier. In Provost M., Périchon D. Dijon. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 229-304. (Carte archéologique de la Gaule ; 21/2).

Gillon P. 1998. Le dossier de saint Babolein, premier abbé des Fossés (641-après 658), et la formation de son culte liturgique (26 juin et 7 décembre). Le vieux Saint-Maur. Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de Saint-Maur-des-Fossés 69-70.

Laborier E. à paraître. L’enceinte urbaine de Dijon à partir du XIIe siècle. In Pinon P. (dir.). Les fortifications urbaines en Bourgogne : actes du colloque de Semur-en-Auxois, 10-11 juin 2011.

Liber tramitis 1980. Dinter P. (éd.). Liber tramitis aevi Odilonis abbatis. Siegburg: F. Schmitt. 379 p. (Corpus Consuetudinum Monasticarum; X).

Maranski D. 2009. Bourgogne – Nièvre. Nevers. Abbaye Notre-Dame, (Agrandissement du Musée) 16 et 16, bis rue Saint-Genest. Rapport final d’opération. Nevers : Service Municipal d’Archéologie.

Marino Malone C. 1996. L’église de Guillaume de Volpiano et son lien avec la rotonde. In Janet M., Sapin Chr. (dir.). Guillaume de Volpiano et l’architecture des rotondes : actes du colloque organisé par le musée archéologique de Dijon, 23-25 septembre 1993. Dijon : Éd. universitaires de Dijon, p. 45-58.

Marino Malone C. 2008. Saint-Bénigne et sa rotonde. Archéologie d’une église bourguignonne de l’an mil. Dijon : Éd. universitaires de Dijon. 275 p. (Art, archéologie et patrimoine).

Méhu D. 2001. Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny, Xe-XVe siècle. Lyon : Presses universitaires de Lyon. 636 p. (Histoire et archéologie médiévales ; 9).

Picard J.-Ch. 1986. Dijon. In Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle. IV. Province ecclésiastique de Lyon (Lugdunensis prima). Paris : Éd. De Boccard, p. 55-63.

Picard J.-Ch. 1992. Nevers. In Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle. VIII. Province ecclésiastique de Sens. Paris : Éd. De Boccard, p. 141-153.

Poinssot Cl. 1954. Le bâtiment du dortoir de l’abbaye de Saint-Bénigne de Dijon. Bulletin monumental, p. 303-320.

Oursel-Quarré M. 1939. Les origines de la commune de Dijon. In Mémoires pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, romands et comtois. 6. Dijon : Faculté de droit, p. 5-111.

Reynaud J.-Fr. (dir.), Pacaut M., Wullschleger M. 2002. Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes. Lyon : ALPARA. 208 p. (DARA ; 23).

Richard J. 1946. Histoire topographique de Dijon. In Mémoires de la Commission des antiquités du département de la Côte-d’Or. XXII. Dijon : Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, p. 316-350.

Saint-Jean Vitus B. 1990. Dijon (Côte-d’Or). Ancienne abbaye Saint-Bénigne (ancien diocèse de Langres). In Saint-Jean Vitus B. Bâtiments monastiques des abbayes bénédictines en Bourgogne médiévale. [DEA : université Lumière Lyon 2. Reynaud J.-Fr. (dir.)].

Saint-Jean Vitus B. 1992. Petite histoire du « Dortoir des Bénédictins » et des peintures de l’abbaye Saint-Bénigne de Dijon. In D’ocre et d’azur. Peintures murales en Bourgogne. Dijon : Musée Archéologique ; Paris : Éd. de la Réunion des musées nationaux, p. 2-6. [Exposition itinérante. 1992].

Saint-Jean Vitus B. 1995. Le bourg et les bâtiments monastiques. In Jannet-Vallat M., Patte J.-Y. (éd.). L’ancienne abbaye Saint-Bénigne, regards croisés. Dijon : Musée archéologique, p. 35-39. [Exposition. Dijon. Musée archéologique. 30 juin-4 décembre 1995].

Saint-Jean Vitus B. 1999. Dijon : 8-10, rue du Chapeau Rouge. Document final de synthèse. Dijon : DRAC Bourgogne/SRA.

Saint-Jean Vitus B. 2005. Vivre et travailler à l’ombre de l’abbaye Notre-Dame du VIIe au XIXe siècle. Les fouilles archéologiques de la rue Saint-Genest à Nevers. Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts 54, p. 65-96.

Saint-Jean Vitus B. 2006. Tournus. Le castrum, l’abbaye, la ville, XIe-XIVe siècle et prémices. Analyse archéologique d’un développement monastique et urbain. [Thèse de doctorat : Archéologie médiévale : université Lumière Lyon 2. Reynaud J.-Fr. (dir.)].

Saint-Jean Vitus B. 2007a. Nevers (Bourgogne – Nièvre) : 12, rue Saint-Genest. Fouille de la partie méridionale de l’ancienne abbaye Notre-Dame et Saint-Genest (chantier de la MAPAD). Rapport final d’opération 2003-2004, Inrap, 4 vol. 

Saint-Jean Vitus B. 2007b. « Palais des hôtes » ou bâtiments laïcs aux marges des abbayes, VIIIe-Xe siècles. Comparaisons et évolutions des sites jusqu’aux XIe-XIIe siècles. À propos de la fouille du 12 rue Saint-Genest à Nevers. Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre 11, p. 135-144.

Saint-Jean Vitus B. 2008. Tranches de vie médiévale rue Saint-Genest à Nevers. Dijon : DRAC Bourgogne-SRA. (Brochure. Archéologie en Bourgogne ; 10).

Saint-Jean Vitus B. 2011. Les remparts disparus. In Dijon et son patrimoine archéologique. Archeologia 491, p. 48-51.

Sapin Chr. 2007. Les fragments sculptés et inscriptions provenant du site Notre-Dame et Saint-Genest à Nevers. In Saint-Jean Vitus B. Nevers (Bourgogne – Nièvre). 12, rue Saint-Genest. Fouille de la partie méridionale de l’ancienne abbaye Notre-Dame et Saint-Genest (chantier de la MAPAD). Rapport final d’opération 2003-2004, Inrap, vol. 3, chap. 11.

Schlink W. 1978. Saint-Bénigne in Dijon. Untersuchungen zur Abteikirche Wilhelms von Volpiano (962-1031). Berlin: Gebr. Mann. 205 p. (Frankfurter Forschungen zur Architekturgeschichte; 5).

Schlink W. 1996. La rotonde de Guillaume. In Janet M., Sapin Chr. (dir.). Guillaume de Volpiano et l’architecture des rotondes. Actes du colloque organisé par le musée archéologique de Dijon, 23-25 septembre 1993. Dijon : Éd. universitaires de Dijon, p. 35-43.

Séry A. 1903. L’abbaye des religieuses bénédictines de Notre-Dame de Nevers. Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts 3e série/IX. Extrait.

Wyss M. (dir.) 1996a. Atlas historique de Saint-Denis. Des origines au XVIIIe siècle. Paris : Maison des sciences de l’homme. 444 p. (Documents d’archéologie française ; 59).

Wyss M. 1996b. L’agglomération du haut Moyen Âge aux abords de l’abbatiale de Saint-Denis. In Sennhauser H.-R. (dir.). Wohn-und Wirtschaftsbauten frühmittelalterlicher Klöster. Internationales Symposium, 26-9/1-10 1995 in Zurzach und Mustair, im Zusammenhang mit den Untersuchungen im Kloster St. Johann zu Müstair. Zûrich: vdf Hochschulverlag AG an der ETH Zürich, p. 259-268.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Dijon : plan de situation de la fouille du no 8 rue du Chapeau Rouge (1999) par rapport aux vestiges de l’abbaye Saint-Bénigne et au « plan des bastiments du Monastère » de 1652 (A. N., N III Côte-d’Or 5 [2] et [3]), à peu près recalé (DAO : B. Saint-Jean Vitus, 1999-2011).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Légende Fig. 2 : Dijon, fouille du no 8 rue du Chapeau Rouge (1999) : plan superposant les vestiges des Xe et XIe-XIIe siècles (relevé et DAO : A. Couilloud, B. Colas, P. Gerbet, B. Saint-Jean Vitus, 1999-2011).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3728/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 3 : Dijon, fouille du no 8 rue du Chapeau Rouge (1999) : plan d’une phase d’occupation de la fin du XIIe ou des trois premiers quarts du XIIIe siècle (relevé et DAO : A. Couilloud, B. Colas, P. Gerbet, E. Laborier, L. Vaxelaire, B. Saint-Jean Vitus, 1999-2011).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3728/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 4 : Nevers : plan de situation de la fouille du no 12, rue Saint-Genest (2003-2004) par rapport aux vestiges de l’abbaye Notre-Dame et au plan de ville de 1759 (musée de la faïence Frédérique Blandin de Nevers, NP 717) [relevé et DAO : P. Noguès, P. Sarrazin, B. Saint-Jean Vitus, 2002-2011].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3728/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 5 : Nevers, fouille du no 12 rue Saint-Genest (2003-2004) : plan des structures se succédant du début du Xe au troisième quart du XIe siècle à peu près (relevé et DAO : P. Noguès, P. Sarrazin, B. Saint-Jean Vitus, 2004-2011).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3728/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 6 : Nevers, fouille du no 12 rue Saint-Genest (2003-2004) : plan des structures se succédant de la fin du XIe au tournant du XIIIe siècle (relevé et DAO : P. Noguès, P. Sarrazin, B. Saint-Jean Vitus, 2004-2011).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3728/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 7 : Nevers, fouille du no 12 rue Saint-Genest (2003 - 2004) : exemples de silos des Xe, XIe et XIIe siècles. En haut, profils tels que relevés en fouille, altitudes réelles ; en bas, propositions de restitution par rapport au sol d’utilisation correspondant (relevé et DAO : S. Alix, D. Lamotte, M.-N. Pascal, Y. Amrane, B. Saint-Jean Vitus, 2004).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3728/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 8 : Nevers, fouille du no 12 rue Saint-Genest (2003-2004) : sonnaille en tôle de fer trouvée dans les niveaux de travaux de la fin du XIe siècle (DAO : J. Gelot 2004).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3728/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search