Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 1 : L'église de l'antiquité tardive à l'époque romane

Du mausolée au prieuré : le dossier de Palayson à Roquebrune-sur-Argens (Var)

Yann Codou

Texte intégral

1Le site que je me propose d’évoquer ici se situe à l’extrémité septentrionale de la commune de Roquebrune-sur-Argens (Var) au pied du massif des Maures. Cette partie de la commune correspond au Moyen Âge au territoire du castrum de Palayson. Ce dossier permet d’aborder deux thèmes de recherche chers à Jean-François Reynaud : les continuités de l’Antiquité tardive au Moyen Âge et l’action des moines dans les campagnes et les espaces monastiques ruraux. Nous approcherons ce dossier à travers une documentation multiple : d’une part les sources écrites, composées d’un ensemble de chartes concernant ce site, insérées dans le Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille (abrégé CSV dans ce texte : Guérard 1857) ; d’autre part, l’étude du plan et des élévations des parties conservées du lieu de culte et enfin certaines données seront fournies par une fouille réalisée dans l’urgence, qui nous a documentés sur les origines du lieu de culte.

1. LE « MONASTÈRE » DES XIe-XIIe SIÈCLES : SOURCES ÉCRITES ET DONNÉES MONUMENTALES

1.1. UN ESPACE RÉGULIER DÈS LE DÉBUT DU XIe SIÈCLE

2En novembre 1028, un certain Amic remet une terre arable au monastère Sainte-Marie et Saint-Jean, dépendant de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, localisé dans le comté de Fréjus à proximité du castrum de Palayson : « monasterio Sanctae Mariae et Sancti Johannis, in comitatu Forojuliensi, prope Palaionem castrum sito » (CSV, acte 561). Dès cette date, le site est structuré et d’une certaine importance puisqu’il est désigné par le terme de monasterium ce qui en fait une possession majeure de Saint-Victor, où résident déjà des moines. Plus remarquable encore est le terme coenobium, présent dans un autre acte de 1028 : « cenobis S. Marie et S. Iohannis et est ipsis cenobium in comitatu Foroiulense » (Amargier 1967, acte 7). Sur l’ensemble des possessions victorines, ce terme ne se rencontre que pour Palayson, ce qui en fait un espace ayant une certaine spécificité aux yeux des victorins. L’autre élément à souligner est la double titulature qui est alors utilisée pour désigner ce monastère : Sainte-Marie et Saint-Jean. En 1034, une donation permet de préciser que ce prieuré est formé d’une église unique à double vocable : « donamus ad ecclesiam sancte Dei genitricis Marie atque Sancti Johannis Baptiste, ad cellam sancti Victoris, martiris Massiliensis » (CSV, acte 558).

1.2. L’ÉTUDE MONUMENTALE : UNE ÉGLISE DOUBLE

  • 1 Si l’occasion se présente, il serait important de réaliser une étude approfondie des élévations con (...)
  • 2 Ces arcades sont aujourd’hui obturées.
  • 3 Dans la travée orientale de la nef majeure une porte s’ouvre vers le nord. Extérieurement, elle est (...)

3Le lieu de culte ainsi que quelques structures de cette cella victorine sont conservés dans les bâtiments qui constituent le « château » de Palayson, en bordure du fleuve Argens. L’ensemble a été très remanié. L’église est le monument majeur, mais du fait de subdivisions et de sa transformation en dépendance agricole plusieurs espaces sont difficiles d’accès1. C’est une construction à deux nefs, d’inégales grandeurs, qui renvoient au double vocable Sainte-Marie et Saint-Jean (fig. 1). La nef sud est plus étroite et plus courte que la nef majeure implantée au nord. Cette nef sud est composée de trois travées inégales. Les travées occidentale et centrale sont couvertes de croisées d’ogives à branches carrées, tandis que la travée orientale comporte un berceau en plein cintre. On accédait à la nef sud par une porte désaxée, percée dans la façade occidentale. Elle est couverte d’un arc brisé, sous lequel est ménagé un tympan appareillé. La travée orientale en plein cintre se distinguait des autres travées par son voûtement et son élévation. Elle était séparée de la travée centrale par un arc doubleau très bas, ces différents éléments individualisant cette travée orientale et en faisant une abside où devait se trouver un autel, sans doute dédié à saint Jean-Baptiste. Ce volume communiquait avec la nef majeure par de grandes arcades ouvertes dans les trois travées2. La seconde nef est également formée de trois travées de dimensions inégales. Les travées occidentale et centrale sont voûtées d’ogives à branches carrées, retombant sur des piles quadrangulaires, tandis que la travée orientale est couverte d’un berceau en plein cintre soutenu par des piles à double rouleau. Là encore, comme pour la nef sud, cette travée orientale se distingue des deux autres travées par la présence d’un doubleau bas qui l’individualise et en fait une travée de chœur précédant l’abside et communiquant avec la travée orientale de la nef sud. L’extrémité orientale, qui correspond à l’arc triomphal ouvrant sur l’abside, est obturée par un mur moderne. Elle était prolongée par une abside, détruite lors de la construction d’une habitation. Cette nef nord comportait sans doute un accès dans sa façade occidentale, elle n’est plus perceptible du fait du percement d’une porte charretière. Il convient de souligner l’importance du dénivelé qui existe entre les portes d’accès en façade et le sol actuel de la nef. On doit restituer un important escalier ou plus probablement, au moins pour la nef majeure, une tribune qui était alors au niveau du seuil de ces portes3. L’appareil utilisé dans les élévations est difficile à observer du fait des enduits qui recouvrent certaines parties. Dans les zones où il est visible, il s’agit d’un moyen appareil régulier. Des variations dans les techniques de taille témoignent de plusieurs périodes ou plusieurs équipes.

Fig. 1 : Palayson : plan d’ensemble (relevés : F. Laurier et S. Roucole, DAO : S. Sorin).

Fig. 2 : Palayson, église : vue du voûtement d’ogives de la nef majeure (cliché : Y. Codou).

  • 4 En particulier certaines formules de décor des impostes présentes dans la travée orientale de la ne (...)
  • 5 Les ogives de Saint-André de Comps et de Saint-Hermentaire semblent pouvoir être placées dans les a (...)

4Ainsi on peut distinguer au moins deux temps dans la construction du second âge roman. À l’origine est entrepris un monument composé de deux nefs, sans doute en partie héritées. On élève les murs gouttereaux, puis on lance des voûtes en berceau sur les deux travées orientales. Dans les autres travées sont construites des piles cruciformes, qui doivent recevoir les arcs de communication entre les nefs ainsi que des doubleaux destinés à soutenir un voûtement en plein cintre. Ce chantier, que je situe dans la seconde moitié du XIIe siècle, s’arrête. Quelques éléments architectoniques permettent de le relier à des ateliers de Provence occidentale4. La reprise du chantier a lieu dans le premier tiers du XIIIe siècle. C’est alors qu’est réalisé, pour les parties inachevées, un voûtement d’ogives à branches carrées (fig. 2). Ce voûtement doit alors s’adapter aux dimensions des différents volumes préexistants, ce qui ne va pas sans difficultés et explique certaines distorsions du voûtement. Les piles du XIIe siècle sont intégrées dans d’amples piliers quadrangulaires et les voûtes sont élevées en s’efforçant de les ajuster aux dimensions particulières de chaque travée ; notamment dans la nef sud où les ogives sont exagérément brisées. Ce chantier se signale par l’usage de grès gris et brun intercalés dans l’agencement des branches des ogives, ainsi que dans le portail occidental qui montre une volonté de dichromie décorative. Pour ce qui est du couvrement d’ogives, localement celui-ci se retrouve à l’église de Saint-Hermentaire de Draguignan, à la cathédrale de Fréjus ou encore à l’église Saint-André de Comps, soit des édifices construits ou reconstruits dans le second quart du XIIIe siècle5.

Fig. 3 : Palayson : vue de la base du mausolée antique (cliché : Y. Codou).

Fig. 4 : Palayson, église : fondation de l’abside implantée à l’intérieur du mausolée (cliché : Y. Codou).

  • 6 Ces contreforts restent difficiles à dater, on observe l’utilisation de blocs à bossage. Par ailleu (...)

5Dans l’état actuel de nos connaissances, si nous laissons de côté l’abside que nous abordons à la suite, les élévations observables antérieures au XIIe siècle se trouvent à l’extrémité est du mur gouttereau sud. Cette partie, qui correspond à la travée orientale de la nef secondaire, montre extérieurement une élévation composée de moellons assez irréguliers, assisés, aux joints gras. Cette situation témoigne de la conservation d’un mur antérieur au XIIe siècle. Lors du voûtement de cette travée, les bâtisseurs se sont contentés de lancer des arcatures latérales afin d’épaissir le mur. Néanmoins, cela n’a pas suffi et l’on a dû, sans doute au bas Moyen Âge, élever deux amples contreforts au sud afin d’éviter un déversement6.

2. LA GENÈSE DU LIEU DE CULTE : UN MAUSOLÉE ANTIQUE

2.1. UNE ABSIDE MÉNAGÉE DANS UN MAUSOLÉE ANTIQUE

  • 7 Il s’agissait d’une épiphyse humérale, non encore soudée au col d’un humérus (étude J. Bérato).

6Une fouille de sauvetage, réalisée en 2002, a révélé les substructions de l’abside de la nef majeure. Celle-ci avait été arasée lors de la construction de la bastide, accolée à l’est de l’église. Bien que l’intervention archéologique ait été engagée alors que déjà un niveau de sol avait été détruit, elle a mis en lumière une situation assez exceptionnelle. L’abside alors identifiée était de plan quadrangulaire et correspondait en réalité au socle d’un mausolée antique. Ce socle est élevé en utilisant des blocs de grand appareil calcaire (fig. 3). Selon les zones, il était conservé sur une élévation de deux ou trois assises. Dans les murs de l’habitation de l’époque contemporaine, plusieurs blocs appartenant au mausolée ont été dégagés : architrave, frise et corniche réalisées dans du grès local. On remarquera en particulier des fragments de frise ornés de triglyphes dont les métopes comportent alternativement des têtes de taureaux et des patères. La facture du monument et le mobilier céramique présent dans la couche de la fondation permettent de dater la construction de la fin Ier-début IIe siècle. Dans le niveau inférieur, correspondant au substrat, au centre une fosse partiellement conservée correspondait à l’emplacement de l’urne cinéraire. Cette fosse avait été vidée mais des restes de cendre ainsi qu’un fragment d’ossement brûlé correspondant à un jeune enfant ont été identifiés7. Sur ce monument se greffe un lieu de culte. La fouille a mis en lumière au moins deux états d’utilisation de ce volume comme abside avant sa destruction. Lorsque nous avons été amenés à intervenir, les travaux de restauration avaient entraîné la destruction d’un sol de béton de tuileau. Ce sol se rattachait à une abside de plan rectangulaire qui reprenait le plan du mausolée. Elle possédait un épaississement des murs nord et sud, visible à travers deux murs en fondation qui devaient se relier à la constitution d’un voûtement en plein cintre sur cet espace. Les observations faites sur l’élévation du mur occidental conservé, au-dessus de l’arc triomphal, montrent des traces d’arrachement de ce berceau en plein cintre. Sous ce niveau de mortier supporté par un radier étaient visibles les fondations d’une abside antérieure de plan semi-circulaire (fig. 4). Cette abside fondée dans le substrat ne conservait pas de niveau de sol. Elle a été implantée à l’intérieur du mausolée, sans nul doute encore en élévation, et a entraîné un épaississement considérable des murs, épaississement de 1,40 m au sud, 1,30 m au nord et 0,90 m à l’est, ne laissant plus qu’un volume intérieur extrêmement réduit d’une longueur de 3 m pour une largeur de 2 m. Cet aménagement correspond à un premier lieu de culte dont la nef s’étendait à l’ouest du mausolée. Cette épaisseur de la fondation pouvait être supérieure aux murs en élévation, il reste que cela offrait malgré tout un espace de chœur bien limité et nous pousse à envisager une nef, elle aussi modeste.

7Pour l’état II, composé d’une abside quadrangulaire reprenant le plan du mausolée, il correspond au chantier roman. C’est à cette date que l’on a sans doute arasé le mausolée et utilisé les blocs de grand appareil pour produire des blocs de moyen appareil. Cette destruction devait s’imposer aux constructeurs afin de réaliser une abside développée et un ample arc triomphal.

  • 8 Lampe en céramique claire D tardive, forme Atlante VIII C2a (étude matériel céramique M. Borréani). (...)

8Pour les états antérieurs, lorsque l’on élimine l’incinération présente au centre du monument, je propose de situer la construction de la petite abside semi-circulaire durant le haut Moyen Âge voire l’Antiquité tardive, sans avoir à ce jour d’argument de datation pertinent. En relation avec le monument, contre le mur ouest du mausolée, était présente une tombe en coffre de tuiles triangulaires : celle-ci peut aussi bien avoir été implantée contre le mur extérieur, alors que le monument était toujours un mausolée, ou placée à l’avant de l’arc triomphal, alors qu’il est devenu un lieu de culte. Lors de la fouille, du matériel céramique en faible quantité a été retrouvé. Parmi ces tessons, nous pouvons signaler la présence d’une lampe à huile ornée d’un chrisme, datée du milieu du Ve siècle8.

2.2. UNE PROBABLE IMPLANTATION MONASTIQUE DÈS LA PÉRIODE CAROLINGIENNE

  • 9 On retrouve cela pour une autre possession victorine le monastère d’Esparron-de-Pallières (83) : « (...)
  • 10 « Quam olim Signofredus atque Heurileba dederant sancto Victori monasterii Massiliensis. Sed, quia (...)
  • 11 L’acte est inséré dans le cartulaire et on conserve son original aux archives des Bouches-du-Rhône. (...)
  • 12 Nous possédons une autre charte où apparaissent les mêmes personnages, qui est la donation du castr (...)

9Lorsque le lieu apparaît dans les années 1020, il est indubitable que c’est déjà un espace monastique organisé. L’usage des termes monasterium et plus encore coenobium dans les premiers actes démontrent qu’aux yeux des moines ce lieu est spécifique. Spécificité sans doute liée à une organisation monastique déjà structurée mais aussi à une ancienneté de la présence des réguliers en ce lieu9. Des actes concernant des oppositions entre les moines du prieuré et la villa toute proche de Burnis permettent de considérer que l’installation des victorins date du IXe siècle. Un bref, des environs de 1055, relate des événements survenus dans cette villa. Les moines de Palayson se sont opposés au vicomte de Fréjus10. Le document débute en affirmant que cette villa avait été donnée autrefois – olim – par Sigofred et Heurileuba au monastère de Saint-Victor de Marseille. Mais, par la suite, le monastère fut détruit par les païens et déserté. C’est l’abbé Isarn qui reprit possession de ce bien en le recevant du vicomte de Fréjus Franco. Franco rédigea alors l’acte de cette guerpitio. La donation de domnus Sigofred et son épouse Heurileuba, que mettent en avant les moines du XIe siècle, est conservée dans le cartulaire de Saint-Victor (CSV, acte 28). En 823 ou 84011, ils donnent au monastère plusieurs biens dont deux sont localisés dans le pagus de Fréjus ; l’un dit Aqua Frigida ou Siniano, le second nommé Borba. Siniano peut être localisé dans la région du Freinet ; c’est donc le lieu Borba qui doit correspondre au futur territoire de Palayson et Burnis. Ce lieu est décrit ainsi : « Loco ubi dicitur Borba, quicquid ibidem visi sunt habere vel possidere, id est casis astantibus ac dirutis12. » Cette donation se relie à un mouvement général de renaissance monastique qui a lieu sous Charlemagne et Louis le Pieux (février 1973).

3. XIe-XIIIe SIÈCLE, DU TERRITOIRE CASTRAL AU TERRITOIRE ECCLÉSIAL

3.1. UN PRIEURÉ EN EXPANSION AU SEIN DU TERRITOIRE CASTRAL

  • 13 Il apparaît une autre fois et porte toujours le titre de moine (CSV, acte 554, circ. 1055).
  • 14 « Pro uno caballo quem dederunt nobis in precia Marcellinus monachus et alii monachi [...] » (CSV, (...)
  • 15 Guy de Châteaudouble donne alors en gage pour 12 sous un pré durant trois saisons. Ce délai révolu, (...)

10Tout au long du XIe siècle, dans les multiples actes qui évoquent ce terroir, Palayson apparaît comme un site castral avec un territorium délimité, au sein duquel la cella victorine s’efforce d’affirmer son indépendance par rapport à la puissance laïque. Cette affirmation se fait d’abord par la présence monastique. Ainsi, après 1048, il est fait mention du moine Marcellin et des autres moines qui résident dans la cella : « Marcellinus monachus et alii monachi qui cum eo stabant ad cellam sancte Marie » (CSV, acte 563)13. Nous savons que Marcellin avait été envoyé à Palayson par l’abbé : « Marcellinus, monachus sancti Victoris, missus ab abbate Petro, ad cellam sancte Marie et sancti Johannis. » (CSV, acte 565, circ. 1055). Marcellin, peu de temps après, porte le titre de prieur (Amargier 1967, acte 132, avant 1060). C’est sans doute sous l’influence de ce moine que le prieuré va connaître une croissance importante. L’expansion se suit précisément à travers une gestion rigoureuse du domaine faite de dons mais aussi et surtout d’achats et d’échanges. Le dossier documentaire est riche. Nous avons plusieurs cas d’échanges de biens immobiliers contre un cheval : vers 1048, les moines reçoivent en échange d’un cheval un pré, vers 1055, une église, puis une terre, encore une terre en 106214. D’autres fois, sans doute toujours sous l’action du prieur Marcellin, il n’y a pas échange, mais achat de terres (CSV, acte 559, 1051 ; acte 562, XIe siècle). Dans la seconde moitié du XIe siècle, son successeur, le prieur Palliol, va jusqu’à se faire prêteur pour arrondir ses possessions15. Les échanges de terres contre des chevaux témoignent indéniablement d’une activité d’élevage pour le XIe siècle. Au XIIe siècle, un acte énumère les mesures de blé versées par les églises et les prieurés à l’abbaye de Saint-Victor. Pour le diocèse de Fréjus, le prieuré de Palayson dépasse tous les autres avec 7 muids de blé qu’il doit verser au cellérier de l’abbaye (CSV, acte 778).

3.2. DISPARITION DU CASTRUM ET NAISSANCE D’UN TERRITOIRE ECCLÉSIAL

  • 16 Des formes de localisation identiques se retrouvent dans les actes suivants : « […] ipsa cella sita (...)

11Tout au long du XIe siècle, dans les multiples chartes qui concernent ce terroir, Palayson est un castrum avec un territorium constitué, dans lequel la cella victorine tente de conserver son indépendance par rapport au pouvoir laïque. Cela se saisit à travers le formulaire des chartes : le prieuré est localisé à proximité du castrum, mais pas dans sa dépendance : « monasterio sanctae Mariae et sancti Johannis, in comitatu Forojuliensi, propre Palaionem castrum sito » (CSV, acte 561, 1028)16. Une charte, que l’on peut dater d’environ 1055, présente l’image d’un habitat double à travers la mention d’une villa et d’un castellum ; « castello vel villa Palaione » (CSV, acte 565).

  • 17 Les revenus qui sont attachés à cette église permettent de penser qu’elle possède les droits parois (...)
  • 18 La motte de Palayson qui, chose rare, est mentionnée de manière explicite dans les documents, s’élè (...)
  • 19 À propos du phénomène des villages ecclésiaux en Provence et en particulier les exemples de prieuré (...)

12Les chartes du XIIe siècle connaissent un changement dans la formulation qui traduit une transformation de l’occupation du terroir ou tout au moins des pouvoirs qui y étaient présents. Le cartulaire de Saint-Victor conserve le bref d’une accapte faite le 11 juillet 1124 (CSV, acte 1102). À cette date, lors de la réunion d’un synode à Fréjus, Guillaume de Poitiers, représentant du Temple, remet à Sainte-Marie de Palayson l’église Saint-Barthélémy, en réservant pour l’ordre – opus militum – huit setiers de froment. Ce bref, à l’inverse des documents antérieurs, ne fait plus mention d’un castrum mais localise ainsi l’église : « ecclesia Beati Bartolomei de Mota Palaionis »17. Cette évolution du vocabulaire est confirmée par les actes suivants. En 1129, une charte provenant cette foisci du cartulaire de Lérins, concerne des décimes levées « in villa et territorio Palaionis » (Moris, Blanc 1883, I, acte XXIV). En 1165, lors d’une controverse qui oppose Adémar de Roquebrune à Palliol, prieur de Sainte-Marie, nous trouvons une formulation approchante : « in ecclesia Palaionis et in villa et in territorio » (CSV, acte 976). En 1202, un document utilise une expression révélatrice de l’état du pôle majeur de l’ancien castrum : « in toto territorio de Palaion et in toto terminio de Pauca Motta » (CSV, acte 977)18. Ces actes démontrent qu’au XIIe siècle le site castral périclite et que le titre de castrum n’est plus donné à ce territoire qui est désormais le site d’un prieuré où l’habitat est désigné par le terme villa. La mention du territorium prouve que ce territoire reste indépendant et le restera jusqu’au début du XVe siècle. C’est désormais le prieuré victorin qui est le centre monumental et le centre de pouvoir de ce terroir, qui s’impose alors comme un territoire ecclésial19. Ainsi, en 1295, 74 habitants de Seillans et 33 de Palayson prêtent hommage au prieur de Saint-Victor (Baratier 1961, p. 153, no 1295). Au XIVe siècle, le prieuré de Palayson se maintient. Il est compris dans le compte de décimes dressé en l’année 1351 (Clouzot, Prou 1923, p. 65). C’est en 1400 que le lieu est déclaré comme inhabité.

4. UN DOSSIER AUX QUESTIONNEMENTS MULTIPLES

13Ce dossier, pour lequel des questions restent posées, en particulier sur les origines du lieu de culte, nous a permis d’aborder une diversité de sujets sur l’espace monastique et le rôle des moines dans les campagnes, ainsi que sur la genèse des lieux de culte.

14Par ses origines, il permet d’évoquer le processus d’implantation des églises dans les campagnes à l’Antiquité tardive-haut Moyen Âge. Il pose, une fois encore, la question des liens qui se sont établis entre espaces funéraires et églises, dossier illustré par d’autres exemples provençaux de mausolées transformés en églises, tels que le site de la Gayole (La Celle) ou la Trinité de Callas (Codou 2003 ; Codou, Colin 2007). Ces monuments sont alors des édifices de petite dimension qui semblent appartenir à des oratoria, édifices privés élevés sur un domaine et n’assumant pas, au moins lors de leur fondation, de fonction paroissiale.

15Entre le temps de la fondation du lieu de culte et le XIe siècle, période d’une certaine abondance des sources, un bref éclairage nous est donné dans notre dossier dans les décennies de la première moitié du IXe siècle. Cet éclairage très fugace se relie à d’autres informations qui montrent que des monastères de l’espace provençal sont fondés ou restaurés sous Charlemagne et Louis le Pieux. Au même moment, on assiste à la reconstitution des temporels monastiques, comme à Saint-Victor de Marseille, et épiscopaux, à Arles ou à Apt.

  • 20 En 1124 : « [...] ecclesie Sancte Marie Palaionis [...] » (CSV, acte 1102). Il en est de même dans (...)

16Cette possession est un espace de vie monastique dès le début du XIe siècle, ainsi que le démontre l’utilisation des termes monasterium ou coenobium. Le plan du lieu de culte apparaît original et appartient au dossier des églises à deux nefs et églises doubles. Certes, dans sa structure du XIIe siècle, le monument peut être lu comme une église composée d’une nef majeure et d’un collatéral sud. Cette image de l’église unique au XIIe siècle est confortée par le fait que, dans un acte du XIIe siècle, on n’utilise plus que le vocable Sainte-Marie20. Néanmoins cette situation n’est pas celle du XIe siècle où on évoque une église comportant deux vocables : Sainte-Marie et Saint-Jean, correspondant à une église double. En l’état, il nous est difficile d’aller plus loin dans l’interprétation de ce monument. La mise en relation avec d’autres cas provençaux identiques fait que nous ne pouvons pas trancher entre une dualité héritée du haut Moyen Âge, attestée pour certains exemples, et une église double créée au XIe siècle, situation connue dans d’autres cas (Codou, Fixot 1996).

17Enfin, du fait de l’évolution du prieuré et du castrum, ce dossier illustre l’importance de la place de l’Église dans les campagnes, en particulier des fondations régulières, qui vont participer à la structuration des terroirs et de l’habitat et constituer dans certains cas de véritables territoires ecclésiaux indépendants de tout castrum.

Bibliographie

Bibliographie

Amargier P. 1967. Chartes inédites du fonds de Saint-Victor de Marseille. [Thèse de 3e cycle : université de Provence : Aix-en-Provence].

Baratier É. 1961. La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle. Paris : SEVPEN. 255 p. (Démographie et société ; 5).

Brun J.-P., Borréani M. 1999. Le Var. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme. 2 vol. (984 p.). (Carte archéologique de la Gaule ; 83/1-2).

Clouzot É. (éd.), Prou M. (dir.) 1923. Pouillés des provinces d’Aix, Arles et Embrun. Paris : Impr. Nationale. 556 p. (Recueil des historiens de la France. Pouillés ; 8).

Codou Y., Fixot F. 1996. Églises doubles et familles d’églises en Provence. Antiquité tardive. Revue internationale d’histoire et d’archéologie (IVe-VIIIe siècle) 4, p. 196-210.

Codou Y. 2003. Le paysage religieux et l’habitat rural en Provence de l’Antiquité tardive au XIIe siècle. Archéologie du Midi médiéval 21, p. 31-67.

Codou Y. 2009. Églises médiévales du Var. Forcalquier : Les Alpes de lumières. 238 p.

Codou Y., Colin M.-G. 2007. La christianisation des campagnes (IVe-VIIIe siècles). Gallia 64, p. 57-83.

Février P.-A. 1973. Notes sur les monastères provençaux à l’époque carolingienne. Provence historique XXIII, p. 280-295.

Fixot M., Sauge E. 2004. Fréjus. La cathédrale Saint-Léonce et le groupe épiscopal. Paris : Monum : Éd. du patrimoine. 79 p. (Cathédrales de France).

Guérard B. (éd.) 1857. Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille. Paris : Typogr. de Ch. Lahure. 651 p.21

Mouton D. 2008. Mottes castrales en Provence. Les origines de la fortification privée au Moyen Âge. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme. 148 p. (Documents d’archéologie française ; 102).

Moris H., Blanc E. 1883. Cartulaire de l’abbaye de Lérins. Saint-Honorat de Lérins. Paris : Champion. 469 p.

Poly J.-P. 1976. La Provence et la société féodale, 879-1166. Contribution à l’étude des structures dites féodales dans le Midi. Paris : Bordas. 431 p. (Coll. Études. Histoire).

Notes

1 Si l’occasion se présente, il serait important de réaliser une étude approfondie des élévations conservées.

2 Ces arcades sont aujourd’hui obturées.

3 Dans la travée orientale de la nef majeure une porte s’ouvre vers le nord. Extérieurement, elle est ornée de colonnettes couronnées de chapiteaux végétaux. Elle était, par sa position dans la partie orientale, réservée aux clercs et devait mettre en relation cet espace avec les bâtiments du prieuré.

4 En particulier certaines formules de décor des impostes présentes dans la travée orientale de la nef majeure. On signalera aussi ponctuellement des marques lapidaires mais en nombre très réduit : V et P.

5 Les ogives de Saint-André de Comps et de Saint-Hermentaire semblent pouvoir être placées dans les années 1230 (Codou 2009, p. 119-120, p. 132 ; Fixot, Sauze 2004, p. 34).

6 Ces contreforts restent difficiles à dater, on observe l’utilisation de blocs à bossage. Par ailleurs, il est aussi probable que le mur gouttereau nord de la nef majeure est composé, au moins partiellement, d’élévations antérieures au XIIe siècle, mais cela reste à préciser à partir d’une étude détaillée du bâti.

7 Il s’agissait d’une épiphyse humérale, non encore soudée au col d’un humérus (étude J. Bérato).

8 Lampe en céramique claire D tardive, forme Atlante VIII C2a (étude matériel céramique M. Borréani). Ce mausolée se reliait à un habitat antique, hélas mal connu (Brun, Borréani 1999).

9 On retrouve cela pour une autre possession victorine le monastère d’Esparron-de-Pallières (83) : « donamus ad monasterium rehedificationem membra sancta Maria et sancta Johannis vel sanctam Crucem, qui jam longue vero tempore destructus fuit a paganis […] Justus es, Domine, et sacri canones prohibent ut ubi fuit abitacio monachorum, non debet esse laicorum habitatio. » (CSV, acte 269).

10 « Quam olim Signofredus atque Heurileba dederant sancto Victori monasterii Massiliensis. Sed, quia ipsum monasterium, a paganis destructum, non solum sua, sed eciam seipsum, in solitudine redactum, amiserat, bone memorie domnus Ysarnus, supradicti monasterii abbas, ut eandem villam recuperaret. » (CSV, acte 565).

11 L’acte est inséré dans le cartulaire et on conserve son original aux archives des Bouches-du-Rhône. Il est daté de la première année du règne de Lothaire empereur ce qui fait 840, néanmoins Jean-Pierre Poly propose de le placer en 823, lorsque Lothaire fut associé à l’Empire par son père (Poly 1976, p. 42).

12 Nous possédons une autre charte où apparaissent les mêmes personnages, qui est la donation du castrum de Nans, document daté de 781 (CSV, acte 83).

13 Il apparaît une autre fois et porte toujours le titre de moine (CSV, acte 554, circ. 1055).

14 « Pro uno caballo quem dederunt nobis in precia Marcellinus monachus et alii monachi [...] » (CSV, acte 563) ; pour l’église remise par l’évêque de Fréjus : « Dedit autem Marcellinus monachus pro hac donatione unum equm » (CSV, acte 554 ; Amargier 1967, acte 132, avant 1060) ; « Donamus vero hanc terram propter unum caballum, quem dedit nobis abbas Durandus. » (CSV, acte 557).

15 Guy de Châteaudouble donne alors en gage pour 12 sous un pré durant trois saisons. Ce délai révolu, les victorins détiendront le pré tant que la somme ne leur sera pas rendue (Amargier 1967, actes 124-125).

16 Des formes de localisation identiques se retrouvent dans les actes suivants : « […] ipsa cella sita in comitatu Forojuliense, sub castrum que nuncupant Palaionem. » (CSV, acte 558, 1034 et acte 555, 1054). Cette volonté réitérée de situer le prieuré par rapport au castrum de Palayson, sans faire explicitement référence au territoire du castrum traduit la volonté des moines victorins de s’en démarquer. Ce lieu est un prieuré majeur qui devait préexister à l’organisation castrale.

17 Les revenus qui sont attachés à cette église permettent de penser qu’elle possède les droits paroissiaux : « [...] ecclesia Beati Bartolomei de Mota Palaionis, cum decimis et primiciis et omnibus rebus ad ipsam ecclesiam pertinentibus, absque cartone decimarum et receto et tercia parte mortalitati [...] » (CSV, acte 1102).

18 La motte de Palayson qui, chose rare, est mentionnée de manière explicite dans les documents, s’élève au nord du site du prieuré dans la vallée de l’Argens. À une centaine de mètres, une ferme porte le nom de Saint-Barthélemy et doit correspondre à l’emplacement de l’église évoquée dans les textes. La structure de la motte a été abordée par Daniel Mouton dans sa thèse (Mouton 2008, p. 106).

19 À propos du phénomène des villages ecclésiaux en Provence et en particulier les exemples de prieurés qui par leur expansion vont entraîner la disparition du castrum on se reportera à Y. Codou (Codou 2003, p. 51-53, p. 58-61).

20 En 1124 : « [...] ecclesie Sancte Marie Palaionis [...] » (CSV, acte 1102). Il en est de même dans les bulles des confirmations des papes Pascal II et Innocent II en 1113 et 1135. Cette image de recentrement liturgique d’églises doubles, réalisé durant le XIIe siècle, est observée dans plusieurs dossiers provençaux.

21 Référencé sous la forme CSV dans le texte.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Palayson : plan d’ensemble (relevés : F. Laurier et S. Roucole, DAO : S. Sorin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 2 : Palayson, église : vue du voûtement d’ogives de la nef majeure (cliché : Y. Codou).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3725/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 3 : Palayson : vue de la base du mausolée antique (cliché : Y. Codou).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3725/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 4 : Palayson, église : fondation de l’abside implantée à l’intérieur du mausolée (cliché : Y. Codou).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3725/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

Auteur

Maître de conférences en archéologie médiévale, université Nice Sophia Antipolis, CEPAM, UMR 7264

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search