Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 1 : L'église de l'antiquité tardive à l'époque romane

Les installations liturgiques de l’église paléochrétienne de l’enclos Saint-Césaire à Arles (Bouches-du-Rhône)

Marc Heijmans

Texte intégral

1Découverte en 2003, l’église paléochrétienne de l’enclos Saint-Césaire a depuis le début des fouilles fait l’objet de l’attention de tous les chercheurs qui s’intéressent de près ou de loin à l’architecture paléochrétienne, tant cet édifice nous surprend par ses dimensions et par son plan. Évidemment, Jean-François Reynaud est parmi ceux qui sont passés sur le chantier et qui se renseignent régulièrement de l’avancement des recherches, que ce soit à Paris, lors des réunions de l’équipe de la Topographie chrétienne des cités de la Gaule ou à d’autres occasions (colloques, congrès). Il a également fait la publicité de cette fouille auprès des collègues, ce qui m’a valu une invitation, par exemple, pour présenter les résultats à Paris (au Centre d’Études romanes) mais également à un séminaire organisé par Nicolas Reveyron, à l’université Lumière Lyon 2, en janvier 2009 – où Jean-François était évidemment présent – et qui concernait les installations liturgiques. Bien que de nombreuses publications sommaires aient été consacrées à cet édifice, il me paraissait intéressant de revenir sur ces installations, la seule partie de l’église dont on connaisse tant soit peu l’emprise. C’est donc avec un grand plaisir et reconnaissance que je lui dédie ces quelques pages.

Fig. 1 : Plan de la ville d’Arles avec la localisation de l’enclos Saint-Césaire (DAO : M. Heijmans).

Fig. 2 : Arles, enclos Saint-Césaire : plan schématique des églises paléochrétiennes avec hypothèses de restitution (relevé : E. Dantec, DAO : E. Dantec, M. Heijmans).

1. LE CONTEXTE HISTORIQUE

2L’enclos Saint-Césaire se trouve dans l’angle sud-est de la ville antique (fig. 1), à l’emplacement d’une abbaye de femmes, connue sous ce vocable depuis le Moyen Âge. Le site est entouré à l’est et au sud par l’enceinte du Haut-Empire, renforcée, au moins du côté sud, par une courtine en blocs de remploi attribuable au début du Ve siècle. L’angle de la fortification est marqué par une grande tour circulaire, appelée la tour des Mourgues, qui doit son nom aux moniales du monastère médiéval.

3C’est également ici que l’on situe traditionnellement le monastère Saint-Jean, fondé par l’évêque Césaire (502-542) et consacré en 512. Deux textes laissent penser que Césaire a choisi pour la fondation de son monastère un terrain déjà occupé par des monuments religieux, sans doute le groupe épiscopal primitif. D’abord, le monastère est fondé à côté d’une église (in latere ecclesiae ; Vita Caesarii, I, 35). Cette église doit sans doute être identifiée à la basilica anonyme, mentionnée à plusieurs reprises dans la Règle monastique, qui forme le seul passage entre le couvent et le monde séculier. Les moniales n’ont donc pas accès à cette église dont l’interprétation est discutée. Pour la plupart des chercheurs, il s’agirait de la cathédrale primitive, dédiée à saint Étienne, mais qui aurait perdu cette fonction dès le Ve siècle, au moment où l’on suppose qu’a eu lieu le transfert de la cathédrale de ce quartier périphérique vers le centre de la cité (Benoit 1951, p. 54-56). Dans cette optique, l’église contre laquelle s’appuie le monastère de Césaire serait donc un bâtiment désaffecté.

4Pour d’autres chercheurs, cette église serait encore en service en tant que cathédrale au VIe siècle ; elle ne serait transférée vers l’emplacement de la cathédrale médiévale qu’après la mort de Césaire. C’est l’opinion des éditeurs des écrits de Césaire (Hubert 1947, p. 20-21 ; Delage 1971, p. 22 ; Vogüé, Courreau 1988).

5Le même problème se pose pour le deuxième texte qui mentionne un vetus baptisterium dont les portes devraient être gardées fermées (Caes., Reg. Virginum, 73). Là aussi, on peut se demander s’il s’agit d’un « vieux baptistère », donc seulement préexistant mais toujours en fonction, ou de l’« ancien baptistère », abandonné au profit d’un nouveau, près de la nouvelle cathédrale. Le monastère médiéval a été vendu à la Révolution française et a été transformé à la fin du XIXe siècle en un hospice pour des personnes âgées. En 1995, l’hospice a quitté les lieux, qui font depuis l’objet d’un projet de réhabilitation (Heijmans 2010). C’est dans ce cadre que les vestiges de l’église ont été découverts.

2. HISTORIQUE DES FOUILLES DE L’ENCLOS

6La fouille archéologique de ce site a commencé, en effet, en 2003 et fait suite à la découverte fortuite, après la démolition d’une partie des bâtiments conventuels, d’une abside de vastes dimensions appartenant sans aucun doute à une église d’époque paléochrétienne. Un diagnostic archéologique, réalisé par l’Inrap sous la direction de F. Raynaud, du 27 octobre au 7 décembre 2003, a confirmé l’importance de cette découverte (Raynaud 2004).

7Ces vestiges ont été remblayés dans la foulée mais, chargé du dossier depuis 2004, j’ai pu réaliser cette année-là plusieurs interventions à l’extérieur de l’abside, qui a également été redécouverte partiellement (Heijmans 2005, 2006a).

  • 1 Ce projet a été initié par le ministère de la Culture et de la Communication (SRA-PACA) qui l’a fin (...)

8Entre 2006 et 2008, un Projet collectif de recherche, intitulé « Enclos Saint-Césaire à Arles : du groupe épiscopal primitif au couvent médiéval », a été consacré à l’étude du site1. Il a été l’occasion de fouiller une grande partie de l’église paléochrétienne mais s’est intéressé également à l’étude du couvent médiéval, dont une partie importante est encore conservée dans les bâtiments A et B (Heijmans 2006b, 2008a, 2008b).

9Depuis 2008, la fouille s’est interrompue sur cette partie du site et les vestiges ont été remblayés, à l’exception de ceux conservés à l’intérieur du bâtiment B. Enfin, depuis 2009, nous avons repris le dossier d’une autre église qui se trouve près de la tour des Mourgues et dont l’abside avait été découverte en 1947 par F. Benoit (Benoit 1951, p. 46-49).

3. PRÉSENTATION DES VESTIGES DE L’ÉGLISE

10Sans pouvoir entrer dans le détail, rappelons à grands traits les caractéristiques de cet édifice hors normes, dont l’emprise et le plan restent énigmatiques, malgré les quelques 500 m2 fouillés (fig. 2). Dans son état final, que l’on peut attribuer selon toute probabilité à la première moitié du VIe siècle, donc durant l’épiscopat de Césaire, on peut restituer au moins une partie de l’église : à l’est, se trouve une grande abside, d’une ouverture de 19,80 m, qui s’appuie contre un mur nord-sud préexistant, caractérisé par l’utilisation d’arases de briques ; ce mur a été observé sur une longueur de 55 m. Si l’on tient compte de la présence de l’autre église plus au sud, la largeur de cette partie de l’édifice paléochrétien doit être de l’ordre de 60 m. Il s’agit donc d’un édifice de taille très importante dont, n’en déplaise au dédicataire de ces lignes, les dimensions dépassent de loin celles des plus grandes églises paléochrétiennes connues jusqu’à présent en Gaule, comme Saint-Just II et Saint-Laurent de Choulans, toutes les deux à Lyon, qui mesuraient 52 et 50 m de longueur (Reynaud 1998, p. 113 et 153 ; Duval 1991, p. 193).

11Cette largeur suppose évidemment une division entre une nef centrale et les collatéraux. Les éléments disponibles pour comprendre l’organisation sont toutefois ténus, bien qu’imposants. Les fouilles ont en effet mis au jour dans la partie sud un pilier de grandes dimensions (3,40 m x 3,70 m), auquel répond, au nord, un pilier comparable. La distance entre ces deux piliers est d’environ 31 m d’axe en axe.

12À 9 m à l’ouest du pilier sud, toujours d’axe en axe, a été trouvé un stylobate de direction nord-sud, sur lequel on voit encore la trace d’une colonne, d’un diamètre de 1,10 m. Il faut sans doute restituer un dispositif comparable au nord et peut-être également à l’est des piliers. En tout cas, ces derniers ne marquent pas une séparation nette entre la nef centrale et les bas-côtés, puisque l’on trouve le même sol de part et d’autre. En effet, au nord comme au sud, le sol antique a été observé sur une vaste étendue ; de médiocre qualité, il montre de nombreuses traces de recharges, ce qui prouve que l’édifice a bien été achevé et utilisé sans doute pendant une période assez longue.

Fig. 3 : Arles, enclos Saint-Césaire, église paléochrétienne : relevé des installations liturgiques, fouilles 2006-2008 (relevés : Th. Navarro, E. Dantec, DAO : E. Dantec, M. Heijmans).

13Le plan de la partie occidentale de l’église demeure inconnu. La présence, à un niveau nettement inférieur, d’un sol en béton de tuileau dans la partie est de l’église Saint-Blaise, appuyé contre un mur nord-sud, oblige a priori à imaginer une largeur moins importante. Toutefois, en l’absence de données vérifiables, il vaut mieux s’abstenir pour l’instant de proposer des hypothèses pour la reconstruction de cette partie de l’édifice.

4. LES INSTALLATIONS LITURGIQUES

14Ce sont donc les installations liturgiques qui sont le mieux connues et que nous présentons ici, en partant du chevet oriental vers l’ouest (fig. 3).

4.1. LE CHEVET

15Le premier élément découvert de cette église est l’abside, mise au jour en 2003, puis en 2004. Il s’agit d’une construction imposante, d’un diamètre de 19,80 m dans l’œuvre, et de forme semi-circulaire à l’intérieur, alors qu’elle montre du côté extérieur sept pans. Parementée en petit appareil assisé, elle est conservée sur une hauteur avoisinant les 3 m et devait être décorée de plaques de marbre sur le parement interne. Une porte dans le mur nord, murée dans un second temps, donnait accès à un espace en contrebas, auquel on accédait par quelques marches. Une porte identique se trouve du côté sud ; elle donnait sur un espace pourvu d’un sol de béton, dont les limites n’ont pas été clairement observées. Du côté sud, on peut supposer qu’il se prolonge jusqu’au mur nord du bâtiment A, dont on sait qu’il repose sur un mur antique. Ces espaces annexes peuvent être interprétés comme le secretarium ou le sacrarium.

16Cette abside renferme une seconde abside, d’une ouverture de près de 9,60 m. La largeur du mur (1,20 m) peut laisser penser qu’il s’agit d’une véritable abside, peut-être relevant d’un état antérieur. L’espace semi-circulaire entre les deux absides formerait donc une sorte de déambulatoire, bien que ce type de plan soit peu connu dans l’Antiquité (Miele 2009). Au sud, il était pavé d’une mosaïque polychrome, tandis qu’au nord, on peut supposer un pavage de dalles, dont restent des empreintes dans le mortier. De ce côté, ce couloir était fermé par un mur en moyen appareil, manifestement postérieur.

Fig. 4 : Arles, enclos Saint-Césaire, église paléochrétienne : relevé du presbyterium et du « palier » (relevés : Th. Navarro, E. Dantec, DAO : E. Dantec, M. Heijmans).

17Sans exclure l’hypothèse de la reprise d’un état antérieur, il nous paraît toutefois plus probable d’interpréter cette abside comme la base d’une banquette presbytérale, d’un synthronos « libre » que l’on connaît, par exemple, dans la cathédrale de Mariana (Duval 1995) et surtout en Dalmatie (Chevalier 1995, p 118). Le sol à l’intérieur de cet espace, légèrement surélevé (47 cm) par rapport aux sols environnants, est pourvu d’un revêtement en opus sectile. Une lacune au centre de cet espace correspond peut-être à l’emplacement de la cathedra, récupérée au moment de l’abandon de l’édifice. Il est certain que l’extrémité de ce banc, qui montre actuellement un piédroit en grand appareil, n’est pas d’origine et son attribution même à l’Antiquité est douteuse. Un mur de podium, plaqué de marbre, limite le synthronos du côté occidental. Il faut supposer deux escaliers latéraux, chacun de deux marches, qui permettent d’accéder à cet espace.

4.2. LE PRESBYTERIUM

18Devant le synthronos se trouve, au même niveau que le « déambulatoire » (23,83 m NGF), un espace dallé, certainement le presbyterium (fig. coul. 15). Il s’agit d’un dallage de grandes plaques de marbre de différentes couleurs, observées aussi bien juste devant le podium que plus à l’ouest, à l’intérieur de la chapelle moderne qui recouvre cette partie du site (bâtiment B). On peut supposer qu’il s’agit de plaques de récupération, ce qui n’est pas sans rappeler l’anecdote concernant l’évêque Hilaire d’Arles (430-449) qui nous raconte qu’il a envoyé son diacre Cyrille au théâtre antique, avec comme mission de récupérer le décor de l’édifice pour sa réutilisation dans des églises (Vita Hilarii, 20). Malheureusement, ce sol n’est pas précisément datable. En tout cas, il montre de très nombreuses reprises en béton de tuileau, témoignant, si besoin est, de la longue durée de son utilisation.

19Cet espace est limité au sud par une barrière de chancel, dont le retour ouest se trouve sous le mur occidental de la chapelle moderne. On peut donc restituer une superficie d’environ 11 m x 11 m, soit environ 120 m2.

4.3. LA BARRIÈRE DE CHANCEL

20La barrière de chancel sud a été observée sur une longueur de 3,80 m dans le sondage 2, à l’intérieur de la chapelle moderne. Il s’agit d’une construction complexe, hétérogène et dont l’étude n’est pas achevée, faute d’avoir pu reprendre la fouille à cet endroit. Dans son état final, la construction mesure 1,10 m de large et est composée de plusieurs éléments (fig. 4) : l’encastrement de la barrière elle-même, qui portait le chancel (6121) est posé sur des massifs en grand appareil (6141, 6172, 6173), dont l’un au moins (6141) était plaqué de marbre sur les côtés latéraux. Contre le côté nord de ce placage a été posé, peut-être en même temps que la barrière, un autre bloc (6142), tandis que d’autres constructions (6140, 6168) sont manifestement postérieures. Ces dernières sont posées en effet sur le dallage du presbyterium et même sur des parties restaurées en béton de tuileau. On note un bloc pourvu d’une cavité circulaire, manifestement un support d’une colonne, dont la mise en place a nécessité une entaille dans l’un des blocs du support de la barrière (6168).

21Du support de la barrière proprement dite, trois éléments ont été observés. On constate, d’ouest en est : une première pierre posée de chant (longueur : > 191 cm ; hauteur : 87 cm ; largeur : 27-28 cm) ; une deuxième qui a été entaillée pour enjamber le bloc 6141 (long. : 52 cm ; haut. : 62 cm ; larg. : 35 cm) ; puis, après une lacune de 84 cm, une troisième pierre qui disparaît sous la berme est du sondage (long. : > 46 cm ; haut. : > 31 cm ; larg. : 46 cm).

22Ces trois pierres montrent une engravure longitudinale, large de 10 cm environ sur une profondeur de 10 à 14 cm. À des distances régulières (60 cm à 70 cm d’axe en axe), cette engravure est recoupée par des encoches carrées ou rectangulaires, destinées à maintenir les piédroits de la barrière. Les dimensions qui suivent sont sonnées comme suit : longueur x largeur x profondeur ; d’ouest en est. Pour 1 : 28 cm x 16 cm x 12 cm ; pour 2 : 26 cm x 17 cm x 16 cm (avec mortier du côté nord de 4 cm) ; pour 3 : 20 cm x 19 cm x 11 cm ; pour 4 : 22 cm x 18 cm x 15 cm ; pour 5 : absent ; et pour 6 : > 28 cm x 22 cm x 14 cm. Par curiosité, nous avons relevé des dimensions des deux piédroits de chancel du musée de l’Arles antique, dont l’origine est inconnue mais dont on peut supposer qu’ils proviennent de la cathédrale paléochrétienne. Ils mesurent 16,50 cm x 16,50 cm ; il s’agit dans les deux cas des piliers d’angle.

23On constate donc que les encoches 2, 4 et 6 sont plus profondes que l’engravure elle-même, ce qui conduit à imaginer deux états de la barrière. La dernière encoche, sous la berme est du sondage, est de toute façon particulière, car elle est beaucoup plus longue et large que les autres. S’agit-il d’un emplacement particulier (porte, angle) ? Seule la poursuite de la fouille pourra le dire.

24Au sud de cette barrière se trouvait un sol en béton de tuileau, dont deux lambeaux ont été retrouvés au même niveau que le sol du presbyterium (sol 6132). Un sondage réalisé ici a permis d’étudier les fondations de la barrière. On a ainsi pu voir que l’élément le plus occidental était fondé sur une assise en petit appareil, posée elle-même sur le sol en béton 6158, qui appartient à un état antérieur, sans doute du Haut-Empire (mur 6178). Il en va autrement pour la suite, car la deuxième pierre de cette barrière est posée sur le bloc 6141, fondé lui‑même sur un petit mur débordant (6174), comportant des pierres et des briques et qui est construit dans une tranchée de fondation creusée dans le sol 6158. Enfin, les limites du sondage et la conservation du sol de béton 6132 n’ont pas permis d’étudier les fondations du troisième élément de la barrière, dont il est évident qu’il faudra poursuivre l’étude.

25Un sondage à l’extérieur et au pied du mur oriental du bâtiment B, à 2 m de la limite orientale du sondage 2, n’a pas permis de retrouver l’extrémité de la barrière. Toutefois, dans ce secteur assez perturbé par la récupération des dalles du presbyterium, on a observé un lambeau d’un sol en béton de tuileau (7629), à la cote 23,60 NGF, qui s’arrête de façon très nette du côté nord, dans l’alignement du parement sud de la barrière. Il s’appuyait certainement contre un bloc récupéré de cette construction, mais les dimensions limitées du sondage n’ont pas permis d’en savoir davantage. On s’étonne en particulier de la différence de niveau (23 cm) entre ce lambeau de sol en béton et celui trouvé directement au sud de la barrière.

4.4. LE « PALIER » À L’OUEST DU PRESBYTERIUM

26À l’ouest du presbyterium, nous avons mis au jour l’extrémité du mur supportant la barrière de chancel, et son retour vers le nord (fig. 4). Situé sous le mur occidental de la chapelle, il est assez mal conservé et aucun élément du support de la barrière elle-même n’est conservé.

27Un sol en béton de tuileau de bonne qualité (7225) s’appuie contre le retour de la barrière du chœur, à un niveau légèrement inférieur (23,61 cm contre 23,83 cm) ; il faut donc supposer un mur ou plutôt une marche entre ces deux espaces, si du moins a existé une porte donnant accès au presbyterium.

28Cet espace, ou plutôt ce palier, se prolongeait sur environ 4 m vers l’ouest, puisqu’il faut supposer une limite sous le mur occidental du bâtiment B. Au nord, il s’appuie probablement contre la barrière de la solea, comme on verra plus loin, alors qu’au sud, il était sans doute limité par un mur de grand appareil de remploi (7216), posé sur un sol antérieur (7232) ; il s’agit certainement du même sol qu’on avait trouvé dans le sondage au sud de la barrière de chancel. Ce mur, qui s’appuie contre l’angle sud-ouest de la barrière, est une construction hétérogène. Le parement sud, bien conservé, se trouve dans le prolongement de la barrière. Le parement nord était sans doute également en grand appareil. En effet, sur le sol antérieur, des traces de mortier correspondent aux empreintes des blocs récupérés. Ces traces montrent toutefois que le parement nord n’était pas parallèle au parement sud. En fait, le mur s’élargit en allant vers l’ouest (de 1,30 m à l’est à 1,60 m à l’ouest). Entre les deux parements se trouve un bourrage fait d’un mélange de pierres en vrac et de mortier blanc. La raison de cet élargissement n’est pas évidente, mais on observe que, encore plus à l’ouest, une construction de la même largeur se trouve dans le prolongement de ce mur.

29Enfin, il faut noter que le niveau supérieur du mur 7216 est très régulier et correspond exactement au niveau supérieur du sol 7225. Il est donc peu probable que ce mur était plus élevé ; portait-il également une barrière ?

30Au sud de ce mur, le sol antérieur a été recouvert d’une couche de mortier beige, contemporain de la construction du mur 7216. Aucun autre élément de sol n’a été retrouvé et il faut supposer que le sol du VIe siècle se trouvait donc à ce niveau, soit 50 cm en dessous du sol au nord du mur 7216 et 70 cm plus bas que le sol 6132, au sud de la barrière. Il faut donc restituer une séparation entre ces deux espaces. De fait, on distingue – difficilement à cause de la présence de blocs architecturaux qu’on n’a pas voulu déplacer – un mur est-ouest, appuyé contre l’angle sud-ouest de la barrière. Arasé au niveau du sol 7232, il est manifestement postérieur à ce dernier.

4.5. L’ESPACE AUTOUR DE L’AMBON

31Enfin, à l’ouest du sondage 3, on trouve à nouveau un sol en béton de tuileau de bonne qualité (sol 7040), à un niveau encore inférieur (23,15 NGF en moyenne) [fig. 3], ce qui oblige à restituer un autre mur ou des marches dans l’espace d’environ 3 m qui sépare ces deux sondages. De fait, la fouille de 2008 a bien retrouvé ces marches, qui se trouvent sous la façade actuelle du bâtiment B, montrant une fois de plus la continuité des axes antiques. On ignore jusqu’où se poursuit ce sol de béton vers l’ouest, mais on peut imaginer qu’il s’arrête à une distance de 10,30 m, dans la continuité d’un mur nord-sud observé dans le bas-côté sud.

Fig. 5 : Arles, enclos Saint-Césaire, église paléochrétienne : coupe de la solea et de sa barrière (relevé et DAO : E. Dantec).

32Ce sol, qui a la même largeur que le « palier », est séparé au nord et sud des bas-côtés, pourvus d’un sol de bien moindre qualité, par des massifs maçonnés rectangulaires et seulement fouillés pour partie.

33Du côté méridional, ce massif mesure 1,70 m x 2,40 m (7046) ; conservé sur une hauteur d’environ 0,55 m, il est arasé à une cote moyenne de 22,90 m NGF, soit environ 0,30 m au-dessous du sol 7040. La surface de cette construction laisse apparaître des traces de mortier des pierres des parements, entre 0,40 m et 0,50 m de large pour une profondeur de 0,50 m à 0,60 m, sans doute avec un bourrage central de pierres et de mortier. On notera d’autre part que, d’après ces traces, l’élévation de 7046 a dû être légèrement en retrait par rapport aux fondations (environ 0,10 m) ; c’est du moins ce qu’on a observé sur les côtés est, sud et ouest. Au nord, le massif se poursuit sous le sol 7040, mais il est probable que ce dernier n’empiète sur le massif que sur la même largeur.

34À l’ouest de ce massif, une grande fosse a fait disparaître les vestiges. On y observe toutefois, du côté sud, une couche de tuileau 7059, qui semble a priori identique au sol 7058 du bas-côté ; la présence de ce niveau confirme l’observation, faite plus haut, que la construction 7046 ne se poursuit pas plus loin vers l’ouest. On remarque cependant entre 7058 et 7059 les traces rectilignes d’un enduit de mortier, dans la continuité du parement sud de 7046, laissant penser que 7059 portait une élévation éventuellement réduite à une dalle, contre laquelle est venu s’appuyer cet enduit. La fouille d’une partie de 7059 a ensuite montré que le mode de fondation de ce dernier niveau était très différent de celui de 7058 puisque, contrairement à ce dernier, le niveau 7059, assez mince, n’est pas posé sur un hérisson de pierres mais directement sur un remblai argileux. Enfin à l’est, le béton du bas-côté semble contourner le massif. Le contact avec le sol 7040 n’a pas pu être établi.

35Le second massif, qui a été identifié au nord, est une construction de dalles maçonnées, large de 1,70 m et observée sur une longueur d’un peu plus de 3 m (US 8116) ; alors qu’elle disparaît à l’ouest sous la berme du sondage, on observe une limite franche à l’est permettant de voir que ces blocs sont des dalles de faible hauteur (environ 25 cm). On n’a donc pas l’impression qu’il s’agit d’un mur dont l’élévation a été récupérée, mais d’un dallage qui n’a jamais supporté une superstructure, dont la surface se trouve à 23,18 NGF en moyenne. Ce massif marque donc la transition entre le chœur et le bas-côté nord de l’édifice ; il peut éventuellement s’agir d’un stylobate ayant porté des colonnes bien qu’on n’en aperçoive pas de traces.

36À l’est de ce dallage, est conservé un niveau de mortier presque carré (2,20 m de long sur 2 m de large), dans lequel on distingue très nettement l’empreinte d’autres blocs (8160). On note en particulier au centre une pierre rectangulaire qui donne l’impression d’avoir été insérée ultérieurement dans ce massif ; ceci reste à confirmer. Notons enfin que, comme au sud, le sol du bas-côté nord semble contourner ce niveau de mortier, mais la limite du sondage et la présence d’un mur plus récent ont empêché de poursuivre la fouille de ce côté.

37Si l’on compare ces deux constructions, on peut observer quelques similitudes. Le massif 7046 est peut-être le pendant de 8160 ; de même, il n’est pas exclu que le sol 7059 ait porté un dallage, identique au dallage de 8116 du côté nord, d’autant plus que la différence de niveau entre le sol 7059 qui aurait porté ces dalles et le sol 7040 est d’environ 25 cm, soit une cote identique à l’épaisseur du dallage 8116. Enfin, dans les deux cas, il semble que ces constructions ne se poursuivent pas plus loin vers l’est. En tout cas, à l’est des massifs 7046, au sud, et 8160, au nord, se retrouvent les sols des bas-côtés, mais les conditions d’observations n’ont pas permis d’en savoir plus.

Fig. 6 : Arles, enclos Saint-Césaire, église paléochrétienne : vue de la solea et de sa barrière (cliché : M. Heijmans).

38Bien que le massif sud soit légèrement déporté vers l’ouest, les deux constructions sont donc très proches et avaient sans doute la même fonction. On peut éventuellement supposer que les massifs étaient des fondations de piliers supportant un arc triomphal de part et d’autre de l’aménagement central de cette composition qu’était l’ambon.

4.6. L’AMBON ET LA SOLEA

39La découverte la plus importante dans cet avant-chœur est en effet l’ambon, de forme circulaire (6,85 m de diamètre ; fig. coul. 16). Il se trouve dans l’axe de l’église, exactement à mi-distance des deux piliers carrés. La fouille a mis au jour environ les 3/4 de l’emprise totale de l’ambon et en particulier sa partie occidentale. L’ambon est composé de plusieurs éléments.

40Le mur extérieur, large d’environ 0,40 m, est construit en moyen appareil. Il est arasé au niveau du sol 7040, qui remontait contre son élévation. On voit d’autre part sur l’arasement de ce mur des traces de mortier du lit supérieur. On observe toutefois que ces pierres font défaut à l’extrémité ouest de l’ambon, qui montre ici une ligne droite sur une longueur de 1,50 m. On peut éventuellement supposer qu’il s’agit ici des traces d’un escalier qui faisait le lien entre le niveau supérieur de l’ambon et le sol environnant. Un deuxième alignement de blocs de 0,18 m de haut sur 0,30 m de large se trouve à un niveau supérieur et en retrait de 0,40 m ; ce mur porte également les traces d’une assise supérieure.

41Le centre est formé par un bourrage de pierres et de mortier plus ou moins assisé ; une partie est en tuileau, une autre en mortier de chaux. Ce bourrage, très fragile, est conservé sur une hauteur d’au moins 0,50 m dans la partie sud de l’ambon. On note d’autre part, à 1,90 m à l’est de l’extrémité de l’ambon, une construction rectangulaire en pierres maçonnées, conservée sur au moins deux assises. Cette structure 8149 (niveau supérieur : 23,38 NGF) montre une face rectiligne du côté occidental, parallèle à celle observée du côté de la fondation de l’ambon. Il faut peut-être interpréter ce massif comme l’extrémité de la solea, de laquelle on pouvait peut-être descendre pour atteindre le sol autour de l’ambon.

42De cette solea qui reliait l’ambon au presbyterium, une partie du sol en béton de tuileau a été observée (fig. 5 et 6). Il se trouve à 23,75 NGF, soit 8 cm plus bas que le sol du presbyterium et 60 cm plus haut que le sol qui l’entoure. La solea est limitée au sud par un mur pourvu d’une rainure pour une barrière de chancel (niveau supérieur 24,08 cm). On peut estimer la longueur de ce couloir à 7,30 m alors que la largeur doit être d’environ 1,35 m entre les barrières.

43Malheureusement la datation n’a pas pu être précisée, mais il paraît probable que le dispositif fait partie de l’ensemble des constructions de la première moitié du VIe siècle, date qui convient à la diffusion de ce type d’installations liturgiques.

5. BILAN

44Cette description, forcément rapide, montre bien la configuration de cet ensemble liturgique qui paraît, à travers les quelques sondages réalisés, parfaitement bien conservé. Cette fouille nous livre ainsi un nouvel exemple d’un ambon en forme de clé, bien connu surtout sur le Rhin et la Moselle, ainsi que dans les régions alpines, mais dont on a ici le premier exemple pour une ville de la Gaule du Sud (Ristow 2004). Ce bon état de conservation, dû en partie à l’abandon précoce de l’église, fait que le site arlésien forme une possibilité unique en Gaule pour étudier en détail ce type d’installations et, partant, de mieux comprendre le déroulement de la liturgie des premiers temps chrétiens en nos régions.

  • 2 Je remercie mon collègue Jean Guyon (CNRS, Centre Camille Jullian) pour la relecture attentive de c (...)

45L’importance de cette installation et les dimensions de l’édifice nous incitent par ailleurs à interpréter cette église comme la cathédrale de l’époque de Césaire et non pas comme une église conventuelle. On ne peut donc qu’être étonné que les récits de Césaire, ses sermons et la vita qui lui a été consacrée ne soufflent pas un mot de cette construction. Espérons que la reprise des fouilles, auxquelles J.-Fr. Reynaud sera sans doute très attentif, permettra de compléter le plan des installations liturgiques et d’affiner la date de cette église, décidément hors normes2.

Bibliographie

Bibliographie

Benoit F. 1951. Le premier baptistère d’Arles et l’abbaye Saint-Césaire. Nouvelles recherches sur la topographie paléochrétienne d’Arles du IVe au VIe siècle. Cahiers archéologiques 5, p. 31-58.

Chevalier P. 1995. Ecclesiae Dalmatiae : l’architecture paléochrétienne de la province romaine de Dalmatie (IVe-VIIe siècle), en dehors de la capitale, Salona. II. Split : Musée archéologique de Split ; Rome : École française de Rome. 208 p.

Delage M.-J. (éd.) 1971. Césaire d’Arles, Sermons au peuple. Paris : Éd. du Cerf. 506 p. (Sources chrétiennes ; 175).

Duval N. 1991. L’architecture cultuelle. In Naissance des arts chrétiens : atlas des monuments paléochrétiens de la France. Paris : Impr. nationale, p. 186-219. (Atlas archéologiques de la France).

Duval N. 1995 : Lucciana. Église et baptistère. In Duval N. Les premiers monuments chrétiens de la France. 1. Sud-Est et Corse. Paris : Picard, p. 343‑355.

Heijmans M. 2005. L’église paléochrétienne de l’enclos Saint-Césaire, à Arles. In Delestre X. (dir.). 15 ans d’archéologie en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Aix-en-Provence : Édisud, p. 212-213.

Heijmans M. 2006a. Données nouvelles sur le groupe épiscopal d’Arles (Bouches-du-Rhône, France) et l’enclos Saint-Césaire, des origines jusqu’à la fin du Moyen Âge. In Rencontres de l’Académie pontificale romaine d’archéologie. LXXVIII/2005-2006. Rome : Tipografia vaticana, p. 321-347.

Heijmans M. 2006b. L’église paléochrétienne de l’enclos Saint-Césaire à Arles (Bouches-du-Rhône). Gallia 63, p. 121-124.

Heijmans M. 2008a. Notice sur l’enclos Saint-Césaire. In Heijmans M., Rothé M.-P. Arles, Crau Camargue. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 320-334. (Carte Archéologique de la Gaule ; 13/5).

Heijmans M. 2008b. Les fouilles de l’église paléochrétienne de l’enclos Saint-Césaire à Arles (note d’information). In Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belleslettres, juillet-octobre 2008. Paris : Académie des inscriptions et belles-lettres, p. 1191-1205. (Coll. Comptes rendus de l’Académie des inscriptions ; 2008/3).

Heijmans M. 2010. L’enclos Saint-Césaire à Arles, un chantier controversé. Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre. (H.-S. ; 3). [Mis en ligne le 2 mars 2010. URL : http//cem.revues.org/index11405.html].

Hubert J. 1947. Recherches sur la topographie religieuse d’Arles au Ve siècle. Cahiers archéologiques 2, p. 17-27.

Miele A. 2009. I deambulatori periabsidiali nelle chiese paleocristiane dell’area peninsulare. Rivista di archeologia cristiana 85, p. 421-468.

Raynaud F. 2004. Une cathédrale à Arles. In Demoule J.-P. (dir.). La France archéologique. Vingt ans d’aménagements et de découvertes. Paris : Hazan : Inrap, p. 165.

Reynaud J.-Fr. 1998. Lugdunum christianum, Lyon du IVe au VIIIe siècle : topographie, nécropoles et édifices religieux. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme. 288 p. (Documents d’archéologie française ; 69).

Ristow S. 2004. Ambonen und Soleae. In Gallien, Germanien, Raetien und Noricum im Frühmittelalter. Rivista di archeologia cristiana 80, p. 289-312.

Vogüé A. (de), Courreau J. 1988. Césaire d’Arles, Œuvres monastiques. I. Œuvres pour les moniales. Paris : Éd. du Cerf, p. 98-99. (Sources chrétiennes ; 345).

Notes

1 Ce projet a été initié par le ministère de la Culture et de la Communication (SRA-PACA) qui l’a financé pour moitié, l’autre moitié étant couverte par la municipalité d’Arles, propriétaire des lieux. Je tiens à remercier X. Delestre, conservateur régional de l’archéologie et B. Bizot, conservateur chargé de la ville d’Arles au sein du SRA-PACA, ainsi que B. Sabeg, directeur du patrimoine de la ville d’Arles. Le projet a regroupé non seulement des archéologues, mais aussi des historiens, antiquisants et médiévistes. Je cite en particulier Ph. Rigaud qui a fait le dépouillement des archives et V. Eggert qui s’est occupée de l’étude du bâti médiéval. La fouille proprement dite a été réalisée avec l’aide de Th. Navarro en 2006, puis d’A. Genot (Musée départemental de l’Arles antique) depuis 2007. Les relevés sont dus à E. Dantec, qui s’est également occupé de la période médiévale.

2 Je remercie mon collègue Jean Guyon (CNRS, Centre Camille Jullian) pour la relecture attentive de ce texte.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Plan de la ville d’Arles avec la localisation de l’enclos Saint-Césaire (DAO : M. Heijmans).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 2 : Arles, enclos Saint-Césaire : plan schématique des églises paléochrétiennes avec hypothèses de restitution (relevé : E. Dantec, DAO : E. Dantec, M. Heijmans).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 3 : Arles, enclos Saint-Césaire, église paléochrétienne : relevé des installations liturgiques, fouilles 2006-2008 (relevés : Th. Navarro, E. Dantec, DAO : E. Dantec, M. Heijmans).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3721/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 4 : Arles, enclos Saint-Césaire, église paléochrétienne : relevé du presbyterium et du « palier » (relevés : Th. Navarro, E. Dantec, DAO : E. Dantec, M. Heijmans).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3721/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 5 : Arles, enclos Saint-Césaire, église paléochrétienne : coupe de la solea et de sa barrière (relevé et DAO : E. Dantec).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3721/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 6 : Arles, enclos Saint-Césaire, église paléochrétienne : vue de la solea et de sa barrière (cliché : M. Heijmans).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3721/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 400k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search