Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 1 : L'église de l'antiquité tardive à l'époque romane

Les fouilles archéologiques de l’église Saint-Simon de Guran en Istrie (Croatie)

Jean Terrier

Texte intégral

  • 1 Les fouilles sont réalisées par une équipe de terrassiers placée sous la responsabilité de Darian D (...)
  • 2 Toutes ces institutions suisses et croates participent au financement des travaux. Toutefois, il es (...)

1L’ancienne église Saint-Simon de Guran a fait l’objet de cinq campagnes annuelles de fouilles menées entre 2003 et 20071. Les travaux ont été réalisés dans le cadre d’un vaste projet de coopération entre la Suisse et la Croatie visant une problématique élargie, directement liée au peuplement de l’espace rural en Istrie durant la phase de transition entre la fin de l’Antiquité et le Moyen Âge (Terrier et al. 2009). Cette recherche dirigée conjointement avec le professeur Miljenko Jurkovic prend en compte l’ensemble des composantes d’une agglomération – église paroissiale, église funéraire, enceinte fortifiée et habitat – ce qui est particulièrement novateur pour la période considérée. L’entreprise scientifique est assurée par le Service cantonal d’archéologie de Genève, le Service pour la protection des monuments historiques de l’Istrie, le Département des sciences de l’Antiquité de l’université de Genève ainsi que le Centre international de recherches pour l’Antiquité tardive et le Moyen Âge de l’université de Zagreb2.

2Le regard s’est volontairement porté vers le sud de la péninsule istrienne où une série de sites sont accessibles aux archéologues (fig. 1). Cette région appartient à la sphère adriatique dont Rome et Constantinople ont toujours été les deux pôles de pouvoir entre lesquels les états et les populations oscillaient depuis l’Antiquité tardive (Chevalier 1998).

3Vers la fin du VIIIe siècle, l’Istrie est conquise par les Carolingiens puis intégrée dans le royaume franc, alors que la Dalmatie et la Pannonie formeront bientôt le nouvel état des princes croates. Dès cette période, le territoire istrien, alors placé sous la juridiction ecclésiastique du patriarcat d’Aquilée, subit de façon plus marquée encore l’influence de l’Italie septentrionale. Dans ce contexte, l’adoption d’un plan d’église à nef unique dotée de trois absides, fréquent en Istrie, pourrait être rattachée à la sphère d’influence du nord de l’Adriatique incluant la Suisse méridionale et orientale, où les sanctuaires chrétiens de ce type sont courants à l’époque carolingienne (Sennhauser 2003).

Fig. 1 : Carte géographique de l’Istrie avec la position du site de l’ancienne agglomération de Guran localisée entre les villes actuelles de Vodnjan et Marcana (carte : M. Berti).

4Le cas particulier de Guran a attiré notre attention par la présence des ruines de deux églises anciennement mises au jour : une grande basilique au vocable inconnu ainsi que l’église Saint-Simon. Ces deux églises avaient fait l’objet de plusieurs interprétations contradictoires quant à leur datation sans qu’il y ait eu de véritables fouilles archéologiques menées sur les sites. Dès lors et dans un premier temps, nous avons opté pour une étude exhaustive de ces deux sanctuaires chrétiens ; puis, progressivement, nous nous sommes intéressés à l’agglomération associée de Guran dont une zone importante a déjà été dégagée. Bien que certains auteurs attribuent des origines romaines à Guran, ce nom serait issu des racines latines Curanum ou Gurianum ; l’existence de cette agglomération n’est cependant véritablement attestée qu’à partir de 1150 dans les sources historiques (Marusic 1963, p. 121).

5La paroisse est mentionnée durant le Moyen Âge et, selon le cadastre de 1397, elle est redevable d’une dîme dont elle s’acquitte à raison des trois-quarts en faveur du chapitre de Pula, le reste étant dû à l’évêque de la même cité localisée à environ 10 km au sud (Albieri 2001, p. 1692). Si le village de Guran paraît encore occupé au XIVe siècle, il sera ensuite déserté – probablement dans le courant du siècle suivant – par ses habitants qui intégreront alors la ville de Vodnjan située à près de 3 km à l’ouest. L’abandon d’une localité avec un déplacement de sa population ne constitue pas une exception en Istrie vers la fin du Moyen Âge. En effet, ce constat est lié à une situation observée à plusieurs reprises qu’il faut sans doute attribuer aux grandes vagues de peste qui frappent alors cette région et déciment une part importante des communautés locales.

Fig. 2 : Localisation des sites étudiés sur un plan élaboré à partir des cadastres anciens (les plans schématiques des trois églises sont agrandis par rapport à l’échelle de la carte géographique ain de faciliter leur identiication) : 1. La grande basilique, 2. L’église Saint-Simon, 3. Emplacement des ruines de l’ancienne agglomération de Guran, 4. Ferme actuelle de Guran, 5. L’église Sainte-Cécile, 6. Ferme actuelle de Sainte-Cécile (DAO : M. Berti).

Fig. 3 : Saint-Simon de Guran : les murs de l’église et son pavement sont entièrement dégagés au terme de la deuxième campagne de fouilles réalisées en 2003 (cliché : M. Berti).

Fig. 4 : Saint-Simon de Guran : élévation extérieure du mur sud avec les différentes phases de constructions des églises. Phase 1, église primitive : premier état. Phase 2, église primitive : second état. Phase 3, église actuelle (DAO : M. Berti).

1. L’ÉGLISE SAINT-SIMON DE GURAN

6La petite église Saint-Simon se trouve à environ 300 m au sud de l’agglomération de Guran (fig. 2). Les ruines de cet édifice furent découvertes en 1948 et plusieurs campagnes de fouilles archéologiques furent entreprises sur le site entre l’automne 1955 et le printemps 1958 (Marusic 1963). Une série importante de sépultures furent exhumées. Parmi elles, une tombe présentait des caractéristiques – muret maçonné, couverture de dalle et présence de mortier au tuileau particulièrement dur – qui incitèrent l’archéologue en charge des recherches à la dater dans le courant de l’Antiquité tardive. La découverte de quelques fragments d’une céramique attribuée alors à cette même période dans le remplissage de cette sépulture vint renforcer cette hypothèse. Sur la base de ces données archéologiques et à partir d’une étude comparative de ce type d’architecture abordé dans un cadre élargi, une date vers la fin du VIe et le début du VIIe siècle fut retenue pour l’édification de cette église. D’autres interprétations plus récentes proposèrent des datations allant de l’époque carolingienne jusqu’au bas Moyen Âge, sans qu’aucune nouvelle investigation ne fut entreprise sur le terrain (Carlet 1997, p. 184-185). C’est donc dans ce contexte légèrement controversé que nous avons entamé la fouille exhaustive de l’église Saint-Simon, seule démarche susceptible de fournir les éléments permettant de préciser les origines et le développement de cet édifice religieux. Dans un premier temps, nous avons libéré les ruines d’une épaisse couverture végétale qui les recouvrait avant d’entamer le dégagement des sols et des murs afin d’en établir le relevé précis (fig. 3). Dès la seconde campagne de fouilles, la déposition d’une partie du pavement primitif à l’intérieur de l’édifice a permis de retrouver des vestiges correspondant à deux phases antérieures à la construction de l’église actuelle. Nous avons également exploré, au fil des années, les abords immédiats du sanctuaire afin d’étudier les diverses sépultures associées.

1.1. L’ÉGLISE PRIMITIVE : PREMIER ÉTAT

7Dans la zone ouest, à l’intérieur de l’église actuelle, les fouilles réalisées dans les niveaux de terre rouge déposés directement sur le substrat rocheux naturel ont fourni quelques tessons de céramique à revêtement argileux ainsi qu’une monnaie du IVe siècle. Au sud de l’église, le dernier décapage effectué dans le même contexte a mis au jour un niveau d’occupation constitué d’un épandage de petits galets que l’on peut attribuer à une aire de circulation, une cour ou un chemin. En grande partie détruit par les creusements des tombes successives, cet horizon peut donc être lié à une occupation de l’Antiquité tardive dont il est impossible de préciser la nature exacte.

  • 3 Analyse no ETH-33016 réalisée par : Institute of Particle Physics du Swiss Federal Institute of Tec (...)

8Par contre, le décapage très fin réalisé en surface de cette terre rouge, donc à un niveau supérieur, a mis en évidence quelques petites dépressions circulaires de plusieurs centimètres de profondeur apparaissant directement sous le sol du premier état de l’église primitive (Terrier et al. 2007a). Elles pourraient correspondre à des trous de poteau. Si leur organisation ne permet pas de restituer le plan d’une construction, un fragment de charbon récupéré dans le remplissage de l’une d’elles fournit toutefois un terminus post quem pour la datation du premier état de l’église primitive. En effet, l’analyse radiocarbone de cet échantillon donne une date comprise entre 770 et 9903 indiquant que la construction de l’édicule religieux intervient au plus tôt dans le dernier quart du VIIIe siècle.

9La mise en évidence des phases antérieures à l’église actuelle fut délicate à mener en raison de la faible épaisseur des sédiments archéologiques et du fort arasement des maçonneries dont la semelle des fondations affleure la surface du terrain. Seule une fouille fine axée sur la lecture attentive des traces ténues conservées dans le sol a pu permettre de cerner les phases primitives de l’église (Terrier et al. 2006a, p. 207-209). Le premier état est perceptible par une dépression observée dans la terre rouge qui résulte de l’arrachement de son pavement. Une partie du tracé de son mur nord est bien visible sous la forme d’une tranchée au sein de laquelle sont encore conservés quelques tronçons de la première assise. Un fragment de chape de mortier du sol d’origine se pose contre le parement intérieur de cette fondation. La façade occidentale est signalée par la remontée du terrain sur lequel subsiste encore une petite portion de chape de mortier, identique au précédent, s’appuyant également contre la paroi. Un morceau d’une imposante meule antique est engagé sous les fondations du mur sud de l’église actuelle et marque l’angle sud-ouest de ce premier état, dont la partie extérieure est encore visible en élévation. En effet, le mur de l’église primitive est conservé sur trois assises de pierres sèches (fig. 4, phase 1). La façade orientale de ce bâtiment est malaisée à restituer, excepté son angle sud-est signalé par l’extrémité de la première assise de fondations du mur sud. À partir de ces données, nous pouvons définir le plan d’un modeste édifice rectangulaire de 6,60 m par 4,30 m (fig. 5, phase 1), sans doute un oratoire chrétien qui fut donc édifié au plus tôt dans le dernier quart du VIIIe siècle.

Fig. 5 : Saint-Simon de Guran : plans détaillés des vestiges avec les différentes phases de développement des églises ainsi que les sépultures associées. Phase 1 (église primitive : premier état), VIIIe-IXe siècle. Phase 2 (église primitive - second état), IXe-Xe siècle. Phase 3 (église actuelle), XIe-XIIe siècle (DAO : M. Berti).

10Les investigations n’ont pas révélé la présence de sépultures précédant le premier état de l’église primitive. Seule la tombe 4 fouillée dans les années 50 (Marusic 1963, p. 130-131) paraît être contemporaine de son édification : le tracé du parement extérieur du mur sud de la construction tient compte en effet de sa présence. La localisation privilégiée de cette inhumation, tout comme le niveau supérieur de son entourage de pierres initial, particulièrement bas par rapport à celui des autres tombes, sont des arguments en faveur d’une datation très haute. L’édification d’une galerie couverte sur son emplacement, transformée ultérieurement en chapelle, marque l’extrême considération portée à cette sépulture. Dès lors, on serait tenté de l’attribuer à la famille fondatrice de l’oratoire. Malheureusement, nous avons retrouvé cette sépulture entièrement vide, car elle avait été explorée dans les années 50. Les descriptions anciennes indiquent la présence d’une quinzaine d’individus déposés dans ce coffre recouvert originellement d’une dalle monolithe.

1.2. L’ÉGLISE PRIMITIVE : SECOND ÉTAT

11Le second état de l’édifice primitif est marqué par un agrandissement en direction de l’ouest, la nouvelle façade occidentale étant déplacée de 3 m. Le prolongement du mur nord est perceptible sous la forme d’une tranchée conservant encore, par endroits, quelques pierres de sa première assise de fondation. Il en est de même pour la nouvelle façade ouest. Quant au mur sud, il est encore conservé sur près de cinq assises observées sur son parement extérieur. La maçonnerie repose sur des fondations de pierres sèches et son élévation est conservée sur trois assises liées par du mortier rose. Les deux assises supérieures sont réalisées avec des pierres équarries de même module donnant à cette façade une apparence de petit appareil régulier.

  • 4 Analyse no ETH-29787 réalisée par : Institute of Particle Physics du Swiss Federal Institute of Tec (...)

12Les fondations de la nouvelle façade occidentale recoupent une structure antérieure, un petit four signalé par une fosse arrondie qui en constituait la chambre de chauffe (Terrier et al. 2007b). Le comblement de cette dépression, suite à son abandon, renfermait une série de fragments de creusets, quelques scories ainsi qu’un petit anneau en métal. Nous ne savons pas si ce four doit être associé à un chantier de construction en relation avec l’église ou si cette activité de fonte était destinée à une production d’objets particuliers en lien avec la fonction religieuse du lieu. Les charbons récupérés dans le four ont fait l’objet d’une analyse au radiocarbone donnant une datation comprise entre 880 et 10314. Ce résultat fournit donc un terminus post quem pour l’agrandissement lié au second état de l’église primitive qui n’interviendrait donc pas avant le dernier quart du IXe siècle.

13Cette phase est également illustrée par le comblement de la dépression aménagée dans la terre rouge suite à l’arrachement du pavement de l’état antérieur. Ce remblaiement est réalisé à l’aide d’une épaisse couche de destruction qui ne renfermait aucun objet particulier, hormis quelques fragments de verre ayant pu appartenir à des lampes à fonction liturgique. Une chape de mortier de quelques centimètres d’épaisseur, conservée par endroits, repose directement sur ce remblai. Présentant des parties lisses en surface, elle devait supporter un pavement dont les éléments furent posés sur le mortier encore frais. Le stylobate de chancel ainsi qu’une base monolithique installés dans ce remblai, encore à leur emplacement d’origine, appartiennent aux aménagements liturgiques de ce second état (fig. 6).

14Une sépulture double (T 9) a été mise au jour à l’extérieur de l’église (Terrier et al. 2006b, p. 255-256). Elle est placée selon un axe nord-sud qui tient compte de l’orientation de la façade occidentale de l’église contre laquelle elle repose. Il n’a pas été possible de fouiller complètement cette structure funéraire en partie recouverte par la façade de l’église actuelle. La fosse de cette tombe creusée dans la terre rouge est aménagée avec deux dalles verticales dressées à ses extrémités ; quelques pierres disposées de chant sont encore en place le long de son bord oriental. Un unique fragment de sa dalle de couverture est encore préservé. Cette dernière fut soulevée avant l’édification de l’église actuelle, ce qui explique la forte perturbation des squelettes. Seules les extrémités des membres inférieurs ainsi qu’une partie des cages thoraciques et des membres supérieurs des sujets inhumés sont encore en place. Malheureusement, ni objet de parure ni monnaie n’ont été récupérés.

15Une tombe en coffre de pierres sèches, T 26, dont l’extrémité orientale passe sous les fondations de l’église du XIe siècle, a également été découverte (Terrier et al. 2008a). Une grande dalle de calcaire placée dans un second temps remplace la couverture d’origine qui a disparu. Elle se trouvait à un niveau inférieur, directement posée sur les pierres de l’entourage du coffre. Un seul individu est enterré dans cette tombe. Il présente une pathologie osseuse particulièrement impressionnante puisque sa colonne, ses os coxaux et son sacrum sont entièrement soudés. Reposant en décubitus dorsal, le sujet conserve sa tête surélevée de 30 centimètres par rapport à son thorax et la courbe faite par sa colonne vertébrale indique un vice de conformation qui peut être assimilé à celle d’un bossu. Comme ce fut le cas pour T 9, cette sépulture a sans doute aussi été violée à la suite de la dépose de sa couverture d’origine, comme en témoigne le comblement de la fosse au niveau de la partie gauche du thorax fortement remanié.

16Ainsi les deux sépultures en coffre de pierres sèches T 9 et T 26 sont les uniques tombes antérieures à l’église actuelle mises au jour dans cette zone. Placées devant la façade du sanctuaire précédent, leur position permettrait de les associer à deux tranchées de fondations formant un angle perpendiculaire. Elles pourraient correspondre aux murs d’un enclos funéraire primitif, dont les pierres auraient été entièrement récupérées lors du chantier de construction de la nouvelle église. En tous les cas, la présence de ces sépultures à proximité immédiate de la façade occidentale du sanctuaire met en exergue l’importance conférée à cet emplacement pour le repos des âmes.

Fig. 6 : Saint-Simon de Guran : vestiges de l’église primitive vus depuis l’est avec le stylobate de chancel encore en place (cliché : M. Berti).

17Plusieurs sépultures sont installées au sud de l’édifice. Les tombes 16, 18 et 22 sont déposées en pleine terre alors que la tombe 21, par ailleurs antérieure à la tombe 18, est constituée d’un coffre de dalles disposées de chant sans aucune utilisation de mortier. L’unique tombe à avoir fourni du matériel est la sépulture 16, qui contenait deux boucles de ceinture circulaire en bronze identiques, dotées d’un simple ardillon. Ces éléments de parure étaient encore en place, disposés verticalement au niveau des hanches, de part et d’autre du sujet (Jurkovic et al. 2008). D’excellente facture, ces objets ne sont cependant pas décorés. Les nombreux ossements visibles dans la coupe de terrain limitant la zone de fouilles méridionale attestent la présence du cimetière qui se développera dans cet espace au fil des siècles. Cette situation est fort différente de celle observée au nord et à l’est de l’église actuelle où seules quelques sépultures éparses ont été découvertes.

18À partir de ces résultats, nous proposons de restituer le plan d’une petite église de 9,80 m x 4,30 m dotée d’un chancel dont le stylobate est encore en place (fig. 5, phase 2). La partie est de l’édicule religieux est délicate à préciser. On pourrait toutefois retenir l’hypothèse d’un chevet plat : une chape de mortier observée à l’intérieur du chœur, dont l’extrémité orientale présente un bord rectiligne, traduit l’existence d’un mur droit contre lequel elle venait se poser. Les aires d’inhumations extérieures sont confinées au sud et à l’ouest du sanctuaire alors qu’aucune tombe ne fut aménagée à l’intérieur.

2. L’ÉGLISE ACTUELLE

19L’édifice actuel présente un plan trapézoïdal de 13,60 m sur 8,40 m correspondant à une église à nef unique terminée par trois absides arrondies et irrégulières, inscrites dans un chevet plat (fig. 5, phase 3). Deux portes en assuraient l’accès. L’une est aménagée dans la façade occidentale et l’autre, qui s’ouvrait sur une annexe funéraire adossée à l’église, est localisée dans la paroi méridionale. Les murs sont constitués de pierres équarries de tailles variables liées avec un mortier de chaux teinté de rose. Les façades nord, sud et ouest font environ 50 cm d’épaisseur et sont par endroit conservées jusqu’à un mètre de hauteur alors que le chevet intégrant les trois absides s’élève encore à plus de trois mètres de hauteur. L’élévation intérieure de cette extrémité orientale de l’édifice a fait l’objet d’un relevé détaillé qui permet de situer les niveaux des sols d’origine, les emplacements des ouvertures des absidioles nord et sud ainsi que la naissance des voûtes (Terrier et al. 2005a).

20Le pavement d’origine de cette église a été entièrement déposé. Dans le presbyterium, il est agencé à l’aide de grandes dalles de calcaire disposées de façon assez régulière qui semblent reposer sur une faible épaisseur de terre sous laquelle apparaît une chape de mortier rose lissée en surface. À l’est, les dalles viennent buter contre une marche d’environ 10 cm de haut qui donnait accès aux absides et dont il ne reste que deux modestes témoins. Dans les absides, les sols ont complètement disparu, excepté deux pierres plates, localisées dans les absides centrale et nord, posées directement sur le substrat de terre rouge. Aucune trace de l’emplacement des autels n’a pu être identifiée. Une série importante de fragments d’ampoules en verre provenant de lustres (polycandela) associés au mobilier liturgique, a été retrouvée en surface du niveau de terre rouge, dans l’absidiole sud. La nef présente un pavement de dalles plates aux formes et aux dimensions variées. Elle est séparée du presbyterium par un stylobate de chancel irrégulier intégrant les éléments de la barrière antérieure.

Fig. 7 : Saint-Simon de Guran : l’enclos funéraire dégagé devant la façade occidentale de l’église actuelle (cliché : M. Berti).

  • 5 Analyse no ETH-29786 réalisée par : Institute of Particle Physics du Swiss Federal Institute of Tec (...)

21Le dégagement et l’analyse de la façade occidentale de l’église ont permis de situer précisément la position de la porte dont on distingue les deux montants et le soubassement de pierres plates de son seuil d’origine. Cette ouverture n’est pas disposée au centre de la façade mais elle est légèrement décalée vers le sud pour tenir compte de la tombe 9 aménagée contre la façade de l’édifice antérieur. La dépose du dallage à proximité de la porte a montré que ce dernier reposait sur une couche de destruction de quelques centimètres d’épaisseur que l’on retrouve également sous le soubassement du seuil d’origine et à l’extérieur (Terrier et al. 2005b). Cet horizon correspond à la démolition du bâtiment antérieur qui a été répandue dans cette zone lors du chantier de construction de la nouvelle église. Du charbon de bois provenant de cette couche a été prélevé pour une analyse radiocarbone donnant une datation comprise entre 1019 et 1193 A.D.5. Il s’agit d’un terminus post quem pour la période de construction de l’église actuelle qui intervient au plus tôt dans le courant du XIe siècle.

22Un pavement tardif résultant d’un rehaussement des sols de l’église était encore bien préservé dans la partie basse de la nef ainsi qu’au fond des absidioles nord et sud. Constitué de dalles de calcaire de formes variées – dont la plupart ont été brisées par les affres du temps – ce sol présente une surface régulière sur la totalité de l’édifice avec une légère pente en direction de l’est. Il repose sur un remblai d’environ 30 cm d’épaisseur contenant des tessons de céramique majolique qui datent sa réalisation au plus tôt de la fin du Moyen Âge. Une base de pilier maçonné rectangulaire de 80 cm sur 55 cm encore en place a pu être étudiée ; elle appartient à l’une des quatre structures découvertes lors de l’intervention des années 50 (Marusic 1963, p. 129). Cette base, associée au sol supérieur, ne se fonde pas sur le pavement inférieur mais repose sur une épaisseur de quelques centimètres de remblais (Terrier et al. 2004). On est tenté d’interpréter ces maçonneries comme supports pour une nouvelle charpente, dont l’adaptation fut rendue nécessaire par la modification du niveau des pavements intérieurs. L’analyse de la porte occidentale a mis en évidence la surélévation de son seuil en partie conservé, dans cette même phase de transformation. Ce réajustement des niveaux de circulation à l’intérieur de l’église a été opéré parallèlement au rehaussement du terrain environnant extérieur induit par l’accumulation des inhumations successives.

23La fouille complète de l’espace funéraire situé devant la façade occidentale de l’église a permis d’aborder l’organisation de cette partie privilégiée du cimetière médiéval (fig. 7). Un premier enclos est aménagé selon une orientation sans doute dictée par l’axe de la route menant à l’ancienne agglomération de Guran qui diffère de celui de l’église. Cette différence explique l’irrégularité du quadrilatère formé par cette aire ouverte destinée à accueillir des inhumations. Les maçonneries relatives à ce premier état sont conservées par endroits sur deux assises érigées au moyen d’un mortier blanc légèrement friable. L’accès à cet espace se fait par une ouverture créée dans le muret ouest et placée dans l’axe de la porte de l’église. Six tombes en coffre y sont installées, réparties en deux rangées de trois sépultures chacune. Certains coffres présentent des parois constituées de dalles ou de pierres maçonnées à l’aide d’un mortier rose. D’autres sont en pierres sèches. Les trois sépultures fouillées dans les années 50 (T 14, 15 et 24 ; Marusic 1963, p. 131) avaient alors été vidées de leur contenu et nous nous sommes contentés de les dégager à nouveau afin d’en établir le relevé précis. De façon générale, les bords des coffres sont régulièrement surélevés au fil des inhumations successives. La tombe 17 illustre bien ce phénomène. À l’origine, elle est constituée de grandes dalles posées de chant formant un coffre de 190 x 70 cm dont les angles sont liés avec un mortier rose. Son rehaussement se fera en deux étapes. La première, sur une vingtaine de centimètres, à l’aide de pierres plates disposées régulièrement sur les bords de la tombe initiale. La deuxième, sur une quarantaine de centimètres, par un empilement désordonné de pierres plates réduisant l’ouverture de la tombe à l’est. Aucun mortier n’est utilisé pour ces modifications et le dernier état conserve encore sa dalle de couverture en partie effondrée. La fouille de l’intérieur a révélé d’innombrables ossements en vrac sur les 60 premiers centimètres avant de finalement aboutir à un squelette en place qui avait perturbé d’autres individus précédemment enterrés. Ces coffres constituent sans doute des caveaux familiaux réutilisés au fil des générations. Leur emplacement au sein de cet enclos leur confère un statut privilégié en regard du reste de la population inhumée dans le cimetière qui se développe au sud de l’église. Les fosses des trois sépultures (T 19, 20 et 25) alignées dans la partie est de l’enclos funéraire s’arrêtent à près d’un mètre de distance de la façade occidentale de l’église, libérant ainsi un espace pour la circulation des personnes ou pour l’aménagement d’une banquette adossée au mur dont aucune trace n’a toutefois été retrouvée.

24Deux sépultures seront encore établies dans la partie sud-est de l’enclos. La première (T 25) se compose d’un coffre de bois, attesté par les alignements de pierres disposées sur toute la hauteur des bords de la fosse signalant l’existence de paroi en matériau périssable (Terrier, Jurkovic 2009). L’individu enterré ne conserve que ses membres inférieurs et la position de son bassin, dont les os coxaux reposent à plat, est caractéristique d’une décomposition du corps en espace vide. Le fait qu’il n’y ait aucun ossement en vrac dans le comblement de la sépulture prouve qu’elle n’a pas été réutilisée comme dans le cas des coffres de pierres. La seconde (T 23) est plus tardive : il s’agit d’un ensevelissement en pleine terre dont l’individu présente les bras légèrement écartés et les mains croisées sur le thorax.

25Les nombreux ossements déplacés appartiennent au moins à quatre inhumations successives qui ont perturbé le muret sud du premier état de l’enclos funéraire.

26Le rehaussement progressif des sépultures a impliqué celui des murets de l’enclos qui présentent tous un second état ; la partie surélevée du segment sud accuse un léger décalage par rapport au tracé d’origine. Parallèlement, le terrain alentour est aussi remblayé ce qui entraînera finalement le rehaussement du pavement intérieur de l’église à la fin du Moyen Âge. Aucun objet précieux, ni élément de parure, n’ont été découverts lors de la fouille des tombes. Seuls quelques fragments de céramique commune, un anneau en bronze et deux monnaies, dont une frappée à Venise dans la première moitié du XIVe siècle, révèlent que ce cimetière clos fut utilisé jusqu’à la fin du Moyen Âge.

27Les investigations archéologiques menées au cours de ces dernières années sur le site de l’église Saint-Simon ont permis d’explorer l’intérieur de l’édifice et son environnement immédiat dans leur intégralité. Les vestiges dégagés ont révélé la présence d’une église antérieure présentant deux phases de développement architectural dont l’état primitif pourrait intervenir dans le dernier quart du VIIIe siècle (Terrier et al. 2006a). Quant à l’édification de l’église actuelle, dont le mur méridional reprend le tracé du gouttereau sud des constructions précédentes, elle n’est pas antérieure au second quart du XIe siècle (Terrier et al. 2006b). Son pavement sera rehaussé d’une quarantaine de centimètres au XIVe siècle, peu avant l’établissement de quatre bases maçonnées au sein de la nef, sans doute pour soutenir une nouvelle charpente. L’église sera finalement abandonnée à la fin du Moyen Âge.

CONCLUSION

28Lorsque les fouilles de l’église Saint-Simon sont arrivées à leur terme en 2007, l’ultime intervention s’est concentrée sur la réalisation du projet global de restauration et de mise en valeur de l’édifice chrétien et de son environnement immédiat. Les murs de l’église actuelle et de ses annexes ainsi que les vestiges des constructions antérieures ont été rehaussés de plusieurs assises liées au mortier de chaux permettant une lecture plus aisée de l’ensemble, tout en protégeant les éléments originaux conservés en dessous. Le couronnement des murs a été recouvert d’un mortier plus résistant, dont la mise en œuvre facilite l’écoulement des eaux de pluie. Les sols sont aménagés avec du gravier déposé sur une couverture de plastique placée directement sur le terrain naturel afin d’empêcher le développement d’une végétation particulièrement envahissante dans cette région de l’Istrie. Les chemins d’accès – l’église se situe à la croisée de trois anciennes voies de communication – ont été entièrement libérés des remblais et des arbustes qui les encombraient ; les imposants murs de pierre sèche les bordant de part et d’autre ont également été restaurés. Enfin, on a légèrement terrassé l’espace situé immédiatement au sud de l’église afin de retrouver les niveaux de circulation contemporains. Un site archéologique aménagé a pu donc être remis à la population de Vodnjan (fig. coul. 11). Il attend encore la mise en place de panneaux explicatifs ainsi que la patine du temps qui atténuera son impact dans le paysage actuel. Au terme de l’ensemble de nos recherches, la totalité des sites étudiés fera l’objet de la même attention afin de les mettre en valeur au sein d’une promenade accessible à tous. Parallèlement, un nouveau musée a été inauguré au printemps de l’année 2009 dans la ville proche de Vodnjan. Lorsque l’on pénètre dans ce magnifique palais vénitien, on découvre les salles du rez-de-chaussée entièrement consacrées aux découvertes réalisées au cours de nos huit premières années de fouilles archéologiques (fig. coul. 12).

29En tenant compte des résultats obtenus à ce jour sur le site de l’ancienne agglomération de Guran, nous pouvons situer l’époque de sa fondation vers la fin du haut Moyen Âge, sans doute au cours de la période carolingienne (Terrier et al. 2008b). Cette hypothèse est corroborée par la mise au jour, sous le pavage de l’église Saint-Simon, d’un édifice antérieur, dont le premier état pourrait remonter au dernier quart du VIIIe siècle. La présence de ce sanctuaire chrétien lié à une fonction funéraire est précieuse. Elle tendrait à confirmer la thèse de l’installation d’une population à Guran, peut-être en rapport avec le nouveau pouvoir franc, qui choisit ce lieu pour ensevelir ses défunts. Par contre, il est désormais acquis que l’église actuelle, avec son vaisseau unique terminé par trois absides inscrites dans un chevet plat, ne fut pas édifiée avant le XIe siècle. Ce constat illustre le fait qu’un même parti architectural a été adopté durant plusieurs siècles et montre bien les limites d’une datation basée uniquement sur la typologie. Ainsi, c’est uniquement à partir d’une analyse extrêmement fine du terrain, où des horizons archéologiques ont pu être identifiés, associés aux différentes phases de développement de l’édifice, puis datés de façon absolue à l’aide d’analyses au radiocarbone, que l’on a finalement pu aborder l’histoire détaillée de ce lieu. Jean-François Reynaud a toujours prôné ce type d’approche et en guise de reconnaissance pour ce qu’il nous a apporté, nous avons grand plaisir à participer à cet ouvrage collectif réalisé à son intention.

Bibliographie

Bibliographie

Albieri D. 2001. Istria. Storia, arte, cultura. Trieste : LINT. 1999 p.

Carlet A. R. 1997. La chiesa di S. Maria a Muggia Vecchia. Una nuova proposta di datazione. In Atti e Memorie della Società Istriana di Archeologia e Storia Patria. XCVII (XLV della nuova serie). Trieste : Società istriana di archeologia e storia patria, p. 167-243.

Chevalier P. 1998. La christianisation de l’Europe centrale et du nord-ouest des Balkans à la « frontière » de l’Occident haut-médiéval. Hortus Artium Medievalium 4. Zagreb-Motovun, p. 25-26.

Jurkovic M., Causevic-Bully M., Maric I., Bully S. 2008. Le monastère Saint-Pierre d’Osor (île de Cres) : deuxième campagne d’études archéologiques. Hortus Artium Medievalium 14, p. 299-300.

Marusic B. 1963. Dva spomenika ranosrednjovjekovne arhitekture u Guranu kod Vodnjana. Starohrvatska prosvjet 8-9, p. 127-138.

Sennhauser H. R. 2003. Frühchristliche und frühmittelalterliche kirchichle Bauten in der Diözese Chur und in den nördlich und südlich angrenzenden Landschaften. In Sennhauser H. R. (dir.). Frühe Kirchen im östlichen Alpengebiet, Von der Spätantike bis in ottonische Zeit. 1. München : C. H. Beck p. 18-19. (Bayerische Akademie der Wissenschaften: Abhandlungen. Neue Folge; 123).

Terrier J., Jurkovic M. 2009. Les sites de l’église Saint-Simon, de l’agglomération de Guran et de l’église Sainte-Cécile en Istrie (Croatie). Sixième et septième campagne de fouilles archéologiques (2007-2008). Genava LVII, p. 172.

Terrier J., Jurkovic M., Maric I. 2009. L’ancienne agglomération de Guran en Istrie. L’Archéothéma 3, p. 56-59.

Terrier J., Jurkovic M., Matejcic I. 2004. La basilique à trois nefs, l’église Saint-Simon et l’ancien village de Guran en Istrie (Croatie) : seconde campagne de fouilles archéologiques. Hortus Artium Medievalium 10, p. 280.

Terrier J., Jurkovic M., Matejcic I. 2005a. Les fouilles archéologiques de Guran en Istrie (Croatie). Les deuxième et troisième campagnes réalisées en 2003 et 2004. Genava LIII, p. 318-319.

Terrier J., Jurkovic M., Matejcic I. 2005b. La troisième campagne de fouilles archéologiques réalisée en 2004 sur la basilique à trois nefs, l’église Saint-Simon et l’ancienne agglomération de Guran en Istrie (Croatie). In Schweizerisch-Liechtensteinische Stiftung für archäologische Forschungen im Ausland. Jahresbericht 2004 [Rapport d’opération 2004]. Zürich, p. 177-178.

Terrier J., Jurkovic M., Matejcic I. 2006a. Quatrième campagne de fouilles archéologiques en Istrie (Croatie) réalisée sur les sites de l’église Saint-Simon, de la basilique à trois nefs, de l’agglomération de Guran et de l’église Sainte-Cécile. In Schweizerisch-Liechtensteinische Stiftung für archäologische Forschungen im Ausland. Jahresbericht 2005 [Rapport d’opération 2005]. Zürich, p. 207-211.

Terrier J., Jurkovic M., Matejcic I. 2006b. Les sites de l’église Saint-Simon, de la basilique à trois nefs, de l’agglomération de Guran et de l’église Sainte-Cécile en Istrie (Croatie). Quatrième campagne de fouilles archéologiques. Hortius Artium Medievalium 12, p. 255-259.

Terrier J., Jurkovic M., Matejcic I. 2007a. Les sites de l’église Saint-Simon, de la basilique à trois nefs, de l’agglomération de Guran et de l’église Sainte-Cécile en Istrie (Croatie). Quatrième et cinquième campagnes de fouilles archéologiques (2005-2006). Genava LV, p. 273.

Terrier J., Jurkovic M., Matejcic I. 2007b. Les sites de l’église Saint-Simon, de la basilique à trois nefs, de l’agglomération de Guran et de l’église Sainte-Cécile en Istrie (Croatie). Cinquième campagne de fouilles archéologiques. Hortus Artium Medievalium 13/2, p. 395-396.

Terrier J., Jurkovic M., Matejcic I. 2008a. La sixième campagne de fouilles sur les sites de l’église Saint-Simon, de l’ancienne agglomération de Guran et de l’église Saint-Cécile en Istrie (Croatie). In Schweizerich-Liechtensteinische Stiftung für archäologisches Forschungen im Ausland. Jahresbericht 2007 [Rapport d’opération 2007]. Zürich, p. 185-186.

Terrier J., Jurkovic M., Matejcic 2008b. L’ancienne agglomération de Guran et ses églises : programme de recherches archéologiques en Istrie (Croatie). In Mélanges de l’École française de Rome : Moyen Âge. 2008/2. Rome : École française de Rome, p. 271.

Notes

1 Les fouilles sont réalisées par une équipe de terrassiers placée sous la responsabilité de Darian Divsic. L’organisation des chantiers est assurée par l’entreprise Kapitel dirigée par Branko Orbanic. Ce sont Marion Berti, Isabelle Plan et Philippe Ruffieux, délégués par le Service cantonal d’archéologie de Genève, qui réalisent la grande majorité de la documentation des fouilles. Iva Maric, collaboratrice scientifique de l’université de Zagreb, participe également aux recherches sur le terrain. Que toutes ces personnes soient remerciées. Notre reconnaissance s’adresse également à Mark Müller, Conseiller d’État en charge du Département des constructions et technologie de l’information du canton de Genève, qui autorise cette collaboration.

2 Toutes ces institutions suisses et croates participent au financement des travaux. Toutefois, il est nécessaire de rappeler que la grande majorité des frais induits par la recherche sur le terrain est couverte par une subvention annuelle accordée par la Fondation Suisse-Liechstenstein pour les recherches archéologiques à l’étranger. À cela s’ajoute des aides ponctuelles offertes par la Fondation Ernst et Lucie Schmidheiny et la Société académique de Genève, toutes deux liées à l’université de Genève. Nous exprimons donc notre vive gratitude envers toutes ces instances pour la confiance accordée à notre projet.

3 Analyse no ETH-33016 réalisée par : Institute of Particle Physics du Swiss Federal Institute of Technology Zurich.

4 Analyse no ETH-29787 réalisée par : Institute of Particle Physics du Swiss Federal Institute of Technology Zurich.

5 Analyse no ETH-29786 réalisée par : Institute of Particle Physics du Swiss Federal Institute of Technology Zurich.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Carte géographique de l’Istrie avec la position du site de l’ancienne agglomération de Guran localisée entre les villes actuelles de Vodnjan et Marcana (carte : M. Berti).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 2 : Localisation des sites étudiés sur un plan élaboré à partir des cadastres anciens (les plans schématiques des trois églises sont agrandis par rapport à l’échelle de la carte géographique ain de faciliter leur identiication) : 1. La grande basilique, 2. L’église Saint-Simon, 3. Emplacement des ruines de l’ancienne agglomération de Guran, 4. Ferme actuelle de Guran, 5. L’église Sainte-Cécile, 6. Ferme actuelle de Sainte-Cécile (DAO : M. Berti).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 3 : Saint-Simon de Guran : les murs de l’église et son pavement sont entièrement dégagés au terme de la deuxième campagne de fouilles réalisées en 2003 (cliché : M. Berti).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Fig. 4 : Saint-Simon de Guran : élévation extérieure du mur sud avec les différentes phases de constructions des églises. Phase 1, église primitive : premier état. Phase 2, église primitive : second état. Phase 3, église actuelle (DAO : M. Berti).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 5 : Saint-Simon de Guran : plans détaillés des vestiges avec les différentes phases de développement des églises ainsi que les sépultures associées. Phase 1 (église primitive : premier état), VIIIe-IXe siècle. Phase 2 (église primitive - second état), IXe-Xe siècle. Phase 3 (église actuelle), XIe-XIIe siècle (DAO : M. Berti).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3717/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 6 : Saint-Simon de Guran : vestiges de l’église primitive vus depuis l’est avec le stylobate de chancel encore en place (cliché : M. Berti).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3717/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 7 : Saint-Simon de Guran : l’enclos funéraire dégagé devant la façade occidentale de l’église actuelle (cliché : M. Berti).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3717/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 527k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search