Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 1 : L'église de l'antiquité tardive à l'époque romane

Saint-Pierre de Moirans (Isère), archéologie d’un prieuré bénédictin

Alain Badin de Montjoye

Texte intégral

1L’ancienne église Saint-Pierre de Moirans, désaffectée depuis le début du XXe siècle, était laissée dans un abandon presque complet quand nous proposâmes, voici quelque 15 ans, d’en conduire une étude archéologique systématique et approfondie. Dès 1981 pourtant, une première étude du vieil édifice avait été entreprise, en vue de documenter un dossier de demande de protection (Chomel, Montjoye 1983) qui devait déboucher sur un arrêté de classement parmi les Monuments historiques, le 21 décembre 1984. Mais les travaux, initiés par l’architecte en chef, Jean-Louis Taupin, en 1990, ne connurent pas de lendemain.

  • 1 L’aide et les encouragements constants du maire de Moirans, Gérard Simonet, n’ont cessé de nous êtr (...)
  • 2 Ce travail a été conçu avec l’aide et l’appui de Benoît Helly, ingénieur d’étude au Service régiona (...)
  • 3 Le chantier archéologique de Moirans est depuis ses débuts le produit d’un travail d’équipe. La fou (...)

2En 1997, saisissant l’occasion favorable qu’offrait une volonté municipale ferme et enthousiaste de nouvelle appropriation par la commune de son patrimoine historique1, nous fîmes une première proposition de fouille sur le site, fondée sur une problématique murie depuis longtemps déjà (Montjoye 1997)2. C’est en 2002, enfin, que ce projet est entré en phase de réalisation, pour se poursuivre encore au cours des années 2012 et 20133.

1. UN SITE RICHE DE PROMESSES

  • 4 Les résultats de la fouille de sauvetage urgent qui fut alors conduite par M. Giffault ont été pour (...)

3Première agglomération de quelque importance en aval de Grenoble, sur le grand axe reliant Vienne et la vallée du Rhône à la route d’Italie, Moirans était dans l’Antiquité une station recommandée dans les itinéraires. Elle figure sous le nom de Morginno sur la Table de Peutinger, entre Turedonno (Tourdan) et Culabone (Cularo). Un certain nombre de découvertes et observations effectuées au cours du XIXe siècle attestent cette origine antique. Depuis longtemps également ont été repérés plusieurs fragments architecturaux d’époque gallo-romaine, remployés dans les fondations de l’ancienne église Saint-Pierre, notamment un sarcophage à inscription formant la base du quatrième pilier sud de la nef centrale (Allmer, Terrebasse 1895, no 450), datable du Ier ou du IIe siècle de notre ère. Les témoins archéologiques les plus parlants et les plus probants de l’antique Morginum ont été exhumés en 1986, au cours de travaux en plein centre de l’actuel bourg : vestiges d’un quartier d’habitation qui a connu une occupation continue de près de 250 ans, à partir du milieu du Ier siècle avant J.-C.4.

4Importante dans l’Antiquité, l’agglomération de Moirans l’est restée à la période médiévale. Si l’on excepte quelques données très localisées concernant le haut Moyen Âge et sur lesquelles nous reviendrons, on est réduit à passer sans transition, dans une esquisse de l’histoire de Moirans, de l’Antiquité au plein Moyen Âge. Le texte le plus ancien, daté de 1016, est celui de l’acte par lequel Humbert Ier d’Albon, évêque de Grenoble, donne aux moines bénédictins de l’abbaye de Cruas en Vivarais l’église Saint-Pierre de Moirans (Marion 1869, charte AXXXIII, p. 75-77 ; Chevalier 1913-1926, no 1641). Tenu par des seigneurs indépendants, Moirans (Moirencum) est au XIIe siècle un bourg dont le château (castrum) est mentionné dès 1107 dans l’acte de partage du Sermorens entre l’archevêque de Vienne et l’évêque de Grenoble (Marion 1869, chartre AI, p. 2 ; Chevalier 1913-1926, no 2975). La charte de libertés concédée en 1164 aux habitants du bourg par Geoffroy, seigneur de Moirans, est la plus ancienne de ce type en Dauphiné (Arch. dép. Isère, B 3936, vidimus de 1209 ; Vaillant 1951, no 361-363). Aucun texte, en revanche, ne permet de savoir à quelle époque furent élevés les remparts qui ceignaient l’agglomération. La morphologie du bourg telle qu’elle apparaît à travers le plan cadastral de 1822 et quelques vestiges, dont une tour, permettent de proposer une restitution approximative du tracé de l’enceinte médiévale (fig. coul. 8). C’est probablement dans la deuxième décennie du XIIIe siècle, que fut fondé par Berlion, seigneur de Moirans un couvent de franciscains. Ce couvent est sans doute, avec celui de Grenoble, un des tout premiers de l’ordre, de ce côté des Alpes. L’installation des Mendiants à Moirans doit être regardée, ici de même qu’ailleurs, comme le signe d’un réel développement du bourg.

5D’autres raisons puissantes de s’intéresser à l’ancienne église de Moirans tiennent à la morphologie de son site d’implantation et aux découvertes anciennes dont celui-ci a été le lieu.

  • 5 Il n’a pas été publié, malheureusement, de compte rendu détaillé de cette opération.
  • 6 Cette période est, nous le verrons, bien représentée dans l’architecture de l’édifice qui nous est (...)

6L’église, en effet, occupe le centre d’un espace circulaire en léger relief que soulignent encore vigoureusement le bâti et la voirie et dont rend compte de façon particulièrement nette le parcellaire figuré sur le plan cadastral de 1822. Un tel dispositif d’organisation radioconcentrique du bâti et des parcelles autour de l’église peut être considéré, dans l’état actuel de nos connaissances, comme plutôt exceptionnel pour le Dauphiné. Un sondage de reconnaissance réalisé en janvier 1996 sous la responsabilité de Chantal Mazard a révélé, le long de la limite des parcelles en courbe au nord-est du chevet de l’église, l’existence d’un creusement pratiqué au pied d’un mur. Ce dernier se présentait sous la forme d’une semelle en maçonnerie de galets, large de 0,60 m, qui a pu porter une élévation en terre. Le creusement à son pied pourrait avoir été un petit fossé5. Faut-il, sur ces indices, forger l’hypothèse d’un site castral primitif, converti par la suite à des fonctions exclusivement religieuses ? Sauf à supposer un déplacement de l’église, au plus tard dans le courant du XIIe siècle6, la date de la donation à l’abbaye de Cruas (1016) d’une église déjà existante paraît bien précoce pour tenir comme le plus vraisemblable l’hypothétique aménagement castral antérieur. Il semble bien plutôt qu’on ait ici affaire à un enclos ecclésial de même nature que ceux attestés en grand nombre dans la région du Languedoc (Fixot, Zadora-Rio 1989, 1994). La rareté de ce dispositif dans nos régions et l’absence de textes qui permettraient d’en proposer une interprétation conduisent bien sûr aux mêmes questionnements que suscitent les sites comparables de régions mieux documentées où ils sont plus nombreux. Ainsi pour la Gascogne : « C’est […] armés d’un maigre viatique de textes que les archéologues devront revoir l’interprétation de bien des enclos circulaires d’environ trente pas de rayon, centrés sur une église, qu’on a sans doute hâtivement assimilés à d’anciens castra » (Cursente 1994). Si l’on s’accorde à reconnaître dans ces enclos circulaires, où prenait place le cimetière de la communauté, l’effet de l’instauration de la Paix de Dieu, par la matérialisation du périmètre de sauvegarde attaché au sanctuaire, on s’interroge aussi sur les recoupements entre ce phénomène et les processus de regroupement de l’habitat : « De zones refuges, les abords immédiats du lieu de culte deviennent alors de plus en plus le lieu d’implantation d’habitats permanents » constate-t-on dans la région de Toulouse (Baudreu, Cazès 1994). Les fouilles entreprises depuis 2002 dans l’ancienne église de Moirans fournissent, nous le verrons, d’intéressants aperçus sur ce point.

7Quant aux découvertes anciennes, elles sont toutes liées aux travaux de terrassement effectués autour de l’église pour la résorption du cimetière en 1863 (Saint-Andéol 1866). Certaines des sépultures détruites étaient en coffres anthropomorphes à cavités céphaloïdes, d’autres à entourage de pierres de type « naviforme ». Deux fragments d’épitaphes, l’un trouvé au cours de ces terrassements, l’autre remployé dans le mur de clôture de l’ancien presbytère, peuvent être datés du VIe et du VIIe siècle (Descombes 1986). L’existence de ces deux épitaphes constituait donc, au départ de nos recherches, un sérieux indice de l’antiquité d’un lieu de culte chrétien à Moirans et de la permanence de son emplacement sur le site de l’ancienne église Saint-Pierre. Les fouilles récentes en ont apporté pleine confirmation.

2. DES VESTIGES DES PREMIERS TEMPS DU CHRISTIANISME

8À la profondeur d’1,30 m sous le sol le plus récent de la travée de chœur (fig. 1 et 2), la fouille a atteint le sommet d’une grande dalle de calcaire (US 7044). Cette dalle, que nous avons déposée, formait le couvercle d’un sarcophage trapézoïdal, constitué originellement de quatre grandes dalles de tuf. Au stade auquel s’est arrêtée la fouille, il semble que la paroi de tête (ouest) ait entièrement disparu. Le sarcophage est apparu rempli d’ossements humains pêle-mêle indiquant une conversion de celui-ci en ossuaire. On ignore encore s’il reste des vestiges d’une sépulture primaire. Il est établi, en tout cas, que la position dans laquelle a été trouvé le lourd couvercle de calcaire procède d’un remaniement.

9Accolé parallèlement à ce sarcophage, un deuxième (US 7046), monolithe en calcaire blanc, apparaissait ouvert, vidé de tout contenu. Il s’agit très probablement d’un sarcophage antique. Le fond de la cuve a été démaigri, sans doute au cours du haut Moyen Âge, pour ménager, en réserve deux dés parallélépipédiques formant calage céphalique. À l’origine, le sarcophage devait être fermé par une dalle semblable à celle de son voisin, comme paraissaient l’attester les restes de joint au mortier de tuileau qui nappaient tout à la fois le bord supérieur de la cuve et le chant du couvercle US 7044. Cependant et en apparente contradiction avec ces observations, on ne peut totalement exclure l’hypothèse que la dalle US 7044 ait été originellement le couvercle du sarcophage monolithe. Car il paraît avéré que dès le haut Moyen Âge le couvercle primitif avait été ôté et la cuve raccourcie dans sa longueur par la construction, en son extrémité est, d’une logette maçonnée destinée à la réinhumation d’ossements. Nombreux sont les exemples de réutilisation de tombes, maçonnées ou en sarcophage, à la période du haut Moyen Âge et bien connue est la pratique des caissons de réduction (Privati 1983).

Fig. 1 : Saint-Pierre de Moirans : vestiges du haut Moyen Âge sous la travée de chœur (cliché : A. Badin de Montjoye).

Fig. 2 : Saint-Pierre de Moirans : plan des vestiges du haut Moyen Âge sous la travée de chœur (DAO : P.-Y. Carron).

10À 1,50 m de distance, plus au sud, un troisième sarcophage, trapézoïdal, a été dégagé. La cuve monolithe et une partie du couvercle (US 7064) sont taillés dans du tuf. Seule l’extrémité est du couvercle est composée d’une dalle de schiste. Ce couvercle, que nous avons démonté, était jointoyé au mortier. La partie en tuf de celui-ci a été retrouvée brisée et effondrée. Il semblerait que ce soit le creusement de la tranchée de fondation d’un mur médiéval (US 7038) qui, en fracturant le sommet de la paroi sud de la cuve, a provoqué le basculement du couvercle. Il est à noter cependant qu’à l’aplomb de la dalle de tuf, la cuve est apparue remplie d’ossements humains mélangés, cependant que sous la dalle de schiste la partie inférieure du squelette de la sépulture primaire était encore en place. Néanmoins, ces bouleversements peuvent avoir été commis au cours du haut Moyen Âge, limités à la partie couverte par la dalle de tuf, moins lourde à déplacer.

11Si à ces découvertes on ajoute celles de deux fragments d’épitaphes en marbre d’époque mérovingienne (fig. 3), recueillis dans les dépôts liés aux inhumations de la période moderne, il apparaît bien qu’avant la reconstruction de l’église au XIIe siècle, sans doute dès les Ve-VIe siècles, l’espace était occupé par une aire d’inhumation. Dès lors, la question se pose, bien sûr, de l’existence ou non d’un sanctuaire lié au cimetière.

12Dans l’espace fouillé, un seul vestige de mur est apparu, en relation avec les tombes. Ce mur (US 7042), conservé sur quelques assises en limite nord du secteur de fouille, dessine l’amorce d’une courbe qui pourrait être celle d’une vaste abside. Sa place dans la chronologie des faits archéologiques est encore incertaine aujourd’hui. Antérieur aux constructions médiévales, il ne peut être mis en relation chronologique avec les sarcophages qu’il côtoie : la grande dalle de couvercle US 7044 paraît avoir été retaillée soit pour l’installation de ce mur d’abside, soit pour qu’elle puisse prendre place à l’intérieur de cette abside. On peut espérer que la poursuite des fouilles apportera sur ce point les précisions qui nous manquent. Il faut dire que, d’une façon générale, les vestiges du haut Moyen Âge mis en évidence dans la travée de chœur sont apparus déconnectés de tout environnement stratigraphique et leur mise en relation avec les faits imputables aux périodes d’occupation plus récentes se révèle difficile. La raison en est que c’est la vidange d’un vaste creusement, affectant la totalité de la surface de la travée de chœur, qui a conduit la fouille jusqu’à l’affleurement des sarcophages. Tout paraît montrer que ceux-ci ont fait l’objet d’une recherche délibérée qui s’est achevée par un surcreusement du terrain à l’aplomb du sarcophage US 7046. Celui-ci, en effet affleure à un niveau plus bas que tout le reste du fait de la disparition de son couvercle. La cuve était remplie du même sédiment que celui qui a servi à combler l’ensemble du creusement : un mélange de gravats et de matériaux divers provenant de la démolition de maçonneries. Deux questions se posent. La première est de savoir quand ces travaux de fouille furent réalisés. Pour avoir gravement altéré des maçonneries datables du XIIe et du XIVe siècle, ce creusement n’est probablement pas à rapporter avant la fin du Moyen Âge et peut, sans invraisemblance, être attribué à la période moderne. La seconde question, corollaire de la première, est celle-ci : à quelles fins une telle entreprise (dont les archéologues viennent d’éprouver la pénibilité !) a-t-elle été menée ? Est-ce le hasard de travaux quelconques et les effets de la curiosité qui ont eu pareille conséquence ? Avait-on conservé mémoire de la présence d’antiques sépultures susceptibles d’exaucer une quête de reliques ? Que l’événement ne soit pas trop éloigné dans le temps et il existe quelques chances qu’une recherche en archives parvienne à le documenter.

Fig. 3 : Saint-Pierre de Moirans : deux fragments d’épitaphes mérovingiennes, trouvés au cours des fouilles (cliché : A. Badin de Montjoye).

3. UNE OCCUPATION DE TYPE DOMESTIQUE

13Sur toute la longueur du bas-côté nord, la fouille a mis au jour des traces nombreuses et concordantes d’une occupation de type domestique et artisanal, antérieure à la triple nef de l’ancienne église. Il sera montré plus loin que les vestiges les plus anciens conservés de l’église médiévale sont ceux d’un chevet à large transept conçu pour un édifice à nef simple et que c’est dans un deuxième temps qu’une nouvelle nef à trois vaisseaux a été greffée à ce chevet.

14Les terrassements liés à la construction de cette dernière ont si profondément bouleversé le terrain qu’il est impossible d’établir, là où les dépôts qui nous occupent auraient pu être observés en relation avec le transept de la phase la plus ancienne, s’ils sont antérieurs ou postérieurs à celui-ci ; même si leur niveau de gisement, à quelques 15 cm en contrebas du ressaut de fondation du mur ouest du bras de transept, rend la première hypothèse vraisemblable. Ces dépôts apparaissaient sous la forme d’un sol de terre fortement durci, à la surface duquel se lisait l’empreinte en creux d’une poutre sablière de faible section (15 cm), qui devait porter une élévation en matériaux légers (clayonnage ?). En l’absence d’autres traces, il est impossible de préciser la forme et les dimensions de ce bâtiment, dont on observe que la direction nord-est-sud-ouest est sans rapport avec celle de l’église strictement orientée. C’est un incendie, probablement, qui détruisit ce bâtiment, comme le laisse supposer un épais dépôt de cendres noires.

Fig. 4 : Saint-Pierre de Moirans : foyer domestique découvert sous le bas-côté nord (cliché : A. Badin de Montjoye).

15Les vestiges que nous venons de décrire et d’autres, dégagés au même niveau dans la travée précédente, doivent être regardés comme contemporains. Ces derniers consistent principalement en un foyer construit à même la terre, accompagné de quelques lambeaux de sol. Du foyer (fig. 4), entamé au nord par la fondation du mur goutterot du bas-côté et à l’ouest par celle d’un mur moderne, les dimensions et la forme précise ne peuvent être restituées. La sole, constituée de matériaux divers liés à l’argile, est bordée au sud d’une dalle de schiste sur chant et à l’ouest par une grosse pierre calcaire oblongue marquant le côté opposé à celui devant lequel se plaçait l’utilisateur. Quoique d’orientation sensiblement décalée par rapport à celle du bâtiment que fermait la paroi sur sablière, il nous paraît peu douteux que le foyer ait appartenu à ce bâtiment, auquel il convient de restituer une longueur (ou largeur) supérieure à 7 m ou 8 m.

16Plus à l’ouest et toujours au même niveau, deux séquences successives d’occupation ont été reconnues, la première riche en tessons de céramique grise et en ossements de boucherie, la seconde marquée par des activités de type artisanal. De ces activités témoigne un dispositif très partiellement conservé dans lequel on peut reconnaître une sorte d’alandier aux parois et au fond maculés de cendres noires. Dans le dépôt cendreux du fond ont été récoltées de grandes quantités de débris ferreux. Ce dispositif aurait donc été l’instrument d’un artisanat de la métallurgie.

17Enfin, dans les deux premières travées du bas-côté, la fouille s’est achevée par celle d’un dépôt de limons fins, noirâtres, mêlés de cendres, épais de près de 0,50 m et non stratifié, dont le sommet était signalé par l’apparition, en deux points distants de plus de 5 m, d’un dispositif de calage de poteaux. Ces traces sont, avec l’empreinte de poutre sablière observée à l’extrémité opposée du bas-côté, les seules permettant d’évoquer des constructions à usage domestique, antérieures à la triple nef voûtée de l’église. De l’occupation de ces bâtiments témoigne l’importante quantité de mobilier céramique récoltée sur toute la longueur du bas-côté, au cours de la fouille des niveaux de cette période. Une période que le faciès de ce mobilier invite à placer, sans plus de précision, entre le XIe et le XIIe siècle.

4. APPROCHE ARCHÉOLOGIQUE DE L’ANCIENNE ÉGLISE (fig. coul. 9 et 10)

18Le bâtiment qui nous est parvenu se compose d’une triple nef non voûtée de cinq travées, longue de près de 30 m sur 17 m de largeur, à transept peu saillant sur lequel se greffe une abside en hémicycle cantonnée de deux chapelles rectangulaires. Un lourd clocher surmonte la première travée de la nef centrale. Cet état résulte, bien sûr, de multiples transformations. Le clocher et les chapelles latérales sont à rapporter sans hésitation à la période moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) ; l’abside et l’ensemble de la décoration intérieure sont l’apport, décidément regrettable, du milieu du XIXe siècle. Le reste de l’église, pour le gros œuvre, appartient à la période médiévale. L’étude archéologique a permis d’y distinguer plusieurs grandes phases réparties sur environ trois siècles et demi.

4.1. LE CHEVET, PREMIÈRE PHASE DE CONSTRUCTION MÉDIÉVALE (fig. coul. 10)

19Le chevet médiéval formé de deux bras de transept couverts en berceau de part et d’autre d’une travée barlongue de chœur, le tout prolongé de trois absides échelonnées, doit être considéré comme la partie la plus ancienne conservée dans l’actuel édifice, reste d’une église à nef simple de la fin du XIe siècle ou du début du XIIe. Dans le bras nord du transept et la chapelle moderne attenante, à la surface des dépôts contemporains de la mise en place de ce chevet, se lit complètement dégagé le plan complet du bras du transept roman et de son absidiole en hémicycle, autorisant une restitution symétrique du côté sud. L’abside principale, d’un diamètre légèrement supérieur à celui de l’actuelle (XIXe siècle), n’apparaît à l’intérieur conservée en élévation que sur la hauteur d’une assise, portée par une puissante semelle qui forme un ressaut d’une largeur moyenne d’1,30 m. Concernant la travée de chœur, en l’absence de tout vestige de sol lié à cette première phase, il est possible de restituer les niveaux de circulation grâce aux deux murs de chaînage enterrés qui marquent l’entrée de la travée de chœur et celle de l’abside. Les grands blocs taillés et ajustés qui en constituent les assises supérieures (lorsqu’ils sont conservés) présentent une surface plane, polie, qui atteste leur intégration aux sols de l’église. Ils formaient des emmarchements compensant des dénivelés entre la nef et le chœur et entre le chœur et l’abside. Du côté nord, ont été retrouvées les bases des supports engagés à colonnes adossées ou engagées qui recevaient la retombée des arcs d’entrée, respectivement dans l’abside et dans le chœur. La travée barlongue de chœur de la première phase romane, laquelle supportait probablement un clocher, pouvait donc être couverte d’un berceau, à moins que le clocher ne fût une tour lanterne. Outre les bases moulurées à l’entrée du chœur et de l’abside, quelques chapiteaux encore en place et les restes d’une baie préservée dans l’élévation externe de l’abside conduisent à proposer une datation comprise entre la fin du XIe siècle et le milieu du XIIe.

4.2. LA TRIPLE NEF VOÛTÉE ROMANE ET LES TRANSFORMATIONS ULTÉRIEURES

20La fouille a révélé, à la base du mur goutterot du bas-côté nord, les restes de supports engagés qui recevaient la retombée d’arcs doubleaux, déterminant six travées. La triple nef voûtée ainsi greffée au chevet plus ancien, datable du dernier tiers ou quart du XIIe siècle, avait les dimensions de celle qui nous est parvenue. Des travaux récents de ravalement des parois externes de l’église ont fait apparaître les vestiges de deux baies, une dans chacun des demi-pignons qui ferment les extrémités orientales des bas-côtés. Largement ébrasées vers l’intérieur, ces fenêtres prodiguaient la clarté du jour sous les voûtes des collatéraux. Attendu la hauteur à laquelle elles s’ouvraient, on déduit que ces voûtes régnaient presque au même niveau que celles de la nef centrale. Cette église voûtée, de type halle (fig. coul. 10), n’a connu qu’une brève existence, avant une reconstruction complète du vaisseau central de la nef.

21C’est cette reconstruction, très probablement, qui a justifié une nouvelle consécration de l’édifice en 1333, consécration dont le souvenir est conservé par une inscription lapidaire déposée dans la sacristie de l’actuelle église de Moirans. Désormais non voûtée (fig. coul. 10), la nef centrale, divisée en 5 travées et non plus 6, prend jour directement au-dessus des toitures fortement rabaissées des collatéraux (qui ont également perdu leurs voûtes). Dans le même temps l’abside est entièrement reconstruite, sur un plan plus étroit, en prenant appui sur le ressaut de fondation intérieur de l’abside romane.

22Des transformations de la fin du Moyen Âge et de la période moderne, révélées tant par la fouille que par l’observation des élévations et dont rend compte le plan général (fig. coul. 9), le détail ne peut être exposé ici.

23Insistons pour conclure sur les aspects les plus enrichissants : la révélation d’un gisement de la période mérovingienne qui pourrait fort bien être lié à une église baptismale rurale, celle d’une occupation de l’enclos circulaire de l’église (du XIe siècle ?), liée peut-être aux débuts de la vie de l’établissement prieural, constituent autant de pistes de recherche à continuer de parcourir.

Bibliographie

Bibliographie

Allmer A., Terrebasse A. (de) 1895. Inscriptions antiques et du Moyen Âge de Vienne en Dauphiné. III. Paris : E. Thorin. 4 vol.

Baudreu D., Cazès J.-P. 1994. Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude. In Fixot M., Zadora-Rio É. (dir.). L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales : actes du IIIe Congrès d’archéologie médiévale, Aix-en-Provence, 28-30 septembre 1989. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 88. (Documents d’archéologie française ; 46).

Chevalier U. 1913-1926. Regeste dauphinois ou répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l’histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l’année 1349. Valence : Impr. valentinoise. 7 vol.

Chomel V., Montjoye A. (de) 1983. Église Saint-Pierre de Moirans. Ville de Moirans. Dactylographié.

Cursente B. 1994. Église et habitat dans les villages gascons. In Fixot M., Zadora-Rio É. (dir.). L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 124. (Documents d’archéologie française ; 46).

Descombes F. 1986. Notices no 59 et 60. Archéologie chez vous 5. Grenoble : Centre archéologique historique des musées de Grenoble et de l’Isère, p. 16.

Fixot M., Zadora-Rio É. (dir.) 1989. L’église, la campagne, le terroir. Paris : CNRS. 156 p. (Monographies du CRA ; 1).

Fixot M., Zadora-Rio É. (dir.) 1994. L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales : actes du IIIe Congrès d’archéologie médiévale, Aix-en-Provence, 28-30 septembre 1989. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme. 177 p. (Documents d’archéologie française ; 46).

Marion J. (éd.) 1869. Cartulaires de l’église cathédrale de Grenoble dits cartulaires de saint Hugues. Paris : Impr. impériale. [s. p.].

Montjoye A. (de) 1997. Le site de l’ancienne église Saint-Pierre de Moirans. Grenoble : Conservation du patrimoine de l’Isère – Centre d’archéologie. Dactylographié.

Privati B. 1983. La nécropole de Sézegnin [Avuzy-Genève, IVe-VIIe siècle]. Genève : A. Jullien ; Paris : Champion-Slatkine. 81 p. (Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève. Série in-4 ; 10).

Saint-Andéol F. (de) 1866. Découverte d’objets antiques à Moirans. Bulletin de l’Académie delphinale, 3e série, I, p. 206-210.

Vaillant P. 1951. Les libertés des communautés dauphinoises, des origines au 5 janvier 1355. Paris : Libr. du Recueil Sirey. 677 p.

Notes

1 L’aide et les encouragements constants du maire de Moirans, Gérard Simonet, n’ont cessé de nous être prodigués, des débuts de cette aventure jusqu’à aujourd’hui. Je tiens à redire ici toute ma gratitude à son endroit.

2 Ce travail a été conçu avec l’aide et l’appui de Benoît Helly, ingénieur d’étude au Service régional de l’archéologie de Rhône-Alpes, auquel nos projets doivent en grande part d’avoir abouti.

3 Le chantier archéologique de Moirans est depuis ses débuts le produit d’un travail d’équipe. La fouille des très nombreuses sépultures et les études anthropologiques ont été réalisées jusqu’en 2008 sous la direction de Michel Signoli (UMR 6578), puis à partir de 2011 par Germaine Depierre (UMR 5594) et Denis Bouquin (Service archéologique de Reims-Métropole). Le traitement numérique de toute la documentation graphique est l’œuvre de notre collègue Pierre-Yves Carron. Que tous, ainsi que les nombreux étudiants et bénévoles, trop nombreux pour être nommés, trouvent ici l’expression amicale de ma reconnaissance.

4 Les résultats de la fouille de sauvetage urgent qui fut alors conduite par M. Giffault ont été pour partie publiés dans Archéologie chez vous 5. Cantons de Rives et de Tullins (Grenoble : CAHMGI, 1986, p. 12-14). Une nouvelle interprétation de ces vestiges et une synthèse sur le passé gallo-romain de Moirans ont été élaborées par B. Helly, reprises dans l’ouvrage collectif Moirans (Imprimerie Maury, 2005, p. 10-12).

5 Il n’a pas été publié, malheureusement, de compte rendu détaillé de cette opération.

6 Cette période est, nous le verrons, bien représentée dans l’architecture de l’édifice qui nous est parvenu.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Saint-Pierre de Moirans : vestiges du haut Moyen Âge sous la travée de chœur (cliché : A. Badin de Montjoye).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 2 : Saint-Pierre de Moirans : plan des vestiges du haut Moyen Âge sous la travée de chœur (DAO : P.-Y. Carron).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3715/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 3 : Saint-Pierre de Moirans : deux fragments d’épitaphes mérovingiennes, trouvés au cours des fouilles (cliché : A. Badin de Montjoye).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3715/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4 : Saint-Pierre de Moirans : foyer domestique découvert sous le bas-côté nord (cliché : A. Badin de Montjoye).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3715/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

Auteur

Conservateur en chef du patrimoine, Service du patrimoine culturel du Conseil général de l’Isère

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search