Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 1 : L'église de l'antiquité tardive à l'époque romane

Saint-Aubin (Côte-d’Or), nouvelles recherches sur un « oratoire » méconnu du Xe siècle

Christian Sapin

Texte intégral

  • 1 J’avais eu l’occasion de présenter Le cas de Saint-Aubin à C. Heitz lors d’un séminaire de l’univer (...)
  • 2 Hilde Claussen et Uwe Lobbedey de Munster, Irmingeard Achter et Leo Scheffer de Bonn, Hans Rudolf S (...)
  • 3 Compte-rendu de C. Heitz sur ces visites et la séance qui a suivi à Paris : Heitz C., Heber-Suffrin (...)

1Le site de Saint-Aubin en Côte-d’Or, à une quinzaine de kilomètres au sud de Beaune, n’a pas la célébrité de la ville bourguignonne, même si on y cultive un excellent vin comme dans beaucoup de contrées de cette côte aujourd’hui viticole. Si l’on prend le temps de regarder son église récemment restaurée, « celle-ci vaut également le détour » comme disent les guides touristiques. C’est un tel détour que nous avions fait en mai 1976 en compagnie de Carol Heitz1, d’éminents chercheurs étrangers2, de Jean-François Reynaud et moi-même. C’est à la fois ce souvenir d’il y a 35 ans que je voudrais partager avec J.-Fr. Reynaud et plus encore les résultats des derniers travaux, encore inédits, que j’ai pu y mener à plusieurs reprises depuis cette période. Cette visite, relatée dans le second cahier du Centre de recherches sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge3, a en outre été le point de départ de bien des réflexions et orientations de recherches que j’ai pu mener en Bourgogne et ailleurs. C’est également la notion de partage des idées, différente des cours magistraux, qui s’imposait à l’étudiant que j’étais, partage poursuivi depuis avec plusieurs collègues de cette première heure toujours présents parmi nous, comme Hans Rudolf Sennhauser, Uwe Lobbedey et bien sûr J.‑Fr. Reynaud.

1. LES PREMIÈRES RECHERCHES

  • 4 Soulignons qu’un tel travail collectif n’était pas courant à l’époque.
  • 5 Après avoir été inscrit à l’Inventaire supplémentaire en 1970, à la suite des premières observation (...)
  • 6 Ces travaux sans réelle approche archéologique des élévations n’ont pas fait l’unanimité avec des c (...)

2Les premières recherches révélant l’intérêt de l’édifice ont été lancées par un groupe de chercheurs de Dijon soucieux, à juste titre, de faire connaître ses particularités (Colombet et al. 1970)4. Ces recherches entraînèrent une prise de conscience de l’intérêt de l’édifice avec sa protection juridique5 et les premiers travaux de restauration (Marouzé 1976)6.

  • 7 Autorisée par le SRA de Bourgogne en février 1974, la fouille s’achèvera en octobre 1975.

3En 1975, toujours dans cet élan de découverte des années 70 des fouilles archéologiques, sous la direction de M. Gili ont permis de retrouver le chevet originel avec son abside et de mettre au jour les sépultures médiévales et modernes présentes dans une partie de la nef7.

2. LES SOURCES

  • 8 Bulle du Pape Eugène III, Jaffé, no 9326.
  • 9 Prébendes célébration de messes au Moyen Âge.
  • 10 Travaux au clocher.
  • 11 Travaux divers après 1860.

4Une bulle tardive de 1147, due au pape Eugène III, mentionne pour la première fois le vocable de l’ecclesia sancti Albani de Oratorio8. On retrouve ce terme d’Oratorio dans les actes les plus anciens du chapitre de Notre-Dame de Beaune, entre 1149 et 1174 (Arch. dép. Côte-d’Or, G 2469). Mais l’historien de la Bourgogne, Courtépée, fait référence, à propos de Saint-Aubin, à une tradition beaucoup plus ancienne qui veut que ce soit le duc Henri de Bourgogne (965-1002) qui donna le patronage de cette église aux chanoines de Beaune (Courtépée 1775-1781, II, p. 346). Aucun document dans les archives de la communauté n’éclaire plus précisément sur l’origine du site (Arch. dép. Côte-d’Or, G 2612, G 2621, G 29039 ; C 953, G 284710 ; M11). On serait tenté d’y voir la constitution ou l’affirmation à cette date de la paroisse sans pour autant connaître l’origine même du lieu et le sens particulier de Oratorio, si ce n’est l’hypothèse de la dépendance d’une riche demeure privée. Jean Marillier, qui voyait sous le terme d’oratorium la désignation d’une annexe, a surtout rappelé dans l’article commun de 1969 que c’est à l’époque carolingienne que se développe en Bourgogne le culte de saint Aubin, par le fils du prévôt de Saint-Aubin d’Angers (Colombet et al. 1970, p. 298). Le site au sens large, carrefour de plusieurs voies, a toutes les chances de s’inscrire dans une occupation encore beaucoup plus ancienne, dès la protohistoire et l’Antiquité comme l’atteste l’archéologie et le mobilier retrouvé au XIXe siècle et, plus encore, à l’époque mérovingienne avec la découverte de nombreuses sépultures et de sarcophages mérovingiens, et de mobilier typique du VIIe siècle (Provost 2009, p. 112-113).

3. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE L’ÉDIFICE ACTUEL (fig. coul. 5)

  • 12 Celle-ci est visible sous la dalle de béton qui couvre l’emplacement de la fouille de la partie ori (...)
  • 13 Travaux de 1834 répondant à l’accroissement de la population.
  • 14 Retrouvée lors des fouilles de 1975, celle-ci avait une épaisseur de mur de 0,90 m.
  • 15 Accessible jusqu’en 2008 par un escalier maçonné appuyé à l’extérieur contre le mur nord de la nef.

5Le plan de l’édifice actuel est composé, d’ouest en est, d’une tour-porche, d’une nef unique ouvrant sur un massif à deux niveaux dont le rez‑de‑chaussée, avec sa travée centrale, ouvrait sur une simple abside découverte en fouille12. Au-delà, l’église, agrandie au XVe siècle vers l’est de deux travées avec un chevet plat et une sacristie (XVIe siècle), est à nouveau allongée de deux travées au XIXe siècle (Arch. dép. Côte-d’Or, IV, O 541/2)13, tandis que les voûtes d’ogives gothiques sont remplacées par un berceau de plâtre et bois. Ces phénomènes d’agrandissements n’ont pas eu d’effet sur la morphologie principale de la nef et de son curieux chevet à deux niveaux. Les volumes extérieurs ne permettent pas d’avoir une idée de la distribution, mais simplement de réaliser par les masses, traitées par les enduits de manières différentes lors de la dernière restauration, la complexité générale de l’édifice. C’est en entrant dans la nef par la porte sud que l’on découvre la simplicité de l’espace de la nef unique de 10 m sur 6,50 m, prise entre le clocher occidental et le massif oriental. Ses murs de 0,80 m d’épaisseur s’élèvent à 7,50 m pour soutenir une charpente aujourd’hui apparente. On distingue également pour celui-ci les ouvertures hautes du chevet supérieur. Ce dernier reproduit le plan inférieur constitué d’une travée droite encadrée de deux petites salles, chapelle ou oratoire à chevet plat. Voûtées en berceau, elles communiquent avec la partie centrale par de larges arcades en plein cintre. Le niveau originel étant plus bas qu’aujourd’hui de près d’1 m, il faut les reconstituer plus élancées. Ces augmenta latéraux sont éclairés par des baies en plein cintre depuis l’est, tandis que l’espace central aujourd’hui ouvert vers le chevet moderne se termine par une abside14. Le niveau supérieur15, conçu selon le même plan, présente un espace central surélevé par rapport aux oratoires latéraux ; le chevet à ce niveau est plat, avec une baie ouvrant sur le comble du chœur reconstruit au XVe siècle. Avant les premiers travaux de 1975, on ne pouvait, depuis la nef, deviner la présence de la grande baie centrale qui ouvrait sur ce sanctuaire supérieur ; pas plus que les accès latéraux plus étroits. Ceux-ci ont été dégagés à l’époque, mais pas l’ouverture centrale qui était alors coupée dans sa partie supérieure par le plafond de plâtre et bois, établi au XVIIe siècle sous les entraits de la charpente. La restauration récente de 2008, dirigée par Éric Palot, architecte en chef des Monuments historiques, en faisant disparaître le plafond et en restaurant la charpente, a redonné une meilleure ampleur au chevet primitif (fig. 1).

Fig. 1 : Oratoire Saint-Aubin : intérieur de la nef, vue vers le massif oriental (cliché : E. Pallot, 2008).

6Dominant l’ancien chevet, un clocher de plan carré présente deux niveaux d’étages. Le premier, toujours enduit, comporte une niche sur la face ouest ; sur chaque face du niveau supérieur, une baie géminée avec un chapiteau décoré. Le sommet du clocher, lui-même séparé des niveaux inférieurs par une corniche à rang de modillons réguliers, est constitué d’une flèche en pierre à quatre niveaux, scandés par trois cordons. Le deuxième niveau comporte une baie étroite en plein cintre.

Fig. 2 : Oratoire Saint-Aubin : relevé du mur extérieur nord de la tour occidental (DAO : V. Hontcharenko, Cem 2008).

4. ÉTUDE ARCHÉOLOGIQUE DU BÂTI

  • 16 À plusieurs reprises le Centre d’études médiévales d’Auxerre est intervenu pour précéder ou suivre (...)
  • 17 Après cette première notice, le passage à Saint-Aubin du Congrès archéologique de France de la SFA (...)

7Les récentes observations, relevés et analyses (Mercier 2007 ; Hontcharenko 2008)16 permettent d’aller plus loin que les premières approches qui s’étaient faites sans archéologie du bâti ou de façon très limitée (Sapin 1986, p. 137-140, p. 160 ; Sapin 1999)17. Deux parties firent plus précisément l’objet de nouvelles investigations, le mur extérieur nord de la nef et la tour à l’ouest, ceci en attendant, un jour prochain, des compléments dans les élévations orientales qui n’ont pu être relevées avec autant de précision que pour la partie haute de l’arcade ouvrant sur la nef.

4.1. LA TOUR OCCIDENTALE

8De plan carré, la tour ouest était jusqu’à présent enduite sur toutes ses faces, à l’extérieur comme à l’intérieur et ne permettait pas d’affirmer ou d’infirmer des hypothèses. Seuls certains éléments nous avaient déjà fait rattacher une partie de la tour, au moins, à un état primitif (Sapin 1999, p. 186). L’enlèvement de la maison, accolée au nord, qui permet cette fois l’accès à presque toutes les parois et maçonneries d’origine étudiées a permis d’aller plus loin dans l’approche de cette partie de l’édifice.

9Au rez-de-chaussée, les recherches de 2008 ont permis de préciser la présence d’une large ouverture originelle dans le mur nord, ouverture bouchée qui auparavant avait subi un important incendie. Une ouverture équivalente à celle-ci (1,87 m de hauteur et 1,70 m de largeur) semble, d’après un sondage limité au sol, avoir existé également à l’ouest, avant d’être reconstruite à l’époque moderne. Le sondage a révélé de nombreuses reprises des sols et des vestiges de chantier. En outre, l’analyse du côté nord de cette tour, où se devinait le passage bas, a montré que le chaînage d’angle était repris et montrait plusieurs désordres révélant, probablement à cet endroit, l’emplacement d’un mur ouest, lié originellement à l’angle nord-ouest de la tour et aujourd’hui disparu.

10À l’étage, après avoir reconnu un volume initial d’environ 3 m sur 3 m, plus large qu’au rez-de-chaussée, nous avions décrit une grande baie au nord construite en plein cintre d’1,04 m de largeur. Avec ses larges claveaux irréguliers, confortée et reprise à la fin de l’époque médiévale, elle est aujourd’hui restaurée et visible de l’extérieur (fig. 2). On imagine que cette ouverture fournissait dès son premier état un accès privilégié à l’étage de la tour depuis une construction disparue au nord, remplacée par des habitations modernes. Par ailleurs, on n’imagine pas une galerie ou un simple « balcon » de ce côté sans relation avec un habitat. De plus, cette ouverture est le seul accès à l’étage en dehors d’un accès possible depuis une galerie qui serait à restituer depuis la nef (cf. infra).

11La libération des lieux jusqu’alors habités nous a permis de mieux comprendre la morphologie des espaces et la chronologie de leurs ouvertures. En effet, outre la baie nord, nous avions noté, à l’est, une petite ouverture très bien aménagée, pratiquée dans toute l’épaisseur du mur et destinée apparemment à permettre une vision en direction du chœur. Nous nous étions alors demandé si cette disposition sous son habillage moderne ne renvoyait pas à un système plus ancien dès l’origine. Les derniers examens allaient confirmer cette hypothèse. En effet, à partir des enduits, le travail archéologique s’est montré riche d’enseignements (Hontcharenko 2008, note 20). Un examen attentif s’est traduit par une reconnaissance des divers enduits superposés et par l’apparition d’une large ouverture d’1,76 m (pour environ 1,85 m de hauteur) bouchée et donnant sur la nef (Hontcharenko 2008, détails de la description stratigraphique et des mortiers ; fig. 3). L’arcade est constituée de moellons plus ou moins réguliers et allongés, liés par un mortier granuleux beige, rosi en surface. On retrouve la technique en tas de charge utilisée pour le montage des claveaux des baies du mur sud et du grand arc oriental ; le mortier est également le même. L’intrados de l’ouverture est préservé grâce au bouchage avec son enduit originel d’environ 1 cm d’épaisseur, enduit granuleux fin et rosé, supportant un badigeon grisé. Ici, comme en d’autres endroits de l’édifice, les pierres ou les enduits traduisent l’existence d’un incendie. L’appui de l’ouverture n’a pu être retrouvé car la partie inférieure des piédroits est reprise. Du côté de la nef, un sondage a permis de retrouver le piédroit nord et de situer, grâce à la chronologie des enduits, son bouchage en même temps que le percement d’une ouverture dans l’angle nord-ouest.

12Au dernier niveau de la tour, la restauration a mis en évidence une continuité de la construction, contrairement à ce que l’on imaginait jusqu’à présent avec l’idée que ce dernier niveau alors enduit, plus étroit avait été ajouté. En réalité, il s’agit au contraire d’une base raccourcie du dernier étage d’un premier clocher. Il subsistait le départ des baies géminées et remployées dans les bouchages des éléments de base de colonnettes. L’existence de ces baies est aujourd’hui simplement suggérée dans l’enduit de la restauration de ce dernier niveau (fig. coul. 5).

4.2. LES MURS GOUTTEREAUX DE LA NEF

13Au nord, de l’intérieur de la nef, on ne pouvait soupçonner que ce mur avait été pratiquement reconstruit, comme cela est apparu depuis l’extérieur, objet d’une première campagne de restauration (Mercier 2007). L’étude des maçonneries a redécouvert un appareil relativement homogène de moellons peu épais et de forme allongée, sans traces de taille particulière avec un mortier de chaux de couleur beige (Mercier 2007, p. 7). Cette maçonnerie n’est apparue chaînée ni avec le transept ni avec la construction de la maison d’habitation alors en place à l’ouest. Six corbeaux ont retenu l’attention dans l’étude du mur. Relativement alignés, ils se trouvent à environ 1 m du sommet du mur et suggèrent une couverture d’un bâtiment ou d’une galerie extérieure à l’église. La présence dans ce mur d’une baie médiévale à coussiège ouverte vers l’intérieur de l’église, que l’on ignorait jusqu’à présent, renforce l’idée d’un usage extérieur de ce côté du bâtiment (fig. 4). Notons que sa disposition et son orientation sont conçues pour diriger le regard de celui qui est assis, non vers le chœur, mais vers la partie occidentale de l’édifice. Nous reviendrons sur cette constatation dans nos conclusions, mais la cohérence de l’ensemble nous invite à retenir pour le mur nord une reconstruction quasi complète, au moins de sa partie supérieure, autour des XIIIe-XIVe siècles, selon la typologie des formes et des traces d’outils pour la taille des pierres. Son débordement sur l’ancien accès nord au chevet supérieur avait déjà été souligné comme preuve d’une reprise, mais dont on ignorait l’importance (Marouzé 1976). Plus à l’ouest, un renfoncement régulier dans la maçonnerie d’origine du mur est comblé avec un blocage de moellons liés à l’argile. Plus bas, une césure également bouchée à l’argile sépare, sur 0,50 m, le mur de la construction nord-sud. Ces deux éléments attestent plusieurs phases de reprises de cet angle. L’étude intérieure, limitée à cet angle, a permis à ce niveau de retrouver les traces d’une porte (environ 2 m de haut pour 1,04 m de large au sommet surbaissé), située en chronologie relative par les maçonneries, les mortiers et les enduits entre le XIVe et le XVIe siècle. Cet accès est à mettre en relation avec les observations faites sur une occupation haute contre le mur gouttereau nord et, probablement, avec un accès vers l’intérieur pour une galerie ou pour rejoindre le chevet supérieur. En effet, à cette étape, l’arcade ouest était déjà bouchée d’après la chronologie des matériaux. Toujours dans cet angle, plus bas, subsistait une partie de la maçonnerie originelle du mur mais avec de fortes traces de calcination des pierres et du mortier.

Fig. 3 : Oratoire Saint-Aubin : coupe ouest-est sur la tour occidental et massif oriental (DAO : V. Hontcharenko, Cem 2008).

Fig. 4 : Oratoire Saint-Aubin : mur nord, vue de la baie à coussiège (cliché : J. Mercier).

Fig. 5 : Oratoire Saint-Aubin : relevé du mur sud de la nef (DAO : J. Mercier, Cem, 2007).

14Également, à l’intérieur du côté nord, l’enduit refait ne comporte pas de trace d’un escalier d’accès au chœur supérieur, mais la porte ouverte vers l’extérieur et les observations précédentes, faites pour l’extérieur, indiquent bien que cet escalier nécessaire a dû disparaître avec la réédification du mur. Des vestiges de superposition de badigeons (9 couches) et de décors peints, les restes d’une croix de consécration du XVIIe siècle et une litre funéraire du XVIIIe siècle, en particulier, ont pu être identifiés par sondages (rapport Arcams 2008).

15Au sud, c’est également par l’étude extérieure, relevés et analyse des mortiers que l’on a pu confirmer la contemporanéité du mur sud avec le premier état de l’église. On savait, par les observations de l’archéologue Gili en 1975, que ce mur côté intérieur était en partie en opus spicatum. Si cette partie intérieure n’est plus visible, c’est à l’extérieur que l’on a pu, après enlèvement de l’enduit moderne, observer la même mise en œuvre avec un appareil de petits moellons allongés placés en opus spicatum, notamment dans la partie inférieure du mur et à proximité des baies (fig. 5, relevé). Dans ce mur, les trois baies connues, bien qu’en partie bouchées à l’argile et réduites, se sont révélées plus importantes en dimensions. Elles varient, pour la hauteur sous l’arc, entre 1,30 m et 1,36 m et, pour leur largeur, entre 0,76 m et 0,82 m. Elles emploient le même type de moellons allongés et plats et sont cohérentes avec la phase du chantier de construction du mur. Après enlèvement du bouchage, l’une d’entre elles, à l’ouest, conservait un enduit de finition à la chaux probablement d’origine. On a pu repérer une étape de chantier, lors de la construction des cintres des baies, le mortier liant les moellons formant les arcs a eu le temps de sécher avant la mise en place des assises continues.

16La maçonnerie du piédroit ouest de la porte originelle a été retrouvée. Le départ de son cintre en retrait rappelle les formes outrepassées d’ouvertures du haut Moyen Âge. Elle a été remplacée par une porte à linteau droit et bordure chanfreinée, probablement aux XIIIe-XIVe siècles. La restauration a privilégié ce second état.

17Le chaînage d’angle nord-ouest inférieur de ce mur sud utilise des pierres de taille de remploi de grand format et a été repris sur une hauteur de 5 m. Cependant, au-dessus, la liaison entre la construction du mur en retour et de la tour semble pouvoir être établie, pour une partie, depuis que les enduits modernes ont été enlevés. La présence d’une baie à chanfrein, dans le retour ouest du mur gouttereau, indique une reprise à ce niveau. On a pu se demander si l’angle formé avec la tour n’a pas fait l’objet d’une construction médiévale, adjonction dont témoigneraient les reprises de maçonneries.

18Notons enfin que la présence de grands corbeaux de pierre, dans les murs sud et nord suggère des supports d’origine pour la structure, probablement en relation avec la reprise du chantier et de la charpente. Les enduits, refaits à la fin du Moyen Âge, ne permettent pas de les situer précisément en chronologie car leur insertion est cachée, pas plus qu’ils ne permettent de reconnaître, au sud comme au nord, les traces d’encastrement d’accès primitifs au chevet supérieur.

4.3. LE PIGNON ORIENTAL DE LA NEF

19Au moment de la reprise de la charpente, de nouvelles observations ont pu être faites sur la partie supérieure du massif oriental et, en particulier, sur son grand arc dans les lacunes du dernier enduit blanc. On retrouve dans la construction de celui-ci le même principe décrit pour les baies du mur gouttereau sud : des pierres plates allongées, plus ou moins équarries, de grandes dimensions dans ce cas (plus de 0,50 m de longueur), posées en tas de charge et prises dans un mortier de chaux granuleux blanc (fig. coul. 6). Son aspect rose en surface visible actuellement doit venir d’une rubéfaction. Il n’y a pas réellement de clef de voûte : l’arc est fermé par un assemblage de pierres longues et courtes. Au nord, comme au sud, des mortiers différents s’expliquent par des reprises ou des liaisons avec le mur gouttereau.

4.4. L’ANCIEN CHŒUR À DEUX NIVEAUX

20Cet arc ouvre sur la partie supérieure de l’ancien chœur à deux niveaux. Cette ouverture est bouchée dans sa partie inférieure actuellement mais on voit très bien comment l’arc se continuait. Ce dispositif avait été remarqué lors des premières études. Durant les dernières campagnes, à la différence de l’arc cité plus haut, aucun relevé n’a pu être fait à ce niveau. Ces espaces supérieurs restent à être restaurés et à être étudiés plus attentivement lors de futurs travaux. Il est toutefois possible d’admettre qu’à la différence de la zone occidentale, l’essentiel est déjà perceptible depuis les campagnes de dégagement de 1975 et encore plus aujourd’hui.

4.5. LES DIFFÉRENTS ÉTATS DE L’ÉGLISE (fig. coul. 7)

21En résumé, à la suite de ces derniers examens, se confirme l’existence d’un premier état cohérent. Rappelons que les fouilles de 1975 n’avaient pas permis de retrouver une occupation antérieure et qu’en dehors de l’abside originelle, elles avaient surtout permis de découvrir les sépultures médiévales et modernes nombreuses dans la nef. Celle-ci n’a alors été fouillée que dans sa moitié sud ; des traces pas toujours décelables d’installations primitives pourraient exister au niveau de la plate-forme rocheuse dans la partie nord non explorée.

22Le premier état bâti, décelé par l’étude des élévations, constitue ainsi une construction homogène parfaitement restituable. Elle est composée d’une nef unique charpentée, éclairée par trois baies au sud. À l’ouest, une tour porche domine l’entrée avec des fonctions particulières et séparées entre les niveaux qui la constituent : rez-de-chaussée d’accès à l’église par l’ouest et par le nord ; premier niveau haut et voûté en berceau, ouvert par une large arcade vers la nef et accessible depuis le nord ; second niveau comportant des baies géminées, pouvant servir de clocher. À l’est, un chevet à deux niveaux déjà reconnu comporte, de part et d’autre d’un sanctuaire, des oratoires à chevet plat avec des accès étroits.

23Ce premier état se caractérise par l’utilisation d’un appareil de pierres calcaires de format plat et allongé, très peu ou pas équarries, posées en assises réglées ou partiellement disposées en opus spicatum. Cet appareil est lié par du mortier de chaux granuleux de couleur beige relativement compact et dur. Les piédroits des principales ouvertures sont réalisés avec des blocs de moyen appareil en arkose. Un enduit de chaux assez épais recouvrait les maçonneries avec un badigeon blanc ou gris.

  • 18 Date C14 calibrée : 782 cal AD – 1028 cal AD avec 96 % de probabilité entre 860 cal AD et 1028 cal (...)

24Le premier état de construction de l’édifice correspond, selon le plan, les caractères et la technique des maçonneries, à une réalisation du Xe siècle, au plus tard du dernier quart du Xe-début du XIe siècle. On trouve des éléments de comparaison, comme le système de baies avec des claveaux non taillés établis en tas de charge, à Saint-Père près de Vézelay, Saint-Clément-sur-Guye, Saint-Mayeul de Cluny, que de nombreux indices invitent à situer également au Xe siècle (Sapin à paraître). Les résultats des radiocarbones, faits sur les charbons de bois prélevés dans le mortier originel du mur sud, offrent deux pics de probabilité assez probants dans le Xe, entre 860 et 1028 (rapport Archéolabs 2007)18.

25Un deuxième état semble n’avoir concerné que la reprise (ou l’établissement) du clocher oriental, que l’on situe, par la mise en œuvre et le décor des chapiteaux, dans la fin du XIe ou au début du XIIe siècle.

26Un troisième état a succédé à un important incendie de l’ensemble de la construction dont nous avons pu observer les effets aux cours des deux campagnes de 2007 et 2008. Cet incendie a aussi pu avoir eu un effet sur la structure supposée au sud-ouest de la tour. Parmi les reprises qui ont suivi, en dehors de la partie supérieure du mur nord : sans doute un nouvel accès au chevet supérieur, les baies des chapelles basses nord et sud, la porte de la nef au sud, la reprise du chaînage sud et l’insertion d’une baie à ce niveau. Ces reprises, datables des XIIIe-XIVe siècles, seront suivies de la reconstruction du chevet et de divers réaménagements internes, bouchage de baies, réduction de certaines fenêtres et réfection d’enduits, avec un décor de faux joints blanc sur un fond rouge.

27Le grand intérêt de la redéfinition d’une phase médiévale de reconstruction est la présence de certains aménagements dont on mesure l’importance vis-à-vis de l’usage liturgique du lieu. La baie à coussiège orientée vers la tour et son étage, puis la transformation de l’ouverture de la baie occidentale réduite à une petite fenestella nous interrogent non plus sur le seul massif oriental, mais sur cet autre pôle à l’ouest. Les travaux, qui doivent se poursuivre un jour au sol, n’ont pas déterminé l’emplacement d’un autel, mais la direction donnée par la baie gothique peut le laisser entendre. En même temps, s’ouvre en parallèle la question de l’usage de la partie de construction disparue au nord qui pourrait remonter à l’origine. Nous sommes en présence d’un double système avec des positions privilégiées pour des privilégiés.

4.6. UN ORATOIRE D’EXCEPTION

  • 19 Donation, au début XIIIe siècle (1203 ?), pour 4 messes par an ou, en 1401, pour 2 messes (Arch. dé (...)

28En conclusion, nous ne pouvons que souligner le caractère exceptionnel, au sens premier du terme, de cette construction. Son plan et sa morphologie, dont nous avons vu la cohérence, traduisent nécessairement une liturgie particulière. On a fait des rapprochements, dans les premières études des années 1970, avec les massifs occidentaux ou les cryptes carolingiennes. Ceci n’était pas incohérent, mais l’analyse récente du bâti nous invite à aller plus loin dans la compréhension de cet édifice que l’on situera pour l’essentiel au Xe siècle. On sait désormais qu’il existait dès l’origine une relation d’équivalence au moins visuelle entre l’étage du clocher et l’étage du massif. Si l’on peut imaginer une tribune privilégiée à l’ouest face à un lieu de célébration ou de vénération, on doit admettre la possibilité inverse. On relève en même temps une complexité des accès, séparés à plusieurs niveaux, qui va perdurer ou se transformer au cours du Moyen Âge. Alors qu’aucun texte d’archives ne nous aide vraiment, l’archéologie permet de structurer notre réflexion en cherchant des réponses et en proposant des hypothèses. Par exemple, on peut se demander si l’oratoire au statut peut-être privé à l’origine (avant cet édifice) n’a pas cherché à capter des paroissiens et autres fidèles, avec des présentations de reliques. Le massif oriental, complexe à édifier, ne peut se concevoir sans une volonté de multiplier les autels autour d’un culte qui attire des populations. Est-ce que des reliques étaient aussi présentées à ce niveau, ou dans la partie occidentale à l’étage ou bien les deux ? On peut d’autant plus se le demander qu’en dépit des destructions qui ont suivi l’incendie, on maintient cette disposition complexe d’accès vers le niveau haut. Plusieurs mentions d’archives font encore état de donations aux XIIIe et XVe siècles pour des messes à célébrer en cette église, mais pas plus que dans bien des églises contemporaines19. D’autre part, la donation de l’église aux chanoines de Beaune par le duc Henri peut aussi signifier l’abandon d’un lieu de culte contrôlé jusqu’à présent par le pouvoir avec une résidence attachée. Beaucoup de questions restent en suspens et nous devons considérer que l’église de Saint-Aubin fait partie des cas particuliers à verser au riche dossier des églises et tour-porches et autres avant-nefs (Reinhardt, Fels 1933 ; Reinhardt 1937 ; Sapin 2002), comme à celui des chœurs post carolingiens en Europe ; ceci en attendant d’autres avancements sur cet édifice, notamment lors de la campagne de travaux qui concernera, dans quelques années, l’intérieur de la nef.

Bibliographie

Bibliographie

Sources manuscrites

Paris, Archives de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine :
– casier archéologique : 1996/025/0238 ;
– restaurations des toitures du chœur : 2004/003/0017 ; 2001/003/0006 ; 1998/001/0007 (étude préalable) ;
– deuxième phase de travaux 2004/002/0001 ;
– demande de protection 0081/021/068 ;
– plans et relevés : 1999/045/0018 ;
– clocher dit rhomboïdal vue orientale : 1996/096, cliché MH 0297965.

Archives départementales de la Côte-d’Or (Arch. dép. Côte-d’ Or) :
– prébendes célébration de messes au Moyen Âge : C 953 ; G 2612, G 2621, G 2903 ;
– travaux au clocher : G 2847 ;
– travaux divers après 1860 : M.

Études

Colombet A., Garetta J., Gras P., Marillier J., Vignier F. 1970. L’église de Saint-Aubin. In Mémoires de la Commission des antiquités du département de la Côte-d’Or, 1963-1969. XXVI.

Dijon : Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, p. 297-304.

Courtépée Cl. 1775-1781. Description générale et particulière du duché de Bourgogne. Dijon : L. N. Frantin. 6 vol. 2e éd. 1846.

Hontcharenko V. 2008. Rapport final d’opération, juillet 2008. Rapport de fouille, DRAC Bourgogne/SRA.

Marouzé J.-M. 1976. Notice descriptive de l’église de Saint-Aubin en Côte‑d’Or, d’après les recherches effectuées depuis 1970 et au cours des travaux de restauration 1975-1976. Paris : Archives de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, ms. 16 octobre 1976.

Mercier J. 2007. Rapport final d’opération, avril-décembre 2007. Rapport de fouille, DRAC Bourgogne/SRA.

Provost M. 2009. Saint-Aubin. In Côte-d’Or. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 112-113. (Carte archéologique de la Gaule ; 21/3).

Reinhardt H., Fels E. 1933. Études sur les églises porches carolingiennes et leurs survivances dans l’art roman. Bulletin monumental 92/3, p. 331-365.

Reinhardt H. 1937. Comment interpréter le plan carolingien de Saint-Gall. Bulletin monumental 96/2, p. 425-469.

Rapport Arcams 2008. Côte-d’Or, Saint-Aubin, église. Sondages des peintures murales. Rapport d’études.

Rapport Archéolabs 2007. Datation AMS ETH-33921 : date C14 calibrée : 782 cal AD – 1028 cal AD avec 96 % de probabilité entre 860 cal AD et 1028 cal AD. Rapport d’études du 21 septembre 2007, Saint-Bonnet-de-Chavagne.

Sapin Chr. 1986. La Bourgogne préromane. Construction, décor et fonction des édifices religieux. Paris : Picard. 310 p.

Sapin Chr. 1999. L’église de Saint-Aubin (Côte-d’Or). Bulletin monumental 157/2, p. 185-193.

Sapin Chr. (dir.) 2002. Avant-nefs et espaces d’accueil dans l’église entre le IVe et le XIIe siècle : actes du colloque international d’Auxerre, 17-20 juin 1999. Paris : Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques. 508 p.

Notes

1 J’avais eu l’occasion de présenter Le cas de Saint-Aubin à C. Heitz lors d’un séminaire de l’université de Poitiers en 1974.

2 Hilde Claussen et Uwe Lobbedey de Munster, Irmingeard Achter et Leo Scheffer de Bonn, Hans Rudolf Sennhauser de Zurich. Trois d’entre eux venaient de diriger peu de temps auparavant le volume du Corpus des édifices préromans : Oswald F., Schaefer L., Sennhauser H. R. (dir.). Vorromanische Kirchenbauten, Katalog der Denkmäler bis zum Ausgang der Ottonen. Munich : Prestel-Verlag, 1966-1971. 432 p. Rééd. 1990. Volume actualisé : W. Jacobsen, L. Schaefer, H. R. Sennhauser (dir.). Munich : Prestel-Verlag, 1991. 507 p.

3 Compte-rendu de C. Heitz sur ces visites et la séance qui a suivi à Paris : Heitz C., Heber-Suffrin F. Voyage et bilans. In Du VIIIe au XIe siècle, édifices monastiques et culte en Lorraine et Bourgogne. Nanterre : université Paris X Nanterre, 1977, p. 43-47 (Cahier ; 11). On verra que les hypothèses d’alors sur Saint-Aubin étaient encore réservées pour une date haute (ibidem p. 44).

4 Soulignons qu’un tel travail collectif n’était pas courant à l’époque.

5 Après avoir été inscrit à l’Inventaire supplémentaire en 1970, à la suite des premières observations du chanoine Marilier, l’église a été classée Monument historique le 4 juillet 1980.

6 Ces travaux sans réelle approche archéologique des élévations n’ont pas fait l’unanimité avec des critiques venues du corps des Monuments historiques et de certains historiens de l’art.

7 Autorisée par le SRA de Bourgogne en février 1974, la fouille s’achèvera en octobre 1975.

8 Bulle du Pape Eugène III, Jaffé, no 9326.

9 Prébendes célébration de messes au Moyen Âge.

10 Travaux au clocher.

11 Travaux divers après 1860.

12 Celle-ci est visible sous la dalle de béton qui couvre l’emplacement de la fouille de la partie orientale ; une trappe de béton en permet l’accès.

13 Travaux de 1834 répondant à l’accroissement de la population.

14 Retrouvée lors des fouilles de 1975, celle-ci avait une épaisseur de mur de 0,90 m.

15 Accessible jusqu’en 2008 par un escalier maçonné appuyé à l’extérieur contre le mur nord de la nef.

16 À plusieurs reprises le Centre d’études médiévales d’Auxerre est intervenu pour précéder ou suivre la restauration. Sous la responsabilité générale de Chr. Sapin, ces travaux ont été réalisés par Jérôme Mercie et Vanessa Hontcharenko.

17 Après cette première notice, le passage à Saint-Aubin du Congrès archéologique de France de la SFA (Côte-d’Or et Val-de-Saône 1994, 1997), a été l’occasion de rappeler l’intérêt de l’édifice et de publier le relevé d’un accès nord à la tour qui posait dès lors de nouvelles questions. La présentation de l’église faite sur place sera publiée plus tard.

18 Date C14 calibrée : 782 cal AD – 1028 cal AD avec 96 % de probabilité entre 860 cal AD et 1028 cal AD.

19 Donation, au début XIIIe siècle (1203 ?), pour 4 messes par an ou, en 1401, pour 2 messes (Arch. dép. Côte-d’Or, G 2903, liasse 108).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Oratoire Saint-Aubin : intérieur de la nef, vue vers le massif oriental (cliché : E. Pallot, 2008).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 2 : Oratoire Saint-Aubin : relevé du mur extérieur nord de la tour occidental (DAO : V. Hontcharenko, Cem 2008).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 3 : Oratoire Saint-Aubin : coupe ouest-est sur la tour occidental et massif oriental (DAO : V. Hontcharenko, Cem 2008).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3713/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 4 : Oratoire Saint-Aubin : mur nord, vue de la baie à coussiège (cliché : J. Mercier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3713/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 5 : Oratoire Saint-Aubin : relevé du mur sud de la nef (DAO : J. Mercier, Cem, 2007).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3713/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search