Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 1 : L'église de l'antiquité tardive à l'époque romane

L’espace funéraire de l’église Saint‑Maïeul à Cluny

Emma Bouvard

Texte intégral

  • 1 Responsables de l’étude : Manuelle Turchetti qui était doctorante en anthropologie biologique à l’u (...)

1La fouille de l’ancienne église Saint-Maïeul a permis la mise au jour d’une partie de l’espace funéraire concomitant. La grande majorité des sépultures étudiées concerne la partie orientale de la nef (portions nord et centre), la chapelle primitive nord et son épaulement, la travée du clocher et le chœur du XIIIe siècle. L’emprise prévue pour la fouille excluait d’emblée les autres secteurs de l’édifice, y compris le cimetière extérieur, situé au sud-est selon un plan terrier de 1772 (Arch. mun. Cluny). Notons que les niveaux inférieurs de la nef n’ont pas été atteints. Aussi, les résultats présentés offrent un bilan partiel du faciès sépulcral de l’église clunisienne. Néanmoins, cette synthèse répond aux problématiques initiales énoncées dans l’article qui précède. L’approche anthropologique1 a permis de préciser la spatialisation des sépultures ainsi que le type de recrutement de ce cimetière. Nous en livrons les résultats, suite à l’analyse et la synthèse des données issues des trois campagnes de fouille. Sont abordés la typochronologie des sépultures du site, la détermination biologique de la population inhumée, ainsi que les gestes funéraires. Ces derniers sont traités essentiellement à travers la relation des sépultures à l’espace ecclésial.

1. ORGANISATION DE L’ESPACE FUNÉRAIRE

1.1. DATATION DES INHUMATIONS

2Les trois phases d’occupation du site ecclésial sont représentées (cf. supra Baud). Ces bornes chronologiques larges ont été dictées par une stratigraphie très « accidentée » du fait des diverses perturbations de l’époque contemporaine et de la pauvreté du mobilier associé aux niveaux de circulation et aux sépultures. Les niveaux d’ouverture des tombes ne sont d’ailleurs que très rarement repérés, exception faite des inhumations du XIXe siècle qui sont implantées dans les maçonneries du XIIIe siècle ou au-dessus du niveau de destruction de l’église. Les sépultures antérieures aux remaniements de l’époque moderne ont été discernées sporadiquement grâce à des lambeaux de sols dans le clocher et le chœur du XIIIe siècle. Les tombes modernes sont parfois signalées par la présence de perles de chapelet en contact avec le squelette. Mais, la plupart du temps, c’est le rapport que les tombes entretiennent avec le bâti (maçonneries primitives et maçonneries de l’extrême fin du XIIe siècle), ainsi que leur positionnement relatif et altimétrique qui a permis d’établir une datation.

3Une analyse du C14 a été effectuée pour une seule sépulture (sép. 76) située à l’épaulement de la chapelle nord. L’individu avait été disposé dans un coffre de dalles, lié à la maçonnerie de la fin du Xe siècle. Le résultat donne une fourchette chronologique oscillant entre la fin du XIVe et le début du XVIe siècle. Cette datation a permis d’appuyer le postulat selon lequel l’occupation de cet espace sépulcral perdurait pendant tout le Moyen Âge.

1.2. RÉPARTITION CHRONO-SPATIALE DES SÉPULTURES

4Au total, 100 sépultures primaires à inhumation dont 3 sépultures doubles (103 individus au total) ont été mises au jour entre 1999 et 2001. À cela s’ajoute un Nombre Minimum d’Individus (NMI) de 136 individus en situation secondaire.

5La répartition chrono-spatiale s’établit comme suit : 38 sépultures ont été reconnues comme appartenant à l’occupation primitive du site ecclésial, 27 pour la phase suivante, 32 sont modernes, 3 ont été installées à la suite de la démolition du chœur et 3 autres n’ont pu être datées. Le bas Moyen Âge est donc, a priori, la période la moins représentée du site. Plusieurs causes expliqueraient ce déséquilibre. La première est liée à la fouille : on considère qu’un tiers seulement de l’espace funéraire de l’église a été mis au jour ; le faciès du cimetière extérieur reste inconnu. Aussi, cette vision très partielle fausse les statistiques. De plus, les bouleversements structurels advenus à l’époque moderne ont pu engendrer la destruction partielle du sous-sol sépulcral. Enfin, hypothèse plus coûteuse mais qu’on ne peut écarter, ce hiatus chronologique pourrait être l’expression d’un changement des pratiques funéraires durant le Moyen Âge.

1.2.1. Phase 1 : les premières sépultures, de la construction de l’édifice aux alentours de 1200

6La première phase d’occupation (épaulement de la chapelle nord primitive – état 1) reçoit 20 individus, tous orientés ouest-est, la tête à l’ouest, certaines sépultures étant appuyées contre le mur oriental de la chapelle.

7Aucun dépôt primaire correspondant à cette phase n’a été trouvé en place dans la chapelle nord. Pourtant, des réductions et ossements épars, répartis dans une fosse à l’avant de l’autel ont été récoltés. Mais la nature hétérogène du substrat, qui contenait des monnaies tant médiévales que modernes, ne permet pas de conclure sur l’occupation de cette zone avant les années 1200.

8Un autre groupe de sépultures, antérieures au XIIIe siècle, occupe le nord‑est du chevet primitif : 96 et 94 au nord-nord-est de la chapelle septentrionale et 104 et 81 encore plus à l’est, à plus de 4 m du mur oriental du chœur. Leur positionnement stratigraphique ne fait aucun doute, puisqu’elles sont toutes coupées par les maçonneries du XIIIe siècle. Peu nombreuses, elles attestent pourtant un cimetière à ciel ouvert à l’est de l’édifice dès l’origine. Ce complément d’information vient contrebalancer la vision moderniste du plan Terrier, cité précédemment, qui place le cimetière au sud et à l’ouest de l’édifice.

9Enfin, un dernier groupe de sépultures pourrait appartenir à ce premier horizon : il s’agit de six tombes très densément regroupées à l’avant de la chapelle nord, dans la nef. Leur datation reste imprécise cependant : on sait qu’elles sont antérieures à la structure ovalaire les surmontant (les maçonneries coupent et perturbent systématiquement les squelettes), mais nous n’avons aucune datation pour cet édicule qui semble être un caveau maçonné médiéval ou moderne (cf. supra Baud : description structurelle).

10Le dépôt secondaire découvert dans le mur de soubassement occidental du chevet est un ossuaire (structure : fig. 1), aménagé dans la maçonnerie à la manière d’un coffre et contenant les os longs (humérus, radius, ulnas, fémurs, tibias, fibulas) d’au moins quatre individus adultes, dont une femme (déterminée par un os coxal : Bruzek 1991, 1996). Malheureusement, il n’est pas daté, mais sa situation dans une maçonnerie de la fin du Xe siècle incite à le placer dans la première phase d’occupation du site ou à la jonction avec la deuxième phase ; une sépulture primaire plurielle ou plusieurs sépultures primaires auraient fait l’objet d’une réduction préalablement aux travaux de la fin du XIIe siècle et qui auraient menacé leur intégrité.

1.2.2. Phase 2 : les sépultures médiévales consécutives à l’agrandissement du sanctuaire

11La pratique d’inhumer dans l’édifice est attestée à partir du XIIIe siècle, en confère la totalité des inhumations mises au jour pour cet horizon. On dénombre 1 sépulture privilégiée dans la chapelle nord primitive et 6 autres s’insérant entre son épaulement et l’accès à la nouvelle chapelle, 1 tombe dans la nouvelle chapelle nord, 8 tombes alignées au niveau de l’accès au clocher, 5 dans la travée de clocher, parallèlement aux murs nord et sud, et 5 autres dans la partie ouest du nouveau sanctuaire. La nef tout comme le sanctuaire primitif en sont exemptés.

Fig. 1 : Cluny, église Saint-Maïeul : ossuaire à l’avant de l’autel majeur (cliché : équipe de fouilles).

12On notera la continuité d’occupation de l’ancien épaulement de la chapelle nord. Cet espace extérieur est à présent partie intégrante de l’édifice et le chevet est déplacé plus à l’est, mais 8 inhumations sont attestées pour le bas Moyen Âge, dont la sépulture 76 qui a été datée par C14 (cf. supra § 1.1.). De même, 7 autres sépultures sont implantées dans l’arrachement du mur oriental du chevet primitif, sans empiéter sur le sanctuaire. Enfin, il n’est pas exclu que l’épaulement de l’ancienne chapelle nord accueillait des groupements familiaux conservés de génération en génération.

13Une inhumation prend place à l’avant de l’autel de cette même chapelle nord, peut-être à la suite d’une occupation antérieure, en témoignent les pièces osseuses en réduction (au moins 4 individus adultes recensés).

1.2.3. Phase 3 : les inhumations modernes

14L’époque moderne épargne aussi l’ancien chœur. Mais l’occupation de la nef se poursuit selon un axe central passant par le grand autel primitif : 11 individus en situation secondaire ont été mis au jour conjointement aux inhumations primaires modernes, prouvant l’antériorité de cet alignement. Il est fort possible que l’autel tardif se situe sur cette ligne, malgré le léger désaxement de l’édifice vers le sud-est. Mais il est alors très éloigné des 3 sépultures de la nef (sép. 3, 5 et 7), plus de 8 m les séparent, alors que le socle du premier autel ne se situe qu’à 4 m de la sépulture 5. Aussi, la présence de ces tombes tardives dans l’axe de l’ancien autel apporte-t-elle un nouvel argument en faveur de la préservation du sanctuaire du Xe siècle. Un lot de 5 inhumations occupe la partie nord de la nef ; elles ne s’alignent ni sur l’autel nord, ni sur le maître-autel. On peut en déduire une densification de l’occupation sépulcrale vers l’ouest, en dehors des alignements établis dès l’époque médiévale, sans pour autant que ceux-ci soient ignorés : au contraire, on continue de les préserver et d’inhumer dans leur axe respectif.

15D’autres sépultures prennent place dans la chapelle nord du XIIIe siècle. Au nombre de 12, elles sont regroupées selon plusieurs pôles : le seuil, le centre et l’est. Il est tentant d’y voir quelques regroupements familiaux, mais en l’absence d’analyse d’ADN, nous écarterons ces hypothèses trop fragiles. Cinq se situent dans la partie est de la travée de clocher, 12 occupent la bande ouest du sanctuaire tardif, à l’instar de l’époque précédente ; 1 tombe, isolée et orientée nord-sud, a été installée à l’arrière de la pile maçonnée sud du clocher, sur le tracé de l’ancien mur oriental du chevet primitif.

16Enfin, notons à nouveau la présence du caveau maçonné mentionné ci-avant qui, bien que vide de tout dépôt osseux, au moment de sa mise au jour, a pu en accueillir pour cette même période.

1.2.4. Phase 4 : des sépultures clandestines

17Après la destruction du chevet de l’église, entre 1798 et le début du XIXe siècle, 3 sépultures ont été installées. Deux immatures occupent le pilier nord du clocher, la troisième, 1 adulte, étant installé dans un cercueil au‑dessus du mur septentrional du chœur. Le corps des immatures, l’un mort dans la première année de sa vie, l’autre entre 1 et 4 ans, prennent place dans des cavités aménagées dans l’ancienne maçonnerie. Ces coffres de fortune s’adaptent à la taille des sujets, dont la tête a sans doute bénéficié de quelques calages de pierre (fig. 2). Ce sont donc des lieux de commémorations qui prennent encore place dans les ruines de l’église alors désaffectée.

1.3. LA SITUATION DES TOMBES : DES CHOIX ET DES PRIVILÈGES ?

1.3.1. Le chevet primitif : un pôle majeur et pérenne

18Le rapport entre les inhumations et l’espace cultuel suscite quelques interrogations. Bien sûr, il ne nous est pas permis d’appréhender la globalité du site, mais quelques grandes caractéristiques sont notables. Le pôle le plus dense au Moyen Âge est l’épaulement de la chapelle primitive nord qui représente la portion préservée de la zone sépulcrale du chevet primitif. Outre les 26 sépultures primaires mises au jour, 49 individus en situation secondaire (réductions) ont été dénombrés sur moins de 8 m2 et environ 1 m de profondeur. Toutes les classes d’âges y sont représentées. Il s’agit pour les inhumés d’être au plus près de l’autel majeur, contre le mur oriental de la chapelle, à défaut d’y avoir accès à proprement parler. C’est d’ailleurs dans cette zone que les trois seuls coffres de dalles du site fouillé ont été mis au jour (fig. 3). Le premier est lié au ressaut de fondation du mur septentrional du chœur ; un second individu (sép. 62) a été déposé au-dessous de cette inhumation, sous et contre le même ressaut. Le second se situe plus au nord et est constitué d’au moins deux dalles de pierre posées sur chant.

1.3.2. Une diversification des lieux sépulcraux à l’époque moderne

19La polarisation des sépultures au chevet et en direction de l’autel majeur est toujours valable à l’époque moderne, mais on assiste par ailleurs à une colonisation massive de tous les espaces disponibles ; les morts entrent dans l’édifice, occupent les anciens emplacements sépulcraux, mais aussi les vides interstitiels, ce qui a pu entraîner quelques aberrations dans les orientations et sûrement une pratique intense de la réduction.

Fig. 2 : Cluny, église Saint-Maïeul : une dalle posée sur chant surplombe la sépulture 75. Marqueur de surface ? (cliché : équipe de fouilles).

Fig. 3 : Cluny, église Saint-Maïeul : coffre de dalles de la sépulture 76 dans l’angle nord-ouest du chevet primitif, coupé à l’est par le massif de maçonnerie de la chapelle absidiale tardive (cliché : équipe de fouilles).

20L’étude spatiale des ensembles funéraires prend donc en compte tout aussi bien les « pleins » que les « vides » qui en disent parfois long sur les critères d’élection des fidèles ou sur le degré de sacralité de certains espaces. Afin d’approfondir le rapport entre espace ecclésial et défunts, la question du recrutement a bien sûr été abordée par l’analyse biologique des sujets inhumés.

2. LE RECRUTEMENT : ESSAI DE CARACTÉRISATION DE LA POPULATION INHUMÉE

2.1. RÉPARTITION DES SEXES

21La conservation osseuse est très médiocre sur le site de Saint-Maïeul. La nature du substrat tout comme les nombreux bouleversements de l’ensemble bâti ont favorisé la destruction partielle et/ou la désagrégation des squelettes. Il en découle l’absence presque systématique des os coxaux ou une fragmentation propre à rendre la diagnose sexuelle impossible. Aussi, sur les 37 individus adultes prélevés en situation primaire, seulement 15 ont été sexés. Quatre sont féminins (sép. 23, 68, 79 et 81), 11 sont masculins (sép. 1, 13, 29, 52, 63, 75, 76, 91 et 2 cas probables, sép. 3 et 67). Parmi les ossements réduits, sur 72 adultes reconnus, 4 os coxaux isolés sont féminins, 6 sont masculins.

22Ce résultat fait apparaître de prime abord un déséquilibre (prédominance masculine) ne rendant pas compte d’une population naturelle. Cependant, le faible échantillon d’adultes conjugué à une détermination du sexe partielle ne permet pas de conclure. Tout au plus pouvons-nous constater que les femmes, à l’instar des hommes, ne sont pas exclues des pôles privilégiés, quelle que soit la période : chevet primitif, travée de chœur, nef à l’avant de l’autel nord. Cette répartition évoque l’absence d’une ségrégation quelconque ou d’un lieu spécifique qui leur serait réservé.

2.2. RÉPARTITION PAR ÂGE AU DÉCÈS

2.2.1. Nourrissons et jeunes enfants : une représentation remarquable

23Les immatures (comprenant les individus depuis le stade fœtal à 20 ans) constituent la plus grande partie de la population inhumée de l’église paroissiale : le NMI s’élève à 122 individus contre 109 adultes, inhumations primaires et réductions confondues. 66 individus immatures en dépôt primaire dont 3 à 5 périnatals ont été mis au jour, ainsi que 56 sujets dénombrés en situation secondaire dont 16 périnataux. Cette majorité n’est pas écrasante au regard de la population adulte, mais étonnante quand on prend en compte le différentiel de conservation habituel entre les deux groupes (Bello et al. 2002).

24Sur les 66 immatures mis au jour en situation primaire, 26 sont décédés entre les quelques semaines qui entourent le terme de la naissance et 4 ans. À ce chiffre on peut ajouter les 12 individus dont l’âge se situe à l’interface entre les classes 0-4 ans et 5-9 ans (fig. 4). Ce groupe représenterait donc plus de la moitié de la population infantile fouillée du site, soit 37 % des inhumations primaires tous âges confondus. Cette bonne représentation ne découle pourtant pas de la nature du substrat ou de facteurs taphonomiques favorables, dans la mesure où nous avons déjà fait état de la conservation médiocre des squelettes chez les adultes. Il faut donc chercher ailleurs les causes de ce faciès sépulcral.

2.2.2. L’occupation de l’espace par les immatures

25Les pratiques funéraires médiévales et modernes, si elles n’excluent pas forcément l’enfant de l’église, le destinent souvent à une zone réservée, comme l’ont souligné les études archéologiques et archivistiques de quelques cimetières paroissiaux bourguignons. Mais ces zones sont très variables d’un lieu à un autre (Baud, Sapin à paraître). En effet, les recherches menées sur les églises de Vassy-sous-Pisy, Combertault, Saint‑Pierre‑en‑Château (Auxerre), Saint-Clément (Mâcon) par Fabrice Henrion (Henrion 1993, 1997) ont démontré l’existence de lieux dédiés à l’inhumation des enfants, ce dès la fin du haut Moyen Âge dans la basilique Saint-Clément de Mâcon. La topographie n’est pas constante d’un édifice à un autre, en revanche l’espace d’élection originel s’inscrit dans la durée. Cette configuration n’est a priori pas constatée sur le site de Saint-Maïeul. Si la proximité du sanctuaire primitif est toujours recherchée durant le bas Moyen Âge, cela s’applique aussi bien aux adultes qu’aux immatures.

26Ces derniers sont d’ailleurs répartis sur toute la surface de l’édifice y compris sur les espaces privilégiés (chevet, chapelle nord primitive et postérieure, sanctuaire du XIIIe siècle) quelque soit la classe d’âge (fig. 5). F. Henrion souligne que les registres paroissiaux de Vassy-sous-Pisy font état d’un traitement spécifique destiné aux sujets de moins de 7 ans : ils sont regroupés dans un secteur bien délimité de l’église. À l’inverse, le lieu d’inhumation des plus âgés n’est pas mentionné, comme s’ils avaient déjà quitté le stade de l’enfance et qu’ils se mêlaient au sort commun des autres défunts. Ces constatations ne s’appliquent pas non plus à l’ensemble funéraire clunisois puisque tous les âges se côtoient dans les mêmes espaces.

Fig. 4 : Cluny, église Saint-Maïeul : répartition des immatures en situation primaire de la paroissiale Saint-Maïeul par classes d’âges et par périodes (tableau : E. Bouvard).

Fig. 5 : Cluny, église Saint-Maïeul : répartition des immatures de la paroissiale Saint-Maïeul par secteurs (tableau : E. Bouvard).

27Un premier bilan d’ordre chronologique s’impose : le nombre de sépultures d’immatures dans l’église augmente avec le temps. À l’instar des adultes, on peut douter de l’entrée immédiate de l’enfant dans l’église, dès la fin du XIe siècle. Car si des sépultures d’immatures sont attestées pour cette phase au chevet, la chapelle primitive nord ainsi que la nef ne semblent pas en accueillir. En tous les cas, aucune sépulture primaire d’immature antérieure au XIIIe siècle n’a été mise au jour dans ces deux zones. Pour la phase 2, on en dénombre seulement 1 face à l’autel de l’ancienne chapelle nord (privilège familial ?) et 2 au nord-est de la nef, dans l’alignement de ce même autel. Mais 5 sont installées dans la travée de clocher, 5 autres dans la travée du nouveau chœur et 4 sur l’emplacement du mur oriental du chevet primitif. Et c’est seulement à l’époque moderne que 6 sujets immatures sont installés au nord-ouest de la portion fouillée de la nef, en dehors des deux alignements principaux privilégiés, alors que l’occupation sépulcrale de l’église s’intensifie et se diversifie, au détriment des anciennes interdictions. Le devenir des enfants défunts suit donc l’évolution spatiale globale du cimetière intra muros. De même, la densité d’occupation de l’épaulement de la chapelle nord par 16 individus immatures n’apporte pas plus d’éclaircissement, car cet espace constitue un pôle privilégié durant tout le Moyen Âge, y compris pour les adultes, au nombre de 10.

28Cependant, une zone reste exempte d’enfants : l’alignement à l’avant de l’autel majeur. Il est constitué durant la phase moderne de 3 sépultures primaires d’adultes, associées à de nombreuses réductions représentant un NMI de 10 individus adultes, et un seul immature. Ce dernier, d’âge indéterminé, semble trop isolé et perturbé (aucune connexion anatomique, pas de disposition remarquable des os) pour conclure à sa situation privilégiée face à l’autel. Ces pièces osseuses ont pu être déplacées consécutivement à un curage, puis mêlées à la terre de comblement d’autres sépultures. Donc, les enfants seraient écartés de l’espace très privilégié, bénéficiant frontalement de la sacralité de l’autel majeur primitif.

29L’évolution chrono-spatiale des sépultures de nourrissons et d’enfants dans l’église suit un schéma courant qui s’applique aussi aux adultes : plus on avance dans le temps, plus l’espace ecclésial est colonisé.

3. TYPOLOGIE DES TOMBES

3.1. LA POSITION INITIALE DU DÉFUNT : UN INDICE CHRONOLOGIQUE ?

3.1.1. Orientation des corps

30La majorité des corps a été déposée selon l’axe est-ouest de l’édifice, tête à l’ouest regardant vers l’est, conformément à la tradition chrétienne. Seules 10 inhumations dérogent à cette règle ; 2 observent une orientation nord-sud, tête au nord (sép. 18 et 51). Elles se situent respectivement à l’emplacement du mur oriental du chevet primitif et à l’ouest de la travée du chœur tardif. Elles sont toutes les deux d’époque moderne. Nous avons démontré l’affluence des tombes à l’intérieur de l’édifice durant les périodes récentes, surtout aux abords du sanctuaire, aussi, la densité du sous-sol sépulcral a sans doute entraîné la création de nouvelles fosses aux orientations aberrantes d’un point de vue liturgique, mais s’insérant dans les espaces encore vides sans bouleverser les inhumations déjà en place. Le changement d’orientation des sépultures est donc une manière de palier la surpopulation du cimetière, il faut y voir une simple pratique logistique. C’est aussi une manière de maintenir des espaces vides autour des zones sacrées. La sépulture 18 présente cette particularité : sa proximité avec le sanctuaire primitif. La tête est au nord, c’est-à-dire vers l’accès à la travée de clocher qui mène au chœur ou bien dirigée vers l’autel majeur. Cela peut donc traduire une volonté délibérée de se rapprocher spirituellement du chœur liturgique, tout en préservant l’ancien chœur de la présence d’une inhumation (cette sépulture, si elle avait été implantée dans l’axe ouest-est habituel, aurait empiété sur l’espace sacré originel).

31Deux sépultures du bas Moyen Âge (sép. 15 et 45) prennent place côte à côte à l’épaulement de la chapelle nord, selon un axe nord-ouest/sud-est. Elles font figures d’exceptions dans la mesure où toutes les autres inhumations de ce secteur suivent l’orientation relative ouest-est de l’édifice. Nous proposons deux hypothèses : la première consisterait en l’agencement de deux fosses biaises s’insérant dans un sous-sol très dense d’inhumations que le fossoyeur aurait pris soin d’éviter. La seconde admettrait que ces deux tombes respectent l’orientation du nouveau sanctuaire décalé au sud-est. On constate à ce sujet que toutes les inhumations, postérieures au XIIIe siècle et situées dans le clocher et la travée de chœur, observent ce désaxement et sont parallèles aux maçonneries. Néanmoins, ce n’est pas le cas pour les autres sépultures tardives de l’épaulement nord qui continuent de perpétuer l’orientation originelle. Mais cette disposition n’est pas étonnante si l’on considère qu’elles occupent d’anciens emplacements funéraires, en témoignent les nombreuses réductions accompagnant ces sépultures primaires. À ce titre, on peut affirmer que les tombes 15 et 45 rompent avec la continuité d’occupation des fosses de l’épaulement de la chapelle nord et s’y insèrent sans remployer d’anciens emplacements.

32La sépulture moderne 7, faisant partie de l’alignement à l’avant de l’autel majeur, est atypique. L’individu adulte, qui jouit d’un lieu privilégié, est orienté tête à l’est. La raison de cette disposition est ignorée et tout à fait surprenante en vertu des pratiques chrétiennes et de la situation de l’autel majeur auquel, pour ainsi dire, l’individu fait dos. Il est possible d’invoquer une inversion au moment du dépôt du cercueil. À moins que le défunt soit un prêtre, hypothèse formulée pour des cas similaires du cimetière ecclésial de Paray-le-Monial (Rollier 2002).

33Enfin, un lot de 8 sépultures principalement modernes s’implante dans la chapelle nord tardive et sous son seuil, selon un axe sud-ouest/nord-est. Elles se détournent donc de l’orientation générale du bâti et de l’autel secondaire qu’on suppose central. Là aussi cette anomalie pourrait être justifiée par la gestion de l’espace funéraire. Mais on ne peut manquer de souligner l’âge précoce des défunts : 7 immatures pour 1 seul adulte. Peut-on mettre en relation la présence de ces enfants avec la titulature saint Jean-Baptiste attribuée à cette chapelle ? La relation spatiale entre le pôle baptismal de l’église et les cimetières pour enfants est fréquente à l’époque moderne (Henrion 1997) ; c’est en tous les cas ce qui a été constaté à l’église Saint-Hyppolite à Combertault (Côte-d’Or) ainsi qu’à l’église Saint-Martin de Vassy-sous-Pisy (Yonne).

34L’approche détaillée de l’orientation des corps nous renseigne au-delà de facteurs purement typochronologiques. Il n’est pas seulement question, au travers de la direction générale des sépultures, de lier une forme à une période précise du site ; il s’agit avant tout d’aborder une idéologie, un ensemble de croyances que les vivants mettent en scène pour leurs morts et pour eux-mêmes.

3.1.2. La position des membres

35Outre la position des avant-bras et des membres inférieurs, notons en préambule que les individus ont tous été inhumés allongés sur le dos (decubitus). Un périnatal toutefois a été découvert en position latérale, déposé sur le flanc gauche. Mais la posture naturelle instable adoptée par les nourrissons, membres inférieurs recroquevillés à l’avant du thorax, contribuent souvent à ce type de configuration, sans oublier qu’enseveli en pleine terre, le corps de l’individu s’est sans doute conformé aux parois étroites et à un fond de fosse irrégulier (fig. 6).

36On notera tout d’abord la diversité de positionnement des avant-bras et des mains. La solution la plus fréquente consiste à déposer le défunt les bras en extension le long du corps, mains posées sur le fond du support (pleine terre, platelage inférieur du cercueil ou dalle/maçonnerie du coffre). Mais ce type ne reflète pas une pratique associée à une période précise : toutes les phases sont concernées. Il en va de même pour les autres configurations, ce qui exclut la possibilité d’établir une typochronologie à partir de ces critères.

37Les membres inférieurs sont systématiquement en extension et symétriques, sauf chez les nourrissons pour les raisons édictées plus haut. Leurs membres sont légèrement fléchis, parfois croisés.

3.2. LES ESPACES DE DÉCOMPOSITION : IDENTIFICATION DES CONTENANTS (fig. 4)

3.2.1. Pleine terre

38Peu de sépultures répondent à ce mode de dépôt. Deux concernent un immature et un périnatal de l’époque moderne, la troisième étant un adulte de plus de trente ans inhumé avant le XIIIe siècle contre le chevet.

Fig. 6 : Cluny, église Saint-Maïeul : inventaire des postures des membres supérieurs (tableau : E. Bouvard).

Fig. 7 : Cluny, église Saint-Maïeul : répartition des modes de dépôt et types de contenants par périodes (tableau : E. Bouvard).

3.2.2. Coffres de bois

3972 contenants de bois ont été identifiés, dont 33 cloués. Toutes les phases chronologiques sont touchées par ce mode de dépôt. Le nombre moyen de clous par coffre et leur positionnement ne sont pas appréciables au regard des nombreux manques liés à des phénomènes taphonomiques et à la fouille ; il est donc hasardeux de proposer une restitution technique de ces structures. D’ailleurs, des traces de bois résiduelles n’ont été repérées que très rarement. La plupart du temps, ce sont les clous, les espaces vides de décomposition et les effets d’alignement, de délimitation et de contraintes sur le squelette qui ont permis la détermination d’un contenant.

40Les 39 autres réceptacles ont été assemblés selon un mode indéterminé (chevilles, rainures, tenons et mortaises ?). Dans ce cas de figure, il est toujours malaisé de trancher entre la présence de coffres ou celle de coffrages montés in situ (Henrion, Hunot 1996). La deuxième solution implique un autre moyen de transport pour le défunt (brancard, civière, coffre réutilisable), ainsi qu’un dispositif de calage des planches dans la fosse. Ces dernières ont alors pour fonction de maintenir le substrat instable entourant l’espace sépulcral. Il s’agit donc d’une construction relevant plus de l’architecture légère que de la menuiserie, impliquant une certaine économie dans les matériaux et la mise en œuvre. Ces aménagements sont généralement attestés pour le haut Moyen Âge et tendent à disparaître rapidement au profit du coffre mobile de type « cercueils », cloué ou pas (Collectif 1998).

41À Cluny, le coffrage de bois est attesté au Xe siècle (Baud 2000). Au regard de cette découverte, on peut donc admettre la présence de coffrages pour la première phase d’occupation sépulcrale de l’église Saint-Maïeul. Or les résultats de l’étude statistique sur les contenants démontrent que les périodes récentes (phases 2 et 3) comportent elles aussi un nombre conséquent de contenants périssables non cloués (type majoritaire au Moyen Âge après le XIIIe siècle) ayant ménagé un espace vide au squelette. L’horizon chronologique est trop bas pour que ce soit des coffrages, d’autant plus que les éléments de calage manquent. C’est pourquoi nous avons choisi de les identifier comme des coffres mobiles, de type cercueil, dont l’assemblage est indéterminé, à défaut de pouvoir apporter les preuves d’une construction in situ, peu probable après le Xe siècle.

42La typologie de ces contenants ne varie pas d’une époque à une autre. Néanmoins, la présence de cercueils trapézoïdaux a été évoquée pour les périodes basses (époque moderne, principalement), mais les témoignages taphonomiques sont trop peu nombreux pour pouvoir l’affirmer. En revanche, on sait que certains des cercueils (cloués ou non) étaient suffisamment étroits pour provoquer une constriction des épaules avec verticalisation des clavicules et surélévation des humérus par rapport au thorax. Ce type est très présent durant la première phase qui en compte 10, alors que les deux périodes postérieures n’en dénombrent que 5 chacune.

3.2.3. Coffres de dalles et architectures mixtes

43Un coffre de dalles abrite la sépulture 76 à l’angle nord-est du chevet primitif. Trois grandes dalles horizontales formaient le couvercle. Elles étaient installées sur des dalles plus petites posées sur chant au nord, sur le ressaut de fondation du mur du sanctuaire primitif au sud, et apparemment contre le mur oriental de la chapelle nord à l’ouest. À l’est, le mur méridional de la chapelle nord du XIIIe siècle s’installe sur la dalle orientale. Cette configuration indique que ce coffre est antérieur au début du XIIIe siècle. Or les ossements datés au C14 indiquent la fin du XVe ou le début du XVIe siècle. La structure a donc été occupée plusieurs fois, avec vidange des corps les plus anciens à chaque dépôt. Les ossements d’individus surnuméraires n’ont pas été découverts dans la tombe.

44Aucun liant de type mortier n’est mentionné. D’ailleurs, ces éléments lithiques étaient disjoints et partiellement effondrés au moment de la mise au jour. Le squelette était lui-même très perturbé. Une intervention post-dépositionnelle est donc mise en cause, confirmant, avec le phénomène de remploi du coffre, la pérennité du lieu sépulcral, son accessibilité et son signalement en surface.

45Deux autres coffres employant des dalles de calcaire froid ont été mis au jour, toujours à l’épaulement de la chapelle nord. Ces architectures étaient complétées très certainement de planches de bois sur les côtés où les dalles manquent. La sépulture 83, comportant un immature décédé dans sa première année, est constituée de deux dalles quadrangulaires sur chant à l’ouest et au nord. Les deux autres côtés ne témoignent pas d’une installation en dur ancienne ayant pu être arrachée ; or la décomposition de l’individu s’est effectuée en espace vide. On en conclut donc que deux autres planches fermaient le dispositif à l’est et au sud et qu’un couvercle de même nature scellait le tout.

46Enfin, la sépulture 62, placée sous la 76, est recouverte partiellement du ressaut de fondation du mur nord du sanctuaire primitif, sur lequel repose la main et le poignet gauche du sujet (fig. 8). L’étude taphonomique indique un colmatage différé : on peut éventuellement en déduire un couvrement de bois complétant la maçonnerie qui se serait effondrée progressivement.

3.2.4. Coffres maçonnés

47Deux petites cavités plus ou moins anthropomorphes ont été aménagées dans le massif de fondation du pilier nord du clocher, alors que l’édifice venait d’être détruit (fin XVIIIe-début XIXe siècle). Aussi, la construction préexistante a favorisé la mise en œuvre de ces coffres de fortune. Leur fond a été pourvu de calages de pierres, à la manière des alvéoles céphaliques, afin de maintenir la tête osseuse des immatures qu’ils accueillaient (fig. 9). Les dislocations et effondrements anatomiques témoignent d’un espace vide initial, ce qui induit un couvercle scellant le dépôt funéraire. Aucune dalle n’obstruait ces tombes, aussi une planche de bois a pu faire office de couvercle.

3.2.5. Couvrir le corps : enveloppes souples et mesures hygiéniques

48Dix-sept squelettes présentent les marques d’une enveloppe souple périssable de type linceul (l’hypothèse du vêtement n’est pas exclue, mais demeure invérifiable). Ces individus ont tous été déposés dans un cercueil (excepté le périnatal de la sépulture 8). Pour les périodes modernes, les traces matérielles sont très explicites : des épingles en alliage cuivreux jouxtaient les ossements au niveau du bloc crânio-facial et/ou du rachis, du thorax, des mains et des pieds. La topographie et le nombre de ces éléments de maintien sont variables (jusqu’à une trentaine d’épingles repérées). Pour le Moyen Âge, ils sont absents : c’est la définition d’un colmatage différé (dislocation différentielle du squelette dans le temps) et la prise en compte de contraintes caractéristiques sur le squelette qui permettent d’avancer ce type d’enveloppe périssable. Les suaires sont d’ailleurs représentés comme des toiles cousues, emmaillotées ou nouées dans l’iconographie des XIIe-XIIIe siècles ; les épingles n’apparaissent qu’aux XIVe-XVe siècles, mais leur présence peut aussi être liée à une parure vestimentaire (Bidon 1996).

Fig. 8 : Cluny, église Saint-Maïeul : sépulture 62, appuyée sur le ressaut de fondation du chevet primitif (cliché : équipe de fouilles).

49Outre ce soin donné à la préparation du corps du défunt, qui relève plus de préoccupations esthétiques et pudiques, les cadavres peuvent recevoir un traitement plus violent mais nécessaire : la chaux. Un cas moderne est attesté à Saint-Maïeul (sép. 5). L’individu adulte a été déposé dans un cercueil puis recouvert de chaux vive. Ce matériau corrosif détruit très rapidement les parties molles du cadavre, ce qui représente une précaution sanitaire efficace ainsi qu’un moyen d’éviter la propagation d’effluves nauséabondes liées à la décomposition. Ce parti pris est récurrent à Paray‑le‑Monial pour le même horizon chronologique ; l’usage systématique de la chaux vive sur les corps victimes de la grande peste de Marseille (1720-1722) est signalé par M. Signoli (Signoli et al. 1998), rendant la piste épidémiologique plausible pour l’interprétation de ce geste particulier dans les cimetières paroissiaux bourguignons.

3.3. LA SIGNALISATION DES SÉPULTURES

50Nous proposons à présent d’aborder la délicate question des marqueurs de surface, soit l’ensemble des dispositifs permettant de signaler la tombe : stèle, croix, dalle… Rarement conservés, à l’instar des niveaux de circulation, ils sont pourtant manifestes au nord du chevet primitif, en témoignent les nombreux indices de la pérennité de cet espace sépulcral et, surtout, les phénomènes de remploi des fosses ou des architectures, comme c’est le cas pour le coffre 76. De plus, de nombreuses réductions ont été effectuées, mais aucun squelette n’a, semble-t-il, été mutilé faute de signalement par un creusement postérieur : on déplace les corps et les squelettes avant de déposer de nouveaux défunts. Des constatations similaires concernent l’emplacement à l’avant de l’autel de la même chapelle. En revanche, aucun vestige matériel n’a été découvert. Une dalle sur chant a cependant été mise en cause, contre le mur oriental de la chapelle nord (fig. 2), mais la sépulture sous-jacente semblait trop proche du niveau de circulation supposé par ce marqueur : un creusement suffisant doit être pratiqué afin de préserver le corps des charognards et les vivants de l’odeur pestilentielle de la décomposition.

Fig. 9 : Cluny, église Saint-Maïeul : sépulture 53, installée dans le massif de maçonnerie du clocher, début du XIXe siècle (cliché : équipe de fouilles).

3.4. LE MOBILIER ASSOCIÉ AUX DÉPÔTS SÉPULCRAUX

51Huit sépultures ont livré quelques objets. Malheureusement, la documentation ne permet pas de dissocier le mobilier contenu dans le comblement des dépôts volontaires. De plus, les nombreux remaniements des tombes liés à une activité sépulcrale très dense rendent l’attribution de ces objets très aléatoire. En effet, de nombreuses inhumations primaires sont accompagnées de réductions liées au réemploi continuel des fosses (55 en contact direct avec des inhumations ont été recensées). C’est sans compter sur la nature hétérogène des sédiments ayant servi à colmater les fosses : de nombreuses inclusions résiduelles « polluent » l’horizon chronologique de chacune des tombes. C’est le cas des vases en verre découverts en situation secondaire dans la terre de cimetière jouxtant les fosses sépulcrales, à l’avant de la chapelle nord.

52On notera aussi la présence de quelques éléments de parure (bague, chaîne) ainsi que des chapelets pour la période moderne, maigres témoins d’un appareil funéraire sûrement plus fourni, mais dont les éléments putrescibles nous sont inconnus…

4. SYNTHÈSE

4.1. ESPACES ET PRATIQUES

53Les pratiques funéraires ne semblent pas varier d’une époque à une autre tant dans le traitement du corps (majoritairement déposé dans un cercueil) que dans l’architecture de la tombe. On notera toutefois que la première phase est marquée par la présence de trois coffres constitués entièrement ou partiellement de dalles, caractéristiques du haut Moyen Âge (Colardelle 1983). Ce soin milite en faveur du statut privilégié de ces tombes, qui jouxtent le chevet, sacralisé par l’autel majeur. Cette polarisation constitue l’élément structurel majeur de l’ensemble funéraire étudié (cf. supra Baud). Un deuxième centre névralgique se distingue toutefois : les deux chapelles nord.

4.2. LE PROFIL PALÉODÉMOGRAPHIQUE DE LA POPULATION INHUMÉE

54L’espace funéraire de l’église de Saint-Maïeul est partagé indifféremment entre les individus adultes et immatures, singulièrement nombreux, sans distinction chronologique ou topographique.

55Les regroupements familiaux ne sont pas exclus, toutes périodes confondues : les ensembles de sépultures observées au sein des chapelles et au niveau du chevet primitif pourraient en être l’expression.

56Bien que l’échantillon ne soit pas suffisant et qu’il mériterait d’être comparé à d’autres populations archéologiques bourguignonnes, il est permis d’esquisser quelques traits paléodémographiques. Il en ressort une forte mortalité infantile, contre une absence quasi totale d’individus morts à l’adolescence ou dans les premières années de l’âge adulte. Ce groupe, ayant franchi le stade très précaire du jeune âge, se montre plus résistant au milieu et aux risques épidémiologiques. Puis une reprise de la mortalité s’effectue après 30 ans ; elle touche naturellement des sujets vieillissants. Il faudrait préciser à l’avenir les âges au décès de ce dernier groupe pour approcher l’espérance de vie moyenne.

57L’étude ostéologique n’a pas détecté de pathologies communes aux défunts pouvant éventuellement préciser leur statut social ou leur type d’activité au sein de la communauté. Le diagnostic a mis en évidence des maladies arthrosiques très courantes, atteignant principalement le rachis, et quelques traumatismes (fractures). Aucun cas infectieux n’a été repéré et, si quelques squelettes ont livré des caractères atypiques relevant de la diversité biologique ou de « marqueurs d’activités » isolés, aucun dénominateur commun n’a été établi entre les individus ou groupes d’individus. Des hypoplasies dentaires, symptômes d’une croissance accidentée, marquée par de petits traumatismes liés à des carences alimentaires, ont été repérées de façon très sporadique, mais ne concernent pas la majorité de la population. Ce premier constat médical confirme que le cimetière de l’église accueille un échantillon naturel de la population locale. Le recrutement n’a rien de sélectif.

Bibliographie

Bibliographie

Alduc-le-Bagousse A. (dir.) 2004. Inhumations et édifices religieux au Moyen Age entre Loire et Seine. Caen : Publications du Centre de recherches archéologiques et historiques médiévales. 217 p. (Tables rondes du Centre de recherches archéologiques et historiques médiévales ; 1).

Alfonso G., Blaizot F. (dir.) 2004. La Villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme), habitat et ensemble funéraire de nourrissons. Lyon : ALPARA. 282 p. (DARA ; 27)

Baud A. 2000. La place des morts dans l’abbaye de Cluny, état de la question. Archéologie Médiévale 29, p. 99-114.

Baud A. 2003. Cluny, un grand chantier médiéval au cœur de l’Europe. Paris : Picard. 197 p. (Espaces médiévaux).

Baud A., Sapin Chr. à paraître. Les fouilles de Cluny, état des recherches récentes sur les débuts du monastère et ses églises, Cluny I et Cluny II. In Cluny, le monachisme et la société au premier âge féodal : actes du colloque de Cluny, 9-11 septembre 2010.

Bello S., Signoli M. et al. 2002. Les processus de conservation différentielle du squelette des individus immatures, implications sur les reconstitutions paléodémographiques. Bulletin et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris 14/3-4, p. 245-262.

Bidon D. 1998. Le linceul (textes et images, XIIIe-XVe siècle). In Rencontre autour du cercueil : table ronde du GAAFIF, 28 janvier 1997. Musée des Arts et Traditions populaires. Villejuif : Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire, p. 10-14.

Bruzek J. 1991. Fiabilité des procédés de détermination du sexe à partir de l’os coxal. Implication à l’étude de dimorphisme sexuel de l’homme fossile. [Thèse de doctorat : Muséum national d’histoire naturelle – Institut de paléontologie humaine, Paris].

Bruzek J. 1996. Évaluation des caractères morphologiques de la face sacro-pelvienne de l’os coxal. Proposition d’une nouvelle méthode de diagnose sexuelle. Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris 3-4.

Colardelle M. 1983. Sépulture et tradition funéraire du VIe au XIIIe siècle dans les campagnes des Alpes françaises du nord. Grenoble : Société alpine de documentation et de recherche en archéologie historique.

Collectif 1998. Rencontre autour du cercueil : table ronde du GAAFIF, 28 janvier 1997. Musée des Arts et Traditions populaires. Villejuif : Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire. 101 p.

Duday H. et al. 1995. Sallèles-d’Aude. Nouveau-nés et nourrissons gallo-romains. Paris : Les Belles-Lettres. 121 p. (Annales littéraires de l’université de Besançon ; 563)

Foy D. 1996. Dépôts de verre et rites funéraires. In Archéologie du cimetière chrétien : actes du 2e colloque de l’Association en région Centre pour l’histoire et l’archéologie, Orléans, 29 septembre-1er octobre 1994. Tours : CNRS Éd., p. 224-242. (Revue archéologique du Centre de la France. Suppl. ; 11).

Foy D. 1989. Le verre médiéval et son artisanat en France méditerranéenne. Paris : CNRS Éd. 467 p.

Henrion F. 1993. La place de l’enfant mort en bas âge dans l’ancien prieuré de Combertault. In Archéologie, monastère et territoire en Bourgogne. Dijon. Journées archéologiques régionales, 15-16 mai 1993. Dijon : Ministère de la Culture et de la Communication : DRAC, p. 5-7. (Cahiers archéologiques de Bourgogne ; 4).

Henrion F., Hunot J.-Y. 1996. Archéologie et technologie du cercueil et du coffrage de bois. In Archéologie du cimetière chrétien : actes du 2e colloque de l’Association en région Centre pour l’histoire et l’archéologie, Orléans, 29 septembre-1er otobre 1994. Tours : CNRS Éd., p. 197-204. (Revue archéologique du Centre de la France. Suppl. ; 11).

Henrion F. 1997. L’enfant dans le cimetière paroissial à travers quelques exemples bourguignons. In Buchet L. (dir.). L’enfant, son corps, son histoire : actes des 7e journées anthropologiques de Valbonne. Sophia Antipolis : Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques, p. 25-34.

Iognat-Prat D. 2002. Les morts dans la comptabilité céleste des Clunisiens aux XIe et XIIe siècles. In Iognat-Prat D. Études clunisiennes. Paris : Picard, p. 125-150. (Les Médiévistes français ; 2).

Lauwers M. 2005. Naissance du cimetière chrétien. Paris : Flammarion-Aubier. 393 p.

Rollier G. 1999. Paray-le-Monial (71), basilique, 30 nov. 1998-5 février 1999. Document final de synthèse de fouilles de sauvetage, Afan – DRAC Bourgogne/SRA.

Rollier G. 2002. Basilique Notre Dame, Paray-le-Monial (71). Fouilles de la travée de chœur et analyse des élévations déambulatoire-nord. Document final de synthèse, Inrap – DRAC Bourgogne/SRA.

Sapin Chr. 1996. Dans l’église ou hors l’église, quel choix pour l’inhumé ? In Archéologie du cimetière chrétien actes du 2e colloque de l’Association en région Centre pour l’histoire et l’archéologie, Orléans, 29 septembre-1er octobre 1994. Tours : CNRS Éd., p. 65-78. (Revue archéologique du Centre de la France. Suppl. ; 11).

Signoli M. et al. 1998. Du corps au cadavre pendant la Grande Peste de Marseille (1720-1722) : des données ostéo-archéologiques et historiques aux représentations sociales d’une épidémie. Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris 10/1-2, p. 99-120.

Treffort C. 1993. Les meubles de la mort : lit funéraire, cercueil et natte de paille. In Alexandre-Bidon D., Treffort C. (dir.). À réveiller les morts : La mort au quotidien dans l’Occident médiéval. Lyon : Presses Universitaires de Lyon : Association des amis des bibliothèques de Lyon, p. 207-222.

Wollasch J. 1990. Hugues Ier abbé de Cluny et la mémoire des morts. In Le gouvernement d’Hugues de Semur à Cluny : actes du colloque scientifique international, Cluny, septembre 1988. Cluny : Musée Ochier, p. 75-92.

Notes

1 Responsables de l’étude : Manuelle Turchetti qui était doctorante en anthropologie biologique à l’université Bordeaux 1 ; Olivier Lapie est archéologue, titulaire d’une maîtrise concernant les pratiques funéraires médiévales dans la vallée du Rhône, université Lumière Lyon 2. Tous deux ont donné leur accord à l’auteur pour l’exploitation de leurs données.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Cluny, église Saint-Maïeul : ossuaire à l’avant de l’autel majeur (cliché : équipe de fouilles).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 2 : Cluny, église Saint-Maïeul : une dalle posée sur chant surplombe la sépulture 75. Marqueur de surface ? (cliché : équipe de fouilles).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 3 : Cluny, église Saint-Maïeul : coffre de dalles de la sépulture 76 dans l’angle nord-ouest du chevet primitif, coupé à l’est par le massif de maçonnerie de la chapelle absidiale tardive (cliché : équipe de fouilles).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3711/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 4 : Cluny, église Saint-Maïeul : répartition des immatures en situation primaire de la paroissiale Saint-Maïeul par classes d’âges et par périodes (tableau : E. Bouvard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3711/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 5 : Cluny, église Saint-Maïeul : répartition des immatures de la paroissiale Saint-Maïeul par secteurs (tableau : E. Bouvard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3711/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 6 : Cluny, église Saint-Maïeul : inventaire des postures des membres supérieurs (tableau : E. Bouvard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3711/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 7 : Cluny, église Saint-Maïeul : répartition des modes de dépôt et types de contenants par périodes (tableau : E. Bouvard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3711/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 8 : Cluny, église Saint-Maïeul : sépulture 62, appuyée sur le ressaut de fondation du chevet primitif (cliché : équipe de fouilles).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3711/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 9 : Cluny, église Saint-Maïeul : sépulture 53, installée dans le massif de maçonnerie du clocher, début du XIXe siècle (cliché : équipe de fouilles).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3711/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

Auteur

Attachée de conservation, Service archéologique de la Ville de Lyon doctorante, université Lumière Lyon 2, UMR 5138

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search