Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Thème 1 : L'église de l'antiquité tardive à l'époque romane

L’église Saint-Maïeul de Cluny, étude archéologique

Anne Baud

Texte intégral

  • 1 Selon une note de Philibert Bouché de la Bertillère.

1« Le sieur Bernard […], natif de Mâcon, ayant acheté de la nation cette église paroissiale, la fait démolir. Elle lui revient à 600 francs et elle vaut plus de 10 000 francs en numéraire », le 13 germinal an VI [2 avril 1798]1. »

2L’ancienne église Saint-Maïeul est aujourd’hui presqu’entièrement détruite. Connue pour avoir été une des trois paroisses de Cluny, elle est située au sommet de la colline occidentale, dominant à l’est l’abbaye et au nord la vallée de la Grôsne ; son emplacement correspond exactement à l’angle nord-ouest de l’enceinte du bourg médiéval (fig. 1). Démolie le 2 avril 1798, Saint-Maïeul n’a pas été toutefois complètement dérasée : le mur sud de la nef fut préservé sur toute sa longueur et pratiquement sur toute sa hauteur pour l’installation d’un atelier de faïences (fig. coul. 1). De même, la chapelle Notre-Dame-du-Scapulaire (XVe siècle) a été préservée des destructions.

  • 2 Nous remercions Monsieur et Madame Genoux, propriétaires de Saint-Maïeul, pour leur accueil.

3La faïencerie abandonnée, un prieuré bénédictin s’installe à la fin du XIXe siècle dans ces lieux chargés d’un passé religieux hautement symbolique : des bâtiments conventuels élevés au sud, s’adossent contre le parement extérieur de l’ancien mur et la chapelle gothique est utilisée comme priorale. Mais dès le début du XXe siècle, le prieuré est réaménagé en maison d’habitation occupée successivement par différents propriétaires2.

4À l’instar des autres paroisses de Cluny, l’église Saint-Maïeul était entourée d’un cimetière. Celui-ci, déplacé légèrement au nord-ouest au-delà de la rue des Trépassés, est devenu le cimetière communal. Depuis longtemps les vestiges de Saint-Maïeul suscitaient la curiosité de nombreux historiens et archéologues travaillant sur Cluny car exceptées quelques trop rares gravures modernes de l’édifice, on ignorait tout de sa morphologie et de son histoire. C’est ainsi que trois campagnes de fouilles et une campagne de relevés sur la façade ont été conduites entre 1999 et 2003, avec la collaboration de Christian Sapin et des étudiants de l’université Lumière Lyon 2.

5L’étude anthropologique a été menée par Manuelle Turchetti (université Bordeaux 1), assistée d’Olivier Lapie (université Lumière Lyon 2). Dans le cadre de cette publication, la synthèse scientifique a été rédigée par Emma Bouvard, doctorante en archéologie médiévale (université Lumière Lyon 2 ; cf. infra Bouvard).

1. L’ÉGLISE SAINT-MAÏEUL À TRAVERS LES SOURCES TEXTUELLES ET ICONOGRAPHIQUES

  • 3 Fouilles dirigées par Chr. Sapin et A. Baud (2006-2009).
  • 4 Ces observations ont été effectuées par Gilles Rollier.

6Si les origines historiques de l’abbaye de Cluny sont aujourd’hui assez bien cernées grâce aux nombreuses études réalisées depuis l’édition des chartes de Cluny (Bernard, Bruel 1876-1912), ce n’est que depuis peu que l’on connaît la nature de l’occupation antérieure au monastère3. Fondée en 910 par Guillaume d’Aquitaine dans la villa cluniacensis, l’abbaye connaît un rapide essor au cours des Xe et XIe siècles et un rayonnement exceptionnel en Occident. Les dernières recherches archéologiques montrent que les moines seraient venus s’installer dans la domus villae et qu’ils auraient probablement utilisé dans un premier temps la chapelle seigneuriale comme église abbatiale (Baud, Sapin à paraître). Cette occupation primitive à proximité de la Grôsne se trouve à une centaine de mètres environ des traces d’un premier habitat, découvert fortuitement à l’ouest de la rue des Trépassés. Daté approximativement, en dehors de toute étude archéologique, des Xe-XIe siècles, il se trouve non loin de l’église Saint-Maïeul4.

Fig. 1 : Cluny (Saône-et-Loire), plan de Cluny vers 1300, d’après F. Quesnard (DAO : N. Fravalo).

7Le développement de l’abbaye génère toutefois la formation d’un bourg dont les meilleurs témoignages résident dans les maisons romanes qui bordent les rues de la ville actuelle. Mais à l’instar de l’abbaye, son origine est très mal documentée. Selon Benoît Dumolin, érudit clunisois du milieu du XVIIIe siècle, le premier noyau se situerait autour de l’église Saint-Jean-Baptiste dédiée plus tard à saint Maïeul ; aucune source textuelle ne corrobore cependant cette hypothèse. Pour B. Dumolin, il s’agirait de la première « église paroissiale ». En réalité, ce n’est qu’au début du XIIIe siècle que Saint-Maïeul est attestée comme paroisse au même titre que Sainte-Marie (Notre-Dame) et Saint-Odon (Saint-Marcel).

1.1. LES SOURCES TEXTUELLES

8Outre les données de terrain, les textes médiévaux et modernes constituent une source d’information primordiale. Les plus anciens textes sont issus des coutumiers clunisiens rédigés au cours du XIe siècle.

  • 5 Liber tramitis 69, p. 101, 16-21 : « [...] sed ad basilicam quae est suo nomine dicata pargant [... (...)
  • 6 Liber tramitis 1, 15-16 ; Liber Tramitis 54-2, p. 69 : « Venientes autem ad aecclesiam citra monast (...)
  • 7 Liber tramitis 13-4, p. 23.
  • 8 Liber tramitis 167, p. 241: « [...] pergunt ad aecclesiam extra monasterium [...] » ; Liber tramiti (...)
  • 9 Liber tramitis 71, 9-16, p. 106.

9Le Liber tramitis (Liber Tramis 1980), écrit entre 1027 et 1033, cite l’édifice sous le terme d’ecclesia, mais également de basilica notamment à l’occasion de la procession des moines, le jour de la fête de saint Maïeul5, celle des Rameaux6 et peut-être lors des fêtes de Noël7, des Rogations8 et de l’Ascension9 pour lesquelles la procession se dirige vers une église située à l’extérieur du monastère. Il est alors précisé que les moines prient pour les défunts qui y reposent. La procession est confirmée dans les autres coutumiers de Bernard et d’Ulrich (fin XIe siècle ; Méhu 2001, p. 216).

  • 10 Patroli latin, 146, col. 1293-1295.

10L’église est de nouveau citée en 1063 à l’occasion de la querelle qui divise Drogon, évêque de Mâcon et l’abbé Hugues de Semur. Drogon s’insurge contre Cluny à cause des privilèges pontificaux qui lui sont conférés et qui, par conséquent, anéantissent toute forme d’autorité diocésaine. Accompagné par une troupe armée, l’évêque tente d’entrer dans Cluny, mais il est arrêté à Saint-Maïeul10. Enfin, au cours d’une nouvelle confirmation des privilèges de Cluny en 1072, le pape Grégoire VII mentionne encore Saint-Maïeul ainsi que deux autres « chapelles », Sainte-Marie et Saint-Odilon, bénéficiant au même titre que l’abbaye de l’exemption et de l’immunité.

  • 11 Bull. Calixte II, no 143, p. 211 (22 février 1120).

11Le statut paroissial de Saint-Maïeul apparaît relativement tard dans les textes. Au XIIe siècle, les deux seules églises mentionnées comme paroisses sont Sainte-Marie et Saint-Odon (plus tard, Saint-Marcel)11. En 1100 et 1248, on cite le nom des chapelains desservant l’église, mais il faut attendre la deuxième moitié du XIIIe siècle pour que les chartes clunisiennes livrent le nom d’un curé et d’un vicaire (Méhu 2001, p. 219). Saint-Odilon, situé à l’extérieur des murs de la ville, reste une simple chapelle.

12Si l’on aborde les sources modernes, le texte de B. Dumolin (Dumolin 1793-1817) fournit davantage d’informations architecturales et liturgiques que le document juridique que constitue l’acte de vente (Arch. dép. Saône-et-Loire, série Q, district Mâcon, registre 2, n° 3/28, ventôse an VI). On apprend ainsi, que « les deux chapelles voûtées » qui flanquaient le sanctuaire étaient dédiées, au sud, à saint Jacques et, au nord, « aux saints invoqués autrefois pour patrons de la paroisse », soit saint Thibault et saint Jean-Baptiste. Selon l’auteur, le premier vocable de l’église aurait été saint Jean-Baptiste. Par la suite, un chapelain lui aurait donné le nom de son saint patron, Thibault. À cette occasion, il aurait « élevé au matin de l’église un dôme en cul-de-lampe que l’on a détruit de nos jours et dont les matériaux ont servi à la construction de l’hôtel-Dieu de la ville » (Dumolin 1793-1817, f° 5). Au sud, les deux chapelles fondées aux XIVe et XVe siècles étaient vouées à saint Maïeul, pour la plus ancienne et la « plus voisine de la porte d’entrée » et à Notre-Dame-du-Scapulaire pour la plus récente et « la plus considérable ». Rappelons que la première est aujourd’hui totalement détruite tandis que la seconde est encore bien conservée.

13B. Dumolin apporte certaines précisions sur l’organisation de l’espace ecclésial et sur l’appareil mis en œuvre. Il mentionne une nef unique et lambrissée et un clocher carré situé derrière le sanctuaire, semblable à celui de l’église de Cotte. Celle-ci existe encore aujourd’hui le long de « la voie verte » ; réhabilitée en maison d’habitation, son clocher est hélas détruit. L’auteur explique également que les deux chapelles voûtées, situées de part et d’autre du maître-autel, se trouvent dans « l’enfoncement » et que la sacristie est sur la droite du maître-autel. Enfin, il consacre une longue description à l’appareil « en arêtes de poisson » du mur occidental « privé de cet enduit si nécessaire ». Il remarque que « depuis le cintre de la porte presque jusqu’au toit de l’église, les pierres conservent de rang en rang, le même ordre dans leur arrangement ».

1.2. LES SOURCES ICONOGRAPHIQUES

  • 12 Abbaye de Cluny et ses dépendances, veües de cet aspect. Ville de Cluny et ses dehors de cet aspect (...)
  • 13 Vue de la ville de Cluni près du pont de la Levée, 1784. Gravure à l’eau forte et au burin de Masqu (...)

14Deux dessins modernes ayant l’abbaye comme sujet principal présentent l’église Saint-Maïeul en second plan : Abbaye de Cluny et ses dépendances, veües de cet aspect. Ville de Cluny et ses dehors veües de cet aspect12 et un dessin de Lallemand, Vue de la ville depuis le pont de la Levée13. Malgré les formes peu précises ou la schématisation architecturale, ces relevés mettent en évidence l’importance du chevet dominé par un haut clocher.

15Le plan Terrier de 1772 situe Saint-Maïeul dans l’ensemble du parcellaire clunisois (fig. 2). L’église est matérialisée sous la forme d’un rectangle subdivisé en trois. Alors que l’extrémité orientale est consacrée à l’emplacement du clocher, la travée intermédiaire figure l’autel. Sur le côté sud, sont placées les deux chapelles votives dédiées, à l’ouest, au Cœur de Jésus et, à l’est, au Saint-Scapulaire ; contre cette dernière, est probablement représentée la sacristie. Le cimetière se développe au sud-ouest de l’église tandis qu’à l’est se trouve le jardin de la cure.

2. ÉTUDE ARCHÉOLOGIQUE

16Les travaux archéologiques menés sur le site ont permis de restituer le plan et les élévations de l’église aujourd’hui disparue. On distingue deux états principaux, sachant que le deuxième est essentiellement dû à la reconstruction du chevet. Le rajout de chapelles votives et le couvrement lambrissé de la nef constituent les autres modifications architecturales attestées.

2.1. L’ÉGLISE DE L’AN MIL (fig. 3 et 4)

17L’église primitive, strictement orientée, était entièrement construite en opus spicatum. Elle correspond, selon toute vraisemblance, à l’ecclesia ou basilica mentionnée au début du XIe siècle dans le Liber tramitis.

18Outre le mur sud relativement bien conservé sur l’ensemble de sa hauteur, les premières assises du mur nord ont été dégagées en fouille, sur un tiers de la nef orientale, permettant de restituer un long vaisseau unique de 27,50 m sur 9 m de large. À l’est le dégagement de structures maçonnées a mis en évidence un premier chevet tripartite. De petite dimension, il était composé d’un sanctuaire légèrement rectangulaire (4,50 m sur 5,20 m), entouré de deux absidioles (2,50 m x 4,50 m) comprises dans des massifs empattés.

19La chapelle septentrionale est la mieux conservée ; au sud, l’installation de canalisations modernes a largement perturbé les murs et les niveaux en place ; à l’est, les matériaux du mur du sanctuaire ont été entièrement récupérés. À l’origine, le bâtiment était charpenté avec probablement un plafond de bois. Bien que souvent reconstruits, les exemples de Reichenau, Steinbach, Froville (1080), Mairy (1130) et Scy (1130) donnent ainsi une idée du volume intérieur de l’église.

2.1.1. La nef

  • 14 Information donnée par Chr. Sapin.
  • 15 Chr. Sapin nous a communiqué les dimensions qui suivent : pour Saint‑Sauveur de Melun (milieu XIe s (...)

20Selon B. Dumolin, la porte principale de l’église, décrite comme cintrée, était située à l’ouest de l’église tandis qu’une porte secondaire, placée au sud, en haut de la nef, ouvrait sur le cimetière. Cette dernière, conservée dans l’élévation actuelle, a été modifiée tardivement. À l’origine, elle était surmontée d’un arc composé de pierres posées de chant et mesurait 2 m de large pour une hauteur de 3,50 m environ depuis le niveau du sol médiéval. Après la destruction de l’église, la hauteur de la porte fut réduite grâce à la mise en place d’un linteau de bois venant prendre appui, à l’ouest, sur un nouveau piédroit maçonné comme l’attestent la césure verticale et le changement d’appareil. Par ailleurs, l’extrémité de l’arc fut détruite par l’aménagement d’une longue baie étroite (2,80 m x 1 m) située légèrement plus haut. Appuyée contre le pilier de l’arc triomphal, la porte mesure actuellement 1,70 m de large sur 2,30 m de haut depuis le sol moderne. Sept fenêtres à simple ébrasement intérieur étaient ménagées tous les 2 m, dans la partie supérieure du mur sud, soit à 5,40 m au-dessus du sol. On peut supposer que le mur nord possédait le même nombre de baies, assurant ainsi un éclairage intense dans la nef, que l’unité de l’espace ne faisait qu’accroître. Au cours des réaménagements successifs de la façade, la plupart des fenêtres ont été condamnées, puis certaines détruites. Une seule, la troisième, à partir du sanctuaire, était encore récemment ouverte ; elle donnait sur les combles de Notre-Dame-du-Scapulaire. Leurs dimensions étaient particulièrement grandes : 3 m de haut sur 1,80 m de large, côté intérieur, et 2 m sur 1,20 m, côté extérieur. Surmontées d’un arc de même typologie que celui de la porte méridionale, les baies comprenaient un appui et des piédroits maçonnés. Grâce à l’ouverture de la troisième baie, une observation de l’ébrasement fut rendue possible : large de 0,75 m, celui-ci présente de part et d’autre de la fenêtre, un alignement de sept petits trous distants entre eux d’une dizaine de centimètres ; ce dispositif pourrait correspondre à l’ancrage d’une fermeture de bois selon l’exemple du prieuré de Villars (Saône-et-Loire)14. Si l’on revient aux dimensions accordées aux fenêtres, on constate que leur largeur intérieure (1,80 m) est quasi identique à celle de la portion de mur qui les sépare. Ces proportions renvoient à la tradition architecturale carolingienne pour laquelle, le couvrement charpenté favorise les grandes baies ouvertes dans les murs gouttereaux selon l’exemple, déjà cité, de Saint-Georges d’Oberzell à Reichenau. Par ailleurs, les travaux de Chr. Sapin sur les édifices antérieurs à l’an mil montrent que certaines églises, comparables par l’architecture à Saint-Maïeul, mais bien datées du XIe siècle, comme Saint-Sauveur de Melun, Saint-Étienne de Déols et Saint-Père-sous-Vézelay, présentent des baies plus réduites et plus espacées15.

Fig. 2 : Cluny, église Saint-Maïeul : le plan terrier de 1772 (archives municipales de Cluny).

Fig. 3 : Cluny, église Saint-Maïeul : vue nord-sud du premier chevet (cliché : A. Baud).

Fig. 4 : Cluny, église Saint-Maïeul : hypothèses de restitution de l’état 1 (plan : A. Devillechaise, coupe : O. Callot, DAO : Y. Montmessin).

2.1.2. Le chevet

21Un arc triomphal, dont l’arrachement est encore visible à l’extrémité du mur sud, assurait la transition entre le long vaisseau relativement élevé et le chevet court et bas. Ce dernier était probablement voûté si l’on se fie à l’épaisseur des murs et aux contreforts rectangulaires qui renforcent chacun des angles du massif, à la retombée des arcs et à l’épaulement des chapelles. L’organisation des fenêtres est plus délicate. On peut toutefois proposer une restitution d’après des exemples similaires choisis notamment dans l’architecture asturienne, telle que l’église de San-Salvador de Priesca. Il est ainsi vraisemblable que les absidioles aient reçu, chacune dans l’axe de l’hémicycle, une fenêtre relativement étroite qui tenait compte de l’épaisseur du mur. Le sanctuaire, terminé par un mur droit, devait être également éclairé par une baie unique, mais de plus vaste dimension.

22Le chevet fortement compartimenté rappellerait, mais en plus modeste, celui de la première phase de Cluny II ou de manière plus sûre celui de Saint-Michel-de-Cuxa (fin Xe siècle). L’absence de communication entre le sanctuaire et les chapelles latérales induit une liturgie indépendante du célébrant et de ses acolytes dont la circulation se faisait nécessairement par le haut de la nef. La mise au jour du massif de fondations des autels, dans le sanctuaire et dans l’abside nord, a permis de restituer leur position au fond des chapelles mais non appuyés au mur.

23La première église Saint-Maïeul n’apparaît pas comme un cas isolé dans le paysage architectural bourguignon. L’utilisation de l’appareil en opus spicatum et le plan à chevet plat semblent être une pratique courante dans les constructions globalement datées de l’an mil : Prayes, Saint-Clément-sur-Guye, Saint-Laurent de Tournus (Baud, Rollier à paraître). La première utilisation de l’opus spicatum dans les bâtiments civils et religieux remonterait au VIIIe siècle et se développerait jusqu’au début du XIe siècle qui marque une évolution certaine de l’architecture en Bourgogne du sud. L’adoption systématique de la voûte a suscité des techniques de construction fondées prioritairement sur le choix des matériaux et par conséquence sur celui de l’appareil. Par le biais de cette évolution, on est passé de la roche dure à la roche tendre, façonnable et mieux adaptée à l’appareil régulier.

2.1.3. Le premier cimetière de l’église Saint-Maïeul (fig. 5 et fig. coul. 2)

24La fonction funéraire est attestée à l’église Saint-Maïeul non seulement par les textes mais aussi par les nombreuses inhumations, mises au jour à l’intérieur et à l’extérieur de l’édifice dans l’emprise de la fouille, c’est-à-dire dans la partie sud-est du site. On peut déterminer plusieurs grandes phases. La première est associée à l’église primitive jusqu’à la reconstruction du chevet autour de 1200. Elle concerne dans un premier temps l’extérieur de l’édifice et plus particulièrement l’épaulement de la chapelle nord où l’on recense une vingtaine de sépultures orientées, en cercueil ou pleine terre. Parmi ces inhumations, une tombe se distingue des autres par son coffre maçonné. Située de manière privilégiée dans l’angle que forment le sanctuaire et la nef, elle semble contemporaine de la construction de l’église. On peut supposer qu’au sud du chevet, la répartition funéraire était similaire. De même, on ne possède guère d’informations sur la zone située à l’est du chevet en raison des modifications dues à sa reconstruction. Mais plus à l’est, à quelques mètres de l’ancien mur du sanctuaire, ainsi qu’au nord-est du chevet, une série d’inhumations (sép. 96 et 94, puis sép. 104 et 81 ; sép. 81 coupée par les murs du nouveau chevet) atteste le développement du cimetière avant 1200. À l’intérieur de l’église, les premières sépultures ne sont guère antérieures au XIIe siècle. Une inhumation que l’on peut considérer comme « privilégiée » a été placée dans la chapelle nord, juste devant l’autel. Dans la nef, plusieurs tombes s’alignent en file dans l’axe de la chapelle nord et du sanctuaire. Cette organisation purement liturgique est clairement conditionnée par la présence des autels placés dans chacune des chapelles. On notera toutefois l’absence de tombe dans le sanctuaire, excepté une réduction d’au moins quatre individus, située contre le chaînage occidental. Il s’agit sans doute de sépultures perturbées par les travaux de reconstruction. Plusieurs fioles et ampoules de verre brisées accompagnaient cette première phase d’inhumations à l’intérieur de l’église. De formes ouverte ou fermée, ces verres possédaient des fonctions liturgiques variées entre le XIIe et le XIIIe siècle, mais étaient plus spécifiquement utilisés comme réceptacles d’eau bénite (Foy 1996). Ce sont probablement les nombreuses ré-inhumations successives qui ont causé la dispersion des verres. La découverte de deux oboles de l’archevêché d’Arles confirme cette première phase d’inhumations autour du XIIe siècle.

2.1.4. Le statut primitif de l’église

  • 16 Niermeyer J.-F. Medievae latinitatis lexicon minus. Leyden : 1984, p. 813. Quatrième sens du terme (...)

25Les études anthropologiques (cf. infra Bouvard), croisées avec les textes et l’étude du bâti, éclairent incontestablement l’identité du groupe social inhumé tout d’abord à proximité, puis à l’intérieur de l’édifice. L’anthropologie a montré, en effet, qu’il s’agissait, dès l’origine, d’une population composée d’hommes, de femmes et d’enfants, autrement dit d’une population à caractère « paroissial ». Dans son ouvrage sur la ville de Cluny, Didier Méhu reprend brièvement la question des morts à propos de l’église Saint-Maïeul. À cette occasion, il cite une thèse de Peter Dinter qui s’appuie sur un autre passage du Liber Tramitis : concernant le décès des hommes venant de prendre l’habit pour cause de maladie ou de mort imminente et qui n’étaient pas encore entrés dans le monastère, il est précisé que les moines ne devaient pas s’occuper d’eux, sauf s’ils étaient enterrés au cimetière des frères ou dans un lieu approprié pour de tels défunts. En aucun cas ils ne devaient être enterrés au populare cimiterium (Méhu 2001, p. 218). Selon P. Dinter, Saint-Maïeul constituerait ce lieu approprié. Or les derniers résultats archéologiques offrent une autre hypothèse peut-être plus satisfaisante. On constate, en effet, que deux termes sont utilisés dans le coutumier pour qualifier des lieux d’inhumation pour les laïcs : cimiterium laicorum et populare cimiterium. Si le premier (cimiterium laicorum) désigne le cimetière des laïcs à l’intérieur du monastère, le deuxième (populare cimiterium) pourrait être attribué à une autre église hors monastère, identifiable aujourd’hui à Saint-Maïeul. En outre, cette attribution corroborerait le sens attribué par Niermeyer à populare16.

26Mais que sait-on de l’origine de la fondation de Saint-Maïeul ? L’édifice présente plusieurs caractéristiques architecturales antérieures à l’an mil tels que le plan, l’appareil des murs et des baies ainsi que les grandes fenêtres rapprochées.

  • 17 Observations effectuées par G. Rollier.
  • 18 Le culte de saint Maïeul se diffuse très rapidement après sa mort. D’après le Liber tramitis, des r (...)

27Les découvertes fortuites17 effectuées à quelques dizaines de mètres du site attestent une première occupation villageoise qui pourrait être à l’origine, avec la construction de l’église, du premier bourg monastique. Plus tard, sans doute dès le XIe siècle, l’attraction exercée par l’abbaye génère-t-elle ou modifie-t-elle l’organisation des quartiers autour des nouvelles paroisses Notre-Dame et Saint-Odon ? Saint-Maïeul se retrouve alors décentrée du cœur du bourg. Il est fort probable que construite au cours du Xe siècle (autour de 950 ?), l’église reçoive un nouveau vocable après 994, en l’honneur du saint abbé mort et enterré à Souvigny18. Rappelons que la tradition, relayée par B. Dumolin, rapporte qu’elle était primitivement dédiée à saint Jean-Baptiste.

Fig. 5 : Cluny, église Saint-Maïeul : plan des structures de l’église et répartition des sépultures (DAO : N. Fravalo).

2.2. RECONSTRUCTION DU CHEVET DE L’ÉGLISE

28C’est vers la fin du XIIe siècle, lorsque Saint-Maïeul est officiellement mentionnée comme paroisse, qu’elle se dote d’un nouveau chevet beaucoup plus ample que le précédent et surmonté d’un clocher. Ce dernier confirme le statut paroissial de l’église et joue également le rôle de tour de guet (Méhu 2001, p. 515). Ses limites extérieures n’ont pu être repérées en raison de nombreuses contraintes d’ordre végétal ou hydraulique du terrain. Par ailleurs, l’extrémité orientale du bâtiment avait été totalement dérasée et les matériaux de construction récupérés. Il s’agit peut-être de la destruction du « dôme en cul-de-lampe » que mentionne B. Dumolin lors de la description du site.

2.2.1. Un chevet échelonné (fig. 6)

29Les structures conservées uniquement en fondations ont permis de restituer un chevet échelonné, édifié à l’emplacement et dans le prolongement du précédent selon un axe sud-est bien marqué. Il était composé d’une première travée dont les importantes fondations est-ouest, retrouvées en fouille, correspondent aux substructures du clocher, suivie d’une deuxième travée s’ouvrant sur une abside axiale. Celle-ci, bien que totalement détruite, fut repérée grâce à un léger tracé en négatif au sol. Ce nouveau chevet beaucoup plus ample que le précédent a été implanté dans l’amorce de la pente ouest-est de la colline, celle-ci étant compensée par de larges fondations en paliers. Alors que la base des piliers occidentaux est encore conservée, il ne subsiste rien des piliers orientaux pas plus que de l’abside axiale. Il est probable que la récupération des matériaux ait été réalisée à partir de l’est dans les secteurs les plus bas.

30Le clocher que B. Dumolin compare à celui de Cotte était flanqué de deux absidioles dont les murs extérieurs se prolongeaient jusqu’à l’ancienne nef conservée. Seuls les murs nord et sud de la chapelle septentrionale ont été dégagés ; on proposera une extrémité arrondie et la restitution de la chapelle sud en symétrie. On ignore, en revanche, de quelle manière se raccrochait la nouvelle structure au chaînage primitif.

31Des passages étaient ménagés entre le clocher et les chapelles latérales impliquant une nouvelle circulation à l’intérieur du chevet. Ce schéma architectural correspond assez bien aux descriptions modernes de l’église : les chapelles voûtées, vues depuis la nef, apparaissaient au visiteur dans « l’enfoncement ». Par ailleurs, la confrontation des données textuelles et archéologiques semble indiquer que l’emplacement de l’autel principal, le « maître-autel », n’a pas changé : on conserve ainsi la fonction liturgique au sanctuaire primitif, ce qui explique l’absence d’inhumation dans ce lieu sacré.

  • 19 Il s’agit d’un décor peint récurrent dans l’architecture médiévale. À titre d’exemple, on évoquera (...)

32Les maçonneries sont réalisées en moellons de pierre calcaire, composées d’assises régulières liées avec un mortier de chaux, comparable à celui qui avait été utilisé dans la construction de la Maior ecclesia. Plusieurs éléments lapidaires ont été retrouvés dans les remblais de destruction qui comportent majoritairement des traces de taille brettelée ; certaines pierres sculptées sont caractéristiques de la période gothique. De nombreux fragments d’enduit blanc, décorés de faux joints rouges et provenant de la destruction du chevet sont identiques au troisième revêtement mural (E 5), observé sur le parement intérieur de la nef. Soigneusement lissé en surface, cet enduit est badigeonné et comprend un décor de faux-appareil à doubles traits verticaux19. Cette campagne de rénovation des murs est probablement contemporaine de la reconstruction du chevet. Il s’agit sans doute d’une rénovation générale de murs intérieurs de l’église en vue d’une homogénéisation des élévations disparates.

Fig. 6 : Cluny, église Saint-Maïeul : hypothèses de restitution de l’état 2 (plan : A. Devillechaise, coupe : O. Callot, DAO : Y. Montmessin).

33La restitution du couvrement du nouveau chevet n’est pas aisée. Si l’on peut envisager une coupole sous le clocher et des voûtes d’ogive (ou d’arête) pour les chapelles latérales, il est délicat, sans preuve archéologique, d’envisager une voûte sur l’ancien sanctuaire. En effet, en l’absence de supports intérieurs et de fondations spécifiques, il semble plus prudent de proposer une couverture charpentée couvrant l’ensemble de l’espace et s’inscrivant dans la suite de l’ancienne nef.

2.2.2. Les remaniements gothiques (fig. 7)

34Les remaniements gothiques concernent la construction des chapelles latérales et d’un voûtement lambrissé sur la nef. La première chapelle, fondée au XIVe siècle, est dédiée à saint Maïeul, la seconde, placée sous le vocable de Notre-Dame-du-Scapulaire, est fondé en 1438 par Jean Germain, évêque de Châlon-sur-Saône. Si la première a été détruite, son arc d’ouverture reste cependant lisible sur l’élévation anciennement intérieure. La seconde est bien conservée mais naturellement condamnée du côté de la nef. Elle présente deux travées voûtées d’ogives ; les arcs reposent sur des culots sculptés. La chapelle est contrebutée au sud par deux contreforts angulaires disposés de biais. De ce même côté, elle était éclairée par deux grandes baies ogivales dont une seule, la baie orientale, est conservée ; à l’ouest, la fenêtre a été condamnée probablement au XIXe siècle et une porte, surmontée d’une petite fenêtre, a été ménagée dans le bouchage. La porte est aujourd’hui murée au profit d’un nouvel accès situé à l’est, à proximité d’une troisième baie de même typologie que les précédentes. La construction de la seconde chapelle entraîne une modification du couvrement de l’église qui reçoit un voûtement lambrissé dont l’arrachement est encore visible à 7,30 m environ au-dessus du sol. À cette occasion, un nouvel enduit comportant un décor de faux-appareil (E 7) et simulant un damier peint en rouge et blanc (?) recouvre l’ensemble des élévations, tout du moins celles de la nef. À 7 m au-dessus du sol, un médaillon comprenant une fleur quadrilobée suggère l’existence d’une frise continue tout le long du mur à mi-hauteur de la nef.

Fig. 7 : Cluny, église Saint-Maïeul : hypothèses de restitution de l’état 3 (plan : A. Devillechaise, coupe : O. Callot, DAO : Y. Montmessin).

35La construction de la chapelle du XVe siècle, ainsi que l’installation de la voûte, condamnent cinq fenêtres sur les sept du mur sud. Les deux baies conservées se retrouvent, réparties de part et d’autre de la grande chapelle, en pénétration dans la voûte. L’éclairement de l’église en a été considérablement modifié, puisqu’au sud la lumière provient des baies subsistantes et des nouvelles fenêtres des chapelles latérales.

2.2.3. Évolution des zones cimetériales

36Bien que le chevet soit déporté vers l’est, les anciennes zones funéraires accueillent toujours de nouvelles inhumations. C’est le cas de l’épaulement de l’ancienne chapelle nord de telle sorte que les tombes anciennes et nouvelles se trouvent intégrées dans l’aile septentrionale du sanctuaire, impliquant la présence de pierres tombales ou autres marques de surface ; on peut supposer un phénomène identique pour l’aile sud. On note également que la tombe en pierre située contre le mur du sanctuaire, emplacement très privilégié, est réutilisée. Il en est de même pour l’ancienne chapelle nord dont la tombe est réemployée à plusieurs reprises. On peut d’ailleurs envisager, dans un premier temps, la conservation éventuelle de(s) l’autel(s) alors que la(es) chapelle(s) étai(en)t détruite(s) selon l’exemple de Saint-Guilhem-le-Désert. En revanche l’espace sacré de l’autel principal reste épargné de toute inhumation. Le nouveau chevet reçoit à son tour des sépultures notamment dans l’absidiole nord et dans la travée du clocher. L’abside principale ne semble pas être touchée. Pour la nef, la question est plus délicate : soit les anciennes tombes sont réutilisées jusqu’à l’époque moderne, ce qui signifie en fin de compte très peu d’inhumations, soit l’on enterre dans la nef assez tardivement en occupant plus densément l’espace destiné aux fidèles.

37À partir de la fin du Moyen Âge jusqu’à la destruction de l’église au début du XIXe siècle, le cimetière extérieur se développe vers le sud, selon les indications du plan terrier, en même temps que les tombes se multiplient à l’intérieur de l’église. Enfin, ce qui semble être un caveau maçonné vient s’implanter au nord-est de la nef, à l’avant de l’ancienne chapelle nord. Son plan forme un rectangle de 3,60 m x 2,14 m à l’extérieur et détermine un espace ovalaire à l’intérieur. Il ne comporte aucune sépulture lui étant contemporaine. Cette multiplication des inhumations d’origine paroissiale correspond vraisemblablement à celle de la population dans le quartier de Saint-Maïeul.

38Pour finir, on mentionnera trois sépultures installées après la destruction du chevet de l’église, dans les ruines des fondations, soit à l’extrême fin du XVIIIe ou au début du XIXe siècle avant que le lieu abandonné ne soit récupéré par la faïencerie. Ces inhumations ont été effectuées alors que le cimetière municipal était en cours d’installation au nord de l’église, au-delà de la rue des Trépassés. Elles sont clairement révélatrices d’une tradition funéraire ancestrale qui mêle étroitement sacralité d’un lieu consacré et regroupement familial.

CONCLUSION

39Dernière paroisse attestée dans le bourg de Cluny, Saint-Maïeul, fondée au cours du Xe siècle, constitue sans doute la première église à fonction paroissiale comme le montre la mise au jour partielle de son ancien cimetière. Son architecture en opus spicatum s’inscrit dans la tradition régionale qui voit le développement de cette mise en œuvre dès la période carolingienne, qu’il s’agisse d’édifices civils ou religieux. Sa position très décentrée du bourg médiéval peut s’expliquer par la présence d’un premier habitat à l’ouest de l’église. Si l’on ne connaît pas précisément la datation de la fondation de l’église Saint-Maïeul, on serait tenté de la rattacher au tout premier monastère de Cluny.

40La reconstruction d’un nouveau chevet doté d’un clocher, réalisée à la fin du XIIe siècle, concorde avec la mention officielle du statut paroissial accordé à Saint-Maïeul. Toutefois, cet ample chevet échelonné ne supprime pas l’ancien sanctuaire ou plus exactement l’autel primitif qui conserve sa fonction liturgique, comme le confirme la description de B. Dumolin et l’absence de tombe dans ce lieu consacré.

  • 20 Dès le décret de Gratien, rédigé entre1140 et 1150, les conciles multiplient les cas d’exceptions.

41Si le cimetière n’a fait l’objet que d’une fouille extrêmement partielle, on saisit néanmoins que l’entrée massive des morts à l’intérieur de la nef et dans les nouvelles chapelles du chevet s’est effectuée dès la fin du Moyen Âge, phénomène que l’on peut probablement attribuer au « relâchement » des décrets conciliaires sur la question de l’entrée des morts dans l’église20.

Bibliographie

Bibliographie

Baud A., Rollier G. à paraître. Les modes de construction aux Xe et XIe siècles dans le clunisois : l’exemple de l’opus spicatum. In Cluny, le monachisme et la société au premier âge féodal : actes du colloque de Cluny, 9-11 septembre 2010.

Baud A., Sapin Chr. à paraître. Les fouilles de Cluny, état des recherches récentes sur les débuts du monastère et ses églises, Cluny I et Cluny II. In Cluny, le monachisme et la société au premier âge féodal : actes du colloque de Cluny, 9-11 septembre 2010.

Bernard A, Bruel A. 1876-1912. Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny. Paris : A. Bernard et A. Bruel Éd. 6 vol.

Liber tramitis 1980 : Dinter P. (éd.). Liber tramitis aevi Odilonis abbatis. Siegburg : F. Schmitt. 379 p. (Corpus Consuetudinum Monasticarum ; X).

Dumolin B. 1793-1817. Description historique et topographique de la ville, abbaye et banlieue de Cluny depuis leur fondation jusqu’à l’heureuse Révolution de 1789. Archives municipales de Cluny, ms. 71, 76-83.

Foy D. 1996. Dépôts de verre et rites funéraires. In Archéologie du cimetière chrétien : actes du 2e colloque de l’Association en région Centre pour l’histoire et l’archéologie, Orléans, 29 septembre-1er octobre 1994. Tours : CNRS Éd., p. 215-224.

(Revue Archéologique du Centre de la France. Suppl. ; 11).

Méhu D. 2001. Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny, Xe-XVe siècle. Lyon : Presses universitaires de Lyon. 636 p. (Coll. d’histoire et d’archéologie médiévales ; 9).

Ragut M.-C. (éd.) 1864. Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon, connu sous le nom de Livre enchainé. Mâcon : É. Protat. 588 p.

Notes

1 Selon une note de Philibert Bouché de la Bertillère.

2 Nous remercions Monsieur et Madame Genoux, propriétaires de Saint-Maïeul, pour leur accueil.

3 Fouilles dirigées par Chr. Sapin et A. Baud (2006-2009).

4 Ces observations ont été effectuées par Gilles Rollier.

5 Liber tramitis 69, p. 101, 16-21 : « [...] sed ad basilicam quae est suo nomine dicata pargant [...] » ; p. 102, 1-16.

6 Liber tramitis 1, 15-16 ; Liber Tramitis 54-2, p. 69 : « Venientes autem ad aecclesiam citra monasterium [...] ».

7 Liber tramitis 13-4, p. 23.

8 Liber tramitis 167, p. 241: « [...] pergunt ad aecclesiam extra monasterium [...] » ; Liber tramitis 70-2, p. 104.

9 Liber tramitis 71, 9-16, p. 106.

10 Patroli latin, 146, col. 1293-1295.

11 Bull. Calixte II, no 143, p. 211 (22 février 1120).

12 Abbaye de Cluny et ses dépendances, veües de cet aspect. Ville de Cluny et ses dehors de cet aspect, 1668-1672. Gravure au burin en trois plaques d’après un dessin de Louis Prévost. 0,51 m x 1,38 m. Cluny : Musée d’art et d’archéologie. Inv. 896.5.20.

13 Vue de la ville de Cluni près du pont de la Levée, 1784. Gravure à l’eau forte et au burin de Masquelier d’après un dessin à la plume et aquarellé de Jean‑Baptiste Lallemand. BnF, Cabinet des estampes, collection Destailleur. 0,349 x 0,21 m. Cluny : Musée d’art et d’archéologie. Inv. D 896.5.14, Uc. 26, f° 195.

14 Information donnée par Chr. Sapin.

15 Chr. Sapin nous a communiqué les dimensions qui suivent : pour Saint‑Sauveur de Melun (milieu XIe siècle), baies larges d’1,12 m et espacées de 1,82 m ; pour Saint‑Étienne de Déols (XIe siècle) et Saint‑Père‑sous‑Vézelay (XIe siècle) baies larges d’1,45 m et espacées de 3 m.

16 Niermeyer J.-F. Medievae latinitatis lexicon minus. Leyden : 1984, p. 813. Quatrième sens du terme populare. Je remercie tout particulièrement Cécile Treffort de m’avoir orientée sur cette définition.

17 Observations effectuées par G. Rollier.

18 Le culte de saint Maïeul se diffuse très rapidement après sa mort. D’après le Liber tramitis, des reliques de saint Maïeul sont placées dans un vase, dans l’église abbatiale (Liber tramitis 189, p. 261, 1.7-10).

19 Il s’agit d’un décor peint récurrent dans l’architecture médiévale. À titre d’exemple, on évoquera l’église paroissiale de Saint‑Saulge, Saint‑Pierre‑aux‑liens, l’ancienne église paroissiale de Limanton ou encore Saint‑Aubin (Côte‑d’Or).

20 Dès le décret de Gratien, rédigé entre1140 et 1150, les conciles multiplient les cas d’exceptions.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Cluny (Saône-et-Loire), plan de Cluny vers 1300, d’après F. Quesnard (DAO : N. Fravalo).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3710/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 2 : Cluny, église Saint-Maïeul : le plan terrier de 1772 (archives municipales de Cluny).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3710/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 3 : Cluny, église Saint-Maïeul : vue nord-sud du premier chevet (cliché : A. Baud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3710/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 4 : Cluny, église Saint-Maïeul : hypothèses de restitution de l’état 1 (plan : A. Devillechaise, coupe : O. Callot, DAO : Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3710/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 5 : Cluny, église Saint-Maïeul : plan des structures de l’église et répartition des sépultures (DAO : N. Fravalo).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3710/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 6 : Cluny, église Saint-Maïeul : hypothèses de restitution de l’état 2 (plan : A. Devillechaise, coupe : O. Callot, DAO : Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3710/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 7 : Cluny, église Saint-Maïeul : hypothèses de restitution de l’état 3 (plan : A. Devillechaise, coupe : O. Callot, DAO : Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3710/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search