Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

L’archéologie lyonnaise avec Jean-François Reynaud

Gilbert Franck et Jacques Lasfargues

Texte intégral

1Si le premier millénaire de l’histoire de Lyon constitue, à l’évidence, un formidable sujet d’étude de la fondation de la colonie romaine, puis du rayonnement religieux et politique de la métropole chrétienne, il faut bien reconnaître que, pour l’essentiel, l’intérêt des historiens ne s’est longtemps porté que sur sa période romaine, tropisme facilité par des découvertes majeures comme l’inscription de l’empereur Claude. Le mot « archéologie », créé par Jacob Spon, ne s’applique qu’à sa période romaine jusqu’au milieu du siècle dernier.

2Il faut toutefois rappeler que deux fouilles sur des sites paléochrétiens – Saint-Laurent de Choulans et Saint-Irénée – ont été conduites et publiées au milieu du XXe siècle par André Leroi-Gourhan et Amable Audin.

3Sans minimiser ces expériences isolées, c’est plus tard la fouille des églises de Saint-Just par Jean-François Reynaud qui marquera la naissance et les véritables premiers pas de l’archéologie médiévale à Lyon, au début des années 1960, avec le soutien du maire de Lyon, Louis Pradel. Il s’agissait là d’un site majeur dont le sort ultérieur a été l’objet de nombreuses tergiversations, après qu’ait été obtenue, notamment grâce au cabinet du Président de la République Valéry Giscard d’Estaing, l’annulation de la construction de l’immeuble prévu à l’emplacement du site archéologique.

4Dans les trente années qui suivirent, Jean-François Reynaud va étudier tous les sites chrétiens de Lyon : Saint-Laurent de Choulans, Saint-Irénée, le groupe cathédral Saint-Jean-Saint-Étienne-Sainte-Croix, Saint-Martin d’Ainay, pour ne citer que les plus importants à Lyon, tout en élargissant son territoire de fouille ou de direction de chantier à Vienne, Meysse, Salaise-sur-Sanne, Saint-Romain-le-Puy, Sain-Bel, etc.

5Il a mis en place ce vaste programme avec très peu de moyens, si ce n’est quelques bénévoles et ses étudiants de l’université dont certains avaient déjà une certaine expérience de la fouille et qui constitueront bientôt le cœur de l’équipe médiéviste lyonnaise. Certains d’entre eux sont devenus ensuite des acteurs majeurs de l’archéologie nationale et régionale : professeurs d’université, conservateurs de musée ou conservateurs des fouilles, directeurs des Antiquités, inspecteur général de l’Archéologie, directeurs ou chercheurs au CNRS et ce dans différentes spécialités, comme la période gallo-romaine.

6Un autre élément, majeur également, de cette éclosion de l’archéologie chrétienne lyonnaise a été la rapide décision de Jean-François Reynaud d’une ouverture vers des équipes qui constituaient alors des références indiscutables dans la discipline : celle de Grenoble, animée par Michel Colardelle, et surtout celles de Suisse et particulièrement celle de Genève dirigée par Charles Bonnet.

7Par ailleurs, l’équipe lyonnaise s’est très vite intégrée à des programmes nationaux ou internationaux, comme la « Topographie chrétienne », et a aussi été très innovante, par exemple avec l’archéologie des élévations, le développement de méthodes faisant appel à des techniques scientifiques nouvelles : dendrochronologie, datation grâce aux nouvelles méthodes physicochimiques comme le C14, etc.

8La fouille pose à son responsable de nombreux problèmes d’intendance : gestion du personnel salarié, recueil et suivi des subventions des collectivités, gestion du matériel, etc. C’est pour régler tous ces problèmes qu’il a fondé avec quelques amis, dès fin 1973, l’Association Lyonnaise de Sauvetage des Sites Archéologiques Médiévaux (ALSSAM) dont un autre rôle a été de regrouper les bénévoles sur le terrain et les personnes intéressées par les travaux, dont les cotisations à l’association et les participations à diverses activités ont apporté une contribution non négligeable au budget des fouilles. Dans un certain sens, l’ALSSAM a été une sorte de précurseur, privé, de l’Afan, puis de l’Inrap.

9Un aspect plus particulier de l’impact du développement de l’archéologie paléochrétienne à Lyon a été la décision de l’Institut pontifical d’archéologie chrétienne de choisir notre ville comme lieu principal de son XIe Congrès d’archéologie chrétienne (1986) en collaboration avec les villes de Vienne, Grenoble, Genève et Aosta. Ce congrès a connu un très grand succès et ses participants en parlent encore aujourd’hui !

10S’il en était besoin, le nombre et la qualité des auteurs de ces « Mélanges Reynaud » témoignent du retentissement que les travaux de Jean-François Reynaud ont eu dans les milieux européens de l’histoire et de l’archéologie paléochrétienne et médiévale et combien l’homme est apprécié de ses collègues, qui sont pour certains ses anciens étudiants.

11Pour clore cette courte présentation, nous voudrions rappeler sa thèse monumentale, publiée finalement en 1998 sous le titre de Lugdunum christianum dans la collection Documents d’archéologie française (Reynaud 1998).

Auteurs

Président-fondateur de l’ALSSAM

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search