Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Notre ami l’archéologue médiéviste

Marie-Félicie Perez-Pivot

Texte intégral

1Rappeler en quelques pages les faits marquants de la carrière universitaire de Jean-François Reynaud constitue pour moi un honneur, un plaisir, mais aussi une démarche un peu difficile : comment parler objectivement de quelqu’un que l’on connaît depuis sa jeunesse ?

2La « carrière » de Jean-François Reynaud est d’un grand classicisme à son époque, celle où de bonnes études d’histoire et une agrégation ouvraient tout d’abord les portes de l’enseignement secondaire ; ainsi, de 1964 à 1966, notre ami enseigna au lycée Jean-Perrin de Saint-Rambert, tout en gardant en tête son intérêt pour l’histoire de l’art médiéval ; il prépara une licence d’histoire de l’art pendant le service militaire puis une thèse de 3e cycle sur les églises romanes de la Dombes… Il fut recruté en 1966 comme « assistant » par M. Daniel Ternois qui, depuis son arrivée à Lyon en 1962, assurait toute l’histoire de l’art du Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine et qui fut bien aise de trouver un jeune et talentueux assistant. La première thèse fut soutenue en 1975 puis Jean-François Reynaud songea à une « grande » thèse sur les vitraux de la cathédrale Saint-Jean de Lyon. Les événements en décidèrent autrement. Il y eut d’abord cet incendie accidentel qui détruisit toute sa documentation figurée, puis des circonstances extérieures, la pression spéculative qui mettait en danger le patrimoine historique de la ville et obligea le jeune assistant à se jeter dans un domaine qu’il ne connaissait guère : celui de l’archéologie médiévale déjà existante dans certaines villes, comme Caen sous l’autorité de Michel de Boüard ou Genève sous celle de Charles Bonnet, alors que Lyon ne connaissait guère que l’archéologie gallo-romaine. Abandonnant les vitraux, Jean-François Reynaud alla consulter les autorités citées et, avec leur aide, s’improvisa en 1971 sauveteur des vestiges de l’église Saint-Just mis au jour par un promoteur immobilier. Ce fut un beau combat contre le temps et les administrations pour conserver ce qui paraissait tout à fait nouveau à Lyon : une succession de plusieurs églises sur le même site, entourées d’une nécropole importante. Ce fut aussi l’occasion de réunir et former les premiers étudiants-archéologues « médiévistes » à la fois enthousiastes et débutants dans ce type de fouilles. Chacun apprenait en travaillant et nos enfants même étaient embauchés pour manier la truelle.

3En 1972 nouveau hasard : les travaux d’agrandissement à venir du Palais de justice rendaient obligatoires des fouilles préalables. Tout naturellement, Jean-François Reynaud en fut responsable et c’était un tout autre chantier par sa taille et son importance symbolique : la mise en évidence d’un « groupe cathédral » de trois églises avec un baptistère utilisé du IVe au VIIIe siècle modifiait bien des données sur l’histoire religieuse de la ville fondée jusqu’alors essentiellement sur des textes. Les fouilles entre 1972 et 1977 firent de Jean-François Reynaud un « spécialiste » de l’archéologie médiévale, respecté et consulté en dehors de Lyon. Dans la ville même, il dirigea d’autres chantiers sur des édifices religieux (Saint-Laurent de Choulans, Saint-Irénée) et, à l’extérieur, entreprit des recherches archéologiques sur les églises de Vienne et d’autres encore dans la vallée du Rhône. Enfin, il participa à des fouilles hors de la région, par exemple au baptistère de Poitiers. Cette autorité trouva sa reconnaissance dans sa nomination à la Commission supérieure de la recherche archéologique et à la Commission supérieure des Monuments dans les années 1990.

4Pour l’archéologue nommé en 1978 responsable d’une équipe de recherches CNRS (URA 26), fonction qu’il assura jusqu’en 1993, la fouille ne constituait qu’une partie de ses charges. Outre son enseignement régulier à tous les niveaux, il lui fallait aussi rechercher des fonds pour le financement des travaux, recruter des fouilleurs et publier les résultats dans des rapports qui conditionnaient la suite des opérations de fouille. En cela il fut aidé par l’association ALSSAM fondée par Gilbert Franck qui prenait en charge une partie des démarches, mais demandait aussi de l’attention par des conférences et voyages qu’il assurait volontiers.

5Et la thèse d’État qu’il fallait absolument rédiger pour accéder au titre de professeur, que devenait-elle dans ce tourbillon d’activités et de publications ? Tout d’abord, son sujet fut réorienté vers ce qui paraissait essentiel : l’histoire monumentale des premiers temps chrétiens à Lyon qui, dépendant des résultats des fouilles, était sans cesse remise en question. Elle fut soutenue à la Sorbonne en avril 1986 sous la direction de Noël Duval et publiée, après d’ultimes remaniements, en 1998 sous le titre Lugdunum christianum, Lyon du IVe au VIIIe siècle : topographie, nécropoles et édifices religieux, dans la collection Documents d’archéologie française. La suite logique de la soutenance de la thèse d’État fut la nomination comme professeur en 1989, suivie de la direction du Département d’histoire de l’art et d’archéologie, qui l’amena à gérer des situations administratives et de personnel parfois difficiles, ce qu’il fit avec son habituel sens du dialogue.

6Mais il ne s’éloigna pas pour autant de la recherche, comme en témoigne la régularité des publications qui voient alterner communications précises sur une découverte et synthèses plus larges, comme les textes rédigés pour la première exposition nationale consacrée à l’archéologie médiévale : Des Burgondes à Bayard, mille ans de Moyen Âge. Recherches archéologiques et historiques. Elle voyagea dans différentes villes de 1981 à 1984 et Jean-François Reynaud y joua auprès de Michel Colardelle un rôle essentiel de commissaire. Toute aussi importante fut sa participation au XIe Congrès d’archéologie chrétienne en 1986. Ainsi était reconnue son autorité dans ce nouveau domaine de recherche.

7Une des caractéristiques de l’activité de recherche de notre ami est son aptitude à travailler avec d’autres, responsables de chantiers, conservateurs de musée, universitaires et, bientôt, étudiants avancés. Jamais il ne conserva jalousement pour lui ses découvertes et toujours il soumit ses hypothèses à la discussion, voire à la critique des autres spécialistes. Bon nombre de ses publications, à deux voire trois auteurs (ou plus…), attestent ce goût pour l’échange qui l’amena aussi à être présent lors de nombreux colloques, journées d’études, expositions qui lui prenaient beaucoup de son temps mais lui apportaient la satisfaction de rencontres ; on rappellera enfin sa participation à des séminaires comme celui de la « Topographie chrétienne » qui vient juste d’achever ses travaux après quarante ans de recherches. Il fut enfin organisateur de colloques comme, en 2007, l’importante commémoration du neuvième centenaire de la dédicace de Saint-Martin d’Ainay qui donna lieu à un important colloque, suivi d’une rapide publication.

8Nous l’avons dit déjà, Jean-François Reynaud forma dès le début de son enseignement les premiers archéologues lyonnais, spécialisés dans la période paléochrétienne mal connue en France au début des années 70. Certains poursuivirent leur propre chemin en obtenant des postes au Ministère de la Culture qui structura après 1980 la recherche dans les régions comme au plan national ; d’autres, moins nombreux, se lancèrent dans la rédaction de thèses universitaires de moins en moins gages de postes d’enseignement. Mais tous tirèrent profit de leurs années d’apprentissage avec Jean-François Reynaud, soit en suivant ses méthodes de travail, soit et surtout en choisissant des domaines de recherche qui prolongeaient les siens propres. Ainsi est-il particulièrement heureux de suivre actuellement les travaux en cours sur des sites où il avait déjà travaillé, sur les abbayes de la région comme Savigny ou Saint-André-le-Haut à Vienne, et d’apporter du nouveau sur des recherches initiées il y a trente ans sur les premières églises de Lyon, comme Saint-Irénée où les murs de l’église ont été récemment décapés, ou sur l’église de Saint-Romain-en-Gal. Une légitime filiation s’établit ainsi et laisse présager de nouvelles découvertes.

9Ne parlons pas au passé. Même si notre ami, pendant ses voyages – et particulièrement sur le chemin de Saint-Jacques que nous avons parcouru ensemble – rechigne parfois à s’arrêter devant toutes les églises sur la route. Il continue sur sa propre voie et se passionne pour un nouveau champ de recherche : le recensement et la localisation des vestiges antiques (principalement blocs de pierre dont quelques-unes portent des inscriptions antiques) réutilisés dans les églises de Lyon au Moyen Âge. La moisson, selon lui, promet d’être fructueuse et permettra d’établir la continuité entre l’Antiquité et le premier Moyen Âge. Dans ce même sens, il suit l’étude de l’abbaye de l’Île-Barbe, site emblématique mais encore mal connu.

10Ce survol rapide d’une carrière universitaire laisse l’impression d’une grande unité dans le choix des domaines de recherche : histoire religieuse d’abord, essentiellement monumentale, élargissement de l’étude des témoignages archéologiques à celle des pratiques liturgiques ou de l’édifice religieux à la topographie chrétienne, puis à la constitution des villages et des villes autour d’une abbaye ou d’un château… De même, l’intérêt porté tout d’abord aux édifices de Lyon, dont il a renouvelé l’étude, s’est ensuite étendu à la région puis à quelques édifices plus lointains comme le baptistère de Poitiers. La belle carrière de Jean-François Reynaud est le résultat d’une activité intellectuelle sans relâche, mais elle est aussi à mettre au crédit d’une personnalité probe et attachante et nous n’oublierons pas d’y associer son épouse, Françoise, qui, tout en protestant parfois devant la place prise par l’archéologie, lui apporta toujours appui et sérénité.

Auteur

Professeur émérite d’histoire de l’art, université Lumière Lyon 2

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search