Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Archéologie en réseau avec Jean-François Reynaud

Charles Bonnet

Texte intégral

1C’est en 1971 que Jean-François Reynaud me fit part non sans consternation ni révolte que les vestiges d’une église prestigieuse de Lyon étaient sur le point d’être détruits, trois tours d’habitation et leurs garages étant projetés à l’emplacement même de l’ancien cloître de Saint-Just visible sur le plan scénographique du XVIe siècle. Jean-François et moi-même avions déjà eu l’occasion de nous rencontrer lors d’une visite mémorable du château de Saint-Germain à Ambérieu-en-Bugey, où nos échanges s’étaient prolongés par l’examen, à la lumière d’une lampe torche, des sépultures d’une église de grand intérêt. Nous retrouvant à Saint-Just, nous constatons avec effarement les dégâts occasionnés. Notre arrivée stoppe l’énorme machine de chantier et cet arrêt de quelques minutes permet même de dégager la belle dalle funéraire de Litoria, « morte en paix » durant le Ve siècle (Reynaud 1972b). Cette expérience traumatisante fut le début d’une collaboration soutenue et d’une longue amitié. À la suite d’un accord passé avec les promoteurs, l’implantation des immeubles a été modifiée et une fouille systématique entreprise sous la direction de Jean-François, donnant les magnifiques résultats que nous connaissons.

2À la même époque, sous l’égide du professeur Hans Rudolf Sennhauser de l’université de Zurich, une petite équipe de spécialistes composée de Jean-François, Renée et Michel Colardelle, Renato Perrinetti et moi-même, a cherché à développer une méthodologie d’intervention associant l’étude des élévations à celle du sous-sol. La période favorisait une telle démarche : de nombreuses églises nécessitaient des restaurations et pour préparer celles-ci, il était indispensable de se livrer au préalable à des observations fines des maçonneries allant au-delà des considérations stylistiques et de fixer des règles pour l’établissement de la documentation graphique. Les données ainsi acquises, ajoutées à celles obtenues par la fouille systématique du sous-sol aidaient les différents acteurs impliqués dans la restauration et la mise en valeur du monument à déterminer la substance historique préservée et à définir les priorités des travaux à entreprendre. Rapidement, des réunions informelles ont été organisées sur le terrain et se sont poursuivies par des colloques dans lesquels étaient discutés autant les problèmes techniques que les problèmes d’interprétation. Il ne faut pas oublier qu’à cette époque pionnière, l’archéologie du haut Moyen Âge était encore peu développée et les méthodes de travail étaient celles mises au point par les spécialistes de l’époque romaine. L’étude des églises rurales ou des groupes cathédraux demandaient une approche nouvelle, qui a pu être progressivement élaborée au fil des expériences menées par chacun de nous sur différents sites. Particulièrement complexes de par l’imbrication des couches superposées, les grands chantiers lyonnais présentaient beaucoup de difficultés pour un historien de l’art encore peu familier des techniques de fouilles.

3L’un des points forts de ce mode opératoire a certainement été l’apprentissage par tous les intervenants de la nécessité d’une mise en commun des recherches et des réflexions. Les techniciens de fouilles jouaient un rôle déterminant, ayant développé une perception particulièrement aiguë grâce aux heures passées sur le terrain devant la planche à dessin. La franchise était de règle et les hypothèses de travail longuement débattues, de même que les types d’intervention ou le traitement graphique des relevés pierre à pierre. Des erreurs étaient pointées même après des dégagements minutieux, des hésitations levées grâce à des savoirs ou des compétences spécifiques, de nouvelles hypothèses proposées, fondées sur une mise en évidence de certains vestiges ou de certaines liaisons stratigraphiques. Grâce à la confiance qui régnait au sein du groupe, ces mises en question restaient productives même si elles suscitaient parfois des tensions. Il nous est aussi arrivé d’être déroutés, voire heurtés par certaines interventions de collègues renommés qui écartaient d’emblée une interprétation, sans même chercher à entrer dans le cheminement de l’argumentation, pourtant issue d’un travail approfondi sur le terrain. Leur analyse des vestiges s’appuyait sur des critères extérieurs à la fouille et ne tenait parfois pas suffisamment compte des données livrées par une observation minutieuse des couches. Toutefois, il ne fait aucun doute que ces discussions et ces critiques ont contribué à faire avancer la recherche en nous obligeant à affiner nos analyses et à élargir nos problématiques, comme ils nous ont permis de développer un solide et fécond réseau d’amitiés.

4Après 40 ans de travaux assidus et de concertations multiples orientés en vue d’obtenir une meilleure connaissance de la christianisation et du développement architectural des lieux de culte, nous avons le sentiment que le bilan de la démarche initiée par notre petit groupe est positif. Les méthodes d’investigation et les techniques d’analyse ont certes évolué tandis que l’informatique a ouvert de nouveaux horizons, favorisant une collecte plus précise de l’information et des inventaires de qualité qui sont à la base des classifications régionales portant sur plusieurs siècles. La continuité d’occupation des sites consacrés et de leur environnement a été démontrée : souvent, la fouille du sous-sol d’une église permet de remonter jusqu’au temps de la protohistoire et les structures découvertes restituent le développement des places publiques, des lieux de culte païen puis chrétien ou des sépultures privilégiées, vénérées durant des siècles. La topographie chrétienne est ainsi devenue l’un des témoins majeurs de l’évolution du peuplement et de l’organisation du territoire. L’archéologie constitue un apport décisif aux archives et à l’étude des textes.

5On ne saurait terminer l’évocation de cette aventure scientifique sans en rappeler l’une des étapes majeures, à savoir le XIe Congrès international d’archéologie chrétienne, qui par la forme de son déroulement itinérant fut l’occasion d’allier théorie et pratique en greffant aux communications habituelles la présentation de tous les sites archéologiques où notre méthode avait été mise en pratique. Si les visites de chantiers à Lyon, Vienne, Grenoble, Genève et Aoste ont donné lieu à de larges et parfois vives discussions, laissant subsister des points de débat, l’excellente organisation mise en place par Gilbert Franck a donné à tous les participants la possibilité de voir et comprendre l’effort consenti par chaque équipe de recherche.

6La passion de Jean-François pour l’archéologie reste intacte puisqu’il prolonge ses recherches sur l’église Saint-Irénée, au voisinage de Saint-Just. Les principes fondateurs de notre association, le dialogue et la confrontation sont toujours d’actualité, comme en témoigne un récent passage à Genève pour discuter dans le détail ses résultats. Puisse cette passion qui a contribué à faire de la famille des églises lyonnaises un modèle architectural perdurer longtemps encore !

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search