Version classiqueVersion mobile

Architecture, décor, organisation de l'espace

 | 
Nicolas Reveyron
, 
Olivia Puel
, 
Charlotte Gaillard

Préface

Texte intégral

1Cher Jean-François,

2À la lettre R- du Grand Dictionnaire Universel de l’Archéologie (GDUA), qui sera un jour dans toutes les bibliothèques, tu lirais à l’article Reynaud, si la curiosité t’en prend : Reynaud Jean-François. Agrégé d’histoire. Docteur d’État. Professeur d’histoire de l’art et d’archéologie du Moyen Âge à l’université Lumière Lyon 2. Professeur honoraire. Spécialiste de l’architecture religieuse de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. Père de l’archéologie médiévale à Lyon. Phrasé concis. Style lapidaire. Teneur minimale. Pas de dates. On aurait aimé en lire davantage, bien sûr, comprendre qui, comment, pourquoi, avoir un peu de bibliographie (il y en aura, infra).

3Mais l’essentiel est dit : tu es le père de l’archéologie médiévale à Lyon. Ut sapiens architectus fundamentum posuisti, pour paraphraser 1 Corinthiens, 3-10. Nous sommes tous là pour en porter témoignage et t’en féliciter chaleureusement. Et, plus solennellement, te rendre hommage. Ce florilège de travaux te le dira mieux qu’un long discours. Tu y retrouveras des amitiés intellectuelles, des préoccupations scientifiques qui sont toujours tiennes, les fruits – si divers – de tes semailles pédagogiques – à l’université et sur le terrain, des fragments émus de biographie, tous textes offerts en bouquet, aux couleurs plus vives que celles d’aucune notice.

4Car cette paternité scientifique, ce n’est pas un vain compliment. C’est une donnée de l’histoire. Avant toi, l’archéologie à Lyon était gallo-romaine : quelle évidence ! Puis Lugdunum s’est découvert christianum : fille de saint Pothin et de saint Irénée, sœur de saint Just, cousine de Sidoine Apollinaire, de Gondebaud et de Grégoire de Tours. Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre. Curieux objet épistémologique qui ne rentrait pas dans les normes académiques : c’est antique ou médiéval ! Pouvait-il seulement exister ? Tu as fait renaître tout un monde qui avait été à peine effleuré par la truelle avant les années 70. Et si proche de notre temps, parce qu’il a accompagné l’épanouissement de l’archéologie, qu’il s’est ouvert largement à l’interdisciplinarité et qu’il a dissout dans les réalités de la vie des carcans soudain obsolètes des périodisations convenues.

5Lyon, Vienne, Salaise-sur-Sannes, Meysses… Les jalons de ta recherche se calent sur une géographie régionale qui, des Burgondes à Pierre Terrail, seigneur de Bayard, nous a transmis un héritage paléochrétien et médiéval en définitive si riche. Encore fallait-il le savoir. Et pour cela le redécouvrir. Tout commence par une thèse. Viennent alors les chantiers, et avec eux les bénévoles, les étudiants, très vite, les municipalités, les services de l’état, les collègues, les journalistes, les équipes régionales, les collaborations internationales. L’affaire prend des allures d’épopée avec l’ALSSAM, l’URA 26 du CNRS au nom changeant, le XIe Congrès international d’archéologie chrétienne, Lyon, Vienne, Grenoble, Genève et Aoste (21-28 septembre 1986), l’exposition Des Burgondes à Bayard. Puis s’enchaînent les publications, les colloques, les tables-rondes, les séminaires, les visites de chantier, les conférences… avec ce souci constant de communiquer le savoir le plus clairement et à tous les publics, aux étudiants, aux sociétés savantes, aux habitants du quartier, aux amis des arts et de toutes les universités, même à des lycéens aussi brouillons que passionnés. Les femmes de chercheur ont des patiences de Pénélope. Il faut leur rendre cet hommage : on leur doit la moitié de la thèse.

6Ut sapiens architectus fundamentum posui. Saint Paul a vu juste et avec lui, douze siècles plus tard, Guillaume de Tyr qui reprend la formule dans son Historia rerum in partibus transmarinis gestarum : le bon architecte, c’est celui qui met en place les fondations. Elles sont la solidité du bâti, la beauté de l’œuvre, la forme intangible de l’édifice. Puis il transmet aux continuateurs, maillons d’une chaîne longue : alius autem superaedificat. Avec les fondations, tout est déjà fait ou quasi. Les superstructures n’en sont qu’une efflorescence, belles sans doute, mais si fragiles. Les fondations, c’est ce qui reste quand le temps a tout oublié. Qui le voit ? L’archéologue, bien sûr, qui sort des terres stratifiées une église, une institution, des pages d’histoire vivantes. En voici donc de nouvelles, qui, après les évocations amicales de ta carrière, reprennent en trois volets l’étendue de ton enseignement. Tout d’abord, des monographies archéologiques concernant des églises médiévales et leur aménagement. Ensuite, un thème de recherche qui t’est cher : l’organisation de l’espace religieux, des abbayes aux quartiers canoniaux, de l’église au cimetière, de l’Antiquité au Moyen Âge. Enfin, un cahier méthodologique où l’on retrouvera des mises au point sur l’archéologie du bâti, l’étude de la sculpture, les techniques médiévales de construction, l’architecture civile et militaire.

7Au nom de tous et en te souhaitant bonne lecture,

8Nicolas

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3701/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 621k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search