Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité hors Rhône-Alpes

Nouveaux abris à peintures à Fontaine-de-Vaucluse (Vaucluse)

Philippe Hameau

Résumé

La découverte de deux nouveaux abris ornés de peintures schématiques attribuables au Néolithique moyen/final est le prétexte pour réaffirmer un certain nombre de paramètres de sélection de ce type de sites et des signes qu'ils expriment. L'emplacement de ces abris répond aux quatre critères habituels : panoptisme, héliotropisme, rubéfaction des parois et hygrophilie. Seul le premier n'est pas exprimé pour l'abri de Font de l'Oule. La proximité de la résurgence de Fontaine-de-Vaucluse et plus encore celle de la cascade du Pas de Sautet constituent des éléments remarquables de l'environnement : ils ont certainement contribué au choix des deux abris. Les figures de l'abri A du Vau Cluso sont ancoriformes et représentent sans doute l'idole. Les peintures de l'abri de Font de l'Oule sont essentiellement des signes arboriformes et des personnages masculins accompagnés de points. Leur teinte brune pourrait correspondre au système chromatique sombre du Vaucluse (ocre ou hématite + os brûlé).

Texte intégral

1. PROBLÉMATIQUE

1Depuis cinq ans, une recherche des manifestations picturales néolithiques s'est portée sur les contreforts des Monts du Vaucluse, au nord de la large plaine drainée par le Calavon et ses affluents, entre Apt et Cavaillon. Les découvertes d'abris peints se sont succédées : Baume Peinte à Saint-Saturnin-lès-Apt, suivie de la découverte de cinq autres cavités ornées dans la combe de Fontjouval sur la même commune, les dix abris de la falaise de Baume Brune entre Gordes et Joucas, l'abri Lombal au débouché des gorges de la Véroncle à Gordes et, derniers en date, les abris de Font de l'Oule et du Vau Cluso à Fontaine-de-Vaucluse. Si l'on ajoute à cette liste les stations peintes du Levant de Leaunier à Malaucène et les dix abris des gorges de la Nesque à Blauvac, le département du Vaucluse est, avec le Var, l'une des zones les plus riches sur le plan de l'expression graphique peinte dans le Sud-Est de la France. Nous présentons ici les deux sites, encore inédits, de Fontaine-de-Vaucluse, découverts en avril 2001 (abri de Font de l'Oule) et en septembre 2002 (abri A du Vau Cluso).

2. PRÉSENTATION DES SITES

2.1. L'ABRI A DU VAU CLUSO

2Plusieurs barres rocheuses, creusées de cavités plus ou moins grandes et accessibles, occupent le versant est du Vau Cluso au fond duquel sourd la résurgence dite Fontaine-de-Vaucluse. L'abri A est l'une des plus hautes et des plus grandes cavités de cette zone (fig. 1). Elle regarde le sud-ouest. Le porche est large de 16 m et haut de 20 m environ. Sa profondeur sous surplomb est de 25 m. Le sol est en forte pente et ne retient donc aucun sédiment. Les parois sont de diverses teintes : noires, grises, orangées à brunes ou bien pratiquement blanches. De loin, la teinte qui domine est l'orange et c'est sur un support orangé que les figures ont été peintes. L'humidité ambiante s'explique par l'existence de deux longues fissures au plafond. Des bourrelets de concrétions marquent de forts écoulements de l'eau au début de la paroi occidentale. Cette dernière ne montre aucun accident particulier. En revanche, la paroi opposée est creusée de trois larges niches : une véritable petite salle dans le fond, un renfoncement médian aux parois orangées, percées d'une multitude de petites cupules naturelles, et enfin une niche surélevée à l'entrée de la grotte.

3Seul le renfoncement médian est orné (fig. 2). Le fond en est découpé de telle façon qu'il représente même un « surrenfoncement ». Les figures no 1 à 4, placées sur le rebord final, se conforment aux contours des fissures naturelles ; elles y sont tracées à la peinture rouge, du vermillon au carmin. Elles prennent la forme d'arceaux enfermant, ou non, un trait entre les extrémités de leurs branches. La cavité est régulièrement visitée en dépit de sa moindre accessibilité.

4De nombreux graffiti, gravés avec un caillou pointu, ou tracés au charbon de bois ou à la mine de plomb, ont également été relevés dans cette cavité. Ils s'échelonnent entre la fin du xixe siècle et aujourd'hui. Enfin, au centre de la paroi occidentale, on note la présence d'une gravure naturelle arciforme.

5En contrebas de l'abri A, deux abris ont peut-être été peints : traces de peinture rouge sur le plafond de l'abri B, à gauche de l'entrée, possible cercle sur la paroi opposée du même abri, grosse ponctuation rouge, vestige d'une figure plus importante, dans une niche de l'abri C.

6Les barres rocheuses du Vau Cluso se poursuivent vers le nord et constituent le versant oriental du vallon des Baumes Rouges. Le talweg de ce vallon représente la séparation des terrains du Bédoulien et du Burdigalien. Les niveaux du Burdigalien sont creusés de nombreux abris aménagés jusqu'à très récemment : habitats et bergeries troglodytes, refuges, etc. (Dautier 1999). L'appellation « Baumes Rouges », attestant une coloration naturelle des parois plus prononcée qu'ailleurs, pouvait être révélatrice de sites ornés. La seule cavité susceptible d'avoir été ornée, de par ses dimensions, son orientation et ses écoulements d'eau, n'a révélé aucune figure ou reste de figure peinte.

2.2. L'ABRI DE FONT DE L'OULE

7Le vallon de Font de l'Oule et celui dit Combe des Pierres qui en constitue la partie amont, à l'est de la commune de Fontaine-de-Vaucluse, sont dominés par plusieurs barres rocheuses creusées de nombreux abris. Le seul abri peint repéré dans ce vallon est sis au Pas de Sautet, à savoir un étranglement du vallon qui réduit la largeur du ruisseau en même temps qu'un haut emmarchement rocheux qui l'oblige à se muer en cascade. Les écoulements d'eau sont sans doute moins importants qu'ils ne l'ont été et l'endroit a été aménagé par une rampe soutenue par un grand mur bâti à sec. Nous avons conservé le nom que J.E. Brochier avait donné à ce site lorsqu'il en étudiait le remplissage (en fait, un nettoyage de coupe), mais il aurait été plus juste, à notre sens, de l'appeler abri du Pas de Sautet.

8L'abri mesure 40 m de long pour une profondeur maximale de 8 m sous auvent (fig. 3). L'esplanade est vaste et s'étend du côté est. La paroi est verticale sur une hauteur qui varie entre 2 et 6 m. Elle est de teinte orangée dans sa plus grande partie. Ses parties plus grises correspondent à des ruissellements et dépôts périodiques de calcite. Elle est parcourue de nombreuses fissures et creusée de plusieurs fentes qui constituent des drains naturels pour l'écoulement de l'eau.

9Le niveau supérieur du remplissage du site semble avoir fluctué au vu de certaines différences de teinte encore visibles sur la paroi. J.E. Brochier y a mis en évidence une courte séquence stratigraphique d'époque historique (fig. 3b), que nous expliciterons infra. Les peintures repérées récemment appartiennent à l'expression schématique, attribuable au Néolithique moyen et final. Elles sont de teinte brune et représentent des signes arboriformes aux appendices relevés ou baissés, des signes méandriformes emboîtés, des personnages masculins, des figures triangulaires et des points. Des gravures en tracé linéaire dont la datation est l'époque historique au sens large occupent un petit panneau. Ce sont essentiellement des grilles et des pentacles. Un personnage masculin au bras droit levé réalisé à la peinture occupe le centre de la composition. Cette figure plus récente que les autres est sans doute la silhouette d'un chasseur. L'examen approfondi des parois permet de déceler deux autres zones de peintures, à droite et à gauche des précédentes : ce sont des peintures très endommagées et plus difficilement caractérisables.

10La prospection des autres cavités très nombreuses du vallon, en amont et en aval du Pas de Sautet, n'a donné aucun résultat. Quelques-unes d'entre elles ont été aménagées tardivement : murets bas montés à sec barrant le porche et délimitant l'espace, postes de chasse aménagés avec des végétaux, etc.

Fig. 1 – Plan (a) et coupe (b) longitudinale de l'abri A du Vau Cluso. I à 6 : emplacement des figures peintes ; CR, gravure.

Fig. 2 – Coupe (c) du renfoncement médian (abri A du Vau Cluso) et emplacement des figures, a : figures no 1 et 2 ; b : figure no 3.

Fig. 3 – Plan (a), coupe (c) et coupe stratigraphique (b) de l'abri de Font de l'Oule. A, B et C : emplacement des panneaux peints ; GR, gravures. La coupe stratigraphique est extraite de Brochier 1982.

3. PRÉSENTATION DES FIGURES PEINTES

11Il n'est question ici que des figures peintes supposées néolithiques. Les diverses gravures et la peinture d'un petit chasseur en pied à Font de l'Oule ne sont ni inventoriées, ni examinées dans cet article (tabl. A).

3.1. L'ABRI A DU VAU CLUSO

12Les figures n'y sont ni abondantes, ni de grande taille. Elles sont néanmoins placées de façon à être vues depuis l'entrée, dans le renfoncement médian. Leur morphologie n'est pas toujours interprétable en raison d'une médiocre conservation de la peinture et du support. Il nous semble cependant qu'on peut qualifier certains signes d'ancoriformes (en forme d'ancre : un arceau renfermant un trait : fig. 2, a et b) et que d'autres sont tout simplement circulaires (sans trait interne). Les premiers pourraient représenter l'idole sous la version du T facial représentant le bloc nez-sourcils, à moins qu'il faille y voir l'idole en arceau associée au trait vertical que nous pensons être la simplification extrême du personnage masculin. Les signes circulaires ne sont jamais complets, si bien qu'on peut les interpréter comme l'idole arciforme. Entiers, ils pourraient être assimilés au signe soléiforme. On observe que la plupart de ces signes ont un contour répondant à la présence de micro-fissures de la paroi.

3.2. L'ABRI DE FONT DE L'OULE

13Les figures peintes occupent trois panneaux, ou du moins se sont conservées en trois zones différentes de la paroi (fig. 4).

14Le panneau ouest, ou A, a une teinte orangée. Il s'agit d'une plage verticale, fortement desquamée. Les vestiges de peintures sont alignés verticalement et correspondent à deux concentrations notées 1 et 2. Compte tenu de l'agencement des signes, il est possible que le support disponible se présentait déjà ainsi, étroit et haut, au Néolithique.

15Le panneau central, ou B, est en fait scindé en deux groupes de figures. La paroi y est aussi fortement endommagée par des phénomènes de gélifraction et les signes les plus à gauche n'ont été restitués qu'après un traitement informatique des clichés. Toutes ces figures occupent les marges d'une plage orangée de la paroi. Sur les côtés, celle-ci est grise.

16Placé à l'extrémité orientale de l'abri, le panneau C correspond aussi à une zone de teinte orangée, avec une surface très desquamée à gauche. Les figures sont résiduelles, mais encore identifiables, relativement grandes pour l'expression schématique.

17Toutes les figures du site ont une même teinte brune (référence 410/411U du Pantone). L'examen rapproché des signes suggère l'emploi d'un pinceau pour la plupart d'entre eux. Certains traits montrent aussi un léger bourrelet de matière, sur leurs deux côtés, qui pourrait indiquer un mélange pictural à l'état pâteux (tabl. B).

Fig. 4 – Présentation synthétique de la paroi ornée de l'abri de Font de l'Oule. 1 et 2 : joints de strate horizontaux ; 3 : niveau du sol actuel ; 4 : emplacement supposé du sol d’origine ; 5 : traînées de calcite (teinte grise) ; 6 : zones orangées ; 7 : sortie et circulation de l'eau de ruissellement ; 8 : fente suintante de la paroi ; 9 : crochet fixé à la paroi ; 10 : tuyau enfoncé dans la paroi.

Localisation référence

Hauteur- à

Dimensions vert, (v) ou horiz. (h)

Description

Teinte

Fig. 1

0,60 m

8 cm h

Vestiges d'une forme circulaire.

rouge

Fig. 2

0,55 m

8,5 cm v

Signe ancoriforme penché, ponctuation ( ?), et vestiges d'une autre figure ( ?).

rouge

Fig 3

0,55 m

7,7 cm v – 7 cm h

Signe ancoriforme.

rouge

Fig. 4

0,50 m

8 cm v – 6 cm

Signe ancoriforme ( ?) dont il manque l'appentice de droite.

rouge

Fig. 5

1,30 m

7,5 cm h

Figure circulaire ou bien signe ancoriforme : la peinture est incomplète.

rouge

Fig 6

0,70 m

8 cm

Vestige d'un signe sous la forme d'un trait vertical.

rouge

Tabl A – Vaucluse.

Localisation référence

Hauteur- à

Dimensions vert, (v) ou horiz. (h)

Description

Teinte

A. Fig. 1

2,50 m

22 cm v

Vestiges d'une ou plusieurs figures : deux traits en accent circonflexe au-dessus de deux traits courbes.

brune

A. Fig. 2

1,90 m

17 cm h

Vestiges d'une ou plusieurs figures : trait en crochet, à gauche, et tache ovalaire avec un point, à droite.

brune

B. Fig. 1

2,60 m

9 cm v – 8 cm h

Vestiges d'une figure : deux traits curvilignes divergents.

brune

B. Fig. 2

2,70 m

51 cm v – 29 cm h

Signe arboriforme aux appendices tournés vers le haut, quelques taches de peinture plus haut.

brune

B. Fig. 3

3 m

39 cm v – 19 cm h

Quatre traits (peut-être six) parallèles et légèrement curvilignes se rejoignant à la base : trois figures piriformes emboîtées.

brune

B. Fig. 4

2,60 m

9,5 cm h

Vestiges d'une figure : un trait coudé à son extrémité gauche.

brune

B. Fig. 5

2,10 m

22 cm v – 9,5 cm h

Signe arboriforme à appendices tournés vers le haut, les appentices ne sont pas tracés par paires et l'axe de la figure est sinueux.

brune

B. Fig. 6

1,90 m

13,5 cm v – 9,5 cm h

Partie inférieure d'un signe arboriforme à plusieurs paires d'appendices tournées vers le haut.

brune

B. Fig. 7

2,10 m

28,5 cm v – 11,5 cm h

Personnage masculin, de face, à tête carrée pourvue de deux yeux : bras courts et horizontaux, corps fait d'un second carré, un peu plus grand que la tête, et de la base duquel partent deux traits verticaux très épais.

brune

B. Fig. 8

2,20 m

17 cm v

Vestiges d'une figure : partie supérieure en lettre N, penchée à gauche, partie inférieure en un gros point.

brune

B. Fig. 9

2,40 m

13,5 cm v – 6,5 cm h

Vestiges d'un ou de deux signes accolés : un trait vertical, à gauche, et une sorte de crochet, à droite.

brune

B. Fig. 10

2,20 m

38 cm v – 13 cm h

Figure complexe dont le centre est un quadrilatère ponctué six fois. De petits appendices curvilignes s'étirent au-dessus et à droite du quadrilatère. La partie inférieure est une large tache d'où descendent deux traits verticaux épais et un appendice oblique court : il semble difficile d'assimiler ce signe à une figure anthropomorphe.

brune

B. Fig. 11

2,20 m

6,5 cm v – 9 cm h

Vestiges d'une figure : carré poursuivi d'un trait court horizontal, à gauche. Figure semblable à la figure 7 : la tête et le bras gauche d'un personnage ( ?).

brune

B. Fig. 12

2,30 m

4,8 cm v

Vestiges d'une figure : trait court vertical.

brune

C. Fig. 1

1,50 m

31 cm v – 19 cm h

Vestiges d'un signe arboriforme aux appendices tournés vers le bas. Les appendices de droite ont disparu. L'appendice inférieur se termine en une courbe.

brune

C. Fig. 2

1,30 m

38 cm v – 23 cm h

Sans doute les vestiges d'un signe arboriforme aux appendices tournés vers le bas. Ces appendices sont résiduels.

brune

Tabl. B. Font de L'Oule.

4. QUELQUES ÉLÉMENTS DE RÉFLEXION

4.1. L'IMPORTANCE DE L'EAU

18Les abris peints du Sud de la France répondent à quatre critères de sélection qui sont le panoptisme, l'héliotropisme, la rubéfaction des parois et l'hygrophilie (Hameau 1999). Concernant le panoptisme, la situation éminente de l'abri A du Vau Cluso est avérée. En revanche, ce même paramètre topologique fait défaut à l'abri de Font de l'Oule puisque le site, compris dans la barre rocheuse la plus basse de la vallée, n'est donc ni en position dominante, ni repérable de loin. Toutefois, le panoptisme ne constitue pas un caractère obligé au même titre que les trois autres, dans le sens où il ne correspond pas, ou semble ne pas correspondre, à une symbolique transversale à l'expression schématique (Hameau 2002). À ce titre, il n'est représentatif que de la moitié seulement des abris peints.

19Les abris du Vau Cluso et de Font de l'Oule sont orientés au sud, leurs parois et surtout les parties portant des figures peintes ont une teinte orangée à rouge, et l'humidité ambiante y est chaque fois attestée par de nombreux écoulements d'eau. Les trois autres entières y sont donc présents. Pour le premier site, les écoulements ont engendré de gros bourrelets de calcite qui épaississent la paroi. Au niveau du second abri, des joints de strates horizontaux, des lignes obliques de fracture et des fentes naturelles du rocher drainent les ruissellements et les entraînent vers différents exutoires, à moins que ces eaux ne se déversent librement en certains points de la paroi et n'y déposent une couche de calcite qui s'épaissit au fil du temps (fig. 4). Ces écoulements ne sont pas pérennes, mais ils imprègnent périodiquement la paroi. Ils sont la cause de sa desquamation progressive et recouvrent peu à peu certaines zones en masquant d'éventuelles peintures. Ils étaient actifs au Néolithique au vu de certains cas de superposition au niveau des figures peintes. Ils le sont encore puisque des riverains ont enfoncé plusieurs tubes creux dans des fentes naturelles de la paroi afin de recueillir de l'eau.

20En plus de cette humidité récurrente encore attestable, l'abri de Font de l'Oule avoisinait une chute d'eau dont la présence est déduite d'une part par l'analyse sédimentologique du site effectuée par J.E. Brochier, et d'autre part par la configuration des lieux. La stratigraphie relevée (Brochier 1982) est résumée comme suit :

  • sol actuel : éboulis cryoclastique aéré ;

  • couche 1 subdivisée en 2 niveaux : cailloutis sans vestige archéologique. Une date radiocarbone sur charbons à la base de la couche la situe entre la fin du xiiie et le milieu du xve siècle de notre ère ;

  • couche 2 : tuf de source ;

  • couche 3 subdivisée en 2 niveaux : cailloutis avec quelques tessons à la base. Une date radiocarbone sur charbons à la base de la couche la situe autour du milieu du viie siècle de notre ère ;

  • couche 4 : galets fluviatiles sur une épaisseur de plus de 2,50 m.

21L'analyse des sédiments permet à son auteur de suggérer deux épisodes climatiques froids, au viie et au xive siècle, séparés par un optimum humide et tempéré dont la fin est à placer au début du xive siècle. Ce remplissage est récent et n'a rien gardé d'éventuels niveaux préhistoriques puisque l'on rencontre déjà l'épaisse couche de galets fluviatiles à la profondeur de 0,60/0,70 m sous le sol actuel et sous une couche attribuable à la transition Antiquité tardive/Haut Moyen-Âge.

22Cette couche évoque un lessivage important du site, dû sans doute aux intrusions des crues du ruisseau tout proche. Le ressaut de terrain immédiatement à l'est du site est appelé Pas de Sautet et devait se transformer en cascade en saison de fortes intempéries. Une rampe a été bâtie à cet endroit afin de faciliter le franchissement de cet emmarchement naturel. On ignore l'époque à laquelle ce dispositif a été mis en place et le mur en pierres sèches que l'on voit aujourd'hui est sans doute la dernière phase de reconstruction d'une structure plus ancienne. Il est donc possible que le niveau supérieur du site ait toujours fluctué au rythme des assauts épisodiques du torrent. Le niveau supérieur que l'on observe aujourd'hui ne convient pas aux hauteurs des différentes figures néolithiques du panneau central, ou B, puisque la plupart d'entre elles sont inaccessibles sans l'utilisation d'un échafaudage, étant placées à une hauteur de 2 à 3 m au-dessus du sol. Sur une paroi verticale sans accident notable, on pourrait s'attendre à ce qu'elles aient été tracées à hauteur d'yeux, comme on l'observe sur la plupart des abris peints.

23La présence d'un épisode de traverstins (couche 2) évoque un redoux en même temps que la circulation de l'eau sur le site. J.E. Brochier oppose cette activité de l'eau au caractère actuel « absolument sec » de l'abri (Brochier 1982, n. 11). Le ruisseau proche a donc parfois abondamment coulé sans que la présence de l'homme ne soit trop importante et n'influe sur l'environnement. Ce n'est qu'à ce titre que le tuf peut se former. Certes, il ne peut plus y avoir, actuellement, de travertinisation sur le site mais, comparé aux autres abris du vallon, celui-ci est encore particulièrement « actif » du point de vue du ruissellement, du fait même de sa position au niveau de l'étranglement de la vallée, donc du passage obligé de l'eau.

24La proximité d'un point d'eau n'est pas, à proprement parler, un critère à retenir pour expliquer la mise en place des abris à peintures, sans quoi beaucoup d'entre eux correspondraient à cette configuration topographique. De nombreux abris peints sont en effet situés au-dessus d'un cours d'eau. À supposer que le voisinage d'une rivière soit déterminant, bien d'autres paramètres géographiques seraient alors également envisageables. À l'abri de Font de l'Oule, la particularité de cette eau est sa conversion en une cascade. Le fait apparaît ici comme une singularité. Or de nombreux abris peints avoisinent un élément particulier et remarquable du relief (champignon dolomitique, chandelle calcaire, arche rocheuse, figure d'érosion, etc.), quand ce ne sont pas eux-mêmes qui présentent une topographie singulière. Les particularités de l'architecture naturelle des lieux sont certainement des éléments déterminants dans le choix du site. Toutefois, ils ne sont nullement récurrents et non intrinsèques comme le sont les quatre paramètres de sélection des sites tels qu'énoncés supra. Il s'agit plutôt d'opportunités topographiques qui expliquent l'établissement proche d'un abri peint.

25On constate néanmoins l'existence de caractères topologiques à un niveau local, valables pour plusieurs sites ornés. Ainsi, dans les gorges du Carami (Mazaugues et Tourves, Var), les petits abris du groupe central ont été choisis en fonction de la présence d'une diaclase terminale en communication avec le sommet de l'auvent rocheux. De même, à la confluence de la Reppe et du Destel (Évenos et Ollioules, Var), on a sélectionné plusieurs petites galeries du fait de leur ouverture à leurs deux extrémités. On suppose donc que le critère de l'accident hydrogéologique exceptionnel a pu être retenu pour l'implantation du site orné de Font de l'Oule. De même, et il s'agit toujours d'une hypothèse, on imagine que la présence de la célèbre résurgence de Fontaine-de-Vaucluse, tout aussi insolite et spectaculaire, a pu déterminer l'utilisation picturale du grand abri A.

26Une autre importante source vauclusienne provençale est, ou plutôt était, associée à l'expression schématique du Néolithique : il s'agit de Fontaine-l'Évêque, entre Baudinard et Bauduen (Glory et al. 1948). Elle se trouve aujourd'hui sous le lac de barrage de Sainte-Croix. En Espagne, plusieurs abris peints sont au voisinage immédiat d'une cascade : la Pena Escrita à Fuencaliente (Ciudad Real), le Barranco del Mortero à Alacon (Teruel), etc. Les singularités hydrologiques semblent donc constituer un argument supplémentaire à l'implantation de sites à peintures.

4.2. LA PROXIMITÉ DES GÎTES DE SILEX

27Localisés à l'extrémité sud-occidentale des Monts du Vaucluse, les deux abris peints présentés ici appartiennent à un long chapelet de sites ornés qui s'étire depuis la combe de Fontjouval, à Saint-Saturnin-lès-Apt, jusqu'à Fontaine-de-Vaucluse, sur une vingtaine de kilomètres de long. L'ensemble de ces sites, 18 au total, est donc placé à la charnière entre la plaine, drainée par le Coulon, et les massifs calcaires. Les abris utilisés correspondent au débouché des combes qui incisent le plateau. Ils ne sont pas au cœur de celui-ci, mais à l'extrême périphérie et dans des zones de passage naturel.

28La position de ces abris peints en général, et de ceux de la commune de Fontaine-de-Vaucluse en particulier, rejoint une observation que nous avons faite à plusieurs reprises d'un lien entre les gîtes de silex et l'expression schématique. Certaines peintures ornent des sites d'extraction du silex : la grotte du Levant du Leaunier à Malaucène (Vaucluse) et l'abri de la Toulousane à Évenos (Var). Sans que l'on puisse toujours invoquer une extraction des matières siliceuses, des abris peints sont traversés ou occupés par celles-ci : l'abri d'Eson à Beauregard-Baret (Drôme) ou l'abri Al de Fontjouval à Saint-Saturnin-lès-Apt (Vaucluse). D'autres matières premières peuvent être extraites et transformées sur un site concerné par l'expression schématique : la serpentinite au Rocher du Château à Bessans en Savoie, l'argile dans le réseau moyen de la grotte de l'Église à Baudinard (Var), le chloritoschiste au vallat de la Figuerassa à Tarerach (Pyrénées-Orientales) ou encore la variscite au Can Tintorer en Catalogne, etc. Pour expliquer cette relation de stricte proximité, et en nous appuyant sur d'autres arguments spatiaux, mobiliers et iconographiques, nous avons émis l'hypothèse selon laquelle cette expression graphique du Néolithique, toutes versions techniques confondues, pouvait être liée pour partie à la transformation des matières premières dans le cadre plus vaste de la notion symbolique de passage (Flameau 2002).

29Les abris à peintures du Vaucluse sont implantés aux abords, ou même à l'intérieur (abris des gorges de la Nesque), de la zone des gîtes de silex bédoulien, matériau extrait et transformé sur place, puis commercialisé sur de longues distances à partir du Chasséen. Ce ne sont pas des sites où on le transforme, mais des sites placés en fonction de possibles axes de circulation : des sites localisés au départ des combes qui permettent d'accéder aux gîtes de cette matière siliceuse de première importance. Nous supposons donc que ces abris peints entretiennent un lien avec les ateliers, en dépit de la distance qui les sépare : une relation au moins symbolique qu'il nous appartiendra de confirmer ou d'infirmer par l'examen de nouvelles données.

4.3. LA COULEUR ET LA MORPHOLOGIE DES FIGURES

30La teinte rouge des figures du Vau Cluso est habituelle. Celle des figures de Font de l'Oule est plus singulière. Elle évoque une recette pigmentaire comprenant une charge de matière brûlée, peut-être de l'os, comme l'analyse élémentaire l'a démontré pour certaines figures brunes ou noires de Baume Brune (Vaucluse ; Flameau et al. 2001). Si de nouvelles analyses confirment la présence d'apatite à Font de l'Oule, elles renforceront notre hypothèse d'une opposition entre la composition des peintures « vauclusiennes » et celle des peintures « varoises ». En effet, la charge introduite dans les unes et les autres semble globalement différente. L'os pilé, brûlé ou non, est caractéristique de certaines figures vauclusiennes. Il n'a pas été mis en évidence dans d'autres zones. En revanche, le talc a été retrouvé dans plusieurs peintures du Centre et du Sud du Var, mais n'a pas été utilisé dans le Vaucluse. D'où notre proposition d'une partition entre ces deux zones : un système chromatique sombre au pied des Monts du Vaucluse, où l'os brûlé est incorporé à l'ocre ou à l'hématite, et un système chromatique clair où le talc est mélangé à ces deux colorants ou à la bauxite (Flameau 2005). L'autre hypothèse qui ferait de l'une ou l'autre charge un argument chronologique est, pour lors, invérifiable.

31Le corpus iconographique des deux sites est relativement restreint et répète des signes observés ailleurs : des signes ancoriformes et des cercles, des personnages masculins et des signes arboriformes. Seule la figure curviligne no 3 du panneau B (fig. 5), d'ailleurs incomplète, est singulière. Elle n'évoque que des rapprochements de formes avec des signes méandriformes du Puerto Alonzo et du Cerro Estanislado dans la région de Badajoz (Breuil 1933-1935).

32Deux signes nous semblent plus particulièrement intéressants : les signes ancoriformes de l'abri A du Vau Cluso et les personnages masculins de l'abri de Font de l'Oule.

Fig. 5 – Figure no 5 du panneau B (abri de Font de l'Oule).

33Nous proposons d'identifier les signes ancoriformes comme le visage de l'idole. Les figures du site espagnol du Penon del Aguila (Ciudad Real) montrent, sur la même paroi, différentes étapes de la schématisation de ce signe. C'est une version peu connue dans le Sud de la France où la peinture ainsi que la gravure privilégient plutôt le signe en arceau simple, c'est-à-dire la forme extérieure de l'idole, pour symboliser celle-ci. Pour peu qu'il soit hâtivement tracé, le signe ancoriforme peut être confondu, soit avec un signe anthropomorphe masculin dont les bras seuls seraient indiqués (figure no 1 de l'abri de la Combe d'Oullins, Ardèche), soit avec le signe en arceau englobant un trait court vertical (gravures du plateau du Daüs, Ardèche). Dans le premier cas, l'axe vertical touche ou traverse le trait incurvé ; dans le second, le trait vertical ne monte pas jusqu'au sommet de l'arceau. La mauvaise conservation des figures du Vau Cluso ne nous permet pas d'être vraiment affirmatif : tout simplement, le trait vertical y est systématiquement en contact avec le second trait arqué.

34Quelle que soit la version graphique choisie par les Préhistoriques, c'est la mise en place de ce type de signe sur son support qui renforce notre jugement : l'idole est, de toutes les figures du corpus schématique, celle qui est en parfaite adéquation avec son support (Hameau 2002, 2006). Son emplacement, sa morphologie, sa taille, son sens de lecture sont subordonnés à la micro-topographie de la paroi. Ici, les signes ancoriformes sont de petite taille et restent très dépendants des dimensions et de la forme que leur impose le rocher. Aucun ne dépasse les sillons fins qui s'y trouvent. Le rebord de la niche naturelle qui les contient délimite leur contour.

35Un second élément renforce cette identification : la présence d'une gravure naturelle en forme d'arceau sur la paroi opposée. Celle-ci accrédite en quelque sorte le choix, par les hommes, de la thématique de l'idole. Elle la présente comme une image inhérente aux lieux, comme un argument hiérophanique. L'abri no 9 de Baume Brune à Gordes (Vaucluse) montre un cas semblable : deux arceaux peints faisant pendant à une gravure arciforme naturelle. Ailleurs, un auvent de niche ou bien le sommet arrondi d'un pan de rocher jouent le même rôle. De même, certaines statues-menhirs sont dépourvues de détails anatomiques réalistes, car leur support exprime déjà la forme générale de l'idole. Les signes ancoriformes du Vau Cluso ne feraient donc qu'attester et réitérer – réactiver donc – une thématique latente.

36Les figures humaines de l'abri de Font de l'Oule sont massives (fig. 6, a et c). Tête, corps et écartement des jambes sont tracés comme s'il s'agissait de formes quadrangulaires. Le corps de la figure no 10 (fig. 6a) est un quadrilatère irrégulier enfermant une série d'au moins six ponctuations. La maladresse de ces formes reflète peut-être simplement la personnalité de leur auteur. Il peut s'agir aussi d'une volonté d'associer le personnage masculin, la grille et le point, ou seulement le premier et le dernier, selon le principe de contraction (deux figures ou plus réunies en un seul et nouveau signe) cher à l'expression schématique. « Personnage + ponctuation (s) » est un cas récurrent d'association. Nous interprétons le point comme la valeur ajoutée au personnage, comme un indice de sa transformation : de son changement de statut (Hameau 2002). La possible présence d'une grille est inhabituelle, mais il n'est pas impossible que les deux signes soient liés, voire même qu'un passage de l'une à l'autre figure ait existé. Cette supposition a été avancée par H. Breuil (Breuil 1933-1935) pour des figures quadrangulaires de la province de Badajoz en Espagne et pour le Canchal das letras au Portugal. Nous l'observons à l'abri Otello à Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône). Toutefois, les figures de Font de l'Oule constitueraient une version plus explicite de cette transformation graphique.

37Enfin, la juxtaposition de personnages masculins avec des signes arboriformes (fig. 6c), comme on l'observe ici, est fréquente et correspond peut-être à un cas de doublement (imparfait) du signe anthropomorphe masculin. Le signe arboriforme est d'ailleurs très présent sur le site (fig. 6, b et d).

5. CONCLUSION

38Une logique régit l'implantation et l'organisation des abris peints, leurs relations entre eux et avec les autres sites contemporains. Ils représentent un élément de la territorialisation des communautés agropastorales du Néolithique au même titre que les habitats, les sites sépulcraux ou les divers gîtes d'extraction de matériaux. Ils sont investis d'une charge symbolique forte qui ne résulte pas simplement des figures qui ornent leurs parois. Celles-ci ne sont que l'accompagnement des multiples activités qui se déroulent sur ces lieux. Elles n'en constituent que les témoignages, au même titre que le reste du mobilier archéologique. À elles seules, elles ne sauraient traduire la complexité des usages de ces sites. L'analyse spatiale s'avère tout aussi révélatrice de cette multifonctionnalité et complète avantageusement les données graphiques.

39Topologie et iconographie ont donc été sollicitées pour caractériser et singulariser tout à la fois les deux sites. Ceux-ci partagent avec les autres abris peints du Sud de la France les mêmes caractéristiques internes qui les désignent comme candidats à l'ornementation. En revanche, l'accident hydrologique qui les jouxte et signale leur présence est inhabituel. Tous deux occupent la bordure du même socle géologique que les autres abris vauclusiens. Toutefois, il s'agit de deux sites isolés dans leur vallon respectif et non pas d'un regroupement d'abris peints. Les figures sont classiques du répertoire schématique, dans leur identité, leurs associations ou la prise en compte des particularités du champ graphique. Par contre, la version formelle des personnages masculins était jusque-là inédite, tout en se conformant à un système associatif de signes, connu sur d'autres abris. Ces deux nouveaux jalons de l'expression schématique picturale accréditent donc certaines de nos argumentations antérieures en les enrichissant de nouveaux éléments symboliques.

40Cette opération et le présent article ont été possibles grâce à la collaboration de A. Painaud, D. Vaillant, C. Rey et L. Collet.

Fig. 6 – Diverses figures de l'abri de Font de l'Oule. a : figure B. 10 ; b : figure B.2 ; c : figure B.5 à 8 ; d : figure C. 1.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Breuil H. 1933-1935. Les peintures rupestes schématiques de la Péninsule ibérique. Lagny : E. Grevin, imprimeur. 4 vol. 

Brochier J.E. 1982. Deux mille ans d'histoire du climat dans le Midi de la France : étude sédimentologique. Annales : histoire, sciences sociales 28/2, p. 425-438.

Dautier A.-Y. 1999. Trous de mémoire : troglodytes du Lubéron et du plateau de Vaucluse. Mane : les Alpes de lumière. 168 p. (Les Alpes de lumière ; 133).

Glory A., Sanz Martinez J., Georgeot P., Neukirch H. 1948. Les peintures de l'Âge du métal en France méridionale. Préhistoire, p. 7-135.

Hameau P. 1999. Héliotropisme et hygrophilie des abris à peintures schématiques du Sud de la France. L'Anthropologie 103/4, p. 617-631.

Hameau Ph. 2002. Passage, transformation et art schématique : l'exemple des peintures néolithiques du Sud de la France. Oxford : Bar International Series. V-280 p. (BAR. International Series ; 1044).

Hameau Ph. 2004. Les peintures schématiques de la Combe de Fontjouval (Saint-Saturnin-lès-Apt, Vaucluse). In Dartevelle H. (coord.). Auvergne et Midi : actualités de la recherche : actes de la cinquième session, Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 8 et 9 novembre 2002. Cressensac : Préhistoire du Sud-Ouest, p. 457-466. (Préhistoire du Sud-Ouest. Suppl. ; 9).

Hameau Ph. 2005. Des goûts et des couleurs. Chronologie relative et identité culturelle à travers l'analyse des peintures schématiques du Néolithique dans le Sud de la France. Zephyrus 58, p. 195-211.

Hameau Ph. 2006. L'idole, expression d'un sacré antérieur aux hommes dans les croyances du Néolithique. Religions & Histoire 7, p. 78-85.

Hameau Ph., Cruz V., Laval E., Vignaud C., Menu M. 2001. Les peintures postglaciaires du Sud de la France : recettes picturales. L'Anthropologie 105, p. 611-626.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan (a) et coupe (b) longitudinale de l'abri A du Vau Cluso. I à 6 : emplacement des figures peintes ; CR, gravure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 2 – Coupe (c) du renfoncement médian (abri A du Vau Cluso) et emplacement des figures, a : figures no 1 et 2 ; b : figure no 3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 3 – Plan (a), coupe (c) et coupe stratigraphique (b) de l'abri de Font de l'Oule. A, B et C : emplacement des panneaux peints ; GR, gravures. La coupe stratigraphique est extraite de Brochier 1982.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 4 – Présentation synthétique de la paroi ornée de l'abri de Font de l'Oule. 1 et 2 : joints de strate horizontaux ; 3 : niveau du sol actuel ; 4 : emplacement supposé du sol d’origine ; 5 : traînées de calcite (teinte grise) ; 6 : zones orangées ; 7 : sortie et circulation de l'eau de ruissellement ; 8 : fente suintante de la paroi ; 9 : crochet fixé à la paroi ; 10 : tuyau enfoncé dans la paroi.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3679/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 5 – Figure no 5 du panneau B (abri de Font de l'Oule).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3679/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 6 – Diverses figures de l'abri de Font de l'Oule. a : figure B. 10 ; b : figure B.2 ; c : figure B.5 à 8 ; d : figure C. 1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3679/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 418k

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search