Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité hors Rhône-Alpes

Ateliers de taille de silex dans la Préhistoire récente des Monti Lessini (Verona, Italie)

Giorgio Chelidonio

Résumé

Bien que la géologie des Préalpes italiennes autorise des ressources en silex nombreuses et diversifiées, le secteur des Monti Lessini-Monte Baldo est réputé pour receler les plus grands affleurements entre les chaînes alpine et apennine. Au moins cinq qualités principales de silex y sont disponibles, le plus commun étant le faciès vitreux du Crétacé, localisé à différentes altitudes comprises entre 400 et 1 700 m. Les exploitations de silex des Monti Lessini ont débuté au Paléolithique inférieur (sites acheuléens de Monte Gazzo et Cà Palui-Trezzolano) et se sont achevées avec les productions de pierres à fusil des xviiie-xixe siècles (probablement avec des étapes en relation avec la disponibilité environnementale durant les fluctuations climatiques). L'accessibilité des gîtes de silex des Monti Lessini a été réglée par trois facteurs principaux : les connections, étroites à l'ouest et au sud, avec les bancs de la rive gauche de l'Adige ; les limites géomorphologiques septentrionales des Monti Lessini, coupées par la vallée de Ronchi qui se connecte directement, mais de manière escarpée (à travers les passages de Pertica et de Trappola), avec la partie médiane de la vallée de l'Adige et l'Illasi orientale. Différents sites, essentiellement attribués à des ateliers de la fin de la Préhistoire, sont présentés du double point de vue des conditions d'exploitation et de leur dimension.

Texte intégral

L'auteur remercie Mme M. Borrello pour la discussion et la traduction du texte, M. L. Salzani (Nucleo Operativo di Verona della Soprintendenza Archeologica del Veneto) pour avoir permis l'étude des matériaux et M. M. Nidini pour la mise en page du poster.

1Dans les formations sédimentaires des Monti Lessini (fig. 1) affleure la plus grande concentration de silex disponible au nord du Pô. D'autres concentrations mineures se situent au nord-ouest, sur le Monte Baldo voisin, à nord-est sur le plateau d'Asiago et dans différentes aires du Veneto et de la Lombardie (Barfield 1990, 1993). Les ressources siliceuses des Monti Lessini ne constituent pas, par conséquent, une zone de concentration unique et isolée, telle que le porterait à croire la dénomination courante de « selce della Lessinia » pour presque toutes les qualités de silex sud-alpin. Toutefois, les Monte Lessini coïncident avec le principal pôle d'approvisionnement défini par de nombreux affleurements de dimensions relativement modestes. Les ateliers sont documentés à partir du Paléolithique inférieur (par exemple le site acheuléen de Cà Palui, Verona, à 450 m) et, au cours de l'Aurignacien (par exemple à Campone di Monte Avena, Belluno, à 1450 m) (Lanzinger 1989), dans des zones colinéaires et de montagne des Préalpes vénètes et lombardes (Chelidonio 1999).

Fig. 1 – Ateliers de taille de silex dans les Monti Lessini (Verona-I) en Préhistoire récente : I, La Costa (Crezzana) ; 2, Ponte diVej'a (S. Anna d'Aifaedo, sites « PdVS » et « PdV/Tr » ; 3, Arzaré (Bosco Chiesanuova) ; 4, Dosso Morandin (S. Anna d'Aifaedo) ; 5, « Fosse Est » (S. Anna d'Aifaedo) ; 6, Malga Casotti (Veto Veronese).

2L'observation des industries lithiques trouvées dans cette région suggère des changements dans le choix de la matière première au cours de différentes phases chrono-culturelles, et ceci en fonction des techniques d'élaboration et de la typologie des outils. Les qualités privilégiées ont été les suivantes :

  • la texture vitreuse (par exemple, le silex crétacé utilisé pour les industries laminaires et pour la production de lames foliacées – lames de poignard à retouche bifaciale – pendant le Néolithique et l'Âge du Cuivre (sensu lato) ;

  • la compacité (par exemple, le silex éocène pour la production de bifaces campigniens), mais également les dimensions des blocs à disposition (par exemple, le silex éocène de Cà Palui pour la production de bifaces paléolithiques).

3L'accessibilité aux affleurements a constitué un facteur important, variable en fonction des phases climatiques : la principale route d'accès, en provenance du sud, suivait les axes constitués par les vallées praticables au cours des épisodes de glaciation, au moment où la vallée de l'Adige, au nord-ouest, et les rares cols alpins, au nord, restaient couverts par la glace et la neige pérennes. Cette situation se modifie au cours du Post-Glaciaire, comme illustrée par le site épigravettien de San Giorgio (Val Squaranto, 1400-1500 m) et le site de Campagna di Lugo (Val Pantena, 300 m), où une communauté du Néolithique ancien installa un important centre de production d'artefacts sur lame, distribués par la suite vers la plaine du Pô et le piémont des Apennins.

4Dans les régions au sud des Alpes, la période entre la fin du Néolithique et l'Âge du Cuivre marque le déclin de la demande d'artefacts sur lame. Parallèlement se développe l'exploitation de ressources siliceuses locales, d'une qualité inférieure. L'activité dans les Monti Lessini semble caractérisée par une large production d'outils de technique campignienne et de pièces foliacées de dimensions variées (par exemple, pointes de flèche et lames de poignard). L'utilisation des matériaux campigniens paraît restreinte à l'échelle locale, tandis que les pièces foliacées s'intégrent vraisemblablement dans un réseau de distribution s'étendant au-delà du bassin et de la vallée de l'Adige. Les Monti Lessini constituent ainsi un pôle important dans le réseau de distribution des matières siliceuses, qui connaît des variations dans le temps. Cette séquence presque ininterrompue se conclura entre la fin du xixe et le début du xxe siècle, avec l'artisanat des pierres à fusil utilisées dans les platines à silex.

1. LES SITES PROSPECTÉS

5Pour ce qui concerne les ateliers prospectés, il nous semble opportun de présenter une synthèse touchant à l'identification de sites qui montrent des évidences d'une activité d'approvisionnement et d'extraction des nodules, ces derniers présents dans les formations sédimentaires argileuses secondaires dérivées de la pédogenèse des calcaires siliceux et de sa conséquente redéposition dans les zones situées au-dessous des formations d'origine.

1.1. LA COSTA (GREZZANA)

6Située à 250 m d'altitude sur un versant de calcaire siliceux d'une épaisseur de 100 m environ, cette aire d'ateliers a été partiellement prospectée avant la réalisation des travaux agricoles qui ont enseveli ses traces. L'activité préhistorique est démontrée par une remarquable densité de matériaux déposés dans un sédiment argileux, rouge et plastique, et par des nombreux restes de cortex avec traces de raclage intentionnel, peut-être en rapport avec l'enlèvement de l'argile fixée autour des nodules. Parmi les matériaux, on compte seize éclats avec cortex raclé (fig. 2) et vingt-deux avec retouche marginale dentelée (il s'agit peut-être d'instruments utilisés pour racler l'argile plastique de la surface des nodules). La technique de préparation « à crête » est présente sur cinq lames et un nucléus (Chelidonio, Zanini 2006).

Fig. 2 – « La Costa/sud » éclat avec cortex intentionnellement raclé (photo C. DeZuccato).

1.2. « PONTE DI VEJA/SUD » (SANT'ANNA DALFAEDO)

7Le sondage effectué par L.H. Barfield (1988-1989) sur les versants argileux d'une petite vallée proche de la localité de Ponte di Veja (600 m d'altitude) a révélé un nombre important de déchets lithiques associés aux traces d'une « fosse » ouverte pour l'extraction de nodules de silex concentrés à la suite d'anciens processus d'érosion, en suivant un design de « stone line ». Les niveaux supérieurs de la « fosse », avec pré-nucléus et éclats de décortication, ont été datés entre 2199-1885 av. J.-C. cal. (Barfield, Chelidonio 1993). La fréquence de charbons de bois dans les sédiments suggère la pratique de la déforestation pour la méthode de « slash and burn » (Cremaschi 1996). Toutefois, les déchets de taille apparaissent plutôt atypiques (éclats de premier débitage), à l'exception d'une pièce foliacée d'aspect campignien qui rappelle, par ses proportions, une petite lame de poignard (fig. 3, no 1). Une activité tout à fait similaire a été identifiée plus tard sur le versant opposé (site « PdV/Tr ») où les déchets de taille sont associés à quelques bifaces campigniens (fig. 3, no 3) et à des outils laminaires qui conservent des traces de la préparation « à crête » des nucléus (Chelidonio 1995, 1997). En plus de l'extraction, le ramassage ciblé de nodules, en suivant les formations qui résultent de l'érosion pluviale, est attesté dans ce site.

Fig. 3 – Ponte di Veja (site « PdV/S ») : no 1 : petite pointe à retouche bifaciale ; n2 : Arzaré, ébauche de biface ; no 3 : Ponte di Veja (site « PdV/Tr »), tranchet à retouche bifaciale ; no 4 : « Fosse Nord » (S. Anna d'Aifaedo) : tranchet à retouche bifaciale ; no 5 : « Fosse Est » (S. Anna d'Alfaedo) : éclat de retouche bifaciale (type « tranchet blow ») ; no 6-7-8-10-11 : « Maiga Casotti Nord » (Vélo Veronese) : éclats multidirectionnels débauchage de bifaces ; no 9 : « Malga Casotti Nord » (Vélo Veronese) : ébauche bifaciale de « poignard » ; no 12 : « Malga Casotti Nord » (Vélo Veronese) : nucléus discoïdal à enlèvement préférentiel, probable typologie locale pour la production des éclats prédéterminés à être transformés en pointes de flèche à retouche bifaciale.

1.3. LA RÉGION DE LUGHEZZANO (BOSCO CHIESANUOVA)

8Située entre 600 et 750 m d'altitude, elle montre de nombreux témoignages de petits ateliers et de bifaces campigniens. Sont à signaler : la présence d'une concentration de déchets de taille atypiques (éclats de premier débitage), contenus dans une épaisse couche de sédiments argileux (Chelidonio, Saura, inédit), et la découverte, à Arzaré, de deux ébauches bifaciales obtenues à partir de nucléus ellipsoïdaux aplatis (fig. 3, no 2) (Chelidonio 2006).

1.4. « CEREDO W/91 » (SANTANNA DALFAEDO)

9Un petit ensemble de déchets de taille atypiques (éclats de premier débitage) a été identifié, sur le profil de la paroi de terrain sectionnée par la construction d'une route, à 790 m d'altitude, à proximité de « Benedetti site », un atelier récent de pierres à fusil (Chelidonio, Woodall 1999 ; Woodall, Kirchen 1999 ; Woodall et al. 1997) ; ce site a été confondu avec un atelier préhistorique (Binsteiner 1994, 1995) et présenté comme « la mine de silex de Ötzitzi » sur la base d'une observation superficielle de la qualité du silex (silex vitreux gris-noir bleuâtre avec spots blanchâtres), similaire, d'un point de vue macroscopique, à la matière première employée pour la fabrication de quelques outils associés à la fameuse « Momie de Similaun ».

1.5. LA SÉRIE DE CEREDO W/91

10Elle contient un grand nodule ellipsoïdal avec large plan de percussion préparé, un galet de porphyre avec traces d'utilisation comme percuteur et des éclats avec cortex raclé (Chelidonio, Saura 1999).

1.6. DOSSO MORANDIN (SANTANNA DALFAEDO)

11Le site se trouve à 940 m d'altitude sur une dorsale calcaire (portion basale de la formation Biancone). Des travaux de construction ont mis en évidence des nodules de silex vitreux gris-noir en position primaire, mais souvent fracturés par compression tectonique. Une petite poche creusée dans le Biancone conservait une grande quantité de déchets de taille avec cortex (en grande partie éclats de premier débitage). Des informations importantes sont fournies par la présence d'un petit bifacial de type campignien, de plusieurs éclats à mettre en rapport avec la technique « tranchet blow », et d'outils qui conservent des restes de cortex raclé (6 %). La production de lames reste marginale dans cette série de 170 objets, dont 20 % environ sont attribués au Paléolithique moyen-inférieur (Chelidonio 1995).

1.7. « FOSSE EST » (SANTANNA D'ALFAEDO, 900 M)

12Le silex apparaît dans un niveau de loess argilifié de plus de 2 m d'épaisseur couvrant des restes de roches calcaires du Biancone. D'importantes quantités de déchets avec cortex, résultat de la première phase de préparation d'ébauches, se trouvaient à une profondeur de 30-50 cm, placées sur les affleurements de sédiments argileux riches en nodules siliceux (ils sont absents dans le loess sus-jacent aux affleurements de silex). Aucune trace d'extraction ancienne n'a été mise en évidence dans le profil de la paroi ; cette situation suggère un ramassage intensif de la surface délavée lors des pluies. On observe la présence de quelques galets de roches métamorphiques avec traces d'usure dues à leur utilisation comme percuteurs, de quelques artefacts avec des empreintes laminaires et un éclat caractéristique de la préparation d'une ébauche de lame de poignard de technique probablement campignienne (fig. 3, no 5 ; Chelidonio 1997, 2000). La découverte d'un tranchet (fig. 3, no 4), dans la partie nord de cette zone, suggère que l'activité d'extraction et la première phase de travail du silex se soient développées en rapport avec les processus de déforestation (Chelidonio, Saura 2000). Quelques tranchets isolés sont connus dans la partie nord-occidentale des Monti Lessini, entre 1600 (Malga Pidocchio) et 1200 m d'altitude (Contrada Beccherli).

1.8. MALGA CASOTTI (VELO VERONESE)

13La localité est située à 1316 m d'altitude sur un affleurement de calcaire du Biancone, épais d'environ 140 m et articulé sur une étendue de 3,2 à 0,8 km (est-ouest) et 6 km (nord-sud). Les artefacts se trouvaient inclus dans le sol argileux brunâtre, coloration due probablement à la présence d'une ancienne hêtraie. La construction récente d'un chemin a permis l'identification de deux aires distinctes, riches en éclats multidirectionnels très minces et outrepassants, caractéristiques de la première phase d'élaboration de lames de poignard de dimensions moyennes et grandes. Une ébauche de lame de poignard, abandonnée parce que cassée au cours du travail (fig. 3, no 9), suggère la spécialisation de certains ateliers où apparaissent aussi des nucléus discoïdes à éclat préférentiel (fig. 3, no 12), de dimensions suffisantes pour la production de pointes de flèche de dimensions moyennes à petites.

14La préparation de nucléus prismatiques pour l'obtention de lames semble absente ; manquent les artefacts retouchés et portant des traces de cortex raclé (Chelidonio, Zanini 2006). Situés à haute altitude, ces ateliers sont accessibles au nord par deux cols qui relient la Val dei Ronchi aux alentours de Ala, c'est-à-dire les passages principaux qui permettent d'accéder directement de la limite nord des Monti Lessini (où les formations du calcaire Biancone et ses silex vitreux constituent une partie importante du paysage) à la moyenne vallée de l'Adige (Chelidonio et al. 2005).

2. CONCLUSIONS PRÉLIMINAIRES

15D'un point de vue technologique et typologique, les ateliers présents montrent les caractéristiques suivantes :

  • l'extrême rareté d'artefacts travaillés sur lame et de nucléus prismatiques (ou de leurs ébauches) pour la fabrication de grandes lames ;

  • la rareté des objets retouchés, à l'exception d'une seule lame de poignard découverte à Ponte di Veja/Sud et de quelques éclats atypiques de Fosse Est et de La Costa di Grezzana, avec « pseudo-retouche » simple et marginale qui peut être interprétée comme des traces d'usure produites lors du raclage des cortex (Chelidonio 2002) ;

  • la présence des cortex raclés, liée seulement aux silex exploités dans des dépôts secondaires argileux qui contiennent des concentrations naturelles de nodules siliceux, souvent déposés en forme de « stone line » (Chelidonio 2002).

16La localisation des sites et les matériaux associés apportent quelques indices relatifs à la gestion des ateliers de taille :

  • la présence de galets de roches métamorphiques, avec traces d'usure produites par leur utilisation comme percuteurs, à Ceredo W/91 et Fosse Est ; ces gisements se situent dans le secteur nord-ouest des Monti Lessini et sont reliés par le col de Fosse à la vallée de l'Adige, riche en graviers, où les galets de roches métamorphiques ont pu être ramassés ;

  • l'absence d'habitats à proximité des ateliers, à l'exception de celui de La Costa, situé en fond de vallée et proche de Borgo di Grezzana où des sépultures énéolithiques ont été identifiées ;

  • la spécialisation des ateliers de Casotti, déduite de la remarquable variété de traces d'élaboration, principalement par la présence de quantités importantes de déchets de taille de bifaces minces à retouche foliacée de dimensions moyennes à grandes (15-20 cm). En outre, la localisation des ateliers de Casotti sur la marge nord-orientale des Monti Lessini témoigné de leur rôle important dans la diffusion de lames-poignards bifaciales vers la vallée de l'Adige et les régions nord-alpines.

17Plusieurs éléments suggèrent une apparente diversité dans les stratégies de ramassage et d'extraction du silex, probablement en rapport avec différentes productions qui s'étalent dans le temps dans la région des Monti Lessini. Nous pouvons ainsi faire quelques remarques.

18Les possibilités d'accès aux silex des Monti Lessini aux temps préhistoriques ont été modulées par différents facteurs topographiques et climatiques (toutefois, les modèles relatifs à l'utilisation des voies de circulation restent, pour l'instant, à définir).

19L'extension et la localisation des formations siliceuses à des altitudes très différentes (par exemple, les calcaires Biancone qui affleurent en différents points des Monti Lessini, à des altitudes qui varient entre 300 m et jusqu'à 1 500 m) rendent difficile une interprétation des stratégies d'approvisionnement basée sur la seule caractérisation du type de silex.

20Le rejet de certains blocs de silex lors du travail préliminaire de préparation des ébauches est déterminé par leur fracturation soit par l'action tectonique, soit par l'action du froid lors des phases de glaciation (dans les zones comprises entre 600 et 1500 m d'altitude), comme l'ont démontré les découvertes de Ponte di Veja/Sud et de Fosse Est.

21L'absence apparente de l'utilisation de nodules ramassés dans les dépôts fluviaux suggère la préférence donnée à l'approvisionnement dans les affleurements qui offrent des matériaux siliceux plus adaptés à la taille des lames et/ou à la pratique de la retouche bifaciale.

22Les prospections effectuées montrent que la recherche de nodules se faisait sur les surfaces délavées naturellement, exposées à la suite d'incendies intentionnels, ou bien encore par excavations pratiquées dans les dépôts argileux riches en « stone-lines ». Toutefois, les processus d'anthropisation empêchent la reconstruction des paysages préhistoriques ; la recherche et l'exploitation intensive des silex – telles que mises en évidence à Casotti – ont pu provoquer, dès les temps préhistoriques, des phénomènes de déforestation, responsables de profondes modifications du paysage.

23D'autres stratégies moins sélectives ont pu être adoptées pour la production d'outils simples sur lame ou sur éclat, grattoirs et racloirs, suivies d'approches plus soignées pour la production de pièces foliacées de petites ou moyennes dimensions (par exemple, pointes de flèche) qui demandent une certaine homogénéité des épaisseurs et des sections presque sans courbure. Les informations présentées renforcent l'importance des Monti Lessini dans la production – apparemment diversifiée à l'échelle temporelle – de matériaux semi-élaborés, destinés à circuler sur de longues distances grâce à l'existence de réseaux de distribution performants. Parallèlement, les mêmes informations évoquent la présence de produits destinés à une utilisation locale, comme le montre la composante campignienne (Borrello, Mottes 2002 ; Mottes 2002a, 2002b ; Mottes et al. 2002).

24La complexité et l'originalité des données relatives à la prospection et à l'obtention des matières siliceuses, l'étendue des zones d'approvisionnement potentielles et le nombre aujourd'hui inestimable d'ateliers invitent à renforcer les programmes de « survey » dans les Monte Lessini.

25Cette même complexité marque des limites importantes à la détermination de la provenance des outils en silex découverts dans les sites préhistoriques éloignés des Monti Lessini.

26L'attribution de matériaux à l'une des variétés de silex des Monti Lessini (et, de surcroît, à un affleurement spécifique ou à une localité précise) sur la base d'échantillonnages réduits ou de prospections restreintes constitue une approche simpliste et par conséquent non adéquate à la reconstruction des réseaux de distribution des produits siliceux sud-alpins au cours de la Préhistoire récente.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barfield L.H. 1990. The lithic factor: a study of the relationship between stone sources and human settlement in the Monti Lessini and the Southern Alps. In Biagi P. (dir.). The Neolithisation of the Alpine Region. International Round Table 'The Néolithisation of the Alpine Region', Brescia, 29 April-1 May 1988. Brescia : Museo civico di scienze naturali di Brescia, p. 147-157. (Monografie di natura bresciana ; 13).

Barfield L.H. 1993. The exploitation of flint in the Monti Lessini, Northern Italy. In Ashton N., David A. (eds). Stories in stone. Proceedings of Anniversary Conference at St. Hilda's College, Oxford, April, 1993. London : Lithic Studies Society, p. 71-83.

Barfield L.H., Chelidonio G. 1993. Indagini stratigrafiche e di superficie nell'area di Ponte diVeja, 1988-1990. Ann. Storico Val policella, p. 67-75.

Binsteiner A. 1994. Ausgewahlte Silexlagerstatten und deren Abbau in den Provinzen Trient und Verona. Archäologischesologisches Korrespondenzblatt 24, p. 255-263.

Binsteiner A. 1995. The flint mine of the Iceman. In Vllth International Flint Symposium, Warszawa-Ostrowiec Swistokrzyski, September 1995. Abstracts. Warszawa, p. 7-8.

Borrello M., Mottes E. 2002. La circulation des silex d'origine nord-italienne en Suisse au Néolithique. Note préliminaire. Internéo 4, p. 85-97.

Briois F., Negrino F. 2002. Riproduzione e verifica sperimentale della catena operativa di Valle Lagorara. In Campana N., Maggi R. (dir.). Archeologia in Valle Lagorara : diecimila anni di storia intorno a una cava di diaspro. Firenze : Istituto italiano di preistoria e protostoria, p. 219-233. (Origines).

Chelidonio G. 1995.Tracce di officine litiche preistoriche a Sant'Anna d'Alfaedo. Ann. Storico Valpolicella, p. 7-22.

Chelidonio G. 1996. Appunti sulla distribuzione tardo-preistorica del le asce levigate e dei bifacciali campignani fra la Lessinia e la pianura atesina. In Venturino Gambari M. (dir.). Le vie della pietra verde : l'industria litica levigata nella preistoria dell'ltalia settentrionale : Torino, Museo di Antichità : Alba, Palazzo Mostre e Congressi : settembre-dicembre 1996. Torino : Omega, p. 219-224.

Chelidonio G. 1997. Recenti rinvenimenti di officine litiche tardo-preistoriche in alta Valpolicella. Ann. Storico Valpolicella, p. 7-22.

Chelidonio G. 1999. Osservazioni e note preliminari su una sérié litotecnica da Brusaporto, Fontanelli (BG). Notizie archeologiche Bergomensi 1, p. 7-20.

Chelidonio G. 2000. « Folènde » per 300 mila anni a Fosse (S. Anna d'Alfaedo) : nuovi rinvenimenti e considerazioni. Ann. Storico Valpolicella, p. 11-24.

Chelidonio G. 2002. Tracce di raschiamento corticale su manufatti silicei tardo-preistorici in Lessinia (Verona). In Ferrari A., Visentini P. (dir.). Il declino del mon do neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone 5-7 aprile 2001. Pordenone : [s.n.], p. 523-526. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale ; 4).

Chelidonio G. 2006. Lame-pugnale litiche : manufatti « di rango » per « bellezza », scarsità e/o per « lunga durata » ? In Archeologia e idrografia del Veronese a cent'anni dalla deviazione del fiume Guà (1904-2004). Padova : [s.n.], p. 361-371. (Saltuarie dal laboratorio del Piovego ; 6).

Chelidonio G., Sauro U. 1999. Officine litiche storiche e preistoriche a Ceredo. La Lessinia ieri oggi domani 22, p. 73-86.

Chelidonio G., Sauro U. 2000. Nuovi ritrovamenti di asce litiche di tipo « tranchet » tardo-preistoriche in alta Lessinia. La Lessinia ieri oggi domani 23, p. 57-64.

Chelidonio G., Sauro U., Zanini F. 2005. Nuovi ritrovamenti preistorici nell'area di Passo Malera, in ait a Lessinia. La Lessinia ieri oggi domani 28, p. 49-58.

Chelidonio G., Woodall J.N. sous presse. Gunflints'workshops traces in the Lessini Mountains (Verona, Italy): flintknappers and smugglers at the end of the Venice Republic. In Proceedings of the VIIIth International Flint Symposium, Bochum, 13-17 September 1999.

Chelidonio G., Zanini F. 2006 sous presse. Una nuova area di officina litica tardo-preistorica in alta Lessinia (Verona-ltalia). In La pierre en milieu alpin, de la Préhistoire au Moyen Âge : exploitation, utilisation et diffusion. Actes du XIe colloque sur les Alpes dans l'Antiquité, Bagnes/Champsec, 15-17 septembre 2006. (Bulletin d'études préhistoriques et archéologiques alpines ; no spécial).

Cremaschi M. 1996. Una fase di erosione del suolo di età sub-boreale nei Lessini (Verona). In Venturino Gambari M. (dir.). Le vie della pietra verde : l'industria litica levigata nella preistoria dell'ltalia settentrionale : Torino, Museo di Antichità : Alba, Palazzo Mostre e Congressi : settembre-dicembre 1996. Torino : Omega, p. 224-225.

Lanzinger M. 1989. Gli ultimi cacciatori, in « I Monti Pallidi ». Novara : 1st. Geogr. De Agostini, p. 32-38.

Mottes E. 2002a. Scambio e circolazione della selce sudalpina nei territori a nord delle Alpi in età preistorica. In Schnekenburger G. (dir.). Attraverso le Alpi : uomini, vie e scambi nell'antichità. Stoccarda : [s.n.], p. 95-105.

Mottes E. 2002b. Le lame pugnale in selce. In ASPES A. (dir.). Preistoria Veronese : contribué e aggiornamenti. Verona : Museo civico di storia naturale, p. 93-95. (Memorie del Museo Civico di Storia Naturale di Verona. Sezione Scienze dell'Uomo).

Mottes E., Nicolis F., Schlichtherle H. 2002. Rapporti culturali tra i territori a nord e a sud delle Alpi centrali durante il Neolitico e l'età del Rame. In Schnekenburger G. (dir.). Attraverso le Alpi : uomini, vie e scambi nell'antichità. Stoccarda : [s.n.], p. 119-135.

Woodall J.N., trage S.T., Kirchen R.W. 1997. Gunflints production in the Monti Lessini, Italy. Historical Archaeology 31/4, p. 15-27.

Woodall J.N., Kirchen R.W. 1999. L'industria delle pietre focaie per armi da fuoco : ricerche fra Sant'Anna d'Alfaedo ed Erbezzo. Ann. Storico Valpolicella, p. 129-158.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Ateliers de taille de silex dans les Monti Lessini (Verona-I) en Préhistoire récente : I, La Costa (Crezzana) ; 2, Ponte diVej'a (S. Anna d'Aifaedo, sites « PdVS » et « PdV/Tr » ; 3, Arzaré (Bosco Chiesanuova) ; 4, Dosso Morandin (S. Anna d'Aifaedo) ; 5, « Fosse Est » (S. Anna d'Aifaedo) ; 6, Malga Casotti (Veto Veronese).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 2 – « La Costa/sud » éclat avec cortex intentionnellement raclé (photo C. DeZuccato).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3674/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 3 – Ponte di Veja (site « PdV/S ») : no 1 : petite pointe à retouche bifaciale ; n2 : Arzaré, ébauche de biface ; no 3 : Ponte di Veja (site « PdV/Tr »), tranchet à retouche bifaciale ; no 4 : « Fosse Nord » (S. Anna d'Aifaedo) : tranchet à retouche bifaciale ; no 5 : « Fosse Est » (S. Anna d'Alfaedo) : éclat de retouche bifaciale (type « tranchet blow ») ; no 6-7-8-10-11 : « Maiga Casotti Nord » (Vélo Veronese) : éclats multidirectionnels débauchage de bifaces ; no 9 : « Malga Casotti Nord » (Vélo Veronese) : ébauche bifaciale de « poignard » ; no 12 : « Malga Casotti Nord » (Vélo Veronese) : nucléus discoïdal à enlèvement préférentiel, probable typologie locale pour la production des éclats prédéterminés à être transformés en pointes de flèche à retouche bifaciale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3674/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

Auteur

Projet « Pietre del fuoco » A. T. M. UNESCO, Vicolo Moise 5, 1-37129 Verona. Courriel : Kelidonio@045.it

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search