Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité hors Rhône-Alpes

Premières données à propos du mégalithisme dans les Alpes du Piémont

Francesco Rubat Borel

Résumé

Des recherches et des découvertes récentes ont renouvelé, dans les dernières années, les connaissances sur le mégalithisme en Piémont. À côté des monuments valdôtains déjà célèbres, tel Saint-Martin-de-Corléans, sur le versant italien des Alpes occidentales, on peut maintenant ajouter nombre de sites mégalithiques datables du Néolithique final/Âge du Cuivre. Il s'agit soit de stèles (stèles-menhirs, alignements de menhirs, menhirs isolés), soit de tombes collectives et de dolmens. Nous sommes face à une situation où les caractères des faciès d'Italie du Nord et transalpins sont parfois opposés, parfois mêlés.

Texte intégral

  • 1 Les recherches ont été conduites en collaboration par l'auteur et par Filippo M. Gambari (Soprinten (...)

1Il y a encore quelques années, le Piémont était la seule région d'Italie septentrionale et des Alpes occidentales où l'on ne connaissait aucun site mégalithique. Des découvertes récentes montrent une situation complexe avec des liaisons très étroites avec le mégalithisme des régions françaises et suisses les plus proches. En mars 2006, une exposition photographique sur ces sujets a été inaugurée au Museo Archeologico del Canavese à Cuorgnè (prov. Turin). Cet article présente aux collègues transalpins les nouvelles données, dans l'attente d'autres recherches1.

1. STÈLES

2Dans les régions montagneuses d'Italie septentrionale et de France méridionale du IIIe millénaire av. J.-C., on observe fréquemment des complexes de statues-menhirs, aux fortes particularités locales, parfois associés à un contexte funéraire (cf. De Marinise et al. 1995). Le Piémont, trait d'union entre ces deux régions, commence à montrer une situation très complexe, avec des statues-menhirs, probablement en contexte funéraire, et des stèles aniconiques, c'est-à-dire dépourvues d'images figurées, et des menhirs (fig. 1). La présence de stèles au Piémont nord-occidental, qu'elles soient isolées comme à l'Airetta, dans un alignement comme au Monte Ciabergia ou dans un complexe comme à Pietraborga, peut contribuer à la compréhension du cercle du col du Petit Saint-Bernard (dit cromlec'h), composé de 49 pierres et dessinant un cercle de 72 à 74 mètres de diamètre. Les recherches conduites ces dernières années ont permis d'effectuer le relevé de ce complexe monumental et de vérifier la fréquentation préhistorique et protohistorique de la zone du col (Canal 1996-1997 ; Mezzena 2006 ; Pinet, Sivan 2006). De plus, on va montrer qu'il y a des contacts avec les monuments de la Suisse occidentale entre le Léman et le lac de Neuchâtel, véhiculés par les nombreux cols alpins. Au contraire, les caractères très particuliers des deux complexes, presque identiques, du Petit-Chasseur à Sion et de Saint-Martin-de-Corléans, près d'Aoste, soulignent l'importance de relations à plus courte distance entre le Valais et la vallée d'Aoste (Bocksberger et al. 1976-1989 ; Mezzena 1997 ; Mezzena 1998 ; Gallay 2006).

Fig. 1 – Le mégalithisme des Alpes occidentales italiennes : carte des sites mentionnés.

1.1. TINA (COMM. VESTIGNÈ, PROV. TURIN)

3En 1997, on a repéré deux stèles-menhirs, hautes d'environ 1,80 m, provenant du lit de la Doire Baltée en aval d'Ivrée, et qui avaient été extraites par une drague lors de travaux effectués sans le contrôle d'un archéologue. Cette carrière a été submergée par la rivière à partir de l'époque romaine et recouverte de graviers. La Doire Baltée est la rivière qui coule d'Aoste à Tina et qui relie directement les Alpes à la plaine, à 70 km de Saint-Martin-de-Corléans.

4La stèle-menhir la plus large, dénommée Tina 1 (fig. 2 et 3), haute de 1,75 m, est en gneiss œillé et présente au moins trois phases successives de gravures et d'effacements. À l'origine, elle était probablement comparable aux stèles du premier style de Saint-Martin-de-Corléans. Une deuxième phase a modifié la forme de la tête avec l'ajout d'une nouvelle incision, représentant un collier ou une lunule, puis on a arasé la surface du corps en effaçant des formes verticales de la première phase (les bras ?, des pendeloques ?) et en gravant de larges rubans horizontaux. Sur le dos, les nombreuses cupules (fig. 3) évoquent la dalle de couverture de la ciste de la tombe I de Saint-Martin-de-Corléans.

Fig. 2 – Tina. Lastatue-menhirTina 1, face.

5On pourrait donc suggérer que cette stèle-menhir, après avoir été décorée, a été abattue, comme semblent le montrer des traces sur sa partie inférieure. Trouvée en position horizontale par la drague, elle a été endommagée sur un côté. L'autre stèle-menhir, Tina 2 (fig. 4), plus mince, haute de 2,02 m, en gneiss chloritoïde, montre sur sa partie supérieure des traces dues à l'érosion des graviers de la rivière ; elle a donc été en position verticale encore après que le site ait été submergé par la Doire Baltée. Cette stèle-menhir présente, elle aussi, au moins deux phases de façonnage. La seconde a effacé la décoration originelle. Elle présentait peut-être un visage en forme de cercle avec un nez en forme de T, les bras et un poignard, et on y a gravé six rubans horizontaux. Le relevé des surfaces est en cours, par Andrea Arcà, ce qui permettra de mieux décrypter les phases de décoration de ces deux stèles-menhirs, réalisées dans une roche très difficile à graver. La comparaison des éléments distinctifs des deux phases nous permet de dater la première d'un moment contemporain du Remedello 1 et du style III Al du Val Camonica (2800-2400 av. J.-C.), et la seconde du Campaniforme et du style III A2 du Val Camonica (2400-2200 av. J.-C. ; Gambari, Venturino Gambari 2003 ; Gambari 2004).

Fig. 3 – Tina. La statue-menhirTina 1, dos.

Fig. 4 – Tina. La statue-menhir Tina 2.

6Pour l'instant, au-delà d'une ressemblance générique de la forme de Tina 1 avec les stèles-menhirs d'Aoste et de Sion, les comparaisons stylistiques montrent un groupe nouveau de stèles, aux caractères décoratifs distincts, qu'on peut rapprocher aussi des exemplaires du Rouergue pour le baudrier et de celui de Bevaix/Treytel-A-Sugiez (Neuchâtel) pour certains détails (Philippon 2002 ; Grau-Bitterli et al. 2002, fig. 22). Le lieu de provenance est très difficile, voire impossible, à investiguer. Les prospections géologiques et subaquatiques montrent un ancien plateau de 18750 m2 de surface, sur lequel le complexe mégalithique aurait pu être placé. Il est maintenant recouvert par les graviers fluviatiles et situé au-dessous du niveau moderne de la rivière. L'évaluation d'une intervention qui imperméabiliserait le site archéologique a démontré qu'il s'agirait d'une opération très difficile, requérant des moyens extrêmement importants (Pianta 2003-2004).

1.2. AIRETTA (COMM. CERES, PROV. TURIN)

7La première découverte qui a conduit à s'intéresser au mégalithisme dans les vallées de Lanzo, situées dans les Alpes Grées au nord de Turin, a été la stèle aniconique (un véritable menhir), retrouvée au lieu-dit Airetta, près du hameau de Cernesio, à 850 m d'altitude, dans une forêt de hêtres au pied d'un pierrier (fig. 5). Haute de 4,40 m avec une base triangulaire, elle s'appuie sur une structure artificielle de calage, du côté situé vers la montagne. À 14 m de distance, sur la même courbe de niveau, il y a un rocher de gneiss dont la face, polie, correspond d'une façon parfaite à la face nord du menhir (on y voit aussi les mêmes veines de la roche ; fig. 6). On peut donc y reconnaître la carrière d'extraction du menhir, qui a été détaché du bloc, roulé sur un des côtés et transporté un peu en amont jusqu'à son emplacement actuel. Ici, on a employé la pente du terrain et on s'est aidé d'un grand rocher comme base pour dresser le monolithe (Rubat Borel 2006). On ne dispose d'aucun élément pour sa datation, hormis la comparaison avec les monuments des régions atlantiques, très éloignées, ou la quinzaine de menhirs isolés de la région des Trois-Lacs de Suisse occidentale, plus proches (Moinat, Stôckli 1995).

Fig. 5 – Airetta. Le menhir.

1.3. CAVAGLIÀ (PROV. BIELLA)

8Dans les années soixante et soixante-dix, sur une propriété de la commune au nord du village de Cavaglià, de nombreux immeubles et villas ont été bâtis. Autour d'un étang situé à l'extrémité de la moraine de l'ancien glacier de la Doire Baltée, il y avait des alignements de rochers en rangées parallèles ou incurvées. Lors des travaux de construction, ils ont tous été enlevés et en partie rassemblés dans un champ proche, ou transportés dans des jardins alentour, lorsque l'étang a été comblé. On possède des clichés d'amateurs pris aux environs de 1975 et qui nous montrent la situation, alors que beaucoup de blocs avaient déjà été déplacés (fig. 7 à 9). Ce n'est qu'en 2005 que ce site a été signalé à la Surintendance pour les Biens archéologiques du Piémont par des amateurs, lorsque les blocs entassés devaient être encore déplacés à cause de l'implantation des nouveaux bâtiments communaux. On a pu vérifier que les surfaces des rochers avaient été travaillées, qu'on pouvait encore déceler, à la base, des altérations de la surface témoignant de la ligne d'enfouissement ancienne ; des gravures médiévales (des croix) ont aussi été repérées sur un des rochers. Actuellement, douze d'entre eux ont été redressés dans un espace spécial et huit autres dans un parc communal et des jardins privés. Leur emplacement original demeure indéterminé.

Fig. 6 – Airetta. Vue du complexe (la carrière en premier plan, le menhir en arrière-plan).

Fig. 7 – Cavaglià. Le complexe de menhirs : cliché des années soixante-dix.

Fig. 8 – Cavaglià. Le complexe de menhirs : cliché des années soixante-dix.

  • 2 Je crois que, dans la description du paysage le long de la route d'Ivrée « ... au village de Cavagl (...)

9Que peut-on dire de ce complexe mégalithique détruit ? Il a été réalisé avec des roches très dures, pour la plupart des gneiss, de dimensions très variées (jusqu'à 25 tonnes), tirés des blocs erratiques de la moraine orientale de l'ancien glacier de la Doire Baltée2 et déplacés sur de petites distances. Ces pierres devaient former un complexe qui est aujourd'hui difficile à restituer, mais qui était sûrement monumental, constitué de rangées de menhirs. Pour l'instant, on a identifié au moins vingt mégalithes. Nous suggérons, dans l'attente de nouveaux renseignements, une datation au IVe ou au IIIe millénaire av. J.-C.

Fig. 9 – Cavaglià. Le complexe de menhirs : cliché des années soixante-dix.

1.4. MONTE CIABERGIA (COMM. SANT'AMBROGIO DI TORINO, PROV. TURIN)

10Le Monte Ciabergia, à 1 179 m d'altitude, est situé à l'extrémité du Val de Suse et fait partie de la chaîne qui sépare cette vallée du petit Val Sangone. Sur ses pentes a été bâtie l'abbaye médiévale de la Sacra di San Michele, dominant l'ancienne Via Francigena, qu'empruntaient autrefois les pèlerins et les voyageurs entre la France et l'Italie. Ici, à 1060 m, dans une combe, sept dalles dressées forment un alignement légèrement incurvé en direction nord-sud et parallèle aux courbes de niveau (fig. 10 et 11). Les dalles sont trapézoïdales et mesurent de 1 à 1,5 m de haut et autant de large. Dans les alentours, il y a des aménagements agricoles modernes et un sentier conduisant à la Sacra mais, pour l'instant, on ne peut pas suggérer d'interprétation fonctionnelle à cet alignement : il est trop court pour constituer une partie d'une enceinte ou d'un bâtiment ou encore des bornes. On n'a mené aucune recherche archéologique et son ancienneté demeure douteuse. Dans le patois local, ce lieu est nommé Ou Cemetiri, soit le cimetière. L'alignement du Monte Ciabergia évoque les monuments de la Suisse occidentale, comme les neuf menhirs du Petit-Chasseur de Sion, le complexe d'Yverdon-La Promenade des Anglais (Vaud) et surtout celui de Lutry (Vaud), daté vers 3800 av. J.-C., pour les dimensions des dernières onze petites stèles et pour la courbe de l'alignement (Masserey 1985 ; Voruz 1992 ; Moinat, Stockli 1995 ; Gallay 2006, fig. 140, 150 et 151).

1.5. PIETRABORGA (COMM.TRANA, PROV. TURIN)

  • 3 Le site de Pietraborga est le sujet de la thèse de licence de Gianfranco Bongioanni, en cours à l'U (...)

11Proche du sommet du mont Pietraborga, à 860 m d'altitude environ, sur la crête qui partage la plaine de Turin du Val Sangone, est localisé un complexe très particulier. Sur un plateau formé de puissants rochers, se trouvent des blocs dégrossis qui semblent avoir été déplacés artificiellement (fig. 12). Certains d'entre eux sont gravés de cupules3. Du site, on domine les environs et les lacs d'Avigliana où, à l'Âge du Bronze, des villages littoraux se sont installés.

Fig. 10 – Monte Ciabergia. L'alignement des menhirs.

Fig. 11 – Monte Ciabergia. L'alignement des menhirs.

Fig. 12 – Pietraborga. Détail des menhirs.

2. TOMBES COLLECTIVES ET DOLMENS

12Les sépultures constituent une autre catégorie de structures mégalithiques. Dans la deuxième moitié du Ve millénaire av. J.-C. dans les Alpes nord-occidentales italiennes, on trouve des cimetières de tombes en ciste de type Chamblandes : dans la vallée d'Aoste où la nécropole de Quart à Vollein est la plus importante avec 66 tombes datées entre 4506-4357 cal. BC (UtC 1695 : 5590 ± 70 BP), dans la province de Turin où dix tombes proviennent de La Maddalena de Chiomonte, et dans la province de Biella où un coffre vide a été repéré dans les pâturages sur les pentes du Mombarone dans le Val Elvo, à 1 526 m s.n.m. (Mezzena 1997 ; Fedele 2007 ; Gallay 2006, fig. 175 et 178, cartes de diffusion des sépultures au Néolithique moyen et final en Suisse occidentale, Savoie, Ain et vallée d'Aoste), tombes contemporaines respectivement du Néolithique moyen et récent-final et de l'Âge du Cuivre italiens. En Italie septentrionale à l'Âge du Cuivre (correspondant au Néolithique final nord-alpin), on connaît de vastes nécropoles de tombes individuelles, fouillées dans la plaine de la Lombardie, de l'Émilie et de la Vénétie, comme Remedello (prov. Brescia) et Spilamberto (prov. Modène), alors que, dans les Alpes centre-orientales, riches en grottes et en abris, il y a de nombreuses sépultures collectives (Bagolini, Pedrotti 1998). En Ligurie occidentale, proche de la Provence, on a découvert des complexes comparables à ceux de la France sud-orientale, comme la sépulture collective campaniforme des Castellari de Loano (prov. Savone), couverte par un tumulus de pierres, ou comme les « dolmens » dont il faudrait définir plus précisément la nature, dans un contexte caractérisé par de nombreuses sépultures collectives en grotte (Odetti 1998 ; Maggi 1998).

  • 4 Les premières recherches ont été conduites de 1977 à 1980 par Francesco Fedele et le CORSAC. En 200 (...)

13Au contraire des Alpes-Maritimes, les Alpes Grées, formées de roches granitiques, sont pauvres en grottes. La seule à avoir fait l'objet de plusieurs campagnes de fouilles est la Boira Fusca, dans le bas Val d'Orco, près du hameau de Salto (comm, de Cuorgnè, prov. Turin), où l'on a enterré quelques individus à l'Âge du Bronze ancien, avec un mobilier de perles en pierre bleue et un poignard à base arrondie et trois rivets, intermédiaire entre les types Caunes et Lussan. Les sols du Piémont nord-occidental étant acides, seuls quelques débris d'os et des dents se sont conservés4. Les sépultures collectives ou individuelles des complexes mégalithiques du Petit-Chasseur et de Saint-Martin-de-Corléans, auxquels on pourrait ajouter Tina, sont connues depuis longtemps. En ce qui concerne la tombe quadrangulaire en blocs superposés d'Alba et les deux dolmens des vallées de Lanzo, les comparaisons nous dirigent, au contraire, vers la France méridionale.

2.1. ALBA (PROV. CONI)

14Grâce aux contrôles préventifs des travaux de construction, le territoire de la ville d'Alba est aujourd'hui l'un des mieux connus du Piémont pour le Néolithique et l'Âge du Bronze (Venturino Gambari 1995 ; Venturino Gambari 1998 ; Venturino Gambari et al. 1999). Au sud-ouest de la ville, dans le complexe résidentiel Papillon, on a découvert une tombe collective rectangulaire aux angles arrondis (fig. 13). Dans une large fosse à fond plat, mesurant 4,65 sur 4,05 m et profonde de 0,60 m, on a délimité un espace rectangulaire dallé, aux parois constituées de neuf lits de dalles de grès liées par de l'argile. À l'intérieur, mêlés aux fragments d'os humains, de gros cailloux, des dalles et du sédiment témoignent qu'il y avait un tertre de couverture. Les os appartiennent au moins à dix individus, dont quatre adultes et six d'âge juvénile. Les restes humains étaient concentrés sur le côté est de la tombe, à l'opposé d'un trou réalisé dans la paroi par d'anciens voleurs. Les seuls objets retrouvés sont des fragments de tôle de cuivre, un poinçon en os et deux tessons de céramique à trous perforés sous le rebord. Les datations radiocarbones des os sont situées entre 3650 et 3100 BC (crâne : OZE027 : 4762 ± 53 BP ; tibias : OZE028 : 4583 ± 62 BP), ce qui correspond au début de l'Âge du Cuivre en Italie (Venturino Gambari et al. 1999 ; Gambari, Venturino Gambari 2003). Cette structure est comparable aux tombes circulaires ou, plus rares, quadrangulaires, mesurant 6 à 7 m en moyenne, connues dans l'arrière-pays de Grasse entre les départements des Alpes-Maritimes et du Var (Sauzade 1998 ; Beyneix 2003, p. 135-137).

2.2. RIO COMBIN (COMM. CANTOIRA, PROV. TURIN)

15Sur le versant est du Val Grande de Lanzo, sur un cône de déjection à 760 m d'altitude, délimité au nord par le Rio Combin, s'étale un dolmen haut de 2,40 m, large de 4 m et profond de 2,50 m (fig. 14). On a rapproché un bloc en pierre d'un rocher et les deux ont été recouverts par une large dalle, en comblant tous les espaces vides pour soutenir ce toit avec des blocs plus petits (fig. 15). La petite chambre est maintenant vide et le sol interne est de formation récente (au niveau du rocher naturel il y avait des bouteilles en verre, produites il n'y a pas plus de dix ans). On peut aisément le comparer aux dolmens de la France méridionale. Il n'y a pas de grottes dans les environs, contrairement au versant opposé de la vallée où les abris (on les appelle balmes) sont nombreux, parfois formés par des blocs erratiques ou d'anciens éboulements, et encore utilisés au Moyen Âge et à l'âge moderne comme étables et entrepôts. Ces fréquentations agricoles récentes pourraient avoir détruit les traces de sépultures anciennes (Rubat Borel 2006).

Fig. 13 – Alba. Sépulture collective.

Fig. 14 – Rio Combin. Le dolmen.

Fig. 15 – Rio Combin. Détail de la couverture du dolmen.

2.3. GIAS DEL COLOMBIN (COMM. GROSCAVALLO, PROV. TURIN)

16En amont du hameau de Forno Alpi Graie, sur les pentes septentrionales de la vallée supérieure de la Stura di Val Grande, à 1525 m d'altitude, à 3 km de la frontière italo-française, au pied d'une haute paroi rocheuse, s'étale un dolmen aux dimensions extraordinaires (fig. 16). En aval, il y a un pilier naturel remanié, en amont il y en a deux, constitués par des rochers affleurant dans la pente (fig. 17). Au-dessus, on a placé un grand bloc de granite détaché de la paroi. Des encoches ont été creusées pour faciliter son appui sur les piliers. Le bloc du toit s'est fracturé en deux blocs : le plus large fait encore office de couverture à la chambre entière sur le côté, l'autre, long et étroit, est en amont et les vides entre les deux rochers de couverture ont été comblés par des cailloux. L'intérieur du dolmen est vide et remanié, car il a été employé comme abri par les bergers, qui y ont bâti un petit mur le long du côté en amont. Le dolmen est haut de 5,50 m, dont 2 m pour la chambre, et il est large de 10 m, mais le rocher de couverture, de forme triangulaire et d'épaisseur irrégulière, n'est large que de 8 m. Ce site est placé le long du sentier conduisant au Col de la Piccola (2705 m d'altitude, à 5 km de marche en montagne), reliant le haut Val Grande di Lanzo au village de Ceresole dans le haut Val de l'Orco (fig. 1). Dans les alentours de Forno Alpi Graie et de Ceresole, au cours des derniers siècles, il y a eu une exploitation très intensive des mines d'argent, de plomb, de fer et de cuivre.

Fig. 16 – Cias del Colombie. Le dolmen.

Fig. 17 – Cias del Colombin. Détails du dolmen (en bas).

3. PERSPECTIVES DE LA RECHERCHE

17Comme je l'ai déjà écrit, il s'agit de faire le point de l'état de nos connaissances. L'Âge du Cuivre en Piémont commence à être mieux connu grâce aux recherches de ces dernières années, menées par la Soprintendenza per i Beni Archeologici. Le retard par rapport à d'autres régions d'Italie du Nord n'est toutefois pas encore comblé. En ce qui concerne le mégalithisme, il est évident que nous sommes face à une situation où les caractères des faciès d'Italie du Nord et transalpins sont parfois opposés, parfois mêlés. Pensons à l'iconographie des statues-menhirs de Tina ou au mégalithisme des Vallées de Lanzo, pour lequel nous n'avons pas de comparaison au sud des Alpes !

  • 5 Les recherches de ces dernières années dans les vallées de Lanzo ont été conduites par A. Donna d'O (...)

18Ces vallées, en particulier, paraissent constituer un territoire aux grandes ressources archéologiques. De là, on atteint, par des cols à plus de 3000 m, la Haute-Maurienne et les sites de Bessans, étudiés par Éric Thirault, et la Haute-Tarentaise, étudiée par Pierre-Jerôme Rey. Il est vrai toutefois que la Savoie est un des territoires de France les plus pauvres en dolmens et en sépultures collectives (Prieur 1983 ; Devillard, Gély 1998). En ce qui concerne les matières premières minérales, les vallées de Lanzo sont très riches : on y trouve aussi bien les « roches vertes » utilisées pour l'industrie lithique polie que des gisements de cuivre et d'autres métaux, surtout dans le Val Grande, là où l'on a découvert des monuments mégalithiques et des gravures rupestres montrant des lames triangulaires datables de l'Âge du Cuivre (Donna D'OIdenico 2005, 2006 ; Rubat Borel 2006)5. Il faut aussi tenir compte de la position de ces monuments dans le paysage : de Pietraborga, on domine presque le Piémont occidental dans son entier ; Tina et Cavaglià sont situés le long des routes fluviales et terrestres qui relient l'Italie septentrionale à l'Europe centre-occidentale par les cols valdôtains.

19Je constate aussi que la présence de stèles figurées ou aniconiques du Premier Âge du Fer piémontais, entre le vue et le Ve s. av. J.-C., va, au mieux, confirmer que, dans les régions où il y a du mégalithisme néolithique et énéolithique, s'implanteront des monuments comparables pendant la Protohistoire, comme c'est le cas en Bretagne et en Lunigiana, entre la Ligurie et la Toscane (pour le mégalithisme piémontais au Premier Âge du Fer : Rubat Borel 2009 ; pour les trois menhirs de 4 m entre Turin et Ivrée : Gambari 1993 ; pour deux statues-menhirs comparables à celles du Xe-VIIIe s. av. J.-C. du Sud-Ouest de l'Espagne et de la France méridionale : Rubat Borel 2004).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alpis Graia : archéologie sans frontières au col du Petit-Saint-Bernard : actes du séminaire d'Aoste, 2-4 mars 2006. Aoste : [s.n.]. 399 p.

Bagolini B., Pedrotti A. 1998. L'Italie septentrionale. In Guilainej. (dir). Atlas du Néolithique européen. Il, L'Europe occidentale. Liège : Université de Liège, p. 233-341. (Études et recherches archéologiques de l'Université de Liège ; 46).

Beyneix A. 2003. Traditions funéraires néolithiques en France méridionale (6000-2200 avant J.-C.). Paris : Éd. Errance. 287 p. (Collection des Hespérides).

Bocksberger O.-J., Gallay A., Chaix L. 1976-1989. Le site préhistorique du Petit-Chasseur. Lausanne : Bibliothèque historique vaudoise. 8 vol. (Cahiers d'archéologie romande ; 6-7, 13-14, 31-32, 47-48).

Canal A. 1996-1997. Le « cromlech » du col du Petit-Saint-Bernard. Bulletin d'études préhistoriques et archéologiques alpines 7-8, p. 9-17.

Casini St., Fossati A. (dir.) 2007. Le pietre degli dei : statue-stele dell'Età del rame in Europa : lo stato della ricerca : atti del congresso internazionale : Brescia, 16-18 settembre 2004. Bergamo : Civico museo archeologico. 392 p. (Notizie archeologiche Bergomensi ; 12).

Cima M. 2001. L'uomo antico in Canavese : preistoria e protostoria del Piemonte nord occidentale. Torino : Ed. Nautilus. 240 p.

Del Lucchese A., Maggi R. 1998. Dal diaspro al bronzo : l'Età del Rame e del Bronzo in Liguria : 26 secoli di storia fra 3600 e 1000 anni avanti Cristo. La Spezia : Luna editore. 205 p. (Quaderni della Soprintendenza archeologica della Liguria ; 5).

De Marinis R.C., Casini S., Fossati A. (dir.) 1995. Statue-stele e massi incisi nell'Europa dell'età del Rame. Bergamo : Civico museo archeologico. 335 p. (Notizie archeologiche Bergomensi ; 3).

Devillard L., Gély B. 1997. Le dolménisme en Rhône-Alpes. In Soulier Ph. (dir.). La France des dolmens et des sépultures collectives : 4500-2000 avant J.-C. : bilans documentaires régionaux. Paris : Éd. Errance, p. 330-336. (Coll. Archéologie aujourd'hui).

Donna D'oldenico A. 2005. Echiprima ? Considerazioni su un itinerario di petroglifi dello spartiacque da Ceres verso la Valle d'Ala e la Val Grande di Lanzo. Lanzo Torinese : Société storica delle Valli di Lanzo. 56 p. (Société storica delleValli di Lanzo ; 91).

Donna D'oldenico A. 2006. Su due monumenti megalitici in Val Grande di Lanzo. Bulletin d'études préhistoriques et archéologiques alpines 17, p. 131-145.

Fedele Fr. 2007. La nécropole de La Maddalena à Chiomonte, vallée de Suse (3900-3700 av. J.-C.). In Moinat P., Chambon Ph. (dir.). Les cistes de Chamblandes et la place des coffres dans les pratiques funéraires du Néolithique moyen occidental : actes du colloque de Lausanne, 12 et 13 mai 2006. Lausanne : Cahiers d'archéologie romande ; Paris : Société préhistorique française, p. 309-323. (Cahiers d'archéologie romande ; 110. Mémoires de la Société préhistorique française ; 43).

Gallay A. 2006. Les premiers paysans. In Gallay A. (dir.). Des Alpes au Léman : images de la Préhistoire. Gollion : InFolio, p. 99-189.

Gambari F.M. 1993. La stele di Mazzè : primi dati sui monument ! protostorici del Canavese. In La stele megalitica di Mazzè. Mazzè : Associazione Culturale F. Mondino, p. 14-20.

Gambari F.M. 2007. Le statue-stele di Tina di Vestignè (Torino). In Casini St, Fozzati A. (dir.). Le pietre degli dei : statue-stele dell'Età del rame in Europa : lo stato della ricerca : atti del congresso internazionale : Brescia, 16-18 settembre 2004. Bergamo : Civico museo archeologico, p. 175-193. (Notizie archeologiche Bergomensi ; 12).

Gambari F.M., Venturino Gambari M. 2003. Monument ! e riti funerari nell'Eneolitico piemontese. In Bianchi P. (dir.). Atti della XXXV Riunione scientifica : le comunità della preistoria italiana : studi e ricerche sul neolitico e le età dei metalli : Castello di Lipari, Chiesa di S. Caterina, 2-7 giugno 2000 : in memoria di Luigi Bernabà Brea. Firenze : Istituto italiano di preistoria e protostoria, p. 367-378. (Istituto italiano di preistoria e protostoria. Riunione scientifica ; 35).

Grau-bitteru M.-H., Leuvrey J.-M., Rieder J., Wüthrich S. 2002. Deux nouveaux espaces mégalithiques sur la rive nord du lac de Neuchâtel. Archéologie suisse 25/2, p. 20-30.

Maggi R. 1998. Storia della Liguria tra 3600 e 2300 a.C. (età del Rame). In Del Lucchese A., Maggi R. (eds). Dal diaspro al bronzo : l'Età del Rame e del Bronzo in Liguria : 26 secoli di storia fra 3600 e 1000 an ni avanti Cristo. La Spezia : Luna editore, p. 7-28. (Quaderni della Soprintendenza archeologica della Liguria ; 5).

Masserey C. 1985. Un monument mégalithique sur la rive du Léman. Archéologie suisse 8/1, p. 2-7.

Mezzena F. 1997. La Valle d'Aosta nel Neolitico e nell'Eneolitico. In Atti dellaXXXI riunione scientifica : la valle d'Aosta nel quadro della preistoria e protostoria dell'arco alpino centro-occidentale, Courmayeur, 2-5 giugno 1994. Firenze : Istituto italiano di preistoria o protostoria, p. 17-138. (Istituto italiano di preistoria e protostoria. Riunione scientifica ; 31).

Mezzena F. 1998. Les stèles anthropomorphes de l'aire mégalithique d'Aoste. In Dei dipietra : la grande statuaria antropomorfa nell'Europa del 3. millennio a. C. Milano : Skira ; Aosta : Regione autonoma Valle d'Aosta, p. 91-121.

Mezzena F. 2006. Il cromlech al colle del Piccolo San Bernardo. Ricerche 2003-2004. In Alpis Craia : archéologie sans frontières au col du Petit-Saint-Bernard : actes du séminaire d'Aoste, 2-4 mars 2006. Aoste : [s.n.], p. 61-68.

Moinat P., Stôckli W.E. 1995. Croyances et rites funéraires. In La Suisse du paléolithique à l'aube du Moyen-Âge : de l'homme de Néandertalà Charlemagne. Il, Néolithique. Basel : Verlag Schweizerische Gesellschaft fürUr-und Frühgeschichte, p. 231-257.

Odetti G. 1998. Loano : tomba di età campaniforme e villaggio dell'età del bronzo in localité Castellari. In Del Lucchese A., Maggi R. (eds). Dal diaspro al bronzo : l'Età del Rame e del Bronzo in Liguria : 26 secoli di storia fra 3600 e 1000 an ni avanti Cristo. La Spezia : Luna editore, p. 84-89. (Quaderni della Soprintendenza archeologica della Liguria ; 5).

Philippon A. (dir.) 2002. Statues-menhirs : des énigmes de pierre venues du fond des âges. Rodez : Éd. du Rouergue. 270 p.

Pianta L. 2003-2004. Problemi e metodologie di intervento su siti archeologici in bacini di cava sommersi : la necropoli megalitica dell'età del Rame di Tina di Vestignè. [Thèse : Université de Turin].

Pinet L., Sivan O. 2006. Le cercle de pierres dressées au Col du Petit-Saint-Bemard : étude des mégalithes. In Alpis Graia : archéologie sans frontières au col du Petit-Saint-Bernard : actes du séminaire dAoste, 2-4 mars 2006. Aoste : [s.n.], p. 69-75.

Prieur J. 1983. Les mégalithes et l'art rupestre. In Leguay J.-P. (dir.). La Savoie des origines à Tan mil : histoire et archéologie. Rennes : Ouest-France, p. 123-143. (Ouest-France Université ; 5).

Rubat Borel Fr. 2006. Aggiornamenti su alcuni siti neolitici ed eneolitici del Canavese e delle Valli di Lanzo (Piemonte). In Pessina A., Visentini P. (dir.). Preistoria dell'ltalia settentrionale : studi in ricordo di Bernardino Bagolini : atti del convegno Udine, 23-24 settembre 2005. Udine : Museo Friulano di Storia Naturale, p. 593-598. (Pubblicazioni varie del Museo Friulano di Storia Naturale ; 53).

Rubat Borel Fr. 2007. Stele figurate della Prima età del Ferro in Piemonte. In Casini St., Fozzati A. (dir.). Le pietre degli dei : statue-stele dell'Età del rame in Europa : lo stato della ricerca : atti del congresso internazionale : Brescia, 16-18 settembre 2004. Bergamo : Civico museo archeologico, p. 375-383. (Notizie archeologiche Bergomensi ; 12).

Rubat Borel Fr. 2009. Entre Italie et Gaule : la transition Âge du Bronze/Âge du Fer dans le Piémont nord-occidental et la vallée d'Aoste. In De l'Âge du Bronze à l'Âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.) (thème spécialisé) ; La moyenne vallée du Rhône aux Âges du Fer, actualité de la recherche (thème régional) : actes du XXXe colloque international de TA.F.E.A.F, Saint-Romain-en-Gal, 26-28 mai 2006. Dijon : Revue archéologique de l'Est, p. 237-252 (Revue archéologique de l'Est. Suppl. ; 27).

Rubat Borel Fr. à paraître. Stele figurate della Prima età del Ferro in Piemonte. In Casini S., Fozzati A. (dir.). Le pietre degli dèi : statue-stele dell'età del Rame in Europa, congresso internazionale, Brescia, 16-18 settembre 2004. Bergamo.

Saussure H.-B. de 1786. Voyages dans les Alpes. II. Genève : Chez Barde, Manget & Comp. 4 vol. 

Sauzade G. 1998. Les sépultures collectives provençales. In Soulier Ph. (dir.). La France des dolmens et des sépultures collectives : 4500-2000 avant J.-C. : bilans documentaires régionaux. Paris : Éd. Errance, p. 292-328. (Archéologie aujourd'hui).

Soulier Ph. (dir.) 1998. La France des dolmens et des sépultures collectives : 4500-2000 avant J.-C. : bilans documentaires régionaux. Paris : Éd. Errance. 335 p. (Archéologie aujourd'hui).

Venturino Gambari M. (dir.) 1995. Navigatori e contadini : Alba e la valle Tanaro nella preistori. Alba : Famija albèisa ; Torino : Omega. 304 p. (Quaderni della Soprintendenza archeologica del Piemonte ; 4).

Venturino Gambari M. 1998. Il Neolitico e l'Eneolitico in Piemonte. In Atti dellaXXXII riunione scientifica : preistoria e protostoria del Piemonte : Alba, 29 settembre-lo ottobre 1995. Firenze : Istituto italiano di preistoria o protostoria, p. 33-64. (Istituto italiano di preistoria e protostoria. Riunione scientifica ; 32).

Venturino Gambari M. et al. 1999. Alba, corso Langhe e corso Europa. Scavi nell'area degli insediamenti pre-protostorici. Quaderni della Soprintendenza archeologica del Piemonte 16, p. 217-130.

Voruz J.-L. 1992. Hommes et Dieux du Néolithique : les statues-menhirs d'Yverdon. Annales de la Société suisse de Préhistoire et d'archéologie 75, p. 37-64.

Notes

1 Les recherches ont été conduites en collaboration par l'auteur et par Filippo M. Gambari (Soprintendenza per i Beni Archeologici del Piemonte) et Adalberto Donna d'Oldenico (Société Storica delle Valli di Lanzo), auxquels j'exprime ma gratitude. Mes collègues et moi remercions Gianfranco Bongioanni (pour Pietraborga), Giancarlo Destefanis (pour les vallées de Lanzo), Antonella Gabutti (pour Cavaglià), Loredana Pianta (pour Tina), Giampiero Taberna (pour Monte Ciabergia) et Mireille David-Elbiali (pour avoir lu le texte en français). Images des archives de la Soprintendenza per i Béni Archeologici del Piemonte et de l'auteur. Pour le Néolithique et l'Âge du Cuivre piémontais en général, voir Venturino Gambari 1998.

2 Je crois que, dans la description du paysage le long de la route d'Ivrée « ... au village de Cavaglia (sic)... », in De Saussure 1786, p. 417, on parle des blocs erratiques de la moraine latérale du glacier de la Doire Baltée et non pas de ce complexe mégalithique : « ... Nous trouvâmes toutes ces collines parsemées, et même, à ce qu'il paraît, composées intérieurement de blocs et de débris roulés de divers genres... »

3 Le site de Pietraborga est le sujet de la thèse de licence de Gianfranco Bongioanni, en cours à l'Université de Turin. Il suggère une comparaison avec quelques mégalithes du complexe de Cham (comm. des Bondons, dépt. de la Lozère, France). On peut y ajouter la forme du menhir de Varaux (comm, de Bevaix, Neuchâtel, Suisse, Grau-Bitterli et al., 2002, fig. 32).

4 Les premières recherches ont été conduites de 1977 à 1980 par Francesco Fedele et le CORSAC. En 2005, elles ont été reprises par Antonio Guerreschi, de l'Université de Ferrare, et par l'école CESMA à Cuorgnè.

5 Les recherches de ces dernières années dans les vallées de Lanzo ont été conduites par A. Donna d'Oldenico et G. Destefanis.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Le mégalithisme des Alpes occidentales italiennes : carte des sites mentionnés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Fig. 2 – Tina. Lastatue-menhirTina 1, face.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 3 – Tina. La statue-menhirTina 1, dos.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Fig. 4 – Tina. La statue-menhir Tina 2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 5 – Airetta. Le menhir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Fig. 6 – Airetta. Vue du complexe (la carrière en premier plan, le menhir en arrière-plan).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 7 – Cavaglià. Le complexe de menhirs : cliché des années soixante-dix.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 8 – Cavaglià. Le complexe de menhirs : cliché des années soixante-dix.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Fig. 9 – Cavaglià. Le complexe de menhirs : cliché des années soixante-dix.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 10 – Monte Ciabergia. L'alignement des menhirs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Fig. 11 – Monte Ciabergia. L'alignement des menhirs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Fig. 12 – Pietraborga. Détail des menhirs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 13 – Alba. Sépulture collective.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 14 – Rio Combin. Le dolmen.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 15 – Rio Combin. Détail de la couverture du dolmen.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 16 – Cias del Colombie. Le dolmen.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 17 – Cias del Colombin. Détails du dolmen (en bas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3672/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

Auteur

Université de Padoue, École de Doctorat en Sciences Archéologiques, Via Germonio 17/A, 1-10095 Grugliasco. Courriel : f.rubatborel@alice.it

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search