Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité hors Rhône-Alpes

Évolution des pathocénoses du Néolithique moyen à la Tène sur des séries ostéo-archéologiques de Limagne d'Auvergne (Puy-de-Dôme)

Michel Billard

Résumé

Cette étude de la distribution diachronique des infections, rhumatismes et signes carentiels a porté sur un ensemble de 312 squelettes d'adultes et d'immatures ayant vécu sur un même territoire restreint durant plus de quatre millénaires. Y sont discutés le fait que les contraintes biomécaniques semblent avoir été plus importantes à certaines périodes (spondylolyse au Néolithique, hernies discales à l'Âge du Bronze, tassements vertébraux à la Tène) et l'absence de différence de fréquence des traumatismes accidentels entre ces périodes. Mais aussi des conditions sanitaires et économiques, avec une fréquence croissante des infections ostéo-articulaires et respiratoires (tuberculose) avec le temps, conjointement à la diminution des signes carentiels (anémies). Ce travail met en évidence l'intérêt des traumatismes chroniques et des infections spécifiques dans l'analyse des pathocénoses de la préhistoire récente en Auvergne.

Texte intégral

1. PROBLÉMATIQUE

1La pathocénose est l'étude synthétique, qualitative et quantitative, de l'ensemble des états pathologiques dans une population donnée, à un moment donné, où fréquence et distribution de chaque maladie dépendent de la fréquence et de la distribution de toutes les autres maladies réunies dans cet ensemble (Grmek 1983). Grâce au concours de la DRAC Rhône-Alpes Auvergne, et à la collaboration des équipes d'archéologues et d'anthropologues de l'Inrap Rhône-Alpes Auvergne, basées à Bron et Clermont-Ferrand, l'opportunité nous a été offerte de pouvoir examiner de grandes séries de squelettes bien conservés qui n'avaient fait l'objet d'aucune étude paléopathologique avant ce travail, et dont l'intérêt était de provenir d'un même territoire restreint, couvrant les périodes du Néolithique moyen à l'Âge du Fer. Comme dans toute étude paléopathologique de populations anciennes, la problématique fut d'établir une distribution des pathologies (fréquence, relations synchrones, évolution diachronique) et de s'interroger sur le rôle environnemental et socio-économique dans leur apparition selon l'époque, le sexe et l'âge des individus.

2. MATÉRIEL

2Nous avons étudié 312 squelettes (190 adultes et 122 immatures) provenant de 5 nécropoles découvertes en plaine de Limagne à l'est de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, fig. 1). Le nombre total de squelettes d'adultes étudiés pour la période de la Tène était de 60 (46 hommes, 12 femmes et 2 sujets de sexe indéterminé), 49 pour l'Âge du Bronze (27 hommes et 22 femmes), et 50 pour la période néolithique (27 hommes et 23 femmes).

Fig. 1 – Localisation des cinq nécropoles étudiées dans l'Est Clermontois (d'après Pascal Combe, DAO Inrap Clermont) : 1 : Cerzat, Chantemerle ; 2 : Le Brezet ; 3 : Pontcharaud ; 4 : Aulnat, Candaillat ; 5 : Sarliève.

2.1. NÉCROPOLE D'AULNAT-GANDAILLAT

3Cette vaste nécropole a fait l'objet d'une fouille en 2001 et 2003 (responsable : Christine Vermeulen, archéologue Inrap) ; l'étude des sépultures a été effectuée par Frédérique Blaizot (anthropologue Inrap). Outre une sépulture en fosse datée du Néolithique (5920 ± BP, soit 4897-4718 av. J.-C.) et une autre du Bronze ancien, un ensemble de 78 sépultures gauloises a été fouillé (55 tombes totalisant au moins 56 inhumations primaires et 23 sépultures en puits et fosses domestiques comprenant au moins 25 individus), principalement daté de la Tène II (la Tène C2/D1 : entre la fin du IIe siècle et le début du Ier siècle, environ 160-130 av. J.-C) ; l'ensemble représentait ainsi 81 individus (58 adultes et 23 immatures). Le sexe a pu être déterminé chez 41 adultes et 1 adolescent (38 hommes et 4 femmes). Plusieurs restes osseux humains très fragmentaires (le plus souvent un seul fragment osseux) proviennent de sépultures détruites ou de restes erratiques, correspondant au moins à 9 adultes et 2 immatures supplémentaires ; nous ne les avons pas comptabilisés dans les effectifs.

2.2. NÉCROPOLE DE SARLIÈVE-GRANDE HALLE À COURNON

4Le site de Sarliève-Grande Halle était composé d'un établissement domestique et d'une zone funéraire essentiellement occupés à la fin de la période gauloise (deuxième Âge du Fer), sur les rives d'un lac qui existait au cours de l'Holocène jusqu'au Moyen-Âge (aujourd'hui disparu, il correspondait à l'actuelle dépression de Sarliève). La fouille du site a été dirigée par Gérard Vernet (archéologue Inrap Auvergne), et l'occupation funéraire étudiée par Anne Richier (anthropologue Inrap). Cet ensemble funéraire se composait de 33 sépultures ; deux d'entre elles dataient de l'Âge du Bronze (inhumations primaires en fosse contenant des restes osseux perturbés et épars d'une femme et d'un adulte) et le reste était constitué de 31 tombes gauloises réparties en deux ensembles de sépultures individuelles primaires à inhumation. Le premier ensemble était composé de 24 tombes (8 hommes, 8 femmes et 8 immatures) en enclos funéraire daté du second Âge du Fer (la Tène D1 a : entre 125 et 100 av. J.-C.), individualisées en cinq groupes pouvant correspondre à des regroupements familiaux. Le second était un groupe de cinq sépultures primaires plus anciennes (la Tène B : vers 300 av. J.-C.) d'un immature, de deux adolescents et de deux hommes, dont l'un a été décapité (Ardagna et al. 2005). Deux sépultures supplémentaires étaient isolées (un nourrisson et une femme). Cette nécropole a permis d'exhumer 21 adultes (dont deux de l'Âge du Bronze) et 12 immatures. Une partie de l'ensemble funéraire, hors emprise, n'avait pu être explorée. On note une absence de périnataux pouvant résulter d'une mauvaise conservation (mise en eau partielle du site à une période ancienne) ou d'un choix particulier sélectif des inhumés sur le site, mais l'ensemble correspondrait à une population villageoise sans recrutement particulier, selon A. Richier (communication personnelle). Parmi les éléments que nous n'avons pu étudier au dépôt de fouille de l'Inrap à Clermont-Ferrand, figurait une sépulture de femme de laTène D en étude à Marseille-Salengro, ce qui a ramené à 20 le nombre de squelettes d'adultes étudiés (10 hommes et 8 femmes de la Tène, et une femme et un adulte de sexe non déterminable de l'Âge du Bronze).

2.3. NÉCROPOLE DE CHANTEMERLE À GERZAT

5En 2001 fut mis au jour cet ensemble funéraire de l'Âge du Bronze ancien et Bronze moyen (la majorité des datations s'échelonnent entre 1900 et 1700 av. J.-C, avec en outre deux dates entre 2000 et 1900 av. J.-C. et trois dates entre 1700 et 1500 av. J.-C.), sous la direction de Christine Vermeulen (responsable d'intervention Inrap), l'étude anthropologique de terrain ayant été effectuée par Ulysse Cabezuelo et Renaud Lisfranc. Cet ensemble comprenait 7 enclos et 72 sépultures contenant les restes de 83 individus. Les tombes principales des enclos étaient celles d'adultes (essentiellement des hommes), les femmes et les enfants étant surtout inhumés dans les sépultures associées aux fossés d'enclos, ou en sépultures multiples (enfants inhumés avec une femme adulte). Parmi les 83 individus, nous avons recensé 47 adultes et 36 immatures (dont 4 d'âge indéterminable). Le sexe a pu être déterminé chez 48 individus (22 femmes et 26 hommes), 3 d'entre eux étant de la classe d'âge 15-19 ans.

2.4. NÉCROPOLE DU BRÉZETÀ CLERMONT-FERRAND

6La fouille a débuté en 2000 dans la zone industrielle du Brézet à l'est de Clermont-Ferrand, dirigée par Gérard Vernet de l'Inrap Auvergne ; les sépultures ont été étudiées par Frédérique Blaizot, anthropologue Inrap. C'est un total de 24 sépultures à inhumations (certaines multiples) qui se répartissent sur plusieurs périodes : les sépultures datant du Néolithique sont les plus nombreuses. La plupart d'entre elles sont datées du Néolithique moyen (avec deux datations radiocarbones : 5630 ± 40 BP, soit-4539 à-4359 av. J.-C., et 5540 ± 40 BP, soit-4455 à-4334 av. J.-C.) et totalisent 13 individus (7 adultes et 6 immatures) ; celles datées du Néolithique final (3995 ± 40 BP, soit-2620 à-2354 av. J.-C.) concernent 3 immatures. Les sépultures de l'Âge du Bronze ont été datées du Bronze ancien Bronze moyen à 3390 ± 35 BP (un adulte et un immature), du Bronze moyen 3 à 3165 ± 65 BP (deux adultes et un immature) et du Bronze final 2b-3a à 2870 ± 40 BP (deux immatures). Il y avait également 5 sépultures de l'Âge du Fer (non examinées dans notre étude). Le sexe a été déterminé chez 6 individus néolithiques (4 hommes et 2 femmes, dont une adolescente) et 3 individus de l'Âge du Bronze (deux hommes et une femme). Les observations taphonomiques faites à la fouille ont fourni certaines caractéristiques du gisement, comme l'évolution des corps et des squelettes dans un milieu instable caractérisé par des apports d'eau saisonniers répétés (marécages occasionnels), ayant pour effet la dilatation des sédiments gorgés d'eau, entraînant les éléments osseux les plus légers ou spongieux, indépendamment de leur taille (Fr. Blaizot, communication personnelle).

2.5. NÉCROPOLE DE PONTCHARAUD À CLERMONT-FERRAND

7La vaste nécropole de Pontcharaud 2, découverte lors d'une fouille de sauvetage sur l'emprise du contournement autoroutier à l'est de Clermont-Ferrand, était organisée en groupements dispersés d'une dizaine d'individus totalisant un ensemble de 70 sépultures, individuelles dans la majorité des cas, d'autres étant doubles ou contenant un dépôt secondaire d'ossements de plusieurs individus sans connexions anatomiques ; les corps reposaient latéralement sur le côté gauche en position fléchie ou contractée, face orientée au nord, ou allongés sur le ventre pour 7 individus inhumés simultanément dans la même fosse. Le mobilier était caractérisé typologiquement par une certaine homogénéité de tradition proto-chasséenne, et les datations sur ossements situaient chronologiquement la nécropole entre 5460 et 5U0± 130 BP (Loison 1988 ; Loison et al. 1991). Nous avons dénombré 91 individus au minimum ; parmi eux, nous avons examiné 53 adultes (dont 23 hommes et 21 femmes) et 38 immatures (dont 3 jeunes hommes et une jeune femme dans la classe des 15-19 ans).

3. MÉTHODOLOGIE

8Nous avons inventorié les cas porteurs de quatre grands groupes nosologiques :

  • infections non spécifiques (arthrites, ostéites), spécifiques (tuberculose, poliomyélite), et cas de périostites diffuses ou symétriques : périostites endocostales, ostéo-arthropathie hypertrophiante (OAH) ;

  • déficits bio-énergétiques (DBE), cribra orbitalia et hyperostose porotique crânienne ;

  • traumatismes (vertébraux chez l'adulte, avec fractures, tassements et hernies discales, crânio-faciaux, fractures des membres, périostite isolée) ;

  • contraintes bio-mécaniques (CBM), avec les spondylolyses et les ostéochondroses.

9Pour les décomptes ont été retenus les individus au crâne conservé à 75 % (base, os temporaux, occipital et mandibule exceptés : aucune lésion n'ayant été observée à leur niveau), ceux ayant des os longs des membres et des extrémités avec une diaphyse complète à 75 % (avec un nombre de phalanges P1P2 > 3 à chaque main ou pied), et les individus au rachis thoracique et lombaire complet à 75 %. Nous avons calculé leur distribution modale et comparé leur fréquence (test exact de Fischer) entre les trois périodes concernées : Néolithique et Bronze (N-B), Néolithique et Tène (N-T) et Bronze et Tène (B-T). La distribution modale permet de calculer le pourcentage du nombre de cas de chacune de ces pathologies par rapport à leur nombre total dans chaque série considérée, elle permet aussi de comparer des données ostéoarchéologiques entre elles sans tenir compte de l'effectif total des individus (Jurmain 2001). Nous avons également calculé la prévalence corrigée de certains types d'affections dans le groupe nosologique des traumatismes : au numérateur, le nombre d'individus porteurs de l'élément pathologique ; au dénominateur, le nombre total des ensembles anatomiques axiaux observables (crâne et colonne vertébrale selon les critères cités plus haut, et présence de L4 et L5 obligatoirement pour la prévalence de spondylolyse), ou le nombre total d'individus ayant, au niveau des membres, les deux éléments anatomiques pairs observables, plus ceux ayant un seul élément pathologique (Waldron 1994).

4. RÉSULTATS

10Dans les séries examinées (fig. 2), la distribution des cas pathologiques révèle que les sujets atteints d'infections visibles sur le squelette (tous types confondus) sont proportionnellement plus nombreux à la Tène qu'au cours des périodes précédentes, les cas de DBE sont plus nombreux au Bronze qu'au Néolithique et à la Tène, et les cas de CBM sont significativement plus nombreux au Néolithique qu'au Bronze.

Fig. 2 – Distribution des pathologies (nombre d'individus atteints) et comparaison des fréquences (test exact de Fischer) (en gras : valeurs significatives de P, au seuil de 5 %).

4.1. INFECTIONS

11Parmi les infections spécifiques, deux ont retenu notre attention : la tuberculose et la poliomyélite. Les cas très probables de tuberculose ont été observés au Néolithique (un cas) et à la Tène (trois cas) : au Néolithique moyen (fig. 3) avec atteinte rachidienne, pelvienne et fémorale, et OAH chez un individu âgé de 15 à 19 ans (sépulture B/F4 du Brezet), provenant d'un ensemble de onze inhumations primaires daté entre -5630 et -5540 ± 40 BP (soit -4539 à -4334 av. J.-C.) ; à la Tène, avec une arthrite tuberculeuse de la tibio-tarsienne chez un homme de moins de 50 ans (sépulture 2471 de Sarliève), et, sur le site d'Aulnat-Gandaillat, une atteinte rachidienne et endo-costale chez l'adolescent de la sépulture 297 (15-19 ans) (fig. 4), et l'atteinte rachidienne de l'enfant de la sépulture 317 (5-9 ans). Un cas de spondylite lombaire peut également évoquer une possible origine tuberculeuse chez un adulte de la série d'Aulnat. D'autres lésions pouvant être reliées à une pathologie pulmonaire (mais de nature tuberculeuse non certaine) sont constatées : un cas de périostose costale interne à la Tène (adulte de moins de 30 ans à Aulnat), et quatre cas d'OAH dont trois à la Tène (un adolescent de 15-19 ans et un adulte de plus de 30 à Aulnat, un adulte à Sarliève) et un au Bronze (une femme de plus de 50 ans à Gerzat Chantemerle). Plusieurs lésions pouvant être reliées à une inflammation méningée (origine tuberculeuse possible mais non spécifique) ont été notées sur l'endocrâne : à la Tène, nous relevons quatre cas sur le site d'Aulnat-Gandaillat (un enfant, deux adolescents et un adulte), un adolescent à Sarliève ; au Bronze, il s'agit de deux enfants et d'un adulte de Gerzat-Chantemerle et, au Néolithique, d'un adolescent de Pontcharaud.

12La poliomyélite peut être évoquée devant les lésions évocatrices de séquelles de paralysie infantile sur le sujet de la sépulture 842 d'Aulnat-Gandaillet (âgé de plus de 30 ans ; fig. 5).

4.2. CONTRAINTES BIOMÉCANIQUES

13La part relative de la spondylolyse de L5 par rapport au total des pathologies est significativement plus forte dans les séries néolithiques que dans celles de l'Âge du Bronze (P = 0,0286), mais sa prévalence corrigée n'est toutefois pas significativement différente au cours des trois périodes : 15,6 % au Néolithique (5/32), 6,06 % au Bronze (2/33), 7,31 % à la Tène (3/41). Sur les seize cas d'ostéochondrose recensés pour les trois périodes, douze concernent les articulations du membre inférieur (3/4 au Néolithique, 4/5 au Bronze, et 5/7 à la Tène) ; ces différences ne sont pas significatives.

Fig. 3 – Tuberculose osseuse (Néolithique moyen, Le Brézet, sépulture BF4, 15-19 ans) : disco-spondylite thoracique (en haut à gauche), lombaire et sacrée (en bas à gauche), ostéoarthopathie hypertrophiante (en bas à droite).

Fig. 4 – Tuberculose osseuse (sépulture 297 Aulnat-Candaillat ; âge : 15-19 ans (Mal de Pott thoraco-lombaire).

Fig. 5 – Paralysie infantile (poliomyélite) : Aulnat-Gandaillat 842 (âge > 30 ans). Gracilité des os longs du côté droit (ex : humérus).

4.3. TRAUMATISMES

14Quatre catégories de traumatismes ont été inventoriées : les fractures crânio-faciales (cicatrisées ou non), les fractures ante mortem des os longs et courts (cal partiel ou complet, déformation angulaire ou non), les tassements vertébraux homogènes (avec ou sans déformation cunéiforme), et les hernies discales (hernie intra spongieuse avec effraction du mur postérieur du corps vertébral). La prévalence traumatique n'a pu être calculée pour les os des extrémités des squelettes de Pontcharaud, leur conservation étant quasi nulle. Aucune prévalence n'est significativement différente entre ces trois périodes, sauf celle des hernies discales qui est significativement plus élevée au Bronze qu'au Néolithique (fig. 6). La répartition de traumatismes vertébraux, d'hernies discales (HD) et de fractures-tassements vertébraux (FT) entre hommes et femmes est différente entre les séries du Bronze et de la Tène (p = 0,0364) : six femmes sont touchées au Bronze (3 FT et 3 HD) pour trois hommes (1 FT et 2 HD), contre cinq hommes à la Tène (5 FT pour 2 HD) pour une femme (1 FT). Au Néolithique, seuls deux hommes sont concernés (2 FT). Quel que soit l'âge, aucune fréquence de traumatisme vertébral n'est significativement différente entre hommes et femmes d'une même série, et pour les individus du même sexe entre les trois périodes ; toutefois, c'est chez les plus âgés que la prévalence des traumatismes vertébraux pour les deux sexes réunis est significativement plus élevée au Bronze qu'au Néolithique (fig. 7), du fait des femmes du Bronze qui montrent plus de traumatismes vertébraux que celles du Néolithique (p = 0,0085).

5. COMMENTAIRES

5.1. SUR LES INFECTIONS

15La présence de tuberculose est ainsi attestée en Limagne depuis le Néolithique moyen (4539 à 4334 av. J.-C.), le plus ancien cas européen étant l'individu 5BB des Arene Candide en Ligurie, récemment daté du Néolithique ancien (5559 à 5476 av. J.-C.) (cité dans Le Bras-Goude et al. 2006). La propagation de la tuberculose dans la population semble déjà bien importante à l'Âge du Fer (2,5 % à 8,2 % des individus selon la prise en compte ou non des périostites diffuses) : peut-on y voir les effets de l'accroissement de la densité de population et de sa concentration (urbanisation ?), ou encore du développement de l'élevage et de l'accroissement du cheptel (avec la multiplication des contacts entre hommes et animaux contaminants) ? Notons la présence de paralysie infantile (poliomyélite probable) à l'Âge du Fer.

Fig. 6 – Comparaison des prévalences corrigées des traumatismes (effectifs en nombre d'individus ; en gras : valeurs significatives de P, au seuil de 5 %).

Fig. 7 – Effectif et prévalence brute des sujets porteurs de traumatismes vertébraux selon l’âge par rapport au nombre total d’individus dans chaque sexe, quelle que soit la conservation du rachis (en gras : valeurs significatives de P, au seuil de 5 %).

5.2. SUR LES DÉFICITS BIO-ÉNERGÉTIQUES

16Les états d'anémie chronique et de carences protéinoénergétiques (morbidité infectieuse et parasitaire de l'enfance, carences alimentaires) ont nettement progressé à l'Âge du Bronze. La fréquence de ces déficits bio-énergétiques se réduit du Bronze à la Tène, alors qu'augmentent les infections ostéoarticulaires et respiratoires (fig. 8) : cela pourrait confirmer l'hypothèse d'une réaction de défense vis-à-vis des épisodes infectieux de l'enfance, matérialisée par l'hyperostose porotique crânienne et la cribra orbitalia (leur absence signant alors une plus grande fragilité des individus devant les infections). Ce pourrait être également un signe indirect de la détérioration des conditions sanitaires et socio-économiques dès l'Âge du Bronze, ou l'influence des zones marécageuses et palustres (malaria = anémie chronique), ou encore l'action des phytates des céréales réduisant les apports en fer, tous ces éléments pouvant se combiner.

Fig. 8 – Évolution diachronique des groupes pathologiques : augmentation des infections après pic de déficits bioénergétiques au Bronze ; décroissance des traumatismes et contraintes biomécaniques depuis le Néolithique.

5.3. SUR LES TRAUMATISMES APPENDICULAIRES ET CRÂNIENS

17Aucune période, du Néolithique à l'Âge du Fer, ne se distingue par rapport aux traumatismes appendiculaires de type « accidentels » ; les traumatismes de la face, souvent considérés comme signes de violence, sont rares (ils ne concernent d'ailleurs que deux hommes de l'Âge du Bronze). Les coups reçus sur le crâne ne concernent qu'un homme néolithique, une femme de l'Âge du Bronze et un Gaulois, et ne préjugent en rien d'actes de violence (sauf pour un autre Gaulois qui a été décapité).

5.4. SUR LA SPONDYLOLYSE

18La spondylolyse n'a pas fait preuve d'une prédisposition génétique dans sa réalisation (quelques cas familiaux décrits) ; elle est plutôt considérée comme une fracture de fatigue liée à des facteurs de contraintes mécaniques chez l'adolescent, comme les efforts en hyperlordose, port de charges lourdes, levage de charges ou travaux pénibles en position debout, rachis lombaire en hyperextension et torsion (Merbs 1996). Absente à la naissance, elle est rare chez l'enfant et sa fréquence augmente progressivement jusque vers 30-45 ans. Les fractures incomplètes (sur un seul isthme) apparues chez un sujet jeune peuvent cicatriser et disparaître plus tard à l'âge adulte (si les contraintes cessent), ou bien s'aggraver et devenir bilatérales (Merbs 2002). Sa plus grande fréquence recensée parmi les autres types de traumatismes au Néolithique peut traduire des contraintes mécaniques nettement plus fortes chez les sujets jeunes à cette époque. Plus particulièrement dans la série de Pontcharaud, où 15,6 % des adultes (5/32) avaient une spondylolyse de L5 : deux hommes et une femme, sous une forme bilatérale, et deux femmes sous une forme unilatérale ; ce pourcentage est élevé, plus proche de celui des populations à fort taux de spondylolyse comme les Amérindiens (19 à 29 %) et les Inuits (15 à 25 %), et bien plus élevé que celui des populations développées actuelles (de 2 à 11 %) ; ce taux reste stable chez les populations européennes historiques (6 à 7 %), et ces dernières fréquences sont, elles aussi, observées sur les séries du Bronze et de la Tène en Limagne. À Pontcharaud, les sépultures des sujets porteurs de spondylolyse étaient concentrées dans un petit secteur de la nécropole : on peut discuter des méthodes, ou des contraintes de travail se modifiant au cours du temps (individus inhumés, porteurs ou non de spondylolyse, selon les zones successives d'utilisation de la nécropole avec utilisation, de place en place, de l'espace funéraire au cours du temps ?), ou bien des regroupements familiaux avec manifestation d'une certaine endogamie (prédisposition génétique familiale particulièrement prépondérante dans cette série ?), ou encore d'une répartition spatiale sélective des individus inhumés selon leur activité sociale ? Cette plus grande fréquence recensée dans les séries du Néolithique peut traduire des contraintes mécaniques particulièrement plus fortes subies par les sujets jeunes de cette époque. Un taux de prévalence de la spondylolyse, inférieur ou égal à 10 % dans une population, est donc probablement sans signification pathologique particulière ni révélatrice d'hyper-sollicitation, tandis qu'un taux d'atteinte supérieur à 10 % dans un échantillon européen peut faire évoquer une activité physique avec des contraintes biomécaniques lombo-sacrées importantes pouvant favoriser la survenue de spondylolyses. La prévalence de spondylolyse varie considérablement d'une population à l'autre et d'une époque à l'autre. Si la spondylolyse lombaire basse est liée à des conditions culturo-environnementales, induite par un stress biomécanique plutôt que par une anomalie congénitale ou génétique, le débat sur l'étiologie reste important : connaître la cause et sa signification peut affecter notre interprétation des populations du passé (Arriaza 1997).

5.5. SUR LES TRAUMATISMES VERTÉBRAUX

19On observe plus de hernies discales à l'Âge du Bronze qu'aux autres périodes, et les femmes paraissent plus touchées dans les classes d'âge élevées. Les tassements vertébraux semblent davantage le fait des hommes de plus de 40 ans, particulièrement à l'Âge du Fer : l'ostéoporose post-ménopausique ne paraît pas avoir influencé significativement la qualité et la fréquence des traumatismes vertébraux des femmes (notamment en termes de tassements) au cours des différentes périodes dans cette région. Des contraintes mécaniques particulières pourraient-elles avoir majoré les tassements vertébraux constatés chez les hommes de l'Âge du Fer après 40 ans (ce type de traumatisme pouvant aussi survenir chez le sujet jeune qui en gardera la trace plus tard) ? Les effectifs sont cependant trop réduits pour envisager une cause particulière et trop isolés sur le squelette pour avancer certaines hypothèses comme, par exemple, l'influence de la pratique cavalière commune à l'époque gauloise dans cette région. Qu'en est-il alors de l'influence des discopathies sur la survenue des hernies discales (en particulier au Bronze) ? Les hernies discales sont souvent déclenchées par une succession de contraintes mécaniques, voire un effort brutal, sur un disque fragilisé par sa dégénérescence arthrosique. Les différences de fréquence de discopathie arthrosique entre les trois périodes sont très significatives (fig. 9). Elles montrent leur moindre fréquence au Bronze aux trois étages de la colonne vertébrale. La discopathie dégénérative n'explique donc pas seule, a priori, la plus grande prévalence des hernies discales au Bronze ; cela suggérerait plutôt, chez ces individus, une activité physique particulière avec des contraintes de pression discale plus importantes sur des disques moins détériorés par l'arthrose (efforts plus violents que répétitifs ? survenant chez des individus plus jeunes ?).

Adultes H+F

Néolithique

Bronze

Tène

Cervicale

19/42 45,23 %

2/31 6,45 %

7/47 14,87 %

X2 = 18,08 P =0,000119

Thoracique

26/46 56,52 %

4/32 12,5 %

14/47 29,78 %

X2 = 17,00 P =0,000203

Lombaire

28/45 62,22 %

7/34 20,58 %

24/43 55,81 %

X2 = 14,92 P =0,000576

Fig. 9 – Comparaison des fréquences de discopathie arthrosique (effectifs en nombre d'individus).

6. CONCLUSION

20Les conditions sanitaires paraissent s'être dégradées du Néolithique à l'Âge du Fer en Limagne, avec le développement d'atteintes infectieuses communautaires (tuberculose, poliomyélite), sur fond de carences bio-énergétiques touchant principalement les sujets jeunes ; ces aspects pourraient être en relation avec des conditions bio-environnementales (zones marécageuses, développement agro-pastoral et concentrations humaines).

21La spondylolyse de L5 domine la traumatologie néolithique, les hernies discales chez les femmes du Bronze et les fractures vertébrales chez les hommes de la Tène. Cela indique que les conditions de vie selon l'époque ont entraîné des contraintes physiques différentes sur les colonnes vertébrales, selon l'âge et le sexe. L'étude de ce matériel ostéo-archéologique montre que c'est l'effet des traumatismes chroniques, plutôt qu'accidentels ou violents, et des infections spécifiques qui permettent de mieux dévoiler des différences entre individus parmi les populations de la protohistoire en Auvergne. Notre étude a pu apporter des éléments nouveaux de discussion, mais elle nécessite néanmoins d'envisager une étude ou une démarche complémentaire sur davantage de séries ostéo-archéologiques de cette région pour les améliorer et mieux cerner les hypothèses étiologiques.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ardagnay., Richier A., Vernet G., Dutour O. 2005. A case of beheading dating from the Celtic period (la Tène B, Sarliève-Grande Halle, France). International Journal of Osteoarchaeology 15/1, p. 73-76.

Arriaza B.T. 1997. Spondylolysis in prehistoric human remains from Guam and its possible etiology. American Journal of Physical Anthropology 104, p. 393-397.

Grmek M.D. 1983. Les maladies à l'aube de la civilisation occidentale : recherches sur la réalité pathologique dans le monde grec préhistorique, archaïque et classique. Paris : Payot. 527 p. (Médecine et sociétés ; 3)

Jurmain R. 2001. Paleoepidemiological patterns of trauma in a prehistoric population from central California. American Journal of Physical Anthropology 115, p. 13-23.

Le Bras-goude G., Binder D., Formicola V., Duday H., Couture-Veschambre C., Hublin J.-J., Richards M. 2006. Stratégies de subsistance et analyse culturelle des populations néolithiques de Ligurie. Approche par l'étude isotopique (13C et 15N) des restes osseux. Bulletin et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris 18/1-2, p. 43-53.

Loison G. 1988. La nécropole néolithique de Pontcharaud 2 : une découverte majeure pour le Néolithique auvergnat. In Beeching A. (dir.). Arenera : actes des rencontres « Néolithique de Rhône-Alpes », Lyon 1987. Ill, Sépultures néolithiques. Lyon ; Valence : Centre d'archéologie préhistorique de Valence, p. 85-90.

Loison G., Gisclon J.-L., Lagrue A. 1991. La nécropole de Pontcharaud 2 dans le cadre de nouvelles approches du peuplement néolithique de la Basse Auvergne. In Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. (dir.). Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours, 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 399-408. (Mémoires du musée de Préhistoire d'Île-de-France ; 4).

Merbs C.F. 1996. Spondylolysis and spondylolisthesis : a cost of being an erect biped or a clever adaptation. American Journal of Physical Anthropology 101, p. 201-228.

Merbs C.F. 2002. Spondylolysis in Inuit skeletons from Arctic Canada. International Journal of Osteoarchaeology 12, p. 279-290.

Waldron T. 1994. Counting the Dead : the epidemiology of skeletal populations. Chichester ; New York : John Wiley & Sons, xiv-109 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation des cinq nécropoles étudiées dans l'Est Clermontois (d'après Pascal Combe, DAO Inrap Clermont) : 1 : Cerzat, Chantemerle ; 2 : Le Brezet ; 3 : Pontcharaud ; 4 : Aulnat, Candaillat ; 5 : Sarliève.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 2a.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 2b.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3670/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3 – Tuberculose osseuse (Néolithique moyen, Le Brézet, sépulture BF4, 15-19 ans) : disco-spondylite thoracique (en haut à gauche), lombaire et sacrée (en bas à gauche), ostéoarthopathie hypertrophiante (en bas à droite).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3670/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 4 – Tuberculose osseuse (sépulture 297 Aulnat-Candaillat ; âge : 15-19 ans (Mal de Pott thoraco-lombaire).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3670/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 5 – Paralysie infantile (poliomyélite) : Aulnat-Gandaillat 842 (âge > 30 ans). Gracilité des os longs du côté droit (ex : humérus).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3670/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 6 – Comparaison des prévalences corrigées des traumatismes (effectifs en nombre d'individus ; en gras : valeurs significatives de P, au seuil de 5 %).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3670/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 7 – Effectif et prévalence brute des sujets porteurs de traumatismes vertébraux selon l’âge par rapport au nombre total d’individus dans chaque sexe, quelle que soit la conservation du rachis (en gras : valeurs significatives de P, au seuil de 5 %).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3670/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 8 – Évolution diachronique des groupes pathologiques : augmentation des infections après pic de déficits bioénergétiques au Bronze ; décroissance des traumatismes et contraintes biomécaniques depuis le Néolithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3670/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteur

Laboratoire d'Anthropologie et de Paléopathologie, Université Lyon 1. Courriel : billardmd@aol.com

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search