Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité hors Rhône-Alpes

Les structures de combustion a pierres chauffées du Néolithique moyen du site 1 des Acilloux (Cournon-d'Auvergne, Puy-de-Dôme)

Carine Muller-Pelletier et David Pelletier

Résumé

La fouille préventive, menée par une équipe d'archéologues de l'Inrap, d'une zone à foyers datée du Néolithique moyen I a permis, pour la première fois, de réaliser la fouille exhaustive de 31 structures de combustion circulaires à pierres chauffées suivant un protocole de fouille et d'étude complet. Cette démarche permet de démontrer un mode de fonctionnement unique des foyers, à savoir une architecture pérenne de pierres bien agencées, utilisée en sole chauffante, qui traduit un comportement collectif standardisé, définissant une véritable tradition technique autour de l'énergie thermique.

Texte intégral

1. PRÉSENTATION DU SITE 1 ET DE L'OCCUPATION DU NÉOLITHIQUE MOYEN

1Nous présentons, dans le cadre de cette actualité de la recherche, les résultats synthétiques du site 1 qui a été fouillé en 177 jours ouvrés (décapage mécanique compris) par une équipe moyenne de 4 archéologues que nous avons épaulée pendant 18 jours en tant que spécialiste des structures de combustion (élaboration du protocole d'étude et d'enregistrement des structures de combustion à pierres chauffées et encadrement de la fouille).

2Cette opération de fouille archéologique préventive (Inrap ; responsable d'opération : D. Pelletier et responsable de secteur : Ph. Alix) a été conduite en 2005 (du 19 avril au 18 août) à Cournon-d'Auvergne au lieu-dit « le Fond des Plaines ». Elle s'inscrit dans le cadre de la réalisation d'une zone d'aménagement concerté : la ZAC des Acilloux (Pelletier et al. 2006). Cette fouille a mis au jour, dans deux zones distinctes (site 1 et site 2), des vestiges d'occupations spécialisées du Néolithique moyen (Pelletier et al. 2006).

3La surface initiale de l'emprise était de 7012,5 m2. En raison d'une erreur d'évaluation de la profondeur d'enfouissement des vestiges au moment du montage du dossier, l'enveloppe budgétaire allouée aux décapages mécaniques ne nous a permis de traiter que 3635,4 m2.

4Cette zone a livré un unique horizon d'occupation, marqué notamment par 42 structures artificielles, soient 31 structures de combustion à pierres chauffées et 11 structures excavées, ainsi que plusieurs concentrations de mobilier céramique et lithique et/ou de restes de faune (fig. 1 et 2).

1.1. CONTEXTE GÉOMORPHOLOGIQUE

5Le contexte géomorphologique est celui du bassin lacustre de Sarliève, situé à l'extrémité sud de la Limagne de Clermont (ou Grande Limagne, fig. 3). Cette faible dépression (altitude du fond entre 330 et 345 m NGF) est bordée par des reliefs volcaniques, Puys et plateaux, qui culminent entre 420 et 717 m d'altitude. Le centre du bassin était autrefois occupé par un lac tardiglaciaire qui a perduré durant l'Holocène jusqu'à son assèchement artificiel au milieu du XVIIIe siècle de notre ère. Aujourd'hui, le réseau hydrographique n'est plus structuré que par la rivière Allier et son affluent, l'Auzon, dont les cours se trouvent au S-SE du bassin (Pelletier et al. 2006). Les deux sites du Néolithique moyen sont très favorablement exposés sur la bordure du bassin, au pied de la pente sud du plateau de Cournon-Lempdes.

Fig. 1 – Photographie aérienne du site/des Acilloux (cliché : MRW, juillet 2005).

Fig. 2 – Plan général du site/des Acilloux montrant la répartition spatiale des structures de combustion, de la structure connexe, des fosses, du mobilier et des restes de faune (conception et DAO : D. Pelletier).

Fig. 3 – Carte du bassin de Sarliève avec localisation du site 1 des Acilloux et localisation des gîtes potentiels des matériaux utilisés dans l'aménagement des structures de combustion à pierres chauffées (conception et DAO : D. Pelletier).

6Le substratum est constitué de marnes et de calcaires dolomitiques oligocènes, couverts localement de basaltes mio-pliocènes. Dans l'emprise du site 1, il est surmonté d'une formation ancienne superficielle, composée d'une nappe d'alluvions, recouverte partiellement de formations argilo-calcaires des bas versants, et de colluvions holocènes (« terres noires »).

1.2. L'HORIZON ARCHÉOLOGIQUE DU NÉOLITHIQUE MOYEN

7Un unique horizon d'occupation a été mis au jour sur le site 1, à la base de la séquence stratigraphique holocène (Us. 1004). Il est signalé essentiellement par la présence de 31 structures de combustion circulaires (F. 01, 04, 05, 07, 08 et 10 à 35), distribuées sur une bande de 15 à 20 m de large et de 120 m de long (fig. 1 et 2). Un empierrement (F. 41), composé de pierres chauffées et de deux fragments de meules correspond à une structure connexe de rejet qui pourrait fonctionner avec les foyers F. 31 et 32. Quatre fosses, clairement identifiées, sont localisées dans la concentration (F. 02, 42 et 43) ou sur sa périphérie (F. 03). La densité des structures de combustion et leur répartition spatiale permettent de considérer le site 1 des Acilloux comme un nouveau site de plein air spécialisé dans des activités nécessitant une production d'énergie thermique.

8Le mobilier et les restes de faunes, peu représentés, sont systématiquement localisés dans ou à proximité des structures de combustion. Leur distribution spatiale n'est, quantitativement et qualitativement, pas homogène au sein de la zone : le mobilier céramique et lithique se retrouve essentiellement dans la partie ouest, où il forme notamment une concentration dense autour des faits F. 32, 33 et 41 ; les restes de faune sont principalement localisés dans la partie est où ils sont distribués en petits groupes (1 à 7 individus) dans ou en périphérie des faits F. 01, 05, 07, 08, 11, 14, 16, 17, 19, 21 à 24 et 27. Ces différentes associations de structures de combustion et de matériel peuvent refléter soit différentes phases d'utilisation du site, soit des orientations économiques qui varient selon les zones.

9La datation de deux structures, situées chacune à l'une des extrémités de la concentration, permet de disposer de deux repères chronologiques : fait 05, ETH-32134 : 5810 ± 60 BP soit 4797-4503 cal BC ; fait 35, ETH-32135 : 5615 ± 60 BP, soit 4581-4338 cal BC. L'utilisation de ces deux foyers remonte donc au Néolithique moyen 1.

10Pour le mobilier céramique et lithique, les rares pièces typologiques identifiées (une coupe carénée à paroi ouverte et à fond plat, une bouteille et deux micro-lamelles débitées par pression, dont une en « silex blond ») s'accordent bien avec ces datations.

2. PROBLÉMATIQUE ET DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE APPLIQUÉE AUX STRUCTURES DE COMBUSTION

2.1. OBJECTIFS, STRATÉGIE ET MÉTHODE

11Les foyers sont des structures évidentes, récurrentes dans les occupations humaines préhistoriques, que ce soit dans les espaces à vocation domestique ou artisanale. Ils accompagnent ou participent à la quasi-totalité des activités humaines en intervenant dans les chaînes opératoires de ces dernières.

12Au Néolithique moyen apparaissent des sites de plein air spécialisés (hors site d'habitation) qui comprennent de nombreuses structures de combustion en creux à pierres chauffées, quadrangulaires ou sub-circulaires (Vaquer et al. 2003). Ces sites sont rares : avant la fouille du site 1 des Acilloux, les seuls connus étaient ceux de Villeneuve-Tolosane/Cugnaux et Saint-Michel-du-Touch en Flaute-Garonne. Sur ces derniers, la fréquence de ce type de foyers est telle qu'elle leur a conféré le statut de structures emblématiques participant à la définition du Chasséen garonnais (Vaquer 1983, 1990). Toutefois, ces structures demeurent méconnues : ni leur mode de fonctionnement, ni la finalité de leur utilisation et de leur concentration n'ont pu être démontrés par des preuves archéologiques à ce jour.

13Aux Acilloux, le bon contexte taphonomique et le nombre limité de structures de combustion à pierres chauffées nous ont conduite à utiliser un protocole de fouille susceptible d'apporter des informations sur le fonctionnement de ces structures. Il s'agit d'un protocole qui a été élaboré progressivement au cours de recherches universitaires (Muller 1999, 2001 et doctorat en cours) et de travaux de terrain dans le cadre de fouilles programmées (Muller 2002, 2003a et b, 2004 ; Muller-Pelletier 2006a, b, c et d ; Muller, Buard 2003 ; Muller, Manen 2002, 2004 ; Muller, Moulin 2003 ; Muller, Voruz 1996). Il s'inscrit dans une démarche globale qui vise à l'acquisition de l'intégralité des informations nécessaires à l'analyse des structures de combustion : données morphométriques, pétrographiques, sédimentaires, topographiques, taphonomiques et dynamiques (Gascó, Muller-Pelletier 2007). Aux Acilloux, la démarche est novatrice par deux aspects : elle est appliquée à un ensemble de structures de combustion à pierres chauffées de plein air du Néolithique moyen et elle est utilisée dans le cadre d'une fouille archéologique préventive.

14En prenant le parti d'engager cette étude, nous avons aussi délibérément choisi de l'appliquer à toutes les structures mises au jour. Dans un contexte de recherche où de nombreuses hypothèses ont été énoncées sans avoir été clairement démontrées, il semblait difficile de faire une sélection pertinente des structures à traiter. Dans ces conditions, considérer l'intégralité du corpus s'imposait tout naturellement pour, d'une part, tenter d'éclairer nos connaissances sur les structures et, d'autre part, valider la démarche méthodologique entreprise.

2.2. LE PROTOCOLE DE FOUILLE ET DE PRÉLÈVEMENT

15Le protocole retenu a permis de disséquer chaque structure en enregistrant des informations sur les différents constituants des foyers et la position des altérations sur les témoins de combustion (pierres et sédiments).

16Ainsi, pour chaque structure, les pierres ont été relevées et numérotées. Leurs altitudes de sommet et de base, ainsi que leur pendage, ont été enregistrés. Les pierres ont ensuite été prélevées, mesurées et pesées. Leur forme a été systématiquement définie (bloc, fragment de galet, galet) et le nombre de fragments qui les composaient a été compté. La position des altérations thermiques et des dépôts a été précisément localisée sur les pierres (sur la fouille d'abord, puis en phase de post-fouille, car le temps dont nous disposions pour la phase de terrain était trop court). Les taches charbonneuses ou de rubéfaction du sédiment et les gros charbons ont été individualisés, numérotés, localisés et prélevés. Ces opérations ont été répétées lorsque, dans certains cas, une deuxième passe (ou décapage) était nécessaire. Par la suite, nous avons dégagé, pour chaque structure, une coupe complète dans les sédiments sous-jacents aux pierres. Cette coupe a été rectifiée, photographiée, relevée et décrite.

17Dans chaque structure, différents prélèvements ont été effectués. Plusieurs échantillons de sédiment non perturbé ont été prélevés en bloc plâtré pour fabriquer des lames minces en vue d'une étude micromorphologique. Nous possédons ainsi une colonne complète de sédiment non perturbé pour chaque foyer (terres de comblement comprises, de manière à avoir des éléments d'analyse taphonomique complets). Nous avons également prélevé des échantillons en vrac pour chaque unité sédimentaire reconnue, en vue d'éventuelles analyses sédimentologiques (granulométrie, par exemple). Par ailleurs, tous les sédiments extraits lors de la fouille ont été conservés en sac pour être tamisés par la suite dans le but de récupérer des macrorestes végétaux ou tout autre indice à valeur économique et fonctionnelle.

3. LES STRUCTURES DE COMBUSTION À PIERRES CHAUFFÉES DU SITE 1 : PREMIERS RÉSULTATS

3.1. DES AIRES DE COMBUSTION IN SITU

18Le cumul des informations relatives aux altérations observées nous permet d'affirmer que nous sommes face à une série de foyers en place : les modifications colorimétriques des pierres, leur fragmentation, le début de chaulage observé sur les calcaires, la présence discrète, mais avérée, des charbons de bois et de dépôts noirs d'imbrûlés sur les pierres sont autant de stigmates attestant la combustion. La localisation des altérations sur les faces supérieures des pierres (fig. 4), la présence de nombreuses pièces éclatées en connexion ainsi que les nombreux remontages effectués (fig. 5) écartent définitivement l'hypothèse de dépôts de pierres chauffées en position secondaire (structures connexes). Si tel était le cas, les altérations chromatiques seraient, en effet, localisées de manière anarchique sur les faces des pierres, les connexions entre les fragments ne seraient pas si fréquentes et les remontages ne dessineraient pas une aussi faible dispersion des fragments.

Fig. 4 – Les types d'altérations thermiques, les dépôts et leur position sur les pierres pour les trois classes de structures de combustion du site 1 des Acilloux (conception et DAO : C. Muller-Pelletier et D. Pelletier).

Fig. 5 – Exemple de remontages effectués dans la structure simple à galets F. 08 (conception et DAO : C Muller-Pelletier et D. Pelletier).

19La fracturation des pierres n'est pas forcément due à la combustion, mais a pu être engendrée ultérieurement par les processus d'altération naturelle de long terme. On fait alors souvent référence au mécanisme destructeur de l'alternance gel/dégel survenu au cours des siècles qui nous séparent des vestiges archéologiques. Il est cependant évident pour nous que la fragmentation a été ici provoquée, avant tout, par les effets du feu, car les galets éclatés avaient également enregistré de fortes modifications colorimétriques et étaient, dans certains cas, recouverts de dépôts noirs (suies, goudrons). Nous disposons donc d'arguments suffisants pour affirmer que ces structures sont bien des aires de combustion en position primaire.

3.2. UN MODÈLE STANDARDISÉ DÉCLINÉ EN TROIS TYPES

20L'approche morphométrique classique, appliquée aux 31 structures de combustion à pierres chauffées, a permis de mettre en évidence un modèle standardisé, défini par les caractéristiques suivantes :

  • l'aménagement préalable d'une cuvette peu profonde ;

  • la présence systématique d'une sole caillouteuse composée d'un seul niveau de pierres ; ces dernières forment une surface plus ou moins régulière et un ensemble architectural cohérent qui traduit une seule étape d'aménagement au sein de chaque fait ;

  • l'absence de résidus et de produits de combustion stratifiés ;

  • la forme en plan circulaire ou ovalaire, avec une préférence marquée pour les structures circulaires (N = 21) ;

  • des dimensions comprises généralement entre 1,5 et 1,8 m, les plus grandes ne dépassant jamais 2 m ; la taille de ces aménagements offre la possibilité d'intervenir sur toute la surface de la sole et d'en maîtriser totalement le fonctionnement ; l'homogénéité des dimensions semble ainsi être déterminée avant tout par des contraintes techniques.

21Ce modèle est décliné en trois variantes distinguées par la forme des pierres, premier élément de discrimination du corpus, mais aussi premier indice d'une sélection faite par les Néolithiques (fig. 6) :

  • les structures simples à blocs (N = 11) ;

  • les structures mixtes, à blocs et galets (N = 9) ;

  • les structures simples à galets (N = 11).

22Les aménagements caillouteux constitués de galets présentent des surfaces plus planes que ceux formés de blocs. Par ailleurs, à l'exception de rares cas, nous n'avons pas observé de sélection stricte des pierres en fonction de leur calibre.

3.3. LA SOLE DE PIERRES, ÉLÉMENT ACTIF DE LA STRUCTURE

Le bon état de conservation des soles

23Nous avons montré plus haut que les aménagements caillouteux n'ont pas été bouleversés et que nous avons ainsi une connaissance assez précise des soles installées dans les cuvettes.

24La position récurrente de certaines altérations (modification colorimétrique et altération de surface) sur les pierres en face supérieure participe à la mise en évidence de cette conservation remarquable. La présence de nombreux galets éclatés en place avec les fragments en connexion renforce cette idée. Enfin, le nombre de remontages effectués dans ces structures est un autre argument très significatif, d'autant plus que la faible dispersion des éléments remontés indique des mouvements modérés au sein des structures (fig. 5).

25Pourtant, deux groupes se distinguent : les structures à sole caillouteuse complète et les structures ayant subi des prélèvements circonscrits. Dans ce dernier cas, nous avons observé soit des zones vides de pierres au sein des aménagements, soit une absence de certains fragments de pierres. La majorité des structures est cependant faiblement touchée par ces perturbations : si les hommes ont prélevé des pierres – souvent des galets et des fragments – dans certains aménagements, cela n'a jamais affecté l'intégrité de la structure.

Fig. 6 – Les trois types de structures de combustion à pierres chauffées du site 1 des Acilloux (discrimination selon la morphologie des pierres) ; photographies zénithales, plans et coupes du remplissage sous-jacent (conception et DAO : C. Muller-Pelletier et D. Pelletier).

3.4. LE FEU : POSITION, QUALITÉ ET IMPLICATION DANS LE PROCÉDÉTECHNIQUE

26La position des altérations thermiques sur la frange supérieure des pierres démontre que le feu a été allumé au-dessus de la sole. Sur les blocs, dont la nature de la matrice marneuse ou calcaire favorise le caractère envahissant des altérations colorimétriques, ces dernières couvrent toute la surface et souvent le cœur des pièces (fig. 4). Toutefois, elles sont toujours de plus faible intensité sur les faces inférieures que sur les faces supérieures et latérales. Sur les galets, les altérations sont presque toujours localisées en face supérieure (fig. 4). Dans les structures mixtes, à blocs et galets, les blocs sont affectés par des altérations couvrantes, tandis que les galets portent des stigmates de chauffe en face supérieure (fig. 4). Ces observations nous permettent d'avancer l'hypothèse d'un mode de fonctionnement identique dans les trois types de structures : après le creusement d'une cuvette, les pierres sont déposées en une sole bien agencée, sur un seul niveau, et le feu est allumé au-dessus. Cela indique que l'on recherche un dispositif de chauffe par le bas ou une surface à griller.

27L'étude anthracologique menée par M. Cabanis a permis de déterminer, par ordre d'importance des taxons, des pomoïdées, le nerprun purgatif, le prunellier noir, le merisier et le chêne à feuillage caduc. Elle a démontré « l'utilisation de brindilles et de petit bois d'arbrisseaux et d'arbres présents dans les haies vives, les friches et les lisières ». Par ailleurs, « la présence de bois vert évoque une collecte dans l'environnement immédiat des foyers » (Cabanis 2006).

28Selon nous, ces différents éléments définissent une économie du combustible rudimentaire, limitée au ramassage du bois dans l'environnement proche et à son utilisation quasi immédiate. Les combustibles utilisés valident l'hypothèse de fonctionnement des soles. En effet, leur emploi présente plusieurs avantages :

  • la production de températures élevées permet à la sole de chauffer ;

  • la combustion rapide du bois réduit le temps de préparation de la sole qui est utilisable rapidement ;

  • la production de peu de résidus, essentiellement calcinés (cendres), n'induit pas d'étapes supplémentaires de nettoyage de la sole ni de vidange des résidus avant utilisation.

29Cela est également cohérent avec un type d'altération observé de manière récurrente dans les structures : de nombreuses pierres éclatées en place pourraient signaler cette montée rapide en température, puisque ce type de stigmate n'est produit que par un choc thermique.

30Le feu n'est finalement qu'un moyen de démarrage d'un procédé technique dont l'élément actif est la sole de pierres.

3.5. LE TERRITOIRE D'ACQUISITION DES PIERRES

3.5.1. Nature des roches

31Une étude pétrographique a été effectuée sur les 3250 pierres individualisées, représentant un poids total de 4300 kg. Elle a montré que les pierres étaient sélectionnées par les hommes en fonction non seulement de leur forme, mais également de leur nature pétrographique.

32De la détermination des roches utilisées dans la construction des soles caillouteuses des Acilloux, il ressort que :

  • la pépérite et le calcaire sont les deux types de roche majoritairement utilisés sous forme de blocs ;

  • la pépérite est essentiellement présente dans les structures simples à blocs (une seule à calcaire et une seule à basalte) ;

  • parmi les galets, les granites, les gneiss et les basaltes sont toujours majoritaires, mais d'autres roches sont également représentées en moindre proportion (arkose, quartz et quartzite) ;

  • les granites et les gneiss sont majoritairement employés dans les structures simples à galets, presque toujours associés à des basaltes ;

  • il existe une grande variabilité de structures mixtes avec toutes les combinaisons d'association ;

  • dans les structures mixtes, lorsque les galets de basaltes sont majoritaires, ils sont le plus souvent associés à des calcaires ; lorsque les granites et les gneiss sont majoritaires, c'est à la pépérite qu'ils sont associés.

3.5.2. Restitution globale du territoire d'approvisionnement et topographie des parcours

33La notion de territoire que nous souhaitons aborder dans cette partie est celle de l'espace exploité qui relève d'un concept seulement économique. Nous cherchons à définir le territoire d'approvisionnement en pierres, toutes natures pétrographiques considérées, et à reconnaître ses limites. Ces dernières seront induites soit par la disponibilité des ressources, soit par le coût ou les difficultés d'exploitation (Gallay 1983).

34Nous appliquons donc un « site catchment analysis » sur le site 1 des Acilloux en utilisant des données topographiques et géologiques. Cette démarche est appliquée à un territoire de 5 km de rayon, valeur qui, selon A. Gallay, correspond à la distance de déplacement maximale dans le territoire économique ou territoire agricole des groupes sédentaires.

35Lorsque l'on engage l'analyse du territoire d'approvisionnement d'un site, la contemporanéité des structures archéologiques sur lesquelles repose l'étude doit être très clairement établie. Dans le cas du site 1, l'appréciation de la chronologie de la mise en place des structures de combustion à pierres chauffées reste très lacunaire. Dans l'attente de dates radiocarbones supplémentaires, nous évoquerons ici le territoire d'approvisionnement global rapporté à l'ensemble des matériaux identifiés sur le site. Il pourra être réévalué par la suite lorsque nous disposerons de plus de repères chronologiques.

36En l'état d'avancement des recherches, une seule constatation s'impose : tous les gîtes de matières premières exploités pour l'aménagement des structures de combustion à pierres chauffées sont localisés dans un rayon maximal de 4 km autour du site et correspondent donc à des ressources locales (fig. 3). Ces gîtes sont en position primaire pour la pépérite, en position secondaire pour les galets (alluvions) et probablement pour les blocs de basaltes et de calcaires (formations des bas versants et cônes de déjection).

37Le coteau de Cournon (pente des Puys de Bane et d'Anzelle), au nord, et la rive gauche de l'Ailier, à l'est, pourraient correspondre au territoire d'exploitation préférentiel : les pépérites, les blocs de calcaires et les galets de toutes natures pétrographiques sont présents dans ce secteur à des distances du site comprises entre 0,5 et 2,5 km.

38Ce territoire d'approvisionnement est conforme à la définition d'un territoire économique limité (Gallay 1983). Les parcours d'acquisition sont globalement courts et sans contrainte puisque, du site aux premières sources de matières premières, le dénivelé est inférieur à 50 m. Cependant, un investissement humain très important caractérise cette phase d'acquisition des matériaux, au regard du transport de 4,3 tonnes de pierres (le poids moyen pour les structures est de 160 kg, le poids maximal de 201,5 kg).

4. CONCLUSION

39Un modèle de fonctionnement unique a été mis en évidence pour l'ensemble des foyers des Acilloux. Cette standardisation n'avait jusqu'alors pas été démontrée aussi clairement dans les sites comparables du Néolithique. Après le creusement d'une fosse, les pierres ont été aménagées en sole bien agencée, sur un seul niveau, et le feu a été allumé au-dessus. Nous avons testé ce modèle de fonctionnement lors de la réalisation de deux expérimentations, faites sur le site, un peu à l'écart des faits archéologiques évidemment, de manière à les allumer sur le sédiment dégagé de l'Us. 1004, unité sédimentaire dans laquelle les foyers préhistoriques ont été aménagés. Les observations que nous avons pu faire valident également l'hypothèse de fonctionnement proposée.

40On observe un fort déséquilibre entre la phase d'aménagement des soles et leur phase d'utilisation qui témoignent d'investissements humains contrastés. L'importance de l'investissement nécessaire à l'acheminement des pierres sur le site, la complexité de la gestion des matériaux et le soin apporté à la construction des soles nous font envisager ces dernières comme des architectures pérennes dont il est cependant difficile d'estimer la durée de vie. La phase de chauffe des soles relève, au contraire, d'actions peu élaborées et rapidement exécutées. L'économie du combustible est rudimentaire. Le ramassage du bois, généralement encore vert, et son utilisation s'inscrivent en continuité directe. Le feu produit est vif, ce qui permet aux pierres de la sole de se charger en chaleur, mais il est de courte durée. La combustion n'est qu'une étape de préparation du dispositif dont la phase d'activité commencera réellement à l'extinction du feu. Ce n'est pas la flamme qui est recherchée, mais la chaleur, qui sera restituée par la suite. La sole n'est plus seulement un élément architectural, c'est avant tout l'élément actif de la structure, l'outil principal. C'est donc très certainement le besoin d'un dispositif de chauffe par le bas ou d'une surface à griller qui a motivé ce choix architectural. Il traduit un comportement collectif technique standardisé, définissant une véritable tradition technique autour de l'énergie thermique.

41L'utilisation de tels foyers pourrait s'inscrire au terme des chaînes opératoires d'élevage et de céréaliculture. Les soles de foyer constituant, selon nous, des architectures pérennes, elles pourraient être réutilisées au rythme des périodes de récolte des céréales et d'abattage du bétail. Dans ce cadre économique, elles seraient utilisées pour des traitements collectifs et massifs de ressources, préalables à la consommation ou à la constitution de réserves communautaires. Le site des Acilloux correspondrait ainsi à une aire spécialisée, probablement en périphérie d'une zone d'habitation et à proximité des secteurs de production (cultures et pâtures). Il signerait la spécialisation et la complémentarité des espaces constituant le territoire d'exploitation des communautés du Néolithique moyen.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Cabanis M. 2006. Les macrorestes végétaux. In Pelletier D., Muller-pelletier C. (dir.). Cournon d'Auvergne, « ZAC des Acilloux », (Puy-de-Dôme – Auvergne), Le site 1 : une concentration de structures de combustion à pierres chauffées du Néolithique moyen 1. Rapport d'opération, Inrap, Bron, p. 106-112.

Gallay A. 1983. De la chasse à l'économie de production en Valais : un bilan et un programme de recherche. Genève : Département d'Anthropologie de l'Université de Genève. 118 p. (Document du Département d'Anthropologie de l'Université de Genève ; 7).

Gascô J., Muller-pelletier C. 2007. L'étude des foyers de la Préhistoire récente : historique, modalités, variantes et perspectives nouvelles. In Évin J. (dir.). Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire. III, ... Aux conceptions d'aujourd'hui. Actes du XXVIe congrès préhistorique de France, Congrès du centenaire de la Société préhistorique française, Avignon 21-25 septembre 2004. Paris : Société préhistorique française, p. 323-339.

Muller C. 1999. De la cendre à la vie, comment faire parler les foyers ? Étude des structures de combustion du Néolithique de la grotte du Gardon (Ain). [Mémoire de maîtrise : Université Lumière-Lyon 2].

Muller C. 2001. Les structures de combustion du Néolithique dans le Sud de la France : du terrain à l'interprétation. [D.E.A : Université de Toulouse Le Mirail – EHESS, Toulouse].

Muller C. 2002. La zone foyère en MNO 16-17 : premiers résultats. In Buard J.-F. (dir.). Abbaye I, Chazey-Bons, Ain, Rapport 2002. Genève : Département d'Anthropologie et d'Écologie de l'Université de Genève.

Muller C. 2003a. Code graphique et protocole de fouille des foyers de la Grande Rivoire. In Nicod P.-Y., Picavet R., Bernard C. (dir.). Fouille archéologique de la Grande Rivoire, rapport de fouille programmée 2000-2003. Genève : Département d'Anthropologie et d'Écologie de l'Université de Genève, p. 71-79.

Muller C. 2003b. Les structures de combustion de Saint-Michel-du-Touch. In Jedikian G., Gernigon K. (dir.). Le site de plein air de Saint-Michel-du-Touch (Haute-Garonne). Toulouse : DRAC Midi-Pyrénées.

Muller C. 2004. Les foyers néolithiques du secteur 1. In Pelletier D., Muller C. (dir.). L'abri sous bloc no 1 de l'Aulp du Seuil (Saint-Bernard du Touvet, Chartreuse, Isère) : rapport intermédiaire 2004, opération (2003-2005). Lyon : DRAC Rhône-Alpes, p. 31-32.

Muller-pelletier C. 2006a. Les foyers néolithiques, protohistoriques et historiques découverts entre 2000 et 2006 : inventaire et premiers résultats. In Nicod P.-Y., Picavet R., Bernard C. (dir.). Fouille archéologique de la Grande Rivoire, rapport de fouille 2004-2006. Genève : Département d'Anthropologie et d'Écologie de l'Université de Genève, p. 51-62.

Muller-pelletier C. 2006b. Stratégies et méthodes de terrain. In Bintz P. (dir.). L'abri Gay, rapport de fouille 2006. Grenoble : DRAC Rhône-Alpes, p. 17-25.

Muller-pelletier C. 2006c. Premiers résultats concernant le témoin préservé de l'abri Gay : la stratigraphie et les aménagements anthropiques. In Bintz P. (dir.). L'abri Gay, rapport de fouille 2006. Grenoble, p. 26-48.

Muller-pelletier C. 2006d. Les structures de combustion chasséennes de l'ensemble C2c de la doline de Roucadour : micro-histoires, fonctionnements et analyse spatiale. In Gascô J., Leyge Fr., Gruat Ph. (dir.). Hommes et passé des Causses : hommage à Georges Costantini : actes du colloque de Millau, 16-18 juin 2005. Toulouse : Éd. des archives d'écologie préhistorique, p. 223-252.

Muller C., Buard J.-F. 2003. Architecture et histoire du fonctionnement de la structure de combustion St9 de la grotte de l'Abbaye 1 (Chasey-Bons, Ain, France). In Frère-Sautot M.-Ch. (dir.). Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des métaux : actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7 et 8 octobre 2000. Montagnac : M. Mergoil, p. 361-366. (Préhistoires ; 9).

Muller C., Manen C. 2002. Espaces et temps : résultats préliminaires. In Manen C. (dir.). La grotte du Taï-Remoulins, Gard. Rapport intermédiaire – 2002. Montpellier : DRAC Languedoc-Roussillon, p. 66-95.

Muller C., Manen C. 2004. Les aménagements anthropiques. In Manen C. (dir.). Le Taï – Remoulins, Gard, Rapport de synthèse – 2002-2004. Montpellier : DRAC Languedoc-Roussillon, p. 66-95.

Muller C., avec la collab. de Moulin B. 2003. Expérimentation de chauffe de roches locales. In Nicod P.-Y., Picavet R., Bernard C. (dir.). Fouille archéologique de la Grande Rivoire, rapport de fouille programmée 2000-2003. Genève : Département d'Anthropologie et d'Écologie de l'Université de Genève, p. 153-172.

Muller C., Voruz J.-L. 1996. Les foyers des couches 49 et 50. In Voruz J.-L. (dir.). La grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey (Ain), Rapport de fouilles 1994-1996. Ambérieu-en-Bugey : DRAC Rhône-Alpes, p. 157-164.

Pelletier D., Muller-pelletier C. et al. 2006. Cournon d'Auvergne, « ZAC des Acilloux », (Puy-de-Dôme – Auvergne), Le site 1 : une concentration de structures de combustion à pierres chauffées du Néolithique moyen 1. Rapport d'opération, Inrap, Bron.

Vaquer J. 1983. Les civilisations néolithiques en Languedoc occidental : inventaire et étude des habitats. 3 vol. [Thèse Lettres : E.H.E.S.S., Toulouse].

Vaquer J. 1990. Le Néolithique en Languedoc occidental. Paris : Éd. du CNRS. 397 p.-[4] f. de pl. (Archéologie).

Vaquer J., Giraud J.-P., Bazalgues S., Gandelin M. 2003. Les structures à pierres chauffées du Néolithique dans le Sud-Ouest de la France. In Frère-sautot M.-Ch. (dir.). Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des métaux : actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7 et 8 octobre 2000. Montagnac : M. Mergoil, p. 21-25. (Préhistoires ; 9).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Photographie aérienne du site/des Acilloux (cliché : MRW, juillet 2005).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 2 – Plan général du site/des Acilloux montrant la répartition spatiale des structures de combustion, de la structure connexe, des fosses, du mobilier et des restes de faune (conception et DAO : D. Pelletier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3667/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 3 – Carte du bassin de Sarliève avec localisation du site 1 des Acilloux et localisation des gîtes potentiels des matériaux utilisés dans l'aménagement des structures de combustion à pierres chauffées (conception et DAO : D. Pelletier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3667/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 4 – Les types d'altérations thermiques, les dépôts et leur position sur les pierres pour les trois classes de structures de combustion du site 1 des Acilloux (conception et DAO : C. Muller-Pelletier et D. Pelletier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3667/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 5 – Exemple de remontages effectués dans la structure simple à galets F. 08 (conception et DAO : C Muller-Pelletier et D. Pelletier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3667/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 6 – Les trois types de structures de combustion à pierres chauffées du site 1 des Acilloux (discrimination selon la morphologie des pierres) ; photographies zénithales, plans et coupes du remplissage sous-jacent (conception et DAO : C. Muller-Pelletier et D. Pelletier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3667/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

Auteurs

UMR 5608 TRACES, CRPPM, 39 allées Jules Guesde, F-31000 Toulouse. Courriel : calou.muller@wanadoo.fr

Inrap Rhône-Alpes-Auvergne, Centre archéologique régional Auvergne, 13 bis rue Pierre Boulanger – Le Brézet, F-63000 Clermont-Ferrand, UMR 6636 LAMPEA. Courriel : david.pelletier@inrap.fr

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search