Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité hors Rhône-Alpes

Chassey-Cortaillod-Lagozza...

Maria A. Borello

Résumé

Une série d’observations effectuées entre la fin des années soixante-dix et le début des années quatre-vingt a permis de définir quelques aspects de la variabilité interne du groupe culturel Chassey-Cortaillod-Lagozza, en suivant des critères théoriques proposés par la New Archaeology. Nous reprenons ici l’observation des matériaux céramiques provenant de sites français, suisses et italiens. L’utilisation de méthodes mathématiques ouvre de nouvelles perspectives pour l’identification de séries articulées d’attributs céramiques. À la suite des nombreuses découvertes de ces vingt-cinq dernières années, ces mêmes méthodes offrent également quelques paramètres intéressants pour évaluer l’importance de la composante chasséenne en Italie centrale et septentrionale.

Texte intégral

1. INTRODUCTION

1Le présent travail reprend une série d’idées développées entre la fin des années soixante-dix et le début des années quatre-vingt lors de recherches entreprises dans le but d’établir les paramètres typologiques qui permettent de caractériser un groupe culturel (culture group), concept proposé par D.L. Clarke (Clarke 1968, p. 287-317). Le choix du complexe Chassey-Cortaillod-Lagozza, traditionnellement défini sur la base des affinités des matériaux céramiques (formes des vases, traitements des surfaces, décorations, anses), a été motivé par les facteurs suivants :

  • l’identification, au cours de la première moitié du xxe siècle, de trois « cultures » qui reflètent des divisions géographiques modernes (Déchelette 1908 ; Laviosa Zambotti 1939-1940 ; Vogt 1934) ;

  • la continuité spatiale de nombreux attributs typologiques ;

  • les rares observations systématiques, relatives à l’identification de phénomènes culturels qui permettent de préciser le comportement des « frontières » entre Chassey, Cortaillod et Lagozza

2(Bailloud, Mieg de Boofzheim 1955 ; Beeching et al. 1991 ; Borrello 1984, p. 110-116 ; Courtin 1974 ; Gallay 1977 ; Phillips 1971, 1972 ; Voruz 1991).

3Cette dernière question a fait l’objet, dans le passé, d’une publication (Borrello 1981) qui proposait l’analyse de séries articulées d’attributs référés à des entités géographiquement délimitées de la France centrale et méridionale, de la Suisse occidentale et centrale et de l’Italie centrale et septentrionale. Les données à disposition ont été encadrées dans un modèle spatial statique (Clarke 1968, p. 289), dans lequel les types-clefs (« key types ») et les types exclusifs (« exclusive types ») décrivent la variabilité spatiale du groupe culturel et caractérisent les cultures qui l’intègrent. Les observations ont été entrées dans plusieurs aires géographiques (Borrello 1981 ; Phillips 1971) ; le choix de cette approche a été dicté par une qualité particulière de ces données, à savoir la rareté d’ensembles clos comparables, à l’échelle régionale et supra-régionale.

4Cet article porte sur les observations des matériaux céramiques, dérivées de l’application de méthodes statistiques, sur l’analyse des données provenant de contextes « Chassey », « Cortaillod » et « Lagozza », ainsi que sur la révision des informations fournies par les découvertes récentes en Italie centrale et septentrionale (cf. fig. 4 et 6). Ce dernier point ouvre des nouvelles perspectives pour identifier des phénomènes de « diffusion » liés aux caractéristiques de la production céramique. Il permet des comparaisons avec des matériaux suisses et français et, de surcroît, offre quelques paramètres pour mesurer l’intensité de l’empreinte chasséenne sur l’actuel territoire italien.

2. NOUVELLES ANALYSES DES DONNÉES : L’ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES ET LA CLASSIFICATION HIÉRARCHIQUE ASCENDANTE

5La sériation obtenue par la réorganisation manuelle d’un tableau constitué des matériels céramiques et non céramiques qui se trouvent dans différentes aires géographiques laisse apparaître quelques tendances dans le comportement spatial de types établis (continuité entre les ensembles « français » et « italiens », distinction des ensembles « suisses », différents niveaux de ressemblance entre les groupes géographiques) (Borrello 1981, fig. 1 à 3).

Fig. 1 – Chassey-CortaiHod-Lagozza, matériaux céramiques : analyse factorielle (cf. Borrello 1981). BPA = Bassin parisien, ALP = Alpes françaises, CRC = Causses-Grands Causses, AQU = Aquitaine, QUE =Quercy, MCE = Massif central, COU = Centre-Ouest, LAN = Languedoc-Roussillon, PRO = Provence, PYR = Pyrénées, BOU = Bourgogne, JUR = Jura, LIT = Ligurie-Tyrrhénien, POP = Plaine du Pô, ITC = Italie centrale, SLE = Saint-Léonard, VAU = Vallon-des-Vaux, TRL = Lacs de Neuchâtel, Bienne et Morat, SCE = Suisse centrale et orientale.

6Ces résultats nous ont incitée à effectuer une nouvelle série d’observations portant exclusivement sur les matériaux céramiques et à définir une nouvelle approche analytique. Les méthodes statistiques choisies, l’analyse factorielle et la classification automatique, sont fréquemment utilisées en archéologie parce qu’elles permettent de décrire, d’exploiter et de vérifier le comportement des données (Djindjian 1991, p. 178-180, 186-190, 344-347). L’analyse factorielle des correspondances, particulièrement adaptée à l’examen d’informations de type qualitatif, optimise la représentation simultanée des observations (types) et des variables (aires géographiques) dans un espace multidimensionnel. La classification hiérarchique ascendante organise les informations par regroupements successifs d’éléments (types) sur la base de différents niveaux d’affinité (apparition des types dans les différentes aires géographiques). L’identification du comportement spatial des attributs céramiques constitue une base de réflexion indispensable à la formulation des modèles relatifs à la variabilité géographique à l’intérieur du groupe culturel Chassey-Cortaillod-Lagozza, variabilité qui peut permettre de comprendre son évolution dans le temps.

2.1. CHASSEY-CORTAILLOD-LAGOZZA

7L’application de la classification automatique aux données relatives aux matériaux céramiques retrouvés sur les sites français, suisses et italiens définit 7 regroupements principaux et décrit quelques aspects intéressants, principalement sur le comportement des formes céramiques (fig. 1, 2 et 3) :

  • la spécificité du regroupement 1 suggère l’uniformité de l’apparition des types 2, 4, 14 et 18 dans le groupe culturel et se révèle comme un ensemble significatif de types-clefs (« key types ») partagés par les entités « Chassey » « Cortaillod » et « Lagozza » ;

  • le regroupement 2 identifie des types exclusifs (« exclusive types ») pour la Suisse occidentale et centrale ; les matériaux proviennent essentiellement des contextes des lacs de Neuchâtel, Bienne et Morat, du Plateau suisse et des vallées alpines ;

  • les regroupements 3, 4, 5, 6 et 7 réunissent un nombre important de types céramiques et, à l’exception du regroupement 7, il y a prédominance des types largement présents dans les contextes français ; le regroupement 3 réunit le plus important nombre de céramiques appartenant à des contextes de la France Méridionale et de l’Italie centrale et septentrionale, en particulier de l’aire ligurienne-tyrrhénienne.

8La forte affinité entre les types provenant de contextes français et italiens découle des résultats de l’analyse factorielle (axes 1 et 2 ; fig. 1) et confirme l’importance de la composante « chasséenne » dans la constitution des groupes italiens. Toutefois, le caractère préliminaire indéniable de ces résultats pousse à développer de nouvelles recherches statistiques, indispensables pour mieux évaluer des paramètres utiles à la reconnaissance de la variabilité spatiale représentée par les groupements géographiques.

Fig. 2 – Chassey-Cortaillod-Lagozza, matériaux céramiques : classification hiérarchique ascendante.

Fig. 3a. – Chassey-Cortaillod-Lagozza : groupements de types céramiques définis par la classification automatique.

Fig. 3b – Chassey-Cortaillod-Lagozza : groupements de types céramiques définis par la classification automatique.

2.2. ITALIE CENTRALE ET SEPTENTRIONALE

9L’observation des matériaux céramiques des regroupements 1, 3, 4, 5, 6 et 7 mentionnée précédemment constitue un point de départ pour évaluer le comportement de la composante chasséenne dans la production céramique de l’Italie centrale et septentrionale. Les nouvelles analyses prennent en considération les données provenant des découvertes effectuées jusqu’en 2002. Les analyses mathématiques (analyse factorielle des correspondances, classification hiérarchique ascendante) ont été effectuées sur un tableau présence/absence constitué de 28 types et attributs céramiques distribués en 10 aires géographiques italiennes (fig. 4 à 6).

10L’analyse factorielle suggère une forte continuité dans la présence des différents types à travers les 10 zones (fig. 5).

Fig. 4 – Italie centrale et septentrionale, aires géographiques.

Fig. 5 – Italie centrale et septentrionale, analyse factorielle.

Fig. 6 – Italie centrale et septentrionale : distribution des types céramiques. Sites pris en considération pour les différentes aires géographiques (cf. Bagolini, Pedrotti 1998 ; Borrello 1981, 1984 ; cf. aussi Ferrari et al. 2002) : 1. Ligurie : Arene Candide, A. del Nasino, A. del Sanguinetto, A. dello Stefanin, C. dei Pipistrelli, C. della Fontana/Acqua, C dellAcqua/Anime, C. dell’Acqua/Morto, C. Paimorari, Crotta del Pastore, Crotta dell’OIivo, Crotta del Pertusello, Crotta Pollera, Tana della Colombina, Uscio. 2. Tirreno : Bocca del Leone, Romita di Asciano, Cotta all’Onda, Podere Casanuova, Neto di Bolase, San Rossore, Riparo del Lauro, Paludetto C. Carduca, Civita Mursana. 3. Piémont : Chiomonte/La Maddalena, Alba, Crotta Aisone, San Valeriano, Chemme Poncioni, Cascina Chiappona, Castel d’Ann one, Castelnoceto. 4. Lombardie Occidentale : Castelgrande di Bellinzona, Isolino di Varese, Bordello, Bodio Centrale, Cazzago Brabbia, Bosisio, Lagozza di Besnate. 5. Lombardie Orientale : Breno, Monte Côvolo, Crotta Bucco del Fico, Cuei dei Baratù, Rocca di Manerba, Nave, Mosio, Ostiglia. 6. Vénétie/Frioui : Rocca di Rivoli, Ronchetrin de Cazzo, Bocca Lorenza, Castelnuovo di Teolo, Colombare di Negrar, Colmaggiore di Tarzo, Cornuda, Olmo, Le Fase, Paid di Livenza. 7. Marche/Adriatique : Santa Maria in Selva, Attiggio di Fabriano. 8. Émilie/Romagne : Travo, Le Mose Ikea, Le Mose Torre Razza, Pescale, Spilamberto, Bondeno Fornace Grande. 9. Centre : Crotta dei Piccioni, Ripoli, Norcia, Fossa cesia, La Consuma, Antro delle Noce, Crotta Lattaia. 10. Latium : Torre Spaccata, Porta Medaglia, Ponte Mandriola, Civita Mursana.

Fig. 7 – Italie centrale et septentrionale, classification automatique des matériaux céramiques.

11La classification automatique (fig. 7) permet toutefois de mettre en évidence des ensembles qui suggèrent quelques tendances de l’association géographique des types.

  • Le groupe A présente des matériaux avec une apparition pré-dominante dans les aires ligurienne et tyrrhénienne, de la frontière franco-italienne au Latium.

  • Le groupe B réunit des types qui partagent une large présence dans les 10 aires géographiques.

  • Le groupe C inclut des matériaux qui apparaissent principalement sur les sites des aires ligurienne et tyrrhénienne, de la frontière franco-italienne au Latium, et en Lombardie occidentale ; seuls les types 28b, 3, 8 et 23 sont présents en Émilie.

  • Dans le groupe D apparaissent les vases tronconiques (6), les fusaïoles décorées (9), les couvercles (37) et les poids réniformes (12), connus principalement sur les sites lombards. La plupart des types sont présents en 1. Liguria et 8. Emilia ; cette dernière aire partage des types avec 4. Lombardia occidentale et 5. Lombardia orientale.

12La position centrale de la variable 8. Emilia dans l’analyse factorielle (fig. 5 ; aire qui inclut les importants sites de Travo : Bernabô Brea et al. 2002 ; Spilamberto : Bagolini 1981, 1984 ; Bagolini et al. 1988 ; Pescale : Ferrari et al. 2002) montre ses affinités avec les groupes des aires ligurienne, tyrrhénienne et lombarde. Toutefois, une classification hiérarchique ascendante appliquée aux variables (aires géographiques) (fig. 8) montre la proximité de 1. Liguria et de 8. Emilia. La même classification automatique décrit la séparation entre les zones 2. Tirreno, 1. Liguria, 8. Emilia, 4. Lombardia occidentale et 5. Lombardia orientale et les zones 3. Piemonte, 7. Marche, 10. Lazio, 6. Veneto et 9. Centro. Cette particularité est à mettre en relation avec la quantité de données à disposition, considérablement plus faible dans les cinq dernières aires. Toutefois, il ne faut pas exclure soit un rapport direct avec leur caractère périphérique à l’intérieur du groupe culturel Chassey-Cortaillod-Lagozza, soit leur position chronologique particulière (diffusions précoces de matériaux chasséens ?).

Fig. 8 – Italie centrale et septentrionale, aires géographiques : classification automatique.

2.3. MATÉRIAUX CÉRAMIQUES, FRONTIÈRES ET CONTINUITÉ SPATIALE

13La définition d’une entité « Chassey/Lagozza », fréquemment utilisée au cours des dernières années par les chercheurs italiens, résulte en grande partie des travaux entrepris sur les sites de l’Émilie entre la fin des années soixante-dix et début des années quatre-vingt (Bagolini 1981, 1984). Elle reflète une volonté de réviser les informations afin de mieux comprendre le Néolithique récent de l’Italie centrale et septentrionale. De surcroît, les résultats de nos analyses évoquent l’impossibilité d’identifier « Lagozza » comme un phénomène culturel autonome (Borrello 1981 ; 1984, p. 117-119 ; 2006) et ouvrent de nouvelles perspectives à une exploration systématique des données céramiques, assistée par des méthodes mathématiques. L’un des buts essentiels des recherches est d’approfondir les paramètres nécessaires pour caractériser les aires géographiques italiennes. L’approche statistique que nous avons utilisée décrit la continuité géographique d’une trentaine d’attributs (types) céramiques, pour la plupart largement connus dans les sites chasséens du Sud de la France, de la Vallée du Rhône et de la Bourgogne (Beeching et al. 1991 ; Borrello 1984 ; Courtin 1974 ; Phillips 1971, 1972 ; Thévenot 2005 ; Vaquer 1975). Toutefois, cette homogénéité apparente dans la distribution spatiale – partiellement confirmée par la position des variables (fig. 1) – reflète des variations importantes dans l’apparition (nombre, association) des attributs céramiques et renvoie au développement de nouvelles stratégies d’exploration pour une comparaison ultérieure des matériaux.

14L’éclaircissement du comportement des matériaux réoriente les recherches vers l’observation systématique d’ensembles clos, c’est-à-dire de séries d’attributs céramiques provenant de sites stratifiés et récemment fouillés (Arene Candide : Maggi 1997 ; Travo : Beeching et al., 2006 ; Bernabô Brea et al., 2002 ; Spilamberto : Bagolini 1981 ; 1984 ; Bagolini, Pedrotti 1998 ; Pescale : Ferrari et al. 2002 ; Besnate : Odone 1998 ; Manerba : Barfield et al. 2002 ; Borrello sous presse ; Monte Côvolo : Barfield et al. 1975-1976 ; Poggiani Keller et al. 2002, sous presse). De telles recherches permettront d’identifier les « key types » et les modalités de leur distribution sur l’actuel territoire italien, apportant probablement des informations concernant leur variabilité chronologique. Dans cette perspective, trois éléments se dégagent.

15Premièrement, les travaux effectués ces deux dernières années dans plusieurs habitats du domaine subalpin (Saint-Léonard/sur-le-Grand-Pré : Borrello 2003 ; Borrello et al., 2002, p. 39, fig. 16 ; Winiger 1995 ; Chiomonte-La Maddalena : Bertone, Fedele 1991 ; Breno : Fedele 2000 ; Odone, Fedele 2002 ; Monte Côvolo : Barfield et al. 1975-1976 ; Poggiani Keller et al. 2002, sous presse ; Rocca di Manerba : Barfield et al. 2002 ; Borrello sous presse ; Lagozza de Besnate : Odone 1998 ; Castelgrande di Bellinzona : Carazzetti, Donati 1990) montrent des affinités au niveau des attributs céramiques peu nombreux ou rares mais significatifs, et invitent à une meilleure caractérisation culturelle d’une zone avec des qualités géographiques et environnementales particulières, à cheval entre les trois entités traditionnelles Chassey, Cortaillod et Lagozza (Borrello 2006).

16Deuxièmement, les rapports entre les différentes phases de la civilisation de Vases à Bouche carrée (VBQ) et Chassey restent mal définis, à l’exception de quelques séquences stratifiées sur des sites du Midi de la France et de Ligurie, proches de la frontière franco-italienne (Giribaldi, Arene Candide, Pollera) (Bernabô Brea 1946, 1956 ; Binder 2004 ; Maggi, Starnini 1997 ; Tinè 1999). L’apparition au Piémont de quelques attributs céramiques (par ex. les anses multiforées) à Castelnoceto, Alba, Cascina Cascinetta et Castello d’Annone suggère une possibilité d’interface Chassey-VBQ II (« stile meandro-spiralico ») dès le milieu du Ve millénaire av. J.-C. (Ferrari et al. 2002, p. 102 ; Venturino Gambari 2004, pi. IV). Les attributs céramiques appartenant aux traditions chasséenne et VBQ III (« stile ad impressioni e incisioni ») sont, en outre, associés dans plusieurs sites de la région à l’est du lac de Garde (Rocca di Rivoli, Olmo di Nogara, Castelnuovo di Teolo, Cornuda), sites qui peuvent être rattachés chronologiquement aux premiers siècles du IVe millénaire av. J.-C. (Bianchin Citton 2002, fig. 5 ; Ferrari et al. 2002, p. 105-109).

17Troisièmement, l’existence d’une phase formatrice de la civilisation Lagozza ou Protolagozza, dénomination inventée par G. Guerreschi sur la base de ses observations des matériaux de l’Isolino di Varese (fouilles Bertolone), est à notre avis contestable, au vu des données disponibles (Crepaldi 2002 ; Guerreschi 1976-1977 ; Odetti 1991, 1999). Identifiée à partir de données stratigraphiques et d’associations de matériaux peu claires ainsi que d’observations technologiques faibles sur un échantillonnage restreint et arbitraire, la notion de « Protolagozza » s’oppose ainsi à toute analyse du rôle du Chassey dans la constitution des entités de la fin du Néolithique en Italie centrale et septentrionale.

18Les analyses systématiques et les comparaisons d’ensembles d’attributs articulés s’opposent à une approche fréquente qui consiste à établir des liens entre les différentes entités culturelles sur la base d’un nombre réduit de données évidentes : cette attitude risque d’occulter les phénomènes de continuité et de discontinuité géographique et chronologique, en masquant la complexité des processus responsables de la constitution et de la transformation du groupe Chassey-Cortaillod-Lagozza.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bagoulini B. (dir.) 1981. Il Neolitico e l’Età del Rame : ricerca a Spilamberto-S. Cesario, 1977-1980. Vignola : Cassa di Risparmio. VIII-287 p.

Bagolini B. (dir.) 1984. Archeologia a Spilamberto: ricerche nel territorio (Spilamberto-S. Cesario). Spilamberto : Gruppo Naturalisti di Spilamberto. 176 p.

Bagolini B., Ferrari A., Steffè G. 1988. Il recente Neolitico di Spilamberto (Modena). Bullettino di Paletnologia Italiana 89, N.S. 7, p. 93-200.

Bagolini B., Pedrotti A. 1998. L’Italie septentrionale. In Guilaine J. (dir.). Atlas du Néolithique européen. Il, L’Europe occidentale. Liège : Université de Liège, p. 233-341. (Études et recherches archéologiques de l’Université de Liège ; 46).

Bailloud G., Mieg de Boofzheim P. 1955. Les civilisations néolithiques de la France dans leur contexte européen. Paris: Picard. XV-244 p.

Baioni M., Binaghi Leva M.A., Borrello M.A. 2005. Isolino di Varese. Alcuni dati da recenti interventi. In Della Casa Ph., Trachsel M. (dir.). WES’04: Wetland economies and societies: proceedings of the international conference, Zurich, 10-13 March 2004. Zürich : Chronos ; Schweizerisches Landesmuseum Zürich, p. 209-214. (Col lectio Archaeologica; 3).

Banchieri D.G. sous presse a. Data on settlement views during the Neolithic in prealpian lakes of northwestern Lombardy (Northern Italy). In Prétirages, XVe congrès International UI5PP, Lisbonne 2006.

Banchieri D.G. sous presse b. Isolino Virginia e Pizzo di Bodio (Varese, Italia) : correlazioni crono-stratigrafiche e culturali. In Bailly M., Furestier R., Lemercier O. (dir.). Quatrième millénaire : la transition du Néolithique moyen au Néolithique final dans le Sud-Est de la France et les régions voisines, actes de la table ronde d’Aix-en-Provence, mars 2005. Lattes. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne H.S.).

Barfield L.H., Biagi P., Borrello M.A. 1975-1976. Scavi nella stazione di Monte Côvolo (1972-73), I. Annali del Museo di Cavardo 12, p. 5-160.

Barfield L.H., Borrello M.A., Buteux S., Ciaraldi M. 2002. Scavi sul sito preistorico della Rocca di Manerba, Brescia. In Ferrari A., Visentini R (dir.). Il declino del mondo neolitico: ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini: atti del convegno Pordenone 5-7 aprile 2001. Pordenone: [s.n.], p. 291-309. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale; 4).

Beeching A., Bernabô Brea M., Mazieri P. 2006. Nuovi dati dai siti dell’Emilia occidentale per la valutazione della componente Chassey nel Neolitico superiore dell’ltalia settentrionale. In Pessina A., Visentni P. (dir.). Preistoria dell’ltalia settentrionale : studi in ricordo di Bernardino Bagolini : atti del convegno Udine, 23-24 settembre 2005. Udine : Museo Friulano di Storia Naturale. (Pubblicazioni varie del Museo Friulano di Storia Naturale ; 53).

Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. et al. (dir.) 1991. Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours, 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France. 428 p. (Mémoires du musée de Préhistoire d’Île-de-France ; 4).

Bernabô Brea L. 1946. Gli Scavi Nella Caverna delle Arene Candide. I, Gli Strati con Ceramiche, 1. Bordighera : Istituto di studi Liguri. VII-364 p.-68 p. de pl. (Collezione di monografie preistoriche ed archeologiche ; 1).

Bernabô Brea L. 1956. Gli Scavi Nella Caverna delle Arene Candide. I, Gli Strati con Ceramiche. 2, Campagne di scavo 1948-50. Bordighera : Istituto di studi Liguri. 296 p.-XLVI f. de pl. (Collezione di monografie preistoriche ed archeologiche ; 1).

Bernabô Brea M., Castagna D., Cremona M.G., Ferrari E., Maffi M., Mazzieri P., Occhi S. 2002. Strutture e aspetti culturali dei siti Chassey-Lagozza nel Piacentino. In Ferrari A., Visentini P. (dir.). Il declino del mondo neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone 5-7 aprile 2001. Pordenone : [s.n.], p. 379-402. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale; 4).

Bertone A., Fedele F. 1991. Découvertes récentes dans la Vallée de Susa et le problème des relations avec le Chasséen. In Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. et al. (dir.). Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours, 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 69-79. (Mémoires du musée de Préhistoire d’Île-de-France ; 4).

Bianchin Citton E. 2002. Il Veneto centro-orientale tra Neolitico recente ed Eneolitico. In Ferrari A., Visentini R (dir.). Il declino del mondo neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone 5-7 aprile 2001. Pordenone : [s.n.], p. 213-220. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale; 4).

Binder D. (dir.) 2004. Un chantier archéologique à la loupe : Villa Giribaldi, Nice : [catalogue d’exposition 23 octobre 2004-4 janvier 2005]. Nice : Éd. Nice-Musées. 79 p.

Borrello M.A. 1981. Le Groupe culturel Chassey-Cortaillod-Lagozza. Mémoires du Séminaire de Préhistoire de l’Université de Berne 6. 34 p., 5 frg., 9 pl.

Borrello M.A. 1984. The Lagozza Culture in Northern and Central Italy. Bergamo. (Studi Archeologici ; 3).

Borrello M.A. 2003. La circulation de matières premières d’origine méditerranéenne et nord-italienne dans le Plateau suisse au Néolithique. Preistoria Alpina 39, p. 189-202.

Borrello M.A. 2006. ... Chassey-CortaillodLagozza. Proposte per l’identificazione della variabilité all’interno d’un gruppo culturale. In Pessina A., Visentini P. (dir.). Preistoria dell’ltalia settentrionale : studi in ricordo di Bernardino Bagolini : atti del convegno Udine, 23-24 settembre 2005. Udine : Museo Friulano di Storia Naturale. (Pubblicazioni varie del Museo Friulano di Storia Naturale ; 53).

Borrello M.A. sous presse. Le site néolithique de Rocca di Manerba, Brescia, Italie. Matériaux céramiques et séquence culturelle au IVe millénaire av. J.-C. In Bailly M., Furestie R R., Lemercier O. (dir.). Quatrième millénaire : du Néolithique moyen au Néolithique final dans le Sud-Est de la France et les régions voisines. Actes de la table ronde internationale d’Aix-en-Provence.

Borrello M.A., Hoffstadtj., Leuzinger U., Schlichtherle H. 2002. Materiali preistorici di origine méridionale tra i laghi Lemano e Costanza. Identificazione di contatti transalpini nel Neolitico e nell’età del Rame. In Ferrari A., Visentini P. (dir.). Il declino del mondo neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone 5-7 aprile 2001. Pordenone : [s.n.], p. 21-50. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale; 4).

Carazzetti R., Donati P.A. 1990. La stazione neolitica di Castelgrande. In Die ersten Bauern : Pfahlbaufunde Europas : Forschungsberichte zurAusstellung im Schweizerischen Landesmuseum und zum Erlebnispark : Ausstellung Pfahlbauland in Zürich, 28. April bis 30. September 1990, 1. Zürich : Schweizerisches Landesmuseum, p. 361-368.

Clarke D.L. 1968. Analytical Archaeology. London: Methuen. III-XX-684 p. (Methuen’s Handbooks of Archaeology; [4]).

Courtin J. 1974. Le Néolithique de la Provence. Paris : Klincksieck. 359 p. (Mémoires de la Société préhistorique française ; 11).

Crepaldi F. 2002. Tecnologia e tipologia degli aspetti di tradizione chasseana in Italia settentrionale. In Ferrari A., Visentini P. (dir.). Il declino del mondo neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone 5-7 aprile 2001. Pordenone: [s.n.], p. 157-165. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale ; 4).

Déchelette J. 1908. Manuel d’archéologie préhistorique celtique et gallo-romaine. I, Archéologie préhistorique. Paris : Picard. XX-746 p.

Djindjian Fr. 1991. Méthodes pour l’archéologie. Paris : A. Colin. 401 p. (Coll. U).

Fedele Fr. (dir.) 2000. Ricerche archeologiche al castello di Breno, Valcamonica. I, Notizie generali. Ceram ica neolitica e calcolitica. Bergamo : Museo civico archeologico di Bergamo. 430 p. (Notizie Archeologiche Bergomensi ; 8).

Ferrari A., Delpino C, Pétrucci G., Rottoli M., Visentini P. 2002. Introduzione all’ultimo Neolitico dell’ltalia padano-alpina e nordadriatica. In Ferrari A., Visentini P. (dir.). Il declino del mondo neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone 5-7 aprile 2001. Pordenone: [s.n.], p. 101-122. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale ; 4).

Ferrari A., Mazzieri P., Steffè G. 2002. Aggiornamenti sulle testimonianze neolitiche del Pescale. In Ferrari A., Visentini P. (dir.). Il declino del mondo neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone 5-7 aprile 2001. Pordenone: [s.n.], p. 361-378. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale ; 4).

Gallay A. 1977. Le Néolithique moyen du Jura et des plaines de la Saône : contribution à l’étude des relations Chassey-Cortaillod-Michelsberg. Frauenfeld : Publications de la Société suisse de Préhistoire et d’archéologie. 344 p. (Coll. Antiqua ; 6).

Guerreschi G. 1976-1977. La stratigrafia dell’lsolino di Varese dedotta dall’analisi della ceramica (Scavi Bertolone 1955-59). Sibrium 13, p. 29-528.

Laviosa Zambotti P. 1939-1940. La ceramica della Lagozza e la civiltà palafitticola italiana nei suoi rapport ! con le civiltà mediterranee ed europee. Bullettino di Paletnologia Italiana 3, p. 47-51; 4, p. 231-242.

Maggi R. (dir.) 1997. Arene Candide : a functional and environmental assessment of the holocene sequence: excavations Bernabà Brea-Cardini 1940-50. Roma: Il Cala mo. 642 p. (Memorie dell’lstituto Italiano di Paleontologia umana ; 5).

Maggi R., Starnini E. 1997. Some aspects of the pottery production. In Maggi R. (dir.). Arene Candide: a functional and environmental assessment of the holocene sequence: excavations Bernabà Brea-Cardini 1940-50. Roma : Il Calamo, p. 286-331. (Memorie dell’lstituto Italiano di Paleontologia umana ; 5).

Odetti G. 1991. II neolitico medio ligure e I’influenze chasseane. In Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. (dir.). Identité du Chasséen : actes du Colloque international de Nemours, 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 59-67. (Mémoires du musée de Préhistoire d’Île-de-France ; 4).

Odetti G. 1999. Fase Protolagozza, Strati 1-8. In Tine S. (dir.). Il Neolitico nella Caverna delle Arene Candide (scavi 1972-1974). Bordighera : [s.n.], p. 201-206.

Odone S. 1998. La Lagozza di Besnate (VA) : nuovi dati alla luce degli scavi Cornaggia Castiglione. Notizie archeologiche bergomensi 6, p. 7-74.

Odone S., Fedele F. 2002. La ceramica di tipo Breno nera nel quadro del Neolitico tardo della Lombardia centro-orientale. In Ferrari A., Visentini P. (dir.). Il declino del mondo neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone 5-7 aprile 2001. Pordenone : [s.n.], p. 325-334. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale ; 4).

Pessina A., Radi G. 2002. L’aspetto di Fossacesia e il Neolitico recente dell’ltalia centro-adriatica. In Ferrari A., Visentini P. (dir.). Il declino del mondo neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone 5-7 aprile 2001. Pordenone : [s.n.], p. 139-155. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale ; 4).

Phillips P. 1971. An Analysis of the Southern Chasséen Culture with the Cortaillod and the Lagozza Cultures. [Ph. D. London University].

Phillips P. 1972. Les caractères régionaux du Chasséen du Midi. Bulletin de la Société préhistorique française 69, p. 538-553.

Poggiani Keller R., Baioni M., Lo Vetro D. sous presse. Le Monte Cὸvolo et la transition du Néolithique moyen au Néolithique final dans le Nord de l’Italie. In Bailly M., Furestier R., Lemercier O. (dir.). Quatrième millénaire : du Néolithique moyen au Néolithique final dans le Sud-Est de la France et les régions voisines. Actes de la table ronde internationale d’Aix-en-Provence.

Poggiani Keller R., Baioni M., Lo Vetro D., Martini F. 2002. Monte Cὸvolo tra tardo Neolitico ed Età del Rame. In Ferrari A., Visentini P. (dir.). Il declino del mondo neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone 5-7 aprile 2001. Pordenone : [s.n.], p. 311-324. (Quaderni del Museo Archeologico del Friuli Occidentale; 4).

Ruoff U. 1990. Die Ufersiedlungen am Zürichsee. In Die ersten Bauern: Pfahlbaufunde Europas : Forschungsberichte zur Ausstellung im Schweizerischen Landesmuseum und zum Erlebnispark : Ausstellung Pfahlbauland in Zürich, 28. April bis 30. September 1990. Zürich : Schweizerisches Landesmuseum, p. 145-160.

Sauter M.-R., Gallay A. 1966. À quoi se rattache le Néolithique du Vallon des Vaux (Chavanne-le-Chêne, Vaud) ? In Degen R., Drack W., Wyss R. (eds). Helvetia antiqua: Festschrift Emil Vogt, Beitrdgezur Prä historié und Archdologie der Schweiz. Zürich : Conzett und Huber, p. 33-44.

Thévenot J.-P. (dir.) 2005. Le Camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) : les niveaux néolithiques de « la Redoute ». Dijon : Revue archéologique de l’Est. 463 p. (Revue archéologique de l’Est. Suppl. ; 22).

Tinè S. (dir.) 1999. Il Neolitico nella caverna delle Arene Candide : scavi 1972-1974. Bordighera : Istituto internazionale di studi liguri. 621 p. (Collezione di monografie preistoriche ed archeologiche ; 10).

Vaquer J. 1975. La céramique chasséenne du Languedoc. Carcassonne : Laboratoire de préhistoire et de palethnologie. 111-368 p.

Venturino Gambari M. (dir.) 2004. Alla conquista dell’Appennino : le prime comunità delle valli Curone, Crue e Ossona. Torino : Omega edizioni. 46 p.

Vogt E. 1934. Zum schweizerischen Neolithikum. Cermania 18, p. 89-94.

Voruz J.-L. 1991. Le Néolithique suisse : bilan documentaire. Genève : Département d’anthropologie et d’écologie de l’Université de Genève. 172 p. (Document du Département d’anthropologie et d’écologie de l’Université de Genève ; 16).

Winiger A. 1995. Étude du mobilier néolithique de Saint-Léonard « Sur-le-Crand-Pré » (Valais, Suisse). [Thèse de doctorat : Archéologie préhistorique : Université de Genève].

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Chassey-CortaiHod-Lagozza, matériaux céramiques : analyse factorielle (cf. Borrello 1981). BPA = Bassin parisien, ALP = Alpes françaises, CRC = Causses-Grands Causses, AQU = Aquitaine, QUE =Quercy, MCE = Massif central, COU = Centre-Ouest, LAN = Languedoc-Roussillon, PRO = Provence, PYR = Pyrénées, BOU = Bourgogne, JUR = Jura, LIT = Ligurie-Tyrrhénien, POP = Plaine du Pô, ITC = Italie centrale, SLE = Saint-Léonard, VAU = Vallon-des-Vaux, TRL = Lacs de Neuchâtel, Bienne et Morat, SCE = Suisse centrale et orientale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 2 – Chassey-Cortaillod-Lagozza, matériaux céramiques : classification hiérarchique ascendante.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 3a. – Chassey-Cortaillod-Lagozza : groupements de types céramiques définis par la classification automatique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 3b – Chassey-Cortaillod-Lagozza : groupements de types céramiques définis par la classification automatique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3665/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 4 – Italie centrale et septentrionale, aires géographiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3665/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 5 – Italie centrale et septentrionale, analyse factorielle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3665/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 6 – Italie centrale et septentrionale : distribution des types céramiques. Sites pris en considération pour les différentes aires géographiques (cf. Bagolini, Pedrotti 1998 ; Borrello 1981, 1984 ; cf. aussi Ferrari et al. 2002) : 1. Ligurie : Arene Candide, A. del Nasino, A. del Sanguinetto, A. dello Stefanin, C. dei Pipistrelli, C. della Fontana/Acqua, C dellAcqua/Anime, C. dell’Acqua/Morto, C. Paimorari, Crotta del Pastore, Crotta dell’OIivo, Crotta del Pertusello, Crotta Pollera, Tana della Colombina, Uscio. 2. Tirreno : Bocca del Leone, Romita di Asciano, Cotta all’Onda, Podere Casanuova, Neto di Bolase, San Rossore, Riparo del Lauro, Paludetto C. Carduca, Civita Mursana. 3. Piémont : Chiomonte/La Maddalena, Alba, Crotta Aisone, San Valeriano, Chemme Poncioni, Cascina Chiappona, Castel d’Ann one, Castelnoceto. 4. Lombardie Occidentale : Castelgrande di Bellinzona, Isolino di Varese, Bordello, Bodio Centrale, Cazzago Brabbia, Bosisio, Lagozza di Besnate. 5. Lombardie Orientale : Breno, Monte Côvolo, Crotta Bucco del Fico, Cuei dei Baratù, Rocca di Manerba, Nave, Mosio, Ostiglia. 6. Vénétie/Frioui : Rocca di Rivoli, Ronchetrin de Cazzo, Bocca Lorenza, Castelnuovo di Teolo, Colombare di Negrar, Colmaggiore di Tarzo, Cornuda, Olmo, Le Fase, Paid di Livenza. 7. Marche/Adriatique : Santa Maria in Selva, Attiggio di Fabriano. 8. Émilie/Romagne : Travo, Le Mose Ikea, Le Mose Torre Razza, Pescale, Spilamberto, Bondeno Fornace Grande. 9. Centre : Crotta dei Piccioni, Ripoli, Norcia, Fossa cesia, La Consuma, Antro delle Noce, Crotta Lattaia. 10. Latium : Torre Spaccata, Porta Medaglia, Ponte Mandriola, Civita Mursana.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3665/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 7 – Italie centrale et septentrionale, classification automatique des matériaux céramiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3665/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 8 – Italie centrale et septentrionale, aires géographiques : classification automatique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3665/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Auteur

18 Crêts de Champel, CH-1206 Genève. Courriel : borrelloarch@yahoo.fr

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search