Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité hors Rhône-Alpes

Les occupations néolithiques de la colline de Port-Punay à Châtelaillon-Plage (Charente-Maritime)

Jérôme Rousseau, Gisèle Allenet de Ribemont, Pascal Bertran, Séverine Braguier, Catherine Dupont, Philippe Forré, Pierrick Fouéré, Jean-Marie Jauneau et Jérôme Rousseau

Résumé

Dans le Centre-Ouest et le Sud-Ouest de la France, le premier Néolithique est de tradition cardiale. Il apparaît vers le milieu du VIe millénaire av. J.-C, dans des zones de marais littoraux ou d’estuaires souvent occupés, précédemment, par les Mésolithiques. Plusieurs étapes de la néolithisation ont déjà été envisagées à partir du mobilier issu de trop rares sites de référence (la Lède du Gurp ou les Ouchettes). À Port-Punay (Châtelaillon-Plage, Charente-Maritime), la reconnaissance de certaines d’entre elles permet de préciser le référentiel chrono-culturel des vestiges (Cardial, Épicardial Atlantique et « Inconnus » de l’Ouest, peut-être de tradition Cerny), la plupart du temps regroupés sous un terme d’attente (Néolithique Ancien Centre-Atlantique). Le site de Port-Punay, vraisemblablement presqu’île au début du Néolithique, se caractérise par un sol d’occupation néolithique ancien. Localisé aux abords d’une paléo-falaise et en fond de talweg, il est conservé sous près de 2 m de colluvions et de sols d’occupations plus récents. Un peu plus haut, une fosse creusée dans le calcaire et détectée immédiatement sous la couche de labour est attribuée au Néolithique moyen 1.

Texte intégral

1. PRÉSENTATION

1Le site de Port-Punay a livré plusieurs traces d’occupations qui se rattachent essentiellement à la Préhistoire récente et à la Protohistoire. Les vestiges les plus novateurs appartenant au Néolithique ancien et au Néolithique moyen 1 font l’objet du présent article. La colline de Port-Punay se localise au sud de la station balnéaire de Châtelaillon-Plage (Charente-Maritime ; fig. 1). Ce promontoire qui domine le marais et surplombe la mer est délimité par une paléo-falaise dans sa partie méridionale (fig. 2). C’est à deux mètres en retrait de l’aplomb de la paléo-falaise marno-calcaire, d’Âge jurassique (Bourgeuil et al. 1972) et qui domine de six à dix mètres l’ancien cordon littoral, qu’a eu lieu le décapage (6600 m2). Un dénivelé de 4 mètres environ a été observé entre le front de falaise et l’intérieur de l’emprise, sur une distance de 125 mètres, conséquence d’une ravine orientée nord-est/sud-ouest qui s’est creusée dans le substrat (fig. 3). C’est dans la partie basse recouverte de colluvions et de niveaux d’occupations plus récents (notamment du Néolithique final et du Bronze ancien) qu’a été reconnu un sol d’occupation du Néolithique ancien. Les vestiges supposés appartenir au Néolithique moyen 1 étaient localisés plus haut, à l’intérieur d’une fosse creusée dans le calcaire et détectée immédiatement sous la couche de labour.

Fig. 1 – Sites du Néolithique ancien Centre-Atlantique (en noir) et du Néolithique moyen 1 (en gris) avec localisation de Port-Punay (étoile grise) (DAO : M. Coutureau et J. Rousseau). 1 : la Lède du Gurp, Crayan-et-L’Hôpital. 2 : la Balise et l’Amélie, Soulac-sur-mer. 5 : Bâtard, Brétlgnolles-sur-Mer. 4 : la plage du Rocher, Longevllle-sur-Mer. 5 : le Crouln-du-Cou, La Tranche-sur-Mer. 6 : les Coulllauds, Le Bois-Plage-en-Ré. 7 : Vouhé. 8 : la Orange, Surgères. 9 : la Pierre-Saint-Louis, Geay. 10 : les Ouchettes, Plassay. 11 : Diconche, Saintes. 12 : les Orgeries, Courcoury. 13 : lit de la Charente, Chérac. 14 : Font-Belle, Ségonzac. 15 : Font-Rase, Barbezieux. 16 :Jurignac. 17 : la Grande Prairie, Vibrac. 18 : les Rocs, Bellefonds. 19 : les Sables de Mareuil, Ligueil. 20 : Bois-Bertaud, Saint-Léger-en-Pons. 21 : la Garde, Barzan.

2Au cours de l’Holocène, le cadre environnemental de Port-Punay s’est profondément modifié. Au début du Néolithique, la colline formait une presqu’île plus longue et plus large qu’aujourd’hui (Bourgueil 2005). Les premiers dérochages de marnes sur les falaises seraient intervenus entre le ixe et le xiie siècle (Mathieu 1954). La poursuite de l’érosion marine a très largement amputé la colline. Au début du Néolithique, la colline de Port-Punay devait être une presqu’île allongée parmi d’autres buttes plus ou moins détachées du continent. Cet archipel se dessinait au sein d’un golfe dont les marges se couvraient et se découvraient au gré des marées. Ce bassin maritime, profondément échancré par endroits, mais généralement de bas-fonds, était envahi par l’eau à marée haute. À marée basse, le trait de côte s’éloignait considérablement. Plutôt qu’un trait de côte ouvert sur la mer, le paysage devait donc s’apparenter à un estuaire avec ses îles, promontoires, rias, chenaux et vasières.

Fig. 2 – Localisation du site de Port-Punay (étoile noire) (DAO : M. Coutureau).

2. STRATIGRAPHIE ET ÉVOLUTION GÉOMORPHOLOGIQUE DU SITE (P. BERTRAN)

3Plusieurs coupes réparties sur l’ensemble du site ont fait l’objet d’observations détaillées. Elles mettent en évidence d’importantes variations d’épaisseur et de faciès de la couverture superficielle. Dans les parties hautes de la parcelle, cette couverture est réduite et le substratum marno-calcaire se trouve directement sous la couche de labour. En revanche, plusieurs ravins entaillent le substratum à l’aval. Leur remblaiement atteint 1,80 m d’épaisseur et montre schématiquement la stratigraphie suivante (fig. 4, photos 1 et 2) :

  • de 0 à 30 cm : limon argileux brun foncé, caillouteux (couche labourée ; US 1) ;

  • de 30 à 110 cm : limon argileux brun, caillouteux, massif ou avec une stratification sub-horizontale très rudimentaire (US 2-3). Ce niveau est interprété comme des colluvions agricoles. Il contient à sa base des vestiges gallo-romains ;

  • de 110 à 130 cm : argile limoneuse brun foncé (US 5-6). Ce niveau correspond à l’horizon humifère (A) d’un paléosol développé sur des colluvions fines. Il contient des vestiges protohistoriques. Localement, on observe des lentilles riches en coquilles de gastéropodes. Dans les zones les plus basses, le paléosol prend une couleur noire liée à une teneur élevée en matière organique, en raison de la présence d’une nappe phréatique temporaire ;

  • de 130 à 140 cm : argile limoneuse caillouteuse, brune (US 8). Elle correspond à un horizon d’altération des formations de versant sous-jacentes (horizon B du paléosol). Les vestiges néolithiques sont localisés dans la zone de transition entre cet horizon B et l’horizon A humifère ;

  • de 140 à > 180 cm : graviers calcaires anguleux emballés dans une matrice argilo-limoneuse brun jaune (US 9-10). Ces matériaux correspondent à des dépôts de pente pléistocène de type grèze, qui proviennent de la fragmentation, par le gel, du substratum calcaire.

Fig. 3 – Plan général du site (DAO : J. Rousseau ; relevés : R. Bernard, V. Miailhe).

Fig. 4 – Contexte stratigraphique. Photo 1 : Détail de la coupe au niveau du site néolithique. On distingue, à la base, des niveaux argileux, pauvres en cailloux, qui correspondent aux différents horizons d’un paléosol contenant les vestiges néolithiques et protohistoriques. Ce paléosol est enfoui sous des dépôts de couleur plus claire et avec une charge caillouteuse importante, qui correspondent à des colluvions agricoles (cliché : P. Bertran). Photo 2 : Détail de la coupe en bordure du talweg. Le paléosol apparaît sous la surface de décapage. Il surmonte des dépôts de pente mal triés, dérivés de la fragmentation des bancs de marnes et de calcaires. Les plaquettes calcaires se concentrent au sommet de ces dépôts et représentent probablement un ancien pavage (cliché : P. Bertran). Photo 5 : Concentrations lâches de cailloux en fond de talweg formant des polygones (cryoturbation) (cliché :J. Rousseau). Photo 4 : Nappes caillouteuses correspondant à des fronts de coulées, figures héritées de la dynamique de versant pléistocène (cliché : J. Rousseau).

4Les dépôts de pente pléistocènes que l’on observe à la base des coupes ont été largement alimentés par les bancs de calcaire en plaquettes et contiennent donc une fraction grossière abondante (fig. 4, photo 4). L’observation en coupe montre que les plus grosses plaquettes se concentrent dans un lit situé au sommet des dépôts, que l’on peut interpréter comme un pavage. De tels pavages sont communs dans les milieux périglaciaires. Ils se forment sous l’effet conjugué du ruissellement et de la cryoexpulsion, c’est-à-dire de la remontée en surface des cailloux sous l’action des cycles de gel-dégel. Ces pavages ne sont pas continus, mais les cailloux s’organisent sur la pente en bandes (« sols striés ») ou en fronts pierreux, à l’avant des coulées de solifluxion. Sur pente très faible ou nulle, les cailloux forment des motifs polygonaux liés à la cryoturbation. Il semble que les concentrations caillouteuses observées lors du décapage du niveau néolithique correspondent à des fronts de coulées et qu’ils représentent donc des figures mises en place en contexte périglaciaire. Dans le fond du talweg, les cailloux se raréfient et tendent à former des traînées, qui correspondent à des cloisons de polygones (fig. 4, photo 3).

5Ces observations suggèrent donc que les nappes caillouteuses n’ont pas une origine anthropique, mais qu’elles sont un héritage de la dynamique de versant pléistocène. La présence de vestiges néolithiques plus ou moins associés à ces pavages peut s’expliquer par plusieurs phénomènes.

6La sédimentation a été faible au début de l’Holocène. Les dépôts de pente pléistocènes n’ont pas été enfouis profondément et les pavages caillouteux étaient subaffleurants lorsque les Néolithiques se sont installés sur le site. Les coupes montrent, en effet, que les dépôts compris entre les formations de versant pléistocènes et les colluvions agricoles historiques ne représentent qu’une épaisseur de 10 à 30 cm.

7Le piétinement contemporain de l’occupation et l’activité biologique postérieure sont vraisemblablement responsables de l’association entre les cailloux et les vestiges archéologiques. L’efficience de l’activité biologique (racines, organismes fouisseurs) comme agent de mélange des couches a, en effet, été décrite par de nombreux auteurs (Rolfsen 1980 ; Wood, Johnson 1978). Leurs observations indiquent que les organismes fouisseurs rejètent à la surface du sol, sous forme de déjections ou de déblais de fouissage, des quantités importantes de terre prélevée en profondeur. Cette activité biologique engendre donc, à l’échelle de plusieurs siècles, un brassage de la couche superficielle. Dans la mesure où, notamment en ce qui concerne l’activité des vers, la terre rejetée est essentiellement composée de particules fines, les graviers et autres éléments grossiers tendent à être progressivement enfouis et à se concentrer en profondeur. Ce mécanisme est ainsi supposé être à l’origine des « stone lines » que l’on observe dans certains sols.

8À l’issue de ces observations, le scénario de formation du niveau archéologique qui nous paraît le mieux rendre compte des différentes caractéristiques du site est le suivant.

9Pendant le dernier Glaciaire, les affleurements calcaires ont été soumis à la gélifraction et ont donné naissance à des dépôts de pente. Leur organisation indique qu’ils se sont principalement mis en place sous l’action de la solifluxion, c’est-à-dire par une lente reptation due aux cycles de gel-dégel du sol (Bertran, Coutard 2004). Un pavage superficiel discontinu s’est alors formé.

10Au début de l’Holocène, les sols ont été fixés par le développement de la végétation et la dynamique de versant s’est ralentie. L’accrétion du sol par colluvionnement a été très faible sur le site. Les pavages précédemment formés en contexte périglaciaire sont restés subaffleurants.

11Les Néolithiques anciens se sont installés sur le site, comme en témoigne la présence de structures évidentes (trous de poteaux, vestiges de foyers). Certains éléments du pavage ont pu être réorganisés par les Néolithiques pour la construction de structures (foyers...).

12Après l’abandon du site, les sols d’occupation ont été fortement dégradés par l’activité biologique. Une partie du matériel archéologique a été mélangée au pavage caillouteux sous-jacent.

13La sédimentation n’a repris de manière sensible sur le site qu’au cours d’une période relativement récente, en liaison avec le labour du sol. Les colluvions agricoles ont alors complètement détruit les niveaux archéologiques dans les zones hautes et enfoui le sol dans le talweg.

3. LE NÉOLITHIQUE ANCIEN

14Deux unités stratigraphiques se rapportent au Néolithique ancien, bien qu’elles comprennent également des indices plus récents (fig. 5). L’US 10 se caractérise par un sédiment argilo-limoneux avec des concentrations de pierres calcaires disposées à plat (« empierrement B » et « empierrement D »), L’US 9, dans la continuité de l’US 10, plus au nord et à l’ouest (« empierrement A », « empierrement C », « empierrement D » et « empierrement E »), se distingue par la présence de nombreuses coquilles terrestres. Toutes deux sont également gravillonneuses et ont en commun, outre des pavages de pierres calcaires, des vestiges anthropiques tels que du mobilier ou des restes de structures archéologiques plus ou moins désolidarisées.

Fig. 5 – Coupes stratigraphiques U, V et W des empierrements B et E (DAO : J. Rousseau).

3.1. ÉTUDES PALÉOENVIRONNEMENTALES : MALACOLOGIE (C. DUPONT) ET PALYNOLOGIE (G. ALLENET DE RIBEMONT)

  • 1 Cette étude a été réalisée surplus de 5 kg de sédiment tamisé à 1,6 mm et 500 microns. Elle a permi (...)

15Une partie des escargots terrestres déterminés dans la zone de l’empierrement A (Oxychilus draparnaudi, Succinea arenaria, Alexia myosotis, Stagnicola palustris, Hydrobia ulvae, Trichia plebeia et Vertigo pygmaea) montre qu’un marécage y était installé1. Celui-ci pouvait être saisonnier ou annuel. Il est difficile de savoir si ce marécage était encore actif lors de l’occupation du site ou si cette dernière est intervenue après assèchement du talweg.

  • 2 Deux coupes ont fait l’objet de prélèvements en colonnes. Les cinq séquences sélectionnées sont en (...)

16En raison de la nature des dépôts, insuffisamment organiques et humides, les tests polliniques2 ont révélé une très forte oxydation qui a entraîné la destruction massive du matériel sporo-pollinique et une représentation artificielle des grains les plus résistants. Les rares taxons conservés n’autorisent aucune traduction en termes de paysage. Néanmoins, une activité agraire est attestée par la présence de pollen de céréales. Les sols d’occupation ayant été fortement dégradés par l’activité biologique après l’abandon du site, ce qui a entraîné un mélange des couches et un brassage d’une partie du mobilier archéologique, l’indice d’agriculture dans l’US 9 ne peut être attribué assurément au Néolithique ancien.

3.2. LES STRUCTURES

17Les structures se répartissent en deux catégories : les foyers ou témoins de combustion, les petites fosses circulaires ou trous de poteaux. Elles n’ont jamais livré de mobilier caractéristique. C’est donc essentiellement en raison de leur situation stratigraphique et grâce à des datations radiocarbones qu’elles ont été attribuées au Néolithique ancien. Par conséquent, il n’est pas impossible que certaines structures détectées sur le plateau, directement creusées dans le substrat et dépourvues d’artefacts significatifs, datent également de cette période. La préservation des structures n’a sans doute pas été facilitée par les perturbations liées à la fréquentation du site, à l’activité biologique ou aux variations climatiques (inondations saisonnières). Localement, les excavations historiques (fossés parcellaires ou de drainage) ont également pu effacer des structures plus anciennes.

18Aucun foyer proprement dit n’a été détecté. Il s’agit plutôt de témoins de combustion de deux ordres : d’une part, des nappes de vidanges de foyers qui sont assez bien délimitées dans l’espace, d’autre part, des pierres calcaires bleuies par le feu qui se répartissent sur l’ensemble des empierrements (fig. 6). On notera la concentration de gros blocs calcaires sur certaines zones charbonneuses de l’empierrement A. Cette présence de blocs au-dessus de rejets de combustion n’est peut-être pas simplement accidentelle. On serait tenté d’y reconnaître une disposition intentionnelle au cours de l’occupation néolithique. Si les petites nappes cendreuses ne sont pas, ou peu, recouvertes de pierres, elles sont à chaque fois étroitement associées aux pavages les plus denses. Parmi ceux-ci se trouvent plus de la moitié des pierres chauffées. Une expérimentation effectuée par l’association Archéaunis, de La Rochelle, a permis d’établir une coloration bleutée du calcaire à partir d’une température de 700 °C.

Fig. 6 – Plan des empierrements A, B et E et localisation des coupes stratigraphiques (DAO : J. Rousseau).

19Au nombre de sept, les petites fosses (ou trous de poteaux) ont été attribuées au Néolithique ancien en raison de leur niveau d’apparition, dans l’US 9 ou l’US 10. C’est de l’un des trous de poteaux détectés au cours du diagnostic, dans la partie sud-ouest de la fouille, qu’est issu le charbon de bois qui a donné une première date Néolithique ancien.

3.3. LE MOBILIER CÉRAMIQUE

20Plus de 400 fragments de poteries ont été recensés dans les US 9 et 10. Le traitement de surface est limité au seul lissage. Il existe une large gamme d’épaisseurs indiquant l’association de céramiques fines (3 à 6 mm) et de poteries robustes (9 mm à 2 cm). Toutefois, 65 % du corpus présentent des épaisseurs comprises entre 5 et 8 mm. Sous une loupe binoculaire, il a été possible d’isoler cinq principaux groupes de pâte indiquant l’utilisation de matières différentes pour la confection des poteries. Ces familles se distinguent par la nature des inclusions : quartz, quartz et cristal de roche associés, calcaire et quartz combinés, calcaire, coquille pilée. Cette dernière a été identifiée dans la moitié du corpus.

21À partir de ces groupes, plusieurs hypothèses d’approvisionnement en matières premières peuvent être avancées : argile sableuse d’origine alluviale et sûrement locale, argile d’altération de roches métamorphiques (Massif armoricain, géographiquement plus proche du site avec les gîtes vendéens, ou Massif central, plus éloigné) et argile d’altération des terrains calcaires recouverts de sables éoliens.

22Les formes sont généralement simples, dérivées de la sphère. Il s’agit, pour les récipients de grande taille (diamètre à l’ouverture supérieur à 30 cm), de formes hémisphériques à paroi épaisse et à lèvre plate. La facture est grossière et le dégraissant, hétérométrique, crève en surface. Appartiennent à ces poteries de forte contenance certains tessons digités ou pincés (fig. 7, no 1 à 4). La plupart des vases sont de taille moyenne, comprise entre 20 et 30 cm de diamètre à l’ouverture. Les formes sont, pour les parois les plus épaisses, ovoïdes ou globulaires avec des lèvres plates ou amincies (fig. 8, no 1). D’autres, à paroi d’épaisseur moyenne ou fine, sont plutôt fermées, avec un profil en bombe à bord légèrement rentrant (fig. 7, no 13), ou hémisphériques (fig. 7, no 20). Quelques poteries se caractérisent par leur petite taille (diamètre à l’ouverture inférieur à 10 cm) et leur forme sinueuse (fig. 7, no 14 et 21) ou dérivée de la sphère. Les lèvres observées sur plus d’une vingtaine de bords, n’apportant guère d’informations sur la taille et le profil des vases, sont arrondies, aplaties ou ourlées. La partie supérieure des récipients peut être rentrante (forme en bombe ?) ou éversée (profil sinueux ?). Deux éléments se distinguent des caractéristiques morphologiques précédemment signalées : un méplat de coupelle ou assiette à marli (fig. 7, no 23) et une carène basse (fig. 7, no 22), vestiges probables d’une intrusion au Néolithique moyen 2.

23Les éléments de préhension sont très nombreux et se retrouvent sur des récipients de toute taille. Il s’agit d’anses en boudin à lumière horizontale ou, plus exceptionnellement, à perforation verticale, et d’anses rubanées pouvant être ensellées (fig. 7). Parmi ces dernières, l’une est particulièrement large (fig. 7, no 19). La forte fragmentation des récipients ne permet pas d’appréhender le nombre de moyens de préhension par poterie, leur disposition ni leur symétrie. Lorsque le profil des céramiques a pu être partiellement reconstitué, les anses se localisent sur leur plus grand diamètre pour les formes en bombe ou non loin de l’ouverture pour les vases hémisphériques. Quand il existe un décor, celui-ci s’organise depuis la lèvre jusqu’aux anses (fig. 7, no 1 ; fig. 8, no 1).

24Parmi les décors identifiés à Port-Punay apparaissent, à 11 reprises au moins, les empreintes de doigt ou lignes de pincements occupant la partie supérieure des vases et recouvrant parfois l’anse ou la lèvre (fig. 7, no 1 à 7 et no 9 à 12). Ces décors sont associés à des poteries de forte contenance, à paroi épaisse, de facture grossière et à dégraissant hétérométrique crevant en surface. L’impression pivotante avec le bord d’une coquille dentée, de type cardium, est connue sur un vase au moins (fig. 8, no 1). Le motif consiste en une double bande subhorizontale (voire oblique), non margée, soulignant le bord. On suppose aussi l’utilisation d’un front de coquille pour le décor quadrillé observé au-dessus d’une anse (fig. 8, n11). Il existe également un motif de courtes incisions avec le front d’une valve, répétées à plusieurs reprises sur le haut d’un vase (fig. 8, no 2). D’autres tessons appartenant à une même poterie sont irrégulièrement couverts d’impressions réalisées avec un poinçon bifide (fig. 8, no 5 et 6). C’est un instrument de nature voisine qui fut employé sur un autre vase, mais appliqué de façon linéaire (fig. 8, no 7). Un décor au peigne, à trois dents minimum, a été découvert (fig. 8, no 8). Quelques motifs linéaires consistent en de fines impressions circulaires parfois disposées à l’intérieur d’une cannelure préalablement réalisée (fig. 8, no 12). Des sillons verticaux, faiblement imprimés et soulignés par une ligne horizontale de pointillés, ont été observés sur une céramique (fig. 8, no 9). Une lèvre est encochée par impression à la baguette ou au doigt (fig. 7, no 8). Signalons enfin la présence de décors plastiques : bouton à dépression centrale (fig. 8, no 10) et deux tétons jumelés très proéminents (fig. 7, no 20).

Fig. 7 – Mobilier céramique. 1-3, 5-10, 12-13, 15-16, 18,23 : US 10/Empierrement B ; 4, 14, 17, 19-22 : US 9/Empierrement A ; 11 : US 10/Empierrement E (dessins et DAO : P. Forré).

Fig. 8 – Mobilier céramique. 1, 7-10, 12 : US 10/Empierrement B ; 2-6 : US 9/secteur tr. 145diag. ; 11 : US 7b/secteur st 5 (dessins et DAO : P. Forré).

3.4. L’INDUSTRIE LITHIQUE (P. FOUÉRÉ)

25Le matériel lithique attribué au Néolithique ancien, 206 pièces pour 3,3 kg, provient presque exclusivement des US 9 et 10 en relation avec les empierrements A à E. En dehors des galets en quartz ou roches cristallines, les 198 pièces en silex décomptées comprennent seulement 26 esquilles, petits éclats et débris. Le sédiment n’a pas été tamisé dans sa totalité lors de la fouille, ce qui explique probablement la déficience en matériel de dimensions réduites. Toutefois, les tests de tamisage sur le terrain confirment la carence des petits objets lithiques : plus de 150 litres de sédiments prélevés au niveau de l’empierrement A, tamisés à 2 mm en laboratoire, ont livré une seule esquille brûlée. Cela laisse supposer que la fraction fine de l’assemblage était absente ou a disparu de ce secteur. Le remontage de deux éclats, provenant d’un même mètre carré de l’empierrement A, suggère cependant un débitage sur place.

  • 3 Les prospections préventives sur le tracé de l’autoroute A837 vers l’embouchure de la Charente ont (...)

26La détermination des matières premières, rendue délicate par la patine souvent épaisse qui affecte la plupart des pièces, montre l’utilisation, de façon majoritaire, des faciès du Sénonien (Santonien) et, pour une moindre part, des silex turoniens. Ces deux variétés se trouvent en abondance en gîte primaire, au plus près à une trentaine de kilomètres vers le sud-est, dans la région nord de Saintes. Quelques pièces, identifiées de façon plus douteuse, peuvent correspondre à certains faciès du Jurassique et aux meulières tertiaires. Toutefois, les origines des matériaux utilisés sur Port-Punay ne concernent probablement pas les gîtes primaires, puisque la plupart des plages corticales visibles sur les pièces présentent des surfaces plus ou moins usées, indiquant une collecte dans les terrasses alluviales. Les surfaces sont trop peu érodées pour évoquer des galets de cordons littoraux. Il s’agit donc manifestement de matériaux récoltés dans les alluvions de la Charente qui draine toutes les formations sédimentaires évoquées précédemment. Tous ces matériaux sont probablement disponibles dans un rayon maximal de 15 kilomètres3.

27Environ 15 % des pièces sont ébréchées, sans que nous soyons en mesure de dire s’il s’agit de traces d’utilisation ou du résultat d’une action mécanique naturelle. Le taux de fracturation est assez élevé, pouvant atteindre 40 % pour les lames ; ces fractures étant produites par flexion pour la plupart, certaines ont pu être provoquées lors du débitage. On peut donc légitimement supposer que le mobilier a eu une histoire sédimentologique assez complexe, mettant en jeu des expositions à l’air libre, suffisamment longues et variables pour permettre le développement de la patine, ainsi que des déplacements qui ont entraîné l’ébréchure de certaines pièces. La rareté des petits objets est peut-être une autre conséquence de ces péripéties sédimentaires.

28L’analyse de la distribution des objets sur les zones empierrées ne suscite guère de commentaires. Le mobilier est peu abondant, les pièces sont réparties uniformément sur toute la zone, à raison d’une ou deux par mètre carré au maximum, rarement trois ou quatre. Il semble cependant que le mobilier soit un peu plus fréquent en limite méridionale de la fouille, au niveau des empierrements B et E, mais aucun groupement véritable n’évoque une aire de débitage. Cette apparente concentration a vraisemblablement une cause sédimentaire, ces empierrements se trouvant dans la zone basse du talweg où les dépôts sont les mieux préservés. Les quelques pièces retouchées suivent la même distribution aléatoire.

29Quel que soit le type de matière première, la production est dominée par les éclats, débités par percussion directe au percuteur dur. La taille réduite des galets, n’excédant probablement guère une dizaine de centimètres, ne permet pas la production de grands supports. Les talons sont souvent larges et les corniches ne sont jamais préparées. La morphologie de la matière première, constituée principalement de rognons de petites dimensions, entraîne un taux assez important d’éclats de décorticage et près de 40 % des pièces présentent des surfaces corticales plus ou moins développées. La mise en forme des nucleus semble réduite au minimum et rares sont les nucleus poussés à l’exhaustion. De toute évidence, les produits recherchés sont de dimensions assez réduites, la matière première ne permettant guère d’obtenir des supports de plus de 5 cm. Il semble cependant que les derniers enlèvements visibles sur les nucleus avaient une taille minimale de 2 cm, ce qui correspond aux dimensions moyennes mesurées sur les éclats.

30Sur les 18 nucléus de la série, plus d’un tiers ne présentent guère d’intérêt pour l’analyse, soit parce qu’ils ont été en partie détruits par le feu, soit parce que la matière première utilisée était de qualité médiocre, entraînant des fractures accidentelles. Dans ce cas, les essais d’enlèvement, avortés ou rebroussés, ont rapidement conduit à l’abandon du nucleus. L’apport de matériaux de mauvaise qualité sur le site montre une piètre sélection de la matière première sur les lieux de collecte, peut-être effectuée par des non-spécialistes.

31Les schémas d’exploitation des blocs pour l’obtention des éclats sont assez simples, avec une faible prédétermination : il s’agit de nucleus unipolaires (fig. 9, no 15), multipolaires à directions d’enlèvements croisées (fig. 9, n14) ou à débitage centripète à partir d’un éclat ou d’un rognon aplati (fig. 9, no 12).

32Le débitage laminaire est peu représenté, puisque l’on ne compte guère qu’une douzaine de lames. Les nucleus correspondants sont absents, sauf si l’on considère que certains, parmi ceux déjà mentionnés, aient pu livrer des produits laminaires allongés dans une première phase d’exploitation (fig. 9, no 14). Les quelques lames observables sont plutôt irrégulières, courtes, au profil courbe ou torse (fig. 9, no 5, 7, 8). Les corniches ne sont jamais régularisées ; les talons, souvent larges, portent un point d’impact bien marqué qui témoigne de la percussion directe au percuteur dur. Une exception toutefois avec la lame no 6, allongée, régulière et au profil droit : sa corniche est abrasée et le talon, concave, suggère l’emploi de la percussion indirecte. Cette pièce apparaît isolée sur le plan technologique, car seul le fragment de crête no 9 évoque un mode de débitage moins expédient dans cet ensemble. On remarquera enfin l’absence de l’emploi de l’enclume, alors que la matière première est principalement constituée de galets.

33Peu d’éléments caractéristiques sont à remarquer parmi les 24 pièces retouchées. On note six grattoirs sur supports variés, souvent épais (fig. 9, no 1 à 3), trois denticulés dont un sur un probable fragment de crête latérale (fig. 9, no 4, 9, 16), trois pièces à encoche, un petit éclat à retouche abrupte et peut-être un fragment de couteau à dos, en partie détruit par le feu (fig. 9, no 10). Deux pièces à microdenticulations très fines, à raison de deux à trois encoches par millimètre (fig. 9, no 11), et un petit tranchet sur éclat (fig. 9, no 13) complètent cet ensemble. Enfin, un petit trapèze sur lequel est encore visible une partie du piquant trièdre sur le grand côté détonne un peu dans la série (fig. 9, no 17). Il se rapproche du type « trapèze du Payré », à petite base concave portant une retouche inverse, assez classique des séries du Mésolithique final de la façade nord-atlantique (Marchand 1999). Bien que la série ne soit pas très abondante, on soulignera l’absence des perçoirs, des couteaux à dos et du matériel poli.

3.5. LA FAUNE TERRESTRE (S. BRAGUIER)

34Les restes osseux sont, dans l’ensemble, mal conservés. Un total de 29 restes (924 g) a été identifié sur 300. Ils proviennent pour la plupart des empierrements A et B. Nous avons remarqué une forte présence de l’aurochs (au moins une dizaine de restes). Le rôle de la chasse pourrait être important avec une dizaine de grands ruminants, présumés sauvages, même si une exploitation des animaux domestiques (6 restes de bœufs et 3 restes de caprinés) semble bien implantée. Malheureusement, la présence d’éléments archéologiques intrusifs plus récents (céramiques et lithiques) ne permet pas d’attribuer l’ensemble des restes osseux au seul Néolithique ancien, ce qui a été confirmé par les datations radiocarbones sur os (tabl. 1).

Fig. 9 – Mobilierlithique. 1 : US 9/Empierrement C ; 6, 12, 15-16 : US 9/Empierrement A ; 2-5, 7-11, 13-14, 17 : US 10/Empierrement B (dessins et DAO : P. Fouéré).

Code laboratoire

Provenance

Matériau

Dates BP

Dates calibrées

Ly-11799

tr.145, US 10, st.2

charbon

6080 ± 45

5207-4846 av. J.-C.

GrA-33149

emp.A, US 6

os

5990 ± 40

4991-4786 av. J.-C

GrA-33152

emp.A, US 9

os

5835 ± 40

4793-4556 av. J.-C.

GrA-33796

emp.A, US 10

os

5600 ± 50

4527-4348 av. J.-C.

GrA-33153

emp.A, US 9

os

5465 ± 40

4436-4238 av. J.-C.

GrA-33151

emp.A, US 9

os

4995 ± 35

3940-3667 av. J.-C.

GrA-33165

emp.B, US 10

os

4675 ± 35

3625-3366 av. J.-C.

GrA-33162

emp.A, US 9

os

4475 ± 40

3347-3024 av. J.-C.

GrA-35061

emp.B, US 10

os

4380 ±50

3319-2895 av. J.-C.

GrA-33163

emp.B, US 10

os

4025 ± 35

2830-2469 av. J.-C.

GrA-33825

emp.B, US 10

os

3130 ± 50

1501-1270 av. J.-C.

GrA-33797

st.39, US 4

os

5980 ± 45

4991-4730 av. J.-C.

GrA-35091

st.39, US 2

os

4870 ± 50

3771-3529 av. J.-C.

GrA-33827

st.39, US 6/7

os

3710 ± 50

2278-1954 av. J.-C.

Tabl. 1 – Datations radiocarbones de Port-Punay (calibration à deux sigma d’après Reimer et al. 2004).

3.6. LA MALACOFAUNE MARINE (C. DUPONT)

  • 4 L’utilisation du tamisage sur ce site mérite d’être soulignée. Elle a permis la découverte d’espèce (...)

35Malgré un tamisage des sédiments de certaines structures, aucun reste de crustacé ni de poisson n’a été observé4. Au total, les coquillages marins se composent de 19 espèces, dont 9 bivalves et 10 gastéropodes (fig. 10) : Bittium reticulatum, Buccinum undatum (buccin ou bulot), Cerastoderma edule (coque), Chlamys varia (pétoncle), Haliotis tuberculata (ormeau), Littorina littorea (bigorneau), Littorina obtusata (littorine obtuse), Lutraria magna (lutraire), Mytilus edulis (moule), Nassarius reticulatus (nasse), Osilinus lineatus (monodonte), Ostrea edulis (huître plate), Patella intermedia (patelle), Patella ulyssiponensis (patelle), Patella vulgata (patelle), Pecten maximus (coquille Saint-Jacques), Scrobicularia plana (scrobiculaire), Solen marginatus (couteau) et Tapes decussatus (palourde).

36Le milieu de vie des coquillages déterminés sur le site archéologique de Port-Punay est résumé dans la figure 11 et le tableau 2 qui s’inspirent directement de travaux effectués en collaboration avec Y. Gruet (Gruet, Dupont 2001 ; Dupont 2006). Ils consistent à identifier la localisation potentielle des espèces en fonction de l’amplitude des marées (fig. 11), et à classer en grands ensembles les taxons inféodés aux milieux rocheux, sableux et vaseux (tabl. 2).

37L’altitude à partir de laquelle les espèces sont potentiellement présentes permet, quant à elle, de savoir si celles-ci étaient accessibles ou non quotidiennement. Plus de la moitié des coquillages déterminés à Port-Punay sont accessibles dès le moyen estran, c’est-à-dire quotidiennement (fig. 11). La seule espèce strictement subtidale représentée est la coquille Saint-Jacques. Aucune valve entière de cette espèce n’a été découverte. Le reste le mieux conservé est celui qui est présent sur la figure 10, no 9. Ils ont pu être ramassés après leur échouage sur la plage. Les trois substrats (rocheux, sableux et vaseux) sont représentés à Port-Punay, mais ne le sont pas dans les mêmes proportions. On constate une consommation majoritaire de la patelle, puis de la scrobiculaire et de l’huître plate (tabl. 3 à 5). Cela témoigne de l’exploitation préférentielle à la fois d’une zone rocheuse et d’une vasière. La malacofaune accompagnatrice, associée aux huîtres, plaide en faveur d’un estran abrité. Ces caractéristiques de l’estran exploité correspondent à la zone côtière actuelle proche de Port-Punay où quelques zones de roche sont dressées au milieu d’une vasière. Ainsi, malgré un niveau marin plus bas qu’il n’est actuellement, la population néolithique de Port-Punay avait sans doute accès à une zone côtière aux caractéristiques proches de la côte actuelle.

38Les données biométriques concordent avec une sélection anthropique à destination alimentaire. Les plus grands coquillages ont été sélectionnés, puis transportés sur le site. La surface de ces tests est trop altérée pour que l’on soit en mesure de savoir si certains d’entre eux ont pu être utilisés comme outil. L’homogénéité du mobilier archéologique collecté dans l’US 9 et l’US 10 n’étant pas assurée, les conclusions de l’étude malacologique sont à prendre avec beaucoup de précautions, même si une grande part des coquilles peut prétendre se rapporter au Néolithique ancien.

Fig. 10 – La malacofaune marine. 1 : Ostrea edulis (L = 72 mm) ; 2 : Solen marginatus (L = 50 mm) ; 5 : Tapes decussatus (L = 51 mm) ; 4 : Mytilus edulis (L = 45 mm) ; 5 : Chlamys varia (L = 32 mm) ; 6 : Cerastoderma edule (L = 25 mm) ; 7 ; Lutraria magna (L = 90 mm) ; 8 : Scrobicularia plana (L = 23 mm) ; 9 : Pecten maximus (L = 40 mm) ; 10 : Bittium reticulatum (L = 4 mm) ; 11 : Haliotis tuberculata (L = 37 mm) ; 12 : Buccinum undatum (L = 59 mm) ; 15 : Littorina littorea (L = 26 mm) ; 14 : Osilinus lineatus (L = 24 mm) ; 15 : Nassarius reticulatus (L = 15 mm) ; 16 : Littorina obtusata (L = 14 mm) ; 17 : Patella vulgata (L = 33 mm) ; 18 : Patella intermedia (L = 33 mm) ; 19 : Patella ulyssiponensis (L = 36 mm). Clichés : C. Dupont.

Fig. 11 – Localisation potentielle des espèces de coquillages.

Tabl. 2 – Milieu de vie des espèces de coquillages marins (d’après Cruet, Dupont 2001).

Tabl. 3 – Bilan quantitatif de la malacofaune marine de l’empierrement A.

Tabl. 4 – Bilan quantitatif de la malacofaune marine de l’empierrement B.

Tabl. 5 – Bilan quantitatif de la malacofaune marine de l’empierrement E.

3.7. ATTRIBUTION CHRONOCULTURELLE (J. ROUSSEAU, P. FOUÉRÉ)

39Le mobilier issu des niveaux les plus anciens de Port-Punay, particulièrement la céramique en tant que marqueur chronoculturel privilégié, est comparable à d’autres séries collectées dans le Centre-Ouest et le Sud-Ouest de la France. Ces dernières ont été regroupées sous le terme de Néolithique Ancien Centre-Atlantique (Joussaume 1981). Les critères d’identification du NACA sont essentiellement basés sur des rapprochements avec différents groupes culturels du Sud de la France. Certaines séries présentant des similitudes incontestables avec les poteries de la famille cardiale du Midi méditerranéen, on peut leur préférer l’appellation de Cardial atlantique (Roussot-Larroque 1990) ou, plus prudemment, envisager l’étiquette d’Épicardial atlantique (Laporte 1997).

40Les sites « cardiaux » du Centre-Ouest et du Sud-Ouest atlantique sont peu nombreux (fig. 1) et rares sont ceux qui ont livré un ensemble suffisant et cohérent de poteries. Plus exceptionnels encore demeurent les niveaux de sols bien conservés et dont l’homogénéité chrono-stratigraphique est assurée. À nos yeux, les sites de référence sont les suivants : la Lède du Gurp à Grayan-et-L’Hôpital (Gironde ; Roussot-Larroque 1990, 2004), la Balise et l’Amélie à Soulac-sur-Mer (Gironde ; Moreau 1983 ; Devignes 1987 ; Roussot-Larroque 1990), les Ouchettes à Plassay (Charente-Maritime ; Laporte 1997 ; Laporte, Picq 2002) et le Grouin-du-Cou à La Tranche-sur-Mer (Vendée ; Joussaume étal. 1986).

  • 5 Seule la datation sur charbons de chêne recueillis dans cette structure se rapporte au Néolithique (...)

41Pour le reste, il y a des séries de moindre importance trouvées in situ comme sur les plages de Bâtard à Brétignolles-sur-Mer (Vendée) ou du Rocher à Longeville-sur-Mer (Vendée ; Joussaume et al. 1979 ; Joussaume étal. 1986). Il existe encore des tessons isolés comme celui extrait du lit de la Charente à Chérac (Charente-Maritime) (Gomez, Joussaume 1987) et celui sorti du marais à Vouhé (Charente-Maritime ; Joussaume et al. 1979 ; Bouin 1998). Quelques autres tessons ont été découverts au sein d’ensembles plus récents comme aux Orgeries à Courcoury (Charente-Maritime ; Roussot-Larroque et al. 1987), dans les fossés d’enceintes de Diconche à Saintes (Charente-Maritime ; Burnez, Fouéré 1999), de Font-Belle à Ségonzac (Charente ; Roussot-Larroque, Burnez 1992 ; Burnez 2006) et, vraisemblablement, de Font-Rase à Barbezieux (Charente ; Burnez, Fouéré 1999 ; Burnez 2006) ainsi que de la Grande Prairie à Vibrac (Charente-Maritime ; Burnez et al. 1994). Le site de la Grange à Surgères (Charente-Maritime) a aussi livré de petits tessons décorés, mais dont la plupart sont hors stratigraphie (Laporte et al. 2000). Situé à moins de 500 m des Ouchettes, le site de la Pierre-Saint-Louis à Geay (Charente-Maritime) a livré quelques tessons, mais en contexte remanié (Laporte 2003). Concernant le tesson du foyer 1 des Gouillauds à Bois-Plage-en-Ré (Charente-Maritime ; Pautreau, Robert 1980), habituellement considéré comme imprimé à la coquille, ses empreintes sont trop usées pour nous convaincre de l’utilisation d’un front de bivalve (Rousseau 2001)5. Dernièrement, un petit tesson à décor pivotant a été collecté en fond de vallée sur la commune de Jurignac (Charente-Maritime), au sein d’une structure circulaire recouverte de colluvions (Rousseau 2005, fig. 11).

42En dehors de la zone littorale et de la vallée de la Charente, des témoignages « cardiaux » ont été reconnus dans les bassins de la Vienne (les Rocs à Bellefonds ; Patte 1971 ; Roussot-Larroque 1990), de la Creuse (les Sables de Mareuil à Ligueil, Indre-et-Loire ; Villes 1987) et de la Loire moyenne (les Alleuds aux Pichelots et l’île Ponneau, Maine-et-Loire ; Gruet 1989, 1991 ; Cassen et al. 1999). Ces éléments, associés à de la céramique « tardi-danubienne » (VSG final ou Chambon), indiquent une extension des influences cardiales en direction du sud du Bassin parisien où se rencontrent les deux courants de néolithisation. Parmi les décors identifiés à Port-Punay apparaissent, à 11 reprises au moins, les empreintes de doigt ou lignes de pincements occupant la partie supérieure des vases et recouvrant parfois l’anse (fig. 7, no 10). Ce registre est bien connu sur les sites de la Lède du Gurp (couche 8), de la Balise, du Grouin-du-Cou et du Rocher à Longeville-sur-Mer. Il est également présent aux Sables de Mareuil, à Diconche, à Font-Belle et à Font-Rase. L’enfoncement répété du doigt sur la lèvre équarrie avait déjà été observé sur l’estran de la Tranche-sur-Mer.

43Les impressions pivotantes à la coquille, en double bande horizontale non margée, disposées entre le bord et l’anse d’un récipient, sont présentes à la Balise, à l’Amélie et à la Lède du Gurp (couche 8). Le décor réalisé par basculement d’un front de valve est également attesté sur la plupart des sites mentionnés. L’application répétée d’une coquille, peut-être simplement imprimée dans la pâte, est à nouveau représentée à la Lède du Gurp. Le tesson à sillons verticaux faiblement imprimés et soulignés par une ligne horizontale de pointillés est assez semblable aux décors d’incisions verticales, bordées de ponctuations, découverts aux Ouchettes et à Diconche (Burnez, Fouéré 2002, pl. 155, no 29). On trouve des équivalences, sans les ponctuations, sur quelques tessons de la Grange et des niveaux supérieurs de la Lède du Gurp (Frugier 1982, fig. 2, no 5-6).

44La comparaison des poteries de Port-Punay avec d’autres ensembles céramiques du Centre-Ouest et du Sud-Ouest de la France pour lesquels nous disposons de quelques datations permet de préciser le cadre chrono-culturel du site. Les décors digités ou pincés et l’impression pivotante à la coquille apparaîtraient vers 5500 av. J.-C, d’après les mesures isotopiques obtenues au Grouin-du-Cou comme à la Balise, et perdureraient jusque vers 4700 av. J.-C., si l’on se fie aux résultats de la Lède du Gurp et à la date la plus récente de la Balise (Laporte 1997, fig. 7 et tabl. 1 ; Roussot-Larroque 2004, fig. 1). Parmi les datations obtenues à Port-Punay, certaines s’intégrent bien dans ce laps de temps : 6080 ± 45 BP (Ly-11799) et 5990 ± 40 BP (GrA-33149) (tabl. 1). Elles sont assez comparables à celles réalisées sur un pieu de la Lède du Gurp et sur un charbon de la couche 8c du même site, soit respectivement 6100 ± 65 BP (Ly-5318) et 5970 ± 60 BP (Ly-6050). Elles s’approchent également de l’une des analyses radiocarbones de la Balise dont le résultat est 5910 ± 125 BP (Ly-2838). Les céramiques associées à ces dates qui les accompagnent se rapportent au Cardial atlantique, deuxième étape ou étape moyenne de Julia Roussot-Larroque.

45Le décor de sillons verticaux soulignés d’impressions trouve des correspondances dans le Sud de la France, particulièrement en Languedoc. On y connaît effectivement les cannelures parallèles, descendant depuis la lèvre, sur des vases épicardiaux de la grotte de Camprafaud (couches 17-19 du niveau B) à Ferrières-Poussarou dans l’Hérault (Rodriguez 1984), ou de la Baume de Montclus dans le Gard (Escalon de Fonton 1976). Des équivalences plus réduites, mais cependant avérées, existent aussi sur quelques autres sites gardois parmi lesquels nous citerons la Baume de l’Aigle à Méjannes-le-Clap (Roudil et al. 1979) et la Baume-Bourbon à Cabrières (Roudil 1977). Un tel rapprochement avec l’Épicardial languedocien avait été précédemment soulevé (Laporte 1997) en mettant en parallèle les Ouchettes avec certaines séries céramiques de Gazel (Sallèles-Cabardès, Aude) et de Saint-Pierre-de-la-Fage (Hérault). Il est vrai que, dans ces deux grottes, apparaissent les motifs en question qui sont parfois complétés d’impressions (Gazel III et Saint-Pierre-de-la-Fage II – couches 3C et 3B ; Arnal 1983 ; Guilaine 1986). Mais à la différence du site charentais, les impressions ne se limitent pas à l’extrémité des rainures, lesquelles ne ceinturent plus le bord du vase : regroupés par panneaux régulièrement espacés, les sillons latéraux sont bordés de ponctuations. Signalons que deux tessons apparentés au Limbourg et provenant du village Rubané Récent de Cuiry-les-Chaudardes ont été comparés à ces décors (Lichardus-ltten 1986). Contrairement au thème ornemental des Ouchettes ou du Midi, les impressions sont exécutées sous la lèvre avant que ne débutent les traits cannelés (Constantin 1985). Nous mentionnerons enfin, plus éloigné de notre région puisque découvert à la Grande Rivoire (Sassenage, Isère), un récipient hémisphérique à sillons verticaux soulignés par un sillon (Bintz et al. 1995). Si les lignes perpendiculaires à l’ouverture sont plus espacées que celles de l’exemplaire des Ouchettes, on retrouve une organisation tout à fait similaire à celle d’un vase décoré par digitations sur ce même site. L’objet préalpin appartient à une couche (Bl) assimilée à l’Épicardial et isolée entre un niveau du Néolithique ancien et un autre du Néolithique moyen 1 (Nicod, Picavet 2003). Il s’apparente à quelques poteries provençales du Grand Abri de Châteauneuf-lès-Martigues (Bouches-du-Rhône) et de la Baume de Fontbrégoua à Salernes (Var), attribuées au Cardial final (Courtin et al. 1985 ; Binder, Courtin 1986).

46En Centre-Ouest, des sillons verticaux sont connus sur une céramique du niveau C de Roucadour (Niederlander et al. 1966). Toutefois, la substitution des ponctuations par des pastilles rend plus incertain un parallèle culturel avec les Ouchettes et Port-Punay. Les tracés perpendiculaires à l’ouverture de récipients trouvent également comparaison à la Lède du Gurp où fut récoltée, dans les niveaux supérieurs, une seule céramique ornée de la sorte (Roussot-Larroque 1990). Toujours sur la façade atlantique, ajoutons à notre liste les deux ou trois tessons découverts à Labatut, dans les Landes (Cassen A., Cassen S. 1989), qui associent impressions et sillons verticaux parallèles, les premières localisées entre chaque rainure ou à l’extrémité de celles-ci. On ne pourra se prononcer sur la véritable identité chrono-culturelle de ces vestiges, récoltés en surface avec des éléments d’allure parfois récente. Évoquons toutefois une céramique décorée au doigt, technique observée à plusieurs reprises dans le NACA.

47Pour le Centre-Ouest, la fourchette chronologique établie à partir des datations obtenues aux Ouchettes et à la Grange, sites qui n’ont pas livré de décor basculant, est plus récente que celle évoquée plus haut pour la Lède du Gurp ou pour les deux dates les plus anciennes de Port-Punay. Aux Ouchettes, les résultats se répartissent entre 4750 et 4350 av. J.-C. : 5755 ± 65 BP (Ly OxA-180), 5645 ± 90 BP (Ly OxA-178) et 5600 ± 70 BP (Ly OxA-179). À la Grange, la mesure indique 4750-4450 av. J.-C. : 5740 ± 50 BP (GrA-14936). On observe donc un décalage de quelques siècles par rapport à la deuxième étape ou étape moyenne du Cardial atlantique. À Port-Punay, deux analyses radiocarbones se rapportent également à une troisième étape ou étape récente du Cardial atlantique (Roussot-Larroque 2004), voire à un Épicardial atlantique (Laporte 1997 ; Rousseau 2001), justifié par les correspondances établies entre les séries céramiques à sillons et impressions des sites de la façade atlantique (les Ouchettes et Port-Punay) et l’Épicardial languedocien. Sont prises en compte les dates suivantes : 5835 ± 40 BP (GrA-33152) et 5600 ± 50 BP (GrA-33796) (tabl. 1).

48Les autres décors identifiés à Port-Punay sont suffisamment atypiques pour laisser envisager une séquence chronologique au sein de la famille cardiale, voire à tout le Néolithique ancien de la façade atlantique. Il s’agit de la lèvre encochée, du décor au peigne, des courtes incisions répétées et des impressions circulaires linéaires ou au poinçon bifide. Concernant cette dernière technique décorative, signalons toutefois sa présence exclusive à la Pierre-Saint-Louis (Laporte 2003).

  • 6 C’est aussi le cas au Grouin-du-Cou. Les céramiques concernées proviennent des secteurs nommés « po (...)

49Les moyens de préhension, essentiellement composés d’anses en boudin ou en ruban à lumière horizontale, sont ubiquistes pour tout le NACA. Quant aux formes, le plus souvent dérivées de la sphère, elles sont présentes sur tous les sites précédemment inventoriés et n’apporteront pas non plus d’informations satisfaisantes pour une sériation chronologique. Le bouton à dépression centrale trouve des équivalences dans les groupes culturels du Sud du Bassin parisien, soit au Néolithique ancien (Villeneuve-Saint-Germain final), soit au Néolithique moyen 1 (groupe de Chambon). Une date vers 4450-4250 av. J.-C. dans l’US 9 de Port-Punay conforte la seconde hypothèse : 5465 ± 40 BP (GrA-33153) (tabl. 1). Toutefois, il n’est pas exclu qu’ils participent à la production cardiale, étant donné le manque de documentation pour le Cardial atlantique. À Port-Punay, comme aux Ouchettes6, les parois fines et bien lissées pourraient suggérer une étape évoluée du NACA. Cependant, certaines poteries (carène, lèvre ourlée, vase à tétons jumeaux) indiquent plutôt une attribution chronologique au Néolithique moyen 2, confortée par une datation vers 3950-3650 av. J.-C. dans l’US 9 : 4995 ± 35 BP (GrA-33151) (tabl. 1). C’est aussi le cas pour l’anse à perforation verticale, même si elle a été reconnue aux Ouchettes et dans les niveaux supérieurs de la Lède du Gurp.

50Bien que modeste, la série lithique de Port-Punay apporte de nouveaux éléments de discussion pour la caractérisation du Néolithique ancien de la façade atlantique. Son interprétation reste cependant embarrassante dans un environnement chrono-culturel régional encore fort méconnu, où le discours interprétatif repose sur de trop rares sites à occupations multiples, livrant des assemblages suspects souvent sériés par tri typologique (la Lède du Gurp, les Rocs à Bellefonds, la Grange, les Ouchettes...). L’éperon de Port-Punay n’échappe pas à cette règle. On y a reconnu la présence du Mésolithique dans les ramassages de surface (J. Blanchet, communication orale) et une probable longue occupation néolithique que l’emprise limitée de la fouille ne reflète sans doute que partiellement.

51Dans ce contexte, on serait tenté de mettre sur le compte d’un héritage du Mésolithique final la petite armature trapézoïdale, de même que certaines lamelles dont celle à denticulation. L’utilisation de la percussion directe au percuteur dur, si elle est récurrente dans le Néolithique ancien régional sur toute la façade atlantique (Marchand 1999), ne constitue pas une originalité par rapport au reste du Néolithique. En revanche, les microdenticulés et le tranchet ne jureraient pas dans une série du Néolithique final et pourraient être ici intrusifs, compte tenu de la difficulté de discerner les structures en creux dans le sédiment limoneux. En l’absence d’éléments plus symptomatiques tels que les armatures, les couteaux à dos ou les petits perçoirs qui alimentent la discussion des influences nord-sud, les éléments de comparaison restent bien minces, et la caractérisation des productions lithiques du Néolithique ancien régional reste encore d’actualité, Port-Punay apportant ici sa modeste contribution.

4. LE NÉOLITHIQUE MOYEN 1

4.1. LA STRUCTURE

52Une structure (st. 39) a livré du mobilier qui peut être, en partie, attribué au Néolithique moyen 1. Elle avoisine, au nord-est de l’emprise, à une altitude de 8,50 à 9 m NGF, une demi-douzaine d’autres excavations non datées (fig. 3). Le creusement s’est effectué à même le calcaire désagrégé qui affleure dans cette partie haute de la parcelle. Il s’agit d’une fosse circulaire de 3,60 m de diamètre à l’ouverture et profonde d’1,60 m. On y a reconnu 7 niveaux de remplissage s’étageant sur un profil en berceau.

4.2. LE MOBILIER CÉRAMIQUE (J. ROUSSEAU) ET L’INDUSTRIE LITHIQUE (P. FOUÉRÉ)

5324 poteries ont été comptabilisées à partir de 84 tessons découverts. Dans l’ensemble, le lissage est plutôt soigné, à l’exception d’une poterie modelée. En raison du nombre insuffisant de poteries collectées et de la rareté des assemblages, peu de profils sont connus. En réalité, un seul est complet. Il s’agit d’un vase à fond rond, hémisphérique et à trois anses, d’une dizaine de centimètres de diamètre à l’ouverture (fig. 12, no 3). Une autre poterie, incomplète, devait être en trois-quarts de sphère avec son bord rentrant (fig. 12, no 1). Le décollement d’une anse est visible. Enfin, un grand tesson conservant un bord semble appartenir à un autre vase hémisphérique (fig. 12, no 4).

54La poterie la plus complète (fig. 12, no 1) porte deux anses en boudin verticales dont l’une est à ensellement médian. Le départ d’une troisième anse est perceptible et indique une symétrie ternaire des moyens de préhension qui se localisent sur le diamètre maximum du vase, à la différence de l’anse décollée du vase en trois-quarts de sphère plus proche du bord (fig. 12, no 1). Enfin, une anse rubanée verticale, plus épaisse et beaucoup plus grande, provient également de la structure (fig. 12, no 8).

55Les décors sont bien représentés. Au-dessus des deux anses conservées du petit vase hémisphérique part une série de griffures cannelées jusqu’à la lèvre (fig. 12, no 3). Cette dernière pourrait avoir été incisée, comme c’est le cas sur un autre récipient (fig. 12, no 6). Un cordon fin horizontal porte une série d’encoches (fig. 12, no 7). Au-dessus de l’anse décollée du vase en trois-quarts de sphère se trouve un champ impressionné limité par une incision (fig. 12, no 1). Une double ligne, au moins, d’impressions circulaires souligne l’embouchure d’une autre poterie (fig. 12, no 5). L’utilisation d’une coquille de gastéropode, type bigorneau, semble vraisemblable ici. Signalons enfin une série d’impressions en « grains de riz » au-dessus d’un petit mamelon (fig. 12, no 2).

56La fosse n’a livré que neuf objets lithiques : un denticulé et deux éclats retouchés. Comme pour la série du Néolithique ancien, la matière première utilisée provient essentiellement du Sénonien, mis à part un artefact peut-être originaire du Jurassique.

4.3. LA FAUNE TERRESTRE (S. BRAGUIER) ET LA MALACOFAUNE MARINE (C. DUPONT)

57La structure 39 a livré 41 restes d’ossements d’animaux (815 g) dont 7 restes déterminés (784 g). Comme pour le Néolithique ancien, il a été remarqué une forte présence de l’aurochs (5 individus) associé à 1 reste de bœuf et à 1 reste de capriné. Là encore, les résultats radiocarbones obtenus sur os ont révélé un mélange d’occupations. Par conséquent, il n’est pas possible d’en tirer de conclusion.

58Un peu plus d’une vingtaine de coquilles ont été identifiées dans la structure 39. La patelle (Patella sp.) est l’espèce la mieux représentée avec 12 individus. Cette espèce de milieu rocheux a pu être collectée avec l’huître plate (Ostrea edulis), la moule (Mytilus edulis) et le bigorneau (Littorina littorea). Le buccin (Buccinum undatum), représenté une seule fois, est inféodé au sable. Toutes les espèces ont pu être consommées. La plupart ont pu être collectées sur l’estran, quasi quotidiennement.

Fig. 12 – Mobilier céramique de la structure 39. 1-7 : US4 ; 8 : US 1 (3, dessin : J.-M. Jauneau ; 1-2, 4-8, dessins : P. Forré).

4.4. ATTRIBUTION CHRONOCULTURELLE

59Il existe des points communs entre le corpus céramique de la structure 39 de Port-Punay et les séries céramiques de deux sites sud-charentais qui sont à l’origine des « Inconnus » de l’Ouest (Roussot-Larroque, Burnez 1992) (fig. 1) : la Garde à Barzan (Cassen 1991) et Bois-Bertaud à Saint-Léger-en-Pons (Gachina et al. 1991 ; Leduc et al. 1987). Les similitudes sont aussi bien morphologiques que décoratives : vases dérivés de la sphère avec anses, plus ou moins ensellées, et décorations de lignes ou de champs ponctués sur la partie supérieure des poteries.

60Les découvertes des « Inconnus » de l’Ouest ont inspiré des commentaires divergents. On a cru y déceler un horizon tardi-danubien puisque l’organisation des décors poinçonnés rappelle effectivement certains homologues Cerny (Constantin 1990 ; Cassen 1991), plus particulièrement ceux de la phase supposée ancienne de type Videlles (Louboutin, Simonin 1997). Des rapprochements ont été proposés avec quelques poteries reconnues aux Fiefs à Orville (Loiret) et aux Gours-aux-Lions à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne). Nous pourrions allonger la liste en citant la Cancherie à Buno-Bonnevaux dans l’Essonne (Louboutin, Simonin 1997). Au contraire, d’autres chercheurs se sont plutôt tournés vers le Sud de la France en invoquant des parallèles avec un faciès évolué de l’Épicardial (Gachina et al. 1991 ; Laporte 1997). On a ainsi souligné des analogies avec une céramique issue des niveaux 2 ou 3 B de la grotte IV de Saint-Pierre-de-la-Fage (Arnal 1983, fig. 45).

61La difficulté d’interpréter la position chronologique de ces vestiges est d’autant plus grande que le contexte archéologique des deux sites sud-charentais est inconnu ou limité à une seule datation radiocarbone à Bois-Bertaud. Or, dans ce dernier cas de figure, l’origine du prélèvement n’est pas suffisamment liée aux objets analysés pour prendre en compte cet indice chronologique. De toute façon, le résultat radiocarbone de Bois-Bertaud ne règle pas la question en raison de sa trop grande ancienneté excluant à l’évidence une relation charbons/céramiques. À Port-Punay, les trois datations sur os indiquent qu’une partie du mobilier n’est pas homogène : 5980 ± 45 BP (GrA-33797), 4870 ± 50 (GrA-35091) et 3710 ± 50 (GrA-33827), soit respectivement du Néolithique ancien, du Néolithique moyen 2 et du Bronze ancien.

5. CONCLUSION

62La découverte d’une occupation Néolithique ancien sur la colline de Port-Punay apporte des données complémentaires pour la compréhension de la néolithisation de la façade centre-atlantique. Le mobilier céramique illustre bien une inspiration méridionale et permet d’envisager une séquence d’implantations cardiales, voire épicardiales. Elle va se développer sur près d’un millénaire dans la région, entre 5500 et 4500 av. J.-C. Les données concernant les ressources alimentaires auraient pu être remarquables, au regard des autres sites, si le mobilier s’était avéré homogène. Elles indiquent une exploitation du territoire immédiat avec la collecte de coquilles marines aisément accessibles et une activité de la chasse encore majoritaire. Cependant, l’élevage est bien représenté et le diagramme pollinique, malheureusement peu exploitable, révèle l’existence de pratiques agricoles. L’analyse des matières premières siliceuses indique des déplacements sur de courtes distances, la stratégie d’approvisionnement privilégiant les galets accessibles au sud du site. L’étude des pâtes céramiques ne permet pas actuellement d’appréhender l’origine exacte des prélèvements d’argile, mais elle pourrait être surtout locale. Au Néolithique ancien, l’implantation du site est très semblable à celle des autres sites connus dans la région. Il se localise en zone littorale, sur un point haut dominant, à l’époque, un paysage de marais estuairiens. Sur la colline, l’occupation s’est faite en fond de talweg, à l’abri des vents dominants et en milieu vraisemblablement semi-humide d’après l’analyse des coquilles terrestres. Les structures d’habitat (saisonnier ?) se limitent à des témoignages de combustion et à quelques fosses ou trous de poteaux.

63Bien qu’aucune des dates obtenues dans la structure 39 ne se rapporte au Néolithique moyen 1, certaines céramiques comparables aux « Inconnus » de l’Ouest pourraient illustrer une influence tardi-danubienne de tradition Cerny, voire une origine méridionale de type épicardial.

64Comme bien souvent en Centre-Ouest, la conservation des sites Néolithique ancien et Néolithique moyen 1, ainsi que la cohérence de leur mobilier, sont toujours ambiguës. Toutefois, Port-Punay n’en reste pas moins un gisement sur lequel il faudra désormais compter pour alimenter les débats sur la néolithisation de la façade atlantique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arnal G.-B. 1983. La grotte IV de Saint-Pierre-de-la-Fage (Hérault) et le Néolithique ancien du Languedoc. Lodève : Centre de recherche archéologique du Haut-Languedoc. 195 p. (Mémoires du Centre de recherche archéologique du Haut-Languedoc ; 3).

Bertran P., Coutard J.-P. 2004. Solifluxion. In Bertran P. (dir.). Dépôts de pente continentaux : dynamique et faciès. Paris : Maison de la géologie, p. 84-109. (Quaternaire. H.-S. ; 1).

Binder D., Courtin J. 1986. Les styles céramiques du Néolithique ancien provençal. Nouvelles migraines taxinomiques ? In Démoulé J.-P, Guilaine J. (dir.). Le Néolithique de la France : hommage à Gérard Bail loud. Paris : Picard, p. 83-93.

Bintz P., Picavet R., Evin J. 1995. L’évolution culturelle du Mésolithique au Néolithique moyen en Vercors et dans les Alpes du Nord. In Voruz J.-L. (dir.). Chronologies néolithiques de 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien. Actes du Colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 19 et 20 septembre 1992 (XIe Rencontres sur le Néolithique de la Région Rhône-Alpes). Ambérieu en Bugey : Société préhistorique rhodanienne, p. 41-53. (Documents du Département d’anthropologie et d’écologie de l’Université de Genève ; 20).

Bouin F. 1998. Un tesson du Néolithique à Vouhé. In Joussaume R. (dir.). Les premiers paysans du golfe : le Néolithique dans le Marais poitevin (Charente-Maritime, Deux-Sèvres, Vendée). Chauray : Éd. Patrimoines & médias, p. 75.

Bourgeuil B. 2005. Évolution de la transgression flandrienne et du littoral charentais depuis 8500 BP. Géologie de la France, p. 75-84, 5 fig., 2 schémas.

Bourgeuil B., Moreau P., Gabet C. 1972. Carte géologique de la France à 1/50 000, feuille de Rochefort, Orléans.

Burnez Cl. 2006. Font-Rase à Barbezieux et Font-Belle à Ségonzac (Charente) : deux sites du Néolithique récent saintongeais. Matignons/Peu-Richard. Oxford : Archaeopress. XVI-490 p. (BAR. International Series ; 1562).

Burnez Cl., Fouéré P. 1999. Les enceintes néolithiques de Diconche à Saintes (Charente-Maritime) : une périodisation de l’Artenac. Paris : Société préhistorique française. 2 vol. (Mémoires de la Société préhistorique française ; 25. Mémoire – Société de recherches archéologiques de Chauvigny ; 15).

Burnez C, Fouéré P., Tutard J. 1994. Enceintes néolithiques : la Grande Prairie, Vibrac (Charente-Maritime). Jonzac : Association archéologique et historique jonzaçaise. 83 p., 41 fig.

Cassen S. 1991. Cerny-sud : précisions et réflexions autour de l’article de C. Constantin. Bulletin de la Société préhistorique française 88/4, p. 99-100.

Cassen A., Cassen S. 1989. Préhistoire et Protohistoire à Labatut. Bulletin de la Société de Borda 416, p. 515-522.

Cassen S., Marchand G., Menanteau L., Poissonnier B., Cadot R., Viau Y. 1999. Néolithisation de la France de l’Ouest. Témoignages Villeneuve-Saint-Germain, Cerny et Chambon sur la Loire angevine et atlantique. Gallia Préhistoire 41, p. 223-251.

Constantin Cl. 1985. Fin du Rubané, céramique du Limbourg et post-Rubané : le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut. Oxford : BAR. 2 vol. (BAR. International Series ; 273).

Constantin Cl. 1990. À propos du Cerny-Sud : un ensemble culturel néolithique de grande étendue dans la France moyenne. Bulletin de la Société préhistorique française 87/7, p. 206-216.

Courtin J., Evin J., Thommeret Y. 1985. Révision de la stratigraphie et de la chronologie absolue du site de Châteauneuf-lès-Martigues (Bouches-du-Rhône). L’Anthropologie 89/4, p. 543-556.

Dartevelle H. avec la collab. de Bocquet A., Vella C. 1998. Un exemple d’implantation littorale (Protohistoire – Moyen Âge). Le site de la Challonnière à Tonnay-Charente. In Laporte L. (dir.). L’estuaire de la Charente de la Protohistoire au Moyen Âge : la Challonnière et Mortantambe, Charente-Maritime. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 27-82. (Documents d’archéologie française ; 72).

Devignes M. 1987. Néolithique ancien de l’Amélie (Soulac-sur-Mer). Revue archéologique de Bordeaux 78, p. 17-18.

Dupont C. 2006. La malacofaune de sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique de la France : contribution à l’économie et à l’identité culturelle des groupes concernés. Oxford : Archaeopress. XV-438 p. (BAR. International Series ; 1571).

Escalon De Fonton M. 1976. Baume de Montclus (Gard). In Livret-Guide de l’excursion C. Actes du IXe congrès de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques, Nice, 13-18 septembre 1976. Il, Lumley H. de (dir.). Provence et Languedoc méditerranéen, sites paléolithiques et néolithiques. Paris : [s.n.], p. 135-145.

Frugier G. 1982. Le site littoral de la Lède du Gurp (Gironde). Bulletin de la Société préhistorique française 79, p. 168-171.

Gachina J., Gomez J., Joussaume R. 1991. Le Néolithique ancien de la grotte de Bois-Bertaud à Saint-Léger-en-Pons (Charente-Maritime). Bulletin de la Société préhistorique française 88/1, p. 26-31.

Germain L. 1930. Faune de France. XXI, Mollusques terrestres et fluviatiles. Première partie. Paris : Paul Lechevalier. 477-VIII p., [13] f. de pl.

Gomez J., Joussaume R. 1987. Poterie du Néolithique ancien de Chérac en Charente-Maritime. Bulletin de la Société préhistorique française 84/3, p. 68-70.

Gruet M. 1989. Les Pichelots néolithiques. In Journée préhistorique et protohistorique de Bretagne. 1, Rennes, 25 nov. 1989. Rennes : Université de Rennes I, p. 45-46.

Gruet M. 1991. Du Cardial en Anjou : Les Pichelots. In La région Centre, carrefour d’influences ? ; actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, 16-17-18 octobre 1987. Vendôme : Société archéologique scientifique et littéraire du Vendômois, p. 37-43. (Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois. Suppl.).

Gruet Y., Dupont C. 2001. Au Néolithique dans le Centre-Ouest de la France, la pêche des coquillages reflète-t-elle l’environnement marin ? In L’Helgouach J., Briard J. (dir.). Systèmes fluviaux, estuaires et implantations humaines : de la Préhistoire aux grandes invasions. Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, Commission de pré-et protohistoire, 124e, Nantes, 1999. Paris : Éd. du CTHS, p. 183-199.

Guilaine J. 1986. Le Néolithique ancien en Languedoc et Catalogne. In Démoulé J.-P, Guilaine J. (dir.). Le Néolithique de la France : hommage à Gérard Bailloud. Paris : Picard, p. 343-356.

Joussaume R. 1981. Le Néolithique de l’Aunis et du Poitou occidental dans son cadre atlantique. Rennes : Université de Rennes I, laboratoire d’anthropologie – préhistoire – protohistoire et quaternaire armoricains. 625 p., 253 fig. (Travaux du Laboratoire d’anthropologie préhistoire-protohistoire et quaternaire armoricains).

Joussaume R. 1997. Les longs tumulus de Centre-Ouest de la France. In Rodriguez Casal A.A. (ed.). O Neolftico Atlântico e as orixes do megalitismo : actas do coloquio internacional, Santiago de Compostela, 1-6 de abriI de 1996. Santiago de Compostela : Universidade de Santiago de Compostela, Servicio de Publicaciôns e Intercambio Cientîfico, p. 279-297. (Cursos e congresos da Universidade de Santiago de Compostela ; 101).

Joussaume R., Boiral M., Ters M. et al. 1986. Sites préhistoriques submergés à La Tranche-sur-Mer (Vendée). Bulletin de la Société préhistorique française 83/11-12, p. 423-435.

Joussaume R., Jauneau J.-M., Boiral M., Robin P., Gachina J. 1979. Néolithique ancien du Centre-Ouest Note préliminaire.

Bulletin de la Société préhistorique française 76, p. 178-183, 5 fig.

Kerney M.-P., Cameron R.-A.-D. 1979. A field guide to the snails of Britain and north-west Europe. London : Collins. 288 p.

Laporte L. 1997. Le Néolithique ancien du Centre-Ouest de la France. In Rodriguez Casal A.A. (ed.). O Neoiftico Atiantico e as orixes do megalitismo : actas do coloquio internacional, Santiago de Compostela, 1-6 de abril de 1996. Santiago de Compostela : Universidade de Santiago de Compostela, Servicio de Publicaciôns e Intercambio Cientifico, p. 257-278. (Cursos e congresos da Universidade de Santiago de Compostela ; 101).

Laporte L. 2003. Quelques éléments céramiques attribuables au Néolithique ancien et au Néolithique récent, provenant du site de la Pierre-Saint-Louis à Geay (Charente-Maritime). Bulletin du Croupe vendéen d’études préhistoriques 39, p. 14-27.

Laporte L., Marchand G., Sellami F., Oberlin C, Bridault A. et al. 2000. Les occupations mésolithiques et du Néolithique ancien sur le site de la Grange à Surgères (Charente-Maritime). Revue archéologique de l’Ouest 17, p. 101-142.

Laporte L., Picq C. 2002. Les occupations néolithiques du vallon des Ouchettes (Plassay, Charente-Maritime). Callia Préhistoire 44, p. 1-120.

Leduc M., Boujot C., Cassen S. 1987. Grotte de Bois-Bertaud, Saint-Léger, Charente-Maritime. Archéologie pontoise 79, [s.p.].

Lichardus-Itten M. 1986. Premières influences méditerranéennes dans le Néolithique du Bassin parisien. Contribution au débat. In Demoule J.-P., Guiulaine J. (dir.). Le Néolithique de la France : hommage à Gérard Bail loud. Paris : Picard, p. 147-160.

Louboutin C., Simonin D. 1997. Le Cerny-Videlles : un faciès ancien de la culture de Cerny. In Constantin Cl., Mordant D., Simonin D. (dir.). La culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique : actes du colloque international de Nemours, 9-10-11 mai 1994. Nemours : Éd. A.P.R.A.I.F., p. 135-167. (Mémoires du musée de Préhistoire d’Île-de-France ; 6).

Marchand Gr. 1999. La Néolithisation de l’Ouest de la France : caractérisation des industries lithiques. Oxford: J. and E. Hedges. VII-381 p. (BAR. International Series; 748).

Mathieu G. 1954. Le site géologique de l’ancienne cité de Châtelaillon (Castrum Allionis) et l’évolution de la côte d’Aunis. Norois : revue géographique de l’Ouest et des pays de l’Atlantique Nord.

Moreau J. 1983. Découverte de céramique à décor cardial du site de la Balise, plage de l’Amélie, commune de Soulac-sur-Mer (Gironde). Bulletin de la Société préhistorique française 80, p. 14.

Nicod P.-Y., Picavet R. 2003. La stratigraphie de la Grande Rivoire (Isère, France) et la question de la néolithisation alpine. In Besse M., Stahl-Gretsch L.-I., Curdy Ph. (dir.). ConstellaSion : hommage à Alain Callay. Lausanne : Bibliothèque historique vaudoise, p. 147-168. (Cahiers d’archéologie romande ; 95).

Niederlander A., Lacom R., Arnal J. 1966. Le gisement néolithique de Roucadour (Thémines – Lot). Paris : Éd. du CNRS. 206 p. (Callia préhistoire. Suppl. ; 3).

Patte E. 1971. Quelques sépultures du Poitou, du Mésolithique au Bronze moyen. Callia Préhistoire 14/1, p. 139-244.

Pautreau J.-P., Robert P.-P. 1980. Le foyer néolithique ancien des Gouillauds au Bois, île de Ré (Charente-Maritime). Bulletin de la Société préhistorique française 77, p. 123-128.

Reille M. 1990. Leçons de Palynologie et d’analyse pollinique. Paris : Éd. du CNRS. 206 p.

Reimer P.-J., Baillie M.-G.-L., Bard E., Bayliss A., Beck J.-W., Bertrand C., Blacwell P.-G., Buck C.-E., Burr G., Cutler K.-B., Damon P.-E., Edwards R.-L., Fairbanks R.-G., Friedrich M., Guilderson T.-P., Hughen K.-A., Kromer B., McCormac F.-G., Manning S., Bronk Ramsey C., Reimer R.-W., Remmele S., Southon J.-R., Stuiver M., Talamo S., Taylor F.-W., Van Der Plicht J., Weyhenmeyer C.-E. 2004. Radiocarbon 46, p. 1029-1058.

Rodriguez R. 1984. La grotte de Camprafaud : contribution à l’étude du Néolithique en Languedoc central. Montpellier : Office Régional de la Culture du Languedoc-Roussillon. 417 p.

Rolfsen P. 1980. Disturbance of archaeological layers by processes in the soil. Norwegian Archaeological Review 13/2, p. 110-118.

Roudil J.-L. 1977. Le Néolithique ancien du Languedoc oriental. In Compte rendu de la XXe Session du Congrès préhistorique de France, Provence, 1-7 juillet 1974. Paris : Société préhistorique française, p. 518-524.

Roudil J.-L., Roudil O., Soulier M. 1979. La grotte de l’Aigle à Méjannes-le-Clap (Gard) et le Néolithique ancien du Languedoc oriental. Montpellier : Société languedocienne de Préhistoire. 84 p. (Mémoires de la Société languedocienne de Préhistoire ; 1).

Rousseau J. 2001. Le Néolithique moyen entre Loire et Gironde à partir des témoignages céramiques. 560 p. [Thèse d’université : Archéologie et archéométrie : Rennes 1].

Rousseau J. 2005. Structure 125. In Leconte S. (dir.). Barbezieux-Pétignac (16) – RN10. Rapport de diagnostic archéologique, Inrap. 17 p., 11 fig.

Rousseau J., Robert P., Cantin N., Dupont C. et al. 2001. Exploitation d’un territoire insulaire au Néolithique moyen d’après la fouille d’un dépôt coquillier. Les Gouillauds à Bois-Plage-en-Ré (Charente-Maritime – France). Revue d’archéométrie 25, p. 225-242.

Roussot-Larroque J. 1990. Rubané et Cardial, le poids de l’Ouest In Cahen D., Otte M. (dir.). Rubané & Cardial : actes du colloque de Liège, novembre 1988. Liège : Université de Liège, p. 315-360. (Études et recherches archéologiques de l’Université de Liège ; 39).

Roussot-Larroque J. 2004. La néolithisation du Sud-Ouest atlantique de la France. Bulletin des amis du musée de Préhistoire du Grand-Pressigny 55, p. 25-36.

Roussot-Larroque J., Burnez Cl. 1992. Aux sources du Néolithique atlantique. Le Cardial, le « Danubien », et les autres... In Paysans et Bâtisseurs : l’émergence du Néolithique atlantique et les origines du Mégalithisme : actes du 17e colloque interrégional sur le Néolithique, Vannes, 28-31 octobre 1990. Rennes : Association pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’Ouest de la France, p. 127-138. (Revue archéologique de l’Ouest. Suppl. ; 5).

Roussot-Larroque J., Burnez Cl., Frugier G., Gruet M., Moreau J., Villes A. 1987. Du Cardial jusqu’à la Loire. Revue archéologique du Centre de la France 26/1, p. 75-82, 4 fig.

Villes A. 1987. Documents céramiques de type méridional récemment découverts à Ligueil (Indre-et-Loire). Bulletin de la Société des Amis du Grand-Pressigny 38, p. 43-48.

Wood W.-R., Johnson D.-L. 1978. A survey of disturbance processes in archaeological site formation. Advances in Archaeological Method and Theory 1, p. 315-381.

Notes

1 Cette étude a été réalisée surplus de 5 kg de sédiment tamisé à 1,6 mm et 500 microns. Elle a permis l’identification de 18 espèces (Germain 1930 ; Kerney, Cameron 1979).

2 Deux coupes ont fait l’objet de prélèvements en colonnes. Les cinq séquences sélectionnées sont en relation supposée ou avérée avec des occupations (foyers, mobilier). Douze échantillons ont été retenus pour un test pollinique destiné à vérifier le potentiel des sédiments. Rappelons, en effet, que la fiabilité d’une analyse palynologique repose, notamment, sur un décompte d’environ 300 grains et une diversité d’au moins 21 taxons (Reille 1990).

3 Les prospections préventives sur le tracé de l’autoroute A837 vers l’embouchure de la Charente ont montré que ces formations pouvaient être enfouies à plus de trois mètres sous le « bri flandrien » dans le marais de Rochefort, et par conséquent masquées aujourd’hui (Dartevelle 1998).

4 L’utilisation du tamisage sur ce site mérite d’être soulignée. Elle a permis la découverte d’espèces de petite taille comme Bittium reticulatum et Littorina obtusata, ainsi que le ramassage de nombreux restes de l’espèce très friable Scrobicularia plana.

5 Seule la datation sur charbons de chêne recueillis dans cette structure se rapporte au Néolithique ancien : 5950 ± 120 BP (Gif-4878). Les tessons les plus caractéristiques collectés dans le foyer sont attribuables au Néolithique moyen II, comme sur le reste du site (Rousseau 2001 ; Rousseau et al. 2001). On peut alors s’interroger sur ce qui est daté par le radiocarbone : l’occupation du site ou l’âge du bois.

6 C’est aussi le cas au Grouin-du-Cou. Les céramiques concernées proviennent des secteurs nommés « point B », « point D », « point E » et « point F ». Si certaines zones peuvent prétendre rassembler un mobilier relativement homogène, la situation n’est malheureusement pas de règle. En réalité, la compréhension de l’organisation du site est complexe puisque, à de probables mélanges verticaux, s’ajoute une difficulté supplémentaire, celle de la limite exacte des zones prospectées qui, découvertes à des périodes différentes, sont susceptibles de communiquer entre elles... Une partie du mobilier présenté a déjà fait l’objet de publications (Joussaume et al. 1979 ; Joussaume et al. 1986 ; Joussaume 1997), mais certains éléments, souvent moins caractéristiques, sont restés inédits jusqu’ici (Rousseau 2001).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Sites du Néolithique ancien Centre-Atlantique (en noir) et du Néolithique moyen 1 (en gris) avec localisation de Port-Punay (étoile grise) (DAO : M. Coutureau et J. Rousseau). 1 : la Lède du Gurp, Crayan-et-L’Hôpital. 2 : la Balise et l’Amélie, Soulac-sur-mer. 5 : Bâtard, Brétlgnolles-sur-Mer. 4 : la plage du Rocher, Longevllle-sur-Mer. 5 : le Crouln-du-Cou, La Tranche-sur-Mer. 6 : les Coulllauds, Le Bois-Plage-en-Ré. 7 : Vouhé. 8 : la Orange, Surgères. 9 : la Pierre-Saint-Louis, Geay. 10 : les Ouchettes, Plassay. 11 : Diconche, Saintes. 12 : les Orgeries, Courcoury. 13 : lit de la Charente, Chérac. 14 : Font-Belle, Ségonzac. 15 : Font-Rase, Barbezieux. 16 :Jurignac. 17 : la Grande Prairie, Vibrac. 18 : les Rocs, Bellefonds. 19 : les Sables de Mareuil, Ligueil. 20 : Bois-Bertaud, Saint-Léger-en-Pons. 21 : la Garde, Barzan.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 2 – Localisation du site de Port-Punay (étoile noire) (DAO : M. Coutureau).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 3 – Plan général du site (DAO : J. Rousseau ; relevés : R. Bernard, V. Miailhe).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 4 – Contexte stratigraphique. Photo 1 : Détail de la coupe au niveau du site néolithique. On distingue, à la base, des niveaux argileux, pauvres en cailloux, qui correspondent aux différents horizons d’un paléosol contenant les vestiges néolithiques et protohistoriques. Ce paléosol est enfoui sous des dépôts de couleur plus claire et avec une charge caillouteuse importante, qui correspondent à des colluvions agricoles (cliché : P. Bertran). Photo 2 : Détail de la coupe en bordure du talweg. Le paléosol apparaît sous la surface de décapage. Il surmonte des dépôts de pente mal triés, dérivés de la fragmentation des bancs de marnes et de calcaires. Les plaquettes calcaires se concentrent au sommet de ces dépôts et représentent probablement un ancien pavage (cliché : P. Bertran). Photo 5 : Concentrations lâches de cailloux en fond de talweg formant des polygones (cryoturbation) (cliché :J. Rousseau). Photo 4 : Nappes caillouteuses correspondant à des fronts de coulées, figures héritées de la dynamique de versant pléistocène (cliché : J. Rousseau).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Légende Fig. 5 – Coupes stratigraphiques U, V et W des empierrements B et E (DAO : J. Rousseau).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 6 – Plan des empierrements A, B et E et localisation des coupes stratigraphiques (DAO : J. Rousseau).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 7 – Mobilier céramique. 1-3, 5-10, 12-13, 15-16, 18,23 : US 10/Empierrement B ; 4, 14, 17, 19-22 : US 9/Empierrement A ; 11 : US 10/Empierrement E (dessins et DAO : P. Forré).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 8 – Mobilier céramique. 1, 7-10, 12 : US 10/Empierrement B ; 2-6 : US 9/secteur tr. 145diag. ; 11 : US 7b/secteur st 5 (dessins et DAO : P. Forré).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 9 – Mobilierlithique. 1 : US 9/Empierrement C ; 6, 12, 15-16 : US 9/Empierrement A ; 2-5, 7-11, 13-14, 17 : US 10/Empierrement B (dessins et DAO : P. Fouéré).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 10 – La malacofaune marine. 1 : Ostrea edulis (L = 72 mm) ; 2 : Solen marginatus (L = 50 mm) ; 5 : Tapes decussatus (L = 51 mm) ; 4 : Mytilus edulis (L = 45 mm) ; 5 : Chlamys varia (L = 32 mm) ; 6 : Cerastoderma edule (L = 25 mm) ; 7 ; Lutraria magna (L = 90 mm) ; 8 : Scrobicularia plana (L = 23 mm) ; 9 : Pecten maximus (L = 40 mm) ; 10 : Bittium reticulatum (L = 4 mm) ; 11 : Haliotis tuberculata (L = 37 mm) ; 12 : Buccinum undatum (L = 59 mm) ; 15 : Littorina littorea (L = 26 mm) ; 14 : Osilinus lineatus (L = 24 mm) ; 15 : Nassarius reticulatus (L = 15 mm) ; 16 : Littorina obtusata (L = 14 mm) ; 17 : Patella vulgata (L = 33 mm) ; 18 : Patella intermedia (L = 33 mm) ; 19 : Patella ulyssiponensis (L = 36 mm). Clichés : C. Dupont.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 11 – Localisation potentielle des espèces de coquillages.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Tabl. 2 – Milieu de vie des espèces de coquillages marins (d’après Cruet, Dupont 2001).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Tabl. 3 – Bilan quantitatif de la malacofaune marine de l’empierrement A.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Tabl. 4 – Bilan quantitatif de la malacofaune marine de l’empierrement B.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Tabl. 5 – Bilan quantitatif de la malacofaune marine de l’empierrement E.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 12 – Mobilier céramique de la structure 39. 1-7 : US4 ; 8 : US 1 (3, dessin : J.-M. Jauneau ; 1-2, 4-8, dessins : P. Forré).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3657/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

Auteurs

Inrap Grand Sud-Ouest, Centre national de préhistoire, 38 rue du 2e Régiment d’infanterie, F-24000 Périgueux.

Inrap Grand Sud-Ouest, Centre d’activités Les Échoppes, 156 avenue Jean Jaurès, F-33600 Pessac-UMR 5199 PACEA.

Société Nantaise de Préhistoire, Muséum d’histoire naturelle, 12 rue Voltaire, F-44000 Nantes.

Inrap Grand Sud-Ouest, Centre d’activités Les Échoppes, 156 avenue Jean Jaurès, F-33600 Pessac – UMR 5199 PACEA.

1 rue de l’Ancienne Cure, Saint-Benoist-sur-Mer, F-85540 Moutiers-les-Mauxfaits.

Inrap Grand Sud-Ouest, Centre archéologique de Poitiers, 122 rue de la Bugellerie – Zone République 3, F-86000 Poitiers – UMR 6566 CReAAH.

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search