Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité en Rhône-Alpes

Abris sous roche et taphonomie pollinique

Jacqueline Argant et Catherine Latour-Argant

Résumé

Cet article résume les résultats obtenus à partir de l’analyse pollinique de deux abris sous roche des Alpes occupés au Néolithique moyen (la Grande Rivoire et Bozel, le Chenet des Pierres). Les grains de pollen y sont irrégulièrement conservés et ne donnent souvent qu’une image incomplète de la végétation. Cependant, les observations concernant la sélection des taxons et l’aspect du matériel pollinique sont riches d’enseignements. Par exemple, des taxons apparaissant parfois surreprésentés (en particulier des arbres) peuvent être mis en relation avec des apports volontaires de végétaux (associés ou non à l’élevage), ce que prouvent également l’anthracologie et l’étude des macrorestes. De nombreux grains de pollen sont cassés ou usés, conséquence du piétinement par des animaux. Leur exine est altérée par la chaleur (déformation, couleur brune...). Toutes ces observations permettent de définir une taphonomie pollinique propre à ce genre de sites. Celle-ci aide à l’interprétation de gisements ayant pu avoir la même fonction ou présentant des aménagements comparables, mais pour lesquels une partie des indices archéologiques ou paléoenvironnementaux a disparu. Ces études montrent que l’analyse pollinique d’un site archéologique demeure un outil indispensable, même si tous les critères de validité habituellement requis (par exemple, nombre de taxons et somme pollinique suffisants) ne peuvent être rassemblés.

Texte intégral

1. INTRODUCTION

1Le terme de taphonomie est habituellement utilisé par les faunistes pour désigner les transformations subies par les pièces d’un squelette au cours de sa fossilisation mais, de fait, il concerne également les ensembles lithiques et les dépôts sédimentaires. On peut y ajouter toutes les formes fossiles et, en particulier, le pollen et les spores.

2Les bases d’une taphonomie pollinique existent depuis longtemps sous forme d’études ponctuelles portant sur l’altération des grains de pollen et sur le palynofaciès des sites archéologiques (Diot 1991). Les phénomènes d’altération et de destruction sélective du pollen, généralement considérés comme négatifs pour l’analyse pollinique, peuvent être pourtant riches d’enseignements, particulièrement dans le cas des sites archéologiques.

3Deux abris sous roche des Alpes occupés par l’homme au Néolithique permettent de préciser et d’illustrer les apports de la taphonomie pollinique à l’interprétation des spectres obtenus.

2. MATÉRIEL ET MÉTHODE

2.1. SITES ÉTUDIÉS ET PRÉLÈVEMENTS

2.1.1. La Grande Rivoire, massif du Vercors, commune de Sassenage (Isère)

4À 580 m d’altitude, l’abri sous roche de la Grande Rivoire s’ouvre à la base d’une falaise à l’entrée du resserrement des basses gorges du Furon. « Ce site présente une importante stratigraphie qui renferme sur plus de cinq mètres d’épaisseur des occupations humaines du Mésolithique moyen aux périodes historiques » (Nicod et al. 2003, p. 31-32). Au cours des fouilles dirigées par P.-Y. Nicod et R. Picavet, une importante séquence limoneuse néolithique s’est révélée comme étant composée essentiellement de « fumiers » de bergerie, bien caractérisés entre autres par l’étude sédimentologique de J.L. Brochier (ibid.). La succession des différents faciès liés à cette fonction, relativement faciles à discerner par leur couleur, a permis le prélèvement d’échantillons liés avec précision à chacun d’eux pour une série d’études paléobotaniques portant à la fois sur les charbons, graines et macrorestes, phytolithes et pollen (Martin, Thiébault, Delhon, Argant, in Nicod et al. 2003).

2.1.2. Le Chenet des Pierres, Tarentaise, commune de Bozel, (Savoie)

5Le site du Chenet des Pierres est installé à 900 m d’altitude dans un chaos de blocs en pente raide. Les fouilles dirigées par P.J. Rey concernent une terrasse d’environ 30 m2. La stratigraphie couvre une grande partie du Néolithique moyen (Rey 2004). Des prélèvements pour analyse pollinique ont été effectués dans les limons sombres et riches en macrorestes qui constituent l’essentiel des dépôts archéologiques d’un des abris sous bloc.

2.2. MÉTHODE

6La préparation des échantillons a été effectuée suivant la méthode habituelle de concentration en liqueur dense (Thoulet d = 2). Pour chaque échantillon, une même quantité, 20 μl, du culot obtenu a été montée entre lame et lamelle, et la totalité de la lame observée au microscope (agrandissement x 500). Outre la détermination du pollen et des spores, l’aspect des autres éléments du palynofaciès (microcharbons, débris végétaux divers) ainsi que les caractéristiques des grains ont été répertoriés et comptés.

3.1. LES « FUMIERS » NÉOLITHIQUES DE LA GRANDE RIVOIRE

7Tous les niveaux contiennent des grains de pollen cassés et/ou émoussés (parfois > 50 %).

8Les limons du Néolithique moyen I (2e moitié du Ve millénaire) sont riches en grains de pollen amorphes, et/ou brun foncé, en adéquation avec l’observation de foyers et de microcharbons abondants.

9Les groupes de grains de pollen accolés (agrégats) d’un même taxon sont nombreux.

10Les stomates (orifices microscopiques situés sur la face inférieure des feuilles et limités par deux cellules caractéristiques) abondent dans certaines couches.

11Les taxons représentés sont surtout des arbres et semblent avoir subi une sélection : le chêne, pourtant présent ailleurs dans l’abri dans d’autres sédiments contemporains (Bui Thi Mai, inédit), n’apparaît pas.

12Sapin, noisetier et tilleul dominent.

3.2. LE CHENET DES PIERRES

13On retrouve dans ce site l’essentiel des observations précédentes :

  • nombreux grains de pollen déformés, contractés, bruns ;-agrégats ;

  • sélection des taxons, avec sapin, noisetier, tilleul surtout ;

  • absence du chêne.

4. INTERPRÉTATION

14L’intérêt des analyses effectuées sur ces deux sites, et plus particulièrement à la Grande Rivoire, est de pouvoir contrôler les hypothèses émises à partir des résultats de l’analyse pollinique, grâce à de riches données archéologiques et sédimentologiques, d’une part, et aux autres analyses paléobotaniques (macrorestes, charbons, phytolithes) engagées, d’autre part.

15À partir des caractères communs aux grains de pollen observés dans ces deux sites, il est alors possible de définir une taphonomie pollinique conduisant à des interprétations fiables, même lorsque le pollen conservé est peu abondant.

16Les déformations subies par les grains de pollen (grains amorphes, contractés, de couleur brune plus ou moins foncée), se produisant sous l’effet de la chaleur, supposent l’allumage de feux directement sur les « fumiers » ou dans des foyers peu éloignés.

17Les cassures et l’émoussé d’origine mécanique sont à mettre en relation avec le piétinement d’animaux parqués dans l’abri.

18La présence d’agrégats de pollen évoque un apport d’étamines n’ayant pas subi de transport (ou très peu) ; complétée par la présence de stomates et la domination de certains taxons d’arbres (tels le sapin, le noisetier, le tilleul, l’orme...), elle est révélatrice de l’apport volontaire de feuillages choisis comme complément de nourriture et/ou comme litière (Argant et al. 1991 ; Akeret et al. 1999).

19Malgré l’abondance du pollen conservé, la sélection des taxons représentés, qui se manifeste à la fois par la représentation relativement forte de certains d’entre eux ou leur absence anormale dans certains cas (celle du chêne par exemple), indique aussi que la pluie pollinique naturelle n’a pas été enregistrée dans certains secteurs des abris ; ceci permet d’envisager l’existence de cloisons et d’un toit ayant servi d’écran à l’arrivée de pollen par le vent dans ces secteurs. L’hypothèse d’une fermeture possible, au moins partielle, de l’abri est soutenue à Bozel par l’existence de fragments de torchis retrouvés à la fouille.

20En se basant sur les deux points précédents et sur la comparaison avec l’étude de fumiers actuels (Argant 1990), l’approche de la saisonnalité est envisageable : parmi plusieurs hypothèses possibles, celle du parcage des animaux dans l’abri à la mauvaise saison paraît la plus plausible.

5. CONCLUSION

21Les caractéristiques des spectres obtenus par l’analyse pollinique de ces deux abris occupés au Néolithique permettent de préciser et ainsi de définir une taphonomie pollinique propre à ce genre de sites et qui peut être résumée ainsi :

  • pollen irrégulièrement abondant suivant les couches ;

  • sélection des taxons en relation avec le mode d’utilisation du site : en particulier, apport de nourriture et de litière ;

  • présence d’agrégats de grains de pollen ;

  • importante proportion de grains de pollen altérés :

  • par action de la chaleur (grains amorphes),

  • par action mécanique (grains cassés et usés).

22Ces sites constituent à cet égard un modèle utilisable pour l’interprétation de gisements ayant pu avoir la même fonction ou présentant des aménagements comparables, mais pour lesquels une partie des indices archéologiques ou paléoenvironnementaux a disparu. La taphonomie pollinique permet d’étayer sérieusement les hypothèses sur l’apport de végétaux (associé ou non à l’élevage), sur la saison d’occupation et sur les aménagements et fonctions éventuels du site. L’analyse pollinique d’un site archéologique demeure un outil utile qu’il ne faut pas négliger, même si tous les critères de validité habituellement requis ne sont pas rassemblés (nombre de taxons et somme pollinique suffisants).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Akeret Ô., Haas J-N., Leuzinger U., Jacomet S. 1999. Plant macrofossils and pollen in goat/sheep faeces from the Neolithic lake-shore settlement Arbon Bleiche 3, Switzerland. The Holocene 9/2, p. 175-182.

Argant J. 1990. Climat et environnement au Quaternaire dans le bassin du Rhône d’après les données palynologiques. Villeurbanne : Université Claude Bernard, Département des sciences de la terre. 199 p. (Documents des laboratoires de géologie, Lyon ; 111).

Argant J., Heinz C, Brochier J. L. 1991. Pollens, charbons de bois et sédiments : l’action humaine et la végétation, le cas de la grotte d’Antonnaire (Montmaur-en-Diois, Drôme). Revue d’archéométrie 15, p. 29-40.

Diot M.-F. 1991. Le palynofaciès en archéologie : intérêt de son étude. Revue d’archéométrie 15, p. 54-62.

Nicod P.-Y., Picavet R., Bernard C. 2003. Fouille archéologique de la Grande Rivoire à Sassenage (Isère). Rapport de fouille 2000-2003. Lans-en-Vercors : DRAC Rhône-Alpes.

Rey P.-J. 2004. Occupations néolithiques en Tarentaise (Savoie). In Fouille archéologique programmée du Chenet des Pierres aux Moulins de Bozel. Rapport intermédiaire 2003. Lyon : Drac Rhône-Alpes.

Auteurs

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search