Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité en Rhône-Alpes

Nouveaux indices d’occupation préhistorique en rive gauche de la Saône à Lyon 4e (Rhône)

Thierry Argant, Catherine Latour-Argant et Stéphane Caillot

Résumé

Le diagnostic archéologique réalisé sur le terrain du groupe scolaire des Entrepôts dans le quartier de Serin (Lyon, 4e arrondissement), en rive gauche de la Saône, a révélé l’existence d’un sol fortement pédogenéisé alimenté par des colluvions fines en provenance du plateau de la Croix-Rousse tout proche. Sur ce niveau, l’occupation humaine remonte au Néolithique moyen, avec des indices de fréquentation encore plus anciens. Des occupations de l’Âge du Bronze sont également attestées dans un contexte de faible accrétion du sol, entraînant des mélanges de mobilier, mais avec des productions céramiques très différentes en termes de pâte et de technologie. Quelques calages de poteaux viennent confirmer la présence d’un habitat sur le site pour ces périodes. Le mobilier lithique, relativement abondant, livre des outils finis et des éléments de débitage et il porte de nombreux témoignages d’un passage dans un foyer. Il en va de même pour les restes osseux, mal conservés lorsqu’ils n’ont pas été brûlés. Une solution technique, préconisée par le SRA (micro-pieux), devrait permettre la préservation des couches archéologiques sous les futurs bâtiments scolaires. Ce sont donc les observations réalisées lors des sondages, représentant 27 m2 de surface explorée, qui sont présentées ici.

Texte intégral

1. CONTEXTE

1Le site du groupe scolaire des Entrepôts se trouve à la hauteur du pont Clémenceau sur la rive gauche de la Saône, très légèrement au nord du débouché du tunnel de la Croix-Rousse. Aujourd’hui à l’altitude moyenne de 167,50 m (NGF), il se trouve au contact de deux entités géomorphologiques majeures : la plaine de la Saône à l’ouest (le site est distant d’environ 130 m de la rive gauche de la rivière) et la colline morainique de la Croix-Rousse à l’est, entaillée au droit du site par le talweg de Serin (le site est à environ 110 m de la principale rupture de pente).

2Trois sondages ont été réalisés. L’essentiel des structures anciennes mises au jour se concentre dans le sondage S.l. Le sondage S.2, plus proche de la colline, s’est avéré plus pauvre en témoignages préhistoriques. Le sondage S.3, ouvert pour vérifier l’extension de la zone archéologique vers le sud, a notamment livré une pointe de flèche.

Fig. 1 – Plan de localisation du site et des sondages. En bas : plan des découvertes du sondage 1, toutes périodes confondues.

3Sous environ 1,5 m de remblais et de terres de culture, à 165,31 m d’altitude, les tessons pré- et protohistoriques ont été découverts dans un sédiment constitué de limons sableux consolidés, marrons, non stratifiés (fig. 2, US 7). Dans sa partie inférieure, cette couche présente un faciès beaucoup plus argileux, sur une épaisseur variant de 10 à 40 cm d’est en ouest. Il s’agit d’une zone d’interface avec un niveau limono-argileux beige clair, carbonaté, homogène et non stratifié (US 20). Cette succession est interprétée comme les horizons A (US 7) et B (US 20) d’un sol. À 164,40 m, à l’est du sondage, un niveau comportant de nombreux concrétionnements calcaires marque l’horizon C de ce paléosol, stérile en mobilier archéologique (US 21). Dans le sondage S.3, des langues de solifluxion de galets marquent la proximité du versant et indiquent la présence, en ce lieu, d’un cône de déjection, sur lequel a pu se développer durablement un sol, à l’abri des inondations de la Saône.

Fig. 2 – Log de la coupe est du sondage S. I montrant la position de l’US 7 d’où proviennent les éléments préhistoriques. L’US 7pourrait correspondre à l’horizon A d’un sol brun forestier. Dans la partie supérieure de cette couche, des traces d’activité biologique (bio-tubules) pourraient indiquer l’exploitation de la forêt à l’Âge du Bronze. L’US 20 correspondrait à l’horizon B et FUS 21 à l’horizon C de ce sol.

4Une fouille manuelle de l’US 7 a été menée sur un peu plus de 5 m2, dans la moitié ouest du sondage S.l (fig. 1 et 3). Le relevé systématique de la position des objets montre que les tessons à plat sont les plus nombreux, indiquant ainsi leur dépôt in situ. En outre, ils ne présentent pas de trace de roulage, sauf pour les tout petits, centimétriques, qui ont parfois migré vers le haut et le bas. Des restes osseux ont également été mis au jour, mais seul l’émail des dents et les os calcinés sont bien conservés. Quelques éléments de microfaune (rongeur, taupe) sont également présents dans ces niveaux.

5À ce mobilier sont associées plusieurs concentrations de galets (Faits 8, 25 et 26 ; fig. 1 et 3). Dans le cas des Faits 8 et 26, il peut s’agir de zones de rejet de pierres de foyer en nappe. En effet, certains galets présentent des éclatements de type thermique ainsi que des traces de rubéfaction à leur surface.

6En projection verticale, à partir de 165,15 m, les artefacts constituent une couche relativement dense sur une épaisseur d’environ 10 cm au centre du sondage (fig. 3). À partir de 164,95 m et jusqu’à 164,77 m, les tessons deviennent plus rares et le matériel lithique constitue, dès lors, l’essentiel des découvertes. Une pièce lithique cotée à 164,82 m appartient à une période plus ancienne, tout comme un microlithe trouvé à la cote 165,00 m. Lors du décapage mécanique sous la zone fouillée finement, le mobilier a été recueilli par passe de 10 cm environ dans les US 7 et 20 (fig. 3). Ces résultats confirment la concentration des artefacts dans une couche située entre 165,25 m et 164,95 m, mais également la présence, plus en profondeur, d’un niveau relativement riche en silex. Notons enfin la présence, dans l’US 20, de silex rouge roulé, comme on en a trouvé dans l’horizon du Fait 37.

2. LE MOBILIER (fig. 4 et 5)

2.1. LA CÉRAMIQUE

7Les tessons de céramique provenant de l’US 7 sont de petite taille et présentent des tranches nettes (fractures fraîches : non roulés), leur pâte est sableuse, à dégraissant fin ou moyen, bien calibré (fragments de quartz et de mica). Les surfaces lissées sont de couleur homogène, ce qui se vérifie sur les tranches. Les éléments typologiques restent rares. Les quelques bords représentés ne sont pas incompatibles avec le Néolithique, comme le traitement des surfaces. Les éléments typologiques évoquent un probable fragment de vase-support (fig. 6, no 13), un bouton en haut de panse positionné avant l’amorce du col (no 14) et un fragment de disque en terre cuite (« plat à pain ») (no 15). Les caractéristiques techniques (pâte, traitement) et typologiques tendent à attribuer ce lot au Néolithique moyen à replacer, sans doute, dans la sphère d’influence du NMB.

Fig. 3. – Plan de la surface fouillée naturellement dans le sondage S. 1 et projection verticale des artefacts préhistoriques (entre 165,30 et 164,75m).

Fig. 4 – Tableau de répartition du mobilier du sondage S. 1 par catégorie et par niveau de décapage mécanigue sous la zone fouillée finement.

Fig. 5 – Tableau de répartition du mobilier préhistorigue recueilli au tamisage du sédiment du sondage S1.1 par niveau de décapage manuel.

Fig. 6 – Mobilier céramique et lithique attribuable au Néolithique Moyen Bourguignon.

8Notons qu’un second type de pâte se rencontre dans cette US 7, dont les éléments typologiques évoquent la Protohistoire, et plus précisément le Bronze final. Ce mélange de productions est à mettre en relation avec l’existence d’un sol fortement pédogenéisé et à sédimentation lente.

2.2. L’INDUSTRIE LITHIQUE

9Les décapages mécaniques ainsi que la fouille fine de certaines zones stratégiques ont permis d’obtenir un assemblage lithique conséquent de 94 silex et de 2 quartz au minimum. Ils proviennent presque exclusivement de l’US 7 des sondages 1 et 3. Le mobilier lithique récolté est de petite dimension, avec une tendance générale au débitage lamellaire (fig. 6, no 1 à 9). Outre une lamelle entière (no 5), différents outils ont également été identifiés : un grattoir plat à front court (no 10), un grattoir ogival double à front abrupt (no 11), une pointe de flèche triangulaire à base rectiligne et à retouches couvrantes (no 12).

10Malgré le passage au feu d’une grande partie de cette industrie, multipliant les couleurs de la pierre, la matière première utilisée semble peu variée. Il s’agit de silex provenant soit de dépôts alluvionnaires, soit des gîtes d’extraction de la vallée de la Saône (silex oolithique). Seul un éclat de débitage présente un silex brun « jaspé » dont la provenance locale semble improbable.

11Le tamisage pratiqué lors de la fouille fine de l’US 7 du sondage S.1-1 a permis d’isoler différents cassons et éclats ainsi qu’un fragment de lamelle (fig. 6, no 6).

12La pointe de flèche (fig. 6, no 12) constitue un marqueur chronologique précis, attribuable au Néolithique Moyen Bourguignon, période à laquelle peut se rattacher l’ensemble du mobilier. La présence de produits de débitage atteste une production locale révélant l’installation plus ou moins pérenne de ces populations non loin du fleuve. Le nombre conséquent de silex brûlés traduit également l’existence d’activités domestiques liées au feu.

13La mise au jour de cet ensemble lithique attribuable au NMB sur la rive gauche de la Saône représente le seul pendant aux sites de cette période déjà répertoriés sur la rive droite (quartier Saint-Pierre, quai Sédaillan, rue de la Favorite ; Poux, Savay-Guerraz 2003). Cette découverte constitue ainsi un apport intéressant à la connaissance de la dynamique spatiale de cette culture nord-orientale aux confins de son aire d’expansion. D’autres éléments trouvés en position basse par rapport au reste des artefacts renvoient, quant à eux, à une période plus lointaine et très rarement trouvée en contexte à Lyon. Il s’agit d’un couteau à dos convexe (fig. 7, no 1) et d’un triangle microlithique à dos partiel et à troncature irrégulière (fig. 7, no 2). On se trouve ici en présence d’artefacts caractéristiques de l’Épipaléolithique/Mésolithique. À Lyon, d’autres indices de ces périodes se rencontrent en position secondaire sur le tracé du Périphérique Nord, au pied du plateau de la Duchère, et sur le plateau de Trion (rue Genin). Dans le cas présent, le couteau est associé à des structures de galets à la fonction indéterminée (fig. 1, F 37) à la base de l’US 7 (fig. 3, cercle noir sur la coupe).

Fig. 7 – Silex attribués à l’Épipaléolithique ou au Mésolithique.

2.3. LA FAUNE

14Quelques restes de faune provenant de l’US 7 ont pu êtredéterminés. Une vertèbre cervicale et une scapula appartiennent à un bovidé robuste et de très grande taille, qui pourrait être l’aurochs (Bos primigenius). Ces os de bovidé portent tous deux des traces qui pourraient correspondre à celles laissées par des dents de rongeur, dont on possède, par ailleurs, plusieurs exemplaires. La liste de faune se complète d’une molaire de castor et d’un humérus de taupe très minéralisé, associé au Fait 8. La présence de l’aurochs viendrait conforter la datation néo lithique d’une partie du mobilier de cette couche, tant cette espèce est rare à Lyon dans les niveaux plus récents. On le trouve, en effet, essentiellement sur les sites du Néolithique et du Bronze ancien (Argant 2001, p. 294).

3. CONCLUSION

15Les sondages effectués sur la rive gauche de la Saône, en amont du défilé de Pierre Seize, confirment l’occupation très ancienne du site de Lyon. L’existence d’un sol fortement pédogenéisé dans la plaine alluviale de la Saône montre que cette zone était probablement à l’abri des crues périodiques de la rivière. Des occupations du Néolithique moyen et de l’Âge du Bronze se succèdent sur ce territoire. L’intérêt de ce site réside également dans la présence d’éléments appartenant à la période de l’Épipaléolithique/Mésolithique, probablement en place.

16Par la suite, l’espace a été occupé très tôt par les Gallo-Romains, puisque l’on trouve de la céramique augustéenne et appartenant encore à la Tène finale. Un drain perpendiculaire à la Saône, ainsi qu’un aménagement de galets, plus à l’est, peuvent être attribués à cette période, sans que puisse pour l’instant être précisée la chronologie de cette occupation.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Argant Th. 2001. L’alimentation d’origine animale à Lyon : des origines au xxe siècle. 2 vol. [Thèse de doctorat : Histoire : Lyon 2].

Poux M., Savay-Guerraz H. (dir.) 2003. Lyon avant Lugdunum : [exposition, Musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon, mars-novembre 2003]. Gollion (Suisse) : Infolio ; [Lyon] : Département du Rhône. 151 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan de localisation du site et des sondages. En bas : plan des découvertes du sondage 1, toutes périodes confondues.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3651/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 2 – Log de la coupe est du sondage S. I montrant la position de l’US 7 d’où proviennent les éléments préhistoriques. L’US 7pourrait correspondre à l’horizon A d’un sol brun forestier. Dans la partie supérieure de cette couche, des traces d’activité biologique (bio-tubules) pourraient indiquer l’exploitation de la forêt à l’Âge du Bronze. L’US 20 correspondrait à l’horizon B et FUS 21 à l’horizon C de ce sol.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3651/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 3. – Plan de la surface fouillée naturellement dans le sondage S. 1 et projection verticale des artefacts préhistoriques (entre 165,30 et 164,75m).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3651/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 4 – Tableau de répartition du mobilier du sondage S. 1 par catégorie et par niveau de décapage mécanigue sous la zone fouillée finement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3651/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 5 – Tableau de répartition du mobilier préhistorigue recueilli au tamisage du sédiment du sondage S1.1 par niveau de décapage manuel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3651/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6 – Mobilier céramique et lithique attribuable au Néolithique Moyen Bourguignon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3651/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 7 – Silex attribués à l’Épipaléolithique ou au Mésolithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3651/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

Auteurs

Service archéologique municipal, 10 rue Neyret, 69001 Lyon. Courriel : thierry.argant@mairie-lyon.fr ; catherine.argant@mairie-lyon.fr ; stephane.gaillot@mairie-lyon.fr

Service archéologique municipal, 10 rue Neyret, 69001 Lyon. Courriel : thierry.argant@mairie-lyon.fr ; catherine.argant@mairie-lyon.fr ; stephane.gaillot@mairie-lyon.fr

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search