Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité en Rhône-Alpes

Les séquences céramiques de la Balme de Sollières-Sardières (Savoie) et de la grotte de la Chauve-Souris à Donzère (Drôme) : implications sur le Néolithique final transalpin, le phasage et le concept de Remedello

Joël Vital

Résumé

Les fouilles réalisées durant les années quatre-vingt à quatre-vingt-dix dans la grotte de la Chauve-Souris à Donzère (Drôme) et dans la Balme de Sollières-Sardières (Savoie) ont permis l’étude d’importantes séquences stratigraphiques des Âges des Métaux sérieusement datées par le radiocarbone. Les mobiliers céramiques de la fin du Néolithique permettent, pour la première fois, de bien illustrer les groupes culturels présents entre le dernier quart du IVe millénaire et le dernier quart du IIIe millénaire avant notre ère en moyenne vallée du Rhône et dans les Alpes occidentales internes. La découverte d’un tesson à décor métopal à Sollières, dans un niveau daté du XXXe siècle avant notre ère, conduit à préciser la chronologie des contacts transalpins évoquée il y a peu à partir du cas de la grotte de la Chauve-Souris. La confrontation des deux séquences céramiques rhône-alpines avec celle de la nécropole éponyme lombarde de Remedello Sotto aboutit à une inversion de l’hypothèse d’évolution typologique postulée pour cette dernière (Remedello 2-1). L’élargissement du cadre de compréhension aux quelques sources disponibles dans le Sud-Est de la France et en Italie du Nord confirme cette tendance. Les ensembles à décor métopal en bandes seraient antérieurs (entre 3100 et 2900 av. J.-C. environ) à ceux à vases à bord plat et décor incisé couvrant. Seuls ces derniers peuvent être synchronisés (entre 2600 et 2300 av. J.-C. environ) avec le développement du style Fontbouisse décoré de moyenne vallée du Rhône, mais aussi avec le Campaniforme rhodano-provençal. L’origine du décor métopal, antérieur, est à rechercher semble-t-il dans d’autres sources. La discrimination de ces deux styles céramiques distants dans le temps au sein de la nécropole éponyme défait à nouveau le concept de Remedello en tant que culture, ainsi que l’hypothèse alternative d’éléments intrusifs communs à différents faciès d’un même horizon chronologique.

Texte intégral

1. INTRODUCTION

1Cette contribution fait suite à la présentation préliminaire du résultat des fouilles conduites entre 1981 et 1987 dans la grotte de la Chauve-Souris à Donzère (Drôme), proposée lors des Rencontres méridionales de Préhistoire récente de Périgueux en 2004 (Vital 2007). Nous avions alors dégagé les principales composantes culturelles qu’il était possible d’identifier au sein du mobilier céramique, dont la chronologie intéresse, pour la Préhistoire récente, l’intervalle compris entre le Néolithique final et la fin du Premier Âge du Fer. La séquence stratigraphique détaillée comprend une dizaine de phases d’occupation pour la fin du Néolithique, que l’on décompose en trois séquences : inférieure, médiane et supérieure. Les datations pour le Néolithique final inférieur sont encore lacunaires, mais peuvent situer ce cycle au plus tôt vers 3200-3100 av. J.-C, se prolongeant probablement au début du IIIe millénaire av. J.-C. Alors que les fréquentations suivantes se placent aux alentours de 2700-2600 av. J.-C., la séquence supérieure se développe sur deux siècles environ, entre 2500 et 2300 av. J.-C. Les datations sont toutes données ici en probabilités maximales.

2C’est au niveau de plusieurs surfaces de ce troisième ensemble, d’affinités Fontbouisse dominantes, qu’ont été recueillis plusieurs fragments de gobelets inornés à bord rentrant (Vital 2001, 2007, fig. 13/9) évoquant certaines formes qui participent à la définition du concept de Remedello de l’Énéolithique nord-italique. Cependant, ce parallèle se heurtait à une incompatibilité chronologique avec le phasage des tombes de la nécropole éponyme de Remedello Sotto, que proposaient R. De Marinis et A. Pedrotti (De Marinis, Pedrotti 1997). En effet, les vases à bords rentrants et décor incisé des tombes 75 et 71, qui montrent par ailleurs des affinités avec les motifs fontbuxiens, sont placés par les auteurs dans le stade le plus ancien, Remedello 1, de la sériation établie pour les tombes de cette nécropole, entre 3400 et 2900-2800 av. J.-C., le style de la « céramique métopale » caractérisant la phase récente de Remedello (phase 2), entre 2900-2800 et 2400 av. J.-C.

3La situation aurait pu rester en l’état si les recherches en cours dans le cadre de la publication des fouilles de la Balme de Sollières-Sardières (Savoie) n’étaient venues alimenter ce dossier par l’attestation d’un fragment de céramique à décor « métopal » (Benamour 1993), dont la datation récente du contexte de découverte est encore venu amplifier les premières contradictions.

4Les deux gisements sont localisés dans la région Rhône-Alpes, dans les falaises calcaires du défilé de Donzère, en rive gauche du Rhône, pour la grotte de la Chauve-Souris, en limite nord du biome méditerranéen, et dans le chaos rocheux d’un bloc-klippe, détaché du massif du Mont-Cenis, pour la Balme de Sollières-Sardières, qui surplombe, en rive gauche également, la rivière Arc en Flaute-Maurienne (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation des gisements de la grotte de la Chauve-Souris à Donzère (Drôme) et de la Balme de Sollières-Sardières (Savoie).

2. LES SÉQUENCES STRATIGRAPHIQUES ET CÉRAMIQUES

2.1. LA GROTTE DE LA CHAUVE-SOURIS À DONZÈRE (DRÔME)

5La séquence supérieure du Néolithique final de la grotte de la Chauve-Souris regroupe quatre unités principales, 15AS, 14ES-14DS, 13DS et 13CS (fig. 2). La surface 15AS est bien datée, par deux mesures, vers 2450 av. J.-C. (Ly-4154 : 3940 ± 110 B.P. et Ly-5736 : 3925 ± 50 B.P.). Cette chronométrie est confirmée par les datations obtenues sur deux gisements régionaux qui livrent un mobilier céramique très comparable : la fosse 1 du Pâtis 2 à Montboucher-sur-Jabron (Drôme : Margarit, Saintot et al. 2002), de très peu antérieure (Tucson-113833 : 3980 ± 40 B.P.), à quelques kilomètres seulement à l’est, ainsi que l’abri de la Véssignée à Saint-Marcel-d’Ardèche (Ardèche : Beaume 1996 ; ARC-1438 : 3882 ± 50 B.P.). La surface 14ES-14D occupe ensuite l’intervalle 2450-2350 av. J.-C. (14D : Ly-5733 : 3900 ± 50 B.P.). Les deux unités 13DS et 13CS se succèdent rapidement entre cette fourchette et le début du xxiiie s. av. J.-C., terme fourni par la couche 13AB qui clôt la séquence néolithique (Ly-4756 : 3845 ± 80 B.P.) et leur correspond également latéralement. D’autres niveaux, du Bronze ancien, du Bronze final et du Premier Âge du Fer, prennent place ensuite.

6Les principales caractéristiques de l’évolution céramique du Néolithique final de la grotte de la Chauve-Souris montrent une production orientée vers des formes dérivées de la sphère, qui s’enrichit, dans l’ensemble supérieur, de jattes, de formes carénées et de récipients très décorés par incision et, secondairement, par des cannelures (fig. 3).

Fig. 2 – Séquences chrono-culturelles de la grotte de la Chauve-Souris à Donzère et de la Balme de Sollières-Sardières dans le cadre de compréhension des Alpes occidentales et de la vallée du Rhône.

7La séquence de la grotte de la Chauve-Souris nous a conduit à nous interroger sur la chronologie du faciès central Cèze-Ardèche du Fontbouisse et de son style très décoré. Deux conceptions sont admissibles. En effet, les céramiques les plus ornées (qui permettent la distinction des faciès géographiques) ne sont présentes à Donzère qu’à partir de la surface 14ES, soit vers 2450-2400 av. J.-C. au plus tôt selon notre schéma chronologique. Dans l’hypothèse languedocienne, une origine vers 2900-2800 av. J.-C. du style fontbuxien est généralement admise (Gutherz, Jallot 1995 ; Jallot 2003) (fig. 2). Ce décalage peut aussi être mis au compte de la position périphérique du site donzérois, alors que la chronologie des faciès céramiques inornés intermédiaires entre Ferrières et Fontbouisse est encore insuffisamment fixée en Languedoc oriental. Elle apparaît mieux assurée en moyenne vallée du Rhône (Les Bruyères, La Véssignée, Donzère Chauve-Souris) où la composition et les datations de la surface 15AS sont tout à fait significatives d’ensembles peu décorés (Vital 2007). Cependant, au moins deux gisements plus orientaux ont livré des céramiques d’affinités fontbouisses ou, tout du moins, d’un Néolithique final d’obédience méridionale synchrone, ainsi d’ailleurs, comme à Donzère, que des récipients du Campaniforme rhodano-provençal : Balme Rousse à Choranche, dans la vallée de la Bourne et la grotte de Comboire à Claix, dans celle du Drac (Isère : Vital, Bintz et al. 1991 ; Picavet 1989, 1991). Ces composantes méridionales du milieu du IIIe millénaire débordent d’ailleurs largement ces contours en direction du Jura comme cela a été souligné à maintes reprises (Wolf 1993), mais aussi dans les Alpes internes, dans le Néolithique final de la Balme de Sollières-Sardières notamment. Le caractère périphérique du Fontbouisse rhodanien doit, en conséquence, être relativisé. Ce point n’est pas sans importance, car les sites médio-rhodaniens à éléments fontbuxiens sont les plus proches de l’aire Remedello avec laquelle des parallèles typologiques ont souvent été établis, notamment sur la base de la présence de céramiques à décors de métopes dans les deux cultures.

8Alors que les décors incisés fins de bandes et de faisceaux font une apparition limitée en 15AS, les récipients à bandes ou métopes incisés plus profondément apparaissent à Donzère à la surface 14ES (fig. 3, no 8 et 9), le plus souvent sur des marmites hémisphériques (fig. 4), en synchronie avec la céramique campaniforme de faciès rhodano-provençal. Les formes à bords plats rentrants ont été découvertes aussi bien en 15AS (fig. 3, no 3), en 14ES (fig. 3, no 6 et 7), qu’en 13DS (fig. 4, no 12). Les états de surface et les caractères techniques sont conformes à ceux qui sont communs aux corpus du Néolithique final supérieur du site et diffèrent de ceux qui caractérisent les séquences inférieure et médiane. L’absence de pot à bord rentrant dans ces deux derniers ensembles peut donc aussi être tenue pour significative.

2.2. LA BALME À SOLLIÈRES-SARDIÈRES (SAVOIE)

9Les fouilles de cette cavité à la topographie tourmentée ont occupé les deux salles principales, dont la première a révélé une sédimentation importante, du Néolithique récent au Bronze final. Les travaux réalisés en 1980 sous la direction de F. Ballet et P. Benamour, puis jusqu’en 1990 sous la conduite de cette dernière (Benamour 1988, 1993), ont livré un abondant mobilier du Néolithique final, éléments de parures notamment, ainsi qu’une série de récipients céramiques qui demeure exceptionnelle dans les Alpes internes. Ce n’est que récemment, à la faveur de la fouille d’un témoin sédimentaire, réalisée par J. Vital en 1994 afin de doter le gisement d’un cadre chrono-stratigraphique cohérent, que l’identification culturelle de trois phases principales d’occupations néolithiques a pu être proposée à partir d’ensembles céramiques dont les contextes stratigraphiques ont pu être restitués. Nous avons ainsi isolé un ensemble Néolithique final inférieur 1, dans les intervalles 3330-3010-2930 av. J.-C. environ, puis un ensemble Néolithique final inférieur 2, entre le terme précédent (CRG-1382, 4411 ± 80 B.P.) et le début du xxixe s. av. J.-C., vers 2890-2880 av. J.-C. (Ly-7507, 4245 ± 55 B.P. et Ly-7508, 4252 ± 90 B.P). Enfin, un ensemble Néolithique final supérieur précède le Bronze ancien ; il est compris entre 2660-2575 et 2550-2470 av. J.-C. environ. Un tesson de bord de gobelet à décor « métopal » (fig. 5, no 3) a pu être attribué à l’entité du Néolithique final inférieur 2, dans la fourchette chronométrique assez précise de 3010-2930 à 2890-2880 av. J.-C., soit globalement le xxxe s. av. J.-C. Hormis ce fragment, l’ensemble du mobilier céramique des couches NFI1 et NFI2 (fig. 5) s’inscrit dans une mouvance culturelle nord-orientale, de la Haute-Souabe au Jura, renvoyant aux productions de styles Horgen, Sipplingen et Lattrigen (Hafner, Suter 1999). Ce style céramique s’appuie sur un fond transalpin plus ancien (Pfyn, Altheim, Fiavé...). Des différences sont cependant sensibles, comme la présence aux Balmes de cordons digités qui nous rapprochent plus spécifiquement de la sphère orientale, à partir de laquelle un mouvement de transgression stylistique touche le Nord et le Sud des Alpes durant le IVe millénaire (Hafner, Suter 2002).

Fig. 3 – Récipients à bord rentrants de la grotte de la Chauve-Souris à Donzère et échantillonnage de céramiques associées des surfaces 15AS (nos 1 à 4), MES (nos 5 à 11) et 13DS (nos 12 à 14).

Fig. 4 – Donzère, grotte de la Chauve-Souris. Tableau de présence/absence des formes céramigues de la séguence du Néolithigue final avec les principales modalités d'évolution : types plutôt attestés dans les séguences inférieure ou supérieure, types ubiguistes.

Fig. 5 – Sollières-Sardières, la Balme. Céramiques significatives de l’ensemble néolithique final inférieur 2.

2.3. PREMIÈRES CONSÉQUENCES

10De cet exposé, nous pouvons tirer deux premiers enseignements. – Le fragment de gobelet à décor « métopal » de l’ensemble NFI2 des Balmes est antérieur aux récipients à bords plats et aux marmites à damiers et bandeaux incisés de la grotte de la Chauve-Souris.

Fig. 6 – Chronologie des tombes de la nécropole de Remedello Sotto et de quelques formes céramiques significatives. Chronologie d’après De Marinis, Pedrotti 1997, fig. 9 ; céramiques d’après Cornaggia Castiglioni 1971.

11– La datation du style « métopal » à Sollières lui confère une position chronologique antérieure à celle du Fontbouisse décoré de moyenne vallée du Rhône et pose la question de la mise en parallèle des deux entités.

3. LES CONTEXTES D’ITALIE DU NORD

3.1. LA SÉRIATION DES TOMBES DE LA NÉCROPOLE DE REMEDELLO SOTTO

12La nécropole de Remedello Sotto, découverte en 1884 dans la province de Brescia, constitue l’un des ensembles archéologiques les plus conséquents de l’Énéolithique (Età del Rame) de la Péninsule italique, à côté de plusieurs autres entités culturelles (De Marinis, Pedrotti 1997 ; Bagolini, Pedrotti 1998 ; Barfield 2001 ; Steiniger 2005). Les tombes et le mobilier qu’elles ont livrés ont fait l’objet d’une tentative de sériation et de phasage menée par R.C. De Marinis (De Marinis, Pedrotti 1997). Elle s’appuie en priorité sur le classement morphologique et typologique des poignards en silex et de leur partie proximale, ainsi que sur celui du mobilier métallique (poignards et haches). L’ensemble est couplé à une analyse de leur répartition spatiale. Ces propositions ne font cependant pas l’unanimité (Barfield 2001 ; Mottes 2001) et sont l’objet également de nos interrogations. Deux phases principales sont identifiées, Remedello 1 entre 3400 et 2900/2800 av. J.-C. et Remedello 2 entre 2900/2800 et 2400 av. J.-C., à la suite desquelles se développe la culture Campaniforme. La céramique n’intervient que secondairement dans cette sériation par son caractère relativement diversifié et lacunaire à la fois, avec seulement 9 unités qui peuvent se prêter à des confrontations typologiques. À la phase Remedello 1 sont attribués les gobelets à bord rentrant des tombes 71 à 75, à décors de chevrons et de bandes horizontales incisées (Cornaggia Castiglioni 1971, pl. XIII), alors que les formes à décor « métopal » et un grand gobelet sphérique à col et anse coudée, issu de la tombe 65, sont classés dans la phase Remedello 2 (ibid., pl. XIV et XVII, no 2). Seules les tombes 75 et 65 bénéficient de datations au radiocarbone (fig. 6) : vers 2900 av. J.-C. pour la première (ETH-12183 : 4280 ± 65 B.R) et dans l’intervalle 2880-2710 av. J.-C., de moindre précision, pour la seconde (ETH-12188 : 4185 ± 70 B.R).

13Pour R. De Marinis, le grand gobelet à col appelle déjà des confrontations avec le Bronze ancien de style Polada, mais il renvoie aussi à quelques contextes sépulcraux campaniformes (Mottes, Nicolis 1998). Dans les deux cas, sa position chronologique paraît un peu ancienne. À moins que l’on considère qu’il puisse relever des composantes orientales, synchrones du Campaniforme, de la céramique barbelée telle qu’elle est connue de la Vénétie à la Slovénie (Salzani 2002). Un examen précis de la technique de décor serait nécessaire avant de conclure. Quant au gobelet à bord plat de la tombe 75, la datation qui le concerne chevauche plus l’intervalle entre Remedello 1 et 2 qu’elle ne correspond à la phase ancienne. Sa faible antériorité par rapport à la tombe 65 soulève les mêmes questions de validité de la mesure. Plusieurs d’entre elles, réalisées sur des ossements ayant fait l’objet de traitements conservatoires, s’écartent d’ailleurs de ce qui était attendu (De Marinis, Pedrotti 1997, fig. 9).

14La chronologie céramique de Remedello s’appuie également, pour la phase 1, sur les confrontations avec les poteries de la nécropole sous abri de Manerba Riparo Valtenesi (Barfield 2001), et notamment celles de la chambre funéraire 133 qui bénéficie de deux datations, entre 3090-3020 av. J.-C. (Birm-1132 : 4420 ± 90 B.P., sur bois) et entre 2580-2500 av. J.-C. (OxA-4547 : 4040 ± 60 B.P., sur graines) (Barfield et al. 1995, fig. 56, et renseignements aimablement fournis par L. Barfield, in litteris). Ce parallèle ne tient pas compte d’une contradiction chronologique entre la datation du bois de la chambre 133 (Birm-1132, au sein du Remedello 1), qui a livré des céramiques d’affinités « métopales », et la chronologie plus récente (Remedello 2) affectée à ce style par R. De Marinis. Pour la phase 2, les affinités sont à nouveau soulignées entre la céramique « métopale » et la décoration du Fontbouisse, tout comme les connexions avec la céramique poladienne du vase de la tombe 65.

3.2. SECONDES CONSÉQUENCES

15Les confrontations entre les contextes de découverte des céramiques « métopales » et ceux d’essence Fontbouisse, de part et d’autre des Alpes, amplifient notre premier constat (§ 2.3.) en entrant en opposition avec la séquence élaborée pour la nécropole de Remedello Sotto (fig. 7).

Fig. 7 – Chronologie des céramiques à décor « métopal », à bords plats et à décor incisé profond de la grotte de la Chauve-Souris à Donzère et de la Balme deSollières-Sardières par rapport à la sériation des tombes de la nécropole de Remedello Sotto.

  • Le décor « métopal » de Sollières est antérieur à la séquence Remedello 2.

  • Les vases à bords plats de Donzère sont postérieurs au Remedello 1 et contemporains du Campaniforme rhodano-provençal dans ce site.

  • Le style « métopal » semble donc bien antérieur et sans lien phylétique avec le Fontbouisse décoré de l’Ouest des Alpes à partir de notre étude de cas.

16Il est cependant nécessaire de vérifier cette troisième proposition en examinant si elle peut être étendue aux deux zones géographiques respectives, de part et d’autre du massif alpin.

4. LA QUESTION DU STYLE « MÉTOPAL » ET DES RAPPORTS AVEC LE FONTBOUISSE

17Plusieurs sites peuvent contribuer à la discussion de la réalité de ces transferts bilatéraux entre sphères Remedello et Fontbouisse.

4.1. EN ITALIE DU NORD

18En Italie, la tombe 133 de la nécropole sous abri de Manerba Riparo Valtenesi, à l’ouest du lac de Garde, mentionnée supra, livre un gobelet biconique à décor incisé fin de chevrons (Barfield 2001, fig. 2, no 8) (fig. 8). La date d’édification de cette chambre mortuaire en bois se situerait à partir de 3090-3020 av. J.-C. (Birm-1132), avec de possibles utilisations ou réinterventions ultérieures. En Ligurie, la grotte des Arene Candide à Finale Ligure a livré une série de tessons à décor « métopal » (Maggi, Starnini 1997, fig. 29 ; Bagolini, Biagi 1988, fig. 2). Ils proviennent, dans la plupart des cas, de niveaux remaniés depuis l’Âge du Bronze. La couche 5, qui renfermait deux pièces de même nature (fig. 8), livre par contre une série céramique attribuable en majorité à l’Âge du Cuivre. Une date 14C a été obtenue pour ce niveau, de 4320 ± 80 B.P. (Beta-48682), soit vers 2925-2900 av. J.-C.

4.2. DANS LE SUD-EST DE LA FRANCE

19Dans cette zone géographique, quelques gisements ont livré des céramiques de formes diverses à rebord plat ou qui montrent un profil de bord nettement convergent (fig. 9).

20Les fouilles réalisées dans le centre ancien de la ville d’Avignon (Vaucluse) ont fourni, dans les années soixante à soixante-dix, un abondant mobilier de la fin du Néolithique. Il n’est cependant pas aisé de se forger une opinion cohérente à partir des résultats obtenus en divers points de fouille dont il n’existe pas de bilan synthétique. À partir des données publiées par G. Sauzade et O. Lemercier, il ressort que les découvertes du secteur de la Balance, comme de la place du Palais (fig. 9), peuvent être calées dans les deux derniers tiers du IIIe millénaire av. J.-C., le niveau 3 de la Balance vers 2835-2585 av. J.-C. (Gif-705 : 4100 ± 120 B.P.) et l’avenue de la Fontaine, place du Palais, vers 2200-2160 av. J.-C. (Gif-2758 : 3750 ± 110 B.P). Dans ces deux sites, on observe la présence de céramiques Fontbouisse, des Campaniformes à décor pointillé géométrique et rhodano-provençal, de récipients à bord plat (Sauzade 1983, fig. 16 ; Lemercier 2004). L’hypogée des Crottes à Roaix (Vaucluse) fournit une autre référence, avec le bol à bord convergent de la couche 5 (Sauzade 1983, fig. 83), synchrone du niveau 3 de la Balance vers 2835-2585 av. J.-C. (Gif-1620 : 4100 ± 140 B.P). La couche 2, postérieure, mais d’ambiance culturelle identique à celle que suggère le mobilier de la couche 5, est datée vers 2580-2490 av. J.-C. (Gif-857 : 4040 ± 140 B.P). Ce résultat est certainement plus conforme à la réalité de la chronologie d’ensemble de cet hypogée, car les mesures donnant pour résultat le XXVIIIe s. av. J.-C. se situent sur un palier 14C étendu (fig. 13). Enfin, nous complétons cet inventaire avec la fosse 1 du Pâtis 2 à Montboucher-sur-Jabron (Margarit, Saintot et al. 2002, fig. 2) qui associe un rebord plat et un gobelet caréné à col qui renvoient à la culture péninsulaire de Rinaldone (fig. 10), vers 2550-2470 av. J.-C. (Tucson-113833 : 3980 ± 40 B.P).

21Les nouvelles recherches conduites par D. Binder dans l’abri Pendimoun à Castellar (Alpes-Maritimes) montrent la succession et l’articulation de plusieurs séries de céramiques, décorées et non décorées de la fin du Néolithique. La base de la séquence occupée à cette période comprend des tessons à décor « métopal » renvoyant à la sphère Remedello (Binder 2003, fig. 2) et des fragments de céramique campaniforme à décor au peigne. Les thèmes décoratifs de la céramique « métopale », relativement fragmentée (fig. 11), comprennent essentiellement des panneaux quadrangulaires finement incisés, alternant avec des zones réservées ou une anse dans un cas. Une datation a été obtenue pour ces niveaux, vers 2260-2150 av. J.-C. (Ly-1351-OxA : 3775 ± 65 B.P). Le sommet de la séquence a livré des éléments appartenant à des gobelets à décor mixte (dérivé de l’international) et de style rhodano-provençal. Un décalage important, de près de deux siècles, doit être constaté par rapport à la succession obtenue à Donzère, dans le sens d’un rajeunissement, à Castellar, de la datation des poteries d’affinités padanes. Cette différence contextuelle du style « métopal » de l’abri Pendimoun et, notamment, l’association avec la céramique campaniforme, conventionnellement plus tardive (De Marinis, Pedrotti 1997), ne va pas sans ajouter de nouvelles questions à la compréhension de l’articulation des cultures de la fin du Néolithique transalpin (Visentini 2002).

Fig. 8 – Mobiliers céramiques de Manerba Riparo Valtenesi (d’après Barfield 2001, fig. 2) et de la grotte des Arene Candide à Finale Ligure (d’après Maggi, Starnini 1997, fig. 29 ; Bagolini, Biagi 1987, fig. 2. 2

Fig. 9 – Mobiliers céramiques des sites de la Balance et de la place du Palais à Avignon, ainsi que de la couche 5 de l’hypogée des Crottes à Roaix (d’après Sauzade 1983, fig 16 et 83).

4.3. ARTICULATIONS CHRONO-CULTURELLES

22En marge de ces données chronologiques et céramiques, il ne semble pas inutile de revenir une nouvelle fois sur l’identification des deux céramiques non décorées qui accompagnent le vase campaniforme à décor international de la sépulture S14 du site de la Fare à Forcalquier, et sur leur rapprochement avec des productions du Rhône-Ouvèze (Alpes-de-Haute-Provence : Lemercier 2004, p. 36). Nous avons proposé (Vital 2007), pour ces deux gobelets carénés à fond aplati, de conduire également des comparaisons avec leurs homologues, décorés (fig. 12), découverts en contextes funéraires de la Plaine padane à Manerba Riparo Valtenesi (Barfield 2001, fig. 2, no 8) et dans la tombe 43 de Remedello (Cornaggia Castiglioni 1971, pl. XIV, no 1). Morphologies et dimensions comparables, présence d’un rebord court, préhensions et reliefs apposés sur la carène constituent les principaux traits communs. On peut d’ailleurs observer le caractère relativement isolé des deux formes de la sépulture S14 parmi les trois ensembles retenus par J. Cauliez dans son analyse préliminaire du groupe Rhône-Ouvèze, dénomination dont elle conteste la pertinence sur la base des caractères spécifiques initiaux (Cauliez 2007). Dans l’hypothèse des connexions italiques, la concomitance de deux productions associées en contexte funéraire à Forcalquier revêtirait une importance symbolique forte, alliant composantes Campaniforme et Remedello. Deux datations 14C ont été obtenues pour la sépulture 14, hélas discordantes (fig. 13), l’une sur des charbons contenus dans un gobelet, vers 2880-2615 av. J.-C. (Ly-6551 : 4210 ± 100 B.R), la seconde sur des os du squelette, vers 2460-2345 av. J.-C. (GrA-22988 : 3985 ± 40 B.P.) (Lemercier 2004). La première mesure serait en accord avec la chronologie des sites de comparaison et du Rhône-Ouvèze (fig. 13), la seconde de manière bien moins évidente.

Fig. 10 – Mobiliers céramiques de la fosse 1 du Pâtis 2 à Montboucher-sur-Jabron (d’après Margarit, Saintot et al. 2002, fig. 2).

Fig. 11 – Céramiques à décor « métopal » de l’abri Pendimoun à Castellar (d’après Binder2003, fig. 2).

Fig. 12 – Deux gobelets accompagnant le vase campaniforme à décor international de la sépulture S14 du site de la Fare à Forcalquier (d’après Lemercier2004, fig. 8, no 2 et 3) et comparaisons issues de IZIanerba Riparo Valtensi chambre 133 (d’après Barfield 2001, fig. 2, no 8) et de la tombe 43 de Remedello (d’après Cornaggia Castiglioni 1971, pi. XIV, no 1).

23La séquence chrono-culturelle proposée pour la fin du Néolithique en Italie du Nord (fig. 2) s’oppose pourtant à cette synchronie Campaniforme-Remedello, avec une succession Remedello 1, Remedello 2, Campaniforme (De Marinis, Pedrotti 1997 ; Barfield 2001). À l’inverse, la synchronie entre céramiques d’affinités italiques et campaniformes (du standard, en 15BS, et rhodano-provençal, ensuite) est bien attestée dans la grotte de la Chauve-Souris sur l’ensemble des surfaces 15BS-13CS (supra, fig. 4), entre 2600-2500 et 2300 av. J.-C, y compris en contexte Fontbouisse. Cette synchronie d’ensemble nous paraît également illustrée dans les deux importantes nécropoles mégalithiques de Sion Petit-Chasseur en Valais et de Saint-Martin-de-Corléans dans le Val d’Aoste, sur la base des représentations gravées sur les stèles (Vital 2007). Les stèles de type A (« Remedello ») de Sion sont en réemploi dans le monument MVI en 2700-2450 av. J.-C, alors qu’elles le sont également au Campaniforme avec les stèles de type B (Campaniforme) entre 2450 et 2150 av. J.-C. (Gallay 1990). À Aoste, la phase 2b d’occupation du site voit l’érection et le démantèlement d’alignements de stèles des deux styles dans la fourchette chronologique 2650-2500 av. J.-C. Elles sont, pour partie, réutilisées ensuite au Campaniforme (phase 4, 2550-2350 av. J.-C.) dans la construction des monuments mégalithiques (Mezzena 1997). Malgré un léger décalage chronométrique concernant la cohabitation des deux styles et les rapports entre l’édification et le réemploi des stèles à Sion et à Aoste, on ne peut que constater une certaine concurrence entre des idéels, symboliques ou idéologies propres aux deux sphères Remedello et Campaniforme. Elles englobent de larges zones géographiques qui correspondent à des réseaux d’influences et d’emprises socio-économiques mais aussi, à l’évidence, symboliques.

24La synthèse des données céramiques et chronométriques conduit à distinguer deux blocs à valeur chronologique (fig. 13) : l’un regroupe trois gisements à céramiques décorées dans le style « métopal » entre 3100 et 2900 av. J.-C., l’autre rassemble les sites du Sud-Est de la France qui livrent des récipients à bords plats, entre 2650 et 2200 av. J.-C. environ.

4.4. TECHNIQUES ETTHÈMES DÉCORATIFS

25Si la chronologie ne semble pas en cause dans ce décalage de trois siècles entre la céramique « métopale » et le style de Fontbouisse, il semble bien que diverses techniques et thèmes décoratifs aient été confondus sous le terme de céramique « métopale », donnant une fausse unité à ce concept, qui s’est traduite par notre recours aux guillemets.

26Il apparaît donc nécessaire d’établir une distinction entre les différentes propositions décoratives rangées sous l’appellation, ou rapprochées du thème de la métope, dont une cartographie a été dressée à plusieurs reprises (Bagolini, Fasani 1982, fig. 1 ; Bagolini, Biagi 1987, fig. 1 ; De Marinis, Pedrotti 1997, fig. 10 ; Fasani, Visentini 2002, fig. 6 ; Visentini 2002, fig. 1). Si l’on s’en tient à la définition de l’architecture grecque, il s’agit d’un panneau de remplissage entre deux triglyphes, dans une suite discontinue, mais en bandeau linéaire unique. À cette définition correspondent deux modalités, essentiellement représentées en Italie (fig. 14).

Fig. 13 – Synthèse et cadre chrono-culturel des découvertes de céramiques de style « métopal » et à rebord plat des gisements bénéficiant d’une chronologie radiocarbone.

Fig. 14 – Sériation typologique et chronologique des thèmes décoratifs des styles « métopal » et Fontboulsse en Italie du Nord et dans le Sud-est de la France. Les sites bénéficiant de datations au radiocarbone sont mentionnés en caractères gras.

4.5. LES MÉTOPES INSCRITES

27Il s’agit le plus souvent d’un seul bandeau horizontal formé d’incisions continues superposées, recoupées par des séries groupées d’incisions verticales qui ne dépassent pas les limites de la portée. Ces motifs correspondent pour nous au standard du décor métopal. Ils sont représentés par les cas de Sollières, de Remedello tombes 46 et BSIV (Cornaggia Castiglioni 1971, pl. XIV), de Colombare di Negrar sur le Monte Lessini (Fasani, Visentini 2002, fig. 5 ; Visentini 2002), des Arene Candide à Finale Ligure (Bagolini, Biagi 1987, fig. 2, no 2 ; Maggi, Starnini 1997, fig. 39, nos 7 et 8). Nous pouvons y ajouter les tessons de Castello d’Anone (Venturino Gambari, 1995, fig. 5, no 7) et de Briona Cascina Le Coste en Piémont (Gambari, Venturino Gambari 1990, fig. 3), dans des ensembles archéologiques à placer probablement à la transition des IVe et IIIe millénaires, mais qui sont décrits comme hétérogènes.

4.5.1. Les métopes circonscrites

28Il s’agit le plus souvent d’un seul bandeau horizontal formé d’une alternance de panneaux à incisions verticales, circonscrit par un panneau lisse ou garni d’incisions horizontales. De tels thèmes sont attestés pour le premier aux Arene Candide (Maggi, Starnini 1997, fig. 39, nos 6 et 9), ainsi qu’à Avignon, place du Palais (Sauzade 1983, fig. 14, no 5). Le second est présent à Manerba del Garda Riparo Valtenesi (Barfield 2001, fig. 2, no 3 et fig. 6) et, éventuellement, parmi la céramique très fragmentée de l’abri Pendimoun à Castellar (Binder 2003, fig. 3, no 9). Dans le Midi, cette thématique est surtout représentée dans les groupes les plus occidentaux du Fontbouisse, mais, sous une forme couvrante, dans les faciès caussenards (Gutherz, Jallot 1995, fig. 13 et 14).

29Deux autres thématiques sont plus spécifiques au Sud-Est de la France.

4.5.2. Les métopes et portées horizontales

30Cette catégorie montre des métopes circonscrites de part et d’autre par des portées d’incisions ou de cannelures horizontales, comme l’illustrent les différents styles héraultais, des Petits Causses ou du littoral (Gutherz, Jallot 1995, fig. 15 et 17) et dans le faciès central gardois du Fontbouisse (ibid., fig. 18). En Provence, le groupe Rhône-Ouvèze montre quelques cas similaires (D’Anna 1995, fig. 4).

4.5.3. Les damiers

31Plus au nord, cette organisation du décor, en métopes et champs limitants, connaît un développement plus complexe par translation et décalage latéral. Ce décor couvrant prend alors la forme d’un damier, que l’on observe dans le style de l’Uzège (Gutherz, Jallot 1995, fig. 19), mais qui caractérise surtout les styles les moins éloignés du domaine alpin, comme dans le faciès Cèze-Ardèche (ibid., fig. 20), ou plus encore rhodanien (fig. 3, no 8) (Sauzade 1983, fig. 14, no 3), du Fontbouisse (Vital 2007). En moyenne vallée du Rhône, les styles et techniques du tracé des damiers fontbuxiens sur des bols et des marmites de la grotte de la Chauve-Souris font, par ailleurs, l’objet de transferts sur des gobelets campaniformes (Vital 2007).

32Les décors croisillonnés et de chevrons montrent une grande variabilité et une plus faible dispersion en Italie du Nord. Les premiers sont attestés au Riparo Valtenesi et en Piémont à Chianocco et à Chiomonte. Des portées d’incisions au peigne traîné ornent un gobelet caréné du Riparo Valtenesi (Barfield 2001, fig. 2, no 6). Comme les damiers, les chevrons sont un motif que l’on retrouve essentiellement à l’ouest des Alpes.

33Enfin, un dernier critère a été pris en compte, qui concerne les deux modalités principales de couverture décorative des parois externes des récipients, sous forme de bandeaux horizontaux, ou alors de panneaux bien plus couvrants qui occupent, dans la plupart de ces cas, la totalité de la partie supérieure des vases. Les occurrences de ce descripteur sont particulièrement significatives. Les métopes inscrites et circonscrites forment des bandes simples (fig. 14, organisation du décor B), alors que les damiers couvrent de larges panneaux (fig. 14, organisation du décor P). Les cas de métopes inscrites et circonscrites en bandes superposées montrent des bandes vides intercalées, à l’image des gobelets campaniformes maritimes.

5. BILAN CHRONO-CULTUREL ET GÉOGRAPHIQUE

34À l’issue de l’analyse des techniques et thèmes décoratifs, nous identifions à nouveau deux ensembles à valeur chronologique (fig. 14) :

  • un groupe à décor métopal en bandes, entre 3100 et 2900 av. J.-C. environ, essentiellement italique ;

  • un groupe à décors de panneaux couvrants, les damiers et portées horizontales du Fontbouisse du Sud-Est de la France, entre 2600 et 2300 av. J.-C. environ.

35Cette analyse des décors confirme l’antériorité du décor de métopes sur le Fontbouisse décoré de l’Ouest des Alpes. Une dérivation du premier à partir du second paraît donc impossible, ce qu’avait déjà souligné L. Barfield (Barfield 1988). En outre, aucun lien phylétique inverse ne semble pouvoir être mis en avant en l’état de la chronologie de chacune de ces deux productions céramiques.

36Nous pouvons dégager, secondairement, plusieurs conséquences de ces observations.

  • La chronologie des décors croisillonnés ne peut être établie en Italie sur cette seule sériation typologique.

  • La position intermédiaire du Riparo Valtenesi irait dans le sens d’une chronologie d’occupation longue, que confirme la présence de céramiques campaniformes (Barfield 2001, fig. 3, nos 6 et 7).

  • Les décors des céramiques non campaniformes de l’abri Pendimoun doivent plutôt êtres rapprochés de la sphère Fontbouisse que du style métopal tel que nous l’avons défini.

  • Deux tessons montrent, semble-t-il, un décor de damiers (fig. 11, no 11) et des incisions en panneaux couvrants (fig. 11, no 13).

  • Un récipient tiré de travaux anciens dans la tourbière de Mercurago, en Piémont, peut constituer une extension du style Fontbouisse vers l’est. Il s’agit d’un gobelet à bord rentrant, décoré de larges bandes horizontales couvrantes, incisées en chevrons ou arêtes de poisson (Lo Porto 1956, fig. 2, no 8), à propos duquel il est nécessaire de s’interroger sur une datation au Néolithique final, période éventuellement représentée également par plusieurs pièces de silex.

  • La sériation par les décors classe à nouveau les tombes 75 et 71 de Remedello dans le groupe le plus récent, indépendamment de leur forme support céramique à bord plat.

  • La datation de la tombe 75 ne s’accorde cependant pas avec nos propositions. Il peut s’agir d’un problème de pure physique, concernant plus globalement les mesures sur des mobiliers anciennement conservés en musée.

  • Si l’on admet une datation ancienne des décors de métopes, l’hétérogénéité typologique des séries de Castello d’Anone et de Briona Cascina Le Coste peut être relativisée.

  • Enfin, si l’on considère que les récipients à décors incisés et bords plats des tombes 75 et 71 de Remedello peuvent caractériser un second stade de cette entité sur la base de la chronologie du Fontbouisse, alors on devrait admettre la possibilité d’une synchronie, au moins partielle, entre Remedello et Campaniforme, dans un stade ancien de ce dernier tout du moins. C’est le sens également, nous semble-t-il, des observations réalisées dans les nécropoles mégalithiques alpines de Sion Petit-Chasseur et de Saint-Martin-de-Corléans (supra). Qu’en est-il, pour clore cette révision, de la répartition géographique des styles décoratifs que nous venons d’identifier (fig. 15) ? Nous pouvons prendre comme base les différentes cartographies concordantes qui ont été dressées (Bagolini, Fasani 1982, fig. 1 ; Bagolini, Biagi 1987, fig. 1 ; De Marinis, Pedrotti 1997, fig. 10 ; Fasani, Visentini 2002, fig. 6 ; Visentini 2002, fig. 1). Cependant, les récipients proviennent rarement de contextes archéologiques fiables ou conséquents et souffrent le plus souvent d’une fragmentation poussée, ce qui limite les possibilités d’analyse.

37La validité de l’identification des pièces de deux sites n’a pu être conduite à partir de notre examen bibliographique, à savoir ceux de la Tana della Mussina et de Selva di Stanghella dans le bassin inférieur du Pô. La céramique cannelée de la nécropole de Vollein, initialement attribuée à l’Énéolithique, appartient, en fait, au Bronze moyen (Mezzena 1997, p. 47). Nous pouvons par contre compléter l’inventaire avec les probables métopes inscrites de Gropello Cairoli, Vigna Gilardoni, dans la basse vallée du Ticino, en Lomellina (Vanacci Lunazzi 1993, fig. 4, nos 4 et 6). Dans le Trentin, le tesson de Bersaglio di Mori porte un motif croisillonné oblique près du bord (Pedrotti 2001, fig. 17) et n’appartient pas au standard métopal. Il en est de même du fragment issu du Riparo Gaban, avec un décor incisé orthogonal très lâche immédiatement sous le rebord (ibid., fig. 18). Le tesson de la Gratta G. Perin est tout aussi équivoque (Leonardi, Broglio 1962-1963, fig. 23C). Il semble plutôt relever de la technique « dragged comb », c’est-à-dire du peigne traîné, également utilisée à Manerba Riparo Valtenesi (Barfield 2001, fig. 2, no 6). Le tesson du site 1 de Spilamberto San Cesario est extrêmement réduit (Bagolini 1981, fig. 2). Le thème s’apparente plus à celui de la métope circonscrite, à portées horizontales limitantes, qu’au standard métopal. Il semble, là aussi, que l’on ait affaire à une technique relevant soit du peigne traîné, soit du balayage (« a scopa » ou « Besenstrich »), comme dans la séquence néolithique lombarde de Lovere (Poggiani Keller 2000, fig. 24, 28...).

Fig. 15 – Cartographie des styles métopal et Fontbouisse. Les sites : D : Donzère ; S : Sollières-Sardières ; R : Remedello. Les styles décoratifs : d : damiers ; m : métopal ; c : croisillons ; x : non retenus ; ? ; non documentés.

38La cartographie des styles métopal et Fontbouisse (fig. 15) indique qu’il n’existe pas de recoupement territorial entre les deux productions. Tout juste peut-on constater que l’extrémité méridionale de la chaîne des Alpes occidentales semble constituer une zone-limite de diffusion, sur deux cas seulement il est vrai (Abri Pendimoun et Arene Candide)...

39Est-ce à dire qu’il n’existe aucune relation entre Fontbouisse et Remedello ? Ou entre les deux versants des Alpes à la fin du Néolithique ?

40Un premier point, nous semble-t-il, serait de ne plus considérer comme synonymes décor « métopal » et Remedello (Bagolini, Fasani 1982 ; Bagolini, Pedrotti 1998, p. 272), si ce n’est dans le sens que nous avons donné au premier d’un standard de décor de métopes sous forme de bandeaux. Les propositions qui précèdent, et qui visent à une distinction entre deux ensembles, à métopes et à bord plats pour simplifier, au sein de la nécropole éponyme, défont un peu plus le concept de Remedello en tant que culture (Bagolini, Fasani 1982 ; Steiniger 2005), ainsi que l’idée, à ce propos, d’« éléments intrusifs communs à différents faciès d’un même horizon chronologique » (Bagolini, Biagi 1987 ; Visentini 2002).

41Nous devons également constater les affinités réelles entre le groupe à bords plats et décors incisés couvrants de la nécropole de Remedello (tombes 71 et 75) et des éléments fontbouisses, tels ceux découverts à Donzère dans la grotte de la Chauve-Souris. Ce parallélisme, si l’on veut bien considérer qu’il ne relève pas uniquement de convergences non significatives, peut alors alimenter la question des relations transalpines, tout comme l’ont déjà fait d’autres marqueurs (Vital 2007), tel le poignard triangulaire à soie, en cuivre, du Mas des Gavots à Orgon, ou bien comme les gravures d’armes comparables des Préalpes drômoises, des Oullas dans la haute vallée de l’Ubaye, voire de la zone des gravures du Mont Bego, dans les Alpes-Maritimes, ou encore comme les sépultures savoyardes de Fontaine-le-Puits, ainsi que la circulation de matières siliceuses (Binder 2003), mais dont la chronologie précise reste le plus souvent très mal connue. Le gobelet de la tourbière de Mercurago peut aussi alimenter la possibilité d’une extension du style Fontbouisse dans la Plaine padane.

42Enfin, il apparaît possible, sur la base d’une synchronie entre Fontbouisse et Campaniforme rhodano-provençal dans le Midi, qu’il puisse en être de même en Italie du Nord entre le Campaniforme et la production des vases à bord plat, voir même entre le Campaniforme du standard (Salanova 2000) et la fin du style métopal sur gobelets carénés. Une dernière remarque doit être faite : le synchronisme partiel entre les styles céramiques Cordés (prolongements à Remedello Sotto avec l’épingle en argent de la tombe BSII, ETH-6196 : 4070 ± 70 B.P., soit vers (2830)/2660-2500 av. J.-C. en probabilités maximales), Campaniforme, et style métopal strict, tous trois à base de décors de bandes horizontales, dans l’intervalle 2900-2700 av. J.-C, qui pousse à s’interroger sur les relations à large échelle entre ces trois entités ou expressions culturelles, qui pratiquent la sépulture individuelle.

43Cette question et celle, plus large encore, de l’articulation chrono-culturelle au sein de l’Âge du Cuivre alpin et préalpin constituent toujours des chantiers inépuisables.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bagolini B. 1981. Il sepolcreto e gli insediamenti eneolitici di Spilamberto-S. Cesario nel quadro culturale mediopadano. In Bagolini B. (ed.). Il Neolitico e l’Età del Rame : ricerca a Spilamberto-S. Cesario 1977-1980. Vignola: Cassa di Risparmio, p. 217-276.

Bagolini B., Biagi P. 1987. Distribution, chronology and cultural signifiance of the “métopal” wares of northern Italy. Nat. Bresciana 24, p. 183-187.

Bagolini B., Fasani L. 1982. Problemi sulla fine del Neolitico ed il passaggio all’età del bronzo nel versante méridionale della regione alpina centrale. In Il passagio dal Neolitico all’Età del Bronzo nell’Europa centrale e nella regiona alpina : problemi cronologici e terminologici : atti del X. Simp. int. sulla fine del Neolitico e gli inizi dell’età del Bronzo in Europa, Lazise-Verona, 8-12aprile 1980. Verona : Museo Civico Storia Naturale Verona, p. 13-26.

Bagolini B., Pedrotti A. 1998. L’Italie septentrionale. In Guilainej. (dir.). Atlas du Néolithique européen. Il, L’Europe occidentale. Liège : Université de Liège, p. 233-341. (Études et recherches archéologiques de l’Université de Liège ; 46).

Barfield L. 1988. The Chalcolithicof the Po Plain. In L’Età del Rame in Europa: atti del Congresso internazionale di Viareggio, 15-18 Ottobre 1987. Rassegna di Archeologia 7, p. 411-418.

Barfield L. 2001. Copper Age pottery from the Riparo Valtensi, Manerba del Garda. Preistoria alpina 35, p. 55-65.

Barfield L., Buteux S., Bocchio G. 1995. Monte Covolo : una montagna e il suo passato : richerche archeologiche 1972-1994. Birmingham: Amministrazione Comunale Villanuova sul Clisi, University of Birmingham, Istituzione Museale Gavardese. 66 p., 79 fig.

Beaume C. 1996. Le site Néolithique final de l’abri de la Véssignée à Saint-Marcel-d’Ardèche. Archèche archéologie 13, p. 36-44.

Benamour P. 1988. Le Néolithique de la grotte des Balmes de Sollières-Sardières (Savoie). In Actes des Rencontres Néolithique de Rhône-Alpes 4, 1987. Lyon, Valence :

Centre d’archéologie préhistorique, p. 7-10.

Benamour P. 1993. Depuis 3000 ans avant notre ère... Les Balmes de Sollières-Sardières, site d’altitude et passage obligé. In La Savoie avant l’Histoire : nouvelles recherches, nouveaux regards. Chambéry : Société savoisienne d’histoire et d’archéologie. 95 p. (L’Histoire en Savoie ; 95. Mémoires et documents publiés par la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie ; 95).

Binder D. 2003. Considérations préliminaires sur le Néolithique final de l’abri Pendimoun (Castellar, Alpes-Maritimes). In Gascô J., Gutherzx., Labriffe P.A. de (dir.). Temps et espaces culturels du VIe au IIe millénaire en France du Sud : actes des 4e Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Nîmes, 28 et 29 octobre 2000. Lattes : Éd. de l’Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 293-298. (Monographies d’archéologie méditerranéenne ; 15).

Cauliez J. 2007. Les corpus céramiques du IIIe millénaire av.J.-C. dans le Sud-Est de la France. Identité du groupe Rhône-Ouvèze. Bulletin de la Société préhistorique française 104/1, p. 125-145.

Cornaggia Castiglioni O. 1971. La cultura di Remedello : problematica ed ergologia di una faciès dell’eneolitico Padano. Milano : Societa italiana di scienze naturali. 79 p. (Memorie della Société italiana di scienze naturali e del Museo civico di storia naturale di Milano ; 20, 1).

D’Anna A. 1995. Le Néolithique final en Provence. In Voruz J.-L. (dir.). Chronologies néolithiques de 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien : actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 19 et 20 septembre 1992 (XIe Rencontres sur le Néolithique de la Région Rhône-Alpes). Ambérieu-en-Bugey : Société préhistorique rhodanienne, p. 265-286.

De Marinis R.C., Pedrotti A. L. 1997. L’Età del Rame nel versante italiano del le alpi centro-occidentali. In Atti della XXXI riunione scientifica : la valle d’Aosta nel quadro della preistoria e protostoria dell’arco alpino centro-occidentale, Courmayeur, 2-5 giugno 1994. Firenze : Istituto italiano di preistoria e protostoria, p. 247-300. (Istituto italiano di preistoria e protostoria. Riunione scientifica ; 31).

Fasani L., Visentini P. 2002. L’insediamento neolitico e dell’età del Rame di Colombare di Negrarsui Monti Lessini (Verona). In Ferrari A., Visentini P. (dir.). Il declino del mondo neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone, 5-7 aprile 2001. Pordenone: Museo delle Scienze, p. 229-235. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale; 4).

Gallay A. 1990. Historique des recherches entreprises sur la nécropole mégalithique du Petit-Chasseur de Sion (Valais, Suisse). In Guilaine J., Gutherz X. (dir.). Autour de Jean Arnal. Montpellier : Recherches sur les premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale : Laboratoire de paléobotanique, Université des sciences et techniques du Languedoc, p. 335-357.

Gambari F. M., Venturino Gambari M. 1990. Il periodo di transizione tra Neolitico ed Eneolitico in Piemonte: evoluzione e cambiamento degli aspetti culturali. In Actes du Ve colloque sur les Alpes dans l’Antiquité, Pila, vallée d’Aoste, 11-13 septembre 1987. Aoste : Société Valdôtaine de préhistoire et d’archéologie, p. 127-141. (Bulletin d’études préhistoriques et archéologiques alpines ; no spécial).

Gutherz X., Jallot L 1995. Le Néolithique final du Languedoc méditerranéen. In Voruz J.-L. (dir.). Chronologies néolithiques de 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien : actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 19 et 20 septembre 1992 (XIe Rencontres sur le Néolithique de la Région Rhône-Alpes). Ambérieu-en-Bugey : Société préhistorique rhodanienne, p. 231-263.

Hafner A., Suter P. 1999. Ein neues Chronologieschema zum Neolithikum des schweizerischen Mittellandes : das Zeit/Raum-Modell. Archéologie im Kanton Bern 4, p. 7-36.

Hafner A., Suter P. 2002. Le Néolithique en Suisse au IVe millénaire avant J.-C. Traditions, influences et évolutions. In Ferrari A., Visentini P. (dir.). Il declino del mondo neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone, 5-7 aprile 2001. Pordenone : Museo delle Scienze, p. 51-66. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale ; 4).

Jallot L. 2003. Le style céramique de Ferrières dans le département de l’Hérault et la question du « style des Vautes ». In Guilainej., Escallon G. (dir.). Les Vautes (Saint-Cély-du-Fesc, Hérault) et le Néolithique final du Languedoc oriental. Toulouse :

Archives d’écologie préhistorique, p. 235-273. (Recherches en archéologie préventive ; 2).

Lemercier O. 2004. Les Campaniformes dans le Sud-Est de la France. Lattes : Éd. de l’Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Rousillon. 515 p. (Monographies d’archéologie méditerranéenne ; 18).

Leonardi P, Broglio A. 1962-1963. I Covoli della Sengia Bassa di San Cassiano nei Berici (Vicenza). Bullettino di Paletnologia Italiana 71-72, p. 155-189.

Lo Porto F.G. 1956. Nuove indagini nella torbiera di Mercurago. Bullettino di Paletnologia Italiana 65/2, p. 549-567.

Maggi R., Starnini E. 1997. Some aspects of pottery production. In Maggi R. (dir.). Arene Candide: a functional and environmental assessment of the Holocene sequence: excavations Bernabà Brea-Cardini 1940-50. Roma : Il Calamo, p. 279-337. (Memorie dell’lstituto Italiano di Paleontologia umana ; 5).

Margarit X., Saintot S. et al. 2002. Le site néolithique final du Pâtis 2 à Montboucher-sur-Jabron (Drôme). In Archéologie du TGV Méditerranée : fiches de synthèse. I, La Préhistoire. Lattes : Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, p. 95-102. (Monographies d’archéologie méditerranéenne ; 8).

Mezzena F. 1997. La valle d’Aosta nel Neolitico e nell’Eneolitico. In Atti della XXXI riunione scientifica : la valle d’Aosta nel quadro della preistoria e protostoria dell’arco alpino centro-occidentale, Courmayeur, 2-5 giugno 1994. Firenze: Istituto italiano di preistoria e protostoria, p. 17-133. (Istituto italiano di preistoria e protostoria. Riunione scientifica; 31).

Mottes E. 2001. Bell Beakers and beyond: flint daggers of northern Italy between technology and typology. In Nicolis Fr. (ed.). Bell Beakers today: pottery, people, culture symbols in prehistoric Europe: proceedings of the International colloquium, Riva del Garda (Trento, Italy), 11-16 May 1998. Trento: Provincia autonoma di Trento, Servizio Beni Culturali, Ufficio Beni Archeologici, p. 519-545.

Mottes E., Nicolis F. 1998. Aspetti culturali del bicchiere campaniforme in Trento. In Simbolo ed enigma : il bicchiere campaniforme e I’ltalia nella preistoria europea del III millenio a.C. : [mostra], La Rocca di Riva del Garda, 12 maggio-30 settembre 1998. Trento : Servizio Beni Culturali, Provincia Autonoma, p. 73-76.

Pedrotti A. 2001. L’Età del Rame. In Lanzinger M., Marzatico F., Pedrotti A. Storia del Trentino. I, La preistoria e la protostoria. Bologna : Il Mulino, p. 183-253.

Picavet R. 1989. La sépulture collective de Comboire à Claix, Isère : du Chasséen à l’Âge du Bronze. Bulletin du Centre de recherches préhistoriques du Vercors 4, p. 1-58, 31 fig.

Picavet R. 1991. La sépulture collective de Comboire à Claix, Isère. In Actes du VIe colloque sur les Alpes dans l’Antiquité, Annecy, Haute-Savoie, 23-24 sept. 1989. Aoste : Société Valdôtaine de préhistoire et d’archéologie, p. 29-34. (Bulletin d’études préhistoriques et archéologiques alpines ; 2).

Poggiani Keller R. 2000. Lovere (Bergamo): una sequenza stratigrafica esemplare dal Neolitico Antico al Bronzo finale in area prealpina. Rivista di scienze preistoriche 50, p. 297-374.

Salanova L. 2000. La question du Campaniforme en France et dans les îles anglo-normandes : productions, chronologie et rôles d’un standard céramique. Paris : Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques ; Société historique et préhistorique française. 391 p. (Documents préhistoriques ; 13. Mémoires de la Société préhistorique française ; 27).

Salzani P. 2002. Verona-Loc. Bongiovana. Insediamento della fine dell’Età del Rame. In ASPES A. Preistoria Veronese: contributi e aggiornamenti. Verona: Museo civico di storia naturale, p. 96-97. (Memorie del Museo Civico di Storia Naturale di Verona. Sezione Scienze dell’Uomo ; 5).

Sauzade G. 1983. Les sépultures du Vaucluse du Néolithique à l’Âge du Bronze. [Marseille] : Éd. du Laboratoire de paléontologie humaine et de préhistoire ; Paris : Institut de paléontologie humaine. 253 p.-xx p. de pl. (Études quaternaires ; 6).

Steiniger D. 2005. L’Énéolithique en Italie. In Ambert P, Vaquer J. (dir.). La première métallurgie en France et dans les pays limitrophes : actes du colloque international, Carcassonne, 28-30 septembre 2002. Paris : Société préhistorique française, p. 287-301. (Mémoire de la Société préhistorique française ; 37).

Vanacci Lunazzi G. 1993. Nuovi ritrovamenti eneolitici lungo il fiume Ticino e Po. Annali Benacensi 10, p. 133-148.

Venturino Gambari M. (dir.) 1995. Navigatori e contadini : Alba e la valle del Tanaro nella preistoria. Alba : Famija albèisa ; Torino : Omega. 304 p. (Quaderni della Soprintendenza archeologica del Piemonte ; 4).

Visentini P. 2002. La ceramica metopale di Colombare di Negrar. In Aspes A. Preistoria Veronese : contributi e aggiornamenti. Verona : Museo civico di storia natural, p. 90-91. (Memorie del Museo Civico di Storia Naturale di Verona. Sezione Scienze dell’Uomo ; 5).

Vital J. 2001. Deux séquences à céramiques Campaniformes dans la moyenne vallée du Rhône (Drôme, France). In Nicolis Fr. (ed.). Bell Beakers today: pottery, people, culture symbols in prehistoric Europe: proceedings of the International colloquium, Riva del Carda (Trento, Italy), 11-16 May 1998. Trento: Provincia autonoma di Trento, Servizio Beni Culturali, Ufficio Beni Archeologici, p. 715-717.

Vital J. 2007. Les fouilles 1981-1987 dans la grotte de la Chauve-Souris à Donzère (Drôme) : visées initiales, problématiques actuelles, premières caractérisations chrono-culturelles, implications pour le Sud-Est de la France et le domaine circum-alpin. In Fouéré R, Chevillot G, Courtaud R, Ferullo O., Leroyer C. (dir.). Paysages et peuplements : aspects culturels et chronologiques en France méridionale : actualité de la recherche : actes des 6e Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Périgueux, 2004. Chancelade : ADRAHP ; Thégra : Préhistoire du Sud-Ouest, p. 257-292. (Préhistoire du Sud-Ouest ; suppl. 11).

Vital J., Bintz P. et al. 1991. Les occupations protohistoriques et historiques des gisements du cirque de Choranche (Isère). Callia Préhistoire 33, p. 207-267.

Wolf Cl. 1993. Die Seeufersiedlung Yverdon, Avenue des Sports, Kanton Waadt : eine kulturgeschichtliche und chronologische Studie zum Endneolithikum der Westschweiz und angrenzender Cebiete = Le site littoral d’Yverdon, Avenue des Sports, Canton de Vaud : une étude du développement culturel et chronologique de la fin du Néolithique de Suisse occidentale et des régions voisines. Lausanne : Cahiers d’archéologie romande. 301 p.-143 p. de pl. (Cahiers d’archéologie romande ; 59. Freiburger archaologischer Studien ; 1).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation des gisements de la grotte de la Chauve-Souris à Donzère (Drôme) et de la Balme de Sollières-Sardières (Savoie).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 2 – Séquences chrono-culturelles de la grotte de la Chauve-Souris à Donzère et de la Balme de Sollières-Sardières dans le cadre de compréhension des Alpes occidentales et de la vallée du Rhône.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 3 – Récipients à bord rentrants de la grotte de la Chauve-Souris à Donzère et échantillonnage de céramiques associées des surfaces 15AS (nos 1 à 4), MES (nos 5 à 11) et 13DS (nos 12 à 14).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 4 – Donzère, grotte de la Chauve-Souris. Tableau de présence/absence des formes céramigues de la séguence du Néolithigue final avec les principales modalités d'évolution : types plutôt attestés dans les séguences inférieure ou supérieure, types ubiguistes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 5 – Sollières-Sardières, la Balme. Céramiques significatives de l’ensemble néolithique final inférieur 2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 6 – Chronologie des tombes de la nécropole de Remedello Sotto et de quelques formes céramiques significatives. Chronologie d’après De Marinis, Pedrotti 1997, fig. 9 ; céramiques d’après Cornaggia Castiglioni 1971.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 7 – Chronologie des céramiques à décor « métopal », à bords plats et à décor incisé profond de la grotte de la Chauve-Souris à Donzère et de la Balme deSollières-Sardières par rapport à la sériation des tombes de la nécropole de Remedello Sotto.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 8 – Mobiliers céramiques de Manerba Riparo Valtenesi (d’après Barfield 2001, fig. 2) et de la grotte des Arene Candide à Finale Ligure (d’après Maggi, Starnini 1997, fig. 29 ; Bagolini, Biagi 1987, fig. 2. 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 9 – Mobiliers céramiques des sites de la Balance et de la place du Palais à Avignon, ainsi que de la couche 5 de l’hypogée des Crottes à Roaix (d’après Sauzade 1983, fig 16 et 83).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 10 – Mobiliers céramiques de la fosse 1 du Pâtis 2 à Montboucher-sur-Jabron (d’après Margarit, Saintot et al. 2002, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 11 – Céramiques à décor « métopal » de l’abri Pendimoun à Castellar (d’après Binder2003, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 12 – Deux gobelets accompagnant le vase campaniforme à décor international de la sépulture S14 du site de la Fare à Forcalquier (d’après Lemercier2004, fig. 8, no 2 et 3) et comparaisons issues de IZIanerba Riparo Valtensi chambre 133 (d’après Barfield 2001, fig. 2, no 8) et de la tombe 43 de Remedello (d’après Cornaggia Castiglioni 1971, pi. XIV, no 1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 13 – Synthèse et cadre chrono-culturel des découvertes de céramiques de style « métopal » et à rebord plat des gisements bénéficiant d’une chronologie radiocarbone.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 14 – Sériation typologique et chronologique des thèmes décoratifs des styles « métopal » et Fontboulsse en Italie du Nord et dans le Sud-est de la France. Les sites bénéficiant de datations au radiocarbone sont mentionnés en caractères gras.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 15 – Cartographie des styles métopal et Fontbouisse. Les sites : D : Donzère ; S : Sollières-Sardières ; R : Remedello. Les styles décoratifs : d : damiers ; m : métopal ; c : croisillons ; x : non retenus ; ? ; non documentés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3650/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 389k

Auteur

UMR 5138 du CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Université Lumière-Lyon 2, Centre d’archéologie préhistorique, 6 rue André Lacroix, F-26000 Valence. Courriel : cap.valence@wanadoo.fr

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search