Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité en Rhône-Alpes

Montélimar – Portes de Provence, zone 5 : des alignements de foyers à pierres chauffées néolithiques dans le secteur du Gournier

Jean-Michel Treffort, Philippe Alix et Anne-Claire Mauger

Résumé

En 2006, une fouille de 1,6 hectare réalisée au sud du site du Goumier, sur la commune de Montélimar (Drôme, France), a livré un ensemble de plus de 60 foyers à pierres chauffées du Chasséen récent, regroupés en batteries organisées au sein d’un grand alignement. La fouille et l’enregistrement exhaustifs de plusieurs séries cohérentes ont permis de développer une approche dynamique du fonctionnement des foyers et de certaines parties du site, qui apparaît, au vu des premiers résultats, comme une clé d’interprétation indispensable de ces vestiges et un complément obligatoire aux démarches plus classiques de classement typologique et d’analyse descriptive.

Texte intégral

1. CADRE GÉNÉRAL ET CIRCONSTANCES

1La fouille conduite en janvier et février 2006 à l’emplacement de la future ZAC des Portes de Provence (Montélimar, Drôme) a concerné le premier des huit secteurs à forte sensibilité archéologique repérés sur les 66 hectares du projet, sondés en 2005 sous la direction de P. Hénon (Inrap). Sur une surface décapée de 16 194 m2, si l’on excepte quelques aménagements historiques de moindre intérêt (fossés, puits), les structures mises au jour se rattachent essentiellement au Néolithique moyen (Chasséen) : une dizaine de fosses en cuvette peu profondes, un puits, une sépulture et plus de 70 structures de combustion à pierres chauffées (fig. 1). L’originalité du site tient à la présence de ces foyers, particulièrement nombreux et regroupés en batteries organisées au sein d’un alignement dont la longueur dépasse 100 m puisque l’une de ses extrémités est située en dehors de l’emprise décapée. Son intérêt est renforcé par sa localisation à un kilomètre au sud-est des lieux-dits Fortuneau et Daurelle, principales concentrations du site du Gournier, et à moins de 500 m du lac du Gournier, dont le rôle symbolique fort est parfois avancé pour expliquer la densité des vestiges du Néolithique moyen au sud-ouest de Montélimar (cf. Beeching et al., dans ce volume). On notera, par ailleurs, la mise au jour, au sud-ouest de la future ZAC, de vestiges qui témoignent d’un autre pôle dense du Néolithique moyen, occupant au minimum 5 ha (Attiah et al. 2005). Sur le plan spatial et chronologique, ces vestiges, révélés au début de l’année 2006, sont donc partie intégrante du « grand site » chasséen de la terrasse würmienne qui s’étend au sud de Montélimar. Du point de vue du statut du site, ils posent un certain nombre de questions qui tiennent, en premier lieu, à leur nature, à leur nombre, à leur organisation et à l’indigence des vestiges mobiliers et immobiliers associés ; cette dernière pourrait être encore plus flagrante si les quelques structures néolithiques fouillées au voisinage des alignements de foyers ne leur étaient pas contemporaines stricto sensu, ce qui reste tout à fait possible. Sur ce dernier point, une série de datages 14C, actuellement en cours, devrait apporter des points d’appréciation complémentaires. Dans tous les cas, la configuration du site diverge assez nettement de celle des autres secteurs d’occupation chasséenne fouillés jusqu’à présent au Gournier.

Fig. 1 – Montélimar – Portes de Provence, zone 5 : plan général du site (S. Couteau, J.-M. Treffort).

2. DESCRIPTION DU SITE

2.1. LES VESTIGES AUTRES QUE LES STRUCTURES DE COMBUSTION

2Aucun mobilier n’a été mis au jour en dehors des structures, à l’exception d’un seul tesson d’aspect néolithique et d’un nucléus chasséen, objets isolés sans signification particulière.

3Compte tenu de la surface décapée, le nombre de structures autres que des foyers à pierres chauffées est relativement faible puisqu’il s’élève à quatorze, dont dix fosses de taille réduite, un puits, une sépulture et deux fosses considérées comme ses annexes.

4Les fosses sont toutes de faible diamètre, peu profondes, à profil en cuvette plus ou moins régulière, et n’ont livré qu’un mobilier lithique et céramique rare et fragmenté. Elles se répartissent sur l’ensemble du site, avec deux cas d’appariement manifeste. En l’absence de données complémentaires, leur fonction initiale demeure problématique.

5Le puits est profond de 2,6 m : c’est une fosse à profil en bouteille, très resserrée à l’ouverture et creusée jusqu’au niveau de la nappe phréatique. Sa partie supérieure a livré un mobilier céramique et lithique assez abondant. On soulignera, au sein du mobilier lithique, une surreprésentation manifeste des lamelles brutes de taille, même si ce constat doit être pondéré par la prise en compte des conditions de fouille (fouille manuelle partielle de la partie supérieure du comblement, puis fouille mécanique assortie d’une récupération « à vue » du mobilier). Compte tenu de sa morphologie, de sa profondeur, de son creusement atteignant la nappe phréatique et de son comblement strictement détritique, sa fonction primaire comme structure d’approvisionnement en eau ne fait guère de doute. Entièrement creusé dans les graviers relativement instables de la terrasse würmienne, il était vraisemblablement ceint à l’origine d’un cuvelage qui n’a pas laissé de traces (clayonnage, tronc évidé ?).

6La sépulture, qui appartient à un type classique dans le Chasséen, est celle d’un individu jeune de sexe indéterminé, déposé en position contractée dans une fosse de plan circulaire. Elle est accompagnée d’une fosse annexe dont la complémentarité ne fait guère de doute, même si aucun lien direct n’a pu être établi entre les deux structures. Cette structure, assez profonde, a livré sur toute sa hauteur des tessons et du mobilier lithique épars, mais elle présente à mi-remplissage un arrangement de galets plats dont l’élément central est retaillé de manière à aménager un double épaulement qui l’apparente étroitement à certaines stèles du Néolithique moyen. Enfin, un petit creusement en cuvette, très proche et localisé dans le même axe que les deux structures précédentes, a livré quelques très rares vestiges ; il doit vraisemblablement être rattaché à l’ensemble sépulcral (pour la présentation détaillée de la sépulture et des structures associées, cf. Tchérémissinoff, dans ce volume). Le mobilier, qui assure la datation du site en attendant le résultat des datages 14C, provient essentiellement du puits, de la sépulture, de sa fosse annexe et de quelques structures en cuvette. L’étude de la céramique par Frédérique Ferber et celle du lithique par Sylvie Saintot permettent de rapporter l’essentiel des structures au Chasséen récent.

2.2. LES STRUCTURES DE COMBUSTION

2.2.1. Les structures de combustion isolées

7Les structures de combustion isolées se répartissent globalement en sept groupes :

  • deux structures appariées, dont la morphologie est proche de celle des foyers des alignements, mais qui présentent un volume de pierres brûlées beaucoup moins important (st. 88 et 89) ;

  • un alignement de quatre structures rectangulaires, identiques entre elles et très proches les unes des autres (st. 102) ;

  • un foyer circulaire, tout à fait comparable aux plus grands exemplaires des alignements par son diamètre et le volume de l’empierrement (st. 94) ;

  • deux structures proches et vraisemblablement appariées, également comparables à celles des alignements (st. 91 et 92) ;

  • un petit foyer isolé, probablement très perturbé (st. 84) ;

  • un ensemble de trois structures alignées, rassemblant notamment un grand foyer à pierres chauffées et éclatées in situ (st. 79) et une petite structure dont les pierres n’ont pas été chauffées sur place (st. 81) ;

  • deux concentrations linéaires de pierres brûlées, parallèles et très proches l’une de l’autre, malheureusement incomplètement dégagées, car situées en limite d’emprise (st. 78 et 101).

8D’un strict point de vue morphologique, et si l’on excepte l’alignement 102, ces structures sont très proches de celles des alignements même si, pour certaines d’entre elles, l’insertion des pierres brûlées au sein d’un creusement en cuvette n’a pas été prouvée, et qu’elles présentent des états de conservation différents. On notera, à ce propos, que la disparition de structures comparables, sous les effets conjugués des façons culturales et de l’érosion différentielle qui a affecté ce paysage anciennement vallonné, est vraisemblable.

Fig. 2 – Relevé des structures 79 à 81 (P. Alix, J.-M. Treffort).

9L’ensemble formé par les structures 79,80 et 81 (fig. 2) constitue une exception à plusieurs titres. Totalement identique aux foyers des alignements, la structure 79 présente la particularité d’avoir livré une dizaine de fragments osseux, dont trois se rapportent à des bovins (détermination : D. Lalaï), ainsi que 12 tessons de céramique ; si ce lot reste modeste, il est cependant beaucoup plus important que celui des autres structures de combustion du site. La structure 81 se distingue par son diamètre réduit et par le fait que les éléments de son empierrement n’ont pas brûlé sur place, ce dont témoignent la disposition des pierres et l’absence de traces de combustion, dans un contexte sédimentaire par ailleurs très favorable à leur enregistrement (placage lœssique, sur lequel les résidus cendro-charbonneux de la structure 79 sont, par exemple, très lisibles). La structure 80, quant à elle, correspond à une petite concentration de fragments de galets brûlés, dont le statut demeure incertain. Compte tenu de leur proximité, il est tentant d’imaginer une relation directe entre les structures 79 et 81, les blocs ayant été chauffés au sein de la première avant d’être exportés dans la seconde. Bien que la recherche exhaustive de remontages inter-structures soit restée vaine, cette interprétation demeure une hypothèse forte, ce qui ne présume d’ailleurs en rien la fonction de l’ensemble. Le voisinage du foyer 79 et de la structure 81, petite fosse en cuvette remplie de pierres chauffées, pourrait évoquer un dispositif de type « sweat lodge » (tente à sudation ou « sauna indien » : Barfield, Hodder 1987 ; Hodder, Barfield 2003), dans une configuration au sein de laquelle le foyer aurait également une autre fonction, induite à la fois par sa morphologie et par les vestiges associés. La chose n’étant pas archéologiquement démontrable, d’autres possibilités sont envisageables, surtout si l’on considère les facteurs limitatifs que sont l’érosion des sols et notre méconnaissance de l’environnement immédiat, ces structures étant localisées dans un angle de la fouille. De fait, une tranchée de sondage a livré, à une dizaine de mètres à l’ouest du foyer 79 et vraisemblablement à proximité immédiate des structures 78 et 101 (comparables par certains aspects à la structure 80), un foyer du même type, montrant que les aménagements se poursuivent en dehors de la surface décapée. À cet égard, il aurait été intéressant d’assurer une découverte plus large du secteur, afin de vérifier l’existence d’autres structures, mais également celle d’un éventuel déterminisme géologique (choix délibéré d’une zone de substrat lœssique pour l’implantation d’aménagements particuliers).

2.2.2. Les alignements

10Dans la moitié occidentale de la surface décapée, plus d’une soixantaine de structures de combustion circulaires à pierres chauffées s’organisent au sein de batteries rectilignes, elles-mêmes distribuées le long d’un axe plus ou moins régulier dont la longueur dépasse cent mètres (fig. 3 et 4). On décompte un minimum de sept batteries nettement différenciées, un doute subsistant sur l’unité réelle de certaines d’entre elles. Ainsi, la série curviligne II pourrait être formée de deux, voire de trois ensembles (lla-llb/llc ou IIa-IIb-IIc). La structure 1, située à l’extrémité occidentale de la série I, pourrait constituer le foyer le plus oriental d’un alignement situé hors emprise. Enfin, les batteries VI et VII pourraient, en fait, n’en représenter qu’une seule, marquée en son centre par une légère interruption.

Fig. 3 – La batterie I en cours de fouille (P. Alix).

  • 1 La série III ne compte que cinq structures, mais la destruction de l’une d’entre elles par un fossé (...)

11Le nombre de structures par série est variable et, pour les ensembles certains, compris entre 6 (III, IV) et 13 (V)1. L’orientation des batteries est globalement est-ouest, et le grand axe selon lequel elles s’organisent forme une légère courbe. Cependant, si l’on observe le plan plus précisément, on note que deux orientations prédominent clairement, l’une s’appliquant aux séries III, V, VI et VII, l’autre aux séries I, lla et IV ; seul l’ensemble problématique IIb/IIc présente un axe nettement divergent. Ce fait pourrait ne pas être anodin et renvoyer à un phasage chronologique, chaque groupe d’alignements d’orientation similaire correspondant à une séquence d’utilisation du site.

12Malgré l’attention toute particulière apportée au décapage mécanique, aucun sol d’occupation, mobilier ou pierre brûlée/éclatée, n’a été mis en évidence à proximité des alignements. Faut-il y voir un effet de la disparition des sols, ou le reflet d’une réelle pauvreté en vestiges associés ? L’indigence du mobilier découvert dans les structures (seuls quatre silex et une soixantaine de tessons ont été mis au jour sur l’ensemble des foyers) et la configuration générale du terrain nous incitent à privilégier la seconde hypothèse, même si l’érosion des sols néolithiques paraît indéniable.

Fig. 4 – Détail des alignements de foyers à pierres chauffées. Seules les structures en noir ont été fouillées exhaustivement (J.-M. Treffort).

13Les structures intégrées aux alignements correspondent toutes au même type, même si elles apparaissent différemment en fonction de leur positionnement stratigraphique (fig. 5) et présentent, dans le détail, une variabilité notable sur un certain nombre de paramètres. Ce sont toutes des fosses de plan circulaire, d’un diamètre compris entre 0,80 et 1,30 m. Leur profondeur ne dépasse pas 25 cm pour les plus profondes d’entre elles, et leur base est recouverte de galets brûlés. Le comblement est souvent peu différencié par rapport au sédiment encaissant. On note l’absence totale de traces de rubéfaction sur les parois mais, dans quelques structures, la partie saillante de certains galets appartenant au substrat peut être rougie. Les résidus de combustion sont peu nombreux, rares, voire absents dans certaines structures. Lorsqu’ils sont présents, ils sont situés sur le fond des fosses et évoquent une concentration d’éléments lessivés plutôt que les résidus conservés in situ d’un feu pratiqué à la base du creusement. L’étude des charbons, entreprise par St. Thiébault, permettra de préciser la nature du combustible utilisé.

  • 2 La réussite d’une expérimentation ne saurait, bien sûr, en aucune manière constituer une preuve, ma (...)

14À l’issue de l’analyse et une fois identifiées les perturbations plus ou moins importantes liées aux récupérations intervenant postérieurement à l’utilisation, il est possible d’affirmer que le feu a été pratiqué sur les galets disposés en « calade » régulière au fond des fosses, mais également que ces structures n’ont vraisemblablement servi qu’un nombre limité de fois, voire une seule fois. En l’absence quasi totale de témoins archéologiques associés, ce sont essentiellement des référentiels extérieurs, archéologique et ethnographique, qui nous renseignent sur la fonction de ces structures, l’hypothèse la plus vraisemblable restant celle de foyers de cuisson à but culinaire. Il ne s’agit pas, cependant, d’une configuration de type « four polynésien », pour une cuisson à l’étouffée, mais plutôt d’un dispositif destiné à une cuisson sur sole de galets chauffés, à la manière d’un grill utilisant leurs propriétés d’accumulation thermique. Cette hypothèse n’est en rien contredite par une expérimentation menée en grandeur réelle in situ, qui a montré la parfaite efficacité de ces structures pour la cuisson de différents aliments (viandes variées, fruits, légumes...), par la seule rémanence thermique des pierres et après la disparition totale des braises2. Cette expérience a également permis de constater l’absence de traces de rubéfaction sur les parois de la fosse et le faible volume des résidus de combustion produits si le feu est bien géré, tout en illustrant les modalités d’éclatement au feu des galets de quartzite, ressource locale abondante et matériau majoritaire des empierrements.

3. LES ALIGNEMENTS : PROBLÉMATIQUE ET OUTILS D’ANALYSE

3.1. PROBLÉMATIQUE

15Par leur configuration comme par leur datation, les alignements des Portes de Provence se rattachent à un groupe de sites néolithiques méridionaux qui présentent la particularité de rassembler de vastes concentrations de structures de combustion à pierres chauffées (Vaquer et al. 2003). À Cournon d’Auvergne (Puy-de-Dôme), sur le site des Acilloux, un ensemble comparable par de nombreux aspects à celui des Portes de Provence a été fouillé récemment (Muller-Pelletier, Pelletier 2006). En moyenne vallée du Rhône, des exemples proches sont attestés sur les sites drômois de Surel à La Garde-Adhémar et des Malalônes à Pierrelatte (Moreau 2001). À Montélimar même, le type de structure mis au jour aux Portes de Provence est bien représenté au sein des différentes zones fouillées du Gournier (Cordier 2003). Leur organisation est variable et va de la structure isolée à des zones de concentration plus ou moins importantes, voire à des segments d’alignements (un alignement de cinq structures circulaires est signalé dans la zone D). De nombreux empierrements sont, par ailleurs, présents dans le locus dit du « monument funéraire », où ils semblent former une couronne concentrique autour de la zone des tombes (Beeching 1992). Enfin, un alignement de sept structures tout à fait comparables à celles des Portes de Provence a été mis au jour en 2005 dans une zone fouillée à Fortuneau sous la direction de Fr. Cordier ; l’exiguïté de la zone fouillée, limitée à l’axe d’une voirie, ne permet malheureusement pas de connaître le contexte environnant, et notamment de savoir si d’autres batteries existent à proximité. Au sein du complexe chasséen de la plaine montilienne, l’ensemble des Portes de Provence se distingue donc, du moins pour l’instant, par le nombre important de ses foyers et par leur organisation, mais également par la rareté des aménagements périphériques et vestiges mobiliers associés, si l’on excepte quelques tessons et la présence récurrente d’éléments de mouture (Vérane Brisotto, étude en cours). De petite taille et fragmentés, répartis aléatoirement, ces derniers apparaissent cependant davantage comme des éléments récupérés et utilisés au même titre que les galets que comme les témoins d’une activité spécifique liée à leur utilisation, ou comme des objets investis d’une valeur symbolique (Beeching et al. 2000, p. 66-67).

Fig. 5 – Les foyers des alignements : différents contextes d’apparition. Ces clichés illustrent bien les difficultés liées à leur mise en évidence, notamment lorsque l’altitude de l’empierrement coïncide avec celle d’une nappe de galets présente sur la quasi-totalité de la surface décapée (E. Sagetat, P. Alix).

  • 3 L’hypothèse d’une disparition des restes osseux par combustion totale ne s’accorde pas avec le mode (...)

16Tout désigne un lieu particulier, manifestement situé à l’écart des espaces habités, ou plutôt, compte tenu des problèmes d’interprétation qui se rattachent aux grands sites chasséens méridionaux dans leur ensemble et à celui du Gournier en particulier (Beeching 1999 ; Beeching et al. 1997, 2000), à l’écart des zones à forte densité de vestiges. Pour les raisons évoquées supra et en accord avec l’interprétation la plus communément admise (cf. différentes contributions et discussions in Frère-Sautot 2003, entre autres Vaquer et al.), on postulera l’utilisation de ces structures comme des foyers de cuisson à but culinaire, bien qu’aucune preuve archéologique directe ne vienne étayer cette hypothèse. Subsiste la question des aliments consommés, car l’absence quasi totale de restes, notamment osseux (au sein des alignements, seul un foyer a livré un fragment, appartenant à une molaire de bovin), peut s’expliquer de plusieurs façons : raisons d’ordre taphonomique, rejet des résidus en dehors des foyers, consommation d’autres types d’aliments3. Les éléments à notre disposition ne permettent pas d’y répondre.

17Si, toujours en concordance avec les schémas généralement privilégiés en pareil cas, on considère le site comme un lieu réservé à des rassemblements communautaires, événements collectifs liés à des pratiques sociales, politiques ou religieuses de type cérémoniel, cycliques ou exceptionnels, son enregistrement archéométrique basique ne permet en aucune manière d’appréhender les modalités de son utilisation, le champ des possibles étant pratiquement infini tant les possibilités théoriques de combinatoire sont variées. En premier lieu, toutes ces structures ont-elles eu la même fonction, le même mode d’utilisation ? La question est délicate, car la variabilité de certains paramètres ne traduit pas nécessairement des fonctionnalités différentes ; sur ce point particulier, il est intéressant de travailler sur des séries importantes. Au-delà des questions liées à la fonction individuelle des structures se pose ensuite celle du fonctionnement du site. Les foyers ont-ils servi une seule ou plusieurs fois, simultanément ou non ? Par ailleurs, les différents alignements ont-ils fonctionné ensemble, par groupes ou individuellement, chacun d’entre eux constituant le témoin d’un événement différent ? Si plusieurs phases d’utilisation sont admises ou démontrées, quelle est la cyclicité des événements auxquels elles se rapportent, leur durée, et à quoi correspondent-ils ? Dans quel cadre formel ces événements s’insèrent-ils, et pour quelle partie de la population ? Enfin, au-delà de l’analyse intrinsèque des séries d’alignements, quelle est leur relation avec les structures mises au jour en périphérie (sépulture, puits, fosses en cuvette), si elles sont contemporaines, et surtout quelle est la place du site (chronologie relative, statut) au sein du vaste ensemble des vestiges néolithiques de la plaine de Montélimar ?

3.2. CHOIX MÉTHODOLOGIQUES ET STRATÉGIE DE TERRAIN

  • 4 Le cadre général de l’opération nous a conduits à opérer des choix drastiques en termes d’organisat (...)

18Seuls vingt foyers ont pu être fouillés exhaustivement, c’est-à-dire avec un enregistrement permettant l’analyse pertinente de leur morphologie et de leur fonctionnement interne, mais aussi des relations qu’ils entretiennent entre eux4. Le choix s’est porté sur les batteries les mieux préservées, mises au jour dans les meilleures conditions et offrant de ce fait le potentiel le plus élevé en termes de résolution des problématiques initialement définies comme prioritaires. Ont ainsi été traitées les séries de structures 2 à 8, 14 à 18 et 20, 10, 12 et 13 et 30 à 33 (fig. 4). Elles sont toutes situées dans la moitié occidentale de la série d’alignements. Notre objectif était de fouiller plusieurs batteries consécutives, mais des contraintes insurmontables en termes de libération des terrains ne nous ont pas permis d’achever ce programme. Tous les autres foyers ont cependant fait l’objet d’une fouille rapide, assortie d’un enregistrement documentaire minimal et de la récupération totale des mobiliers qu’ils pouvaient renfermer.

19Les structures fouillées exhaustivement ont été traitées par décapages successifs, unités de fouille arbitraires correspondant à l’enlèvement d’une épaisseur de sédiment et/ou de pierres sur une surface donnée. Subordonnés à un objectif de compréhension des structures, ces décapages ne présentent donc pas d’équivalence automatique avec les unités sédimentaires, même si les deux notions peuvent et doivent parfois se superposer. Chaque structure fait l’objet d’un premier décapage, qui permet en général de dégager le sommet de l’empierrement. La base de ce décapage 1 fait ensuite l’objet d’un relevé par photographie numérique verticale. Sur un tirage papier, on numérote tous les éléments (cailloux, mobilier éventuel) qui seront prélevés lors du décapage 2. Celui-ci consiste à démonter les éléments numérotés tout en documentant pour chacun d’eux les paramètres de terrain de la « fiche cailloux » (cf. infra). Parallèlement, on évacue le maximum de sédiment, de manière à dégager l’image la plus lisible possible de sa base, qui correspond à la base de la première phase de démontage de l’empierrement, mais également au sommet de la seconde. Sur le cliché de la base du décapage 2, on numérote les nouveaux éléments apparus dont on prévoit l’enlèvement au cours du décapage 3, puis on réalise celui-ci en appliquant les mêmes principes que précédemment. L’opération se répète autant de fois que nécessaire, jusqu’à ce que le fond de la fosse soit atteint.

  • 5 Malgré la durée extrêmement resserrée de la fouille effective des foyers (3 semaines au maximum), n (...)

20La démarche adoptée ne constitue en aucune manière un protocole figé et dogmatique, ni une « méthode » directement reproductible. Il s’agit avant tout d’un outil adapté à la résolution d’une problématique induite par la spécificité du site, dans la limite logistique des moyens accordés à l’opération et des conditions de leur mise en œuvre. Une certaine souplesse préside donc à son application, avec une adaptabilité qui permet d’évoluer dans sa pratique au quotidien, en fonction des caractéristiques particulières de certaines structures, de questionnements spécifiques ou de l’implication des équipes de fouille5.

Les paramètres enregistrés pour chaque élément de l’empierrement : la « fiche cailloux »

21La « fiche cailloux » est destinée à l’enregistrement des paramètres considérés comme pertinents pour l’analyse des structures de combustion et retenus dans le cadre spécifique de l’intervention. Elle est directement inspirée de celle qui a été mise au point par Fr. Cordier pour les structures empierrées du Gournier, et dont le cadre méthodologique a été détaillé à l’occasion du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune (Cordier 2003). Pour tous les éléments, numérotés en continu de 1 à n au sein de chaque structure, sont documentés les paramètres suivants :

  • les altitudes supérieure et inférieure ;

  • la longueur maximale dans l’état (que l’élément soit entier ou fragmenté) ;

  • la situation : sur quoi repose l’élément (sédiment, pierre, sédiment + pierre) ;

  • la pétrographie, avec 7 grandes classes simplifiées prédéfinies : quartzite, gneiss/granite/roche verte, grès, basalte, silex/chaille, calcaire, « roche pourrie ») ;

  • l’altération : des traces d’altération dues au feu sont-elles visibles (aux Portes de Provence, il s’agit exclusivement de traces de rubéfaction) ? Si oui, s’agit-il d’une rubéfaction totale ou partielle (face inférieure, face supérieure ou latérale...) ;

  • le type d’élément dont il s’agit et la fragmentation : galet entier, éclat ou fragment de galet, bloc (caillou anguleux)... La thermofraction constitue un caractère cumulatif, et désigne les éléments fragmentés sous l’effet de la chaleur, mais dont les fragments ne sont pas dissociés : on peut ainsi avoir un galet entier thermofracté, un éclat thermofracté, un bloc thermofracté. Initialement, il était prévu de renseigner in situ la totalité des paramètres concernant les cailloux entiers (non fracturés ou fracturés mais avec tous les fragments conservés en connexion), de manière à ne prélever que les éléments incomplets, seuls susceptibles d’apporter des informations complémentaires lors de l’étude (analyse dynamique par la recherche de remontages intra-et inter-structures). La durée de la fouille des structures, encore beaucoup trop longue dans ces conditions, nous a conduits à alléger au maximum la procédure de terrain, en ne renseignant que les rubriques indispensables avec, en corollaire, la contrainte de prélever exhaustivement les éléments des empierrements et, donc, une augmentation significative du traitement post-fouille.

3.3. LA PHASE DANALYSE : DÉMARCHE ET PREMIERS ÉLÉMENTS DE RÉPONSE

3.3.1. Les grandes lignes de la démarche

  • 6 On insistera sur l’importance fondamentale du décapage mécanique, l’intégrité des structures consti (...)

22Sur la base des clichés numériques redressés, la reprise des documents de terrain permet l’élaboration d’un document de travail composé de calques superposés, qui ne correspondent pas nécessairement de manière stricte aux plans de démontage (fig. 6). Ce document essentiel, qui consigne la position relative et absolue de chaque élément des empierrements, constitue le support de toutes les étapes de l’analyse, depuis la matérialisation des relations intra-et inter-structures (liaisons de remontage, sens de déplacement des éléments) jusqu’à la formulation des hypothèses qui en découlent. Parallèlement, on procède à un travail de fond sur les éléments de l’empierrement. Après lavage, marquage et enregistrement des paramètres non renseignés sur le terrain, on identifie, puis on élimine des éléments considérés comme ne résultant pas d’un apport anthropique, c’est-à-dire des éléments naturels inclus dans les sédiments de comblement (fig. 7). Après avoir écarté les éléments entiers (thermofractés ou non), on recherche les remontages, outil essentiel de l’étude dynamique et unique moyen d’introduire une dimension temporelle dans l’analyse. Dans un premier temps, cette recherche est conduite en interne, au sein de chaque structure. Une fois identifiées les très rares absences potentiellement liées aux conditions de la mise au jour des structures6, il en résulte deux types de produits : des éléments entiers, dont les fragments dispersés étaient tous présents au sein de l’empierrement, et des éléments incomplets (fragments uniques ou remontages incomplets). La répartition des premiers nous renseigne sur les remaniements intervenus à l’intérieur de la structure, qu’ils soient directement liés à son utilisation ou postérieurs à son abandon ; quant aux seconds, ils impliquent une relation entrante ou sortante avec l’extérieur. Une importation certaine (qui peut être induite par la morphologie de l’élément, même si on n’en connaît pas l’origine) implique nécessairement une récupération dans une autre structure ou, à l’extrême, dans un tas de rejet issu d’une autre structure. Une exportation certaine, attestée par la morphologie du remontage incomplet et la nature de ses éléments ou par une liaison inter-structures, peut, quant à elle, se faire vers une autre structure (récupération) ou dans le milieu environnant (rejet). Une fois achevée la recherche des remontages internes, on écarte à nouveau les éléments entiers, puis on s’intéresse aux remontages inter-structures. Ceux-ci nous renseignent sur les modalités et la variabilité des procédures de récupération, mais également sur la chronologie relative de l’utilisation des structures.

Fig. 6 – Le support graphique de l’analyse : calques représentant les trois états de superposition des éléments d’un foyer (structure 31) (P. Alix, G. Macabéo, J.-M. Treffort).

Fig. 7 – Première étape de l’analyse (structure 31). À gauche, vue générale de l’empierrement (superposition de tous les calques) ; au centre, discrimination des éléments naturels intrusifs ; à droite, vue générale de l’empierrement réduit aux seuls apports anthropiques (P. Alix, G. Macabéo, J.-M. Treffort).

23Toutes ces opérations s’accompagnent de l’enregistrement parallèle des nouveaux paramètres générés. Un tableau permet de codifier pour chaque structure le détail des remontages et appariements, chacun étant désigné par une lettre majuscule qui annule et remplace les numéros de ses éléments constitutifs. Ensuite, un nouveau document, dernier avatar de la « fiche cailloux », est créé ; il compile les données post-remontages, c’est-à-dire la liste et les paramètres essentiels (longueur, pétrographie, fragmentation, type d’éléments et éventuellement masse) des éléments de l’empierrement, en prenant en compte chaque remontage comme un seul nouvel élément, et en écartant de fait tous ses éléments constitutifs. Les données obtenues sont ainsi plus représentatives des choix réels des populations, notamment en ce qui concerne la dimension et la nature pétrographique des éléments. Ce fait est particulièrement bien illustré par la comparaison des histogrammes qui formalisent la variabilité dimensionnelle des éléments de l’empierrement avant et après remontage (fig. 8).

3.3.2. Premiers résultats, premiers acquis

24L’étude des séries de foyers fouillés exhaustivement est encore en cours. L’une d’elles, dont l’analyse dynamique est achevée, montre l’intérêt de la démarche et les apports que l’on peut en attendre. Il s’agit des foyers 30 à 33, série de quatre au sein d’un alignement de six. Au terme de son étude, pas moins de 20 séquences de remontages inter-structures, corrélables et mobilisant parfois plus d’une vingtaine de fragments, ont été identifiées (fig. 9). Quelques-unes d’entre elles suffisent à illustrer notre propos.

Fig. 8 – Variabilité dimensionnelle des éléments de l’empierrement avant et après remontage (structures 2 et 4) (A.-C. Mauger).

25– Un premier exemple, le remontage XIII, fait le lien entre trois foyers consécutifs (fig. 10 et 11). Son analyse rationnelle fait apparaître toutes les étapes de l’éclatement d’un gros galet, initialement déposé entier dans la structure 30, puis de la récupération de fragments en vue de leur réutilisation dans les structures 31 et 32, l’un d’entre eux étant d’abord déposé dans le foyer 31, où il abandonne un petit éclat, avant d’être à nouveau exporté vers le foyer 32. Dans la structure 32, un fragment manquant pourrait, par ailleurs, constituer l’indice d’une nouvelle exportation.

26– Le remontage XI met également en relation les structures 30, 31 et 32 (fig. 12). Un galet abandonne trois éclats périphériques dans la structure 30, avant d’être exporté dans la structure 31. Il y abandonne trois nouveaux éclats, puis il est récupéré et réutilisé en dernier lieu dans l’empierrement du foyer 32. Le remontage total, incomplet, pourrait indiquer que son emploi dans la structure 30 résulte déjà d’un emprunt ; la morphologie de l’élément manquant désigne plus probablement un fragment non identifié au remontage, disparu lors du décapage mécanique, rejeté hors structure, voire exporté lui-même vers un foyer non documenté.

Fig. 9 – Les séquences de remontage inter-structures identifiées pour les foyers 30 à 33 (P. Alix, J.-M. Treffort).

  • 7 De plus, le volume global des déplacements, déjà important au regard des remontages effectués entre (...)

27– Un troisième exemple, qui révèle une liaison directe entre les structures 30 et 32, confirme, si besoin est, la nécessité d’une fouille extrêmement soignée, assortie de la récupération systématique et exhaustive de tous les éclats, si petits soient-ils. Dans ce cas de figure, seul un minuscule éclat résiduel signale, en effet, la position originelle du galet dans la structure 30 (fig. 13). À l’issue de l’étude, le fonctionnement asynchrone des structures 30 à 33 est acquis, le nombre et le volume des récupérations excluant des déplacements anecdotiques en cours d’utilisation7, ce que confirme l’analyse, au cas par cas, de la position des éléments résiduels ou déplacés au sein des empierrements. Par ailleurs, et si l’on excepte quelques cas où deux fragments à peu près équivalents ne permettent pas de déterminer la structure d’origine, les séquences de remontage illustrent exclusivement des déplacements en direction de l’est, ce qui traduit l’utilisation successive des foyers dans l’ordre numérique. La dimension temporelle de ce processus nous échappe cepencependant ; si une longue période est difficilement concevable, rien, dans l’état actuel des données, ne nous permet d’appréhender précisément le temps qui sépare l’utilisation de deux foyers. L’analyse microstratigraphique engagée par J.L. Brochier sur le remplissage de plusieurs structures devrait apporter des éléments d’appréciation importants sur les modalités de leur comblement, mais il est peu probable qu’elle permette une résolution plus précise des rythmes d’utilisation.

Fig. 10 – Analyse dynamique de la séquence de remontage XIII (structures 30-31-32) (P. Alix, J.-M. Treffort).

Fig. 11 – Résumé schématique de l’analyse dynamique du remontage XIII (structurs 30-31-32) (J.-M-Treffort).

Fig. 12 – Analyse dynamique de la séquence de remontage XI (structures 30-31-32) (P. Alix, J.-M. Treffort).

Fig. 13 – Analyse dynamique de la séquence de remontage X (structures 30-32) (P. AIix, J.-M. Treffort).

28On se gardera de généraliser les conclusions qui découlent de l’analyse des structures 30 à 33 à l’ensemble des batteries, d’une part parce que l’alignement IV a été incomplètement traité et, d’autre part, parce qu’il est malheureusement isolé par rapport au milieu environnant (séries non traitées à l’est et partiellement traitées à l’ouest). Par ailleurs, les structures 2 à 8, encore en cours d’étude, donnent une image un peu différente ; elle livrent, en effet, beaucoup moins de remontages inter-structures, même si, au terme de l’analyse interne des remontages, l’identification des éléments nécessairement importés ou témoignant d’une exportation indique d’importants échanges, dont nous ne connaissons ni les structures d’origine, ni les bénéficiaires. Ainsi, des relations complexes avec d’autres batteries, contiguës ou non, sont tout à fait vraisemblables. Enfin, certaines observations évoquent des stratégies d’approvisionnement différenciées, en fonction des ressources naturelles ou des structures préexistantes de l’environnement immédiat.

4. CONCLUSION

  • 8 Le quartzite est ultra-majoritaire au sein des empierrements, essentiellement parce qu’il constitue (...)

29L’asynchronie manifeste et la logique de progression spatiale qui caractérisent le fonctionnement des structures de la première série étudiée constituent des acquis non négligeables. En effet, elles valident la démarche adoptée tout en modifiant certaines de nos représentations initiales, plutôt orientées vers une simultanéité d’utilisation au sein des batteries. Ces résultats confirment, en outre, l’aptitude de ce mode d’approche à livrer des données précises, lorsque les matériaux s’y prêtent8, et, de fait, son caractère incontournable pour l’analyse et l’interprétation de ce type de vestige dans une perspective tant soit peu ambitieuse. La succession de gestes mise en évidence et leur chronologie relative dégagent une vision dynamique qui, finalement, représente une clé de compréhension aussi importante que les vestiges matériels considérés sous le seul angle typologique et descriptif, simple reflet d’un état d’abandon.

30Notre démarche, fondée sur la conviction que la disposition des vestiges, qu’il s’agisse d’objets archéologiques ou de simples cailloux, est porteuse de sens à partir du moment où leur enregistrement est subordonné à une problématique définie par l’évaluation préliminaire de leur potentiel heuristique, n’a rien de novateur. Elle est partie intégrante d’une archéologie des événements, largement pratiquée et universellement admise pour l’étude des sites paléolithiques de plein air ou des sépultures. Pour emblématiques qu’ils soient, ces deux exemples ne constituent cependant que deux champs privilégiés de son application, envisageable à chaque fois que la pertinence des ordres chronologiques est induite par la configuration des vestiges matériels et la nature des interrogations qu’ils soulèvent (Gallay 1986, p. 224-225). En l’occurrence, la nature et la disposition des foyers de Montélimar ne permettaient guère de douter a priori de cette pertinence.

31Compte tenu du caractère généraliste des prescriptions initiales, qui préconisaient un enregistrement classique des structures (plan, coupe, datation...), il faut bien admettre que la définition des problématiques et le choix d’outils méthodologiques adaptés à leur résolution demeurent encore, dans le cadre préventif, sur les sites tels que celui des Portes de Provence, largement tributaires d’engagements individuels. Quant au cadre structurel, il reste contraint par un volant de moyens matériels et humains défini en amont de l’opération, et limité par les conditions conjoncturelles de sa mise en œuvre. Ainsi, le potentiel d’apport à la connaissance d’un tel site reste très largement soumis aux circonstances, constat que l’on peut d’ailleurs étendre à d’autres. Même s’il s’agit d’ensembles plus récents (Âge du Bronze), des précédents régionaux existent cependant, qui mettent l’accent sur la spécificité de ce type de vestiges et sur les moyens nécessaires à leur exploitation (Vital 1997 ; Jacquet 2003). Suite à plusieurs travaux récents, publiés isolément ou présentés lors de réunions ou de colloques spécialisés, comme celui de Bourg-en-Bresse et Beaune (Frère-Sautot 2003), la nécessité d’une appréhension événementielle rentre peu à peu dans les mœurs pour l’étude des foyers néolithiques et protohistoriques, de même que le caractère incontournable du travail de remontage pour les structures à pierres chauffées (voir, par exemple, Mauvilly et al. 2003 ; Burg, Pillonel 2003). De manière générale, il subsiste cependant une nette défiance à l’égard des « tas de cailloux » que sont, entre autres, les structures à pierres chauffées, et un scepticisme évident quant aux apports potentiels de toute étude dépassant le simple constat de leur présence, de leur disposition, de leur morphologie et de leur datation. À notre avis, le bilan dressé par J. Vital en 1994 au colloque d’Amiens (Vital 1997, p. 240-241) demeure, à cet égard, d’une parfaite actualité.

32Il faut cependant reconnaître que l’opportunité qui nous a été offerte de développer une approche poussée sur un certain nombre de structures des Portes de Provence constitue un point extrêmement positif, et, au-delà, le fait même que les vestiges mis en évidence lors du diagnostic aient fait l’objet d’une prescription de fouille. Cela aura permis d’ouvrir une fenêtre de plus sur la complexité de ce type de site, sur ses potentialités intrinsèques de décryptage et sur son intérêt effectif, une fois dépassés les considérations esthétiques, les jugements péremptoires et les apriori réducteurs sur la nature d’un vrai site archéologique. Les résultats déjà obtenus et les nouveaux questionnements induits ne rendent que plus flagrante la carence documentaire qui marquera à jamais les batteries de foyers non exhaustivement documentées. Les acquis de cette opération resteront partiels, et constitueront peut-être davantage une démonstration de la validité de la démarche que l’outil complet que l’on pouvait espérer pour appréhender le fonctionnement global du site. Puisse un nouvel enchaînement de circonstances favorables, poursuivi cette fois-ci jusqu’à son étape ultime, permettre à l’avenir la fouille exhaustive d’un ensemble comparable.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Attiah N., Bonnet Chr., Brochier J.L., Cordier Fr., Ferber Fr., Ferber EV Hénon Ph., Lalai D., Pont Fr., Ronco Chr., Saintot S. 2005. Montélimar (26) – ZAC Les Portes de Provence, Rapport final de diagnostic archéologique. Inrap/CAPValence/SRA Rhône Alpes.

Barfield L., Hodder M. 1987. Burnt mounds as saunas, and the prehistory of bathing. Antiquity 61, p. 370-379.

Beeching A. 1992. La clé du site. In Baumont St. (dir.). Histoire de Montélimar. Toulouse : Privât. 320 p. (Univers de la France et des pays francophones).

Beeching A. 1999. Quelles maisons pour les Néolithiques méridionaux ? Les cas rhodaniens examinés dans le contexte général. In Beeching A., Vital J. (dir.). Préhistoire de l’espace habité en France du Sud et Actualité de la recherche : actes des Premières Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Valence, 3 et 4 juin 1994. Valence : Centre d’archéologie préhistorique, p. 29-61. (Travaux du Centre d’archéologie préhistorique de Valence ; 1).

Beeching A., Berger J.-F., Brocher J.L., Corder Fr., Duperron A., Linossier M., Thiercelin F., Vital J. 1997. Le site à ses différents niveaux d’approche spatiale : le cas du Gournier à Montélimar (Drôme). In Auxiette G., Hachem L., Robert Br. (dir.). Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Âge du Fer. Actes du colloque « L’analyse spatiale des sites du Néolithique à l’Âge du Fer » : 119e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 26-30 octobre 1994, Section de pré-et protohistoire. Paris : Éd. du CTHR, p. 31-42.

Beeching A., Berger J.-F., Brocher J.-L., Ferber Fr., Helmer D., Sidi Maamar H. 2000. Chasséens : agriculteurs ou éleveurs, sédentaires ou nomades ? Quels types de milieux, d’économies et de sociétés ? In Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. (dir.). Sociétés et espaces : Rencontres méridionales de préhistoire récente, troisième session, Toulouse, 6-7 novembre 1998. Toulouse : Archives d’écologie préhistorique, p. 59-79.

Burg A. von, Pillonel D. 2003. Bevaix/La Prairie – ouest (Neuchâtel, Suisse). Datations multiples d’une fosse rectangulaire du Bronze final. In Frère-Sautot M.-Ch. (dir.). Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des métaux : actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7 et 8 octobre 2000. Montagnac : M. Mergoil, p. 543-552. (Préhistoires ; 9).

Chevillot Chr., Gaj G. 1997. Réalisation et cuissons expérimentales de céramiques néolithiques. L’exemple du site chasséen de la Maddalena, Chiomonte (Italie). In Chevillot Chr. (dir.). Journées d’archéologie expérimentale : bilan des années 1996-1997. Parc archéologique de Beynac (Dordogne, France). Beynac-et-Cazenac : Association des musées du Sarladais, p. 125-140.

Cordier Fr. 2003. Approche méthodologique des structures à galets : le site du Gournier (Drôme, France). In Frère-Sautot M.-Ch. (dir.). Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des métaux : actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7 et 8 octobre 2000. Montagnac : M. Mergoil, p. 267-276. (Préhistoires ; 9).

Frère-Sautot M.-Ch. (dir.) 2003. Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des métaux : actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7 et 8 octobre 2000. Montagnac : M. Mergoil. 560 p.-8 p. de pl. (Préhistoires ; 9).

Gallay A. 1986. L’archéologie demain. Paris : P. Belfond. 319 p. (Belfond sciences).

Hodder M., Barfield L. 2003. Bronze Age burnt mounds in Britain and Ireland: interpretation and reconstruction as sweat baths. In Frère-Sautot M.-Ch. (dir.). Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des métaux : actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7 et 8 octobre 2000. Montagnac : M. Mergoil, p. 59-65. (Préhistoires ; 9).

Jacquet P. 2003. Fouille de fosses de combustion protohistoriques à Saint-Priest (Rhône, France). In Frère-Sautot M.-Ch. (dir.). Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des métaux : actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7 et 8 octobre 2000. Montagnac : M. Mergoil, p. 291-297. (Préhistoires ; 9).

Mauvilly M., Murray C, Boisaubert J.-L, Antenen I., Kanellopoulos K., Marras R. 2003. Structures de combustion au singulier et au pluriel sur différents sites de la fin de l’Âge du Bronze/début de l’Âge du Fer dans la région des Trois Lacs (Suisse) : première présentation et premier bilan. In Frère-Sautot M.-Ch. (dir.). Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des métaux : actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7 et 8 octobre 2000. Montagnac : M. Mergoil, p. 501-514. (Préhistoires ; 9).

Moreau F. 2001. Les structures à pierres chauffées du site des Malalônes, Pierrelatte (Drôme). In Archéologie sur toute la ligne : les fouilles du TGV Méditerranée dans la moyenne vallée du Rhône. Valence : Musée de Valence ; Paris : Somogy, p. 117-119.

Muller-Pelletier C., Pelletier D. 2006. Une aire de concentration de structures de combustion à pierres chauffées du Néolithique moyen : le site no 1 des Acilloux (Cournon-d’Auvergne, Puy-de-Dôme). Approche méthodologique et premiers résultats. In Résumés : 7e Rencontres méridionales de Préhistoire récente (3-4 novembre 2006, Lyon-Bron), Lyon, p. 78.

Vaquer J., Giraud J.-P., Bazalgues S., Gandelin M. 2003. Les structures à pierres chauffées du Néolithique dans le Sud-Ouest de la France. In Frère-Sautot M.-Ch. (dir.). Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des métaux : actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7 et 8 octobre 2000. Montagnac : M. Mergoil, p. 21-35. (Préhistoires ; 9).

Vital J. 1997. Genas « Sous Gênas » (Rhône), site de plein air, Donzère « Chauve-Souris » (Drôme), site en grotte. Contextes des fouilles, méthodes d’enregistrement, hypothèses, implications épistémologiques. In Auxiette G., Hachem L., Robert Br. (dir.). Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Âge du Fer. Actes du colloque « L’analyse spatiale des sites du Néolithique à l’Âge du Fer » : 119e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 26-30 octobre 1994, Section de pré-et protohistoire. Paris : Éd. du CTHR, p. 233-241.

Notes

1 La série III ne compte que cinq structures, mais la destruction de l’une d’entre elles par un fossé historique, entre les foyers 11 et 12, peut être considérée comme certaine.

2 La réussite d’une expérimentation ne saurait, bien sûr, en aucune manière constituer une preuve, mais seulement la validation d’une possibilité d’utilisation. On évoquera par exemple l’efficacité de dispositifs assez comparables, réalisés à l’imitation des structures foyères du site chasséen piémontais de Chiomonte-La Maddalena, pour la cuisson de la céramique (Chevillot, Gaj 1997).

3 L’hypothèse d’une disparition des restes osseux par combustion totale ne s’accorde pas avec le mode de fonctionnement supposé des structures, fait validé par l’expérimentation.

4 Le cadre général de l’opération nous a conduits à opérer des choix drastiques en termes d’organisation et de méthodologie. Le protocole de fouille a été allégé au maximum, recentré sur les questions essentielles et étroitement subordonné aux conditions matérielles de sa mise en œuvre. S’il est évidemment comparable, par bien des aspects, à la démarche adoptée antérieurement sur certains chantiers, notamment dans la région, pour la fouille de cinq structures à pierres chauffées protohistoriques de Saint-Priest, dans le Rhône (Jacquet 2003), il s’en différencie par un contexte d’intervention déficient, dû en grande partie au défaut d’anticipation qui a présidé au montage de l’opération.

5 Malgré la durée extrêmement resserrée de la fouille effective des foyers (3 semaines au maximum), nous avons constaté une appropriation rapide de la démarche par certaines équipes, notamment par l’adaptation du volume et de l’extension des décapages à certaines exigences de compréhension immédiate. Cette application raisonnée confirme, si besoin est, que le traitement de ces structures ne se résume jamais à une simple prestation technique, et qu’il s’accompagne, dès le terrain, d’une démarche analytique authentique.

6 On insistera sur l’importance fondamentale du décapage mécanique, l’intégrité des structures constituant la condition sine qua non de la validité de leur analyse dynamique et de ses conclusions. En corollaire, non moins importante est la description des empierrements dans l’état de leur mise au jour, ainsi que l’identification des éventuelles perturbations subies (nombre et position initiale des éléments déplacés ou évacués) : en cas de perturbation importante, il subsistera un doute sur l’exportation préhistorique des éléments manquants qui n’ont pas été retrouvés dans d’autres structures. En l’occurrence, les perturbations subies par les foyers étudiés sont nulles ou très minimes.

7 De plus, le volume global des déplacements, déjà important au regard des remontages effectués entre les structures 30 à 33, est nécessairement sous-estimé. En effet, des récupérations de galets entiers ont probablement eu lieu, dans des proportions qui restent difficiles à évaluer.

8 Le quartzite est ultra-majoritaire au sein des empierrements, essentiellement parce qu’il constitue la principale ressource du milieu environnant Sa fragilité au feu et la relative facilité de remontage des galets, entités volumétriques bien individualisables, en font un matériau idéal pour travailler sur les relations interstructures. À cet égard, les Portes de Provence présentaient d’emblée un avantage évident par rapport à des sites où les roches utilisées (calcaires, basaltes...) sont moins favorables à ce genre d’approche, et donc une opportunité à ne pas manquer.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Montélimar – Portes de Provence, zone 5 : plan général du site (S. Couteau, J.-M. Treffort).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 2 – Relevé des structures 79 à 81 (P. Alix, J.-M. Treffort).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 3 – La batterie I en cours de fouille (P. Alix).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 4 – Détail des alignements de foyers à pierres chauffées. Seules les structures en noir ont été fouillées exhaustivement (J.-M. Treffort).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 5 – Les foyers des alignements : différents contextes d’apparition. Ces clichés illustrent bien les difficultés liées à leur mise en évidence, notamment lorsque l’altitude de l’empierrement coïncide avec celle d’une nappe de galets présente sur la quasi-totalité de la surface décapée (E. Sagetat, P. Alix).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Légende Fig. 6 – Le support graphique de l’analyse : calques représentant les trois états de superposition des éléments d’un foyer (structure 31) (P. Alix, G. Macabéo, J.-M. Treffort).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 7 – Première étape de l’analyse (structure 31). À gauche, vue générale de l’empierrement (superposition de tous les calques) ; au centre, discrimination des éléments naturels intrusifs ; à droite, vue générale de l’empierrement réduit aux seuls apports anthropiques (P. Alix, G. Macabéo, J.-M. Treffort).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 8 – Variabilité dimensionnelle des éléments de l’empierrement avant et après remontage (structures 2 et 4) (A.-C. Mauger).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 9 – Les séquences de remontage inter-structures identifiées pour les foyers 30 à 33 (P. Alix, J.-M. Treffort).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 10 – Analyse dynamique de la séquence de remontage XIII (structures 30-31-32) (P. Alix, J.-M. Treffort).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 11 – Résumé schématique de l’analyse dynamique du remontage XIII (structurs 30-31-32) (J.-M-Treffort).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 12 – Analyse dynamique de la séquence de remontage XI (structures 30-31-32) (P. Alix, J.-M. Treffort).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 13 – Analyse dynamique de la séquence de remontage X (structures 30-32) (P. AIix, J.-M. Treffort).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3643/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

Auteurs

Inrap Rhône-Alpes Auvergne. Courriel : anne-claire. mauger@inrap.fr

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search