Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité en Rhône-Alpes

Montélimar- le Gournier : historique des recherches et présentation d'un « grand site » chasséen en vallée du Rhône

Alain Beeching, Jacques Léopold Brochier, Frédéric Cordier, Dominique Baudais, Frédéric Jallet, Jean-Michel Treffort, Karine Raynaud et Philippe Hénon

Résumé

Le site néolithique de Montélimar – Le Gournier entre dans la catégorie des grands sites de terrasse dont l'organisation et le statut posent depuis toujours des problèmes pour la compréhension du Chasséen méridional. Son extension dépasse les 200 hectares. Les types de vestiges sont : des restes sporadiques de sols archéologiques, de nombreuses fosses, des empierrements circulaires parfois organisés en alignements. À cela s'ajoutent de nombreuses attestations d'activités funéraires. Cet article rappelle les étapes de 30 ans de fouilles, donnent les repères topographiques et géomorphologiques du site et présente les premiers plans généraux de localisation des vestiges.

Texte intégral

1Le Chasséen méridional présente de nombreuses originalités au sein des complexes culturels du Néolithique d'Europe occidentale. On a pris acte à la fois de son unité et de ses fortes variabilités internes, régionales ou supra-régionales. Mais une constante réside dans la question lancinante de l'identification et de l'interprétation de son habitat aux différentes focales de perception. Les sites qui attestent sa présence se chiffrent sans doute bien au-delà du millier, mais leur attribution fonctionnelle reste exceptionnelle. On a pu identifier de grandes variabilités de taille et de position (Beeching 1989, 1991 ; Beeching, Brochier 1989 ; Vaquer 1986, 1991). On sait reconnaître assez bien quelques fonctions spécifiques comme les gîtes d'exploitation du silex (Binder 1998 ; Beeching et al. 2007), les grottes-bergeries (Brochier, Beeching 2006 ; Brochier et al. 1999 ; Helmeref et al. 2005), des positions temporaires de retrait, en hauteur, sans doute défensives (Beeching 1989). On connaît aussi maintenant de plus en plus de sites qui, sur la base de vestiges immobiliers, par hypothèse domestiques (trous de poteaux, foyers, « fosses-silos », aménagements divers...), passent pour les lieux de l'habiter ordinaire. Les notions et les faits de sédentarité et de mobilité pour cette période et ce contexte culturel ont été examinés (Beeching 1989, 1991,2003b ; Beeching et al. 2000). On résumera l'état de la question en rappelant seulement que la rareté des attestations évidentes de bâtis et les concentrations, somme toute assez faibles, de vestiges ne relevant clairement que de la consommation ou du rejet domestique laissent plutôt envisager des stations courtes que des sédentarités lourdes et bien ancrées.

2Une des singularités les plus manifestes de ce complexe culturel réside dans ses sites de très vaste extension (plus de dix, voire plusieurs dizaines d'hectares) qui, du Toulousain à l'Auvergne et à la vallée du Rhône, présentent plusieurs critères communs (foyers à pierres chauffantes, fosses circulaires affectant fréquemment la forme de silos, attestation d'une activité funéraire...) mais aussi des différences notoires comme l'absence ou la présence de fossés d'enceinte. Ce dernier cas les rapprocherait des camps de même époque du Bassin parisien et du Nord de la France. Dans ces régions, des variations probables entre sites de rebord de plateau et sites de plaine, enceintes-villages et enceintes-monuments (Dubouloz et al. 1991 ; Mordant 1992), de même que des différences notables dans d'autres champs des productions matérielles et sociales, empêchent une généralisation et une assimilation hâtives de tous les cas de l'aire chasséenne ; mais, au-delà de variations à comprendre, des points communs sont à trouver.

3Les « grands sites » du Chasséen méridional, pour retenir une nomenclature neutre, sont connus depuis les fouilles fameuses du Toulousain, à partir de l'après-guerre (Vaquer 1990 ; Gandelin 2007). Retrouvés ensuite en divers points du Chasséen méridional dès l'émergence de l'archéologie préventive de grande extension (à partir du milieu des années quatre-vingt dans ces régions), peut-être près d'une vingtaine ont fait l'objet de travaux plus ou moins poussés... si l'on peut estimer l'appartenance à un tel type sur la base de travaux ponctuels. Pendant longtemps, leur fonction ne fait pas l'objet de doute. Si le terme de « station » perdure un temps pour les sites du Toulousain (Méroc, Simonnet 1970), celui d'« agglomération » est ensuite employé communément ; on parle même parfois de « véritable ville » de plusieurs centaines de cabanes (Guilaine, Roudil 1976). En vallée du Rhône, c'est avec les fouilles du site des Moulins à Saint-Paul-Trois-Châteaux, en 1984-1985, que ce type de site est apparu, lançant le débat sur l'existence et l'importance de la fonction villageoise, principalement à partir du constat de la place du fait funéraire et du caractère exceptionnel de certains dépôts.

  • 1 L'estimation de la taille du site archéologique chasséen ne repose pas sur des limites anthropiques (...)

4C'est à ce stade de la question que sont survenues les fouilles de Montélimaraux quartiers Fortuneau et Daurelle (1988-1991), qui ont ajouté un nouveau cas majeur au corpus des « grands sites ». Ces zones de fouilles sont apparues, en fait, comme des parties d'un très vaste ensemble chasséen de terrasse de plus de 250 hectares1 incluant aussi le secteur de la Roberte à Châteauneuf-du-Rhône. Avec des interventions multiples depuis 1976, des mentions disparates, des études ponctuelles, des publications peu nombreuses et disjointes ne favorisant pas la prise de conscience de l'unité et de l'importance du site, il a semblé nécessaire de faire ici le point à son sujet. Le nom générique de « Gournier », celui d'un lac qui en marque le centre, lui a été donné pour qualifier l'ensemble des zones de fouille livrant du Chasséen méridional. Il ne postule pas une contemporanéité ni une homogénéité culturelle de tous les faits, mais simplement une unité de perception qu'il serait dommageable de perdre. À charge des analyses spécifiques de discuter de la validité du regroupement.

1. LE SITE DANS SON CONTEXTE GÉOGRAPHIQUE

5La vallée du Rhône, à 30 km au sud de Valence, subit deux étranglements, celui de Cruas-La Coucourde au nord et le défilé de Donzère au sud. Ces deux rétrécissements délimitent à l'est la plaine rhodanienne de Montélimar, longue de 17 km et large de 5 km (fig. 1). La ville est construite à la confluence du Roubion et du Rhône. À l'est s'ouvre la plaine de la Valdaine, vaste bassin de 300 km2, qui donne rapidement accès aux massifs des Préalpes du Sud, dont les sommets culminent à 1000-1800 m. Drainée par le Roubion et le Jabron, cette plaine permet d'atteindre l'Italie par les vallées du Buëch et de la Durance. À l'ouest, en rive droite du Rhône, les premiers contreforts ardéchois du Massif central descendent vers le fleuve en une pente raide. Les petites vallées du Frayol et du Lavézon donnent un accès rapide aux hauts plateaux ardéchois. Plus au nord, la vallée de l'Ouvèze et, plus au sud, la vallée de l'Ardèche sont des axes importants de pénétration en direction du Massif central.

6Les premiers sommets qui environnent Montélimar à 300-400 m d'altitude sont constitués de calcaires urgoniens, turoniens ou oligocènes. Entre ces petits massifs, la plaine est essentiellement le domaine des terrasses alluviales rhodaniennes pléistocènes et du cône détritique alluvial du Roubion, formé au cours de l'Holocène à l'emplacement de la ville actuelle de Montélimar (Brochier et al. 1994 ; fig. 1). Les terrasses alluviales ne sont conservées qu'en rive gauche du fleuve. Elles s'étagent de 63 m d'altitude pour la plus basse, du Würm récent, à 150 m pour la plus ancienne, plioquaternaire (Mandier 1988). Les stades du Günz, du Mindel, du Riss et du Würm ancien sont représentés. C'est sur la terrasse du Würm ancien, la plus étendue avec une vingtaine de kilomètres carrés, que se développe le site néolithique du Gournier (fig. 2). Le dénivelé de 6 à 12 m avec le niveau de la plaine alluviale actuelle, datée du Würm récent et de l'Holocène, délimite le site sur ses bordures septentrionale et occidentale. On doit considérer que les alluvions récentes post-néolithiques du Rhône et du Roubion empâtent encore au moins de 1 à 2 m le bas du talus de cette terrasse, déterminant un peu plus sa position surélevée au-dessus de la plaine actuelle.

7Antérieurement à l'aménagement du fleuve et à la création du canal de dérivation par la Compagnie Nationale du Rhône, la confluence du Roubion avec le Rhône, au pied du site, formait un élément important du paysage. Plusieurs sources pérennes jaillissent au pied du petit affleurement calcaire qui forme le rebord ouest de la Roberte. Un élément majeur du paysage reste cependant le lac du Gournier, exsurgence karstique de type probablement vauclusien, aujourd'hui colmatée, de 100 m de diamètre et 10 m de profondeur, sise au milieu de la terrasse.

Fig. 1 – Contextes géographique et géologique du site de Montélimar-Gournier (cartographie des terrasses rhodaniennes d'après Mandier 1988).

2. L'IDENTITÉ GÉOGRAPHIQUE DE L'IMPLANTATION

8On peut évoquer en quelques mots l'identité géographique du pays de Montélimar, qui n'est sans doute pas étrangère à l'implantation à cet endroit du vaste site du Gournier. Même si l'expression est parfois un peu usée, on ne peut pas mieux dire que d'évoquer une situation de carrefour. Si la plaine moyenne du Rhône est faite d'un chapelet nord-sud de bassins et de défilés, elle engendre, à chaque arrivée latérale de cours d'eau descendant des Préalpes et du Massif central, des croisements d'axes de circulation et des nœuds de peuplement. Celui de Montélimar aurait été propice au développement d'une ville importante, celle qui manque, dit-on souvent, entre Valence et Avignon. La particularité de ce carrefour est d'être à l'intersection quasi parfaite entre influences climatiques, historiques, humaines du Sud et du Nord, entre Provence et Dauphiné, engendrant un type de paysages naturels et anthropisés original. À cet endroit, le formidable flux de personnes et d'énergies qui caractérise l'axe rhodanien nord-sud rencontre les arrivées qui, par les vallées des Préalpes du Sud, le mettent, plus lointainement mais facilement, en communication avec les cols alpins. Si l'on ajoute les caractéristiques de la topographie – confluence, terrasse surélevée, proximité de reliefs en éperons pour des situations plus défensives –, on a probablement là les clés de la forte présence chasséenne, mais aussi de celles que l'on peut identifier dans le même secteur au Mésolithique, au Néolithique ancien et final, à plusieurs reprises à l'Âge du Bronze, puis aux temps historiques.

Fig. 2 – Vue aérienne partielle de l'implantation du site du Cournier pendant l'évaluation en tranchées de 1988-1989. On distingue, au fond, la ville de Montélimar et, à gauche de la route qui longe le site, le rebord de la terrasse würmienne (photo CAPRA Valence).

3. HISTORIQUE DES INTERVENTIONS DE TERRAIN

9Les fouilles du Gournier ont commencé discrètement, au début de l'année 1976, sur la commune de Châteauneuf-du-Rhône, par la vidange d'une demi-fosse en bombe dans le talus du rebord de terrasse, derrière la ferme de la Roberte (fig. 3). À cette époque, on considérait que la plaine du Rhône était désertée au Néolithique et M. Lambert, responsable archéologique du club spéléo-archéologique local (le MASC), intervenait, pensant retrouver la présence gallo-romaine attestée dans ce secteur. Le mobilier recueilli était reconnu comme Néolithique par Alain Beeching alors qu'il commençait ses visites en vue de la thèse qu'il projetait (Beeching 1980).

Fig. 3 – Le site du Cournier : plan d'ensemble des secteurs touchés par les opérations successives de diagnostic et de fouille sur les communes de Montélimar et Châteauneuf-du-Rhône, Drôme (document CAPRA Valence).

  • 2 Avec les aides successives notamment de : José Thomas, Silvio Matteucci, Marie-Claude Nierlé, Joël (...)

10– De 1979 à 1988, à raison d'une campagne annuelle ou biennale, en fonction de l'avancée des travaux de carrière, A. Beeching2 a mené des opérations ponctuelles de sauvetage sur la trentaine de fosses qui sont apparues lors de l'enlèvement des terres superficielles d'une gravière de la Roberte, proche de la trouvaille initiale (Beeching 1979, 1980 ; Beeching Thomas-Beeching 1975). Ces opérations se déroulaient le plus souvent dans l'urgence, parfois sans crédit ni autorisation de fouille, aucun contrôle administratif n'ayant pu être imposé. C'est historiquement en 1982, en échangeant nos points de vue avec Jacques Léopold Brochier sur l'insertion géologique complexe de ces structures et des implantations chasséennes en général, qu'est né le projet du programme de recherche du Centre d'Archéologie Préhistorique de Valence sur cette période (Beeching et al. 1986 ; Beeching, Brochier 1989a et b).

11– En 1988 et début 1989, un vaste projet municipal de zone industrielle et commerciale à la sortie sud-ouest de Montélimar commence par un contrôle de principe dans le quartier Fortuneau, jusqu'ici dévolu aux cultures maraîchères. Thierry Odiot, pour la Direction Régionale des Antiquités Historiques, relevant surtout des vestiges néolithiques, passe le relais au Centre d'Archéologie Préhistorique de Valence, antenne de l'ERA 36 du CRA du CNRS, basée principalement à Sophia-Antipolis. Une phase d'évaluation est réalisée sous la responsabilité d'A. Beeching avec la participation de J.L. Brochier, Fr. Cordier, M. Linossier et A. Boissy. Une série de 80 tranchées parallèles, totalisant 8,5 km, est réalisée (fig. 2), soit 6800 m2 sondés pour 30 ha explorés. La totalité des coupes est relevée sous la coordination de J.L. Brochier, et permet de comprendre l'insertion géomorphologique du site. La séquence observée couvre, selon les secteurs, une vaste période allant du Mésolithique au Moyen Âge, avec une constante dans la présence du Chasséen. Trois sépultures et plusieurs fosses sont fouillées en urgence et des tests pratiqués pour évaluer les temps de fouille des sols et structures en prévision de la fouille d'ampleur à venir.

12– Durant la fin 1989 et le début 1990, des opérations ponctuelles sont menées à Fortuneau et à la Roberte. La surveillance des fondations d'un bâtiment près du lac du Gournier livre ainsi une fosse chasséenne à galets chauffés, formant relais entre les deux zones éloignées. À la demande de la ville qui cherche une alternative, une évaluation du secteur voisin de Daurelle est conduite, toujours en tranchées, par le Centre d'Archéologie Préhistorique de Valence. Le Chasséen est toujours présent ; la fouille d'un reste de sol mésolithique, de type sauveterrien, est opérée par Fr. Cordier.

13– De février 1990 à mars 1991 est réalisée la première fouille importante sous la coordination d'A. Beeching et la co-direction d'A. Beeching (CNRS) et Fr. Cordier (AFAN) à Fortuneau Ouest. Au total, huit zones de fouilles ont été ouvertes, réparties sur les 30 ha à libérer, totalisant 11620 m2 pour le Néolithique chasséen et 2600 m2 pour le Bronze final et le Campaniforme.

14– En 1993 et 1994, un décapage d'une surface de 825 m2 est effectué, pour la première fois de façon maîtrisée, à la Roberte, suivi d'une fouille en deux temps sous la responsabilité d'A. Beeching et Fr. Cordier : un mois en 1993, deux mois en 1994. Quatorze nouvelles structures en creux ont été fouillées, dont deux sépultures chasséennes et trois gallo-romaines.

15– En 1994-1995, des contrôles, stériles, sont opérés par Bernard Gély, du Service Régional de l'Archéologie Rhône-Alpes.

16– En 1998, une prospection subaquatique est menée dans le lac du Gournier, épicentre, au moins géographique, du site, par le Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines d'Annecy, sous la direction d'Yves Billaud (1999). Circulaire, d'un diamètre de 100 m environ, il surprend dans cette position topographique, d'autant que des témoignages signalent son débordement épisodique au début du xxe siècle, avant son remblaiement progressif par des rejets divers et nombreux. Sous 70 cm de boues organiques et pollutions diverses, 50 cm de séquence sédimentaire ont été remontés dans deux carottes. Aucun vestige archéologique n'a été repéré dans des conditions de plongée difficiles. Aucun piégeage de vestiges néolithiques n'a pu être démontré.

17– En 2002, après une longue interruption, une campagne de diagnostic est reprise à Daurelle, sous la responsabilité de Jean-Michel Treffort (INRAP), sur une surface de 8 ha. L'occupation chasséenne déjà attestée est confirmée ; quelques vestiges campaniformes et du premier Âge du Feront également été observés (Treffort et al. 2002).

18– En 2003, une fouille découle de ce diagnostic à Daurelle, menée sous la responsabilité de Frédéric Jallet (INRAP). Les décapages réalisés couvrent deux axes de voirie, les zones 1 et 2 représentant des superficies de 1200 m2 et 4580 m2 (Jallet et al. 2003) :

  • Zone 1 : 7 « faits archéologiques » ont été étudiés. Ils concernent principalement le Néolithique moyen chasséen :

  • Zone 2 : 24 « faits archéologiques » ont été étudiés. Il s'agit majoritairement de structures en creux ainsi que d'un niveau de circulation observé sur une faible surface, pouvant également être rattachés au Néolithique moyen chasséen. Dans cette zone, une autre sépulture est signalée.

19– En 2005, une campagne de diagnostic est réalisée plus loin au sud en périphérie de Montélimar, mais toujours sur la même terrasse würmienne, aux Portes de Provence, sous la responsabilité de Philippe Hénon (INRAP). Une surface de près de 70 ha a été prospectée et a permis de distinguer cinq entités principales (Attiah et al. 2005).

20Les entités 2 (de 46171 m2) et 3 (de 50 118 m2) concernaient le Néolithique chasséen. Dans la première a été mise en évidence une série de seize structures empierrées formant deux alignements parallèles. La seconde livrait de nombreux vestiges sous forme de structures fossoyées (fosses, structures empierrées), peu d'épandages et un ou deux trous de poteaux seulement.

21– En 2005 toujours, plusieurs sondages sont repris à Fortuneau Est à l'occasion de l'extension de la ZAC de Montélimar, sous la responsabilité de Frédéric Cordier (INRAP), dans le but de compléter les informations antérieures et de combler les blancs laissés par la campagne de 1989. Des vestiges du Néolithique moyen et de périodes plus récentes, antiques à historiques, ont été observés (Cordier et al. 2005).

22– En 2006, deux fouilles sont menées conjointement :

  • l'une aux Portes de Provence (lot 5) sous la responsabilité de Jean-Michel Treffort. Elle porte sur l'entité 3 du diagnostic de 2005. Une surface de 16194 m2 a été ouverte, laquelle renferme une soixantaine de structures à pierres chauffées qui se répartissent sur sept alignements présentant chacun de 5 à 13 structures (Treffort et al., à paraître). Cet ensemble se rattache au Néolithique moyen chasséen. Son étude est présentée séparément (Treffort, Alix dans ce volume). Une sépulture de même époque a été fouillée (Tchérémissinoff et al. dans ce volume) ;

  • l'autre à Fortuneau Est sous la responsabilité de Frédéric Cordier. Trois zones présentant des vestiges chasséens sont fouillées sur une surface totale de 7544 m2. Des fosses type « silos » ou ovales, des empierrements, un sol archéologique, des trous de poteaux appartenant à un possible bâtiment et deux sépultures sont attribuables au Chasséen (Cordier 2006).

23– Après la date des Rencontres de Bron, en 2007, deux nouvelles zones ont été fouillées au sud des Portes de Provence sous les directions de Jean-Michel Treffort, INRAP (lot 4 : Protohistoire et peu de Néolithique ; lot 6 : Chasséen de la partie est de l'entité 3 du diagnostic de 2005) et Dominique Baudais, INRAP (lot 9 : Chasséen du sud de l'entité 3 du diagnostic de 2005), opérations dont l'étude et les rapports sont en cours. Un diagnostic a également été conduit par Karine Raynaud, INRAP, à Belle Barbe, qui a confirmé l'extension chasséenne du site au nord-est de Fortuneau Ouest (Raynaud 2007).

24On trouvera infra, en bibliographie, les références des principales publications sur le site et sur les questions soulevées à son propos.

4. CONTEXTE STRATIGRAPHIQUE ET TAPHONOMIE DE L'OCCUPATION CHASSÉENNE

25La vingtaine de kilomètres de tranchées effectuées, de Fortuneau aux Portes de Provence, a permis de définir la structure géomorphologique du site (fig. 4). Les nombreuses opérations de terrain successives conduisent à une connaissance approfondie de l'histoire naturelle et humaine de cette surface de terrasse, de son dépôt, au Würm ancien, jusqu'à nos jours. Mais la nécessaire chronologie fine, voire la synchronie, entre tous les événements de l'histoire stratigraphique repérés dans les divers secteurs, reste souvent difficile à obtenir. Les grands moments de cette longue histoire sont maintenant bien calés et représentent une trentaine de phases, pouvant être corrélées sur la dizaine de kilomètres carrés prospectés et étudiés. Un grand tableau de synthèse stratigraphique du site du Gournier et de ses différents secteurs a pu être établi, couvrant la longue période du Würm ancien à l'Actuel (Beeching, Brochier 2006). Les grandes phases en avaient précédemment été décrites (Brochier 1997, 1999).

Fig. 4 – Cartographie schématisée de la structure sédimentaire, géomorphologique et taphonomique du site du Gournier (document CAPRA Valence).

26Nous insisterons surtout ici sur le contexte stratigraphique et taphonomique de l'occupation chasséenne, en rappelant d'abord, brièvement, les événements qui conduisent aux conditions de fossilisation du site. Des paléovallons creusés à la surface de la terrasse pléistocène et de sa couverture lœssique, organisés en gouttières selon des directions nord-sud, ont piégé des sédiments porteurs de la pédogenèse de l'Holocène ancien à moyen. Cette configuration a donné lieu au dépôt dans les zones basses du limon argileux brun, sur lequel reposent et dans lequel sont fossilisés les vestiges néolithiques. Ce sédiment décarbonaté a une histoire plurielle complexe où se succèdent dépôt, érosion, pédogenèse, voire reprises éoliennes. La couche chasséenne est ainsi constituée de pédosédiments limono-argileux issus des paléosols dans lesquels se trouvent des épandages plus ou moins denses de matériel d'origine anthropique : céramiques, silex, ossements, mais aussi petits graviers et galets. Les niveaux de densité d'objets peuvent marquer parfois plusieurs sols archéologiques successifs (secteurs A et B de Fortuneau Ouest, par exemple). Ces sols ne sont pas d'une parfaite intégrité, car la sédimentation fine qui les recouvre est plutôt lente ; en certains endroits, ils représentent probablement plusieurs passages successifs. De plus, la vertisolisation (mouvements de gonflements et retraits des argiles), qui peut faire bouger les pièces de haut en bas, rend la lecture des sols difficile. Néanmoins, dans un contexte de site en surface de terrasse alluviale où les sols ne sont généralement pas conservés, le Gournier est un des rares cas où ce document peut être exploité en en connaissant, bien sûr, les limites.

27En cohérence avec la structure géomorphologique, un certain nombre de principes taphonomiques se retrouvent pour l'ensemble des secteurs du Gournier. Le sol archéologique est conservé dans les paléovallons. Il est érodé, en revanche, sur les interfluves où ne subsistent plus que les structures en creux. Les fosses implantées en fond de paléovallons sont moins fréquentes que sur les flancs. Au moment de l'occupation chasséenne, la paléosurface topographique présentait un relief, bosselé, vallonné, sur cette terrasse aujourd'hui aplanie. L'échelle des dénivelés est de l'ordre de 50 cm à 2 m entre les points les plus hauts et les plus bas. Ce paléorelief n'a certainement pas été neutre dans l'organisation de l'occupation. L'ensemble sépulcral du secteur E/F de Fortuneau Ouest occupait, par exemple, un point légèrement plus haut à la surface de cette terrasse.

28Nous remarquerons que l'histoire sédimentaire sur cette ancienne terrasse rhodanienne, d'apparence « plane » et « sans histoire postglaciaire », est au contraire très dynamique, si l'on se place à l'échelle d'épaisseurs de terrain de quelques dizaines de centimètres. Érosions et accumulations de sédiments, troncatures ou moments plus stables de pédogenèse se succèdent. Ce qui est en jeu maintenant, c'est ce niveau de résolution, fin, des phénomènes de l'Flolocène moyen qui se produisent au cours de, avant et après l'occupation chasséenne. Cette dernière est elle-même polyphasée puisque l'on peut avoir plusieurs sols recouverts ; tous les phénomènes observés, même similaires, ne sont pas forcément synchrones sur les trois centaines d'hectares pris en compte.

29Les phénomènes d'érosion et de troncature ont altéré les niveaux d'occupation néolithiques. Ils sont forts en bordure du talus de la terrasse. Il faut cependant considérer que les dynamiques sédimentaires restent de faible compétence et concernent surtout les particules fines, limons et argiles. Les pentes sont de l'ordre de 1 %, voire moins dans l'axe nord-sud des écoulements, et de 2 % sur les versants des interfluves. On soulignera que ces mouvements de terre n'ont pu exister qu'en l'absence d'une couverture végétale de type forêt, sous un régime de pluies pas forcément très fortes, mais avec un couvert herbeux très disséminé. Les points hauts, buttes sableuses et interfluves, sont les plus érodés, 10 à 30 cm. Sur le fond des vallons, ce sont seulement quelques centimètres qui peuvent être décapés ou déposés. L'érosion différentielle s'attaque plus facilement aux points hauts, une fois décapés de leur paléosol protecteur, qu'aux sédiments plus argilo-limoneux et résistants des fonds de vallons. Le transport, avec les sédiments fins, de petits tessons et graviers lors d'orages est possible, mais il n'est pas envisageable que de gros fragments de céramiques, pierres de chauffe ou calage aient pu être déplacés. La répartition des vestiges à la surface des sols, bien qu'un peu perturbée, conserve un sens.

30En avançant dans la perception des phénomènes sédimentaires à ces deux échelles – très rapprochée pour l'épaisseur des dépôts (quelques centimètres d'épaisseur) et très large pour les surfaces considérées (plusieurs kilomètres carrés) –, on progresse également dans la complexité de l'occupation néolithique : séquences se succédant à un degré de résolution fin, pas toujours perceptible, ou palimpseste, individualisation des sols plus ou moins bien réalisée selon les décapages (Brochier 1997, 1999), sols conservés ou non. Il en ressort toutefois l'image d'occupations de courte durée, ne laissant pas de grandes quantités de rejets, et se succédant sans être trop éloignées dans le temps. Si un recouvrement survient entre deux passages, il n'est jamais très épais, quelques centimètres. On a probablement plus souvent affaire à des formes de palimpsestes.

31Force est de reconnaître que l'on se trouve devant un ensemble de phénomènes dont on a du mal à saisir encore tous les tenants et aboutissants. Cela tient pour beaucoup à deux raisons, la compréhension de l'une permettant un accès à la compréhension de l'autre.

32– On connaît encore mal le statut de l'occupation chasséenne. Les vestiges et l'absence de fortes accumulations domestiques répondent plutôt à des séjours rapides qui pourraient en partie expliquer le caractère diffus des sols d'habitat.

33– L'érosion est un acteur essentiel à la surface de cette terrasse, de nombreuses troncatures et discordances le démontrent, mais on a du mal à imaginer l'ampleur et la rapidité des phénomènes en action pour déblayer ce qui représente des milliers de mètres cubes de terre, et la part exacte du matériel archéologique qui a disparu.

5. LES DIFFÉRENTS SECTEURS ET LES VESTIGES DE L'OCCUPATION CHASSÉENNE

34Une histoire des fouilles fragmentée et irrégulière permet difficilement de prendre la mesure des trouvailles en chaque point de la terrasse. Le bilan qui suit vise à le faire dans les grandes lignes.

5.1. LA ROBERTE (COMMUNE DE CHÂTEAUNEUF-DU-RHÔNE)

35C'est dans ce secteur que les fouilles ont commencé en 1976. On peut attirer l'attention sur le fait que la vingtaine d'hectares située sur cette commune, à l'ouest du canal de dérivation du Rhône, actuellement en cultures et pour l'essentiel préservée, est, par sa position en bordure immédiate de l'emprise urbaine de Montélimar, fortement menacée par l'évolution prévisible de la ville à court terme. C'est un des derniers points où ce vaste site pourra encore être étudié, notamment sur une avancée de la terrasse en promontoire où des traces de fossés ont été repérées d'avion (Beeching 1989) ; situation très rare dans le Sud-Est de la France, justifiant des fouilles maîtrisées. Des ramassages de surface répétés au début de l'intervention ont montré l'emprise générale de la présence chasséenne mais aussi, de façon plus discrète, de phases plus anciennes et plus récentes du Néolithique.

36Au total, 1,5 ha a été contrôlé en 30 ans. Aucun reste de couche ou sol archéologique n'a été retrouvé dans ce secteur. Sur les 53 fosses ou anomalies sédimentaires circonscrites repérées, 26 fouillées se rapportaient au Chasséen. À l'exception d'un foyer empierré en cuvette et d'une aire de combustion fugace à la datation mal assurée, il ne s'agit que de structures en creux : cuvettes plus ou moins profondes et régulières, et surtout fosses de type « silo », c'est-à-dire à fond renflé et ouverture étroite. La particularité des cas de la Roberte, par rapport aux fosses qui ont été observées ailleurs au Gournieret à Saint-Paul-Trois-Châteaux, réside dans leur aplatissement particulier. Les causes peuvent être diverses : spécificité chronologique ou fonctionnelle ou, plus vraisemblablement, effet d'une troncature par érosion, provoquant l'ablation d'une partie supérieure que l'on peut estimer à 20 ou 30 cm.

37Parmi ces fosses-silos, 5 renfermaient des fragments d'ossements humains de petite taille. Trois sépultures ou dépôts de corps entiers (un seul individu chaque fois) ont également été fouillés : deux en fosses-silos et un en fosse ovale peu profonde, sans doute creusée pour l'occasion.

38En raison des conditions particulières de fouille (contrôles et fouilles le plus souvent rapides, au coup par coup, pendant quinze ans, décapages non contrôlés effectués par les carriers eux-mêmes, absence de vue d'ensemble pour juger des relations entre structures, longues périodes d'extraction sans surveillance...), il est à craindre que les fosses fouillées ne représentent qu'une petite partie du potentiel du secteur. Elles sont malgré tout, en termes de vestiges mobiliers et par leur groupement, les plus riches de tout le Gournier.

5.2. FORTUNEAU (COMMUNE DE MONTÉLIMAR)

39Ce secteur a connu plusieurs campagnes de sondages sur près de 30 ha et des fouilles totalisant 2,6 ha. Selon les zones fouillées, les vestiges principaux étaient de divers types : sols archéologiques, trous de poteaux, empierrements circonscrits, fosses-silos, fosses funéraires. Ces préférences sont en partie liées, d'une part à des conservations différentielles, notamment en raison de la présence de paléo-chenaux piégeant les sédiments et préservant les vestiges les plus fragiles, mais probablement aussi à de possibles spécialisations topographiques. Plus de 300 structures circonscrites, dont environ 200 fosses, 30 trous de poteaux et 80 empierrements, ont été identifiées et fouillées. Près de 20 sépultures ont été retrouvées, disséminées sur ce vaste secteur mais, à deux reprises, manifestement groupées. C'est le cas au sein d'un « monument » circulaire d'une cinquantaine de mètres de diamètre, comprenant, du centre vers l'extérieur : un groupe de sépultures individuelles en pleine terre, une aire peu occupée présentant des fosses et dépôts ou rejets d'os animaux, une couronne d'empierrements n'excédant guère 0,80 m de diamètre.

40On notera aussi que des sols archéologiques présentant des épandages de pierres et artefacts fragmentés, des trous de poteaux et des aires d'activités sans doute aménagées ont été trouvés et fouillés. C'est assez pour constater que les traces de ce type peuvent être conservées et observées quand elles existent, mais nettement insuffisant dans l'hypothèse unique de la fonction villageoise.

5.3. DAURELLE (COMMUNE DE MONTÉLIMAR)

41Ce secteur a fait l'objet de deux évaluations sur 8 ha environ et d'une fouille de 5780 m2. Plus d'une centaine de fosses ont été repérées, dont moins de la moitié ont été fouillées, ainsi que des surfaces réduites de sols archéologiques. Six fosses à ossements humains ont été trouvées, dont 3 fouillées. Pour les deux cas fouillés en 1990, il s'agissait d'une inhumation et d'un dépôt de crâne d'enfant, en fosses, à quelques mètres de distance.

5.4. PORTES DE PROVENCE (COMMUNE DE MONTÉLIMAR)

42Nettement plus au sud, une surface de près de 70 ha a été contrôlée. Les vestiges chasséens couvrent une surface potentielle de 5 ha environ, en plusieurs zones distinctes. Une fouille a été menée sur 1,6 ha sur le lot 5. Une soixantaine de structures empierrées circulaires, correspondant à des batteries de foyers à pierres chauffantes alignés en séries, constituait l'ensemble de vestiges le plus abondant. Ces structures se répartissent pour l'essentiel en sept alignements présentant chacun 6 à 13 unités. On notait aussi une dizaine de fosses en cuvette, un puits et une sépulture individuelle en fosse. Cette fouille a donné lieu à deux études dans le présent volume d'Actes (Treffort, Alix, et Tchérémissinof et al.). Aucun vestige du Néolithique moyen n'a été trouvé sur les récentes fouilles du lot 4. Par contre, de nombreuses fosses du Néolithique moyen sont présentes, à l'est des Portes de Provence, sur le lot 9, et sur le flanc occidental du lot 6, encore en cours d'étude.

6. LES DIFFÉRENTS TYPES DE STRUCTURES

43Pour terminer cette présentation générale du site du Gournier et sans rentrer dans leur analyse, par ailleurs déjà partiellement présentée ou en cours, nous pouvons rappeler les grands types de structures attestés et leur répartition spatiale.

6.1. LES SOLS ARCHÉOLOGIQUES

44Si les formations sédimentaires contemporaines du Chasséen et pouvant en contenir des vestiges mobiliers organisés sont cantonnées aux paléo-chenaux d'orientation N-S à NE-SW qui sillonnent la terrasse (près du tiers de la superficie explorée), les surfaces de circulation présentant des épandages de vestiges (artefacts et mobiliers non transformés) sont beaucoup plus rares. La totalité de ces surfaces, en partie fouillées et attribuables au Chasséen, atteint 4376 m2 : 1250 m2 à Fortuneau Ouest, 1890m2 à Fortuneau Est, 1236 m2 à Daurelle, quelques dizaines de mètres carrés aux Portes de Provence, aucun à la Roberte. Sans entrer dans la discussion de détail sur les qualités de fossilisation et de conservation de l'un ou l'autre des secteurs concernés, on remarque que c'est surtout à Fortuneau que ces « sols » sont attestés (fig. 5 et 6). Une partie de la zone G, fouillée en 1990, et deux surfaces de la zone B des fouilles de 2006 (respectivement 200m2 et 67 m2) présentent les groupements mobiliers les plus significatifs, associés à des vestiges immobiliers organisés (trous de poteaux, chape d'argile et graviers rapportés...). Des bâtiments de plan circulaire ont été proposés dans deux cas (Beeching 1999 ; Cordier 2006). La présence de ces sols est importante puisqu'elle s'inscrit directement dans le débat sur les fonctions attestées sur ce site et qu'elle apporte des arguments dans le sens d'activités non funéraires ; mais leur rareté, qui ne peut s'expliquer par de seules questions de conservation, est également du plus grand intérêt. Une activité villageoise massive ne manquerait pas de laisser de telles traces, à la fois plus nombreuses et plus denses. On notera, à ce propos, la rareté des trous de poteaux. Leur absence, naturellement explicable dans les secteurs érodés comme la Roberte ou les bandes inter-chenaux de Fortuneau, Daurelle et des Portes de Provence, ne l'est plus à l'intérieur de ceux-ci. Elle n'est pas non plus compensée par la présence de matériaux argileux résultant du démantèlement d'un habitat en terre développé. Cette importante question est, néanmoins, encore ouverte.

Fig. 5 – Sol archéologique en cours de fouille (secteur Fortuneau, 2006, zone 6, fouille INRAP).

6.2. LES FOSSES

45Les structures excavées (fig. 7) sont, par contre, plus nombreuses (près de 500), sans atteindre une densité très élevée. Leur répartition n'est pas aléatoire. On constate de grandes zones vides ou très peu occupées (Fortuneau Nord et Est, Daurelle Nord-Est et Sud, de grandes surfaces des Portes de Provence, fig. 8) et, à l'inverse, des concentrations assez fortes, comme à la Roberte ou dans la zone centrale de Fortuneau. Ce sont, dans une écrasante majorité, des fosses de plan circulaire, d'un diamètre maximum oscillant entre un et deux mètres et d'une profondeur le plus souvent inférieure à un mètre.

Fig. 6 – Sol archéologique et structures empierrées (secteur Fortuneau, 1990, zone D, sol s4, document CAPRA Valence).

46Une typologie sommaire fait apparaître un groupe de grandes structures renflées, de 1m3 et plus de volume, à ouverture étroite. La fonction classiquement attribuée – que nous ne discuterons pas ici – est celle de silo, mais leur fonction ultime est moins claire ; notons la fréquente abondance des rejets mobiliers dans leur remplissage. Un autre travail aborde cette question de façon plus large (Beeching et al. dans ce volume). Des fosses moins profondes, à fond en cuvette et souvent moins régulières, sont également fréquentes. Elles peuvent occasionnellement être de plan plus allongé, ovoïde ou irrégulier ; leur comblement est très variable, de la quasi-stérilité au dépôt de meules, mais souvent rapide et homogène. Dans l'ensemble, le creusement des fosses, leur utilisation, puis leur comblement en font des structures complexes à analyser (Beeching et al. dans ce volume). Signalons de très rares cas (2, peut-être 3) de fosses profondes de plusieurs mètres devant être interprétées comme des puits.

6.3. LES STRUCTURES EMPIERRÉES

47Quelque 150 structures empierrées (fig. 9 et 77), le plus souvent en creux, se répartissent sur le site. Elles sont nombreuses au nord, et plus rares au sud, sauf sur le lot 5 des Portes de Provence. Dans ce même volume, un travail complet est consacré à une série d'une soixantaine d'entre elles, situées sur ce lot 5 des Portes de Provence, s'organisant en alignements (Treffort, Alix dans ce volume). On soulignera, comme pour d'autres types de vestiges, que leur répartition est très inégale sur le site. Au nord de Fortuneau Ouest (zones A, B et D), leur densité est relativement forte, mais elles appartiennent à un niveau antérieur au Chasséen récent. On les retrouve en zones E et F, associées à un dispositif funéraire (cf. infra). Ailleurs, à Fortuneau Est (une série de sept en zone A) et à Daurelle, elles sont sporadiques. Elles sont absentes à la Roberte, peut-être emportées par l'érosion. Le cas des Portes de Provence, même si on ne peut le généraliser, restera exemplaire pour aborder cette question des foyers à pierres chauffées disposés en batteries. Hormis quelques exemplaires plus grands, le diamètre voisin d'un mètre semble représenter la norme.

6.4. LES STRUCTURES FUNÉRAIRES

48Elles ont déjà été souvent présentées de façon partielle (Beeching 2000, 2003a ; Beeching, Crubézy 1989, 1998 ; Crubézy 1991). Il n'est pas nécessaire de s'y attarder longuement ici, les études bio-anthropologiques et archéologiques liées restant, pour l'essentiel, à mener. Des débats récents discutant, logiquement, de structures de ce site qui ne sont pas encore complètement étudiées et publiées (Chambon, Leclerc 2007 ; Boulestin 2008) montrent que ce n'est pas nécessairement une bonne chose de livrer au débat public des informations partielles qui doivent être ensuite complétées ou corrigées.

Fig. 7 – Vues de divers types de structures en fosses : a) peu profonde, à comblement de galets et fragments de matériel de mouture (Fortuneau, 1990, IS 6) ; b) de type silo de grand diamètre (La Roberte, 1977, st 4) ; c) fond de silo partiellement arrasé (La Roberte, 1984, st 22) ; d) cuvette à comblement de galets et restes osseux de bovins (Fortuneau, 1991, ES 59) (documents CAPRA Valence).

Fig. 8 – Plan de répartition schématique des fosses de type silo (en noir) parmi les autres structures chasséennes de tous types (en grisé) (document CAPRA Valence).

Fig. 9 – Vue de l'une des structures empierrées circulaires du dispositif funéraire E-F (Fortuneau, 1991, FS 18) (document CAPRA Valence).

49Sur le site du Gournier dans son ensemble, plus de 40 structures ont livré des restes humains, dont la plupart des corps complets ou partiels (fig. 10). Trois, toutes à Fortuneau, contenaient plusieurs individus (EDF6, J1 et AS48). Plusieurs fosses, dont le nombre exact est difficile à chiffrer avant étude complète des restes osseux, ont livré des os humains isolés : os du carpe ou du tarse, fragments d'os longs ou du squelette crânien. L'étude ostéologique menée à la Roberte par Stéphanie Bréhard (Bréhard 2007) a révélé que 6 des 19 fosses étudiées en contenaient. La présence, notamment, de tels restes fragmentaires dans un dépôt associé à la sépulture st. 46 semble suggérer que ces présences sporadiques ne sont pas dues au hasard. La répartition spatiale des restes humains (fig. 12) semble obéir à deux logiques différentes. Une partie est distribuée de façon discontinue, mais malgré tout assez régulière, selon un espacement minimal de 150 m environ. L'autre s'organise en regroupements plus ou moins réguliers ; à Fortuneau, « enclos » pour deux tombes en zone G, dispositif circulaire monumental en zones E-F (Beeching 2003a), concentration sans plan cohérent perceptible en limites de Fortuneau et Daurelle.

7. CHRONOLOGIE DES OCCUPATIONS

50En écartant les datations plus anciennes affectées de trop grandes plages d'incertitude, 31 dates ont été obtenues sur l'ensemble du site. Un petit groupe se situe en gros entre 4350 et 4000 BC cal. ; il se rapporte à des horizons de Fortuneau nettement séparés stratigraphiquement de l'ensemble suivant. La plupart des datations de celui-ci se placent entre 4000 et 3500 BC cal. ; ce deuxième groupe pourra vraisemblablement être lui-même subdivisé. Les structures funéraires se situent le plus souvent entre 3900 et 3600 BC cal.

Fig. 10 – Exemple de sépulture individuelle en pleine terre (Fortuneau, 1990, IS 5) (document CAPRA Valence).

Fig. 11 – Plan de répartition schématique des structures empierrées (en noir) parmi les autres structures chasséennes de tous types (en grisé) (document CAPRA Valence).

Fig. 12 – Plan de répartition schématique des sépultures (en noir) parmi les autres structures chasséennes de tous types (en grisé) (document CAPRA Valence).

51L'occupation majeure du site se rapporte donc à un Chasséen récent. Pour cet horizon, à cette extension, le principe d'une phase unique d'occupation, aussi longue soit-elle, est actuellement impossible à soutenir. Mais les preuves de diachronisme semblent davantage ressortir du phasage fonctionnel ou de la durée de vie de certaines structures (batteries de foyers, fosses à deux niveaux) que d'exclusions stratigraphiques, les recoupements entre structures restant extrêmement rares. Les différents scénarios sont alors plausibles : occupation pérenne pendant un ou deux siècles, plusieurs phases longues séparées par des absences, passages brefs répétés...

8. EN GUISE DE CONCLUSION

52Si le but de cette présentation est de rassembler et rendre cohérentes des informations très dispersées et disparates, il n'est pas d'aller au-delà de l'exposé des repères nécessaires à la compréhension des travaux spécifiques qui vont commencer à se multiplier sur ce vaste site de plus de 250 hectares. Les travaux de terrain ne sont heureusement pas encore terminés, car la part réellement fouillée reste faible en regard des surfaces détruites ; mais la publication des résultats va s'accentuer à l'occasion de l'achèvement de plusieurs rapports d'opérations et diplômes universitaires, mais aussi de l'ACR « Les grands sites de terrasses chasséens dans le contexte des recherches rhodaniennes », piloté par le Centre d'Archéologie Préhistorique du Rhône aux Alpes (CAPRA, Valence). La taille exceptionnelle de ce site – dont rien ne prouve la contemporanéité, mais dont la nature et l'attribution chronologique des vestiges apparaissent très homogènes-, la multiplicité des épisodes de fouille, la complexité des faits à l'étude et la diversité des analyses en cours empêchent toute conclusion synthétique à ce stade du travail. On sait seulement, comme cela est rappelé en introduction, qu'il renvoie à un type d'implantation connu par ailleurs et présentant de nombreuses variantes. Les pistes interprétatives sont connues et en cours d'argumentation par les uns ou les autres. Il serait irréaliste de les opposer, mais leurs champs de validité et de recoupement restent flous et partiels ; il faudra bien finir par proposer des scénarios tenant compte de toutes les informations. Les données du quotidien sont évidentes, renvoyant aux vestiges attendus d'un groupe humain néolithique (traces, rejets culinaires, reliquats de la culture matérielle...). Que les activités de celui-ci à cet endroit trouvent leur place dans des comportements de vie parfaitement ordinaires est une possibilité. Resterait à établir le modèle d'implantation et d'occupation de l'espace qui en découle, puisque d'autres faits restent rebelles à cette vision univoque. Par sa taille, la répartition des vestiges et l'ambivalence de leur interprétation, le site du Gournier reste exceptionnel et en attente de ses clés interprétatives.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Attiah N., Bonnet Chr., Brochier J.L., Cordier Fr., Ferber Fr., Ferber E., Henon Ph., Lalai D., Pont Fr., Ronco Chr., Saintot S. 2005. Montélimar (26) – ZAC Les Portes de Provence : rapport final de diagnostic archéologique. Lyon : Direction Régionale des Affaires Culturelles Rhône-Alpes. 2 vol. 

Beeching A. 1979. Deux fouilles néolithiques dans l'Ardèche et la Drôme. Nouvelles Archives du Muséum d'histoire naturelle de Lyon 17, p. 21-25.

Beeching A. 1980. Introduction à l'étude des stades néolithique et chalcolithique dans le bassin du Rhône moyen : quatre fouilles récentes dans leur contexte régional. 3 vol. [Thèse de 3e cycle : Histoire : Lyon 2].

Beeching A. 1989. Un essai d'archéologie spatiale : les sites néolithiques à limitation naturelle ou aménagée dans le bassin du Rhône moyen. In D'Anna A., Gutherzx. (dir.). Enceintes, habitats ceinturés, sites perchés du Néolithique au Bronze ancien dans le Sud de la France et les régions voisines : actes de la table ronde de Lattes et Aix-en-Provence, 15-18 avril 1987. Aix-en-Provence : Association pour le développement de l'archéologie en PACA ; Montpellier : Société languedocienne de Préhistoire, p. 143-163. (Mémoire de la Société languedocienne de préhistoire ; 2).

Beeching A. 1991. Sépultures, territoire et société dans le Chasséen méridional, l'exemple du bassin rhodanien. In Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. (dir.). Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 327-341. (Mémoires du musée de Préhistoire d'Île-de-France ; 4).

Beeching A. 1992. La clé du site. In Beaumont St. (dir.). Histoire de Montélimar. Toulouse : Privât, p. 5-34. (Univers de la France et des pays francophones).

Beeching A. 1999. Quelles maisons pour les Néolithiques méridionaux ? Les cas rhodaniens examinés dans le contexte général. In Beeching A., Vital J. (dir.). Préhistoire de l'espace habité en France du Sud et Actualité de la recherche : actes des Premières Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Valence 3 et 4 juin 1994. Valence : Centre d'archéologie préhistorique, p. 29-61. (Travaux du Centre d'archéologie préhistorique de Valence ; 1).

Beeching A. 2000. Des sites cérémoniels néolithiques en vallée du Rhône. In Recherche et archéologie préventive. CNRS Info HS, Paris, p. 14-15.

Beeching A. 2002. La fin du Chasséen et le Néolithique final dans le bassin du Rhône moyen. In Ferrari A., Visentini P. (dir.). Il declino del mondo neolitico : ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : atti del convegno Pordenone 5-7 aprile 2001. [S.I.]: [s.n.], p. 67-83. (Quaderni del Museo archeologico del Friuli Occidentale; 4).

Beeching A. 2003a. Organisation spatiale et symbolique du rituel funéraire chasséen en moyenne vallée du Rhône : première approche. In Chambon Ph., Leclerc J. (dir.). Les pratiques funéraires néolithiques avant 3500 av. J.-C. en France et dans les régions limitrophes : table ronde SPF, Saint-Cermain-en-Laye 15-17juin 2001. [Paris] : Société préhistorique française, p. 231-239. (Mémoires de la Société préhistorique française ; 33).

Beeching A. 2003b. Mobilité et société néolithiques dans les Alpes occidentales et la France méridionale. In Le Alpi: ambiente e mobilità: Tavola rotonda, Trento, 25-27 ottobre 2001. Trento: Museo tridentino di Scienze naturali, p. 175-187. (Preistoria Alpina; 39).

Beeching A., Berger J.-F., Brochier J.L., Cordier Fr., Duperron A., Linossier M., Thiercelin F., Vital, J. 1997. Le site à ses différents niveaux d'approche spatiale : le cas du Gournier à Montélimar (Drôme). In Auxiette G., Hachem L, Robert Br. (dir.). Espaces physiques, espaces sociaux dans l'analyse interne des sites du Néolithique à l'Âge du fer. Actes du colloque « L'analyse spatiale des sites du Néolithique à l'Âge du Fer » : 119e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 26-30 octobre 1994, Section de pré-et protohistoire. Paris : Éd. du CTHS, p. 31-42.

Beeching A., Berger J.-F., Brochier J.L., Ferber Fr., Helmer D., Sidi Maamar H. 2000. Chasséens : agriculteurs ou éleveurs, sédentaires ou nomades ? Quels types de milieux, d'économies et de sociétés ? In Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. (dir.). Sociétés et espaces : Rencontres méridionales de préhistoire récente, troisième session, Toulouse, 6-7 novembre 1998. Toulouse : Archives d'écologie préhistorique, p. 59-79.

Beeching A., Brochier J.L. 1989a. Archéologie spatiale entre Rhône et Alpes du Sud, l'exemple du Néolithique chasséen. Bulletin du Centre genevois d'anthropologie 2, p. 57-70.

Beeching A., Brochier J.L. (dir.) 1989b. Territoire chasséen en Vallée du Rhône (à suivre). Pour une méthode d'Archéologie spatiale. Rapport final du Programme Pluriannuel en Sciences Humaines Rhône-Alpes. Valence : Centre d'archéologie préhistorique de Valence. 48 p.

Beeching A., Brochier J.L. (dir.) 2006. Le site des Moulins à Saint-Paul-Trois-Châteaux, Drôme, et le site du Cournier à Montélimar, Drôme. Action Collective de Recherche : « Les grands sites de terrasses chasséens dans le contexte des recherches rhodaniennes », Rapport de 2e année, 2005-2006, CAPRA, Valence. 309 p.

Beeching A., Brochier J.L., Mantelli B. 1994. À la poursuite d'une société perdue : [les fouilles néolithiques de Montélimar]. Montélimar : Les Carnets ADA. 110 p. (Les Carnets notes de détour anthropologique).

Beeching A., Brochier J.L., Matteucci S. 1986. Espaces archéologiques et géographiques dans l'analyse d'une culture préhistorique. Étude de la relation milieu/culture dans le Néolithique moyen de la vallée du Rhône. In The Neolithic of Europe, World Archaeological Congress, Preprint, London. 11 p.

Beeching A., Brochier J.l.,thirault E. 2007. Productions et circulations des matières premières minérales à la fin de l'Âge de Pierre entre Rhône et Alpes. In Pierres de la Drôme : de la géologie à l'architecture. Pont-Saint-Esprit : La Mirandole, p. 26-28.

Beeching A., Crubézy E. 1989. Cérémonies et espaces funéraires. Les tombes des Chasséens. In Goudineau C., Guilaine J. (dir.). De Lascaux au Grand Louvre : archéologie et histoire en France. Paris : Éd. Errance, p. 388-391.

Beeching A., Crubézy E. 1998. Les sépultures chasséennes de la vallée du Rhône. In Guilaine J. (dir.). Sépultures d'Occident et genèses des mégalithismes : 9000-3500 avant notre ère : [séminaires du Collège de France]. Paris : Éd. Errance, p. 147-164.

Beeching A., Thomas-Beeching J. 1975. L'habitat chasséen de la Roberte à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme). Études préhistoriques 2, p. 23-32.

Billaud Y. 1999. Le Gournier à Montélimar (Drôme), prospection subaquatique 1998. Rapport d'intervention, DRASSM, Annecy. 22 p.

Binder D. 1998. Silex blond et complexité des assemblages lithiques dans le Néolithique liguro-provençal. In D'anna A., Binder D. (dir.). Production et identité culturelle : actualité de la recherche : actes de la deuxième session, Arles (Bouches-du-Rhône), 8-9 novembre 1996. Antibes : Éd. APDCA, p. 111-128.

Boulestin B. 2008. Pourquoi mourir ensemble ? À propos des tombes multiples dans le Néolithique français. Bulletin de la Société préhistorique française 105/1, p. 103-130.

Bréhard St. 2007. Contribution archéozoologique à la connaissance de la fonction des grands sites de terrasse du Chasséen récent (début du IVe millénaire avant J.-C.) de la moyenne vallée du Rhône, dans leur contexte de Méditerranée nord-occidentale. 2 vol. [Thèse doctorat : Archéozoologie : Museum national d'histoire naturelle, Paris].

Brochier J.L. 1997. Contexte morphodynamique et habitat humain de la moyenne vallée du Rhône au cours de la Préhistoire récente. Documents d'archéologie en Rhône-Alpes 15, p. 87-102.

Brochier J.L. 1999. Taphonomie de sites : fossilisation et conservation de l'espace habité. In Beeching A., Vital J. (dir.). Préhistoire de l'espace habité en France du Sud et Actualité de la recherche : actes des Premières Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Valence, 3 et 4 juin 1994. Valence : Centre d'archéologie préhistorique, p. 19-28. (Travaux du Centre d'archéologie préhistorique de Valence ; 1).

Brochier J.L., Beeching A. 2006. Grottes bergeries, pastoralisme et mobilité dans les Alpes au Néolithique. In Jourdain-Annequin C, Duclos J.-Cl. (dir.). Aux origines de la transhumance : les Alpes et la vie pastorale d'hier à aujourd'hui. Paris: Picard, p. 131-157.

Brochier J.L., Beeching A., Sidi-Maamar H., Vital J. 1999. Les grottes-bergeries des Préalpes et le pastoralisme alpin durant la fin de la Préhistoire. In Beeching A. (dir.). Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire : matériaux pour une étude (Programme collectif CIRCALP-1997/1998). Valence : Centre d'archéologie préhistorique, p. 77-113. (Travaux du Centre d'archéologie préhistorique de Valence ; 2).

Brochier J.L., Clément P., Mandier P., Argant J., Chaix L. 1994. Le cône alluvial détritique du Roubion à Montélimar, à l'aval du bassin valdainais, un élément dans la restitution de l'espace. In Beeching A., Brochier J.L. Archéologie spatiale en vallée du Rhône : espaces parcourus/territoires exploités : le groupe néolithique et son territoire : rapport d’ATP « Grands projets en Archéologie métropolitaine ». Valence : Centre d'archéologie préhistorique, p. 44-50.

Chambon P., Leclerc J. 2007. Les tombes multiples dans le Néolithique français : aléa statistique ou pratique institutionnalisée ? Bulletin de la Société préhistorique française 104/2, p. 289-306.

Cordier Fr. 1995. Montélimar Fortuneau. In Bilan Scientifique Régional. Lyon : DRAC Rhône-Alpes, Service régional de l'Archéologie, p. 88.

Cordier Fr. 2003. Approche méthodologique des structures à galets : le site du Gournier (Drôme, France). In Frère-Sautot M.-Ch. (dir.). Le feu domestique et ses structures au Néolithique et Âge des métaux : actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7 et 8 octobre 2000. Montagnac : M. Mergoil, p. 267-276. (Préhistoires ; 9).

Cordier Fr., Bouquin T. 1994. Montélimar Fortuneau no 94/028. Rapport d'expertise archéologique sur la parcelle no 85 section ZW Montélimar (26). Lyon : INRAP Rhône-Alpes Auvergne, Direction Régionale des Affaires Culturelles Rhône-Alpes, Service régional de l'Archéologie. 8 p.

Cordier Fr., Brochier J.L., Charpy E. 2005. Montélimar (26198/228847). Parc d'activités de Fortuneau, Drôme (26). Rapport de diagnostic archéologique. Lyon : INRAP Rhône-Alpes Auvergne, Service régional de l'Archéologie. 25 p.

Cordier Fr. (dir.) 2006. Montélimar, « Fortuneau », Drôme, Rhône-Alpes. Rapport final de fouille, novembre 2006. Bron : INRAP Rhône-Alpes/Auvergne ; Lyon : Service régional de l'Archéologie Rhône-Alpes, Lyon. CD-Rom.

Crubézy E. 1991. Les pratiques funéraires dans le Chasséen de la moyenne vallée du Rhône. In Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. (dir.). Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 393-398. (Mémoires du musée de Préhistoire d'Ile-de-France ; 4).

Dubouloz J., Mordant D., Prestreau M. 1991. Les enceintes « néolithiques » du Bassin parisien. In Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. (dir.). Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 211-229. (Mémoires du musée de Préhistoire d'Île-de-France ; 4).

Gandelin M. 2007. Les enceintes chasséennes de Villeneuve-Tolosane et Cugnaux dans leur contexte du Néolithique moyen européen. 3 vol. [Thèse de doctorat : Archéologie : Paris, EHESS].

Guilaine J., Roudil J.-L. 1976. Les civilisations néolithiques en Languedoc. In Guilaine J. (dir.). La Préhistoire française. II, Civilisations néolithiques et protohistoriques de la France. Paris : Éd. du CNRS, p. 267-278.

Helmer D., Gourichon L, Sidi Maamar H., Vigne J.-D. 2005. L'élevage des caprinés néolithiques dans le Sud-Est de la France : saisonnalité des abattages, relations entre grottes-bergeries et sites de plein air. Anthropozoologica 40/1, p. 167-189.

Jallet F., Couteau S., Ferber Fr., Forest V., Franc O., Gisclon J.L., Lea V., Macabeo G. 2003. 26 Drôme – Montélimar – ZA du Cournier Daurelle. Rapport de fouille préventive, décision 2003/1201. Bron : INRAP Rhône-Alpes/Auvergne ; Lyon : Service régional de l'Archéologie Rhône-Alpes. 94 p.

Mandier P. 1988. Le relief de la moyenne vallée du Rhône au Tertiaire et au Quaternaire : essai de synthèse paléogéographique. Orléans : BRGM. 3 vol. (Documents du BRGM ; 151).

Méroc L., Simonet G. 1970. Le Chasséen de la haute et moyenne vallée de la Garonne. In Les civilisations néolithiques du Midi de la France : actes du colloque de Narbonne 15-17 février 1970. Carcassonne : Laboratoire de préhistoire et de palethnologie, p. 38-47. (Atacina ; 5).

Mordant D. 1992. Noyen et les enceintes de la Bassée. In Mordant D. (dir.). La Bassée avant l'histoire : archéologie et gravières en Petite-Seine. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 92-104.

Raynaud K. 2007. Montélimar, « Daurelle, Belle-Barbe », Drôme, Rhône-Alpes. Rapport de diagnostic, juillet 2007. Bron : INRAP Rhône-Alpes/Auvergne ; Lyon : Service régional de l'Archéologie. 39 p.

Treffort J.M. 2004. Montélimar, Daurelle. Bilan Scientifique Régional, DRAC Rhône-Alpes, Service régional de l'Archéologie, Lyon. 76 p.

Treffort J.M., Blaizot F., Jallet F., Saintot S. 2002. Montélimar « Daurelle » (Drôme), Le Pôle Provençal, Rapport de diagnostic archéologique (autorisation no 2002/148). INRAP Rhône-Alpes/Auvergne, Bron, Service régional de l'Archéologie Rhône-Alpes. 50 p.

Treffort et al. 2006 à paraître. Montélimar Portes de Provence, Drôme, lot 5. Rapport final de fouille. Bron : INRAP Rhône-Alpes/Auvergne ; Lyon : Service régional de l'Archéologie Rhône-Alpes.

Vaquer J. 1986. Le Chasséen méridional. In Demoule J.-P, Guilaine J. (dir.). Le Néolithique de la France : hommage à Gérard Bailloud. Paris : Picard, p. 233-249.

Vaquer J. 1990. Le Néolithique en Languedoc occidental. Paris : Éd. du CNRS. 397 p.-[4] f. de pl. (Archéologie).

Vaquer J. 1991. Aspects du Chasséen en Languedoc occidental. Habitat et culture matérielle. In Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. (dir.). Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France p. 27-37. (Mémoires du musée de Préhistoire d'Île-de-France ; 04).

Notes

1 L'estimation de la taille du site archéologique chasséen ne repose pas sur des limites anthropiques (fossés), mais sur la limite de la terrasse et l'aire des vestiges immobiliers les plus éloignés. La validité de cette extension maximale est assurée par les trouvailles qui, au fil du temps, sont survenues dans les zones intermédiaires. Ainsi : une fosse et un empierrement en bordure même du lac du Gournier, des observations aériennes et des ramassages de surface au nord de la Roberte, etc.

2 Avec les aides successives notamment de : José Thomas, Silvio Matteucci, Marie-Claude Nierlé, Joël Vital, Bernard Moulin, Sophie Goedert, Frédéric Cordier, Frédérique Thiercelin, Anne-Claude Pahin et Alain Boissy.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Contextes géographique et géologique du site de Montélimar-Gournier (cartographie des terrasses rhodaniennes d'après Mandier 1988).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 2 – Vue aérienne partielle de l'implantation du site du Cournier pendant l'évaluation en tranchées de 1988-1989. On distingue, au fond, la ville de Montélimar et, à gauche de la route qui longe le site, le rebord de la terrasse würmienne (photo CAPRA Valence).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3637/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 3 – Le site du Cournier : plan d'ensemble des secteurs touchés par les opérations successives de diagnostic et de fouille sur les communes de Montélimar et Châteauneuf-du-Rhône, Drôme (document CAPRA Valence).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3637/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 4 – Cartographie schématisée de la structure sédimentaire, géomorphologique et taphonomique du site du Gournier (document CAPRA Valence).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3637/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 5 – Sol archéologique en cours de fouille (secteur Fortuneau, 2006, zone 6, fouille INRAP).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3637/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 6 – Sol archéologique et structures empierrées (secteur Fortuneau, 1990, zone D, sol s4, document CAPRA Valence).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3637/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 7 – Vues de divers types de structures en fosses : a) peu profonde, à comblement de galets et fragments de matériel de mouture (Fortuneau, 1990, IS 6) ; b) de type silo de grand diamètre (La Roberte, 1977, st 4) ; c) fond de silo partiellement arrasé (La Roberte, 1984, st 22) ; d) cuvette à comblement de galets et restes osseux de bovins (Fortuneau, 1991, ES 59) (documents CAPRA Valence).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3637/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 8 – Plan de répartition schématique des fosses de type silo (en noir) parmi les autres structures chasséennes de tous types (en grisé) (document CAPRA Valence).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3637/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 9 – Vue de l'une des structures empierrées circulaires du dispositif funéraire E-F (Fortuneau, 1991, FS 18) (document CAPRA Valence).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3637/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 10 – Exemple de sépulture individuelle en pleine terre (Fortuneau, 1990, IS 5) (document CAPRA Valence).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3637/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 11 – Plan de répartition schématique des structures empierrées (en noir) parmi les autres structures chasséennes de tous types (en grisé) (document CAPRA Valence).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3637/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 12 – Plan de répartition schématique des sépultures (en noir) parmi les autres structures chasséennes de tous types (en grisé) (document CAPRA Valence).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3637/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 287k

Auteurs

Inrap, 8-12 rue Louis Maggiorini, F-69500 Bron.

Inrap, 8-12 rue Louis Maggiorini, F-69500 Bron.

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search