Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Actualité en Rhône-Alpes

L'industrie lithique du site castelnovien de plein air d'Espeluche-Lalo (Drôme) : spécificités techniques et culturelles

Raphaële Guilbert, Alain Beeching et Frédéric Cordier

Résumé

Le site castelnovien de Lalo, au cœur de la Drôme, se situe dans la phase finale du Mésolithique récent. Il se caractérise par un silex essentiellement local, des chaînes opératoires variées, une diversité morphologique des géométriques. Toutefois, cet assemblage contraste nettement avec les collections de référence, notamment celles d'Italie du Nord qui présentent une plus grande rectitude des produits lamellaires et des armatures de conceptions différentes.

Texte intégral

1Cet article définit les caractéristiques techniques et stylistiques de la production lithique d'un groupe de tailleurs du Castelnovien (Mésolithique final) de la Drôme. Le principal objectif est de cerner, à terme, les tendances évolutives de ces populations et leur rôle dans le processus de la Néolithisation.

1. LE CASTELNOVIEN : LA MARQUE D'UNE DISCONTINUITÉ AU SEIN DU MÉSOLITHIQUE

2Le Castelnovien, qui se situe dans la phase finale du Mésolithique récent, se caractérise par un techno-complexe à lames et à trapèzes. M. Escalon de Fonton avait établi, dans les années soixante, une filiation entre les derniers faciès mésolithiques du Sauveterrien et le Castelnovien (Escalon de Fonton 1956, 1967b, 1976). Cette hypothèse reposait sur la présence de trapèzes symétriques dans les derniers niveaux sauveterriens de Montclus (Gard), et celle de triangles de Montclus (éléments marqueurs du Sauveterrien récent) dans les premiers niveaux castelnoviens de Châteauneuf-lès-Martigues (Bouches-du-Rhône).

3Les travaux récents sur le Mésolithique ont permis de mettre en évidence une réelle discontinuité technique entre ces deux faciès du Mésolithique. En effet, le Sauveterrien se caractérise par la présence de nombreux éclats et de lamelles irrégulières débitées à la pierre (dure et tendre) à partir de nucléus à plans de frappe multiples, généralement de petite taille et le plus souvent sur éclat. Le façonnage des microlithes (triangles isocèles, scalènes) se réalise par fragmentation des lamelles grâce à la technique du microburin. À la fin du Sauveterrien, cette technique disparaît progressivement au profit d'un débitage de petites pièces (lamelles ou éclats lamellaires) directement retouchées, notamment pour la fabrication des triangles de Montclus. La réapparition systématique de la technique du microburin dans l'élaboration des trapèzes au Castelnovien est un marqueur culturel fort. Elle s'accompagne d'une production orientée vers l'obtention de lames et lamelles débitées par percussion indirecte, voire par pression, à partir de nucléus à un seul plan de frappe.

4Quoi qu'il en soit, les différences techniques observées n'ont pas pour autant ébranlé la stabilité du concept d'un continuum entre le Sauveterrien et le Castelnovien, notamment à cause de la similitude des modes de subsistance. En effet, les populations du Castelnovien pratiquent aussi des activités de prédation diversifiées. Toutefois, nos connaissances sur l'économie de ces derniers chasseurs sont encore lacunaires. Cette carence est essentiellement due, d'une part, à la rareté des sites, la plupart anciennement fouillés, d'autre part, aux problèmes de taphonomie liés aux occupations de plein air en domaine alpin. Cependant, les données fournies par les sites de Châteauneuf-lès-Martigues (Bouches-du-Rhône), de Montclus (Gard), du Mourre-de-Sève (Vaucluse) mettent en évidence une alimentation essentiellement orientée vers les faunes mammaliennes. Elles attestent également une activité tournée vers l'exploitation de mollusques marins ou terrestres, de poissons d'eau douce ou d'eau salée. En revanche, s'il est aisé d'imaginer une alternative économique entre les différents types de sites situés dans des biotopes très différents – vallée, montagne et côte –, rien ne nous autorise encore à élaborer des modèles d'exploitation du territoire.

5Par ailleurs, la forte opposition de ces deux systèmes techniques, baignés dans une même ambiance socio-économique, pose le problème de l'origine de ces populations. Force est de constater qu'elle bouscule certains postulats évolutionnistes. La présence de la pression, anciennement évoquée par D. Binder (Binder 1987) et que nous avons clairement identifiée sur l'industrie de Romagnano (Italie), creuse un peu plus le fossé qui sépare ces deux populations mésolithiques. Le recours à la pression pour le débitage des produits lamellaires confirme cette rupture avec le Sauveterrien et laisse clairement envisager une présence intrusive de populations castelnoviennes, d'origine peut-être plus « orientale » (fig. 1). Dans ce domaine, tout reste à faire puisque nous ne connaissons pas l'origine géographique et culturelle de ces populations de chasseurs.

2. LE CASTELNOVIEN : LA MARQUE D'UNE DISCONTINUITÉ AVEC LE NÉOLITHIQUE

6Symétriquement, si le débitage du Castelnovien s'apparente d'un point de vue typologique à celui du Néolithique ancien, en revanche, les techniques employées sont bien différentes et le phylum, s'il existe, reste à prouver. Le débitage néolithique fait généralement appel à la percussion indirecte. Les armatures géométriques sont, pour l'essentiel, des pièces à une ou deux troncatures inverses, antérieures à des retouches rasantes de la face supérieure (Binder 1987). La fracturation par la technique du microburin est absente.

7Pourtant, il existe une importante littérature concernant une éventuelle transition du mode chasseur à celui d'éleveur sous l'influence des groupes néolithiques. Une grande variété de modèles a été évoquée (Barker 1985 ; Price 2000 ; Perlés 2001). La compréhension de la transition se complique, dans les régions comprises entre la mer Égée et la mer Tyrrhénienne (Biagi, Spataro 2000) et jusque dans les Alpes du Nord (Bintz et al. 1995), par la rareté des datations aux alentours de 6500-6000 av. J.-C, c'est-à-dire dans les premières phases de la Néolithisation. En effet, la plupart des séquences stratigraphiques en grotte de Méditerranée montrent un hiatus entre les occupations du Mésolithique et le Néolithique.

Fig. 1 – Synthèse et hypothèses concernant les origines du Castelnovien.

8Parallèlement, on observe, dans ces régions, une absence presque totale de sites de plein air. Ce constat est probablement la conséquence de « l'événement » de 8200 cal BP (6400/6000 av. J.-C.) (Berger, Guilaine 2008) qui aurait provoqué une aridification du climat. En effet, l'affirmation d'un climat à grands contrastes saisonniers (sécheresse et haut régime d'incendies, précipitations concentrées) aurait provoqué une forte érosion des sols, balayant une partie des occupations de cette période. Parallèlement, cet assèchement du climat a eu pour corollaire l'abandon de zones au profit des fonds de vallées humides et des bandes côtières. C'est probablement le cas pour Lalo, le Mourre de Sève (niv. E2, U3, U7) et Châteauneuf-lès-Martigues (niv. 18 et 19) qui s'inscrivent précisément au sein du hiatus (6500-6000 av. J.-C. ; fig. 2).

Fig. 2 – Principales dates au radiocarbone des sites du Castelnovien.

9En revanche, vers 5500-5000 av. J.-C., les occupations épicastelnoviennes ou castelnoviennes tardives se multiplient sur la côte est de l'Adriatique (Azzura, Benussi, Sebrn Abri, Pipicina ; Mlekuz 2005) et dans les Alpes du Nord (Coufin 1 et la Grande Rivoire ; Bintz et al. 1995). Dans cette fourchette chronologique, le Castelnovien tardif est contemporain des faciès du Néolithique ancien à céramique imprimée qui apparaît autour de 6000 av. J.-C. Dans la zone adriatique, cette phase se définirait comme une période de transition caractérisée par la présence de chèvres et de moutons dans les niveaux les plus récents du Castelnovien (Mlekuz 2005 ; Kyparissi-Apostolika 2000). Pour ces auteurs, ces données représenteraient une voie possible vers un mode pastoral, tout en ajoutant que la proportion de ces deux espèces reste faible, et qu'il s'agirait plutôt d'échanges. Ainsi, l'occupation castelnovienne est encore trop peu documentée du point de vue de la culture matérielle et de l'environnement. Nous ne maîtrisons ni le mode de diffusion de ces populations, ni leur mode d'exploitation du territoire. Si beaucoup de données existent (notamment le long de la côte dalmate, dans le Karst de Trieste), peu sont exploitables. Seul un travail systématique de collecte des données à travers une même grille descriptive (analyse techno-économique) nous permettrait de dégager, sites par sites, les tendances morphologiques et techniques, et de les interpréter à travers un filtre paléoenvironnemental et sitologique.

10En ce sens, Lalo, par la densité de son matériel lithique, par sa situation dans le paysage (à la lisière de plusieurs biotopes) et par sa position chronologique, constitue un jalon essentiel pour la compréhension du Castelnovien dans l'axe rhodanien. Il permettra, à terme, d'entretenir un discours sur une éventuelle alternative entre les sites de plaine et ceux de montagne.

Fig. 3 – Localisation du site de Lalo et du Mésolithique dans le site.

3. LALO : UN JALON DANS LA COMPRÉHENSION DU COMPLEXE CASTELNOVIEN

11Le site de Lalo à Espeluche, dans la Drôme, a été fouillé par A. Beeching, J. Vital et Fr. Cordier dans le cadre des opérations archéologiques du TGV Méditerranée (1996). Il se trouve dans l'un des vastes bassins sédimentaires du couloir rhodanien, le bassin de la Valdaine (400 km2), limité au nord par le défilé de Cruas-Meysse et au sud par celui de Donzère. Plus précisément, le site est localisé près de la Citelle, un petit affluent du Jabron (fig. 3).

12S'il existe de nombreux témoignages d'occupation castelnovienne en Dalmatie, dans la région du Karst de Trieste, en Provence elles font cruellement défaut et la découverte d'un site de cette période reste toujours un événement.

13Le Castelnovien de la vallée du Rhône est anciennement fouillé (de 1948 à 1950 pour la Font-des-Pigeons à Châteauneuflès-Martigues, et de 1966 à 1974 pour l'abri Cornille à Istre). Les contextes stratigraphiques ne sont donc pas toujours très fiables, et les datations présentent des écarts-types souvent trop grands. Le Vaucluse a également fourni quelques sites d'importance comme Chinchon II (Saumane-de-Vaucluse ; Paccard, inédit), les Molières (Roubion ; Courtin 1974) et le Mourre-de-Sève (Sorgues ; Binder, inédit).

14Au nord, on les trouve plus généralement en moyenne et haute montagne, comme à la Grande Rivoire, Coufin I, le Pas de la Charmate (Bintz et al. 1995), Lus-la-Croix-Haute, les Corréardes (Beeching 1995 ; Chaffenet, Cordier 1999) ou encore à Bouvante, un ramassage de surface, dont une grande partie des armatures appartient également au Néolithique ancien (fig. 4).

15Lalo est implanté dans le cône de déjection holocène de la rivière Citelle, sur un môle alluvial graveleux qui a relativement bien protégé le site de l'évolution hydrologique postérieure de la plaine alluviale. Cette dernière a toutefois, sur la berge nord, tronqué et remanié le site mésolithique pendant un épisode hydrosédimentaire postérieur de haute énergie attribué à l'événement de 8200 cal. BP (6150 av. J.-C. ; Berger et al. 2002 ; Berger, Guilaine 2008). Deux crises hydrologiques ont contribué au recouvrement du site mésolithique : l'une autour de 5800 av. J.-C., l'autre au milieu de la période cardiale vers 5400-5200 av. J.-C. C'est dans ces dépôts de débordement que sont creusées les fosses du Cardial (ibid. ; Beeching sous presse).

Fig. 4 – Localisation des sites castelnoviens.
1 - La Grande Rivoire (Sassenage, 38)
2 - Coufin (Choranche, 38)
3 - Pas de la Charmatte (Chayelus, 38)
4 - Le Lac (Bouvante, 38)
5 - Les Molières (Robion, 84)
6 - Le Mourre de Sève (Sorgue, 84)
7 - Chinchon 2 (Saumane-de-Vaucluse, 84)
8 - Crotte deValoubeau (Saint-Saturnin-d'Apt, 84)
9 - Abri Cornille (Istre, 13)
10 - La Font-des-Pigeons (Châteauneuf-lès-Martigues, 13)
11 - La Baume (Mondus, 30)
12 - Lalo (Espeluche, 26)

16Par ailleurs, l'analyse des ethnofaciès sédimentaires, avec celle de la répartition du matériel lithique (types d'outils, remontages...), a permis de confirmer et d'expliquer les zones perturbées et, symétriquement, de circonscrire les aires parfaitement conservées. De plus, l'ensemble du sédiment ayant été tamisé, il a donc été possible de récupérer la quasi-totalité des petites pièces et esquilles en-dessous de 1 cm. La prise de données en trois dimensions sur le terrain a permis de faciliter les remontages (fig. 5). L'image de la répartition au sol des vestiges est édifiante, car elle illustre clairement la forte concentration de ces derniers, essentiellement localisés sur 25 m2. Au-delà de cette zone, on trouve une série d'objets isolés appartenant à des chaînes opératoires différentes. Ces pièces concernent essentiellement les vestiges d'un horizon du Néolithique (fig. 6, no 11 à 18). Il s'agit d'un fragment mésial de lame en silex blond de plus de 2 cm de large et 8,5 cm de long. Ses nervures parallèles ne sont pas d'une grande rectitude, et son profil est assez rectiligne. On trouve également plusieurs fragments de lames pour lesquelles il ne nous reste que la partie proximale ou la partie mésiale. Il faut noter aussi la présence de cinq trapèzes à troncatures inverses et retouches rasantes. Enfin, si ces pièces sont en silex blond issu des formations urgoniennes de la Drôme, aucune ne provient du gisement de Malataverne, contrairement à l'industrie castelnovienne de Lalo.

4. UN SILEX ESSENTIELLEMENT LOCAL

17Au total, 543 pièces ont été étudiées : 7 nucléus, 109 lamelles, 393 éclats, 16 géométriques (11 du Castelnovien et 5 du Néolithique ancien), 1 perçoir, 1 triangle de Montclus, 3 grattoirs, 1 chute de burin, 12 microburins dont 1 raté. Mais il faut ajouter à ce corpus plusieurs milliers de tout petits éclats et d'esquilles récupérés lors du tamisage. De plus, l'ensemble du matériel est en excellent état. Le silex ne présente aucune altération, ce qui a considérablement facilité la détermination de matières premières.

18L'installation des sites castelnoviens est généralement dépendante de la proximité d'un approvisionnement en bon silex. C'est la raison pour laquelle on en retrouve en Vaucluse, sur les rives de l'étang de Berre, dans les Apennins et le Vercors. Lalo fait figure d'exception dans la mesure où les blocs de silex y sont de qualité variable et de taille réduite. Très peu d'entre eux ont gardé une gangue corticale et certaines patines attestent d'un ramassage dans des formations secondaires Cette dernière remarque est soutenue par la grande variété de nodules siliceux. Nous avons dénombré plus de 15 types de silex différents (la plupart représentés en petite quantité).

19Ainsi, l'industrie de Lalo est en grande majorité taillée dans un silex local, en dehors de trois pièces en silex noir du Diois, provenant probablement d'un horizon sauveterrien repéré en stratigraphie lors du diagnostic, et de la dizaine de pièces en silex issues d'affleurements du Crétacé, comprenant essentiellement les fragments de lamelles. L'analyse macroscopique des matières premières permet de constater que 80 % d'entre elles ont été prélevées dans les terrasses de la Citelle immédiatement accessibles, c'est-à-dire à quelques dizaines de mètres du site. En revanche, 20 % du matériel a été débité à partir de rognons de silex Crétacé du Colombier à Malataverne, soit à une distance de 10 km à vol d'oiseau (fig. 7 ; Beeching et al. 1994, 2007). Toutefois, les rognons de la terrasse de la Citelle sont de dimensions assez variables, et beaucoup d'entre eux sont inférieurs à 10 cm. Le choix d'un débitage laminaire a probablement poussé les tailleurs à favoriser le silex blond de Malataverne aux modules pluri-décimétriques.

5. DES CHAÎNES OPÉRATOIRES VARIÉES

20Les nucléus de Lalo sont de conception variée : pyramidaux, trapézoïdaux... Unidirectionnels ou multidirectionnels, tous sont sur éclat et la plupart ont gardé la face inférieure de l'éclat-support, le plus souvent dorsale. L'observation des négatifs permet parfois de constater la dernière intention du tailleur. C'est le cas de certains nucléus qui présentent un débitage de lamelles étroites dans l'épaisseur de la pièce. Le tailleur s'est servi du dièdre de l'éclat pour détacher sa première lamelle et créer une série d'arêtes-guides pour les produits suivants. Parfois, les négatifs témoignent de produits plus lamellaires. Dans tous les cas, l'option qui consiste à partir d'un éclat réduit considérablement les phases de mise en forme et permet d'entamer rapidement le débitage après avoir simplement créé un plan de frappe. Cette situation est clairement démontrée par le remontage d'une tablette sur un nucléus ayant gardé les stigmates d'une face inférieure de l'éclat-support et un flan néo-cortical, l'autre ayant été rectifié par une crête latérale.

21Ainsi, le façonnage d'une lame à crête en début ou en cours de débitage n'a été nécessaire que dans de rares cas. D'ailleurs, il n'existe que deux fragments de lamelles à crête partielle (fig. 6 et 8).

22Il est malheureusement impossible d'observer le traitement des corniches : la plupart des nucléus sont en fin de course, et leur morphologie ne reflète, souvent, que l'extrême fin de l'exploitation. Les négatifs lamellaires sont, pour la plupart, endommagés par une exploitation du bloc plus « anarchique », lui-même étant dans quelques cas transformé en outil.

23Le débitage est clairement orienté vers la production de lames/lamelles, au moins dans ses premières phases, mais celles-ci sont le plus souvent cassées, seules les rares lames de mise en forme (crête partielle) ou lames de réfection présentent des morphologies intactes, toutes les autres correspondant à des fragments majoritairement mésiaux ou distaux (fig. 6 et 8).

Fig. 5 – Plan de répartition des silex et des remontages.

Fig. 6 – Castelnovien d'Espeluche-Lalo (Drôme) : industries du Castelnovien et du Néolithique ancien. – A et B : Mésolithique. 1 : remontages de lamelles à talons facettés et forte abrasion de la corniche, 2 : éclat lamellaire, 3 : fragments mésiaux de lame, 4 : éclat lamellaire à cortex distal et talon facetté, 5 à 10 : divers éléments lamellaires en silex de Malataverne. C : Néolithique ancien. 11 : fragment mésial de lame à retouches latéralees, 12 : fragment proximal de lame, 13 : correction delà surface de débitage après réfléchi, 14 : fragment mésial de lamelle avec une face kombewa. 15 : fragment proximal de lame de plein débitage, talon facetté et corniche abrasêe, 16 : fragment proximal de lame, réduction de la corniche et talon lisse, (lamelle latérale), 17 : fragment mésial de lamelle de type 123, 18 : grattoir court sur éclat.

Fig. 7 – Provenance des silex utilisés (d'après carte CAPRA Valence).

24Par ailleurs, il existe, d'une part, des pièces larges et, d'autre part, une production de lamelles étroites (fig. 6 et 7). Ce gradient correspond à la variation interne du débitage laminaire et lamellaire au sein du même nucleus, laquelle est également à mettre sur le compte de la diversité des différents modules de rognons de silex, ramassés dans les affleurements de la Citelle.

25À quelques exceptions près, le débitage de lames et lamelles de Lalo n'est pas très régulier. Les nervures sont sinueuses, et les bords rarement parallèles. Mais il semble que cela ne dérange en rien la conception des géométriques, car c'est dans la partie la plus régulière de la lame que le tailleur fabriquera son armature (fig. 8, no 1). En ce sens, cette industrie diffère de celle de Romagnano en Italie du Nord, qui présente des produits plus allongés aux nervures d'une grande rectitude. Mais cet aspect technique vient du fait que la fracture par la technique du microburin crée en partie la morphologie de l'armature. En effet, le piquant trièdre est volontairement allongé et suit la nervure nécessairement rectiligne de la lame(lle). Ce dernier n'est, d'ailleurs, qu'en partie retouché. Cette pratique aboutit à des armatures aux morphologies très différentes de ce que nous retrouvons en France et, probablement, à des types d'emmanchement particuliers.

Fig. 8 – Castelnovien d'Espeluche-Lalo (Drôme). Fragments proximaux, mésiaux et distaux de lamelles débitées par percussion indirecte. A : production lamellaire en silex de type 12 ; I : remontage d’un géométrique sur lamelle, 2 et 3 : remontages de produits lamellaires, 4 et 5 : fragment mésial et proximal de lamelle. B : production lamellaire en silex de type 8 ; 6 : remontage d’une lamelle et d’une lamelle à crête, 7 : lamelle latérale. C : production lamellaire en silex de type 27 ; 8 : lamelle de plein débitage, 9 : lamelle latérale, 10 : crête partielle avec face corticale, 11 : fragment distal cortical, 12 : fragment mésial de lamelle à deux versants, 13 : lame latérale avec cortex. D : production lamellaire en silex de type 6 ; 14 : lamelle de plein débitage débitée par percussion indirecte, 15 : fragment proximal de lamelle, 16 : fragment mésial de lamelle présentant une très forte régularité des nervures, 17 : lamelle de réparation de la surface de débitage, 18, 19, 21, 22, 23, 24, 25, 26 : fragments de lamelles. 20 : fragment proximal de lamelle probablement débité par pression.

26Bien évidemment, concernant Lalo, nous ne raisonnons que sur un assemblage réduit de la production. En effet, une partie du matériel a probablement été emportée par les tailleurs et une autre a subi les aléas liés à l'érosion, notamment au nord du site. Ainsi beaucoup d'éléments manquent : que ce soit les premières lames de type « kombewa » présentant une face inférieure de l'éclat-support, celles de mise en forme, ou encore celles de plein débitage. C'est la raison pour laquelle, bien que le débitage soit orienté vers la production de lamelles, il reste toujours une majorité d'éclats, et cela, quel que soit le type de matière première débitée sur place.

27De plus, la technique de production des lamelles de Lalo est relativement hétérogène. Si, globalement, on peut tout à fait envisager une percussion majoritairement directe pour les produits les plus larges appartenant au silex de Malataverne-le Colombier, en revanche, certaines lamelles ont été débitées à la percussion indirecte : les produits sont fins, aux bulbes courts et saillants, aux talons le plus souvent lisses, et les corniches sont soigneusement abrasées pour éliminer tout surplomb. Parallèlement, dans les lamelles en silex urgonien d'Ardèche, les talons sont lisses ou facettés, toujours bien isolés, mais l'effectif est ici trop faible pour que l'on puisse se prononcer avec assurance sur le mode de détachement des produits.

28Certains indices directs et indirects laissent envisager la présence de la pression. Il s'agit, tout d'abord, d'un écrasement distal sur un nucléus, probablement consécutif à son immobilisation lors de l'exercice de la pression à la béquille (communication personnelle PJ. Texier, D. Binder). Un remontage permet de constater, d'une part, la forme anciennement pyramidale du nucleus et, d'autre part, la convergence des négatifs lamellaires vers le point d'écrasement distal du nucléus. Il s'agit ensuite de deux lamelles qui, produites dans un autre type de matière première, présentent des nervures extrêmement rectilignes et contrastent nettement avec le reste des séries. Cependant, si ces éléments sont attestés, ils restent néanmoins marginaux par rapport à l'ensemble de l'industrie.

6. UNE VARIÉTÉ MORPHOLOGIQUE DES GÉOMÉTRIQUES

29Il existe une grande variété de formes au sein des géométriques (fig. 8). Huit d'entre eux sont des bitroncatures à retouches directes, avec une, voire deux troncatures portant une facette résiduelle de piquant trièdre. Deux sont en silex blond de Malataverne, et quatre en silex locaux. Le remontage d'un trapèze et d'une lamelle à deux versants (fig. 8, no 1) permet de constater que l'irrégularité des produits-supports ne gêne en aucun cas le tailleur dans la conception de son armature. Symétriquement, un autre géométrique en silex blond de type barrémo-bédoulien se distingue nettement par la rectitude de ses nervures de code 212' (Binder 1984 ; fig. 9, no 348). Un dernier trapèze, avec un résidu de piquant trièdre et une retouche directe, présente, d'une part, une troncature très oblique et, d'autre part, une troncature très concave sur un support régulier de code 212' (fig. 9, no 1041). Cette pièce fait figure d'exception, tant par sa morphologie (en revanche assez fréquemment retrouvée en Italie du Nord) que par le type de silex dans lequel elle est façonnée (seul exemplaire de cet assemblage).

30Trois armatures possèdent des retouches rasantes. Deux sont en silex blond de type Malataverne (fig. 9, no 731 et 1050), le dernier, trop petit (8x5 mm), est indéterminable (non dessiné). Enfin, un dernier géométrique, en silex blond, présente une double troncature à retouches bifaciales (fig. 9, no 1023).

31Parallèlement, il existe cinq armatures du Néolithique ancien (fig. 9, no 1054, 1044, 1024, 967, 1045). Il s'agit de géométriques à retouches inverses et retouches rasantes sur la face supérieure.

32L'examen morphologique et technique des armatures place Lalo dans les phases moyenne à finale du Castelnovien français. Globalement, les armatures présentent une grande variété typométrique : il n'y a aucune standardisation ni des longueurs/largeurs, ni des épaisseurs. De plus, on constate que les armatures sont moins élancées que celles de Châteauneufdu-Rhône ou du Mourre-de-Sève.

7. CONCLUSION

33Parallèlement à la variabilité des provenances, la présence d'objets introduits sur le site sous forme de produits finis permet de supposer d'éventuels échanges ou circulations de populations. Rappelons que seuls trois géométriques sont en silex locaux, que deux autres sont en silex blond d'Ardèche ou de Vaucluse et cinq sont façonnés sur le silex de Malataverne. Par ailleurs, au sein des différentes classes de silex, la faiblesse numérique et l'absence de certaines pièces ne plaident pas toujours en faveur d'une conduite complète des activités de taille sur le site. Cet aspect varie selon les différents types de silex (fig. 10).

34Lalo illustre clairement une importation, d'une part, de produits finis sous forme d'armatures et de lamelles (en silex blond, par exemple) et, d'autre part, de blocs bruts destinés à une exploitation sur le site : c'est le cas du silex de Malataverne. Ainsi, les lames larges sont essentiellement taillées dans le silex blond de Malataverne et le débitage de petits blocs et galets en silex local est destiné à l'obtention de lamelles plus modestes. La production est donc conçue et gérée indépendamment, selon, probablement, des besoins spécifiques.

35Plus généralement, le Castelnovien de Lalo contraste fortement avec celui des Alpes italiennes où la morphologie des géométriques ne varie quasiment pas entre 7000 et 5500 av. J.-C. Cette stabilité s'accompagne également d'une plus grande standardisation des produits lamellaires, ce qui n'est pas toujours le cas au sein des différentes industries castelnovien nés de la vallée du Rhône dont Lalo est une illustration parfaite.

Fig. 9 – Ensemble des géométriques du Castelnovien et du Néolithique ancien. Bitroncature à piquant trièdre et retouche directe : no 348, 74, 1041, 767, 1052. Géométriques à piquant trièdre et retouche directe rasante : no 731, 1023. Géométriques à retouche inverse et retouche rasante sur face supérieure : no 1045, 1050. Armatures du Néolithique ancien : no 1054, 1044, 967, 1045, 1024.

36Enfin, contrairement à leurs voisins italiens qui choisissent leur campement en fonction des gîtes de très bon silex, les Castelnoviens de Lalo se sont implantés sur un môle contenant des rognons de silex de qualité très variable. Ainsi, à Lalo, l'implantation a été guidée par un choix plus sitologique que gîtologique, à la confluence de biotopes différents : les plateaux calcaires de Montjoyer et d'Aleyrac et la basse plaine alluviale rhodanienne.

37Globalement, Lalo présente des caractères spécifiques qu'il reste à interpréter sur les plans régional, chronologique, fonctionnel... afin de comprendre la place de ce site dans la dynamique du Castelnovien. Mais c'est une réflexion qui ne peut être menée qu'au prix d'une étude macro-régionale approfondie.

Fig. 10Principaux éléments appartenant aux grandes phases de la chaîne de production d'outils.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barker Gr. 1985. Prehistoric farming in Europe. Cambridge: Cambridge University Press. XVIII-327 p. (New Studies in Archaeology).

Baret C, HÉRITIER A. 1976. La station de surface de Bouvante. In Bocquet A., Lagrand Ch. (dir.). Néolithique et Âges des métaux dans les Alpes françaises. [Hojbjerg]: U.I.S.P.P; [Paris]: [diff. CNRS], p. 39-40.

Beeching A. 1995. Nouveau regard sur le Néolithique ancien et moyen du Bassin rhodanien. In Voruzj.-L. (dir.). Chronologies néolithiques : de 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien. Actes du colloque d'Ambérieu en-Bugey, 19-20 sept. 1992. Ambérieu-en-Bugey : Éd. de la Société préhistorique rhodanienne, p. 93-111, 11 fig. (Documents du Département d'anthropologie et d'écologie de l'Université de Genève ; 20).

Beeching A. 2009. Les maisons ovales du Néolithique ancien de Lalo à Espeluche (Drôme). In Beeching A., Sénépart I. (dir.). De la maison au village : l'habitat néolithique dans le Sud de la France et le Nord-Ouest méditerranéen : actes de la table ronde des 23 et 24 mai 2003, Marseille, Musée d'histoire de la ville de Marseille : séance de la Société préhistorique française. Paris : Société préhistorique française. (Mémoire de la Société préhistorique française ; 48).

Beeching A., Berger J.-F., Brochier J.L. 1994. Exploitation et utilisation des matières premières lithiques dans les bassins du Roubion et de la Drôme : premiers constats. In Beeching A. (dir.). Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire : Matériaux pour une étude (Programme collectif CIRCALP – 1997/1998). Valence : Centre d'archéologie préhistorique, p. 58-63. (Travaux du centre d'archéologie préhistorique de Valence ; 2).

Beeching A., Brochier J.l.,thirault E. 2007. Productions et circulations des matières premières minérales à la fin de l'Âge de Pierre entre Rhône et Alpes. In Burgard Chr., Clappier A.-M. (dir.). Pierres de la Drôme : de la géologie à l'architecture. Pont-Saint-Esprit : La Mirandole, p. 26-28. (Histoires de patrimoine).

Berger J.-F., Delhon C., Bonté S., Thiébault St., Peyric D., Beeching A., Vital J. 2002. Paléodynamique fluviale, climat, action humaine et évolution des paysages du bassin versant de la Citelle (moyenne vallée du Rhône, Drôme) au cours de l'Atlantique ancien (8000-6000 BP) à partir de l'étude de la séquence alluviale d'Espeluche-Lalo. In Bravard J.-P., Magny M. (dir.). Les fleuves ont une histoire : paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15000 ans. Paris : Éd. Errance, p. 223-238. (Archéologie aujourd'hui).

Berger J.-F., Guilaine J. 2008. The 8200 cal yr BP abrupt environmental change and the Neolithic transition: a Mediterranean perspective Quaternary International. Doi: 10.1016/j.quaint.2008.05.013.

Biagi P., Sparato M. 2000. Plotting the evidence: some aspects of radiocarbon chronology of the Mesolithque-Neolithic transition in the méditerranean basin. Atti della société per la preistoria e protostoria della regione Friuli-Venezia Giulia 12, p. 15-54.

Binder D. 1984. Système de débitage laminaire par pression : exemples de chasséens provençaux. In Préhistoire de la pierre taillée. Il, Économie du débitage laminaire : technologie et expérimentation. Antibes : CREP ; Valbonne : diff. Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques, p. 71-94.

Binder D. 1987. Le Néolithique ancien provençal : typologie et technologie des outillages lithiques. Paris : Éd. du CNRS. 205 p. (Gallia Préhistoire. Suppl. ; 24).

Binder D. 2000. Mésolithic and Neolithic interaction in southern France and northern Italy: new data and current hypotheses. In Price Th.D. (ed.). Europe's first farmers. New York: Cambridge University Press, p. 117-143.

Bintz P. 1989. Saint-Thibaud-de-Couze et Choranche : l'Épipaléolithique et le Mésolithique des Alpes françaises du Nord dans leur cadre chronologique et biodimatique. In Épipaléolithique et Mésolithique entre Ardennes et massif alpin : table ronde de Besançon, 26-27 avril 1986. Vesoul : SALSA, p. 125-136, 5 fig. (Mémoires de la Société d'agriculture, lettres, sciences et arts de la Haute-Saône ; 2).

Bintz P. 1995. Abri mésolithique du Pas de la Charmate, Châtelus (Isère). In Épipaléolithique et mésolithique en Europe : Préhistoire et Quaternaire en Chartreuse, Savoie et Jura méridional, livret-guide de l'excusion. Actes du 5e colloque international UISPP, commission XII, Grenoble, 18-23 septembre 1995. Grenoble : [s.n.], p. 104-117, 10 fig.

Bintz P., Ginestet J.-P., Pion G. 1991. Mésolithique et néolithisation dans les Alpes françaises du Nord. Données stratigraphiques et culturelles. In Mésolithique et néolithisation en France et dans les régions limitrophes. Actes du 113e congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 5-9 avril 1988. Paris : Éd. du CNRS, p. 245-267, 6 fig.

Bintz P., Picavet R., Evin J. 1995. L'évolution culturelle du Mésolithique au Néolithique moyen en Vercors et dans les Alpes du Nord. In Voruz J.-L. (dir.). Chronologies néolithiques de 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien. Actes du colloque d'Ambérieu-en-Bugey, 19 et 20 septembre 1992 (XIe Rencontres sur le Néolithique de la Région Rhône-Alpes). Ambérieu-en-Bugey : Société préhistorique rhodanienne, p. 41-53.

Chaffenet G., Cordier Fr. 1999. L'abri des Corréardes à Lus-La-Croix-Haute (Drôme) : un site de chasse du Néolithique ancien dans la haute vallée du Buëch. In Beeching A. (dir.). Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la préhistoire : matériaux pour une étude (Programme collectif CIRCALP – 1997/1998). Valence : Centre d'archéologie préhistorique, p. 359-371, 8 fig. (Travaux du Centre d'archéologie préhistorique de Valence ; 2).

Courtin J. 1974. Les habitats de plein air du Néolithique ancien cardial en Provence. Rivista di studi liguri 3-4, p. 227-243.

Courtin J., Evin J., Thommeret Y. 1985. Révision de la stratigraphie et de la dendrochronologie absolue du site de Chateauneuf-lès-Martigues (Bouches-du-Rhône). L'Anthropologie 89/4, p. 543-556.

Escalon de Fonton M. 1956. Recherches préhistoriques en Basse-Provence. Paris : PUF. Vlll-l63 p. (Préhistoire ; 12).

Escalon de Fonton M. 1967a. Les séquences sédimento-climatiques du Midi méditerranéen du Würm à l'Holocène. Bulletin du musée d'Anthropologie préhistorique de Monaco 4, p. 125-183.

Escalon de Fonton M. 1967b. Tardenoisien et Castelnovien. Bulletin de la Société préhistorique française 64, p. 219-223.

Escalon de Fonton M. 1976a. La constitution de l'Épipaléolithique et du Mésolithique dans le Midi de la France. In Actes du IXe congrès UISPP, [Nice.] 13 au 18 sept 1976. [S.I.] : [s.n.], p. 53-70.

Escalon de Fonton M. 1976b. Les civilisations de l'Épipaléolithique et du Mésolithique en Provence littorale. In La Préhistoire française. Paris : Éd. du CNRS, p. 1367-1378.

Guilbert R. 2003. Le système de débitage de trois sites sauveterriens dans le Sud-Est de la France. Bulletin de la Société préhistorique française 100/3, p. 463-478.

Kyparissi-Apostolika N. 2000. The Mésolithic/NeolithicTransition in Greece as Evidenced by the Data at Theopetra Cave in Thessaly. Documenta Praehistorica 27, p. 133-140.

Mlekuz D. 2005. The ethnography of the Cyclops: Neolithic pastoralists in eastern Adriatic. Documenta Praehistorica 32, p. 13-51.

Picavet R. 1999. Les niveaux du Mésolithique au Néolithique de l'abri de la Grande-Rivoire (Sassenage, Isère, Vercors, France). In Bintz P, Thévenin A. (dir.). L'Europe des derniers chasseurs : Épipaléolithique et Mésolithique. Actes du 5e colloque international UISPP, commission XII, Grenoble, 18-23 septembre 1995. Paris: Éd. du CTHS, p. 617-625.

Perlés C. 2001. The Early Neolithic of Greece. New York: Cambridge University Press. 356 p. (Cambridge World Archaeology).

Price T.D. 2000. Europe's first farmers: an introduction. In Europe's first Farmers. New York: Cambridge University Press, p. 1-8.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Synthèse et hypothèses concernant les origines du Castelnovien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 2 – Principales dates au radiocarbone des sites du Castelnovien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3634/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 3 – Localisation du site de Lalo et du Mésolithique dans le site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3634/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 4 – Localisation des sites castelnoviens.1 - La Grande Rivoire (Sassenage, 38)2 - Coufin (Choranche, 38)3 - Pas de la Charmatte (Chayelus, 38)4 - Le Lac (Bouvante, 38)5 - Les Molières (Robion, 84)6 - Le Mourre de Sève (Sorgue, 84)7 - Chinchon 2 (Saumane-de-Vaucluse, 84)8 - Crotte deValoubeau (Saint-Saturnin-d'Apt, 84)9 - Abri Cornille (Istre, 13)10 - La Font-des-Pigeons (Châteauneuf-lès-Martigues, 13)11 - La Baume (Mondus, 30)12 - Lalo (Espeluche, 26)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3634/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 5 – Plan de répartition des silex et des remontages.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3634/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 6 – Castelnovien d'Espeluche-Lalo (Drôme) : industries du Castelnovien et du Néolithique ancien. – A et B : Mésolithique. 1 : remontages de lamelles à talons facettés et forte abrasion de la corniche, 2 : éclat lamellaire, 3 : fragments mésiaux de lame, 4 : éclat lamellaire à cortex distal et talon facetté, 5 à 10 : divers éléments lamellaires en silex de Malataverne. C : Néolithique ancien. 11 : fragment mésial de lame à retouches latéralees, 12 : fragment proximal de lame, 13 : correction delà surface de débitage après réfléchi, 14 : fragment mésial de lamelle avec une face kombewa. 15 : fragment proximal de lame de plein débitage, talon facetté et corniche abrasêe, 16 : fragment proximal de lame, réduction de la corniche et talon lisse, (lamelle latérale), 17 : fragment mésial de lamelle de type 123, 18 : grattoir court sur éclat.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3634/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 7 – Provenance des silex utilisés (d'après carte CAPRA Valence).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3634/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 8 – Castelnovien d'Espeluche-Lalo (Drôme). Fragments proximaux, mésiaux et distaux de lamelles débitées par percussion indirecte. A : production lamellaire en silex de type 12 ; I : remontage d’un géométrique sur lamelle, 2 et 3 : remontages de produits lamellaires, 4 et 5 : fragment mésial et proximal de lamelle. B : production lamellaire en silex de type 8 ; 6 : remontage d’une lamelle et d’une lamelle à crête, 7 : lamelle latérale. C : production lamellaire en silex de type 27 ; 8 : lamelle de plein débitage, 9 : lamelle latérale, 10 : crête partielle avec face corticale, 11 : fragment distal cortical, 12 : fragment mésial de lamelle à deux versants, 13 : lame latérale avec cortex. D : production lamellaire en silex de type 6 ; 14 : lamelle de plein débitage débitée par percussion indirecte, 15 : fragment proximal de lamelle, 16 : fragment mésial de lamelle présentant une très forte régularité des nervures, 17 : lamelle de réparation de la surface de débitage, 18, 19, 21, 22, 23, 24, 25, 26 : fragments de lamelles. 20 : fragment proximal de lamelle probablement débité par pression.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3634/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 9 – Ensemble des géométriques du Castelnovien et du Néolithique ancien. Bitroncature à piquant trièdre et retouche directe : no 348, 74, 1041, 767, 1052. Géométriques à piquant trièdre et retouche directe rasante : no 731, 1023. Géométriques à retouche inverse et retouche rasante sur face supérieure : no 1045, 1050. Armatures du Néolithique ancien : no 1054, 1044, 967, 1045, 1024.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3634/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 10Principaux éléments appartenant aux grandes phases de la chaîne de production d'outils.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3634/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search