Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Thème : économie et société à la fin de la préhistoire

Les sites à fosses circulaires du Néolithique et de l'Âge du Bronze ancien en moyenne vallée du Rhône : approches typologiques et fonctionnelles, implications économiques et sociales

Alain Beeching, Jacques Léopold Brochier, Sylvie Rimbault et Joël Vital

Résumé

Les fosses de plan circulaire sont une des caractéristiques de la Préhistoire récente méridionale. Les plus grandes sont communément classées dans la catégorie des « fosses-silos ». Cet article se propose d'examiner ce type de structure dans le bassin du Rhône moyen, principalement à partir des cas bien documentés et analysés du Néolithique moyen chasséen et du Bronze ancien. Dans ces deux situations, le lien fort entre les « fosses-silos » et le funéraire montre une similitude qu'il convenait d'interroger. Dans des contextes interprétatifs différents, il apparaît, dans les deux cas, que la conjonction silos-funéraire n'est pas fortuite. Une lecture symbolique peut même en être proposée. Dans de multiples cas, les fosses ne peuvent plus être considérées que comme de simples structures de conservation, servant en dernier lieu de poubelles ; leur utilisation croise d'autres fonctions qui ne sont pas seulement économiques.

Texte intégral

1. INTRODUCTION

1Cette contribution est le fruit d'un travail collectif et concerne plusieurs sites majeurs de la moyenne vallée du Rhône sur lesquels ont été découvertes en grand nombre des fosses de plan circulaire (fig. 1). Leur chronologie d'occupation s'étend du Néolithique moyen (Saint-Paul-Trois-Châteaux Les Moulins, Châteauneuf-du-Rhône La Roberte, secteur sud-ouest de Montélimar Le Gournier) au Néolithique final (Montboucher-sur-Jabron Le Pâtis 2, Roynac Le Serre 1, Lyon Boulevard périphérique nord) et au Bronze ancien (Roynac Le Serre 1, Lyon Boulevard périphérique nord, Chabrillan « Saint-Martin 3 »). Quelques cas du Néolithique ancien seront seulement signalés, pour illustrer l'ancienneté de cette pratique, mais ne seront pas repris ensuite dans les analyses morphométriques, leur taille et leur état de conservation ou de documentation étant trop faibles pour entrer dans le présent essai comparatif. À l'exception du gisement lyonnais, tous sont situés dans le département de la Drôme.

2Nos visées concernent l'analyse de la forme de ces fosses, de leur organisation spatiale et de leur fonction en relation avec diverses modalités de creusement et de remplissage. Le corpus d'étude comprend toutes les fosses des gisements mentionnés dont les profondeurs sont supérieures à 0,35 m. Sur les diagrammes de corrélation profondeur sur diamètre maximum des structures qui servent de fondements graphiques à l'analyse, ce seuil correspond à une limite de densité entre le groupe des cuvettes ouvertes et celui des fosses à profils cylindriques à tronconiques qui nous intéresse plus particulièrement ici. La diagonale d'égalité entre les deux mesures (P = Dm) servira de référence d'un diagramme à l'autre (fig. 8, 9, 11, 14 à 17).

Fig. 1 – Localisation des sites pris en compte dans l'étude. Néolithique moyen (Saint-Paul-Trois-Châteaux Les Moulins, Châteauneuf-du-Rhône La Roberte), Néolithique final (Montboucher-sur-Jabron Le Pâtis 2, Roynac Le Serre 1, Lyon Boulevard périphérique nord) et Bronze ancien (Roynac Le Serre 1, Lyon Boulevard périphérique nord, Chabrillan Saint-Martin 3).

2. QUELLES FONCTIONS POUR LES FOSSES ?

3Le cadre dans lequel s'inscrit cette étude est double. D'une part, au plan morphologique, il touche l'ensemble des structures en creux de plan circulaire qui apparaissent sur de nombreux sites de la Préhistoire récente méridionale : dépressions, cuvettes, trous de poteaux, fosses plus ou moins profondes et régulières. De l'autre, au plan fonctionnel, il cherche à cerner celles de ces structures qui peuvent concerner, de façon explicite, le stockage et la conservation des productions agricoles : les grains de céréales et de légumineuses.

4Sans revenir sur les options techniques et sociales qui conduisent à choisir, dans certains cas, plutôt la solution enterrée que la solution aérienne pour ce stockage, les deux modalités pouvant intervenir simultanément, on rappellera seulement que l'archétype du « silo » excavé, fondé sur de nombreuses observations ethno-historiques (fig. 2) et des expérimentations, est une fosse profonde à ouverture rétrécie (Gast, Sigaut 1979, 1981 ; Gast et al. 1985 ; Villes 1982). Sa transcription archéologique est plus délicate à établir, dans la mesure où existent des variantes morphologiques qui brouillent fréquemment cette définition initiale simple (notamment concernant la variabilité des proportions, des profils de parois et des ouvertures) et où les attestations fonctionnelles directes restent rares ou peu explicites (Vital 1993, § 6.1.5). Dans les présentations préliminaires par périodes et par sites, nous évoquerons quelques-uns de ces cas de fonctionnalité avérée ou probable, mais le but de ce travail est de se pencher sur les caractères morphologiques de ces fosses réputées être des « silos » en tenant compte de leur attribution chrono-culturelle et de quelques autres indices : distribution spatiale, activités domestiques ou funéraires...

Fig. 2. – Fosses à grains, modernes, du bassin des Carpathes (d'après Von Füzes, in Gast, Sigaut 1981).

5Au Néolithique moyen, malgré une attention particulière portée à cette question sur les deux sites de Saint-Paul-Trois-Châteaux et de Châteauneuf-du-Rhône/Montélimar, le constat a été fait de l'extrême rareté des restes carpologiques dans de telles fosses (Beeching et al. 2000). L'examen attentif des parois et des fonds n'a rien apporté de positif en ce sens. Dans des cas peu nombreux, un dépôt argileux épais de plusieurs centimètres, d'origine anthropique, a été observé au fond de grandes fosses en bombe, pouvant évoquer un dispositif isolant, mais sans qu'un tapissage des parois ne soit manifeste. Au Bronze ancien, la fouille préventive du site de Roynac Le Serre 1, dans le bassin de Montélimar (Vital et al. 1999), a permis d'observer au fond de la fosse tronconique 458-496 (fig. 3) une première phase de comblement de sédiments fortement enrichis en paléocarpes de céréales. Parmi plusieurs dizaines de silos de cette période sur le site, cette unité est la seule à fournir un tel indice fonctionnel. Les recherches de phytolithes effectuées par P. Reverdin (Inrap, CEPAM) sur les fosses de la fouille 2006 de Montélimar Fortuneau (Le Gournier) montrent une grande hétérogénéité : les fosses à profil en silo n'en contiennent pas, alors que d'autres en cuvettes en présentent (Cordier 2006). Même si la recherche de telles traces est problématique, les raisons de leur présence ou absence restent encore difficiles à interpréter.

Fig. 3 – Fosses à grains carbonisés conservés : Saint-Paul-Trois-Châteaux Le Valladas, Néolithigue ancien (à gauche, inédit, d'après Bel 2002) ; Roynac Le Serre 1, Bronze ancien, fosse A 496 (à droite).

6La variabilité des formes et des contenus sédimentaires, ainsi que la variété des artefacts fossilisés, sont indicatives ensuite de nombreuses possibilités d'utilisations secondaires. Cette histoire complexe interdit de considérer automatiquement ces comblements comme des unités archéologiques temporelles de durées restreintes (dites « ensembles clos »). La dévolution ultérieure la plus fréquemment évoquée pour ces cavités est celle de dépotoirs, liés à la proximité d'habitations. C'est ce que semble indiquer la présence d'ustensiles en fin d'utilisation, de reliefs alimentaires solides ou encore de produits de combustion ou de rejets d'éléments d'architecture. Mais un nombre conséquent de structures ne présentent pas de comblement à base de sédiment organo-charbonneux pouvant représenter des rejets domestiques, des poubelles en somme. Ces cas lacunaires conduisent à rechercher d'autres modes de fonctionnement, au moins pour leur fin d'utilisation.

7Si beaucoup de ces témoins relèvent principalement d'activités économiques et de subsistance, peut-on dégager d'autres problématiques et d'autres fonctions de l'analyse des fosses-silos ou des creusements affectant la forme de silos ? Outre l'aspect économique, ces questionnements concernent deux autres champs, le symbolique et le funéraire. Le champ funéraire est, par exemple, bien illustré, depuis deux décennies, parles découvertes néolithiques de Saint-Paul-Trois-Châteaux Les Moulins, de Châteauneuf-du-Rhône La Roberte et de Montélimar Le Gournier (Crubézy 1991 ; Beeching, Crubézy 1998). Pour le Bronze ancien, trois structures de type silo du gisement de Chabrillan Saint-Martin 3 ont livré des restes humains. Comme Roynac Le Serre 1, ce grand site de plaine n'a fait l'objet que d'une présentation préliminaire (Blaizot, Rimbault 2005).

8Les aspects symboliques de ces enfouissements sépulcraux ont, quant à eux, déjà été soulignés, aussi bien en ce qui concerne l'organisation spatiale et la composition des dépôts dans le Chasséen (Beeching 2003) que l'affichage de la différenciation sexuelle pour la fin du Néolithique campaniforme et le Bronze ancien à partir des formes d'organisation de l'architecture des habitats de Roynac Le Serre 1 et de Lyon Boulevard périphérique nord (Vital 2007).

9Cette problématique sera alimentée et débattue en ayant recours à plusieurs descripteurs mobilisables sur tous les gisements rhodaniens pris en compte :

  • une typologie des formes et des natures de remplissages ;

  • une caractérisation morphologique des fosses de profondeur supérieure à 0,35 m et à profils cylindriques à tronconiques ;

  • une classification dimensionnelle à partir d'un diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum des structures (fig. 8, 9, 11, 14 à 17).

3. LES REMPLISSAGES SÉDIMENTAIRES

10Pour ce descripteur souvent délaissé, nous préciserons rapidement le sens que nous lui donnons et l'utilisation qui en a été faite dans cette étude. Tous les remplissages des fosses analysées résultent d'actions humaines ; en effet, les comblements d'origine naturelle sont excessivement rares et tiennent une place secondaire. Ceux-là relèvent donc du comportement des utilisateurs à l'égard du statut de ces structures, lequel est loin d'être univoque. L'examen de la diversité des modalités de comblement passe par un nécessaire classement des formes de remplissage. Seul le sédiment sera pris en compte, avec ses caractères géoarchéologiques, sa provenance, et non le matériel archéologique qu'il contient (en un premier temps), afin de bien distinguer les modes de dépôt de l'un et de l'autre. De la céramique dans un sédiment organo-charbonneux de poubelle n'a pas la même signification que celle rejetée avec le sol pédologique et archéologique d'origine, ou l'encaissant stérile.

Fig. 4 – Typologie de remplissages sédimentaires pour les fosses chasséennes de Saint-Paul-Trois-Châteaux Les Moulins, d'après Brochier, Ferber, sous presse.

11Une première typologie des remplissages (fig. 4) a été établie pour le site néolithique de Saint-Paul-Trois-Châteaux Les Moulins (Brochier, Ferber 2009). Les degrés d'analyse sont très différents sur les sites étudiés ici. Afin d'avoir un mode de présentation homogène, nous avons regroupé les différents types de remplissage en trois grands ensembles simplifiés, mais représentant une valeur indicative forte sur les modalités du comblement :

  • les remplissages à sédiments fortement anthropisés, en un ou plusieurs niveaux sur au moins deux tiers du comblement. Par sédiment anthropisé, rappelons que nous considérons seulement la fraction fine révélatrice de rejets organiques et/ou charbonneux le plus souvent liés à des activités domestiques, et non les artefacts, galets, graines ou restes de faune d'origine anthropique qui peuvent l'accompagner. Leur teinte est souvent grise, brun gris, à noirâtre. L'analyse microscopique révèle en proportions diverses de la matière organique mélanisée, des micro-charbons, des cendres et des phytolithes ;

  • les remplissages polyphasés avec un ou deux niveaux seulement de sédiment anthropisé, le reste du comblement étant réalisé par des apports de l'encaissant, et/ou du sol pédologique qui constituait la surface d'occupation de l'époque et qui, bien souvent, n'existe plus. Ils représentent plusieurs temps dans le comblement ;

  • les remplissages à sédiments directement issus de l'encaissant, ou provenant de l'horizon pédologique du sol de surface, à marques d'anthropisation nulles ou réduites. Ce sont souvent des comblements rapides. Le sédiment, dans ce cas, est non anthropisé, mais d'origine anthropique. Il faut bien distinguer la nature des sédiments, du geste à l'origine de leur mobilisation. Pour l'ensemble des types, le remplissage sommital est souvent occupé par un piégeage du sol pédologique de recouvrement, autorisé par le tassement des sédiments sous-jacents. Il peut piéger du matériel plus récent que les structures.

4. LE NÉOLITHIQUE ANCIEN

12La documentation est encore peu abondante pour le début du Néolithique (fig. 5). Les fouilles en grottes ou abris ont, certes, livré des dépressions excavées ne renvoyant ni à des structures de combustion ni à des sépultures : Fontbregoua (Gascô, Gutherz 1983), La Font-des-Pigeons (Courtin et al. 1985), Roc-de-Dourgne (Gascô 1985), Unang (Paccard 1993)... mais elles sont le plus souvent réduites à de simples cuvettes, à l'exception des deux derniers sites : -à Roc-de-Dourgne (Fontanès-de-Sault, Aude), une fosse de 0,40 m de profondeur et de largeur variant de 0,45 m à 0,35 m présente une ouverture étroite et un comblement ultime par des éléments divers ; -à Unang (Mallemort-du-Comtat, Vaucluse) sont mentionnées plusieurs grandes fosses ovalaires ou sub-circulaires de 2 m environ de diamètre et de 0,80 à 1 m de profondeur, présentant des remplissages stratifiés.

Fig. 5 – Fosses du Néolithique ancien : A, Espeluche Lalo ; B, Lyon Boulevard périphérique nord ; C, Saint-Paul-Trois-Châteaux Le Valladas ; D, Portiragnes Pont de Roque-Haute. Échelles diverses.

13En plein air, pour autant que le développement récent et rapide de l'archéologie préventive nous permette d'avoir une vue d'ensemble actualisée, les attestations de véritables fosses circulaires restent rares. D'ailleurs, en général, le signalement spécifique et la description des structures excavées non liées à une combustion ou à une inhumation sont peu poussés. Des cuvettes ou fosses de divers types non précisés sont évoquées sur plusieurs sites de référence (Le Baratin, Les Petites Bâties, la région nîmoise...), mais on peut avancer qu'aucun groupe conséquent de fosses de plan circulaire régulier, à parois sub-verticales ou rentrantes et de profondeur pluri-décimétriques, n'est attesté à ce jour dans le Sud de la France. Si l'on ne retient que cette seule catégorie typologique, des cas isolés et peu nombreux existent.

14– Sur le site de Pont de Pierre 2 à Bollène (Vaucluse), une fosse contenant les restes mal conservés de deux inhumations est décrite comme ayant pu avoir eu une fonction initiale de silo (Ozanne 2002). Ses parois, verticales ou légèrement rentrantes, en seraient le principal indice. Mais sa forme ovoïde, sa taille (1,70 m x 1,40 m pour 0,50 à 0,60 m de profondeur) et l'irrégularité de son fond ne semblent pas correspondre par contre à la typologie fonctionnelle définie à partir des exemples historiques.

15– Le site funéraire gallo-romain du Valladas à Saint-PaulTrois-Châteaux (Drôme) a livré (Bel 2002), dans le niveau de base, une fosse circulaire en cuvette très évasée de 2 m de diamètre et 0,50 m de profondeur, dont les 15 centimètres inférieurs étaient constitués de terre noire contenant plus de 20000 grains carbonisés de céréales, principalement de l'orge nue (Beeching et al. 2000, d'après étude inédite de K. Lundstrom-Baudais ; fig. 3 et 5). L'ensemble était daté du Cardial récent/Épicardial. Il est difficile de trancher fermement, à partir d'informations indirectes, entre un rejet aléatoire, un reliquat de dépôt en fond de silo ou même le vestige d'une structure de transformation par torréfaction partielle, la structure étant probablement en grande partie arasée ; mais la position et la quantité des vestiges font pencher vers une des deux dernières hypothèses.

16– Sur le site en grande partie inédit de Lalo à Espeluche, Drôme (Beeching 2001, sous presse), nous avons pu mettre en évidence plusieurs dizaines de structures en creux (trous de poteaux, foyers, fosses) tout au long de la séquence en quatre phases couvrant le Néolithique ancien (fig. 5). Pour les deux plus anciennes (1 et 2 : entre 5600 et 5300 av. J.-C.) et la plus récente (phase 4 : entre 5250 et 5000 av. J.-C.), des érosions drastiques n'ont laissé que des fonds de fosses sub-circulaires conservées sur une vingtaine de centimètres. Pour la phase 3 (non datée directement, à situer vers 5300-5200 av. J.-C.), parmi plus de trente structures excavées circulaires, quatre étaient groupées sur 20m2 dont deux profondes, mitoyennes : l'une (st. 66) de 1 m de diamètre à l'ouverture et de 0,75 m de profondeur, l'autre (st. 67) de 1,10 m de diamètre moyen et de 0,70 m de profondeur, toutes deux à parois verticales ou faiblement évasées. Les structures en creux sont donc bien présentes, mais leur typologie tient plus souvent de la cuvette que de la fosse profonde et l'absence de groupement suggéré plus haut n'est pas contredite.

17– Signalons enfin la parution récente (Guilaine et al. 2007) des données de terrain de Pont de Roque-Haute à Portiragnes (Hérault), site attribué à un Néolithique à céramique imprimée anté-Cardial de la première moitié du VIe millénaire. La dizaine de structures fouillées comporte diverses dépressions ou cuvettes de faible importance et quelques fosses plus profondes (1,5 à 2,8 m de diamètre pour 0,80 m de profondeur environ), dont l'une (Fl : plus de 2 m de diamètre maximum et plus de 1 m à l'ouverture) présente un grand volume et une forme à ouverture étroite, qui en font le cas typique le plus ancien dans le Sud de la France.

18En Italie centro-méridionale (Torre Sabea, Ripa Tetta, Catignano...) ou septentrionale, de telles structures en creux sont bien présentes, souvent mêlées à des fosses extensives de grandes dimensions et de contours irréguliers. À Fagnigola et Sammardenchia (Frioul), où elles apparaissent également, il est signalé (Pessina 2001) des structures de stockage identifiables grâce à un chemisage des parois par une couche d'argile crue. Total ou partiel, ce doublage des parois serait lié aux risques d'infiltration d'eau. Les deux cas rapportés les plus nets ont un diamètre de 1,50 m et des profondeurs de 0,50 et 0,80 m ; les fonds sont en cuvette et les parois sub-verticales, ce qui ne correspond pas non plus à l'archétype souvent invoqué de la fosse profonde à ouverture rétrécie.

19– Signalons pour finir que l'un des secteurs de fouille du grand gisement du Boulevard périphérique nord de Lyon (infra) conservait une grande fosse cylindrique isolée (secteur 94.5, fosse 134), initialement attribuée au Bronze ancien, que l'on propose désormais de classer au Néolithique ancien (Vital et al. 2007) (fig. 5). L'échantillonnage carpologique, qui a porté sur le tamisage de 161,5 litres de sédiments, a permis d'isoler près de 1800 restes dominés par l'orge (Bouby, in Vital et al. 2007).

5. LES SITES DU NÉOLITHIQUE MOYEN

20En se cantonnant au seul département de la Drôme, on peut estimer à environ 130 le nombre de sites reconnus concernant cette période, dont une quarantaine seulement a fait l'objet d'une opération de fouille plus ou moins poussée au cours des dernières décennies, et dont moins d'une quinzaine a attesté la présence de fosses. Deux sites sont surtout concernés par cette étude.

Fig. 6 – Saint-Paul-Trois-Châteaux Les Moulins, site du Néolithique moyen chasséen à fosses denses (inédit, cliché CAPRA Valence).

5.1. SAINT-PAUL-TROIS-CHÂTEAUX, LES MOULINS, DRÔME

21Fouillé sur près d'un hectare au cours de plusieurs opérations préventives entre 1984 et 2001 (Beeching, Brochier 1989-1990 ; Beeching, Crubézy 1998), le site est estimé à une trentaine d'hectares (fig. 6). Il occupe une terrasse fluviatile locale et les coteaux voisins au débouché d'un bassin naturel sur la plaine du Rhône. Les opérations au quartier des Moulins, les plus poussées, ont livré 65 fosses néolithiques sur environ 4000 m2, toutes attribuables au Chasséen récent. Aucun sol archéologique n'était conservé, mais des traces en creux peu profondes, piégeant le sédiment anthropisé, attestent une action érosive limitée ; le plan d'un possible enclos funéraire, incluant les fosses à sépultures 69 et 70, est perceptible. Cette fonction funéraire, reconnue dès les premiers travaux, est une des caractéristiques du site. La diversité morphologique et dimensionnelle des structures en creux autorise cependant un classement typologique simple.

22– Près de la moitié forme la catégorie des « grandes fosses » (A) que l'on qualifie couramment de « fosses-silos » en référence à l'archétype implicite de la littérature spécialisée, mais sans que cette fonction soit clairement attestée ; elle est cependant très probable dans le cas des fosses 333 et 337, à l'est des Moulins, où des fentes dans l'encaissant près de leur ouverture attestent leur longue durée de fonctionnement... et donc dans le cas de toutes les fosses voisines de même type. Leur ouverture est le plus souvent étroite (jusqu'à moins de 0,60 m), le diamètre maximum avoisinant souvent les deux mètres. Leur volume s'échelonne entre 0,43 et 2,3 m3.

23On distingue trois sous-groupes (fig. 7) :

24– Al : les fosses en bombe à tendance sphérique (10 cas) ;

25– A2 : les fosses en encrier, coniques à fond plat et, éventuellement, goulot (11 cas) ;

26– A3 : les fosses sub-cylindriques ou à parois très peu divergentes (9 cas).

Fig. 7 – Morphologie des fosses du Néolithique moyen rhodanien.

27C'est seulement cette catégorie de fosses qui sera examinée ici. Elles sont moins abondantes à l'ouest de la partie fouillée, tout en présentant deux concentrations. Elles sont beaucoup plus nombreuses et concentrées à l'est, mais seuls trois cas de recoupement partiel ont été observés. Sur la base de ces rares cas, on pourrait établir une chronologie A3, puis A2, puis Al. Notons que A3 est le seul type à ne jamais présenter de restes humains. Remarquons aussi que ces trois types se retrouvent dans les mêmes groupements, renforçant l'hypothèse d'un phasage en trois étapes.

28– Les autres types de fosses sont parfois aussi fréquents, notamment les fosses en cuvette (B2 = 11 cas) et les fosses plates, en général de grand diamètre (C = 12 cas). On note avec intérêt que la majorité de ces structures peu profondes ou plates se concentrent dans la partie centrale du secteur fouillé, où les grandes fosses sont rares (les quelques cas attestant qu'il ne s'agit pas d'un artifice lié à l'érosion), démontrant une sériation spatiale non aléatoire.

29Cinq fosses ont livré des restes humains isolés ou rares (fosses de types A2, A3, B2, C), trois ont révélé un squelette (fosses de types A1, A2 et B1), et trois en ont révélé plusieurs (4 corps dans la fosse 16 de type Al, 3 dans la fosse 69 de type A2 et 6 dans la fosse 323 également plutôt de type Al).

30Le diagramme (fig. 8) concernant le remplissage sédimentaire des fosses montre clairement que près de la moitié sont à sédiments non anthropisés (44 %) et n'ont donc pas servi de poubelle pour des rejets organiques ou cendro-charbonneux de la vie quotidienne ; 30 % ont fait l'objet d'un ou deux niveaux de déchets organo-charbonneux ; enfin, 15 % seulement sont à remplissage fortement anthropisé et correspondent à des poubelles. On notera qu'il s'agit de fosses de petites dimensions, parfois de cuvettes, et que ces structures peuvent contenir des restes humains isolés. Les fosses sépulcrales sont, à une exception près, toutes comblées rapidement par le sédiment encaissant. Si l'on considère les types de comblements sur un plan spatial, des groupes de fosses ayant les mêmes modalités de remplissage apparaissent clairement. Ces modalités sont donc liées à un secteur et/ou à un moment de l'occupation, dans la mesure où l'on ne peut apprécier la synchronie et la succession exacte des structures.

Fig. 8 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum et faciès de remplissages sédimentaires des fosses de Saint-Paul-Trois-Châteaux Les Moulins, Néolithique moyen chasséen.

5.2. CHÂTEAUNEUF-DU-RHÔNE, LA ROBERTE, DRÔME

31Il s'agit d'une partie limitée, localisée au sud-ouest, du vaste site de Montélimar Le Gournier, présenté en détail par ailleurs (Beeching et al., dans ce volume).

32Les structures anthropiques (foyers ou fours à pierres chauffantes, fosses, trous de poteaux) montrent une grande diversité, liée à une répartition spatiale non aléatoire, à des concentrations et à des associations variables d'un secteur à l'autre. Les structures en creux présentent les mêmes types de base qu'à Saint-Paul-Trois-Châteaux, auxquels s'ajoutent des fosses allongées à tendance ovalaire ou à contours irréguliers et un type particulier au profil « à épaulement » (fig. 7). Le groupe des « grandes fosses-silos » présente les trois mêmes sous-groupes de base, qui se confondent en fait fréquemment dans des morphologies intermédiaires moins bien différenciées. Apparaît par contre, principalement à La Roberte, une nouvelle tendance vers une forme renflée et aplatie. Les contraintes du substrat (terrasse à gros galets fortement cimentés) et la probable érosion importante à cet endroit (jusqu'à une vingtaine de centimètres depuis le niveau d'ouverture des fosses) peuvent expliquer cette particularité.

33Les fosses de La Roberte ont été retenues dans cette étude car elles présentent une concentration particulière de ces fosses-silos (fig. 9). L'absence de recoupement et l'homogénéité des datations obtenues (environ entre 3900 et 3750 av. J.-C.) semblent indiquer une occupation continue de faible durée. Des variations de détail dans la typologie céramique pourraient, par contre, signer un léger diachronisme ou des différences d'ordre social, inter-familiales ou inter-groupes. Le volume des fosses présentant la morphologie de silos varie de 0,33 à 2,2 m3.

34Sur les 30 fosses attribuées au Chasséen, 7 présentaient des restes humains : 3 contenaient un seul squelette (fosses de types Al, B1 et B2) et 4 des ossements isolés (fosses de types Al, A3 et A4).

35Les remplissages sont dans l'ensemble très peu anthropisés : 10 structures comblées par le sol pédologique de l'époque néolithique, 4 structures à remplissage légèrement anthropisé. Des 3 structures à sédiment fortement anthropisé, 2 sont de faible profondeur, inférieure à 30 cm (fig. 9). Le fonctionnement final en poubelle n'apparaît pas sur ce site être la modalité de comblement, et pousse à réfléchir sur le statut du riche matériel que contiennent ces fosses.

Fig. 9 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum et faciès de remplissages sédimentaires des fosses de Châteauneuf-du-Rhône La Roberte (zone sud-ouest de Montélimar Le Gournier), Néolithigue moyen chasséen.

5.3. COMPARAISONS ENTRE LES DEUX SITES

36L'étude comparée des morphologies de fosses entre ces deux sites voisins et très semblables, à partir de leur rapport profondeur/diamètre, est instructive. La dispersion dimensionnelle et la diversité des types apparaissent plus grandes à Saint-Paul qu'à La Roberte (fig. 8 et 9). On note bien une tendance commune vers une morphologie plus large que profonde (95 % du corpus) mais, si l'axe du rapport « diamètre = 2 x profondeur » peut globalement faire figure d'axe de symétrie pour la dispersion des points du premier site (avec une majorité de cas entre D = P et D = 2P), presque tous ceux du second site se placent encore en deçà, confirmant l'aplatissement particulier des structures déjà signalé supra.

  • 1 Dans un autre secteur du site du Gournier, les tombes du monument funéraire circulaire E-F sont bie (...)
  • 2 Nous ne pouvons détailler ici le raisonnement qui nous pousse à risquer cette hypothèse : la norme (...)

37Même portant sur des échantillons numériquement restreints, les observations relatives à la position des restes humains dans ces fosses (corps complets ou éléments dissociés) sont du plus grand intérêt. On rappellera avant tout que, dans ces deux localisations, aucun corps n'a été trouvé inhumé « en pleine terre », c'est-à-dire montrant une décomposition en espace colmaté, dans une dépression creusée pour le strict besoin de l'enfouissement1 Globalement, les dépôts funéraires se situent en périphérie du diagramme de dispersion (fig. 8, 9 et 16), à la fois vers les plus grands diamètres et les plus grandes profondeurs ; les grandes fosses-silos de plus d'1,40 m de diamètre étant plus recherchées, dont la moitié de celles de plus d'1,70 m. Mais une différence est remarquable entre les deux sites. À La Roberte, les trois fosses à inhumations sont dans un rapport profondeur/diamètre nettement plus faible que les fosses à restes dissociés, alors que la situation est totalement inverse à Saint-Paul, à un cas près. Une première explication consisterait à relier les corps uniques à des fosses peu profondes et les corps multiples à des grandes fosses-silos, orientant l'interprétation vers un comportement opportuniste et utilitariste de remploi de fosses préexistantes choisies en fonction des besoins. Deux des inhumations de La Roberte (no 34 et 39) et une de Saint-Paul (no 70) valideraient ce schéma. Mais tous les autres cas, inhumations ou restes dissociés (à l'exception de ceux des fosses 59 et 75 de Saint-Paul), soient 11 cas sur 16, sont dans des grandes fosses de morphologie « fosses-silos », c'est-à-dire dans des volumes nettement supérieurs à des besoins utilitaires. En reprenant plus en détail les comportements d'enfouissement, on peut admettre que les dépôts de corps isolés des fosses 337 (enfant placé sur le ventre) et 344 (adulte reposant également sur le ventre, membres supérieurs écartés et repliés) de Saint-Paul soient, compte tenu de leur inorganisation partielle2 des rejets rapides de circonstance. Des observations sur les conditions de la décomposition peuvent, d'une part, laisser planer des doutes sur cette supposition minimaliste (rapport F. Blaizot, inédit). Par ailleurs, l'exemple de la fosse 46 de La Roberte, typologiquement fosse-silo, comprenant un corps semi-organisé en situation hautement concertée, voire ritualisée (meules sous les membres supérieurs, dépôts de faunes et de mobiliers exceptionnels...), pousse à la prudence sur les cas précédents. Tous les dépôts de corps sont donc, en fin de compte, à considérer comme cohérents et concertés, c'est-à-dire ne laissant pas place à des conduites aléatoires.

38Les cas d'ossements humains isolés sont plus difficiles à classer. Au-delà de la morphologie des fosses d'accueil, on peut retenir deux situations : celle où ces restes (d'ailleurs presque toujours une seule pièce par fosse) sont « en contexte signifiant » et celle où ils ne le sont apparemment pas.

39– Dans le premier cas, ce sens viendrait de l'association du dépôt ou rejet à un autre ou plusieurs faits particuliers et eux-mêmes non aléatoires : inhumation simple ou multiple (La Roberte no 46, Saint-Paul no 69), très grosse meule et perle en variscite (Saint-Paul no 59), meules et perle en chloritite (La Roberte no 19), dépôt massif d'astragales de bovinés (La Roberte no 20), plus d'un millier de pierres en blocage comme pour les sépultures du même site (Saint-Paul no 139).

40– Il n'y a finalement que peu de cas sans contexte particulier. Saint-Paul no 1, vidée en urgence lors de la découverte du site, n'offre pas de contexte sûr. La Roberte no 4, sans caractère particulier exceptionnel, représente en soi un cumul de multiples critères extrêmes dans la taille, la régularité de creusement et la richesse exceptionnelle en mobiliers divers, difficile à comprendre dans l'hypothèse du dépotoir (Beeching, Thomas-Beeching 1975). La cuvette de Saint-Paul no 75 serait donc la seule réellement valide dans ce groupe.

41– À Saint-Paul, les ossements isolés apparaissent clairement en contexte de remplissages à sédiments anthropisés (fig. 8).

42Au bilan, il n'y aurait donc pas de comportement aléatoire dans le choix des fosses à restes humains. Le choix fréquent de « fosses-silos » ne peut donc être tenu pour tel, de même que le recours aux plus grandes tailles dans chaque groupe typologique. La question qui découle de ce constat est de savoir si ces différentes structures hors norme ont été choisies au sein d'un panel de structures vides disponibles ou ont été creusées spécifiquement pour ces dépôts. Il est, bien sûr, très difficile d'y apporter une réponse simple et définitive, mais la prise en compte des données de la sédimentologie apporte quelques informations supplémentaires importantes au débat. Le remplissage sédimentaire des fosses sépulcrales de Saint-Paul Les Moulins est particulièrement démonstratif. Il est constitué par un limon carbonaté beige clair très reconnaissable, celui-là même dans lequel sont creusées les fosses. On peut qualifier ce sédiment de « pur », identique à l'encaissant, sans aucune trace d'anthropisation, de rajout, ni de mélange important avec le sol pédologique de l'époque. Cela signifie que le sédiment provenant du creusement de la fosse a été préservé pour venir ensuite la combler après un temps qui ne paraît pas avoir pu être très long, une à quelques semaines tout au plus. Sur un temps plus long, cet encaissant se serait étalé et mélangé au sol de surface. Notre perception des durées n'est pas d'une résolution assez fine pour exclure un premier temps d'utilisation autre, mais tout porte à proposer que ces fosses aient été creusées dans l'unique but d'y inhumer des défunts. La présence fréquente de nombreuses pierres rajoutées sur les corps ou les restes divers viennent encore plaider pour un comblement rapide, volontaire, avec un choix probable de matériau puisque les pierres sont regroupées. La plupart des fosses sépulcrales de La Roberte, ainsi que celles du reste du site du Gournier, non étudiées ici, sont à comblement rapide par l'encaissant.

43Les fosses à comblement rapide utilisant le sédiment encaissant, non anthropisé, et non pollué par d'autres terres, ont une signification particulière sur laquelle il faut s'arrêter. Nous avons vu pour les sépultures que ces comblements dénotaient une mise en place relativement rapide après le creusement. Ces remplissages rapides où l'encaissant joue un rôle important sont parfois à l'opposé d'un fonctionnement final opportuniste et rationnel. Cette situation est illustrée par le remplissage de deux fosses fouillées lors d'une intervention préventive de l'Inrap (Cordier 2006) sur la zone de Fortuneau du grand site de Gournier (AS C30 et AS C36, fig. 10). Ces deux structures, non éloignées de fosses sépulcrales, se comportent comme telles par leurs remplissages, c'est-à-dire qu'elles sont comblées par l'encaissant très propre après un temps d'ouverture qui ne nous paraît donc pas avoir été très long (Brochier 2006). Leur contenu archéologique est négligeable, si ce n'est, sur le fond de l'une d'elles, quelques gros tessons de céramique et surtout, sur le fond de chacune d'elles, le rejet d'un petit tas de sédiment sableux qui ne provient absolument pas de l'encaissant local, mais de quelques dizaines de mètres, et qui ne participe pas d'un apport naturel. Bien souvent les fosses ne suivent pas une logique simple et pratique de comblement. Des pratiques de rituels pourraient expliquer cette complexité, difficilement accessible à notre compréhension.

44Sans vouloir chercher à tout prix une norme de comportement pour le Chasséen de l'aire rhodano-provençale, on remarquera les points de convergence entre ces cas et ceux du site des Martins à Roussillon, Vaucluse (D'Anna 1993). Sur un nombre restreint de huit fosses très dispersées, quatre présentent des restes humains. Un seul corps est en position « organisée », un autre en position « semi-organisée », les deux autres réduits à l'état de restes partiels, dont l'un associé au dépôt de trois chiens. Les structures sont de grand diamètre (2,50 m, 2,35 m, 1,40 m et seulement 0,85 m pour le corps organisé). Dans trois cas, les ossements sont recouverts par des pierres et le sédiment remis en comblement semble être l'encaissant non anthropisé.

Fig. 10 – Dynamique de remplissage rapide et apports exogènes de sédiments pour les deux fosses AS C 30 et AS C 36 de Montélimar Fortuneau (zone nord-est de Montélimar Le Cou nier ; inédit, d'après Brochier, in Cordier 2006).

6. LES SITES DU NÉOLITHIQUE FINAL NON CAMPANIFORME

6.1. ALLAN, JAS DES CHÈVRES, DRÔME

45Fouillé partiellement en 1977 et 1978 sur une surface restreinte de 42 m2 (Beeching 1979, 1980), un petit établissement de plateau à occupation brève a livré une séquence simple comportant une couche archéologique unique, d'une dizaine de centimètres d'épaisseur en moyenne, reposant sur un lit de petit cailloutis calcaire, recouvrant lui-même le substrat argileux. On y observait une quinzaine de structures excavées, se répartissant ainsi : 7 trous de poteaux de petit diamètre enfoncés sans calage, 2 trous de poteaux fortement bloqués, une cuvette de 0,75 m de diamètre et 0,30 m de profondeur, deux grandes aires circulaires de 1,80 m et 2 m de diamètre et une quinzaine de centimètres de profondeur, et une fosse profonde de 1,70 m x 0,60 à 1 m au remplissage multiphasé complexe.

6.2. MONTBOUCHER-SUR-JABRON, LE PÂTIS 2, DRÔME

46Le site de plein air du Pâtis 2 à Montboucher-sur-Jabron (Drôme) occupe une haute terrasse du Roubion, un affluent de rive gauche du Rhône de la plaine de Montélimar. Un décapage totalisant 2100 m2 a permis d'observer le niveau d'ouverture de 47 structures excavées, dont 25 relèvent de la fin du Néolithique et 2 du Bronze final. Une datation sur la fosse 1 (Tucson-113833 : 3980 ± 40 B.P.) se situe en 2550-2470 av. J.-C, en probabilités maximales (Margarit, Saintot et al. 2002). Le diagramme de corrélation, qui prend en compte, pour ce site, l'ensemble des structures du Néolithique final, montre deux groupes distincts (fig. 11) : l'un avec des creusements de grandes dimensions, dont le fuseau de dispersion est bien centré sur la diagonale P = Dm ; le second avec des structures de plus faible profondeur. Les plus grandes fosses montrent des profils le plus souvent cylindriques, alors que seules une morphologie tronconique et une autre elliptique ont été relevées.

Fig. 11 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum des structures du Néolithigue final.

7. LES SITES DU CAMPANIFORME ET DU BRONZE ANCIEN

7.1. LYON, BOULEVARD PÉRIPHÉRIQUE NORD, RHÔNE

47Ce site, publié peu après la fin des opérations de terrain (Jacquet étal. 1998), a été récemment mobilisé dans la perspective d'une analyse comparative avec l'habitat drômois de Roynac. Certains points de la publication initiale prêtant à la critique, nous avons été conduits à entreprendre un réexamen complet des structures préhistoriques et de leur chronologie. De cette révision ont été tirées quelques premières tendances interprétatives (Vital 2004, 2005), mais de nouveaux développements sont venus amplifier ces résultats à l'issue de notre étude monographique du site (Vital et al. 2007). Les habitats sont localisés sur une terrasse, à l'interface entre une colline et la plaine de la Saône. Les structures s'étagent dans une épaisse sédimentation accumulée sur des puissances variant de 0,50 m à 1 m. Un travail de discrimination altitudinale et topographique de plusieurs centaines d'aménagements a été mené, validé par des datations, 4C et les mobiliers céramiques associés. Les nouveaux plans de synthèse, récemment actualisés phase par phase, nous conduisent à des propositions très différentes, avec 4 occupations principales entre le Néolithique moyen et le Bronze final. Nous pouvons aussi identifier quelques vestiges isolés du Néolithique ancien (cf. supra). Cette succession actualisée offre, en conséquence, un bon parallèle stratigraphique et de dynamique d'occupation avec le gisement de Roynac Le Serre 1.

48Pour le Campaniforme, vers 2500-2400 av. J.-C., nous avons pu mettre en évidence les traces d'un unique bâtiment au plan probablement incomplet. Cette construction occupe un espace dégagé, à distance d'une série de cuvettes et de structures de combustion. Les deux fosses de cette surface campaniforme, datée à partir de 2550-2480 av. J.-C. (Ly-339/AA-21698 : 4025 ± 55 B.P.), sont de taille bien plus réduite que celles du Pâtis 2 et se rangent plutôt dans la catégorie des cuvettes du site de Montboucher-sur-Jabron (fig. 11). Une seule affecte un profil légèrement tronconique (fig. 12).

49La surface du Bronze ancien, vers 1900-1800 av. J.-C., montre plusieurs bâtiments dont les dimensions varient de 7 x 4 m à 5 x 6 m pour les plus grands, à deux nefs dans un cas au moins. Ils sont dispersés sur l'ensemble de la zone qui a été limitée par une clôture d'accès au sud-est à un moment de l'évolution du site. Les espaces inter-édifices montrent des constantes de dimensions et d'organisation, qui correspondent très probablement au respect d'un plan préétabli. Une évolution concentrique de l'ensemble dans le temps est soupçonnée à partir d'un noyau initial ceinturé par une clôture discontinue (Vital et al. 2007). Il est constitué d'une habitation (fig. 13B, Bl) et d'une construction annexe (fig. 13B, B2), dévolue pour partie à la conservation des produits agricoles, comme le révèlent les analyses carpologiques (Bouby, in Vital étal. 2007). Ce schéma se répète au moins à deux reprises, avec des habitations de 23 à 30m2 de surface et des annexes de taille en moyenne plus réduite, de 12 à 22 m2.

50Une caractéristique topographique du noyau initial mérite d'être soulignée (fig. 13B) : chacun des deux édifices occupe une moitié de la surface, scindée par un alignement de structures à profil tronconique qui appartiennent à la catégorie typologique des aménagements de conservation en milieu confiné (fosses-silos). Cette position centrale et le nombre de silos relevés sur le site montrent la place importante occupée par l'agriculture à cette époque, dont la production pourrait dépasser les seuls besoins des groupes familiaux.

51La majorité des fosses de type silo relèvent du Bronze ancien et du Bronze final et montrent des remplissages anthropisés caractéristiques d'un lieu d'habitat. Au Bronze ancien, les morphologies se regroupent autour de quelques types : cylindrique étroit, cylindrique large et tronconique (fig. 12). Cette nomenclature peut être, sans difficulté, étendue aux gisements de Roynac Le Serre 1 (Vital ét al. 1999) et de Chabrillan Saint-Martin 3.

7.2. ROYNAC, LE SERRE 1, DRÔME

52Les résultats obtenus sur ce gisement sont encore en grande partie inédits. Seules des observations préliminaires ont été faites, visant à dégager quelques caractéristiques marquantes du site (Vital et al. 1999 ; Vital 2004, 2005). Celui-ci est localisé dans la partie nord du bassin de Valdaine (plaine de Montélimar). Il occupe la partie orientale d'un paléovallon qui draine les eaux de ce bassin-versant et alimente le Roubion. La fouille a porté sur une surface variant de 4000 à 6000 m2 suivant les niveaux considérés. La séquence sédimentaire est très dilatée et se développe sur 5 mètres d'épaisseur, depuis le Néolithique ancien Cardial. Pour ces plus anciennes occupations, jusqu'aux niveaux du Néolithique moyen, aucune fosse n'a été identifiée. La partie supérieure de la stratigraphie comprend trois surfaces archéologiques principales des Âges des Métaux, deux du Campaniforme (surfaces 3 et 2), entre 2400 et 2200 av. J.-C., et une du Bronze ancien (surface 1), qui est une surface polyphasée datée entre 2150 et 1700 av. J.-C. Les conditions de sédimentation sont particulièrement favorables à la fossilisation et à l'observation des formes architecturales, avec une bonne lisibilité au sol des structures.

Fig. 12 – Morphologies et types de remplissage des fosses de Lyon Boulevard périphérigue nord.

53Une seule fosse campaniforme a été observée, en surface 2, en limite sud de l'emprise et à une distance significative - une quarantaine de mètres - d'un grand bâtiment isolé à deux nefs sur poteaux, de forme rectangulaire, de 13,5 m de longueur pour 4,5 m de largeur. Un grenier sur poteau de plan carré et de 1 m de côté est distant d'une vingtaine de mètres.

54Sur le diagramme de corrélation P/Dm (fig. 11), la fosse de la surface 2 se localise en limite des contours du groupe des grands creux du Pâtis 2 mais, comme ces derniers, elle est bien centrée sur la diagonale P = Dm.

55Au Bronze ancien, les dates radiocarbone suggèrent un développement topographique progressif de l'architecture du sud au nord (Vital 2005, fig. 5). Le plan d'ensemble regroupe une demi-douzaine de bâtiments de forme rectangulaire, à une ou deux nefs, de 6 à 8 m de longueur moyenne pour 4 à 6 m de large, soit une emprise au sol comprise entre 23 et 36 m2. Une série de structures limitantes linéaires (clôtures ?), deux greniers sur poteaux et un nombre important de fosses-silos regroupées ou alignées s'intercalent dans les espaces inter-édifices ou libres suivant une trame d'organisation globalement orthogonale (ibid). Ce schéma permet de définir une forme agglomérante d'architecture, qui s'éloigne du modèle de la ferme si courant dans les plaines du Nord-Est de la France.

56De tous les sites étudiés, les fosses de Roynac Le Serre sont celles qui présentent le plus de remplissages fortement anthropisés (50 %), signant une utilisation finale en poubelle (fig. 14). Les remplissages peu anthropisés sont également nombreux (38 %), alors que les comblements non anthropisés demeurent peu fréquents (10 %).

57On observe donc une transformation radicale des modalités d'occupation entre le Campaniforme et le Bronze ancien, avec le passage d'un unique grand bâtiment à plusieurs constructions de dimensions plus réduites, avec une nette tendance au regroupement et à la multiplication des types de structures excavées, notamment des fosses-silos. Un type particulier vient compléter la typologie établie à Lyon, avec des creusements tronconiques dont l'ouverture est érodée, ce qui leur confère un profil en sablier. Aucune sépulture ou reste humain n'a été découvert sur le site.

58La fouille de Roynac a été la première à fournir des observations sur l'organisation de l'habitat du Bronze ancien dans la moitié Sud de la France, confirmées à l'issue de l'analyse du site lyonnais. Ces acquis sont les suivants :

  • l'existence d'une architecture agglomérante à base de constructions de surface réduite à vocation familiale probable ; - la mise en œuvre d'un dessein architectural initial ;

  • le respect d'une trame à portée symbolique possible ;

  • l'occupation de la place centrale par la conservation en silos, comme dans des constructions en élévation, à Roynac notamment ;

  • la centralisation des denrées de consommation courante probablement à l'origine de ce phénomène d'agglomération, comme les enseignements tirés de l'anthropologie le suggèrent (Rapoport 1972, p. 51 ; Guidoni 1980, p. 24 ; fig. 13C).

Fig. 13 – Structurations et symboliques spatiales des habitats : A : Le Pré de la Cour à Montagnieu, Ain (Bronze final3b, d'après Vital et al. 1993 ; cercles noirs : fosses et silos ; rectangles hachurés : bâtiments). B : Lyon Boulevard périphérique nord, Rhône (d'après Vital et al. 2007 ; B1 : maison ; B2 : annexe de stockage). C : exemple ethnographique du village d'Omarakana, Mélanésie (d'après Guidoni 1980, fig. 237 ; en noir : dépôts d'ignames, en blanc : habitations ; 1 et 2 : du chef).

Fig. 14 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum et faciès de remplissages sédimentaires des fosses de Roynac Le Serre 1.

7.3. CHABRILLAN, SAINT-MARTIN 3, DRÔME

59Ce gisement de plein air est localisé sur une terrasse de rive gauche de la basse vallée de la Drôme. Comme pour Roynac et Le Pâtis 2, la fouille a été opérée dans le cadre des opérations préalables à l'aménagement de la ligne du TGV Méditerranée. Le décapage a porté sur 5000 m2 d'un unique horizon d'occupation (Blaizot, Rimbault 2005, fig. 2). Il a permis d'observer les niveaux d'ouverture d'un grand nombre de structures, parmi lesquelles 79 sont rapportées au Bronze ancien, 5 au Néolithique moyen et 14 demeurent non datées. Cette fouille n'a fait l'objet que d'une présentation limitée aux vestiges funéraires (Blaizot, Rimbault 2005). Les structures du Bronze ancien se répartissent entre 29 cuvettes et 50 fosses à profil sub-cylindrique, tronconique à ouverture évasée ou rétrécie de type silo, dont un à creusements superposés. Deux trous de poteaux complètent cet inventaire. Plusieurs datations, 4C placent le temps fort de l'occupation dans la fourchette chronologique 1900-1800 av. J.-C.

60La nature des restes inclus dans les remplissages - tessons, pierres et rares vestiges fauniques - évoque un statut final de dépotoir. L'interprétation du site comme habitat semble principalement s'imposer par l'alternance de groupes de silos et de larges espaces vides, modèle spatial mis en évidence à Roynac où plusieurs bâtiments sont clairement identifiés. Cependant, l'extrême rareté des traces ou trous de poteaux, qui permettraient de restituer le plan de construction en élévation, laisse très largement ouverte l'interprétation d'habitat.

61Plusieurs fosses livrent des vestiges particuliers par la nature ou le volume des pièces, ensembles céramiques ou restes d'animaux complets ou incomplets, dont le statut demandera à être précisé.

62L'analyse du remplissage sédimentaire (fig. 15) des fosses montre une écrasante domination des comblements non anthropisés, sans rejet organo-charbonneux (80 %). Le limon argileux brun, sol pédologique holocène recouvrant le limon lœssique dans lequel elles sont creusées, est un des sédiments entrant le plus fréquemment dans les comblements, comme si les fosses avaient été remblayées en raclant le sol de surface. Dans ce cas, le matériel, signalé plus haut, présent dans ces fosses se trouve là en rejet secondaire fortuit plus qu'en rejet volontaire dans une poubelle dans laquelle on aurait scrupuleusement évité d'inclure des résidus de la vie quotidienne, organiques et/ou cendro-charbonneux. Ces comblements marquent une volonté de sceller ces structures en creux, après un temps d'utilisation long, sans que le sédiment de l'encaissant provenant du creusement n'ait pu être préservé. Les fosses sépulcrales sont, par contre, à remplissage de limon lœssique, encaissant dans lequel elles ont été creusées et qui a été ensuite probablement réservé. Les fosses à sédiment très anthropisé, qui ont sûrement servi de poubelles, sont rares (5 %) et celles qui comportent quelques rejets de la vie domestique peu nombreuses (15 %).

Fig. 15 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum et faciès de remplissages sédimentaires des fosses de Chabrillan Saint-Martin 3.

63Outre les incertitudes pesant sur le statut réel du site et le caractère très lacunaire des témoins de constructions en élévation, comme pour le Néolithique moyen, deux caractères distinctifs observés à Chabrillan ne l'ont pas été dans les agglomérations de Roynac et de Lyon. Le premier est la présence des trois inhumations au sein du semis de fosses, et non dans une zone réservée et distincte du site (Blaizot, Rimbault 2005, fig. 2). En effet, trois structures de type silo ont livré des restes humains, deux ont révélé les restes d'individus immatures (st. 25 et 130) et une troisième ceux d'un adulte de sexe féminin et de deux sujets immatures (st. 128 ; ibid., fig. 3 à 5). Plusieurs observations tendent à rejeter l'hypothèse de structures de relégation (Villes 1987) : aménagement d'un fond de fosse, élément d'architecture en matière périssable, inhumation simultanée organisée de trois corps, dépôt animal en connexion anatomique et dépôt de céramiques brisées. Le second caractère relevé à Chabrillan concerne les dimensions des fosses-silos contenant les inhumations, dont il a été observé qu'elles figurent parmi les plus grandes du site (Blaizot, Rimbault 2005).

Fig. 16 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum et faciès de remplissages sédimentaires des structures de Roynac Le Serre 1, de Lyon Boulevard périphérique nord et de Chabrillan Saint-Martin 5.

7.4. COMMENTAIRE SUR LES FOSSES DU BRONZE ANCIEN

64Plusieurs observations peuvent être dégagées de la lecture du diagramme de corrélation P/Dm (fig. 16). Le fuseau des fosses du Bronze ancien de Chabrillan Saint-Martin 3 occupe parfaitement l'intervalle laissé vacant par les structures du Néolithique final de Montboucher-sur-Jabron Le Pâtis 2 (fig. 11), image qui fournit un contraste saisissant entre les deux périodes. C'est encore le cas avec les habitats de Roynac Le Serre 1 et de Lyon Boulevard périphérique nord dont les fuseaux-limites dimensionnels se superposent et recouvrent également celui de Chabrillan (fig. 16). Tout juste peut-on noter une extension vers des fosses plus grandes à Roynac, les largeurs étant moins dispersées, et vers des diamètres un peu plus variables à Lyon, avec une catégorie de cylindres étroits, qui décale le fuseau vers la diagonale. Les fosses de fort volume sont absentes à Chabrillan. Une autre différence d'ensemble distingue le graphe du Néolithique final de celui du Bronze ancien, le caractère excentré sur la droite des trois fuseaux de cette période, alors que celui du Pâtis 2 chevauche la diagonale P = Dm.

65La forte prédominance, dans les remplissages de Roynac Le Serre 1, de sédiments à rejets domestiques et, à l'opposé, la forte prédominance des comblements non anthropisés et rapides de Chabrillan Saint Martin 3 révèlent des différences profondes dans l'implantation, les comportements et l'utilisation des fosses sur ces deux sites.

66Enfin, et surtout, les trois fosses à inhumations de Chabrillan sont localisées sur le graphe hors des contours qui concentrent 95 % des fosses-silos du Bronze ancien (fig. 16). Ainsi se trouve confirmée la particularité de ces creusements, relevée par F. Blaizot et S. Rimbault. Elle s'affirme par rapport aux différents standards de l'époque qui peuvent être approchés à partir d'un nombre significatif de creusements.

67Ces quelques cas d'inhumés en fosses souvent profondes ne paraissent pas isolés et semblent même constituer une modalité d'inhumation particulière à la vallée du Rhône et à l'Auvergne. Celle-ci s'impose à côté d'autres formes d'inhumations et de sépultures avérées, notamment en Basse-Auvergne, comme les caissons en dalles de pierres ou de bois. Car c'est bien ce caractère discordant par rapport aux formes connues jusqu'alors qui pose tout à la fois la question du statut de sépulture et de la réalité d'un rituel funéraire. Un fait semble récurrent, le recrutement opéré sur une partie de la population adulte et apparaissant fondé sur le sexe féminin (Blaizot, Rimbault 2005). Comme pour les fosses sépulcrales néolithiques, la préservation du sédiment encaissant plaide pour un comblement rapide qui ne laisse pas beaucoup de temps à une utilisation première.

68Doit alors être posée la question de la nature et de la fonction initiale des trois creux à inhumations de Chabrillan : silos ou fosses en forme de silos ? Cette question peut être considérée avec une certaine neutralité, l'état des données et les questions soulevées ne permettant pas d'appréhender le système social et symbolique induit (Blaizot, Rimbault 2005, p. 357). À l'inverse, le sujet peut être appréhendé à la faveur d'une problématique plus englobante qui tire parti des données économiques, architecturales, sociales et symboliques que nous fournissent les grands sites de plaine de la transition du Néolithique final à l'Âge du Bronze (Vital et al. 2007 ; Vital 2007), problématique élargie vers son terme chronologique le plus ancien.

69En effet, nous glisserions significativement dans le champ symbolique en la présence, non pas de silos réutilisés, mais de fosses pour inhumations en forme de silos. Cette observation serait encore renforcée par le fait que, comme nous ne pouvons assimiler inhumations et sépultures (Blaizot, Rimbault 2005), nous ne pouvons conclure à Chabrillan à une fonction d'habitat sur la seule présence de silos.

8. PARTICULARITÉS DES FOSSES À SÉPULTURES DU NÉOLITHIQUE MOYEN AU BRONZE ANCIEN

70En regroupant sur un même diagramme P/Dm les fosses profondes à inhumations et sépultures avérées des sites présentés (fig. 17), nous notons que l'ensemble présente une cohérence dimensionnelle qui se traduit par un regroupement selon les contours d'un nouveau groupe décalé vers les plus grands diamètres par rapport au standard des silos. Deux unités, de Chabrillan Saint-Martin 3 et Saint-Paul-Trois-Châteaux Les Moulins, s'écartent encore plus nettement de l'ensemble. Nous pouvons tirer les enseignements suivants :

  • une récurrence d'inhumations dans des fosses spécifiques de grand diamètre pour lesquelles nous admettrons qu'il s'agit de sépultures en fosses en forme de silos et non pas utilisant des structures de conservation abandonnées ; les formes de fosses « en bombe » sont inconnues au Bronze ancien. À La Roberte, le fuseau plus large vient du fait que le site ne renferme pratiquement que des fosses en bombe ; à Saint-Paul, un cas unique de fosse tronconique – incomplètement fouillée – tire le graphe dans les grands diamètres ;

  • la confirmation, toutes périodes confondues, d'un recrutement particulier des inhumés, fondé sur le sexe et les classes d'âge. On dénombre, en effet, 9 femmes, 8 immatures et 1 seul homme.

71Un élément de validation est fourni au Bronze ancien par le site de Roynac Le Serre 1, dans lequel sont à la fois absents les silos de grande largeur et les sépultures (fig. 16). Nous pouvons dégager deux aspects symboliques (Vital 2007) : le monde des morts est lié à la sphère de la production agricole ; ce lien concerne essentiellement des femmes.

72Concernant la typologie des sédiments, observés suivant des protocoles comparables et sur les mêmes bases analytiques, nous obtenons, pour le Bronze ancien, deux cas de figure très différents à Chabrillan et à Roynac. À Chabrillan, les remplissages anthropisés sont rares, avec trois cas, dans les silos de plus petit diamètre. Les sépultures occupent des fosses à comblement peu ou pas du tout anthropisé (fig. 16). À Roynac, nous enregistrons une situation inverse, avec un gradient très net de sédiments marqués par les activités humaines et une fréquence très réduite de sédiments peu modifiés, particulièrement nette dans la catégorie des grandes fosses cylindriques et tronconiques (fig. 16). Cette analyse fournit un nouvel élément d'appréciation relatif au statut des occupations des deux gisements, avec deux polarités. L'une, d'habitat, est illustrée par la situation de Roynac, dont les sédiments relatifs à l'occupation montrent un fort degré d'activité humaine, de nature variée. L'autre, à Chabrillan, correspond à une forme d'habitat plus labile, ne signifiant pas nécessairement un lieu de vie d'une certaine durabilité, mais plutôt à un établissement dont la vocation première pourrait être le stockage céréalier à long terme. Cette hypothèse renforcerait d'autant le lien déjà mentionné entre économie agricole et funéraire.

Fig. 17 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum des fosses à sépultures, toutes périodes confondues ; fuseaux des fosses du Bronze ancien et du Néolithique moyen et fuseaux des fosses sépulcrales.

9. FOSSES, SÉPULTURES, ORGANISATION DE L'ESPACE : EN FORME DE BILAN

73La localisation des silos dans l'espace constitue une donnée essentielle pour l'Âge du Bronze. Sur le site du Bronze final 3b de Montagnieu Le Pré de La Cour (Ain : Vital et al. 1993), nous avions pu montrer le caractère central de la position des structures de conservation en milieu confiné au sein d'une petite agglomération, ainsi que la probabilité d'une fonction centralisatrice de celle-ci (fig. 13A). Sur l'habitat de Roynac Le Serre 1, la concentration et l'organisation orthonormée des différents aménagements, bâtiments, alignements de silos, clôtures... indiquent à nouveau la place prise par l'économie agricole au début de l'Âge du Bronze. Mais c'est avec la première implantation, vers 1900 av. J.-C, de Lyon Boulevard périphérique nord que la démonstration d'une partition spatiale préétablie est la plus évidente (Vital et al. 2007). Dans ce cas, elle repose sur une dichotomie entre maison d'habitation et annexe, pour partie dévolue au stockage céréalier, que l'on propose de relier à une spatialisation de la différenciation entre masculin et féminin. Nous arrivions à une interprétation du même ordre dans le cas de Roynac : l'orientation tête-bêche de deux ensembles architecturaux conduisait à interpréter ce choix idéel comme relevant du transfert d'un schéma centre-européen de différenciation sexuelle entre le domaine funéraire et le monde des vivants (Vital 2004).

74Dans ces différentes configurations spatiales, les rapports sociaux homme-femme semblent bien constituer la trame des relations mises en évidence, que l'on peut schématiser sous la forme d'un trigone de relations. Nous avons vu qu'une liaison entre les domaines des morts et des vivants est opérée à Roynac Le Serre 1. Une autre liaison circonscrit le monde des morts et les formes de stockage des produits céréaliers en silos, renvoyant aux stratégies d'obtention des produits tirés de l'environnement et à la symbolique qui entoure l'économie agricole, à partir du cas de Chabrillan Saint-Martin 3. Une dernière liaison verrait une représentation du couple masculin-féminin inscrite, cette fois, dans chacun des édifices du premier noyau architectural du Boulevard périphérique nord de Lyon, selon une dichotomie habitat/grenier (Vital 2007).

75La position du Néolithique dans ce débat est d'un autre ordre mais peut, d'une certaine manière, représenter les prémices de la situation au Bronze ancien. On a vu que, s'il livre bien des structures en creux circulaires et l'attestation de dépôts importants de grains de céréales, le stade ancien ne livre que très peu (ou pas ?) de dépressions de grand volume à ouverture étroite ; la forme cylindrique ou la cuvette profonde semblent préférées, sans toujours évoquer de statut particulier.

76Au Chasséen, les sites à fosses ont un statut particulier, puisque seulement un petit nombre en présente en quantité. On voit alors la prolifération de ces fosses « en bombe » ou « en encrier » bien caractéristiques, mais la fonction silo reste tout aussi ambiguë par manque de restes probants. Si on l'admet cependant, on perçoit en son sein la grande variabilité de taille et de régularité et on constate que les dépôts de restes humains recherchent ces cas extrêmes, c'est-à-dire ceux qui sont le plus démonstrativement silos. Le rapprochement de cette association avec le phénomène, déjà signalé, d'une sur-représentation spectaculaire du matériel de mouture sur les sites funéraires rhodaniens renforce cette idée d'un lien symbolique fort entre le traitement de la mort et les activités agricoles de stockage et de transformation des céréales. Et ceci, peut-être au moment où l'économie pastorale semble prendre le pas sur l'agricole (Beeching et al. 2000). Le recrutement sexuel des tombes et des dépôts de corps n'est pas, là encore, d'une totale clarté : les femmes sont, certes, les plus nombreuses et souvent en position « prééminente » dans les groupes multiples, mais ce n'est pas une règle absolue. On a cependant pu poser l'hypothèse d'un système symbolique dominant l'ensemble des comportements funéraires complexes du Chasséen rhodanien, système au sein duquel le pôle féminin, représenté par les individus et les activités, semble prééminent sans que l'on puisse traduire cette impression en termes sociaux (Beeching 2003).

77Dans un regard plus général, on ne peut que constater l'appartenance du Néolithique méridional au contexte culturel de Méditerranéenne occidentale montrant une prédilection pour les structures excavées circulaires. Pont-de-Roque-Haute est le cas le plus clair (le seul ?) d'une possible structure de stockage pour le Néolithique ancien, et c'est aussi le plus précoce, en liaison avec l'Italie. Ce type est par ailleurs assez rare pour l'instant dans le Cardial, confirmant les doutes que l'on pouvait émettre sur une économie agricole quantitativement forte ou, en tout cas, sur l'existence de stockages importants. C'est au Néolithique moyen que ce type de structure va se propager. Si les phases initiales sont peu documentées, la situation change dès le Chasséen ancien. Les sites récemment fouillés du Crès à Béziers et du Pirou à Pézenas, Hérault (Loison et al. 2003 ; de Labriffe et al. 2007), montrent des morphologies et des volumes de fosses très comparables à ceux de la moyenne vallée du Rhône, mais plus anciens de quelques siècles. Il s'agit aussi à plusieurs reprises des lieux d'enfouissement et, parfois, de sépulture de corps humains. Le principe de l'inhumation en habitats est fortement énoncé ainsi que celui de la réutilisation de silos réels. Il est pour l'instant impossible de tester et confronter les différentes hypothèses possibles, aussi bien pour les statuts fonctionnels que pour la place du cérémoniel funéraire de ces différents sites. Les similitudes et le décalage chronologique entre sites héraultais et rhodaniens font des premiers les antécédents génétiques possibles des seconds, mais la continuité sociale et rituelle exacte est loin d'être assurée, les attestations d'une activité cérémonielle importante en vallée du Rhône marquant une différence forte. En effet, les dépôts intentionnels ne s'y limitent pas au funéraire. Le statut particulier de plusieurs restes animaux – chien et porc à Saint-Paul-Trois-Châteaux, bovins dans deux ensembles du Gournier (Bréhard 2007)-, les concentrations exceptionnelles de mobiliers, les foyers à pierres chauffées à fonctionnement bref..., touchent un nombre important de structures de fosses de ces sites. La question ne se pose plus exactement, comme auparavant, d'opposer une fonction domestique (à préciser ; ce concept étant particulièrement flou et ouvert) à une fonction rituelle. Des activités touchant à l'une et à l'autre de ces sphères de vie sont attestées et c'est l'articulation des deux qui est en débat. Au Gournier par exemple (voir infra dans ce volume), la conservation de nombreuses surfaces de sols archéologiques dans les zones à paléochenaux garantit le constat d'un habitat peu dense, voire clairsemé. Les fosses-silos y sont finalement peu nombreuses, plus présentes dans certains secteurs sans être groupées en batteries. Elles sont régulièrement associées aux sépultures et dépôts de corps ou d'objets. Le choix ou le creusement, pour l'occasion, de fosses régulières et de grande taille ne peut être tranché mais marque une volonté claire qui n'est pas aléatoire. On remarque que leur remplissage rapide garantissant leur parfait état au moment de l'utilisation funéraire exclut également fortement la réutilisation opportuniste d'une structure utilitaire usagée ou en cours de comblement. On peut donc penser que, comme au Bronze ancien, tout ou partie de ces structures en forme de silo, à but funéraire ou cérémoniel, a été creusé pour les besoins de la cause, par hypothèse selon les canons de la structure de conservation.

78Il existe une grande diversité dans les modalités de comblements anthropiques. Il n'y a donc pas de comportement univoque de l'homme à l'égard de ces structures en creux. L'explication de la fonction silo puis d'une fin d'utilisation en poubelle n'explique pas cette pluralité des comportements. D'autant plus que les fosses ayant assurément servi de réelle poubelle domestique sont la minorité, soit 26 % des 245 cas examinés. Près de la moitié (47 %) sont par contre à remplissage sédimentaire non anthropisé. Ces comblements peuvent comporter de façon involontaire du mobilier archéologique mais aussi, dans le même temps, des rejets volontaires de matériels dont on veut se débarrasser. Il n'y a pas dans ce cas de véritable fonction poubelle, mais seulement une volonté de combler la fosse rapidement par de la terre, ce qui explique que les tessons isolés soient le plus souvent séparés par un certain volume de sédiment. Ces comblements semblent rapides et volontaires. Le but peut être de boucher un trou gênant dans le sol mais, dans l'hypothèse d'un fonctionnement long, il y aurait ensuite recoupements, or ceux-ci sont extrêmement rares sur ces sites.

79Pour le moins, à ces différentes périodes, les fosses ne peuvent donc plus être considérées comme de simples lieux de stockage, puis secondairement des poubelles. L'analyse que nous en faisons montre une plus grande complexité dans leur utilisation qui va au-delà de ces fonctions. Bien que difficilement accessibles à notre compréhension, il semble bien que se greffent, à côté des gestes du quotidien, des actions qui sont de l'ordre du rituel, du symbolique. Les hypothèses lancées aujourd'hui demandent, bien sûr, à être confirmées.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Beeching A. 1979. Deux fouilles néolithiques dans l’Ardèche et la Drôme (campagne 1979). Comptes rendus d'activités annuelles – Association régionale pour le développement des recherches de paléontologie et de préhistoire et des Amis du Muséum 17, p. 21-25, 3 fig.

Beeching A. 1980. Introduction à l'étude des stades néolithique et chalcolithique dans le bassin du Rhône moyen : quatre fouilles récentes dans leur contexte régional. 373 p. [Thèse de 3e cycle : Histoire : Lyon 2].

Beeching A. 2001. Le site de Lalo à Espeluche (Drôme) et le début du Néolithique en moyenne vallée du Rhône. In Archéologie sur toute la ligne : les fouilles du TGV Méditerranée dans la moyenne vallée du Rhône. Valence : Musée de Valence ; [Paris] : Somogy éd., p. 61-64.

Beeching A. 2003. Organisation spatiale et symbolique du rituel funéraire chasséen en moyenne vallée du Rhône : première approche. In Chambon Ph., Leclerc J. (dir.). Les pratiques funéraires néolithiques avant 3500 av. J.-C. en France et dans les régions limitrophes : table ronde SPF, Saint-Cermain-en-Laye, 15-17juin 2001. Paris : Société préhistorique française, p. 231-239. (Mémoires de la Société préhistorique française ; 33).

Beeching A. sous presse. Les maisons ovales du Néolithique ancien de Lalo à Espeluche (Drôme). In Beeching A., Sénepart I. (dir.). De la maison au village : l'habitat néolithique du Sud de la France et du Nord-Ouest méditerranéen. Paris : Société préhistorique française. (Mémoires de la Société préhistorique française).

Beeching A. à paraître. Discussions. In Baray L., Boulestin B. (eds). L'armement et l'image du guerrier dans les sociétés anciennes : de l'objet à la tombe : actes de la table ronde de Sens, 4-5 juin 2009.

Beeching A., Berger J.-E, Brochier J.L., Ferber Fr., Helmer D., Sidi Maamar H. 2000. Chasséens : agriculteurs ou éleveurs, sédentaires ou nomades ? Quels types de milieux, d'économies et de sociétés ? In Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. (dir.). Sociétés et espaces : rencontres méridionales de préhistoire récente, troisième session, Toulouse, 6-7 novembre 1998. Toulouse : Archives d'écologie préhistorique, p. 59-79.

Beeching A., Brochier J.L. 1989-1990. Archéologie spatiale entre Rhône et Alpes du Sud. L'exemple du Néolithique chasséen. Bulletin du Centre genevois d'anthropologie 2, p. 57-70.

Beeching A., Crubézy E. 1998. Les sépultures chasséennes de la vallée du Rhône. In Guilainej. (dir.). Sépultures d'Occident et genèses des mégalithismes : 9000-3500 avant notre ère : [séminaire du Collège de France]. Paris : Éd. Errance, p. 147-164. (Coll, des Hespérides).

Beeching A.,Thomas-Beeching J. 1975. L'habitat chasséen de La Roberte à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme). Études préhistoriques Lyon 12, p. 23-32.

Bel V. 2002. Pratiques funéraires du Haut-Empire dans le Midi de la Gaule : la nécropole gallo-romaine du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux, Drôme. Lattes : Association pour le développement de l'archéologie en Languedoc-Roussillon. 539 p. (Monographies d'archéologie méditerranéenne ; 11).

Blaizot F., Rimbault S. 2005. Des inhumations en contexte domestique au Bronze ancien en Rhône-Alpes et en Auvergne. In Depierre G., Mordant C. (dir.). Les pratiques funéraires à l'Âge du Bronze en France : actes de la table ronde de Sens-en-Bourgogne, Yonne. Paris : Éd. du CTHS ; Sens-en-Bourgogne : Société archéologique de Sens, p. 345-363. (Documents préhistoriques ; 19).

Bréhard St. 2007. Contribution archéozoologique à la connaissance de la fonction des grands sites de terrasse du Chasséen récent (début du IVe millénaire avant J.-C.) de la moyenne vallée du Rhône, dans leur contexte de Méditerranée nord-occidentale. 2 vol. [Thèse doctorat : Archéozoologie : Muséum national d'histoire naturelle, Paris].

Brochier J.L. 2006. Montélimar Fortuneau 2006, contextes géomorphologique et géoarchéologique, étude géoarchéologique du remplissage des fosses néolithiques. In Cordier Fr. (dir.). Montélimar, « Fortuneau », Drôme, Rhône-Alpes. Rapport final de fouille, novembre 2006. Bron : INRAP Rhône-Alpes/Auvergne ; Lyon : Service régional de l'Archéologie Rhône-Alpes. CD-Rom.

Brochier J.L., Ferber Fr. 2009. Méthode d'approche du fonctionnement des fosses du site chasséen des Moulins, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Drôme, d'après l'étude de leur remplissage sédimentaire. In Beeching A., Sénepart I. (dir.). De la maison au village : l'habitat néolithique dans le Sud de la France et le nord-ouest méditerranéen : actes de la table ronde des 23 et 24 mai 2003, Marseille, Musée d'histoire de la ville de Marseille : séance de la Société préhistorique française. Paris : Société préhistorique française, p. 143-151. (Mémoire de la Société préhistorique française ; 48).

Cordier Fr. (dir.) 2006. Montélimar, « Fortuneau », Drôme, Rhône-Alpes. Rapport final de fouille, novembre 2006. Rapport final de fouille, novembre 2006. Bron : INRAP Rhône-Alpes/Auvergne ; Lyon : Service régional de l'Archéologie Rhône-Alpes. CD-Rom.

Courtin J., Évin J., Thommeret Y. 1985. Révision de la stratigraphie et de la chronologie absolue du site de Châteauneuf-lès-Martigues (Bouches-du-Rhône). L'Anthropologie 89/4, p. 543-556.

Crubézy E. 1991. Les pratiques funéraires dans le Chasséen de la Moyenne Vallée du Rhône. In Beeching A., Binder D., Blanchetj.-CI. (dir.). Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours, 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 393-398. (Mémoires du musée de Préhistoire d'Ile-de-France ; 4).

D'anna A. 1993. L'habitat de plein air en Provence : recherches récentes. In Le Néolithique au quotidien : actes du XVIe colloque interrégional sur le Néolithique, Paris, 5 et 6 novembre 1989. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l'homme, p. 72-84. (Documents d'archéologie française ; 39).

Gascô J. 1985. Les installations du quotidien : structures domestiques en Languedoc du Mésolithique à l'Âge de Bronze d'après l'étude des abris de Font-Juvénal et du Roc-de-Dourgne dans l'Aude. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l'homme. 137 p. (Documents d'archéologie française ; 1).

Gascô J., Gutherz X. 1983. Premiers paysans de la France méditerranéenne. Montpellier : Office départemental d'action culturelle de l'Hérault 96 p.-[2] p. de pl. [Exposition. Montpellier. 1983].

Gast M., Sigaut Fr. (dir.) 1979. Les techniques de conservation de grains à long terme : leur rôle dans la dynamique des systèmes de cultures et des sociétés. I. Paris : Éd. du Cnrs. 232 p.

Gast M., Sigaut Fr. (dir.) 1981. Les techniques de conservation de grains à long terme : leur rôle dans la dynamique des systèmes de cultures et des sociétés. II. Paris : Éd. du Cnrs. 238 p.

Gast M., Sigaut Fr., Beutler C. (dir.) 1985. Les techniques de conservation de grains à long terme, leur rôle dans la dynamique des systèmes de cultures et des sociétés. Ill, 1. Paris : Éd. du CNRS. 244 p.

Guidoni E. 1980. Architecture primitive. Paris : Berger-Levrault. 385 p. (Histoire mondiale de l'architecture ; 6).

Guilainej., Manen C., Vigne J.D. (dir.) 2007. Pont de Roque-Haute : nouveaux regards sur la néolithisation de la France méditerranéenne. Toulouse : Archives d'écologie préhistorique. 332 p.

Jacquet P., Bailly M., Bertran P., Franc O., Vermeulen C., Argant J., Bouby L., Breuninger M., Fabre L., Forest V. 1998. Habitats de l'Âge du Bronze à Lyon-Vaise (Rhône). Paris : Éd. de la Maison des sciences de l'homme. 251 p. (Documents d'archéologie française ; 68).

Labriffe P.-A. de, Loison G., Léa V., Hasler A. 2007. De la fosse au mégalithe, de l'individuel au collectif : les constructions funéraires entre les Ve et IVe millénaires en Languedoc oriental et en Provence. In Moinat P., Chambon Ph. (dir.). Les cistes de Chamblandes et la place des coffres dans les pratiques funéraires du Néolithique moyen occidental : actes du colloque de Lausanne, 12 et 13 mai 2006. Lausanne : Cahiers d'archéologie romande ; Paris : Société préhistorique française, p. 27-39. (Mémoires de la Société préhistorique française ; 43. Cahiers d'archéologie romande ; 110).

Loison G., Fabre V., Villemeur I. 2003. Structures domestiques et aménagements funéraires sur le site chasséen du Crès à Béziers (Hérault). Archéopages 10, p. 32-39.

Margarit X., Saintot S. et al. 2002. Le site néolithique final du Pâtis 2 à Montboucher-sur-Jabron (Drôme). In Archéologie du TGV Méditerranée : fiches de synthèse. I, La préhistoire. Lattes : Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, p. 95-102. (Monographies d'archéologie méditerranéenne ; 8).

Ozanne J.-C. 2002. Bollène-Pont de Pierre 2Nord. Une fosse à inhumation double du Néolithique. In Archéologie du TGV Méditerranée : fiches de synthèse. I, La préhistoire. Lattes : Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, p. 123-130. (Monographies d'archéologie méditerranéenne ; 8).

Paccard M. (dir.) 1993. La Grotte d'Unang à Malemort-du-Comtat. Avignon : Service d'archéologie de Vaucluse. 205 p.-XII f. de pl. (Documents d'archéologie vauclusienne ; 4).

Pessina A. 2001. Nouvelles données sur le Néolithique ancien de l'Italie nord-orientale. In Marinval Ph. (dir.). Histoires d'hommes, histoires de plantes : hommages au professeur Jean Erroux : rencontres d'archéobotanique de Toulouse. Montagnac : M. Mergoil ; Toulouse : Centre d'anthropologie, p. 105-118. (Mémoire de plantes ; 1).

Rapoport A. 1972. Pour une anthropologie de la maison. Paris : Dunod. XIV-207 p. (Aspects de l'urbanisme ; 11).

Villes A. 1982. Le mythe des fonds de cabanes en Champagne : histoire et contenu d'une idée préconçue. Reims : Société archéologique champenoise, p. 1-115.

Villes A. 1987. Une hypothèse : les sépultures de relégation dans les fosses d'habitat protohistorique dans la France septentrionale. In Duday H., Masset Cl. (dir.). Anthropologie physique et archéologie : méthodes d'étude des sépultures : actes du colloque de Toulouse : 4, 5 et 6 novembre 1982. Paris : Éd. du CNRS, p. 167-174.

Vital J. 2004. Ruptures et continuités du Néolithique final au Bronze ancien dans la vallée du Rhône (France) : nouveaux éléments de compréhension. In Beier H.J., Einicke R. (eds). Varia Neolitica. III. Weissbach : Beier & Beran, p. 251-277. (Beitrâge zur Ur-und Frühgeschichte Mitteleuropas ; 37).

Vital J. 2005. Modalités et contextes d'évolution des formes architecturales à la fin du Néolithique et au début de l'Âge du Bronze en moyenne vallée du Rhône. In Buchsenschutz O., Mordant C. (dir.). Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l'Âge du Fer. Actes du 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 15-20 avril 2002. Paris : éd. du CTHS, p. 365-387. (Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques ; 127).

Vital J. 2007. Différenciation sexuelle et lecture symbolique des architectures au Bronze ancien : un modèle rhodanien. Contribution à la question de l'origine du Bronze ancien dans le Sud-Est de la France. Archaologisches Korrespondenzblatt 37/4, p. 489-506.

Vital J. (dir.) 1993. Habitats et sociétés du Bronze final au premier Âge du Fer dans le Jura : les occupations protohistoriques et néolithiques du Pré de la Cour à Montagnieu (Ain). Paris : CNRS éd. 253 p. dont 2 dépl. (Monographie du CRA ; 11).

Vital J., Brochier J.L., Durand J., Prost D., Reynier P., Rimbault S. 1999. Roynac Le Serre 1 (Drôme) : une nouvelle séquence holocène en Valdaine et ses occupations des Âges des Métaux. Bulletin de la Société préhistorique française 96/2, p. 225-240.

Vital J. et al. 2007. Un autre regard sur le gisement du Boulevard périphérique nord de Lyon (Rhône) au Néolithique et à l'Âge du Bronze (secteurs 94.1 et 94.8). Gallia Préhistoire 49, p. 1-126.

Notes

1 Dans un autre secteur du site du Gournier, les tombes du monument funéraire circulaire E-F sont bien directement mises en terre et recouvertes aussitôt par le sédiment préalablement enlevé ; mais ces cas ne sont pas pris en compte dans ce travail.

2 Nous ne pouvons détailler ici le raisonnement qui nous pousse à risquer cette hypothèse : la norme de l'inhumation serait la position « organisée », c'est-à-dire latérale repliée ou contractée, membres inférieurs groupés, membres supérieurs repliés et mains ramenées vers la face ; on peut distinguer, dans les autres cas, les positions « inorganisées » (aucun des critères de l'organisation) et « semi-organisées » (en général, seule une partie du corps est organisée). En dépendraient les statuts de « sépulture » (objet de l'inhumation) ou de « dépôt funéraire » (partie d'un dispositif plus complexe) (Beeching, 2003, à paraître).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation des sites pris en compte dans l'étude. Néolithique moyen (Saint-Paul-Trois-Châteaux Les Moulins, Châteauneuf-du-Rhône La Roberte), Néolithique final (Montboucher-sur-Jabron Le Pâtis 2, Roynac Le Serre 1, Lyon Boulevard périphérique nord) et Bronze ancien (Roynac Le Serre 1, Lyon Boulevard périphérique nord, Chabrillan Saint-Martin 3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2. – Fosses à grains, modernes, du bassin des Carpathes (d'après Von Füzes, in Gast, Sigaut 1981).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 3 – Fosses à grains carbonisés conservés : Saint-Paul-Trois-Châteaux Le Valladas, Néolithigue ancien (à gauche, inédit, d'après Bel 2002) ; Roynac Le Serre 1, Bronze ancien, fosse A 496 (à droite).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 4 – Typologie de remplissages sédimentaires pour les fosses chasséennes de Saint-Paul-Trois-Châteaux Les Moulins, d'après Brochier, Ferber, sous presse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 5 – Fosses du Néolithique ancien : A, Espeluche Lalo ; B, Lyon Boulevard périphérique nord ; C, Saint-Paul-Trois-Châteaux Le Valladas ; D, Portiragnes Pont de Roque-Haute. Échelles diverses.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 6 – Saint-Paul-Trois-Châteaux Les Moulins, site du Néolithique moyen chasséen à fosses denses (inédit, cliché CAPRA Valence).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 7 – Morphologie des fosses du Néolithique moyen rhodanien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 8 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum et faciès de remplissages sédimentaires des fosses de Saint-Paul-Trois-Châteaux Les Moulins, Néolithique moyen chasséen.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 9 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum et faciès de remplissages sédimentaires des fosses de Châteauneuf-du-Rhône La Roberte (zone sud-ouest de Montélimar Le Gournier), Néolithigue moyen chasséen.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 10 – Dynamique de remplissage rapide et apports exogènes de sédiments pour les deux fosses AS C 30 et AS C 36 de Montélimar Fortuneau (zone nord-est de Montélimar Le Cou nier ; inédit, d'après Brochier, in Cordier 2006).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 11 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum des structures du Néolithigue final.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 12 – Morphologies et types de remplissage des fosses de Lyon Boulevard périphérigue nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 13 – Structurations et symboliques spatiales des habitats : A : Le Pré de la Cour à Montagnieu, Ain (Bronze final3b, d'après Vital et al. 1993 ; cercles noirs : fosses et silos ; rectangles hachurés : bâtiments). B : Lyon Boulevard périphérique nord, Rhône (d'après Vital et al. 2007 ; B1 : maison ; B2 : annexe de stockage). C : exemple ethnographique du village d'Omarakana, Mélanésie (d'après Guidoni 1980, fig. 237 ; en noir : dépôts d'ignames, en blanc : habitations ; 1 et 2 : du chef).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 14 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum et faciès de remplissages sédimentaires des fosses de Roynac Le Serre 1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 15 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum et faciès de remplissages sédimentaires des fosses de Chabrillan Saint-Martin 3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 16 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum et faciès de remplissages sédimentaires des structures de Roynac Le Serre 1, de Lyon Boulevard périphérique nord et de Chabrillan Saint-Martin 5.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 17 – Diagramme de corrélation profondeur sur diamètre maximum des fosses à sépultures, toutes périodes confondues ; fuseaux des fosses du Bronze ancien et du Néolithique moyen et fuseaux des fosses sépulcrales.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3631/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

Auteurs

Inrap Rhône-Alpes - Auvergne.

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search