Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Thème : économie et société à la fin de la préhistoire

Agriculture en terrasses à haute altitude au cours de l'Âge du Bronze dans les Pyrénées-Orientales (massif du Carlit)

Romana Harfouche

Résumé

Les recherches menées sur le massif de Carlit en Cerdagne, dans l'Est des Pyrénées, entre 1500 et 2600 m d'altitude, ont permis de proposer des modèles d'occupation diachroniques où le pastoralisme tient une place prépondérante. Les travaux récents, exposés ici, permettent de donner une place plus juste à l'agriculture, grâce à l'exploration de terrasses agraires de l'Âge du Bronze.

Ce texte est dédié à la mémoire de Vincent Catel, habitant et connaisseur de la montagne, conducteur de la pelle-araignée, sans qui les murs de terrasses et « la grande maison » seraient restés inconnus.

Texte intégral

1. UNE MONTAGNE LONGTEMPS PARCOURUE

1La montagne, milieu à fortes contraintes topographiques et climatiques, est souvent perçue dans l'historiographie contemporaine comme un espace marqué par une grande inertie sociale, économique et paysagère, en marge des circuits de production et d'échanges, mais où, dans le même temps, les interactions entre les conditions physiques et les activités sylvo-pastorales peuvent être génératrices de changements, sur la longue durée. Les Pyrénées n'échappent pas à cette appréciation.

2La recherche sur l'anthropisation des Pyrénées et de la Cerdagne remonte à la fin des années soixante avec les travaux pluridisciplinaires du Centre d'Anthropologie des Sociétés Rurales (Guilaine 1967, 1972), ceux des géographes de Toulouse, à partir des années quatre-vingt (Jalut 1977 ; Métailié 1981 ; Dubois et al. 1997 ; Davasse 2000) et ceux de Bui-Thi-Maï sur le piémont pyrénéen (Bui-Thi-Maï 2000). Les géographes toulousains seront suivis par les historiens, dans les années quatre-vingt-dix (Rico 1997 ; Sablayrolles 2001).

3Depuis quinze ans, des recherches archéologiques, ethnologiques, historiques, géographiques et paléobotaniques sont conduites en Cerdagne, sur le massif granitique du Carlit (fig. 1) qui domine au nord le bassin intramontagnard (Davasse et al. 1997 ; Galop 1998 ; Rendu 2003). Plus récemment, dans le même temps que le démarrage de nos travaux archéoagronomiques sur les paysages de la montagne et en profitant de nos sondages pédoarchéologiques, une étude de l'évolution du couvert végétal, à partir des charbons de bois présents dans la couverture pédosédimentaire complexe du granite, a été conduite par une écologue-géographe (Bal 2006 ; Bal et al. à paraître). Ces travaux ont été réunis, de 2002 à 2006, dans le cadre d'un projet collectif de recherche transfrontalier du ministère de la Culture intitulé « Estivage et structuration sociale d'un espace montagnard : la Cerdagne », coordonné par C. Rendu (UMR 5136 CNRS, FRAMESPA, Toulouse) et O. Mercadal (Museu comarcal de Puigcerdà).

Fig. 1 – Carte de la Cerdagne et de la haute vallée du Sègre entourée des puissants reliefs pyrénéens comme le massif granitique du Carlit, selon un gradient altitudinal allant de 1100 à près de 3000 m. La montagne d'Enveitg est soulignée selon la limite communale.

4La dépression de la Cerdagne est un bassin continental intramontagnard des Pyrénées de l'Est, à climat méditerranéen et montagnard, partagé entre la France et l'Espagne. La Cerdagne correspond à la haute vallée du Sègre, affluent de l’Ebre. La plaine est entourée de reliefs puissants, majoritairement granitiques au nord, comme le massif du Carlit qui culmine à 2921 m d'altitude (Viers 1961, 1968 ; Soutadé 1980 ; Delmas 2005). L'habitat actuel est essentiellement adossé au piémont, au débouché des torrents, à la rupture de pente entre le bassin tectonique et les reliefs. Toutefois, en Cerdagne espagnole, les villages occupent aussi la plaine et les rives du Sègre.

5Le terrain de nos investigations pédoarchéologiques est une soulane (terme pyrénéen synonyme de l'adret alpin) qui s'étend sur la commune d'Enveitg entre 1500 et 2600 m d'altitude, selon une succession de pentes parfois fortes, de replats et de pentes plus douces (fig. 2). L'ensemble du relief est entaillé par deux systèmes hydrographiques de premier ordre (torrents de Bena et de Brangoli) et largement façonné par la géodynamique glaciaire, avec de petites tourbières installées dans des cuvettes glacio-nivéales et des lambeaux de cordons morainiques du dernier cycle würmien. Après une déglaciation que l'on sait maintenant précoce (dès le Pléniglaciaire supérieur, vers 16000 BP) depuis les travaux de M. Delmas, les formes et formations glaciaires et périglaciaires confèrent au paysage ses modelés (Delmas 2005). Ils ont évolué sous l'action de la météorisation du granite, avec l'érosion des altérités, leurs déplacements sur les pentes et les processus pédogéniques, sous un climat soumis aux influences méditerranéennes.

6Sur la soulane d'Enveitg, les formations végétales à chêne pubescent de l'étage supraméditerranéen s'étalent entre 1200 et 1400 m d'altitude. Au-dessus, l'étage montagnard à pin sylvestre, entre 1400 et 1800 m, correspond à la zone actuelle des hameaux entourés de formations boisées, de pâturages et surtout d'un plateau occupé par des champs en terrasses abandonnés au troupeau depuis le milieu du XXe siècle. Plus haut encore, l'étage subalpin, entre 1 800 et 2200 m, est caratérisé par ses landes à genêts et genévriers, avec le raisin d'ours et les rhododendrons, ainsi que par de petits boisements de pins. C'est là que nos travaux archéoagronomiques ont été concentrés. Au-dessus de 2200 m s'étendent les pelouses de l'étage alpin asylvatique.

7Les recherches pluridisciplinaires associant archéologie des sites bâtis, histoire médiévale et moderne, ethnologie et paléobotanique ont progressivement dessiné l'évolution d'un anthroposystème montagnard depuis 7000 ans, en l'abordant essentiellement sous l'angle de l'économie pastorale, de la pratique de l'estivage de proximité (Rendu 2003) et de l'histoire du couvert végétal (Davasse et al. 1997 ; Galop 1998 ; Vannière et al. 2001 ; Bal 2006).

Fig. 2 – Carte de la montagne d'Enveitg (Pyrénées-Orientales) et des constructions liées au pastoralisme repérées par prospection. Les sondages palynologiques et archéoagronomiques ainsi que les bases de charbonnières connues concernent cet environnement pastoral et forestier.

8La pluridisciplinarité s'est accrue avec les travaux archéologiques et pédologiques sur les paysages montagnards que nous conduisons avec P. Poupet (CNRS, Montpellier ; Harfouche et al. à paraître). Ils sont un nouveau regard sur l'économie de la Préhistoire récente. Dans la recherche archéologique française, la place de l'élevage dans l'économie des communautés du Néolithique et de l'Âge du Bronze offre un vaste champ de réflexion, grâce aux travaux des archéozoologues surtout (Helmer 1979 ; Biaise 2005 ; Helmer et al. 2005 ; Chaix 2006), à l'interprétation des grottes et abris sous roche comme bergeries-étables (Brochier 1991, 2005 ; Brochier et al. 1999) et grâce à quelques objets manufacturés liés au troupeau et à l'exploitation de ses produits (lait, laine, cuir, viande, os). Contrairement aux historiens ruralistes qui disposent d'autres données plus directement lisibles, les archéologues éprouvent des difficultés à inscrire cette activité de production spécifique dans les espaces ruraux, aussi bien dans les paysages de la Préhistoire que dans ceux de l'Antiquité et du Moyen Âge. Alors que, depuis l'Antiquité jusqu'à l'époque moderne, le bétail était considéré comme un secteur marginal du progrès agricole en dehors des productions végétales (céréales, huile et vin), les préhistoriens et quelques protohistoriens en ont fait, au contraire, le centre de l'histoire économique et sociale, avec un déterminisme incontournable pour les paysages de la montagne, quelle que soit leur altitude, y compris pour le domaine collinaire (Poupet, Harfouche 2000). Dans une synthèse récente qui présente les débats très actuels sur ces questions de l'économie et de l'environnement dans la communauté des préhistoriens, des anthropologues et des environnementalistes, la place de la montagne – en l'occurrence les Préalpes sud-occidentales (Thiébault 2006) – dans l'économie des agriculteurs néolithiques est clairement posée : « Il est certain que les lieux d'altitude se sont révélés, à partir du Néolithique, un territoire prédisposé aussi aux pratiques pastorales. » « Les cavités d'altitude (à plus de 1000 m) sont alors utilisées comme bergeries, ce qui entraîne diverses questions et notamment celle des rapports entre élevage et agriculture (celle-ci à moindre altitude) ainsi que le statut, temporaire ou spécialisé, des pasteurs » (Guilaine 2005, p. 241-242).

9La montagne d'Enveitg n'a pas échappé à cette prédisposition : elle a été considérée a priori comme un espace de production agro-sylvo-pastoral, où les champs préhistoriques auraient été en bas, dans la plaine intra-montagnarde, la montagne n'étant exploitée que pour son gibier, son bois et ses herbages (Galop 1998, 2001 ; Rendu 2003).

10Avec cette perspective, le troupeau, sa gestion et ses espaces ont passablement occulté l'identification des autres activités de l'agriculture et n'ont pas souvent permis de circonscrire les autres espaces et la structuration des paysages au cœur de la production végétale, des échanges et même de l'aménagement du territoire.

11Malgré les approches paléoenvironnementales et géoarchéologiques articulées aux données archéologiques, les rapports du champ avec le troupeau, difficiles à saisir, ne sont pas facilement d'actualité. Toutefois, certaines études, qu'on rattachera spécifiquement à ce que P. Poupet a défini comme étant l'archéoagronomie (Poupet 1991), conduites par des spécialistes de la science du sol et par des archéologues des paysages ruraux et des techniques agricoles, apportent des données nouvelles sur les activités de production agropastorales des sociétés du Néolithique et de l'Âge du Bronze, dans l'aire méditerranéenne, singulièrement dans la moyenne montagne jusqu'à sa limite avec la haute montagne, entre 1700 et 2100 m d'altitude (Harfouche 2005 ; Harfouche et al. à paraître).

12Notre recherche consiste aussi à mettre en perspective la documentation issue de l'approche archéologique et pédologique ou archéoagronomique avec les interprétations des données archéologiques et paléobotaniques, mais avec un retour prudent aux résultats initiaux. En effet, il y a, d'une part, la réalité et les limites des observations sur le terrain et celles de l'analyse au laboratoire, puis, d'autre part, la confrontation des résultats et des hypothèses pour aboutir à une idéalisation de l'histoire du couple environnement végétal/exploitation forestière et pastorale. Nous nous sommes donc efforcés de ne pas verser dans l'ornière du raisonnement circulaire qui consiste à aller chercher, dans les résultats des disciplines du paléoenvironnement et de l'archéologie des abris pastoraux, l'interprétation de nos propres données.

2. LES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES EN CERDAGNE

2.1. LIMITES, LACUNES ET INCERTITUDES DE LA DOCUMENTATION

13Comme souvent en archéologie, la distribution spatiale, la datation et l'interprétation du statut des points de découvertes sont avant tout le reflet d'un état de la recherche, des zones et des sujets de prédilection des chercheurs. La caractérisation fonctionnelle des sites et leur place dans la dynamique économique d'une période donnée sont généralement issues davantage de l'imagination fertile des chercheurs que de la réalité du terrain, surtout lorsqu'il s'agit d'une documentation issue de prospections, de découvertes fortuites ou de sondages réduits. Avec la multiplication des fouilles préventives durant les quinze dernières années, notamment en Catalogne espagnole, les problématiques autour des modes d'occupation et d'exploitation des territoires pyrénéens au cours du Néolithique et de l'Âge du Bronze ont été renouvelées. Cet éclairage nouveau a cependant surtout profité aux zones de plaine et aux premiers contreforts pyrénéens, laissant la montagne en marge.

14En 1994, au colloque international d'archéologie de Puigcerdà, les chercheurs espagnols et français soulignaient d'une même voix ce déficit documentaire et les déséquilibres entre régions parfois très proches, pour la Préhistoire récente (Maya Gonzàlez, Petit i Mendizàbal 1995, p. 338 ; Gascó 1995, p. 343 ; Mercadal et al. 1995 ; Guilaine, in Padró 1995, p. 408). La carte archéologique de la Cerdagne française est surtout celle des lieux privilégiés par les prospecteurs, comme le piémont méridional du Carlit, et celle des découvertes fortuites (fig. 3). La nature et la fonction des sites restent souvent floues, et les datations mal assurées par un mobilier céramique parfois très rare et peu représentatif (fig. 4). Peut-on asseoir, parexemple, la réalité d'une occupation au Néolithique ancien à Villeneuve-des-Escaldes (fig. 3, point 4) sur la présence d'un seul tesson ?

15L'ensemble des chercheurs insistaient alors sur la nécessité de développer les recherches archéologiques en direction des sites de plein air, qui sont encore largement méconnus en regard du nombre d'abris sous roche et de grottes déjà explorés, afin de pallier ces inégalités et d'apporter des nouvelles données datées pour comprendre l'organisation sociale, le fonctionnement économique et le mode de gestion de l'espace des populations montagnardes.

16Le modèle économique le plus répandu dans la communauté archéologique a été élaboré à partir de l'interprétation suivante : l'habitat en grotte constitue la forme d'occupation principale (Colominas Roca 1927 ; Maluquer de Motes 1942). À partir des années soixante-dix, les habitats de plein air commencent à être reconnus et le modèle se transforme : l'habitat de plein air devient l'habitat principal et les grottes sont interprétées comme des greniers (en basse montagne) ou des bergeries (Brochier 1991 ; Bosch et al. 1995 ; Martin i Cólliga, Tarrús i Galter 1995 ; Maya Gonzàlez, Petit i Mendizàbal 1995).

17En Cerdagne, les sites du Néolithique et de l'Âge du Bronze connus sont essentiellement des abris sous roche, des grottes et des sépultures mégalithiques. Le caractère exceptionnel du site de plein air de Llo – à occupation longue et continue, couvrant tout l'Âge du Bronze – introduit un biais dans les études sur les Pyrénées orientales françaises, qui s'appuient systématiquement sur cette unique fouille pour discuter de la Cerdagne à l'Âge du Bronze (Campmajo 1983, 1991). Hormis Llo, les fouilles sont anciennes, pratiquées selon des méthodes d'exploration datées ou bien, pour les plus récentes, concernent des sites de plein air à occupation courte (ex. : 5, Sanavastre, fig. 3).

18Plus largement, près de 35 sites pour 23 lieux géographiques sont documentés par la bibliographie en Cerdagne pour ces périodes chronoculturelles : 5 habitats de plein air (3 Néo.-Br. = 1, 2, 5 ; 2 Br. = 14, 16) ; 11 abris sous roche et grottes (4 Néo.-Br. = 4, 6, 7, 8 ; 7 Br. = 10, 11, 12, 18, 20, 21, 22) dont au moins 2 sont interprétés comme des grottes sépulcrales et 6 comme des habitats ; 9 sépultures mégalithiques (dolmens et coffres ; 3 Néo.-Br. = 1, 3, 8 ; 6 Br. = 9, 13, 15, 17, 19, 23 ; fig. 3 et 4).

19Tous les sites où ont été trouvés des artéfacts néolithiques sont encore occupés ou réoccupés à l'Âge du Bronze. La relative forte proportion des sites datés de l'Âge du Bronze pourrait être perçue comme l’indice d'une croissance démographique au sein de populations locales, sédentaires, ou bien comme une conquête progressive de nouveaux espaces, ou encore comme un développement de la fréquentation épisodique liée à l'élevage. Le choix est multiple.

Fig. 3 – Carte des sites archéologiques et des indices d'occupation en Cerdagne pour les périodes néolithiques et l'Âge du Bronze. La concentration des points au nord de l'enclave espagnole de Llivia, entre les communes d’Enveitg (14, 15) et d’Odeillo (9), est un biais dû à une zone intensément prospectée et non pas l’image d’un espace particulièrement attractif pour les populations de la Préhistoire récente.

Fig. 4 – Tableau des sites archéologiques cerdans reconnus en prospection, par sondage et par la fouille préventive d’après la bibliographie. Deux sources principales, Campmajo 1991 et Mercadal et al. 1995, ne s'accordent pas toujours sur les datations des occupations ni sur la nature nomade ou sédentaire des populations. Les numéros de la première colonne renvoient à la carte de la fig. 3.

20Si l'on regarde de près la qualité de l'habitat, seuls deux sites de plein air (1, Eyne ; 2, Llo) ont été interprétés comme des habitats permanents à occupation longue et continue. La majorité des habitats reconnus comme tels sont interprétés comme des campements temporaires de pasteurs. Mais l'archéologie seule, sans l'archéozoologie par exemple, ayant des difficultés à mesurer la durée de chaque occupation temporaire et à apprécier la périodicité de la fréquentation des lieux, toute interprétation parlant de pastoralisme et de remues saisonnières semble donc sujette à caution.

21Enfin, sur ces 35 sites documentés, 9 sont des sites funéraires à mégalithes qui sont certainement symboliques d'un ancrage territorial fort et révélateurs d'une réelle appropriation de l'espace. Les faiblesses de la base de données ont évidemment des conséquences sur la question de la chronologie. Le plus souvent, l'occupation ne peut être définie que sur de larges plages de temps, ce qui limite les possibilités d'interprétation en termes d'interrelations entre sites à la contemporanéité incertaine.

22Sans approche géoarchéologique avant 2003, cette image spatiale de l'occupation est-elle dépendante de la conservation de la documentation, de son enfouissement et des pratiques archéologiques, ce qui pourrait expliquer la rareté des sites de plein air en plaine et sur le piémont ? En Cerdagne française, il n'y a jamais eu de prospections systématiques en plaine ni d'opérations de prospection programmées et normalisées, mais seulement des explorations ponctuelles du territoire. Enfin, contrairement à l'Espagne, les opérations d'archéologie préventive sont l'exception. Nul doute que l'état actuel des connaissances archéologiques invite à la plus grande prudence quant aux interprétations sur le mode de vie et l'économie des sociétés de la Préhistoire récente, singulièrement sur le statut des sites et sur les relations qui auraient pu être établies entre eux.

23La carte archéologique reflète-t-elle une croissance démographique, une autre façon d'habiter ou une colonisation progressive de nouveaux espaces à l'Âge du Bronze ? L'habitat au statut discutable est souvent interprété comme temporaire, mais à quelle échelle de temps ? Peut-on parler d'un habitat de nomades ou de sédentaires mobiles, principalement lié à l'élevage et à l'estivage, donc saisonnier ? La plupart des questions relatives à l'économie préhistorique restent posées.

2.2. L'IMAGE DU PASTORALISME PRÉHISTORIQUE À ENVEITG : RÉALITÉ OU ANACHRONISME ?

24Nos travaux archéoagronomiques sont concentrés sur le versant exposé au sud de la terminaison méridionale du massif granitique du Carlit. L'espace géographique couvre 4000 ha environ, dont la quasi-totalité correspond à la montagne, entre 1500 et 2500 m d'altitude.

25Dans ces mêmes paysages, le courageux travail archéologique accompli pendant une vingtaine d'années par Chr. Rendu et P. Campmajo a principalement documenté les zones situées au-dessus de 1700 m d'altitude (fig. 2). De nombreux sites archéologiques ont été reconnus hors des zones au couvert végétal ligneux dense, dans les pelouses et au sein des affleurements granitiques, les forêts de pins à crochets (Pinus uncinata) et les landes à genêts-genévriers ayant constitué des obstacles à la prospection. Le nombre important de points de découvertes ne peut pourtant pas être considéré comme une représentation fidèle de l'occupation de la montagne. La vigueur de la topographie laisse aussi supposer une mobilité de la couverture pédosédimentaire qui a pu perturber la réalité archéologique, enfouie ou dispersée.

26Au-dessus des plus hauts hameaux, les terrains de parcours de festive contemporaine s'élèvent entre 1 600 et 2600 m d'altitude. Ils sont rythmés par trois paliers ou plats. Au moins cent vingt structures bâties (cabanes, abris, enclos, couloirs de traite de caprinés) ont été repérées sur ces trois étagements, dont une vingtaine seulement a fait l'objet de sondages et de datations radiochronologiques (Rendu 2003 ; Rendu et al. 1999). Sur le premier palier, autour de 1 900 m d'altitude, à l'Orri d'en Corbill, cinq cabanes ont été explorées, dont une datée du Bronze moyen-final. Plus haut, sur le deuxième plat, à 2100 m, sept cabanes sont connues au Pla de l'Orri, dont deux occupées au IIe millénaire. Enfin, sur les plats sommitaux de Maurà et du Serrat de la Padrilla, vers 2350 m, huit cabanes ont été sondées, deux ayant montré une occupation néolithique ou de l'Âge du Bronze. Sur les cent vingt sites reconnus, ce sont en définitive cinq cabanes qui constituent la base de données sur la montagne d'Enveitg pour le Néolithique et l'Âge du Bronze. À ce chiffre réduit, il faut ajouter que le mobilier mis au jour au cours des sondages est très rare, ce qui soulève d'autres questions sur la durée des fréquentations, sur le mode de vie et sur la culture matérielle.

27L'ensemble des cent vingt structures est mis en relation avec festive des troupeaux de bovins ou de caprinés, selon les époques, entre le Néolithique et la période contemporaine, avec très peu de données pour la Protohistoire et l'Antiquité, ce qui a été interprété comme une quasi-absence de la fréquentation indubitablement pastorale, comme si la montagne n'était devenue qu'un lieu de visites occasionnelles pour la chasse et l'exploitation du bois pour le charbon, à l'Âge du Fer et à l'époque gallo-romaine.

28Le travail archéologique novateur à ces hautes altitudes a également conduit à dresser une typo-chronologie des constructions ovoïdes ou quadrangulaires, qui va des unités simples ou complexes aux cabanes actuelles, l'organisation des bâtiments variant au cours du temps en liaison avec l'orientation technico-économique de l'élevage (production laitière ou fromagère, bovins ou caprinés). L'accent mis sur le pastoralisme est aussi déduit de la surface intérieure des structures interprétées comme des cabanes pastorales, en raison du déterminisme montagnard et de la petite taille des bâtiments. Sur douze surfaces connues par la bibliographie, toutes époques confondues, huit sont inférieures à 15 m2, souvent proches ou égales à 5 m2, deux sont d'environ 16-18 m2 et deux atteignent 25 et 30 m2. Les surfaces comprises entre 12 et 30 m2 correspondent à des cabanes médiévales et modernes à l'exception de l'une d'entre elles, la plus grande dégagée récemment, qui est datée par les niveaux d'occupation qu'elle enfermait du Bronze ancien-final (Bréhard, Campmajo 2005, p. 231).

29Toutefois, la surface attribuée aux niveaux d'occupation les plus profonds mis au jour dans les petites cabanes appelle des réserves. Le repérage au sol d'une structure fermée, matérialisée par des blocs de granite juxtaposés correspondant à la base des murs de l'édifice le plus récent, a souvent permis aux archéologues de délimiter la zone de sondage. La fouille a généralement été restreinte à l'intérieur de cette structure observée et a rarement concerné les abords immédiats. Les occupations modernes et médiévales ont d'abord été mises au jour, conformément au principe de la stratigraphie, dans des stratifications souvent très peu épaisses. Quand des niveaux plus anciens (Néolithique ou Bronze) ont été atteints par la fouille, les éventuels murs en relation avec ces occupations n'ont pas toujours été détectés. Ils peuvent donc avoir une autre extension spatiale que ceux des occupations plus récentes (Moyen Âge et Moderne) et appartenir à de grandes maisons dont la démolition a été exploitée par les éleveurs médiévaux pour bâtir leurs cabanes. D'ailleurs, la grande structure de l'Âge du Bronze a été mise au jour grâce au premier décapage un tant soit peu extensif effectué au Pla de l’Orri par un engin mécanique requis pour les sondages géoarchéologiques en 2003. Cette construction quadrangulaire d'une surface intérieure au sol de 30 m2 environ ne peut plus être interprétée comme une simple cabane, en comparaison de l'exiguïté (4 m2) de celle qui se trouve sur le plat sommital de la Padrilla, assurément pastorale et datée du Néolithique moyen-final. Ce bâtiment semble évoquer davantage un habitat et pose la question d'une vraisemblable occupation permanente de la montagne à cette altitude.

30Le modèle de l'économie préhistorique, comme celui des périodes antique et médiévale, n'est autre que la réalité de la répartition moderne et contemporaine des activités de production selon le gradient altitudinal. La plaine et le piémont sont le domaine des cultures céréalières et fourragères, tandis qu'en amont des villages la montagne est réservée aux troupeaux et est elle-même organisée selon un étagement de la végétation et des activités pastorales, dans le cadre d'une économie d'abord vivrière, devenue ensuite économie de marché.

2.3. DES REMUES SAISONNIÈRES QUI RESTENT À DÉMONTRER

31L'ensemble des constructions de la montagne est interprété comme le reflet d'une présence humaine temporaire, peut-être saisonnière, quasi-exclusivement liée au pastoralisme et à l'exploitation forestière (vachers/bergers, bûcherons, charbonniers, chasseurs), depuis le Néolithique, les habitats permanents étant localisés plus bas, dans la plaine intramontagnarde.

32Toutefois, en Cerdagne comme ailleurs, pour ces déplacements de tout ou partie des hommes d'un groupe accompagnant leur troupeau pour gagner des espaces de parcours en altitude, le vocabulaire de l'archéologie n'est pas toujours clairement reflété par la documentation mise au jour. Comment démontrer par la fouille et l'analyse des artéfacts, en dehors des considérations sur les restes de faune et de flore (migrateurs, dents de chute, analyse isotopique, pollens liés à l'affouragement d'animaux parqués), que l'on a affaire, pour la Préhistoire récente, à une transhumance longue ou courte, inverse, normale ou mixte, à un estivage à courte distance, à une mobilité saisonnière ou cyclique (mais sur quelle échelle de temps et dans quel espace géographique ?), alors que ces termes et leur contenu sémantique, lui-même variable selon les auteurs, les régions et les périodes, sont apparus seulement à l'époque moderne ?

33La vision généralement admise de la place de la montagne européenne dans une économie pré-industrielle est celle d'espaces marginaux, forestiers, exploités pour le gibier et le bois, éventuellement les roches. Les clairières, les terrains déboisés et les pelouses d'altitude seraient dévolus au pastoralisme, l'agriculture trouvant ses terroirs plus bas, au piémont (Beeching et al. 2000 ; Carozza et al. 2005 ; Walsh et al. 2005).

34L'architecture dispersée dans la montagne d'Enveitg prouverait-elle, à elle seule, que les abris exigüs ont un lien exclusif avec les remues saisonnières des troupeaux, à toutes les époques ? Quand les processus géochimiques des milieux granitiques et arénacés ont fait disparaître tous les éléments de faune, comme c'est le cas à Enveitg, comment aboutir à la démonstration archéologique d'une mobilité des gens et des troupeaux ? Seuls les assemblages osseux de l'Âge du Bronze issus des fouilles de Llo et étudiés par J.-D. Vigne puis S. Bréhard pourraient apporter des réponses pour la haute Cerdagne à cette époque (Vigne 1983 ; Bréhard, Campmajo 2005).

35En Cerdagne comme peut-être dans les Alpes, antérieurement à l'époque romaine, il y aurait une double mobilité des populations. La première serait verticale, depuis les habitats groupés du bas vers les sites de la montagne, selon un cycle saisonnier lié aux remues de bétail sur les chemins des estives. La seconde mobilité serait horizontale, entre les habitats groupés du bas, selon un cycle plus long, qui serait de quelques décennies au plus mais qui, dans les faits, est indéterminable par l'archéologie seule. Les fourchettes de datation qui peuvent être établies pour ces époques à partir de la céramique et du radiocarbone ne permettent pas de cerner d'hypothétiques déplacements selon des cycles de quelques décennies entre des habitats. Cette mobilité cyclique plus longue que la première serait motivée par la recherche de nouvelles terres cultivables, consécutive à un épuisement du sol par des pratiques agricoles qui auraient été mal maîtrisées (cultures sur brûlis ; Rendu 2003, p. 419-426).

36Mais où sont donc, dans la plaine de Cerdagne ou au piémont, les habitats groupés de départ de ces pasteurs, lorsqu'on connaît la fragilité de la base de données ? Comment parler d'une hiérarchisation de cet habitat, sérié en « villages, hameaux et fermes isolées » pour la période du Néolithique final-début du Chalcolithique, quand aucune fouille extensive ou exhaustive n'existe encore en Cerdagne (Rendu 2003, p. 422) ? En ce qui concerne la partition du territoire en zones agricoles à basse altitude et en espaces pastoraux sur les hauteurs, bien individualisés, quels sont les arguments qui permettent d'aboutir à un tel discours ? L'exemple du Néolithique moyen en Cerdagne peut susciter des interrogations : les populations auraient été « des sédentaires » habitant des sites « importants », « relativement peu nombreux », en plaine et sur les plateaux, qui « se déplacent cycliquement, aux rythmes d'une pratique agricole essentiellement fondée sur les brûlis » avec des « occupations saisonnières des grottes des milieux escarpés ou des sites d'altitude » dans le cadre de « l'exploitation des espaces marginaux » (Rendu 2003, p. 422).

37Ce tableau, parfaitement brossé et relativement précis, de l'économie agropastorale néolithique en Cerdagne pose un problème majeur : la démonstration archéologique des caractères sociaux et économiques des agropasteurs manque encore de données archéologiques, archéozoologiques et surtout paléoenvironnementales ; l'archéologie n'a toujours pas démontré la sédentarité ou la mobilité des populations ; le territoire et sa structuration n'ont jamais été étudiés et les pratiques agricoles, telles que la culture itinérante sur brûlis, n'ont pas encore été approchées par des spécialistes, si ce n'est par les premiers sondages pédoarchéologiques réalisés à partir de 2003.

38On peut s'accorder sur l'existence d'un pastoralisme en montagne, mais les autres aspects de l'économie agricole néolithique restent malheureusement totalement hypothétiques. S'il n'y a aucun doute à propos de la saisonnalité pour les cabanes, abris et enclos pastoraux depuis la fin du Moyen Âge, grâce à l'ethnologie et aux archives écrites étudiées par Chr. Rendu et ses collaborateurs historiens (Bille 2005 ; Conesa 2006), la question reste posée pour le plein Moyen Âge, qui voit un net accroissement du nombre des constructions dans la montagne d'Enveitg, d'après une évaluation faite à partir des investigations archéologiques publiées. Cette question de la périodicité de la fréquentation des espaces en altitude mérite encore plus d'être évoquée pour les périodes plus anciennes comme la Préhistoire récente.

3. LES DONNÉES ARCHÉOAGRONOMIQUES DES PAYSAGES CONSTRUITS

3.1. DES POLLENS, DES CHARBONS ET DES GRAINES

39Vers 2110m d'altitude, au Pla de l'Orri, au pied du versant qui conduit aux plats sommitaux, une petite tourbière s'est développée dans une cuvette glacio-nivéale. La carotte palynologique prélevée et étudiée par D. Galop a permis la définition des dynamiques et des rythmes de l'anthropisation de la montagne depuis le Néolithique ancien (Galop 1998,2001). Les différentes phases de cette anthropisation ont été établies à partir de la variation des indices polliniques d'activité humaine définis par l'auteur et ont été exprimées en termes d'indices discrets ou ponctuels, d'emprise ou expansion, de stabilité, de déprise ou recul. Les dynamiques du couvert forestier sont traduites en termes de milieu forestier, de forêt clairiérée, de forêt morcelée ou de milieu ouvert. Cette estimation de l'évolution du couvert forestier ne représente qu'une appréciation et ne saurait avoir une réelle signification quantitative, comme le souligne le spécialiste des pollens (Galop 2001, p. 133, fig. 3).

40Deux moments d'ouverture de la forêt apparaissent antérieurement à l'Âge du Fer, au Néolithique moyen-final et au début de l'Âge du Bronze. Mais, dans un article collectif plus récent, les déboisements en Cerdagne et dans les Pyrénées occidentales sont dorénavant situés entre les XVIe et XIIIe siècles avant l’ère chrétienne, c'est-à-dire au cours du Bronze moyen (Carozza et al. 2005).

41Les données palynologiques analysées par D. Galop, associées aux données du « signal incendie » étudiées par B. Vannière, puis croisées avec la densité, la répartition et les périodes d'occupation des sites pastoraux définies par les archéologues, conduisent à une histoire de l'évolution du couvert végétal déterminée par la pression pastorale et les fluctuations climatiques (Vannière et al. 2001). Les données anthracologiques vont dans le même sens pour les grandes étapes du déboisement par le feu (Bal 2006). Entre 3300 et 2900 cal. BC, dans la première moitié du Néolithique final, les auteurs constatent une première augmentation significative du signal incendie qu'ils traduisent par une « expansion des zones de pâturages par brûlage » et par l'ouverture de « clairières pastorales » à proximité du Pla de l'Orri et de la tourbière qui enregistre également une activité agricole (Vannière et al. 2001, p. 37). Aux alentours de 2500 cal. BC, à la fin du Néolithique final, la baisse des indicateurs polliniques pastoraux et du signal incendie est interprétée comme un ralentissement des activités agropastorales qui serait d'ailleurs inscrit dans la documentation archéologique. Au début de l'Âge du Bronze, vers 2000 cal. BC, une augmentation du signal incendie ainsi que la baisse du sapin et du bouleau dans les spectres polliniques sont mises sur le compte de défrichements à moyenne altitude, d'une fréquentation pastorale plus faible qu'au Néolithique final et d'un éloignement des activités agricoles. Enfin, le Bronze moyen étant caractérisé par de sévères attaques du couvert forestier et le développement du pastoralisme, la chute brutale du signal incendie au Bronze final est interprétée comme une « tendance à la baisse de la pression anthropique » avec des troupeaux qui se satisfont des espaces précédemment déboisés, mais les champs cultivés ne sont plus enregistrés par la tourbière (Vannière et al. 2001, p. 39).

42Les grains de pollens de céréales repérés dans la colonne, dans la première moitié du Néolithique final, sont mis au compte du « développement des activités agricoles dans la plaine et sur le bas des versants » (Vannière et al. 2001, p. 37). À cette haute altitude, supérieure à 2000 m, la présence de pollens de céréales associée à un pic des indicateurs pastoraux a d'abord été expliquée par leur transport dans la toison des moutons. Aujourd'hui la tourbière est pâturée par les bovins qui montent à l'estive et les sédiments organiques sont largement perturbés sur plus de 20 cm par les sabots des animaux. Si elle était déjà accessible aux troupeaux de la Préhistoire récente, il faudrait sans doute reconsidérer les résultats, surtout le calage du spectre pollinique et du signal incendie sur les datations radiochronologiques. L'imprécision des données archéologiques en termes de pression pastorale et surtout de chronologie ne peut raisonnablement les faire intervenir de façon décisive dans ce croisement des données, pas plus que les données acquises sur des tourbières situées à des altitudes bien inférieures, vers 500 m à Cuguron par exemple, ne peuvent être évoquées pour discuter de l'évolution des pratiques agropastorales en Cerdagne, à des altitudes de 1 600 à 2000 m.

43Le prélèvement d'une seconde carotte dans la tourbière du Pla de l'Orri pour une analyse en haute résolution permettra sans doute de préciser le schéma d'évolution du couvert végétal et de la pression anthropique et pastorale. S'arrêter à un seul sondage, c'est mettre en oeuvre un espace paradigmatique où la diversité des situations est masquée par un modèle formel unificateur (Chouquer 2000). Des analyses de pollens dans les horizons très organiques des paléosols mis au jour dans les sondages pédoarchéologiques dispersés dans la montagne ajouteraient certainement à cette reconstitution de la dynamique du manteau forestier, des landes et des espaces cultivés.

44Au cours des sondages archéologiques sur une série de cabanes exiguës, alignées au bas d'un tablier d'arène à blocs et boules granitiques très pentu, à l'Orri d'en Corbill, vers 1 920 m d'altitude, une couche attribuée à l'incendie des superstructures de la cabane 81 a permis de cartographier à l'intérieur de l'abri et d'y collecter des macro-restes végétaux (charbons de bois, branches carbonisées, semences de céréales et de plantes sauvages : Ruas 2003 ; Ruas, Rendu 2005). Plusieurs hypothèses ont été formulées pour expliquer la présence de ces restes végétaux : réserve alimentaire, récolte apportée en altitude pour être traitée sur place, paillasse du pasteur ou toiture en chaume de la cabane.

45Les analyses carpologiques réalisées sur ce matériel ont montré que, parmi les graines présentes, le seigle domine largement (86,4 %), ce qui ne surprend guère puisque l'on sait que cette plante s'accommode des conditions en altitude et des sols développés sur les granites. Toutefois, une autre découverte plus importante pour nos recherches sur l'économie agricole en montagne concerne la composition des assemblages. Ils sont surtout constitués par les sous-produits de décorticage des épis de seigle. Leur répartition spatiale et la présence de nombreux vestiges de paille ainsi que des mauvaises herbes associées suggèrent que la céréale a été récoltée dans les environs et les gerbes traitées sur place.

46Une date radiocarbone situe l'incendie de la cabane entre les VIIIe et Xe siècles de l’ère chrétienne. Bien que cela nous place très en aval de la Préhistoire récente, l'intérêt de ces travaux est de poser la question de l'existence d'une agriculture de montagne dans un espace qui a été envisagé jusque-là uniquement sous l'angle sylvo-pastoral. Alors que la palynologie de la tourbière proche souligne un reboisement au haut Moyen Âge, l'archéologie en conclut que les terroirs au piémont sont encore extensibles et qu'il est inutile d'envisager l'existence d'une « culture de haute altitude comme une exploitation liée à un habitat refuge », que cette récolte pouvait provenir d'une « culture temporaire d'estives en ressource immédiate » (Ruas, Rendu 2005, p. 155 et 159) et qu'il s'agirait « d'une agriculture forestière itinérante à cycle long » (Rendu 2003, p. 511), une « agriculture précaire » (Rendu et al. 1999).

47À ce stade de la réflexion, avec les maigres données disponibles qu'il ne faut pas perdre de vue, l'archéologie fait intervenir des notions floues concernant une agriculture alto-médiévale qui serait à l'évidence précaire, temporaire et mobile, réfutant obstinément la pérennité dans un espace qui serait comme par essence voué à des activités saisonnières. Le modèle est transposé tel quel pour la Préhistoire récente et la Protohistoire, toujours handicapé par le jugement de valeur archaïsant porté sur les capacités techniques et l'agriculture de ces populations.

48Ne peut-on envisager l'existence d'un habitat permanent dans ce lieu particulièrement bien exposé avec des champs à proximité, qui ne seraient pas le résultat d'une contrainte liée à une situation de crise (faim de terres, montagne refuge...) (Harfouche 2007) ? Ne faudrait-il pas tout simplement changer d'angle de perception pour réfléchir autrement sur les façons dont des populations ont pu appréhender un territoire qui comporte des espaces montagnards, populations qui disposent de savoirs et de pratiques agricoles adaptées pour organiser des terroirs aux qualités agronomiques variées (Poupet 1988, 1998 ; Poupet, Yaalon 1998 ; Harfouche, Poupet 2000 ; Poupet, Harfouche 2000) ?

49Au plan biogéographique, la culture du seigle est possible localement à près de 2000 m d'altitude et la lisibilité de ces champs dans le paysage est évidente. Aujourd'hui, des constructions se fondent dans les landes à genêts et les pelouses, sous la forme d'alignements de pierres qui soulignent des plates-formes légèrement inclinées (fig. 5). Le premier plat de l’Orri d'en Corbill se présente comme une vaste étendue de pelouse, dans un ensellement aux courbes molles. Cet ensellement est barré en travers par de multiples talus formant parfois de très légers bourrelets herbeux. Certains sont le résultat de l'érosion naturelle, issus de l'accumulation d'arène et de sédiments pédogénétisés derrière des blocs et des boules déplacés sur la pente. D'autres, de taille plus importante, sont de véritables constructions anthropiques, des murs de contention des terres. À côté des cabanes et des enclos pastoraux sur ce plat, les archéologues ont bien repéré les terrasses construites, mais en les intégrant dans leur système exclusivement pastoral comme des banquettes pour y récolter le foin. Pour nous, ces terrasses se présentent curieusement sous la forme d'une épitaxie sur l'espace pastoral et évoquent plutôt une agriculture.

Fig. 5 – Mur de terrasse et sondage pédoarchéologique sur le plat pastoral à l'Orri d'en Corbill (1900 m) (Enveitg, Pyrénées-Orientales).

3.2. DES SOLS, DES MURS ET DES CHAMPS

50Les récents travaux archéoagronomiques réalisés sur la montagne d'Enveitg apportent des résultats qui contribuent à la réflexion collective sur les paradigmes d'analyse de l'économie agraire de la Préhistoire récente : la réévaluation du rôle de l'exploitation du sol ; la dépendance de cette exploitation vis-à-vis de la main-d'œuvre et de la mobilité des populations ; les interactions entre tous les domaines de l'économie rurale, agriculture stricto sensu et élevage ; l'exploitation agricole et les habitats (isolés ou agglomérations ; Harfouche et al. 2007).

51En Cerdagne, le déséquilibre est patent. Si les analyses géographiques et environnementales déjà citées sont accessibles, peu de travaux archéologiques concernent l'économie agraire et seulement à la lumière des artéfacts, des carporestes et des ossements de faune, quand ils ne sont pas dissous. La montagne d'Enveitg appartiendrait pourtant à un système de production imposé par un double déterminisme lié au gradient altitudinal et aux conditions du milieu : non seulement une fréquentation épisodique avec le troupeau, mais aussi des qualités de sol et de couvert végétal herbacé adaptés à l'élevage, excluant toute agriculture.

52À partir de la présence de ces murs de terrasses au plat de l’Orri d'en Corbill, près de la cabane alto-médiévale incendiée, la recherche archéoagronomique a mis en évidence d'autres constructions linéaires sur la plupart des pentes entre 1 650 et 1 950 m d'altitude, sur les deux versants de la vallée du Riu de Brangoli, depuis les Devèses jusqu'en contrebas du Pla de l'Orri (fig. 2).

53Des questions simples se posent. Est-il encore possible d'intégrer tous ces murs de contention des terres dans une économie de montagne essentiellement pastorale ? À quand remonte leur construction ? Quel type d'agriculture y était pratiqué ? Pourquoi retenir le sol en le protégeant contre l'érosion par ruissellement et les déplacements en masse sur les pentes ? Pour combien de temps ? Quels types de sols ces murs protègent-ils de l'érosion ? Les terrasses ont-elles subi des transformations au cours du temps au plan des techniques de construction et des cultures qu'elles supportaient ? Quelle place occupent-elles dans le système d'exploitation de la montagne ?

54Pour obtenir des éléments de réponse à ce flot de questions qui n'est pas exhaustif, une première série de seize sondages a été réalisée entre 2003 et 2005, à l'aide d'une pelle-araignée adaptée à cet environnement pentu et chaotique, sur les zones où des alignements de blocs de granite étaient perceptibles, en procédant à une étude fonctionnelle, sédimentologique, pédologique et chronologique des aménagements du paysage. Les terrasses, qui ont pu être cultivées en seigle au haut Moyen Âge à l'Orri d'en Corbill, se sont rapidement révélées plus complexes, comme dans tous les autres points de la montagne. Derrière chaque mur, dans chaque sondage ou presque, une stratification intégrant des paléosols, avec parfois des concentrations de charbons de bois, montre un enregistrement sélectif et discontinu de l'histoire des paysages pentus de la montagne. Cette histoire apparaît comme une succession de phénomènes morphodynamiques, de pédogenèses surimposées et de constructions humaines.

55Entre basse et moyenne montagne, vers 1650-1750 m, les versants de la vallée torrentielle du Brangoli sont aménagés en terrasses étroites, aujourd'hui espaces de parcours des troupeaux de vaches et de chevaux. Derrière les murs de contention des terres visibles actuellement, on retrouve les vestiges d'anciens murs très enfouis, indiquant l'existence de terrasses antérieures. La stratification archéologique et la succession pédosédimentaire dans ces terrasses révèlent trois phases de mise en culture du versant.

56Dans l'un des sondages, un datage radiocarbone réalisé sur une lentille de charbon située à la surface du paléosol de la terrasse la plus ancienne indique que ce champ construit a été cultivé jusqu'au Bronze ancien et certainement antérieurement, sans qu'on puisse préciser d'avantage, au vu du degré d'évolution du paléosol protégé derrière le mur (fig. 6 ; Harfouche 2005, p. 55). Le sol de la terrasse visible actuellement s'est constitué à partir d'un épais dépôt colluvial. Ce sédiment s'est déposé dans un temps court, bloquant les processus pédologiques de ce qui est devenu un paléosol enfoui. Sur ces épaisses colluvions, un sol de type podzosol a eu le temps d'atteindre un stade de développement avancé, avec un horizon éluvial remarquable. D'une manière générale, l'analyse pédologique montre que ces changements qui affectent les pentes se sont effectués sur le temps long.

57Plus haut en moyenne montagne, entre 1800 et 2000 m, derrière les murs de terrasses actuelles, des murs de terrasses anciennes ont pu être identifiés, là encore (Harfouche et al. à paraître). Des phases d'aménagement, d'abandon et de réaménagement du versant ont été reconnues. Comme cela est déjà le cas à une altitude légèrement inférieure, la première construction de la terrasse ancienne et la mise en culture du sol développé sur le granite peuvent être datées au plus tard de l'Âge du Bronze. Les terrasses actuelles se sont ensuite constituées avec des apports colluviaux chrono-stratigraphiquement postérieurs à l'âge des paléosols sous-jacents.

58Maintenant, force est de constater que ces terrasses construites sur environ 100 ha de pentes l'ont été pour établir des champs, ce qui représente la mobilisation d'une quantité de travail importante de la part d'une communauté d'agropasteurs de la Préhistoire récente, même si toutes les terrasses n'ont pas été réalisées dans le même élan, en un temps court. Il ne s'agit plus d'une agriculture précaire, itinérante, pour des cultures dérobées à l'occasion de déplacements pastoraux saisonniers, mais d'une véritable construction et appropriation d'un espace agricole. L'approche archéoagronomique a non seulement permis de mettre au jour un vaste système de champs établis en terrasses, mais elle permet aussi de poser autrement la question de l'économie agricole des populations de la Préhistoire récente et de leurs forces productives, notamment au niveau de leur statut sédentaire ou nomade, comme le rappelle J. Gascó (Gascó 2001).

Fig. 6 – Profil pédoarchéologique aux Devèses, en moyenne montagne (1750 m) : succession de sols aux pédogenèses différentes et terrasses emboîtées (les lettres de désignation des horizons pédologiques sont celles du Référentiel pédologique : Baize, Cirard 1995).

59Le point certainement le plus important de l'existence de ces terrasses anciennes est celui de la connaissance évidente des sols et de leur choix pour l'agriculture, de la part de paysans néolithiques (?) et de l'Âge du Bronze, ces sols étant développés sur des pentes parfois fortes. Les évolutions d'origine anthropique sont, la plupart du temps, préjudiciables au maintien de la qualité des sols. Elles sont le résultat de processsus souvent longs et cumulatifs, parfois irréversibles à l'échelle de temps de la société agricole. Ces paysans ont par conséquent eu conscience des phénomènes géodynamiques, de l'érosion, de la perte de sols et de la possibilité de pallier ces atteintes au sol nourricier par la construction de murs de terrasses.

60Une société qui est capable de dégager un surplus de force de travail, nécessairement collectif, pour aménager des terroirs pentus qui sont au cœur du territoire exploité, et non plus en marge, ne peut plus être considérée seulement au travers du pastoralisme. Non seulement il est certain qu'elle pouvait mettre en œuvre des mesures de protection des sols agricoles, mais elle savait aussi les améliorer, ce qui fait tomber la barrière du déterminisme montagnard avec ses sols pauvres et fragiles ne pouvant supporter qu'une couverture végétale herbacée.

61La pratique de l'amendement d'un sol a même été observée, notamment à la faveur d'un sondage pédoarchéologique dans un enclos près de la cabane 85, datée de l'Âge du Bronze moyen-final, toujours à l’Orri d'en Corbill. Le sol présente un horizon organique de surface très épais (80 cm), trop épais pour que l'on puisse interpréter cette immobilisation de matières organiques évoluées uniquement au travers des conditions climatiques, de l'altitude et de la composition du sous-sol. Il s'agit d'un sol qui a vraisemblablement été amendé, soit par une fumure d'origine animale sur de nombreux cycles agricoles, soit par des apports répétés de matériaux organo-minéraux de l'horizon organique de surface, prélevés dans les sous-bois de la ripisylve par exemple, ce qui permettrait de rattacher ce sol au type des anthroposols plaggiques (« plaggen soil » ou « Plaggenboden »). Des charbons collectés à différentes hauteurs dans l'horizon organique ont été datés de l'Âge du Bronze final (1050-830 cal. BC, VERA 2952 ; 1130-840 cal. BC, VERA 3251). D'autres datations seraient nécessaires pour évacuer l'hypothèse de l'apport de ces charbons dans les matériaux humifères déplacés.

62L'agriculteur de la Préhistoire récente n'était certainement pas un spécialiste des questions de nutrition minérale des végétaux. Mais par l'expérience accumulée au cours des générations, par l'observation, l'apprentissage et les échanges culturels, il connaissait un certain nombre de techniques, de méthodes et de recettes qu'il mettait annuellement en application pour obtenir des récoltes satisfaisantes, surtout sur de petites surfaces comme celle de l'enclos de la cabane 85.

3.3. MESURER LE TEMPS DES SOLS, DES PALÉOSOLS ET DES CHAMPS

63L'histoire du paysage et des pratiques agricoles de la soulane du Carlit à Enveitg est en partie inscrite dans les murs de terrasses, dans les sédiments, les sols et les paléosols. Cette question est essentielle, car le temps des sols éclaire l'espace.

64Les sols évoluent constamment sous l'effet de grands facteurs naturels, mais aussi beaucoup sous l'effet des activités humaines (déforestation, défrichements répétés, agriculture, élevage intensif), depuis que l'homme et ses sociétés agricoles exploitent les ressources des sols. Un dernier aspect de cette recherche nouvelle sur la montagne concerne donc la chronologie de ces sols.

65Les types de sols développés « naturellement » sur le granite du Carlit sont variés. Aux endroits jugés propices à l'agriculture sur la soulane d'Enveitg, les sols déboisés, puis mis en culture prolongée avec l'établissement de champs permanents en terrasses, ont eu une évolution remarquable, inscrite dans leurs caractères pédologiques. La modification drastique du couvert végétal a eu un impact sur la structure des horizons des sols (fermeture des pores, tassement, glaçage de la surface), rendant plus aisé le ruissellement, d'où la construction de murs. La qualité des sols potentiels développés sur les roches acides du Carlit est connue. La réalité observée dans les tranchées et sur les profils est souvent tout autre. Cette différence entre le modèle de la genèse des sols sur un substrat donné et les types de sols, parfois polycycliques, observés est la signature de l'histoire du paysage cultivé.

66L’évolution des sols se mesure généralement à l'échelle du temps de l'environnement, pluriséculaire, voire plurimillénaire, et non du temps historique, plus précis. L'évaluation de l'âge d'un sol se fait par comparaison avec des cas connus et à partir de la connaissance de la cinétique des différentes pédogenèses. Toutefois, dans le cas de sols développés en relation avec des structures bâties par l'homme comme les murs de contention des terres, le temps historique devient approprié pour évaluer, voire mesurer, l'âge du sol, surtout lorsque la datation par radiochronologie est réalisée sur un prélèvement effectué dans un amas de charbons de bois conservé en place à la surface d'un paléosol (fig. 7). Les travaux ont ainsi permis de pousser plus avant la délicate question de la datation des terrasses à partir des données de l'archéologie (stratigraphie), de la pédologie et de la radiochronologie, en palliant les effets de la mobilité des paysages.

Fig. 7 – Amas de charbons à la surface d'un paléosol derrière un mur de contention des terres (1800 m).

67Tous les archéologues se sont au moins une fois posé la question de la fiabilité du calage chronologique des événements morphodynamiques inscrits dans des séquences sédimentaires. Nous pensons utile de rappeler qu'une date obtenue sur un ou deux charbons de bois prélevés dans une strate quelconque, celle-ci issue d'un dépôt rapide et massif ou bien lent et progressif, ou encore d'un comblement d'une structure en creux (fossés ou ravines), est à utiliser avec la plus grande précaution. C'est la nature du dépôt charbonneux ainsi que sa place au sein d'une horizonation pédologique qui confèrent toute leur valeur à ces rares données chronologiques. Sur la montagne d'Enveitg les 13 dates réalisées à ce jour sur des charbons prélevés dans des amas et dans les horizons organiques des paléosols, derrière les murs de contention des terres, placent cet épisode d'une intense construction du paysage pentu, entre 1600 et 2000 m d'altitude, entre le Néolithique final et la fin de l'Âge du Bronze (fig. 8).

4. ENVIRONNEMENT, CLIMAT, RESSOURCES ET EXPLOITATION

4.1. QUEL ENVIRONNEMENT POUR QUELLE ÉCONOMIE AGRICOLE ?

68S'attacher à reconstituer, à partir d'une approche du terrain, les sujets complexes de l'économie de groupes humains de la Préhistoire récente relève d'abord, bien évidemment, de l'archéologie, puis des sciences naturelles. Mais personne n'ignore aujourd'hui que la recherche passe aussi par l'histoire des techniques agricoles, l'histoire du paysage et la science du sol. La fouille des structures des sites archéologiques habituels (constructions diverses, tombes et structures excavées) s'avère rapidement insuffisante si elle n'est pas associée à l'étude des paysages environnants et à celle des matériaux sédimentaires stratifiés et parfois transformés par la pédogenèse, qui constituent le support et la matière même des paysages, tout en étant l'objet essentiel de la production agricole.

69Malheureusement, il n'est pas toujours permis de trouver dans les paysages les données susceptibles d'alimenter correctement les réflexions sur l'histoire des techniques agricoles prises au départ de la chaîne opératoire de la production agricole, c'est-à-dire le choix des terrains, les qualités de ceux-ci, les produits végétaux, les techniques de préparation, d'entretien, de conservation et d'amélioration des sols. Les processus de transformation de la couverture pédosédimentaire (érosion, recouvrement, altération, exploitation agricole) n'ont pas partout profité à la bonne conservation des données. C'est pourquoi les rares conservatoires susceptibles d'être rencontrés doivent être investis en priorité par la recherche pluridisciplinaire. C'est le cas de la montagne d'Enveitg, comme d'autres fenêtres que nous avons entrouvertes dans l'aire méditerranéenne et où nous avons développé et éprouvé une approche interdisciplinaire des paysages ruraux pour enrichir une réflexion méthodologique (Mont-Liban, Délos en Grèce cycladique, Massif des Agriates en Haute-Corse) (Poupet 2001 ; Harfouche, Poupet 2003 ; Harfouche 2005, 2007).

70En matière de connaissance de l'environnement, les informations recueillies par les différentes disciplines de la recherche ne peuvent souffrir d'un manque de fiabilité, au risque de commettre des erreurs d'interprétation. C'est le défi majeur des investigations interdisciplinaires où l'archéologie est présente, aux côtés des sciences de la Terre et de la Nature. Or, en ce qui concerne plus particulièrement l'histoire de l'environnement, les données enregistrées sont souvent incertaines, puisque les observations réalisées peuvent être différemment interprétées en termes de facteurs, d'événements, de dynamiques et donc d'histoire. Aucune signature inscrite dans les séquences pédosédimentaires n'a d'interprétation univoque, si ce n'est l'horizonation des sols et l'ensemble des processus de la pédogenèse qui font le sol.

Fig. 8 – Tableau des dates radiochronologiques relatives à l’environnement sur la soutane d'Enveitg : sondages pédoarchéologiques ; base d'une charbonnière (Davasse et al. 1997) et carottes palynologiques dans les deux tourbières du Pla de l’Orri et de Maurà (Galop 1998).

71Les représentations de l'histoire de l'environnement sont souvent empreintes de beaucoup d'incertitudes, ce qui fait que l'impact qu'elles ont toujours auprès de la communauté archéologique tient aussi lieu de propagation de connaissances entachées d'imprécision. Il faut donc toujours remonter à la source de la création des données, qui est le travail effectué par des acteurs de la recherche aux formations et aux compétences très variées, pour apprécier la part de l'incertain et apporter du même coup aux sciences environnementales un minimum de fiabilité.

72Dans la montagne d'Enveitg, l'histoire du couvert végétal dans une approche globalisante est l'aspect le mieux documenté, mais les travaux sur ce paysage végétal ont d'abord été ponctuels (tourbières, charbonnières : Davasse et al. 1997 ; Galop 1998). La pertinence des analyses n'est pas en cause en raison du caractère limité des prélèvements, mais la spatialisation et l'interprétation des données environnementales en termes d'agriculture, plutôt délicates, méritent des ajustements. Les spécialistes de la sphère végétale reconnaissent eux-mêmes les difficultés à spatialiser les données paléobotaniques, parfois accentuées par des décalages et des contradictions apparentes entre signaux (Vannière et al. 2001). Qu'en est-il alors lorsqu'une tourbière a pu être pâturée ?

73Cette difficulté à spatialiser les données paléobotaniques est patente jusqu'à ce que l'anthracologie, associée à l'étude archéologique et pédologique des champs en terrasses, elle-même fondée sur la multiplication des sondages, débouche sur une vision écologique et historique du couvert végétal ligneux (Bal 2006). On n'atteindra sans doute pas la réalité cartographique de l'extension du manteau forestier à l'Âge du Bronze, mais au moins peut-on déjà affirmer que des champs étagés ont été installés dans une ou plusieurs clairières approchant, au plus fort de l'exploitation, une centaine d'hectares, mais où subsistaient, sur les pentes les plus raides, des boisements très réduits.

4.2. QUEL CLIMAT ?

74La présence d'une agriculture bien établie en altitude, avec ses champs en terrasses et, vraisemblablement, un habitat d'agropasteurs, peut-elle être mise au compte d'une ambiance climatique particulièrement favorable ?

75Le climat est, sans conteste, l'éventuel responsable de changements environnementaux le plus délicat à metttre en évidence, car le climat n'a pas de signature propre, lisible dans la couverture pédosédimentaire. C'est pourquoi il est plutôt dangereux d'adopter cette solution de facilité qui consiste à rapporter tout mouvement des matières meubles recouvrant le substrat rocheux aux changements climatiques.

76S'il y a une incertitude majeure dans l'interprétation des dynamiques environnementales et l'identification du facteur responsable de celles-ci, c'est bien le changement climatique qui est en cause. Les incertitudes inhérentes à la recherche en direction de l'environnement et de son histoire sont presque toutes étroitement liées à l'acquisition des données sur le terrain, qui doit rendre compte de tous les paramètres. Sans une analyse approfondie et pluridisciplinaire, le « tout climatique » reste l'interprétation la plus rapide, très en vogue, et c'est ainsi que les doutes se propagent. Ceci pose d'ailleurs un autre problème, qui est celui de la réception du discours scientifique des spécialistes de l'environnement et du climat par la communauté des archéologues et des historiens.

77Dans une synthèse récente réalisée à partir de l'ensemble des nombreuses données polliniques acquises, D. Galop reprend la scansion de la conquête progressive de la montagne pyrénéenne par les sociétés agropastorales du Néolithique (Galop 2005). L’évolution du processus de dégradation des espaces forestiers par la pression agropastorale montre, en effet, des palliers successifs, avec des accélérations et des ralentissements. Trois phases d'expansion de l'exploitation humaine de la montagne sont remarquables : 4900-4500 BC (fin du Néolithique ancien), 4200-3700 BC (Néolithique moyen), 3300-2800 BC (Néolithique final). Ces phases sont séparées par de courtes périodes de moindre pression anthropique : 4400-4200 BC et, encore plus nettement, 3600-3300 BC, à la transition entre le Néolithique moyen et le Néolithique final.

78L'auteur constate une étonnante concordance entre les périodes où l'homme se fait plus discret, les mutations culturelles mises en évidence par l'archéologie et les fluctuations climatiques. Il existe, en effet, une synchronie pour ces différentes phases à l'échelle des massifs montagneux de toute l'Europe occidentale, ce qui tend à démontrer que ce ne sont pas des phénomènes exclusivement socio-culturels qui interviennent, mais que les sociétés semblent plutôt avoir une « forte réactivité [...] face aux dégradations du climat » (Galop 2005, p. 285).

79Parmi ces massifs montagneux, le Jura est certainement la région la mieux documentée. En présentant les grandes lignes de l'évolution de la couverture végétale des dix derniers millénaires sur la montagne jurassienne, H. Richard propose une alternance de phases climatiques qualifiées de favorables et de défavorables, avec des dégradations et des améliorations (Richard 2000, p. 115-116). L'Atlantique ancien (8850-6650 cal. BP) aurait connu une première partie plutôt favorable, tandis que la seconde aurait été défavorable, avec une forte détérioration pendant deux siècles autour de 8200 cal. BP. À l'Atlantique récent (6650-5350 cal. BP), deux améliorations sont également séparées par la péjoration du climat. Puis ce sont, pour la fin du Néolithique et l'Âge du Bronze, au Subboréal (5350-2780 cal. BP), une succession rapide de détériorations et d'améliorations au cours de la première moitié de la chronozone, suivie d'une seconde moitié d'abord plutôt favorable, puis défavorable. Comme le précise H. Richard, le milieu est envisagé « de haut », gommant ainsi toutes les particularités locales et la dynamique propre de certains géotopes, « l'impact de l'homme n'étant pris en compte que lorsqu'il concerne des superficies de taille » (Richard 2000, p. 116). Pour les chronozones qui touchent la Préhistoire récente, les résultats ne sont pas facilement superposables aux scansions de D. Galop. On atteint là le domaine de l'incertitude qui nous éloigne de la précision de la mesure physique des climatologues.

80En effet, les dégradations du climat sont-elles à ce point démontrées, à partir des fluctuations de quelques paramètres accessibles à l'archéologie par la paléobotanique ? Est-ce que des variations minimes de la température et/ou des précipitations sur une période suffisamment longue pour qu'elles soient enregistrées par différents proxies peuvent avoir une influence déterminante sur les activités de production agricole des sociétés préhistoriques ?

81Pour les spécialistes du climat, celui-ci « est un système extrêmement complexe régi par de multiples interactions entre différents réservoirs (atmosphère et sa composition, océan, hydrosphère, cryosphère, biosphère...) et dans lequel intervient un très large spectre d'échelles de temps (de la journée au million d'années) et d'espaces (échelle locale, régionale ou globale) » (Jouzel, Lorius 1999, p. 229). Ces spécialistes étudient les marqueurs paléoclimatiques qu'ils considèrent comme les plus pertinents (10Be et d14C pour le rayonnement solaire, S04 pour l'activité volcanique, C02 et CH4 emprisonnés dans la glace pour les gaz à effet de serre), bien loin des « marqueurs » de l'archéologie, de la géomorphologie et de la paléobotanique.

82Globalement, six changements climatiques rapides ont été identifiés durant l’Holocène, marqués par des phases de refroidissement suivies de réchauffement (Mayewski et al. 2004). Parmi ces changements globaux, quatre ont une signature comparable, avec des pôles plus froids et des tropiques moins humides, clairement associés à une baisse de l'activité solaire : 9000-8000, 6000-5000, 3500-2500, 600-150 BP (ce dernier étant le Petit Âge Glaciaire). Deux autres plus courts et moins généralisés à l'échelle de la planète (4200-3800, 1200-1000 BP) ne sont pas clairement attribuables à l'activité solaire. Dans ces grandes étapes des changements climatiques globaux sur lesquels s'accordent la plupart des spécialistes, B. Van Geel a plus précisément étudié la plage depuis 6000 BP (Van Geel, Magny 2002). L'analyse du forçage solaire montre des variations rapides : la période 4300-3500 BP (fin du Néolithique final-début du Bronze moyen) a connu un climat plus chaud et plus sec ; celle comprise entre 3500 et 3000 (Bronze moyen) a été légèrement plus froide et plus humide ; entre 3000 et 2750 (Bronze final), le climat redevient plus chaud et plus sec ; enfin, entre 2750 et 2450 (transition Subboréal-Subatlantique = transition Bronze-Fer), on constate un passage brusque entre des conditions chaudes et sèches et un climat plus froid et plus humide.

83Les données que l'archéologie et les analyses paléoenvironnementales associées mesurent ou apprécient sont-elles toujours représentatives de variations climatiques ? Ceci dépend de leur ordre de grandeur, de la longueur de leur enregistrement dans la nature, de leur résolution spatiale et temporelle optimale, c'est-à-dire l'intervalle de temps sur lequel une archive particulière peut fournir une information claire sur un paramètre identifié et les paramètres climatiques définissables à partir de chacune d'elles. Il est donc probable que, dans certains cas de figure, c'est plus un événement climatique, le temps, qui est enregistré et qui consiste, comme chacun sait, en la totalité des conditions atmosphériques qui prévalent en un lieu à un moment donné. Dans la couverture pédosédimentaire de la montagne d'Enveitg, un événement directement postérieur au Bronze final, mais suffisamment ancien pour permettre le développement de podzosols très évolués – alors que les sols anciens sont plutôt des alocrisols –, est enregistré sous la forme d'une large remobilisation des matériaux sur les pentes. Cet épisode érosif, dont la signature est généralisée sur les versants, est peut-être inscrit dans l'accrétion de la tourbière de Maurà, en haute montagne. Les 40 cm environ sous la surface correspondent à la turfigenèse et aux apports latéraux entre l'actuel et le Moyen Âge, soit pendant 1500 ans. Au plus profond de la carotte, à 71-75 cm, une date renvoie au Néolithique final. Le changement de rythme dans la sédimentation entre, d'une part, le Néolithique final et le Moyen Âge (2500 ans pour les 30-35 cm inférieurs) et, d'autre part, le haut de la carotte est peut-être à rapprocher du déséquilibre morphodynamique repéré derrière les murs de terrasses.

4.3. QUELLES RESSOURCES ET QUELS TYPES D'EXPLOITATION DU MILIEU ?

84En montagne plus qu'ailleurs, des variations, même minimes, des paramètres climatiques ont pu avoir une incidence sur l'extension des terroirs et sur le type de cultures pratiquées. Les ressources étaient également dépendantes de la diversité des paysages et de leur évolution au cours du temps, surtout en raison de la dégradation du couvert forestier montrée par les analyses paléobotaniques. Il importe donc, en premier lieu, de reconstruire ces paysages par la multiplication des analyses, pour apprécier les ressources offertes aux agropasteurs, sans oublier la ressource fondamentale qu'est le sol. La bibliographie reflète les difficultés de la recherche archéologique à inscrire l'Homme dans son territoire physique et à s'attacher à l'étude de ses activités réelles plutôt que supposées. Le point le plus faible concerne les structures agraires et l'environnement du champ, par manque de données et par un intérêt très relatif porté aux questions théoriques concernant l'économie agricole dans sa globalité, malgré quelques études qui placent l'espace au centre des problématiques (par exemple Beeching 1991 ; Gasco, Carozza 1992 ; Gascô 1996 ; Brochier et al. 1999). Enfin, rappelons l'évocation, peut-être inconsciente, du déterminisme géographique et l'écueil des anachronismes – la montagne impose l'élevage et le pastoralisme saisonnier – qui altèrent la vision des sociétés préhistoriques au travers du prisme des connaissances ethnologiques actuelles des sociétés rurales préindustrielles récentes.

85Il faut également, en second lieu, apprécier les besoins alimentaires qui étaient ceux de ces communautés établies dans la montagne, en Cerdagne et sur la soulane d'Enveitg, où l'agriculture semble possible dès l'Âge du Bronze. L'alimentation des populations de la Préhistoire récente n'était sans doute pas constituée que de laitages, de viande et de fruits issus de la cueillette. Dans cette diète, il faut faire une large place aux produits de l'agriculture (graminées et légumineuses).

86En Cerdagne, les données paléocarpologiques sont rares et concernent des sites de l'Âge du Bronze en basse montagne, à des altitudes qui n'excèdent pas 1200 m (Erroux 1983 ; Alonzo i Martinez 1995). L'orge et le blé, vêtus ou nus, dominent le cortège céréalier de la montagne pyrénéenne et celui-ci est constant depuis le Néolithique jusqu'à la fin de l'époque ibérique. À Enveitg, certainement en raison de l'altitude, c'est le seigle qui semble être privilégié au haut Moyen Âge. Mais la culture de cette céréale n'est pas connue avant le changement d'ère et quelques grains retrouvés dans des contextes des IIe-Ier siècles ont été interprétés comme une mauvaise herbe présente dans des champs cultivés (Matterne 2001). Un climat favorable au cours de l'Âge du Bronze a-t-il pu permettre des récoltes de blé et d'orge dans les champs en terrasses d'Enveitg ? Après une conquête progressive, au cours du Néolithique, de nouveaux espaces en altitude par des éleveurs nomades ou des pasteurs saisonniers venant de plus bas, peut-on envisager une fixation de cet habitat et une agriculture « à distance » dans la montagne ? Tout le monde s'accorde pour l'instant à localiser l'habitat de la Préhistoire récente en bas – excepté Vunicum de Llo –, dans la plaine et au piémont. Mais la découverte d'une grande maison quadrangulaire à 2100 m d'altitude, à proximité de la limite haute des terrasses, oblige à reconsidérer le type d'exploitation du milieu et la structure agraire.

87Il sera toujours vain de procéder à des ajustements des données en prenant en compte des systèmes d'analyse complexes appliqués au couple « effort/distance parcourue » et à la relation « transport/territoire/environnement » comme une fonction de la nature, du poids de la charge et de la topographie, pour comprendre pourquoi un habitat est là où il se trouve, par rapport à ses plus proches voisins et par rapport aux champs exploités, s'il n'y a pas, auparavant, de validation versus invalidation des modèles développés concernant l'interface exploitation/ressources.

88Avec la présence d'un probable habitat rural et des champs en terrasses, la nécessité d'une prise de distance avec la recherche sur l'habitat saisonnier pastoral s'impose pour réouvrir la recherche au milieu physique et à l'habitat autre que les cabanes exigües plus ou moins circulaires liées au pastoralisme, mais aussi pour pallier les effets pervers de l'échelle d'observation sur la compréhension des distributions spatiales des structures strictement pastorales et des habitats.

89Les champs construits en terrasses ne devaient pas être très éloignés de l'habitat, pour que les agriculteurs puissent soigner la croissance végétale et protéger la future récolte des prédateurs. Des fermes de l'Âge du Bronze installées dans la montagne ont vraisemblablement pu exploiter durablement des espaces complémentaires allant des champs étagés entre 1700 et 2000 m aux pelouses d'altitude pour les troupeaux, en passant par une forêt largement ouverte par des clairières.

90Pour discuter de la place de la montagne dans une économie de la fin de la Préhistoire, il nous a donc semblé indispensable de travailler à l'échelle de la micro-région, voire du bassin-versant élémentaire, soit quelques milliers d'hectares. À côté de l'indispensable approche archéologique des structures bâties les plus évidentes (cabanes, enclos) et des analyses paléoenvironnementales, une étude de la montagne sous l'angle de l'archéologie des paysages et de la science du sol transforme sensiblement la perception du milieu et du statut fonctionnel des espaces (fig. 9). La marge pastorale devient un ensemble d'espaces complémentaires où l'agriculture a sa place. Les remues estivales du bétail venu d'en bas ne sont plus la seule forme d'élevage envisageable. Le troupeau élevé sur place peut trouver ses pâturages en haute altitude et respecter (en y contribuant même) un paysage construit à des fins agricoles. Le schéma actuel de la montagne prédisposée à l'élevage aux confins des champs de la plaine laisse la place à une vision radicalement différente de la moyenne montagne où la variété des pédopaysages autorise l'existence d'espaces d'exploitation intégrée. Des paysages montagnards globalement stables, où les seuls changements affecteraient le couvert végétal au gré de la pression pastorale et des aléas climatiques, révèlent des dynamiques pédosédimentaires et des processus pédologiques responsables de stratifications complexes, largement tributaires de l'action humaine.

91Quelle pouvait être la durabilité écologique et économique de l'activité agricole sur ce territoire accidenté aux sols fragiles ? Améliorer la qualité des sols par des apports répétés, surtout la qualité d'un sol bien particulier comme celui développé sur des arènes granitiques, pour faciliter une façon culturale ou pour augmenter le rendement de la production des espèces végétales cultivées (rendement en qualité et en quantité, que ce soit herbages, céréales, légumineuses...), n'est pas hors de portée des agriculteurs de la Préhistoire récente. Mais l'agriculteur montagnard de l'Âge du Bronze a-t-il pu faire face à une rupture d'équilibre latente du milieu ou est-ce l'abandon, par sa communauté, des champs en terrasses qui est à l'origine de la brutale dégradation des sols ?

Fig. 9 – Le système socio-économique de la montagne d'Enveitg à la Préhistoire récente : deux propositions de modèles d'exploitation, en fonction de l’étagement altitudinal.

92Concernant le rôle du climat comme étant l'argument décisif dans l'interprétation des moments de rupture, de mouvements de matières et des changements dans les stratifications comme dans les faciès culturels définis par l'archéologie, il nous semble prudent d'attendre l'évolution des recherches des véritables spécialistes du climat. Le risque est grand de tomber une fois de plus sur des raisonnements circulaires. En effet, concernant le rôle du climat dans l'évolution holocène de la Terre, on en est encore au stade des querelles byzantines quand les climatologues eux-mêmes n'interprètent pas les variations de température et de précipitations selon les mêmes processus ni les mêmes acteurs responsables.

93La mise en pratique des méthodes des géosciences, et de la science du sol en particulier, nous paraît la meilleure garantie pour analyser les stratifications reconnues derrière les murs de terrasses de la montagne d’Enveitg. Enregistrer ces successions sans comprendre l'action de la pédogenèse ne rend pas compte de toutes les dynamiques dans le système Nature/Société et facilite le recours à l'explication climatique, en réduisant l'enregistrement du temps à la rythmicité des dépôts.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alonzo I Martinez N. 1995. Estidi de Llavors i fruits dels jaciments arqueològics de la cova d'Anes (Prullans, la Cerdanya) i de la cova de les Portes (Lladurs, el Solsonès) i el seu context pirinenc. In Cultures i medi de la prehistòria a l'edat mitjana : 20 anys d'arqueologia pirinenca : homenatge al professor Jean Cuilaine : X col.loqui internacional d'arqueologia de Puigcerdà, del 10 al 12 de novembre de 1994, Puigcerdà i Osseja. Puigcerdà : Institut d'estudis ceretans, p. 97-104, 3 fig. (Publicacions de l'Institut d'estudis ceretans ; 27).

Baize D., Girard M.-Cl. (dir.) 1995. Référentiel pédologique. Paris : INRA éd. 332 p. (Techniques et pratiques).

BAL M.-C. 2006. Constructions et dynamiques des espaces et des terrasses agro-pastoraux en zone intermédiaire des Pyrénées du Néolithique à nos jours (Cerdagne, Pays Basque et Pays de Sault) : approche archéoenvironnementale par la pédoanthracologie. 272 p., 36 fig., 8 tab. [Thèse doctorat : Géographie : Toulouse 2]. Disponible sur <http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/13/21/05/PDF/theseBALmcl.pdf>.

Bal M.-C, Harfouche R., Poupet P., Campmajo P., Rendu Ch. à paraître. Archaeo-environmental studies of cultivation terraces in the Enveitg Mountain (Cerdagne) in Eastern Pyrenees (France). Use of pedoanthracology. In Charcoals from the past. Ill International Meeting of Anthracology, Lecce (Italie), juin 2004. British Archaeological Reports.

Beeching A. 1991. Sépultures, territoire et société dans le Chasséen méridional. L'exemple du Bassin rhodanien. In Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. (dir.). Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours, 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 327-341, 3 fig. (Mémoires du musée de Préhistoire de l’Île-de-France ; 4).

Beeching A., Berger J.-F., Brocher J.L., Ferber Fr., Helmer D., Sidi-Maamar H. 2000. Chasséens : agriculteurs ou éleveurs, sédentaires ou nomades ? Quels types de milieux, d'économies et de sociétés ? In Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. (dir.). Sociétés et espaces : rencontres méridionales de préhistoire récente, troisième session, Toulouse, 6-7 novembre 1998. Toulouse : Archives d'écologie préhistorique, p. 59-79, 11 fig.

Bille E. 2005. Remarques sur les modes de spatialisation des droits et des pratiques sur les vacants en Cerdagne aux xiie-xive siècles. In Catafau A. (ed.). Les ressources naturelles des Pyrénées du Moyen Âge à l'époque moderne : exploitation, gestion, appropriation : actes du Congrès international RESOPYR 1, Font-Romeu, 8-9-10 novembre 2002. Perpignan : Presses universitaires de Perpignan, p. 239-252. (Coll. Études).

Blaise E. 2005. L'élevage au Néolithique final dans le Sud-Est de la France : éléments de réflexion sur la gestion des troupeaux. Anthropozoologica 40/1, p. 191-215, 13 fig.

Bosch A. et al. 1995. Plansallosa i el poblament de la Vall del Llierca (Garrotxa, Prepirineu oriental) durant el Neolític antic. In Cultures i medi de la prehistària a l'edat mitjana : 20 anys d'arqueologia pirinenca : homenatge al professor Jean Guilaine : X col.loqui internacional d'arqueologia de Puigcerdà, del 10 al 12 de novembre de 1994, Puigcerdà i Osseja. Puigcerdà : Institut d'estudis ceretans, p. 267-272, 2 fig. (Publicacions de l'Institut d'estudis ceretans ; 27).

Bréhard S., Campmajo P. 2005. Exploitation des animaux domestiques et structuration de l'espace montagnard à l'Âge du Bronze : Llo (Cerdagne, Pyrénées-Orientales). Anthropozoologica 40/1, p. 217-233, 6 fig., 3 tab.

Brocher J.-E. 1991. Géoarchéologie du monde agropastoral. In Guilaine J. (dir.). Pour une archéologie agraire : à la croisée des sciences de l'homme et de la nature. Paris : A. Colin, p. 303-322, 6 fig., 4 pl.

Brocher J.-E. 2005. Des hommes et des bêtes : une approche naturaliste de l'histoire et des pratiques de l'élevage. In Guilaine J. (dir.). Populations néolithiques et environnements. Paris : Errance, p. 137-152, 12 fig. (Coll, des Hespérides).

Brocher J.L., Beeching A., Sidi-Maamar H., Vital J. 1999. Les grottes-bergeries des Préalpes et le pastoralisme alpin durant la fin de la Préhistoire. In Beeching A. (dir.). Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire : matériaux pour une étude (Programme collectif CIRCALP, 1997/1998). Valence : Centre d'archéologie préhistorique, p. 77-114. (Travaux ; 2).

Bui-Thi-Maï 2000. Nouvelles données sur l'environnement végétal des sites archéologiques du piémont pyrénéen, du Néolithique à l'Antiquité. In Organisation des espaces antiques : entre nature et histoire : table ronde organisée par le CRA, Université de Pau et des Pays de l'Adour, les 21 et 22 mars 1997. Biarritz : Atlantica, p. 95-107, 9 fig.

Campmajo P. 1983. Le site protohistorique de Llo (Pyrénées-Orientales). Perpignan : Centre d'études préhistoriques catalanes, Université de Perpignan. 169 p.

Campmajo P. 1991. El poblament de la Cerdanya des dels origens fins a l'ocupacition romana. Ceretania 1, p. 21-38, 12 fig., 1 tab.

Campmajo P., Bousquet A. 1988. Trois nouveaux coffres mégalithiques sur le territoire de la commune d'Eyne (Pyrénées-Orientales). In Prehistària i arqueologia de la Conca del Segre : homenatge al Prof. Dr. Joan Maluquer de Motes : 7è Col-loqui Internacional d'Arqueologia de Puigcerdà, 6-8 de juny de 1986. Puigcerdà : Institut d'estudis ceretans, p. 73-83. (Publicacions de l'Institut d'estudis ceretans).

Campmajo P., Crabol D. 1990. Le Néolithique et les débuts de l'Âge du Bronze en Cerdagne. In Travaux de préhistoire catalane : 1989-1990. Perpignan : Centre d'études préhistoriques catalanes, p. 81-101. (Publications du Centre d'études préhistoriques catalanes ; 6).

Campmajo P., Guilaine J. 1971. Un habitat protohistorique en Cerdagne, l'Avellanosa, chaos de Targasonne (Pyrénées-Orientales). Carcassonne : Laboratoire de Préhistoire et de Paléoethnologie. 44 p., 24 fig., 1 plan. (Atacina ; 6).

Carozza L., Galop D., Marembert F., Monna F. 2005. Quel statut pour les espaces de montagne durant l'Âge du Bronze ? Regards croisés sur les approches société-environnement dans les Pyrénées occidentales. Documents d'archéologie méridionale 28, p. 7-23, 10 fig.

Chaix L. 2006. Le bétail en mouvement, du Néolithique à l'Âge du Fer : aspects méthodologiques et données archéozoologiques. In Laffont P.-Y. (ed.). Transhumance et estivage en Occident des origines aux enjeux actuels : actes des XXVIe Journées internationales d'histoire de l'abbaye de Fla ran, 9, 10, 11 septembre 2004. Toulouse : Presses universitaires du Mirail, p. 31-48, 11 fig. (Flaran ; 26).

Chouquer G. 2000. L'étude des paysages : essais sur leurs formes et leur histoire. Paris : Errance. 208 p.

Colominas Roca J. 1927. La fou de Bor (Cerdanya). Anuari de l'Institut d'Estudis Catalans 7, 31, p. 14-19.

Conesa M. 2006. Espaces en partage et partage des espaces. Organisation et acteurs de la transhumance et de l'estivage dans les Pyrénées de l'Est (Cerdagne, xve-xviiie siècles). In Laffont P.-Y. (ed.). Transhumance et estivage en Occident des origines aux enjeux actuels : actes des XXVIe Journées internationales d'histoire de l'abbaye de Flaran, 9, 10, 11 septembre 2004. Toulouse : Presses universitaires du Mirail, p. 307-326, 2tab. (Flaran ; 26).

Crabol D., Campmajo P. 1988. Nouveau jalon des Campaniformes pyrénéens dans la haute montagne catalane. In Prehistària i arqueologia de la Conca del Segre : homenatge al Prof. Dr. Joan Maluquer de Motes : 7è Col-loqui Internacional d'Arqueologia de Puigcerdà, 6-8 de juny de 1986. Puigcerdà : Institut d'estudis ceretans, p. 85-94. (Publicacions de l'Institut d'estudis ceretans).

Davasse B. 2000. Forêts, charbonniers et paysans dans les Pyrénées de l'Est du Moyen Âge à nos jours : une approche géographique de l'histoire de l'environnement. Toulouse : Geode. 287 p., 44 fig., 4 cartes hors texte.

Davasse B., Galop D., Rendu Chr. 1997. Paysages du Néolithique à nos jours dans les Pyrénées de l'Est d'après l'écologie historique et l'archéologie pastorale. In Burnoufj., Bravard J.-P, Chouquer G. (eds). La dynamique des paysages protohistoriques, antiques, médiévaux et modernes : [actes Des XVIIe rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes, 19-20-21 octobre 1996]. Sophia-Antipolis : Éd. APDCA, p. 577-599, 9 fig.

Delmas M. 2005. La déglaciation dans le massif du Carlit (Pyrénées-Orientales) : approches géomorphologique et géochronologique nouvelles. Quaternaire 16/1, p. 45-55, 4 fig.

Dubois C, Métailié J.-P., Izard V. 1997. Archéologie de la forêt charbon née : questions et méthodes, illustrées par l'exemple du site de Lercoul (Ariège). In Burnoufj., Bravard J.-P., Chouquer G. (eds). La dynamique des paysages protohistoriques, antiques, médiévaux et modernes : [actes des XVIIe rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes, 19-20-21 octobre 1996]. Sophia-Antipolis : Éd. APDCA, p. 526-540, 7 fig.

Erroux J. 1983. Graminées et légumineuses sur le site de Llo. In Campmajo P. Le site protohistorique de Llo (Pyrénées-Orientales). Perpignan : Centre d'études préhistoriques catalanes, Université de Perpignan, p. 128-129.

Galop D. 1998. La forêt, l'homme et le troupeau dans les Pyrénées : 6000 ans d'histoire de l'environnement entre Garonne et Méditerranée : contribution palynologique. Toulouse : Geode, Université de Toulouse II : Laboratoire d'écologie terrestre, Université Paul Sabatier : FRAMESPA, Université de Toulouse II. 285 p., 61 fig.

Galop D. 2001. Les apports de la palynologie à l'histoire rurale. La longue durée des activités agropastorales pyrénéennes. In Guilaine J. (dir.). La très longue durée. Paris : EHESS, p. 127-138, 3 fig. (Études rurales ; 153-154).

Galop D. 2005. La conquête de la montagne pyrénéenne au Néolithique : chronologie, rythmes et transformation des paysages à partir des données polliniques. In Guilaine J. (dir.). Populations néolithiques et environnements. Paris : Éd. Errance, p. 279-295, 6 fig. (Coll, des Hespérides).

Gascô J. 1995. État de la question de l'Âge du Bronze sur le versant nord des Pyrénées de l'Est (Pyrénées-Orientales, Ariège, Aude) et sur ses marges. In Padro J.J. (dir.). Cultures i medi, de la prehistària a l'edat mitjana : 20 anys d'arqueologia pirinenca : homenatge al pro fessor Jean Guilaine :Xcol.loqui internacional d'arqueologia de Puigcerdà, del 10 al 12 de novembre de 1994, Puigcerdà i Osseja. Puigcerdà : Institut d'estudis ceretans, p. 343-358, 5 fig. (Publicacions de l'Institut d'estudis ceretans ; 27).

Gascô J. (dir.) 1996. Le Laouret et la Montagne d'Alaricà la fin de l'Âge du Bronze : un hameau abandonné entre Floure et Monze (Aude). Toulouse : Centre d'anthropologie EHESS-CNRS ; Carcassonne : Archéologie en terre d'Aude. 450 p., 276 fig., 101 tab.

Gascô J. 2001. Exemples d'organisation spatiale du peuplement à la fin de la Préhistoire récente : le Languedoc occidental. Sud-Ouest européen 11, p. 43-57, 4 fig.

Gascô J., Carozza L. 1992. Terroirs protohistoriques en pays albigeois et en Languedoc. In Mordant Cl., Richard A. (eds). L'habitat et l'occupation du sol à l'Âge du Bronze en Europe : [actes du colloque international de Lons-le-Saunier, 16-19 mai 1990]. Paris : Comité des travaux historiques et scientifiques, Section de préhistoire et de protohistoire, p. 279-291, 6 fig. (Documents préhistoriques ; 4).

Guilaine J. 1967. La civilisation du vase campaniforme dans les Pyrénées françaises. Carcassonne : impr. Gabelle. 240 p., 9 pl.

Guilaine J. 1972. L'Âge du Bronze en Languedoc occidental, Roussillon, Ariège. Paris : Klincksieck. 460 p., 11 pl. (Mémoires de la Société préhistorique française ; 9).

Guilaine J. (dir.) 2005. Populations néolithiques et environnements. Paris : Éd. Errance. 259 p. (Coll, des Hespérides).

Guilaine J., Martzluff M. 1976. Sur le Néolithique ancien de Cerdagne. In 1 Col. loqui Internacional d'Arqueologia de Puigcerdà. Cypsela 1, p. 34-35, 1 fig.

Harfouche R. 2005. Retenir et cultiver le sol sur la longue durée : les terrasses de culture et la place du bétail dans la montagne méditerranéenne. Anthropozoologica 40/1, p. 45-80, 17 fig.

Harfouche R. 2007. Histoire des paysages méditerranéens terrassés : aménagements et agriculture. Oxford : Archaeopress. VI1-265 p., 114 fig. (BAR. International Series ; 1634).

Harfouche R., Poupet P. 2000. L'espace agricole de la Préhistoire récente en moyenne Vistrenque (Nîmes, Gard). In Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. (dir.). Sociétés et espaces : rencontres méridionales de préhistoire récente, troisième session, Toulouse, 6-7 novembre 1998. Toulouse : Archives d'écologie préhistorique, p. 135-146, 5 fig.

Harfouche R., Poupet P. 2003. Cultiver et battre la récolte en Grèce cycladique dans l'Antiquité. In Anderson P.C., Cummings L.S., Schippersth K., Simonel B. (eds). Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent : actes des XXIIIe Rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes, 17-19 octobre 2002. Antibes : Éd. APDCA, p. 269-294, 18 fig.

Harfouche R., Poupet P., Ruas M.-P., Campmajo P., Rendu Chr., Bal M.-C. à paraître. Aux marges de l'ager : forêt, pâturages et... agriculture dans la montagne pyrénéenne. In Sylva et Saltus en Gaule romaine : dynamique et gestion des forêts et des zones rurales marginales (friches ; landes, marais...) : actes du VIIe colloque ACER, Rennes, octobre 2004. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Helmer D. 1979. Recherches sur l'économie et l'origine des animaux domestiques d'après l'étude des mammifères post-paléolothiques (du Mésolithique à l'Âge du Bronze) en Provence. 2 vol. [Thèse : Paléontologie : Montpellier 2].

Helmer D., Gourichon L., Sidi Maamar H., Vigne J.-D. 2005. L'élevage des caprinés néolithiques dans le Sud-Est de la France : saisonnalité des abattages, relations entre grottes-bergeries et sites de plein air. Anthropozoologica 40/1, p. 167-189, 6 fig.

Jalut G. 1977. Végétation et climat des Pyrénées méditerranéennes depuis quinze mille ans. Toulouse : EHESS. V-141 p. (Archives d'écologie préhistorique ; 2).

Jouzelj., Lorius C. 1999. Évolution du climat : du passé vers le futur. Comptes rendus de l'Académie des sciences 328, p. 229-239.

Maluquer De Motes J. 1942. La ceràmica con asa de apéndice de botôn y el final de la cultura megalitica del nordeste de la peninsula. Ampurias 4, p. 171-188.

Martin I Côlliga A., Tarrüs I Galter J. 1995. Neoliticy megalitisme a la Catalunya subpirinenca. In Padrôj. (dir.). Cultures i medi, de la prehistària a l'edat mitjana : 20 anys d'arqueologia pirinenca : homenatge al pro fessor Jean Guilaine :X col. loqui internacional d'arqueologia de Puigcerdà, del 10 al 12 de novembre de 1994, Puigcerdà i Osseja. Puigcerdà : Institut d'estudis ceretans, p. 241-260, 6 fig. (Publicacions de l'Institut d'estudis ceretans ; 27).

Martzluff M. 1998. L'habitat protohistorique et médiéval de Véïnat de Dalt à Targasonne (Cerdagne). In Comerçi vies de comunicacio (1000 aC – 700 dC) : XI col.loqui internacional d'arqueologia de Puigcerdà, 31 d'Oct. i 1 de Nov. 1997, Puigcerdà. Puigcerdà : Institut d'estudis ceretans, p. 421-433.

Matterne V. 2001. Agriculture et alimentation végétale durant l'Âge du Fer et l'époque gallo-romaine en France septentrionale. Montagnac : Éd. M. Mergoil. 310 p., 105 fig., annexe de 77 p. (Archéologie des plantes et des animaux ; 1).

Maya Gonzalez J.L., Petit I Mendizàbal M.À. 1995. L'edat del Bronze a Catalunya. Problemàtica i perspectives de futur. In Padrô J. (dir.). Cultures i medi, de la prehistària a l'edat mitjana : 20 anys d'arqueologia pirinenca : homenatge al professor Jean Cuilaine : X col.loqui internacional d'arqueologia de Puigcerdà, del 10 al 12 de novembre de 1994, Puigcerdà i Osseja. Puigcerdà : Institut d'estudis ceretans, p. 327-342, 3 fig. (Publicacions de l'Institut d'estudis ceretans ; 27).

Mayewski P.A. et al. 2004. Holocene climate variability. Quaternary Research 62, p. 243-255.

Mercadal O., Aliaga S., Campillo J., Valiente P. 1995. Noves interpretacions sobre el poblament humà de la Cerdanya (4000 aC-s. IX dC). In Padrô J. (dir.). Cultures i medi, de la prehistària a l'edat mitjana : 20 anys d'arqueologia pirinenca : homenatge al professor Jean Cuilaine : X col.loqui internacional d'arqueologia de Puigcerdà, del 10 al 12 de novembre de 1994, Puigcerdà i Osseja. Puigcerdà : Institut d'estudis ceretans, p. 711-719, 3 fig. (Publicacions de l'Institut d'estudis ceretans ; 27).

Métailié J.-P. 1981. Le feu pastoral dans les Pyrénées centrales : Barousse, Oueil, Larboust. Paris : Éd. du CNRS. 294 p., 2 cartes hors texte.

Padrô J. 1976. Concideracions sobre els enterrements l'Edat del Bronze ala Cerdanya. In 1 Col. loqui Internacional d'Arqueologia de Puigcerdà. Cypsela 1, p. 91-97.

Padrô J. (dir.) 1995. Cultures i medi, de la prehistària a l'edat mitjana : 20 anys d'arqueologia pirinenca : homenatge al professor Jean Cuilaine : X col.loqui internacional d'arqueologia de Puigcerdà, del 10 al 12 de novembre de 1994, Puigcerdà i Osseja. Puigcerdà : Institut d'estudis ceretans. 745 p. (Publicacions de l'Institut d'estudis ceretans ; 27).

Poupet P. 1988. Fixité et mobilité des paysages. Les Sciences de la Terre et la restitution de l'espace rural. La pensée 262, p. 43-55.

Poupet P. 1991. Archéo-agronomie en Languedoc : études des faits techniques et du milieu dans les pratiques agricoles. Bulletin de liaison – ACER 1, p. 3-6.

Poupet P. 1998. Protohistoric and ancient agriculture in the Mediterranean region : dominion and improvment of soil. In 16e congrès mondial de science du sol, Montpellier, 20-26 août 1998. [S.I.] : [s.n.]. [Communication publiée en français et en anglais sur CD-Rom].

Poupet P. 2001. Science du sol et archéologie : à propos d'un exemple délien. In Guilainej. (dir.). La très longue durée. Paris : Éd. de l'École des hautes études en sciences sociales, p. 91-114. (Études rurales ; 153-154).

Poupet P., Harfouche R. 2000. À la recherche des champs protohistoriques en Languedoc méditerranéen (France) : gestion des sols et moyens de production. In Buxô R., Pons I Brun E. (dir.). Elsproductes alimentons d'origen végétal a l'edat del Ferro de l'Europa Occidental : de la produccio al consum : actes del XXII Col-loqui Internacional per a l'Estudi de l'Edatdel Ferro. Girona : Museu d'Arqueologia de Catalunya, Generalitat de Catalunya, p. 221-236, 8 fig. (Série monogràfica ; 18).

Poupet P., Yaalon D.H. 1998. Attitudes to soil care and land use through human history, Introduction to IUSS Symposium 45. In 16e congrès mondial de science du sol, Montpellier, 20-26 août 1998. [S.I.] : [s.n.]. [Communication publiée en français et en anglais sur CD-Rom].

Rendu Chr. 2003. La montagne d'Enveitg : une estive pyrénéenne dans la longue durée. Canet : Trabucaire. 606 p., 86 fig., 25 tab., 48 photos. (Histôria).

Rendu Chr., Campmajo P., Davasse B., Galop D., Évin J., Fontugne M. 1999. Archéologie pastorale et histoire de l'environnement en haute montagne : l'apport des datations radiocarbone. In Évin J., Oberlin G, Daugas J., Salles J.-Fr. (dir.). 14C et archéologie : 3e congrès international, Lyon, 6-10 avril 1998. Paris : Société préhistorique française : Groupe des méthodes pluridisciplinaires contribuant à l'archéologie, p. 411-417, 4 fig. (Mémoires de la Société préhistorique française ; 26. Revue d'archéométrie. Suppl.).

Richard H. 2000. L'introduction de l'agriculture sur la montagne jurassienne. Plus d'un millénaire de succès et d'échecs apparents. In Guilainej. (dir.). La très longue durée. Paris : Éd. de l'École des hautes études en sciences sociales, p. 115-125. (Études rurales ; 153-154).

Rico Ch. 1997. Pyrénées romaines : essai sur un pays de frontière (iiie siècle av. J.-C. - ive siècle ap. J.-C.). Madrid : Casa de Velâzquez. 417 p. (Bibliothèque de la Casa de Velâzquez ; 14).

Rovira J. 1982. Cova d'Anes (Prullans-Bellver de Cerdanya). In Les Excavacions archeolàgiques a Catalunya en els darrers anys. Barcelona : Departament de cultura de la generalitat de Catalunya, p. 140-141. (Excavacions arqueolôgiques a Catalunya ; 1).

Rovira I Port J. 1976a. El Néolitica la Cerdanya i alta va II del Segre. In 1 Col. loqui Internacional d'Arqueologia de Puigcerdà. Cypsela 1, p. 39-48.

Rovira I Port J. 1976b. El Néolitici Edad del Bronze a la Cerdanya i alta va II del Segre. In 1 Col. loqui Internacional d'Arqueologia de Puigcerdà. Cypsela 1, p. 61-68.

Ruas M.-P. 2003. Des céréales et des fruits dans le niveau incendié de la cabane 81. In Rendu Chr. (dir.). La montagne d'Enveitg : une estive pyrénéenne dans la longue durée. Canet : Trabucaire, p. 393-412, 6 fig., 3 tab. (Histôria).

Ruas M.-P., Rendu Chr. 2005. Glanes et cultures en haute montagne d'après les restes de graines et de fruits carbonisés de deux sites médiévaux de Cerdagne et du Capcir (Pyrénées-Orientales). In Catafau A. (ed.). Les ressources naturelles des Pyrénées du Moyen Âge à l'Époque Moderne : exploitation, gestion, appropriation : actes du Congrès international RESOPYR 1, Font-Romeu, 8-9-10 novembre 2002. Perpignan : Presses universitaires de Perpignan, p. 147-184, 13 fig., 4 tab. (Coll. Études).

Sablayrolles R. (ed.) 2001. Les ressources naturelles dans les Pyrénées : leur exploitation durant l'Antiquité : [actes de la table ronde tenue à l'Université de Toulouse-Le-Mirail en octobre 1999]. Saint-Bertrand-de-Comminges : Musée archéologique départemental. 203 p. (Entretiens d'archéologie et d'histoire ; 6).

Soutadé G. 1980. Modelé et dynamique actuelle des versants supra-forestiers des Pyrénées-Orientales. Toulouse : G. Soutadé. 452 p., 121 fig., 22 tab., 63 photos.

Thiébault St. 2006. L'homme, la végétation et la montagne au Néolithique. In Guilainej. (dir.). Populations néolithiques et environnements. Paris : Éd. Errance, p. 243-257, 9 fig.

Toledo I Mur A. 2000. L'Âge du Bronze ancien et moyen au Nord-Est de la Catalogne. In Gascôj., Claustre Fr. (dir.). Habitats, économies et sociétés du Nord-Ouest méditerranéen de l'Âge du Bronze au premier Âge du Fer : actes du colloque international, XXIVe congrès préhistorique de France, Carcassonne, 26-30 septembre 1994. Paris : Société préhistorique française, p. 83-91, 5 fig.

Van Geel B., Magny M. 2002. Mise en évidence d'un forçage solaire du climat à partir de données paléoécologiques et archéologiques : la transition Subboréal-Subatlantique. In Richard H., Vignot A. (dir.). Équilibres et ruptures dans les écosystèmes depuis 20 000 ans en Europe de l'Ouest : actes du colloque international de Besançon, 18-22 septembre 2000. Besançon : Presses universitaires franc-comtoises, p. 107-122. (Annales littéraires de l'Université de Besançon ; 730. Environnement, sociétés et archéologie ; 3).

Vannière B., Galop D., Rendu Chr., Davasse B. 2001. Feu et pratiques agro-pastorales dans les Pyrénées-Orientales : le cas de la Montagne d'Enveitg (Cerdagne, Pyrénées-Orientales, France). Sud-Ouest européen 11, p. 29-42, 9 fig.

Vaquer J. 1976. Gisements néolithiques en Cerdagne. In 1 Col. loqui Internacional d'Arqueologia de Puigcerdà. Cypsela 1, p. 36-38.

Viers G. 1961. Le glaciaire du massif du Carlit (P.-O.) et ses enseignements. Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest 32/1, p. 5-33.

Viers G. 1968. La carte du relief glaciaire des Pyrénées. Feuille de Mont-Louis au 50000e (Pyrénées-Orientales). Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest 39/A, p. 429-434.

Vigne J.-D. 1983. Quelques données sur les ossements de l'oppidum protohistorique de Llo. In Campmajo P. Le site protohistorique de Llo (Pyrénées-Orientales). Perpignan : Centre d'études préhistoriques catalanes, Université de Perpignan, p. 130-152.

Walsh K., Mocci F., Tzortzis S., Palet-Martinez J.-M. 2005. Dynamique du peuplement et activités agro-pastorales durant l'Âge du Bronze dans les massifs du Haut Champsaur et de l'Argentierois (Hautes-Alpes). Documents d'archéologie méridionale 28, p. 25-44.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte de la Cerdagne et de la haute vallée du Sègre entourée des puissants reliefs pyrénéens comme le massif granitique du Carlit, selon un gradient altitudinal allant de 1100 à près de 3000 m. La montagne d'Enveitg est soulignée selon la limite communale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 2 – Carte de la montagne d'Enveitg (Pyrénées-Orientales) et des constructions liées au pastoralisme repérées par prospection. Les sondages palynologiques et archéoagronomiques ainsi que les bases de charbonnières connues concernent cet environnement pastoral et forestier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3629/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 3 – Carte des sites archéologiques et des indices d'occupation en Cerdagne pour les périodes néolithiques et l'Âge du Bronze. La concentration des points au nord de l'enclave espagnole de Llivia, entre les communes d’Enveitg (14, 15) et d’Odeillo (9), est un biais dû à une zone intensément prospectée et non pas l’image d’un espace particulièrement attractif pour les populations de la Préhistoire récente.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3629/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 4 – Tableau des sites archéologiques cerdans reconnus en prospection, par sondage et par la fouille préventive d’après la bibliographie. Deux sources principales, Campmajo 1991 et Mercadal et al. 1995, ne s'accordent pas toujours sur les datations des occupations ni sur la nature nomade ou sédentaire des populations. Les numéros de la première colonne renvoient à la carte de la fig. 3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3629/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3629/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 5 – Mur de terrasse et sondage pédoarchéologique sur le plat pastoral à l'Orri d'en Corbill (1900 m) (Enveitg, Pyrénées-Orientales).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3629/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 6 – Profil pédoarchéologique aux Devèses, en moyenne montagne (1750 m) : succession de sols aux pédogenèses différentes et terrasses emboîtées (les lettres de désignation des horizons pédologiques sont celles du Référentiel pédologique : Baize, Cirard 1995).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3629/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 7 – Amas de charbons à la surface d'un paléosol derrière un mur de contention des terres (1800 m).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3629/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 8 – Tableau des dates radiochronologiques relatives à l’environnement sur la soutane d'Enveitg : sondages pédoarchéologiques ; base d'une charbonnière (Davasse et al. 1997) et carottes palynologiques dans les deux tourbières du Pla de l’Orri et de Maurà (Galop 1998).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3629/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 9 – Le système socio-économique de la montagne d'Enveitg à la Préhistoire récente : deux propositions de modèles d'exploitation, en fonction de l’étagement altitudinal.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3629/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 432k

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search