Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Thème : économie et société à la fin de la préhistoire

Économie souterraine et guerre des gangs sur les Grands Causses à la fin du Néolithique

Philippe Galant

Résumé

La région naturelle des Grands Causses présente une morphologie spécifique à son contexte karstique, qui se traduit dans les paysages comme un assemblage de plateaux séparés par des vallées plus ou moins profondes. Malgré cette contrainte naturelle, le peuplement de ces territoires a été très important à la fin du Néolithique. Dans ce contexte, l'utilisation du milieu souterrain se caractérise par de très nombreuses traces. La perception de ce phénomène par une approche géomorphologique globale a permis d'identifier un rôle économique dans la fréquentation du sous-sol au travers de l'approvisionnement en eau, en argile et en calcite. Si les modalités fonctionnelles de ces utilisations paraissent claires, adaptées aux particularités du milieu ainsi qu'aux besoins des groupes humains, leur insertion dans le paysage culturel de la fin du Néolithique est moins évidente. À cette date, les territoires concernés s'intégrent dans une région où la pluralité culturelle est bien marquée. Dès lors, on peut s'interroger sur la situation de cette économie par rapport à une communauté culturelle précise ou par rapport aux contraintes géographiques. Dans tous les cas, cette réflexion se heurte rapidement aux contextes chronoculturels tels qu'ils ont été définis au cours de ces cinquante dernières années.

À la mémoire de Philippe Kirn

Texte intégral

1. UNE RÉGION PARTICULIÈRE ET SON HISTOIRE

1La région naturelle des Grands Causses est située entre le Sud du Massif Central et la plaine littorale languedocienne. Elle est limitée d'est en ouest par les massifs cristallins des Cévennes et de la Montagne Noire (fig. 1). Cette situation, entre les influences méditerranéenne et atlantique, en fait une région au climat rude : rigoureux en hiver, chaud en été et pluvieux en automne et au printemps. Elle est constituée d'un ensemble de plateaux calcaires qui s'étagent du sud au nord de 500 à 1200 mètres d'altitude. Ils sont séparés par de profondes vallées qui en font autant d'espaces aux limites naturelles franches. L'absence d'écoulement hydrologique de surface, en dehors des périodes de précipitations, caractérise ces massifs karstiques. De fait, ils présentent un fonctionnement hydrogéologique spécifique qui entraîne une érosion particulière, la karstificati. Il en résulte une rapide et régulière modification de la surface, jusqu'au creusement de nombreuses cavités naturelles dans le sous-sol. Ce principe conditionne toute l'évolution géographique, et donc anthropique, de ces espaces.

2C'est dans ce contexte qu'une très forte croissance du peuplement est notée à partir de la fin du Néolithique. Elle se caractérise par la présence de nombreux sites archéologiques contemporains qui ont principalement trait au mégalithisme et à l'occupation des cavités naturelles. Les recherches récentes nous montrent que cette particularité est surtout due à l'histoire des recherches archéologiques de cette région. Depuis plus d'une décennie, des établissements de plein air sont régulièrement découverts au bénéfice de l'archéologie préventive ou encore de la recherche programmée dans une démarche cohérente et multidisciplinaire. Ces découvertes remettent en cause les schémas d'organisation des populations, qui paraissaient pourtant comme acquis, en montrant une plus grande variabilité des types de gisements (Galant 2005).

Fig. 1 – Carte de situation des différentes unités morphologiques qui composent la région naturelle des Grands Causses.

2. LE MONDE SOUTERRAIN VISITÉ

3Dans ce même élan, une nouvelle démarche dans l'étude de l'espace souterrain nous permet de reconsidérer la place de ce milieu spécifique dans le quotidien des groupes humains de la fin du Néolithique. Nous avons privilégié une approche systématique des traces visibles dans le plus grand nombre de cavités naturelles et développé des approches géomorphologiques des sites les mieux conservés. Ainsi, il a pu être établi que la presque totalité des cavités accessibles, c'est-à-dire avec des verticales inférieures à 20 m, ont été visitées. La plupart d'entre elles montrent des traces d'utilisation. Le meilleur exemple de cette « spéléologie » préhistorique est le site de l'Aven de la Rouvière (Rogues, Gard). L'étude de ce gisement a permis de mettre en évidence l'évolution de l'utilisation de cette cavité : depuis sa première exploration jusqu'à son utilisation avec un aménagement raisonné du site, en vue d'optimiser son accès, en remodelage permanent. Celle-ci est due aux apports anthropiques ainsi qu'à des phénomènes naturels. Plusieurs bouleversements qui ont entraîné un décolmatage du réseau ont pu être identifiés. Ils ont incité les hommes à réorganiser le site, dans une parfaite adaptation aux conditions naturelles.

4D'autres faits majeurs apparaissent également au cours de ces études. Ils concernent la variabilité des types fonctionnels des différentes fréquentations. Une succession, de l'économique au sépulcral et/ou du sépulcral à l'économique, est régulièrement marquée. Ce point est d'un grand intérêt puisqu'il place vraiment l'utilisation des cavités naturelles dans le quotidien des populations. Il marque également une évolution de la notion du « territoire humain » que nous pouvons avoir dans ces régions. Il est certain que ce sont les besoins qui motivent l'utilisation, mais c'est cette évolution des « besoins » qui doit retenir notre intérêt dans les modifications des utilisations des espaces réservés, et ce, dans des créneaux temporels souvent courts.

5De nombreux exemples viennent argumenter en ce sens. Nous retiendrons ici, entre autres, celui de la grotte du Claux (Gorniès, Hérault). Il nous paraît être un des plus représentatifs. On note dans cette cavité une occupation sépulcrale modeste : moins d'une trentaine d'individus. Ce qui, au regard du réseau, n'a eu qu'une emprise limitée. Une utilisation de ce même espace comme « grotte-citerne » succède à la première occupation. Cette transition est assortie d'une purification de la caverne par le feu. Les vestiges humains ont par la suite été rassemblés au sein d'un espace muré, avant qu'un deuxième « incendie » ne soit organisé (fig. 2). Celui-ci a entraîné plusieurs changements dans la morphologie de la cavité, sur lesquels l'occupation « économique » vient se développer. Cette succession de gestes nous montre bien l'intérêt porté au site et le respect lié à la prise en compte des restes humains. La démarche « purificative » parle feu dénote probablement la courte succession dans le temps de ces deux types d'occupation opposés dans leur fonctionnalité.

6Il faut également évoquer les dépôts funéraires postérieurs à l'utilisation économique, comme à l'aven-grotte de la Figueyrolles (Blandas, Gard) ou encore à la grotte de Maurous (La Vacquerie-et-Saint-Martin-de-Castrie, Hérault). Il y a aussi ceux qui se placent entre deux occupations économiques, comme c'est le cas dans l'aven de la Rouvière (Rogues, Gard). Dans toutes ces situations, il s'agit de dépôts ponctuels, limités à quelques individus. Si cet enchaînement de fonctions peut être prouvé dans les fouilles récentes, cela est beaucoup plus délicat pour les découvertes anciennes. Elles sont fortement pressenties au vu des vestiges découverts. Nous retiendrons que ces successions de gestes au sein d'un même espace témoignent de la primauté du lieu par rapport à sa fonction.

7Les successions d'occupations que nous venons de présenter contrastent également avec des utilisations économiques brèves et non perturbées, comme à l'aven de Sott-Manit

Fig. 2 – Grotte du Claux (Gorniès, Hérault). Accumulation d'ossements humains « chauffés », rassemblés à l’arrière d’un mur qui condamnait l'entrée d’un locus.

Fig. 3 – Carte de situation des principaux gisements mentionnés dans cette contribution.
1. Grotte des Pins (Blandas, 30)
2. Grotte du Claux (Gorniès, 30)
3. Aven de la Rouvière (Rogues, 30)
4. Aven Del Braou (Campestre-et-Luc, 30)
5. Grotte 1 des Cascades (Creissel, 12)
6. Grotte des Treilles (Saint-Jean Saint-Paul, 12)
7. Abri du Roc Troué (Sainte-Eulalie-de-Cernon, 12)
8. Aven d’Altayrac (La Roque-Sainte-Marguerite, 12)
9. Abri du Champs du Quercy (La Couvertoirade, 12)
10. Les Campasses et Labro (L’Hospitalet-du-Larzac, 12)
11. Baume Saint-Amans (Millau, 12)
12. Aven Tournet (Millau, 12)
13. Grotte du Jas Del Biau (Millau, 12)
14. Aven-grotte des Stochs du Sambuc (Nant, 12)
15. La Vayssière (La Bastide-et-Pradines, 12)
16. Abri sous roche de Duat (Sainte-Eulalie-de-Cernon, 12)
17. Aven-grotte des Plos (Millau, 12)
18. Grotte II des Truels (Millau, 12)
19. Grotte de Bramabiau (Saint-Sauveur-des-Pourcils, 30)
20. Baume Layrou (Trèves, 30)
21. Grotte du Jas Del Biau (Meyrueis, 48)
22. Baume Dolante (Vébron, 48)
23. Grotte 1 de Terre Rouge (Fraissinet-de-Fourques, 48)
24. Aven des Corneilles (Prades, 48)
25. Abri sous blocs du Bois de Cossigual (Meyrueis, 48)
26. Grotte du Baoumas (Saint-Pierre-des-Tripiers, 48)
27. Grotte du Traouc Del Chi (Meyrueis, 48)
28. Grotte de la Boullière (Meyrueis, 48)
29. Grotte de Maurous (La Vacquerie-et-Saint-Martin, 34)
30. Aven-grotte de la Figeyrolles (Blandas, 30)
31. Aven de Sott-Manit (Saint-Maurice Navacelles, 34)
32. Aven d’Auguste (Saint-Maurice Navacelles, 34)
33. Aven de Fouillac (Saint-Jean-de-Buèges, 34)
34. Aven du Gendarme (La Roque-Sainte-Marguerite, 12)
35. Aven-grotte des Besses (Saint-Maurice Navacelles, 34)
36. Aven de la Portalerie (La Couvertoirade, 12)
37. Grotte d'Avril (Saint-Jean-de-Buèges, 34)
38. Grotte du Pas de Joulié (Trèves, 30)
39. Le Pié Lat (Blandas, 30)

8(Saint-Maurice Navacelles, Hérault). Dans cet exemple, l'unicité est probablement due à la difficulté d'accès liée à un puits vertical de 25 m qui s'est sans doute avéré peu fonctionnel au cours de l'utilisation. De même, certains sites montrent une fréquentation dans le temps longue et régulière sans qu'aucun phénomène géomorphologique majeur ne vienne modifier la cavité, laissant les vestiges s'accumuler, et quelle que soit leur chronologie, dans des environnements très marqués par de denses spéléothèmes. Nous citerons ainsi l'aven-grotte de la Figueyrolles (Blandas, Gard), l'aven d'Auguste (Saint-Maurice Navacelles, Hérault) ou encore l'aven de Fouillac (Saint-Jean-de-Buèges, Hérault), pour les plus caractéristiques (fig. 3).

9Nous venons de voir que l'espace souterrain a joué un rôle très présent au quotidien pour les groupes humains installés dans les zones karstiques caussenardes à la fin du Néolithique. Ces utilisations ont laissé de nombreuses traces, très variées, selon la nature et l'importance de la fréquentation, mais également en fonction des conditions de conservation souvent spécifiques aux réseaux considérés. Ces éléments, en dehors des utilisations sépulcrales que l'on définira comme « sociales », nous permettent d'identifier trois facteurs économiques majeurs qui, dans ces contextes karstiques, sont en étroite relation avec la spécificité du milieu souterrain.

Fig. 4 – Grotte du Claux (Gorniès, Hérault). Jarre à cordons intacte retrouvée en situation de collecte sous un point de stillation. La nature du récipient ainsi que sa situation topographique au sein de la cavité contribuent à la définition d'une utilisation comme grotte-citerne. Cliché : Albert Colomer.

3. L'EAU ET LES GROTTES-CITERNES

10En premier lieu, nous aborderons les besoins en eau. Nous avons déjà évoqué une des spécificités des régions calcaires qui se caractérisent par l'absence d'écoulement hydrologique aérien, et ce, en dehors des périodes de précipitations qui prennent souvent dans ces régions des aspects torrentiels à l'automne et au printemps. Le reste du temps, les rares sources, qui se développent au bénéfice de successions géologiques exceptionnelles (calcaires et marnes), se tarissent rapidement. D'ailleurs, tout au long de l'histoire récente de ces régions, on note que les hommes ont cherché à retenir l'eau au travers de différents dispositifs constamment plus ingénieux, mais toujours adaptés à leur environnement direct.

11Pour la fin du Néolithique, les vestiges les plus concrets concernent ce qui a été caractérisé sous le terme de « grotte-citerne » (Louis 1948). Il est effectivement très vite apparu, dès les débuts de l'archéologie, que la pénétration du milieu souterrain était motivée par la recherche de l'eau absente de la surface des plateaux (Mazauric 1910). Bénéficiant de l'avancée des recherches, cette évidence s'est peu à peu transformée en une spécificité, allant même jusqu'à attribuer un type céramique particulier à cette utilisation de collecte, la jarre à cordons (Martin et al. 1964). Les études récentes montrent qu'il est difficile d'être exclusif dans la définition d'une « grotte-citerne » à partir d'un seul type de mobilier, tout aussi particulier soit-il (Galant 2003a). Il est certain que les jarres à cordons constituent le vase-réserve par excellence (fig. 4), ne serait-ce que par les volumes qu'elles peuvent contenir (de quelques litres à plus de 220 litres pour la plus grande actuellement connue). Mais ces éléments se retrouvent à la fois dans des contextes d'habitat et sous forme résiduelle en milieu sépulcral. Ils constituent donc un élément fonctionnel attesté à différentes étapes de la vie quotidienne. Dans plusieurs études de cavités, nous avons mis en évidence d'autres particularités liées à la recherche de l'eau en contexte karstique. L'exemple déjà évoqué du site de l'aven de la Rouvière (Rogues, Gard) nous a incité à porter un nouveau regard sur ces gisements.

12Nous aborderons ici le point qui concerne la nature de la réserve en eau. Elle peut souvent paraître difficile à identifier, mais le recours à l'analyse géomorphologique des contextes de cavités permet généralement d'y parvenir. Que la collecte soit directe dans des réserves existantes, gours et siphons, ou indirecte par l'utilisation de dispositifs de captage et de stockage, les traces sont visibles et variées. Dans le premier cas, c'est l'analyse morphologique de la cavité et de ses indices archéologiques qui permettra l'identification. Dans le deuxième, c'est la présence de vases et de dispositifs associés qui sera déterminante. Dans la majorité des cas, le recours à une fouille ponctuelle permettra de compléter les données.

13Un autre critère déterminant est beaucoup plus complexe à mettre en évidence. Il concerne la gestion d'une cavité dans le temps, depuis sa découverte jusqu'à son abandon. Il faut avouer ici que les exemples sont rares. C'est seulement par la prise en charge d'une découverte spéléologique exceptionnellement bien conservée que l'on peut envisager une telle étude. C'est dans ce sens que, pendant 15 ans, nous avons pu travailler dans l'aven de la Rouvière (Rogues, Gard). Mise à part la richesse mobilière du niveau d'abandon, la fouille de ce gisement a révélé un grand nombre d'informations inédites (Galant et al. 2000). L'association très étroite dans ces travaux entre la démarche de l'archéologue et celle du géomorphologue nous a permis d'identifier les différentes étapes de la vie fonctionnelle de cette cavité (fig. 5) :

  • découverte du réseau par une entrée étroite et peu pratique ;

  • après la première exploration, réalisation d'aménagements conséquents pour en faciliter l'accès (désobstruction de plusieurs mètres cubes de sédiment et construction d'escaliers) ;

  • gestion de la ressource en eau par récupération directe dans un gour alimenté seulement au cours des périodes pluvieuses ;

  • établissement d'une zone de stockage de la ressource, proche du point de prélèvement, mais également de celui de consommation ;

  • évolution morphologique de la cavité due à son fonctionnement hydrogéologique particulier. Il s'agit d'une perte karstique située au toit de l'endokarst et qui réagit rapidement aux écoulements superficiels ;

  • nouvelle exploration de la prolongation du réseau consécutive à un débourrage du comblement qui formait la citerne suspendue ;

  • réorganisation de la collecte d'eau par la mise en place d'une zone de récupération sous un point d'écoulement temporaire au fond de l'aven ;

  • organisation d'un transport nécessitant au moins trois personnes, au cours des périodes de précipitations, vers la zone de stockage favorable, proche de l'entrée.

14L'ensemble de cette démarche fonctionnelle avait pour unique motivation la constitution d'une réserve d'eau pour la période estivale. Enfin, nous mentionnerons pour mémoire que l'importance probable de cette cavité a motivé l'installation d'un établissement de plein air qui lui est directement associé. Ceci est d'autant plus important que les conditions de cette installation extérieure étaient très défavorables, du fait de sa situation dans un bassin-versant actif. Ceci a demandé l'établissement d'une infrastructure complexe (terrasse artificielle, mur palissadé de protection). Mais comme souvent, les phénomènes naturels ont eu raison du lieu : crues successives, érosion des versants avec coulées de boue, etc., éléments ayant entraîné l'abandon du gisement.

15L'aménagement pour l'accès à ces réseaux, souvent profonds, est une réalité. Nous avons pu le mettre en évidence par la fouille sur le site de l'aven de la Rouvière. Par contre, dans d'autres cas, nous ne pouvons que le déduire. Il s'agit généralement des avens, cavités accessibles uniquement par des puits. Dans un premier temps, c'est l'analyse géomorphologique de la cavité qui va déterminer l'ancienne entrée. Ensuite, force est de constater pour l'archéologue que la recherche d'eau sous terre a motivé le franchissement de verticales absolues de 10 à 25 m pour les exemples actuellement connus. Malheureusement, aucune trace n'est visible. Il faut alors imaginer des hyperstructures simples, en bois, mais parfaitement fonctionnelles. Nous avons déjà vu que, pour le cas de l'aven de Sott-Manit et de son puits d'entrée de 25 m, cette fonctionnalité devait être réduite, à en juger par le peu de traces retrouvées. Par contre, dans des sites comme l'aven de Fouillac, avec un puits d'entrée de 16 m, les moyens artificiels ont montré un accès au site jusqu'au Moyen Âge.

16La recherche de l'eau, élément essentiel à la vie, dans le sous-sol des régions karstiques est une réalité indéniable à la fin du Néolithique. De nombreux sites montrent la proximité directe de cet élément avec les vestiges archéologiques. Outre les faits récurrents d'aménagements pour faciliter les accès aux sites, il faut admettre que l'exploration systématique des cavités constitue un préalable incontournable. Par contre, la définition d'une cavité comme « grotte-citerne » ne peut être établie sur un fait exclusif. C'est la concurrence de plusieurs observations, dont celles qui ont trait à l'évolution de la morphologie de la cavité, qui peut permettre d'appréhender la réalité fonctionnelle d'un site. Compte tenu des nombreuses observations que nous avons pu réaliser sur ce thème, force est de constater que cette recherche de l'eau a constitué un critère déterminant dans l'utilisation de l'espace souterrain. Il est probable que les autres utilisations, économiques ou sociales, ne découlent de celle-là que dans un deuxième temps. Dans tous les cas, la maîtrise du sous-sol dans les régions calcaires était, pour la fin du Néolithique, tout aussi essentielle que celle de la surface.

4. L'ARGILE, DE LA CARRIÈRE AU VASE

17La fin du Néolithique se caractérise également par l'importance de ses productions céramiques. Outre les faits culturels chronologiques qu'on leur accorde par la typologie, elles marquent une activité artisanale propre à la communauté. Qu'elle soit familiale ou tribale, nous ne retiendrons comme intérêt ici que celui du caractère local de la fabrication. Les communautés des Grands Causses étant établies en des lieux naturellement bien délimités, on constate de fait que leurs productions sont liées à leur environnement direct.

18En dehors des études chronotypologiques, dont nous montrerons plus loin les limites, les analyses morphologiques des vases s'orientent, au travers des études pétrographiques, vers le rôle social des productions. Cet aspect aborde l'origine de la matière et les modalités techniques de sa mise en forme. Dans le cadre de cette présentation, notre intérêt se portera uniquement sur l'origine d'une partie des matériaux.

19Les études pétrographiques sont rares pour les sites de la fin du Néolithique des Grands Causses. Une des plus récentes (Fouéré, Convertini 2000) montre que l'origine de l'argile utilisée pour la manufacture des vases est diverse. Les points de collecte en surface sont généralement proches des sites et ne concernent qu'un quart des productions. Ceux qui ont trait à l'argile d'origine karstique naturellement piégée dans les cavités souterraines sont, en théorie, plus nombreux. Dans le premier cas, on comprend que l'évolution dans le temps de la surface des sols caussenards n'ait pas permis la conservation des traces d'exploitation. Les structures des sites fossoyés, comme celui des Campasse et Labro (Labastide-Pradine, Aveyron), peuvent-elles justifier à elles seules de telles pratiques ? Dans le cas des cavités naturelles, les données sont différentes. En effet, le rôle conservateur du milieu souterrain n'est plus à prouver. Les nombreuses découvertes réalisées par les spéléologues qui oeuvrent sur les Grands Causses nous le confirment. Néanmoins, on constate que les points de prélèvement d'argile sont extrêmement rares, ce qui est contradictoire avec les quantités de céramiques produites.

Fig. 5 – Aven de la Rouvière (Rogues, Gard). Illustration schématique de l'évolution de l’utilisation de la cavité en fonction de son évolution géomorphologique. A : découverte de l’aven ; exploration jusqu'au point de comblement ; visualisation de la suite potentielle du réseau. B : exploration après ouverture du passage ; découverte du gour ; utilisation du point de collecte ; aménagement de l’entrée de l’aven ; mise en place de la zone de stockage ; établissement de l’habitat extérieur. C : épisode torrentiel qui débouche l’aval du réseau ; exploration de la suite du réseau ; déplacement de la zone de collecte ; réaménagement de l’accès à la zone de collecte ; réaménagement de la zone de stockage et de l’établissement extérieur.

20En dehors de la région des Grands Causses, quelques exploitations ont pu être identifiées. La plus imposante reste celle de la grotte de Foissac (Duday et al. 1988). Les nombreux indices ichnologiques ont permis de définir avec précision les lieux et techniques de production (Garcia et al. 1987). Quelques traces, plus rares et souvent fugaces, sont parfois mentionnées. Nous citerons la fosse découverte par Jean-Marie Chauvet à la grotte Charrais (Berrias, Ardèche), mais également deux observations que nous avons pu faire dans la grotte du Prével (Monclus, Gard) et celle du Cimetière (Tharaux, Gard). Dans ces deux derniers exemples, il s'agit de véritables exploitations, structurées et organisées, autour d'une vingtaine de points de prélèvement pour le deuxième site (Galant, Pène 2006).

21Pour la région des Grands Causses, les informations sont beaucoup plus rares. Nous devons à notre ami Jean-Yves Boutin l'identification d'une véritable carrière d'argile sur le causse Noir dans l'aven d'Altayrac (Boutin 1993). Elle se présente sous la forme d'une diaclase étroite, haute de près de 4 m. Des traces d'extraction sont visibles sur toute la hauteur. À sa base, un important creusement alvéolaire est très caractéristique. Enfin, on note à proximité directe un amoncellement artificiel d'argile qui doit constituer une mise en dépôt de la matière après son extraction. C'est également à Jean-Yves Boutin que nous devons l'identification de carrières d'argiles sur le plateau du Larzac, dans l'aven du Gendarme (La Roque-Sainte-Marguerite, Aveyron). Cette cavité, connue depuis 1933, est célèbre pour l'importante quantité de vestiges céramiques qu'elle a fournis. Son utilisation comme « grotte-citerne » au niveau de la première salle est plus que probable car elle est parfaitement justifiée par le mobilier retrouvé, ainsi que par les conditions morphologiques. Mais c'est dans la deuxième salle du réseau, à la cote-35 m, que sont localisés les points de prélèvement (fig. 6). Un programme de recherche pluridisciplinaire a été mis en place en vue de mieux comprendre cette exploitation (Galant et al. 2006). Au cours de ces travaux, un nouveau lieu d'exploitation conséquent a été découvert dans l'aven, au niveau de la salle terminale, à la cote-40 m. Au total, 36 fosses d'exploitation ont pu être identifiées. Elles concernent des formations argileuses spécifiques qui matérialisent d'anciennes coulées. Compte tenu des modes de dépôt, elles sont actuellement recouvertes par des spéléothèmes massifs. Ils se matérialisent sous la forme de coulées calcitiques qui épousent les reliefs sous-jacents. En surface, plusieurs excroissances et stalagmites déforment l'aspect initial. Les points d'extraction se présentent sous la forme de creusements variés à cause de la morphologie des coulées. Les ouvertures sont localisées sous les lignes majeures du plancher. En de très nombreux points, celui-ci a été cassé afin d'agrandir les zones d'accès. Plusieurs « micro-creusements » caractérisent certainement des « tests » préalables aux creusements plus massifs lorsque la matière était présente en plus grande quantité. D'une manière générale, les volumes prélevés sont compris entre 10 et 100 litres, mais généralement inférieurs à 50 litres. Les faibles quantités prélevées et la multiplication des points de prélèvement se justifient par les conditions d'accès à l'argile. En ce qui concerne la technique d'exploitation, elle est identique pour toutes les fosses. L'amorce est réalisée face à la coulée et le creusement se développe dans l’axe. Dans un deuxième temps, les raclages latéraux, frontaux et au sol, viennent agrandir la fosse et lui donner son aspect alvéolaire. En fait, la quantité maximale d'argile est extraite jusqu'à l'arrêt sur des parties plus indurées. L'étude des traces nous montre la rareté d'utilisation d'outils. Les prélèvements sont principalement manuels (fig. 7). Ceci s'explique très bien par rapport à la plasticité du matériau ainsi qu’aux difficultés d'accès. La profondeur des creusements paraît, dans plusieurs cas, limitée par la longueur du bras, et donc de la limite d'accessibilité. Cette technique se retrouve de façon tout à fait similaire dans la grotte du Cimetière. On ne peut que constater que ce sont des gestes simples, mais extrêmement efficaces dans ce type de contraintes.

Fig. 6 – Aven du Gendarme (La Roque-Sainte-Marguerite, Aveyron). Topographie de la cavité avec situation des points de prélèvement d'argile (d’après le levé topographique du Spéléo-Club Alpina de Millau, 1994).

Fig. 7 – Aven du Gendarme (La Roque-Sainte-Marguerite, Aveyron). Traces digitées liées à l’extraction d'argile à l’intérieur d'une des fosses. La nature des empreintes et leur organisation permettent de modéliser les techniques d'extraction du matériau probablement destiné à la manufacture de la céramique.

22Dans le sud du plateau du Larzac, nous mentionnerons également la découverte faite récemment dans l'aven-grotte des Besses (Saint-Maurice Navacelles, Hérault). Cette cavité était déjà connue anciennement comme probable grotte-citerne (Martin et al. 1964). Quelques sondages avaient été pratiqués dans la salle d'entrée (Mareau 1986, 1988). Au cours d'une visite détaillée, nous avons eu la surprise de découvrir une zone d'exploitation d'argile située à la profondeurde-55 m par rapport à l'entrée. Il s'agit, en fait, d'un talus argileux qui se trouve à la base d'une étroite cheminée. Malgré les nombreux impacts modernes dus à la visite de cette cavité, on peut observer plusieurs tracés digités, liés au prélèvement de la matière. Quelques empreintes plus marquées suggèrent l'utilisation d'outils. L'étude détaillée de cette carrière n'a pas encore pu être réalisée, mais on peut estimer le prélèvement entre 200 et 300 litres. Le contexte de cette carrière est intéressant. En effet, pour l'atteindre, une succession de petits ressauts sub-verticaux précède un toboggan de 15 m. Une série de passages bas mène alors à la zone exploitée. On note, dès la salle située à la base du toboggan (-38 m), la présence de tessons de céramique non tournée avec des critères morphotechniques représentatifs de la fin du Néolithique, ainsi que de nombreux fragments de charbons de bois. Ces éléments se trouvent en surface des sols, généralement piégés dans des formations carbonatées superficielles, liées aux importants écoulements de stillation qui affectent cette partie de la caverne. Au niveau de la zone d'exploitation d'argile, les fragments charbonneux sont nombreux. Ils sont scellés par la même patine de surface qui recouvre les traces de prélèvement d'argile. Cet indice, s'il témoigne de l'ancienneté relative des traces, ne permet pas de les associer avec certitude. Néanmoins, et par expérience, cette association est probable, l'étude à venir nous le confirmera sûrement. L'intérêt de cette découverte, outre le fait de caractériser une nouvelle exploitation, nous indique encore la proximité de deux types d'exploitations dans une même cavité, l'eau et l'argile. La situation topographique des vestiges montre également les contraintes techniques franchies, ainsi que la nécessaire exploration préalable du site. Cette cavité est donc très représentative de l'utilisation de l'espace karstique souterrain à la fin du Néolithique.

23Un autre exemple inédit pourrait être cité. Il concerne une observation que nous avons pu réaliser dans l'aven de la Portalerie (La Couvertoirade, Aveyron). Dans cette cavité, le contexte est tout à fait différent. Le réseau présente une organisation géomorphologique en parfaite liaison avec son origine. La partie qui nous intéresse ici concerne la galerie sub-horizontale qui succède à la salle d'entrée et précède les parties profondes. Malgré la verticalité de son accès, cet aven a été fréquenté à la fin du Néolithique, comme le confirment plusieurs découvertes mobilières. Une étude géologique récente a même permis une datation sur charbon, attribuable au Néolithique final, dans un contexte bien particulier (Bruxelles 2001). Au cours d'une visite de ce réseau, nous avons pu observer un dépôt d'argile, situé dans la partie externe que forme un coude dans une galerie méandrique. Celui-ci se caractérise par un talus qui se développe en appui de la paroi jusqu'au sol de la galerie. Il présente, en surface, un recouvrement par une patine caractéristique qui se retrouve sur tous les comblements anciens de la cavité. Il faut préciser que cette partie de l'aven est parfaitement fossile. Seules quelques modifications très localisées, dues à des points d'instillation des eaux superficielles, sont notables. Le talus considéré présente, en son centre, une excavation très bien marquée. Aucune trace n'est visible sur ses bords. Mais d'autre part, aucun phénomène naturel ne permet d'expliquer cet emprunt de matériaux. Les bords de cette « pseudo-fosse » sont également recouverts par la patine déjà évoquée. On se trouve ici dans une situation qui montre les limites de la simple approche morphologique. Des faits sont identifiés, mais leur datation ne peut être systématique. En tout cas, il est certain que ce prélèvement est ancien, mais nous ne pouvons pas l'associer aux vestiges déjà découverts, même s'il est peu probable qu'il leur soit étranger.

24L'argile est un matériau largement utilisé à la fin du Néolithique. L'avancée actuelle des recherches archéologiques nous permet désormais de mieux appréhender ces types de vestiges. La sensibilisation des spéléologues à la richesse du patrimoine souterrain conduira certainement, dans les années à venir, à de nouvelles découvertes. Les premiers faits identifiés confirment l'existence et l'organisation d'exploitations structurées. Mais il est certain que les efforts doivent désormais porter sur la datation des faits.

5. LA CALCITE, LE MINÉRAL OUBLIÉ

25C'est la troisième ressource naturelle majeure du milieu souterrain. La calcite, et autres précipitations d'éléments carbonatés, ornent les voûtes et les parois des cavités naturelles. Cet élément n'a pas échappé au regard « intéressé » des explorateurs souterrains de la fin du Néolithique. On retrouve la calcite dans les gisements archéologiques, sous deux formes principales. La première concerne son utilisation comme dégraissant dans la céramique. Elle est alors pilée et mélangée à l'argile en de fortes proportions. On peut observer, pour les sites établis en contexte karstique, que cette pratique concerne plus de 98 % des productions, l'utilisation d'autres types de dégraissant étant plus marginale. Ce phénomène est totalement inversé, mais dans des proportions bien moindres, pour les sites des zones littorales non karstiques. Il nous faut donc admettre que la calcite constitue le dégraissant principalement recherché, mais non exclusif pour cet emploi. La deuxième utilisation concerne la fabrication des éléments de parure. On trouve la calcite employée pour certains types de perles, principalement celles qui sont discoïdales ou celles plus caractéristiques, dites à ailettes, mais également dans diverses formes de pendeloques (Barge-Mahieu 1982). Dans ce cas, le recours à ce matériau a sûrement été motivé par sa faible résistance à l'usure par frottement. Mais il faut également préciser que la calcite se décline sous plusieurs formes. Celles-ci sont, en fait, conditionnées par la taille des cristaux. Ceci engendre donc une forte différence dans la cohésion du matériau, ce qui a une rapide répercussion sur l'objet à créer. Ce point est essentiel pour la fabrication des éléments de parure. Par contre, les éléments à forte friabilité seront sûrement préférés pour l'utilisation dans la céramique. La collecte de ce minéral a donc été sélective en fonction de sa destination.

26Ce sont les traces de ces gestes de collecte qui vont nous intéresser sous terre. On connaît quelques véritables carrières de calcite. Elles se sont généralement développées après le XVIe siècle, alors que les « fausses grottes » étaient en vogue dans les jardins d'ornement des hôtels particuliers. Pour la fin de la Préhistoire, ces traces sont plus fugaces et, en tout cas, difficiles à attester avec certitude. En effet, l'absence de sédimentation à la voûte des cavernes ( !) empêche l'archéologie de dater un bris de concrétion. Lorsque celui-ci a été volontaire, l'élément a été emmené en dehors de son contexte et ne se retrouve généralement donc pas dans les niveaux archéologiques. On citera néanmoins le contre-exemple que constitue l'aven de la Boucle (Corconne, Gard). Dans cette sépulture collective souterraine de la fin du Néolithique, les concrétions cassées sur la paroi ont été déposées à la base des dépôts funéraires (Duday 2000). On trouve ici un geste particulier lié à la fonction du site.

27Ici encore, c'est la découverte des milieux clos qui peut nous apporter une partie des réponses. Nous avons pu noter à de nombreuses reprises le bris systématique des concrétions, et principalement des stalactites. Les diamètres des pièces vont de quelques centimètres à une dizaine pour les plus grosses. Quelques cas, beaucoup plus rares, de stalagmites à section pluridécimétrique sont connus. Cette collecte atteint parfois des dimensions surprenantes. Nous citerons la grotte d'Avril (inédit, découverte Marcel Lacas), où les concrétions de la voûte ont été systématiquement brisées, jusqu'à l'aplomb d'un puits de 20 m de profondeur. Il a fallu pour cela que les hommes se mettent en limite d'équilibre sur la margelle qui borde le puits. Mais, comme nous l'avons déjà indiqué, ces gestes sont relativement nombreux dans les cavités fréquentées à la fin du Néolithique. Nous citerons également les bris de concrétion liés à l'exploration ou à l'aménagement des cavités naturelles. Bien qu'ils n'intéressent pas le sujet de cette présentation, puisque la matière n'est pas forcément récupérée, ils permettent néanmoins d'identifier certaines techniques. L'exploration de cavités nouvellement découvertes et l'aménagement en vue de leur utilisation ont donc généré différents types d'impacts sur les concrétions. Nous citerons le cas de la grotte du Pas de Joulié (Trèves, Gard). Cette importante grotte sépulcrale, aux galeries spacieuses, se prolonge par un réseau plus étroit et partiellement inondé. À l’arrière d'un laminoir exigu, les explorateurs modernes de la grotte ont noté la présence d'un pilier stalagmitique brisé au tiers de sa hauteur. La partie supérieure gisait au sol à l’arrière de la base encore en place (inédit, information Daniel André). La particularité de cette formation naturelle est qu'elle empêchait initialement le passage dans la galerie peu large à ce niveau. On note que de nombreuses concrétions similaires sont présentes dans ce secteur du réseau. Le fait que seule celle qui gênait le passage ait été brisée tend à faire endosser ce geste à un comportement humain. De plus, certains impacts de chocs sont visibles au niveau de la ligne de fracture. Cette grotte constituant un milieu clos de la fin du Néolithique, il est presque certain que nous sommes ici en présence d'une exploration de l'amont du réseau utilisé. Une évidence similaire apparaît à la grotte de l'aven des Lauriers (Laroque, Hérault). Cette cavité a également été utilisée comme grotte sépulcrale à la fin du Néolithique. Son entrée s'ouvre dans un chaos de blocs métriques et, d'après ses découvreurs, le passage était fermé par une dalle. De l'intérieur, on constate que cette entrée est en fait aménagée dans un important rideau stalagmitique qui devait initialement barrer l'accès au réseau. Il est donc évident qu'il a dû être brisé pour la première visite de cette grotte. Mais, ce qui est le plus surprenant, c'est que, par la suite, et donc au cours de l'utilisation sépulcrale, il a été nettement aménagé. On constate un bouchardage régulier de son pourtour. Il offre alors une symétrie régulière avec un profil en « porte de four », qui n'a rien à envier aux plus beaux exemples connus dans les dolmens. Enfin, nous aborderons les nombreux aménagements que nous avons pu identifier sur le site de l'aven de la Rouvière (Rogues, Gard). On trouve deux situations complémentaires. La première concerne l'ouverture de passages dans les rideaux de concrétions. Il s'agit de véritables découpages, réguliers, parfois symétriques. Les éclats de ces impacts ont pu être retrouvés dans les sols d'utilisation. Par contre les macro-restes ont été prélevés, car non retrouvés. Ils ont dû alors être utilisés pour les fonctions déjà évoquées. La deuxième situation concerne le bris de concrétions, soit pour permettre l'installation d'un vase sous un point de stillation, soit pour faciliter l'écoulement d'eau sous l'extrémité d'une stalactite. On trouve dans d'autres cavités, comme à l'aven de Sott-Manit (Saint-Maurice Navacelles, Hérault) ou dans la grotte du Claux (Gorniès, Hérault), des creusements circulaires qui affectent certaines coulées stalagmitiques. Ils servent soit à la récupération directe d'eau par un jeu de rigoles qui relient certains bassins entre eux, soit au calage de récipients sous les points de stillation. Ils constituent alors des structures de calages.

28Ces quelques exemples montrent que la calcite, au même titre que l'eau ou l'argile, a fait l'objet d'une recherche et d'une utilisation. Sa friabilité la rend facilement récupérable. La beauté de ces formes minérales, si prisée aujourd'hui, ne constituait visiblement pas la priorité des Néolithiques. Tout au plus y voyaient-ils un dégraissant simple et efficace ou un bon matériau pour la réalisation de certains éléments de parure. Mais elle constituait souvent un obstacle physique dont ils ont su s'affranchir avec pertinence.

6. L'ÉCONOMIE SOUTERRAINE, UNE RÉALITÉ SOCIALE ET CULTURELLE

29Nous venons d'aborder successivement l'utilisation de l'eau, de l'argile et de la calcite. Le point commun de ces trois éléments est leur présence souvent conjointe et complémentaire dans les espaces souterrains des régions karstiques. Ils découlent tous trois de la lente érosion des calcaires au bénéfice de la karstification. Leur exploration systématique apparaît comme un préalable à l'utilisation des cavités naturelles à la fin du Néolithique. L'utilisation de ces éléments dans des pratiques quotidiennes traduit une observation pertinente du milieu. L'eau, élément essentiel de la vie, paraît avoir constitué la priorité des besoins. Mais les apports complémentaires et importants que constituent l'argile et la calcite attestent une utilisation rationnelle des ressources à la fin du Néolithique, tout comme pour la gestion des autres ressources vivrières. On peut donc avancer qu'il y a une véritable dimension économique dans le sous-sol karstique à la fin de la Préhistoire. Elle s'établit en parfaite cohérence à l'échelle du groupe humain qui, d'après les volumes identifiables pour le stockage de l'eau ou dans les points de prélèvement d'argile, semble une structure plus familiale que tribale. Cette observation paraît se confirmer avec l'organisation des quelques rares lieux d'habitat retrouvés se mettant en opposition avec les grandes structures villageoises, principe jusqu'alors admis. Cette organisation de petits groupes occupant des territoires juxtaposés au sein de zones géographiquement limitées est à prendre en compte dans l'organisation culturelle de ces territoires du Haut-Languedoc.

7. LES GANGS DU NÉOLITHIQUE CAUSSENARD

30Si les modalités d'utilisation de l'espace souterrain des Grands Causses paraissent claires, adaptées à la spécificité du milieu ainsi qu'aux besoins des groupes humains de la fin du Néolithique, leur insertion dans le paysage humain est moins évidente. En effet, les territoires concernés s'intégrent dans une région où la pluralité culturelle est bien marquée à cette époque. Dès lors, doit-on relier la spécificité de cette économie souterraine à une communauté culturelle précise ou bien l'associer uniquement aux contraintes géographiques, et ce, quelles que soient les croyances et pratiques d'une communauté ? Dans tous les cas, notre réflexion se heurte rapidement aux contextes chronoculturels définis au cours de ces cinquante dernières années. C'est à partir de la deuxième moitié du XXe siècle que les fouilles dites « modernes » vont réellement se développer dans la région des Grands Causses (Costantini 1955, 1957 ; Soutou 1959). Bien que principalement localisées autour du Larzac septentrional et du causse Noir, ce sont ces études qui vont permettre, à partir de la fin des années soixante, l'émergence du faciès Rodézien (Costantini 1967, 1968) qui deviendra, quelques années plus tard, le groupe des Treilles (Costantini 1970). Dans le même élan, le Languedoc central verra l'émergence du complexe Ferrières-Fontbouisse (Arnal 1963). Ce n'est que quelque temps plus tard que le Languedoc occidental connaîtra l'individualisation du groupe Saintponien, recouvrant Montagne Noire et Espinouse (Rodriguez 1968). Les années soixante-dix confirmeront ces nouveaux courants culturels censés représenter la fin du Néolithique. Au début des années quatre-vingt, deux études majeures vont venir asseoir de façon définitive ce cadre chronoculturel, désormais figé (Costantini 1984 ; Gutherz 1984). Dès lors, quelques travaux chercheront à préciser certains aspects particuliers, notamment l'émergence d'un Néolithique récent (Gutherz, Jallot 1995), mais sans véritable remise en cause d'une situation qui devient de plus en plus complexe au fur et à mesure des nouvelles découvertes. Ces dernières s'articulent principalement autour de l'archéologie préventive. Elles révèlent des types de gisements jusqu'alors méconnus, qui vont apporter une nouvelle génération d'informations. On note dès lors une volonté de les insérer dans un cadre pré-existant qui, pour s'adapter, contraint à une fausse remise en cause des fondements (Jallot 2003). Pourtant, l'ensemble de ces travaux permet aujourd'hui une évolution dans la perception que nous pouvons avoir de certains de ces faciès culturels.

31C'est dans ce cadre que nous avons toujours travaillé. Notre recherche se développant principalement dans les Grands Causses, nous avons été amené à vérifier un certain nombre de gisements ainsi que les collections qui en sont issues. De même, de nombreuses découvertes récentes nous ont obligé à les resituer dans les contextes chronoculturels prédéfinis. Très rapidement, la situation géographique particulière de cette région soumise à trois influences culturelles nous a posé de nombreuses questions. L'essentiel des découvertes récentes concernant des ensembles mobiliers quantitativement limités, voire fonctionnellement orientés, il a souvent été difficile de les insérer dans les schémas pré-existants.

8. LA GUERRE DES GANGS, RÉALITÉ CULTURELLE

32Afin d'avoir un regard global sur les phénomènes chronoculturels de la région des Grands Causses à la fin du Néolithique, nous avons cherché à resituer les nouvelles données en notre possession dans les schémas existants. Pour ce faire, et devant l'importante documentation publiée, nous avons testé plusieurs solutions comparatives. Celle qui nous est apparue comme la plus pertinente a consisté à croiser les différentes données habituellement admises dans un tableau synoptique simple (fig. 8). Par choix, notre réflexion a principalement porté sur les critères des productions céramiques qui nous paraissent être les plus variés et donc généralement admis comme les plus représentatifs des différents faciès culturels. Nous avons procédé au dépouillement bibliographique des principales études, une vingtaine, qui définissent les contextes culturels qui nous intéressent. De même, nous avons dépouillé la trentaine de publications des gisements-clés de la zone étudiée, en essayant d'y insérer les études les plus récentes ainsi que les fouilles anciennes les plus représentatives. Il est évident que de nombreux autres gisements peuvent entrer dans cette analyse. Les gisements retenus ne sont cités qu'à titre documentaire, dans le sens où ils apparaissent comme les plus significatifs. Au sein de chacun de ces travaux, nous avons retenu les critères céramiques par « présence ». Ainsi, une liste de trente et un critères morphotechniques est apparue, la majorité étant commune aux différentes sources documentaires. Les décors prennent une grande place dans cette liste, mais on y trouve aussi les préhensions et les formes marginales. Sur ce dernier point, il est évident, au travers des différents auteurs consultés, qu'il y a un très fort fonds commun qui regroupe les formes les plus fréquentes. Celles-ci sont toujours rapidement évoquées dans les différents travaux et n'apparaissent donc pas comme critères discriminants d'un phénomène culturel particulier. Au sein du tableau obtenu, nous avons classé les valeurs en fonction de critères qui nous paraissaient cohérents. Pour les études qui concernent les aspects chronologiques, nous avons regroupé les différents faciès culturels entre eux. Les gisements ont, quant à eux, été ordonnés par rapport à leur localisation géographique. Enfin, les critères morphotechniques ont été classés par ordre décroissant en fonction de leur représentativité. Le commentaire du document ainsi obtenu aborde les principaux points qui ont trait à la définition des faciès culturels caussenards.

33D'une manière générale, on est assez surpris de la très forte dispersion observable dans la distribution croisée des valeurs. Plus de 70 % d'entre elles se concentrent sur seulement 11 critères morphotechniques. Ceci montre une très forte unicité d'un grand nombre de ces critères. Pour ce qui concerne les plus fréquents, on note la représentation systématique, et quel que soit l'horizon culturel, des jarres à cordons multiples, mais également des jarres ovoïdes et globuleuses avec des cordons péri-oraux simples ou doubles, ce dernier point étant jusqu'alors donné comme représentatif de plusieurs faciès comme le Gourgasien (Arnal 1976) ou encore le groupe des Treilles (Costantini 1984). Un autre point surprenant concerne les décors de boutons appliqués et ceux des pastillages au repoussé. Ils sont, en fait, peu ou pas signalés dans les définitions des faciès alors qu'ils ont une très forte représentativité dans les gisements. Ceci est d'autant plus dommageable qu'en ce qui concerne les pastillages leur absence a une valeur culturelle (Jallot 2003). Il ressort également que les décors cannelés sont extrêmement présents sur les Grands Causses, et ce, quelles que soient les attributions culturelles. Un autre point est assez surprenant, à savoir, pour certains gisements, une différence énumérative des critères morphotechniques selon les auteurs. C'est le cas pour la grotte des Pins (Blandas, Gard) entre la publication de la fouille (Roudil, Vincent 1972) et l'interprétation d'un style culturel (Jallot 2003) ; la grotte du Claux (Gorniès, Hérault) entre la publication sommaire de la fouille qui fait référence (Roudil 1990) et une nouvelle étude d'une partie de la série céramique (Roques 2003) ; la grotte de Bramabiau (Saint-Sauveur-des-Pourcils, Gard) entre l'étude des collections anciennes (Fages et al. 1981) et les utilisations sélectives de cette documentation (Gutherz 1984 ; Jallot 2003) ; l'aven des Corneilles (Prades, Lozère) entre la publication exhaustive d'une fouille exemplaire (Fages 1979) et l'interprétation sélective qui peut en être faite (Jallot 2003). Ceci nous paraît d'autant plus dommageable que ce sont ces gisements qui sont donnés comme représentatifs des principaux faciès culturels caussenards (Galant 2006). Certains critères, comme les décors de bandes peintes ou encore les cordons impressionnés qui passent pour des exceptions culturelles, se retrouvent au niveau des gisements mais attribués à des contextes culturels différents. D'autres critères, comme les cordons disposés en chevrons ou encore les impressions couvrantes « en graines », paraissent présenter une particularité dont l'originalité pourrait être à préciser, mais ce point n'a jusqu'alors jamais été évoqué.

34Parmi la liste des critères issus de notre dépouillement bibliographique, seulement deux se singularisent réellement et sont avancés comme représentatifs d'un phénomène culturel : le décor en chevrons cannelés pour le faciès caussenard de la culture de Ferrières et le décor de cannelures en métopes pour celui de la culture de Fontbouisse. Ce sont en fait les seules exceptions communes aux différents auteurs. Les cannelures en métopes paraissent effectivement bien représentées, pour le « Chalcolithique », sur le causse de Blandas, soit très proche de la zone nucléaire de cette culture, mais aussi aux confins des causses Bégon et Noir et sur le causse Méjean. Cette distribution paraît à ce jour trop localisée pour être généralisée. En ce qui concerne les décors en chevrons, leur répartition est habituellement admise, par tous les auteurs étudiés, comme représentative du faciès caussenard de la culture de Ferrières. Ils sont donc censés se retrouver sur la partie méridionale du causse du Larzac, sur le causse de Blandas ainsi que sur la partie septentrionale du causse Noir. Pourtant, la lecture détaillée des publications nous indique que les décors à base de chevrons cannelés sont localisés sur tout le causse du Larzac, mais également sur le causse Noir et sur le Causse Méjean. Ces vestiges se trouvent de fait associés directement avec ceux habituellement représentatifs du faciès culturel du groupe des Treilles, la culture caussenarde par excellence. Dès lors, que penser des éventuels faciès caussenards des cultures de Ferrières et Fontbouisse ? Bien que nous n'ayons pas à ce jour entrepris la même démarche pour d'autres types de mobilier, il semblerait que le même constat puisse être établi en ce qui concerne des éléments assez caractéristiques comme les perles à ailettes, les parures en jayet ou encore les pendeloques en crochet à double perforation pour la parure ; la spécificité de l'outillage sur matière dure animale ; les lames foliacées à retouches couvrantes ou les armatures de flèche pour le lithique ; on pourra aussi s'interroger sur la distribution des armatures asymétriques, comme l'ont déjà souligné plusieurs études remarquables (Ambert 1979, 2003). Enfin, bien que plus marginal, le phénomène de la trépanation crânienne, qui paraît bien recouvrir le même espace pour les mêmes horizons chronologiques (André, Boutin 1995), sera à prendre en compte. C'est donc un ensemble assez conséquent de données contradictoires qui se découvre dans cette approche globalisante.

Fig. 8 – Tableau synoptique concernant les éléments déterminants pour la définition des faciès chronoculturels de la fin du Néolithique dans la région naturelle des Grands Causses.

35Nous avons bien conscience de la faible valeur représentative de l'échantillon présenté dans ce travail. Néanmoins, force est de constater qu'il est largement plus documenté que les trois ou quatre gisements habituellement utilisés pour la définition d'éventuels faciès caussenards pour les cultures de la fin du Néolithique. Nous avons également déjà signalé l'importance des contextes de gisements dans ce type de recherche (Galant 2006). En effet, les contextes karstiques, qu'ils soient souterrains ou de surface, sont généralement favorables à la conservation des vestiges archéologiques. Néanmoins, les exemples de plus en plus nombreux nous indiquent une très forte évolution géomorphologique de cet environnement depuis la fin du Néolithique. Dans cette situation, les organisations sédimentaires de plusieurs gisements doivent être précisées, voire reconsidérées. Cette démarche remet généralement en cause la validité des successions stratigraphiques, mais elle s'avère pourtant essentielle.

36Nous citerons, dans ce paradoxe, la grotte de Maurous (La Vacquerie-et-Saint-Martin-de-Castrie, Hérault), habituellement donnée comme gisement de référence du faciès caussenard de la culture de Ferrières (Gutherz 1990). Cette cavité, découverte en 1933 par l'abbé Joseph Giry, n'a jamais fait l'objet d'une publication exhaustive (Giry 1938). La seule figuration connue des jarres à cordons qui en faisaient la spécificité lors de sa découverte est une photographie d'époque. En ce qui concerne le reste du matériel, ensemble le plus représentatif, il est probable qu'il n'a jamais été consulté par les auteurs qui s'y réfèrent. Dans ces conditions, quel crédit accorder à cette série ? Précisons que nous avons pu récemment avoir une approche géomorphologique de ce site (Galant 2003c). Les résultats sont assez encourageants, puisque nous avons pu identifier un probable habitat extérieur et un important remaniement des comblements internes de la caverne. Ce dernier point ne manque pas d'intérêt, puisqu'il précise la vulnérabilité des conditions de gisement de ce site de référence ! Il en est de même pour l'aven-grotte d'Auguste (Saint-Maurice Navacelles, Hérault). Depuis plus d'un siècle, cette importante cavité du causse du Larzac a fourni un riche mobilier céramique régulièrement mentionné à l'appui de certaines théories de diffusion culturelle. Néanmoins, les conditions de gisement, jamais vérifiées par les mêmes auteurs, montrent une particularité assez intéressante : les mobiliers de la fin du Néolithique se trouvent dans les mêmes contextes sédimentaires que les céramiques campaniennes du Ier siècle ! Dans ce cas, quel crédit accorder à une éventuelle sériation des céramiques du Néolithique final et du Chalcolithique ? Mais ces observations pourraient être conduites sur plusieurs autres gisements : que penser des contextes de l'aven-grotte de la Figueyrolles (Blandas, Gard) ou encore de la grotte du Claux (Gorniès, Hérault) ? Il s'agit ici encore de gisements de référence, qui ont la particularité de montrer de longues occupations continues (souvent à partir du Néolithique moyen jusqu'à l'Âge du Bronze) ? Malheureusement, tous les vestiges mobiliers se retrouvent dans le même contexte, car ces sites ne présentent pas de sédimentation susceptible de permettre une sériation des différents dépôts dans le temps. Il est donc évident que, dans ce type de gisement, seul un élément typologique particulier, déjà identifié par ailleurs, peut permettre d'affirmer la présence d'un faciès culturel.

37On aborde ici une des difficultés de la définition des faciès culturels de la fin du Néolithique. Les sites de référence ne servent que d'illustration pour des concepts prédéfinis à partir de quelques objets particuliers. On identifie alors, par la suite, un gisement représentatif à partir d'un objet et on s'y réfère en tant que source en sélectionnant les autres pièces qui sont ainsi dites représentatives du phénomène culturel recherché. L'objectivité voudrait que l'on s'inscrive dans une démarche inverse : étudier plusieurs sites qui présentent des contextes de gisement certains et n'en tirer de conclusions que dans un deuxième temps, à partir des données de terrain. Il est évident que cette démarche d'étude est difficilement réalisable, car les gisements sources fiables sont, comme nous venons d'en donner des exemples, extrêmement rares. Elle reste néanmoins à nos yeux la seule qui s'inscrive dans une véritable recherche objective. Compte tenu des carences documentaires que nous venons d'aborder, quel crédit accorder aux schémas chronoculturels habituellement admis pour la fin du Néolithique dans la région des Grands Causses ? Nous n'avons pas la prétention de réécrire l'histoire archéologique de cette région. Il est de même évident que la présence de cultures matérielles est réelle. Mais lorsqu'on étudie individuellement les gisements, on constate toujours une incohérence par rapport au schéma général. De fait, n'est-il pas logique de s'interroger : ne nous sommes-nous pas enfermés dans une logique culturelle territoriale trop abusive, fondée sur des critères prédéfinis ? Au vu des éléments que nous avons détaillés jusqu'ici, cette question nous paraît justifiée. Le principe de diffusions culturelles assez fortes pour imposer des styles céramiques, au sein de productions très localisées, sur des territoires dotés d'une organisation géographique particulière très marquée et permanente sur plusieurs siècles, est-il réel ? Doit-on alors interpréter ces zones d'interconnections culturelles comme autant de territoires supports d'une véritable guerre des gangs ? Les modèles d'organisation sociale mis en évidence dans des territoires mieux documentés (Gutherz, Jallot 1999), comme la plaine littorale languedocienne, sont-ils réellement représentatifs et peuvent-ils être transposés stricto sensu dans les régions caussenardes ?

38Parmi l'ensemble des plateaux caussenards, nous avons plus particulièrement abordé cette question sur le causse de Blandas, véritable « banlieue nord » du groupe Ferrières. Cet espace naturellement bien isolé présente la particularité de bénéficier d'une riche documentation pour la fin du Néolithique, résultat de plus d'un siècle de recherches (Galant 2003b). Outre le fait que le site de référence du faciès caussenard de la culture de Ferrières se trouve sur ce petit plateau karstique, nous y avons également conduit plusieurs opérations de prospections et de fouilles. Parmi celles-ci, l'étude du site de l'aven de la Rouvière (Rogues, Gard) concerne plus particulièrement le sujet que nous développons aujourd'hui. Ce gisement bien conservé a révélé l'étroite relation existant entre l'espace souterrain karstique et les implantations humaines dites de plein air. Mais le point le plus intéressant concerne l'occupation du site qui, à ce jour, peut être estimée inférieure au siècle d'après les datations réalisées (étude en cours). Une autre particularité concerne l'organisation stratigraphique du gisement, très bien marquée grâce à un fort impact anthropique en termes de remaniements et surtout grâce à la présence récurrente de phénomènes torrentiels naturels qui ont contribué à sceller les niveaux archéologiques. Nous limiterons cette présentation aux deux niveaux-clés de cette fréquentation. Le premier concerne un horizon néolithique final et dont le matériel est tout à fait identique à celui de la grotte des Pins (Blandas, Gard). Le deuxième qui, stratigraphiquement, lui succède après un court intervalle temps, se matérialise également par l'utilisation des mêmes structures bâties. Il présente un tesson de vase avec cannelures en métopes qu'il conviendrait donc d'attribuer au Fontbouisse caussenard. Mais on ne trouve pas, dans cette succession, un espace-temps suffisant pour se caler sur les chronologies existantes. Le reste du mobilier montre également une très forte affinité entre les deux horizons identifiés, mais sa sélection en fonction de l'utilisation des différentes parties du site ajoute une valeur à prendre en compte dans l'approche typologique (fig. 9 et 10). À l'échelle du plateau, nous avons retrouvé cette occupation dite Néolithique final dans un autre établissement de plein air, le Pié Lat (Blandas, Gard) (Bordreuil, Galant 1995). Cet horizon « Fontbouisse » si souvent décrit n'est identifié dans aucun autre gisement. Cette observation, si surprenante soit-elle, recoupe celle qui concerne la répartition des céramiques à chevrons que nous avons déjà évoquée dans ce texte. Cela rejoint également l'étroite relation notée entre les deux critères céramiques majeurs déjà décrits dans cette présentation et qui se trouvent assez souvent dans les mêmes contextes archéologiques au nord de la zone étudiée (causses Noir et Méjean). Dès lors, comment percevoir la réalité de cette succession chronoculturelle ? Cette situation est loin d'être nouvelle puisque, bien avant la fixation définitive des contextes chronoculturels étudiés (Costantini 1984 ; Gutherz 1984), Paul Ambert avait, en précurseur avisé, largement argumenté ce débat (Ambert 1972) en s'interrogeant sur la réalité représentative des typologies établies en dehors de phénomènes plus globalisants, comme, par exemple, celui du mégalithisme. Les limites culturelles habituellement admises sont-elles donc réellement représentatives, surtout lorsqu'on les observe à une autre échelle ? On peut également se demander si d'autres éléments ne peuvent pas traduire un contexte culturel beaucoup plus large dans lequel les distensions matérielles ne recouvriraient pas une évolution chronologique, mais un cumul territorial.

39Les nombreuses incohérences que nous venons de soulever ici, même si elles n'avaient pas été présentées sous cette forme, ont toujours été pressenties par les théoriciens de la chronologie néolithique languedocienne. Ils avaient même réussi à les disperser dans ce qu'ils avaient été jusqu'à définir comme un « faciès multipolaire » (Gutherz, Jallot 1995). Dans cet ensemble, on a vu apparaître, dès 1970, le style « Gourgasien » qui, provenant du Sud-Ouest, vient s'imposer dans la zone méridionale des Grands Causses. Les critères particuliers qui révèlent cette nouvelle culture de la fin du Néolithique, à partir de la fouille d'un seul gisement, se rapprochent fortement de ceux du Néolithique récent du Languedoc central, habituellement reconnu sous le terme de Saintponien (Rodriguez 1968). Mise à part l'unicité d'un type céramique retrouvé à très peu d'exemplaires et uniquement sur le site éponyme, à savoir l'urne biconique à fond plat et bord ourlé, le seul critère déterminant en serait une armature de flèche asymétrique. C'est aussi cet élément qui caractérise en partie le Saintponien. Dès lors, et afin de « sauver » le Gourgasien, cette pièce sera qualifiée de déjetée (Arnal 1980). Une étude récente confirme bien ce non-sens du faciès Gourgasien (Ambert 2003). Son existence, désormais si peu fondée, alourdit un débat déjà largement complexe. Aussi, et compte tenu de ce que nous venons de présenter, nous proposons que ce « péri-sous-faciès » unique, limité à un site, soit définitivement abandonné, car il n'a aucune raison d'être si nous voulons clarifier l'évolution de la fin du Néolithique (Gutherz 1990).

Fig. 9 – Aven da la Rouvière (Rogues, Gard). Caractérisation du groupe céramique provenant de l'aven et correspondant à sa période d'abandon. Cet ensemble, tout aussi représentatif qu'il soit, s'individualise également par la sélection du mobilier en fonction de sa finalité d’usage au sein de la zone de stockage de la cavité-citerne.

Fig. 10 – Aven de la Rouvière (Rogues, Gard). Caractérisation du groupe céramique provenant de la cabane 1 et correspondant à sa période d'abandon, suite à l'incendie. Cet ensemble est représentatif des deux unités domestiques identifiées dans la cabane (d’après Lefeuvre 2006).

40Les Grands Causses constituent un territoire aux contraintes non négligeables en termes de géographie physique. Ils montrent une spécificité qu'il faut absolument prendre en compte pour essayer d'approcher les phénomènes de géographie humaine qui s'y développent. À notre sens, une véritable révision des sources documentaires s'impose. Une étude récente nous montre la grande richesse d'un secteur comme le causse de Sauveterre, espace pourtant absent des études précitées. Mais ce travail montre également les limites de cette documentation, utilisée telle quelle, sans aucune réflexion sur les contextes de gisements (Simanjuntak 1998).

41Il est certain que définir, dans ce contexte, une nouvelle organisation de la région des Grands Causses à la fin du Néolithique serait une véritable gageure. La présence d'un ensemble majeur comme celui du groupe des Treilles pourrait paraître comme une évidence. Mais comment le situer vis-à-vis des ensembles plus méridionaux, tels que le complexe Ferrières-Fontbouisse, ou occidentaux, tels que le groupe de Saint-Pons-Lodève ? Nous sommes persuadé qu'il faut dépasser notre cadre micro-territorial afin de pouvoir comprendre cette articulation matérielle qui, aujourd'hui, nous laisse un peu plus dans le doute à chaque nouvelle découverte.

42Cette nouvelle lecture des territoires caussenards à la fin du Néolithique doit également, à notre sens, prendre en compte leur organisation sociale. En effet, les différentes occupations identifiées se particularisent toujours par leur faible importance. On est bien loin des grands sites, souvent très étendus, que l'on retrouve dans les régions de plaine. Cette différence dans les modes d'occupation des territoires est encore très bien visible dans l'urbanisation actuelle. L'insertion de ce constat dans l'organisation culturelle de ces territoires pourrait constituer une nouvelle piste pour la compréhension des données culturelles. Plutôt que d'envisager la répétition systématique d'un modèle unique, ne pourrait-on imaginer la multiplication de petites structures sociales, à l'échelle de la famille, dispersées sur ces vastes territoires ? Ce modèle s'accompagne, de fait, d'une évolution assez variable des productions artisanales, dont la céramique, en fonction d'une spécificité locale, mais également vis-à-vis des influences majeures. Cette nouvelle vision des territoires caussenards à la fin du Néolithique suggère alors de reconsidérer l'origine du groupe des Treilles, jusqu'alors perçu comme faciès unique, émergent et concurrentiel face aux faciès littoraux. Notre ré-interprétation des données le situerait, au contraire, comme la conséquence d'une humanisation tardive de la région des Grands Causses avec une évolution très localisée, compte tenu de l'organisation sociale spécifique de ces territoires liée à leur géographie.

43Voilà donc ce que nous souhaitions retranscrire consécutivement à cette approche chronoculturelle un peu différente de celles habituellement admises. Les predicants fondateurs de la sphère néolithique languedocienne nous rétorqueront certainement que nous n'avons pas su, dans ce travail, percevoir les subtilités qualitatives et quantitatives des différents critères abordés. Mais il faut avouer que la prise en compte des contextes de gisement et la découverte d'interprétations très sélectives des critères morphotechniques retenus pour la définition des faciès ne plaident pas en faveur d'une objectivité maximale dans la restitution des données. Ainsi, la subtilité d'analyse censée nous faire défaut relève presque du fantasme interprétatif où l'idée initiale justifie l'interprétation. On retrouve là des pratiques d'une époque qu'on aurait pu croire révolue...

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ambert P. 1972. Le tardi-Néolithique du Minervois et les problèmes du Néolithique et du Chalcolithique du Midi méditerranéen français. Bulletin du musée d'Anthropologie préhistorique de Monaco 18, p. 225-243.

Ambert P. 1979. Essai sur la flèche asymétrique du Néolithique languedocien. Bulletin de la Société préhistorique française 76/3, p. 87-90. Ambert P. 2003. Défense et illustration du Néolithique récent du Languedoc central, plus particulièrement de celui de la région Saint-Pons-Lodève. Bulletin de la Société préhistorique française 100/2, p. 357-374.

André D., Boutin J.-Y. 1995. La grotte-aven des Baumes-Chaudes & les trépanations crâniennes dans les Grands Causses. [S.I.] : Association Docteur Prunières. 222 p.

Arnal G.-B. 1976. La céramique Néolithique dans le Haut-Languedoc : projet pour une étude systématique. [S.I.] : Centre de recherche archéologique du Haut-Languedoc. 201 p. (Mémoire du Centre de recherche archéologique du Haut-Languedoc).

Arnal G.-B. 1980. Le Néolithique languedocien et sa terminologie. In Guilaine J. (dir.). Le Groupe de Véraza et la fin des temps néolithiques : dans le Sud de la France et la Catalogne. Paris : Éd. du CNRS, p. 212-215.

Arnal J. 1963. Les dolmens du département de l'Hérault. Paris : PUF. 250 p. (Préhistoire ; 15). Balsan L., Costantini G. 1972. La grotte I des Treilles à Saint-Jean et Saint-Paul (Aveyron). Gallia Préhistoire 15/1, p. 229-250.

Barge-Mahieu H. 1982. Les parures du Néolithique ancien au début de l'Âge des Métaux en Languedoc. Paris : Éd. du CNRS. 396 p.

Bordreuil M., Galant P. 1995. Blandas, le Pié Lat. In Bilan scientifique 1994 de la région Languedoc-Roussillon. Montpellier : Ministère de la Culture et de la Communication, Direction Régionale des Affaires Culturelles, p. 87-88.

Bosch A., Bosch H., Galant Ph., Lacas M. 1997. Découvertes archéologiques dans l'aven Del Braou (Campestre-et-Luc, Gard). Bulletin du Comité Départemental de Spéléologie de l'Hérault 11, p. 171-176.

Boutin J.-Y. 1993. Le gisement Chalcolithique de l'aven d'Altayrac (La Roque-Sainte-Marguerite, Aveyron). Cahiers d'archéologie aveyronnaise 7, p. 48-64.

Boutin J.-Y. 2003. L'aven-grotte des Plos (Millau, Aveyron). Cahiers d'archéologie aveyronnaise 17, p. 47-51.

Boutin J.-Y., Costantini G., Dayde J. 1994. La Baume de Saint-Amans (Millau). Cahiers d'archéologie aveyronnaise 8, p. 33-55.

Boutin J.-Y., Escola M. 1996. La sépulture Néolithique final de l’aven Tournet (Millau). Cahiers d'archéologie aveyronnaise 10, p. 71-78.

Boutin J.-Y., Escola M., Lacas M. 1998. L'aven-grotte des Stochs du Sambuc (Nant, Aveyron). Cahiers d'archéologie aveyronnaise 12, p. 77-81.

Bruxelles L. 2001. Dépôts et altérités des plateaux du Larzac central : causses de l’Hospitalet et de Campestre (Aveyron, Gard, Hérault) : évolution morphogénétique, conséquences géologiques et implications pour l'aménagement. 245 p.-[21] f. de tableaux. [Thèse de doctorat : Sciences géographiques et de l'aménagement : Aix-Marseille 1].

Costantini G. 1955. Grotte-ossuaire des Truels (commune de Millau, Aveyron). Bulletin de la Société préhistorique française 53, p. 235-240.

Costantini G. 1957. L'ossuaire du Monna, commune de Millau (Aveyron). Bulletin de la Société préhistorique française 54, p. 257-263.

Costantini G. 1965. La grotte I des Cascades, commune de Creissels (Aveyron). Bulletin de la Société préhistorique française 62, p. 649-666.

Costantini G. 1967. Chalcolithique et céramique à triangles hachurés des Grands Causses. Bulletin de la Société préhistorique française 64, p. 743-754.

Costantini G. 1968. Le Rodézien. Bulletin de la Société préhistorique française 65, p. 575-590.

Costantini G. 1970. L'évolution du Chalcolithique caussenard. In Les civilisations Néolithiques du Midi de la France : actes du colloque de Narbonne, 15-17 février 1970. Carcassonne : Laboratoire de préhistoire et de palethnologie, p. 95-98.

Costantini G. 1984. Le Néolithique et le Chalcolithique des Grands Causses : étude archéologique. Gallia Préhistoire 27/1, p. 121-210.

Costantini G., Hibon L., Poujol J., Serres J.-P. 2002. L'abri sous-roche de Duat (Sainte-Eulalie-de-Cernon). Cahiers d'archéologie aveyronnaise 16, p. 49-65.

Crubézy E., Ludes B., Poujol J. (dir.) 2004. Pratiques et espaces funéraires : les Grands Causses au Chalcolithique. Lattes : Éd. de l'Association pour le développement de l'archéologie en Languedoc-Rousillon. 162 p. (Monographies d'archéologie méditerranéenne ; 17).

Duday H. 2000. Corconne, aven de La Boucle. In Bilan scientifique 1999 de la région Languedoc-Roussillon. Montpellier : Direction Régionale des Affaires Culturelles, p. 67.

Duday H., Garcia M., Rouzaud F. 1988. La grotte de Foissac. Cahiers d'archéologie aveyronnaise 2, p. 32-42.

Fages G. 1977. Cinq années de recherches archéologiques sur le causse Méjean et ses abords immédiats (1969-1974). In Recherches archéologiques sur le Causse Méjean et ses abords immédiats : travaux du Dépôt de Fouilles Préhistoriques d'Anilhac, Lozère. [S.I.] : Parc National des Cévennes, p. 1-112.

Fages G. 1978. La grotte 1 de Terre Rouge à Villeneuve, commune de Fraissinet-de-Fourques (Lozère). Bulletin de la Société préhistorique française 75/6, p. 186-192.

Fages G. 1979. L'aven des Corneilles : Brades, Lozère. Caveirac : Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental. 104 p. (Publications de l'Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental ; 7).

Fages G. 1981. Le gisement préhistorique et protohistorique de Baume Layrou. Bulletin du Spéléo-Club des Causses 4, p. 35-46.

Fages G., Costantini G., Arnal J. 1981. La grotte de Bramabiau à Saint-Sauveur-des-Pourcils (Gard). Archéologie en Languedoc 4, p. 103-114.

Fouéré P., Braguier S., Convertini F., Fosse P. 1999. Un gisement paléontologique du Pléistocène moyen et un habitat Chalcolithique sur le causse du Larzac : La Vayssière (La Bastide-Pradines). Cahiers d'archéologie aveyronnaise 13, p. 13-30.

Fouéré P., Convertini F. 2000. Un habitat Chalcolithique sur le causse du Larzac : La Vayssière, commune de La Bastide-Pradines (Aveyron). In Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. (dir.). Sociétés et espaces : rencontres méridionales de Préhistoire récente, troisième session, Toulouse, 6-7 novembre 1998. Toulouse : Archives d'écologie préhistorique, p. 393-400.

Galant Ph. 2003a. L'aven de la Rouvière et les grottes-citernes des Causses. In Gascó J., Gutherz X., Labriffe P.A. de (dir.). Temps et espaces culturels du VIe au IIe millénaire en France du Sud : actes des quatrièmes Rencontres Méridionales de Préhistoire récente, Nîmes, 28 et 29 octobre 2000. Lattes : Éd. de l'Association pour le développement de l'archéologie en Languedoc-Rousillon, p. 179-188. (Monographies d'archéologie méditerranéenne ; 15).

Galant Ph. 2003b. Aux origines d'un peuplement : la préhistoire du causse de Blandas (Gard), entre Causses et Cévennes. In Entre Causses et Cévennes, hommage à Adrienne Durand-Tullou. Actes du colloque de mai 2002. Nîmes : Conseil général du Gard, p. 37-47.

Galant Ph. 2003c. Pour quelques milliers d'années en moins... Approche paléospéléologique de trois cavités du Larzac méridional. In Grands Causses Spéléologie : annales du XIe rassemblement des spéléologues caussenards. Montpellier : Comité départemental de spéléologie de l'Hérault, p. 53-60.

Galant Ph. 2005. L'habitat de plein-air à la fin du Néolithique sur les Grands Causses : nouvelles observations et apports de la paléospéléologie. Grands Causses : préhistoire et archéologie 2, p. 21-34.

Galant Ph. 2006. En allant dans les cavernes pour regarder les Grands Causses à la fin du Néolithique. In Gascó J., Leyge Fr., Gruat Ph. (dir.). Hommes et passé des Causses : hommage à Georges Costantini : actes du colloque de Millau, 16-18 juin 2005. Toulouse : Éd. des Archives d'écologie préhistorique, p. 119-134.

Galant Ph. Boutin J.-Y., Bruxelles L., Convertini F. 2006. L'aven du Gendarme à La Roque-Sainte-Marguerite (Aveyron). In Bilan scientifique 2004 de la région Midi-Pyrénées. Toulouse : Direction Régionale des Affaires Culturelles, p. 46-48.

Galant Ph., Halgand J., Camus H., Delaporte S. 2000. L'aven de la Rouvière : de la découverte spéléologique à l'étude archéologique. Grands Causses : préhistoire et archéologie 1, p. 32-63.

Galant Ph., Pène J.-M. 2006. La grotte du Cimetière (Tharaux, Gard). In Bilan scientifique 2004 de la région Languedoc-Roussillon. Montpellier : Direction Régionale des Affaires Culturelles, p. 108-110.

Garcia M.-A., Cours S., Duday H., Du Fayet de la Tour A., Rouzaud F. 1987. Les Chalcolithiques de la grotte de Foissac en Aveyron. Objets et mondes : la revue du musée de l'Homme 25/1-2, p. 3-12.

Gascô J., Gutherz X. 1986. Origine et structure du Néolithique final en Languedoc méditerrannéen : la céramique. In Demoule J.-P., Guilaine J. (dir.). Le Néolithique de la France : hommage à Gérard Bailloud. Paris : Picard, p. 379-380.

Giry J. 1938. La grotte de Maurous (La Vacquerie, Hérault) : étude archéologique. Revue anthropologique 7-9, p. 218-229.

Gutherz X. 1984. Les cultures du Néolithique récent et final en Languedoc oriental. 2 vol. [Thèse 3e cycle : Sciences préhistoriques : Aix-Marseille I].

Gutherz X. 1990. Ferrières et Fontbouisse : histoire et devenir de deux concepts. In Guilaine J., Gutherz X. (dir.). Autour de Jean Arnal. Montpellier : Recherches sur les premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale : Laboratoire de paléobotanique Université des sciences et techniques du Languedoc, p. 233-249.

Gutherz X., Jallot L. 1995. Le Néolithique final du Languedoc méditerranéen. In Voruzj.-L. (dir.). Chronologies néolithiques de 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin parisien : actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey 19 et 20 septembre 1992. Ambérieu-en-Bugey : Société préhistorique rhodanienne, p. 231-263. (Documents du Département d'anthropologie et d'écologie de l'université de Genève ; 20).

Gutherz X., Jallot L. 1999. Approche géoculturelle des pays fontbuxiens. In Vaquer J. (dir.). Le Néolithique du Nord-Ouest méditerranéen : actes du colloque international, Carcassonne, 26-30 septembre 1994. Paris : Société préhistorique française, p. 161-174.

Jallot L. 2003. Le style céramique de Ferrières dans l'Hérault et la question du « style des Vautes » : approche dynamique et hypothèse d'un transfert technique. In Guilaine J., Escallon G. (dir.). Les Vautes (Saint-Gély du Fesc, Hérault) et le Néolithique final en Languedoc oriental. Toulouse : Archives d'écologie préhistorique, p. 235-273.

Lefeuvre E. 2006. L'aven de La Rouvière (Rogues, Gard) : de l'analyse spatiale à l’interprétation d'un sol d'abandon : étude préliminaire. 157 p. [Diplôme de Master 2 recherche : Université de Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Aix-en-Provence].

Louis M. 1948. Préhistoire du Languedoc méditerranéen et du Roussillon. Nîmes : Les Cahiers d'histoire et d'archéologie. 204 p.

Mareau G., Groupe Archéologique Lodévois 1986a. Étude préliminaire sur l'occupation préhistorique de l'aven no 1 des Besses, Saint-Maurice de Navacelles (Hérault). Archéologie en Languedoc 4, p. 97-101.

Mareau G., Groupe Archéologique Lodévois 1986b. L'occupation préhistorique de l'aven no 1 des Besses, Saint-Maurice de Navacelles (Hérault) (seconde partie). Archéologie en Languedoc 4, p. 123-127.

Martin L., Nourrit A., Durand-Tullou a., Arnal G.-B. 1964. Les grottes-citernes des Causses, le vase à eau et son utilisation. Gallia Préhistoire 7, p. 107-177.

Maury J., Frayssenge J.-H. 1992. L'abri du Roc Troué (Sainte-Eulalie-de-Cernon, Aveyron). Bulletin de la Société préhistorique française 89/7, p. 202-224.

Mazauric F. 1910. Recherches spéléologiques dans le département du Gard (1904-1909). Spelunca. Bulletin et mémoires de la Société de spéléologie 8, 60. 54 p.

Pons F. 1993. Fouille de sauvetage sur l’A75 : les abris sous-roche du Champ de Quercy (La Couvertoirade). Cahiers d'archéologie aveyronnaise 7, p. 65-80.

Pons F. 1994. L’Hospitalet-du-Larzac, site des Campasses et de Labro (Aveyron). Document final de synthèse de sauvetage programmée. Toulouse : Service régional de l'archéologie de Midi-Pyrénées. 157 p.

Rodriguez G. 1968. Le Néolithique dans le Saint-Ponais. Bulletin de la Société préhistorique française 65/3, p. 699-748.

Roques S. 2003. Contribution à l'étude des grottes-citernes : la grotte du Claux sur la commune de Gorniès (Hérault). 127 p. [Diplôme de maîtrise : Université Paul-Valéry, Montpellier III].

Roudil J.-L. 1990. La grotte du Claux (Gorniès ; Hérault) : le Néolithique final du Languedoc. Paris : Éd. du CNRS. 143 p.

Roudil J.-L., Vincent P. 1972. La grotte des Pins (Blandas, Gard). Bulletin de la Société préhistorique française 69/2, p. 570-584.

Salgues T., O'Yl W., Bouby L., Bruxelles L., Chalard P., Fouilloud C., Jarry M., Martin H., Servelle C. 1997. Le site Chalcolithique du Jas-del-Biau (Millau, Aveyron). Document final de synthèse de sondages et d'évaluation. Toulouse : Service régional de l'archéologie de Midi-Pyrénées. 124 p.

Simanjuntak H. 1998. Étude de la collection du Docteur Prunières : contribution à l'étude de la Préhistoire et de la Protohistoire de Lozère et des Grands Causses. Banassac - La Canourgue : Centre de recherche et de documentation préhistorique de Lozère. 528 p.

Soutou A. 1959. Céramique du Néolithique final de la grotte de Pico-Talen (commune de La Bastide-Pradines, Aveyron). Bulletin de la Société préhistorique française 56, p. 60-64.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte de situation des différentes unités morphologiques qui composent la région naturelle des Grands Causses.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 2 – Grotte du Claux (Gorniès, Hérault). Accumulation d'ossements humains « chauffés », rassemblés à l’arrière d’un mur qui condamnait l'entrée d’un locus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3624/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 3 – Carte de situation des principaux gisements mentionnés dans cette contribution. 1. Grotte des Pins (Blandas, 30) 2. Grotte du Claux (Gorniès, 30) 3. Aven de la Rouvière (Rogues, 30) 4. Aven Del Braou (Campestre-et-Luc, 30) 5. Grotte 1 des Cascades (Creissel, 12) 6. Grotte des Treilles (Saint-Jean Saint-Paul, 12) 7. Abri du Roc Troué (Sainte-Eulalie-de-Cernon, 12) 8. Aven d’Altayrac (La Roque-Sainte-Marguerite, 12) 9. Abri du Champs du Quercy (La Couvertoirade, 12) 10. Les Campasses et Labro (L’Hospitalet-du-Larzac, 12) 11. Baume Saint-Amans (Millau, 12) 12. Aven Tournet (Millau, 12) 13. Grotte du Jas Del Biau (Millau, 12) 14. Aven-grotte des Stochs du Sambuc (Nant, 12) 15. La Vayssière (La Bastide-et-Pradines, 12) 16. Abri sous roche de Duat (Sainte-Eulalie-de-Cernon, 12) 17. Aven-grotte des Plos (Millau, 12) 18. Grotte II des Truels (Millau, 12) 19. Grotte de Bramabiau (Saint-Sauveur-des-Pourcils, 30) 20. Baume Layrou (Trèves, 30) 21. Grotte du Jas Del Biau (Meyrueis, 48) 22. Baume Dolante (Vébron, 48) 23. Grotte 1 de Terre Rouge (Fraissinet-de-Fourques, 48) 24. Aven des Corneilles (Prades, 48) 25. Abri sous blocs du Bois de Cossigual (Meyrueis, 48) 26. Grotte du Baoumas (Saint-Pierre-des-Tripiers, 48) 27. Grotte du Traouc Del Chi (Meyrueis, 48) 28. Grotte de la Boullière (Meyrueis, 48) 29. Grotte de Maurous (La Vacquerie-et-Saint-Martin, 34) 30. Aven-grotte de la Figeyrolles (Blandas, 30) 31. Aven de Sott-Manit (Saint-Maurice Navacelles, 34) 32. Aven d’Auguste (Saint-Maurice Navacelles, 34) 33. Aven de Fouillac (Saint-Jean-de-Buèges, 34) 34. Aven du Gendarme (La Roque-Sainte-Marguerite, 12) 35. Aven-grotte des Besses (Saint-Maurice Navacelles, 34) 36. Aven de la Portalerie (La Couvertoirade, 12) 37. Grotte d'Avril (Saint-Jean-de-Buèges, 34) 38. Grotte du Pas de Joulié (Trèves, 30) 39. Le Pié Lat (Blandas, 30)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3624/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 4 – Grotte du Claux (Gorniès, Hérault). Jarre à cordons intacte retrouvée en situation de collecte sous un point de stillation. La nature du récipient ainsi que sa situation topographique au sein de la cavité contribuent à la définition d'une utilisation comme grotte-citerne. Cliché : Albert Colomer.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3624/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 5 – Aven de la Rouvière (Rogues, Gard). Illustration schématique de l'évolution de l’utilisation de la cavité en fonction de son évolution géomorphologique. A : découverte de l’aven ; exploration jusqu'au point de comblement ; visualisation de la suite potentielle du réseau. B : exploration après ouverture du passage ; découverte du gour ; utilisation du point de collecte ; aménagement de l’entrée de l’aven ; mise en place de la zone de stockage ; établissement de l’habitat extérieur. C : épisode torrentiel qui débouche l’aval du réseau ; exploration de la suite du réseau ; déplacement de la zone de collecte ; réaménagement de l’accès à la zone de collecte ; réaménagement de la zone de stockage et de l’établissement extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3624/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 6 – Aven du Gendarme (La Roque-Sainte-Marguerite, Aveyron). Topographie de la cavité avec situation des points de prélèvement d'argile (d’après le levé topographique du Spéléo-Club Alpina de Millau, 1994).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3624/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 7 – Aven du Gendarme (La Roque-Sainte-Marguerite, Aveyron). Traces digitées liées à l’extraction d'argile à l’intérieur d'une des fosses. La nature des empreintes et leur organisation permettent de modéliser les techniques d'extraction du matériau probablement destiné à la manufacture de la céramique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3624/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3624/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 8 – Tableau synoptique concernant les éléments déterminants pour la définition des faciès chronoculturels de la fin du Néolithique dans la région naturelle des Grands Causses.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3624/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3624/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 9 – Aven da la Rouvière (Rogues, Gard). Caractérisation du groupe céramique provenant de l'aven et correspondant à sa période d'abandon. Cet ensemble, tout aussi représentatif qu'il soit, s'individualise également par la sélection du mobilier en fonction de sa finalité d’usage au sein de la zone de stockage de la cavité-citerne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3624/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 10 – Aven de la Rouvière (Rogues, Gard). Caractérisation du groupe céramique provenant de la cabane 1 et correspondant à sa période d'abandon, suite à l'incendie. Cet ensemble est représentatif des deux unités domestiques identifiées dans la cabane (d’après Lefeuvre 2006).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3624/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 473k

Auteur

Ministère de la Culture et de la Communication, Direction Régionale des Affaires Culturelles Languedoc-Roussillon (Service de l'Archéologie), 5 rue de la Salle l'Évêque, CS 49020, 34967 Montpellier cedex 2. Courriel : philippe.galant@culture.gouv.fr

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search