Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Thème : économie et société à la fin de la préhistoire

Variabilité isotopique de populations chasséennes : implications paléoalimentaires

Gwenaëlle Le Bras-Goude, Estelle Herrscher et Jean Vaquer

Résumé

Dans le Nord-Ouest de la Méditerranée, le Néolithique moyen se caractérise tant par le développement de l'agriculture, de l'élevage et des techniques que par la complexification des structures sociales. Ces paramètres constituent autant de facteurs susceptibles d'influencer les choix alimentaires des populations humaines. Grâce à l'analyse des isotopes stables du carbone et de l'azote, l'objectif de cette étude est de cerner la variabilité alimentaire et le mode de vie de populations du Néolithique moyen sur la marge nord-pyrénéenne. Le dosage isotopique (δ13C et δ15N) du collagène osseux permet d'obtenir des données sur l'alimentation protéinique de l'individu et de savoir dans quels milieux il a puisé ses ressources. Le corpus d'étude est constitué de 73 ossements humains et de 63 ossements d'animaux provenant de 7 sites archéologiques localisés en régions garonnaise, languedocienne et pyrénéenne. Les résultats orientent notre discussion sur plusieurs aspects. D'une part, des différences régionales ont pu être mises en évidence, soulignant l'importance de l'environnement de proximité dans l'acquisition des ressources alimentaires. D'autre part, la variabilité isotopique observée entre les différentes populations aussi bien qu'au sein de chacune d'entre elles indique des choix de subsistance variés, répondant probablement à des critères économiques et sociaux locaux.

Texte intégral

Nous remercions Karine Charlier, Isabelle Billy et Philippe Martinez (UMR 5805 EPOC, Université Bordeaux 1), Henri Duday (LAPP-PACEA UMR 5199, Université Bordeaux 1), † Françoise Claustre, Isabelle Carrère, Muriel Gandelin, Denis Loirat (UMR 5608 TRACES, Université Toulouse-Le Mirail), Gilles Loison, Vianney Forest, Yaramila Tchérémissinoff (Inrap), Guy Jalut (LADYBIO-CNRS/ UPS, Toulouse) et les deux correcteurs qui nous ont aidés à améliorer cet article. Ce travail a été réalisé avec le soutien financier de IACR « Espaces et expressions funéraires au Néolithique moyen dans le monde pyrénéen et ses marges » (CNRS) et d'une bourse doctorale BDI (Région Aquitaine et CNRS).

1. INTRODUCTION

1Le Néolithique moyen est une période marquée par de profondes mutations techniques et sociales liées tant au développement d'une économie de production basée sur l'agriculture et l'élevage qu'à la sédentarisation des groupes humains. Dans le Nord-Ouest de la Méditerranée, le Néolithique moyen se caractérise par une spécialisation des sites (Beeching et al. 2000) ainsi qu'une diversification socio-économique attestée, notamment, par la variabilité des pratiques funéraires (Vaquer 1998b ; Beeching 2003). L'ensemble de ces facteurs socio-économiques, tout comme la diversité des ressources domestiques et/ou sauvages, sont autant de paramètres qui ont joué un rôle important dans la mise en place des comportements alimentaires des groupes humains néolithiques. Compte tenu de la complexification sociale et du développement économique observés au Néolithique moyen dans cette région (Vaquer 1991 ; Beeching et al. 2000), il était particulièrement intéressant de voir dans quelle mesure ces facteurs ont pu ou non contraindre des modes de subsistance particuliers selon les groupes humains. Ce travail s'inscrit dans ce contexte général et a pour objectif, à partir d'analyses isotopiques (carbone et azote) réalisées sur la partie organique des ossements, de restituer les régimes alimentaires et le mode de vie de populations du Néolithique moyen en Haute-Garonne, Languedoc et Pyrénées. Par ailleurs, sur la base d'une confrontation entre les résultats isotopiques et les données biologiques, archéologiques (pratiques funéraires) et économiques (e.g. rejets de consommation), l'objectif est de cerner l'influence des facteurs socio-économiques sur les choix alimentaires, à l'échelle de l'individu et à l'échelle du groupe humain. Cette étude fait partie intégrante d'un vaste programme de recherche financé par le CNRS (ACR : « Espaces et expressions funéraires au Néolithique moyen dans le monde pyrénéen et ses marges », dirigée par J. Vaquer) et bénéficie d'un regard novateur en raison de la pluridisciplinarité des études menées (archéologiques, économiques, environnementales et anthropologiques).

2. SITES ET ÉCHANTILLONNAGE

2Notre analyse porte sur sept sites localisés en Midi-Pyrénées et en Languedoc-Roussillon, calés chronologiquement sur la période chasséenne (fig. 1).

3Localisé au sud de Toulouse sur le bord d'une terrasse de la Garonne, le site de Villeneuve-Tolosane/Cugnaux (Haute-Garonne) a livré plusieurs centaines de structures chasséennes, quatre grands systèmes d'enceintes et une vingtaine de sépultures (Vaquer 1990 ; Brossier, Marlière 2000). C'est à partir de l'étude du mobilier funéraire ou des éléments contextuels que ces sépultures ont été datées de plusieurs étapes du Chasséen garonnais (ca-4200 à-3800). Le matériel osseux humain correspond à 18 sépultures avec un total de 19 sujets répartis en 13 adultes, 2 périnataux et 4 immatures d'âge au décès compris entre 2 et 10 ans (Gandelin, Vaquer 2008). L'analyse des rejets de consommation alimentaire recueillis dans les dépotoirs du site révèle un élevage important (quasi-absence de faune sauvage) avec prédominance de bovins, de suinés et d'ovincaprins (Brossier, Marlière 2000). Les courbes d'abattage montreraient un élevage tourné vers une production de viande. De nombreux restes carpologiques ont également été découverts, ainsi que deux nouvelles espèces inédites pour cette aire culturelle : le lin et l'orge polystique à grain vêtu (ibid). Compte tenu de la proximité des deux sites, un regroupement a priori des échantillons humains et fauniques de Villeneuve-Tolosane/Cugnaux a été décidé. Pour la faune, un échantillonnage le plus large possible a été réalisé, impliquant 21 restes animaux répartis entre les familles de bovins, ovins, caprins ainsi que des suinés et des chiens. Les sujets humains adultes ont préférentiellement été échantillonnés. L'assemblage est constitué de 9 adultes pour le site de Cugnaux et de 4 adultes et un immature âgé entre 8 et 10 ans pour celui de Villeneuve-Tolosane.

Fig. 1 – Localisation des sites archéologiques et nombre d'échantillons étudiés.

4Le site de Narbons est localisé à 2 km au sud-est de Montesquieu-de-Lauragais (Haute-Garonne). La fouille a révélé six fosses profondes, peut-être des puits, attribuées au Néolithique, dont quatre contenaient des sépultures à inhumation (Tchérémissinoff et al. 2005). Les datations au radiocarbone de trois sépultures qui n'ont pas livré de mobilier typique correspondent pour leur marge haute au Proto-Chasséen ou au Chasséen ancien. Une autre sépulture, structure 1020, peut être attribuée à l'étape récente du Chasséen méridional grâce à des vestiges mobiliers typiques. L'analyse des restes fauniques montre un cortège diversifié. Il s'agit principalement de bovinés, de suinés et de chiens. Le squelette entier d'un blaireau a été mis au jour dans la fosse 3067, il pourrait correspondre à un dépôt intentionnel (ibid.). Sur les quatre fosses contenant des ossements humains, cinq sujets ont été identifiés. Il s'agit d'un nourrisson de 1 an dans la sépulture 1034 (datation entre 4451 et 4045 BC cal. ; Gra-16249 Ly-1157), d'un enfant d'environ 7 ans dans la sépulture 3067 (datation entre 4455 et 4054 BCcal. ; Gra-16247 Ly-1158), de deux sujets adultes (une femme et un homme) en décubitus ventral dans la fosse 4000 (4248 à 3997 BC cal. ; Ly-9668) et d'un sujet adulte de sexe indéterminé en décubitus latéral droit fléchi dans la sépulture 1020 (3633 à 3369 BC cal. ; Ly-9669) (Tchérémissinoff et al. 2005). Trois restes attribuables à des bovinés, trois à des suinés et un au blaireau en connexion anatomique ont été échantillonnés. Pour les sujets humains, ont été échantillonnées les phalanges de mains des trois individus adultes.

5Le site archéologique de Montou est implanté dans un réseau karstique des Pyrénées-Orientales (Corbères-les-Cabanes) à environ 30 km de la Méditerranée. Cette étude concerne les ossements relatifs à la phase du Néolithique moyen attribuée au groupe de Montbolo, dit « chasséoïde » (3996-3748 BC cal. ; Ly-8175) (Valentin et al. 2003). Cette phase culturelle est bien représentée dans la grotte autant pour les restes fauniques et anthropologiques que pour le mobilier (Claustre, Ponsich 2000). Les fouilles ont révélé différents espaces dont l'un est à vocation sépulcrale et l'autre un secteur d'habitat. L'étude archéozoologique du site met en évidence une activité cynégétique développée et une consommation importante de caprinés dont l'élevage est orienté vers l'exploitation de la viande d'agneau et la production de lait (Loirat 2000). Le cochon est également exploité pour la consommation des jeunes individus et l'élevage du bœuf est orienté vers la production de viande. Le spectre faunique sépulcral révèle la présence du mouton en grande quantité, puis du bœuf, mais la faible quantité des restes osseux ne permet pas de fournir d'informations sur la gestion des troupeaux (ibid.). Enfin, cette analyse indique que le secteur sépulcral contenait une quantité de faunes immatures plus importante que le secteur d'habitat. D'une manière générale, au Néolithique moyen, les grottes sont interprétées comme des sites d'élevage situés sur des trajets entre la plaine et la montagne (Vaquer 1998a). L'étude anthropologique a mis en évidence sur ce site une sépulture collective, d'utilisation brève, du Chasséen (Valentin et al. 2003). Cette étude a permis de dénombrer dix individus dont cinq adultes et cinq enfants. Les cinq adultes et trois enfants âgés de 1 an à 7 ans environ (ibid.) ont été échantillonnés. Pour les adultes, la même partie anatomique a été choisie. Le corpus de faune sur ce site se compose de 24 échantillons.

6Les Plots est un site d'habitat perché, localisé sur la commune de Berriac, dans l'Aude. Les campagnes de fouilles réalisées ont permis de mettre au jour 104 structures en creux de natures différentes (Duday, Vaquer 2003). Quarante-six structures ont livré du matériel de type Chasséen ancien ainsi que de la faune, et six d'entre elles ont eu une fonction funéraire (ibid.). Les activités de l'agriculture et d'élevage caractérisent le site. Parmi les six structures funéraires, cinq sont attribuées sûrement au Chasséen et quatre ont pu être fouillées. Les inhumations sont en fosse, dont la morphologie est celle d'une base de silo tronconique (ibid.). Quatre individus ont été mis au jour, trois hommes et une femme (ibid.), et tous ont été échantillonnés pour cette étude. Concernant la faune, 17 échantillons ont été sélectionnés. Plusieurs datations radiométriques ont été obtenues sur le site, le plaçant dans le Chasséen ancien (4210-3991 BC cal. ; Gif-9336 et 4238-3841 BC cal. ; Gif-9337) (Duday, Vaquer 2003).

7Le site archéologique du Crès se situe à 4 km au nord de Béziers. Il a livré de nombreuses structures néolithiques qui ont fait l'objet d'une première étude par G. Loison et B. Houix en 2000. Ce site est important car il comporte, au sein d'une aire d'habitat, de nombreuses sépultures attribuables à l'étape ancienne du Chasséen. Les fouilles archéologiques ont été conduites en 2000 et 2001 sous la direction de G. Loison (Inrap Montpellier). Elles ont mis au jour 189 structures en fosse, domestiques et funéraires. Au sein du site, une grande diversité de modes d'inhumation a été mise en évidence et des fosses strictement sépulcrales côtoient des fosses domestiques remployées pour des sépultures (Loison et al. 2004). L'étude archéozoologique préliminaire, réalisée par V. Forest (in ibid.), indique une alimentation carnée basée majoritairement sur les bovins. Les caprinés et les chiens (dont certains sont inhumés) sont également bien représentés ; en revanche, les restes attribuables aux cochons et à la faune sauvage sont très partiels (oiseaux, tortue cistude). Les principaux mollusques présents sont des moules, des huîtres et des coques. Des traces anthropiques observées à la surface des mollusques laissent penser que, même s'ils ont été consommés, ils ont probablement également été utilisés comme outils et éléments de parure (Loison et al. 2004). L'étude carpologique (ibid.) atteste une présence importante du blé tendre/dur (90 % de Triticum aestivum/turgidum), tandis que l'orge nue et le blé amidonnier sont en très faible quantité. Cinquante et un individus ont été mis au jour. La détermination de l'âge, du sexe, de la stature et l'observation de caractères ostéologiques particuliers ont également été réalisées (Loison et al. 2004). Les individus ont été répartis dans plusieurs classes d'âge allant du fœtus au sujet âgé. Parmi ces sujets, 43 ont été échantillonnés. Concernant la faune, 16 échantillons composent le corpus de cette étude. Des datations relatives, réalisées (et en cours) à l'aide du matériel céramique et lithique, permettent actuellement de dire que la phase ancienne du Chasséen méridional est bien représentée sur le site (Loison et al. 2004). Des datations radiométriques sur des ossements humains ont été engagées, dont certaines en 2005 dans le cadre de l’ACR, afin de dater, entre autres, plusieurs secteurs d'inhumations.

8Le dernier site, Coste Rouge, se situe à Beaufort (Hérault). Une tombe y a été découverte en 2000, puis fouillée en 2001 (Vaqueret al, sous presse). L'individu retrouvé dans cette tombe est un sujet immature, inhumé avec des objets de parure, notamment des dentales et des pendeloques sur plaquettes osseuses, ainsi que des objets lithiques tels que des pointes de flèches et des lamelles en silex. Bovins, caprinés, ours brun et canidés constituent les espèces associées à la sépulture. D'après l'analyse archéozoologique, ces restes constitueraient un dépôt symbolique particulier (mobilier et offrandes liés à la sphère animale domestique et sauvage) d'accompagnement du défunt (A. Tresset, in Vaquer et al. sous presse). La tombe était délimitée par un coffrage lithique évoquant des architectures fréquentes dans les zones montagneuses de la Catalogne. Cette chambre funéraire souterraine recélait les restes, mal conservés, d'un enfant inhumé en décubitus dorsal. L'âge au décès a été estimé entre 5 et 8 ans à partir de la dentition (ibid). L'étude archéo-anthropologique de cette sépulture suggère un statut social élevé pour cet enfant. Une analyse radiocarbone, réalisée sur l'humérus gauche de cet individu, indique une date qui correspond à la fin du Chasséen (3634-3384 B.C. cal. à 2 8 ; Erl 9626).

9Sur l'ensemble des sites étudiés, 73 ossements humains et 63 ossements animaux ont été échantillonnés, puis analysés au cours des années 2004-2006.

3. ÉTUDE DES ISOTOPES STABLES DU COLLAGÈNE

10La méthode d'analyse retenue est celle du rapport des isotopes stables du carbone et de l'azote (13C/12C : δ13C et 15N/14N : δ15N) dans le collagène osseux. Le dosage de ces isotopes dans la matière organique fournit des informations individuelles sur l'alimentation protéinique de l'individu dans ses dernières années de vie (Ambrose, Norr 1993). En effet, d'une part, les quantités relatives d'isotopes stables dosées aujourd'hui sont celles qui étaient présentes durant la vie de l'individu et, d'autre part, le collagène est une protéine synthétisée à partir des protéines alimentaires, de telle sorte que sa composition est corrélée à la nourriture ingérée.

3.1. INTÉRÊT DES ISOTOPES STABLES DANS LES RECONSTITUTIONS PALÉOALIMENTAIRES

11Les végétaux à la base de la chaîne alimentaire ont des valeurs isotopiques (δ13C et δ15N) qui varient en fonction du type de photosynthèse (C3, C4, CAM), de l'environnement (aride, tempéré, marin, terrestre, de plaine ou de sous-bois) et des espèces (végétaux fixateurs d'azote ou non) (Park, Epstein 1960). Ces différences isotopiques se répercutent tout au long de la chaîne alimentaire avec un enrichissement en isotope lourd (13C et 15N) à chaque maillon du réseau trophique (DeNiro, Epstein 1978). Les différences de δ13C et δ15N observées entre le collagène de deux individus de niveaux trophiques successifs (e.g. de l'herbivore au carnivore) sont généralement de +0,0 à +1,0 ‰ pour le carbone et de +3,0 à +5,0 ‰ pour l'azote (DeNiro, Epstein 1978, 1981 ; Minagawa, Wada 1984). L'analyse des δ13C et δ15N du collagène osseux permet de connaître l'environnement dans lequel l'individu puise ses ressources (e.g. marin, terrestre, tempéré) et sa place dans le réseau trophique. Par ailleurs, l'analyse de restes osseux de différentes espèces de faune du site étudié est indispensable pour la reconstitution des comportements alimentaires des populations humaines passées. L'interprétation des données isotopiques et les reconstitutions paléoalimentaires se fondent sur des expériences réalisées sur des mammifères dans le cadre de nutritions contrôlées (e.g. Ambrose, Norr 1993 ; Ambrose 2000 ; Sponheimer et al. 2003), sur des études actualistes (cheveux, ongles) faites sur des humains dont le régime alimentaire est connu (e.g. Minagawa 1992 ; O'Connell, Hedges 1999) et sur de nombreuses études écologiques (e.g. Ben-David et al. 1997 ; Cerling, Harris 1999).

3.2. MÉTHODE D'EXTRACTION DU COLLAGÈNE ET MESURES ISOTOPIQUES

12Le collagène est extrait de l'os grâce à un protocole chimique issu de la méthode Longin (Longin 1971), réadapté par Bocherens (Bocherens 1992). Les dosages isotopiques correspondent aux teneurs relatives de l'isotope lourd (13C, 15N) par rapport à l'isotope léger (12C, 14N) d'un échantillon, ils sont calculés selon des standards internationaux et exprimés en pour mille (‰). Les teneurs en carbone et en azote et les taux isotopiques sont mesurés à partir de 0,6 mg de collagène lyophilisé, par IRMS (Isotope Ratio Mass Spectrometry), à l'aide d'un spectromètre de masse isotopique ISOPRIME de VG Instruments couplé à un analyseur élémentaire NC 2500 Carlo Erba, au Département de Géologie et d'Océanographie de l'Université de Bordeaux 1 (UMR CNRS 5805 EPOC). La précision analytique est inférieure à 0,3 ‰ pour le carbone et l'azote, et les standards utilisés sont la glycine, la caséine et l'acétanilide.

4. RÉSULTATS ET DISCUSSION

4.1. VÉRIFICATION DE LA QUALITÉ DU COLLAGÈNE ET FIABILITÉ DES MESURES ISOTOPIQUES

13L'analyse des quantités élémentaires de carbone et d'azote dans la matière organique extraite ainsi que le rapport C/N et le rendement d'extraction (mg/g) permettent d'apprécier l'état de conservation, à la fois quantitatif et qualitatif, du collagène préservé. Parmi les 73 individus humains et les 84 animaux échantillonnés, 71 ossements humains et 73 ossements animaux ont livré du collagène. Généralement, le collagène est bien conservé si le pourcentage en carbone est supérieur ou égal à 35 % et si le pourcentage en azote est supérieur ou égal à 12,5 % (Ambrose 1993) ; dans cette étude, les échantillons sont considérés comme corrects si le pourcentage en carbone est supérieur à 30 % et si le pourcentage en azote est supérieur à 10 %. Les rapports élémentaires C/N doivent être compris entre 2,9 et 3,6 inclus (DeNiro 1985) (fig. 2). Au-delà de ces valeurs, l'échantillon a pu garder des contaminants (lipides et contaminants organiques du sol) ayant des rapports isotopiques différents des échantillons (Bocherens 1997). En deçà de cette gamme de valeurs, le collagène n'est pas assez bien préservé (Ambrose 1993). Parmi l'ensemble des collagènes extraits, 56 échantillons humains et 52 fauniques respectent les bonnes conditions de conservation ; les autres ont été exclus de l'analyse des données isotopiques (tabl. 1 et fig. 3).

Fig. 2 – Teneurs en carbone et en azote et critères de fiabilité du collagène extrait des échantillons humains et animaux.

4.2. INTERPRÉTATIONS ALIMENTAIRES ET RECONSTITUTION DES PALÉOCOMPORTEMENTS

14La distribution des valeurs isotopiques du carbone des animaux, tous sites confondus, s'étend chez les herbivores de-22,6 à-18,0 ‰ (-20,4 ± 1,0 ‰, n = 27), chez les carnivores de-20,6 à-18,5 ‰ (-19,5 ± 0,7 ‰, n = 11) et chez les omnivores de-20,5 à-18,5 ‰ (-19,5 ± 0,6 ‰, n = 14 ; fob/. /). Pour le δ15N, les valeurs sont comprises entre 4,9 et 8,7 ‰ (6,3 ± 0,9 ‰, n = 27) chez les herbivores, entre 7,5 et 10,9 ‰ (8,8 ± 1,0 ‰, n = 11) chez les carnivores et entre 3,9 et 8,4 ‰ (6,2 ± 0,6 ‰, n = 11) chez les omnivores (fig. 4). Ces valeurs sont représentatives de la fréquentation d'un écosystème tempéré où la végétation utilise une photosynthèse de type C3. Les animaux n'ont donc pas consommé (ou été affouragés) de ressources marines (e.g. algues) et/ou de végétaux à photosynthèse C4 (e.g. millet). Cette dernière observation concorde avec les études carpologiques qui attestent l'introduction en France de végétaux cultivés à photosynthèse de type C4 après le Néolithique (Marinval 1988). Sur l'ensemble des sites, la comparaison des valeurs isotopiques ne révèle aucune différence significative (Test U de Mann-Whitney, p > 0,05) entre les herbivores et les omnivores ; ces deux groupes ont probablement un régime alimentaire similaire. Comme attendu, le δ15N des chiens est significativement plus élevé (de 2,6 ‰ en moyenne ; p = 0,01) que celui des autres espèces fauniques, en raison d'une consommation de protéines animales. Les comparaisons inter-sites des valeurs isotopiques du carbone et de l'azote ont permis de mettre en évidence des différences significatives. Concernant le δ15N, on observe des valeurs significativement plus élevées dans le collagène des chiens de la région garonnaise (9,7 ± 0,8 ‰, n = 6) et pyrénéenne (8,4 ± 0,5 ‰ ; n = 4), comparativement à celui des chiens de la région languedocienne (7,8 ± 0,3 ‰ ; n = 4). Ce résultat illustrerait une alimentation plus pauvre en protéines animales pour les chiens du Crès par rapport à ceux des autres sites. Par ailleurs, la distribution de δ13C au sein de la faune diffère entre l'ensemble 1 (Villeuneuve-Tolosane/Cugnaux et Narbons = région garonnaise) et l'ensemble 2 (Montou, les Plots et le Crès = région languedocienne-pyrénéenne). Dans le premier ensemble de sites, le δ13C de la totalité de la faune est en moyenne de-20,7 ± 0,9 ‰ (n = 21) alors qu'il est en moyenne de -19,5 ± 0,8 ‰ (n = 34) dans le second (fig. 3). Les sources alimentaires disponibles à la base de la chaîne trophique, et donc à la base des écosystèmes propres à chaque groupe de sites, seraient vraisemblablement isotopiquement distinctes. L'hypothèse la plus probable pour expliquer cette différence est l'existence de particularités environnementales d'ordre régional, comme, par exemple, le climat et/ou le substrat géologique qui influencent la spécificité des couverts végétaux et, par conséquence, les valeurs de δ13C (Herrscher, Le Bras-Goude 2008).

Tabl. 1 – Paramètres statistiques des données iso topiques des collagènes humains et animaux pour chaque site archéologique.

Fig. 3 – δ13C et δ15N des individus humains et des animaux (pour les animaux sont figurés les moyennes et percentiles 2,5 et 97,5).

Fig. 4 – δ13C et δ15N des animaux.

15Compte tenu des disparités régionales de δ13C de la faune, il est apparu opportun de présenter la distribution des valeurs isotopiques des sujets humains pour chaque ensemble de sites (fig. 5 ; ensemble 1 et ensemble 2). Pour l'ensemble 1, les valeurs de δ13C s'étendent de-21,0 à-19,9 ‰ (-20,7 ± 0,3 ‰, n = 16) et celles de δ15N de 8,4 à 12,0 ‰ (9,9 ± 0,9 ‰, n = 16). Pour l'ensemble 2, le δ13C est compris entre-18,2 et-20,6 ‰ (-19,3 ± 0,5 ‰, n = 40) et le δ15N entre 6,6 et 11,4 ‰ (8,2 ± 0,9 ‰, n = 40 ; tabl. 1). Comme précédemment, une différence significative (p < 0,01) apparaît entre les valeurs de δ13C des sujets humains de la région languedocienne-pyrénéenne et celles de la région garonnaise (fig. 3). Cette différence soulignerait une consommation de ressources alimentaires à proximité du lieu d'inhumation. La comparaison inter-sites des δ15N humains indique également une différence significative entre les individus des sites garonnais et ceux du Languedoc et des Pyrénées (p < 0,01 ; fig. 4). Les valeurs isotopiques en azote des animaux herbivores étant similaires sur l'ensemble des sites, la différence moyenne des δ15N entre la faune et les sujets humains (Garonne : ∆δ15N [humain-faune] = 3,4 ‰ ; Languedoc-Pyrénées : ∆δ15N [humain-faune] = 2,1/2,6 ‰) attesterait une consommation de ressources plus riches en protéines animales et/ou issues d'un niveau trophique plus élevé (e.g. ressources dulcicoles, jeune herbivore non sevré ou carnivore) pour les sujets de Villeneuve-Tolosane/Cugnaux et de Narbons, comparativement aux sujets de Montou, des Plots et du Crès.

16Au niveau de l'analyse intra-site, pour les sites garonnais, il est difficile de statuer sur la variabilité isotopique des sujets humains, en raison de la disparité des effectifs entre les sites (Villeneuve-Tolosane/Cugnaux [n = 13] : δ13C =-20,6±0,4 ‰ ; δ15N = 9,9 ± 1,0 ‰ ; Narbons [n = 3] : δ13C = - 20,7 ± 0,4 ‰ ; δ15N = 9,9 ± 0,7 ‰). Toutefois, la dispersion des δ15N (entre

Fig. 5 – δ13C et δ15N des individus humains.

178,4 et 12,0 ‰ attesterait une consommation de ressources alimentaires isotopiquement variées résultant de comportements alimentaires différents entre les sujets garonnais. L'analyse selon le contexte funéraire (fosse funéraire, silo et fossé) n'a révélé aucune différence significative. Pour les sites du Languedoc et des Pyrénées, l'amplitude des valeurs de δ15N pour chaque population est plus importante que celle des sites garonnais (3,9 ‰ à Montou et 4,5 %o au Crès contre 3,6 ‰ à Villeneuve-Tolosane/Cugnaux et Narbons). Concernant la comparaison entre les informations archéologiques (pratiques funéraires) et les données isotopiques, une étude comparative a été engagée (Goude 2007). Enfin, une dispersion plus importante des valeurs tant de δ13C que de δ15N pour les sujets languedociens (∆δ13C = 2,0 %o ; ∆δ15N = 4,5 ‰) comparativement aux individus humains garonnais (∆δ13C = 1,2 ‰ ; ∆δ15N = 3,6 ‰) indiquerait une consommation de ressources alimentaires isotopiquement plus variées (fig. 3). Ces résultats montreraient soit des choix alimentaires potentiellement plus diversifiés en Languedoc, partagés entre la viande ou les laitages, produits par l'élevage, et les céréales, issues de l'agriculture, soit une fréquentation d'écosystèmes variés illustrant, par exemple, un semi-nomadisme. Toutefois, ces hypothèses doivent être considérées avec prudence car il existe une différence d'effectif entre le Crès et les autres sites.

18Bien qu'une certaine homogénéité apparaisse dans la distribution des données isotopiques pour chaque site, des individus « atypiques » se distinguent de la population dont ils font partie. À Montou, un sujet immature d'environ 1 an possède les valeurs isotopiques les plus élevées de son groupe (fig. 3). Plusieurs hypothèses (pathologique et/ou alimentaire) peuvent expliquer ce résultat ; la plus pertinente, actuellement, serait une consommation de lait maternel. En effet, une telle consommation confère au bébé un niveau trophique supérieur à sa mère puisqu'il mange sa « propre espèce » (Fogel et al. 1989 ; Balasse et al. 2000 ; Herrscher 2003). Sur le site du Crès, deux individus sont particuliers par rapport à leur groupe « d'inhumation ». Chacun de ces sujets possède un δ13C plus faible que le reste de la population du Crès, mais proche de celui des sujets garonnais (fig. 3). Ces individus a priori languedociens se seraient approvisionnés dans un environnement différent de leur lieu d'inhumation et isotopiquement proche de celui de la région garonnaise. Ce résultat évoquerait d'éventuels mouvements de population à l'âge adulte. De plus, cette hypothèse peut être étayée par le δ15N enregistré dans le collagène du sujet 10b ; celui-ci étant plus élevé que celui observé dans la population du Crès, mais compris dans la variabilité isotopique des populations garonnaises (fig. 3).

19À Cugnaux, le sujet de la sépulture 13 possède la valeur la plus faible de δ15N et la plus élevée de δ13C de son groupe (fig. 3). Cette valeur le place dans la variabilité des sujets inhumés en Languedoc. Une hypothèse identique au cas précédent peut être proposée pour le décalage en δ13C observé : ce sujet pourrait être inhumé dans une aire géographique différente de celle dans laquelle il a vécu. Toutefois, alors que ses signatures isotopiques s'accorderaient davantage avec la série languedocienne du Crès, le mobilier archéologique, semblable au trousseau funéraire de certaines tombes catalanes, attesterait une autre origine (Gandelin, Vaquer 2008). Par ailleurs, la présence d'un lit funéraire et de lésions osseuses spécifiques (en cours d'étude ; ibid.) accorde également à cette sépulture un contexte archéologique et biologique particulier. La plus faible valeur en azote-15 enregistrée pourrait refléter un régime alimentaire particulier, plus végétarien que ceux de son groupe, comme, par exemple, la consommation de céréales, régime peut-être lié à l'âge et/ou au statut du défunt.

20Enfin, l'enfant de Coste Rouge se révèle être aussi un individu particulier par rapport aux populations étudiées dans ce travail. Ses valeurs isotopiques sont très élevées (tabl. 1, fig. 3) : le δ15N est supérieur d'environ 5,0 ‰ par rapport à la faune herbivore du Crès et de 3,4 ‰ par rapport à l'ensemble des canidés de ce site, le δ13C est supérieur d'environ 0,6 ‰ par rapport à l'ensemble des animaux herbivores et de 0,3 ‰ par rapport aux canidés. Ces résultats indiqueraient une consommation de protéines majoritairement animales. Un régime alimentaire strictement carnivore est peu probable, excepté dans le cas de l'allaitement. Compte tenu de l'estimation de l'âge de cet enfant (5-8 ans) (Vaquer et al. 2007), la présence éventuelle de traces d'un régime lacté dans le collagène de l'os échantillonné ne semble pas une hypothèse pertinente. Une consommation importante de ressources animales (comme pour les sujets garonnais) paraît, pour le moment, l'hypothèse à privilégier (Goude 2007). Ce régime alimentaire aurait-il un rapport avec le statut du défunt (tombe en chambre lithique et mobilier) ou bien avec l'activité économique du groupe auquel il appartenait ?

5. CONCLUSION ET PERSPECTIVES DE RECHERCHE

21Les analyses isotopiques effectuées sur les séries chasséennes attestent que la nourriture de ces sujets était, sans aucun doute, à dominante terrestre, ainsi les produits d'origine aquatique (dulcicole/marine) ne semblent pas avoir tenu une place prépondérante dans leur alimentation, quelle que soit la localité. Les résultats ont également permis de mettre en évidence une distinction d'ordre régional, impliquant une alimentation tournée davantage vers des produits issus de l'élevage (viande et/ou produits laitiers) pour les sujets de la région garonnaise comparativement aux sujets languedociens et pyrénéens qui consommeraient des produits issus autant de l'élevage que de l'agriculture. De plus, l'analyse de cas atypiques permet d'évoquer de possibles mouvements de population qui pourraient être en rapport avec des migrations proposées par d'autres auteurs concernant l'approvisionnement en silex et la mobilité des animaux. D'un point de vue méthodologique, ce travail démontre que toute reconstitution des comportements alimentaires humains passés ne peut se faire que dans un cadre écologique bien déterminé, incluant des analyses sur des ossements de faune contemporaine et de même zone géographique que les sujets humains.

22Dans le cadre de recherches futures, il serait nécessaire de confronter les informations isotopiques aux données issues des études archéozoologiques et palynologiques. Enfin, pour cerner plus précisément les potentiels mouvements de population, des analyses isotopiques intra-individuelles (sur plusieurs tissus correspondant à différents moments de la vie) pourraient être réalisées.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ambrose S.H. 1993. Isotopic analysis of paleodiets : methodological and interpretative considerations. In Sandford M.K. (dir.). Investigation of ancient human Tissue : chemical Analyse in Anthropology. Langhorne : Gordon and Breach Science Publishers, p. 59-130. (Food and Nutrition in History and Anthropology ; 10).

Ambrose S.H. 2000. Controlled diet and climate experiments on nitrogen isotope ratios of rats. In Ambrose S.H., Katzenberg M.A. (dir.). Biogeochimical approaches to paleodietary analysis. New York : Kluwer, p. 243-257.

Ambrose S.H., Norr L. 1993. Experimental evidence for the relationship of the carbon isotope ratios of whole diet and dietary protein to those of bone collagen and carbonate. In Lambert J.B., Grupe G. (dir.). Prehistoric human Bone : Archaeology at the Molecular level. Berlin : Springer Verlag, p. 1-37.

Balasse M., Tresset A., Bocherens H., Mariotti A., Vigne J.-D. 2000. Un abattage « post-lactation » sur des bovins domestiques néolithiques. Étude isotopique des restes osseux du site de Bercy (Paris, France). In La gestion démographique des animaux à travers le temps = Animal Management and Demography through the Ages : actes du VIe colloque international de HASRI = Proceedings of the Vlth International Meeting of HASRI, Turin, 16-18 septembre 1998. Anthropozoologica 31, p. 39-48.

Beeching A. 2003. Organisation spatiale et symbolique du rituel funéraire chasséen en moyenne vallée du Rhône, première approche. In Chambon Ph., Leclerc J. (dir.). Les pratiques funéraires néolithiques avant 3500 av. J.-C. en France et dans les régions limitrophes : table ronde SPF, Saint-Cermain-en-Laye, 15-17 juin 2001. Paris : Société préhistorique française, p. 231-239, 3 fig. (Mémoires de la Société préhistorique française ; 33).

Beeching A., Berger J.-F., Brochier J.L., Ferber Fr., Helmer D., Sidi Maamar H. 2000. Chasséens : agriculteurs ou éleveurs, sédentaires ou nomades ? Quels types de milieux, d'économies et de sociétés ? In Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. (dir.). Sociétés et espaces : rencontres méridionales de Préhistoire récente, troisième session, Toulouse, 6-7 novembre 1998. Toulouse : Archives d'écologie préhistorique, p. 59-79.

Ben-david M., Flynn R.W., Schell D.M. 1997. Annual and seasonal changes in diets of martens : evidence from stable isotope analysis. Oecologia 111, p. 280-291.

Bocherens H. 1992. Biogéochimie isotopique (13C, 15N, 180) et paléontologie des vertébrés : applications à l'étude des réseaux trophiques révolus et des paléoenvironnements. 317 p. [Thèse de doctorat : Paris VI].

Bocherens H. 1997. Signature isotopique dans le collagène des os. Comptes rendus des séances de la Société de biologie 4, p. 493-510.

Brossier S., Marlière P. 2000. Le site chasséen de Villeneuve-Tolosane/Cugnaux, Haute-Garonne : une nouvelle opération de sauvetage (1996-1997). In Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. (dir.). Sociétés et espaces : rencontres méridionales de Préhistoire récente, troisième session, Toulouse, 6-7 novembre 1998. Toulouse : Archives d'écologie préhistorique, p. 313-318.

Cerling T.E., Harris D.A. 1999. Carbon isotope fractionnation between diet and bioapatite in ungulate mammals and implications for ecological and paleoecological studies. Oecologia 120, p. 347-363.

Claustre F., Ponsich P. 2000. Complément à l'étude de la céramique néolithique de la galerie close de Montou. Études roussillonnaises 13, p. 79-96.

Deniro MJ. 1985. Post-mortem preservation and alteration of in vivo bone collagen isotope ratios on relation to palaeodietary reconstruction. Nature 317, p. 806-809.

Deniro M.J., Epstein S. 1978. Influence of diet on the distribution of carbon isotopes in animals. Ceochimica et Cosmochimica Acta 42, p. 495-506.

Deniro M.J., Epstein S. 1981. Influence of diet on the distribution of nitrogen isotopes in animals. Ceochimica et Cosmochimica Acta 45, p. 341-351.

Duday H., Vaquer J. 2003. Les sépultures chasséennes du site des Plots Berriac (Aude). In Chambon Ph., Leclerc J. (dir.). Les pratiques funéraires néolithiques avant 3500 av. J.-C. en France et dans les régions limitrophes : table ronde SPF, Saint-Cermain-en-Laye, 15-17juin 2001. Paris : Société préhistorique française, p. 73-80. (Mémoires de la Société préhistorique française ; 33).

Fogel M.L., Tuross N., Owsley D.W. 1989. Nitrogen isotope tracers of human lactation in modem and archaeological populations. Annual Report of Geophysical Laboratory Carnegie Institution of Washington, p. 111-117.

Gandelin M., Vaquer J. 2008. Présentations des sites chasséens de Villeneuve-Tolosane et de Cugnaux et localisation des faits funéraires. In Vaquer J., Gandelin M., Remicourt M., Tchérémissinoff Y. (dir.). Défunts néolithiques en Toulousain. Toulouse : Archives d'écologie préhistorique, p. 29-40.

Goude G. 2007. Étude des modes de subsistance de populations néolithiques (VIe -IVe millénaires av. J.-C.) dans le Nord-Ouest de la Méditerranée : approche par l’utilisation des isotopes stables (δ 13C et 8 15N) du collagène. 415 p. [Thèse de doctorat : Université Bordeaux 1 - Université de Leipzig].

Herrscher E. 2003. Alimentation d'une population historique. Analyse des données isotopiques de la nécropole Saint-Laurent de Grenoble (XIIIe-XVe siècle, France). Bulletins et mémoires de la Société d'anthropologie de Paris 15, p. 149-269.

Herrscher E., Le Bras-Goude G. 2008. Viande, laitage, poissons ou végétaux. Approche biochimique de l'alimentation néolithique en Toulousain. In Vaquer J., Gandelin M., Remicourt M., Tchérémissinoffy. (dir.). Défunts néolithiques en Toulousain. Toulouse : Archives d'écologie préhistorique, p. 199-208.

Loirat D. 2000. La faune du niveau Néolithique moyen de la grotte de Montou. 68 p. [Mémoire de DEA : Toulouse II le Mirail ; E.H.E.S.S.].

Loison G., Fabre V., Villemeur I. 2004. Le Crès. Habitats préhistoriques en bordure de l’Orb. Structures domestiques et sépulture du Chasséen ancien. Rapport final d'opération, Montpellier, Inrap. 304 p.

Longin R. 1971. New method of collagen extraction for radiocarbon dating. Nature 230, p. 241-242.

Marinval Ph. 1988. L'alimentation végétale en France du Mésolithique jusqu'à l'Âge du Fer. Paris : Éd. du CNRS. 192 p. (Archéologie ; 2).

Minagawa M. 1992. Reconstruction of human diet from δ13C and δ15N in contemporary Japanese hair : a stochastic method for estimating multi-source contribution by double isotopic tracers. Applied Geochemistry 7, p. 145-158.

Minagawa M., Wada E. 1984. Stepwise enrichment of 15N along food chain : further evidence and the relation between δ 15N and animal age. Geochimica et Cosmochimica Acta 48, p. 1135-1140.

O'connell T.C., Hedges R.E.M. 1999. Investigations into the effect of diet on modern human hair isotopic values. American Journal of Physical Anthropology 108, p. 409-425.

Park R.B., Epstein S. 1960. Carbon isotope fractionation during photosynthesis. Geochimica et Cosmochimica Acta 21, p. 110-126.

Sponheimer M., Robinson T, Ayliffe L., Roeder B., Hammer J., Passey B.H., West A., Cerling T.E., Dearing M.D., Ehleringer J.R. 2003. Nitrogen isotopes in mammalian herbivores : hair δ l5N values from a controlled feeding study. International Journal of Osteoarchaeology 13, p. 80-87.

Tchérémissinoff Y., Martin H., Texier M., Vaquer J. 2005. Les sépultures chasséennes du site de Narbons à Montesquieu-de-Lauragais (Haute-Garonne). Gallia préhistoire 47, p. 1-32.

Valentin F., Donat R., Claustre F. 2003. La gestion de l'espace sépulcral Néolithique moyen de la grotte de Montou (Pyrénées-Orientales) : un essai d'interprétation. In Chambon Ph., Leclerc J. (dir.). Les pratiques funéraires néolithiques avant 3500 av. J.-C. en France et dans les régions limitrophes : table ronde SPF, Saint-Germain-en-Laye, 15-17 juin 2001. Paris : Société préhistorique française, p. 301-314. (Mémoires de la Société préhistorique française ; 33).

Vaquer J. 1990. Le Néolithique en Languedoc occidental. Paris : Éd. du CNRS. 397 p.-[4] f. de pl. (Archéologie).

Vaquer J. 1991. Aspects du Chasséen en Languedoc occidental. In Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. (dir.). Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours, 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 27-37, 7 fig. (Mémoires du musée de Préhistoire de l’île de France ; 4).

Vaquer J. 1998a. Le Midi méditerranéen de la France. In Guilaine J. (dir.). Atlas du Néolithique européen. II, L'Europe occidentale. Liège : Université de Liège, p. 413-500. (Études et recherches archéologiques de l'Université de Liège ; 46).

Vaquer J. 1998b. Les sépultures du Néolithique moyen en France méditerranéenne. In Guilaine J. (dir.). Sépultures d’Occident et genèses des mégalithismes : 9000-3500 avant notre ère : [séminaire du Collège de France]. Paris : Éd. Errance, p. 167-186, 9 fig. (Coll, des Hespérides).

Vaquer J., Duday H., Gandelin M., Tresset A., Herouin S. 2007. La tombe de Coste Rouge, Beaufort (Hérault) et la question des tombes à dalles néolithiques dans le Nord-Est des Pyrénées. Gallia Préhistoire 49, p. 127-159, 24 fig., 2 tabl.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation des sites archéologiques et nombre d'échantillons étudiés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 2 – Teneurs en carbone et en azote et critères de fiabilité du collagène extrait des échantillons humains et animaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3614/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Tabl. 1 – Paramètres statistiques des données iso topiques des collagènes humains et animaux pour chaque site archéologique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3614/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 3 – δ13C et δ15N des individus humains et des animaux (pour les animaux sont figurés les moyennes et percentiles 2,5 et 97,5).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3614/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 4 – δ13C et δ15N des animaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3614/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 5 – δ13C et δ15N des individus humains.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3614/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

Auteurs

Laboratoire d'Anthropologie des populations du passé, UMR 5199-PACEA, Université Bordeaux 1, Avenue des Facultés, F-33405 Talence cedex. Courriel : hygee2@wanadoo.fr & Département d’Évolution humaine, Institut Max-Planck d'Anthropologie évolutive, Deutscher Platz 6. D-04103 Leipzig. Courriel : goude@eva.mpg.de

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search