Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Thème : économie et société à la fin de la préhistoire

Rythmes et modalités d'approvisionnement en silex blond bédoulien dans le Chasséen du bassin de l'Aude : le cas d’Auriac, Carcassonne (Aude)

Jean Vaquer et Maxime Remicourt

Résumé

Le site d'Auriac à Carcassonne (Aude) est un éperon barré contrôlant un passage sur l’Aude. Il a livré une des séries mobilières les plus importantes du Chasséen languedocien dans son étape classique. L'une des particularités de l'industrie lithique de ce gisement est d'être constituée presque intégralement en silex blond bédoulien originaire du Vaucluse. À partir de l'analyse de plusieurs assemblages lithiques provenant des divers secteurs d'Auriac, cet article propose de vérifier si l'approvisionnement en silex bédoulien a été stable ou variable pendant toute la durée de l'occupation du site, et si les modalités de son exploitation ou de son utilisation ont été homogènes ou distinctes selon les secteurs. Dans un second temps, les paramètres globaux d'Auriac ont été comparés à ceux d'autres sites contemporains du même ensemble territorial afin de déterminer si le site d'Auriac se différencie ou non des gisements alentour. Il s'agit notamment de vérifier si on peut le considérer comme une « place centrale » qui importait et redistribuait le silex blond bédoulien dans l'arrière-pays. Il ressort de ces comparaisons que la proportion de silex blond bédoulien est effectivement beaucoup plus forte à Auriac que sur les autres sites et que les importations concernaient des nucléus préformés et chauffés et de très rares lames non chauffées. L'essentiel des séries correspond à des pièces de la chaîne opératoire de production de lamelles par pression. Cette activité de débitage est bien attestée, surtout à l'intérieur du secteur fortifié du site. Les habitats de comparaison ont des proportions de silex bédoulien plus faibles mais étaient, eux aussi, engagés dans la production de lamelles sur nucléus importés déjà mis en forme, chauffés et testés. Dans l'abri sous roche de Font-Juvénal, un site essentiellement voué à l'élevage des caprinés, le déficit en pièces techniques fait envisager qu'une partie de l'équipement lithique utilisé n'avait pas été produit sur place. La proportion de lames non chauffées est d'ailleurs beaucoup plus forte sur ce site que sur les autres, laissant penser que les réseaux de diffusion des nucléus chauffés et des lames non chauffées ont pu fonctionner de façon séparée.

Texte intégral

1Le site d'Auriac à Carcassonne (Aude) est un habitat fortifié qui occupe une position remarquable dans le couloir de l’Aude. Il a livré une des séries mobilières les plus importantes du Chasséen languedocien. L'abondance de la céramique a d'ailleurs permis de définir sur ce site un style particulier (style d'Auriac) qui représente un faciès de l'étape classique du Chasséen méridional à situer dans la première moitié du IVe millénaire (Vaquer 1990b, 1991). L'industrie lithique taillée d'Auriac, étudiée partiellement à plusieurs reprises, est très largement dominée par le silex blond bédoulien originaire du Vaucluse, au point que ce site a été considéré comme une possible « place centrale » jouant un rôle de premier plan dans le réseau de diffusion de cette matière première vers le Sud-Ouest de la France (Briois et al. 1998). L'objectif de cette étude est d'analyser plusieurs assemblages provenant des divers secteurs fouillés afin de vérifier si l'approvisionnement en silex bédoulien a été stable ou variable et si les modalités de son exploitation ou de son utilisation sont homogènes ou distinctes à l'échelle du site et de la durée de son occupation.

1. ÉTUDES DES SÉRIES D'AURIAC

1.1. AURIAC ET LE SILEX BLOND : PROBLÉMATIQUE DE L'ÉTUDE

2La première étude consacrée aux industries lithiques de ce site a concerné une série récupérée en surface par Mme Durand, l'inventrice du site (Vaquer 1990a). Les décomptes, réalisés par matières premières, avaient permis de constater une proportion importante de silex blond de l'ordre de 69,4 % en valeur minimale, puisque les pièces brûlées avaient alors été classées dans les autres silex locaux ou indéterminés. Il avait été reconnu que ce silex blond, que l'on supposait alors provenir de la basse vallée du Rhône, était utilisé essentiellement pour une production de lamelles très standardisées, détachées par pression sur des nucléus qui étaient ensuite fragmentés jusqu'à exhaustion pour une production secondaire d'éclats.

3À la suite des fouilles préventives réalisées sur le site entre 1985 et 1988, d'autres séries plus conséquentes et sans conteste bien homogènes ont été constituées dans plusieurs secteurs. Il s'agit de séries non biaisées, car issues de fouilles fines avec tamisage. La plus représentative, provenant du secteur PIV, a fait l'objet d'un premier classement par matières premières, produits et groupes d'outils dans le cadre d'une étude synthétique sur la diffusion du silex blond crétacé de Provence occidentale dans les régions situées à l'ouest du Rhône (Briois et al. 1998). Au sein de cette série de 1208 pièces, nous n'avons alors décompté que les pièces non brûlées et non patinées (soit 834 pièces), ce qui avait permis de constater une prédominance du silex blond, lequel totalisait 98 % de l'assemblage, ce dernier étant fortement dominé par une production lamellaire (88 % des produits).

4Cette même série du secteur PIV a ensuite fait l'objet d'une étude technologique beaucoup plus poussée dans le cadre de la thèse de doctorat de F. Briois. Le reclassement des pièces identifiables a alors porté sur une série de 926 pièces (Briois 2005). Tout en confirmant les constatations précédentes sur la prépondérance du silex blond crétacé originaire du Vaucluse (94,6 %), cette étude a révélé que ce silex parvenait sur le site à l'état de petits nucléus mis en forme et traités thermiquement. De morphologie particulière, ces petits nucléus sub-pyramidaux à surface plane et plan de pression incliné étaient destinés à une exploitation principale de type lamellaire par pression (83,5 % par décompte de fragments). C'est en fin de processus de réduction que le mode de débitage était réorienté pour une production expédiente d'éclats en percussion dure directe à la pierre. Au sein de l'outillage, F. Briois a noté que les lamelles étaient peu transformées (perçoirs, troncatures, burins, géométriques), les éclats épais étant surtout transformés en grattoirs, et que quelques lames importées avaient subi des raffûtages des tranchants latéraux.

5Par la suite, une autre série provenant d'un tronçon de fossé à remplissage totalisant près de deux mètres d'épaisseur a fait l'objet d'une étude dans le cadre d'un DEA de l'EHESS (Toulouse), dont l'objectif était d'analyser les paramètres technologiques de l'industrie en pierre taillée dans une séquence stratifiée couvrant toute la durée d'occupation du site d'Auriac (Remicourt 2004). Les résultats de cette étude sont en partie présentés ici, mais ils sont complétés par les données générales des autres séries du site de façon à traiter globalement ces aspects.

6Les objectifs de cette enquête à l'échelle de l'ensemble du site sont multiples. Il s'agit, tout d'abord, de vérifier si toutes les séries d'Auriac, qu'elles proviennent de dépotoirs ou d'aires d'occupation et d'activités situées « intra ou extra muros », montrent les mêmes caractères et si ceux-ci sont stables ou non dans la durée. La bonne représentativité des séries autorise une analyse plus détaillée en fonction de problématiques mises en évidence sur d'autres sites chasséens du Midi, notamment l'opposition entre la gestion des lames importées qui faisaient l'objet d'une utilisation durable avec des cycles d'entretien et la production de lamelles à partir de nucléus préformés et chauffés qui étaient exploités par séquences ou débitage intermittent, au gré des besoins (Léa 2005, 2006 ; Gassin et al. 2006). Par ce moyen, on espère aborder d'autres questions ou hypothèses de plus haut niveau.

7– La diffusion des lames en silex bédoulien non chauffé et celle des nucléus à lamelles en silex blond bédoulien, préformés et traités thermiquement, sont-elles concomitantes et liées ?

8– La production de lamelles par pression est-elle une activité courante largement pratiquée par quiconque et partout ou bien est-elle spécialisée et focalisée sur certains sites ou secteurs de sites ?

9Dans un second temps, nous proposons de comparer les paramètres globaux d'Auriac avec ceux d'autres sites contemporains situés dans la même zone du bassin moyen de l'Aude. Ce croisement de données nous permet d'envisager d'autres questions.

10– La diffusion du silex bédoulien et son utilisation par rapport à des matériaux locaux sont-elles semblables sur tous les sites d'un même territoire qui est sensiblement éloigné des sources (environ 280 km) ?

11– L'approvisionnement en lames et en nucléus à lamelles en silex bédoulien est-il identique sur tous les gisements ?

12– La production de lamelles est-elle avérée sur tous les sites quelle que soit la proportion de silex bédoulien importé ? Cela pourrait indiquer une maîtrise très partagée des techniques de débitage par pression de ce matériau. Ne faut-il pas envisager a contrario que des lamelles aient pu, elles aussi, être acheminées comme produits façonnés (Léa 2004b) et, si c'est le cas, où et à quelle échelle étaient-elles produites ?

13Les réponses apportées à ces questions nous paraissent en mesure de contribuer à cerner plus précisément le fonctionnement du réseau de diffusion du silex bédoulien à des échelles restreintes : le site ou le micro-territoire. C'est-à-dire à des échelles qui sont censées permettre une approche de distinctions plutôt liées à des groupes sociaux qu'à des populations différentes.

1.2. PRÉSENTATION DU SITE ET DES SÉRIES

14Le site d'Auriac à Carcassonne (Aude) a été découvert en 1966 à la suite d'un défonçage de vigne. Il a été considéré d'emblée comme un grand établissement en éperon occupé lors de l'étape classique du Chasséen méridional (Guilaine, Vaquer 1973). Menacé de destruction par la réalisation d'un terrain de golf, il a fait l'objet d'une évaluation en 1985, puis d'une fouille préventive en 1987 et 1988 (Vaquer et al. 1996 ; Vaquer 1999). Ces fouilles ont révélé un système de protection constitué d'un fossé à interruption centrale barrant l'éperon et diverses zones d'occupation situées aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'enceinte (fig. 1).

15L'enceinte d'Auriac se compose de deux tronçons de fossés longilignes dégagés chacun sur 48 m et séparés par une interruption centrale de 5 m de large. Le tronçon oriental est le mieux conservé puisque le fossé creusé dans le loess a une largeur à peu près constante de 4 à 4,50 m. Il a été fouillé sur une longueur de 11 m à son extrémité située près du talus naturel. Ce grand sondage a révélé qu'il avait une section en V et une profondeur conservée de 1,90 m. Son remplissage comportait neuf couches limoneuses ; celles de la base se composaient surtout d'apports naturels asymétriques provenant de l'affaissement d'une levée de terre interne ; les niveaux du tiers supérieur comportaient des sédiments très cendreux à rejets abondants. L'analyse typologique du mobilier céramique de ces divers niveaux a montré une forte homogénéité stylistique (Jédikian 2000). La série lithique taillée de ce secteur présente un effectif global de 666 pièces ; elle a été classée en trois groupes correspondant aux grands épisodes de l'occupation du site. Le tronçon situé vers l'ouest était beaucoup plus érodé, si bien que près du passage central il mesurait 3,70 m de large et 1,90 m de profondeur, tandis qu'il se réduisait à une petite rigole à son extrémité orientale. Il a été fouillé sur 41 m de long et a livré un matériel qui appartient surtout aux couches médianes et supérieures du remplissage. La série lithique taillée de ce secteur comporte 367 pièces ; elle a été classée en trois groupes dont l'un, celui de la base, est très réduit.

Fig. 1 – Plan général du gisement d'Auriac (Carcassonne, Aude).

16Localisé dans une zone déclive située à proximité de la pointe de l'éperon, le secteur PIV a livré, au fond d'un petit talweg, une poche de paléosol brun, limoneux, recélant une couche chasséenne en place. Elle se présentait comme une nappe de vestiges localement très dense (près de 500 vestiges au mètre carré) et structurée (vases cassés sur place, amas de pesons groupés). Cette nappe, dont les limites étaient strictement liées à une topographie en gouttière, se raccordait à des structures évidentes, telles que des foyers en cuvette à sole argileuse rougie, des fosses tronconiques ayant fait office de silo, puis de dépotoir, des grandes fosses oblongues (caves ?), des petites fosses cylindriques (caches ou stockages temporaires) et des trous de poteaux parfois alignés, mais ne laissant pas percevoir un plan cohérent d'habitation sur la surface fouillée (175 m2). L'abondance et la diversité du matériel, ainsi que la nature et le nombre d'aménagements, laissent penser toutefois que cette zone correspond à une aire d'habitat structurée. La série lithique constituée dans ce secteur est la plus étoffée du site (1 529 pièces) ; son intérêt est rehaussé par le fait que la plupart de celles-ci ont été coordonnées et peuvent être replacées dans leur position d'abandon ou faire l'objet de remontages, comme ceux mentionnés par F. Briois dans sa thèse (Briois 2005). Quelques indications spatiales de ce genre suggèrent que des activités de débitage ont effectivement eu lieu dans ce secteur du site.

17Le secteur PIII d'Auriac se trouvait à une trentaine de mètres au sud du fossé oriental, dans le fond d'un petit talweg où une nappe archéologique était partiellement conservée à la base d'un paléosol brun, voire au contact du grès tertiaire. Dans cette zone, fouillée sur 88 m2, la nappe de vestiges chasséens se raccordait à sept structures évidentes, soit cinq cuvettes de combustion à remplissage de pierres chauffées et deux fosses oblongues (d'extraction de terre ou de stockage ?). Les structures découvertes étaient sans doute à usage unique ou court, la densité de vestiges étant plus faible que dans les autres parties du site. Ce secteur nettement en dehors de l'enceinte apparaît comme une aire d'activité ou d'occupation occasionnelle. Il a livré une série lithique de 135 pièces.

18Il faut préciser que les témoins céramiques recueillis dans les divers secteurs du site sont très semblables, hormis ceux d'une petite fosse recoupée par le fossé qui sont de style Chasséen ancien, tout comme ceux d'une fouille réalisée plus récemment par A. Gaillard au sud-ouest de l'emprise du terrain de golf. Toutes les séries lithiques étudiées dans le cadre de cet article sont donc contemporaines ou relèvent d'une même étape du Chasséen méridional « classique » (c'est-à-dire selon la définition princeps d'Arnal avec des formes carénées, des coupes à sillon et des vases à col distinct et long). Les datations par radiocarbone obtenues à Auriac paraissent trop récentes au regard de la typologie du matériel :

  • Gif 8386 : 4650 ± 60 BP soit avec calibration à 2 sigmas : 3605 à 3179 av. J.-C. ;

  • Gif 8387 : 4610 ± 60 BP soit avec calibration à 2 sigmas : 3569 à 3121 av. J.-C. ;

  • Gif 8387 : 4690 ± 70 BP soit avec calibration à 2 sigmas : 3628 à 3216 av. J.-C.

19En effet, ces résultats de datation se placent à l'extrême fin du Chasséen et empiètent largement sur le Néolithique récent et final. Il semble préférable de retenir les résultats des datations d'autres sites pour positionner le style d'Auriac dans la chronologie numérique. Nous pensons en particulier aux dates de la couche 12 de la grotte de Camprafaud à Ferrières-Poussarou (Hérault) et à celles du site de Mas d’Embec à Saint-Pargoire (Hérault) qui se placent clairement dans la première moitié du IVe millénaire, tout comme de très nombreuses dates d'autres faciès de l'étape classique du Chasséen méridional.

1.3. ANALYSE DES SÉRIES

1.3.1. Distribution des matières premières lithiques

20L'analyse de la distribution par matières premières de l'ensemble des pièces taillées dans les quatre secteurs d'Auriac ne montre pas de différence importante (fig. 2). Le silex blond bédoulien chauffé représente entre 60 et 72 % de l'ensemble dans chaque zone. Cette proportion est, en fait, minimale car les silex brûlés, classés dans les indéterminés, présentent des stigmates de traitement thermique et sont donc très probablement en silex bédoulien. Il faut relever aussi que des produits en silex blond non chauffé, jusqu'à présent passés inaperçus dans les séries du site, sont attestés en nombre faible mais cependant significatif en tant que supports privilégiés d'outils puisqu'il s'agit de lames (5 en PIV, 1 en St2 et 5 en St1). Il faut aussi relever la présence de quelques pièces en silex gris bédoulien (4 en PIV, 3 en St1). Il s'agit de petites lames chauffées et non chauffées. Leur présence à Auriac est intéressante, car cette variété de silex bédoulien, qui se trouve dans les mêmes gîtes que les variétés blondes sur le revers nord du Ventoux, est rarement attestée dans le Chasséen, hormis dans quelques sites de Provence et du Languedoc oriental (Léa 2004a), et apparaît surtout au Néolithique récent ou final sous la forme de petites lames non chauffées et chauffées. Les exemplaires d'Auriac témoignent donc probablement de l'étape initiale de la distribution de ces produits vers le Sud-Ouest de la France. Il faut évidemment souligner que les matériaux locaux, silex et quartz, ne jouent qu'un très faible rôle, sauf dans le secteur PIII où le pourcentage de quartz, élevé, est dû à l'existence d'un petit amas de débitage de ce matériau prélevé localement sous forme de quartz amorphe en petits galets. Il semble donc qu'il n'y a pas eu de différence dans l'approvisionnement en matériaux exogènes de qualité entre les différents secteurs du site. Ces derniers arrivaient à l'état de lames en silex bédoulien non chauffé, qui sont rares (entre 0,1 et 1,3 % des fragments de pièces), et surtout sous forme de nucléus mis en forme et chauffés qui étaient débités sur le site. L'obsidienne sarde, autre matériau de choix pour le débitage par pression, est attestée dans les divers secteurs, mais en proportion très faible (Vaquer 2007).

Fig. 2 – Distribution par matières premières des séries des quatre secteurs d'Auriac (Carcassonne, Aude).

21Dans les deux séquences stratigraphiques des fossés St 1 et St2, les fréquences relatives des divers matériaux ne varient pas de façon importante au fil du temps (fig. 3). Les seuls changements notables ne concernent que les matériaux indéterminés qui sont, en fait, essentiellement des pièces brûlées dont la proportion est plus forte dans les couches cendreuses constituées de vidanges de foyers. Si l'on s'en tient aux matériaux taillés identifiables, il apparaît que le silex blond bédoulien chauffé est nettement prépondérant et représente entre 86 et 96 % au cours des trois grandes phases de comblement des fossés qui correspondent aux principales étapes de l'occupation du site. La moindre diversité de matériaux dans les unités stratigraphiques qui constituent la base des comblements s'explique par des effectifs plus réduits. On peut en déduire que l'approvisionnement en silex blond bédoulien chauffé a été très régulier tout au long de l'occupation du site d’Auriac et qu'aucun matériau local n'y a joué un rôle conséquent ou de substitution. Les rares pièces de ce genre n'ont eu qu'un rôle accessoire dans le débitage et n'entrent pratiquement pas dans la réalisation de l'outillage retouché.

1.3.2. Le débitage des nucléus de silex bédoulien chauffé

22Les modalités de débitage du silex bédoulien chauffé peuvent être approchées par l'analyse de la répartition des divers types de pièces correspondant à la chaîne opératoire de réduction des nucléus (fig. 4 et 5). Les nucléus qui témoignent d'un débitage sur place, soit de lamelles, soit d'une reprise en percussion directe pour une production expédiente d'éclats, sont attestés en PIV (8 exemplaires) et en St2 (2 exemplaires), mais ils ne sont connus que dans les séries les plus étoffées et sont le plus souvent à l'état résiduel. D'après les éléments conservés, on note que ces nucléus ont fréquemment un flanc cortical et un flanc d'éclatement mat, ce qui dénote l'utilisation de modules de départ en quart de rognon. L'existence de crêtes sur la partie distale et postérieure indique peut-être une morphologie de départ en mitre, mais l'absence de lamelle à crête antérieure à plages mates montre que les nucléus avaient sans doute déjà été entamés après chauffe lorsqu'ils parvenaient sur le site. La géométrie de ces nucléus était modifiée au cours du processus de réduction qui aboutit à des formes semi-coniques à surface de débitage plane convergente et à plan de pression incliné. Cette morphologie particulière, bien documentée à Auriac, correspond à la mise en forme du type mixte défini par V. Léa (2004a).

Fig. 3 – Répartition du matériel lithique par type de matières premières dans les séquences stratifiées d'Auriac (Carcassonne, Aude), le matériel découvert en surface n'a pas été pris en compte.

Fig. 4 – Distribution des produits de débitage du silex bédoulien blond chauffé par niveau dans les séquences stratifiées des fossés d'Auriac (Carcassonne, Aude).

Fig. 5 – Distribution des produits de débitage du silex blond bédoulien chauffé par secteur à Auriac (Carcassonne, Aude).

23Les esquilles ou petits éclats (L < 1 cm) et les éclats (L > 1 cm) qui témoignent d'un débitage sur place correspondant à la remise en forme des nucléus à lamelles ou à leur destruction finale en percussion dure directe à la pierre sont attestés dans tous les secteurs. Évidemment leur fréquence est plus forte dans les zones à sol d'occupation, où l'activité de taille semble avoir été effective, que dans les remplissages de fossés assimilables à des dépotoirs, où les petits déchets de taille faisaient partie de rejets domestiques cendreux volontairement évacués. On peut en déduire que les activités de débitage ont sans doute eu lieu dans les divers secteurs du site, qu'il s'agisse d'aires de sol d'habitat en place ou, a contrario, de zones indéterminées générant des rejets, qui ont été finalement évacués dans les dépotoirs comblant le fossé. Si l'on se fie aux pourcentages de petits déchets, sans doute abandonnés sur les postes de taille, il apparaît toutefois que les témoins de débitage sont mieux représentés dans les niveaux d'occupation, ce qui paraît normal. Le taux de petits déchets ne permet pas, cependant, de faire la part des choses entre la production sur place de lamelles lors du plein débitage par pression et les productions expédientes d'éclats en fin de processus de réduction.

24Les mêmes aspects examinés dans les séquences stratifiées des fossés ne révèlent pas de variation importante qui aurait pu correspondre à un éventuel séquençage de la production lamellaire. En réalité, les lacunes en pièces techniques visibles sur les graphiques dans certaines unités stratigraphiques semblent plutôt liées à des problèmes de représentativité des séries ou aux conditions d'échantillonnage.

25L'examen des séries de lamelles classées selon leur type technologique (Binder et al. 1991) est plus significatif car il révèle des différences sensibles entre les quatre zones du site d'Auriac (fig. 6). Dans les deux tronçons de fossé, la représentation des groupes de lamelles est à peu près similaire, les produits d'optimum du débitage (à section trapézoïdale) représentent dans les deux cas entre 65 et 69 % des produits lamellaires et les lamelles à rythme de débitage 2-1-2' sont deux fois plus nombreuses que celles à code 3-2-1 ou 1-2-3. Il en va tout autrement dans les aires à sol d'occupation conservé. Dans le secteur PIV, on peut observer une assez forte proportion de lamelles « techniques » des types Al (corticales) et A2 (avec traces de mise en forme) qui représentent 11,8 %. Il s'agit de pièces irrégulières présentant soit des parties corticales, soit des parties mates de mise en forme du nucléus avant chauffe ou encore des traces de remise en forme des flancs du nucléus après chauffe. Une partie de ces pièces a pu être considérée comme des déchets et laissée sur le lieu de débitage. La proportion de produits correspondant à l'optimum du débitage est de 63,9 % dans cet assemblage étoffé et il faut évidemment relever que cette valeur est la plus faible enregistrée sur le site. C'est exactement l'inverse que l'on observe sur la série de PIII où les lamelles techniques sont en proportion deux fois moins nombreuses qu'en PIV et les lamelles d'optimum du débitage largement prépondérantes (79,3 %). Dans la même optique, nous avons examiné la proportion d'extrémités distales outrepassées par rapport à l'ensemble des parties distales pour voir si celles-ci n'auraient pas été enlevées et abandonnées sur le lieu de débitage. Il apparaît effectivement que la proportion d'extrémités distales outrepassées est plus forte en PIV (22 %) que dans les autres secteurs (16,4 % pour les deux fossés cumulés et 15,3 % en PIII). Tout se passe donc comme si le débitage des lamelles avait eu lieu préférentiellement à l'intérieur de l'enceinte, les produits de bas de gamme ou défectueux étant abandonnés sur place, en particulier en PIV, et les produits d'optimum du débitage exportés vers d'autres parties du site comme en PHI, une aire d'activité en dehors de l'enceinte, ou vers d'autres gisements.

26La mensuration des pièces fait ressortir, quant à elle, une grande homogénéité de la production lamellaire sur l'ensemble du gisement. Les comparaisons entre les différents secteurs montrent des différences infimes des moyennes des largeurs et épaisseurs selon les catégories, la moyenne générale des pièces étant de 9,5 mm de large pour 2 mm d'épaisseur.

Fig. 6 – Classification des lamelles en silex blond bédoulien chauffé par types technologiques (Binder et al. 1991) dans les divers secteurs du gisement d'Auriac (Carcassonne, Aude).

Fig. 7 – Caractérisation générale de l’industrie sur l'ensemble du site d'Auriac (Carcassonne, Aude).

2. COMPARAISONS AVEC D'AUTRES SITES DU BASSIN DE L'AUDE

27Nous avons choisi trois sites pour ces comparaisons avec les paramètres globaux d'Auriac (fig. 7 et 8) :

  • un abri sous roche, celui de Font-Juvénal, qui a fait l'objet d'une fouille programmée dirigée par J. Guilaine et qui se présente comme un site bien échantillonné ;

  • deux stations de plein air considérées comme homogènes et ayant livré des témoins céramiques relevant du style d'Auriac, à savoir la station des Picarts, Montlaur (Aude), étudiée par F. Briois dans sa thèse soutenue en 1997 (Briois 2005), et le site des Plos de Ventenac-Cabardès, étudié par J. Vaquer dans sa thèse soutenue en 1983 (Vaquer 1990a).

2.1. L'ABRI DE FONT-JUVÉNAL, CONQUES-SUR-ORBIEL (AUDE), COUCHES 9 À 7B

28L'abri de Font-Juvénal se trouve à une quinzaine de kilomètres au nord d'Auriac, dans un ravin calcaire, le long d'une voie naturelle reliant la plaine alluviale de l'Aude aux hauts plateaux du Cabardès. Ce grand abri recèle la séquence stratigraphique la plus développée pour le Néolithique languedocien. Le Chasséen y est représenté dans les couches C11 à C7a et apparaît sous plusieurs styles, du Chasséen ancien (style proche de celui des Plots en C11 et C10 inf) au Chasséen récent et final en C7a. Pour ce qui concerne l'étape classique du Chasséen méridional proche du style d'Auriac, nous avons retenu les séries des couches C9 à C7b qui comportent quelques marqueurs céramiques typiques et qui sont datées de la première moitié du IVe millénaire, mais avec des résultats à fourchette très longue (Guilaine et al. 1974, 1991). Les études géo-archéologiques réalisées à Font-Juvénal ont révélé qu'à cette époque le site était essentiellement utilisé comme abri-bergerie pour le parcage d'ovi-caprinés.

29Un premier aperçu des caractères généraux de l'industrie lithique chasséenne de Font-Juvénal a été réalisé dans le cadre d'une étude générale portant sur l'évolution des approvisionnements et des outillages (Briois 2005). Cette première analyse a révélé notamment l'importation de lames et sans doute de nucléus à lamelles en silex blond bédoulien non chauffé dans les étapes anciennes du Chasséen et le développement de la production lamellaire en silex chauffé dans les étapes classique et récente du Chasséen (de C1O sup à C7a). La structure globale de l'industrie des couches C9 à C7b, que nous avons réexaminée à des fins comparatives, révèle des différences notables par rapport à Auriac (fig. 9).

Fig. 8 – Localisation des gisements étudiés et des principaux gîtes de matière première siliceuse.

Fig. 9 – Caractérisation générale de l’industrie lithique des couches 7 à 9 de l'abri de Font-Juvénal (Conques-sur-Orbiel, Aude).

30La première différence concerne l'utilisation des matières siliceuses locales, à savoir du chert du Thanétien et du quartz en galets, qui représentent 78,6 % du total des pièces taillées. La forte proportion de ces matériaux locaux est liée à la possibilité d'approvisionnements proches, le quartz étant présent en masse dans le ruisseau voisin de l'abri et le silex du Thanétien affleurant entre 3 et 4 km au nord-est du site. Elle ne doit cependant pas faire illusion, car la qualité est mauvaise pour le quartz et généralement très médiocre pour le chert. Le débitage de ces roches a généré de nombreux déchets en raison de la texture grenue ou de la fissuration des blocs et des galets. En fait, au sein de l'outillage, ces matériaux locaux ne représentent que 39,5 % des pièces qui sont essentiellement des outils expédients sur éclats ou sur débris. Le silex blond chauffé est surtout représenté par des lamelles et des éclats, les rares fragments de lames attestées n'excèdent que de très peu 1,5 cm de large. La plupart des lames attestées sont en silex blond bédoulien non chauffé et ont dû être introduites sur le site sous forme de support déjà débité. Il faut noter à leur sujet une différence de proportion qui est importante si on la compare à celle d’Auriac. En effet, les lames en silex bédoulien non chauffé sont beaucoup plus abondantes à Font-Juvénal qu'à Auriac, et cela de façon très caricaturale puisque l'on compte 1 lame non chauffée pour 9,3 lamelles chauffées à Font-Juvénal, tandis qu'il faut 134,5 lamelles chauffées pour une lame non chauffée à Auriac, c'est-à-dire qu'il y a proportionnellement 14 fois plus de lames non chauffées à Font-Juvénal qu'à Auriac. Cette différence ne paraît pas devoir être imputable à des remaniements avec le Chasséen ancien des couches inférieures de l'abri car, à Font-Juvénal, un effondrement du plafond rocheux sépare les deux horizons chasséens.

31À Font-Juvénal, les témoins de la gestion du silex blond chauffé révèlent de probables débitages lamellaires sur place. À défaut de nucléus, le témoignage en est fourni par des sous-produits tels que des micro-lamelles ou par des déchets d'entretien de la géométrie des nucléus comme des éclats et des esquilles. Il faut noter cependant que le pourcentage de lamelles par rapport à l'ensemble des produits est élevé à Font-Juvénal (76,5 %) et que les micro-lamelles (largeur inférieure à 0,8 cm) y sont rares (1,5 % contre 16,93 % à Auriac), ce qui pourrait traduire l'apport de lamelles calibrées débitées ailleurs. Cette impression est renforcée par le pourcentage très faible de lamelles de types Al et A2 (4,5 % contre 10,8 % à Auriac).

2.2. LA STATION DES PICARTS, MONTLAUR (AUDE)

32La station des Picarts s'étend sur environ un hectare dans le vallon du Cadoual qui draine le synclinal de Montlaur. Ce site a été révélé par des défonçages de vignes et n'a jamais pu faire l'objet de fouilles. Il a livré par ramassages de surface une abondante série de vestiges lithiques associés à quelques témoins céramiques qui comportent certains éléments typiques du groupe de Bize et du Chasséen de style Auriac. La série a déjà été examinée de façon détaillée par F. Briois qui l'a considérée comme globalement homogène (Briois 2005). Nous avons repris ses conclusions en en contrôlant quelques aspects (fig. 10), notamment l'identification de certains silex exogènes représentés par des lames importées pour lesquelles les référentiels lithologiques se sont précisés ces dernières années (Plisson et al. 2006).

33La distribution des pièces classées par matières premières est foncièrement différente de celle d'Auriac et se rapproche de celle de Font-Juvénal, elle révèle une prépondérance de silex locaux du Thanétien et du Sparnacien de la Montagne d'Alaric auxquels s'ajoutent quelques silex de meilleure qualité, comme ceux de l'Aquitanien des Corbières maritimes, reconnaissables à leurs abondants fossiles de characées. Ces matériaux locaux représentent 68,7 % de l'ensemble des pièces. Ils ont servi essentiellement pour des productions expédientes et ont été utilisés pour confectionner des outils sur éclats.

34Le silex blond bédoulien chauffé était employé essentiellement pour une production lamellaire réalisée sur place, comme l'indique la présence de nucléus à lamelles, d'esquilles et un pourcentage élevé d'éclats. Deux des nucléus à lamelles trouvés sur le site des Picarts ont un plan de pression mis en forme avant chauffe et n'ont pas été exploités jusqu'au bout : il s'agit d'un petit nucléus sur éclat dont l'exploitation lamellaire a été ratée et d'un nucléus à lamelles de forme conique qui a été maladroitement repris en percussion directe. Ces deux éléments montrent que la technique de débitage par pression n'était pas bien maîtrisée par tous sur le site. La proportion de lamelles techniques est de 12,4 % pour le groupe A, ce qui plaide pour un débitage lamellaire sur place, sans qu'on puisse noter un déficit ou une surabondance de produits de l'optimum du débitage qui représentent 62,6 %. Les pièces qui dénotent l'exploitation sur place des nucléus en silex bédoulien chauffé sont des esquilles (8,4 %) et des produits d'entretien de la géométrie des nucléus, parmi lesquels on compte une tablette d'avivage à plan de pression lisse.

35On note la présence de lames en silex bédoulien non chauffé importées comme produits finis (1 lame non chauffée pour 41,75 lamelles chauffées) ainsi que des fragments de lames de grande taille en autres silex exogènes. Ces derniers renforcent la composante laminaire dans l'outillage, mais mettent en doute l'homogénéité de la série. Parmi ces fragments de grandes lames, on note la présence de silex tertiaires lacustres à characées dont un exemplaire du type rubané gris des Monegros originaire de la vallée de l'Èbre et un autre en silex marin du type « grain de mil » du Sénonien d'Aquitaine. Ces deux types de silex sont attestés en contexte chasséen dans la vallée de la Garonne (Perrin et al. 2006) mais, jusqu'à présent, les exemplaires de ces matériaux trouvés à l'est du Seuil de Naurouze sont attribuables au Néolithique final ou au Chalcolithique. D'autres pièces trouvées sur le site suggèrent une occupation de ces époques, c'est le cas en particulier d'une armature de flèche de type foliacé à retouches bifaciales couvrantes en silex bédoulien gris chauffé qui est typique du Vérazien. Ces constatations empêchent de considérer ex abrupto que toute la série d'industrie sur éclats en silex local appartient vraiment au Néolithique moyen.

Fig. 10 – Caractérisation générale de l'industrie lithigue des Picarts (Montlaur, Aude).

2.3. LA STATION DES PLOS À VENTENAC-CABARDÈS (AUDE)

3. CONCLUSIONS

36La station des Plos de Ventenac-Cabardès se trouve dans la vallée du Fresquel. C'est un établissement de plus de 3 hectares sur lequel des prospections aériennes ont révélé les traces d'un fossé en barrage d'éperon sur terrasse alluviale (Vaquer 1990a). Ce gisement a livré d'abondants vestiges au cours de ramassages de surface à la suite de défonçages de vignes. Ces éléments appartiennent dans leur grande majorité au Chasséen de style Auriac, notamment ceux trouvés à l’emplacement du fossé. On doit cependant signaler la présence ponctuelle de quelques éléments plus anciens (un tesson à décor épicardial et un autre de style bizien), ainsi que de rares témoins du Néolithique final, notamment un bord de jarre à cordons lisses multiples.

37La structure globale de l'industrie (fig. 11) révèle, comme à Font-Juvénal et aux Picarts, une prépondérance des matériaux locaux (82,1 %), notamment du silex du Cuisien qui affleure à 2 km au nord-est du site dans les calcaires lacustres, dits de Ventenac. Ce silex de mauvaise qualité a été essentiellement utilisé pour des débitages expédients d'éclats destinés à des outils frustes (éclats retouchés, denticulés, grattoirs, pièces esquillées) et à quelques armatures de flèches tranchantes. Les rares produits lamino-lamellaires en silex local sont de morphologie irrégulière et ont été obtenus par percussion dure directe.

38Le silex blond bédoulien chauffé a surtout été utilisé pour un débitage lamellaire par pression. On constate la présence de fragments de nucléus à lamelles, d'esquilles, de débris et d'éclats qui plaident pour un débitage sur place. Le pourcentage faible de micro-lamelles est sans doute dû aux conditions de collecte du matériel. Les pièces en silex blond chauffé, qui dénotent le débitage par pression de lamelles sur le site, sont des lamelles outrepassées ayant parfois enlevé le pyramidion de nucléus semi-coniques ou en mitre. Comme sur les autres sites, les nucléus ont été repris en percussion dure directe : c'est ainsi le cas d'un nucléus conique présentant des négatifs d'éclats sur tout le pourtour. D'autres fragments de nucléus sont réduits à l'état de cassons : ils ont été repris en percussion bipolaire sur enclume. L'outillage en silex bédoulien chauffé de la station des Plos de Ventenac est très proche de celui d'Auriac : il comporte des chanfreins, des burins sur troncature et des lamelles retouchées. L'outillage laminaire de ce site comporte de petites lames en silex chauffé qui correspondent aux produits les plus larges du débitage par pression des nucléus importés. Il existe ainsi quelques lames en silex blond ou gris bédoulien non chauffé, qui ont toutes été transformées en outils. Si l'on se cantonne aux exemplaires en silex blond non chauffé, on note un rapport d'une lame en silex non chauffé pour 19,9 lamelles en silex chauffé. Quelques rares fragments de lames sont en silex exogènes de haute qualité, notamment une forte lame en silex rubané oligocène du bassin de Forcalquier.

39Sur le site d'Auriac, le silex blond bédoulien originaire du Vaucluse compose l'essentiel de l'industrie lithique taillée. Avec un pourcentage de 92,35 % de la série déterminable, le site d'Auriac se singularise fortement à l'échelle locale et apparaît comme un site privilégié sur le réseau de diffusion du silex blond bédoulien. Ce pourcentage très élevé est similaire à ceux constatés dans quelques sites du Languedoc oriental situés à une distance de 50 et 120 km des sources. On peut citer les séries décomptées par V. Léa comme la Ramière à Roquemaure-du-Gard (98,6 %) ou Jarnègues à Jonquières-Saint-Vincent (92,8 %) dans le Gard, voire Lattes (95 %) dans l'Hérault, mais à la réserve près que, sur ce site, une partie non quantifiable du silex blond bédoulien provient des sources secondaires de la Costière nîmoise (Léa 2004a, p. 39). Par contre, d'autres sites importants et situés moins loin qu'Auriac ont des pourcentages de silex bédoulien plus faibles : c'est le cas de Gaussan à Bizanet, près de Narbonne, à 220 km des sources, où le silex bédoulien compose 66,1 % de la série (Briois 2005). Il faut donc envisager à cet égard qu'Auriac ait pu constituer une « place centrale », non soumise à la loi de baisse proportionnelle en fonction de la distance des sources. La position d'Auriac en tant que possible site redistributeur est d'autant plus remarquable que l'éloignement par rapport aux sources du Vaucluse est d'environ 280 km. De plus, cet établissement, qui domine un point de franchissement de l'Aude, se situe très près de la limite théorique des 300 km à partir de laquelle les matières premières diffusées cessent généralement d'être d'usage courant dans les sociétés néolithiques (Renfrew 1984). Dans les autres sites voisins et peu ou prou contemporains que nous avons examinés, le silex bédoulien est en proportion nettement inférieure (15,8 % à Font-Juvénal, 30,8 % aux Picarts, 12,8 % aux Plos de Ventenac-Cabardès). Il est possible que l'existence de sources locales dans le proche territoire d'exploitation de ces sites ait joué un rôle pour expliquer le développement des activités de taille en matériaux locaux de qualité médiocre à mauvaise. En effet, tous les sites étudiés, contrairement à Auriac, possèdent des sources de silex taillables situées en deçà d'une heure de marche, soit 5 km. Néanmoins, il faut remarquer que ces matériaux locaux n'ont été taillés que selon des méthodes expédientes pour des productions d'éclats. Leur rôle est beaucoup plus faible dans l'outillage retouché (39,5 % à Font-Juvénal, 37,9 % aux Picarts, 54,5 % au Plos de Ventenac-Cabardès). Sur tous ces gisements, la composante lamino-lamellaire de l'industrie est en silex blond bédoulien et correspond au modèle typique des industries du Chasséen méridional classique et récent du Languedoc, tel qu'il a été défini par V. Léa (2004a) et F. Briois (2005).

Fig. 11 – Caractérisation générale de l'industrie lithigue des Plos (Ventenac-Cabardès, Aude).

40Ce modèle est pratiquement le seul représenté sur le site d'Auriac, quel que soit le secteur envisagé ou la phase chronologique d'occupation du site. Toutes les séries bien représentatives que nous avons examinées montrent que le silex blond bédoulien du Vaucluse était principalement importé au stade de nucléus mis en forme, traités thermiquement et testés. Ces derniers étaient débités sur place par pression pour une production essentiellement lamellaire qui se terminait par une destruction en percussion directe pour quelques éclats.

41Le débitage par pression n'était pas vraiment focalisé à un endroit précis du site, ce qui aurait pu indiquer un possible secteur spécialisé. Il semble, en fait, que l'activité de débitage par pression ait été assez largement répartie sur le site au gré des besoins. On a pu cependant enregistrer quelques variations de pourcentages de petits déchets ou de produits de second choix, tels que les lamelles débordantes ou d'entretien de la géométrie des nucléus à table peu cintrée et convergente. Ces indicateurs suggèrent que le débitage des lamelles par pression était réalisé de façon plus intense à l'intérieur de l'enceinte. Ils montrent aussi que, sur les postes de taille, on peut constater un léger déficit de produits de premier choix, lesquels pouvaient être redistribués sur le site, voire à d'autres gisements. La communauté chasséenne d'Auriac a aussi importé des lames en silex bédoulien non chauffé, sous forme de produits finis, mais, paradoxalement, ces dernières sont très rares, par rapport à d'autres sites chasséens. Au cours de l'occupation du site d'Auriac, on ne note pas de variation dans la structure globale de l'industrie en silex qui reste largement dominée par le silex bédoulien chauffé. Cela indique la régularité et la sûreté du flux d'approvisionnement tout au long de l'occupation du site.

42La comparaison avec les autres sites contemporains voisins, malgré quelques biais sur les sites des Picarts et des Plos, révèle en négatif le statut hautement privilégié d'Auriac puisque, dans tous ces sites, les matériaux locaux ont été amplement utilisés et qu'ils peuvent constituer plus de la moitié de l'outillage retouché comme sur le site des Plos de Ventenac-Cabardès. Il faut citer néanmoins une anomalie concernant ces sites moins bien intégrés au réseau de diffusion du silex bédoulien chauffé. Elle concerne les lames en silex bédoulien non chauffé qui sont nettement plus abondantes qu'à Auriac. Le rapport entre les lames en silex non chauffé et les lamelles en silex chauffé permet de cerner la part de consommation d'objets finis (les lames non chauffées) et la part d'investissement de chaque site dans la production ou la consommation de lamelles tirées de nucléus importés. Ce rapport est de 1 pour 9,3 à Font-Juvénal, 1 pour 19,9 aux Plos de Ventenac-Cabardès, 1 pour 41,75 aux Picarts ; tandis qu'il est de 1 pour 134,5 à Auriac. Cette observation est tout à fait paradoxale, car elle suggère qu'il n'y a pas de corrélation entre la diffusion des nucléus en silex chauffé et celle des lames en silex non chauffé. Pour ce qui concerne les variations de fréquence des lames en silex non chauffé, les explications fournies jusqu'à présent ont surtout été d'ordre chronologique, les lames non chauffées étant principalement diffusées à l'étape ancienne du Chasséen puis se raréfiant lors de la diffusion massive des nucléus traités thermiquement lors des étapes classiques et récentes du Chasséen (Binder et al. 1991). Ce genre d'explication ne semble pas pouvoir être retenue pour les sites analysés qui paraissent, d'après les céramiques, s'inscrire dans la même étape « classique » du Chasséen. Si l'on établit d'autres comparaisons à plus grande échelle, on constate que ce rapport entre lames non chauffées et lamelles chauffées est assez variable dans les sites languedociens des étapes classiques et récentes du Chasséen (Léa 2006). Il est de 1 pour 1,4 à Raffègues, à Mèze (Hérault) pour un assemblage céramique typique de l'étape classique, il serait de 1 pour 15,6 à Lattes (Hérault) pour des occupations du Chasséen classique et récent, et de 1 pour 11,7 à Jarnègues (Jonquières-Saint-Vincent, Gard) attribuable au Chasséen récent. La zone des ateliers de production récemment identifiée (Léa 2004b, 2006) donne des informations encore plus contrastées puisque le rapport est de 1 pour 5,2 à Rocalibert (Piolenc, Vaucluse) en contexte Chasséen récent, 1 pour 2,1 à la Combe (Caromb, Vaucluse) en contexte Chasséen récent et 0 pour 449 aux Trois Termes (Gordes, Vaucluse) en contexte Chasséen récent. On peut supposer que la variabilité observée dans le domaine des ateliers puisse se retrouver dans les sites récepteurs dans le cas où les producteurs auraient eux-mêmes assuré la diffusion de leur production et qu'une certaine stabilité des approvisionnements aurait lié les ateliers et les sites importateurs. Dans le cas d'une diffusion globalisée des produits de plusieurs ateliers selon le mode de proche en proche ou bien selon un mode dirigé, il devrait logiquement y avoir une plus forte homogénéité des séries de produits importés et redistribués.

43Le site d'Auriac, possible « place centrale » jouant un rôle éminent dans l'approvisionnement en nucléus à lamelles en silex blond bédoulien traité thermiquement et qui a pu accessoirement jouer un rôle comme site producteur de lamelles, redistribuées à l'échelle locale, est paradoxal. En effet, ce site livre beaucoup moins de lames non chauffées que d'autres sites moins importants de la même région. Or, il est couramment admis que ces lames avaient une valeur d'usage et une valeur d'échange sans doute bien plus forte que les lamelles obtenues à partir des nucléus importés. On peut en déduire évidemment que la diffusion des nucléus chauffés et celle des lames non chauffées n'étaient sans doute pas obligatoirement corrélées, ni conjointes. Mais ce constat peut aussi indiquer que le mode de diffusion du silex bédoulien n'était pas soumis seulement aux effets homogénéisateurs ou filtrants de la relation d'échange de proche en proche entre les communautés chasséennes. Il pourrait indiquer, au contraire, une relation suivie et régulière avec un centre producteur ou avec quelques fournisseurs en vue d'un approvisionnement spécifique et stable. On est en droit, dans ce cas, d'évoquer la notion de réseau organisé plutôt que celle d'aire de diffusion pour le silex blond bédoulien dans le domaine du Chasséen méridional.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Binder D. 1991. Facteur de variabilité des outillages lithiques chasséens dans le Sud-Est de la France. In Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. (dir.). Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours, 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Ile-de-France, p. 261-272, 6 fig., 6 tabl. (Mémoires du musée de Préhistoire d'Ile-de-France ; 4).

Binder D. et al. 1991. Une économie de chasse au Néolithique ancien : la Crotte Lombard à Saint-Vallier-de-Thiey (Alpes-Maritimes). Paris : Éd. du CNRS. 243 p. (Monographie du CRA ; 5).

Briois F. 2005. Les industries en pierre taillée néolithiques en Languedoc occidental : nature et évolution des outillages entre les VIe et IIIe millénaires av. J.-C. Lattes : Éd. de l'Association pour le développement de l'archéologie en Languedoc-Roussillon. 341 p. (Monographies d'archéologie méditerranéenne ; 20).

Briois F., Brossier S., Gernigon K., Vaquer J. 1998. Polymorphisme des industries en silex chasséennes entre le Rhône et l'Aquitaine. In D'anna A., Binder D. (dir.). Production et identité culturelle : actualité de la recherche : actes de la deuxième session, Arles (Bouches-du-Rhône), 8-9 novembre 1996. Antibes : Éd. APDCA, p. 129-144, 5 tab., 7 fig.

Gassin B., Léa V., Linton J., Astruc L. 2006. Production, gestion et utilisation des outillages lithiques du Chasséen méridional. In Astruc L. et al. (dir.). Normes techniques et pratiques sociales : de la simplicité des outillages pré-et protohistoriques : actes des Rencontres, 20-22 octobre 2005. Antibes : Éd. ADPCA, p. 223-233, 4 fig.

Guilaine J., Vaquer J. 1973. Le site chasséen d'Auriac, Carcassonne (Aude). Bulletin de la Société préhistorique française. Études et Travaux 70, p. 367-382, 20 fig.

Guilaine J., Thommeret Y., Vaquer J. 1974. Stratigraphie et datations C14 d'un gisement néolithique languedocien : l'Abri de Font-Juvénal, Conques-sur-Orbiel (Aude). L’Anthropologie 78/2, p. 257-282, 2 fig.

Guilaine J., Amiel C., Barthès P., Coularou J., Vaquer J. 1991. Le Chasséen de l'Abri de Font-Juvénal. In Guilaine J., Gutherz X. (dir.). Autour de Jean Arnal. Montpellier : Recherches sur les premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale : Laboratoire de paléobotanique, Université des sciences et techniques du Languedoc, p. 163-175, 5 fig.

Jédikian G. 2000. Typologie de la céramique chasséenne : l'exemple du site d'Auriac (Carcassonne, Aude). In Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. (dir.). Sociétés et espaces : rencontres méridionales de Préhistoire récente, troisième session, Toulouse, 6-7 novembre 1998. Toulouse : Éd. des Archives d'écologie préhistorique, p. 305-311, 7 fig.

Léa V. 2004a. Les industries lithiques du Chasséen en Languedoc oriental : caractérisation par l'analyse technologique. Oxford : J. & E. Hedges ; Archaeopress. V-215 p.-73 p. de pl. (BAR. International Series ; 1232).

Léa V. 2004b. Centres de production et diffusion des silex bédouliens au Chasséen. Gallia Préhistoire 46, p. 231-250, 16 fig.

Léa V. 2005. Raw, Pre-heated or ready to use : discovering specialist supply systems for flint industries in mid-Neolithic (Chasséen) communities in Southern France. Antiquity 79, p. 51-65.

Léa V. 2006. Productions laminaires remarquables en contexte chasséen ? In Vaquer J., Briois F. (dir.). La fin de l'Âge de Pierre en Europe du Sud : matériaux et productions lithiques taillées remarquables dans le Néolithique et le Chalcolithique du Sud de l'Europe : actes de la table ronde de l’EHESS, Carcassonne, 5-6 septembre 2003. Toulouse : Éd. des Archives d'écologie préhistorique, p. 105-120, 6 fig.

Perrin T., Bellot-Gurlet L., Jédikian-Cap G. 2006. Les productions laminaires du gisement chasséen de Saint-Michel-du-Touch (Toulouse, Haute-Garonne). Premières réflexions. In Vaquer J., Briois F. (dir.). La fin de l'Âge de Pierre en Europe du Sud : matériaux et productions lithiques taillées remarquables dans le Néolithique et le Chalcolithique du Sud de l'Europe : actes de la table ronde de l'EHESS, Carcassonne, 5-6 septembre 2003. Toulouse : Éd. des Archives d'écologie préhistorique, p. 85-103, 18 fig.

Plisson H., Bressy C, Briois F., Renault S. 2006. Les productions laminaires remarquables du Midi de la France à la fin du Néolithique : les bases d'un programme de collectif de recherche. In Vaquer J., Briois F. (dir.). La fin de l'Âge de Pierre en Europe du Sud : matériaux et productions lithiques taillées remarquables dans le Néolithique et le Chalcolithique du Sud de l'Europe : actes de la table ronde de l'EHESS, Carcassonne, 5-6 septembre 2003. Toulouse : Éd. des Archives d'écologie préhistorique, p. 71-83, 3 fig.

Remicourt M. 2004. Techniques et variabilité des industries lithiques chasséennes : le cas d'Auriac (Carcassonne, Aude). 94 p., 24 pl. [Mémoire de DEA, EHESS de Toulouse].

Renfrew C. 1984. Approaches to social archaeology. Edinburgh : Edinburgh University Press. VIII-430 p.

Vaquer J. 1990a. Le Néolithique en Languedoc occidental. Paris : Éd. du CNRS. 397 p.-[4] f. de pl. (Archéologie).

Vaquer J. 1990b. L'évolution du Chasséen méridional, essai dans le bassin de l'Aude. In Guilaine J., Gutherz X. (dir.). Autour de Jean Arnal. Montpellier : Recherches sur les premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale : Laboratoire de paléobotanique, Université des sciences et techniques du Languedoc, p. 177-189, 5 fig.

Vaquer J. 1991. Aspects du Chasséen en Languedoc occidental. In Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. (dir.). Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours, 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 27-37, 7 fig. (Mémoires du musée de Préhistoire d'Ile-de-France ; 4).

Vaquer J. 1999. Les origines préhistoriques de Carcassonne. Bulletin de la Société d'études scientifiques de l'Aude 99, p. 17-36, 15 fig.

Vaquer J. 2007. Le rôle de la zone nord-tyrrhénienne dans la diffusion de l'obsidienne en Méditerranée nord-occidentale au Néolithique. In D'Anna A., Césari J., Ogel L., Vaquer J. (dir.). Corse et Sardaigne préhistoriques : relations et échanges dans le contexte méditerranéen. Actes du 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Section de pré- et protohistoire, Bastia, avril 2003. Paris : Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 99-119, 10 fig. (Documents préhistoriques ; 22).

Vaquer J., Amiel C., Briois F., Consigny A., Philibert S., Rigaud L. 1996. Le site chasséen d'Auriac. In Mohen J.-P. (dir.). La vie préhistorique. Dijon : Faton, p. 380-383, 4 fig.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan général du gisement d'Auriac (Carcassonne, Aude).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 2 – Distribution par matières premières des séries des quatre secteurs d'Auriac (Carcassonne, Aude).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3611/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 3 – Répartition du matériel lithique par type de matières premières dans les séquences stratifiées d'Auriac (Carcassonne, Aude), le matériel découvert en surface n'a pas été pris en compte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3611/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 4 – Distribution des produits de débitage du silex bédoulien blond chauffé par niveau dans les séquences stratifiées des fossés d'Auriac (Carcassonne, Aude).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3611/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 5 – Distribution des produits de débitage du silex blond bédoulien chauffé par secteur à Auriac (Carcassonne, Aude).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3611/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 6 – Classification des lamelles en silex blond bédoulien chauffé par types technologiques (Binder et al. 1991) dans les divers secteurs du gisement d'Auriac (Carcassonne, Aude).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3611/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 7 – Caractérisation générale de l’industrie sur l'ensemble du site d'Auriac (Carcassonne, Aude).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3611/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 8 – Localisation des gisements étudiés et des principaux gîtes de matière première siliceuse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3611/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 9 – Caractérisation générale de l’industrie lithique des couches 7 à 9 de l'abri de Font-Juvénal (Conques-sur-Orbiel, Aude).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3611/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 10 – Caractérisation générale de l'industrie lithigue des Picarts (Montlaur, Aude).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3611/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 11 – Caractérisation générale de l'industrie lithigue des Plos (Ventenac-Cabardès, Aude).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3611/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 501k

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search