Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Thème : économie et société à la fin de la préhistoire

Variabilité des techniques de récolte et traitement des céréales dans l'Occident méditerranéen au Néolithique ancien et moyen : facteurs environnementaux, économiques et sociaux

Bernard Gassin, Nuno F. Bicho, Laurent Bouby, Ramón Buxó Y Capdevila, Antonio F. Carvalho, Ignacio Clemente Conte, Juan Francisco Gibaja, Jesús Gonzàlez Urquijo, Juan José Ibàñez Estévez, Jimmy Linton, Philippe Marinval, Belén Márquez, Leonor Pena-Chocarro, Guilhem Pérez Jordà, Sylvie Philibert, Amelia del Carmen Rodríguez Rodríguez et Lydia Zapata

Résumé

La reconstitution des techniques agricoles préhistoriques constitue un élément fondamental pour la compréhension du processus d'expansion de l'agriculture en Méditerranée occidentale. Dans le cadre d'un projet européen rassemblant des tracéologues et des carpologues espagnols et français, nous avons, dans une première phase, étudié les méthodes de récolte des céréales pratiquées durant le Néolithique en Espagne et dans le Sud de la France, du Néolithique ancien au Néolithique moyen. L'étude des outils de récolte a permis de distinguer trois aires distinctes. Le Sud-Est de l'Espagne est caractérisé par des faucilles courbes avec des éléments insérés obliquement dans le manche. En Catalogne, Languedoc et Provence, la majorité des faucilles sont constituées de longues lames emmanchées parallèlement au manche, mais d'autres modèles existent. En Espagne cantabrique, les céréales étaient récoltées sans faucille. Nos travaux en cours explorent différents facteurs pouvant expliquer cette variabilité : conditions environnementales, types de céréales cultivées, finalités techniques et alimentaires de la culture des céréales, techniques de conservation des céréales, rôle de l'agriculture céréalière dans l'économie, dynamiques historiques de l'expansion et de l'adoption des innovations néolithiques.

Texte intégral

1La néolithisation des rives de la Méditerranée occidentale s’est faite à partir d’une impulsion issue du Proche-Orient. Il est désormais établi qu’il n’y a pas eu diffusion à un rythme régulier d’un système techno-économique stable, selon le modèle de la vague d’avancée proposé par A. J. Ammerman et L. Cavalli-Sforza. J. Guilaine a montré que la néolithisation s’est effectuée selon un rythme irrégulier (néolithisation arythmique), marqué par des tassements et des accélérations (Guilaine, 2005). À plusieurs reprises, des recompositions de systèmes techno-économiques se sont produites, parallèlement à l’élaboration de cultures nouvelles. Ces remodelages pourraient être liés à des choix techno-économiques lors de la mise en exploitation de nouveaux espaces. Les techniques agricoles, au cœur du processus de néolithisation, forment un sous-système particulièrement significatif de cette progression, dans la mesure où elles constituent, avec l’élevage, une innovation essentielle du foyer proche-oriental, et où, en même temps, leur introduction dans des milieux écologiques différents peut impliquer des processus d’adaptation. D’autre part, cette progression vers l’Ouest ne s’est pas faite dans une terra incognita, mais dans des terres peuplées de chasseurs–cueilleurs, dont les cultures ont pu jouer un rôle dans ces processus.

2Nos travaux visent à explorer la variabilité des techniques agricoles au Néolithique, durant le VIe et le Ve millénaires avant J.-C., voire les débuts du IVe millénaire, dans la péninsule Ibérique et dans le sud de la France. Pour rendre compte des techniques agricoles, nous nous appuyons sur l’analyse tracéologique des outils employés pour la récolte et le traitement des céréales et sur l’étude carpologique des produits et résidus végétaux conservés dans les gisements. Ces analyses ne permettent d’approcher qu’une partie des systèmes techniques agricoles, mais ce sont des tâches stratégiques, critiques qui vraisemblablement reflètent des contextes techniques, économiques et sociaux plus généraux ; de plus, elles sont réalisables sur un assez grand nombre de gisements, ce qui rend possible l’observation d’une certaine variabilité spatiale et chronologique. Engagés de longue date dans des travaux sur ces questions, nous avons appliqué ces types d’analyses à un nombre conséquent de sites archéologiques de la zone étudiée. Nous avons élaboré un PAI (projet d’action intégrée) franco-espagnol pour mettre en commun nos données, les synthétiser, confronter et intégrer les résultats de ces analyses avec les autres informations disponibles : contextes environnementaux, modèles de distribution géographique et chronologiques, régimes alimentaires, organisation du travail déduite des contextes sépulcraux. Certains d’entre nous ont également engagé des études ethnoarchéologiques, notamment pour comprendre les relations entre choix des céréales et techniques de culture, de récolte et de stockage, conditions écologiques et socio-économiques.

3Nous présenterons d’abord les principaux résultats acquis à partir des études tracéologiques, montrant l’existence de provinces archéologiques caractérisées par des outils et des techniques de récoltes différents ; ces données seront dans un deuxième temps confrontées aux résultats des analyses carpologiques. En conclusion, nous examinerons quelques hypothèses d’interprétation, et nous proposerons quelques pistes de recherche en fonction notamment des lacunes de la documentation mises en évidence dans ce travail, mais aussi des hypothèses que nous avons pu proposer.

1. TECHNIQUES DE RÉCOLTE DES CÉRÉALES

4À l'exception des régions où les outils lithiques ne sont pas utilisés pour la récolte, les données présentées proviennent d'analyses tracéologiques de lames lustrées. L'interprétation fonctionnelle des usures permet de conclure à l'utilisation de ces lames pour la récolte des céréales, sur la base des analogies avec des faucilles expérimentales. Les caractères diagnostiques sont la forte extension des polis, leur microtopographie généralement très plane, la présence de stries très fines, souvent pointillées, et de stries en forme de comète. On ne peut pas éliminer l'hypothèse d'utilisations secondaires pour couper d'autres plantes ; ainsi, sur le site immergé de La Draga, la présence d'une vannerie à montant spiralé cousu réalisée probablement en joncs tressés et d'une corde réalisée avec des brins de carex (Bosch et al. 2000) implique l'utilisation d'outils de coupe. Les expérimentations ont montré que la récolte de plantes de milieux humides produit des polis d'usure caractérisés par la rareté des stries, ce qui permet en théorie de différencier ces usures de celles produites par la récolte des céréales. Cependant, l'utilisation secondaire, pour la récolte de ce type de plantes d'ambiance aquatique, de faucilles principalement utilisées pour la récolte de céréales est sans doute difficile à identifier. En revanche, des cas d'utilisation secondaire de lames de faucilles pour racler différents matériaux (plus faciles à reconnaître) sont bien documentés par les études fonctionnelles. Ne sont prises en compte dans cette étude que les utilisations principales des outils pour la récolte des céréales. La variabilité des modes d'emmanchement et des traces d'utilisation sera discutée infra. Trois zones géographiques distinctes, caractérisées par la mise en œuvre de techniques différentes, ont pu être distinguées dans l'aire étudiée.

1.1. ANDALOUSIE, VALENCE ET NAVARRE : DES FAUCILLES À INSERTS LITHIQUES COURTS MULTIPLES EMMANCHÉS OBLIQUEMENT

5Les assemblages lithiques étudiés dans le Sud-Est de l'Espagne sont datés de la seconde moitié du VIe millénaire et du Ve millénaire, du Néolithique ancien au Néolithique moyen. Les éléments de faucille observés présentent tous la même morphologie et les mêmes traces d'usure (fig. 1). Il s'agit d'éléments réalisés sur lame ou sur éclat, courts, avec une disposition du poli en oblique sur une partie seulement du tranchant, indiquant clairement une insertion des éléments en oblique dans un manche droit ou courbe, avec plusieurs éléments associés pour former un tranchant fortement denticulé (fig. 2, no 1). Une faucille complète de ce type avait été découverte au XIXe siècle dans une grotte sèche de la province de Grenade (Los Murciélagos de Albuñol). Bien que perdue, cette faucille avait été décrite et publiée par M. de Góngora (1868) et A. Vayson de Pradenne (1919).

Fig. 1 – Élément de faucille court, poli oblique. La Mesa (Chiclana de la Frontena, Cadiz).

6Les sites sur lesquels les observations ont été faites ont des implantations diverses.

7– Deux sites en grotte des régions montagneuses de l'intérieur de l'Andalousie : Cueva del Toro (début Ve millénaire ; Rodríguez Rodríguez 1994, 2004 ; Rodríguez Rodríguez et al. 1996 ; 1 élément de faucille) et Murciélagos de Zuheros (fin VIe à fin Ve millénaire ; Gonzàlez Urquijo et al. 1994, 2000 ; 12 éléments de faucilles ; fig. 2).

8– Des lames avec des dispositions similaires des usures étaient signalées dans la bibliographie, dans des sites en grotte du Pays valencien, à la Cova de l'Or et à la Cova de la Sarsa (Juan Cabanilles 1984). De récentes analyses tracéologiques par deux d'entre nous (J.-F. G. B. et J.-J. I. G.) ont confirmé ces données, avec 6 éléments à la Cova de la Sarsa et 32 éléments à la Cova de l'Or.

9– Trois sites de plein air, dont deux proches du littoral : Cabecicos Negros dans la province d’Almería en Andalousie (Néolithique moyen) (Goñi Quinteiro et al. 1999 ; Rodríguez Rodríguez 1999) (1 élément), et Mas d’Is dans la communauté de Valence (seconde moitié du VIe millénaire, vers 5400 av. J.-C. et vers 5100 av. J.-C.) (Gibaja, in García et al. sous presse ; Bernabeu, Orosco 2005) (15 éléments). Le troisième site, Los Cascajos, se trouve dans la vallée de l'Èbre, en Navarre (García Gazólaz, Sesma 1999) ; il s'agit d'une stratigraphie comportant des niveaux du Néolithique ancien (fin VIe millénaire) et moyen (deuxième moitié du Ve millénaire) ; les éléments de faucilles à lustre oblique proviennent des niveaux du Néolithique ancien (Ibáñez al. 2008) (20 éléments).

Fig. 2 – Faucilles néolithiques : 1/Reconstitution des faucilles utilisées à Los Murciélagos de Zuheros, Espagne (Gonzàlez Urquijo et al. 2000) ; les éléments Ethiques insérés obliquement forment un tranchant denticulé. 2/Faucille en bois de genévrier du site lacustre de La Draga (fin du VIe millénaire cal. B. C.) en Catalogne (Bosch et al. 2000). L'appendice coudé de la faucille est utilisé pour rassembler les tiges de céréales qui sont coupées avec une lame de silex insérée parallèlement au manche. 3/Faucille en bois de sureau du site de La Draga ; l’appendice de la faucille était utilisé pour rassembler les tiges de céréales qui étaient coupées avec une lame de silex insérée obliquement.

10– À La Mesa (Cadiz), deux petits éléments de faucilles avec disposition du poli en oblique (fig. 1) ont été observés (Clemente, García 2008), dans un contexte daté du Ve millénaire (Ramos Muñoz et al. 1999). Quelques lames lustrées à disposition en oblique ont été trouvées en prospection aux environs de Cadiz. Les usures observées sont assez uniformes : brillantes, avec une surface lisse et des stries en forme de comètes. La quantité de stries est variable, mais aucun de ces éléments ne montre d'abrasion intense des surfaces usées. Les différences d'intensité de striation pourraient correspondre à des différences de hauteur de coupe et/ou à des degrés divers de présence de particules minérales abrasives sur les tiges de céréales, ainsi qu'au degré de maturité des céréales lors de la moisson (moins de stries et polis moins plats pour les céréales récoltées avant maturité). Ces éléments ont donc probablement tous été utilisés pour la moisson des céréales avec des faucilles de morphologie identique.

1.2. CATALOGNE, LANGUEDOC ET PROVENCE : ÉLÉMENTS DE FAUCILLES À USURES PARALLÈLES, DIVERSITÉ DES EMMANCHEMENTS ET DES USURES

11Les éléments de faucilles du Sud de la France et de la Catalogne présentent une distribution des usures différente de celle du Levant espagnol : les polis d'usure sont strictement parallèles aux bords. Toutefois, on peut décrire différents types d'emmanchements et différents types d'usures.

1.2.1. Faucilles droites

12Les supports lithiques, lorsqu'ils sont complets, sont plus longs que ceux décrits dans la zone précédente, et presque toujours sur lames (fig. 3). Le poli d'utilisation est disposé en bandes parallèles au bord, avec des stries également parallèles au bord, indiquant que les lames étaient insérées parallèlement à un manche rectiligne. Lorsque les lames sont complètes, le poli d'utilisation s'étend sur la totalité de la longueur du bord. La plupart des éléments de faucille ont des usures typiques de récolte des céréales, plus ou moins striées ; mais certains outils portent un poli dont la composante abrasive est beaucoup plus développée.

13Certains outils sont en effet caractérisés par l'association de polis caractéristiques de la coupe des plantes et un très fort émoussement mat du tranchant, une surface fortement usée par des stries et des micro-trous. La plupart des stries sont parallèles au bord, mais il y a aussi des stries obliques ou perpendiculaires, surtout près du bord. La composante abrasive est parfois limitée à la zone près du bord, parfois à une extrémité du bord. Il semble que l'abrasion vienne érailler la surface polie. Dans quelques cas, seule l'usure abrasive est présente (fig. 4).

Fig. 3 – Lame de faucille à poli parallèle au bord. Fontbrégoua, Salernes (Var). Fouille J. Courtin. Néolithigue ancien Cardial. Photographies : grossissement initial 200X.

Fig. 4 – Lame de faucille des niveaux du Ve millénaire du site de Los Cascajos en Navarre. Surface polie fortement usée par des stries et des micro-trous (contact simultané de l'outil avec des tiges de céréales et avec le sol ?).

14Ce type d'usure, associant poli de coupe de céréales et abrasion, a été largement observé dans différents contextes néolithiques. L'hypothèse de l'utilisation de ces lames comme lames de tribulum a été proposée (Anderson 1992 ; Khedhaier et al. 2003). Cependant, cette hypothèse peut difficilement être retenue pour les lames présentées ici. 1. La morphologie des lames (longues et plutôt étroites) est peu adéquate pour l'insertion dans un tribulum. 2. La quantité de lames découvertes dans les sites paraît peu importante par rapport au nombre élevé d'inserts lithiques nécessaires pour un tribulum. 3. Certains outils présentent une distribution différentielle des composantes abrasives alors que les éléments de tribulum ont une distribution des traces d'usure plus uniforme. 4. L'intensité des traces, en particulier l'émoussement du tranchant et la présence des micro-trous, est beaucoup plus développée sur les éléments de tribulum ethnographiques que sur les lames à usure abrasive que nous avons observées.

15Lorsque les usures abrasives sont localisées à une extrémité de la lame, on peut évoquer l'hypothèse de la coupe très basse de céréales, l'extrémité du tranchant se trouvant alors en contact répété avec le sol. Mais cette hypothèse ne peut être retenue pour les lames présentant une usure abrasive sur tout le tranchant. Les expérimentations conduites par certains d'entre nous (Clemente, Gibaja 1998 ; Gibaja 2003) ont montré que des usures de ce type (de large répartition) résultent du contact simultané de l'outil avec des tiges de céréales et avec le sol ; les tâches concrètes expérimentées, attestées par des exemples ethnographiques (Ibáñez et al. 2008) et effectuées de façon efficace avec les outils expérimentaux, sont la coupe au sol de tiges pour les mettre à un gabarit donné, la séparation des tiges et des épis, la séparation des tiges et des racines (lorsque la récolte est effectuée par arrachement).

16Les lames emmanchées parallèlement au manche peuvent avoir été insérées dans des faucilles de deux modèles différents. Il peut s'agir, d'une part, de simples couteaux à moissonner, composés d'une poignée prolongée par une partie munie d'une rainure dans laquelle est collée la lame (type Auvernier) ou, d'autre part, de faucilles coudées, composées d'une partie rectiligne (poignée prolongée par une lame enchâssée latéralement dans une rainure) et d'une partie formant avec le manche un angle d'environ 45°, dans un plan perpendiculaire au plan de la lame ; cet appendice permet de rassembler les tiges pour former une gerbe, qui est saisie par la main libre du moissonneur pendant que, de l'autre main, il effectue avec la faucille un quart de tour suivi d'une traction de façon à trancher les tiges. Ce dernier type de faucille est attesté dans le site cardial de La Draga (Gibaja, Palomo 2006) par plusieurs exemplaires (fig. 2, no 2). On pourrait aussi en théorie envisager des couteaux à manche court, de type Clairvaux ou Horgen (Pétrequin et al. 2006), mais ceux-ci se développent au cours du IVe et du IIIe millénaire essentiellement.

17Quelques lames à usure parallèle ont un tranchant micro-denticulé (tabl. 1 et 3). Ces éléments sont rares, mais des travaux en cours révèlent d'autres cas.

Tabl. 1 – Décompte des lames micro-dentitulées utilisées pour la récolte des céréales.

1.2.2. Lame oblique unique

18Le site cardial de La Draga a également livré une faucille coudée équipée d'une lame unique emmanchée obliquement au manche (fig. 2, no 3). Plusieurs lames lustrées présentent une répartition oblique du lustre, indiquant un emmanchement du même type (tabl. 2). Le même type de répartition a été observé en Provence sur une lame du site cardial final de la grotte Lombard et sur une lame du Chasséen récent de Fontbrégoua. Un emmanchement similaire est connu en Suisse sur le site Cortaillod ancien (deuxième moitié du IVe millénaire) d'Egolzwill III (Schlichtherle 1992). Aucune de ces lames ne porte d'usure fortement abrasive.

Tabl. 2 – Décompte des lames de faucilles à emmanchement oblique (lame unique longue dans un manche droit).

Tabl. 3 – Inventaire des faucilles à usure parallèle au bord (manches droits).

1.2.3. Lame droite dans un manche courbe

19Quelques lames observées sur des sites provençaux et languedociens de la fin du Ve et du début du IVe millénaire présentent un lustre végétal parallèle au bord, mais limité à la partie mésiale de la lame, s'étendant en auréole, les extrémités distale et proximale n'ayant pas été usées par le contact avec les plantes (tabl. 4). Une de ces lames (Les Plots) présente des stries obliques. L'hypothèse de l'emmanchement dans un manche courbe préservant de l'usure les deux extrémités de la lame a été envisagée (Gassin 1996). Il est possible que la fréquence de ce type d'emmanchement ou du type précédent ait été sous-estimée, notamment dans les nombreux cas où les lames de faucilles parviennent à l'état de fragments, souvent recyclés dans d'autres fonctions après retouche. De nombreux fragments proximaux ou distaux montrant une répartition du poli laissant intacte l'extrémité de la lame pourraient résulter d'emmanchements de ce type ; mais de tels fragments pourraient aussi provenir de lames à insertion oblique. Des lames de faucilles à usure mésiale pourraient être présentes dès le Néolithique ancien (Camps-Fabrer, Courtin 1982).

Tabl. 4 – Lames de faucilles droites à usure mésiale dans un manche courbe.

1.3. RÉCOLTE SANS FAUCILLE EN ESPAGNE CANTABRIQUE

20Sur les côtes cantabriques au Nord de l'Espagne au Ve millénaire et au début du IVe, la culture des céréales est attestée par les données archéobotaniques. Cependant, les analyses fonctionnelles ont montré l'absence d'outils lithiques lustrés dans les sites cantabriques (tabl. 5). Dans une région éloignée de notre cadre d'étude, le Jura, des sites du IVe et du début du IIIe millénaire sont également caractérisés par l'absence d'outils lithiques pour la moisson (Beugnier 1997).

21On observe donc une forte variabilité des techniques de moisson dans la région étudiée du VIe au IVe millénaire av. J.-C. Trois zones caractérisées par des techniques différentes ont été définies :

  • au Sud-Est de l'Espagne, des faucilles courbes à petits éléments lithiques obliques formant un tranchant denticulé, utilisées uniquement pour la moisson, au Néolithique ancien et moyen ;

  • en Catalogne et dans le Sud de la France, des faucilles à lames longues uniques, avec différentes modalités d'emmanchement, ou à lames multiples en séries parallèles ; certains de ces outils peuvent avoir été utilisés pour des opérations secondaires de séparation de la tige et des épis ou des racines. Plusieurs modes d'emmanchement peuvent coexister sur le même site, dès le Néolithique ancien et au Néolithique moyen ;

  • en Espagne cantabrique, moissons sans faucille ; les faucilles apparaissent après le IVe millénaire.

22Sur le site de Los Cascajos, en Navarre, on observe la succession de deux techniques : d'abord faucilles à petits éléments obliques, puis faucilles à éléments longs emmanchés parallèlement.

Tabl. 5 – Sites avec culture des céréales attestée et absence de faucilles.

2. DONNÉES CARPOLOGIQUES

23Les études carpologiques portent sur les restes paléobotaniques de fruits, graines et autres parties anatomiques de plantes, notamment de céréales, prélevés en place sur les sites archéologiques. Ces études doivent notamment permettre de répondre à plusieurs questions :

  • Quelle est la chronologie de l'apparition des plantes cultivées ?

  • Quelle est la diversité des plantes cultivées et des pratiques agraires associées ?

  • Quelles relations peut-on établir entre milieux écologiques, contextes culturels, choix des plantes cultivées et techniques agricoles ?

  • Selon quels processus s'est faite l'introduction de l'agriculture ? Pour établir des données cohérentes et comparables, nous devons procéder à une critique des corpus : fiabilité des stratigraphies, des attributions culturelles et des datations, analyse des stratégies et méthodes d'échantillonnage et de prélèvement. De plus, nous mettons en place des méthodes de quantification homogènes des données carpologiques.

24Le corpus des sites sur lesquels ont été réalisées des analyses carpologiques est inégalement réparti et concerne des régions de la moitié est de l'Espagne (tabl. 6 et fig. 5). Le littoral méditerranéen est mieux connu, avec des sites en Catalogne, Valencia et Andalousie, ainsi que sur le littoral basque et cantabrique ; l'intérieur et les Pyrénées sont connus par un moins grand nombre de sites. Les séries étudiées datent du Néolithique ancien et du début du Néolithique moyen (VIe-Ve millénaire ; Buxó 1997 ; Buxó et al. 2000 ; Gonzàlez Urquijo et al. 1999 ; Hopf 1966 ; Martin Socas et al. 1999 ; Peña Chocarro 1996 ; Pérez Jordá 2005 ; Zapata 2002 ; Zapata et al. 1997 ; Zapata et al. 2004). Dans le Sud de la France, les sites pris en compte se trouvent dans les régions du littoral méditerranéen, ainsi que dans la vallée du Rhône, en particulier aux environs de Lyon (fig. 6 ; Marinval 1991, 1992, à paraître ; Savard 2000).

Tabl. 6 – Sites du Néolithique ancien avec des macro-restes de plantes domestiques en Espagne (Zapata et al. 2004) (les numéros renvoient à la carte fig. 5).

Fig. 5 – Localisation des sites du Néolithique ancien avec des macro-restes de plantes domestiques en Espagne. Les numéros correspondent à la liste des sites du tabl. 6. Quatre régions sont distinguées selon les conditions environnementales : littoral méditerranéen ; littoral basque et cantabrique ; Pyrénées ; intérieur (carte reproduite de Zapata et al. 2004).

Fig. 6 – Sites du Néolithique ancien du Midi de la France ayant fait l’objet d'études carpo logiques.

1. Les Coudoumines B, Caramany (66)
2. Les Coudoumines, Caramany (66)
3. Cova de l’Esperit, Salses (66)
4. Font Juvénal, Conques-sur-Orbiel (11)
5. Grotte Gazel, Sallèles-Cabardès (11)
6. Peiro Signado, Portiragnes (34)
7. Pont de Roque Haute, Portiragnes (34)
8. La Resclauza, Gabian (34)
9. Mas de Vignoles 10, Nîmes (30)
10. Mas Neuf, Nîmes (30)
11. Grotte du Tai, Remoulins (30)
12. Grotte de l'Aigle, Méjannes-le-Clap (30)
13. Baume d'Oullins, Le Garn (30)
14. Grotte Saint Marcel, Saint-Marcel-d'Ardèche (07)
15. Les Petites Bâties, Bollène (84)
16. Le Valladas, Saint-Paul-Trois-Châteaux (26)
17. Le Serre, Roynac (26)
18. Vaise, Lyon (69)
19. ZAC des Feuilly, Saint-Priest (69)
20. Grotte du Gardon, Ambérieu-en-Bugey (01)
21. Céron, Venasque (84)
22. Font aux Pigeons, Châteauneuf-lès-Martigues (13)
23. Vieux Mounoï, Signes (83)
24. Baume de Fontbrégoua, Salernes (83)
25. Grotte Lombard, Saint-Vallier-de-Thiey (06)
26. Abri Pendimoun, Castellar (06)

25Il apparaît que, dès le Néolithique ancien (tabl. 6 et fig. 7), il y a un système agraire impliquant une diversité de céréales (nues et vêtues), de légumineuses et vraisemblablement de plantes oléagineuses (pavot). Cette situation diffère de celle observée en Europe centrale au Néolithique ancien, en particulier par l'importance du blé nu (Triticum aestivum/durum) et de l'orge nue (Hordeum vulgare var. nudum) dans le Sud de la France et en Espagne. En Europe centrale, les premiers paysans cultivaient seulement des céréales vêtues (T. monococcum, T. dicoccum, Hordeum vulgare) ; ce n'est que plus tard que les céréales nues ont été adoptées (T. aestivum/durum). Cette diversité implique une bonne connaissance des différents types de céréales et des techniques associées, qui diffèrent notamment beaucoup selon qu'il s'agit de céréales nues ou vêtues. Ainsi, la chaîne opératoire du traitement des céréales vêtues est beaucoup plus complexe que celle du traitement des céréales nues (Zapata et al. 2004). Dans notre zone d'étude, une diversité régionale peut être notée :

  • dans le Midi de la France et sur les côtes méditerranéennes espagnoles, on observe une dominance des céréales nues associées aux légumineuses ; on relève fréquemment la présence de blés vêtus, mais en quantité nettement moindre ;

  • dans l'intérieur (Navarre) et le Nord (Cantabres) de l'Espagne, on constate une dominance des blés vêtus et de l'orge, mais il existe des sites où les blés nus sont présents.

26À cette zonation géographique schématique se surimpose, sur le long terme, une dynamique chrono-culturelle qui semble plus ou moins marquée selon les régions. La comparaison entre les évolutions des différentes régions reste à faire, mais on peut d'ores et déjà présenter les tendances dans le Midi de la France et le Pays valencien.

27Dans le Sud de la France, les plus récents travaux sur le Néolithique ancien ont sensiblement modifié le modèle reposant sur les acquis des recherches précédentes (Marinval 1992), qui faisait état d'une céréaliculture dominée par les céréales nues et incluant les blés vêtus mais en de très faibles proportions à partir de l'Épicardial seulement.

28Il apparaît aujourd'hui que les tout premiers établissements néolithiques (vers 5800/5600 av. J.-C. : Pendimoun, Peiro Signado et Pont de Roque Haute), qui se rattachent très étroitement à la culture Impressa de la péninsule Italique, mettent en œuvre une céréaliculture dominée par les blés vêtus : blé nu et orge nue ne semblent guère constituer que des compléments. Ce profil est en concordance avec les données italiennes. L'émergence de la culture cardiale (peut-être dès 5600 av. J.-C. : Binder, Guilaine 1998 ; Binder, Maggi 2001 ; Manen, Sabatier 2003) s'accompagne d'un basculement brutal au profit de ces céréales nues. Amidonnier engrain sont attestés dès le début du Cardial sur plusieurs sites (fig. 7), mais de façon souvent anecdotique, toujours minoritaire. Cette situation se prolonge au cours de l'Épicardial (fig. 8) où les blés vêtus sont légèrement plus fréquents, et où l'orge vêtue apparaît de façon extrêmement discrète, sans jouer de rôle significatif. La montée en puissance des céréales vêtues s'avère plus marquée au Néolithique moyen mais toujours dans un contexte dominé par les céréales nues (Marinval 1991). L'exemple de la baume de Fontbrégoua illustre bien ce phénomène : le froment/blé dur domine les autres céréales au Néolithique ancien, alors qu'on assiste, au tournant du Ve et du IVe millénaire, dans les niveaux du Chasséen ancien, à une diversification des céréales avec l'essor de l'engrain et de l'amidonnier (Savard 2000).

Fig. 7 – Répartition des céréales dans la phase 1 du Néolithigue ancien (Impressa et Cardial ancien) dans le Midi de la France.

Fig. 7A – Phase 1 (Impressa/Cardialancien) : Blé nu (Triticum aestivum/turgidum).

Fig. 7B – Phase 1 (Impressa/Cardial ancien) : Orge nue (Hordeum vulgare var. nudum).

Fig. 7C – Phase 1 (Impressa/Cardial ancien) : Engrain (Triticum monococcum).

Fig. 7D – Phase 1 (Impressa/Cardial ancien) : Amidonnier (Triticum dicoccum).

29En Pays valencien les données du Néolithique ancien montrent la culture de cinq variétés de céréales : orge vêtue (Hordeum vulgare L), orge nue (Hordeum vulgare var. nudum), blé nu (froment/blé dur : Triticum aestivum/durum), amidonnier (Triticum dicoccum) et engrain (Triticum monococcum). La seule céréale un peu mieux représentée est le blé nu, alors que les autres céréales sont présentes dans des proportions à peu près similaires. Cette composition des assemblages peut être interprétée comme témoignant d'un système de culture visant à minimiser les risques par la diversité des plantes cultivées. Les données disponibles, encore trop partielles et incomplètes, suggèrent que ce système se maintient au Néolithique moyen, bien qu'il y ait une tendance à la réduction de la part de l’amidonnier et de l'engrain, au profit des orges. Ce modèle se désagrège à partir de la fin du IVe et au IIIe millénaire, lorsque deux espèces, l'orge nue et le froment/blé dur, deviennent prépondérantes, avec une place tout à fait marginale pour l'orge vêtue et l'engrain.

30En Pays valencien, comme en France méridionale, les données actuellement disponibles ne permettent pas de faire des déductions sur les techniques agricoles elles-mêmes. Le schéma pourrait être le même que celui élaboré pour l'Europe centrale et la zone égéenne : une agriculture intensive en petites parcelles ou jardins, dans lesquels est éventuellement pratiquée la fertilisation (Bogaard 2004). Dans le Midi de la France, la rareté des semences de plantes adventices associées aux plantes cultivées pourrait être en relation avec le recours à une récolte haute des épis. En Pays valencien, le développement de l'orge nue et du froment/blé dur au détriment des autres céréales à partir de la fin du IVe et au IIIe millénaire a été mis en relation avec la possible introduction de l'araire et le passage à un modèle d'agriculture extensive ; en l'état actuel des connaissances, nous ne pouvons toutefois que signaler cette réduction du nombre des espèces cultivées.

Fig. 8 – Répartition des céréales dans la phase 2 du Néolithique ancien (Cardial récent et Épicardial) dans le Midi de la France.

Fig. 8A – Phase 2 (Cardial récent/Épicardial) : Blé dur (Triticum aestivum/turgidum).

Fig. 8B – Phase 2 (Cardial récent/Épicardial) : Orge nue (Hordeum vulgarevar. nudum).

Fig. 8C – Phase 2 (Cardial récent/Épicardial) : Amidonnier (Triticum dicoccum).

Fig. 8D – Phase 2 (Cardial récent/Épicardial) : Engrain (Triticum monococcum).

3. DISCUSSION

31Le corpus de sites actuellement étudiés et pris en compte dans notre synthèse est à la fois important et lacunaire : certaines régions et certaines phases chronologiques ne sont représentées que par un ou deux sites. Les études carpologiques et tracéologiques ne coïncident que partiellement. Néanmoins, les données recueillies permettent de faire un certain nombre d'observations, notamment grâce à la confrontation des données de disciplines complémentaires, de poser des questions et de pointer les lacunes de la documentation.

32Y a-t-il coïncidence entre techniques de récolte et plantes cultivées ? C'était évidemment une des hypothèses sous-jacentes à notre projet, dont la vérification aurait permis de mettre en évidence l'introduction d'un ensemble cohérent de techniques agricoles. Nous n'avons pas pu constater de telles coïncidences ; les différences observées (fig. 9) entre les trois zones, du point de vue des outils et techniques de récolte (Sud-Est de l'Espagne, Nord-Est de l'Espagne et Sud de la France, Cantabres – Pays basque), ne correspondent pas à la culture de céréales différentes, en dépit de variations dans les proportions des divers taxons dont l'amplitude et la spatialisation demeurent en grande partie à explorer. D'autres facteurs de variabilité doivent intervenir.

33La récolte de céréales sans faucille est une technique connue dans certains contextes ethnographiques (Sigaut 1978), selon diverses modalités :

34– arrachage des plants (Peña Chocarro et al. 2000), suivi parfois de différentes opérations pour séparer les tiges des racines et/ou les épis des tiges ;

35– récolte des épis à la main ou avec des outils de type mesorias (formés de deux baguettes de bois entre lesquelles on pince les épis : Toffin 1983 ; Peña Chocarro 1999), la paille étant laissée sur place ou récoltée séparément.

36Les exemples ethnographiques montrent que ces techniques de récolte sans faucille sont mises en œuvre dans des conditions écologiques et/ou économiques et sociales particulières (Ibânez et al. 2001).

37– On peut établir un lien avec la culture des céréales dans des zones de montagne et de climat atlantique, relativement humides au moment de la récolte. En effet, la moisson à la faucille permet une récolte plus rapide de céréales en quantité plus importante, notamment lorsque la période optimale de récolte est réduite, mais rend plus complexes les tâches ultérieures de traitement des céréales. Inversement, la récolte des épis, à la main ou avec des mesorias, est plus lente, ce qui n'est pas un inconvénient majeur lorsque la période de moisson est plus étalée dans le temps, mais elle simplifie les tâches ultérieures de traitement des céréales.

38– Sur le plan économique et social, les exemples ethnographiques de récolte à main nue ou avec des mesorias correspondent à la culture de petites parcelles, à l'échelle domestique, pour des besoins restreints, occupant une place marginale dans l'économie des communautés (céréales cultivées pour être consommées uniquement à certains moments de l'année, lors de fêtes particulières, ou cultivées principalement pour produire en quantité limitée de la paille destinée à la couverture des toits). Dans des contextes néolithiques, ces explications pourraient être invoquées pour les Cantabres et le Jura au Ve et au IVe millénaire av. J.-C, où les données archéologiques montrent une exploitation importante de ressources sauvages de la forêt et/ou de la mer (récolte, chasse, pêche). Il a aussi été démontré dans le Jura que la paille n'était utilisée ni comme matériau de construction, ni pour l'alimentation ou les litières animales.

Fig. 9 – Données carpologiques et tracéologiques : non-coïncidence entre techniques de récolte et plantes cultivées.

39Dans les zones où la récolte est effectuée à l'aide de faucilles, les différences techniques observées dans l'aire d'étude entre le Midi de la France et la Catalogne, d'une part, le Pays valencien et l'Andalousie, d'autre part, ne montrent pas de corrélation entre outils de récolte et de traitement et céréales cultivées (fig. 9). La diversité des plantes cultivées témoigne d'un haut niveau de maîtrise des techniques agricoles ; la diversité des outils de récolte et de traitement et, vraisemblablement, des techniques associées suggère la non-reproduction à l'identique d'un système figé.

40On ne peut exclure des choix liés à des conditions écologiques particulières : dans l'aire étudiée, la carte de répartition des faucilles à éléments lithiques courts obliques correspond à peu près à la carte actuelle de l'aridité, alors que les régions où ont été utilisées des faucilles à éléments lithiques longs bénéficient de climats humides ou sub-humides ; mais il paraît difficile de tenter d'expliquer ce choix technique par ce biais, dans la mesure où des faucilles de même type sont connues au Néolithique ancien en domaine continental, sans étés arides, et où les conditions écologiques aux VIe et Ve millénaires av. J.-C. étaient sensiblement différentes des conditions actuelles.

41Le choix de techniques et d'outils différents pour la récolte et, dans une certaine mesure, le traitement des céréales (on pense aux lames vraisemblablement utilisées pour couper des tiges au sol) pourrait être corrélé à différents choix techniques sur lesquels les données actuellement disponibles apportent peu d'informations. Il s'agit notamment de la hauteur de coupe des céréales, en liaison avec les méthodes de transport, l'utilisation éventuelle de la paille et du chaume, les méthodes de stockage (en épis ou en grains, dans des silos ou des greniers...), les techniques de travail du sol, de rotation des cultures, de gestion du cheptel (litière, pâturage des chaumes), éventuellement de reconstitution de la fertilité des sols qui peut conditionner la part de la récolte prélevée (brûlis des chaumes, apport de fumure organique).

42La partition géographique observée à partir de la carte de répartition des types de faucilles coïncide à peu près avec une partition constatée dans le domaine des systèmes de gestion des ressources animales au Néolithique ancien (Vigne 1998 ; Vigne, Helmer 1999). Le Sud-Est ibérique est essentiellement caractérisé par des assemblages fauniques témoignant d'un faible recours à la chasse, alors que les sites du Languedoc et de la Provence, malgré plusieurs exceptions, se caractérisent par une chasse au grand gibier plus importante. La diffusion de l'élevage aurait pu se faire selon plusieurs processus : d'une part, par une transmission des savoir-faire le long des côtes à partir de zones de néolithisation précoce (pour la Méditerranée occidentale, à partir du Sud de l'Italie) ; d'autre part, par l'installation de colons, issus plus ou moins directement de l’aire centro-orientale (Pouilles – Grèce) et ayant effectué par voie maritime des saltations vers les rives de la Méditerranée occidentale, à plusieurs centaines de kilomètres. Dans cette perspective, la tradition technique dont pourraient témoigner les faucilles du Sud-Est ibérique, totalement inconnue en Catalogne, Languedoc et Provence, pourrait trouver ses racines dans des liens directs et précoces avec l'Italie et la Grèce, où des faucilles de même type sont connues (Fugazzola Delpino et al. 1999 ; Moundrea-Agrafioti 1983). Mais, en Italie comme en Grèce, les faucilles à éléments multiples en épi sont minoritaires par rapport aux faucilles à lames longues, contrairement au Sud-Est espagnol, où seules sont connues des faucilles à éléments courts obliques. Il pourrait s'agir soit d'un phénomène de recomposition culturelle, soit d'une (ré)invention autonome. Une meilleure connaissance des données relatives au Néolithique ancien en Afrique du Nord pourrait permettre de discuter l'hypothèse de liens avec la rive sud de la Méditerranée.

4. CONCLUSION

43De nombreuses questions restent ouvertes ; les travaux en cours vont, sans doute, nuancer un certain nombre de constats que nous avons pu faire : découverte d'autres types de faucilles, reconnaissance d'une plus grande diversité des assemblages de faucilles que celle que nous avons pu décrire, affinement des interprétations fonctionnelles et de la chronologie, élargissement du corpus de sites analysés, réalisation de synthèses des données carpologiques avec harmonisation des méthodes de quantification, meilleure connaissance des mauvaises herbes associées aux récoltes et ainsi des pratiques de culture et de récolte. Les cartes de répartition en termes de présence/absence, comme celles que nous présentons ici, ne permettent pas de rendre compte de la complexité des assemblages carpologiques et des systèmes de cultures et il faut pouvoir rendre compte de façon fine des proportions des différentes espèces. Il conviendra aussi d'étudier les transformations de l'outillage de moisson en relation avec les évolutions du système de production lithique ; par exemple, en Andalousie, le changement des types de faucilles pourrait être lié au développement de la taille des grandes lames à partir du début du IVe millénaire, indissociable du développement des échanges régionaux. Enfin, il apparaît d'ores et déjà que le cadre géographique de cette étude devra être élargi pour mieux prendre en compte les phénomènes liés aux processus de néolithisation.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Anderson P.C. 1992. Experimental Cultivation, Harvesting and Threshing of Wild Cereals and their Relevance for Interpreting the Use of Epipaleolithic and Neolithic Artifacts. In Anderson P.C. (ed.). Préhistoire de l'agriculture : nouvelles approches expérimentales et ethnographiques. Paris : Éd. du CNRS, p. 179-210. (Monographies du CRA ; 6).

Bernabeu J., Orozco T. 2005. Mas d’Is (Penéguila, Alicante) : un recinto monumental del VIe milenio cal BC. In Arias P., Ontanôn R., García-Moncó C. (eds). Actas del III Congreso del Neolltico en la Peninsula Ibérica, Santander, 5a 8 deoctubre de 2003. Santander : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cantabria, p. 485-495. (Monografîas del Instituto Internacional de Investigaciones Prehistôricas de Cantabria ; 1).

Beugnier V. 1997. L'usage du silex dans l'acquisition et le traitement des matières animales dans le Néolithique de Chalain et Clairvaux : La Motte-aux-Magnins et Chalain 3 (Jura, France), 3700-2980 av. J.-C. 2 vol. [Thèse de doctorat : Ethnologie (sociétés préhistoriques) : Paris 10].

Binder D. (dir.) 1991. Une économie de chasse au Néolithique ancien : la Crotte Lombard à Saint-Vallier-de-Thiey, Alpes-Maritimes. Paris : Éd. du CNRS. 243 p. (Monographies du CRA ; 5).

Binder D., Brochier J.E., Duday H., Helmer D., Marinval P., Thiébault S., Wattez J. 1993. L'abri Pendimoun à Castellar (Alpes-Maritimes) : nouvelles données sur le complexe culturel de la céramique imprimée méditerranéenne dans son contexte stratigraphique. Gallia Préhistoire 35, p. 177-251.

Binder D., Guilaine J. 1999. Rapport du groupe de travail sur la néolithisation : la Méditerranée centrale et occidentale. In Évin J., Oberlin G, Daugas J., Salles J.-Fr. (dir.). 14C et Archéologie : 3e congrès international, Lyon, 6-10 avril 1998. Paris : Société préhistorique française, p. 454-459. (Mémoires de la Société préhistorique française ; 26. Revue d'archéométrie. Suppl.).

Binder D., Maggi R. 2001. Le Néolithique ancien de l’arc liguro-provençal. Bulletin de la Société préhistorique française 98/3, p. 411-422.

Bogaard A. 2004. Neolithic Farming in Central Europe : an Archaeobotanical Study of Crop Husbandry Practices, c.5500-2200 bc. London, New-York : Routledge. XIII-209 p.

Bordas A., Diaz J., Pou R., Parpal A., Martin A. 1991-1992. Excavacions arqueològiques 1991-1992 a la Bòbila Madurell-Mas Duran (Sant Quirze del Vallès, Vallès Occidental). Tribuna d’arqueologia, p. 31-47.

Bosch J., Estrada A. 1994. El Neolftic Postcardial a les mines prehistòriques de Gavà (Baix Llobregat). Gavà : Museu de Gavà. 291 p. (Rubricatum).

Bosch A., Tarrús J., Chinchilla J. (eds) 2000. El poblat lacustre neolftic de La Draga : excavacions de 1990 a 1998. Girona : CASC, Museu d'Arqueologia de Catalunya. 296 p. (Monografies del CASC ; 2).

Bosch A., Tarrús J., Chinchilla J., Palomo A. 2005. Nuevas aportaciones del yacimiento lacustre de La Draga (Banyoles, Girona) al Neolítico Antiguo peninsular. Las campanas del 2000 al 2003. In Arias P., Ontanôn R., García-Moncô C. (eds). Actas del III Congreso del Neolltico en la Peninsula Ibérica, Santander, 5a 8 de octubre de2003. Santander : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cantabria, p. 497-507. (Monografîas del Instituto Internacional de Investigaciones Prehistôricas de Cantabria ; 1).

Buxó R. 1997. Arqueologia de las plantas : la explotaciôn econômica de las semillas las frutas en el marco mediterráneo de la Peninsula Ibérica. Barcelona : Crítica. 368 p.

Buxó R., Rovira N., Saüch C. 2000. Les restes vegetals de llavors i fruits. In Bosch A., Tarrüs J., Chinchilla J. (eds). El poblat lacustre neolftic de La Draga : excavacions de 1990 a 1998. Girona : CASC, Museu d'Arqueologia de Catalunya, p. 129-139. (Monografies del CASC ; 2).

Camps-Fabrer H., Courtin J. 1982. Essai d'approche technologique des faucilles préhistoriques dans le Bassin méditerranéen. Travaux du LAPMO, p. 1-26.

Clemente I., Gibaja J.Fr. 1998. Working Processes on Cereals : an Approach through Microwear Analysis. Journal of Archaeological Science 25/5, p. 457-464.

Clemente Conte I., García Diaz V. 2008. Yacimientos arqueolôgicos de la Bahía de Cadiz. Aplicación del analisis funcional a los instrumentas de trabajo lîticos del Embarcadero del río Palmones, La Mesa y La Esparragosa. In Ramos Münoz J. (coord.). La ocupación prehistróica de la campiha litoral y banda atlántica de Cadiz : aproximaciôn al estudio de las sociedades cazadoras-recolectoras, tribales-comunitarias y clasistas iniciales. Sevilla : Consejería de Cultura. (Arqueologia. Monografîas).

Fugazzola Delpino M.-A., D'Eugenio G., Pessina A. 1999. Le Néolithique ancien et moyen de l'Italie centre-occidentale. In Vaquer J. (dir.). Le Néolithique du Nord-Ouest méditerranéen : actes du colloque international, Carcassonne, 26-30 septembre 1994. Paris : Société préhistorique française, p. 25-34.

García O., Gibaja J.Fr., Bernabeu J., Orozco T. sous presse. Tecno-tipología y funcionalidad de los utensilios lîticos tallados en las primeras ocupaciones del Neolltico Antiguo del Mas d'Is (Penáguila, Alacant). In Actas do IV Congresso de arqueologia peninsular (Faro, 2004).

García Gazôlaz J., Sesma J. 1999. Talleres de silex versus lugares de habitación : Los Cascajos (Los Arcos, Navarra), un ejemplo de neolitización en el alto valle del Ebro. In Bernabeu J., Orozco T. (dir.). Actes del II Congrés del Neolftic a la Peninsula Ibérica (Universitat de València, 7-9 d'Abril, 1999). València : Universitat de València, Departament de Prehistoria i Arqueologia, p. 343-352. (Saguntum. Suppl. ; 2).

Gassin B. 1991. Étude fonctionnelle. In Binder D. (dir.). Une économie de chasse au Néolithique ancien : la Crotte Lombard à Saint-Vallier-de-Thiey, Alpes-Maritimes. Paris : Éd. du CNRS, p. 51-60. (Monographies du CRA ; 5).

Gassin B. 1996. Évolution socio-économique dans le Chasséen de la grotte de l'Église supérieure, Var : apport de l'analyse fonctionnelle des industries lithiques. Paris : Éd. du CNRS. 326 p. (Monographies du CRA ; 17).

Gassin B. (dir.) 1997. Crasse Usine Chiris. Les occupations préhistoriques. DFS de fouille préventive, Aix-en-Provence, SRA-PACA. 317 p.

Gassin B. 1999. La structure fonctionnelle des industries lithiques du complexe chasséen en Provence. In Vaquer J. (dir.). Le Néolithique du Nord-Ouest méditerranéen : actes du colloque international, Carcassonne, 26-30 septembre 1994. Paris : Société préhistorique française, p. 119-128.

Gassin B., Binder D., Sénépart I. 2004. Statut et fonction des productions d'éclats au Néolithique : exemples provençaux. In Bodu R, Constantin Cl. (dir.). Approches fonctionnelles en Préhistoire. Actes du XXVe congrès préhistorique de France, Nanterre, 24-26 novembre 2000. Paris : Société préhistorique française, p. 167-179.

Gibaja J.Fr. 1997. Anàlisi funcional del material lític de la necropolis del Camí de Can Grau. In Marti M., Pou R., Carlús X. (eds). La necropolis del Neolític Mitjà i les restes romanes del Camí de Can Crau (La Roca del Vallès, Vallès Oriental) : els jaciments de Cal Jardiner (Cran oilers, Vallès Oriental). Barcelona : Generalitat de Catalunya, p. 128-141. (Excavacions Arqueolôgiques a Catalunya ; 14).

Gibaja J.Fr. 1999. Analisis del utillaje lítico de la necropolis de Sant Pau del Camp (Barcelona) : estudio morfológico y funcional. In Bernabeu J., Orozco T. (dir.). Actes del II Congrés del Neolftic a la Peninsula Ibèrica (Universitat de València, 7-9 d’Abril, 1999). València : Universitat de València, Departament de Prehistôria i Arqueologîa, p. 187-192. (Saguntum. Suppl.; 2).

Gibaja J.Fr. 2000. La funciôn del instrumental lîtico tallado de La Draga (Banyoles, Pla de l’Estany). In Bosch A., Tarrús J., Chinchilla J. (eds). El poblat lacustre neolftic de La Draga : excavacions de 1990 a 1998. Girona : CASC, Museu d'Arqueologia de Catalunya, p. 206-213. (Monografies del CASC ; 2).

Gibaja J.Fr. 2002. Las hoces neolîticas del noreste de la Peninsula Ibérica. Préhistoire anthropologie méditerranéennes 10, p. 83-96.

Gibaja J.Fr. 2003. Comunidades Neolíticas del Noreste de la Peninsula Ibérica : una aproximaciôn socio-económica a partir del estudio de la funciôn de los utiles líticos. Oxford : Archaeopress. 318 p. (BAR. International Series ; 1140).

Gibaja J.Fr. 2004. Neolithic Communities of the Northeastern Iberian Peninsula : Burials, Grave Goods, and LithicTools. Current Anthropology 45, p. 679-685.

Gibaja J.F., Palomo A. 2006. Les puntes de sageta i làmines de falç de silex. In Bosch A., Chinchilla J., Tarrús J. Els objectes de fusta del poblat neolftic de La Draga : excavacions 1995-2005. Girona : CASC, Museu d'Arqueologia de Catalunya, p. 139-143. (Monografies del CASC ; 6).

Gôngora M. De 1991. Antigüedades prehistôricas de Andalucía. Éd. facs. (1re éd. : Madrid, 1868). Granada : Universidad de Granada. (Archivum ; 27).

Gonzàlez Urquijo J.E., Ibânez J.J., Peña Chocarro L., Gavilan B., VERA J.C. 1994. Harvesting Tasks in the Neolithic Levels of 'Los Murcielagos'Cave : an Archeobotanical and Functional approach. Helinium 34/2, p. 322-341.

Gonzàlez Urquijo J.E., Ibânez J.J., Pena Chocarro L., Gavilan B., Vera J.C. 2000. El aprovechamiento de recursos vegetales en los niveles neolíticos del yacimiento de Los Murciélagos, en Zuheros (Cordoba). Estudio arqueobotánico y de la funciôn del utillaje. Complutum 11, p. 171-189.

Gonzàlez Urquijo J.E., Ibânez J.J., Zapata L. 1999. El Ve milenio Cal BC en el País Vasco atlántico : la introducciôn de la agriculture y la ganadería. In Bernabeu J., Orozco T. (dir.). Actes del II Congrés del Neolftic a la Peninsula Ibèrica (Universitat de València, 7-9 d'Abril, 1999). València : Universitat de València, Departament de Prehistôria i Arqueologîa, p. 559-564. (Saguntum. Suppl. ; 2).

Goni Quinteiro A., Rodríguez Rodríguez A., Camalich Massieu M.D., Martin Socas D., Francisco Ortega M.I. 1999. La tecnología de los elementos de adorno personal en materias minerales durante el Neolîtico Medio : el ejemplo del poblado de Cabecicos Negros (Almería). In Bernabeu J., Orozco T. (dir.). Actes del II Congrés del Neolftic a la Peninsula Ibèrica (Universitat de València, 7-9 d'Abril, 1999). València : Universitat de València, Departament de Prehistôria i Arqueologîa, p. 163-170. (Saguntum. Suppl. ; 2).

Granados O., Puig F., Farré R. 1991. La intervenció arqueolôgica a Sant Pau del Camp : un nou jaciment prehistoric al Pla de Barcelona. Tribuna d'arqueologia 2, p. 27-32.

Guilaine J. 2005. Du Proche-Orient à l'Atlantique : actualité de la recherche sur le Néolithique. Annales : économies, sociétés, civilisations 60/5, p. 925-952.

Hopf M. 1966. Triticum monococcum y Triticum dicoccum en el Neolîtico Antiguo espanol. Archivo de Prehistoria Levantina 11, p. 53-80.

Ibânez J.J. 2001. La funciôn de los utiles retocados del yacimiento de Kobaederra (Orna, Bizkaia) : campanas de 1995, 96 y 97. Isturitz 11, p. 225-244.

Ibânez J.J., Zapata L. 2001. La funciôn de los utiles de silex del yacimiento de Pico Ramos (Muzkiz, Bizkaia). Isturitz 11, p. 245-257.

Ibânez J.J., Gonzàlez Urquijo J., Pena-Chocarro L., Zapata L., Beugnier V. 2001. Harvesting without Sickles. Neolithic Examples from Humid Mountain Areas. In Beyries S., Pétrequin P. (dir.). Ethno-Archaeology and its Transfers : papers from a session held at the European Association of Archaeologists fifth annual meeting in Bournemouth, 1999. Oxford : Archaeopress, p. 23-36. (BAR. International Series ; 983).

Ibáñez J.J., Gibaja J.Fr., Gonzàlez Urquijo J.E., Rodríguez Rodríguez A.C., Gassin B. 2008. La siega de cereales en el Neolîtico de la peninsula ibérica. Primeras resultados. In Longo L., Skakun N. (eds). "Prehistoric Technology" 40 years later : Functional Studies and the Russian Legacy. Oxford : Archaeopress. XIII-559 p. (BAR. International Series ; 1783).

Juan Cabanilles J. 1984. El utillaje neolîtico en silex del litoral mediterráneo peninsular : estudio tipologico-analitico a partir de materiales de la Cova de l’Or y de la Cova de la Sarsa. Saguntum 18, p. 49-102.

Khedhaier R., Verdin P., Furestier R., Lemercier O., Müller A. 2003. Dépiquage au tribulum au Néolithique final dans le Sud-Est de la France : indices convergents de la tracéologie et de l'analyse des phytolithes : le cas du site de Forcalquier-La Fare (Alpes-de-Haute-Provence). In Anderson P.C., Cummings L.S., Schippers T.K., Simonel B. (eds). Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité, du Néolithique au présent : actes des XXIIIe Rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes, 17-19 octobre 2002. Antibes : éd. APDCA, p. 477-491.

Linton J. 2005. Essai d'approche techno-fonctionnelle sur le Chasséen de Roucadour : l'exemple des ensembles C3, C2c et C2ab du secteur DR. 141 p. [Mémoire de DEA, Université de Toulouse-Le Mirail, École des Hautes Études en Sciences Sociales].

Manen C., Sabatier P. 2003. Chronique radiocarbone de la néolithisation en Méditerranée nord-occidentale. Bulletin de la Société préhistorique française 100/3, p. 463-478.

Marinval P. 1991. Le Chasséen : problème d'identité, l'approche carpologique. In Beeching A., Binder D., Blanchet J.-Cl. et al. (dir.). Identité du Chasséen : actes du colloque international de Nemours, 17-18-19 mai 1989. Nemours : Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 379-382. (Mémoires du musée de Préhistoire d'Ile-de-France ; 4).

Marinval P. 1992. Approche carpologique de la néolithisation du Sud de la France. In Anderson P.C. (ed.). Préhistoire de l'agriculture : nouvelles approches expérimentales et ethnographiques. Paris : Éd. du CNRS, p. 255-263. (Monographie du CRA ; 6).

Marinval P. à paraître. Semences archéologiques du Chasséen ancien aux Plots, Berriac (Aude). Toulouse : Centre d'anthropologie.

Marti M., Pou R., Carlús X. (eds) 1997. La necròpolis del Neolftic Mitjà i les restes romanes del Cami de Can Crau (La Roca del Vallès, Vallès Oriental) : els jaciments de Cal Jardiner (Granollers, Vallès Oriental). Barcelona : Generalitat de Catalunya. (Excavacions Arqueolôgiques a Catalunya ; 14).

Martin A., Biosca A., Albareda M.J. 1983-1984. Excavacions a la Cova del Frare (Matadepera, Vallès Occidental). Dinàmica ecolôgica, seqüència cultural i cronologia absoluta. Tribuna d'arqueologia, p. 91-103.

Martin Socas D., Buxó i Capdevila R., Câmalich Massieu M.D., Goni Quinteiro A. 1999. Estrategias subsistencia les en Andalucía Oriental durante el Neolîtico. In Bernabeu J., Orozco T. (dir.). Actes del II Congrès del Neolftic a la Peninsula Ibèrica (Universitat de València, 7-9 d'Abril, 1999). València : Universitat de València, Departament de Prehistôria i Arqueologîa, p. 25-30. (Saguntum. Suppl. ; 2).

Moundrea-Agrafioti A. 1983. Pièces lustrées du Néolithique thessalien : essai de classement. In Cauvin M.-Cl. (dir.). Traces d'utilisation sur les outils néolithiques du Proche-Orient : table ronde CNRS tenue à Lyon du 8 au 10 juin 1982. Lyon : GIS-Maison de l'Orient, p. 199-207. (Travaux de la Maison de l'Orient ; 5).

Peña Chocarro L. 1996. In Situ Conservation of Hulled Wheats Species : the Case of Spain. In Padulosi S., Hammer K., Heller J. (eds). Hulled Wheats : Proceedings of the First International Workshop on Hulled Wheats, Castelvecchio Pascoli, Tuscany, Italy, 21-22July 1995. Rome : IPCRI, p. 129-146.

Pena Chocarro L. 1999. Prehistoric Agriculture in Southern Spain during the Neolithic and the Bronze Age : the application of ethnographic models. Oxford : Archaeopress. 167 p. (BAR. International Series ; 818).

Peña Chocarro L, Zapata L., Gonzàlez J.E., Ibânez JJ. 2000. Agricultura, alimentaciôn y uso del combustible : aplicación de modelos etnogrâficos en arqueobotânica. In Mata Parreno C., Pérez Jordà G. (eds). IBERS. Agricultors, artesans i comerciants : III Reuniô sobre Economia en el Mon Ibèric. Valencia : Universitat de Valencia, Departament de Prehistória i d'Arqueologia, p. 403-420. (Saguntum. Suppl. ; 3).

Pérez Jordâ G. 2005. Nuevos datas paleocarpológicos en niveles neolíticos del País Valencia no. In Arias P., Ontañón R., García-Moncó C. (eds). Actas del III Congreso del Neolítico en la Peninsula Ibérica, Santander, 5 a 8 de octubre de 2003. Santander : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cantabria, p. 73-81. (Monografías del Instituto) Internacional de Investigaciones Prehistóricas de Cantabria ; 1).

Pétrequin P, Lobert G., Maître A., Monnier J.-L. 2006. Les outils à moissonner et la question de l'introduction de l'araire dans le Jura (France). In Pétrequin P, Arbogast R.-M., Pétrequin A.-M., Van Wiligen S., Bailly M. (dir.). Premiers chariots, premiers araires : la diffusion de la traction animale en Europe pendant les IVe et IIIe millénaires avant notre ère. Paris : CNRS éd., p. 107-120. (Monographie du CRA ; 29).

Ramos Munoz J., Montañés M., Pérez M., Castaneda V., Herrero N., García M.E., Câceres I. (eds) 1999. Excavaciones arqueolôgicas en La Mesa (Chiclana de la frontera, Cadiz) : aproximaciôn al estudio del proceso histórico de su ocupaciôn : campaña de 1998. Chiclana : Ayuntamiento de Chiclana de la Frontera ; Fundación Viprén. (Serie Monogrâfica. Arqueología en Chiclana de la Frontera ; 1).

Rodríguez Rodríguez A.C. 1994. À propos de lames à bords fortement émoussés du Néolithique et du Chalcolithique andalou. Helinium 34/2, p. 225-234.

Rodríguez Rodríguez A.C. 1999. Anâlisis funcional del instrumental lítico tallado del poblado de Cacecicos Negros. In Cámalich Massieu M.D., Martin Socas D. (eds). El territorio almeriense desde los inicios de la producción hasta fines de la Antigüedad : un modelo : la depresiôn de Vera y cuenca del Almanzora. Sevilla : Junta de Andalucia, Consejeria de Cultura, p. 225-235.

Rodríguez Rodríguez A.C. 2004. Anâlisis funcional de los instrumentas líticos tallados. In Martin Socas D. at al. (dir.). La Cueva de El Toro (Sierra de El Torcal, Antequera-Malaga) : un modelo de ocupaciôn ganadera en territorio andaluz entre el VI y II milenios A.N.E. Sevilla : Consejeria de Cultura.

Rodríguez Rodríguez A.C., Martin Socas D., Cámalich Massieu M.D., Gonzàlez Quintero P. 1996. Las actividades tecnoeconómicas en « Cueva del Toro » (Antequera - Malaga) a través del anâlisis funcional. In/Congrès del Neolitic a la Peninsula Ibèrica : formaciô i implantaciô de les comunitats agricoles : Gavà-Bellaterra, març 1995. Rubricatum 1, p. 161-167.

Savard M. 2000. Étude carpologique de la Baume de Fontbrégoua, Salernes (Var). [Mémoire de DEA, Paris l].

Schlichtherle H. 1992. Jungsteinzeitliche Entergerate am Bodensee. Plattform 1, p. 22-44.

Sigaut F. 1978. Identification des techniques de récolte des graines alimentaires. Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée 25/3, p. 146-161.

Tarrús J., Chinchilla J., Mercadal O., Aliaga S. 1996. Fases estructurals i cronològiques a l'habitat neolític de Ca N’Isach (Palau-Savardera, Alt Empordà). In/Congrés del Neolitic a la Peninsula Ibèrica : formaciô i implantaciô de les comunitats agricoles : Gavà-Bellaterra, març 1995. Rubricatum 1, p. 429-438.

Toffin G. 1983. Moisson aux baguettes au Népal central. Objets et Mondes 23/3-4, p. 173-176.

Vaquer J. 1995. Les Plots (Berriac). In Guilaine J. (dir.). Temps et espace dans le bassin de l'Aude du Néolithique à l'Âge du Fer. Toulouse : Centre d'archéologie, p. 14-17.

Vayson de Pradenne A. 1919. La faucille préhistorique de Solferino (étude comparative). L’Anthropologie 29, p. 393-422.

Vigne J.-D. 1998. Faciès culturels et sous-système technique de l'acquisition des ressources animales : application au Néolithique ancien méditerranéen. In D'Anna A., Binder D. (dir.). Production et identité culturelle : actualité de la recherche : actes de la deuxième session, Arles (Bouches-du-Rhône), 8-9 novembre 1996. Antibes : Éd. APDCA, p. 27-45.

Vigne J.-D., Helmer D. 1999. Nouvelles analyses sur les débuts de l'élevage dans le Centre et l'Ouest méditerranéens. In Vaquer J. (dir.). Le Néolithique du Nord-Ouest méditerranéen : actes du colloque international de Carcassonne, 26-30 septembre 1994. Paris : Société préhistorique française, p. 129-146.

Zapata L. 2002. Origen de la agricultura en el País Vasco y transformaciones en el paisaje : análisis de restas vegetales arqueolôgicos. Bilbao : Kobie. 223 p. (Anejos ; 4).

Zapata L., Ibânez J.J., Gonzàlez Urquijo J.E. 1997. El yacimiento de la cueva de Kobaederra (Orna, Kortezubi, Bizkaia). Resultados preliminares de las campanas de excavación 1995-1997. Munibe 49, p. 51-63.

Zapata L., Pena-Chocarro L., Pérez-Jordá G., Stika H.-P. 2004. Early Neolithic Agriculture in the Iberian Peninsula. Journal of World Prehistory 18/4, p. 283-325.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Élément de faucille court, poli oblique. La Mesa (Chiclana de la Frontena, Cadiz).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 2 – Faucilles néolithiques : 1/Reconstitution des faucilles utilisées à Los Murciélagos de Zuheros, Espagne (Gonzàlez Urquijo et al. 2000) ; les éléments Ethiques insérés obliquement forment un tranchant denticulé. 2/Faucille en bois de genévrier du site lacustre de La Draga (fin du VIe millénaire cal. B. C.) en Catalogne (Bosch et al. 2000). L'appendice coudé de la faucille est utilisé pour rassembler les tiges de céréales qui sont coupées avec une lame de silex insérée parallèlement au manche. 3/Faucille en bois de sureau du site de La Draga ; l’appendice de la faucille était utilisé pour rassembler les tiges de céréales qui étaient coupées avec une lame de silex insérée obliquement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 3 – Lame de faucille à poli parallèle au bord. Fontbrégoua, Salernes (Var). Fouille J. Courtin. Néolithigue ancien Cardial. Photographies : grossissement initial 200X.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 4 – Lame de faucille des niveaux du Ve millénaire du site de Los Cascajos en Navarre. Surface polie fortement usée par des stries et des micro-trous (contact simultané de l'outil avec des tiges de céréales et avec le sol ?).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Tabl. 1 – Décompte des lames micro-dentitulées utilisées pour la récolte des céréales.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Tabl. 2 – Décompte des lames de faucilles à emmanchement oblique (lame unique longue dans un manche droit).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Tabl. 3 – Inventaire des faucilles à usure parallèle au bord (manches droits).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Tabl. 4 – Lames de faucilles droites à usure mésiale dans un manche courbe.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Tabl. 5 – Sites avec culture des céréales attestée et absence de faucilles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Tabl. 6 – Sites du Néolithique ancien avec des macro-restes de plantes domestiques en Espagne (Zapata et al. 2004) (les numéros renvoient à la carte fig. 5).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 5 – Localisation des sites du Néolithique ancien avec des macro-restes de plantes domestiques en Espagne. Les numéros correspondent à la liste des sites du tabl. 6. Quatre régions sont distinguées selon les conditions environnementales : littoral méditerranéen ; littoral basque et cantabrique ; Pyrénées ; intérieur (carte reproduite de Zapata et al. 2004).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 6 – Sites du Néolithique ancien du Midi de la France ayant fait l’objet d'études carpo logiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 7A – Phase 1 (Impressa/Cardialancien) : Blé nu (Triticum aestivum/turgidum).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 7B – Phase 1 (Impressa/Cardial ancien) : Orge nue (Hordeum vulgare var. nudum).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 7C – Phase 1 (Impressa/Cardial ancien) : Engrain (Triticum monococcum).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 7D – Phase 1 (Impressa/Cardial ancien) : Amidonnier (Triticum dicoccum).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 8A – Phase 2 (Cardial récent/Épicardial) : Blé dur (Triticum aestivum/turgidum).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 8B – Phase 2 (Cardial récent/Épicardial) : Orge nue (Hordeum vulgarevar. nudum).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 8D – Phase 2 (Cardial récent/Épicardial) : Engrain (Triticum monococcum).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 9 – Données carpologiques et tracéologiques : non-coïncidence entre techniques de récolte et plantes cultivées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3593/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

Auteurs

CEPAM, Université de Nice Sophia-Antipolis, CNRS, 250 rue Albert Einstein, 06650 Valbonne (France). Courriel : bernard.gassin@ac-nice.fr

Universidade do Algarve, Faculdade de Ciências Flumanas e Sociais, Campus de Gambelas, 8000-117 Faro (Portugal). Courriel : nbicho@ualg.pt

Capdevila, Museu dArqueologia de Catalunya - Centre d’Investigacions Arqueologiques, Pedret 95, 17007 Girona (Espagne). Courriel: rbuxo@gencat.net

Universidade do Algarve, Faculdade de Ciências Humanas e Sociais, Campus de Gambelas, 8000-117 Faro (Portugal). Courriel : nbicho@ualg.pt

C.S.I.C, Institution Milá i Fontanals Egipciaques, 15 08001 Barcelona (Espagne). Courriel : ignacio@bicat.csic.es

Becario postdoctoral da FCT adscrito a la Universidade do Algarve, Faculdade de Ciências Humanas e Sociais, Campus de Gambelas, 8000-117 Faro (Portugal). Courriel : jfgibaja@ualg.pt

Instituto de Prehistoria, Universidad de Cantabria, A. de los Castras, s/n 39005 Santander (Espagne). Courriel : gonzalje@unican.es

C.S.I.C., Institution Milá i Fontanals Egipciaques, 15 08001 Barcelona (Espagne). Courriel : ibanezjj@bicat.csic.es

Université de Bourgogne, UMR 5594 ARTeHIS, 6 boulevard Gabriel, 21000 Dijon (France). Courriel : jimmydlinton@yahoo.fr

Museo Arqueológico Regional de la Comunidad de Madrid, Plaza de las Bernardas, s/n 28801 Alcala de Henares (Madrid) (Espagne). Courriel : belen.marquez@madrid.org

Laboratorio Arqueobotánica. Depto. Prehistoria, Consejo Superior de Investigaciones CientÍficas (CSIC), Duque de Medinaceli 6, 28014 Madrid (Espagne). Courriel : leonor@ih.csic.e

Depto. de Prehistoria i Arqueologia. Univ. de València. Avda. Blasco Ibàñez no 28, 46010 València (Espagne). Courriel : Guillem.Perez@uv.es

CEPAM, Université de Nice Sophia-Antipolis, CNRS, 250 rue Albert Einstein, 06650 Valbonne (France). Courriel : sylviep@cepam.cnrs.fr

Campus Universitario del Obelisco, C/Pérez Del Toro No 1, 35003 Las Palmas de Gran Canaria (Espagne). Courriel : arodriguez@dch.ulpgc.es

Geografía, Prehistoria y Arqueologia, UPV/EHU F. Tomás y Valiente, s/n 01006 Vitoria-Gasteiz (Espagne). Courriel : l.zapata@euskalnet.net

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search